AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Je ne dis pas ce que je pense mais je pense ce que je dis [Livre II - Terminé]
MessageSujet: Je ne dis pas ce que je pense mais je pense ce que je dis [Livre II - Terminé]   Ven 3 Jan - 17:06




Je ne dis pas ce que je pense mais je pense ce que je dis

Erin n’était pas arrivée à retrouver la trace de Torben. Il avait bien masqué le chemin venant à lui et fallait bien que j’admette que j’étais la seule à pouvoir le trouver. Mais pas pour l’instant. J’avais encore trop à faire avant de m’absenter. Et puis, je n’étais pas certaine que ce soit encore le bon moment. J’avais besoin d’air et lui aussi. Ainsi laissais-je l’humain mener ce qu’il voulait. Il n’était pas en danger, sinon je l’aurais ressenti. Je décidais de faire confiance à son instinct de survie pour qu’il ne fasse pas quelque chose d’inconsidéré. En attendant que le tueur ne refasse surface, l’humaine était en congé forcé. Je n’avais pas d’autres missions à lui confier et quelque part, j’espérais que Torben referait rapidement surface pour qu’elle retourne au travail que je lui avais confié de prime abord. Pour l’heure, elle était un peu un oiseau libre, pouvant faire ce qui lui plaisait. Cela ne devait pas vraiment lui plaire d’être inactive, mais c’était le cadet de mes soucis et de mes problèmes.

J’avais passé la nuit à me faire passer pour une gentille humaine pour la paix auprès de la municipalité de Glasgow. Ce n’était pas vraiment une partie de plaisir loin de là, mais je n’avais pas eu le choix. J’avais séduit mes objectifs, et fini par prendre congé à trois heures du matin. Et depuis, j’étais assise dans des fauteuils de mon salon. J’avais donné l’ordre de ne pas me déranger, sous aucun prétexte. La télévision était allumée, et laissait s’échapper des bruits sons dont je ne me préoccupais plus depuis plusieurs heures déjà. Je réfléchissais à tout ce qui avait pu se passer ces derniers temps, consignant dans un cahier ce que je pensais. Mes écrits n’auraient de sens pour personne d’autres que moi. Je codais ce que je couchais sur le papier, mélangeant des langues, des dialectes oubliés depuis longtemps sauf par une poignée d’être, de dessin et de chiffre. Personne ne devait pouvoir comprendre et personne ne le pouvait. C’était le but après tout. Le soleil était levé depuis plusieurs heures déjà. Je pouvais le ressentir, même si je n’étais pas allée me coucher pour autant. J’avais trop de choses à faire, à éclaircir.

Je buvais un verre de sang frais, avant de me replonger dans mes écrits les sourcils froncés. Mes oreilles se mirent légèrement à saigner, mais je n’y faisais pas attention. Je récupèrerais plus tard, ce n’était pas grave. Je savais que je pouvais tirer un peu sur la corde. Je claquais des doigts pour réclamer une nouvelle bouteille de sang, aux alentours de onze heures. Plus je restais éveillée, plus j’avais besoin de boire pour compenser, si bien que j’avais déjà englouti l’équivalent de la moitié d’un humain, même si ma gorge était encore sèche. Je faisais des mouvements de tête pour rendre mon raide mon cou quand ma boisson arriva. Et sans voir l’humain ou plutôt l’humaine qui venait d’arriver, je lui signalais d’un ton plus las que je ne l’aurais voulu J’espère que tu n’as pas fait trop de mal à mon serveur. Je tiens à ses services. Que viens-tu faire là ?



_________________
*
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 26
Coups du Destin: 29
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Messages : 6072
Membre du mois : 22
Je crédite ! : (c)Kanala
Localisation : Devant une toile ou dans l'ombre.
Caractère : Associable – Blasée – Cachotière – Combattante – Habile – Insaisissable – Loyale – Mystérieuse – Prude – Taciturne
Vos Liens : A venir

Humeur : Egale.
Autres comptes : Isadora Jayden Doyle
Fondatrice pour vous servir
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-chute.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: Je ne dis pas ce que je pense mais je pense ce que je dis [Livre II - Terminé]   Sam 4 Jan - 13:05


Le soleil était couché depuis longtemps déjà. Je recommence à dormir la nuit, ou du moins une partie, comme un humain lambda. Aujourd'hui par exemple, je me suis couchée dans l'après midi pour me révéiller vers 2 ou 3 heures du matin. Bientôt – du moins je l'espère – je reprendrais une activité normale, c'est à dire en mission le soir et la nuit et au lit le jour. Je ne peux pas me résoudre à dormir toute la nuit, sans quoi ce serait trop difficile de reprendre un autre rythme. Donc ce matin, alors que la nuit recouvrait toujours l'écosse je m'étais révéillée et j'étais sortie. Qu'est ce que je comptais bien trouver ? Des traces de Torben ? J'avais fouillé tous les recoins et rien. Strictement rien. Je n'ai aucune chance de le retrouver, sans quoi ce serait déjà fait. Je suis en colère contre moi même, pourtant je sais que j'ai fait tout mon possible, que je n'ai rien à me reprocher. Il est rare que quelque me résiste, et pourtant aujourd'hui je bloque. Il a effacé toutes ses traces, masqué toutes ses pistes. Bien évidamment, nous n'avons pas la même manière d'agir et de nous camoufler et c'est ce qui fait la différence. Pas les même réflexes, pas le même profil. Si nos rôles avaient été inversés, si c'était lui qui devait me rechercher sûrement aurait-il eu lui aussi du fil à retordre.

Je suis bloquée, je ne peux rien faire. Je n'ai rien à faire. Et je déteste cela. De plus je ne peux m'en prendre à personne. J'ai besoin de bouger, de faire quelque chose, de me rendre un minimum utile. Le soleil a finalement pointé son nez et je suis retournée chez moi. Ras le bol d'errer sans but. Des bribes de souvenirs me reviennent, je les écarte violamment, les repoussant dans un coin de ma tête duquel ils ne sont pas prêts de ressortir. Je ne veux pas revenir en arrière, ne pas penser au passé. Il revient en courant quand je n'ai rien d'autre à faire, et moi je le repousse de plus belle. Vivre dans le présent et dans l'avenir, voilà ce que je désire aujourd'hui. Mais je ne pux pas avancer. La mission "retrouver Torben" est une impasse et je n'ai aucune autre opération à mener à bien. Que fais-je faire encore ce matin ? Je m'affale dans un fauteuil et demeure ainsi un bon moment. J'allume la télévison et zappe sans arrêt. Plus rien ne m'intéresse, on dirait. Je finis par me lever.

Le chemin du manoir royal, je le connais assez bien désomrais. Il ne m'est pas très difficile de m'introduire sans attirer l'attention. Après un court furetage, j'apprends que la Reine se trouve dans son salon. Un serveur se tenait dans une pièce attenante et sortait une bouteille de sang. En un éclair je lui plaquais ma main sur sa bouche pour étouffer tout son. Assomant l'homme, je l'accompagnais dans sa chute et le déposai au sol silencieusement. Il n'y avait eu presque aucun bruit, et pas une goutte de sang n'avait coulé. Dans quelques heures il serait sur pied. Je ne tiens pas à abimer les serviteurs de mon employeuse. Prenant la bouteille j'entrai dans le salon. La télévision était allumée et la Reine assise bougeait sa tête, un carnet à la main. Sans vraiment me voir elle me reconnu et me demanda d'un ton las si je n'avais pas trop fait de mal à son serviteur et pourquoi j'étais ici.

"Ne vous inquiétez pas pour lui, il sera vite sur pied."

Quand à ce que je faisais là, je n'avais aucune véritable réponse à lui donner. Simplement envie d'aller quelque part et de faire quelque chose, parler avec quelqu'un qui avait ma confiance. La réponse que je lui offris elle la connaissais déjà, mais rien d'autre ne me vint.

"Comme vous le savez je n'ai pas retrouvé sa trace. Et je ne suis pas prête d'y arriver."

Je suis plutôt contrainte d'abandonner. De m'ennuier.

_________________

Awards & co:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireuse
Points de vie : 17
Coups du Destin: 16
« Ne reste que l'odeur du sang »
Messages : 3191
Membre du mois : 26
Je crédite ! : Ava (c)SWAN // Signa (c) Hotmess / Gif : tumblr / Spoiler : Kanala
Localisation : Dans l'Ombre
Caractère : Fiable - Patiente - Acharnée -Pragmatique - Manipulatrice - Cinyque - Ne fait pas dans la dentelle - Caméléon - blessée
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Concentrée
Autres comptes : Leah Rivers & Eva Raederer

« Ne reste que l'odeur du sang »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2536-erin-danvers-born-to-kill-dispo http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2537-erin-danvers-born-to-kill
MessageSujet: Re: Je ne dis pas ce que je pense mais je pense ce que je dis [Livre II - Terminé]   Mer 15 Jan - 19:10




Je ne dis pas ce que je pense mais je pense ce que je dis

Je n’avais pas relevé la tête quand ma pomme de sang tueuse et dangereuse était entrée dans la pièce avec la boisson que j’avais réclamé. J’avais reconnu son odeur, et le son de son pas si discret. Ce qu’elle venait faire ici en pleine journée ? Je n’en avais aucune idée, surtout qu’en temps normal, je ne serais pas même pas apte à lui répondre, plongée dans un profond sommeil. S’était-elle doutée que je serais surement encore debout vu que Torben n’avait toujours pas été retrouvé ? Je ne serais pas étonnée si cela était le cas. Ce n’était pas la dernière des imbéciles après tout et c’était pour ça que je l’avais également embauchée et fait d’elle une arme entre mes mains. Je lui signe d’avancer jusqu’à moi, alors que je refermais d’un mouvement mon carnet. Je me levais, déplaça légèrement le tableau au-dessus de ma cheminé, et plaça mes écrits temporairement dans le coffre de cette pièce. Je repris ensuite place, en récupérant au passage la commande qu’elle avait apportée avec elle. Je l’écoutais alors que j’engloutissais d’un trait le liquide. J’avais encore faim, mais au moins calmerais-je un peu les saignements de mes oreilles. Tu aurais pu aussi venir directement me trouver, sans passer par la case « je m’attaque à des humains ». Mais bon, j’imagine que chaque personne à ses passes temps favori. J’ai bien peu cependant qu’il t’en tienne rigueur la prochaine fois qu’il te verra. Veux-tu que je fasse apporter un repas ? lui demandais-je tout en faisant venir mon majordome. Je la laissais passer commande – parce que si je lui avais demandé, ce n’était pas en fait vraiment une question -. Je repris, pour ma part, une nouvelle bouteille de sang frais, ce qui ne manqua pas d’inquiéter l’homme même si mon simple geste de la main suffit à le faire taire. J’avais faim, constamment faim ces derniers jours, et je n’arrivais pas à me rassasier. Je n’y pouvais rien, et c’était bien quelque chose qui m’inquiétait, même si j’avais plus urgent à traiter. Je m’en doute bien, mais ne t’en veux pas pour ça. J’aurais du m’en douter avant de te lancer sur ses traces…. Profites-tu bien pour autant de tes vacances provisoires et forcées ? Quelque chose me disait que si elle était là, c’était justement parce qu’elle tournait en rond et ne savait pas comment s’occuper. D’ailleurs cela me faisait penser Tu ne m’as pas répondu Erin. Que fais-tu ici ? Tu n’es pas simplement venue pour me dire cela, sachant que je le savais déjà. Si tu as quelque chose à me demander, vas-y, je t’écoute. J’aurais pu lui demander si ma présence lui avait tant manqué que cela, et c’était la raison pour laquelle elle était là, comme j’aurais pu le faire à mon habitude… Mais je n’avais pas la tête à cela. Je n’avais même pas envie de jouer avec elle pour vous dire tant je me sentais lasse de tout.


_________________
*
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 26
Coups du Destin: 29
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Messages : 6072
Membre du mois : 22
Je crédite ! : (c)Kanala
Localisation : Devant une toile ou dans l'ombre.
Caractère : Associable – Blasée – Cachotière – Combattante – Habile – Insaisissable – Loyale – Mystérieuse – Prude – Taciturne
Vos Liens : A venir

Humeur : Egale.
Autres comptes : Isadora Jayden Doyle
Fondatrice pour vous servir
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-chute.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: Je ne dis pas ce que je pense mais je pense ce que je dis [Livre II - Terminé]   Sam 18 Jan - 13:10

Aucune émotion ne paraissait sur son visage, à part peut être de la lassitude. Je m'approchais quand elle m'en fit signe et lui donnais la bouteille tandis qu'elle rangeait le petit carnet dans lequel elle écrivait à mon arrivée. J'en profitais pour jeter un coup d'oeil autour de nous, mais elle revint rapidement vers moi et bus d'une traite ce que je lui avais ammené. Elle avait l'air fatiguée, affamée. Etait-ce du à l'abcsence de son Servant ? Peut être, sûrement même, mais là n'est pas la question. Je ne m'attendais pas à un acceuil aussi froid, et un peu plus je m'attendais à ce qu'elle me dise de la laisser. Mais non, elle me demanda même si je voulais avoir un repas. J'allais ouvrir la bouche pour lui répondre avant de me rendre compte qu'elle n'en attendait pas une. Son majordome entra dans le salon, et tandis qu'elle lui commandait une nouvelle bouteille, je réfléchissais à ce que j'allais bien pouvoir commander, moi. Je n'avais pas particulièrement faim, ce n'était pas ma préocupation pour le moment mais je ne pouvais refuser. Nous étions au manoir Royal, il devait y avoir plein de choses que je pourrais manger même si la maitresse des lieux se nourrissait de sang. Je commandais la première chose qui me passait par la tête.

Mes pensées revinrent vers la Reine. C'était déjà mieux de se trouver là que de continuer à tourner en rond dans les rues, non ? Même si, pour une fois, elle n'avait pas l'air d'avoir envie de... jouer avec moi, disons. Elle avait du sang humain à proximité et elle préférait redemander du True Blood. D'accord, d'accord, il va falloir que je me résigne à une simple discussion si elle n'est pas motivée pour plus. A mes dernières paroles, elle répondit qu'elle ne m'en voulait pas pour cela. Déjà une bonne chose, après le savon que m'a passé sa fille adoptive... Ensuite elle me demandait si je profitais bien de mes vacances forcés. Ne se doutait – elle pas, que, justement, c'est cette inactivité qui me faisait venir ici ? J'eu droit ensuite à un "tu n'as pas répondu à ma question". Oui, je sais. Peut être parce que je n'ai pas de réponse acceptable à lui donner. Les vacances je n'en n'ai pas l'habitude, et au fond je déteste cela. Je ne dis pas que je suis hyperactive, loin de là, mais je ne supporte pas l'ennui. Je me sens comme en échec même si je sais pertinemment que personne, personne à part elle n'a de chance de le retrouver.

"Justement. Je n'ai pas l'habitude des vacances forcés. Je dois avouer que je m'ennuie. J'avais besoin de faire quelque chose, de voir quelqu'un. Mais si je vous dérange, je ne resterais pas plus."

Si je la dérangeais réellement, elle me l'aurait fait savoir et ne m'aurait pas fait commander de repas. Voilà, je lui avais donné une réponse, et attendais sa réaction, sans aucune idée de comment elle serait.

_________________

Awards & co:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireuse
Points de vie : 17
Coups du Destin: 16
« Ne reste que l'odeur du sang »
Messages : 3191
Membre du mois : 26
Je crédite ! : Ava (c)SWAN // Signa (c) Hotmess / Gif : tumblr / Spoiler : Kanala
Localisation : Dans l'Ombre
Caractère : Fiable - Patiente - Acharnée -Pragmatique - Manipulatrice - Cinyque - Ne fait pas dans la dentelle - Caméléon - blessée
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Concentrée
Autres comptes : Leah Rivers & Eva Raederer

« Ne reste que l'odeur du sang »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2536-erin-danvers-born-to-kill-dispo http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2537-erin-danvers-born-to-kill
MessageSujet: Re: Je ne dis pas ce que je pense mais je pense ce que je dis [Livre II - Terminé]   Mer 22 Jan - 21:19




Je ne dis pas ce que je pense mais je pense ce que je dis

La femme qui se tenait devant moi ne semblait pas dans son assiette et préoccupait. Si cela aurait été une quelconque pomme de sang, j’aurais demandé à une servante de se renseigner pour moi et d’en savoir plus, ne perdant pas trop de temps à cela, même si j’en aurais consacré pour régler le souci. Après tout, je prenais soin de mon harem, physiquement mais aussi sentimentalement. C’était d’ailleurs pour cela qu’elles m’étaient aussi fidèles soit-dit en passant. Bref, concernant Erin, c’était différent… Même si elle n’était pas à mon service depuis si longtemps que ça, elle faisait partie de mes préférées, de celles envers qui j’avais le plus confiance, aux côtés de Cora et de Torben. Mes trois mousquetaires comme je me plaisais à les appeler de temps à autre pour m’amuser. La mort, la douceur et la démérité. C’était une équipe de choc. Dommage que les deux jeunes femmes n’arrivent pas vraiment à s’entendre – un problème que je devrais régler plus tard d’ailleurs –. Ainsi pris-je la peine d’arrêter ce que j’étais en train de faire pour me consacrer à elle et son bien-être. Et puis, cela me changerait un peu les idées.

Elle me répondit quelque chose à laquelle je m’attendais déjà. Elle n’aimait pas l’inactivité dans laquelle elle était contrainte d’être plongée. J’étais assez contente de cela, nouvelle preuve que j’avais fait le bon choix la concernant. Elle ressemblait énormément à mon servant humain et c’était d’ailleurs en partie pour ça qu’elle était à mon service. Le monde avait besoin de plus de gens comme eux, mon monde en tout cas. J’attendais que l’on lui ramène son repas, et moi ma nouvelle bouteille de sang avant de lui répondre. Je n’aimais pas être coupée, ni interrompu. Tu ne me déranges point, sinon tu ne serais déjà plus là. Mais ça, tu le sais déjà n’est-ce pas ? Ce n’était pas vraiment une question, et je m’attendais pas de réponse. Ainsi ajoutais-je à la suite, sans qu’elle ne prenne la parole, lui faisait signe d’attaquer la nourriture. On se sent toujours mieux le ventre plein – même si le mien me semblait constamment vide –. J’attendais qu’elle ait avalé quelque chose avant de continuer En quoi puis-je t’aider ? Veux-tu que provisoirement je t’affecte à la protection de quelqu’un d’autre ? Et si oui, vers qui se porterait ta préférence ? Je lui laissais le choix, bien entendu. J’avais confiance en elle et je savais que je ne craignais absolument rien en lui donnant la protection de quelqu’un d’autre. Bien entendu, ce ne serait que provisoire. Elle était et resterait aux côtés de Torben, dès que je l’aurais retrouvé d’ailleurs. Je buvais une gorgée de sang pour hydrater un peu ma gorge sèche.



_________________
*
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 26
Coups du Destin: 29
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Messages : 6072
Membre du mois : 22
Je crédite ! : (c)Kanala
Localisation : Devant une toile ou dans l'ombre.
Caractère : Associable – Blasée – Cachotière – Combattante – Habile – Insaisissable – Loyale – Mystérieuse – Prude – Taciturne
Vos Liens : A venir

Humeur : Egale.
Autres comptes : Isadora Jayden Doyle
Fondatrice pour vous servir
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-chute.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: Je ne dis pas ce que je pense mais je pense ce que je dis [Livre II - Terminé]   Ven 24 Jan - 17:26


Disons que je m'attendais peut être à autre chose, mais finalement c'était compréhensible. Son Servant humain lui avait faussé compagnie, qu'elle n'est pas envie de "jouer" avec moi en ce moment était prévisible. Pour autant, je ne regrettais pas d'être venue, qu'aurais-je fait sinon ? Encore à tourner en rond dans les rues, chez moi, dans mes pensées ? Comme je venais de lui dire, il fallait que je fasse quelque chose, que je vois quelqu'un. Que je bouge mon cul. Et vers qui d'autre qu'elle pouvais-je me tourner ? C'est bien simple, personne. Ma solitude ne m'avait jamais pesé car j'avais toujours quelque chose à faire, mais maintenant je me rendais bien compte du peu de gens qui comptaient pour moi. La Reine, et peut être Torben. J'avais pris gout à mon nouveau travail, j'y avais trouvé quelque chose auquel je ne m'attendais pas. Malgré nos nombreuses différences avec Torben, il m'apparaissait souvent comme un étrange reflet de moi même, du fantôme que j'étais. Ces ressemblances me surprenaient chaque jour, je prenais mon travail à coeur sûrement parce que j'avais l'impression d'y trouver mon compte. Partager mes missions était une nouveauté pour moi comme pour lui mais la situation avait évoluée depuis le jour où je suis arrivée dans ses pattes. J'ai confiance en lui et en ses capacités et une certaine complicité commence à s'installer. L'interruption soudaine de nos activités m'avait déroutée, j'avais besoin de reprendre pied. Je ne pouvais rester dans l'inactivité totale.

Mon repas arriva rapidement ainsi que la bouteille de sang de Krystel. Décidément, mon sang à moi ne l'attirait pas aujourd'hui. Elle me fit signe d'attaquer mon repas, ce que je fis, prenant tout mon temps pour une fois. Elle reprit la parole. Me proposait de m'affecter provisoirement à la protection de quelqu'un d'autre. Elle me laissait le choix de la personne. Qui ? Qui pouvais je bien avoir envie de protéger ? Sincèrement la réponse à cette question reste obscure. Je ne connais pas encore grand monde, par ici. A part Cora qui ne peut pas me voir en peinture, la Reine et Torben je n'étais proche de personne. Et aucun nom ne me parlait trop pour le moment. Alors, une fois encore, qu'allais-je lui répondre ? Bien sûr sa proposition m'intéressait, cela m'empêcherait de me morfondre en attendant le retour de Torben, c'est ce que je voulais. Mais elle me demandait vers qui se portait mon choix, et là, rien ne venait.

"Pourquoi pas. Mais... Concernant la personne, je n'ai pas vraiment de préférence. Je ne connais pas grand monde, je ne sais pas. Si vous voyez quelqu'un qui aurait besoin de moi, alors ce sera avec plaisir."

Peut être pensait – elle à quelqu'un en particulier. J'espérais que oui, et que cette personne serait plus coopératrice que se montrait Torben au début. Enfin, de toute façon, il referait surface un jour ou l'autre et tout reprendra son cours normal, je n'ai pas de doute là dessus.

_________________

Awards & co:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireuse
Points de vie : 17
Coups du Destin: 16
« Ne reste que l'odeur du sang »
Messages : 3191
Membre du mois : 26
Je crédite ! : Ava (c)SWAN // Signa (c) Hotmess / Gif : tumblr / Spoiler : Kanala
Localisation : Dans l'Ombre
Caractère : Fiable - Patiente - Acharnée -Pragmatique - Manipulatrice - Cinyque - Ne fait pas dans la dentelle - Caméléon - blessée
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Concentrée
Autres comptes : Leah Rivers & Eva Raederer

« Ne reste que l'odeur du sang »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2536-erin-danvers-born-to-kill-dispo http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2537-erin-danvers-born-to-kill
MessageSujet: Re: Je ne dis pas ce que je pense mais je pense ce que je dis [Livre II - Terminé]   Lun 27 Jan - 22:32




Je ne dis pas ce que je pense mais je pense ce que je dis

Erin n’était peut-être pas à mon service depuis très longtemps, mais je lui avais déjà accordé plus d’un passe-droit. Je lui faisais assez confiance en fait, et discernais bien la pomme de sang on ne peut plus désirable de la professionnelle qu’elle était. Elle ne m’avait pour l’instant jamais déçue, et je savais que c’était là une de ses volontés. Elle me servait avec fidélité et dévotion et je n’en demandais pas plus. Quoi que si, mais elle n’était pas prête. Erin était comme un beau papillon, dont je ne voulais pas voir les ailes brûler par précipitation. Je n’avais pas de doute quant au fait qu’elle finirait un jour à me réclamer elle-même mes faveurs. Elle avait déjà craqué pour mes morsures, ce n’était qu’une question de temps. Et puis j’étais femme patiente. Même s’il lui fallait plusieurs années pour accepter l’envie qu’elle avait au fond d’elle, j’attendrais. Et pour l’heure, je la soulageais aussi de ma faim que je n’arrivais pas à combler. Elle était venue ici pour autre chose que me servir de déjeuner et je ne voulais pas abuser d’elle. J’avais du sang en bouteille et cela fera largement l’affaire le temps que je finisse par me décider d’aller au lit. Mais pas maintenant. L’humaine avait recherché ma compagnie et je n’allais pas la priver de cela, ni la rembarrer. J’étais d’ailleurs plutôt contente qu’elle soit venue d’elle-même, sans raison précise finalement.

Je lui avais commencé à manger en même temps que moi, et quand son repas arriva, je lui fis de manger avant d’engager la conversation. Elle était plutôt insatisfaite de son inactivité, chose que je pouvais comprendre. Erin était le genre de femme à aimer l’action et être occupée. C’était pour ça aussi que je l’avais prise à mon service et fait d’elle un de mes plus fidèles servants. Je lui proposais d’ailleurs de prendre en charge temporairement la sécurité d’une personne de son choix. Je la voyais réfléchir et être indécise. Elle ne sait pas trop où se positionner et où est-ce qu’elle serait utile. D’ailleurs elle n’arrive pas à choisir et me demande si j’ai des idées. Je prends mon temps pour lui répondre, essayant de trouver où elle serait le plus utile. La réponse me semble évidente, mais j’essaye tout de même de trouver une alternative plus… intéressante. Pourtant, je ne peux m’y résoudre ainsi lui répondais-je Veux-tu être temporairement à mon service ? Je te préviens, ce ne sera aussi trépidant qu’avec Torben. Je passe la plupart de mon temps à devoir parlementer. Après nous pouvons bien entendu trouver quelques distractions pendant les périodes de creux. A toi de voir, la décision finale te revient Oui je venais de lui faire un grand sous-entendu, incluant son sang et éventuellement son corps. Que voulez-vous ? Je n’allais pas non plus renoncer à ce que j’aimais aussi en elle.


_________________
*
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 26
Coups du Destin: 29
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Messages : 6072
Membre du mois : 22
Je crédite ! : (c)Kanala
Localisation : Devant une toile ou dans l'ombre.
Caractère : Associable – Blasée – Cachotière – Combattante – Habile – Insaisissable – Loyale – Mystérieuse – Prude – Taciturne
Vos Liens : A venir

Humeur : Egale.
Autres comptes : Isadora Jayden Doyle
Fondatrice pour vous servir
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-chute.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: Je ne dis pas ce que je pense mais je pense ce que je dis [Livre II - Terminé]   Jeu 30 Jan - 13:55

Je mangeais lentement tout en buvant les paroles de Krsytel. A vrai dire je ne savais pas à quoi m’attendre en venant ici, j’avais suivi mon instinct et mes envies de voir quelqu’un que j’appréciais. Je n’avais pas à être déçue, au final. La nourriture était bonne, de plus peut être allais-je avoir de nouveau des choses à faire. Il est vrai qu’avec la CIA, j’étais tout le temps en mission. Pas de vacances, pas de congès, mais je ne m’en étais jamais plainte, car cela me convenait très bien. Dans ma vie je n’étais liée à personne à part mes employeurs, ma vie privée était presque inexistante. Comme si tout cela me paraissait inutile. Oui, inutile. J’en venais à me demander si j’étais humaine, ou simplement un robot à tuer. La deuxième option me semble plus vraisemblable. Il en a toujours été ainsi, et la situation n’évoluera jamais, une vie normale d’humain lambda m’a l’air si ennuyeuse… Quand on emprunte certaines voies, on ne peut revenir en arrière. On ne peut plus changer. C’est mon cas, et cela me convient tout à fait.

Krystel prit elle aussi son temps pour me répondre. J’avais presque finit mon repas et j’analysais ce qu’elle venait de m’annoncer. Me mettre à son service. Oui ce serait différent d’avec Torben, je n’en doutais pas. D’ailleurs elle me le confirma : la plus part de son temps elle le passait à parlementer. J’étais une femme d’action, mais les discutions du genre politique je connaissais aussi. Même si ces même politiciens périssaient quelques heures plus tard sous mes coups. Le travail que j’effectuais pour les américains variait, mais j’avais espionné les hautes sphères de pouvoir, m’étais infiltré dans les systèmes avant de frapper. Alors oui, parlementer, je connaissais. Ensuite… Que m’annoncait –elle ? Des distractions ? Je ne mis pas longtemps à comprendre le sous entendu. Mon sang, d’abord. Je frémissais d’avance. Ces morsures, c’était comme… un péché. Mon péché favori. Un plaisir que j’avouais malgré moi, des instants qui me faisait trésaillir de plaisir. Malgré moi toujours, mais je ne pouvais m’en passer. Alors, mon sang… et puis… mon corps ? Non, pas mon corps. Pas encore. Un jour, dans une semaine, dix ans, mais pas maintenant. Pas encore. Le moment où je flancherais n’est pas encore arrivé.

La proposition était tentante, terriblement tentente. Pouvais-je la refuser ? Non, de toute évidence. Tout cela me faisait envie, je ne pouvais me permettre de passer à côté. Et puis, que faire d’autre ? Quand Torben réapparaitrait, tout reprendra son cours, mais en attendant ? En attendant je ne pouvais ignorer la proposition de mon employeuse. Je mangeais quelques bouchées et finit mon plat avant de lui répondre.

| Cela me convient. J’accepte votre proposition. |

Tout simplement, sans précisions, sans fioritures. Elle verrait bien que je suis réticante si elle essaye de jouer de ses charmes.

_________________

Awards & co:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireuse
Points de vie : 17
Coups du Destin: 16
« Ne reste que l'odeur du sang »
Messages : 3191
Membre du mois : 26
Je crédite ! : Ava (c)SWAN // Signa (c) Hotmess / Gif : tumblr / Spoiler : Kanala
Localisation : Dans l'Ombre
Caractère : Fiable - Patiente - Acharnée -Pragmatique - Manipulatrice - Cinyque - Ne fait pas dans la dentelle - Caméléon - blessée
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Concentrée
Autres comptes : Leah Rivers & Eva Raederer

« Ne reste que l'odeur du sang »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2536-erin-danvers-born-to-kill-dispo http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2537-erin-danvers-born-to-kill
MessageSujet: Re: Je ne dis pas ce que je pense mais je pense ce que je dis [Livre II - Terminé]   Dim 2 Fév - 21:17




Je ne dis pas ce que je pense mais je pense ce que je dis

Je voyais bien que la proposition que je venais de faire à Erin faisait se tirailler plusieurs parts d’elle-même. Je l’observais alors qu’elle essayait de démêler ce qu’elle devait me répondre. Je souriais face à cela, évidemment. J’aimais mettre l’humaine dans tous ses états, c’était indéniable. Je voulais toujours plus la pousser vers moi, et d’un côté, l’absence de Torben pourrait m’y aider. En tout cas pour aujourd’hui. J’attendais qu’elle finisse par céder à la tentation de ma proposition et décida d’entrer dans la faille qu’elle avait laissé ouverte. Je m’étais attendue à ce qu’elle pose une petite condition, mais non, elle ne l’avait pas fait. Et d’un seul coup, je me sentais beaucoup plus en appétit la concernant. J’attendais qu’elle eut finit son plat avant de fondre vers elle. Je la forçai à se relever, et colla mon corps contre le sien. M’en voilà alors des plus ravies Erin Je posais ma main sur sa taille, et la remonta le plus haut possible, tandis que la seconde remontait le haut de sa poitrine pour finir au niveau de son cou. Je savais qu’elle allait à la fois détester et adorer cela. Et j’adorais ça. C’était là une bien belle distraction me faisant oublier légèrement la lourde absence de mon servant humain. J’approchais ma bouche de son oreille pour venir alors lui susurrer Si tu vois un inconvénient à ce que nous commencions tout de suite, tu n’auras qu’à le dire . Je descendis le long de son cou, posant mes lèvres sur sa peau, pour la mordiller légèrement alors que mes mains faisaient le chemin inverse, prenant tout leur temps, et se basant sur les réactions de la jeune femme. Je voulais lui donner envie de franchir cette barrière qu’elle s’était imposée, sans pour autant la forcer. Alors lorsque mes mains atteignirent sa taille, j’enlaçais cette dernière pour la coller un peu plus contre moi, et mordis son cou, pour m’abreuver de son sang, doucement, lui prenant que de petites gorgées, ressortant de sa peau pour venir lécher son sang qui s’y écouler et revenir ensuite la boire de nouveau, demi-gorgée par demi-gorgée. Je faisais bien attention pour autant à ce qu’elle voulait elle, et la manière dont son corps pouvait ou non m’inciter à continuer et aller plus loin. Avec elle, je prenais mon temps, tout mon temps. J’aurais pu la faire mienne depuis bien longtemps en effet, mais non. Je voulais qu’elle le désire comme toutes mes autres pommes de sang. Je voulais qu’elle succombe et qu’elle me le demande elle-même, tacitement ou directement. Elle était la protectrice de mon servant humain, conquérante et fidèle, digne de confiance. Il n’était pas question de la briser, de la casser ou de lui faire le moindre mal. La patience ne me posait pas le moindre problème de toute façon. J’étais éternelle et attendre un peu plus ne me dérangeait pas, même si, bien évidemment, je me serais plus pressante et charismatique. Plus elle me résistait, plus je lui courrais après. Comme on le dit, la meilleure façon de résister à la tentation c’est d’y céder. Et je comptais bien apprendre ce principe là à la jeune femme


_________________
*
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 26
Coups du Destin: 29
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Messages : 6072
Membre du mois : 22
Je crédite ! : (c)Kanala
Localisation : Devant une toile ou dans l'ombre.
Caractère : Associable – Blasée – Cachotière – Combattante – Habile – Insaisissable – Loyale – Mystérieuse – Prude – Taciturne
Vos Liens : A venir

Humeur : Egale.
Autres comptes : Isadora Jayden Doyle
Fondatrice pour vous servir
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-chute.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: Je ne dis pas ce que je pense mais je pense ce que je dis [Livre II - Terminé]   Mer 5 Fév - 11:40

J'eus à peine le temps de la voir bouger que déjà elle me mettait debout. Et me plaqua contre elle. Je n'avais aucune possibilité de me désister, et d'ailleurs je ne le cherchais pas. Pourquoi ? Je savais ce que je venais d'accepter, ce qu'étaient ces moments de distractions qu'elle évoquait. Même si je ne m'attendais pas à ce qu'elle fonce dans le tas si rapidement, il était évidant que je n'y échapperais pas. Je n'y comptais pas. Je laissais ses mains arpenter mon corps, tétanisée. Oui c'est ca. J'étais totalement tétanisée. Plus un seul mouvement, pas un seul mot lorsqu'elle me chuchota quelques paroles à l'oreille. J'étais bien, terriblement bien, même si à la fois j'avais envie de courrir le plus loin possible. M'abandonner ou fuir.

Puis Krystel passa à l'oeuvre, si je puis dire. Sentant ses crocs entamer ma chair, je frémis et un léger gémissement s'échappa de mes lèvres. Je retrouvais mes esprits. Je relevais le menton pour lui donner entièrement accès à ma gorge. Deux mains hésitantes vinrent se se poser sur la taille de la vampire tandis que mon sang dégoulinait dans mon cou, sur ma poitrine... Oh que c'était bon.... Oui c'était mon péché à moi, le seul que je m'accordais. Lui laisser mon sang. Pouvoir profiter du délice de ses morsures... C'est si ... Tentant ... Allais-je lui donner plus ? Allais-je franchir cette dernière barrière ? Ca aussi c'était tentant. Une tentation à laquelle je devrais céder un jour. Alors... Pourquoi pas maintenant ? Je n'ai rien à y perdre, après tout. Au contraire.

Non

Non, non, reprends toi, Erin. Ressaisis toi. Non. Pas encore. Je peux encore tenir. Je n'ai pas atteint mes limites. Tout le corps de la nocturne m'attirait, tout en elle me disait d'enfin lui donner ce qu'elle voulait, ce que mon être aussi voulait, chaque parcelle de mon corps me hurlait de me laisser aller mais... La petite voix dans ma tête me fit me retenir. Ma raison me ramena à la réalité des choses : je ne pouvais pas. Je ne devais pas. Pas encore.

Je suffoquais presque contre elle, son souffle dans mon cou, ses lèvres sur la morsure, mon sang chaud et ses mains m'entourant ma taille. J'étais bien. Un bonheur presque coupable. Comment lui dire ? Comment lui faire comprendre que c'est non, que je ne veux pas, pas aller plus loin, pas encore ? Evidemment elle le sait, elle s'en doute. C'est un jeu, encore et toujours. Un jeu qu'elle poursuivra jusqu'à ce qu'elle gagne, jusqu'à ce que je cède. Et un jour, oui je céderais. Mais ce n'est pas pour aujourd'hui. Je peux encore lui montrer que je tiens bon. Que sa victoire n'est pas encore arrivée. Ne pas y voir une quelconque remise en question d'elle ou de sa position, mais simplement un désir de lui tenir tête. De ne pas finir tout de suite dans le lit de mon employeuse. C'est comme ca, c'est mon caractère. Je suis fiable, mais pas non plus du genre à plier la tête chaque fois. Surtout pour ce genre de choses.

Je la laissais encore boire lentement, appréciant ces instants qui lui appartenaient. Puis quand je sentis la pression se relâcher, que c'était à moi de décider si nous continuons ou pas, je reculais. Très légèrement, imperceptiblement, mais assez pour lui faire passer le message. Je ne dis rien, elle comprendrait sans mots.

_________________

Awards & co:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireuse
Points de vie : 17
Coups du Destin: 16
« Ne reste que l'odeur du sang »
Messages : 3191
Membre du mois : 26
Je crédite ! : Ava (c)SWAN // Signa (c) Hotmess / Gif : tumblr / Spoiler : Kanala
Localisation : Dans l'Ombre
Caractère : Fiable - Patiente - Acharnée -Pragmatique - Manipulatrice - Cinyque - Ne fait pas dans la dentelle - Caméléon - blessée
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Concentrée
Autres comptes : Leah Rivers & Eva Raederer

« Ne reste que l'odeur du sang »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2536-erin-danvers-born-to-kill-dispo http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2537-erin-danvers-born-to-kill
MessageSujet: Re: Je ne dis pas ce que je pense mais je pense ce que je dis [Livre II - Terminé]   Mer 5 Fév - 16:46




Je ne dis pas ce que je pense mais je pense ce que je dis

J’avais rompu la distance qu’il y avait entre l’humaine et moi. Je m’étais tout de suite attachée à venir baiser son cou avant de venir mordre son cou plus franchement et la boire. Mes mains passaient sur son corps, s’arrêtèrent sur sa taille, pour finir par repartir quand l’humain posa les siennes sur moi. Elle ne me stoppait pas, donc je continuais. Je passais sous son haut, pour venir toucher la peau de son dos, alors que ma bouche était toujours contre son cou. Je jouais délibérément avec l’attache de son sous-vêtement, passant en dessous, tirant légèrement dessus, mais sans l’ouvrir pour autant. Non, je voulais qu’elle me le demande. Je redescendais mes doigts vers son ventre, concentrée à présent plus sur cette tâche là que celle de la boire. Sans doute était-ce pour cela qu’Erin décida à cet instant de se reculer, légèrement. Mais je ne la lâchais pas pour autant. Je suivis son mouvement, et alla plus loin même. Je la fis reculer plusieurs fois, jusqu’à ce que son dos ne touche le mur, toujours en lapant son sang. Je savais très bien que son léger pas était une demande de sa part, que je me stoppe, mais je ne l’avais pas fait. Pourquoi ? Parce que je ne lâcherais pas aussi facilement d’une part, et aussi parce que je lui avais dit de me « le dire », sous-entendu avec des mots et non pas un simple geste que j’avais décidé d’interpréter autrement : non pas un rejet mais une invitation. Je ressortais mes crocs de son cou, pour le lécher et venir poser mes lèvres encore légèrement ensanglantées sur les siennes. Elle serait surprise, cela ne faisait aucun doute. Et c’était le but d’ailleurs. Mais avant qu’elle ne réalise vraiment, j’avais déjà quitté sa bouche pour venir la mordre de l’autre côté de son cou, encore sans marque. J’enfonçais brutalement mes crocs dans sa chair, contraste entre ma bouche féroce, et mes mais très douces qui avaient à présent remontées le long de torse, pour venir caresser sa poitrine. Je savais très bien ce que je faisais et dans quel état de penser elle serait. Et c’était d’ailleurs pour cela que j’insistais autant. Elle en avait envie, je le savais, je le sentais. Mais elle faisait un blocage pour je ne sais quelle raison, blocage que je comptais bien faire sauter. Et ce midi me semblait le bon moment pour le faire. Personne ne nous dérangerait, et personne ne serait témoin de ce qui se passerait. Ce serait entre elle et moi, et uniquement entre elle et moi. Je quittais son sang pour glisser jusqu’à son oreille et lui susurrer Détends-toi Erin, il n’y a rien de mal à se faire un peu plaisir… Fais-moi donc confiance. Je ne ferais rien qui ne puisse te déplaire, je t’en donne ma parole… Laisses-moi seulement faire… Je ne ferais que te boire… Je ne comptais pas la forcer, ni même tout entreprendre en un soir, mais déjà lui faire comprendre qu’elle n’avait pas à avoir honte ou peur de ce qu’elle éprouvait. Je voulais lui donner un avant-goût, un gage de récompense aussi quelque part. Je me détachais légèrement d’elle pour lui ôter son tee-shirt et son soutien-gorge pour m’exposer sa peau à nue. Je vins effleurer ses lèvres, juste légèrement, puis descendis ma bouche sur le haut de son torse, et de ce que dame nature lui avait donné. Et de nouveau, je vins la mordre, juste au-dessus de son sein droit, alors que mes mais caressaient sa poitrine. Doucement mes crocs percèrent sa peau, laissant échapper son sang dans ma bouche. Je sentais contre mes mains et mon visage son cœur battre très fort. Je relevais légèrement les yeux vers elle pour voir ce qu’exprimer son visage. Je restais ainsi quelques bonnes minutes avant de me détacher et venir lécher plus que nécessaire la trace que je lui avais fait, laissant ma langue quelque fois s’égarer un peu Je peux continuer… M’arrêter plus tard… Ou m’arrêter tout de suite… Il te suffit de me dire ce que tu veux. Elle pouvait fixer les limites qu’elle voulait, ou me laisser totalement libre d’entreprendre ce que je voulais avec elle. Je pouvais continuer à lui mordre le buste à plusieurs endroits, tout comme je pouvais descendre plus bas et la boire à la cuisse. Je lui avais dit plus tôt, je ne ferais que boire son sang, même si, en effet, je la caressais quand même pour l’apaiser, et lui donner un peu plus de plaisir. Mais je ne coucherais pas avec elle car elle ne le voulait pas encore. Et elle n’avait rien à faire en retour, juste me laisser profiter des morsures que je pouvais lui faire…


_________________
*
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 26
Coups du Destin: 29
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Messages : 6072
Membre du mois : 22
Je crédite ! : (c)Kanala
Localisation : Devant une toile ou dans l'ombre.
Caractère : Associable – Blasée – Cachotière – Combattante – Habile – Insaisissable – Loyale – Mystérieuse – Prude – Taciturne
Vos Liens : A venir

Humeur : Egale.
Autres comptes : Isadora Jayden Doyle
Fondatrice pour vous servir
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-chute.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: Je ne dis pas ce que je pense mais je pense ce que je dis [Livre II - Terminé]   Jeu 6 Fév - 21:09

Elle ne voulait pas comprendre. Ou plutôt si, elle comprenait mon geste mais il avait l'effet contraire. Elle ne voulait pas arrêter aussi facilement. Soit. La Vampire continua à me poursuivre jusqu'a me plaquer contre le mur. Voilà, je ne pouvais plus me désister, obligée d'affronter ces envies qui me tiraillaient de toutes parts. J'aurais aimé quelques secondes de répit pour ordonner quelque peu mes pensées, mais cela non plus elle ne voulait pas me le donner. Elle me provoquait, me déstabilisais, jouant délibérément avec mon sous vêtement... C'était insuportable. Oh bien sûr je me délectais toujours de ses morsures, mais mes pensées courraient sans que je puisse me contrôler. Je la détestais comme je l'adorais à la fois. C'est étrange, oui, mais je ne vois pas comment mieux exposer la situation. Je n'ai jamais été attirée par les femmes, jamais je ne l'aurais imaginé. Et depuis... Depuis que je suis avec elle... Tout se boulverse. J'ai du mal à me l'avouer. Tout à coup tout ce que je croyais évidance est remis en question.


J'arrivais à stoper mes pensées quelques instants pour simplement apprécier les crocs de Krystel dans ma chair, ses mains sur mon corps. Puis tout à coup je sentis... Quoi exactement ? Un instant, ses lèvres sur ma bouche. Trop court et trop long à la fois. Je passais mon doigt sur le sang qu'elle avait laissé. De toute facon il faudrait y arriver un jour. Il faudrait que je m'avoue que j'en ai véritablement envie. Une douleur vive de l'autre côté de mon cou me fit presque oublier son acte précédant. Trop de surprise, trop d'imprévu. Tout allait trop vite. C'était le but, à coup sûr. Je ne pouvais réagir tellement j'étais tétanisée. Oui, à nouveau. Ses crocs sortirent de ma peau pour venir à mon oreille. Malgré moi je sentis mes muscles légèrement crispés se détendre. Oui ca me plaisait. Oui j'en avais envie. Allais-je céder ? Etait-ce pour aujourd'hui, au final ? Etais-je arrivée à bout ?

Maintenant elle m'enlevait mon haut. C'est bien ce que je disais, je ne pouvais plus me soustraire. Plus reculer. Je la laissais donc faire, essayant de profiter des délices qu'elle m'offrait malgré mon cervaeu bourdonnant de questions. Mon sang chaud filait dans sa bouche, ses crocs plantés au dessus de mon seins au travers de ma peau sombre. Elle ne m'avait jamais mordu là, il le semble. Elle me poussait à bout, j'allais craquer c'est sûr. Je n'avais plus tellement la force de résister. Je n'en n'avais plus l'envie. Au fond c'est ce que j'étais venue trouver, un peu de détente.

S'arrêtant de me boire, elle me demanda mon avis. Ce que je voulais. Ce que je voulais ? Ce que je voulais vraiment ? Moi même je n'en étais pas sûre. Une part de moi, une grande part, me disait d'y aller, d'enfin m'abandonnait à elle, que c'était ce que je désirais. Que les tentations étaient faites pour qu'on y cède, alors autant le faire de suite. Mais l'autre part de moi, la petite voix qui vient toujours tout remettre en question me disait non, ou au moins d'attendre. Quelques jours, quelques mois, quelques années, mais d'attendre. Mais... C'était si bon... Si attirant...
Prenant conscience de son corps contre le mien, de mon sang qui perlait, de mon coeur qui tambourinait contre ma poitrine, je finis par lui répondre.

"Vous pouvez continuer... Mais n'allez pas trop loin non plus..."

Elle m'avait dit qu'elle ne ferait que me boire, j'espère qu'elle respecterait sa parole. Ma voix était à la limite du murmure. Je n'avais rien à faire en l'absence de Torben, alors... Pourquoi pas enfin m'écouter ?

_________________

Awards & co:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireuse
Points de vie : 17
Coups du Destin: 16
« Ne reste que l'odeur du sang »
Messages : 3191
Membre du mois : 26
Je crédite ! : Ava (c)SWAN // Signa (c) Hotmess / Gif : tumblr / Spoiler : Kanala
Localisation : Dans l'Ombre
Caractère : Fiable - Patiente - Acharnée -Pragmatique - Manipulatrice - Cinyque - Ne fait pas dans la dentelle - Caméléon - blessée
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Concentrée
Autres comptes : Leah Rivers & Eva Raederer

« Ne reste que l'odeur du sang »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2536-erin-danvers-born-to-kill-dispo http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2537-erin-danvers-born-to-kill
MessageSujet: Re: Je ne dis pas ce que je pense mais je pense ce que je dis [Livre II - Terminé]   Dim 9 Fév - 19:24




Je ne dis pas ce que je pense mais je pense ce que je dis

Je voulais qu’Erin succombe peu à peu à moi. Je voulais qu’elle finisse par craquer et laisse s’exprimer ses sentiments envers ma personne. Si nous devions aller au-delà des morsures et des caresses, cela devait venir d’elle, et uniquement d’elle. Il n’était pas question que je sois, comme actuellement, celle qui initierait ce moment. Non ce serait elle qui viendrait me trouver, et réclamer mes faveurs. Elle me le demanderait, et alors, bien entendu, je me ferais un plaisir de la faire mienne, totalement. Mais en attendant, il fallait déjà qu’elle ouvre les yeux sur ce qui lui plaisait vraiment. Erin avait été élevée de telle qu’elle ne puisse jamais s’imaginer coucher avec une femme, ni être attirée par la gente féminine. J’avais mis un grand coup de pied dans ses idées reçues, ce qui la troublaient énormément. Je remettais en question ses bases, et je l’avoue, j’adorais ça. Elle devait voir plus grand et plus loin que ce qu’on lui avait inculqué et j’étais là pour ça.

Je l’avais donc légèrement repoussé dans ses retranchements, ne l’autorisant pas tout de suite à refuser mes faveurs. Elle avait reculé pour que s’arrête, mais j’avais continué. Si elle voulait que j’arrête, elle n’avait qu’à le dire tout haut. Et en attendant je jouais un peu avec ses nerfs. Je déclenchais en elle un désir qu’elle essayait de refouler, mais qu’elle devait bien assumer en cet instant. Elle adorait ça, que je pose mes mains et mes lèvres sur elle, pour autre chose que la mordre. Je faisais beaucoup de choses en très peu de temps, pour ne pas la laisser réaliser tout de suite, et lui donner envie de plus avant d’arrêter. Je l’avais mordue deux fois au cou, embrassée, et ôté tous les vêtements qu’elle portait sur le haut de son corps, me le dévoilant. Je lui mordais et lui le haut de la poitrine, avant de lui laisser la possibilité de m’arrêter si c’était vraiment ce qu’elle voulait. Je sourie quand elle me demanda de continuer, si je n’allais pas trop loin. M’en voilà ravie Erin J’étais remontée vers son visage pour lui murmurer ça à l’oreille et revenir poser mes lèvres sur les siennes, cette fois plus férocement, alors que mes mains s’attardaient sur sa peau ébène. Je trouvais sa langue, et la mordais légèrement pour la faire saigner alors que je l’embrassais comme jamais aucune femme ne lui avait fait. Mais je ne m’attardais pas. J’aurais le loisir d’y revenir une autre fois, ou un autre jour.

Je la déplaçais rapidement pour l’allonger par terre, et me positionner au-dessus d’elle, à califourchon sur son bassin. Ce sera plus simple pour la suite. Je la regardais de haut en bas, un sourire satisfait sur les lèvres. Tu es vraiment magnifique lui dis-je alors que je la toisais du regard un instant. Puis je revins la mordre, cette fois, juste au-dessus de son second sein. Je n’y allais pas doucement en enfonçant mes crocs pour percer sa peau. Mes mains massaient sa poitrine alors que je la buvais encore et encore. Je descendais mes lèvres plus bas pour venir lécher son ventre, et le marquer lui aussi. Mes mains descendirent vers son pantalon que je déboutonnais pour faire glisser juste au-dessus de ses genoux alors que je descendais légèrement sur ses jambes. Il y avait un autre endroit où je voulais la mordre, un endroit que j’affectionnais énormément et qui allait lui plaire à coup sûr. Je n’attendais pas son assentiment pour cela, sachant très bien qu’elle risquait de refuser avant même d’y avoir gouté. Je laissais trainer ma langue plus bas, dessinant un sillon sanguinolent de son ventre, jusqu’à la moitié de sa cuisse, entrecoupé par le vêtement qu’elle portait et qui couvrait son intimité. Puis je mordais son artère fémorale, cette fois tout en douceur au début, puis plus férocement. Du sang coulait le long de sa peau foncé alors que je sortais mes crocs pour les enfoncer de nouveau dans sa chair. Mes doigts vinrent jouer avec son vêtement, passant en dessous et se rapprochant de plus en plus de son entrejmabe, sans y aller pour autant. Je ne comptais la caresser là que si elle le voulait et me le demander. Je pouvais lui offrir un plaisir comme elle n’en avait jamais connu, de part ma morsure et mes caresses. Mais c’était à elle de me le demander. Je lui avais dit que je ne ferais que la mordre. Si elle en voulait plus, elle devait me le formuler… Ce qui ne m’empêchait pas de la tenter comme une diablesse.



_________________
*
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 26
Coups du Destin: 29
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Messages : 6072
Membre du mois : 22
Je crédite ! : (c)Kanala
Localisation : Devant une toile ou dans l'ombre.
Caractère : Associable – Blasée – Cachotière – Combattante – Habile – Insaisissable – Loyale – Mystérieuse – Prude – Taciturne
Vos Liens : A venir

Humeur : Egale.
Autres comptes : Isadora Jayden Doyle
Fondatrice pour vous servir
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-chute.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: Je ne dis pas ce que je pense mais je pense ce que je dis [Livre II - Terminé]   Ven 14 Fév - 19:03

C'était insuportable. De plus en plus. Je ne savais vraiment plus où j'en étais, mes pensés tourbillonaient dans ma tête sans que j'arrive à en former une cohérente. La contradiction la plus totale avec moi même. Cela m'agacait au plus haut point. Mon corps ne répondait pas, j'étais totalement passive, mon esprit trop occuper à débattre sur qui allait l'emporter. Mes envies ou ma raison ? Ce que je désirais ou ce que je savais ? Krystel n'aurait fait que me boire, les choses auraient été bien plus simples. Mais là... Là elle me tentait, elle me pourchassait et me poussait dans mes derniers retranchements. Seule face à moi même. Et je ne contrôlais plus rien. Oui vraiment, j'enrageais. Pas tant contre elle, mais contre moi même. Contre mon indécision.

Pourquoi me priver, au fond ? Pourquoi me priver de ce que j'avais envie, cela ne me ferait aucun mal, c'était largement moins dangereux que tout ce que je vivais au quotidien ! Alors... Pourquoi ? Pourquoi je ne sais pas ? Pourquoi je n'y arrive pas, à enfin regarder cette vérité en face ? J'aurais pu lui dire d'arrêter, directement, mais non, je ne l'avais pas fait. Car une grande partie de moi ne le voulait pas. Alors les deux courant qui m'agitaient s'étaient comme combinés, je lui avais demandé de se stopper indirectement et elle ne l'avait pas fait. Peut être était-ce mieux ainsi. Plus elle me tentait, plus je faiblissais, moins j'avais envie d'opposer une résistance. Et mon désir grandissait, même si je n'acceptais toujours pas vraiment ce que je pouvais ressentir. Je réalisais à peine qu'elle venait de reposer ses lèvres sur les miennes. Cette fois néanmoins je les sentais plus appuyés, plus féroces. Sans que j'ai le temps de décider quoi que ce soit, emportée par cet élan, je l'embrassais à mon tour, sans même réaliser ce que je faisais. Heureusement. Chacun de ces petits plaisirs devait s'accompagner d'une rage devant mon impuissance à résister. Je réfléchirais plus tard, j'analyserais plus tard. Plus tard. Pas le temps, pas la force. Elle allait trop vite, et d'un côté je l'en remercier de ne pas me laisser le temps de refuser. Ou simplement de comprendre. Comprendre qu'elle venait de m'allonger sur le sol et de s'assoir sur mon bassin. Le son de sa voix me fit prendre conscience de la situation mais il était déjà trop tard. Une fois de plus, je ne pouvais reculer.

"Merci" Articulais-je dans un souffle.

Je profitais des quelques instants qu'elle m'accordait pour reprendre une respiration à peu près normale. Puisque j'étais obligée de me laisser faire, autant avoir du plaisir. C'était le but, normalement. Puis, sans prévenir, elle revint me mordre, au dessus de l'autre sein, encore vierge de morsure. J'appréciais ce contact, ses mains délicates sur mon ventre et ses crocs féroces dans ma chair. Douceur et douleur. Mais j'aimais ça, même si j'osais à peine me l'avouer. Je pouvais bien pour une fois... essayer d'oublier et seulement profiter... Je pouvais bien le faire, rien qu'un peu, quelques instants...  Je la sentis déboutonner mon pantalon, alors qu'elle venait de ressortir de mon ventre. Ses crocs tracèrent un sillon jusqu'à ma cuisse, je pouvais sentir mon sang chaud dégouliner sur mon corps, avant qu'elle ne me morde plus bas que ce qu'elle ne l'avait jamais fait. Heureusement qu'elle continuait sans trop me demander mon avis, sans quoi... J'aurais été vraiment embêtée, je n'aurais su dire oui ou non, je serais passée à côté de bien des choses. De même que si je l'avais stoppée il y a quelques instants alors qu'elle me proposait de choisir. Elle ne faisait pas que me boire en cet instant, elle jouait délibérément avec mes nerfs, me tentant en passant sa main un peu partout, se rapprochant de plus en plus de mon entrejambe sans y aller pour autant. J'étais prise au piège. Ses morsures ne me dérangeaient pas, bien au conrtaire, toujours aussi délicieuses, mais ce que faisaient ses mains par contre, cela m'énervait. En même temps que cela me ravissait. Me donnait envie d'aller plus loin, enfin, de me lâcher, de lui demander à haute voix ce que je n'osais même pas formuler dans ma tête. Je ne savais que faire. Rester passive, la laisser continuer sans rien dire ? Lui demander, m'abandonner enfin à elle ? Lui dire d'arrêter ? La vraiment je n'arrivais pas à me décider. Me relevant à moitié, je passais une main distraite sur la trainée de sang. Puis ma main se posa sur la sienne et je la déplaçais, l'éloignant de mon intimité. Je ne savais même plus si mes gestes obéissaient à ma propre volonté. Je la désirais mais... Il me fallait encore du temps, rien qu'un peu de temps. Les vampires avaient l'éternité alors cela ne devait pas lui poser trop de problème.

_________________

Awards & co:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireuse
Points de vie : 17
Coups du Destin: 16
« Ne reste que l'odeur du sang »
Messages : 3191
Membre du mois : 26
Je crédite ! : Ava (c)SWAN // Signa (c) Hotmess / Gif : tumblr / Spoiler : Kanala
Localisation : Dans l'Ombre
Caractère : Fiable - Patiente - Acharnée -Pragmatique - Manipulatrice - Cinyque - Ne fait pas dans la dentelle - Caméléon - blessée
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Concentrée
Autres comptes : Leah Rivers & Eva Raederer

« Ne reste que l'odeur du sang »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2536-erin-danvers-born-to-kill-dispo http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2537-erin-danvers-born-to-kill
MessageSujet: Re: Je ne dis pas ce que je pense mais je pense ce que je dis [Livre II - Terminé]   Lun 10 Mar - 17:50




Je ne dis pas ce que je pense mais je pense ce que je dis

Je tentais de manière sournoise Erin. Je le savais et j’en abusais complètement à cet instant. Je voulais la pousser un peu plus dans ses retranchements, toujours plus. J’avais déjà remporté une belle manche. J’étais allée bien plus loin avec elle que toutes les autres fois, que tous ce que j’avais prévus d’ailleurs à la base. Je voulais vraiment qu’elle se rende compte ce qu’elle désirait au fond d’elle et qu’elle n’osait pas encore s’avouer à elle-même. Je savais très bien que je ne pourrais pas aller jusqu’au bout des choses ce soir. Elle n’était pas encore prête pour cela. Pour autant j’avais tout ce même continué dans la même lignée. Plus tôt la belle jeune femme ouvrirait les yeux sur ses désirs, plus tôt elle se sentira bien dans sa tête dans son corps. Et bien entendu plus tôt je pourrais moi-même en profiter. Il y avait une grande part d’égoïste dans tout cela, je l’avouais sans mal. Si elle prenait du plaisir, j’en prenais extrêmement également.

Lorsqu’elle se redressa légèrement et repoussa ma main, je relâchais sa peau de l’étreinte de mes crocs. Soit, elle n’en voulait pas plus, je n’en ferais pas plus. Je la léchais une dernière fois, avant de faire saigner mon poignée et refermer toutes les plaies que je lui avais faite. Je me mouvais de telle manière à me retrouver juste au-dessus de d’elle. Mes cheveux tombaient de part et d’autre de mon visage, chatouillant légèrement son cou et ses épaules. Je la regardais alors que ma main remontait le long de sa cuisse, de son ventre, de sa poitrine, jusqu’à se retrouver sur sa joue. Je lui caressais légèrement la peau du visage, avant de me pencher jusqu’à ses lèvres. Je ne l’embrassais pas, frôlant juste sa bouche avec la même, accentuant cela alors que je lui disais Qu’attends-tu donc de moi Erin ? Tu veux être le fruit de mes attentions, mais tu finis toujours par les repousser et les rejeter. Tu veux être mienne, mais tu ne te livres pas totalement à moi. Tu me déconcertes mon enfant



_________________
*
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 26
Coups du Destin: 29
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Messages : 6072
Membre du mois : 22
Je crédite ! : (c)Kanala
Localisation : Devant une toile ou dans l'ombre.
Caractère : Associable – Blasée – Cachotière – Combattante – Habile – Insaisissable – Loyale – Mystérieuse – Prude – Taciturne
Vos Liens : A venir

Humeur : Egale.
Autres comptes : Isadora Jayden Doyle
Fondatrice pour vous servir
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-chute.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: Je ne dis pas ce que je pense mais je pense ce que je dis [Livre II - Terminé]   Jeu 13 Mar - 16:16

Je crois que je n'ai jamais été aussi troublée qu'en cet instant. Tout en moi n'était que contradictions, désacords, comme si une tempête soufflait en moi et me déchirait en deux parties. Que faire ? Elle jouait délibérément avec moi, elle me forçait à affronter mes sentiments, mes désirs. Je ne savais même pas si je devais l'en remercier ou non. Plus je me laissais tenter, plus le trouble était grand, plus je me sentais coupable. J'avais accepté depuis longtemps ses morsures, non ce n'était pas ça, c'était bien de mon corps dont il s'agissait. La laisser faire ? L'arrêter ? Quoi que je fasse je savais qu'une part de moi le regretterait. Si je la laissais faire, je ne pourrais plus revenir en arrière, alors que si je l'arrêtais, nous y reviendrons un autre jour. Comment étais-je capable de réfléchir en cet instant ? C'est une bonne question. Le tout est que je déplaçais sa main. Sa réaction ne se fit pas attendre. Je sentis, presque avec déception, ses crocs sortir de ma peau. Je l'avais voulu ! Sans rien dire, elle se mordit le poignet afin de refermer les plaies grâce à son sang. Son sang... Il avait été ma drogue il n'y a pas si longtemps. Je le voyais perler, il était là... Ce liquide rouge était peut être ce qui m'avait fait le plus tenir le coup dans cette prison de verre. Ce souvenir était trop récent, je m'en souvenais comme si c'était hier et à la fois tant de choses avaient changés... Heureusement que le sevrage avait été efficace, sinon je n'aurais pas pu résister. J'avais découvert combien j'étais faible pour le sang. Je n'étais pas totalement un bloc de pierre insensible.

J'appréciais le chatouillis de ses cheveux sur ma peau, puis ses lèvres qui frôlaient les miennes... Qu'allait elle faire ? Qu'allait elle me dire ? J'écoutais ses paroles et m'accordais un temps de réflexion. Tout cela résumait très bien la situation. Je ne savais pas ce que je voulais. Etre sienne, oui, je le voulais, mais je n'osais pas. Moi aussi j'étais déconcerté, peut être même plus qu'elle. Ce que j'attendais d'elle ? Je ne le savais pas exactement non plus. Du temps, oui, c'était la seule chose dont j'avais besoin. Peut être juste quelques jours, peut être un mois, mais du temps pour peser le pour et le contre, réfléchir, analyser, me demander pourquoi je bloquais réellement et comment je pouvais me réconcilier avec moi même.

"Du temps... Laissez moi un peu de temps. Pour mettre un peu d'ordre dans mes idées."

Pas très glorieux comme phrase. Ca reflétait bien le trouble que tout cela m'inspirait.

_________________

Awards & co:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireuse
Points de vie : 17
Coups du Destin: 16
« Ne reste que l'odeur du sang »
Messages : 3191
Membre du mois : 26
Je crédite ! : Ava (c)SWAN // Signa (c) Hotmess / Gif : tumblr / Spoiler : Kanala
Localisation : Dans l'Ombre
Caractère : Fiable - Patiente - Acharnée -Pragmatique - Manipulatrice - Cinyque - Ne fait pas dans la dentelle - Caméléon - blessée
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Concentrée
Autres comptes : Leah Rivers & Eva Raederer

« Ne reste que l'odeur du sang »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2536-erin-danvers-born-to-kill-dispo http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2537-erin-danvers-born-to-kill
MessageSujet: Re: Je ne dis pas ce que je pense mais je pense ce que je dis [Livre II - Terminé]   Dim 20 Avr - 0:25




Je ne dis pas ce que je pense mais je pense ce que je dis

Je venais d’atteindre les limites de ma patience vis-à-vis de l’humaine. Ne venais-je pas de lui apporter de nombreux plaisirs ? Et pourtant, elle avait tout de même fini par me repousser. Disons-le, je me sentais trop las de tout pour accepter son léger rejet sans m’en sentir légèrement offusquée. Je me relevais, la laissant choir et sans prendre la peine de vraiment l’aider à se relever. Je renversais d’un geste brusque ce qui fut son repas, manifestant ma colère et mon état d’esprit. J’étais en colère. Ce n’était pas tant sa faute, mais plus un tout que j’avais du mal à supporter. Je m’appuyais sur la table, l’abimant en y enfonçant mes doigts, les rendant douloureux jusqu’à les écorcher. Mon sang gouta le long du bois, avant de tomber au sol dans de légers bruits. Le souffrance m’était toujours à mieux réfléchir. Je pris quelques respirations humaines, complètement inutiles, et retrouvais un léger semblant de calme. Sans même me retourner, je lui dis brusquement Vas-t-en. Je ne désire pas la présence à mes côtés d’une humaine qui ne désire pas la mienne. Nous en reparlerons plus tard. Pour l’heure, rentre chez toi. Ce soir, tu te chargeras de la sécurité de l’entreprise de Constance Bellanger. Je te convoquerais lorsque tu ne me seras plus autant indésirable Ce n’était pas très juste envers moi, mais pas totalement injustifié non plus. Sans lui accorder le moindre regarde, ou la moindre parole, je quittais la pièce telle un courant d’air. Quelques étages plus tard, et je prenais place dans mon lit, ordonnant la venue de plusieurs de mes pommes de sang. Je comblais l’absence de Torben, et m’occupait l’esprit encore de nombreuses dizaines de minutes avant de trouver le repos, dans un lit ensanglanté, l’odeur de sang me berçant dans un profond sommeil. Je n’avais tué ni blessait gravement Les miens. Je n’étais pas ce genre de vampire. Si j’avais été plus violente qu’à l’accoutumé, cela ne sembla pas vraiment leur poser de problème. Ils n’avaient, eux, d’yeux que pour moi et ne rechignais pas à me servir dans tous les aspects que je désirais.




[Hj : je clôture du coup avec le big retard que j'ai en réponse. On s'en refera un plus tard si tu veux ]

_________________
*
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 26
Coups du Destin: 29
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Messages : 6072
Membre du mois : 22
Je crédite ! : (c)Kanala
Localisation : Devant une toile ou dans l'ombre.
Caractère : Associable – Blasée – Cachotière – Combattante – Habile – Insaisissable – Loyale – Mystérieuse – Prude – Taciturne
Vos Liens : A venir

Humeur : Egale.
Autres comptes : Isadora Jayden Doyle
Fondatrice pour vous servir
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-chute.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: Je ne dis pas ce que je pense mais je pense ce que je dis [Livre II - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Je ne dis pas ce que je pense mais je pense ce que je dis [Livre II - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Honni groit qui mal y pense des Hongrois
» Je pense à toi plus qu'à n'importe qui [PV]
» "Toute personne qui pense fortement fait scandale." - Feat Nathan A. Baker
» Il faudra pense aux handicapés et mettre des moyens
» ROWAN ► Si tu crois que tu as une vie amoureuse de merde, pense à Titeuf qui essaie de chopper Nadia depuis 7 ans.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: Alentours :: Manoir Royal
-
Sauter vers: