AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
C'est violent mais c'est tendre, presque animal. [Livre II - Terminé]
MessageSujet: C'est violent mais c'est tendre, presque animal. [Livre II - Terminé]   Mer 2 Juil - 14:55

Erin & Torben & Krystel
Le 18 décembre 2017




Une douleur assourdissante me réveilla. Le soleil était encore dans le ciel. Je suffoquais quelques minutes, serrant entre mes doigts mes bras. J’avais mal, mais ce n’était rien comparé au vide que je ressentais dans mon cœur. Des larmes de sang coulèrent sur mes joues. Le mal fut rapide et intense et laissait place à rien. Je pleurais mon fils, qui venait de mourir. Il m’avait trahi, mais il était resté mon enfant, mon héritier, mon William. Je chassais les humains présents dans mon lit, pour me retirer dans la salle de bain. J’envoyais un message à Torben avant d’éteindre mon téléphone. Je me fermais à tous, ne voulant partager avec personne. Il allait me le payer. Il allait me le payer de sa vie. Je frappais dans le miroir dont des morceaux entrèrent dans ma chair. Je tapais, faisant couler mon sang séculaire, jusqu’à ce qu’il ne reste qu’un amas d’hémoglobine. Cela coula le long du mur, sur le sol et sur le lavabo, faisant un léger bruit de goute à goute. Je chassais les morceaux de miroir de ma main, qui se refermait déjà. Je m’en avais rien à faire. Qu’une seule chose comptait. Qu’une seule chose pourrait consoler mon cœur. Ma colère prit le pas et mes larmes ne coulèrent plus. J’entrais dans la cabine de douche et me lava très rapidement. J’enfilais un jean – Oui un jean – et le premier haut noir qui me venait sous la main. Pas de maquillage, pas de coiffure. J’avais autre chose en tête. Je balançais ma serviette humide par terre et laissa tout en plan. J’étais soigneuse en temps normal. Mais je venais de perdre mon fils alors je me foutais d’être propre et ordonnée.

Les rideaux avaient été tirés dans toute la demeure. Les humains avaient fait le nécessaire dès qu’ils avaient su que j’étais réveillée. Pour des raisons de sécurité, j’avais découché de mon manoir. J’avais pensais qu’Augustus serait venu directement me trouver mais cela n’avait pas été le cas finalement. Il évoluait la journée et aussi armés pouvaient-ils être, les humains ne faisaient pas le poids face à lui. J’avais donc rompu avec toutes mes habitudes, prenant garde à ne pas être vulnérable ou une proie fragile la journée. Je m’étais donc retrouvée ici, en compagnie de cinq humains armés, et deux pommes de sang. J’attendais ainsi l’arrivée d’Erin et de Torben dans le salon. Mes oreilles saignaient, souffrant de mon réveil en pleine journée, mais je m’en fichais complètement. Je savais que les humains n’allaient plus tarder. Mon servant humain ne me ferait pas attendre ni même sa camarade d’arme.



_________________
*
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 26
Coups du Destin: 29
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Messages : 6072
Membre du mois : 22
Je crédite ! : (c)Kanala
Localisation : Devant une toile ou dans l'ombre.
Caractère : Associable – Blasée – Cachotière – Combattante – Habile – Insaisissable – Loyale – Mystérieuse – Prude – Taciturne
Vos Liens : A venir

Humeur : Egale.
Autres comptes : Isadora Jayden Doyle
Fondatrice pour vous servir
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-chute.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: C'est violent mais c'est tendre, presque animal. [Livre II - Terminé]   Mer 2 Juil - 21:12

Nous étions rentrés la veille, en hélicoptère. Un trajet discret, validé par le cabinet du Premier Ministre. La Reine avait choisi d'essayer de faire de Hood un allié plutôt qu'un ennemi, et la tactique s'avérait pour l'instant payante. Le Premier Ministre avait voulu envoyer ses propres hommes sur les lieux, les escouades des SAS, vétérans des guerres humaines et surnaturelles. J'avais convenu avec Krystel que ce serait une erreur. Ces soldats n'avaient jamais connu pareil ennemi, et j'avais moi même combattu aux côtés du Roi de son vivant, avant que tous deux ne manquions de passer de vie à trépas au même moment. Je me souviendrais toujours de cette souffrance indicible, mon corps brisé et écorché à même le sol. La satisfaction du devoir accompli mais cette terrible douleur, lancinante, qui ne s'en allait plus. Et cet étrange sentiment d'avoir tout donné. Je m'étais trompé. On ne donne jamais assez. Le Roi l'avait appris lui aussi. Bref. Je pensais que voir le visage d'un homme tombé à ses côtés le ferait réagir, ainsi qu'une unité portant les uniformes de son ancienne division de volontaires humains. Après tout, nous aussi nous étions ses propres soldats. L'opération avait été un échec. Secondé et protégé par Erin, nous avions découvert un véritable monceau de corps en Islande, dans le bâtiment où le Roi était maintenu pour sa propre sécurité et sa santé. Augustus s'enfuyait, et en voulait à la terre entière.


L'unité avait subi des pertes. Des gens que je connaissais depuis longtemps, l'élite de ceux que j'avais jadis recruté et entraîné. Mes camarades depuis bien plus longtemps qu'Erin. Pourtant, je ne ressentais rien en rapatriant leur corps en Ecosse. Je ne ressentais plus rien depuis que Cora était morte. Je ne l'avais jamais aimée, du moins jamais comme elle l'avait elle même espéré. Cela ne voulait pas dire pour autant qu'elle n'était rien pour moi. C'était de son vivant le problème dans notre relation et ça continuait de l'être encore aujourd'hui. Même maintenant qu'elle était morte, je ne savais toujours pas qui elle était vraiment pour moi. A la base d'Alfire, un cantonnement de l'armée royale vampirique, nous avions pris une matinée pour dormir après avoir passé une nuit à fouiller la planque d'Islande. Certains n'avaient pas fermé l'oeil. Moi, je fumais dehors. Seul. La matinée laissa place au milieu de journée. J'allais manger avec Erin, profitant des quartiers des vampires endormis pour la journée. En silence, toujours. Je sentais qu'elle voulait me parler, me dire quelque chose, mais je vivais ailleurs.


Jusqu'à ce que, plus tard, une pique de douleur aiguê me fit bondir du fauteuil de la salle de repos sur lequel je m'étais endormi. Une souffrance terrible qui me plia en deux de douleur. Mon ombre, veillant non loin, se précipita vers moi. Lentement, trop lentement, la souffrance refluait. Je sentais Krystel, et d'instinct, je savais. L'un de ses enfants était mort. Le message que je reçus me confirma la nouvelle. A cet instant précis, je paniquais à l'intérieur. Ayant perdu Jana il y a bien longtemps et maintenant Cora, je ne supporterais pas perdre quiconque. Et encore moins le sens de ma vie, ma partenaire et ma compagne, la seule qui croyait en moi. J'aimais Krystel, je donnerais tout pour elle d'ailleurs. Abandonnant le commandement et la responsabilité du désarmement et de la dispersion de l'unité à Anders, un vieux camarade, je pris la route avec Erin, ne lui parlant que pour lui expliquer la situation. La voie rapide n'était pas bouchée à cette heure de la journée, et notre voiture banalisée passait inaperçue. De toute manière j'étais toujours mort aux yeux du monde.


Arrivant à sa « planque », j'écartais sa garde humaine, Erin sur mes talons. Celle ci prit naturellement ma suite, ne restant qu'un pas derrière moi, sur la droite. Lorsque j'entrais dans le salon, je la vis enfin alors que mon sang battait lourdement au niveau de mes tempes et mon cœur manquait de sortir de ma cage thoracique. Après un moment de blocage, je me jetais contre ma Reine, la prenant dans mes bras et la serrant contre moi.



| J'ai fait aussi vite que possible. Dis nous ce qu'il s'est passé... |


Je lui envoyais autant de sentiments et sensations positifs que possible sans pour autant y parvenir, en ressentant fort peu moi même. Mais je lui faisais comprendre qu'elle pouvait s'ouvrir, qu'on devait parler de toute façon. Qu'Erin était « de la famille », quand bien même elle restait plus humaine que Krystel et moi réunis. Sans doute la plus grande preuve que je pourrais donner à l'ancienne tueuse de la CIA.

_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: C'est violent mais c'est tendre, presque animal. [Livre II - Terminé]   Jeu 3 Juil - 9:13

[HJ] C'est pas top, je me rattrape au prochain :p

Les évènements s'enchainaient à une vitesse folle. Pas une seconde de répit. Ca ne me dérangeais pas, mais à force de ne jamais avoir plusieurs vraies heures de sommeil consécutives, la fatigue allait commencer à me tirer. Nous étions rentrés en écosse avec Torben et ses hommes au petit matin, après avoir fouillé de véritables charniers au nord. Là, j''avais bien essayé de dormir mais au final je n'avais pas fermé l'oeil plus d'une heure et demie. En fait, je crois que je n'avais même pas sommeil. Pas que la vue de tout ces corps massacrés et vidés de leur sang m'ait dégouté, ce sont ce genre de choses qui ne m'atteignent plus, mais le sommeil ne voulait pas venir. Pas grave, je dormirai plus dans quelques jours, plus tard. Je ne ressentais pas la fatigue pour le moment alors tout allait bien. J'étais restée assise, ne pensant à rien, jetant de temps en temps quelques coup d'oeil à Torben qui restait résolument seul, dehors. La mort de Cora l'avait atteint, je le voyais bien mais que voulez-vous que je fasse ? Ce n'était pas mon rôle de m'occuper de ça, et d'ailleurs je ne savais pas du tout, mais alors pas du tout comment m'y prendre pour rassurer les gens. Je mangeais avec lui, le midi. Presque aucun mot ne fut échangé, rien. C'était souvent ainsi entre nous, mais la raison divergeait des autres fois. Je respectais son silence et son envie de solitude même si en moi même je cherchais désespérément quelque chose à lui dire. J'entrouvrais la bouche, quelques fois, pour la refermer bien vite, ne sachant trop quoi dire. Et même si je savais en fait, je ne l'aurais pas fait. Je comprenais, dans la mesure du possible. Je comprenais étant moi même de nature solitaire et fermée. Je pouvais aussi comprendre ce que lui faisait la perte d'un être cher, même si je m'étais jamais imaginé que la disparition de Cora l'affecterait à ce point, je ne m'étais pas imaginé qu'elle comptait à ce point pour lui. Je n'avais perdu qu'un seul être cher il y a bien longtemps, et ça ne se reproduira plus. Si je ne m'attachais plus au gens, c'était en grande partie pour éviter cela. Il y avait tellement d'autres moyens de souffrir, et je voulais m'éviter celui là. Bref. Je restais donc muette comme une carpe, mais bien présente si jamais.. si jamais il avait besoin.

Nous étions en ce moment dans la voiture. Il y a quelques dizaines de minutes, je l'avais vu se réveiller en sursaut, apparemment souffrant et m'avait expliqué la situation alors que nous étions en route. J'avais lâché un petit « d'accord », mais rien de plus. Je ressassais ses paroles et il n'y avait rien d'autre à dire, le silence total jusqu'à notre arrivée. Knightswood. Pas le manoir. Un quartier pavillonnaire chic. L'endroit était bien gardé ; Torben écarta les hommes tandis que je le suivais de près. Nous entrâmes vite dans le salon. Là, je restais un peu indécise, lui aussi restant immobile quelques instants. Mes yeux allaient de l'un à l'autre, de Torben à Krystel, de Krystel à Torben. La Reine était en jean, ce qui était assez rare pour le signaler. Elle saignait aussi. Ca n'allait pas, et je n'aurais presque pas eu besoin d'être au courant pour le remarquer. Torben se jeta littéralement sur elle, la prenant dans ses bras, et je me sentais tout de suite encore plus indécise. Je n'avais pas l'habitude de ce genre de scène, je ne savais pas trop quoi faire, ni quoi dire. Dire ? Je n'avais rien à dire en fait.

« Majesté »

Juste un murmure, presque inaudible. Je m'approchais moi aussi, mais me refusais tout contact physique, les effusions n'ont jamais été mon fort.

_________________

Awards & co:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireuse
Points de vie : 17
Coups du Destin: 16
« Ne reste que l'odeur du sang »
Messages : 3191
Membre du mois : 26
Je crédite ! : Ava (c)SWAN // Signa (c) Hotmess / Gif : tumblr / Spoiler : Kanala
Localisation : Dans l'Ombre
Caractère : Fiable - Patiente - Acharnée -Pragmatique - Manipulatrice - Cinyque - Ne fait pas dans la dentelle - Caméléon - blessée
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Concentrée
Autres comptes : Leah Rivers & Eva Raederer

« Ne reste que l'odeur du sang »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2536-erin-danvers-born-to-kill-dispo http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2537-erin-danvers-born-to-kill
MessageSujet: Re: C'est violent mais c'est tendre, presque animal. [Livre II - Terminé]   Jeu 3 Juil - 12:53

Erin & Torben & Krystel
Le 18 décembre 2017




Les humains arrivèrent plus vite que prévu. Ils avaient de l’avance ce qui ne m’étonnait guère finalement. Torben avait dû se mettre en route dès qu’il avait reçu mon message. Ayant laissé mon téléphone éteint, je n’en avais pas la confirmation. Mais je n’en avais pas besoin. Je le sentis dès qu’il arriva sur la propriété. Si je m’étais fermée à lui, je sentais son énergie déferler. Ils se rendirent directement dans le salon qui était assez sombre. Les rideaux étaient tirés et aucune lumière n’était allumée. J’étais en deuil et cette obscurité me faisait finalement du bien. Je venais de perdre mon fils et il y avait comme un trou béant en moi. Nous avions été liés si longtemps et je me sentais seul sans sa présence. Je l’avais puni, mais je n’avais jamais cessé de l’aimer. Il était mon enfant, mon garçon, mon héritier. Sa perte était énorme et Augustus en avait bien conscience. Il voulait m’affaiblir et damner mon âme et mon cœur. Pourquoi ? Je n’arrivais pas à le déterminer. J’avais tout donné pour lui, et je l’aimais. Tout ce que j’avais entrepris c’était pour lui. Le pouvoir ne m’intéressait pas. Je n’avais jamais voulu régner sans lui ; ni même régner tout court d’ailleurs. Je ne faisais que garder son trône bien au chaud, parce qu’il me l’avait confié en faisant de moi sa Reine et son épouse. Tout ce que je désirais c’était être à ces côtés. Mais lui voulait ma mort et ses tortures ne faisaient que commencer…

Mon regard se posa sur les deux humains qui venaient d’entrer. Ils eurent un temps d’arrêt, puis Torben arriva très rapidement sur moi. Son cœur battait fort, je pouvais l’entendre. Il me prit dans ses bras et me serra contre lui, voulant me rassurer. Mais en cet instant, il n’y avait que colère et froideur en moi. Je m’étais complètement fermée à tout. Je ne pouvais pas pleurer mon fils. Je ne pouvais pas pleurer sa perte. Je devais réagir. Je repoussais l’humain et fit signe à Erin de s’approcher un peu plus. Nous avions à faire et pas le temps pour les émotions. Elles étaient trop compliquées et trop douloureuses pour que je m’y abandonne. Augutus a tué William. Torben, Jana, et Morgane sont les bases de mon pouvoir. Ils seront les prochaines victimes sur sa liste. Mon général et le conseil sanglant sont aussi en danger. Nous devons revoir la protection de chacun d’entre eux, particulièrement en journée. Augustus ne craint pas le soleil et en attendant que je le retrouve une nuit, nous devons les protéger. Je m’occuperais de lui. Votre priorité devient les princesses, le général et le conseil sanglant. Pour l’instant, nous parlons protection ensuite nous parlerions succession et plan B au cas où je n’arrivais pas à calmer mon Roi et qu’il prenait le dessus sur moi. Chaque chose en son temps, un pas après l’autre.



_________________
*
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 26
Coups du Destin: 29
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Messages : 6072
Membre du mois : 22
Je crédite ! : (c)Kanala
Localisation : Devant une toile ou dans l'ombre.
Caractère : Associable – Blasée – Cachotière – Combattante – Habile – Insaisissable – Loyale – Mystérieuse – Prude – Taciturne
Vos Liens : A venir

Humeur : Egale.
Autres comptes : Isadora Jayden Doyle
Fondatrice pour vous servir
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-chute.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: C'est violent mais c'est tendre, presque animal. [Livre II - Terminé]   Jeu 3 Juil - 22:03

Erin reste derrière moi et salue la Reine à voix basse. Krystel aussi lui fait confiance, sinon jamais elle ne la laissera la voir dans ces conditions, alors qu'elle est plus fragile et plus vulnérable que jamais. Je connais suffisamment bien la dirigeante pour le savoir. Peut être que l'humaine s'en rend compte, ou peut être pas. Peu importe. Je n'ai de toute façon pas le temps de savourer le contact de Krystel qui me rassénère, que déjà la belle s'échappe de mes bras en me repoussant. Je ne suis plus ni surpris ni blessé par cette forme de rejet. Je sais qu'elle a autre chose en tête et quoiqu'il se passe, j'ai cessé d'être cet homme neuf qui apprend à assimiler des émotions qui le rendent à fleur de peau. Je connais et je maîtrise beaucoup plus ce lien et ce canal qui nous relie ; j'apprends à ne plus être influencé par son état d'esprit et par sa nature même, qui rend beaucoup plus extrêmes chacune des émotions que je ressens. Mais je tempère et contrôle. Voir Krystel comme ça m'attriste plus qu'autre chose, mais je suis un soldat. Et j'ai compris que les choses de la famille ne sont pas pour moi. Pas après la perte d'une femme et d'une fiancée, et une croix sur ma famille d'origine pour les protéger. J'encaisse pour elle, car j'ai les épaules pour ça et que mon cœur et mon âme n'ont plus beaucoup de sentiments à contenir. Alors je prends les siens. C'est aussi cela, être un servant humain. Je me tiens raide, recule sur le côté, dos à la fenêtre. Vieux réflexe. Si quelqu'un tire à travers la vitre, mon corps absorbera ou ralentira les balles pour éviter aux deux femmes d'en prendre, tandis qu'un sniper ne verra pas d'autre cible que ma propre ombre sur les rideaux. Krystel fait signe à Erin de se rapprocher.


Je ne suis pas Torben le servant humain, je suis Torben l'agent, le tueur. Elle n'a pas besoin de notre lien, de notre relation. Elle a besoin de mes talents. Les seuls dont je dispose. L'essentiel.


J'écoute l'exposé comme un soldat, pas comme un ami, un amant, un compagnon. Je suis concentré, une éponge qui absorbe les informations. Les informations sont claires, mais Krystel n'a pas le tableau d'ensemble, ni l'information essentielle. Le tableau restait terriblement sombre.



| Il a déchiqueté le personnel de la station en Islande, le système de sécurité nous a montré à Erin et moi qu'il a tué tout le monde sans discuter ni hésiter. Il me semble évident qu'il n'a donc aucune idée de l'étendue de ton pouvoir ni de l'organisation actuelle. Sachant que la nomination du général et de certains membres du Conseil est récente, je pense qu'on a une longueur d'avance. Il ne sait qui cibler. Il ne doit pas non plus savoir pour toi et moi. Il a senti que nous étions reliés, mais à quelle marque exactement ? Il ne peut pas le savoir. Il me ciblera en dernier, pour t'attendre personnellement, directement. Avant ça il s'en prendra à ta famille en priorité, sinon sur tes subalternes qu'il identifiera au compte gouttes. Pour te destabiliser, te pousser à la faute. |


Je tournais mon regard vers Erin, cherchant son assentiment.


| Il faut être rationnel. Erin et moi ne pouvons pas protéger tout le monde. Mes hommes sont peu nombreux, bien qu'entraînés correctement et bien équipés. Ils tiendront suffisamment longtemps autour de personnalités que tu choisiras de protéger, suffisamment pour leur permettre de s'enfuir. Mais si j'avais réuni quelques milliers d'hommes pendant les Années Sanglantes, et vues les pertes subies face aux sanguinistes et au Roi il y a deux jours, je n'ai qu'une trentaine d'hommes à aligner. On doit être pragmatiques pour survivre à cette épreuve. Je ne peux pas garantir la sécurité de plus de deux ou trois personnes. Je tiens à dire aussi qu'on ne peut pas faire confiance à tes vampires. La plupart seront d'une loyauté incertaine, s'ils doivent choisir sur le coup entre leur Roi et leur Reine. |


Je repose un regard détaché, professionnel, sur Krystel.


| Je propose qu'Erin prenne la tête de mon unité, et qu'elle protège deux ou trois personnes que tu choisis. Alerte les autres. Erin, tu peux ajouter quoi à ce que je viens de dire? |


Je ne soufflais mot de ma participation, sachant très bien que Krystel voudrait me garder à l'abri. Mais il fallait être pragmatique et avoir une vision stratégique. Erin était une excellente gardienne; elle m'avait sauvé la vie au St James Centre même si Cora en était morte. Si elle était la meilleure défense, j'étais l'attaque. Et contre Augustus, l'attaque ne peut être qu'un One Shot. Pas de deuxième chance. Je ne peux pas m'embarasser de personnels...

_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: C'est violent mais c'est tendre, presque animal. [Livre II - Terminé]   Ven 4 Juil - 10:17

Je restais droite et stoïque. Comme toujours. Comme d'habitude. Comme si je ne savais pas faire autre chose. C'était faux, mais c'était comme cela que je me tenais naturellement, par la force du temps. Quand j'étais petite, je n'avais pas trop l'occasion d'exposer mes émotions, il fallait mieux pour moi que je me contienne et que je reste droite pour rester tout de même un peu digne. J'avais changé sur beaucoup de plans, mais pas sur celui là. Une force que j'avais acquise tôt et dont je n'étais pas prête de me séparer. Après... eh bien après, la CIA m'avait recruté et tout ma vie avait été vouée à mon seul travail, rien d'autre. Je n'avais pas le temps pour autre chose. J'avais passé toute ma vie à rester professionnelle, c'est tout ce que j'avais toujours connu. Jamais je n'avais eu besoin de quelque chose d'autre. Je ne regrettais rien et je ne voulais rien de plus que ce que j'avais, que ce que j'étais. Alors oui, je me sentais un peu déroutée. Déjà parce que je n'avais jamais vu Krystel dans cet état, mais aussi parce que je n'avais jamais vu Torben si.. effusif. Bref. Ca c'était entre eux, ce n'était pas mon rôle à moi. Et heureusement, si je peux dire, Krystel le repoussa et donna vite le ton. En même temps, je me doutais que nous n'étions pas là pour les émotions. Au vu de la situation, il y avait des choses à régler. Torben se tendit immédiatement et se posta dos à la fenêtre, pour faire barrage à un éventuel tireur. Je m'approchais comme la Reine m'en faisait signe et écoutais attentivement, buvant ses paroles. J'avais déjà eu un bel aperçu de la folie d'Augustus en Islande.

Torben pris la parole à la suite de la vampire, lui expliquant ce qu'il s'était passé en Islande justement. Véritable charnier au milieu de la glace. Une longueur d'avance, oui nous l'avions mais elle pouvait bien vite disparaître, avant même que nous ne en soyons rendus compte. Je croisais son regard ; il n'y avait rien que je pouvais ajouter pour le moment, il avait tout dit. Je le laissais donc poursuivre encore son raisonnement et faire sa dernière proposition, à laquelle je ne m'attendais pas trop. Que je prenne la tête de ses hommes ? Oui, ça pouvait se faire. Même si j'avais travaillé seule en priorité, il m'était déjà arrivé d'avoir quelques personnes sous mes ordres, pour m'épauler. C'était surtout pour faire plaisir à mon supérieur, en fait, qui préférait ne prendre aucun risque pour ma sécurité. Je posais mes yeux sur Torben, puis sur Krystel.

« Pas grand chose. Je peux prendre la tête de tes hommes, je commence à les connaître assez bien. En revanche je ne peux pas me diviser, il faudra séparer les effectifs pour pouvoir protéger plusieurs personnes en même temps. Bien sûr, je resterai en contact avec chacun mais je ne peux protéger qu'une personne à la fois. Il faut mettre la priorité sur certains, quitte à nous adapter au fur et à mesure que la situation évoluera. »

_________________

Awards & co:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireuse
Points de vie : 17
Coups du Destin: 16
« Ne reste que l'odeur du sang »
Messages : 3191
Membre du mois : 26
Je crédite ! : Ava (c)SWAN // Signa (c) Hotmess / Gif : tumblr / Spoiler : Kanala
Localisation : Dans l'Ombre
Caractère : Fiable - Patiente - Acharnée -Pragmatique - Manipulatrice - Cinyque - Ne fait pas dans la dentelle - Caméléon - blessée
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Concentrée
Autres comptes : Leah Rivers & Eva Raederer

« Ne reste que l'odeur du sang »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2536-erin-danvers-born-to-kill-dispo http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2537-erin-danvers-born-to-kill
MessageSujet: Re: C'est violent mais c'est tendre, presque animal. [Livre II - Terminé]   Jeu 10 Juil - 14:38

Erin & Torben & Krystel
Le 18 décembre 2017




Torben avait fondu sur moi, mais ce n’était pas ce dont j’avais besoin pour l’instant. Ma colère me gardait de toute la tristesse que m’infligeait la perte de mon fils. Je ne pouvais pas me permettre de le pleurer. J’étais Reine avant d’être mère ou vampire. Je devais laisser de côté mon affectif pour prendre les mesures nécessaires au maintien de ma place, de mon peuple et de tout ce que j’avais fait pour lui. Je ne pouvais pas m’écrouler ni faiblir. Je devais rester forte et mourir la tête haute. Car, soyons honnête, face à Augustus, je n’avais aucune chance de m’en sortir vivante. Si j’étais assez préparée, je l’entrainerais avec moi. Mais je ne lui survivrais pas. C’était une réalité dont j’avais parfaitement conscience et que j’acceptais pleinement. Je ne désirais pas donner tout de suite le flambeau à l’une de mes héritières, mais je n’avais pas le choix. Je devais préserver mon espèce avant de me préserver moi. Certains de mes vampires avaient beau penser que j’étais un tyran sans nom, je me souciais pourtant d’eux avant de me soucier de moi-même. Je me salissais les mains pour eux, et prenais les mesures que personne d’autre que moi ne pouvaient prendre.

C’était dans cette logique que j’avais fait venir Torben et Erin en plein milieu de cette journée. Nous devions régler rapidement de nombreux points qui ne pouvaient pas attendre. La sécurité de ma base de pouvoir était primordiale et les deux humains en face de moi étaient les experts dans ce domaine. J’avais besoin de leur expertise et leur vision de la situation. Mon servant humain s’était éloigné et avait pris place en face de la fenêtre par mesure de sécurité pour l’humaine et moi-même. Ne comprenait-il pas qu’il était aussi de mes pièces maitresse et qu’il ne pouvait pas voir sa vie s’écourter ? J’écoutais son exposé de la situation et les solutions qu’il me proposait. Erin répondit à sa suite, me confortant dans l’idée que j’avais eu de les convoquer tous les deux. Ils travaillaient très bien en équipe. Erin restera attachée à ta protection. Ce n’est pas un point négociable. Il ignore quel est mon servant humain, mais il se doutera bien qu’il s’agit de toi. S’il t’atteint, je ne pourrais plus rien contre lui. Erin est notre meilleure élément après toi. tournant mon regard vers la jeune femme en question A partir de maintenant je ne veux plus que tu regardes autre part que dans sa direction. Tu es affectée à sa protection 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Torben affecte ton second après Erin à la protection de Morgane, et le suivant à la protection de Jana, puis répartie le reste de tes hommes autour de mon général puis du conseil sanglant. Je veux des hommes armés, et le double en journée pour veiller sur eux. La priorité est à mettre sur Jana et Morgane. Tu puiseras dans les effectifs que tu as mis autour de moi, et tu te tiendras à distance un maximum de ma personne. Aucun d’entre eux ne devra se trouver avec un autre. Ils feraient des cibles pour facile, et Augustus pourrait faire une pierre deux coups. Je veux qu’à tour de rôle, tu te charges de la protection de Morgane, Jana, Nicolas, puis du conseil sanglant. Ne te montre jamais et ne t’approche pas trop. Aide les en cas de danger, mais pense à ta sécurité avant tout. Ta vie est plus importante que les leur Je me levais et marcha jusqu’à Erin pour lui glisser à l’oreille, sans que Torben ne puisse nous entendre Assomme le ou enferme le s’il met sa vie en danger. Il est ta priorité à présent. Je te le confie et te fais confiance pour veiller sur lui. Je ne pouvais pas lui faire plus grand honneur que cela. Je lui confiais le prolongement de mon pouvoir et de ma survie. J’aurais pu m’en charger moi-même. J’aurais dû. Mais je l’estimais plus en sécurité avec l’humaine qu’avec moi. Je m’écartais d’elle pour faire face à Torben Je vais dès ce soir rédiger un testament. Je le mettrais là où tu sais. Il sera scellé, mais je livre quand même son contenue. *Suite des paroles en hide*




_________________
*
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 26
Coups du Destin: 29
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Messages : 6072
Membre du mois : 22
Je crédite ! : (c)Kanala
Localisation : Devant une toile ou dans l'ombre.
Caractère : Associable – Blasée – Cachotière – Combattante – Habile – Insaisissable – Loyale – Mystérieuse – Prude – Taciturne
Vos Liens : A venir

Humeur : Egale.
Autres comptes : Isadora Jayden Doyle
Fondatrice pour vous servir
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-chute.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: C'est violent mais c'est tendre, presque animal. [Livre II - Terminé]   Jeu 10 Juil - 20:37

 J'écoute, j'analyse. L'heure n'est plus aux palabres inutiles. Nous devons agir ou périr. J'ai toujours été fait pour ça, j'en ai bien conscience. Je suis né pour tuer, je suis venu au monde pour être précipité dans le creuset de la guerre. Entièrement, irrémédiablement. Je suis ainsi fait. Je ne me pose pas plus de questions. Je suis dans mon élément. Erin a tout écouté ; elle fait l'éponge, tout comme moi. Nous sommes professionnels dans notre branche, comme dans notre nature. La jeune femme a cependant des particularités qui lui sont propres ; protéger et surveiller font bien plus partie de sa nature de fantôme. Elle est l'ombre qui suit, qui observe, qui évalue. Je suis celle qui surgit des ténèbres pour l'action éphémère et sanglante du bourreau de la Reine. Seuls mais complémentaires. Je n'ai jamais été aussi efficace dans mon travail que depuis que la jeune américaine renforce mon action. J'observe ma partenaire réfléchir à tout ce que je viens d'évoquer. Je pense bien qu'elle sera d'accord avec mon plan... Nous avons tout simplement la même manière de fonctionner. Ce qui nous facilite grandement les choses au jour le jour. Erin ne fait que confirmer ce que je dis ; nous n'avons tout simplement pas les moyens d'étendre notre surveillance à de trop nombreuses zones, et à des personnes trop dispersées. Surtout face à une menace comme celle d'Augustus... Notre manque d'effectifs nous met en danger. D'autant plus qu'une fois que ces hommes seront perdus, nous ne pourrons plus les remplacer. Ce sont les derniers survivants ou les derniers en liberté, de tous ceux que j'ai pu recruter pendant les Années Sanglantes. L'essentiel pourrit en prison depuis la défaite... Mais les libérer maintenant apparaît politiquement hors de question. Ils connaissaient les risques.


| Je suis d'accord. Mais pour la réactivité... Je pense qu'il faut qu'on négocie avec Hood. Qu'on ai à disposition une de leurs unités que je pourrais chapoter avec quelques uns de chez nous. Et un hélicoptère ou deux. Mais Augustus a l'initiative, et on ne peut que subir. La seule manière pour nous de nous en sortir est de l'appâter pour le détruire. Il nous faut trouver le moyen et l'occasion. Comme je l'ai dis, c'est un one shot. Si on loupe la fenêtre, on risque de ne plus retrouver la moindre chance |


Krystel contrevient à nos conseils. Elle veut nous réunir, Erin et moi. Mais franchement, même si ma partenaire et moi sommes du même niveau, nous ne pourrions rien contre Augustus. Cette stratégie semble terriblement risquée... D'autant qu'elle souhaitait disperser nos forces. Je n'étais pas le décideur, mais le conseiller « militaire ». Je ne pouvais pas cautionner cette stratégie.


| Erin ne pourra pas empêcher Augustus de me tuer s'il me met la main dessus. Tu ne peux pas te permettre de nous perdre tous les deux. Et séparer mes hommes en de nombreux petits groupes ne suffira pas à arrêter la menace quand elle toquera à la porte. Si nous devons protéger tous les hauts dignitaires de ton régime, mes équipes se feront dessouder et leur protégé en même temps; mes hommes ne seront autrement jamais assez nombreux pour permettre l'évacuation de la cible d'Augustus. Choisis, Krystel. C'est le mieux, même si c'est cruel. Le général est prioritaire ; si nous devons « disparaître » des radars un moment c'est sur lui que se reportera l'attention de notre ennemi, et c'est aussi le général qui sans nous pourra tenir les vampires à carreau. Tes filles, également. Envoies les loin. Le Conseil Sanglant est secondaire à court terme, ses pertes remplaçables. Depuis que tu as affermis ton pouvoir en détruisant les sanguinistes, nous pouvons sacrifier quelques pions plus légers, y compris Erin et moi, pour sauver la Reine, notre meilleure pièce. |


Je détourne le regard quand Krystel parle de ses volontés, si elle devait mourir. Je fais un pas vers elle et accroche ses prunelles.


| Si tu meurs, je meurs également. La réciproque n'est pas vraie. Jouons là dessus s'il le faut. Si tu veux me protéger, tu dois me permettre de te protéger en retour. Vivre ou mourir, peu m'importe. Mais qu'il se passe l'un ou l'autre, ce sera à deux. |


J'étais sérieux et résolu. Krystel ne pouvait aller à l'encontre de cette logique. Si elle se suicidait en combat singulier contre Augustus, nous étions tous condamnés de toute façon. Nous ne pouvions gagner qu'en équipe. Et je ne supporterais pas de la sentir mourir loin de moi, impuissant. Je lui rappelais ces épisodes où je l'avais aidée à rejeter l'influence de son créateur, où ensemble nous avions survécu à nos ennemis. Ensemble, nous sommes forts. Séparés, nous ne sommes rien.

_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: C'est violent mais c'est tendre, presque animal. [Livre II - Terminé]   Mar 22 Juil - 17:46

Je faisais ce que j'avais toujours fait. J'écoute, j'enregistre, j'analyse. C'est comme ça, c'est dans ma nature, au même titre que tuer, espionner ou me fondre dans la masse pour me faire oublier. Ces choses-là sont ancrées dans mes gènes, je n'ai aucun effort à fournir pour être si... Proffessionelle. Ca ne m'a jamais pesé, cette vie entièrement tournée vers mon travail, sinon d'ailleurs je ne l'aurai pas choisie. Si on pouvait dire que j'avais choisi quelque chose. Ca non plus, ça ne me pesait pas. Je ne regrette rien et ce n'est pas prêt de changer. Au moins quand je mourrais je pourrais me dire que mon existence a servit à quelque chose, à quelqu'un, une cause. Qu'elle n'a pas été totalement vaine malgré sa brièveté. Bref. Torben et moi sommes dans notre élément. C'est étrange, jamais je ne pensais rencontrer un jour quelqu'un qui me ressemble à ce point, qui me comprenne et qui pense comme moi. Un peu déroutant au début, mais l'efficacité est multipliée par dix et on s'y fait vite. Sans dire que je me suis attachée à lui car j'en suis tout simplement incapable. Mon travail consiste à le protéger, voilà tout. Et nous sommes d'accord l'un avec l'autre, en ce moment comme souvent. Je ne fais que confirmer ce qu'il vient de dire parce que je n'aurai pas dit autre chose. Je suis tacticienne avant d'être tueuse, de toute manière l'un sans l'autre je n'aurai pas survécu bien longtemps. En tout cas, il était clair que nous n'avions pas assez d'hommes pour assurer la protection de nombreuses personnes. Rien qu'avec les pertes accumulées ces derniers jours... Nous n'étions plus aptes à cela. Ce serait une impasse. Une grave erreur que de vouloir protéger trop de monde, car cette protection ne serait pas efficace. Déjà que je doutais de la solidité d'une bonne équipe face à Augustus... Et il y avait de quoi. Torben propose de négocier avec Hood pour obtenir son appui. C'est en effet la seule solution que je vois, mais ce n'est pas non plus une solution miracle : même si il nous donnait beaucoup d'hommes, mieux vaudrait ne pas trop nous éparpiller. Ca nous affaiblirait, déjà que nous n'avons pas l'avantage.

"Pour Hood, je pense que c'est le mieux à faire. Sinon les protections que nous pourrions mettre en place seraient inefficaces. Mais comme tu l'as dit, on ne peut que subir. Malgré la légère longueur d'avance dont on dispose, ce n'est pas vraiment nous qui avons la main sur la situation."

Krystel refuse de me séparer de Torben et me demande une fois de plus de ne pas le lâcher. Je ne peux qu'adhérer au point de vue de Torben, ma vie ayant aussi peu de valeur à mes yeux, mais je comprends aussi le point de vue de la Reine. Et je m'y soumet, vu que ce sont mes ordres. Il va falloir aviser et s'adapter, encore et toujours. Je ne suis pas sûre d'être un très grand secours si la Mort se retrouve face au Roi mais je ferai mon possible et trouverai bien une échappatoire pour lui. Quitte à y laisser ma peau si je suis sûre que ça lui permettrait d'en rééchapper. La vampire s'approche de moi et me donne le droit d'assomer ou d'enfermer son servant si il vient à mettre sa vie en danger. J'espère quand même qu'on en arrivera pas là. Enfin avec lui, je sais bien à quel point c'est probable. J' acquiecse.

"Comptez sur moi."

Murmuré, tout comme elle. Tandis qu'elle s'éloigne de moi, mes yeux noirs se reposent sur Torben. Il expose clairement la situation : il va falloir faire des choix. J' acquiecse une nouvelle fois quand il parle de nous sacrifier. Ma vie n'est rien, elle ne fait plus partie de l'équation depuis longtemps. J'ai compris assez tôt que je vivais sur le fil et que tout pouvait s'arrêter à tout moment. Alors je préfère périr pour la personne que je sers. Je suis un pion, je n'ai pas d'importance. Torben, si, même si nous partagions la même opinion sur le sujet. Je n'ai rien non plus de plus à dire, ainsi je me contente de confirmer ma position.

"Nous éparpiller nous affaiblira de toute manière. Si on obtient l'appui de Hood, les princesses et le général pourront avoir une protection sûre. Mais je me dis aussi qu'une protection trop grosse risquerait d'attirer l'attention de l'ennemi. Une équipe trop légère ne sera pas efficace, mais une trop importante serait trop voyante. Il faudra trouver un équilibre entre les deux. Et ma vie est entièrement sacrifiable, bien sûr. "

Krystel évoque ensuite ses volontés si elle venait à mourir. Je n'arrive tout simplement pas à me faire à l'idée... Et de toute manière, l'homme ne me laisse pas le temps de réagir. Il veut se sacrifier. Je ne trouve rien à dire, réfléchissant déjà au propos de Krystel et la laissant répondre à son servant humain.

_________________

Awards & co:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireuse
Points de vie : 17
Coups du Destin: 16
« Ne reste que l'odeur du sang »
Messages : 3191
Membre du mois : 26
Je crédite ! : Ava (c)SWAN // Signa (c) Hotmess / Gif : tumblr / Spoiler : Kanala
Localisation : Dans l'Ombre
Caractère : Fiable - Patiente - Acharnée -Pragmatique - Manipulatrice - Cinyque - Ne fait pas dans la dentelle - Caméléon - blessée
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Concentrée
Autres comptes : Leah Rivers & Eva Raederer

« Ne reste que l'odeur du sang »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2536-erin-danvers-born-to-kill-dispo http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2537-erin-danvers-born-to-kill
MessageSujet: Re: C'est violent mais c'est tendre, presque animal. [Livre II - Terminé]   Dim 17 Aoû - 17:34

Erin & Torben & Krystel
Le 18 décembre 2017




Je me doutais bien que mes plans n’étaient pas au gout de mon servant humain. Je le connaissais assez pour le savoir. Mais, je ne comptais pas lâcher sur ce point-là. J’avais un plan plutôt solide, tant pour moi, que pour la suite qui se ferait… Sans moi justement. J’avais réfléchie de longues heures à ce dernier et je ne comptais pas revenir dessus. Les deux humains en face de moi devaient se faire une raison : mon heure était venu et je devais organiser la passation de pouvoir. Je partirais en même temps du seul être que j’avais aimé : Augustus, mon créateur, mon roi, mon époux. Ce sacrifice sauverait mon peuple, ainsi que mes prérogatives. Il était important qu’Erin et Torben suivent mes directives. Ils étaient certes humains, mais ils seraient de véritables atouts pour la suite des évènements. Je comptais sur eux pour mener à bien des projets que moi-même, je ne pourrais pas réaliser.

Nous parlions des protections à venir, et si j’étais d’accord avec leur logique, je n’étais pas d’accord avec le fond. Tout cela ne serait qu’une perte de temps et il était surtout hors de question que mes successeurs aient des dettes envers le gouvernement ou pire, Hood. Les Humains resteront en dehors de tout cela. Ce n’est pas seulement le présent qu’il faut prendre en compte, mais le futur. C’est uniquement ce dernier qui m’intéresse ici. Augustus est mon affaire et non celle de Hood. Nous nous occupons des nôtres et nos moyens financiers nous permettre plus que ce que Hood pourrait nous offrir. Ce monde était achetable. Soyons honnête et réaliste : avec un gros compte en banque, on pouvait mener le monde par le bout du nez. Je le faisais déjà donc j’étais bien placée pour le savoir. Des hélicoptères, nous pouvions nous en payer. Tout comme des mercenaires. Non vraiment, les autorités humains ne s’en occuperont pas et n’y seront pas mêlés. Trop de conséquence et trop peu de bénéfices finalement. Le calcul cout/bénéfice n’était pas à ma faveur.

Avec cette même mesure de calcul, il m’était apparu que la mort de Torben poserait plus de déavatages que de bénéfices. Il était primordial à mes yeux qu’il survivre. Trop fou ou têtu pour l’admettre, il refusait tout en bloc. Peu importe j’avais pris ma décision. Je chargeais une nouvelle fois Erin de veiller sur lui, et elle avait à présent mon autorisation pour user de la manière forte si cela était nécessaire. Si jusque-là, elle était légèrement en dessous de Torben sur un plan hiérarchique, je la plaçais à présent au dessus. Oh bien sur, l’homme l’ignorait même s’il était assez futé pour s’en douter. Qu’importe. Je confiais à Erin l’humain et je savais qu’elle serait à la hauteur de cette tâche là. Je parlerais à mon général, à Jana et à Morgane. Je leur ferais comprendre combien il est important qu’ils ne se trouvent jamais aux mêmes endroits aux mêmes moments. Ils changeront leurs emplois du temps et habitudes comme je les fais. Une garde plus rapprochée mais pas trop voyante pour ne pas attirer l’attention sur eux, ni même les questions de mon peuple. Nous devons garder le secret du retour de mon Roi sous silence coute que coute. Torben, Erin, votre priorité sera Nicolas. Protégez-le. Les princesses seront protégées par vos homes les plus fiables et par mes vampires les plus doués et dévoués. Le CS est sacrifiable, j’en conviens. Ils seront informés de la situation et prendront leurs propres dispositions. Ils bénéficient de grands fonds qu’ils utiliseront pour se protéger. Ils avaient raison, je ne pouvais pas sauver tout le monde. Les priorités étaient donc mes héritières et le chef de mes armés, nouvellement nommé.

Cela étant réglé, je leur faisais part de mes projets. Et bien entendu, Torben n’était pas d’accord avec ma vision des choses. Je m’en serais bien doutée. Pour autant, il n’y avait aucune alternative possible. Non, la réciproque est vraie. Je te laisserais me protéger mais à distance. J’aurais besoin de notre lien, mais je le romprais au dernier moment lorsqu’il ne serait plus utile. Nous nous servons mutuellement l’un de l’autre, et cet équilibre ne sera pas rompu. Je m’avançais de lui et ajoutais – en hide – Et nous parlons du pire scénario qui soit ici. Augustus est affaibli contrairement à moi. Il est possible que je vienne à bout de lui et que notre confrontation ne soit pas fatale. Oui, elle était présente cette probabilité. Mais avais-je envie de continuer à sillonner un monde sans mon créateur ? Là c’était une autre histoire


_________________
*
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 26
Coups du Destin: 29
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Messages : 6072
Membre du mois : 22
Je crédite ! : (c)Kanala
Localisation : Devant une toile ou dans l'ombre.
Caractère : Associable – Blasée – Cachotière – Combattante – Habile – Insaisissable – Loyale – Mystérieuse – Prude – Taciturne
Vos Liens : A venir

Humeur : Egale.
Autres comptes : Isadora Jayden Doyle
Fondatrice pour vous servir
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-chute.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: C'est violent mais c'est tendre, presque animal. [Livre II - Terminé]   Dim 17 Aoû - 18:58

Je suis un serviteur, un combattant ce que vous voulez, je m'en fiche. Le fait est que je ne suis pas un personnage de premier plan comme Krystel, Erin est d'ailleurs dans le même cas que moi. Cela n'empêche pas que ce rôle de second couteaux m'aille comme un gant pourvu qu'il y ai une certaine logique derrière. Là, c'était absurde. A trop vouloir me protéger Krystel en oubliait l'essentiel. Nous avions pas tant souffert parfois à cause de notre lien pour le laisser s'estomper ou ne pas l'utiliser comme l'arme de suprématie qu'il peut être si on le mobilise à cette fin. Je ne voulais pas revenir là dessus, même si je n'avais aucune autorité pour l'imposer. C'était quoiqu'il arrive la seule chose que je ne désirais pas, la seule chose sur laquelle je ne pourrais transiger. C'est ainsi ; Krystel m'a choisi en connaisance de cause. Si elle voulait un bon petit toutou, qui vient chercher son susucre et revient à la charge après avoir reçu ses instructions, elle aurait pris une de ses pommes de sang, ces gens qui gravitaient autour d'elle pour le confort, pour le plaisir, pour une certaine sagesse aussi dans certains cas. Mais non. Elle m'avait choisi moi. Choix guidé par les circonstances, c'était ça ou me laisser enfin mourir, alors que l'ange de la Mort se penchait sur mon corps. Elle avait fait le choix de me garder auprès d'elle. A cette place. Elle avait conscience que j'étais moi. Même si elle s'était fermée à mon esprit, cela ne l'empêchait pas de me connaître par cœur. Elle savait que je resterais résolu sur ce point. Je constate que mon ombre, Erin, tiens mon cap en ce qui concerne Hood. Elle aussi a l'habitude de recourir au type de stratégies militaires que nous appliquons à nos missions. La logique est simple. Concentrer les moyens pour les abattre en un coup unique et décisif. On ne pouvait réussir qu'avec un ascendant total en un endroit et un moment donné. Erin m'appuie en toutes choses, mais même sans poser mon regard sur elle à part entière je la sens profondément destabilisée par les possibilités évoquées par Krystel. Elle aussi considère notre Reine comme une déesse parmi les hommes, quelqu'un d'intouchable. C'est très perturbant de se rendre compte que comme tout un chacun, elle est faillible. D'apparence. Je sais au fond de moi que cette femme va un jour emmener ce monde vers son futur. J'ai confiance. Mais il ne faut pas pêcher par excès d'orgueil, ni de prudence. J'hochais la tête aux paroles de Krystel.


| D'accord pour le matériel. Mais gardes à l'esprit pour la suite qu'on ne peut s'appuyer sur ton armée pour ces événements, leur loyauté n'est pas sûre et certaine à cent pour cent. Et l'argent n'achète ni l'entraînement ni l'expérience des hommes qui me font défaut depuis la fin de la guerre. |


Ensuite, Krystel adhère au plan de protection. J'en suis rassuré. Nous disperser plus encore serait gravement dangereux pour l'ensemble de mes forces vives ; je risquais de tout perdre d'un coup, ce que je souhaitais éviter à tout prix. Ce que la Reine me dit ensuite, promit pour un avenir sans elle, me choqua profondément. Comment pouvait elle attendre de moi ce genre de choses ? C'était ce que j'avais souhaité des années. Ce que j'avais espéré au fond de moi, avant de renaître, de l'écraser pour un faire un fantasme inaccessible. Puis, cet espoir s'était avéré vain et j'en avais fait le deuil. S'il renaissait aujourd'hui, il me faisait mal, il était douloureux et empoisonné. Je n'en voulais plus. Je soutins le regard de ma compagne, de mon égale.


| Dans ces cas là, intervertis nous. Je suis attaché auprès de toi. Si ça ne devait pas être le cas, je suis engagé auprès de ta lignée, dont Morgane est la dernière représentante. C'est auprès d'elle que je servirais. Laisses moi au moins ça, s'il faut envisager le pire. Mais aies bien conscience qu'Erin et moi, que je donnerais ma vie pour que ça n'arrive pas. |


La conversation et ses implications me lessivaient ; je me sentais terriblement las. En plus du deuil de Cora que je portais, je ressentais avec violence de nombreuses choses que des années de sommeil émotionnel avaient rendormi.


| Mais je crois très honnêtement, que même en te coupant de moi au dernier moment... Je t'en voudrais. Je t'ai donné ma vie ; je ne veux pas que tu me la redonnes. Je ne veux pas vivre sans ça, sans ce lien. J'ai déjà perdu mon âme une première fois. Me l'arracher une seconde fois serait trop douloureux. |


Puis une idée me vint. D'un coup, comme ça. Bouleversante, dangereuse mais séduisante. -Suite en hide-


Qui a dit que j'étais prêt à tout pour la sauver?[/i]

_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: C'est violent mais c'est tendre, presque animal. [Livre II - Terminé]   Lun 18 Aoû - 10:30

[HJ] Désolé, c'est nul ><'

Je me sentais dépassée par la conversation. J'avais l'impression que l'on s'attaquait à une montagne, un obstacle insurmontable, ou presque. Je réfléchissais, j'analysais tout, mais il n'y avait aucune solution miracle, je le savais. Je n'en cherchais pas. Ce serait une pure perte de temps, et il nous est compté. Avec le peu d'hommes qu'on a, on risque gros, on risque de tout perdre au moindre coup de l'ennemi. Ma peau, je suis prête à l'y laisser si nécessaire, ce n'est pas ça le problème. On a de l'argent, oui, mais on manque d'hommes entrainés et loyaux. Il nous faut du soutien, et Hood me paraît la solution la plus évidente. Torben et moi sommes d'accord sur ce point, comme sur la plus part d'ailleurs, nous avons la même manière de fonctionner, de penser. C'est ce qui nous permet d'être si efficaces ensemble... Bref, ce n'est pas le sujet. Je suis dépassée, mais je reste dans mon élément. Concentrée et réfléchie. Krystel refuse de demander l'aide du ministre et du gouvernement humain. Je laisse Torben répondre, et n'ajoute rien car ce serait inutile : l'argent n'achète pas tout, et pas tout ce dont nous avons besoin. Le matériel nous fait défaut, mais on peut se le procurer. On peut se débrouiller. Ce qui me plait le moins, c'est l'attente, de fait de ne pouvoir que subir, n'importe quand. Mais ça je n'y peux strictement rien, juste nous préparer assez pour pouvoir faire face.

Elle est au moins d'accord sur le fait qu'on ne peut pas protéger tout le monde, on ne peut tout simplement pas se le permettre. S'éparpiller, ce serait nous affaiblir encore plus. Krystel choisit les priorités : ses filles et le général. Le conseil sanglant peut se débrouiller seul, je n'en doute pas. Et il est sacrifiable, contrairement aux trois autres. Nous sommes au moins d'accord sur ce point. Vient ensuite le sujet critique et délicat, celui qui me dérange plus que tout. Même si j'essaye de ne rien montrer, je me doute bien que les deux s'en doutent. Krystel a pris ma vie, elle a pris toute la place et je ne peux imaginer un monde où elle ne serait pas. C'est trop douloureux, trop impossible. Rien que d'y penser... Ca me faisait mal. Pourtant j'essayais de regarder la vérité en face : elle pouvait mourir, elle pouvait faillir. Mais je n'arrivais pas à me l'avouer. Le fait qu'il faille envisager sa succession était vraiment dérangeant. Ca, je ne me le cachais pas. Oui, je donnerais ma vie pour qu'elle ne meure pas, comme le signale Torben. Même si ce n'est pas raisonnable, même si c'est contre les ordres, je sais que serais totalement capable de le faire. J'étais peut être moins entêtée que Torben, mais ça ne changeait rien. Je les laissais échanger sur leur lien, me contentant d'écouter. Je serai là pour protéger l'homme, et c'est tout.

Soudain, Torben reprend la parole. Je comprends où il veut en venir, mais reste perplexe quelques instants. (Suite sous hide)



Je n'étais pas vraiment sceptique, non, mais est-ce que le risque valait la peine ?

_________________

Awards & co:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireuse
Points de vie : 17
Coups du Destin: 16
« Ne reste que l'odeur du sang »
Messages : 3191
Membre du mois : 26
Je crédite ! : Ava (c)SWAN // Signa (c) Hotmess / Gif : tumblr / Spoiler : Kanala
Localisation : Dans l'Ombre
Caractère : Fiable - Patiente - Acharnée -Pragmatique - Manipulatrice - Cinyque - Ne fait pas dans la dentelle - Caméléon - blessée
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Concentrée
Autres comptes : Leah Rivers & Eva Raederer

« Ne reste que l'odeur du sang »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2536-erin-danvers-born-to-kill-dispo http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2537-erin-danvers-born-to-kill
MessageSujet: Re: C'est violent mais c'est tendre, presque animal. [Livre II - Terminé]   Mar 16 Sep - 22:25

Erin & Torben & Krystel
Le 18 décembre 2017




Torben ne voulait pas voir l’évident, ni accepter la réalité. Je ne lui jetais pas la pierre, mais j’avais tout de même besoin qu’il comprenne. Il devait comprendre, se faire une raison, accepter et continuer. Je partais, mais je ne voulais pas que le monde s’arrête de tourner. Je ne voulais pas que leur monde s’arrête de tourner. Mon existence n’aurait eu aucune valeur s’il ne restait personne pour perpétuer mon travail et honorer ma mémoire. Je ne voulais que ça finalement. Je partirais en leur offrant un avenir, en permettant à mes proches de continuer à vivre. A quoi cela servirait sinon ? Autant laisser dans ces cas là Augustus détruire le monde et asservir toute l’humanité pour son seul plaisir. Je pourrais très bien me cacher dans un coin et faire mes petites affaires. Mais ce serait là une attitude lâche et il n’était pas envisageable de laisser mon peuple entre ses mains, et encore moins mes filles, Torben et Erin. Ils méritaient mieux que cela, tout autant qu’ils étaient. Mon rôle était de veiller sur eux et sur leurs intérêts, c’était donc ce que je comptais faire, même si j’y laisserais la vie. Seulement Torbe, ce n’est ni ta vie ni celle de Erin qu’il sont nécessaires, mais la mienne et le pouvoir lié à elle. Ce que tu peux faire, c’est la donner pour aider , conseiller et appuyer Morgane vu que ton choix se porte vers elle. J’ai besoin de savoir que vous serez là pour veiller sur elles lorsque je ne serais plus capable de le faire. Elles sont les dernière Raybrandt, et ma lignée, mes projets, mon histoires vivront à travers elles. Mon existence n’aura pas été vaine et ne s’arrêtera pas à ma mort. Elle continuera à vivre à travers elles, et à travers vous. Accepte le Torben. J’ai besoin que tu acceptes et que tu sois là pour accomplir toutes ces choses que je ne pourrais pas faire. Fait en moi la promesse Je lui dis cela silencieusement, à travers notre lien alors que je poussais un soupir de lassitude. Je pinçais l’arrête de mon nez entre mes doigts, fatiguée de tout cela. Je n’avais pas demandé à avoir une vie si compliquée et faites d’embuches. Je n’avais toujours voulu que servir mon créateur et servir ses intérêts. L’idée de devoir le tuer me répugnait. Je m’en dégoutais moi-même, mais je lui devais ça. Mais je ne pourrais pas vivre avec sa mort sur ma conscience. Toutes les autres oui, mais pas la sienne. Bon sang, j’allais devoir tuer la seule personne que j’avais jamais vraiment aimé. J’allais devoir mettre fin à ma raison de vivre, avant qu’il ne fasse plus de dégâts. Je ferais ce que j’estime nécessaire Torben. Te concernant, comme Le concernant. Et rien de ce que tu diras ne me feras changer d’avis. Que crois-tu ? Que j’ai pris cette décision sur un coup de tête ? Qu’elle n’est pas réfléchie ? Que je n’ai pas cherché une autre solution ? Je ne supportais pas son déni, ni son rejet. J’avais besoin de son soutien, plus que jamais, mais il me le refusait. J’en comprenais les raisons, et j’étais la seule fautive. Je l’avais laisser s’attacher à moi, et je n’avais pas eu le temps de le lier à une autre. Il ne voulait pas abandonner, trop têtu pour cela. Là où Erin m’accordait ce que je désirais, Torben faisait le contraire. Je me glissais jusqu’à lui, après qu’il m’ait exposé son idée. Elle était le reflet de son désespoir et ça me faisait énormément de peine de le voir ainsi. Ce n’est pas possible, et tu le sais bien. Je ne peux lier qu’une personne dont le cœur bat encore à mon pouvoir. Erin a mon entière confiance et j’ai foi en sa force. Mais elle ne peut augmenter la mienne. Cependant, elle comme toi pouvaient aider d’une autre manière. S’il te plait Torben accepte mes requêtes, et continue à marcher aux côtés de mes filles avec Erin. Je lui déposais un léger baiser sur le front, mes mains posées sur ses épaules. Je me tournais ensuite vers Erin, pour aller jusqu’à elle. Je mis ses mains dans les siennes Tu es plus forte que tu ne le penses Erin. Tu as été forgée dans le même moule que Torben et vous êtes devenus indissociables l’un de l’autre. Pour ce que cela vaut, vous avez mon entière bénédiction et à défaut de t’avoir uniquement pour moi, au moins, un jour dans un avenir proche ou lointain, je me réjouis d’avance que tu deviennes siennes. Je déposais un baiser sur ses lèvres avant de regagner mon siège. Si vous n’avez plus rien à ajouter, vous pouvez disposer. leur dis-je avant de laisser mon esprit légèrement s’évader vers quelques souvenirs que j’avais avec mon fils disparut et dont la perte mettait en carnage mon cœur. Mon chéri, mon bébé, mon enfant, mon héritier n’était plus. Et cela était de ma faute. Je n’avais pas su le protéger et à présent il était à jamais perdu. Bientôt William. Bientôt je te rejoindrais.


_________________
*
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 26
Coups du Destin: 29
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Messages : 6072
Membre du mois : 22
Je crédite ! : (c)Kanala
Localisation : Devant une toile ou dans l'ombre.
Caractère : Associable – Blasée – Cachotière – Combattante – Habile – Insaisissable – Loyale – Mystérieuse – Prude – Taciturne
Vos Liens : A venir

Humeur : Egale.
Autres comptes : Isadora Jayden Doyle
Fondatrice pour vous servir
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-chute.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: C'est violent mais c'est tendre, presque animal. [Livre II - Terminé]   Mer 17 Sep - 16:51

J'avais proposé une solution, un coup de poker. Je savais que c'était en théorie impossible, et forcément dangereux. Qu'est ce qui ne l'était pas de toute manière ? Augustus était la personne la plus dangereuse en ce monde ; je ne pouvais pas me détourner de cette réalité. Toutes les alternatives semblaient alors se valoir, elles semblaient à même de répondre à notre besoin de trouver une solution. Mais je compris presque immédiatement que j'allais déchanter. Erin ne semblait pas spécialement pour, ce qui enterrait de facto l'idée puisque celle ci ne pouvait trouver de débouchés que dans son consentement sans réserves. Elle était sceptique pour ce que cela impliquait pour sa mission première, mais je me demandais s'il n'y avait pas aussi quelques raisons personnelles à cette prise de distance avec l'idée. Je n'en savais rien, et je n'avais pas réellement envie de creuser. Forcer les choses pour que cela empire encore après n'était pas pour moi, clairement pas. Je soupirais doucement, m'attendant à ce que Krystel enterre une bonne fois pour toutes l'idée. Ce qu'elle fit. J'avais par ailleurs une excellente illustration de ce que donnait l'esprit de lignée chez les vampires ; pour eux c'était leur seul biais de transmission de leur héritage, leur seul manière de perpétuer leur œuvre. Je ne voulais choisir aucune des deux, je ne voulais pas de cette mission. Je le fis comprendre à Krystel. Plus que tout, je la mis en garde.


| Soit, je ferais ta volonté, comme toujours. Mais je ne survivrais pas à ton propre trépas ; nous le savons tous les deux. |


C'était ainsi que fonctionnait le lien entre un vampire et son servant humain. Si l'un meurt, il entraîne l'autre. C'était comme ça. Et je n'aurais rien donné pour qu'il en soit autrement, à moins de garantir sa sécurité à elle. Je lui promettais, malgré tout. Lui faisant tout de même comprendre que je ne pouvais ni ne voulais lui survivre. Je commençais à comprendre peut être quelque chose. Le fait qu'elle trouverait peut être un moyen de se couper de moi. Je la mis mentalement en garde. Rien que le contrecoup psychique me tuerait ou me ferait perdre la raison, comme autrefois. Etait elle prête à prendre le risque plutôt que de me laisser me battre ? J'osais espérer que ce ne soit pas le cas. Je ne répondais pas à ses questions, qui n'attendaient d'ailleurs pas de réponses. Je détournais le regard. Alors c'était à cela que ressemblait un combat perdu d'avance. Un autre, un énième dans mon existence. Celui ci était de loin le moins glorieux et surtout le plus amer que j'avais jamais connu. Je ne dis rien quand la Reine vint me faire part de son refus définitif à ma dernière et ultime solution. Je hochais la tête.


D'accord. Je le ferais. Si je ne meurs pas avant.


Je ne comprenais pas pourquoi Krystel ne me laissait pas accomplir ma vocation. Si le destin devait lui être funeste, pourquoi mon sort devait il être différent du sien ? Je ne comprenais pas ce rejet, j'essayais d'y voir une preuve d'affection mais je n'y voyais pas cela. Je n'y voyais qu'un refus de mon aide, de mon assistance. Soit, je me plierais à sa volonté. Elle restait ma Reine, ma déesse. Pour aujourd'hui et à jamais. Je sentais qu'elle voulait rester seule. Même maintenant, instant si proche du dénouement sanglant de toute cette histoire, elle n'avait pas demandé de rester à ses côtés.


Je rentre seul. Et quand je suis dans le confort étouffant de ma chambre, j'explose. Le mobilier est fracassé, les souvenirs détruits, pulvérisés. Je me regarde dans les restes brisés d'un miroir. Je suis une bête, je ne suis pas un homme. Je suis fait pour tuer.


Ce que je vais faire, malgré Son Dernier Ordre.

_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: C'est violent mais c'est tendre, presque animal. [Livre II - Terminé]   Jeu 18 Sep - 12:45

J'arrivais à grande peine à voir la vérité en face. C'était trop précipité. Trop innatendu. Même si je la croyais sur parole quand elle affirmait ne pas prendre ses décisions sur des coups de tête, pour moi ça ne changeait rien. Trop d'enjeux, trop de pression... Je ne m'y étais pas préparée. Je n'arrivais pas à encaisser ce qu'elle nous annonçait. Ce n'était même pas qu'elle allait mourir, mais presque... qu'elle voulait mourir. Pour de bon. C'en était encore plus insupportable. Torben lui avait proposé des alternatives qu'elle s'empressait de rejeter. Ca me semblait assez clair. Sa dernière proposition pouvait s'avérer intéressante malgré les doutes que j'avais émis. C'était un simple constat ; j'aurai fait tout ce qui est en mon pouvoir pour sauver ma Reine, y compris lui donner ce qui subsistait encore de mon être. Cela non plus elle ne le voulait pas. Nous étions ses serviteurs et elle ne nous accordait même pas le droit de la servir jusqu'au bout, de nous battre et mourir pour elle. J'arrivais à comprendre ses raisons mais pas à les accepter. Egoïste dans un sens mais je n'en n'avais cure. Je voulais... Non je ne savais même pas ce que je voulais. Je me sentais perdue petit à petit, au fur et à mesure que l'avenir tel qu'elle nous le projetait s'imprimait en moi, se dévoilait. Je lui obéirais même si je ne le voulais pas. Même si un monde sans elle n'avait plus de sens, plus de raison. Parce qu'elle était devenue la mienne en prennant ma vie et mon âme. Je n'avais peut ètre pas exactement les mêmes réactions que Torben mais je savais que nous étions dans le même état d'esprit bien qu'à des degrès différents. Qu'est ce que ça me faisait de ne pas me savoir totalement seule ? Rien. Ca n'arrangeait rien. Absolument rien. Je n'étais qu'une ombre perdue dans l'océan de la nuit. Et rien ne pourra y changer. Sa disparition ne me fera que plus mal que je puisse partager cette douleur ou non. Elle était mes repères ; j'allais les perdre. Elle n'était pas ses filles. Je servirai Jana s'il doit en être ainsi mais elle ne la remplacera jamais. Krystel est unique, presque divine.

Je sens ses mains prendre les miennes alors que ses paroles m'atteignent. J'ai conscience que c'est c'est peut être la dernière fois que j'entends sa voix. Je ne m'y attarde pas ; pas d'émotions, pas de sentiment. Pas maintenant. Je reste encore de marbre. Devenir sienne ? Jamais je ne pourrai envisager une union avec Torben. Jamais je ne pourrai imaginer une quelconque union, avec lui comme avec personne d'autre. Ne veut elle pas le comprendre ? Ca n'a pas d'importance de toute manière. Je n'ai pas le temps de lui répondre et je n'avais rien à lui dire. Que pourrais-je répondre à cela ? Il n'y a plus rien à ajouter, plus rien à discuter. Nous sortons. Si Torben était déjà troublé et refermé tout à l'heure, c'est dix fois pire maintenant. Et c'est normal. Bien que n'ayant pas de véhicule, je ne lui demande pas de me ramener. Nous avons besoin tout deux de solitude.

Je rentre donc chez moi par mes propres moyens. Je m'enferme ; je ne mange pas, je ne me douche pas ni n'enlève mes chaussures. Je m'allonge sur mon lit et remonte mes jambes, n'ayant que faire de mettre mes chaussures sur les draps. Je les changerai. Je regarde le plafond et reste ainsi longtemps. Je me sens... Je me sens vide.

_________________

Awards & co:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireuse
Points de vie : 17
Coups du Destin: 16
« Ne reste que l'odeur du sang »
Messages : 3191
Membre du mois : 26
Je crédite ! : Ava (c)SWAN // Signa (c) Hotmess / Gif : tumblr / Spoiler : Kanala
Localisation : Dans l'Ombre
Caractère : Fiable - Patiente - Acharnée -Pragmatique - Manipulatrice - Cinyque - Ne fait pas dans la dentelle - Caméléon - blessée
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Concentrée
Autres comptes : Leah Rivers & Eva Raederer

« Ne reste que l'odeur du sang »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2536-erin-danvers-born-to-kill-dispo http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2537-erin-danvers-born-to-kill
MessageSujet: Re: C'est violent mais c'est tendre, presque animal. [Livre II - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
C'est violent mais c'est tendre, presque animal. [Livre II - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une nuit presque ordinaire[Livre 1 - Terminé]
» Mais tu n'as pas sommeil [Livre II - Terminé]
» Un nouveau lieu de vie mais même mode de vie. [Livre I - Terminé]
» Mais oui, on dirait bien un gros minet, non ? [Livre 1 - Terminé]
» Mais, si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre.Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde... [Livre I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: West End :: Knightswood
-
Sauter vers: