AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Contretemps [Livre I - Terminé]
MessageSujet: Contretemps [Livre I - Terminé]   Ven 6 Mai - 14:54

Pendant le trajet qui me ramenait à l'appartement, je réfléchissais à ce que je devais faire. Il fallait penser à tout, c'était évident, je ne pouvais rien laisser au hasard. Les enjeux étaient énormes, ça j'en avais bien conscience, et une seule erreur de ma part pouvait porter préjudice à mon roi. Hors de question que ça arrive, je me suis promise de faire tout ce qui était en mon pouvoir pour lui être un maximum utile. Je ne pouvais pas faillir, parce que je voulais qu'il me remarque pour mon efficacité, prendre de la valeur à ses yeux parce que j'étais un bon soldat... Et ça commençait maintenant.
Tout d'abord, je devais m'occuper de mon travail. Je ne sais pas pour combien de temps j'allais être indisponible et il me fallait prévoir le coup. Démissionner, je ne pouvais pas. Et si le roi estimait utile que je continue à travailler ? Je n'avais aucune idée de ce qui allait se passer dans les jours à venir, donc le mieux était de me mettre en indisponibilité. Mais dans ce cas, je devais voir un médecin, qui voudrait peut être m'ausculter et là, il verrait la morsure presque effacée sur mon cou que je cachais par un collier ras du cou, sans parler de celle toute fraiche que j'avais à l'épaule. Non... un médecin n'était pas une bonne idée... Un psy ?

Un sourire était apparu sur mon visage alors que je savais exactement quoi faire. Quelques minutes plus tard, je me garais dans le parking de l'hôpital et demandais à voir le psychologue que je devais normalement voir quand j'ai fait mon petit séjour ici la semaine dernière suite à ma tentative de suicide. C'était une chance, il était assez jeune, et je lui ai servi le discours de la pauvre petite épouse qui subit le caractère épouvantable de son mari. Il avait décidé de me faire sortir de force de l'hôpital, je n'avais rien pu dire de peur de subir son courroux, alors je m'excusais pour mon départ précipité qui n'était pas de mon fait. Mais physiquement je me sentais mieux, même si psychologiquement je savais que j'étais au fond du trou. Je lui inventais que mes parents étaient anglais et que j'avais décidé de quitter mon mari pour les rejoindre à Londres, que je verrais un de ses confrères là-bas, mais j'avais besoin d'un certificat pour mon travail.
Suzy n'est pas bonne comédienne, elle le dit tout le temps, mais moi c'est autre chose. Je sens encore le sang de mon maître couler dans mes veines, il me donnait une force d'esprit absolument incroyable. Le psy a tout gobé, et j'ai enfoncé le clou en lui demandant un papier pour son collègue que je choisirais sur place.

Et voilà, un problème de réglé. En restait un de taille : Hugh. Qu'est-ce que j'allais dire à cet imbécile ? Avec un peu de chance il ne serait pas encore rentré lorsque j'arriverais à l'appartement... Pour tout dire je suis même persuadée qu'il ne le sera pas. Quand il part le dimanche, c'est pour voir sa "Désirée", même Suzy en a conscience et... Et peut être bien que je vais jouer là dessus tiens.
Sa voiture n'est pas dans le parking quand je me gare, c'est bien ce que je pensais, il en a au moins jusqu'à ce soir avant de rentrer. Parfait, ça va me donner le temps de faire mes valises. Si Augustus veut absolument que je réintègre le domicile familial je le ferai, mais en attendant, je préfère jouer les filles de l'air. Je ne sais pas comment Suzy fait pour supporter cet imbécile, mais moi je n'y arriverai pas, c'est certain.
Je rentre, prends une douche et vais dans l'armoire pour prendre quelque chose pour me changer. Seigneur, ses vêtements sont tellement fades ! Je prends la plus belle robe, veille à ce qu'elle couvre bien mes épaules et me promets de passer au magasin acheter des sapes un peu plus aux goûts du roi avant de filer vers le manoir Raybrandt. Ce soir je veux être à mon avantage, alors je prends le temps de me coiffer et de me maquiller correctement, puis je fais ma valise, emportant finalement peu de vêtements vu que je compte en acheter.

La valise à la main, je reviens vers le salon et prends le bloc notes pour écrire un mot à Hugh. "Désolée, je n'y arrive pas, je sais que tu es avec elle et je ne parviens pas à me faire à cette idée. J'ai besoin de temps pour réfléchir, accordes le moi. Suzy."... voilà, ça suffira. Cette fois je suis prête à partir. Un dernier coup d'oeil dans le miroir... Je suis métamorphosée, pas de doute là-dessus... et je reprends la valise, pile poil au moment où on sonne à la porte. Bon sang, c'est pas vrai ! C'est quoi ça encore ?! Je peste et vais ouvrir, prenant quand même garde à reprendre un air serein avant de tourner la poignée de la porte qui s'ouvre sur un visage qui ne m'est pas inconnu. Comment il s'appelle déjà ? Owen ? Non, c'est pas ça... Ah oui ! Torben ! C'est le gars qui a partagé ma table au Subway quand ma voiture est tombée en panne. Mon autre vie en quelque sorte. Par contre ce qu'il fiche là... c'est un mystère ! Allez, on sourit !


Torben ?! Quelle surprise ! Qu'est-ce que vous faites là ?
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Contretemps [Livre I - Terminé]   Mar 31 Mai - 15:36

[HJ ; je précise pour le lecteur, que ce rp ci se passe avant mon rp avec jana, et le rp qui suivra avec des vzampires…]


    Seul, isolé. Je me cachais le visage dans la rue, lunettes teintées. Pas aussi voyantes que de véritables lunettes de soleil car je ne voulais pas attirer l’attention, vu qu’il faisait bien moche depuis le soir du premier mai. Mais je ne pouvais prendre le risque d’apparaître visible sur les caméras de la surveillance publique. Et je devais aussi pouvoir éviter d’être reconnu un maximum, même auprès de personnes que j’aurais pu croiser auparavant. Depuis le soir du premier mai, j’étais un homme recherché pour le meurtre de deux policiers, et pour avoir fomenté l’attentat contre la vie de la soit disant reine des vampires, Krystel Raybrandt. Mais je n’étais pas dupe. Cette catin là n’était pas reine. Je le savais depuis longtemps. L’heure était venue de creuser cette intuition que j’avais eue il y a longtemps. Comment obtenir des informations alors que tous les lieux publics et les bars à vampires étaient soumis au contrôle martial ? Je ne pouvais pas risquer de me faire prendre. J’avais encore une femme à aimer, une sœur à libérer, des traîtres à châtier. Et je devais tout mettre au clair avec Jana. Pourquoi s’était elle pris une balle à la place de Raybrandt ? Une seule explication rendait son geste plausible et cohérent, et même celle-ci, je ne voulais l’entendre de peur que la vérité ne me pète à la gueule.


    Privé de tous ces biais de recherches, j’en étais maintenant réduit à faire la liste des gens que je connaissais. Et alors, un nom était remonté. Tannen. J’avais rencontré la femme. Et le nom de son mari avait été évoqué dans un briefing. Le même briefing qui m’avait permis de tomber sur Kate. Les employés de la firme True Blood jouaient souvent avec leurs clients, d’après ce qu’il se disait. Ivre ce jour là, je ne me rappelais que fort peu ce que la femme Tannen m’avait dit sur son mari, sinon qu’ils avaient des problèmes conjugaux. Mais je me souvenais encore de la tête qu’avait l’homme sur la photographie. On nous avait prévenus ; ces pommes de sang suspectées de s’acoquiner avec les vampires étaient notre meilleur moyen de nous renseigner quand le besoin s’en faisait sentir. Mais ces contacts étaient limités. Je me souvenais qu’Andréa m’avait dit il y a quelques mois qu’elle avait une pomme de sang, cadre chez True Blood, comme informateur. Pouvait il s’agir du même ? j’espérais miser sur le bon cheval. Alors, je me rendais en fin de journée chez eux, une fois l’adresse trouvée. Je m’y rendais à pied par souci de sécurité ; un véhicule est aisément pris en filature par caméra vidéo interposée.


    Une fois parvenu à l’adresse indiquée, je grimpais à l’étage de l’appartement. L’endroit paraissait plutôt chic. Machinalement, j’ôtais le cran de sûreté de mon flingue, planqué sous ma veste. On n’était jamais trop prudent, et j’avais jugé bon de me charger en munitions en argent, histoire de voir ce que l’on pourrait bien me faire ainsi armé. Je sonnais finalement à la porte. S’ouvrit alors, et je vis une jeune femme m’ouvrir. Suzy Tannen, la femme que j’avais rencontrée. Elle semblait ne pas me reconnaître, l’espace d’un instant. Elle me reconnut finalement, et me demanda ce que je faisais là. Je ne lui rendis pas son sourire, j’étais trop pressé d’en savoir plus.



    | Bonsoir, Suzy. Je suis venu voir votre mari, aujourd’hui. C’est urgent |


_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Contretemps [Livre I - Terminé]   Mar 31 Mai - 16:15

Bon sang, c'était bien le moment ! Le visiteur ne pouvait pas arriver cinq minutes plus tard, non, il fallait que quelqu'un débarque précisément maintenant alors que j'allais sortir ! Mais je savais que je n'avais pas le choix, je devais, pour un temps, redevenir Suzy. Oh ne rêvez pas ! Je ne vais pas faire revenir l'autre imbécile heureuse ! L'avantage de connaître son existence et d'avoir accès à tous ses souvenirs, d'être une partie d'elle, c'est que je la connais mieux que personne. Je connais ses failles, mais je sais aussi comment elle pourrait réagir à une situation donnée. Jouer la comédie et me prendre pour elle n'est donc pas un exercice difficile pour moi.
Voilà quelque chose qui pourra être utile à mon Seigneur, c'est la raison pour laquelle je pars en laissant ce mot à Hugh Tannen. Si le roi a besoin que je revienne ici, que je reprenne ma place et joue le rôle de Suzy Tannen, alors je le ferai, il sera toujours temps de jouer une comédie d'enfer à son idiot de mari. Il gobera, sans le moindre doute.

Pour l'heure j'ignore encore ce que le roi a prévu pour moi. Je sais que je dois aller voir sa fiancée, me mettre à son service également, lui délivrer un message. Il semble que je resterai à son manoir quelques jours, puisqu'il compte venir me marquer lui-même comme étant une de ses esclaves. Si d'aucuns peuvent trouver ça effrayant, je crois que ce moment est celui que j'attends le plus. C'est un véritable honneur qui m'est fait et j'en ai parfaitement conscience. Combien d'humains deviennent pommes de sang de vampires ? Enormément. Combien sont celle du roi ? Une petite poignée de privilégiés. Cette marque sera comme un accomplissement, la plus grande fierté de mon existence, voilà pourquoi j'ai hâte que ce moment arrive.

Reste à espérer que Suzy se tienne tranquille. Pour l'instant, je me sens sûre de moi. Le sang d'Augustus coule encore dans mes veines et me rendent puissante face à la personnalité endormie de Suzy. Sa présence a d'ailleurs le même effet sur moi. Mais dans quelques heures, demain, quand l'effet de son nectar aura diminué, aurais-je assez de force pour la tenir comme il faut ?
Je ne tiens pas à commettre d'imprudence. Alors je vais me rendre au manoir Raybrandt le plus rapidement possible. Là-bas elle ne pourra strictement rien faire, c'est mieux ainsi. Qu'on enchaîne notre corps s'il le faut jusqu'au retour du souverain, quant je pourrai reprendre ma place. Je voudrais tellement pouvoir la garder sans discontinuer... Peut être, à force de m'abreuver de quelques gouttes de son fluide divin régulièrement, ma force grandira et je resterai définitivement pour le servir. En attendant je dois jouer mon rôle, et je dois être parfaite. Mes vêtements cachent parfaitement les marques laissées par mon Maître, mon attitude ne doit rien trahir.

Quand j'ouvre la porte, je me retrouve face à cet homme qui m'a tenu compagnie il y a quelques jours à peine alors que ma voiture était tombée en panne et que j'attendais mon taxi au Subway. Il n'appréciait pas les vampires, m'avait mise en garde, et cet état de fait me mettait un peu plus sur mes gardes. Que me voulait-il donc ? A moi rien, il voulait voir Hugh. Je me demandais bien pourquoi d'ailleurs, d'autant que son ton était sans appel. Bien... C'est le moment de jouer les épouses trompées et désespérées. A l'évocation de mon mari, je pris un air peiné.



Mon mari...


Je poussais un soupire et refermait la porte derrière lui. Inutile qu'il comprenne que je suis pressée de me débarrasser de lui, la priorité est justement d'être convaincante.


Officiellement il est à son travail, officieusement, c'est une autre affaire.


Je secouais la tête avec un air peiné.


Vous aviez raison. Hugh m'a avoué avoir une maîtresse... Une vampire... Et vous savez le mieux de tout ? Il a essayé de me convaincre que moi aussi je devrais prendre un amant immortel ! Non mais vous vous rendez compte ?


J'avais mis dans ma phrase autant de peine que de colère, jouant à merveille l'outrage dont j'avais été victime. Enfin... Dont SUZY avait été victime !


Dieu sait que j'aime Hugh, et Dieu sait que j'ai essayé d'être patiente et de lui pardonner mais...


Je désignais le mot que je lui avais laissé.


Je ne peux plus... Je le quitte... Du moins provisoirement. J'ai besoin de faire le point. J'essaye de me montrer forte, de garder le sourire, mais au fond je suis dévastée...
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Contretemps [Livre I - Terminé]   Lun 6 Juin - 23:17

    Presque instantanément, je sus que quelque chose clochait. Son ton, son air. Elle me semblait étrange. Malade ? Soucieuse ? Moins malheureuse que la dernière fois, même si la mine qu’elle affichait à l’évocation de son mari n’était pas la plus heureuse et spontanée qui soient. Je ne savais pas trop quoi en penser, mais je sentais que quelque chose n’allait pas. Encore ma foutue parano. Elle ne devait pas etre au courant de ma situation de fugitif ; je ne savais pas si ma photo était déjà diffusée par la police, mais finalement, peu de chances qu’elle me reconnaisse, sinon elle aurait tout de suite fait le rapprochement. La HCV devait régler ce problème avec les autorités au plus vite. J’avais une guerre à mener, il serait toujours temps de me juger pour mes crimes plus tard, là, j’avais vraiment pas le temps ni l’envie, c’était le cas de le dire. Je me pressais donc, bâclais la tâche ; je n’avais même pas vérifié l’ensemble du palier avant d’entrer. Sitôt entré dans l’appartement, la jeune femme refermait la porte derrière moi. Elle m’invitait à rester. Je m’étais attendu à parler dans un endroit calme, mais j’aurais préféré éviter d’avoir la jeune blonde pour témoin. Alors, elle continua sur sa lancée et m’expliqua. J’avais eu raison, quelque chose n’allait pas. Suzy n’avait même pas fini sa phrase que je connaissais déjà l’explication. Vampire. C’était toujours eux. Ces enfoirés de débonnaires. De courtisans. De maîtres parleurs, corrupteurs jusqu’au bout des ongles. Ils n’en avaient eu qu’un de plus, et pas le dernier, en la personne d’Hugh Tannen. L’air peiné de Suzy faisait mal au cœur, mais je n’avais pas de temps à perdre pour la réconforter. Ma tâche avant tout. Le sang m’appelait, il fallait que je résister à cette douloureuse tentation. Le V me pourrissait vraiment la vie, ces derniers temps.


    Suzy m’avoua que son mari avait une maîtresse vampire. Je n’étais nullement choqué, pour le coup. Et j’accueillis la terrible nouvelle avec un calme olympien. Je me sentais froid, et détaché de tout. Moi aussi, j’avais couché avec une vampire. Et même si celle-ci avait été ma femme, elle n’était plus qu’un monstre qui m’avait trahi, et que j’escomptais bientôt revoir. En finir avec cette malédiction, cette véritable épée de Damoclès. Je faisais ce que je pouvais c’était indéniable. Mais pas suffisant. Je devrais me débrouiller si je ne voulais pas devenir complétement fou. Déjà que je ne dormais plus. Ne pas pouvoir conduire était de fait une bénédiction, sinon je me serais probablement tué au volant. Et je remarquais un abaissement général de mes capacités physiques et intellectuelles. J’étais plus lent qu’avant. Je devais dormir, vraiment, mais pas maintenant. Et j’avais vu d’autres choses, la révélation d’un mari infidèle ne me fit pas sourciller. J’étais légèrement plus attristé par Suzy lorsqu’elle me révéla que son mari lui avait suggéré de prendre elle aussi un amant immortel. Corrompu jusqu’à lma moelle, ce type était devenu un vrai déchet. Mais il n’était pas là. Pas là. Je devais trouver une solution, et vite.



    | Je suis désolé Suzy, je ne savais pas que les choses iraient si loin entre vous. J’espère que vous parviendrez à surmonter tout ça. |


    Elle me raconta sa situation. Etrange, la façon qu’elle avait de se confier. Elle me semblait autrement plus forte la dernière fois, tout en étant plus fragile. Je la sentais toute… chose. Comment révèle t’on le plus naturellement du monde que l’on est brisé par ce qui nous arrive ? Jamais de façon si stoïque. Avait elle bu ou pris de la drogue ? Je n’en savais rien. Je ne sentais rien de là où j’étais. Tout juste si ses pupilles étaient plus dilatées que la normale. Ingérer du sang de vampire les dilatait à l’extrême, comme chez les chats de nuit. Ma compassion pour elle en pâtissait, je ne comprenais pas sa réaction alors que j’avais moi-même été véritablement détruit quand on m’avait arraché ma femme. Je souris, mais sans ressentir la moindre joie ou le plus petit amusement. Quelque chose clochait, je savais pas encore ce qu’il s’était passé dans cet appartement, mais j’allais le savoir. Et d’ici quelques heures, il y aurait du sang de vampire partout, j’en jurerais.


    | Je suis vraiment désolé, Suzy. Mais j’ai vraiment besoin de réponse à mes questions. Vraiment. Oui. Vraiment. Je dois savoir. |


    Je sortais mon arme de sous mes vêtements, et la posais sur la table de la salle à manger toute proche. Je ne m’en éloignais guère, sans pour autant la garder en main. Je posais un argument sérieux pour la convaincre de savoir ce qu’elle savait. Quitte à lancer tout Interpol et Scotland Yard à mes trousses après ce coup fumant. Les infos des Tannen étaient là seule chose dont je disposais pour résolver tous mes problèmes.


    | vous allez me dire qui voyait votre mari. Et où. Et quand. Et comment. Je veux tous les détails, même les plus sordides. Je veux savoir quels vampires il a côtoyé, et dans quels endroits il se rend pour le faire. Vous êtes sa femme, pour savez forcément quelque chose. Et ce quelque chose m’est très précieux. Et je veux aussi tout savoir de vos propres relations avec des vampires, et si vous-même avez pu voir cette maîtresse de votre mari. |


_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Contretemps [Livre I - Terminé]   Mar 7 Juin - 0:28

[HRP : Tain j'ai lu "J'ai sorti mon arme de mes sous-vêtements"... Et là j'ai imaginé Torben sortant son flingue de son slip kangourou... Je ne devrais pas RP si tard moi... XD]


Je suis Suzy Swing Tannen, épouse d'Hugh Tannen... Je suis Suzy Swing Tannen, épouse d'Hugh Tannen... Intérieurement, je me répétais ces mots comme un mantra. Je devais être convaincante, et surtout faire en sorte qu'il ne s'attarde pas ici. C'était Hugh qu'il voulait, malheureusement, ni moi ni son idiote de femme ne savait où ce fourbe se cachait ! Peu importe, je gagnais du temps, tout en essayant de ne pas trop en perdre. Bon sang mais pourquoi avait-il décidé de frapper à ma porte justement maintenant ? J'étais sur le départ, à 5 minutes il aurait trouvé porte close ! Je commençais sérieusement à détester tout ce qui faisait partie de la vie de Suzy. Son mari en premier, mais aussi cet appartement tellement commun et bon chic bon genre et les gens qu'elle fréquentait ! Ce type était louche, il n'était pas un Monsieur tout-le-monde qui cherche un de ses potes. Non, mon instinct me disait qu'il était dangereux. J'avais pu puiser dans les souvenirs de Suzy et je savais que c'était lui qui lui avait mis la puce à l'oreille pour les vampires. Il les détestait... Il était dangereux pour mon maître, je devais faire très attention. Au pire des cas je me sacrifierai, mais je ne le laisserai pas s'approcher ne serait-ce que d'un pas de mon Roi.

Tous mes sens étaient en éveil, et je tentais par tous les moyens d'accéder à un maximum des souvenirs de Suzy. C'était relativement facile, mais malgré tout frustrant de ne pas pouvoir prévoir ce qui allait se passer. L'homme ne semblait pas dans son état normal, en tout cas il était très différent de la fois où Suzy l'avait vu. Suzy aussi était différente, il devait le sentir, c'était logique. Je devais donc continuer à jouer le jeu le mieux possible pour réussir à m'en débarrasser. Parce que c'était ça le but, partir le plus vite possible pour rejoindre le manoir Raybrandt comme mon maître me l'avait demandé. Plus vite j'y serai, plus vite je serais sous la surveillance de vampires. C'était nécessaire. Pour l'instant le sang de mon Roi coulait encore dans mes veines, mais quand ça ne serait plus le cas ? S'il n'était pas à proximité, aurais-je la force d'empêcher Suzy de revenir ? Je ne pouvais pas en être sûre, il faudrait que je voir sur place, mais juste au cas où je n'arriverais pas à la garder enfermée, juste au cas où elle reprendrait sa place, je préférais être sous contrôle. Augustus avait promis de revenir... Dans quelques jours de ce que j'avais compris, pour me marquer officiellement. Au pire je pourrai revenir à ce moment là.

En attendant je décidais de tout raconter à Torben. En tout cas, ça expliquerait ma valise, mon histoire était cohérente et logique... Et en grande partie vraie ! Il fallait que je joue là-dessus, je ne racontais pas n'importe quoi et je devais encore plus m'en persuader. Avouer que j'étais une femme trompée était une chose, que mon mari ait en plus essayé de me persuader de faire la même chose en était une autre. Il fallait connaître les effets que le V pouvait avoir sur l'humain pour se rendre compte à quel point il pouvait tomber bas. Car oui, même si je l'étais moi-même, mon Maître avait raison, Hugh ne me méritait pas et cette attitude était ignoble. L'air dégouté que je prenais ne faisait que renforcer mon discours, et Torben me dit être désolé. Je hochais la tête.



J'espère aussi. Je compte partir quelques jours loin de tout ça. Et puis peut être qu'ainsi ça fera réagir Hugh ? Je ne sais pas... Dans mon fort intérieur je n'ai pas envie de le quitter, d'un autre je dois me protéger. j'espère... J'espère encore. Mais j'ai besoin de temps...


Je continuais de lui narrer mes mésaventures, histoire d'en rajouter une couche. Je ne sais pas si pareille histoire est commune depuis que les vampires se sont révélés, mais je dois avouer qu'il y a de quoi écrire un livre. Hugh Tannen avait complètement perdu la raison, c'était bien la seule chose pour laquelle je rejoignais Suzy. Sauf qu'elle n'en avait pas encore assez entendu pour le quitter cette idiote ! Non mais il lui fallait quoi dites-moi ? Remarquez on s'en fiche maintenant, j'ai le contrôle, et j'ai décidé que ce soir, Hugh ne reverrait pas sa femme. La reverrait-il seulement un jour ? Ca serait au Roi d'en décider, je lui appartenais dorénavant et il était le seul maître de mon existence.
Torben s'excusa, me dit qu'il avait besoin de réponses à ses questions. Et quand il a sorti son arme, j'ai eu un instant d'arrêt. Mais il l'a posée sur la table. Le geste était cependant assez clair et menaçant... Je déglutis avec difficulté.



Désirée.... Elle s'appelle Désirée. C'est tout ce que je sais d'elle. Hugh prétend toujours aller travailler. C'est ce qu'il m'a dit en partant ce matin. Je n'ai aucune idée de l'endroit où il la retrouve...


Je me reculais, comme effrayée, et me plaçais contre le mur.


Le jour où il m'a avoué ça, mon monde s'est écroulé. Tout ce en quoi je croyais... balayé. Je l'ai quitté une première fois, et j'ai fait une tentative de suicide. C'est lui qui m'a trouvée, et il m'a promis de changer... Mais il la voit toujours. Si je pouvais vous vendre cette catin je le ferais !


Mes yeux s'étaient embués de larmes et la colère pointait dans mes mots. Je vivais cette situation à travers ses yeux à elle, j'en ressentais la frustration et la haine qu'elle avait pu éprouver, bien malgré elle, parce que Suzy Swing Tannen n'aimait pas haïr.


Vous savez ce qu'il a osé faire ? Pour m'aider à guérir plus vite, il a mis du V dans mon thé ! Quand je m'en suis aperçue j'étais folle de rage ! C'est pour ça que je pars, je ne peux pas continuer à le laisser me faire ça, il est hors de contrôle !


Mon regard s'était fait suppliant.


Il faut que je parte avant qu'il ne rentre. Si vous voulez être sûr de le voir, restez ici, il rentre toujours... Mais je ne veux plus l'affronter. Il sait parler, il sait que je suis faible avec lui... Et je veux quitter cet endroit, quitter ce lien que j'ai malgré moi avec les vampires... Par Hugh et sa Désirée, et par ce foutu sang qu'il m'a fait boire... vous comprenez ?
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Contretemps [Livre I - Terminé]   Mer 15 Juin - 18:50

    Je vis la jeune blonde déglutir. Là, elle savait qu’elle n’avait plus droit à l’erreur. Elle avait conscience qu’elle m’avait poussé à bout, bien que tout ce qui m’arrivait n’était pas de son fait. Ses retranchements, je passerais par-dessus. Je ne pouvais me permettre de lambiner, et je ne lambinerais pas. J’étais un combattant et les combattants ne s’avilissaient pas, sauf en cas d’extrême nécéssité. Force était de constater que la nécéssité était désormais tout ce qui pouvait me guider. Désirée. Ce nom ne me disait rien. Se pouvait il qu’il s’agissait de cette vampire française que j’avais jadis pourchassé dans le métro de la métropole ? Je ne me rappelais pas son nom. Je ne savais même pas si elle me l’avait dit. Mais je me souvenais encore de ses intonations chantantes de sa langue maternelle. Et Désirée était un nom français. Y avait il beaucoup de vampires de cette origine là en Ecosse ? Je n’en savais rien. Je devais bien commencer par quelque chose. Le fait était que je n’étais guère beaucoup plus avancé qu’avant, si du moins j’avais cependant un nom désormais. Un nom était une forme de pouvoir, une connaissance à la fois certaine, assurée et une base de départ comme une autre. Au moins avais je déjà retiré quelque chose de sa rencontre. Peut être devais je me rendre au siège de Tru Blood et y mener mes propres investigations ? Je n’en savais rien, mais sans doute cela pourrait il me procurer des informations supplémentaires. Seulement, qui dit multinationale dit aussi sécurité renforcée. Difficile de se rendre bien compte du danger que je prendrais en allant là bas, pourtant cela me semblait désormais le seul chemin à emprunter. La jeune femme reculait. J’avançais, augmentant la pression que j’exerçais sur elle. Inutile pour elle de se défendre, je ferais ce qu’il fallait, point barre.


    Elle m’expliqua encore son petit cauchemar personnel. Cela ne fit que renforcer ma détermination. Avait elle seulement une idée de ce que moi, j’avais vécut ? pas la trahison, ça non, jamais. Mais la souffrance… J’en étais devenu fou. Je l’étais toujours, et ne changerais plus, j’en avais maintenant la profonde certitude. Suicide. J’y avais pensé de nombreuses fois, sans jamais passer à l’acte. Je n’étais pas opposé à ces idées en les taxant de lâcheté, elles exigeaient cependant une forme de courage dont j’étais totalement dépourvu, et on ne pouvait pas dire que j’étais particulièrement bon à ce que je faisais non plus. Je serais fichu de me rater, comme l’avait fait Suzy de toute évidence. Elle pleurait. Je ne faisais rien pour l’aider. Dans ce fichu monde de merde, on était tous abandonnés à notre sort, et c’était tout ce que je pouvais lui infliger comme leçon. Je ne pouvais pas l’aider, même si je l’aurais voulu. C’était à elle de trouver la force de surmonter cette situation de merde.



    | Alors faites le. Et je règle une partie du problème en un minimum de temps et de poudre. |


    je me sentis cependant à même de la mettre en garde contre ce qu’elle avait vécut. J’avais moi-même senti la morsure des vampires et leur douloureuse bénédiction, suffisamment en tous cas pour vouloir m’en défendre.


    | Vous devez prendre garde. Une goutte vous rend dépendant. Vous pouvez vous sevrer, mais le ou la vampire dont venait le V vous attirera désormais. Et vous en rêverez. Charnellement. Prenez garde, donc. Votre mari vous a fait là un cadeau empoisonné. |


    je comprenais effectivement. Elle voulait partir, je ne pouvais l’en empêcher. Je devrais contrôler le bâtiment en attendant le retour du mari et de sa pute vampire.


    | Je comprends. Partez. Fermez la porte, mais pas à clef. Je peux attendre. Mais si vous dites un mot à qui que ce soit de ma présence ici, vous le regretterez. Amèrement. |[/b][/color]


_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Contretemps [Livre I - Terminé]   Jeu 16 Juin - 0:06

Donner... lâcher du lest. Donner ce que je pouvais pour garder pour moi les choses importantes. si je me fermais complètement, je sentais bien qu'il aurait des soupçons, qu'il ne me lâcherait pas. Et puis après tout comme ça, je faisais d'une pierre deux coups. Je protégeais mon maître, et je donnais Désirée. Brave petite Suzy... Tu vois ? Pour te remercier de me laisser ton corps, je t'offre cette subtile vengeance. Profites en, c'est bien la dernière fois que je pense à te faire plaisir...

Mon ton est en tout cas des plus convaincants. Il semblerait que je sois douée pour jouer les blondes. Parce que finalement c'est une partie de moi ? Oui, une partie enfouie, et bien enfouie ! Qu'il en soit ainsi, et surtout, que les choses restent ainsi ! Je n'imagine pas un instant laisser Suzy reprendre le contrôle, c'est inenvisageable, bien trop dangereux pour les projets du roi ! Je suis un de ses soldats à présent, ou plutôt une de ses esclaves. Je lui serai dévouée jusqu'au bout et je compte bien prouver ma fidélité à sa cause en faisant tout ce qu'il me dit de faire. Et ce soir, j'ai rendez-vous au manoir Raybrandt. Je compte bien m'y rendre, et je compte bien délivrer le message qu'il souhaite transmettre à sa future épouse.

Cette mission me galvanise, comme tout ce qui peut venir de lui. Il est entré en moi telle une obsession et si une partie de moi a voulu le combattre, c'est l'autre partie, la plus forte, celle qui voulait le servir qui a gagné la bataille. Aucun étonnement à avoir à ce propos, c'est on ne peut plus logique. Je suis vraiment plus forte, c'est une évidence, et je réussis à bien tenir mon rôle face à cet homme qui, je le sens, peut devenir un danger.

Et voilà que maintenant il me met en garde... Je vais rêver de lui charnellement ? Si mes yeux s'écarquillent d'horreur, intérieurement je ris. S'il savait... Je ne fais pas que rêver de lui. Je lui appartiens, et cette fois corps et âme. Il est le maître de mon existence, le seul dieu que je vénère...
Mais pas Suzy... Et c'est à Suzy que cet homme pense parler. Alors je continue de jouer son rôle.
Comme paniquée encore plus par ce qu'il vient de me dire, je me montre pressante à partir. Oh non, je ne veux surtout pas recroiser mon mari ! Vous pensez... Il est bien capable de réussir à m'embobiner encore ! Cette décision de partir aura été difficile, pour la mener à bien et espérer sortir de cet enfer et retrouver une vie normale et saine, je dois quitter cet endroit tout de suite.

Il entre dans le jeu, me glisse une menace qu'il ne prend même pas la peine de voiler. Je n'en ai cure... qu'il attende ici, et peu importe ce qui se passera. Avec un peu de chance ce soir j'aurai réussi à nous débarrasser de Hugh Tannen. Mais moi ma place est ailleurs, auprès de mon Seigneur. Je garde encore cet air à la fois triste et apeuré et plie un peu les genoux pour attraper ma valise. Je prends mon sac à main sur la commode et ouvre la porte, jetant un dernier regard à l'homme.



Au revoir Torben.


Advienne que pourra... Et je ferme la porte avant de dévaler les escaliers pour rejoindre ma voiture. Cette fois plus aucun obstacle, je file direction le manoir Raybrandt vers mon nouveau destin.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Contretemps [Livre I - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Contretemps [Livre I - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]
» Mission Intrigue "Le Pacte des Loups" [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: Centre-ville
-
Sauter vers: