AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Hey, tu les as vu ? [Livre II - Terminé]
MessageSujet: Hey, tu les as vu ? [Livre II - Terminé]   Jeu 3 Avr - 16:51


Depuis la convocation de Swayne je ne l’avais pas revu, en revanche je conservais un œil sur elle et même plusieurs. Outre quelques informations sans importance une donnée était ressortie : je n’étais pas le seul à la faire surveiller. Ceci était aussi curieux que dangereux tant que j’ignorais l’identité de ceux qui la faisait suivre. Il me fallait déterminer le pourquoi de cette seconde filature, aussi je l’avais une nouvelle fois convoquée. Non pas dans mon bureau de la Reds cette fois, mais dans mon récent bureau de la BACA. Je n’avais pas besoin à proprement parler de ça mais en revanche que j’y sois vu pouvait avoir son importance. Le pouvoir, à quelque niveau que ce soit, nécessitait de voir et d’être vu.



Message oral transmis par un messager humain



Bonjour Swayne,
Je vous attends à mon bureau de la BACA demain soir à 01h, aucun refus possible.
J.Guillemaud



Une convocation simple et brève mais je ne voulais rien dire d’autre tant qu’elle ne serait pas en face de moi. Ce message lui serait transmis par un humain que j'hypnotisais régulièrement. A chaque fois qu'il me quittait, il oubliait que j'étais à l'origine du message. Une fois le message transmis, il l'oubliait tout comme il oubliait l'avoir transmis. Bien entendu je lui appliquais une hypnose bien spécifique qui le ferait mourir d'une crise cardiaque si quelqu'un tentait de l'interroger ou encore de l'hypnotiser. C'était là une technique longue à mettre en place mais efficace.

Que Swayne, pour en revenir à elle, soit filée n’augurait rien de bon tant qu’en en ignorait la cause aussi désirai-je tirer ce point au clair. J’avais choisi cette date car je devais diriger une réunion des officiers de la Garde ce soir-là.

Lorsque le taxi me déposa devant les locaux du Bureau, je restai un instant immobile sur le trottoir pour observer l’édifice avant de m’y engouffrer. Je me présentai à l’une des trois réceptionnistes avant d’emprunter l’un des escaliers menant aux autres étages. J’étais bien en avance et optai pour un peu de sport. En arrivant à l’étage correspondant je vis que quelques vampires tâtaient du ballon mais en usant de leurs compétences de vampires. Je décidai de me joindre à eux après m’être changé, leur indiquant de ne pas tenir compte de mon rang durant la partie. Au début ils conservèrent une certaine retenue avant que je ne les pousse un peu et que le goût de la compétition ne prenne le dessus. Le bruit lorsque que nos pieds frappaient le ballon sonnait fort sur le terrain, tout comme celui des arrêts des vampires postés dans les buts. Je quittai la partie une heure avant le début de la réunion, remerciant mes camarades de jeu pour la partie tandis qu’ils me saluaient. Après une douche bouillante je passai mes habits de travail (cf mon avatar) et me dirigeai vers mon bureau. Je voulais éplucher quelques dossiers avant de lancer la réunion.

A un moment je relevai la tête d’un de mes dossiers posai mon regard sur le bureau vide de feu le Prince Léopold. La Reine n’avait pour le moment placé aucun remplaçant à son poste, pas sûr que cela durerait. Me concernant après sa venue mouvementée dans les locaux de la Reds, j’avais décidé de me recentrer sur mon rôle de Général. Il était temps de montrer que je pensais à mon espèce, que j’étais capable d’apprendre et de progresser.

Après avoir terminé ceci je sortis de mon bureau et entrait dans la salle de réunion, ma secrétaire sur mes pas portant plusieurs dossiers dans ses bras qu’elle distribueraient à chaque participant. Les officiers de la Garde eux avaient déjà pris place et se turent à mon arrivée.


Mesdames, Messieurs. dis-je avant de m’assoir en bout de table. Merci d’être tous venus, nous allons pouvoir commencer. dis-je avant que chacun me fasse part de leur travail. Chacun devait me faire remonter toutes sortes d’informations et de données au sujet de leurs équipes. Les problèmes, les histoires et les rumeurs ou encore les exécutions. La réunion dura jusqu’à 00h45, heure à laquelle je décidai d’y mettre fin et de renvoyer les officiers à leurs tâches.

Prochaine réunion la semaine prochaine. N’oubliez pas, l’ennemi est partout et porte de multiples visages. Il guette et agit à l’extérieur mais aussi en notre propre sein. Soyez vigilent et préparez vos hommes. dis-je avant de me lever et de quitter la pièce avant qu’ils n’en fassent de même. Après que j’ai repris place derrière mon bureau, ma secrétaire vint m’annoncer l’arrivée de Swayne. Bien elle était à l’heure – un quart d’heure d’avance étant être à l’heure à mes yeux – aussi pris-je le dossier qui trônait encore sur mon bureau sous clé avant d’en sortir un autre et de le placer devant moi, fermé.

Bonsoir Swayne, prenez place. lui dis-je d’un signe de main avant de poursuivre. Qu’en est-il de votre mission ? Il est temps de comparer vos paroles à celles de mes informateurs. Je vous écoute. lui dis-je d’un ton neutre, dépourvu de toute indication susceptible de l’informer de mon sentiment à son sujet.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hey, tu les as vu ? [Livre II - Terminé]   Jeu 3 Avr - 23:18

Cela devait faire deux semaines, peut-être trois, que Guillemaud et moi nous étions vus dans les locaux de la Redsecurity. Beaucoup de choses s’étaient passées depuis, choses qui, je l’espérais, n’étaient pas parvenues à son oreille. Je ne le connaissais guère, et si tel était le cas, sa réaction serait imprévisible. Je ne souhaitais pas réellement m’y confronter. Il n’avait, de toute façon, rien à dire à ce sujet, s’il n’avait pas été averti. Je n’avais toutefois guère avancé dans la tâche qu’il m’avait confiée, auquel cas je serai entrée en contact avec lui comme convenu. La patience n’était toutefois pas le fort des vampires de manière générale, et Guillemaud ne faisait visiblement pas exception à la règle, au vu du message qu’un humain était venu me transmettre de sa part. Quelle allait être sa justification, pour une demande si péremptoire ?

Je m’étais préparée à mon habitude, classe et sensuelle mais sans vulgarité et sans être aguicheuse, et avais prit ma voiture pour me rendre à l’endroit désigné – aucun doute que les employés de Badenov me suivraient. Ceux de Guillemaud, en revanche… Probablement, s’il envisageait une fuite de ma part et qu’il voulait la contrer. Le trajet fut rapide, si bien que je me présentais à l’entrée bien une demi heure à l’avance. Ca n’était cependant pas de trop : si j’avais accès librement à certains lieux en tant que sous-officier, les lieux les plus hauts ne m’étaient pas accessibles sans contrôle et vérification que je n’étais pas armée. J’aurai pu… Mais mes crocs et ma force étaient aussi une arme. Et si j’avais eu l’idée de dissimuler une fine lame sur moi, ils ne l’auraient pas forcément trouvée.

Une fois soumise à ces mesures de sécurité, j’avais attendu que l’on daigne me signaler d’entrer. Je ne savais pas réellement le motif de l’attente, mais peu m’importait. Ca ne me regardait pas réellement, et quand bien même aurais-je souhaité le savoir que je n’aurai pas eu ce droit. J’avais attendu un temps certain dans la salle d’attente, tenta nt de réfléchir à la mesure de ce que je pouvais confesser ou non, quant à ma non exécution de son ordre, de ma mission. Clairement pas la vérité. Pas plus que je ne pouvais impliquer la Reine, ou Badenov. Je n’avais que moi pour me tirer de ce mauvais pas, car il allait sans nul doute ne pas prendre la nouvelle placidement et en douceur.

Peu importait. Les dés étaient jetés, je ne pouvais inventer quelque chose qui ne se vérifierait pas. Prétendre m’être postée aux abords des ‘locaux’ de la meute serait stupide. J’entrais, alors qu’il déposait un dossier sur son bureau – que contenait-il ? Les comptes rendus orchestrés par ceux qui m’avaient suivie ? Des informations qu’il avait lui-même, ou certains de ses agents, récoltés sur les loups ? Je le saurais en temps voulu, supposais-je, alors que je m’asseyais suite à ses instructions.

« Général. Je ne doute pas que vos agents chargés de me suivre, excessivement bien dissimulés ou non quoi que je pense qu’ils s’agissent là de leurs instructions, vous aient fait le rapport du néant dans lequel je suis actuellement quant à la mission que vous m’avez confiée. Au delà de l’importance évidente de votre mission, il faut savoir ne pas s’y lancer la tête la première sans assurer ses arrières et la meilleure manière de faire, au meilleur moment. Or, ce moment n’est pas encore arrivé. Je n’ai par conséquent aucune avancée à vous transmettre, mais je ne doute pas que vous ayez déjà été au courant. »

Nulle effronterie de ma part, un ton neutre tout au plus, énonçant brièvement les faits. S’il y voyait plus loin, il comprendrait que je n’étais pas dupe, et que sans pour autant la cerner, je me doutais que la réelle raison de ma présence ici n’était pas de savoir l’état de ma mission. Il me faisait suivre comme il me l’avait stipulé, c’était un fait, Ses agents ne pouvaient pas être des incapables, et leurs rapports se devaient d’être complets, et de souligner de toute évidence que je n’avais pas été à proximité du lieu de vie, ou de réunion, des loups. Aussi, n’ajoutant rien, j’attendais.

|HJ| Désolée, c’est un peu naze x.x

_________________
“There are people in this world who deal only in extreme. It's naive to think that anything less than extreme measures will stop them.” (Arrow)


Rewards & stuff:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 11
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Messages : 5725
Membre du mois : 8
Je crédite ! : Avatar : Ash | Nao (signature) | Kanala (rewards)
Localisation : Le cimetière
Humeur : Sanguine
Autres comptes : Alexis Prudence Lindon
Modératrice
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hey, tu les as vu ? [Livre II - Terminé]   Mar 8 Avr - 18:35


Les paroles de la vampire firent naître un sourire sur mes lèvres, que j’affichais volontairement sans pour autant lui en donner la raison pour le moment. Je me contentais donc de la laisser terminer son monologue en maintenant mon regard sur elle. Rien de menaçant, rien de cordial pour autant. Swayne avait une aisance avec le verbe qui n’était pas courante chez les vampires, elle venait d’en montrer la preuve. Elle présentait les choses pour faire paraître son inefficacité comme normal et même comme preuve de sa compétence à s’acquitter de sa mission. Pour autant elle finissait sa tirade par quelques mots qui lui permettaient de souligner que son explication n’était pas un manque de respect. Fascinant…

Heureusement que je vous ai rencontré Swayne, je n’aurais pas voulu manquer cette leçon de votre part quant à la manière de s’acquitter d’une mission. dis-je en conservant mon sourire faussement ravi, ne lui permettant pas ainsi de savoir avec certitude quel était mon ressenti face à ses paroles.

Quoi qu’il en soit un autre que vous m’a fourni les informations que je vous avais demandé. dis-je soudainement, curieux de voir sa réaction à savoir que quelqu’un avait été plus efficace qu’elle. En même temps quoi de plus normal étant donné que cette personne était une louve de la meute ? En effet la femelle avec qui je « collaborais » m’avait permis d’obtenir quelques informations non négligeables sur la meute, en plus d’attirer la PES sur la meute pour une affaire de meurtres.

En dépit de votre manque de résultat pour cette mission, je vais vous en confier une autre qui correspondra davantage à votre niveau de compétences. lui dis-je ensuite en amorçant un nouveau test de la vampire. Yates m’avait fourni quelques noms de sanguinistes comme le stipulait notre accord, bien que cela fasse à présent quelques jours que je n’avais plus de nouvelles de lui. Peu importe. Je voulais qu’elle capture et m’amène l’un d’entre eux pour interrogatoire.

Trouvez ce vampire. lui dis-je en sortant une photographie du dossier que j’avais devant moi, et lui tendis en prononçant son nom avant de poursuivre. Capturez-le et ramenez le moi ici en vie. Vous avez une semaine Swayne. dis-je, cette fois sans aucun sourire sur mon visage, d’un ton neutre.

Autre point à aborder Swayne : je ne suis pas le seul à vous faire suivre. Un groupe d’individus se relaie pour vous filer. Mes agents sont en train de les filer à leur tour pour en apprendre davantage à leur sujet et savoir ce que vous avez fait pour vous attirer la surveillance d’un tiers. dis-je encore avant de me taire. J’ignorais qui étaient ces individus mais cela ne devrait pas durer. Ce que j’ignorais sur elle était un danger potentiel et il me fallait réduire cela à rien. Qui pourrait vous en vouloir au point de payer pour vous avoir à l’œil ?
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hey, tu les as vu ? [Livre II - Terminé]   Mer 9 Avr - 10:51

Je réprimais le sourire et la réplique sarcastique qui menaçaient de naître sur et par mes lèvres, alors qu’il répondait à ce que j’avançais quant à la non réalisation de la mission. Ce qu’il pensait réellement de cela, je ne pouvais le savoir – cependant, que sa réponse soit une vaste fumisterie ne faisait aucun doute. Fort de sa position, s’il ne pouvait négliger les atouts des vampires qui lui étaient inférieurs en âge et en grade, il devait être suffisamment compétent auquel cas il ne serait pas à la place qu’il occupait aujourd’hui – et de fait, ce que je venais de lui dire ne devait avoir aucune espèce d’importance pour lui, si ce n’est pour constater ma confiance en ce que je fais, ou ne fais pas en l’occurrence, et ma capacité à affirmer de telles choses sans me laisser écraser par le fait que je sois en tort vis à vis de mes engagements, ou par sa puissance comme un vampire plus jeune aurait pu l’être.

J’arquais un sourcil, alors qu’il stipulait avoir obtenu ce qu’il souhaitait par un autre intermédiaire. Voilà pour le fait que je devais être seule pour l’affaire, comme il me l’avait affirmé lors de notre première rencontre. Cela m’indifférait, en soit. Mes capacités étaient requises ailleurs, et pour quelque chose de bien plus important. Devais-je pour autant souligner le fait qu’une autre personne était sur le terrain ? « Il est heureux que cet informateur et moi n’ayons pas empiété sur les plates bandes l’une de l’autre, en ce cas. » Tourner à mon avantage mon manque de diligence à m’occuper de cette affaire ? Parfaitement, sans vergogne aucune. La honte n’était-elle pas inexistante chez les vampires, de toute façon ?

Je le dévisageais, alors qu’il m’annonçait vouloir me confier une autre mission. Ainsi, il se désintéressait de mon manque d’efficacité ? Ou bien voulait-il me mettre à l’épreuve, avant de décider de mon sort. Peu importait. Avant même de prendre connaissance de la tâche qu’il voulait me confier, je doutais d’être en mesure de l’effectuer, dans l’état actuel des choses. J’attendais tout de même, sans briser le silence, qu’il en dise plus sur ce qu’il désirait me voir faire. Je jetais un bref coup d’œil à la photo, conservant un air impassible. Je connaissais le vampire, de toute évidence. Pas personnellement, mais je le connaissais – ou du moins de visage et de nom, si je ne l’avais pas réellement fréquenté. Il frayait avec la progéniture d’un des enfants vampiriques de mon créateur – avec un de mes frères. Que j’allais amener à sa mort véritable sous peu.

Je m’efforçais rapidement de dévier de ces pensées, qui auraient pu briser mon masque de neutralité. Je ne trahirais pas ce secret que je dissimulais, et encore moins que Badenov, Erin et moi travaillions activement à démanteler le tout. Que Guillemaud se renseigne à ce sujet n’était pas à voir d’un bon œil, toutefois – quelqu’un d’autre avait du parler, indéniablement. Badenov le savait-il ? Me dissimulait-il des choses à ce sujet ? Si tel était le cas, nous allions devoir avoir une discussion, prochainement. Sans avoir tous les paramètres entrant en jeu concernant les Sanguinistes, je prenais des risques inutiles – mais peut-être était-ce son but, de m’amener à être décimée au cours d’une de ces missions. Feindre l’innocence quant à ma mort n’en serait que plus aisé.

La fureur dut apparaître brièvement dans mes yeux, mais c’est d’un calme olympien que je prenais la parole. « Je crains ne pas être en mesure de vous amener ce vampire, Général. Je marquais une courte pause, cherchant une justification qui n’amènerait pas à discussion, sans divulguer le démantèlement en cours des Sanguinistes. Le bluff était ma seule option, et je devais m’assurer de ne pas me retrouver piégée s’il me présentait ainsi d’autres Sanguinistes à lui amener. Avec un peu de chance, la progéniture de Charles s’y trouverait, et je pourrais donc justifier mon impossibilité à agir par le fait que je n’étais pas en droit de lever la main sur eux. Il a subi la mort véritable hier soir. La progéniture d’un de mes frères vampires entretenait une relation avec lui, et a bien mal vécu cette nouvelle. »

Mon contrôle était impeccable, et il pourrait difficilement remettre en cause ce que je lui disais. J’avais commencé ma vie d’épouse humaine déchue en excellant dans l’art de la manipulation, de l’usage des informations en ma possession à mon avantage quitte à les déformer, et mon siècle d’existence m’avait permis de perfectionner cet atout que j’avais. Peser le poids de mes mots et de ce que je divulguais pour en tirer tout le potentiel m’était aussi naturel que de sortir mes crocs pour me nourrir. A l’instar du sien, seule la neutralité transparaissait sur mon visage.

Je réprimais à nouveau un léger sourire, alors qu’il affirmait que ses agents et lui n’étaient pas seuls à me filer. Si Badenov était au fait que Guillemaud me faisait suivre, la réciproque n’était pas vraie – et ne le serait pas. Je devais imputer cette filature à quelqu’un d’autre. Il ne me fallut que peu de temps pour trouver un coupable. Alexei. Trempait-il encore dans des affaires louches ? Ou plutôt, auprès de qui ? Si je me fiais à l’histoire de Sergeï, son charmant frère, je pouvais supposer aisément que la mafia était impliquée. On y entrait, mais on en ressortait que dans un cercueil. « La mafia, probablement. Ma… relation avec Ivanov, l’humain, ne doit pas être vue d’un bon œil. » Comment accueillerait-il cela ? Impossible à dire. Je ne pouvais qu’attendre. Voir s'il relèverait mon implication avec Alexei, alors que je le savais avoir été en contact avec lui. S'il ne se soucierait que de la mafia faussement impliquée.

_________________
“There are people in this world who deal only in extreme. It's naive to think that anything less than extreme measures will stop them.” (Arrow)


Rewards & stuff:
 


Dernière édition par Freyja Swayne le Dim 13 Avr - 17:51, édité 1 fois
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 11
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Messages : 5725
Membre du mois : 8
Je crédite ! : Avatar : Ash | Nao (signature) | Kanala (rewards)
Localisation : Le cimetière
Humeur : Sanguine
Autres comptes : Alexis Prudence Lindon
Modératrice
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hey, tu les as vu ? [Livre II - Terminé]   Sam 12 Avr - 16:18


La vampire était une femme de caractère, il était clair qu’elle saurait se tirer de n’importe quel mauvais pas. Pour autant je n’allais pas bouder mon plaisir à montrer son incompétence, tout comme celui de la punir un peu. Rien de bien méchant mais bien suffisant pour lui rappeler que je n’acceptais pas l’échec.

Cela aurait été difficile en vérité, vous n’évoluez pas au même niveau. dis-je en affichant un léger sourire. La louve et la vampire n’avait pas grand-chose à voir en effet, la première m’étant à l’heure actuelle bien plus utile que mon interlocutrice. D’autant que la lycan elle pourrait m’avoir bien plus d’informations sur ses pairs que Swayne ne pourrait jamais en avoir.

Lorsque je lui annonçais sa nouvelle mission tout en lui montrant une photographie de sa cible, je crus déceler une lueur de colère dans la prunelle de ses yeux, si éphémère que j’en vins à me demander si je l’avais réellement aperçu. Pour autant ses paroles me firent sourire par leur contenu. Comme par hasard le vampire que je lui demandais de tuer venait de mourir la veille. Si son ton et ses paroles semblaient abonder dans son sens, un élément me fit tiquer aussi décidai-je de l’interroger à ce sujet.


Un de vos frères ? Dois-je comprendre par-là que vous avez le même créateur ? Quel est l’identité de votre frère et de votre créateur Swayne ? lui demandai-je donc, notant dans un coin de mon esprit d’envoyer quelques agents fouiller dans l’environnement de Swayne pour en apprendre davantage.

Quoi qu’il en soit j’enverrai sous peu quelqu’un vérifier vos dires Swyane, mais dans ce cas je vais vous demander de me trouver deux autres cibles. dis-je en sortant deux nouvelles photographies, de deux autres sanguinistes. Quand bien même Yates me fournissait des noms, je n’avais pas pour autant une liste extrêmement longue d’individus dissidents aussi je n’allais pas pouvoir lui présenter des tonnes de photos. Peu importait au final car ce que je voulais observer par cette nouvelle mission, c’était son comportement, son attitude.

Je fus surpris par ce qu’elle m’apprit ensuite, Alexei n’était pas mort mais travaillait pour la mafia. Ainsi donc mon ancien outil avait survécu aux Années Sanglantes et s’était trouvé un nouvel employeur. Les avait-il déjà trahis ou n’était-ce qu’une question de temps ? Quoi qu’il en soit je me levais et fis le tour de mon bureau, passant derrière Swayne pour ouvrir un tiroir d’une des bibliothèques qui ornaient mon bureau. J’en sortis une paire de gants noirs, dont les derniers centimètres de chaque doigts étaient fichés de plaques d’argent pur.


Ainsi donc Alexei et vous avez une « relation » ? Avez-vous vérifié qu’il ne vous avez pas vendu d’une quelconque manière que ce soit à l’un de vos ennemis potentiels ? Car il a de tout temps été qu’une girouette, ne s’arrêtant que pour toucher un plus gros salaire. dis-je en affichant un sourire carnassier. Pour autant si la mafia avait réellement un problème avec le lien entre l’humain et la vampire, ils auraient plutôt cherché à la tuer ou à convaincre Alexei d’y mettre un terme. Ils ne se seraient pas contenté de la faire suivre, mon expérience dans une organisation mafieuse lorsque j’étais humain me permettait d’en être quasi certain.

Mais cette seconde filature est votre problème tant qu’elle ne représente pas un risque pour notre espèce. dis-je avant de revenir au sujet principal de notre discussion. Il me semble important de vous signifier que je ne tolère pas l’échec de la part d’un vampire à qui je confie une mission Swayne. lui dis-je après avoir doucement mis à nus les deux épaules de la vampire, en veillant bien à ce que l’argent de mes gants ne touche pas sa peau.

Le prochain échec vous voudra la mort véritable Swayne. repris-je en apposant pleinement mes deux mains de part et d’autre de son cou, sur englobant chacune de ses clavicules alors que sa peau se mit à grésiller au contact de l’argent. Usant de ma force de vampire de trois siècles, je la maintenais sur la chaise quand bien même la douleur la faisait gigoter un peu sur son siège. Elle supportait la douleur sans trop se débattre, ainsi voulait-elle montrer sa bravoure – ou son arrogance – et sa capacité à ne pas flancher ? Elle avait peut-être au moins une qualité après tout. Après trente secondes de ce traitement je la libérai de mon étreinte et me penchai à son oreille pour reprendre la parole.

Ne me décevez pas une nouvelle fois Swayne, car vous n’aimerez pas le prochain traitement que je vous ferai subir je puis vous l’assurer. Il serait dommage d’abimer un corps si… appétissant. finis-je de murmurer avant de me redresser et de revenir prendre place dans mon fauteuil.

La rumeur circule parmi la Garde qu’un nouveau mouvement dissident est né, les sanguinistes. En tant que sous-officier vous devriez en avoir entendu parler Swayne, non ? Certaines langues se délient, n’hésitant pas à donner des noms pour espérer survivre. Vous n’auriez pas manqué ceci tout de même, à moins que vous ne méritiez pas votre grade. lui demandai-je pour aborder à nouveau le sujet des félons de manière plus concrètes qu’en lui présentant sa nouvelle mission.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hey, tu les as vu ? [Livre II - Terminé]   Dim 13 Avr - 18:42

Je jouais un jeu dangereux, et nettement moins plaisant que lors de mes négociations avec Badenov. Que le danger ait été présent durant celles-ci est un fait, mais l’enjeu n’était pas le même, et j’étais en position de monnayer. Avec Guillemaud, l’affaire était toute autre – rien ne le retiendrait, s’il décidait de mettre fin à mes nuits parce que je manquais aux missions qu’il me confiait. Rien, sauf l’épée de Damoclès que je pourrais faire peser sur sa tête, en dévoilant partiellement mon accord avec quelqu’un qui était hiérarchiquement plus élevé que lui. Mais je ne voulais pas user de cette carte pour le moment – pas encore. Je pouvais m’en sortir sans cela, j’en étais persuadée.

Je ne trahis rien, à nouveau, mais ses propos sur le mystérieux informateur qui lui avait fourni ce qu’il cherchait me laissaient davantage encore perplexe. Pas sur le même niveau ? Ce ne pouvait donc pas être un vampire, définitivement. A moins qu’il ne s’agisse d’un haut gradé, mais il n’aurait pas fait appel à un officier ou plus, pour une simple observation des loups garous, afin de lui apporter des noms. S’était-il servi d’une autre espèce ? Il avait peut-être encore plus de cordes à son arc que je ne l’envisageais – et il n’en était que plus dangereux. Il était définitivement indispensable que je pèse chacun de mes mots, et n’aille pas dans un sens qui me desservirait.

Le sourire qu’il plaqua sur ses lèvres ne m’inquiéta toutefois nullement – réel ou non, il ne me fera pas envisager le général comme autre chose qu’une menace. Sa question, en revanche, pouvait s’avérer un problème épineux. Si je n’avais pas été habituée à me sortir des situations délicates en mêlant vrai et faux. « J’ai bien peur de ne pouvoir vous répondre concernant leurs identités. Mais oui, nous avons le même créateur. Notre entente n’étant toutefois pas cordiale, j’ai interdiction de mon créateur de leur nuire – et vous donner l’identité de l’un ou de l’autre reviendrait à leur nuire. Je ne suis donc pas en mesure de le faire, je suppose que vous êtes au fait de l’obligation d’obéir à son créateur et ce qu’elle implique. »

S’il espérait me soutirer de telles informations, il se fourrait le doigt dans l’œil. Et il ne trouverait pas aussi facilement qu’il l’espérait ces informations. Les autres vampires créés par Charles ne parleraient pas – ou ils le feraient à leurs risques et périls. Je n’en dis rien, toutefois, et m’enjoignais à ne pas réagir de quelle que manière que ce soit à sa nouvelle requête. Je ne pouvais réutiliser la même excuse, mais je ne pouvais pas pour autant lui dire de but en blanc que je refusais d’effectuer cette tâche qu’il me confiait. Je devais trouver une échappatoire, et rapide. J’approchais les photos de moi, sans rien dire. Je n’en connaissais aucun personnellement.

Je ne me retournais pas, alors qu’il se levait et me contournait. Je saurai bien assez tôt ce qu’il ferait. Il attendait, cependant, sans aucun doute ma réponse. « J’ai bien peur de ne pouvoir obéir à vos ordres, Général. Pas si vous espérez une appréhension rapide de ces individus, afin de leur soutirer des informations. Une autre tâche m’a été confiée, et elle ne souffre d’aucun délai – pas même celui causé par une affaire confiée par mon Général. Je ne peux y déroger, quand bien même je le souhaiterai, et ne peut non plus la retarder. » Je restais énigmatique volontairement, mais je ne pouvais prévoir la façon dont il considérerait la chose. Envisagerait-il qu’un ordre de mon créateur soit à l’œuvre ? Que je ne puisse y déroger pouvait définitivement amener à penser ça.

Une opération à effectuer délivrée par des instances supérieures à lui ne pouvait lui venir en tête. Quelles raisons aurait-il eu d’envisager qu’une sous officière soit mandatée par le Servant de la Reine pour quoi que ce soit ? Qu’un Général s’applique à confier des missions à une sous-officière à la place des officiers était déjà peu commun. Peu importait. Je saurai à sa réaction. « Avions, serait plus correct. Mais ne pensez pas que je sous-estime le côté vénal de l’humain, et son manque de loyauté. Je sais ce qu’il en est, et à quel point cela peut me nuire. » Je ne comptais pas pour autant lui indiquer qu’Alexei avait des problèmes d’addiction au sang vampirique, et que je le tenais de cette manière là. Nous n’avions, de toute façon, pas été en contact depuis que je l’avais abandonné blessé sur les quais, il y a quelques temps.

Je n’eus pas le temps d’en dire plus, que je sentis sa force me clouer au siège sur lequel je me trouvais, alors que l’argent me brulait la peau. Ne pouvant pleinement contrôler le mouvement de mon corps qui n’appréciait guère cette torture, bien qu’il y soit rompu suite à l’entrainement qu’il avait subi il y a des décennies – si l’essentiel de ce que Charles m’avait appris consistait à la manipulation en douceur, par le plaisir, il avait eu recours à la force. A la morsure de l’argent, à la douleur que celui-ci pouvait causer, et à la douleur de la manipulation mentale impossible à contrer. Alors je n’étais pas impassible au contact avec l’argent que Guillemaud m’imposait, mais je maintenais un certain calme, malgré les circonstances. Je ne relevais pas ses propos non plus. Grand bien lui en faisait, s’il croyait pouvoir si aisément me manipuler et me pousser à lui obéir. Seul le sourire carnassier que je laissais apparaître pourrait trahir le fait que je ne comptais pas me laisser faire, si pareille sentence devait arriver, malgré mon jeune âge en comparaison au sien.

Je ne le quittais pas des yeux, une lueur de défi dans les miens, alors qu’il se rasseyait, et dévoilait amplement son jeu. SI j’avais eu le moindre doute, il venait de m’affirmer qu’il en avait après les Sanguinistes. Fort bien. Au moins savais-je qu’il n’était pas remonté jusqu’à moi. Mais aussi qu’il n’était pas dans la confidence de Badenov, d’Erin et de la Reine. Et probablement pas dans leurs petits papiers. Son ascension à sa position s’avérait-elle être une erreur ? Je ne pouvais l’affirmer, pas plus que je ne pouvais écarter cette possibilité. Mais une chose était sûre : je n’oublierai pas cette information. S’il jouait sur plusieurs plans et prenait les informations où il le pouvait, moi aussi. « Vous m’avez évoqué, lors de notre première rencontre, que mes officiers m’avaient recommandée. Vous avez donc là une réponse à vos doutes quant à mes compétences et mon grade, au vu de ce que j’effectue auprès d’eux et ce qu’ils pensent de moi. Quant à ce mouvement dissident… Si j’en avais entendu parler, et si j’avais des informations à délivrer à ce sujet, ne doutez pas que ce serait déjà fait. En revanche, faire traîner mes oreilles et obtenir des informations est dans mes cordes. Ma position n’est pas nulle mais pas importante pour autant, et je ne suis donc pas éloignée du commun des vampires et des confidences que je peux leur extorquer… »

Un mensonge éhonté, qu’il ne pourrait déceler. Tout au plus me priverait-il de mon grade de sous-officier, mais cela m’était égal. Je ne l’avais, après tout, accepté que sous ordre de Charles. Mon choix seulement aurait été pris en compte que je me serai tenue éloignée de toute position officielle. Et si je tenais à réintégrer l’armée, s’il m’en excluait, plus tard… Je ne manquais pas de ressource, je pourrais négocier ma place dans celle-ci. Et plus qu’en tant que sous-officière, probablement. Après avoir, d’une certaine manière, prouvé ma loyauté. Et si je devais le faire en marchant sur les plates bandes de Guillemaud, et en les piétinant au passage… Ca ne m’arrêterait pas. Mais l’essentiel était de lui donner de quoi ne pas me juger inutile, en lui offrant non pas de traquer ses cibles mais de soutirer des informations aux autres. De ne pas rester sur mon refus de les traquer, mais bel et bien me trouver une autre utilité.

_________________
“There are people in this world who deal only in extreme. It's naive to think that anything less than extreme measures will stop them.” (Arrow)


Rewards & stuff:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 11
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Messages : 5725
Membre du mois : 8
Je crédite ! : Avatar : Ash | Nao (signature) | Kanala (rewards)
Localisation : Le cimetière
Humeur : Sanguine
Autres comptes : Alexis Prudence Lindon
Modératrice
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hey, tu les as vu ? [Livre II - Terminé]   Mar 15 Avr - 17:35


La vampire n’était individu à se laisser décontenancer facilement et c’était à son avantage, dans une certaine mesure tout du moins. Ce qu’elle dit au sujet des derniers sanguinistes dont je lui avais présenté les photos me fit sourire autant qu’il m’agaçait bien que je n’en laissai rien paraître. Sa réponse aurait tout aussi bien pu être un mensonge qu’il m’était impossible pour le moment de vérifier ses dires aussi notai-je de transmettre son nom à Badenov en la définissant comme probablement liée aux sanguinistes, de près ou de loin. Pour l’heure il m’était impossible de le dire, mais peut-être Badenov lui en saurait davantage. Il était tout aussi probable que cette information lui soit inutile car erronée mais au moins faisais-je mon travail de Général.

Une autre tâche… dis-je sceptique lorsqu’elle avait repris la parole. Vous a-t-elle été confiée par votre créateur ou un de mes supérieurs ? lui demandai-je sans détour.

Il n’y avait pas trente-six raisons qui pouvaient amener une vampire de son statut à différer un ordre de son Général. Soit cette tâche lui avait été confiée par plus gradé que moi, et il n’était guère nombreux à jouir de ce statut, soit cela lui venait de son créateur. Quelle que fut la réponse à cette question, je me devais d’en vérifier sa réponse, et de le lui signifier.


Soyez assurée Swayne que je dispose des moyens nécessaires pour vérifier vos paroles, ainsi que vos silences. lui dis-je d’un ton neutre mais légèrement menaçant. Mais je préfère patienter et observer dans un premier temps. dis-je encore avant de me lever alors qu’elle répondit à mes paroles au sujet d’Alexei.

Elle avait résisté à la morsure de l’argent sans broncher, probablement là sa seule qualité et son regard de défi était plutôt satisfaisant. Au moins était-elle déterminée, pas comme certains misérables au sein de notre espèce. Ce fut l’une des raisons qui m’amenèrent à l’écouter lorsqu’elle reprit la parole, faisant fi des traces éphémères encore présentes sur sa peau résultant du contact de celle-ci avec l’argent.


Vraiment ? lui demandai-je avant de poursuivre. Si effectivement elle avait des informations au sujet des sanguinistes, nul doute qu’elle avait plus à gagner à les déballer à un vampire plus haut placé pour en tirer de véritables bénéfices. J’avais moi-même agis de la sorte par le passé en informant directement Augustus du complot de William plutôt que d’aller rendre compte à mon supérieur de l’époque le Maître vampire Softov. L’air de défi et l’assurance de la vampire ne laissait aucun doute à ce sujet.

Quand bien même vous avez été recommandée, cela ne vous attirera nulle confiance de ma part, et sera encore moins un gage de vos compétences dont j’ai déjà pu observer la limite. Cela signifie simplement que vous êtes toujours plus compétentes que la majorité des soldats de la Garde, mais apparemment vos compétences s’arrêtent là.

Quant à collecter quelques confidences parmi vos pairs, peut-être le ferez-vous mais à ce que vous laissez transpirer Swayne, je doute d’être le destinataire de ce que vous saurez alors collecter. Ne m’insultez pas en voulant me faire croire cela.
décidai-je de la prévenir avant de me taire un instant. Cette vampire m’était agaçante mais pour l’heure j’estimais ne pas avoir suffisamment de choses contre elle pour pouvoir l’exécuter sur le champ. En revanche il m’était toujours possible de me divertir un peu avec elle.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hey, tu les as vu ? [Livre II - Terminé]   Sam 19 Avr - 13:13

Je ne détournais pas mon regard, ne m’alarmais, et ne dévoilais aucun signe de faiblesse. Je n’étais pas encore dans une position de réel danger. Précaire, certainement, mais pas de danger. Et céder à une inquiétude quelconque pouvait me précipiter vers ce danger qui me vaudrait bien des problèmes. Alors je restais digne et imperturbable. Il ne saurait rien. Si sa question me surprit légèrement, je ne lui en montrais rien. Ainsi, il envisageait et sans broncher que l’on ait pu recourir à mes services sans passer par lui ? Qu’un ordre de quelqu’un de plus important hiérarchiquement ait pu entrer en contact avec quelqu’un en bas de la chaine vampirique ? Je n’oublierai pas cette information, et creuserai pour en savoir davantage si le besoin s’en faisait sentir.

Je laissais un blanc planer, ne lui répondant pas immédiatement, jusqu’à ses menaces à peine voilées sur le fait qu’il puisse combler les blancs que je laissais. Un sourire se plaqua sur mes lèvres – croyait-il me perturber avec ça ? Croyait-il me dire quelque chose que j’ignorais, et que j’allais, de fait, me mettre à parler sur tout ce que je dissimulais ? Il me sous-estimait, de toute évidence. Ou voulait me tester. Mais peu importait. J’étais dans mon droit, et il pourrait difficilement m’extorquer ce que je lui cachais. Je devais laisser planer le doute de l’origine de la tâche que j’effectuais – ne pas infirmer ni confirmer qu’elle venait de mon créateur ou de ses supérieurs. Il ne pouvait compromettre une opération qui venait de plus haut, en s’avérant trop désireux d’obtenir des informations, n’est-ce pas ?

C’est nullement inquiète et avec un calme à tout épreuve que je me décidais finalement à lui répondre, après avoir laissé le silence s’installer. Je ne le craignais pas, et utiliser l’absence de bruit à ses fins était délicat mais hautement appréciable. Mes propos n’en auraient que plus de force. « J’ai bien peur de ne pouvoir vous fournir de réponse, auquel cas j’irai à l’encontre de mes ordres. » J’aurai pu ajouter que ça ne serait bénéfique pour aucun de nous deux mais ça aurait été à double tranchant. Instiller le doute dans son esprit sur l’origine de l’ordre en disant cela était une possibilité, mais cela aurait peut-être été plus à même de lui dire que j’agissais effectivement sous directive de ses supérieurs. Ca m’aurait épargné, mais je n’avais pas eu de consignes quant à mon silence lorsque les hauts gradés travaillant pour la Reine se questionnaient. Aussi, conserver le secret était nécessaire. Pour l’instant. Je contacterai Badenov au plus vite une fois sortie, pour avoir des directives précises.

Je lui lançais un regard de défi, alors qu’il remettait en cause mes compétences. Il n’en savait rien, de toute évidence. Je n’ajoutais pas un mot, seulement cette absence de peur et cette volonté d’aller au delà de ce que l’on attend de moi dans mon regard. Sa réaction ? Je ne pouvais la prédire, et je n’en avais cure. Il prendrait cela comme il le souhaiterait, mais qu’il soit certain d’une chose : il ne m’effrayait pas, et ses remarques mesquines sur mes compétences ne m’atteignaient pas. Je souriais à nouveau, d’un sourire vide ne montrant ni la joie ni la contrariété, un simple sourire vide, un geste physique sans importance, alors qu’il estimait que je l’insultais. Réellement ? Je n’avais pas précisé que je l’en informerais lui – et c’est exactement ce que je n’avais pas fait, par ailleurs. Je m’étais adressée à plus gradé que lui, si l’on pouvait qualifier ainsi le Servant de la Reine. Lui même me l’avait dit, il se faisait voix de la Reine, il était par conséquent plus important que Guillemaud, n’est-ce pas ?

Je brisais le silence plus rapidement, cette fois, pour lui répondre. « Je n’ai rien indiqué dans ce sens, Général, seulement que je transmettrais les informations que je pourrais être amenée à posséder. » Encore une fois, ne rien confirmer ou infirmer. J’allais lui déplaire, c’était certain, mais je ne trahirais rien. Et je ne sous-estimais pas les conséquences de mon insubordination – car il la prendrait pour telle, c’était évident -, mais il ne pouvait pas mettre fin à mes jours. De cela, j’en étais certaine. Sauf s’il prenait le risque de se mettre en porte à faux vis-à-vis de la Reine et de tous ceux à qui il pourrait être contraint d’obéir. Je devais réellement approfondir l’inimitié possible qu’il laissait transparaître, entre lui et ses supérieurs. Je n’avais aucune preuve, et peut-être présumais-je à tort, mais qu’il ne soit pas dans la confidence quant aux Sanguinistes et à leur démantèlement m’amenait à penser le contraire. Je devais toutefois me méfier et ne pas provoquer plus que nécessaire l’agacement chez lui – je ne devais pas le sous-estimer, ni surestimer son désir de rester dans les clous, et dans les petits papiers de la famille régnante. Me reposer sur le fait qu’il ne pouvait pas m’achever parce qu’il savait qu’une tâche ne souffrant de délai m’était confiée sans réellement savoir par qui serait une grave erreur. Mais négliger que cela pouvait limiter ses actions aussi. Je devais en prendre compte sans appuyer ma survie uniquement sur ça.

_________________
“There are people in this world who deal only in extreme. It's naive to think that anything less than extreme measures will stop them.” (Arrow)


Rewards & stuff:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 11
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Messages : 5725
Membre du mois : 8
Je crédite ! : Avatar : Ash | Nao (signature) | Kanala (rewards)
Localisation : Le cimetière
Humeur : Sanguine
Autres comptes : Alexis Prudence Lindon
Modératrice
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hey, tu les as vu ? [Livre II - Terminé]   Mar 22 Avr - 15:52


La vampire jouait clairement avec le fait que ses ordres venaient soi-disant de son créateur. Il y avait de nombreux moyens de vérifier ses dires mais ce serait bien trop salissant de faire ça ici. Il me fallait donc patienter et que les choses se vérifient d’elles-mêmes, dans un premier temps. Qu’elle agisse sous les ordres d’un de mes supérieurs n’était en soi pas quelque chose d’impensable. Elle finirait forcément par en parler au vampire qui lui confiait ses missions, et j’aurai forcément un retour, par son biais ou plus directement.

Il m’était déjà arrivé par mes propres projets d’interférer avec ceux de la Reine, Badenov me l’avait indiqué sans détour, simplement en m’indiquant que les Services de la Reine se chargeaient déjà de l’affaire en question. Je ne doutais pas qu’il en serait de même au sujet de Swayne d’ici peu. Qu’elle ne m’ait pas déjà indiqué travailler pour la Reine si tel était le cas, signifiait trois choses. Soit elle ne bossait pas pour Krystel, soit elle bossait pour elle et avait reçu l’ordre de ne pas le dire ou enfin elle n’avait reçu aucune indication à ce sujet. Quoi qu’il en soit il fallait parfois se montrer patient, d’autant plus lorsque l’on ne pouvait faire autrement, et c’était présentement le cas, du moins à ce sujet.


Très bien Swayne, j’aurai confirmation de vos dires à un moment ou un autre. lui dis-je donc d’un ton neutre sans une once d’agacement. Si parfois il était frustrant de devoir mettre fin à certains de mes projets car ils pouvaient empiéter sur ceux de la Reine, cela ne provoquait alors aucune colère en moi. C’étaient les ordres et de ce fait ils devaient être suivis.

Concernant Swayne il me fallait réfléchir à la manière de procéder à son sujet. Il ne me fallait plus commettre d’impair vis-à-vis de notre Souveraine, depuis sa visite je tachais de me recentrer sur mon rôle de Général. Ce n’était pas toujours facile, tant il me fallait constamment m’interroger quant aux conséquences de mes décisions, comme j’étais en train de le faire. Au sujet des Sanguinistes il me fallait donc suivre strictement les instructions que Badenov m’avait données. Eliminer les noms fournis par Yates, point barre pour le moment. Pour autant je ne devais pas non plus éliminer l’hypothèse où Swayne n’agissait pas sur ordre de Krystel et décidai donc de maintenir sa surveillance, tout en gardant un œil sur son autre surveillance.


Dans la mesure où je dois lancer quelques vérifications à votre sujet je vais vous laisser repartir sous peu, pour autant je maintiens la mise en place de la surveillance qui vous est imposée. décidai-je de l’informer sans plus attendre. Il serait toujours temps de la punir plus tard s’il s’avérait qu’elle venait de me mentir.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hey, tu les as vu ? [Livre II - Terminé]   Jeu 24 Avr - 22:53

J’avais l’avantage dans cette conversation, j’en étais persuadée. Pour le moment du moins. Guillemaud était entravé par mes non dits et tout ce que cela pouvait impliquer. Je devais avancer précautionneusement, toutefois, et ne rien dévoiler que je pourrais regretter, jusqu’à ce que je puisse m’entretenir avec Badenov. C’est pourquoi cette entrevue ne pouvait se prolonger trop longtemps. Nul n’était à l’abri d’un faux pas, pas même moi malheureusement, aussi je devais veiller à ne pas rester plus que nécessaire dans le bureau du Général. Fort heureusement, contrairement à beaucoup de vampires, j’étais patiente – cela pouvait s’avérer un vrai atout, surtout dans une situation telle que celle-ci. Ne pas agir dans la précipitation ou l’irritation due à une attente trop longue était non négligeable. Mais ça n’était pas comme si j’avais le choix, patiente ou non.

« Je n’en doute pas, Général. Cela ne change rien au fait que je n’ai pas la liberté de vous en informer. »

Qu’il fasse donc comme bon lui semblait. Cela m’indifférait – qu’il se brule les ailes ne me rapporterait rien, après tout. J’étais tout de même surprise – s’il m’avait punie un instant auparavant, en m’infligeant la morsure de l’argent, il me semblait moins virulent et moins actif que la dernière fois. Je m’attendais à davantage de punition que cela, et il n’en était rien, pour l’instant. Je restais malgré tout sur mes gardes. Peut-être espérait-il m’endormir, pour mieux me blesser dans un instant. Je n’en savais rien, au fond. Seul l’avenir me le dirait. Nous le dirait. Je ne prétendrais de toute façon pas pouvoir cerner le Général – c’était un être ambitieux, certainement, mais je le pensais impitoyable, et il ne semblait pas agir ainsi actuellement.

Peu importait. Je me contentais de l’écouter, n’ajoutant rien, attendant une indication qui ne venait pas sur ce qu’il attendait maintenant que je m’étais désistée de sa mission. Rien, visiblement, étant donné qu’il comptait me laisser repartir. Fort bien.

« A votre guise. Je suppose que vous me recontacterez, si vous souhaitez vous entretenir de nouveau avec moi ? Je laissais planer le silence un long moment, avant de reprendre la parole. Vous avez dit me laisser repartir sous peu. Cela implique t’il une autre requête de votre part, avant cela ? »

Un signe négatif de sa part. Parfait. Je tournais donc les talons, et quittais le bureau du Général.

|HJ| Sorry, ma réponse est réellement pourrie et inutile, j’ai peu à dire sans me répéter. Du coup, à moins que tu n’aies autre chose à dire/de prévu, on peut peut-être clôturer ?

_________________
“There are people in this world who deal only in extreme. It's naive to think that anything less than extreme measures will stop them.” (Arrow)


Rewards & stuff:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 11
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Messages : 5725
Membre du mois : 8
Je crédite ! : Avatar : Ash | Nao (signature) | Kanala (rewards)
Localisation : Le cimetière
Humeur : Sanguine
Autres comptes : Alexis Prudence Lindon
Modératrice
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hey, tu les as vu ? [Livre II - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Hey, tu les as vu ? [Livre II - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]
» Mission Intrigue "Le Pacte des Loups" [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: West End :: Le B.A.C.A.
-
Sauter vers: