AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
You want a monster ? [Livre II - Terminé]
MessageSujet: You want a monster ? [Livre II - Terminé]   Lun 16 Mar - 20:32

❝ You want a monster ? ❞
Constance & Julien
Je me redresse, essuie ma bouche, et lèche mes lèvres, terminant la goute de sang que j’avais sur le doigt. Je regarde ma victime qui restera en vie pour ce soir. Je ne pouvais pas décemment tuer tout ce que je mangeais, ça demandait beaucoup trop d’effort, mais si l’envie m’en prenais, je ne serais, non, pas très raisonnable. Je me craque la nuque, à défaut de la briser à certain. La personne reste assise impassible, et je fais le tour du sofa, m’allumant une cigarette. J’étais ridicule n’est ce pas ? L’individu tomba sur le sol, reprenant son souffle. La maison était immense, assez pour que je passe une bonne nuit bien calmement. J’ai beaucoup de mal à ne pas choisir des maisons ostentatoires, j'avais toujours eu le gout du luxe, et j’avais réussi à semer mon escort, et jeté mon téléphone portable. Je ne pouvais rien dire en réalité sur mon instabilité en matière de confort, cette situation me rappelait les années où je ne vivais qu’au jour le jour, une nuit après une autre, à boire ce que je souhaitais, et tuer ce qui ne me plaisait pas.

Je tire un fauteuil et m’asseoir en face à lui. Il n’y avait pas de peur dans son visage, juste … de l’incompréhension. Pourtant, ce n’était pas comme s’il ne connaissait pas notre existence. Dieu que je regrettais cette décision de nous avoir révélé au monde entier. L’humain peut en arriver à n’être plus qu’une coquille vide, un bout de chair, un repas. Je croise les jambes. J’avais trouver mon compte en cherchant dans le dressing. La femme du couple semblait absente. Peut être un divorce, à en croire la l’anneau de peau claire autour de son doigt. Depuis ma relaxe la vie était … bien douce. Plus de responsabilités, plus de réunions guindées… Même si le Laurentia me manquait définitivement, c’était surtout l’ambiance qui me manquait. Je soupire, las. J’avais essayé de le récupérer avec ce Torben Badenov, mais lui aussi était à la rue, ombre d’une ombre, et d’un souvenir, triste, triste personnage qu’il était. Un mois de perte de liberté pour trahison… ou association peu importait au final. Je portais ma cigarette à mes lèvres, décroisant les jambes pour me lever.

Je me masse les poignets comme un réflexe. Si les cicatrices n’existaient plus pour les vampires, j’avais les miennes en travers de la gorge. Je peste. Et écrase ma cigarette dans la main du père. On me l’avait fait remarqué, on m’avait tout pris, tout confisquer, une vie entière de souvenirs, je souris. Oh, mais je comptais bien récupérer mon du, même si je devais enflammer toute la royauté. Si je ne peux pas avoir mon du, il n’auront que des cendres. Si vous voulez un monstre ? Je serais ce monstre. Qu’importe ce qu’il m’en coute, c’est là tout le danger que je représente. On m’a retiré tout ce que j’avais à perdre, désormais, je serais votre cauchemar. Je regarde ma montre… ou plutôt celle de madame, mais désormais c’était la mienne. J’ai toujours aimé les belles choses, et la belle horlogerie en faisait partie. Ce servant humain était arrivé sur ces grands chevaux, ce faisant sauveur d’une cause perdue qu’est la mienne. Laissez moi rire. Je penche ma tête sur le côté. On obtient pas d’un vampire sa bonne volonté contre des notions d’humain comme l’honneur du devoir accompli. N’importe quoi. Mais que ne fallait-il pas entendre ? Je soupire.

A dire vrai, j’avais laissé les mêmes pistes que lorsque que j’avais trahie la couronne. Les mêmes messages subliminaux pour attirer un autre prédateur, un autre traitre. Le seul au final, la cause des maux vampirique. Attendons, attendons… La question était… Avais-je ferrer le bon poisson ? Je supposais que depuis notre dernière entrevue, il avait gardé profil bas, après tout.. sa tête risquait d’être séparer de son corps si certaines personnes venait à lui mettre la main dessus.

hj : Déso, c'est pas l'ouverture de sujet la plus originale du monde.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You want a monster ? [Livre II - Terminé]   Ven 20 Mar - 10:31


Cela faisait un peu plus d’un mois que j’avais hérité de mon nouveau statut de traître. Comme à mon habitude j’avais su rebondir sans trop de mal, quoi qu’il m’ait fallu renoncer à mes biens personnels. Si j’en avais apprécié le confort au fil de mes acquisitions, j’étais revenu à l’essentiel : Sang et Accords divers. Désormais je ne me nourrissais uniquement de sang, ne tuant pas ma victime la plupart du temps afin de ne pas laisser de trace et faisant disparaître d’éventuelles traces par l’hypnose. Quant aux accords il fallait prendre ce terme au sens large sans tenir compte du consentement ou non de mon interlocuteur. Parfois je négociais, parfois j’imposais par différents moyens, en fonction de l’individu avec qui je traitais, mais à chaque fois je parvenais à un « accord ».

J’avais été très occupé pendant ce laps de temps mais j’avais essayé de garder un œil sur mon espèce afin de tenter de surveiller les « mouvements » de mon espèce. Cette surveillance était d’autant plus nécessaire compte tenu des évènements qui animaient la société actuelle, par exemple avec les élections pour le poste de premier ministre. Si le vote était réservé aux humains je m’amusais à hypnotiser mes proies nutritives de sorte à ce qu’elles votent pour Mc Borough. Aucune sympathie pour lui étant donné son attaque de l’Arena à l’aube des Années Sanglantes, mais si Hood était maintenu à son poste cela serait une bonne chose pour les sœurs Raybrandt et mon espèce. Et je n’avais clairement aucun intérêt à cela.

Mc Borough était suffisamment teigneux et déterminé pour qu’ils tiennent ses engagements – ou du moins fasse le maximum pour – s’il venait à être élu. Et son programme électoral allait foutre un sacré bordel parmi les vampires, humains et lycans. J’avais besoin de ce bordel pour appâter Lasalle jusqu’à entrer en contact avec elle.

Sans m’y attendre, au cours de pérégrinations je commençai il y a quelques jours de cela à tomber sur quelques messages familiers mais que j’étais le seul capable de comprendre. Ils m’avaient fait sourire en vérité car leur auteure n’avait plus été vue depuis quelques semaines. Plusieurs rumeurs couraient mais je leur préférais les faits et ne manquerai pas de l’interroger à ce sujet. Au fil des messages elle me fixait un rendez-vous, mais au lieu de m’y rendre dans l’immédiat je la fis patienter un peu afin de m’assurer qu’il ne s’agissait pas d’un piège.

Après les vérifications d’usage donc je vins à sa rencontre et souris en observant le lieu de notre rencontre. Sacré Constance, elle ne pouvait de s’empêcher de choisir des demeures à l’image de l’opinion qu’elle avait d’elle-même. Ce détail fit naitre une question cependant dans mon esprit : ce manque de discrétion était-elle un simple travers ou un piège ? Venant de Constance plus tout autre vampire je restais méfiant. Elle avait probablement tout perdu, et c’est dans ce genre de situations qu’apparaissent des marchés alléchants. Y aurait-elle succombé ?


Bonsoir Constance. lui dis-je pour la saluer, un léger sourire aux lèvres en voyant que l’on était quasiment dans la même configuration que lors de notre dernier entretien.

Tu ne t’es pas trop ennuyée depuis notre dernière rencontre ? dis-je sans accorder davantage d’attention à son repas.


avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You want a monster ? [Livre II - Terminé]   Lun 23 Mar - 0:58

❝ You want a monster ? ❞
Constance & Julienl
Je ne savais pas bien ce que je voulais à Julien. Je crois que j’étais curieuse, curieuse de savoir ce qui se tramait, et de pouvoir juger si oui ou non, j’allais y rajouter mon grain de sel. C’était bien plus intelligent comme ça. Car si j’étais dans cette situation de mon propre chef, j’avais été … utilisée par Julien. Je deviens bien lui reconnaître cette prouesse. J’avais passé quelques semaines relativement peu joyeuse. J’étais… une paria, ils adoraient me garder de travers sans réellement assumer de le faire, craignant que je puisse m’énerver. Je ne m’étais jamais sentie aussi vivante. Ce n’était pas de la peur non, c’était beaucoup plus drôle que cela.

Mais au final actuellement tout ce qui m’intéressait c’était récupérer ce qui m’appartenait, et je ne trouverais pas le repos avant. Je penche la tête le côté, regardant mon repas, me demandant bien ce que j’allais faire de lui. Il fallait que j’arrête de tuer à tout va, je devenais imprudente, car excitée par cette nouvelle adrénaline qui parcourait mes veines. Il resterait en vie, il oubliera tout de cette soirée. Comme un mauvais rêve qu’on oublie. Je me demandais comment les humains vivaient cela, avait-il encore des sensations inconscientes ? Des cauchemars la nuit lié au traumatisme infligé que nous leur avions fait oublié. Mais regardez le bon côté des choses, au moins vous ne ruinez pas en thérapie en tout genre puisque vous avez oublié. Rien n’a jamais existé, sauf pour nous.

Une voix familière s’élève. Je me rends compte que j’aurais pu négocier beaucoup de choses pour la capture de Julien. Je savais qu’il se méfiait de moi, c’est pour cela que notre relation était aussi intéressante. Nous ne sous estimions pas, même si on air arrogant parfois me donnait des boutons.

 Bonsoir, Julien. répondis-je.

Si je n’avais pas menti en disant que je ne savais pas comment ou trouver Julien, je devais peut être faire partie des rares privilégiés, et quel honneur, qui avait une ligne directe avec le traître. Le vampire le plus recherché. Ça me faisait bien rire qu’il soit si difficile à trouver quand il se trouvait juste devant moi. Je voyais tout le ridicule de cette situation, quand un vampire comme Julien pouvait mettre la pagaille en ne faisant que quelques étincelles. Et puis ils étaient tous complètement inutile dans cette nouvelle monarchie, rien n’était fait, et rien n’était entrepris. Je fais mine de bailler quand il me demande si je me suis ennuyée ces derniers temps. Sa question me fit sourire, je restais assise sur le fauteuil. Je pose mon avant bras sur l’accoudoir.

 M’ennuyer… non, pas le moins du monde. J’ai même vécu de nouvelles expériences et l’incarcération, mais je doute que tu ne sois pas au courant.

A ce que je vois tu as toujours ta tête sur tes épaules, toujours dans le plan de faire sauter la nouvelle monarchie je suppose ?


Je tourne la tête en sa direction.

 Je ferais mieux de te livrer à ces deux pimbêches, ça m’éviterait tellement d’ennuis. Fis-je ironique avec un large sourire, en balayant l’air avec ma main.

Mais en même temps, j’appréciais réellement la pagaille qu’il pouvait mettre, c’était, très distrayant.


avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You want a monster ? [Livre II - Terminé]   Mar 24 Mar - 16:44


Constance était un lien des plus intéressants du fait que nous ne cherchions jamais à nous charmer par l’intermédiaire de faux-semblants. Si d’aventure nos intérêts respectifs venaient à se rejoindre l’espace d’un instant nous n’avions pas l’hypocrisie de le masquer. D’autant que notre relation était tintée de la méfiance que nous avions l’un pour l’autre et qui faisait qu’elle ne pourrait jamais aller au-delà de l’accord commercial.

Vu ton état, en tenant compte de ton… expérience, dis-je en esquissant un léger sourire taquin. je doute qu’ils t’aient enfermé dans un cercueil empli d’argent, aussi quel aura été ton sort ? Quelques bracelets d’argent sur tes poignets ?

Je la savais allergique à mon arrogance que j’accentuais parfois – souvent – en sa présence non sans m’en délecter mais je jugeais inutile d’évoquer plus que cela ma sentence passée d’une décennie à souffrir de la brûlure continue de l’argent. Alors oui un petit mois d’incarcération seulement enchainé n’était à mon sens rien du tout, d’autant plus pour une vampire de son âge.

Et oui, pour le moment les services royaux des deux sœurs ne semblent pas aussi efficaces qu’elles veulent le faire croire. En aurait-il été autrement si j’avais patiemment attendu de me marier avec Jana ? Cela aurait-il forgé une image d’une royauté forte ? Je ne pense pas.

Morgane restera le porte-parole qui a milité en faveur de l’humanité et Jana, restera Jana.
dis-je en laissant filtrer un ricanement amusé. Les sœurs Raybrandt devaient lutter pour afficher une image nouvelle et s’affranchir de leur passé d’effacées. D’autant plus après un règne lourd en terme d’image et de force que fut celui d’Augustus et de son épouse.

Et après que ferais-tu ? Elles ne te rendraient pas pour autant tes biens ni ton statut. Et surtout pire que tout, tu t’ennuierais à mourir sans moi pour émerveiller tes nuits. lui dis-je en riant, amusé par ma propre connerie.

Quant à mes plans ils sont toujours les mêmes, leur compliquer la tâche, c’est d’ailleurs pour cela que j’ai hypnotisé plusieurs de mes proies ce mois-ci pour qu’elles votent pour Mc Borough. dis-je en affichant un sourire carnassier.
Il est suffisamment teigneux pour être élu et ne leur facilitera pas la vie. Contrairement à Hood il ne privilégiera pas les vampires plus que les lycans et ne sacrifiera pas son espèce. Ajouté à cela les semi-démons qui ne manqueront pas de se manifester à nouveau, je suis confiant pour montrer à notre espèce qu’elle s’est choisie de bien fragiles reines.

N’est-ce pas déjà ridicule d’avoir deux reines ?
dis-je encore en levant les yeux au ciel avant de lui poser une question à son suejt.


Et toi Constance, que veux-tu désormais ? Te laisser prendre le cul pour récupérer tes biens ou lier nos intérêts pour nourrir ensemble ce beau bordel ?

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You want a monster ? [Livre II - Terminé]   Mer 25 Mar - 2:06

❝ You want a monster ? ❞
Constance & Julien
Je l’avoue, un mois m’avait semblé ridicule, mais m’en plaindre, ça non. Il était vrai que la sentence aurait pu être lourde, mais en réalité elle s’était montrée… bien plus légère que je ne le pensais. Je soupire.

 J’ai profité de la faiblesse du pouvoir actuel. commençais-je en répondant à son sourire.

C’était le cas. Je n’avais pas été punie à la hauteur de mon crime. Face à Krystel, je n’aurais pas été simplement enfermée dans une cellule dans les bas fonds de la demeure Raybrandt avec la visite de ce servant humain encore en vie. J’aurais été enfermée dans une boite en argent avec mes brulures comme seule activité. J’en ai profité, je savais qu’elles ne seraient rien d’aussi inventif que leur mère. Rien du tout, incapable de prendre les traîtres et de les punir comme il se doit. Je m’en sortais bien, mais je l’avais calculé quand je m’étais rendue, j’avais évalué les risques, et ma mort n’était dans l’équation. Je me lève et me pose sur le dossier du fauteuil sur lequel j’étais assise auparavant pour lui faire face, croisant les bras sur ma poitrine.

 Des bracelets, rien de bien agréable, mais pas insupportables.
répondis-je en massant machinalement mes poignets.  Même si un mois à notre échelle n’est rien. La privation de liberté n’est définitivement pas quelque chose que je vais réitérer.

Il parle de la faiblesse actuelle de la monarchie, on m’avait condamnée pour l’avoir pointée du doigt. Mais je n’avais pas eu entièrement tort. La race vampire était menée par une gamine insolente, et d’une amoureuse de la cause humaine, autant vous dire que l’on fonçait droit dans le mur. Je hausse les épaules, de toute manière comme je l’avais dis à Torben qui lui défendait un bateau qui coulait, je n’étais pas capitaine du navire, je n’avais donc pas à couler avec. Et d’un autre côté il y avait Julien qui prenait un malin plaisir à essayer de faire couler ce bateau plus vite. D’une certaine manière, il rendait un fier service à tout le monde.

 Ce que je ferais ? Au moins je me délecterais du plaisir de ton humiliation. Parce que briser le coeur d’une princesse et trahir une reine, ne te voudras pas quelques beaux bracelets. continuais-je, amusée, et faussement choquée.

Je me redresse, contourne le fauteuil en laissant traîner mes doigts sur le velours du siège. Si je devais comparer Julien à un animal, je miserais tout sur le requin : attiré par le sang, hargneux et carnassier, rien que le sourire qu’il affiche conforte ma comparaison. McBorough, ce type de la PES non ? En lice pour devenir Premier Ministre, Si Hood saute, c’est toute les circulaires, les mesures qui sautent. Et là, oh vous en aurez du sang, à foison. Parce que ce sera considérer comme un recul un arrière, mais d’une certaine manière c’est McBorough qui aurait raison. Il protège son espèce, et ne la laisse pas en pâture aux lions. C’est l’instinct de survie, la préservation de la race, la pérennité d’une espèce. Ce que nous cherchons tous à faire... Non?

Tu veux faire couler un bateau qui coule déjà, tu n’as aucun mérite. fis-je moqueuse.

Je m’asseois à mon repas, me penche au dessus de sa nuque avant d’être arrêter par la vulgarité de Julien. Je redresse ma tête.

 Ça éviterait que tu commences à vouloir le prendre non ? fis-je cynique, agrémentant ma remarque d’un sourire mauvais.

Je reprends ce que j’avais entamé. Ce que je voulais ? Je plantais mes crocs dans la nuque délicate de l’humain qui ne bronche pas. Ce que je voulais ? Tout le sang du monde, mon du, mes propriétés, je veux qu’ils me rendent tout, je veux botter le cul de cette gamine avec une couronne sur sa tête. Ce que je veux ? Oh je veux du sang, je veux encore du sang. Une guerre. Je veux une guerre, comme les années sanglantes, voir le bateau s’échouer, et tout partir en fumée. Pourtant, les pions n’étaient pas parfaitement en place. Lier mes intérêts au sien ? Regardez ou ça m’a menée ? Je lève la tête et me lèche les lèvres, l’humain se redresse, pâle, mais en vie.

 Je trouve que nous nous associons bien trop en ce moment Julien. Les mauvaises habitudes sont difficiles à perdre. Regarde où ta dernière entreprise m’a menée. Tu n’es pas un investissement qui rapporte.

Tout ce que je veux et tout ce qu’il me faut, je le récupérerais quand ils seront tous à se taper dessus pour des affaires d’égo. Là, je pourrais montrer comme un vampire corrige une enfant insolente. Pourquoi me salir les mains, quand ils semblent vouloir s’évertuer à le faire pour moi ?


Je souriais.


avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You want a monster ? [Livre II - Terminé]   Ven 27 Mar - 15:21


Constance confirmait que les sœurs Raybrandt n’étaient pas à la hauteur de leur mère, loin d’avoir sa cruauté et sa détermination implacable qui ne souffrait d’aucune contestation. Krystel avait éradiqué ses ennemis que ce soit pas la force ou par la ruse comme avec Nikos, Renard, les Sanguinistes ou le trafic de V, et encore William ou moi-même à une autre époque.

Serait-ce donc une faille exploitable chez toi, ta soif de liberté ? Intéressant… lui demandai-je en esquissant un sourire intéressé avant qu’elle ne poursuive non sans une pointe d’humour. Toutefois elle avait raison, si je venais à être capturé je serais probablement tué après une longue séance de torture, peut-être même par Badenov en personne étant donné que j’avais aidé à la mort de sa maîtresse.

L’humiliation n’est ni dramatique ni mortelle, tout juste un contretemps. Et la famille Raybrandt a déjà prouvé plusieurs fois que la trahison ne donne pas forcément la mort véritable. repris-je moqueur.

Je ris à ses deux phrases suivantes, que ce soit sa métaphore à propos de nos élites dirigeantes ou de son cul. Les deux remarques étaient amusantes et propres à nos échanges, ses mots suivants plus encore.


N’as-tu pas choisi cette petite retraite ? A ce qu’il se murmure tu te serais présentée aux sœurs de ton propre chef, pour éviter la cavale sans doute, l’ancienne conseillère tiendrait-elle donc autant à son confort ? demandai-je taquin, plus pour plaisanter que pour réellement connaître la raison de ce choix étrange.

Quoi qu’il en soit je ne pensais pas à une action commune, ce serait bien trop risqué pour chacun d’entre nous et surtout compte tenue de ma situation ce serait t’accorder une grande confiance. Ce qui est loin d’être possible de ma part tu en conviendras. Néanmoins je pensais plutôt à ce que chacun de notre côté, à notre manière, nous poursuivions le naufrage des deux sœurs. lui indiquai-je calmement, affichant un sourire calculateur.

Si je ne comptais pas lui révéler mes projets et encore moins le fait que je cherchais à entrer en contact avec l’une des deux leaders semi-démon, je pouvais toujours tenter de la convaincre de travailler elle aussi à la chute de la dynastie Raybrandt.


avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You want a monster ? [Livre II - Terminé]   Jeu 2 Avr - 23:08

❝ You want a monster ? ❞
Constance & Julien
 Ma soif de liberté n’est pas une … faille, Julien. Ne cherche pas en t’engouffrer là dedans. repris-je en le regardant.

Je regarde Julien, croise les jambes et allume une cigarette. J’avais apparemment beaucoup plus de cordes à mon arc. Ce qui m’étonnait, et qui prouvait à quel point tout le monde était confus. Personne ne se fait plus confiance. Pour ma part, je n’avais jamais fait confiance en personne. Et les seules personnes en qui j’avais pu avoir confiance, était mortes. Je pose ma tête dans la paume de ma main. Il était désormais la troisième personne à me proposer une alliance, j’avais décidément beaucoup trop de choix, et si peu de temps devant moi. Je soupire, tous ces plans, toutes ces manigances, toutes ces choses qui n’était pas ennuyeuses non, mais si compliquées. La guerre arrivait, les conflits allaient commencer, je le sentais, c’était dans l’air, c’était une odeur, une ambiance, c’était âcre et les esprits s’échauffent. Les vampires n’ont jamais été aussi faibles, et nous nous risquions tout droit vers notre perte. Cette idée m’énervait, mais en même temps, elle me faisait vraiment bien rire. Parce que Jana se cachait derrière un caractère qui ne va avec son âge et cette fois ci, elle allait bien se rendre compte que c’était avec sa grande gueule qu’on dirigeait une race vampirique. Je souriais à cette idée, les autres opportunistes cachés allaient arriver et j’avais hâte de voir ce que ça allait donner.

 Je n’ai pas vécu d’humiliation. J’ai pris des risques réfléchis, la cavale, je te la laisse, j’ai « payé » ma dette. Je me mets à rire. Un mois, dans une cellule. J’ai même eu droit à une visite, c’est tellement pathétique comme sentence, que même ma soif de liberté s’est tue pour que je puisse en rire.

Je tenais à mon confort. Le luxe est comme le sexe, une fois qu’on y goute, il est difficile de s’en passer. Impossible même. Je hausse les épaules. Coupable votre honneur. Mais par contre, on m’avait déjà mis les menottes, alors j’allais passer mon tort cette fois ci. Il ne pouvait me faire confiance, qu’il me faisait bien rire. Je décroise les jambes, et écrase ma cigarette dans le cendrier. Je souris quand il parle de participer au naufrage du bateau Raybrandt. C’était triste de voir un si grand nom, terminer de cette manière. J’espérais simplement que Krystel ne voyait pas de fiasco, auquel… j’avais peut être participer… assez indirectement. Les gamines Raybrandt n’était pas prête et le plus … fascinant c’était que l’une d’entre elle avait bien huit cent ans.

 La tâche ne sera pas difficile à mon avis. Entre ce McBorough, et les semi-démons… qui semblent frétiller, tu devrais t’occuper.

Tu es la troisième personne qui me parle de projets et autres larcins, je n’ai jamais été aussi populaire qu’après ma trahison. Mais j’ai mes projets, et plusieurs divertissantes opportunités. Même ce Badenov m’a proposé un deal.


Je me mettais à rire, moqueuse.

 Pour l’honneur et le travail bien fait.


Dernière édition par Constance A. Bellanger le Jeu 9 Avr - 1:20, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You want a monster ? [Livre II - Terminé]   Mer 8 Avr - 11:38



Tu me connais Constance, tu sais que c'est plus fort que moi. lui dis-je, ne pouvant réprimer un sourire aux paroles de Constance quant à sa soif de liberté. Se pouvait-il que cela soit une de ses failles quoi qu'elle en dise? Ce serait bien trop facile de sa part. Pour autant la suite de ses paroles n'étaient pas dénuées d'intelligence. Le simple fait de sa présence face à moi était la preuve de les soeurs Raybrandt n'étaient pas de taille pour régner.

Et bien félicitations dans ce cas, tu as su tirer profit de l'incompétence des soeurs. Cette chère Krystel t'aurait chargé de lui ramener ma tête, Augustus t'aurait éliminé de sa main. L'évolution est censée amener les espèces de ce monde à devenir plus fortes, ors il semblerait que notre espèce suit le chemin inverse.

Il est temps de lui montrer la voie.
dis-je en affichant un large sourire amusé.

Une visite des soeurs ou de Badenov? lui demandai-je curieux. Je soupçonnais Badenov d'être encore vivant en dépit de la mort de sa maîtresse - n'était-il pas censé être mort déjà plusieurs fois? - mais n'en avais pas encore eu la confirmation. Peut-être pourrait-elle me l'apporter. Je verrai quelques minutes plus tard que oui.

La célébrité pourra te servir autant qu'elle te nuira mais profite en bien. lui dis-je taquin avant de réagir la suite de ses mots.

Et qui donc m'aura devancé en te proposant un accord? lui demandai-je afin de satisfaire ma curiosité.

Je veux dire en dehors de Badenov car venant de lui il n'y a rien d'étonnant à cela en définitive. Il sait que chacun à un prix pour sa survie. dis-je avant de mêler mon rire à celui de la vampire.

En revanche qu'il invoque l'honneur et le travail bien fait est plutôt une erreur, surtout en s'adressant à un vampire. La mort de sa reine lui a-t-elle donc fait perdre l'esprit et ses capacités de raison?
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You want a monster ? [Livre II - Terminé]   Jeu 9 Avr - 1:50

❝ You want a monster ? ❞
Constance & Julien
Essayer de vouloir profiter de ma soif de liberté n’était pas une idée. Je déchirerais de mes propes mains tout ce qui essayera de se mettre en travers de ma liberté, et qui essayera de profiter de cette sanglante soif. Amelia avait bien essayé de me freiner, et elle seule avait réussi à me mettre des limites, mais c’était bien la seule et unique personne. Julien tentait de s’aventurer sur un terrain que moi-même je trouvais bien glissant.

 J’ai toujours eu l’oeil pour profiter du porte-feuilles de faibles vieux pervers humains, je ne vois pas bien la différente avec deux faibles enfants avec une couronne trop lourde pour leur tête. fis-je en répondant à son sourire.

Leur montrer la voie ?

 Et c’est toi qui va leur ouvrir le chemin, Julien ? fis-je sur un ton un peu moqueur.

La "célébrité" pouvait me nuir. C’était bien vrai. Car si les gens malgré mon statut de garce traîtresse, sans l’ombre d’amour pour tout autre personne sauf elle-même, attire quand même de possibles associés c’était que je pouvais me montrer disons… importante, d’une certaine manière ? Je suppose. Je hausse les épaules. Après tout qu’ils viennent, ils perdent leur temps. Je n’ai d’ambition que le divertissement. Je m’installe plus confortablement dans mon canapé. C’est me sur-estimer de croire que je fais ça pour la couronne, je la laisse volontiers à Julien, surtout s’il pense qu’il peut mieux s’en sortir que tout le monde. Je ne savais même pas dans quelle direction j’allais, c’était bien pour ça que je m’amusais.

 Qu’elle me nuise, et qu’ils viennent tous après moi, réclamez leurs du, je n’ai rien promis à personne. Comme si j’en avais quelque chose à faire.

Je me lève.

 Badenov, il a clairement perdu de sa… superbe dirons nous, il me proposait d’espionner à son compte, en tant que bénévole. Il n’est plus grand chose à part un humain qui fut… à mon désespoir très haut dans la hiérarchie vampire, une femme entretenue qui n’a plus les moyens de se payer ce qu’il souhaite. Mais à dire vrai, ne sous-estimons pas l’animal retranché dans son coin, il mord plus fort que les autres.

Bénévolat. Décidément, Badenov aurait pu se montrer tentant avec sa tête de chien battu, mais moi, je ne faisais pas la charité, ni Mère Thérésa, ni les Restau du Coeur.

 Qui t’as devancé ? Allons, Julien, si je suis prête à te parler de Badenov, mes autres contacts, quant à eux, resteront anonymes, sinon… ça voudrait dire que je te fais confiance, et loin de moi cette idée là, nous avons posé nos limites n’est ce pas ? Je souriais.

 Le prix de la survie.

Mais j'étais corruptible, pourquoi ? Parce que je suis une commerçante. C'était bien là mon vice, et ce qui faisait que personne ne pouvait me faire confiance. J'ai, je garde ou je vends. Et si en plus je peux faire les deux. Eh bien, alléluia, je me remettrais à croire en notre sauveur. À vendre, contact chez les semi-démons. Possibilité de foutre un sacré bordel, à vous en mordre les doigts, mais c’est une offre qui ne se refuse pas quand on sait que ce mesquin Julien, ne souhaite rien d’autre qu’être roi, et s’il peut être roi des cendres, alors appelez le Cendrier.

Je souris. Je suis décidément, très drôle ces derniers temps.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You want a monster ? [Livre II - Terminé]   Sam 18 Avr - 13:33


Décidément plus le temps passait et plus j'appréciais discuter avec Constance, n'était-ce là qu'un effet grisant d'être en marge? Toujours était-il que c'était la première fois que nous échangions autant l'un sur l'autre, pour autant nos natures respectives nous empêchaient de tomber dans un sentimentalisme malodorant.
Il faut être lucide, je suis loin d'être suffisamment puissant pour le faire seul. lui dis-je en esquissant un léger sourire amusé. Mais pleins d'opportunités s'offrent à qui sait les voir.
J'écoutais avec attention Constance, captant les informations qu'elle voulait bien m'offrir, mais aussi ce que je pouvais apprendre de ces vampires plus anciens et de leur flegme qui parfois pouvait être un poil irritant mais aussi surprenant. Ils semblaient tous vivre sur un autre plan, celui de l'ennui le plus complet, celui-là même qui en avait mené certains jusqu'à vouloir embrasser la lumière mortelle du soleil.

Ce qu'elle me dit au sujet de Badenov me fit sourire mais laissait aussi présager un avenir trouble pour mes plans. Il avait beau aux dires de Constance ne plus être l'humain dirigeant chez les vampires, Badenov avait un réseau énorme qui lui permettrait d'agir à sa guise pendant encore longtemps. La vie n'était qu'une question d'échelle, c'était cela que j'avais en tête. Avec Badenov, n'était-il pas plus simple d'attendre que la vie le quitte ne serait-ce que de vieillesse un jour ou l'autre? A moins qu'il ne décide à un moment de devenir vampire pour s'affranchir de ses limites humaines. Car s'il venait à être vampire, alors tout lui serait possible, il pourrait gagner une légitimité aux yeux de certains. Y avait-t-il seulement songé un jour?

Les soeurs ne l'utiliseront jamais comme le faisait Krystel, elles n'ont pas les tripes pour cela. La prochaine figure vampire sera probablement De Valombre, et il ne faudra pas longtemps avant qu'il ne vise le trône, quoi qu'il puisse en dire. Il se chargera d'éliminer Badenov un jour ou l'autre, après tout il n'est qu'un humain il n'est pas fait pour durer. lui dis-je d'un ton sérieux, curieux de sa réaction avant de l'interroger.
Toi qui la connais, que sais-tu du lien entre De Valombre et Van Heland? Penses-tu qu'il ne s'agisse que d'un lien passionnel entre eux ou il se pourrait qu'il soit sa créature? Ceci pourrait peut-être ouvrir une voie exploitable. dis-je en esquissant un sourire carnassier.
Effectivement, mais toute limite peut être franchie. dis-je en riant avant de poursuivre. Enfin bon, les espèces en ce monde ne sont pas nombreuses, aussi les pistes quant à tes contacts potentiels ne sont pas plus variées. Vampires, humains, lycans ou semi-démons.

Et si chacun de nous deux noue différents contacts, qui sait peut-être nos chemins pourraient-ils à nouveau se croiser par surprise.
dis-je encore en souriant.


Dernière édition par Julien Guillemaud le Lun 4 Mai - 0:25, édité 2 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You want a monster ? [Livre II - Terminé]   Sam 2 Mai - 23:29

❝ You want a monster ? ❞
Constance & Julien
Nos conversations étaient beaucoup … plus … cordiales, et appréciables, il fallait l'avouer. Nous n’avions pas les mêmes objectifs, et puis je n’avais plus rien à prouver, ni à lui, ni à personne. Je hausse les épaules, en pensant à toutes ses responsabilités passées, et aujourd’hui, je ne me voyais pas signer à nouveau pour ce genre de galère, qui ne mène qu’à la perte et la déraison. J’en étais la preuve vivante.

Badenov, voilà un sujet que je trouvais épineux. Je n’arrivais pas bien à cerner ce personnage, que j’aimais en façade sous estimer, mais je n’étais pas bête au point de réellement le sous estimer. Mais Julien avait raison sur un point, les deux filles Raybrandt allait faire l’erreur, de ne pas utiliser Badenov, comme Krystel le ferait. Nicolas était en effet, le nouveau vampire à la mode, mais je ne le connaissais pas. Mais Scylla, elle, oh nous remontions à plusieurs siècles, et je la savais bien plus fourbe que ce qu’elle voulait bien le montrer.

 Il n’est pas fait pour durer, peut être. Mais il est une épine dans le pied. Mais pourrait-il rester humain ? Il a goûté au sang… qui dit jusqu’ou il pourrait aller ? Mais bon, il serait préférable à mon avis que quelqu’un se charge de lui retirer son humanité à laquelle il semble vouloir s’accrocher, plutôt qu’il n’est l’idée de faire ça seul dans son coin. fis-je en souriant.

Mais voilà une opération qui s’avérait bien audacieuse.

 Les vieux vampires sont des créatures très secrètes. Malgré le fait que nous nous connaissions, je n’ai aucune idée du lien qu’ils entretiennent. Passionnels ou non. Mais rien ne m'étonnerait de la part de Scylla.

Qu’entendait-il par une voie exploitable ? Chercher à trouver la faille entre les deux ? Je hausse les épaules, il devait, à mon avis d’abord s’occuper d’évinscer les deux Reines. Scylla était redoutable, dangereuse, et certainement plus imprévisible que moi. Nous avions partager des distractions peu recommandable pour le commun des mortels, et j’avais pu entre-apercevoir une nature assez proche de la mienne : cruelle.

Sur quel pied danser ? Aucune idée. Tout ce qui m’intéressait moi aujourd’hui, c’était de pouvoir rester une spectatrice, certes active, mais une spectatrice de toutes ce bordel qui s’annonçait. Toutes limites pouvaient être franchises ? Je doutais, mais cette réflexion me faisait.

Il y a des limites, qu’il vaut mieux se garder de franchir.  fis-je en répondant à son rire.

Je le trouvais bien souriant pour un type en cavale, peut être était-il proche du but qu’il s’était fixé, on ne savait jamais avec lui. Mais tant qu’il restait sur ces plate-bandes et pas les miennes, je préférais le laisser faire. Il était un fouteur de trouble, pratique.

 Que l’on me garde de voir ta face à nouveau, Julien ! Espérons que tu la garde sur les épaules, au moins.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You want a monster ? [Livre II - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
You want a monster ? [Livre II - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]
» Mission Intrigue "Le Pacte des Loups" [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Edimbourg
 :: Alentours :: Banlieue
-
Sauter vers: