AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Promenons nous entre les livres ! [Livre II - Terminé]
MessageSujet: Promenons nous entre les livres ! [Livre II - Terminé]   Dim 2 Fév - 18:59

    Je repose mon stylo à côté de mon carnet, je soupire … La matinée avait été brève mais intense. Cet homme m'avait vidé mentalement, je ne savais comment m'en dé-pâtir, il avait sérieusement besoin d'un suivi plus intense, mais je ne savais pas si j'en était capable. Non que je doutais de mes capacités professionnelles, mais franchement l'entendre parler des loups garous comme étant des bêtes féroces, que l'on devait tous les brûler et qu'il se sentirait mieux quand ça arrivera, me fichait la chair de poule. Ce n'était pas de la colère quand je l'entendais parler, mais de la peur …

    Sa peur à lui, le menait à vivre reclus dans sa maison, sa femme le poussait à sortir, mais il vivait une sorte de phobie envers mon espèce. D'autant plus qu'il prenait pour argent comptant les plus folles rumeurs qui couraient sur le fait que l'on pouvait s'en prendre aux humains et les manger tout cru. J'en voyais défilé durant la journée, de ces humains qui avaient peur de nous, des vampires et encore plus des semi-démons. Surtout depuis que le temps se détraquait de plus en plus sur Glasgow et sur Edimbourg apparemment. Je massais ma nuque, j'étais raide, j'avais besoin de me dégourdir et c'est avec tristesse que je me dit que je devais attendre ce soir pour aller courir un peu sur le domaine des loups, goûter à un temps un peu plus clément.

    Je me tourne pour observer la ville au travers des fenêtres, mon bureau est plongé dans le pénombre alors qu'il n'est que onze heures. Cela peut mener quiconque à la déprime si cela continue comme ça. L'hiver était bien précoce, était-ce l'oeuvre des semi-démons qui refaisaient surface ? Assurément. Et cela n'était en rien rassurant, je n'avais pas envie de replonger de si tôt dans un conflit aussi sanglant que celui que nous avions connus.

    Je restais encore quelques instants à contempler la ville, puis je me tournais vers mon bureau, ouvrais mon agenda pour vérifier quand mon prochain rendez vous allait arrivé. Pas avant 14 heures, j'avais bien mené ma barque aujourd'hui. En fait avec les journées qui avaient précédées je m'étais aménagé un temps de repos assez long pour mon cerveau. Je me décidais à aller faire un tour au centre ville, histoire de me couper de mon bureau et de toutes les paroles qui peuvent y être déposées.

    Je mis mon manteau, un bonnet sur mes cheveux relâchés et je pris la direction de l'extérieur. Je marchais tranquillement, mes bottes à talons martelant le sol à intervalle régulier. J'avais opté pour une jupe de tailleur en cuir ce matin. Pour les humaines normales, ce type de vêtement était à bannir en ces temps hivernaux, sauf que mon corps était plus chaud que la normal et faisait que le froid était moins mordant, même si je commençais à le ressentir.

    Ma petite marche me mena jusqu'à Keats and Books, un lieu que j'affectionnais beaucoup. Même si les petites librairies étaient très plaisantes, mais j'aimais venir ici car y étaient réunis livres, CD's et DVD's … Enfin surtout des livres. Je me dirigeais aussitôt vers ce dit rayons, notamment les livres traitant de psychologie. Oui on ne se refaisait pas, j'avais aussi besoin de me tenir au courant des nouvelles avancées et cela faisait bien dans mon cabinet de voir que ma bibliothèque était remplie de livres de références. En tête de gondole, il y avait les sempiternels livres traitant des Années Sanglantes et de leur conséquences. Comment combattre les vampires, les semi-démons et autres créatures. Je feuilletais pour voir ce qu'on disait de si passionnant … Puis je reposais avec dédain tous ces livres que j'exécrais tant.

    Il y avait de nombreuses personnes ici, je pouvais sentir les odeurs de chacun. Mêler à l'odeur des livres neufs, des blisters des DVD's c'était assez étrange. Mais alors que je me baladais dans les allées, une odeur particulière m'attira, je ne pus réprimer mon envie de la suivre et de découvrir qui se cachait derrière cette odeur. Ce n'était pas un loup, mais c'était animal … Un métamorphe n'était pas très loin de moi. Mon instinct de loup avait pris le dessus sur mon envie de flaner, je cherchais d'où cela pouvait provenir. Pourquoi ? Quel était le réel intérêt pour moi de faire ça ? Aucun, je relâchais juste la pression que mon métier faisait peser sur moi ces derniers jours et je me laissais envahir par mes instincts de louve.

    J'arrivais dans une autre allée, et je me retrouvais prés de l'origine de cette odeur, une femme. Je devais la dévisager, qu'est-ce que je devais être idiote à être plantée là, à attendre quelque chose qui ne venait pas. Je me déplaçais jusque devant les livres de cuisine qui se trouvaient juste là. Je jetais un regard en direction de la femme, j'espérais de toutes mes forces qu'elle ne m'avait pas repéré, mais je doutais fortement, sur ce coup je n'avais pas été très discrète ...
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promenons nous entre les livres ! [Livre II - Terminé]   Lun 3 Fév - 15:05

Ca faisait longtemps qu’Alexis ne s’était pas rendue au centre ville, autrement que pour aller au lycée. Elle préférait voler les gens qui habitaient en périphérie de la ville, dans des quartiers riches : plus d’espace entre les différentes maisons, moins de monde susceptible de la repérer… Elle avait quand même longuement hésité avant de sortir de l’appartement de son frère, où elle était au chaud. Le temps pourri ne l’y encourageait guère, et elle n’avait pas vraiment envie d’attraper une pneumonie. Mais elle tournait en rond – si elle était à l’abri des intempéries, elle tournait aussi en rond dans cet espace confiné.

Elle se couvrit chaudement, ne laissant quasiment apparaître que ses yeux sous sa capuche et son écharpe remontée sur son nez, puis claqua la porte – pourvu qu’Eliot soit à la maison quand elle y reviendrait. Elle avait déambulé longtemps, avant de se décider à se réchauffer dans un magasin – elle volait souvent, quand elle s’y trouvait, c’était plus fort qu’elle. Le frisson du danger, l’excitation de le faire en passant inaperçu.

C’est ainsi qu’elle s’engouffra dans la librairie, avec l’idée de se trouver un bon roman pour s’occuper pendant les cours. Elle sortit le porte-monnaie qu’elle avait dans son sac, pour compter son argent. Il lui en restait suffisamment pour ne pas dérober son livre, mais se l’acheter vraiment. Il serait à elle honnêtement. Bon, qu’elle ait volé cet argent avant ça remettait en cause tout ça, mais l’adolescente n’y pensait pas.

Elle fouina longtemps, regardant les livres, en ouvrant certains pour les feuilleter un peu et en voir le contenu, passant devant d’autres rayons sans même y prêter attention… Elle s’arrêta devant le rayon de littérature sentimentale, avec bon espoir de rire. On lui avait dit qu’il en existait de qualité, mais elle n’en connaissait pas. Elle n’avait jamais essayé d’en connaître, à vrai dire. Elle préférait rire allègrement de ceux niais à souhait, presque à en faire vomir les personnes saines d’esprit. Elle parcourait le rayon, cherchant des œuvres à saisir pour les observer, quand elle sentit un regard sur elle.

Qui pouvait être là, à l’espionner ? Alois ? Ses parents ? La chose qui l’avait blessée dans la forêt ? Un brin paranoïaque, la jeune fille ? Absolument. Elle se figea donc, sans bien savoir pourquoi. Concentrée sur le regard déposé sur elle, elle n’arrivait pas à calmer les battements de son cœur, qui étaient montés crescendo, et ne remarquait même pas qu’elle s’était arrêtée devant la littérature érotique – ce qui, quand elle s’en aperçut, la fit rougir de la tête aux pieds. Et si quelqu’un la voyait devant… devant… ça ? Qu’est-ce qu’on penserait d’elle ?

La petite métamorphe était tellement innocente qu’elle n’avait même jamais embrassé qui que ce soit, ou regardé un porno en cachette, et elle était mortifiée à l’idée que l’on puisse penser qu’elle s’intéressait à ça. Elle s’éloigna précipitamment, toujours aussi rouge et gênée, et fonça sans le vouloir dans celle qui la regardait un instant plus tôt.

« Je suis… Euh… Pardon. Mais pourquoi vous me regardiez ? »

Belle entrée en matière, sympathique et agréable. On lui avait appris les bonnes manières, pourtant…

_________________
“Notre voie ressemble à ce qui se passe quand on reste dans le noir. Ceux qui sont à la lumière n'y voient rien dans le noir, tandis que ceux qui sont dans le noir voient tout à la lumière.”


Rewards & stuff:
 


Dernière édition par Alexis Prudence Lindon le Mar 11 Mar - 9:49, édité 1 fois
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défense
Points de vie : 13
Coups du Destin: 12
You did not break me, I'm still fighting for peace.
Messages : 4409
Membre du mois : 195
Je crédite ! : Nao (avatar & signature) | Kanala (rewards)
Vos Liens :

Liens:
 


Autres comptes : Freyja Swayne
Double compte de Freyja - Modératrice
You did not break me, I'm still fighting for peace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2771-alexis-lindon-il http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2788-alexis http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2787-alexis
MessageSujet: Re: Promenons nous entre les livres ! [Livre II - Terminé]   Lun 10 Fév - 14:28

    Je devais avoir l'air fine maintenant, j'avais senti l'odeur de cette fille, je l'avais suivie. Je devais vraiment aller au Wolfheaven, car assurément la nature me manquait, la chasse me manquait. Je me retrouvais à me mettre à l'oeuvre en pleine journée, en pleine ville. Reprends toi ma petite Sarah et arrête de te laisser emporter par ton instinct animal. La personne que j'avais face à moi n'étais qu'une adolescente, elle avait une odeur animale, mais totalement différente de celle qui émane des loups.

    J'aurais pu faire mentir, faire semblant lorsqu'elle me demandais pourquoi je la regardais. Pour tout dire je n'en savais rien moi même. J'avais été attiré par son odeur, comme un moustique attiré par une lumière durant une nuit d'été. J'avais été stupide, car autant le dire cela ne m'arrivait quasiment jamais. Je regardais autour de moi, puis je posais un regard désolé sur la jeune fille. Je passais une main dans mes cheveux … La nervosité s'emparait quelque peu de mon être.


    Heu désolé, c'est juste que … désolé mademoiselle, cela m'arrive rarement voir pas du tout de dévisager les inconnus de cette façon, c'est juste qu'il y a chez vous quelque chose de différent des autres …

    Je m'arrêtais là, sans en dire de plus. Une phrase pleines de sous entendus. Je connaissais quelques métamorphes, mais pas tous et surtout leur existence était encore tue aux humains. Je ne pouvais lui déclarer avec perte et fracas que j'avais reconnue l'espèce à laquelle elle appartenais. Et puis, il s'agissait de la seule chose qui m'était venue à l'esprit pour justifier le fait que mon regard était posé sur elle avec insistance. Je lui adressais un sourire d'excuse.

    Bon, j'avoue c'est très bizarre comme situation. Je ne veux pas vous faire peur, même si je pense que c'est réussis pour le coup. Cela doit être la première fois que cela vous arrive. Je crois que mon travail me monte à le tête et a altéré mon discernement.

    Je ne savais comment de dépêtrée de cette situation. Quelles secondes plus tôt j'avais lancée une bouteille à la mer. Mes paroles n'étaient pas anodine, je lui avait clairement dit qu'elle semblait différente. Quand on est métamorphe, vampire ou loup, on sait tout de suite de quoi on veut parler. Inconsciemment je voulais qu'elle me confirme ce que je savais grâce à mon odorat. Mais d'un autre c'est faire peur à la jeune fille, je n'étais pas fine aujourd'hui. Je crois qu'il serait plus simple de revenir au bureau et de prendre le temps de me vider la tête. Mon rendez vous de ce matin n'avait pas eu un effet bénéfique sur mon esprit.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promenons nous entre les livres ! [Livre II - Terminé]   Ven 14 Fév - 17:58

Alexis sentait bien, voyait même, que la jeune femme en face d’elle était mal à l’aise, nerveuse. Ses gestes, son regard, tout la trahissait. Mais elle ne pouvait compatir, elle se sentait menacée – à tort probablement -, et elle était focalisée sur la peur que causait en elle le regard qu’elle avait senti insistant, anormalement posé sur elle. Elle se tenait le poignet, essayant de dissimuler sa gêne et d’apaiser ses peurs. Dans un magasin rempli comme cela, elle ne pourrait guère lui faire du mal, n’est-ce pas ? A moins qu’elle ne renverse la situation, et essaye de faire croire que l’agression venait d’Alexis ?

Bien involontairement, la lycéenne frissonna, prise de frisson, comme si on l’avait poussée sous une cascade à l’eau glacée. Quoi que… Ça aurait probablement été moins désagréable que d’être confrontée à cette personne qu’elle ne connaissait pas, qui la regardait de bien trop près, et avec bien trop d’insistance. Alexis hoqueta, quand elle lui dit être différente. Comment ça, elle était différente ? Pas du tout, elle se fourvoyait ! Elle était tout ce qu’il y a de plus normal. Elle ne dissimulait rien, surtout.

« Je… Vous faites erreur, madame. Je suis parfaitement normale, et comme tout le monde. Il n’y a rien de différent en moi – sauf peut-être que je suis la seule adolescente ici. C’est tout. »

Que lui disait-elle ? Qui était-elle ? Lui voulait-elle du mal ? Etait-elle de la PES ? C’était ce que Charlie avait voulu dire, non, que la PES était composée de gens mauvais, qui pouvaient lui nuire, s’ils apprenaient la vérité ? La luciole fixait son interlocutrice avec suspicion, bien décidée à nier d’avance tout ce qu’elle pourrait avancer. Se protéger, et protéger les autres. Ne pas les vendre. Peut-être la femme était elle à la pêche aux informations, pour tous les capturer et en faire des cobayes pour découvrir d’éventuelles faiblesses qu’ils pourraient avoir. Oui, voilà, c’était surement ça.

Son sourire semblait sincère, cependant. Il n’en fallut pas beaucoup plus à Alexis, pour ne plus savoir où elle se situait, pour se sentir perdue et ne pas savoir se positionner quant à la personne en face d’elle. En même temps, elle était tellement stressée qu’il était difficile de croire qu’elle lui voulait effectivement du mal, quand on y regardait de plus près. La mineure fronça les sourcils, perplexe. Désemparée. Elle soupira, et décida de porter ses hésitations en bandoulière. Ne pas partir, mais ne rien trahir.

« Cela arrive à tout le monde… Que faites-vous comme travail ? »

_________________
“Notre voie ressemble à ce qui se passe quand on reste dans le noir. Ceux qui sont à la lumière n'y voient rien dans le noir, tandis que ceux qui sont dans le noir voient tout à la lumière.”


Rewards & stuff:
 


Dernière édition par Alexis Prudence Lindon le Mar 11 Mar - 9:49, édité 1 fois
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défense
Points de vie : 13
Coups du Destin: 12
You did not break me, I'm still fighting for peace.
Messages : 4409
Membre du mois : 195
Je crédite ! : Nao (avatar & signature) | Kanala (rewards)
Vos Liens :

Liens:
 


Autres comptes : Freyja Swayne
Double compte de Freyja - Modératrice
You did not break me, I'm still fighting for peace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2771-alexis-lindon-il http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2788-alexis http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2787-alexis
MessageSujet: Re: Promenons nous entre les livres ! [Livre II - Terminé]   Ven 7 Mar - 11:17

    Belle entrée en matière Hargreve, franchement bravo ! Et tu te dis psychologue ? La psychologie ne t'a pas effleuré l'esprit quand ta louve a prit le dessus sur ton côté humain pour suivre cette possible métamorphe. Oui je m'engueulais mentalement, je me trouvais subitement totalement stupide devant cette adolescente qui devrait être inquiétée par ma présence et mes réponses énigmatiques. Mais quelle idiote je pouvais être, je me mettais des claques mentalement, j'essayais de reprendre le dessus sur cet instinct primaire qui me guidait depuis quelques minutes. Encore un peu et je me transformais devant tout le monde … Enfin, non j'exagérais un peu.

    Je ne voulais pas lui faire peur, mais je crains que c'est ce que je venais de faire. A quoi pouvait elle penser quand je lui ai dit qu'elle avait quelque chose de différent. Il fallait que je me reprenne, sauf que je voulais lui faire comprendre que je ne voulais pas lui faire de mal, juste que j'avais perçu cette odeur différente de celle des humains qui nous entouraient. Elle me disait que la seule différence qu'elle trouvait, c'est qu'elle était la seule adolescente dans le magasin. Cela, je ne pouvais pas le nier, c'était d'ailleurs assez étrange, car les ados aimaient se balader dans la rue à l'heure de midi. Moi même c'était un de mes plaisirs avec mes amies, de faire du lèche vitrine tout en mangeant un sandwich. J'affichais un sourire d'excuse à le jeune fille.


    Oui, excusez moi. Je ne sais pas ce qu'il m'a pris. Je suis un peu paranoïaque peut être ? Cela doit être l'approche de la pleine lune, je ne me sens pas moi même à cette période. Étrange n'est-ce pas ? Enfin, je ne vais pas le dire trop fort, autour de nous, on va croire que … Non laissez tomber !

    Je m'enfonçais de plus en plus dans mon envie de lui faire dire que oui, elle était une changeuse de forme. Je voulais lui faire dire, là au milieu d'humains aux oreilles qui traînent. Non mais quelle mouche m'avait piqué aujourd'hui ? J'avais parfois cette entêtement, cet acharnement pour essayer de savoir quelque chose que je savais déja. Mon odorat ne me trahissait pas du tout, alors pourquoi chercher la petite bête ? Parce que j'étais comme, ça j'avais envie de savoir, de connaître … La curiosité tout simplement.

    Ce n'était pas pour rien que j'étais psychologue, j'avais de l'empathie pour autrui, je voulais aider. Et en même temps, j'avais cette dose de curiosité qui me poussais à mener mes patients sur les chemins de leur inconscient. C'était une qualité dans mon travail et un défaut dans ma vie de tous les jours, un jour comme aujourd'hui par exemple ! Mais un question venait de surgir, l'adolescente me demandais quelle métier je faisais. Un petit rire franchit la barrière de mes lèvres.


    On va déjà commencer par le début, je m'appelle Sarah et … J'ai un métier quelque fois original, je suis psychologue.

    J'étais fière de dire ce que je faisais dans ma vie, toutefois je me retrouvais souvent face au regard des autres qui changeait instantanément. En effet, avoir quelqu'un qui exerce ce type de métier fait parfois peur, les personnes que je rencontre ont peur que je les analyse, que je cherche à comprendre leur vie pour expliquer leurs actes présents. Il y a longtemps que j'avais cessé d'essayer d'expliquer que derrière cette étiquette, il y avait une personne, une humaine. Ou plutôt, une louve, mais ça je ne le disais qu'à mes frère de meute et au changeur dont j'avais l'assurance de leur véritable 'identité'.

    Et vous mademoiselle, si cela n'est pas indiscret, comment vous appelez vous ?
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promenons nous entre les livres ! [Livre II - Terminé]   Dim 9 Mar - 18:42

Cette femme était folle ou dangereuse. Ca ne pouvait être que ça. Sinon, elle n’aurait pas observé comme ça la petite métamorphe, et elle n’aurait pas cherché à lui faire dire qu’elle n’était pas normale. Elle voulait la piéger, c’était sûr, elle lui voulait absolument du mal. On ne fixait pas les gens comme ça sinon, à moins d’être malpoli, si ? Et elle était adulte, elle devait avoir appris depuis le temps que c’était pas poli de faire ça, pas correct, et dérangeant. Involontairement, la luciole nourrissait sa peur et sa méfiance à l’égard de la personne à qui elle avait pourtant adressé la parole quand elle s’y était cognée, plutôt que de fuir à toutes jambes et mettre le maximum de distance entre elles deux. Un peu plus, et elle aurait cru être tombée sur la tête. Non mais sérieusement, parler à une inconnue qui lui faisait peur ? Qu’est-ce que lui passait par le ciboulot ? Les Lindon lui avaient appris, pourtant, à ne pas parler à n’importe qui – même si c’était tard comparé aux autres enfants, elle était justement plus à même de comprendre.

Elle regarda un court instant la porte, évaluant ses chances de courir jusqu’à là-bas et de sortir, puis de semer la femme. Nulles. De par la disposition des tables et étagères de livres, DVD, etc. Si elle s’était transformée, tout aurait été simple, elle lui aurait échappé très facilement, mais elle n’était pas stupide au point d’agir ainsi en plein milieu d’une librairie, devant plusieurs humains, qui n’oublieraient pas de filmer, prendre une photo, passer le message… Avec la vidéo du cheval qui avait déjà tourné – était-ce un métamorphe, par ailleurs ? -, elle ne pouvait prendre ce risque. Non, elle devait parler, et essayer de s’en tirer, sans ne rien trahir. Sans avouer quoi que ce soit. En masquant ce qu’elle était. Il aurait fallu qu’elle sache mentir correctement, pour ça, et on ne pouvait pas vraiment dire que c’était son fort.

Elle se relâcha un peu, en l’entendant s’excuser, puis se crispa en l’entendant dire qu’elle était paranoïaque – et donc folle peut-être, et donc à même de lui faire du mal -, avant de la regarder durement en l’écoutant converser sur la pleine lune. Un regard accusateur, comme rarement la petite en avait. Et elle prétendait ne pas vouloir le dire trop fort, sous prétexte qu’on croit que… Que quoi ? Pourquoi elle continuait pas ? Elle n’en avait plus aucun doute : elle voulait la faire parler, lui faire avouer des choses, la faire se trahir. Elle ne dirait rien. Elle n’avait rien à dire, de toute façon. Elle était humaine. Une humaine parfaitement normale, qui ne se transformait surtout, surtout pas, en aucun animal. Jamais. Si la personne en face d’elle voulait se jouer d’elle, pour l’inculper et lui faire subir des choses terrifiantes, eh ben… Elle y arriverait pas ! Elle mentait en parlant de pleine lune, le lieu commun connu de tout le monde, c’était tout.

Pour autant, le petit rire dans sa voix surprit la changeuse, et la fit douter un instant. Pourquoi elle riait ? Qu’est-ce qu’il y avait de si drôle ? Elle jubilait, à l’idée de coincer quelqu’un de surnaturel ? Elle y arriverait pas, foi de luciole ! Alexis fronça les sourcils, décidant d’entrer dans son jeu, du moins pour le moment. Elle voulait converser normalement… Soit. Elle allait voir que l’enfant Lindon ne dirait rien, ne trahirait rien ni personne, ne vendrait pas son espèce à la PES. Elle serait une adolescente de 17 ans normale, qui venait acheter un livre pour se divertir. Pas une gamine capable de se changer en luciole et en tigre, pas non plus une voleuse. Rien qu’une lycéenne tout ce qu’il y a de plus normal.

La fierté dans sa voix surprit la petite, alors qu’elle lui annonçait être psychologue. Pourtant tant de fierté ? Elle s’attendait à ce qu’elle lui crache dessus pour son métier ? Elle n’en avait pas peur. Elle avait déjà vu un psychologue, quand elle était plus petite, quand elle avait été recueillie chez les Lindon, suite aux sévices subis de la part de ses grands parents. Les gens dans le foyer où elle avait fait un bref passage s’étaient moqués, parce qu’elle avait dit sans se méfier et sans penser aux conséquences qu’elle en voyait un, mais elle voyait pas le mal. C’était un métier normal, et si ça pouvait aider les gens, c’était bien. Sans qu’elle ne s’en rende compte, Sarah remontait un peu dans son estime. Mais ça, elle se serait bien gardée de l’affirmer. « Je m’appelle Alexis madame. Et vous, vous êtes de la PES, pas vrai ? »

Elle mit la main devant sa bouche, aussitôt qu’elle avait laissé sortir ça. Ca n’était vraiment pas voulu, elle s’était dit qu’elle allait pas en parler, mais encore une fois, elle avait suivi une impulsion, plus que la raison. Elle croisa les doigts : pourvu que non, pourvu qu’elle n’ait pas fait tomber le masque qui allait pousser la femme à agir de manière offensive, à lui faire mal…

_________________
“Notre voie ressemble à ce qui se passe quand on reste dans le noir. Ceux qui sont à la lumière n'y voient rien dans le noir, tandis que ceux qui sont dans le noir voient tout à la lumière.”


Rewards & stuff:
 


Dernière édition par Alexis Prudence Lindon le Mar 11 Mar - 9:50, édité 1 fois
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défense
Points de vie : 13
Coups du Destin: 12
You did not break me, I'm still fighting for peace.
Messages : 4409
Membre du mois : 195
Je crédite ! : Nao (avatar & signature) | Kanala (rewards)
Vos Liens :

Liens:
 


Autres comptes : Freyja Swayne
Double compte de Freyja - Modératrice
You did not break me, I'm still fighting for peace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2771-alexis-lindon-il http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2788-alexis http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2787-alexis
MessageSujet: Re: Promenons nous entre les livres ! [Livre II - Terminé]   Lun 10 Mar - 11:15

    Je crois que la situation ne s'arrangeait pas, et tout ceci était de ma faute. Ma louve avait pris le pas sur ma réflexion logique, je ne faisais quasiment plus cas de l'univers qui nous entourait pour essayer de comprendre qui était la jeune fille que j'avais flairé. Qui était véritablement ma petite proie. Car oui j'avais été en chasse et je l'avais presque attrapé. La voix de la raison me poussait à me raisonner mais je me laissais emporter par la louve qui en avait assez de mes patients, qui en avait marre de rester enfermer dans un bureau durant toute la journée. Ma petite louve avait envie de grands espaces, de courir, de chasser, etc. Malheureusement, elle n'était pas encore habitué à ce nouveau rythme de vie que je lui imposais. Il y a encore quelques semaines de cela je pouvais me rendre au Wolfheaven sans problèmes, dès que l'envie me prenais. Mais voilà, j'avais décroché ce poste au cabinet de psychologue et je m'attachais au fait de le garder, d'être le plus disponible possible pour mes patients et mes collègues et cela s'en ressentait sur ma louve.

    Je respirais doucement, fermait les yeux. Et dans un murmure je parlais au côté de ma personnalité la plus animale 'calmes toi'. Assurément, cela n'allait rien arranger à l'état de nervosité de la jeune adolescente face à moi. Et l'on ne pouvait pas faire un retour en arrière, j'aurais du passer à côté d'elle, renifler son odeur, me dire qu'il y avait une métamorphe ici, comme cela arrive et puis l'affaire aurait été classé. Sauf que, parfois je m'interroge sur mes actes … Cette changeuse de formes, je ne l'avais pas vu dans l'alliance, donc était-ce une solitaire, comme cela arrivait souvent ? Non, ce n'était pas mon soucis, mais peut être serait-il judicieux que j'en parle à Camille, que je lui en parle à elle pour qu'elle ne se sente pas seule face à cette vie étrange.

    Enfin, là nous n'en étions pas à nous donner les bonnes adresses pour être au mieux dans notre vie de loup ou de métamorphe. Il fallait que je la rassure, car disons que là tout et n'importe quoi devait agiter son petit cerveau prolifique d'ado. Je m'en mordais les doigts … Qu'avais je fait ? Et ce qui venait de sortir de la bouche de la jeune fille me surpris légèrement. Deux réactions s'imposaient à moi, soit éclaté d'un grand rire et me faire passer encore plus pour une dingue. Ou alors m'énerver et lui dire qu'elle était folle. Pourtant, je pris une troisième option, je pris la main de la jeune fille et l'emmenait doucement mais fermement près d'un rayonnage désert. Je regardais autour de moi, bon j'avoue que là, cela accentuait une certaine culpabilité dans ma supposée appartenance à la PES.


    Ne parle pas de la PES ici, alors que nous sommes entourées d'humains … Je suis désolée de t'avoir fait peur, je n'ai pas été très fine, surtout dans un lieu comme celui-ci mais …

    Je relevais la tête pour regarder autour de moi, vérifier si personne n'avait une oreille qui traîne.

    Je sais que mon attitude est mystérieuse, mais tu sais tout autant que moi qu'il est difficile pour nous de vivre dans un tel environnement. Je t'ai … C'est idiot, mais je t'ai flairé quand je suis entrée dans le magasin. Encore une fois, je ne voulais pas te faire peur Alexis, je comprends que c'est vraiment intrigant une personne comme moi, dont tu ne connais rien. Mais …

    Je fus interrompue par le bruit de pas de quelqu'un. Je patientais que la personne s'éloigne de nous. Je terminais dans un murmure que seule Alexis pouvait entendre.

    Je ne suis pas de la PES et heureusement, je suis vraiment psychologue et autre chose ...
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promenons nous entre les livres ! [Livre II - Terminé]   Lun 17 Mar - 22:30

L’inquiétude d’Alexis allait croissante, et son inconfort dans la situation dans laquelle elle se trouvait aussi. Ne pouvait-elle pas être tranquille, dans le grand magasin, à profiter d’un moment de calme pour elle et elle seule, sans drame, sans personne étrange, sans rencontre désagréable, sans imprévu tout simplement ? Pourquoi donc l’adolescente était-elle la cible de cette personne ? Elle se le demandait, sans vraiment parvenir à trancher. La seule idée qui lui venait en tête était qu’elle lui voulait du mal, voulait la piéger, et lui faire avouer des choses qu’elle n’aurait dite pour rien au monde.

Pour la luciole, la jeune femme en face d’elle était une menace. Son anxiété était-elle qu’elle était incapable de déceler quoi que ce soit qui corroborerait le fait qu’elle soit une alliée, une métamorphe, ou une louve. Elle ne pouvait passer outre sa peur. Elle regardait autour d’elle – serait-elle aidée, secourue, si elle criait, disant que la personne tenait des propos étranges ? Elle blêmit, à cette idée. Elle était terrifiée, mais elle ne pouvait pas causer de tels ennuis à qui que ce soit, elle ne pouvait tout bonnement pas mentir et avoir un tel poids sur la conscience… Conscience déjà bien trop occupée, d’ailleurs.

Le silence régnait, la petite n’avait prononcé qu’une phrase et ne dirait rien d’autre tant qu’elle n’aurait pas de réponse, regardant son interlocutrice suspicieusement et peu agréablement. Elle retenait sa respiration, sans même s’en rendre compte, attendant la suite des évènements – la laisserait-elle tranquille ? Par pitié, qu’elle la laisse tranquille ! Qu’elle n’insiste pas, qu’elle ne l’amène pas à craquer et à perdre tous ses moyens, à se vendre et les autres par la même occasion. Elle retint de justesse un cri de surprise, en sentant une main dans la sienne, et se laissa entrainer sans bien le vouloir dans un endroit isolé et désert.

Un air horrifié se peignit sur son visage – qu’allait-elle lui faire ? Pourquoi n’avait-elle pas crié avant, pourquoi n’était-elle pas parti en courant, comme si elle avait le diable aux trousses ? La surprise remplaça l’inquiétude, quand elle lui intima de ne pas parler de la PES et parla des humains naturellement, comme si elle n’en était pas. N’en était-elle réellement pas une ? Elle fut légèrement rassurée par le fait qu’elle s’excuse – les méchants, ça le faisait pas, si ? Elle grimaça toutefois, quand elle lui avoua être autre chose… Pourquoi elle disait pas être une louve, si c’était ça ? C’est qu’elle en était pas, surement. Et si… Et si elle était une vampire ou une démone ? Si c’était ça ?

La peur réapparut sur le visage de la jeune fille, mais elle regarda la femme avec le plus d’effronterie possible, pour essayer de faire croire que tout allait bien. « Si vous êtes une vampire, je vous laisserai pas me manger ! Même si je dois me transformer devant tout le monde ! Et si vous êtes une démone, eh ben c’est pareil ! »

_________________
“Notre voie ressemble à ce qui se passe quand on reste dans le noir. Ceux qui sont à la lumière n'y voient rien dans le noir, tandis que ceux qui sont dans le noir voient tout à la lumière.”


Rewards & stuff:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défense
Points de vie : 13
Coups du Destin: 12
You did not break me, I'm still fighting for peace.
Messages : 4409
Membre du mois : 195
Je crédite ! : Nao (avatar & signature) | Kanala (rewards)
Vos Liens :

Liens:
 


Autres comptes : Freyja Swayne
Double compte de Freyja - Modératrice
You did not break me, I'm still fighting for peace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2771-alexis-lindon-il http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2788-alexis http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2787-alexis
MessageSujet: Re: Promenons nous entre les livres ! [Livre II - Terminé]   Sam 31 Mai - 9:14

    Cette situation ne trouvais aucune issue, l'adolescence ne comprenait pas le sens des mes paroles et cela m'agaçait. La peur était le moteur de son incompréhension, je m'y étais prise comme un manche. Je me demandais comment j'allais faire pour m'en sortir, la rassurer et disparaître sans que cela n'ait une incidence énorme sur nos vies. Nos chemins se sépareraient aussi vite qu'ils s'étaient trouvés et jamais plus nous nous rencontrerons. Oui, tout cela aurait été possible dans une autre dimension, dans une autre vie, dans d'autres circonstances.

    Alors que je pensais faire un pas en avant sur l'apaisement de la situation, la jeune fille qui se tenait face à moi retournait la situation en comprenant tout de travers. Est-ce que j'allais devoir crier haut et fort dans le magasin que je suis une louve et qu'elle se calme un peu ? La louve en moi perdait patience, je sentais mes poils se hérisser. Je fermais les yeux, essayant de me calmer, de calmer le feu qui bouillonnait en moi. Elle ne comprenait rien ou elle le faisait exprès ?

    Etre une louve n'était pas bien vue dans cette société, j'avais été dans l'obligation de figurer sur les registres de la PES, je ne voulais pas faire plus de remous et le montrer à Glasgow tout entier. Et, je n'osais imaginer la tête de Mary et de Hayden si je faisais les gros titres. Je regardais une nouvelle fois autour de moi. Simple précaution. Et la jeune fille me demanda si j'étais une vampire ou une semi-démon. Je ne pus m'empêcher de rire, un rire jaune bien évidemment. Moi une vampire ? Je les détestais, je les haïssais, ils m'avaient pris mon frère, et puis la peur de la jeune fille lui faisait perdre la tête. Un vampire, aussi vieux soit-il ne pouvait se balader tranquillement en pleine journée.

    Je respirais le plus tranquillement possible, ne pas s'énerver, ne pas perdre son calme. J'essayais, mais le temps filait et ma zen attitude aussi. Il était rare que cela m'arrive, mais c'était parce que j'étais dans ma zone de confort, là il y avait du monde autour de nous, cela me rendait nerveuse de la voir déblatérer autant de bêtises à la minute. Il fallait que je me raisonne, elle venait de se faire interpeller par une inconnue dans un magasin, qui lui a fait comprendre qu'elle l'avait senti. Je pouvais faire preuve d'une certaine stupidité quand je me laissais submergé par mes instincts de louve. Je baissais le ton, pour que elle seule puisse m'entendre.


    Arrête de dire n'importe quoi … Un vampire ? Nous sommes en pleine journée ! Et si j'étais une semi-démone, tu crois que je serais venue vers toi innocemment au risque de me dévoiler aux humains ? Les semi-démon sont nos ennemis, il n'est pas dans leur intérêt d'être des agneaux avec nous. Je suis une cousine de ton espèce, tu as compris maintenant ? Et si tu veux que ton groupe soit encore plus en danger, fais comme tu le souhaite, transforme toi devant tout le monde.

    Je m'entêtais à vouloir lui faire comprendre que j'étais une louve sans lui dire. Je n'étais pas là pour l'attaquer, mais plus … Pourquoi j'avais fait ça ? Simplement parce que je savais que les métamorphes étaient des êtres isolés. C'était mon élan de solidarité envers mes cousins, ils ne devaient pas être seuls, ils devaient vivre la même chance que nous les loups. Etre une meute est une chance pour nous, plus nous sommes nombreux, plus nous serons forts face aux divers attaques. Je tentais de me radoucir, je lâchais la jeune fille, me reculais.

    Je ne te veux aucun mal, je m'excuse encore une fois pour la peur que j'ai provoqué en toi. Est-ce que tu serais prête à arrêter de te faire tout un film sur ce que je serais capable de te faire ? Alors que je ne te veux que du bien et ce, même si je m'y suis mal prise.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promenons nous entre les livres ! [Livre II - Terminé]   Mer 11 Juin - 10:40

La luciole perdait pieds, paniquait, et pas d’une façon agréable. Elle se sentait vraiment pas bien, acculée, et elle avait peur. Sincèrement peur. Elle avait des tonnes de raison de fuir les gens, et elle préférait passer inaperçu, et là c’était de toute évidence loupé. Elle commençait réellement à envisager de se planquer derrière un meuble, et de se transformer en luciole. Pour s’enfuir. Les gens penseraient qu’elle était sortie mais qu’elle était tellement discrète qu’ils n’y avaient pas prêté attention. Elle espérait que ça serait le cas, si elle devait faire ça. Mais elle ne pouvait s’y résoudre. La dame en face d’elle n’avait pas été agressive pour l’instant, même si elle lui avait fait peur, et qu’elle parlait à demi-mots comme si elle ne voulait pas avouer un secret dangereux ou bizarre.

Alexis grimaça, alors qu’elle lui dit d’arrêter de dire n’importe quoi. Elle avait raison, bien sûr. Mais comment elle pouvait penser droit, alors qu’on l’abordait comme ça sans la connaître et sans lui dire réellement pourquoi ? Elle sentit la tension se relâcher un peu, alors qu’elle lui avoua être une cousine des métamorphes. Et elle se sentit honteuse, quand elle lui dit qu’elle allait mettre son groupe en danger. Elle voulait pas ça. Elle les connaissait même pas…

« Je suis désolée, je voulais pas réagir bizarrement… Mais, je… »

Elle quoi ? Elle ne pouvait pas lui dire qu’elle fuyait les services sociaux. De quoi aurait-elle l’air ? En plus, la dame était psychologue, pour sûr elle leur donnerait son signalement, sa trace, elle la vendrait, non ? Alexis ne la connaissait pas, après tout, et même si elle était proche d’elle, même si elle était comme Charlie, peut-être qu’il y avait des méchants parmi eux. Peut-être.

« Rien, je… suis juste désolée. Je vais essayer d’arrêter. J’ai réagi de manière démesurée. Et je veux pas mettre les gens comme moi en danger, même si je les connais pas. »

Je baissais la tête, pour masquer légèrement les larmes qui me montaient aux yeux, sans raison. J’étais trop émotive. Et j’avais failli mettre en danger des gens. J’étais bête. Je ferai mieux de vivre en tigre pour toujours dans la forêt et de plus embêter personne. Ca se trouve, papa et maman avaient été capturés et tués, ou transformés si j’en croyais Ashleigh, à cause de moi, parce que j’étais une mauvaise personne qui pouvait se transformer. « Pardon. » Oui, ça faisait trois fois en même pas cinq minutes, et alors ? Je laissais mon instinct parler.

|HJ| Désolée, c'est pas terrible >.<

_________________
“Notre voie ressemble à ce qui se passe quand on reste dans le noir. Ceux qui sont à la lumière n'y voient rien dans le noir, tandis que ceux qui sont dans le noir voient tout à la lumière.”


Rewards & stuff:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défense
Points de vie : 13
Coups du Destin: 12
You did not break me, I'm still fighting for peace.
Messages : 4409
Membre du mois : 195
Je crédite ! : Nao (avatar & signature) | Kanala (rewards)
Vos Liens :

Liens:
 


Autres comptes : Freyja Swayne
Double compte de Freyja - Modératrice
You did not break me, I'm still fighting for peace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2771-alexis-lindon-il http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2788-alexis http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2787-alexis
MessageSujet: Re: Promenons nous entre les livres ! [Livre II - Terminé]   Lun 30 Juin - 11:50

    J'avais perdu le contrôle d'une situation qui aurait pu paraître banale. Je tentais de faire bonne figure face aux humains qui auraient pu émettre des soupçons quant à notre relation immédiate. Je tentais par tous les moyens de ne pas éveiller de soupçons, pour la sécurité de l'adolescente, pour ma sécurité, pour notre sécurité à tous. Je lui avait fait peur, j'avais réagit avec spontanéité, trop d'ailleurs. Je m'étais mise en danger et je l'avais mise en danger. Je me giflais mentalement. Pourquoi j'avais fait ça ? Ma louve avait pris le dessus, j'avais flairer cette odeur si familière et si éloignée en même temps, ma louve avait voulu savoir d'où cela provenait et je m'étais mise en quête de la source de cette odeur. Je n'avais pas voulu lui faire peur, mais c'est ce qui était arrivée, je ne pouvais m'en prendre qu'à moi, me maudire.

    Je me radoucis en la voyant comprendre (enfin) là où je voulais en venir. Bon, je devais admettre qu'elle avait manqué de détails face à cette situation, face à mon intrusion soudaine dans sa vie. J'avais déboulé là, j'avais déblatéré des conneries et des allusions toutes aussi pourries les unes que les autres, pour tenter, en vain de lui faire comprendre que j'étais une louve, dont elle n'avait pas à se méfier. Elle s'excusait de ne pas avoir compris, j'affichais un sourire franc.


    C'est à moi de m'excuser, d'avoir fait irruption comme cela dans ta balade. Je suis un peu confuse, j'ai réagis par instinct, au mépris de toute raison. Je t'ai fait peur, je ne voulais pas que cela se passe comme ça pour toi.

    Elle s'excusait encore et encore, elle ne voulait pas mettre les métamorphes en danger. S'excusant d'avoir réagit aussi vivement. Je ne pouvais la blâmer, elle ne connaissait pas ses frères, ses cousins, elle était seule. Elle ne devait connaître que la solitude et avait appris à se méfier des étrangers, des personnes étranges comme moi. Elle était attendrissante et en même temps … Je n'arrivais à définir ce sentiment face à l'adolescente, elle semblait fragile et forte à la fois. Une certaine dureté face à une vie loin d'être aisée. Elle n'aurait pas voulu se mettre en danger, mais juste fuir celui auquel elle pensait être confrontée. Une nouvelle excuse, j'aurais pu perdre patience, il fallait qu'elle cesse, rien n'était de sa faute. Toute culpabilité devait me revenir, et pourtant j'en ressentais une pointe mais cela ne me rongeait pas plus que cela. D'une voix douce, je tentais de la rassurer face à la situation qu'elle venait d'affronter par ma faute.

    Cesse de t'excuser, c'est moi la fautive. Je m'excuse donc plus que toi. Tu as réagis de la manière qui te semblait le plus appropriée, te protéger est le moyen le plus logique en pareil moment. Je te comprends, mais prends garde à ne pas te révéler aux autres. Vous êtes encore inconnus aux yeux des autres, garde ça pour toi et tes frères.

    Bien que l'un d'eux avait fait preuve d'imprudence en se montrant aux caméras, la situation n'avait pas tourné à leur défaveur. Les métamorphes restaient encore une espèce inconnue aux yeux des humains. C'était là une chance pour eux, car nous étions tous surveillés, traqués, je devais régulièrement me rendre à la PES pour déclarer ma situation et cela ne me faisait guère plaisir. Je voulais qu'ils évitent ces désagréments, vivre en toute quiétude était leur chance, il ne fallait pas qu'un métamorphe imprudent les mette une nouvelle fois en danger.

    Je sortie une carte de mon sac, je pris un stylo et j'écris mon numéro de portable dessus. Je tendais la carte. Il était temps pour moi de partir, ma pause allait prendre fin mon prochain client n'allait pas tarder à arriver au cabinet.


    Tiens, prends ça. Fais en ce que tu veux, tu peux la garder, la jeter, m'appeler et m'oublier … En tout cas, si tu as besoin d'aide un jour n'hésite pas. Cela peut te paraître étrange, après cette rencontre tout aussi bizarre. Enfin, si tu as besoin d'aide … Je suis là. C'est un peu le rôle de cousines, ne crois-tu pas ? Je dois … y aller … Pardonne moi de cette rencontre spécial, je ne voulais pas t'effrayer, j'espère pouvoir me rattraper un jour, si tu le souhaite …

    Je regardais autour de moi, je ne sais pas si j'attendais une réponse. Je ne voulais pas la laisser la en plan et pourtant je devais, car j'avais des obligations. Cette pause avait été des plus bizarre, et je pense que cela l'était davantage pour l'adolescente que j'avais importuné. Il fallait que je me ressaisisse, je ne pouvais agir comme ça tous les jours … Je m'éloignais d'elle, après lui avoir fait un signe d'au revoir ou peut être d'adieu. Je me sentais stupide, plus que coupable. Je n'aimais pas faire peur aux autres, mais là c'était tout ce que j'avais réussis à faire. Je laissais à la jeune fille la possibilité de me contacter si l'envie lui prenait, même si je doutais qu'un jour nos routes se recroiseraient parce qu'on l'aurait souhaité.

    Je reparti rapidement à mon bureau, essayant de chasser toute la bizarrerie de la situation. J'arrivais au cabinet rapidement, trop peut être, comme si j'avais couru. Courir … C'est ce qu'il fallait que je fasse ce soir, pour chasser toutes ces pensées de ma tête. J'accueillis mon patient, j'allais focaliser mes idées sur la psychologie, rien d'autre pour le moment.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promenons nous entre les livres ! [Livre II - Terminé]   Mer 2 Juil - 18:02

Cette rencontre était étrange, bien trop étrange. Alexis avait été surprise, effrayée même, par l’attitude de celle qu’elle savait maintenant louve. Elle s’en voulait, de ne pas s’en être aperçu. Elle aurait du le faire. Roxane essayait de l’entrainer à sentir ça, à le remarquer. Ca faisait deux fois, qu’elle n’y arrivait pas. Ashleigh, puis Sarah… L’adolescente se sentait un peu nulle, à être incapable de faire quoi que ce soit correctement, à tout le temps tout faire de travers. Mais ça, elle allait pas le dire. Au lieu de ça, elle s’excusait trop. Auprès de Sarah, mais pas que : elle savait en son fort extérieur qu’elle s’excusait pour autre chose. Pour exister. Pour causer des soucis aux gens. Pour pas arriver à s’émanciper de tout attachement, et dépendre malgré tout des autres – émotionnellement, pas financièrement. Elle ne s’y prenait pas correctement en volant les maisons riches qu’elle voyait dans certains quartiers, mais au moins, elle n’abusait pas de la gentillesse des gens qu’elle aimait à ce sujet. Ou pas trop.

Elle se perdait dans ses pensées, et n’en ressortit qu’en entendant la louve reprendre la parole. Sa voix douce avait un effet apaisant sur la luciole – surement ce que la psychologue recherchait. Résultat de son métier, ou simplement de sa personnalité ? Charlie lui avait dit que les loups étaient violents et impulsifs, alors ça ne pouvait pas être son caractère. Enfin, Alexis n’en savait rien, au fond, et n’en saurait probablement jamais rien. Elle ne pensait pas recroiser la femme en face d’elle à l’avenir – après tout, elle ne fréquentait pas les loups, ou presque pas, et il était peu probable qu’elles se revoient par hasard. La jeune fille l’espérait, en tout cas. Ou espérait du moins qu’elle ne lui ferait pas peur, si elles devaient à nouveau se voir.

Elle se mordit la lèvre, en entendant la fin de son laïus. Elle avait raison, bien évidemment. Elle aurait pu grandement gaffer, causer des ennuis à beaucoup de gens. Ou elle le supposait du moins, à part Roxane et Camille, elle ne savait pas vraiment s’il y avait des métamorphes, ni même s’il y en avait beaucoup. Elle acquiesça doucement. « Je sais, j’aurai pas du. Je le ferai plus. J’ai eu… peur, sans raison. Mais je ferai attention. Et puis j’espérais qu’ils ne voient rien. Une luciole, ça se voit pas. Mais c’est vrai qu’il y aurait eu ses vêtements, son argent, son téléphone, sur le sol. Elle n’aurait pas pu les récupérer, en tant que luciole. Même en tant que tigresse – elle n’allait pas faire ça, ça ne serait jamais passé inaperçu. Je n’aurai pas fait ça, en vrai. C’était… impulsif. Et bête. »

Heureusement pour Alexis, elle ne réagit pas davantage, après lui avoir dit qu’elle lui avait dit avoir réagi au mieux, en se basant sur ce qu’elle savait. Même si elle devait être prudente. La luciole la regarda étrangement, alors qu’elle lui donnait sa carte. Le rôle de cousines ? Elle savait pas. Elle en avait pas, en avait jamais eu. Ou elle les connaissait pas, en tout cas. Mais ça la touchait. Elle la remerciait, en lui disant qu’elle n’hésiterait pas s’il fallait, et lui disait au revoir, flânant encore un peu, puis partant peu après elle.

_________________
“Notre voie ressemble à ce qui se passe quand on reste dans le noir. Ceux qui sont à la lumière n'y voient rien dans le noir, tandis que ceux qui sont dans le noir voient tout à la lumière.”


Rewards & stuff:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défense
Points de vie : 13
Coups du Destin: 12
You did not break me, I'm still fighting for peace.
Messages : 4409
Membre du mois : 195
Je crédite ! : Nao (avatar & signature) | Kanala (rewards)
Vos Liens :

Liens:
 


Autres comptes : Freyja Swayne
Double compte de Freyja - Modératrice
You did not break me, I'm still fighting for peace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2771-alexis-lindon-il http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2788-alexis http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2787-alexis
MessageSujet: Re: Promenons nous entre les livres ! [Livre II - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Promenons nous entre les livres ! [Livre II - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» Promenons-nous dans les bois. [Emeric]
» Promenons-nous dans les bois, tant que la nuit n'est pas là.... oups, trop tard ! || Neil J. Smith
» Promenons-nous dans les bois... [Privé]
» Promenons-nous dans le parc pendant que le lapin n'y ais pas... Oh wait...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: Centre-ville :: Keats & Books (fermé)
-
Sauter vers: