AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Se concerter pour pouvoir mieux réagir. (2/2) [Livre II - Terminé]
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: Se concerter pour pouvoir mieux réagir. (2/2) [Livre II - Terminé]   Mar 21 Jan - 16:54

Hrp: le début de mon post et de ce rp se trouve ici: Se concerter pour pouvoir mieux réagir. 1/2


Le voyage fut bref du fait de ma course à pleine vitesse vampirique, l’humain sous le bras et Jana liée à moi par nos mains. Lorsque j’arrivai aux abords de mon logement j’ouvris la porte d’entrée sans mettre fin à ma course et nous menai tous les trois directement dans ma cave avant d’attacher l’humain sur le X en acier renforcé toujours attaché au mur de ma cave. Après mon « entretien » avec Yates j’avais pris soin d’en renforcer les fixations pour qu’elle résiste à un vampire aussi l’humain ne pourrait jamais s’en défaire. Tandis que Jana observai la pièce je lui en fis la visite.

Voici le lieu dont je te parlais. C’est ici que je viens satisfaire mes appétits les plus sombres. De ce côté-ci donc l’endroit où je conditionne mes proies. lui dis-je en désignant le mur Nord de ma cave où se trouvait l’humain attaché. De ce côté-ci cette baignoire en fonte me permet d’y dissoudre à l’acide chlorhydrique, seul acide qui efface toutes traces de la moindre cellule organique et donc d’ADN, les restes de mon repas afin qu’ils disparaissent via d’antiques et profondes canalisations souterraines. lui expliquai-je ensuite en désigant le mur Sud de ma cave.

Voici la seule ouverture de la pièce qui nous mène vers la surface, que je te dévoilerai après ton repas. Une porte hermétique, aussi bien aux sons qu’aux odeurs. lui dis-je encore en désignant le mur Est. Et enfin ces placards renferment divers outils, en argent pour certains, lorsque j’ai le désir de torturer ma proie, humaine ou vampire. lui dis-je encore, évoquant là ceux qui comme Yates avaient pu profiter de mes séances de tortures. Inutile de lui préciser la fonction de la table qui ornait le centre de la pièce, au vu des attaches qui y étaient, elle comprendrait sans mal quelle pouvait en être la fonction.

Voici l’un de mes secrets les mieux gardés Jana, que je partage avec toi ce soir. lui dis-je en m’approchant d’elle et en déposant un baiser sur ses lèvres avant de l’approcher de l’humain sur le X, un de mes bras autour de sa taille.

Pour l’heure il est encore hypnotisé comme tu m’as vu le faire, plus pratique et plus sûr pour le trajet jusqu’ici. A toi de voir si cet hypnotisme doit perdurer ou cesser. Il est tout à toi alors amuse-toi de la manière dont il te plaira. Bon appétit Jana. lui dis-je en reculant d’un pas derrière elle, curieux de voir comment elle allait s’amuser avec lui.

Parviendrait-elle à ne pas s’abreuver de son sang de suite ? Allait-elle le torturer ou encore coucher avec lui ? Allait-elle le réveiller de son hypnose et l’affronter en lui laissant croire qu’il avait une chance de survivre ou au contraire le charmer à nouveau et s’en amuser ? Il y avait tant de possibilités qui s’offraient à elle en ce lieu. Tellement que je ne pus me retenir d’afficher un sourire carnassier.


Dernière édition par Julien Guillemaud le Mar 28 Jan - 12:30, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se concerter pour pouvoir mieux réagir. (2/2) [Livre II - Terminé]   Mar 21 Jan - 18:46

    Hj:
     

    Ses mots qu’il me susurra, inaudible pour l’oreille humaine, me firent afficher un sourire taquin, joyeux également alors qu’il semblait se reconnaître en moi. Un compliment que je prenais sans hésiter. Nous avions plus de points communs qu’il ne l’imaginait peut-être ? Moi j’en voyais également dont je n’avais connaissance avant ce projet d’union. Il me surprenait, c’était certain, dans le bon sens en tout cas et je me demandais s’il était aussi irréprochable. Bien sûr, tout cela resterait entre nous deux. Cette soirée, le fait que nous chassions, que je chassais ma proie pour la dévorer. Je le faisais déjà parfois seule, sauf que je n’avais d’endroit où emmener mes proies, hormis mon appartement ou bien la Pomme du Diable. Sauf que pour cette dernière, j’étais irréprochable et intransigeante quant au fait qu’il ne fallait aucunement boire de sang humain dans l’enceinte de l’établissement. Je ne voulais pas qu’on le ferme parce qu’on m’aurait poursuivi en justice. Il fallait être plus fin manipulateur que cela, resté cacher dans l’ombre concernant certains détails, certaines situations. Et puis en tant que Princesse j’avais presque tous les droits, non ? En tout cas, je prenais le droit de choisir mes proies et de m’attribuer leur sang.

    Je pris mon temps, mais mon choix se fit assez vite. Je jouais de mes charmes avant même de lui adresser la parole. Il était à moi, cela se voyait dans son regard qui me déshabillait depuis tout à l’heure. Il avait envie de moi, de m’arracher mes vêtements, me voir nue et arpenter ma chair alors que je voyais en lui un adorable pantin sous ma coupe. Son corps m’appartenait déjà alors qu’il n’avait pas conscience dans quoi il s’embarquait. Il sentait la testostérone à plein nez alors que j’attirais à moi Julien pour aller le rencontrer. J’arborais un magnifique masque, une femme sensuelle alors que je me frotte contre Julien, ma main parcourant son torse tout aussi sensuellement. Je n’avais pas besoin de faire tout ça, il était déjà enivré par le plaisir de mon invitation, alors que je n’étais pour le moment pas attirée par son sexe. Je me soulais déjà de sentir son odeur, impatiente de pouvoir le croquer à pleine dent. Julien pouvait la sentir, cette envie profonde alors que je me collais plus à lui. Mon dieu… à quel point j’étais patiente…
    Julien me pris la taille, déposa un baiser sur le coin de mes lèvres avant d’entendre ses paroles qui me firent sourire.

    « Supplice ? Pire que ça… » soufflais-je également avant qu’il ne me prenne par la main et que nous quittions ce lieu. J’avais hâte, tellement hâte. J’espérais ne plus attendre longtemps. Une fois dehors, je fus interrogative quant à son affirmation, et compris bien vite pourquoi je ne devais lâcher sa main. Il était bien plus rapide que moi en effet et je ne pourrais lâcher sa main. J’étais bien trop désireuse de savoir la suite, de voir où il allait m’emmener alors qu’il avait pris en même temps ma magnifique proie.

    Nous ne mirent pas longtemps à faire le trajet, alors que je reconnaissais sa demeure. Il ne prit pas le temps de rentrer normalement, non, je lui en étais reconnaissante je devenais bien trop impatiente. Nous nous arrêtâmes soudainement à une pièce qui était bien glauque à mon goût, mais qui méritait peut-être son atmosphère. C’était donc ça, son secret. Je l’observais attaché l’humain à une croix qui devait être en acier. Solide pour que personne ne puisse s’en défaire. J’affichais un sourire révélateur de ma surprise, agréable surprise qui plus est, alors que Julien me présentait le lieu. J’étais juste… fascinée. Oui c’était cela, il prévoyait tout, et c’était ce qui me plaisait chez lui… autant que cela pouvait faire peur. Devais-je m’en méfier ? Peut-être. Pour le moment, il m’offrait un cadeau, et je n’allais pas le refuser. Non. Pas ce soir, pas dans l’état dans lequel j’étais en cet instant.

    « Tu m’offres un cadeau… c’est certain… » murmurais-je alors que mon regard s’arrêta un instant sur la table, avant qu’il ne s’approche de moi et possède mes lèvres. Mon excitation ne faisait que croître alors qu’il me dirigeait vers mon appétissante proie. Il était hypnotisé, sinon il ne me regarderait pas encore avec cette envie qui ne l’avait pas quitté depuis tout à l’heure et mon regard se fit plus carnassier que jamais. Julien n’était plus là, c’était entre moi et l’humain à présent. Je décidais de le détacher, tout simplement parce qu’une proie en mouvement était bien plus appétissante. Et puis, il ne pouvait rien m’arriver. L’humain était faible, terriblement faible. Je lui glisse de douce parole pour qu’il ressente encore plus le désir certain monté en flèche en lui, susurrant des mots au creux de son oreille alors ses mains arpentent ma taille et glissent dans le bas de mon dos. Sa tête s’insinue dans mon coup, parcourant ma chair de baiser des plus torrides. Je ne fais qu’apprécier le moment alors que ma tête se plie sous ce plaisir charnel. J’aime cela, c’est indéniable. Ses mains remontent ma robe doucement et glissent dans mon entrejambe pour se frayer un chemin direct vers mon intimité. Mes crocs se réveillent soudainement alors qu’n gémissement rauque sort de ma bouche et que je le plaque violemment sur le mur, ma main prenant son cou férocement.

    « Crois-tu que je sois là pour ça ? Que tu sois là pour ça ? Le sexe… il est tant que tu te réveilles… » J’aimais hypnotiser les gens, je le faisais quand cela était nécessaire mais j’aimais aussi que l’on succombe à mon propre charme. J’aimais jouer franc jeu, et cela était tellement plus excitant et gratifiant lorsque la proie se laissait faire toute seule… cela n’arrivait que très peu de fois cependant. Dans tous les cas, l’homme se réveillait et ses mains empoignèrent mon bras qui le maintenait toujours. J’affichais un sourire des plus joyeux, dévoilant mes crocs au passage et faisant un peu paniquer l’homme en face de moi. Il leva sa jambe pour me mettre un coup et mon autre main le stoppa net dans son élan pour le faire voler de l’autre côté de la pièce, atterrissant sur un mur pour s’étaler au sol. J’observe Julien avec un fin sourire avant de me retrouver immédiatement en face de ma proie qui se relevait. J’attrape sa mâchoire alors que je lui intime qu’il n’y a aucune issu possible pour lui. J’attrape ses lèvres et le mord en même temps, me laissant savourer le goût de son sang, comme une mignardise avant d’entamer le vrai repas. Il se débattit, mais je plaquais violemment sa carcasse sur le mur, ainsi que ses deux poignets non sans qu’il émette des gémissements rauques. Il était à moi, je ne voulais pas plus attendre, jouer avec lui ou bien baiser avant de prendre son sang. Non, c’était maintenant que j’en avais besoin. Mes crocs pénétrèrent sa chair lentement avant que le liquide chaud et exquis ne glisse dans ma gorge doucement. J’étais collée à lui, surtout pour l’empêcher de faire quoi que ce soit avec ses jambes. S’il voulait se débattre, il ne le pouvait plus et j’adorais cette prise de pouvoir, cette sensation de puissance que je ressentais. Je lâchais prise, ma tête se releva et mes lèvres effleurèrent de nouveau son oreille pour lui susurrer d’autres mots. Qu’il arrête de se battre, qu’il redevienne ce petit pantin désireux de mon corps. Et il ne mis pas plus de temps pour m’embrasser langoureusement, ses mains parcourant de nouveau ma taille et le bas de mon dos pour venir palper mes fesses non sans une certaine animosité. Il me pousse contre le mur adjacent avant qu’il n’ouvre son pantalon et se rue de nouveau vers moi. J’attrape sa tête tandis qu’il me soulève et que je l’encadre de mes jambes. Je jette un œil à Julien alors que mon sourire ne fait que s’agrandir davantage, sentant les mains de ma proie descendre mes bretelles de ma robe pour découvrir ma poitrine exceptionnellement orné d’un soutien-gorge. J’entoure sa tête de mes mains tandis qu’elle se perd dans ma poitrine, raffolant de mon corps tout simplement. Je repose mes pieds à terre alors qu’il souhaite dès à présent me pénétrer. J’ai un regard interrogateur alors que je le prends une nouvelle fois pour me nourrir de lui. Il n’est qu’un jouet ce soir, et il n’a pas droit à tant de liberté. Je ne veux que son sang, sa vie, et alors que je lui rends son libre arbitre et qu’il sent ses forces le quitter petit à petit, je sens ses doigts sur mon cou. Je m’écarte de lui, le laissant faire alors que sa prise ne me fait rien du tout. Un sourire ornant mon visage, mes lèvres tâchées de son sang. Il me plaque sur le mur, croyant qu’il a une chance, avant que je ne le fasse lâcher prise brutalement avec mon bras droit, que je m’abreuve de nouveau de lui en lui arrachant presque la peau et que mes mains prirent sa tête de chaque côté. On n’entendit qu’un craquement sourd alors que son corps heurta violemment le sol. Je remets ma robe en place même si je n’ai aucune pudeur vis-à-vis de Julien et mon regard trouve le sien.

    « Je ne mets pas les formes ce soir… » Je m’avance vers Julien en enjambant le corps de ma proie pour ensuite entourer son cou de mes bras. « En attendant… c’était succulent… » soufflais alors que ma main touchait le sang qui avait dégouliné sur mon menton, mon cou et mon décolleté pour venir sucer mes doigts lentement, appréciant encore ce goût tellement délicieux qui apaisait cette rage en moi. « Je suis désolée, je n’ai pas pensé à t’en laisser un peu… »
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se concerter pour pouvoir mieux réagir. (2/2) [Livre II - Terminé]   Mer 22 Jan - 10:14


Si je m’étais reculé en arrière, laissant toute liberté à Jana pour se divertir et se nourrir, c’était surtout pour profiter du spectacle. Afin de pouvoir observer si je m’étais trompé à son sujet, de sa nature. Et ce qu’elle m’offrit était des plus satisfaisants. Quand bien même j’aurais volontiers participé à son repas si elle m’y avait invité, je la laissai tout à son plaisir et n’intervins à aucun moment, spectateur immobile tel une gargouille au sommet d’une cathédrale.

La prédatrice que j’avais pu deviner en elle sans pour autant la voir à l’œuvre apparut enfin à la lueur de l’éclairage qui baignait le carrelage noire de ma cave, ce dernier ayant pour intérêt de troubler les perspectives du lieu pour les victimes qui y mourraient. Je ressens un certain plaisir à la voir ainsi répondre à ses appétits de sang, de manipulation et de sadisme mais n’en demeure pas moins immobile afin de ne pas la troubler. Lorsque son regard se fond un instant dans le mien, j’y perçois cette étincelle si savoureuse que seul un vampire peut avoir dans les yeux, et encore pas tous. Je réponds à son sourire carnassier par un autre, similaire presque complice même. Nous partageons là un moment particulier, quand bien même je ne participe pas activement à son repas si ce n’est lui avoir partagé mon secret et ses avantages.

Lorsque la belle laisse l’humain se perdre dans l’illusion qu’il peut reprendre le dessus sur elle, je devine qu’elle arrive à la fin de son repas, reconnaissant là le plaisir qu’il m’arrive de prendre à user du même stratagème. Le son que produisit sa tête lorsque Jana la lui arracha du reste de son corps m’apporta un nouveau sentiment de satisfaction. Elle avait fait bon repas et l’hôte que j’étais en était plus que satisfait. Je l’observai remettre sa robe en place sur ses courbes si séduisantes, dont je ne m’étais pas privé de m’en délecter du regard tout au long de son repas, et reçois son regard sans faillir.


Ce n’était pas le but de ton cadeau, lui dis-je pour réagir à ses premières paroles tandis qu’elle passait ses bras autour de mon cou. Je la laissai se repaître des dernières gouttes de sang qui coloraient sa peau, suçotant ses doigts rouge d’un érotisme excitant. Je suis ravi que ce repas t’ai plût ma chère. lui dis-je encore.

Ne sois pas désolé, c’était un présent pour toi. lui précisai-je lorsqu’elle s’excusa de ne pas avoir partagé son repas. Et d’une certaine manière tu m’en a laissé bien plus qu’un peu. lui glissai-je dans un murmure avant d’embrasser ses lèvres.

J’aurai pu la prendre sur le champ, profitant encore de l’enivrement de son repas et du spectacle qu’elle venait de m’offrir néanmoins je n’en fis rien. Je ne voulais pas simplement coucher avec elle comme ça, juste parce que son corps venait de se nourrir. Non, je préférais que ce soit quelque chose qu’elle désire, une décision prise en toute connaissance de cause et non mue par une excitation résiduelle de son repas, quand bien même je n’étais pas dénué de désir à son égard.


J’espère que cela aura pu apaiser au moins pour un temps, les troubles qui t’habite Jana. lui dis-je encore en esquissant un léger sourire avant de voir ce qu’elle souhaitait à présent. Car il nous faudrait encore nous entretenir d’un tout autre sujet, qui en définitive n’avait pas forcément de lien avec notre projet de mariage, sinon le fait que je comptais partager ces informations avec elle.

Car j'ai à te parler à présent d'un mal qui ronge notre espèce, et il va nous falloir travailler de concert pour l'exterminer. Ceci sera un autre cadeau pour toi en quelque sorte, bien que beaucoup moi divertissant j'imagine. lui dis-je en commençant à évoquer ma traque de la nouvelle dissidence qui complotait parmi les nôtres, sans pour autant me défaire de ses bras.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se concerter pour pouvoir mieux réagir. (2/2) [Livre II - Terminé]   Mer 22 Jan - 10:55

    Je me sentais bien, extrêmement légère, frivole. J’avais eu plaisir à tuer cet humain, à jouer avec lui-même si je n’avais pas spécialement insisté. J’avais mis fin très rapidement, d’une manière des plus bestiales. Je ne savais pas ce qu’avait pu nourrir chez Julien le fait de me voir à l’œuvre. Je ne m’étais pas embêter à faire les choses proprement. Il m’avait offert un cadeau, c’était à moi de l’ouvrir, de le découvrir comme je le souhaitais. J’aurais pu me satisfaire de son corps davantage, succombant à des pulsions de sexe alors qu’il n’avait pas caché son envie de me prendre à plusieurs reprises. Mais ce n’était pas lui qui choisissait, ce soir il n’était que mon repas… J’avais toujours ce regard carnassier, sanglant même si on pouvait voir une nouvelle lueur. J’étais heureuse, comblée en somme. Je lui souris alors qu’il répond à mes mots. Il avait su rester à sa place, rester à l’écart et j’appréciais cela. J’aurai pu lui offrir un peu de son sang, mais dans l’élan je n’avais pensé qu’à ma soif grandissante qu’il me fallait satisfaire à tout prix. Instinct de prédateur, de tueur… la nature même de notre espèce, jamais je ne pourrais m’en écarter.

    « Et puis… j’imagine que tu profites toi-même de ton petit secret… » Il m’embrasse et je lui rends son baiser avec passion. Je me sens vivante, revigorer par ce sang si délicieux que je sens encore dans ma bouche. Je me sens sensuelle et Julien peut le sentir alors que je me colle un peu plus à lui. L’odeur du sang emplit toute la pièce alors que le corps git juste derrière moi. Je n’y pense plus à dire vrai, et je suis infiniment reconnaissante envers Julien. C’était ce dont j’avais besoin depuis un moment, et lui m’avait juste offert ce présent, offert une évasion que je n’étais pas prête d’oublier. Je souris une nouvelle fois à ses mots.

    « Pour un temps oui… que j’espère long. » J’effleure ses lèvres doucement avant de me diriger vers son oreille. « J’espère que ce ne sera pas le dernier cadeau… » mumurais-je alors que je mordille son lobe d’oreille avant de replonger mon regard dans ses yeux lorsqu’il me faire part d’un sujet que l’on doit parler. J’étais consciente de tout ce qu’il me disait, je savais que quelque chose se préparait. Je finis par lâcher un petit rire.

    « Mon dieu Julien, quand est-ce que tu auras fini de me surprendre avec tes cadeaux ?... » je fis une pause. « Moins divertissant en effet… mais c’est un sujet trop sérieux pour passer à côté. » Je m’écarte de lui, lâchant son cou. Je jette un œil au cadavre qui git au sol dans une mare de sang, ou plutôt une flaque. J’en avais bu suffisamment pour que ça ne tâche pas entièrement le sol. Je me dirige vers ce sang, m’accroupis et mes doigts effleurent ce liquide encore tiède pour le porter à mes lèvres. « Vraiment délicieux… » soufflais-je alors que je laissais un gémissement de plaisir gronder dans ma gorge. Je me redresse et me retourne vers Julien. « Dois-je m’en occuper ? » lui demandais-je alors que je savais qu’il n’allait pas me laisser nettoyer. Je le faisais lorsque j’étais seule, mais là il n’y avait rien d’urgent, personne ne verrait ce corps combien même il resterait ici plusieurs semaines. J’observais les lieux, me disant que c’était une pièce magnifique, j’espérais pouvoir la revoir un jour. Je me dirige de nouveau vers Julien, pose une main sur son torse.

    « Par contre, avant de traiter du sujet, j’aimerais emprunter ta salle de bain pour être un peu plus présentable… » Oui j’avais tâché ma robe de son sang tout comme mon cou et mon décolleté. J’aimais me présenter sous mon meilleur jour, même si Julien m’avait vu d’une différente façon ce soir dans cette pièce. Pour autant, je me sentais sale et j’avais un besoin de laver les traces de ma proie.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se concerter pour pouvoir mieux réagir. (2/2) [Livre II - Terminé]   Mer 22 Jan - 12:02


Sa réponse me fit afficher un nouveau sourire de satisfaction, avant qu’un frisson ne parcoure mon échine lorsqu’elle se mit à mordiller mon oreille. Elle était joueuse et j’appréciais cela, tout autant que tout ce qu’elle me révélait peu à peu d’elle. Malgré mon désir de ne pas la brusquer quant à sa décision, ne voulant pas qu’elle s’y sente obligée ou poussée, une certaine impatience me taraudait. Non pas celle malsaine qui pourrait m’amener à vouloir la bercer d’illusion mais au contraire celle qui était la conséquence du fait que nos échanges francs m’amenaient à ce qui semblait devenir peu à peu une évidence. Nous étions faits elle et moi pour nous unir, autant par nos nombreux points communs que nous nous découvrions peu à peu que par une vision commune des choses, quand bien même nos projets étaient dénués pour l’heure de tout sentiment amoureux.

Quand je n’aurais plus aucun secret pour toi Jana. lui dis-je en esquissant un léger sourire amusé. Et là encore je trouverai bien quelque chose pour toujours te surprendre. Sinon notre union serait bien vite morne et routinière non ? Ce que ni toi ni moi ne voulons j’en suis certain. lui dis-je avant qu’elle ne s’écarte de moi.

Oui je ne voulais pas d’un mariage ennuyeux fait d’une sinistre routine. Ce que je découvrais d’elle au fil de nos rencontres successives me laissaient penser que nous pourrions en être à l’abri pour les siècles à venir et cela était à mon sens une bonne chose. Nous prévoyions de passer l’éternité ensemble, alors autant nous assurer que cela ne serais pas un calvaire pour nous deux.


Ce n’est pas à toi de nettoyer les restes de ton cadeau voyons. lui dis-je comme si j’étais choqué qu’elle pose la question. Choc simulé d’une moue qui lui permettrait de comprendre qu’il s’agissait là d’une pointe d’humour et rien d’offensant.

Je t’en pries, il y en a une au rez-de-chaussée, la porte juste à droite quand tu seras en haut de cet escalier. lui dis-je en désignant la seule porte de la cave. Prend ton temps, je vais nettoyer la pièce en attendant. lui dis-je avant qu’elle ne monte sous mon regard.

Après avoir entendu le bruit de la porte de la salle de bain et les sons de son nettoyage, je m’attelai à placer le cadavre dans la baignoire en fonte et à le baigner dans l’acide sulfurique, conservant l’acide chlorhydrique pour le dernier nettoyage. Pendant que le cadavre commençait à être rongé par l’acide je m’attelai à nettoyer la pièce dans son ensemble à plusieurs reprise, usant de ma vitesse de vampire pour que cela ne dure pas plus que quelques minutes mais aussi de mon odorat pour débusquer la moindre goutte de sang. Une fois que ceci fut terminé je me plaçai devant la porte de la cave afin de jeter un dernier regard, le cadavre continuant à se liquéfier dans la baignoire. Il ne me resterait plus qu’à nettoyer cette dernière en fin de nuit lorsqu’elle serait vide. Puis je montai dans le salon de ma demeure pour attendre ma future épouse.

Lorsqu’elle me rejoignit, une carafe de sang trônait sur la table basse entre les fauteuils, ainsi que deux coupes pleines. Je ne savais si elle avait encore soif, mais j’aimais discuter avec un verre de sang humain à la main, pas de Tru-Blood bien entendu.


Tu es radieuse. lui dis-je en voyant sa peau légèrement rosie, seul indicateur subsistant de son dernier repas. Nous allons pouvoir aborder ce nouveau cadeau. lui dis-je en lui offrant un sourire amusé à l’idée d’attiser sa curiosité mais pas pour autant moqueur.

Sais-tu qu’une nouvelle dissidence a émergé au sein de notre espèce ? Rien à voir avec celle de feu Renard, car là il ne s’agit pas de prôner une paix avec la vermine mais au contraire d’appeler à une violence à leur égard, plus… démonstrative. lui dis-je pour commencer afin de voir sa réaction face à cette nouvelle. J’espérais que cela soit une surprise pour elle, mais peut-être qu’elle était déjà au courant de ce fait. Grâce à mon informateur je pensais avoir en ma possession quelques informations exclusives que je souhaitais partager avec elle, toujours pour lui montrer mon désir de transparence à son encontre.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se concerter pour pouvoir mieux réagir. (2/2) [Livre II - Terminé]   Mer 22 Jan - 14:42

    Une union morne et routinière. C’était un peu ce que j’avais vécu avec William. Nous étions unis seulement par l’acte de mariage, je n’avais jamais éprouvé un quelconque amour pour lui, même si cela ne me dérangeais guère. Je savais m’occuper autrement, comme je le faisais déjà depuis que j’étais seule. Mais j’avais plus de responsabilité comme j’avais entièrement trouvé ma place dans la famille royale. Parfois je me demandais si je l’avais vraiment, alors que Julien m’avait fait part plus tôt de ses plans avec une louve. J’avais l’impression d’être mise à l’écart et ça en était rageant. Je n’avais plus cette animosité du début, elle était présente mais restait minime et je pouvais enfin me retrouver, moi. Ne pas être pris dans un cercle vicieux terrible qui me faisait perdre les pédales. Au moins Julien avait la tête sur les épaules et était resté calme. Il y aurait eu des conséquences s’il avait pris ses grands airs, c’était certain. J’étais ravie qu’il puisse m’offrir quelque chose qui amenuise considérablement toute cette colère et frustration. Je m’étais amusée, en même temps que je m’étais nourris. J’aurais pu faire plus, non pas que la présence de Julien m’intimidait, mais disons que je ne voulais pas m’ouvrir à lui d’un seul coup. Je voulais garder des choses pour moi, pour l’instant.

    « En effet… surtout que nous aurons l’éternité devant nous. Un chemin avec beaucoup de possibilités. »

    Toujours se sourire perché sur mes lèvres, taquin qui plus est. Mon regard l’est tout aussi alors que je me sens d’une humeur nouvelle. Il m’indique ce n’est pas à moi de nettoyer d’un ton qui se voulait amusé. J’étais chez lui, il aurait pu demander à un servant de tout faire, mais j’avais l’impression que c’était lui le maître des lieux. Je ne m’en offusquais pas, bien au contraire. J’aurais pu le faire car j’étais déjà bien sale, une tâche de plus quelle importance ? Je n’allais pas le contredire cependant, ayant hâte d’arborer un tout autre visage après m’être lavée. Il m’indique d’ailleurs où trouver sa salle de bain, il était vrai que je ne suis allée que très peu de fois chez lui et je n’avais encore jamais vraiment visité les lieux.

    « Bon… nettoyage dans ce cas et à tout à l’heure. » ajoutai-je alors que je m’échappais déjà par les escaliers.

    J’ouvris la porte et me dirigeais directement vers la porte de droite, comme il me l’avait indiqué plus tôt. J’entrais à l’intérieur et y découvrit une salle de bain plutôt luxueuse. Mon regard balaya très vite la pièce avant de me dévêtir complètement, posant en boule mes affaires alors que je pensais les brûler tout bonnement. J’en avais d’autres, j’espérais que Julien aurait quelque chose dans sa penderie autre que des vêtements d’homme. J’entrais dans la douche et pris mon temps, pas aussi longtemps que si j’étais chez moi, sinon il attendrait bien des heures avant que je ne sorte. J’étais une adepte des bains, cela me permettait de faire un peu le point, clarifier mes pensées et j’en profitais pour boire du sang frais également. Bref, un petit plaisir personnel. Une fois propre, je trouvais un peignoir et l’enfilait, alors que j’épongeais rapidement mes cheveux avec une autre serviette. Je m’observais dans le miroir alors que plus aucun maquillage n’ornait mon visage et mes cheveux trempés, raides, me donnait un autre aspect. Je voyais cependant ma peau différente, preuve du festin que je venais d’avaler. Je souriais à cette pensée avant de sortir et me diriger directement dans son salon. Je le retrouvais et mon regard jeta un petit coup d’œil à la carafe posé sur la table basse. J’avais bien bu, mais je ne pouvais refuser un verre de sang frais. Je souris à son compliment, alors que je n’étais pas le moins du monde présentable. Première fois, et pas la dernière, à me voir en peignoir…

    « Oh, si tu penses que je vais le garder jusqu’à la fin de la nuit, c’est non. » plaisantais-je alors que je gagnais le fauteuil pour m’y assoir. « Je n’ai guère voulu fouiller tes pièces, je ne sais pas si tu pourrais me trouver quelque chose à ma taille ou si tu n’as que tes propres affaires masculines. Je ne pouvais pas remettre mes vêtements, comme tu peux sans doute le comprendre. » Je croisais les jambes, dévoilant ma jambe nue, mon pieds également car je n’avais pas remis mes escarpins. J’étais, comme on pourrait le dire, en mode détente. Julien ne m’en tiendrais pas rigueur j’en étais certaine. Puis vint le sujet que nous devions aborder, plus sérieux en effet.

    « J’en ai entendu parler, seulement je n’ai rien eu de concret pour le moment. As-tu des informations à propos de cette dissidence ? Tu dois être conscient de la dangerosité de ce groupe si jamais ils sont aussi démonstratifs… pour toute notre espèce. Que cherchent-ils ? La guerre ? » Je fis une pause, avant que mon regard ne s’attarde par-delà une vitre de la fenêtre. « Même si en soi nous ne pouvons dire que nous sommes complètement en paix… »
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se concerter pour pouvoir mieux réagir. (2/2) [Livre II - Terminé]   Mer 22 Jan - 15:23


Si j’avais en mon appartement de Glasgow ma Pomme qui parfois s’occupait de quelques tâches ménagères lorsqu’elle le souhaitait, j’y avais surtout Alfred mon majordome humain qui était employé pour tenir mon logement de la capitale en chaque instant. Mais ici, dans ma demeure d’Edimbourg je n’avais aucun humain qui y travaillait, considérant cet endroit comme un refuge où je n’y amenai que peu de monde en définitive. Ceci me permettait d’avoir un endroit où je pouvais venir me couper du monde le temps d’un instant pour réfléchir en toute quiétude ou lorsque je venais y satisfaire mes appétits dans ma cave. Ce logement que j’occupais du temps où j’étais co-shérif de la ville avec Evey, mon ancienne rivale tuée au cours des Années Sanglantes, n’était pas aussi luxueux que mon appartement de Glasgow, voire très peu même en dehors de du mobilier moderne qui étaient présent dans tout l’édifice et des deux salles de bain.

Nous étions dans le salon dans lequel on entrait directement depuis l’entrée, et par lequel on pouvait accéder à la cuisine américaine du logement. De l’entrée nous avions accès directement sur la gauche à un petit hall où se trouvaient trois portes, l’une menant à la cave. Et lorsqu’on l’avait dans le dos, une à droite où Jana avait pu se laver et une autre qui lui faisait face mais légèrement décalée qui était une des chambres. Et enfin encore l’escalier menant au seul étage de la maison qui comportaient encore plusieurs chambres et une autre salle de bain.

Lorsqu’elle dit en un trait d’humour qu’elle ne comptait pas garder sur elle le peignoir qu’elle avait emprunté dans ma salle de bain, je me contentai d’arquer un sourcil accompagné d’un sourire, comme si elle venait de me faire une proposition indécente. Lorsqu’elle dévoila sa jambe nue je ne m’empêchai pas d’en admirer les courbes séduisantes, sans pour autant afficher un regard graveleux.


Etant donné qu’il s’agit ici de ma demeure que j’occupais étant shérif, Je n’ai pas de vêtements féminins ici, pardonne-moi. Mais Alfred nous amènera de nouveaux vêtements pour toi sous peu. tout en pianotant mes instructions pour mon majordome d’une main rapide sur le clavier tactile de mon smartphone à vitesse de vampire.

Comme tu as pu le remarquer je n’ai pas de serviteur humain ici, c’est en quelque sorte un lieu de retraire pour moi, un refuge en quelque sorte où je peux me retirer sans crainte d’être dérangé que ce soit pour réfléchir ou satisfaire mes appétits comme toi tout à l’heure. lui indiquai-je ainsi.

Tu as bien raison, nous sommes loin d’être en paix. La guerre a juste, changée. dis-je en préambule pour répondre à ses paroles suivantes.

En effet ils représentent un grand danger pour notre espèce, et tout comme Renard en son temps ils doivent être éliminés, bien qu’à mon goût cette dernière n’a été tuée que trop tard.

Quoi qu’il en soit j’ai un informateur au sein des Sanguinistes, tel est le nom dont ils se parent. Il s’agit d’un des leurs que j’ai capturé pour l’avoir surpris à tenter de se nourrir d’un humain, bravant là nos lois. Pendant un « entretien » dans ma cave ici-même, je les amené à m’avouer ses crimes et c’est là qu’il m’a dévoilé qu’il faisait partie de cette nouvelle dissidence. C’est ainsi qu’avec l’accord de ta mère via son Servant, sous couvert d’un accord rédempteur, il me livre peu à peu des noms.

En contrepartie je l’autorise à libérer ses pulsions meurtrières une fois par mois, sur un seul humain. Bien entendu tout manquement à notre accord ou s’il venait à attirer l’attention de quiconque sur sa victime mensuelle, il finirait pour l’éternité dans un cercueil empli d’argent.
lui dis-je avant de faire une brève pause. Court instant après lequel je repris la parole pour ajouter une précision.


Pour l’heure je n’en sais pas davantage car ceci c’est passé il y a quelques jours à peine. Je n’ai pas eu le loisir d’en discuter avec Badenov ou ta mère en personne mais j’en ai simplement informé Krystel via son humain par téléphone sécurisé, comme à chaque fois qu’une affaire requiert d’en informer la Reine et d’en attendre mes instructions.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se concerter pour pouvoir mieux réagir. (2/2) [Livre II - Terminé]   Mer 22 Jan - 17:04

    Mon regard arpenta la pièce, découvrant la cuisine américaine que j’avais dès lors entraperçue en entrant dans le salon. C’est un espace raisonnable, même si mon appartement était bien plus grand. Mais j’avais un peu la folie des grandeurs, de l’espace surtout. Ce pourquoi j’avais de grande vitre également, où on m’avait fait part de leur dangerosité car on pouvait m’atteindre. Sauf que j’avais déjà tout prévue. Et puis si quelqu’un souhaitait m’atteindre, il n’avait qu’à foncer, je l’attendrais de pieds fermes, quand bien même ma puissance vampirique était minorée. Je reporte mon attention sur lui alors qu’il répond à ma question. Je m’y attendais en quelque sorte, tout comme dans ma demeure où il n’y avait rien dans mon dressing à part toutes mes innombrables robes, accessoires, chaussures et bien d’autres choses encore. Je ne lui en voulais pas, ce n’était pas comme si je n’aimais pas me balader complètement nue avec un seul vêtement me recouvrant. Je faisais cela souvent dans mon appartement, sauf qu’à la place d’un peignoir, j’avais ma robe de chambre en soie blanche.

    « Tu n’as pas à t’excuser, ou plutôt… on va dire que tu es pardonné au vu de ton magnifique cadeau qui doit se dissoudre lentement en ce moment même. » Un fin sourire étira le coin de ma lèvre avant que je ne me penche pour prendre le verre de sang et le porter délicatement à mes lèvres. « Alfred ? Parfait dans ce cas. » Je ne lui demandais guère ce qu’il avait bien pu lui demander d’amener, puisque mon propre servant là-bas savait très bien quoi choisir. En attendant, je me plaisais dans ce peignoir et dans ce fauteuil avec mon verre à la main. Je l’écoutais parler de ce lieu comme étant un refuge quand il avait besoin de prendre du recul ou un besoin de tranquillité. Je le comprenais, qui ne pouvait pas ? Moi aussi j’avais besoin de souffler, et il me l’avait permis après tant de temps à repousser l’échéance continuellement. J’étais un peu accaparée depuis la fusillade où j’avais été touchée, réveillant en moi la faible vampire que j’étais et mon incapacité à tenir une putain de sécurité en place.

    « Un lieu que j’apprécie également puisque tu me l’as entièrement révélé. » ajoutai-je avec un fin sourire alors que je reposais le verre sur la table.

    Il avait raison, la guerre avait changée, pris une nouvelle tournure. Si d’autres étaient dupes, je ne l’étais pas. Je savais que quelque chose se tramait, nous n’étions jamais sûrs de rien et mes doutes concernant nos rangs étaient bien fondés. Comme quoi mes intuitions s’avéraient souvent bonnes. Je l’écoutais parler, avec grand intérêt puisqu’il m’avouait là une importante information. J’étais presque jalouse. Non, j’étais jalouse. Oui, car j’aurais aimé tirer l’information moi-même, histoire de donner à ma Mère une information sûre et positive. Depuis cette fusillade j’avais l’impression que je reculais plus que je n’avançais. J’avais un nom à donner à présent à cette dissidence, même s’il ne m’était pas complètement inconnu.

    « Tu as quand même une putain de chance. Le seul qui enfreint les règles est de ceux que nous cherchons… Sa révélation nous avance, c’est certain. » Je fis une pause, mon regard se perd de nouveau, avant de reprendre. « Il faut quand même se méfier, que ce dit vampire ne joue pas double jeu ; comment sais-tu que ses dires sont vrais ? Les as-tu vérifiées ? » Ce n’était pas là une remise en question de son statut ou son travail, juste une question franche et directe. Il devrait avoir l’habitude désormais. Mais même s’il avait l’air d’avoir été clair sur la punition s’il venait à nous trahir, pour moi il l’avait déjà fait. Et s’il nous avait déjà trahis en acceptant d’être dans cette dissidence, cela voulait dire que sa loyauté devait être remise en cause.

    « C’est parfait. » ajoutai-je finalement alors que je pensais moi-même envoyer un message à ma Mère sous peu. « Si cela fait quelques jours, étant donné que je suis ton supérieur hiérarchique, comment cela se fait-il que je ne suis au courant qu’aujourd’hui ? Je ne peux pas être efficace si on me cache certaines informations. » J’étais toujours d’une franchise à toute épreuve, mais il devait le savoir. Car les échecs se faisaient principalement sur les informations non divulguée. Que devenait mon statut dans ce cas ? Je me devais d’être au courant de tout, si c’était ma Mère qui souhaitait retenir des informations, alors c’était à elle que je devrais m’adresser. J’avais en vérité un besoin urgent de m’entretenir avec elle. « Et quel est ce vampire ? » terminais-je finalement en souhaitant pouvoir au moins avoir un nom à défaut de connaître son visage.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se concerter pour pouvoir mieux réagir. (2/2) [Livre II - Terminé]   Jeu 23 Jan - 10:23


Le contentement qu’elle affichait me confortait dans l’idée que son cadeau lui avait plût mais surtout lui avait apporté un apaisement certain, mais peut-être éphémère. Au moins savait-elle à présent qu’elle pouvait en profiter avec pour seule condition de rester prudente et de suivre la procédure que je venais de lui montrer.

Si à l’aventure tu as besoin de venir te ressourcer en bas n’hésite pas, même en mon absence. La seule chose que je te demande est de rester très prudente quant à la procédure, afin que ce lieu reste un havre de paix. lui dis-je simplement sans plus de détour. La franchise était quelque chose qui s’était instaurée entre nous et j’appréciais cela aussi optais-je pour poursuivre dans cette direction.

De la chance ? Peut-être en définitive. Même si pour ma part j’y vois surtout le fruit de la surveillance que je place sur bon nombre de ceux à mes ordres. Et puis cet individu n’est pas n’importe qui, il s’est « distingué » par le passé et mes services l’avaient déjà à l’œil sans pour autant avoir décelé sa trahison. Comme quoi personne n’est parfait. lui dis-je en faisant écho à notre échange passé au sujet du fait qu’elle ne devait pas s’infliger seule la responsabilité de la mort de Léopold.

Quant aux informations qu’il m’a fournies, elles sont en cours de vérification. Comme au sujet de la louve, je considère ses paroles avec précaution et avance avec prudence. lui dis-je encore en répondant à ses paroles avec autant de franchise qu’elle, sans intention aucune pour autant de la froisser d’une quelconque manière.

Il était vraiment agréable de pouvoir converser avec quelqu’un de manière directe et franche. Aussi lorsqu’elle m’interrogea quant au fait de savoir pourquoi je ne l’avais pas encore mise au courant de cette affaire, je lui répondis tout aussi franchement.


Je ne te cache rien Jana mais étant donné que nous devions nous rencontrer, je préférais t’en parler de vive voix plutôt que par téléphone tout simplement. Rassure-toi je n’avais aucune intention de te dissimuler quoi que ce soit. lui précisai-je sans trop savoir si elle pensait sincèrement qu’il y avait une volonté de dissimulation derrière mon choix d’attendre quelques jours avant de lui dévoiler cet évènement.

Quant à ses paroles et le fait qu’elle se présente comme mon supérieur hiérarchique et bien, cela était vrai dans un sens mais dans un autre pas totalement. En effet tout comme n’importe quel vampire je lui devais obéissance car elle était une de nos Princesses. Cependant littéralement je n’avais à répondre de mes actes qu’à Krystel notre Reine. Comment lui exposer ceci sans pour autant la froisser ? En lui parlant directement et sans détour, comme nous en avions convenu muettement depuis le moment où elle avait accepté le projet du mariage.


Il me faut te préciser une chose Jana afin que tu comprennes ma manière de procéder jusqu’à il y a peu. lui dis-je pour amorcer la suite de mes paroles.

Depuis que j’ai été nommé Maître vampire et ce jusqu’à ce que je te propose ce projet d’union entre nous, je n’ai toujours eu à rendre compte de mes actes qu’à Augustus et Krystel. De ce fait je ne partageai mes informations qu’au compte-goutte et avec personne jusqu’alors. C’est nouveau pour moi de m’ouvrir autant Jana, aussi ne me tiens pas rigueur de préférer te fournir de telles informations de vive voix étant donné leur teneur. dis-je d’un ton sincère avant de répondre à sa dernière question.

Ce félon s’appelle Spencer Yates, et je me suis chargé de le punir pour sa trahison ici-même, en bas, quand bien même je lui ai fait cette offre. Ce n’est pas parce que je lui ai offert une chance de vendre ses complices qu’il est pour autant sauvé, il ne faudrait pas que l’on s’imagine pouvoir trahir nos Maîtres et s’en sortir en dénonçant simplement ses camarades. La trahison amène un jour ou l’autre à la mort. dis-je d’une voix assurée afin qu’elle ne voit pas en l’offre que j’avais présentée à Yates comme un signe de faiblesse mais bien de stratégie.

Je compte sur toi pour garder ce nom pour toi. Il semblerait que les Sanguinistes aient en leur sein quelques vampires haut-placés et nous devons les débusquer avant qu'ils ne se débarrassent de leurs bouffons.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se concerter pour pouvoir mieux réagir. (2/2) [Livre II - Terminé]   Lun 27 Jan - 18:39

    J’étais bien à présent, confortablement installé dans mon fauteuil, bougeant un peu mon pied de ma jambe croisé par moment. Je savais que ça n’allait pas durée, mais au moins Julien m’avait-il offert un brin d’échappatoire, quelque chose me permettant d’être un peu plus apaisée. Au moins pour pouvoir parler de chose sérieuse sans que cela ne me prenne tout de suite à cœur et que je disjoncte aussitôt. Non, il avait bien fait et j’adorais cette surprise. Qui plus est, il me proposait de recommencer si je le désirais. Mon dieu… une offre illimitée ? Je lui fis un sourire des plus malicieux alors que se cachait derrière un sourire carnassier. Je me redressais m’avançait pour poser mon coude sur mon genou et poser mon menton sur mon poing, dévoilant un peu ma poitrine.

    « Ne t’en fait pas, je suivrais la procédure à la lettre, j’ai toujours ce côté minutieux en moi. Tout sera impeccable et il n’y aura aucune trace. Je ne m’attends pas non plus à prendre une proie tous les jours… combien même ça me comblerait… » soufflais-je en fin alors que je me laissais tomber de nouveau dans le fauteuil.

    J’avais été des plus franches avec lui, un peu abrupt aussi en lui disant qu’il avait une chance démesurée. Je savais que derrière il y avait des efforts pour trouver des réponses, chercher des informations. Comme il me le disait d’ailleurs en m’expliquant un peu la situation de ce traite qui ne me disait rien pour le moment. Je souris de nouveau alors qu’il affirmait que personne n’était parfait.

    « Ça pour sûr, nous aurions déjà tout gagné… ou au moins la paix resterait car nous aurions réussi à l’instaurer. Ce qui, à mon humble avis, n’est que doux rêve éphémère… »

    C’était vrai, toujours des attentats, toujours se méfier de tout, ne jamais prendre quelque chose à la légère et toujours être sur ses gardes. Moi-même je ne savais guère si je pouvais faire confiance à mes propres gardes. J’en étais arrivée à ce point en effet. Mais au vue du nouveau mouvement qui circulait et où on n’avait de noms de l’exécutant, il nous fallait être encore plus vigilant. Julien le devait, mais moi encore plus. J’avais l’impression que des murs m’enfermaient peu à peu, ce pourquoi j’avais des sautes d’humeur. Si j’avais pu débouler dans un bar pour tuer toutes les personnes présentes… Je souris et soufflais à cette pensée. Je ne pouvais que l’imaginais, jamais l’envisager. Pas en ces temps de pseudo-paix. En tout cas, j’étais ravie qu’il soit aussi vigilent, comme avec la louve même si cela me semblait beaucoup plus risqué avec elle. Je savais qu’il était âgé, qu’il pourrait se défendre. Je me demandais même si ce n’était pas de l’inquiétude qui naissait en moi pour sa personne. J’en étais étonnée moi-même. Mais je ne pu réfléchir davantage à ce que je ressentais. Je lui avais fait part de mon espèce de mécontentement, même si je savais au fond que c’était la Reine qui gérait tout, y compris les informations. De combien au juste j’en manquais ? Déjà deux, de toute évidence.

    « Tu as bien fait, je préfère les annonce de vive voix, j’utilise rarement mon téléphone si ce n’est pour poser un rendez-vous comme j’ai pu le faire avec toi ce soir. Disons que j’ai du mal avec la non-information, surtout depuis l’attentat… et ne me dit pas que ce n’est pas ma faute. Ma Mère m’a très bien fait comprendre mon inefficacité presque… légendaire. » Il y avait une pointe de sarcasme, même si en vérité je pensais ce que je disais. J’étais juste plus calme et plus posée que tout à l’heure. De toute façon, je ne pouvais guère lui cacher, il devait le sentir depuis tout à l’heure, sinon pourquoi m’aurait-il emmené choisir personnellement ma proie ? Je me reconcentrais sur lui, posant mes yeux avec une certaine intensité alors qu’il s’expliquait sur sa façon de faire, de procéder. C’était vrai que je n’avais jamais rien en retour, mais je savais un peu comment gérait ma Mère pour cela. Je tempérais finalement.

    « Et c’est ce que tu dois faire, sauf que j’aimerais qu’une certaine transparence reste entre nous si jamais nous nous marions. Tu prends le bon chemin d’après ce que tu me révèles, j’ai même l’impression de n’avoir rien en échange, ayant que très peu d’informations, très inutiles à dire vrai. » Je m’arrête pour le laisser continuer, et je tiltais sur le nom qu’il me donnait. Il m’était familier, pourtant je ne mettais pas un visage sur ce nom. Peut-être aurais-je l’occasion de le découvrir plus tard. « En effet, j’espère que tu as été clair le concernant… et que tu as pris le temps nécessaire dans la pièce en bas. » finissais-je alors avec un sourire sanguinaire et presque pervers.

    Je me lève alors contourne la table pour ensuite me pencher et prendre mon verre en main avant de venir m’assoir à côté de Julien. Portant le verre tranquillement sur mes lèvres, buvant quelques gorgées avant de plonger mes yeux dans les siens… d’un bleu magnifique.

    « Je pense que je n’ai pas besoin de te faire savoir ma réponse, tu sais certainement que je sais gardé des informations pour moi. » Je déposais mon verre de nouveau sur la table avant de me redresser. « S’il y a des vampires haut placés il me faut alors être prudente, j’espère que personnes ne siègent au conseil sanglant, ce serait vraiment dérangeant… » Je fis une pause, croisant de nouveau les jambes et posant mon dos sur le dossier, mon regard ne quittant pas Julien. « Nous ne sommes donc pas plus avancé n’est-ce pas ? A part ce… Spencer, mais qui n’est rien d’autre qu’un pion dans l’échiquier. J’espère qu’il nous amènera aux responsables, sinon il ne servirait à rien de le laisser vivre… » Très radical en effet, mais la trahison va vers la mort assurée, il n’était encore en vie car Julien lui avait proposé autre chose. Autant dire qu’il faudrait le surveiller de près, et je ne doutais pas que Julien le fasse déjà suivre.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se concerter pour pouvoir mieux réagir. (2/2) [Livre II - Terminé]   Mar 28 Jan - 13:05


Lorsqu’elle afficha un sourire malicieux mais terriblement prédateur, en réponse à mon offre de pouvoir jouir à loisir de ma cave, j’affichai un léger sourire. Nous n’étions pas encore marié, encore moins amoureux l’un de l’autre, et pourtant j’éprouvais déjà une satisfaction à ce que mon présent lui plaise. Son geste dévoila un peu sa poitrine à mon regard, spectacle si séduisant, si attirant mais pourtant hors de ma portée tant qu’elle ne me ferait pas part d’un désir réciproque de sa part, et surtout de son souhait, éventuel, à ce que mon corps prenne la place de mon regard contre le sien.

La paix n’est qu’une question de perspective selon moi. Regarde par exemple la vermine. Ils pensent nous avoir imposé cette paix et que leur brigade tente de maintenir, mais de notre point de vue il ne s’agit que d’une bataille perdue et non de la Guerre. Cette Guerre est toujours d’actualité, vis-à-vis de ces humains misérables mais encore plus face à nos ennemis ancestraux ou encore ces démons. lui dis-je simplement sans pour autant dénigrer ses paroles.

Elle se mit à parler à son tour pour réagir à mes mots face à son mécontentement de ne pas avoir eu l’information plus tôt de ma part. Elle me fit part de son sentiment au sujet de l’attitude de sa mère à son encontre, « inefficacité presque légendaire ». A mon sens ces termes ne correspondaient pas le moins du monde à ma future épouse, mais je m’interrogeai un instant pendant qu’elle poursuivait. Si sa mère était aussi exigeante avec elle, c’était à mon avis pour faire d’elle quelqu’un de fort et de puissant en dépit de son jeune âge et lui en fis part.


J’ignore tout de votre lien Jana, mais peut-être que ta mère se montre si « critique » à ton égard car elle veut te voir grandir et gagner en puissance, que tous oublient ton âge et te redoute pour ta puissance et tes compétences. Et aussi que tu sois en mesure de te prévenir d’une tentative de manipulation d’un vampire plus âgée. dis-je en esquissant un nouveau sourire, évoquant là une des craintes possible de sa mère quant à ce projet d’union.

J’acquiesçai d’un signe de tête à son désir de transparence entre nous, désir déjà assouvi à mon avis par mon attitude et mes paroles révélatrices. Mais je devais encore la mettre au fait d’une de mes démarches, en rapport avec notre travail désormais commun pour la traque des Sanguinistes. Cependant je décidai de patienter tandis qu’elle venait de se lever pour s’assoir près de moi et plonger son regard dans le mien.

Etait-ce dû au spectacle qu’elle m’avait offert dans ma cave tantôt, le teint légèrement rosi de sa peau suite à son repas, ou encore l’odeur du sang humain sur ses lèvres, toujours était-il que son rapprochement physique de moi accentuait le désir qui m’habitait, désir dont elle était la cible.


Nous ne sommes pas seuls à traquer ces félons, lui dis-je pour commencer. et nous bénéficions d’ors et déjà d’une alliée que tu connais bien. lui dis-je en souriant avant de reprendre.

Tu n’es pas sans savoir que ta sœur et moi sommes amis, de ce fait je suis allé la voir il y a quelques jours pour la tirer de la torpeur de son deuil et lui changer les idées. Tout comme par le passé nous avions déjà elle et moi conclue à un partenariat pour traquer la dissidence de Renard, nous venons de nous-même d’accord pour en conclure un nouveau.

Elle va nous permettre de mener notre traque au plus haut niveau, au sein même du Conseil étant donné dans celui-ci en tant que Seconde de ta mère. Ainsi à vous deux vous serez en mesure de poursuivre cette traque au-delà de toute restriction hiérarchique à laquelle je suis moi sujet. J’espère que cela ne te contrarie pas Jana, mais une nouvelle fois je souhaitais t’en parler de vive voix afin qu’aucun traître ne puisse l’apprendre.
lui dis-je en buvant une gorgée de sang et en posant ensuite à mon tour mon verre sur la table basse près de nous.

Mon regard dans le sien, on désir ne cessait de croire pour elle, tout comme mon attachement à mon grand étonnement, sans savoir si c’était là simplement dû au fait de notre projet d’union ou des nombreux points communs que nous nous dévoilions au gré de nos échanges. Quoi qu’il en soit notre vision similaire des choses ne pouvait que accroître davantage encore.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se concerter pour pouvoir mieux réagir. (2/2) [Livre II - Terminé]   Jeu 30 Jan - 19:33

    Son simple sourire me décrivit tout ce qu’il pouvait pensée. JE n’imaginais pas non plus qu’il ne me fasse pas confiance concernant sa cave. Comment ne pourrais-je pas m’en servir ? C’était un plaisir inépuisable. Mon corps en demandait toujours. Violence et sang était un très beau mariage, tout comme le sexe et le sang. Pour autant, il y avait toujours ce liquide rouge qui en faisait partie. Terriblement puissant, goûteux… et puis, je ne pouvais pas me dire au fond de moi que je n’étais plus un prédateur. J’en étais un, alors je gérais mes pulsions comme je le pouvais, souvent sur mes pauvres serviteurs que j’hypnotisais à mon aise. A la fin il était consentants, pour sûr, puisque je m’offrais en retour charnellement. Le sexe était un autre de mes plaisirs, aucunes femmes ne pourraient dire le contraire. Encore plus lorsqu’on possède une vie éternelle.
    Je l’écoute attentivement alors qu’il répond à mes mots précédents sur la paix qui était bien futile à mon sens. Et nous étions plutôt d’accord à ce sujet et mon sourire lui prouva ce que je pouvais ressentir.

    « Nous avons quand même bien de la chance d’avoir quelques-uns qui soient assez niais pour croire au traité, sinon nous aurions déjà eu une autre guerre… des autres années sanglantes. »

    Ce n’était pas l’envie qui m’en manquait. Revenir sur le terrain, combattre, c’était quelque chose qui me manquait en vérité. J’avais l’impression qu’on était rentré dans des rangs bien sagement. Quand est-ce que tout ça a débuté ? Quand nous avions signé ce traité, combien même j’étais persuadé, même à l’époque, que tout ne serait ni calme ni rose. La race humaine était faite pour se soulever, c’était inscrit dans leur gêne, tout comme celui de la traîtrise. Et en effet, il fallait faire attention à notre entourage, encore plus lorsque cela nous amenait jusqu’aux hautes sphères hiérarchiques.
    Nous avions dérivés sur ma Mère, ou plutôt Julien voulait sans doute me rassurer, mais ne savait-il pas comment notre dernière rencontre s’était finie. Si on pouvait appeler cela rencontre. J’avais juste eu le loisir d’entendre sa colère, autant pour l’inefficacité de la sécurité que pour le sang de son servant. Au fond de moi, je n’avais de cesse de me demander comment tout cela se serait passé si la balle avait touché mon cœur et non mon bras et ma cuisse. Oui, un peu dur envers moi-même.

    « Alors elle doit savoir que son éloignement ne m’est pas profitable, j’ai besoin de savoir qu’elle est présente à mes côtés, ou au moins qu’elle me considère un minimum. » Je me rends compte que je m’ouvre un peu trop à lui, alors que normalement je n’ai que cette discussion avec Morgane. J’essaie donc de me reprendre. « Que j’aimerais être un peu plus âgé en effet, sentir cette sensation de puissance envers l’âge… ça doit être pas mal non ? » Je m’amusais un peu à le lui demander. Je savais bien qu’il était bien plus âgé, et que dans un sens, il m’avait un peu fait tilté sur lui. Sur le fait que je pouvais être manipulé par tout le monde. J’avais l’impression que ma mère me croyait bien vulnérable. Je l’étais au fond, pour sûr, mais ce n’était pas en me sentant isolé que cela arrangerait mon cas. Justement, l’union avec Julien me permettrait d’être un peu moins à l’écart, un peu moins seule et moins une cible facile.

    J’étais à présent à ses côtés, sur le même fauteuil alors que mon regard ne le quittait plus désormais. Et je fus fort curieuse lorsqu’il amena une personne que je connaissais fort bien dans la discussion. Pour aussitôt trouver à qui cet inconnu était destiné. Ma sœur. Morgane avait donc ‘rejoint les rangs’, en même temps je ne l’aurais pas vu autrement. Cela pourrait peut-être lui permettre de penser à autre chose et de la faire un peu sortir de chez elle. Même si je comprenais fort bien sa position de deuil actuelle.

    « Oh, fort bien. J’ai moi-même pris le temps d’aller la voir et je pense en effet que tu as bien fait de lui rendre visite. J’en ai un peu parlé avec elle également, mais ma visite était antérieure à la tienne j’imagine car elle ne m’en a pas parlé. » Je fis une pause avant de poursuivre. « Nous pourrons en effet être plus efficace à deux, d’autant plus que nous sommes très proches. » Je m’arrête tandis que je me redresse pour raccourcir la distance entre nous, mon regard toujours plonger dans le sien. « Cela ne me contrarie pas ne t’en fait pas, je ne te sauterais pas dessus à chaque fois… sinon je risque de te faire fuir… » Un sourire s’étala sur mes lèvre alors que je me décale vers lui pour coller ma cuisse contre la sienne. De mes doigts qui se font souple et doux, je les pose sur sa joue alors que je l’oblige à me regarder dans les yeux. « Je pense qu’on a déjà dû te le dire mais… tes yeux sont captivant. » Nouveau sourire, fin et sincère alors que oui, j’aime à observer ses yeux bleus. Petit plaisir naissant dont je ne me prive guère.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se concerter pour pouvoir mieux réagir. (2/2) [Livre II - Terminé]   Ven 31 Jan - 10:41


Effectivement nous pouvons compter sur la crédulité de certains. commençai-je en affichant un sourire méprisant pour ces individus. Et même si le spectre de la guerre est presque grisant et son souvenir davantage encore, l’heure n’est pas à un nouveau conflit car nos forces combattantes ne sont pas encore en mesure de vaincre toutes les autres espèces en une seule vague. lui dis-je encore, un brin de nostalgie dans la voix en repensant à tous ces combats menés en toute légitimité, sans aucune contrainte de bienséance ou de discrétion.

Je l’écoutais ensuite s’ouvrir à moi plus que d’ordinaire, au sujet de ses attentes vis-à-vis de sa mère. Quelque part je pouvais comprendre ce qu’elle espérait de Krystel, ayant moi aussi souvent un sentiment d’échec lorsque j’avais l’occasion d’échanger avec la Reine. Peut-être était-ce là une nouvelle similitude entre Jana et moi, cette position par rapport à sa mère, ce désir de se sentir utile ou compétent aux yeux de celle qui nous gouvernait tous, accompagné de la frustration de l’échec. Mais loin de m’apitoyer sur mon sort cette situation ne faisait que me rendre plus déterminé à montrer à Krystel que j’étais compétent.


Il est vrai que c’est un sentiment assez plaisant, mais qui peut rapidement se briser lorsque l’on se retrouve face à un vampire plus âgé et rapidement démuni si l’on n’y est pas préparé. dis-je en début de réponse.

Certains se sont laissé submerger par ce sentiment face à des vampires plus jeunes, aveuglés par leur puissance toute relative. Parfois la réalité des choses les a rattrapés lorsqu’un vampire plus vieux les a vaincus, mais il est arrivé que ce soit par des vampires plus jeunes que de tels individus soient tués, leur rappelant une dernière fois que l’âge ne fait pas tout.

Si tu vois en ton jeune âge une faiblesse Jana, garde à l’esprit que tes ennemis en feront de même. Là où certains y verront un frein, vois là une arme. Prépare-toi en conséquence et alors tu seras en mesure de prendre le dessus sur un vampire plus âgé que toi.
lui dis-je d’un ton doux, lui prodiguant ce qui était à mes yeux un conseil alors qu’elle était tout proche de moi. Cette promiscuité entre nos corps avait fait naître le désir en moi, une envie de déguster son corps, d’un échange charnel où le plaisir serait réciproque.

J’acquiesçai simplement d’un signe de tête pour lui répondre lorsqu’elle répondit à mes paroles au sujet de l’accord entre sa sœur et moi. Elle en comprenait les raisons, aussi bien pour la traque des dissidents que pour le bien-être de sa sœur et ceci était une bonne chose. Ses mots suivants me firent esquisser un sourire amusé.


Je ne suis pas de ceux qui fuient face à l’adversité. lui dis-je dans un premier temps alors qu’elle colla sa cuisse nue contre la mienne, son peignoir dévoilant un peu plus la chaire de sa jambe à mon regard. Mais je ne pus en profiter autrement que par la sensation du contact de sa jambe contre la mienne, mon regard fixé dans le sien après qu’elle m’y amena de ses doigts contre ma joue.

Certains les trouvent même hypnotique, lui dis-je en affichant un sourire rieur, pensée cynique pour tous ceux que j’avais charmé via mon don hypnotique. mais qu’ils te captivent n’est pas pour me déplaire. dis-je encore tandis que ma main se posait sur sa peau dénudée, juste au-dessus de son genoux après avoir déposé mon verre sur la table basse proche.

Et si tu cesses de te servir de tes yeux, que vois-tu ? lui demandai-je en fermant les miens après elle alors que je l’embrassais, goûtant au parfum sucré de ses lèvres.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se concerter pour pouvoir mieux réagir. (2/2) [Livre II - Terminé]   Dim 2 Fév - 13:05

    Ce qu’il me disait là était bien vrai. Nous ne pourrions pas assumer une guerre si tout le monde était contre nous. Sinon nous l’aurions déjà fait des années auparavant et nous serions déjà nous, vampires, au pouvoir. Asservissant chaque individus, qu’ils soient humains ou d’une autre espèce. Pour le moment, la presque paix me convenait, même si en réalité il y avait des réels conflits. Sinon pourquoi attaquer des événements tels que le musée ? C’était vrai que dans l’idéal, dans mon imaginaire lointain, j’aurai bien aimé connaître une telle puissance. Juste par curiosité, car si la paix ne pouvait être préservée démocratiquement, pourquoi ne pas l’avoir par la peur et la souffrance ? C’était une idée naissante dans ma tête, même si je savais au fond que cela n’arriverait jamais. Il fallait être réaliste, les traites existaient dans chaque espèce et on ne pouvait contrer ce phénomène pour l’éradiquer. Il existerait toujours, et je me ferais un plaisir de les débusquer et de les assassiner par mes propres mains. Je retournais dans le monde réel alors que je m’étais étourdi un instant dans mes pensées. Il répondait à ma réflexion sur l’âge, mais ce qu’il ne comprenait pas, c’était que j’étais bien plus jeune que n’importe qui dans la hiérarchie vampirique. Si je n’avais pas mon statut, je serais entièrement soumise.

    « Tu as raison, sauf que chaque vampire que j’ai croisé était plus âgé que moi. Je n’ai que neuf ans, cela ne fait pas beaucoup, toi-même tu pourrais me maîtriser aisément… » je fis une pause alors que j’affichais un fin sourire. « Tu as au moins une centaine d’année, si ce n’est plus, je me trompe ? »

    C’était une sorte de questionnement personnel, de toute façon, il fallait bien passer par là. Je m’intéressais à sa personne, c’était déjà fort positif pour notre relation future. Il fallait aussi qu’il voit mes nombreux défauts même si je n’aimais guère les afficher publiquement. J’en avais conscience, c’était certain, mais le divulguer à haute voix n’était pas quelque chose que je faisais aisément et quotidiennement. Généralement je gardais tout pour moi, mais de plus en plus j’aimais la présence de Julien à mes côtés. Je me demandais comment tout cela allait évoluer, si lui-même ressentait ce genre de chose, combien même notre union ne se faisait pas sur un sentiment amoureux réciproque. Cela me plaisait qu’il veuille me rassurer, il ne m’avait jamais dénigré jusque-là. Etait-ce par le biais de mon statut de Princesse qu’il n’osait guère me ‘réprimander’ ou était-ce là sa réelle personne ? En tous les cas, j’aurais plaisir à le connaître bien davantage, histoire de me faire plus qu’une idée quand j’irais voir ma Mère prochainement.

    « En effet, l’âge ne fait pas tout, sinon je pense bien que je ne serais pas là où je suis aujourd’hui. » Je fis de nouveau une pause, plongeant mon regard dans le sien. « Mais ne t’en fait pas, tu es l’heureux élu qui sait dorénavant un peu plus de chose sur moi. Je ne l’aurais pas accordé si je ne l’avais pas voulu… » Je laisse en suspens, lui laissant comprendre ce qu’il voulait. C’était rare que je m’ouvre autant, je ne voulais jamais que quiconque ne sache une seule chose sur moi, même pas mes plus sombres pensées. Je ne disais pas que j’étais entièrement transparente envers Julien, mais j’avais déjà bien commencé ce soir. C’était quelque chose qu’il me fallait travailler, tout comme lui apparemment, même si au fur et à mesure j’avais l’impression que c’était juste plus… facile. « Je note donc ton conseil, même si je ne perds absolument pas confiance en moi lorsque cela m’arrive, puisque cela m’arrive quotidiennement. Je n’ai pas flanché devant Yaâqov… je me rappelle encore le goût de son sang dans ma bouche… » finissais-je alors que mes yeux s’égarèrent pour repenser à cette rencontre des plus inattendue. J’aurai aimé lui arracher la tête, sauf que j’avais pensé un peu à Julien quand même, et ne m’avait-il pas promis qu’il ne recommencerait pas ?

    Nous parlions de ma sœur, de l’accord passé entre eux et je lui avais spécifié que cela ne me gênait en rien en finissant ma phrase d’une toute autre tournure. Son rire amusé me fit également sourire, alors que ses mots ne m’étonnaient pas le moins du monde. Je savais qu’il était combattif, c’était un côté de sa personnalité que j’aimais aussi chez lui. « Parfait… » soufflais-je alors d’un murmure presque inaudible pour l’oreille humaine alors que pour nous vampire, cela n’était guère un problème. Je m’étais rapproché de lui de tel façon à toucher sa cuisse, plus d’écart entre nous, l’appel de l’attirance alors que mes doigts effleurent sa joue. Je le complimente assez directement, comment ne pas succomber à son regard ? Il en avait un magnifique. Je souris alors qu’il me répond, étouffait presque un rire. Je sens sa main sur ma cuisse nue et cela me fait un agréable effet de plaisir. Il pose son verre, me pose une question plutôt inattendue avant de posséder mes lèvres… pour ne pas me déplaire. Ma paume de main se pose naturellement sur sa joue gauche alors que je lui rends un baiser des plus passionné, avant de ralentir le rythme et de m’écarter lentement. Je mords et suce mes lèvres tandis que mes yeux s’ouvrent de nouveau. « Je vois un homme mûre, combatif, sûr de lui me procurant une sensation de sécurité que j’affectionne tout particulièrement. » Je fis une pause alors que ma main parcoure son cou pour se poser sur sa nuque. « Attentionné et désireux également… et… très attirant… » lui soufflais-je alors que je possède de nouveau ses lèvres, mon autre main cherchant les formes de ses muscles sur son torse alors que rapidement ma jambe enroule les siennes et que je le chevauche, ne quittant pas ses lèvres, savourant chaque instant alors que je lui offre un baiser des plus tendre et langoureux. Je veux prendre mon temps, même si habituellement ce n’est que rarement le cas.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se concerter pour pouvoir mieux réagir. (2/2) [Livre II - Terminé]   Lun 3 Fév - 11:28


Etait-ce dû aux paroles de sa mère à son égard suite au décès de Léopold, mais Jana semblait complètement bloquée sur son jeune âge. Elle semblait ne se voir qu’au travers de cette faiblesse désormais, il ne fallait pas sinon le reste de notre espèce en ferait de même. A ma charge de lui montrer qu’elle devait, et pouvait, passer au-delà de son âge pour instiller la peur dans le cœur immortel de chaque membre de notre espèce. Le temps agirait pour elle, mais surtout elle devait montrer à tous qu’en dépit de son âge, elle était aussi cruelle que sa mère et que seulement du haut de ses neuf ans en tant que vampire elle était compétente pour combattre des vampires plus âgés.

J’ai deux cent soixante-dix ans pour être exact. lui dis-je en esquissant un léger sourire. Non pas pour notre différence d’âge, mais plutôt à l’idée érotique qu’avait fait naître ses paroles précédentes. La maîtriser… Mais je te le redis Jana, l’âge ne fait pas tout. L’image que tu renvoies à son importance, même au combat. Montre à tous quelle vampire tu es, implacable, forte et sans pitié. Alors ils te craindront comme un ancien. Quant à ceux qui douteront, ils n’en seront que plus surpris lorsque tu les tueras. lui dis-je, une lueur de prédateur dans le regard.

C’était ainsi que j’avais moi-même agi par le passé, et j’en faisais toujours de même aujourd’hui, pour m’acquitter de mes missions. Laisser croire à un plus ancien que j’étais faible, et le poignarder en plein cœur à la première occasion. C’était ainsi que j’avais obtenu mon titre de shérif à une époque, en affrontant en combat l’ancien shérif d’Edimbourg, sur ordre d’Augustus. Cela n’avait pas été facile mais je l’avais vaincu, et par la même occasion montré à certains que malgré mon jeune âge alors je n’en étais pas moins compétent.


Et je t’en remercie Jana, j’apprécie que l’on apprenne à se connaître l’un l’autre, que l’on se dévoile peu à peu au regard de l’autre. lui dis-je sincèrement en affichant un léger sourire avant qu’elle ne reprenne la parole, en affichant même un plus grand lorsqu’elle évoqua sa rencontre avec Yaâqov. Elle devait agir de même avec n’importe quel vampire, voire même se montrer plus intransigeante encore. Elle aurait pu tuer mon exécuteur, elle en avait le droit. Mais je pris cela comme une marque d’attention envers moi qu’elle ne l’ait pas fait, et saurai l’en remercier à l’avenir.

Lorsqu’ensuite nous nous étions rapprochés elle et moi, je savourais la saveur de ses lèvres, le plaisir de son parfum. Lorsqu’elle joue avec ses lèvres après avoir répondu à mon baiser, un frisson parcourt mon échine mais je la laisse parler quand elle s’adresse de nouveau à moi, se dévoilant encore à moi un peu plus.


Que de compliments… Merci. lui dis-je entre deux baiser, tandis que sa main s’était posé sur ma joue et que notre rapprochement avait progressé. Sans interrompre notre baiser elle me chevauchait à présent, la proximité entre nous étant plus réduite que jamais.

Tu n’es pas moins attirante Jana. dis-je en piquant mes lèvres de mes crocs afin que le sang perle un peu, le lui offrant au travers de nos baisers, tout en glissant une main derrière sa nuque avec douceur mais non sans fermeté, dénudant juste ses épaules du peignoir pour le moment.

La sagesse n’attend pas le nombre des années et tu en es le parfait exemple. Ton caractère, ton… aura, ta personnalité compensent aisément ta jeunesse. Si certains la voient comme une faiblesse, je la vois moi comme une force. Je t’aiderai si tu le souhaites à montrer à chacun que tu vaux bien mieux que de vieux vampires. lui dis-je encore en continuant de faire glisser le peignoir, ma main étant passée de sa nuque à ses côtes, puis ses hanches, savourant la douceur de sa peau.

Je saurais t’apprendre ce qui te manque Jana, si tu le souhaites… dis-je encore, le goût de mon sang dans nos bouches unies. Si je lui faisais là une proposition « d’apprentissage », ce n’était pas en tant que vampire plus âgé, mais en tant que son égal, en tant qu’époux quand bien même nous ne l’étions pas encore officiellement.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se concerter pour pouvoir mieux réagir. (2/2) [Livre II - Terminé]   Lun 3 Fév - 14:51

    Ses paroles firent échos dans ma tête alors que oui, je me sentirais peut-être un peu mieux si j’avais le même nombre d’année que lui. J’avais ce défaut, naissant qui plus est, car avant je n’en avais pas vraiment eu conscience. Peut-être depuis que Yaâqov m’ait confronté aussi, et puis la soirée au musée ne m’a guère aidé non plus. Oui parfois, je me sens impuissante, même si je ne l’avouais qu’à moi-même pour ne pas que quelqu’un pénètre cette barrière que je mettais vis-à-vis de mes propres sentiments. Et Julien avait la chance d’en avoir découvert quelques-uns, car parfois je ne réfléchissais pas trop, et puis il me mettait à l’aise. Je me sentais bien finalement à ses côtés alors qu’il essayait de nouveau de me conforter par rapport à mon jeune âge. Je lui souris, alors que je savais très bien que ça ne passerait pas aussi vite. Je l’aurais toujours en tête, combien même il n’avait peut-être pas tout à fait tort. Je me sentais un peu délaissée, perdue aussi dans tout un tas de chose. Le sang et la violence m’avait permis de rester plus calme, mais il n’en était pas moins qu’à l’intérieur de moi tout était chaotique et dévastateur. J’avais été ravie cependant de parler à ma sœur, lui dévoilant aussi un peu ce que je ressentais. Elle aussi essayait de me rassurer, mais en vérité, le fait que ma Mère me fasse une coupure nette depuis qu’elle m’avait réprimandé, je souffrais de sa non présence. Et il était vrai que je n’avais pas le lien qu’avait ma Mère avait Morgane, je ne pouvais donc que prendre sur moi, prendre mon mal en patience. Je l’avais à ce point déçu ?

    Il me remerciait de ma franchise, ou plutôt le fait que je m’ouvre un peu plus à lui. Je lui avais dit que je voulais d’une union transparente. Je ne voulais qu’aucun de nous deux ne cachent quoi que ce soit à l’autre. Je lui avais dit plus tôt, mais j’espère que c’était clair dans sa tête. Si nous voulions avancer, c’était la seule chose à faire. Pour aussi pouvoir prouver à la Reine que notre rapprochement ne pâtissait pas sur sa propre notoriété et capacité à gérer notre espèce. Comme elle nous l’avait si bien dit, et comme elle me l’avait répété, j’étais jeune. Je ne me voyais pas au pouvoir, mon statut de princesse me satisfaisait amplement.

    « Et ça me plait beaucoup… » soufflais-je d’un ton plus ou moins espiègle.

    Oui car si la situation aurait tourné différemment nous concernant, si je n’avais pas apprécié à le connaître plus, j’aurais mis un terme avant même que notre mariage est lieux. J’aurais été voir la Reine même si cela me serait préjudiciable. Oui car elle ne manquait pas une occasion pour me dire que j’étais encore jeune et inexpérimentée. J’avais envie de croire que l’échec pouvait me permettre de beaucoup plus avancée, mais lui dire cela après le musée n’était pas raisonnable. Il m’avait par la suite embrassé alors que je lui avais fait un compliment sur ses yeux. Qui n’y succomberait pas franchement ? Et je l’avais de nouveau complimenté alors que je répondais à sa question et il m’avait remercié. Je souriais entre deux baisers et je sentais un certain désir monter alors que j’étais à présent sur ses cuisses.

    « Il ne faut pas oublier tous les petits détails qui composent un couple, non ? Ce serait dommage après une centaine d’année de ne plus se regarder et se complimenter… »

    J’affichais un fin sourire alors qu’il me complimentait également, chose qui ne faisait que progresser ce que je ressentais en cet instant. Au moins, l’attirance était-elle réciproque, même si à n’en pas douter par les baisers que nous échangions. Il me fit naître un autre désir alors que le goût de son sang remplissait ma bouche. Je lâchais un gémissement de contentement alors que je m’écartais de lui, suçant encore mes lèvres. « Un sang plus que goûteux, veux-tu vraiment m’appéter de la sorte ? N’as-tu pas peur des… conséquences ? » Il était évident que je pourrais lui planter mes crocs avec un réel plaisir. Je sentis aussi mes épaules nues alors qu’il n’y avait qu’à descendre encore pour découvrir ma poitrine, et tout mon corps nu s’il le désirait. Mais il voulait prendre aussi son temps, ce qui n’était pas pour me déplaire. Il commença de lui-même à me faire des compliments et j’étais assez fière de les accepter tels qu’ils étaient dits. J’avais toujours une certaine satisfaction que l’on observe chez moi tout un tas de qualité, même si j’avais conscience de toute celle que je possédais, notamment mon charme et mon corps qui en faisait plier plus d’un à la tentation. D’ailleurs je sentais de nouveau mon peignoir descendre doucement…

    « Que je vaux bien mieux ? Ooh… n’as-tu pas peur que cela me monte à la tête ? » Je fis une pause alors que je pose un baiser furtif sur ses lèvres, m’empreignant de nouveau de son odeur de sang. « Saches que c’est une qualité que de voir ses défauts… mais pourquoi pas. Je verrais bien si j’aime tes apprentissages… » ajoutais-je alors que je défaisais lentement le nœud de la ceinture qui maintenait mon peignoir attaché, un fin sourire taquin traversa mon visage. Mes mains attrapaient sa nuque et je lui offris un baiser des plus torrides, venant chercher sa langue alors que je ne résistais pas à son goût savoureux. Mes mains glissèrent doucement sur son torse, commençant à déboutonner sa chemise alors que je glisse mes mains pour sentir sa peau et la forme de ses muscles. Je remonte vers ses épaules et glisse sur ses bras pour enlever définitivement ce tissu qui me séparait bien trop de sa chair.


avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se concerter pour pouvoir mieux réagir. (2/2) [Livre II - Terminé]   Mer 5 Fév - 12:03


Si notre projet d’union, point culminant de ce qui était d’ors et déjà un partenariat effectif entre Jana et moi, n’était pas mu par un sentiment d’amour nous entrions de plein pied dans un nouvel aspect de la relation naissante entre nous deux : la séduction. Peut-être n’était-ce dû qu’au désir naissant de l’instant, mais peut-être que cela était autre chose, le début de quelque chose. Peut-être, à voir par la suite.

Si conséquences il doit y avoir, affrontons-les dès à présent au lieu de les redouter. lui dis-je pour répondre à ses questions après que je lui ai fait partager le goût de mon propre sang, un sourire aux lèvres. Mes paroles n’avaient en rien stoppé la douce descente du peignoir qui dénudait peu à peu le corps de Jana.

J’affichai un nouveau sourire à ses paroles suivantes mais demeurai muet avant qu’elle ne vienne déposer un nouveau baiser sur mes lèvres, bref mais si savoureux.


Je ferais de mon mieux pour que cela soit, et puis l’apprentissage peut être réciproque. La jeunesse et l’expérience ont autant à s’apporter, deux points de vue, deux visions dans un accord et un intérêt mutuel, qu’en dis-tu ? lui demandai-je tandis qu’elle défit le nœud qui maintenait encore son peignoir autour de sa taille. Le vêtement tomba au sol, m’offrant la vision de son corps totalement nu et par la même occasion un spectacle des plus agréables.

Lorsque sa langue vint prendre possession de la mienne je la laissais faire, ses mains glissant sur mon torse pour m’ôter ma chemise. Un nouveau frisson de désir vint m’électriser tandis que mon sexe se mit au garde à vous, pressé de faire la connaissance du sien. Mais je ne voulais pas griller les étapes, préférant les quelques instants de frustrations avant de pouvoir la posséder. Le plaisir n’en serait que plus grand pour nous deux.

[passage en hide, on sait jamais ]

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se concerter pour pouvoir mieux réagir. (2/2) [Livre II - Terminé]   Sam 8 Fév - 19:18

    Son sang me faisait réagir, c’était certain, combien même je m’étais nourri plus tôt. J’avais toujours soif de sang, comment refuser en même temps ? Je ne pouvais pas, qui plus est alors que nous entrions dans une nouvelle phase. La séduction et le sexe. J’aurais très bien pu le prendre ici, sur le canapé, ouvrir seulement assez son pantalon pour m’emparer de son sexe, mais c’était moins appétissant. Je voulais qu’il me fasse languir, et commencer par ses baisers mêlés à son sang était un très bon début. Je m’efforçais de ne pas sortir mes crocs, et puis j’étais bien plus calme. Nous aurions fait cela plus tôt, alors que nous étions à la Pomme du Diable, je n’aurais pas hésité un seul instant à enfoncer mes crocs dans sa chair. Là, je pouvais prendre mon temps, et il avait l’air d’apprécier tout autant que moi. Je souris à ses paroles alors que je me demandais s’il était certain de sa réponse. Cependant, j’attendrais encore un peu avant de goûter pleinement à son sang. J’avais déjà une mise en bouche savoureuse, je pouvais complètement patienter. J’avais en plus cette envie qui montait petit à petit tout autant que mon plaisir. Je lui avais donné un baiser furtif, seulement pour pouvoir goûter de nouveau à son sang et qu’il ne quitte pas mon sens.

    « J’espère bien, et puis si c’est un échange mutuel, quoi de mieux ? Nous verrons cela en temps et en heure… » ajoutai-je avec un fin sourire alors que mon peignoir s’écrasa au sol. J’étais totalement nue et je n’attendis pas bien longtemps pour prendre de nouveau ses lèvres et sa langue. Mes mains s’insinuaient par-dessous sa chemise pour la lui retirer. Je voulais sentir sa chair contre la mienne, son torse contre ma poitrine. Mon désir monte de plus en plus, je ne vois que la finalité même si je veux que l’on puisse en profiter, autant l’un que l’autre. Mon bassin se rapproche du sien, je sens nettement que son désir est présent et que son pantalon reste un obstacle. Pour autant, je ne m’égare pas à le lui enlever. Je me concentre sur ses lèvres alors qu’il me rend mon baiser tout aussi fougueux. J’aime à voir cet autre aspect de lui. Depuis le début, nous nous découvrions et j’avais l’impression que ça ne s’arrêterait pas là. Peut-être que pour aujourd’hui ça se finirait dans l’orgasme, mais à la prochaine rencontre nous nous connaitrons encore plus. J’en étais persuadé, et je me surprenais à aimer petit à petit pas seulement son corps que j’allais bientôt posséder mais aussi sa personne.


avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se concerter pour pouvoir mieux réagir. (2/2) [Livre II - Terminé]   Mer 19 Fév - 14:12


Au fil de nos rencontres Jana me laissait entrevoir peu à peu plusieurs facettes de sa personnalité, et je me découvrais une certaine satisfaction à cela, ainsi que le début de ce qui semblait être un attachement à son égard. Où cela nous mènerait ? Aucune idée mais ce n’était pas un problème, comme si la suite ne nous serait que bénéfique, à court et à long terme. Outre la vampire qu’elle était, je découvrais à présent peu à peu son corps, en appréciant chaque courbe par mes caresses. Malgré mon désir de la prendre, de la posséder, je contenais mes appétits de sang et de sexe afin de ne pas me presser. Notre découverte mutuelle, autant physique que morale, ne devait pas être brusquée. Nous prenions notre temps, pour éviter tout malentendu et mauvaise surprise à l’avenir.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se concerter pour pouvoir mieux réagir. (2/2) [Livre II - Terminé]   Dim 9 Mar - 17:18

    Hj:
     

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se concerter pour pouvoir mieux réagir. (2/2) [Livre II - Terminé]   Jeu 13 Mar - 17:15

HJ :
Spoiler:
 

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Se concerter pour pouvoir mieux réagir. (2/2) [Livre II - Terminé]   Sam 15 Mar - 12:24

    avatar
    Invité
    Invité
    Revenir en haut Aller en bas
    MessageSujet: Re: Se concerter pour pouvoir mieux réagir. (2/2) [Livre II - Terminé]   Mer 19 Mar - 11:08

    avatar
    Invité
    Invité
    Revenir en haut Aller en bas
    MessageSujet: Re: Se concerter pour pouvoir mieux réagir. (2/2) [Livre II - Terminé]   Mer 19 Mar - 21:34

      avatar
      Invité
      Invité
      Revenir en haut Aller en bas
      MessageSujet: Re: Se concerter pour pouvoir mieux réagir. (2/2) [Livre II - Terminé]   Sam 22 Mar - 0:38

      avatar
      Invité
      Invité
      Revenir en haut Aller en bas
      MessageSujet: Re: Se concerter pour pouvoir mieux réagir. (2/2) [Livre II - Terminé]   

      Contenu sponsorisé
      Revenir en haut Aller en bas
       
      Se concerter pour pouvoir mieux réagir. (2/2) [Livre II - Terminé]
      Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
      Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
       Sujets similaires
      -
      » Reculer pour prendre de l’élan, pour pouvoir mieux sauter ; mais à trop reculer on finit par ne plus sauter.
      » Milo ; Reculer pour prendre de l’élan, pour pouvoir mieux sauter, mais à trop reculer on finit par ne plus sauter.
      » Un petit arrangement vaut mieux qu'un grand conflit [Livre I - Terminé]
      » Savoir agir avec retenue [Livre 1 - Terminé]
      » Saber Milena [Terminé] (excusez moi pour la longueur --')

      Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
      †Priez pour nous † :: 
      Bienvenue à Edimbourg
       :: Nightown :: Satanas's Runway
      -
      Sauter vers: