AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Zone interdite [Livre I - Terminé]
MessageSujet: Zone interdite [Livre I - Terminé]   Jeu 2 Aoû - 14:07



Le campus de l'université de Glasgow fait partie des lieux interdits aux vampires... Mais j'y avais ma plus jeune soeur, unique membre de ma famille avec lequel j'entretenais encore régulièrement des liens. En fait, ils étaient très forts. Assis sur un banc sous les arbres dénudés par l'hiver, je patientais, attendant la sortie des cours de Mary. J'avais tout mon temps. Cette nuit, je ne chercherais pas William, non. En fait, j'étais découragé. Depuis que je l'avais revu, enfin, surpris dans une librairie (le Keats), nous nous étions séparés brutalement, enfin... disons que je m'étais enfui lorsqu'il avait contacté le nouveau shérif de Glasgow pour me dénoncer. Mon visage se ferma et se chiffonna :

*Bon, d'accord, j'ai bu un coup, enfin, j'ai tué un humain pour ça.... autant dire que je ne devais pas m'attendre à des félicitations !*

Mais venant d'un prince en exil ! j'étais encore choqué et mettais cela sous le coup d'une raison beaucoup moins avouable : William cherchait à se refaire une "virginité" aux yeux du pouvoir en dénonçant ma conduite....

*Heureusement que Julien est de mon côté et a arrangé le coup avec le Français !*

Cà... le prince l'ignorais, et devait continuer ainsi. Son ami, Guillemaud, faisait tout pour lui sauver la mise, mais "Sans Nom" était un être borné et intransigeant qu'il fallait sauver malgré lui de la néfaste influence d'une Belle Angeline l'ayant attiré sur de bien sombres rivages, ceux de la dissidences. J'étais aveuglément dévoué à mon prince, et sans la grande sagesse de l'ancien shérif d'Edimbourg, j'aurai commis l'irréparable. Grâce à Julien Guillemaud, je pouvais "repêcher" William ! cette mission, je l'accomplirais envers et contre tous ! Ma foi ainsi raffermie, mon regard scruta l'intérieur des salles de classes illuminé et je tentais d'y trouver ma soeur... en vain. Elle était sans doute de l'autre côté du bâtiment, mais sortirait par là, cette porte qu'à tout instant je regardais, prêt à bondir de mon banc pour aller vers Mary. Je devais l'emmener au Mac Do'. Là encore, c'était un lieu interdit aux vampires, mais... je me planquerais dans un coin, prendrait un plateau avec peu de choses que ma soeur engloutirait de toute manière pour moi, et ferais face au mur pour qu'on ne m'observe pas. J'étais impatient, comme un étudiant ! le temps me semblait long ! long !...

Le vent fit tournoyer quelques feuilles mortes oubliées par les jardiniers ou tombées depuis leur dernier passage et je les suivis des yeux dans leur danse orientale. Mes yeux tombèrent sur quelques fleurs violettes, derniers témoins de l'automne qui s'enfuyait devant le froid de la saison suivante. De la main droite, je me grattais la pommette, machinalement. Mes vêtements noirs se confondaient avec les semi ténèbres percées à intervalles réguliers par les lumières timides des réverbères sensés éclairer le campus. Tout était tellement silencieux.... qu'on aurait dit que déjà la nature était endormie. Il ne pleuvait pas depuis deux jours, ce qui était remarquable dans cette ville côtière exposée aux vents d'ouest, ce qui faisait que les sols étaient secs... et expliquait aussi que les feuilles crissent en raclant contre les pavés, bruits assez inhabituels ici.

J'aimais attendre ma soeur, passer la soirée avec elle. Mary me parlerait de ses soucis d'étudiante, de ses espérances de devenir artiste, un jour prochain. Elle m'avait promis de me faire lire son recueil de poèmes avant de le présenter à plusieurs éditeurs, y compris deux sur Londres et un à Avon... Je souris... La poésie n'avait jamais été mon truc, auparavant, mais, curieusement, devenu "immortel" depuis trois ans, je m'ouvrais peu à peu à cette part d'écriture si étrangère à mes connaissances... et moi, l'ancien commissaire devenu videur, me voilà déclamant parfois des poèmes de Yeats dans mon minuscule deux pièces semi enterré. Si quelqu'un m'avait surpris, il se serait moqué, sans doute. Et je l'aurai mal pris. Un journal se prit dans mes pieds, et je me levais pour le jeter dans la poubelle voisine. Revenant vers mon banc, j'aperçus alors un homme dresser entre deux flaques de lumière pâle. M'observait-il depuis longtemps alors que, plongé dans mes pensées, je ne faisais nul cas de ce qui se passait autour de moi ?

-
Bonsoir...

dis-je simplement avant de me rasseoir.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Zone interdite [Livre I - Terminé]   Jeu 2 Aoû - 17:22

L'université de Glasgow, un des hauts lieux de concentration du savoir et de la formation des futures têtes pensantes du pays. Ce lieu quasiment inconnus de William est pourtant célèbre dans toute l'Écosse et bizarrement pour une raison qu'il ignore, le vampire a reçu à son appartement une lettre de ce lieu déclarant qu'il devait rendre un livre à la bibliothèque de l'université. Mais comment peut-on rendre un livre que l'on a jamais emprunté. En effet il n'était jamais venus ici, surtout que cela faisait que quelques semaine qu'il était dans le pays. Encore il aurait reçu une lettre de Liverpool pourquoi pas, mais d'ici c'est totalement incohérent. Dans sa ville d'origine il aimait reluquer les étudiantes qui sortaient tard de l'université, mais ce temps est révolu. Depuis qu'il était à Glasgow, sa vie se résumait surtout à son travail aux Danses Enflammées, dormir et regarder des séries et films. Pour régler toute cette histoire il se décida donc à aller à l'université en question. Il sortit donc de son appartement, descendit les escaliers et se dirigea vers le premier arrêt de bus qui voulait bien l'emmener à l'université. Il dût attendre un long moment avant d'avoir un bus car le service du soir est plutôt lent. Une fois son bus arrivé il monta donc dedans et patienta le temps du trajet en scrutant le paysage composé principalement d'immeubles et autres bâtisses de l’ère moderne. Pendant le temps du trajet, il essaye de comprendre comment aurait pu être sa vie à l'université. D'après ce qu'il a lu il se disait que pour lui cette dernière était un lieu de débauche où les gens organisaient des soirées généreusement arrosées. Ce qu'il ignore, c'est qu'il y a surtout des cours et beaucoup de travail à côté et que ses soirées sont juste là pour faire décompresser les étudiants. Après ce qu'il considérer comme une heure de trajet il descendit du bus en observant en face de lui une énorme bâtisse datant du XIXé siècle. La première chose qui lui venait à l'esprit avant même les nanas, l'alcool etc était

AH PUTAIN !

Effectivement cet injure résumait tout le fond de la pensée de William à ce moment précis. Il était dégoûté d'être né à l'époque de la piraterie et aurait aimé étudier dans cette prestigieuse université comme tout les jeunes, mais peut-être qu'il n'aurait jamais atteint le supérieur. Ses grands dortoirs, ses nombreuses salles de cours et ce grand carrée de verdure étaient suffisant pour que le vampire se sente chez lui, malgré qu'il ne puisse jamais vivre ici. Cette université lui rappelait un peu celle qu'il avait vu dans un film de sorciers pour adolescent. Il franchit donc le portail puis il se dirigea sans vraiment savoir où aller dans les bas fonds de l'université. Plus il avançait et plus il était émerveillé par ce qu'il voyait. En effet il n'avait jamais vu un endroit avec une pelouse aussi belle et bien coupé, des arbres taillés bien comme il faut et des bâtiments propre. Tout en continuant de marcher il constatait qu'il n'y avait pas grand monde dehors, sans doute cela était dût à l'heure. Plus il marchait et plus il repensait à la discutions qu'il a eu avec Julien et les sms qu'il a échangé avec Belle. Il se demandait vraiment dans quelles embrouilles il s'était mis. Cependant il ne savait toujours pas où aller. Alors qu'il commençait à désespérer il aperçu une personne assise sur un banc un peu plus loin. William s'était donc mit dans la tête qu'il fallait qu'il lui demande l'emplacement de la bibliothèque, car il devait sans doute s'agir d'un résident de l'université. Sa marche l'emmena vers le jeune homme, un homme brun qui devait avoir la vingtaine et ce dernier semblait dans un état second. Il se posa à côté de lui et avant qu'il ne puisse réagir l'individu se retourna vers lui et lui lança une formule de politesse pour engager la discutions. Il le regarda pendant une seconde puis Drake lui dit

Bonsoir gamin ! Dis moi tu ne saurais pas où ce trouve la bibliothèque de ce truc, j'ai comme qui dirait un bléme !

Suite à cela il se posa tranquillement sur le banc à côté de son nouveau camarade et attendait une réponse de sa part. Il se disait en même temps qu'un peu de compagnie ne lui ferait pas de mal.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Zone interdite [Livre I - Terminé]   Jeu 2 Aoû - 23:15

Pour moi, être poli était une seconde nature : j'avais été élevé comme cela et me sentais encore tellement proche de ma nature humaine perdue seulement trois années auparavant. L'homme ne me rendit pas mon salut et son impolitesse me choqua, bien que je me dise immédiatement ensuite :

*Qu'attendais-je ? quelqu'un qui me fasse la conversation ?*

Non... au lieu de me rendre mon "bonsoir", il posa directement une question concernant l'emplacement de la bibliothèque. Mes sourcils s'arquèrent, trahissant ma surprise. J'avais bien sûr noté le langage extrêmement familier qu'il utilisait : ce type était trop vieux pour être étudiant, et vu le niveau de son expression orale... son allure générale. Le flic en moi passait chaque détail au crible de mon expérience concernant ce qu'on appelait communément les "mauvais garçon", et nul doute que celui-ci en était. Donc, dans ce cas, pourquoi venait-il à la bibliothèque ? Je tendis simplement la main pour observer le livre et m'assurer ainsi que l'inconnu ne mentait pas, qu'il ne se servait pas d'un simple prétexte pour entamer une conversation, car visiblement, ce soir, il avait besoin de compagnie.

*Comme moi, lorsque j'ai rencontré Roméo complètement saoul et l'ai ramené chez lui, quêtant un milligramme de considération que je n'ai pas reçu.*

Depuis mon nouvel état, j'avais eu tout le temps de me rendre compte combien l'éternité pouvait se révéler solitaire et surtout, combien les autres me fuyaient. "Les autres" étant les humains, bien sûr.

*Quoique, même William me fuit aussi maintenant !*

Je le cherchais depuis plusieurs semaines, en vain, à l'exception de ces retrouvailles manquées au Keats and Books. Je tournais rapidement le bouquin entre mes doigts, repérais immédiatement les cotes de classement et les tampons de l'université sur la tranche et à l'intérieur. Relevant la tête pour regarder celui qui s'était assis près de moi sans invitation et lui rendant son livre, je répondis simplement :

-
Il faut prendre le porche, là-bas. Une fois passé, vous prendrez sur votre gauche, les quelques marches menant à un long couloir à suivre jusqu'au bout. La bibliothèque est là-bas, mais fermée à cette heure.

Nul doute qu'il serait dépité ou quelque chose comme ça, alors avant qu'il ne dise quoi que ce soit, j'ajoutais :

-
Mais il y a une boîte blanche en bois peint sur la droite où vous pourrez glisser votre emprunt.

Je profitais de mes mains à nouveau libres pour regarder furtivement l'heure : encore vingt bonnes minutes. J'aimais cette ambiance de fac. Je l'avais fréquentée, des années avant, en droit, avant de bifurquer sur l'école supérieure de police. Les bons moment rejaillirent alors comme s'il n'avait manqué que le contact de ce livre pour les faire surgir du passé. Un sourire se dessina sur mes lèvres :

-
Vous avez de la chance d'être étudiant ici... j'y ai passé de belles années, il y a près de dix ans maintenant...

Je me tournais à demi vers lui :

-
Avez-vous repris des études ?

Puis me repris immédiatement :

-
Pardonnez-moi, je suis indiscret, sans doute...

une pointe de regret perçant imperceptiblement dans le ton de ma voix. Même si je vivais mil ans à partir de maintenant, jamais je ne pourrais retourner à l'université... pas comme dans ces films débiles où les vampires luisaient au soleil sans jamais brûler. C'était une véritable malédiction qui m'avait frappé en faisant de moi un immortel, et toute mon éducation presbytèrienne semblait compter pour rien là-dedans.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Zone interdite [Livre I - Terminé]   Ven 3 Aoû - 13:22

William constatait que le jeune homme le scrutait du regard tout en lui indiquant la direction à suivre. Il le remercia d'un signe de la main et commença à se diriger vers la bibliothèque en écoutant pas toute la phrase, cependant il ne parti pas car l'individu lui indiqua que la bibliothèque était fermé. Il lança donc en pensant qu'il était en train de marmonner dans sa tête

Bah me*de comment je vais régler mon bléme vu qu’après tout j'ai jamais étudié ici.

Comment un vampire de Liverpool vieux de 273 balais pouvait avoir étudier ici, c'est totalement impossible surtout que les études étaient à l'époque réservées à l'élite. Il regarda son interlocuteur qui lui déclara qu'il y avait une boite pour mettre un livre au niveau de la bibliothèque, mais il esquissa un sourire. Il remercia encore l'individu pour l'information sur l'horaire, mais Drake n'aimait pas la façon dont le jeune homme le scrutait du regard, comme s'il voulait l'analyser. Il se sentit gêné et comme pour détendre l’atmosphère il lui dit

T'es flic ou quoi pour me fixer comme ça ?

Il ne savait pas si sa petite blagounette allait faire dessiner un sourire sur le visage de son interlocuteur ou alors il allait mal le prendre. L'individu lui déclara ensuite qu'il avait passé de merveilleuse années ici ce qui était parfaitement compréhensible vu la qualité du bâti. Ce dernier lui dit qu'il avait de la chance d'être étudiant ici et lui demanda s'il reprenait des études. Un rire sortit alors de sa bouche, non sans vouloir l'offenser mais disons juste qu'un vampire de sa stature n'a jamais vraiment étudié. Afin qu'il ne le prenne pas mal il lui déclara

Je veux pas t'offenser avec ce rire petit, mais c'est juste qu'à mon époque il y avait pas vraiment d'université !

Sans faire attention il lui déclara involontairement sa nature de vampire et sans doute que l'individu en question allait tout de suite le deviner, mais sa nature bien humaine cache tout de même l'aspect vampirique du pirate. Il essayait d'analyser à son tour le jeune homme et la première impression qu'il a de lui est qu'il a l'air bien tourmenté et il se demandait bien pourquoi. L'autre trait qui ressortait chez lui était sa tendance à poser de nombreuses question, peut-être qu'il a besoin d'en savoir plus sur les personnes avec qui il parle, cependant il n'a pas intérêt d'en savoir trop sur Will sinon il risque de mal le prendre. Alors qu'il venait de poser sa question, le jeune homme qui ne semblait pas spécialement jeune s'excusa de son impolitesse, chose que Drake repris tout de suite

Tu sais gamin c'est normal de vouloir connaître les gens avec qui ont parle, mais cependant évite de trop creuser ça pourrait t'être fatal un jour !

Il ne sait pas vraiment s'il vient de lui donner un conseil ou une menace, peut-être les deux en même temps mais quoi qu'il en soit Will ne devais pas forcement s'attendre à une réaction positive de son interlocuteur. Pour faire tomber la tension, ou tout simplement pour le réconforter et éviter qu'il ne s'emporte, il allait lui déclarer son nom. En effet son nom de famille était une référence à son époque bien qu'il soit encore utilisé aujourd'hui. Il lui lança donc

Retiens moi sous le nom de Drake, comme le célèbre corsaire anglais ! Toi c'est quoi ton ptit nom ?

C'était un jeu pour William de placer des références à sa nature et son époque à ses interlocuteurs afin qu'ils ne prennent pas de risques inutiles en voulant le tuer par exemple. En effet bien que la violence lui plaisait autrefois il est aujourd'hui comme le meurtre gratuit.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Zone interdite [Livre I - Terminé]   Sam 4 Aoû - 13:53

Au fur et à mesure de notre conversation, j'appris que l'inconnu était susceptible (quand il me demandait à brûle-pourpoint si j'étais flic) et plus vieux qu'il n'y paraissait ("à mon époque") : vu qu'il n'avait pas l'air bien plus vieux que moi, j'en conclus que c'était un vampire. Allons bon ! si près de ma soeur ? Plus vite il partirait, mieux ce serait, mais je ne devais pas paraître pressé, sinon, nul doute que l'emprunteur de livre...

*Au fait, il emprunte un bouquin mais ne sait pas où est la bibi ? il emprunte un livre mais n'est pas étudiant ici ? de qui le tient-il alors ? et pourquoi est-il chargé de le rapporter alors que l'université est INTERDITE aux nocturnes comme nous ?*

Les questions se bousculaient en moi sans trouver aucune réponse, ce qui ne faisait qu'accroître mon désir soit d'en savoir plus sur lui, soit de l'éloigner au plus vite d'ici : je ne savais pas encore. A priori, il avait plutôt l'air sympathique... aussi décidais-je de jouer carte sur table avec lui :

-
Je l'ai été... finis-je par lâcher, pour satisfaire sa première curiosité, mais comme ma réponse intervenait avec pas mal de retard, je pris soin de préciser, après un court silence : flic. Je notais soigneusement l'effet produit par ma petite sortie et m'en délectais, même, car une telle annonce faisait toujours son petit effet et m'amusais follement. Commissaire, même. Voilà, le clou était bien enfoncé, cette fois. Cà se voit à ce point ? j'affichais un air amusé, ce qui pouvait sembler vouloir dire que le jeu était ouvert. S'il avait quelque chose à cacher, bien sûr, et de peu avouable. C'était il y a quelques années, à Edimbourg. Si le non-mort se tenait un minimum informé, il ferait le lien avec la cruelle histoire -connue de tous !- de mon Etreinte sauvage par une vampire rendue folle de rage après la mort de son compagnon par les flics de mon équipe. J'observais sans me cacher l'effet produit, un vague sourire aux lèvres. Maintenant, il devait m'avoir "remis" et savoir que j'étais à William Raybrandt... enfin, plus maintenant. Que ma situation était un peu compliqué : à la fois sous la tutelle de Miss Willoughby sur ordre de la reine, et pas du tout du fait de l'absence criante de ma tutrice depuis le mariage du prince. Mais assez parlé de moi. Je lui demandais sans ambages :

-
Pourquoi ? tu dates de quand ?

C'était plutôt amical comme demande, et comme il n'avait pas l'air mal à l'aise avec son âge... ça me permettrait de savoir s'il était si vieux qu'il le prétendait... Le conseil qui s'ensuivit me fit réfléchir un instant et je fis le parallèle avec ce que m'avait déjà appris Julien : savoir me taire et composer avec ce que je trouvais sur mon chemin. Conseil judicieux s'il en était, puisque répété par ce vampire là. Car nul doute que c'était bien un vampire :

*Il ne peut pas être autre chose !*

-
Merci... je sais... Je me suis laissé allé... excuse-moi si je t'ai paru intrusif : ce n'était pas vraiment mon intention. Je peux quand même te demander ce que tu fais là avec un bouquin que tu n'as visiblement pas emprunté toi-même ?

Je ne me sentais pas mal à l'aise parce qu'il était mon ainé : Guillemaud n'avait-il pas dit que, quelque soit notre âge, nous étions tous égaux, sauf à occuper des postes d'importance ?

*N'empêche que ce type pourrait être un maître vampire !*

Je sursautais à l'annonce de son nom et répétais, comme un perroquet :

-
Drake ? et tu es ce corsaire là ? moi, bah... tu as du deviner : c'est Anderson, Leslie Anderson, je bosse comme videur à La Pomme du Diable. Et toi ?

Il me restait un quart d'heure pour l'éloigner d'ici sans en avoir l'air : hors de question qu'il sache que ma frangine n'était pas loin ! Deux joggueuses passèrent en rejetant de petits nuages de vapeur dans l'air froid de ce début d'hiver, parcourant à petites foulées les chemins du campus sans se soucier de nous, discutant d'un devoir de physique qui me parut absurde, vu de ma nouvelle éternité. Franchement, se préoccuper de ce genre de truc ! Pourtant, je les suivis machinalement du regard, notant que la fille de droite boitait légèrement mais que celle de gauche avait du mal à tenir le rythme : drôle de paire que ces deux là, emmitouflées dans des couches et des couches de vêtements et arborant presque aussi fièrement que des bannières des écharpes aux couleurs chatouillantes. Je revins à celui qui m'avait rejoint sur le banc, histoire de ne pas perdre complètement le fil de notre conversation.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Zone interdite [Livre I - Terminé]   Sam 4 Aoû - 18:42

Leslie avait l'air d'être le genre de personne qui faisait attention à ce qu'il disait à contrôler ses faits et gestes. Il lui déclara avec un long suspens qu'il était flic. D’ailleurs ce moment d'attente entre le début et la fin de sa phrase a failli énerver l'ancien pirate mais il a préféré ne pas réagir. Le jeune homme ajouta par la suite qu'il était même commissaire ce qui fit sourire Will. À ce moment précis il se disait que sa blague était en fait une intuition et il était que peu fier de sa découverte. Mais bon un flic reste un flic, c'est le genre de personne que l'on aime pas forcement aux premiers abords, un peu comme un huissier de justice ou un avocat du parti opposé. Cependant il avait l'air de ne pas être comme tout les flics, il semblait bien plus tranquille et intelligent que la moyenne, ce qui satisfit le pirate. Son interlocuteur lui demanda ensuite si cela se voyait qu'il travaillait dans ce domaine, alors il lui répondit

Disons que c'est pas le genre de tout le monde de scrutait un inconnu et de lui poser des questions de façon direct, mais bon t'as pas l'air d'être ici pour un interrogatoire alors je vais pas me prendre le chou avec toi pour ça.

Il souhaitait tout de même garder un bon échange avec l'individu car après tout cela ne sert pas à grand chose de se faire des ennemies. Il lui ajouta ensuite qu'il travaillait dans la capitale avant de venir dans cette ville. Ce détail fascina Drake qui voulait en savoir d'avantage mais qui en même temps ne voulait pas offenser son ami de parlote. Cependant il le questionna quand même sur le pourquoi de ce changement de ville

La capitale ne te plaisait plus au moins ?

William espérait avoir une réponse à cette question mais peut-être que le sujet était sensible. Le jeune homme qui avait pu interpréter les propos du vampire lui demanda de quand il datait. Sans doute son élocution qui l'a trahi, cependant il joua carte sur table et lui avoua

Je viens de l'époque des pirates et autres corsaire, à vrai dire la fin de cette époque ce qui me fait environ 270 ans. Et toi tu es un des nôtres aussi ?

Il lui posa cette question comme par réflexe, en effet il aimait parfois posait les questions qu'on lui posait. Cependant le pirate se disait que sa question n'était pas totalement stupide car après tout pourquoi un commissaire ou ancien commissaire comme lui traînait par ici. Peut-être par nostalgie ou peut-être qu'il attendait quelqu'un ou s'il était un de ses buveurs de sang une proie pour se nourrir. En effet les étudiants sont de la viande de première qualité pour un vampire. L'individu s'excusa pour son caractère un peu intrusif mais Drake le comprenait, alors il esquissa un sourire du coin de sa bouche. Son interlocuteur l'interrogea ensuite sur la raison de sa venue, son livre, alors il lui répondit simplement

Bah en fait ça va te paraître c*n mais moi qui est jamais mis un pied ici on m'a envoyé une lettre pour un livre que je n'ai jamais emprunté, donc forcement je suis obligé de venir ici pour résoudre le problème. Et toi pourquoi tu es ici car après tout t'étudies plus ici à ce que je sache ?

En effet le fait qu'il emprunte un livre ici était totalement illogique. Si sa se trouve l'ancien propriétaire de son appartement était étudiant ici et n'avait pas rendu son livre, ou alors un autre William Drake était présent en ville et se faisait passer pour lui, en tout cas ce n'était pas lui qui l'avait emprunté. Il lui posa ensuite cette question afin de connaître les raisons de sa venue. Pourquoi un ancien flic irait jusque dans cette endroit et resterait seul au milieu de la nuit. C'est cette question que le flibustier tentait d'élucider. Il lui déclara ensuite qu'il était videur à la pomme de sang tout en étant surpris par son nom. Alors il pensait qu'il fallait le calmer pour ne pas qu'il se fasse de fausse joie. Pour cela il lui dit

Ce nom est celui que j'ai choisi pour lui rendre hommage car on a à peu prêt un siècle de différence tout les deux.

L'individu déclara ensuite son identité comme si tout le monde le connaissait mais vu que William n'était pas trop du coin les actualités et lui faisaient deux, alors il lui dit

Leslie Anderson ? Intéressant j'aime bien ton ptit nom, mais vu que je suis pas d'Écosse à la base ton nom ne me dit pas grand chose sans vouloir t'offusquer. Tu es videur maintenant ? C'est intéressant car moi je me suis reconvertit en temps que Barman aux Danses Enflammées, une petite boite du East End mais tu dois connaître vu que tu as l'air d'être du coin.

La conversation venait de s'engager dans une pente que pour le moment le vampire semblait maîtriser, cependant il ne savait pas combien de temps il pourrait tenir la pression contre un ancien flic.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Zone interdite [Livre I - Terminé]   Sam 4 Aoû - 21:08

Sourire amer avant réponse blasée :

- Bah... vampire... c'était pas la mode, trois ans en arrière. Ma famille m'a giclé, mes anciens collègues, relations, etc... aussi, quant à la tête des voisins...

Chacun de ces mots étaient lourds de sous-entendus concernant les "désagréments" vécu par un homme bien sous tous rapports passé aux mains de l'ennemi.

-
C'est rapidement devenu intenable et moi-même, je n'avais pas accepté ce changement de nature. Personne ne m'a aidé à comprendre çà qu'Evey Mac Intyre qui m'a pris sous son aile, avant de me confier au prince. Le changement de ville m'a été bénéfique...

Mon sourire était beaucoup plus détendu maintenant et exprimait même un certain soulagement tout en évoquant ces souvenirs.

*Ils me paraissent si lointains, maintenant, si anodins, même...*

A croire que je m'étais pris le chou pour rien... Je ne dévoilais là aucun secret, puisque dans la communauté vampirique, il était facile de vérifier ce que je venais de dire.

-
Je me suis fais à Glasgow...

oui, voilà, comme après une mutation. J'avais eu le temps de visiter la ville dans ses moindres recoins et finalement, oui, je m'y étais fais. Même s'il m'avais fallu le dire à cet instant à ce "Drake" pour m'en rendre compte. Comme quoi, la présence d'un interlocuteur peut aider à comprendre beaucoup de choses. Je lui en fus brièvement reconnaissant, même s'il ne se douta pas un instant, probablement, de l'effet produit en moi. Même si j'émis un petit sifflement en entendant la suite, sur son âge, son ancien emploi....

-
fuiiiiiiiiiiiiiiiuuuuuuuu ! vraiment ? t'as été pirate ? dans les Caraïbes ?

Je revoyais déjà ce film vu et revu dans mon enfance, avec ses trésors, ses vaisseaux, coups de canons, jambes de bois, boulets, putains, rhum, anneaux d'or, singes, mats, voiles gonflées.... bon, bref, j'étais transporté et voyais mon interlocuteur sous un autre jour avant de balbutier un :

-
euh... ben... oui... mais c'est pas aussi... euh.... romantique que toi. et puis, je n'ai que trois ans, moi... alors forcément, j'ai moins de trucs à dire...

*Un pirate ?!!!! hors de question qu'il aborde ma soeur ! alors çà ! non !!!! je dois trouver un moyen de l'entrainer loin d'ici, quitte à rater mon rendez-vous avec Mary !!!*

Il y avait urgence, mais brusquer ce vieux marin risquait de lui mettre la puce à l'oreille. Malgré son grand âge, je le trouvais bien imprudent, de rapporter ce bouquin pour un inconnu... Je penchais la tête sur la droite, interrogatif :

-
Et toi, tu le rapportes, comme çà ? pour rien ? sans connaître l'auteur du petit mot ?

*Impossible ! soit il rend service en échange d'un truc, soit il se fait payer, soit il a buté l'emprunteur et pour je ne sais quelle raison, peut-être pour en avoir une de s'aventurer jusqu'ici, ou il s'est fait payer, mais il n'est pas là par hasard : qui attend-il ? pourquoi rapporte-t-il ce livre ?*

En plus, Drake est pas son nom !!! et il me le dit !!! avec sa belle gueule d'ange, il pouvait faire des ravages parmi les étudiantes : je devais l'éloigner à tout prix. Et connaître son vrai nom. Mais çà, ce serait facile s'il l'avait donné à son boss.

-
Barman ?!!! ah ah ah !!!!

Je ris, soulagé : on était de la partie tous les deux, en quelque sorte. Je me levais d'un bond :

-
Allez ! viens ! on va rapporter ton bouquin, et après, je te paie un coup à boire !

On pouvait me sentir de bonne humeur tout à coup, alors que peu avant encore je m'étais montré méfiant et même limite inquisiteur, comme si le fait qu'il soit barman avait pu me faire changer d'attitude à son égard.

-
On y va ?
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Zone interdite [Livre I - Terminé]   Dim 5 Aoû - 12:52

La déclaration de Leslie sur le fait que devenir vampire est pas une mode fit sourire Drake. En effet il l'était devenu à la suite d'une situation fâcheuse, rien de bien gaie en somme. Celui-ci déclara ensuite que sa famille et tout son entourage l'avait renier, chose que William ne pouvait pas comprendre vu qu'il n'avait jamais eu de vrai famille. En fait pour le pirate, sa transformation en vampire ne lui a pas changé grand chose par rapport à son interlocuteur qui a dû radicalement changé de vie. Il avait une certaine compassion envers lui et lui déclara

Je ne peux pas réellement comprendre ce que tu ressens vis à vis de ta famille car la mienne m'a largué à l’arrière d'une taverne à ma naissance, mais je suppose que pour toi la transformation a dû être beaucoup plus difficile, moi j'ai juste dû affronter la mort et Putain est la coriace la garce !

Il se disait qu'avec ce discours il pourrait peut-être réconforter son camarade et si cela ne marchait pas il allait d'avantage s'enfoncer. Cependant il avait l'air de plutôt bien vivre son statut de vampire à présent. Leslie lui avoua ensuite que le début de sa transformation fût difficile, mais qu'une femme l'a pris sous son aile. En somme Anderson ne semblait pas tout à fait différent de William vu que lui aussi a été pris sous l'aile d'une lady, mais bon la rencontre entre lui et Belle a dû se passer différemment. Comme pour qu'il se sente moins seul il lui déclara une partie de son histoire et donc il lui dit

Tu sais moi aussi on m'a aidé et c'était une lady aussi, bon par contre les circonstances étaient différentes je pense, moi elle m'a d'abords mis une raclée avant de m'aider ce qui fût d'ailleurs une honte que j'ai du mal à oublier.

En effet rien de pire que pour un macho de se faire vaincre par une femme, surtout si celle-ci n'a aucun mal à battre son adversaire. Ce fût la plus grande honte de William mais en même temps si il ne l'avait pas rencontré peut-être qu'il serait mort ou alors qu'il serait encore sauvage, ou tout simplement il serait devenu royaliste. Drake vit que son interlocuteur lâcha un sourire à la suite de son dialogue, sans doute était-il apaisé d'avoir pu se livrer à quelqu'un, en effet les vampires sont le genre de créatures qui emmagasinent beaucoup de problèmes sans les relâcher. Il avait pu le voir avec Julien notamment, ce dernier semblait bien content de se livrer à Will et ce fût réciproque. Dans sa tête le pirate se disait que lui même était heureux de pouvoir ce livrer à quelqu'un comme lui. Pour une raison qu'il ignorait, le flibustier se reconnaissait plus ou moins dans tout les vampires qu'il avait pu croiser jusqu'à présent. Sans doute parce que ses derniers exprimaient tout de même des sentiments humains. En effet avec ses trois ans Leslie restait encore un humain malgré le fait qu'il immortel. Le jeune cadet déclara à Drake qu'il s'était fait à Glasgow, une bien drôle d'expression qu'il avait du mal à cerner, mais pour ne pas passer pour un idiot de première il lui répondit

Je me suis fait à Liverpool, à l’arrière d'une taverne !

Il lâcha un petit rire car sa naissance et sa transformation se sont passées quasiment au même endroit, un sept juillet pour les deux événements. L'ancien commissaire lui demanda ensuite comment était sa vie de pirate et il lui parla sans gêne de cette vie car après tout il aimait ressasser des souvenirs du passé.

Ouer j'ai été pirate sur un bateau mais c'était pendant moins de vingt ans à la suite de quoi j'ai pu constater que la piraterie allait s'achever, même si la raison officielle reste ma transformation en vampire. J'ai eu plutôt de la chance, j'ai pu naviguer sur de nombreuses mers et océans dont les caraïbes qui est vraiment un lieu fantastique. Plus j'en parle plus cette vie me manque mais pour le moment je suis obligé de rester ici car le devoir m'appelle !

Le jeune homme après avoir écouté son discours le questionna sur la question de son livre, mais vu qu'il n'avait aucun livre sur lui il semblait bien bête mais cependant il lui dit

Bah tu sais la moindre des choses est que j'aille voir le pourquoi du comment même si c'est complètement stupide de m'envoyer un papier comme ça, qui sait peut-être une personne a piqué mon identité ou l'ancien propriétaire étudiait ici. En tout cas même si c'est un traquenard je pense pas qu'ils oseraient s'en prendre à un vampire, ou alors c'est mal me connaître.

Il s'attendait à une réaction du beau brun mais en attendant il lâcha un rire quand au métier que Drake exerçait. Se rire était peut-être la manifestation de joie de la rencontre d'un collègue, ou alors la peur de voir une personne d'un bar concurrent, en tout cas il n'allait pas réagir au quart de tour. Anderson se leva ensuite et lui proposa un coup à boire. Cette proposition semblait bien étrange. Will se demandait bien pourquoi le jeune homme voulait lui proposer un verre alors qu'il parlait bien tranquillement. Avait-il peur de quelque chose ou alors il ne voulait pas que le pirate reste trop longtemps ici, une chose est sure est qu'il allait le questionner à ce propos car après tout le videur était celui qui posait les questions depuis le début de cet entretien. Il se leva également et lui demanda

T'as peur de quoi ici ? Tu veux que je parte ? Tu sais je vais pas te manger je mange pas de ce pain là. Je bois du True Blood et je mange que les individus qui me cherchent des crasses donc t'as rien à craindre !

Il ne savait pas comment il allait réagir mais une chose est sure, c'est qu'à présent il voulait rester pour connaître la raison de la venue de Leslie dans cette fac, car il n'avait pas l'air d'être là par simple nostalgie.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Zone interdite [Livre I - Terminé]   Dim 12 Aoû - 11:29

Tout en souhaitant vivement que le vampire me suive, je songeais que j'étais bien faible : lui avait affronté bien pire que moi ! orphelin, abandonné de tous dès sa naissance alors que j'avais grandi dans une famille unie et aimante, qu'on m'avait payé des études... ça me fila le bourdon. N'étais-je donc au final qu'un saule pleureur ? Pour faire bonne figure, je devais reprendre du poil de la bête ! Je me redressais légèrement et souris poliment au souvenir de la raclée de la dame aidant ce neonatus. J'imaginais un survivant à toutes les horreurs de son époque -maladie, assassinat, famine, tout !- qui considérait les femmes comme un mal nécessaire en rien égales aux hommes, se prendre une volée par une porteuse de jupons. C'était assez risible et curieusement, mon moral se remit au beau fixe. Pour autant, je n'osais dire que je "comprenais"... quant au récit de ses aventures maritimes, j'en étais tout ébahis : je me trouvais face à un véritable pirate !!! bah... il n'avait pas l'air si méchant que çà... je croyais que ces navires étaient de vrais coupes gorges, sans compter les escales : vingt années à ce train était un autre exploit et l'aura du bonhomme grandit encore. Quant à la suite, je me rassis tellement j'en restais comme deux ronds de flan !

*Du True ?!!! lui ?!!! un héros ?!!!*

Mon regard du trahir mes pensées et je le baissais rapidement en balbutiant :

- Ah... bon ?

J'avais l'air penaud tout à coup, moi qui avais cru grandir en me mettant au sang humain après tout ce True, allant jusqu'à accuser William, le prince, de m'y avoir maintenu dans l'espérance de faire de moi une sorte de sous-vampire :

-
Depuis le début du True ?

Je n'en revenais pas... Comment avait-il pu réussir alors que moi, depuis que je buvais du vrai sang, j'en étais toujours plus avide, et si possible plein de terreur : ça m'excitais follement.

-
Tu ne fais jamais d'écart ? tu n'as pas de Pomme ?

Incrédule... voilà ce que j'étais. Je n'y croyais tout simplement pas : comment un vieux vampire avait-il pu passé du sang au True, comme çà, sans remord, sans écart. Il me mentait certainement !!! pour m'amadouer, me faire parler, me découvrir.

* Et sauter sur ma jeune soeur ! JAMAIS !!!
*

Je jetais au pirate un regard par en-dessous, soupçonneux et lourd de menace : il était visible que je ne le croyais pas. D'ailleurs, l'animal devait avoir l'habitude de trahir, vu que ça avait été son "métier" pendant un bon bout de temps. Impossible de lui faire confiance. Le coup du vieux rafiot à la dérive pour attirer le galion espagnol... il ne me le ferait pas ! j'suis Ecossais, moi !
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Zone interdite [Livre I - Terminé]   Dim 12 Aoû - 20:34

Will observait avec attention le jeune homme et il voyait bien que ce dernier avait une réaction bizarre lorsqu'il lui avoua qu'il buvait du True Blood. Tout cela lui semblait bien normal mais apparemment la plupart des vampires préféraient la chair fraîche, peut-être que le côté humain du pirate s'est tellement développé au fur et à mesure des années que le meurtre est à présent pour lui une chose qui semble horrible. En tout cas il ne jugerait pas son interlocuteur car après tout c'est normal que certains vampire agissent selon leur pulsions, qui plus est quand ils sont jeunes. Le jeune homme semblait bien surpris de sa déclaration et il l'avoua. Drake n'hésita pas à réagir aussitôt comme pour le mettre au parfum en lui disant

Depuis que j'ai appris du True Blood oui je ne bois que ça, sauf quand quelqu'un se met en travers de mon chemin...

Il esquissa un sourire puis il lâcha un rire qui ressemblait au rire démoniaque dans les séries B. Il voulait se donner sûrement un style ou montrer sa puissance mais sur le moment il semblait surtout ridicule. Il se permit d'ajouter directement

Mais je suis comme les autres, avant je buvais tout de même les humains jusqu'à la moelle, en tout cas au début. J'ai dû m'adoucir avec les siècles, sûrement les bouleversement dans la société mais quoi qu'il en soit j'ai plutôt suivi le chemin inverse d'un vampire basique. Et toi tu te nourris comment, non pas que je veuille te juger, je suis juste curieux.

Ses déclarations semblaient bien étrange mais pourtant c'est bien ce qui est arrivé. En effet il c'était adoucis avec le temps, il ne violait et ne pillait plus comme jadis. L'ancien commissaire lui demanda s'il ne faisait jamais d'écart et s'il avait une pomme. Une pomme, pourquoi voulait-il un fruit maintenant, la question lui semblait complètement hors propos mais cependant il lui dit

Les écarts sont juste avec les gens qui me cherchent des crasses, après tout ça me semble logique je vais pas attaquer monsieur tout le monde. Quand à toi tu te nourris sur n'importe qui ou sur des humains consentants ? Car si c'est la deuxième solution je trouve ça dégueulasse. Je comprends pas un vampire ça ne mange pas de pomme pourquoi tu me poses cette question ?

Quand il découvrirait la signification de ce terme il se retrouverait bien bête, surtout que la pomme AB+ est une sorte de saint-grall qu'il cherche à acquérir.Il se demandait bien ce que pensait son interlocuteur. Leslie devait sans doute s'imaginer que cela était trop beau pour être vrai, ou alors qu'il tentait de le manipuler pour une raison, quoi qu'il en soit Drake était franc au sujet de son existence, ce qui est chose rare pour un vampire. Sans doute son coté humain qui ressort, mais c'est également ce coté là qui lui causera sans doute sa perte. Plus il fixait Anderson et plus le pirate voyait qu'il le scrutait du regard. Sans doute il l'analysait et le jugeait pour diverse raison, afin de mettre tout sur la table il lui dit

Tu sais ma vie de pirate c'était il y a bien longtemps, ça fait des années que je n'ai rien volé ou violé.

Il se disait qu'en lui avouant ça le jeune homme gagnerait sans doute la confiance du videur même si cela semblait bien difficile d'y parvenir.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Zone interdite [Livre I - Terminé]   Dim 19 Aoû - 9:54

Le pirate répondit spontanément et je le crus lorsqu'il m'avouer faire exception à son régime alimentaire :

sauf quand quelqu'un se met en travers de mon chemin...

cela me rendit perplexe... voulait-il ainsi dire qu'il faisait la différence entre se nourrir et se battre ? et se battre voulait-il dire pour lui "autorisation à boire" ? et comment passait-il du True au "vrai" et inversement ? n'était-il pas dégoûté ? supportait-il bien le passage de l'un à l'autre ? Ma soeur prenait des substituts de repas pour maigrir et le True me faisait cet effet maintenant : autant dire que je n'avais pas du tout envie de "maigrir" (pour un vampire, perdre des forces !!!!) seulement pour plaire à ceux qui me regardaient ! je voulais le même pouvoir qu'eux ! et le plaisir de la chasse -moi qui détestait cela humain !-, celui d'effrayer, tout cela m'excitait profondément ! hors de question d'y renoncer ! d'ailleurs, le rire grave et exagérément calqué sur celui des mauvais films me rassura : il tentait de dissimuler qu'il buvait toujours du "vrai" alors qu'il affichait une façade bien propre annonçant clairement "vampire tournant au True" : super pour attraper ses proies... un charmeur, donc... à éloigner absolument de ma petite soeur ! sous ses airs sympathique, Drake était en fait un odieux séducteur et j'avais eu bien raison de me méfier de lui.

*d'ailleurs, se mettre en travers de son chemin pouvait aussi bien s'appliquer à une rencontre dans une université avec une jeune étudiante, non ?*

Je devenais peut-être parano, mais concernant ma frangine, seul membre de ma famille à me parler encore, j'avais l'impression de ne jamais assez prendre de précautions. Autant dire que je devais lui paraître tout à fait prêt à me défendre en ayant pris quelques forces vives avant :

-
Je n'ai pas de "pomme" attitrée, je trouve ça un brin tristounet... je préfère jouer de mon prestige de vampire pour amadouer les mortels et ainsi me servir... rien que de très légal, en quelque sorte, même si cela me demande plusieurs... disons... séductions.

Ce récit ressemblait peut-être à une démonstration de biscotos, comme quand, gamins, on comparait nos bras pour déterminer qui était le plus fort... mais j'avais aussi omis les meurtres après poursuite et la joie délirante que m'offrait le sang retourné de mes victimes terrifiées. J'imaginais donc ce que pouvait être la légalité qui consistait à ne pas tuer les humains, mais à leur "demander la permission" ou à les "subjuguer" aux fins communes d'extraire de leur carcasse un "peu" de liquide vital. J'espérais que ça tenait debout, car je n'avais jamais pratiqué cela. Non, moi, j'étais passé direct du True à l'assassinat le plus terrifiant possible, jouissant de la terreur comme arrière goût poivré de ma nourriture. Un peu de piment dans l'éternité, quoi... rien de bien méchant, sauf que si un shérif me mettait la main au collet, je risquais gros en cas de découverte du pot aux roses. Surtout que William m'avait dénoncé à son successeur ! Mon visage se referma et mon regard s'assombrit. Il était visible que quelque chose me tourmentais. Pourtant, je fis un effort et répondis de mon mieux :

-
J'étais flic avant, alors, la traque des méchants, ça me connait. Je me nourris essentiellement de truands que je "charme".

Doux euphémisme pour décrire les chasses que je me permettais depuis peu et qui me réjouissaient tant ! Flic, jamais je n'aurai pu infliger de tels sévices à mes "prévenus" dument représentés par des "avocats" -quelles saloperies ceux-là !- et relâchés par des juges au coeur de chamaloooo. Rictus mauvais. Maintenant, je réglais ça très bien. Enfin, je trouvais... Je fus surpris, pour la "pomme", peut-être qu'il utilisait un autre mot, vu qu'il était "vieux" ?

-
Une "pomme", c'est un humain qui est toujours prêt à te donner son sang, et qui se croit très amoureux de toi, à moins qu'il ne le soit vraiment... Mais je trouve, perso, que ça créé trop de liens et je n'en veux pas.

Je n'avais que trop vécu d'épisodes douloureux à cause des déclarations grotesques de la "pomme" de mon maître, le prince William ! jamais je ne prendrais un humain avec ce titre et cette fonction : il pourrait m'influencer au-delà du raisonnable, comme Hannah avait influencé outrageusement le Prince avant d'en être enfin séparé par la Reine. Heureusement, la conversation prit un tour plus amusant :

Tu sais ma vie de pirate c'était il y a bien longtemps, ça fait des années que je n'ai rien volé ou violé.

et je ris de bon coeur en précisant :

-
Heureusement, j'aurai été tenté de te courir après ! ah ah ah !!!!

L'éclat même de mon rire me surprit. Je n'avais pas ris depuis mon Etreinte, c'était la première fois. La première fois depuis trois longues années ! Mes yeux roulaient dans leurs orbites, trahissant ma surprise, alors que l'écho des couloirs répercutaient ce rire enfin libéré. Nous avions finalement bien avancé dans les méandres de la vieille université et nous trouvions à présent devant la fameuse boîte de la bibliothèque que je désignais d'un doigt encore secoué par le rire.

-
Tiens, c'est ici...

Il s'était éteint, le rire. Il me manquait déjà. Je souris timidement à Drake et lui avouais :

-
C'est la première fois depuis mon Etreinte...

et timidement, ajoutais :

-
Merci.

Par miracle, tous mes soucis s'étaient envolés, toutes mes contrariétés aussi : Hannah ? bah... qu'elle aille au diable, je m'en foutais ! mes problèmes avec mon proprio ? bah ! lui aussi ! qu'il aille se faire voir ! et puis, William Sans Nom ??? qu'il se démerde avec ses histoires de famille : il n'avait qu'à être sage et mieux obéir à la Reine. Il avait bien du chercher les ennuis avant de les trouver ! Maintenant, je servais un Maître Vampire ! et lui, l'ancien Prince se terrait comme un rat ! Je regardais curieusement le pirate qui se tenait devant moi et qui pourrait répondre à une question que je me posais sans avoir le moindre début de réponse :

-
Dis-moi... quand on est immortel... se peut-il que l'amitié entre deux hommes le soit aussi ?

Peut-être qu'il penserait que je pensais à nous deux, par exemple, ou mieux, qu'il se rappellerait un ou deux exemples... moi, j'avais besoin de savoir quel genre de lien unissait vraiment Julien Guillemaud et William Raybrandt. Car Julien voulait absolument aider son ami et ce dernier le voyait quasiment comme son pire ennemi. Et puis, il y avait autre chose, ce qui m'avait turlupiné tout à l'heure :

-
Tu sais ce qui arrive aux vampires qui tuent pour se nourrir, toi ?

question d'apparence tellement sybilline que j'espérais qu'il ne me l'applique pas. De toute manière, il était trop tard pour renoncer. Alors que Drake me répondait, j'entendis des centaines de pieds se mettre en branle pour une sortie héroïque d'un amphi lointain... peut-être celui de Mary... Ah !.... et j'étais toujours avec le pirate ! comment faire pour qu'il s'éloigne ?!!! surtout, ne rien laisser paraître.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Zone interdite [Livre I - Terminé]   Dim 19 Aoû - 11:59

Leslie avoua à Will qu'il se nourrissait de façon pas très légal et qu'il préférait boire des humains. Il utilisait toujours la séduction pour arriver à ses fins, chose que Drake n'a pas fait depuis un long moment. En effet pourquoi boire du True Blood plutôt que de l'humain ? La réponse est assez simple ; le jeune homme voit en chaque humain une vie comme la sienne donc il ne voit pas pourquoi il se nommerait faucheuse des humains. Le pirate acquiesça et lui avoue que des années auparavant il était comme lui, traquant les humains pour se nourrir, mais ce temps est révolu. Will vit à un moment que son interlocuteur semblait tourmenter, alors il hésita à demander pourquoi et il se contenta de lui taper à l'épaule comme pour dire que s'il voulait quelqu'un pour discuter de ses problèmes j'étais là. Le flibustier était comme ça avec un bon nombre de vampire peut-être parce qu'il ne voyait pas que le mal qu'il y avait en eux. Pour lui un vrai vampire c'est celui qui se montre vachement puissant à l'extérieur mais qui cache de profondes blessures interne. En effet Julien qui avait le même âge que lui semblait bien tourmenter à cause de sa punition en autre. Leslie aussi ne se sentait pas bien mais le blondinet ne pouvait pas le forcer à parler. Pour préciser les propos qu'il a pu reformuler avant, il déclara à William qu'il se nourissait essentiellement de truands qu'il charmait. Cela le rassurait car il ne s'attaquait pas à de simples innocent comme beaucoup le font. C'est une sorte de justicier de l'ombre mais qui tue ses proies. L'homme de mer était plutôt fier de lui et lui avoua

Ça manque dans nos rues des justiciers de l'ombre, qui sait t'es peut-être le nouveau Batman !

Il ne sait pas si son interlocuteur allait le prendre au sérieux mais lui le pensait vraiment. Un vampire qui combat le crime dans l'ombre ça a un certain charme et en plus c'est le genre d'individu qui peut aider les vampires à mieux s'intégrer. Leslie lui expliqua ensuite le sens de pomme et le pirate se sentit bête, pire que ça inculte. En effet cela semblait la base dans la vie d'un vampire. Cependant il lui dit qu'il ne veut pas de pomme. William ignorait la raison mais ne pas vouloir une pomme signifiait qu'elle était bien des contraintes pour un vampire. Cependant la chose serait différente qu'il parvenait à capturer Cora. Cette prostituée deluxe est la seule personne qu'il connait à avoir le même groupe sanguin que lui, si bien que sa traque virait à l'acharnement jusqu'au jour où il se confronta avec la haute sphère du monde vampirique. Comme il voulait lui expliquer la raison de ne pas avoir de pomme ou de sa consommation de True Blood il lui avoua

Bizarrement les gens ne sont pas attirés par moi va savoir pourquoi et charmer des individus je le réserve pour me sortir de situation corsé et pas pour ma nourrir. Le sang d'humain ça a ses avantages mais c'est une véritable drogue c'est pour ça que je préfère boire du True Blood même si le goût est moins bon. Boire du sang aujourd'hui c'est beaucoup moins facile qu'avant. À l'époque on pouvait laisser le cadavre dans la rue cela ne posait pas de problème, mais de nos jours on est poursuivis par la justice pour avoir mordu une personne non consentante ! (en marmonnant) Heureusement que l'autre prostituée n'a pas porté plainte, enfin elle était consentante d'abords.

Le jeune devait sembler surpris par les propos de Drake, cependant il était sur autre chose et il lâcha de petits mots comme pour rigoler. D'ailleurs il se mit à rigoler de bon cœur ce qui devait sembler bien rare chez lui vu l'aspect tourmenté qu'il arborait depuis le début. En tout cas Will était satisfait d'avoir pu redonner de la joie sur le sourire d'un vampire. Il se sentait presque fier. Le jeune homme lui indiqua qu'il se trouvait devant la bibliothèque et vu qu'il n'avait pas de livre, seulement une chose à leur dire il déclara

C'est bête je devais les voir au sujet d'une erreur mais je vais pas venir la journée tout de même. C'est sympa quand même de m'avoir amené ici mec !

Quelques secondes après Leslie avoua à l'ancien pirate qu'il n'avait pas rit depuis sa transformation qui datait d'il y a trois ans maintenant. Lorsque ce dernier lui avoua ça il ne savait plus quoi penser. En effet comment un vampire ne peut plus avoir la joie de vivre pendant autant de temps. Il se remémora ensuite le fait que Leslie ait perdu sa famille avec sa transformation, enfin qu'il ne peut plus les voir, alors il comprit tout de suite. William lui tapa sur l'épaule et lui dit

Content d'avoir pu t'aider l'ami !

Le jeune homme qui semblait mieux dans ses baskets en profita ensuite pour lui posait une question sur le caractère intemporel des relations. Vu que Will n'a pas vraiment d'expérience mis à part avec Belle il tenta de lui donner une réponse qui le satisferai

Un vampire reste un être humain donc oui il peut se lier d'amitié avec d'autres personnes. Maintenant la plupart pense plus à eux qu'aux autres alors de véritables amis ils en ont pas vraiment. Par exemple ma seule amie vampire je l'ai vue qu'une seule fois et bizarrement je peux lui faire confiance. Cette dernière m'a appris à me comporter en tant que vampire donc je vois pas pourquoi elle voudrait ma peau du jour au lendemain. Quand au caractère intemporel d'une relation je pense pas qu'elle existe sauf si elle est spéciale. Je ne sais de qui tu parles ni de ce qu'il a fait mais s'il n'est plus ami avec la personne avec qui il était ami, c'est qu'il y a anguille sous roche. Tu sais un vampire n'accorde généralement pas sa confiance du premier coup, sauf pour moi qui suis devenu de plus en plus humain avec le temps.

Avec ses déclarations il espérait répondre au tas de question que le videur se posait. Leslie s'interrogea ensuite sur ce qu'il advenait des vampires qui tuent des humains. Question qui devait le concerner vu qu'il tuait tout les truands à partir desquels il se nourrissait. D'après ce qu'il savait il lui dit

Moi quand je me nourris généralement je tue alors c'est pour ça que je me nourris rarement d'humain. Je sais juste que de nos jours celui qui tue pour se nourrir peut s'attirer les foudres de humains, de l'église, la police et même parfois des vampires qui souhaitent une intégration.

William souhaitait que sa réponse apporte quelque chose à Leslie. Mais le temps qu'il se prépare à lui demander des précisions sur sa vie une sonnerie retentit. C'était sans doute une alarme annonçant la fin d'un cours. Il regardait Leslie et lui dit qu'il allait l'accompagner avant de partir. Après tout c'était la moindre des choses vu qu'il l'avait amené à la bibliothèque. Il se dirigea donc vers l'amphithéâtre d'où un bon nombres d'étudiants sortait il se retourna vers Leslie et il lui serra la pince tout en se dirigeant vers l'entrée de l'université. Cependant lorsqu'il se retourna il vit le jeune homme avec une fille. William se demandait bien de qui il s'agissait mais cela ne le regardait pas, alors il interpella et il lui dit

À la revoyure l'ami !
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Zone interdite [Livre I - Terminé]   Dim 19 Aoû - 15:02

Le pirate m'avait répondu simplement et cela soulagea ma conscience : des amis de longue date pouvait exister, sans arrière pensée, en fait, cette vie d'éternité n'était au final qu'une vie humaine sans fin ! Quelque chose comme de la déception parut sur mes traits ensoleillés un instant auparavant, comme l'ombre d'un nuage sur un monde parfait : sauf que je ressentais une sorte d'égoïsme jamais ressentit auparavant. Cela pouvait expliquer mes difficultés présentes à discerner le faux du vrai dans la vie vampirique. Qu'attendais-je en réalité ? une vie de liberté totale : de mouvement, de pensée, de pratiques pouvoir vivre plusieurs vies, expérimenter des tas de choses et à la place ? rien, rien que la même relation hiérarchique que lors de ma vie mortelle. Quel ennui ! Tant de souffrances pour se retrouver dans les mêmes mauvaises passes qu'étant humain. Vraiment, dans les romans, ils ne parlaient pas ainsi de la vie vampire et fantasmaient sur des trucs qui me paraissaient à présent irréalisables comme vivre ma vie sans rien demander aux autres : il y avait des lois, des shérifs, des Maîtres vampires, des rois, reines, princes et princesses...

*Et pourquoi pas aussi un curé ?!!!* m'exclamais-je intérieurement. Tant d'entraves dans ce que j'avais espéré une libération quand j'avais rejoint William Raybrandt. Je me tournais d'un bloc, étonné, vers Drake :

-
Ah bon ? vraiment ?!!! je n'en revenais pas : tu ne l'as rencontrée qu'une fois et voilà une amitié indéfectible est née ?

Ce pirate, comment avait-il pu vivre aussi longtemps en faisant confiance si rapidement ?!!! Je m'étais arrêté, proprement sidéré alors que la sonnerie retentissait : les gamins s'étaient levés avant la cloche. Décidément, rien n'avait changé ici... Des pas précipités, des objets qui tombent, un raffut du tonnerre malgré la distance et je remerciais le ciel de m'en trouver loin : je serai devenu sourd autrement. Des voix surexcitées se promettaient une soirée ici ou là, à siroter une bière ou une vodka loin des vieux profs ennuyeux, ou une séance révision cata placée avant les congés de fins d'années. J'espérais bien que Mary serait dans le deuxième lot, quoiqu'en fait, elle m'avait promis de passer la soirée avec moi. Le pirate était toujours près de moi. Quelle guigne ! Pourtant, je commençais à l'apprécier et je voulus en savoir plus :

-
Et tu crois que si je rencontrais cette vampire, moi aussi je pourrais l'avoir comme amie aussi facilement ? c'était qui ?

Bah... en fait, j'étais persuadé que de toutes manières, je ne la connaîtrais pas. Ma question me parut stupide alors qu'elle s'échappait déjà de mes lèvres. trop tard pour revenir dessus. Les mots du pirate sur la nature addictive du sang humain ne cessaient de tourner en moi :

-
C'est vrai que maintenant, le moindre cadavre est littéralement épouillé et que rien n'échappe plus aux enquêteurs... j'en savais quelque chose puisque j'avais été commissaire de police et que mes gars de l'unité scientifique faisaient un boulot de sorciers ! La suite m'intrigua et je me demandais de qui il parlait... d'un autre côté, je voulais qu'il s'éloigne et ne pose pas ses sales pattes sur ma petite soeur. Je me trouvais bien possessif tout à coup, d'autant qu'a priori, William avait de fortes chances de devenir un ami tout à fait présentable... Il dut sentir mes réticences car il me saluat, près à partir, mais quant il se retourna, une jeune fille lui rentra littéralement dedans, rougit fortement, s'excusa d'une toute petite voix et me sauta au cou en hurlant :

-
LESLIIIIIIE !!!!

J'oubliais immédiatement toute retenue et la fit tourner sans mal autour de moi : ses baskets blanches à plusieurs centimètres du sol traçaient un cercle régulier et protecteur apte à chasser tous les intrus. Pendue à mon cou, vêtue de collants bleus marine, d'une jupette à carreaux rouges (pourquoi diable les jeunes filles s'habillaient toujours si court ?!!!) d'une chemise blanche ouverte sous un manteau marine ouvert (nous étions toujours dans les couloirs), j'avisais son sac balancé sans ménagement contre le mur derrière William et stoppais immédiatement les retrouvailles, retrouvant ma mine fermée des mauvais jours. Mary reposa les pieds à terre, m'embrassa sur le front en se hissant sur la pointe de chaussures, munie de son plus beau sourire et me charia :

-
Pourquoi tu t'arrêtes comme ça ?

munie de sa mine boudeuse, celle qui me faisait craquer à tous les coups !!! et se retourna, regarda le blond, lui sourit, ravie de ce qu'elle découvrait et alla vers lui pour le saluer :

-
Bonsoir ! vous êtes un ami de mon frère ? dit-elle de sa jolie voix d'étudiante en philo... rahhhh ! je l'aurai bouffée ! Je lui rattrapais la main et la forçait à se trouver juste à côté de moi, prêt à montrer les dents à la moindre tentative de séduction sur MA soeur. Mon regard noir et menaçant en disait assez long là-dessus, mais elle insistait pour savoir. Je répondis, coupant littéralement la parole au pirate :

-
Oui, euh, non. Enfin, il cherchait la bibi, et je l'ai amené jusque l....

Mary se dégagea, se planta devant le "vieux", innocente et séduisante, elle lui dit en confidence :

-
Pas facile à vivre, hein, le frangin. Il est un de ces protecteurs ! pfuuuhhh ! c'est fou ! avant de se tourner vers moi :

- Oui ou non ? et de se planter à nouveau devant William à qui je faisais les gros yeux "non ! touche pas à ma soeur ! ou tu vas le regretter !" mais souriant dès que celle-ci faisait mine de me surveiller et lui adressant un "gentil" sourire, qui se glaçait sitôt son regard candide posé de nouveau sur le bellâtre... car celui qui m'apparaissait si sympa l'instant d'avant n'était plus qu'un goujat en puissance dont je devais à tout prix débarrasser Mary.

-
Vous aviez emprunté quoi comme bouquin ? on dit qu'une lecture révèle l'âme du lecteur... je vais essayer avec vous !

Spontanée, déroutante, charmante, mais j'avais envie de piller ma soeur sur place ! Heureusement, je choisis cet instant précis pour planter une banderille machiavélique dans le dos de ce brave pirate qui risquais bien d'enchanter Mary :

-
Même une pute doit être consentante pour çà.

Je parlais de sexe, bien entendu. Mes mots crus clouèrent ma soeur sur place qui n'osa même pas me regarder. Elle devait se demander de quoi je parlais, alors, je poursuivis...

-
William m'expliquait qu'il avait abordé une jeune femme, une professionnelle, et s'étonnait qu'elle puisse porter plainte car elle était consentante au début et pas à la fin... qu'en penses-tu ?

Mary écarquilla les yeux et se blottit contre moi. J'avais gagné et le sourire triomphant aux lèvres, j'observais le pauvre Blake... peut-être qu'il se demandait pourquoi je mettais ça sur le tapis maintenant, ou peut-être pas...

*Considère-t-il que Mary s'est mise sur son chemin, comme il dit ? il vaudrait mieux que non.*

J'avais l'air déterminé.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Zone interdite [Livre I - Terminé]   Dim 19 Aoû - 15:53

Leslie semblait surpris de la réponse du vampire quand à l'amitié qu'il a avec Belle, mais pourtant pour ce dernier elle semblait des plus normales. Celui-ci réfléchissait à la réponse qu'il allait donner puis il se lança d'un seul coup en lui disant

Tu sais une personne qui te montre comment te comporter en tant que vampire, même si tu l'as qu'une seule fois tu la considères comme ton amie, qui sait ce que je serais devenu sans elle.

Parler de Belle lui fait toujours esquissé un sourire surtout qu'il allait bientôt revoir cette dernière avec deux siècles. Il se demandait bien ce qu'elle était devenue, mais si elle avait appelé Drake ce n'était pas pour faire causette et ça il le savait très bien. Leslie lui demanda ensuite si il pouvait devenir amie aussi facilement avec Renard que lui a pu le faire. Le pirate rigola intérieurement car avant de devenir son amie elle était tout de même la seule femme qui a réussi à humilier le jeune homme. Relation ambiguë pour deux vampires vieux de plusieurs siècles. Will se demandait pourquoi l'ancien flic voulait en savoir d'avantage sur elle, peut-être qu'il voulait l'attraper. Quoi qu'il en soit bien que ce vampire soit sympathique il n'allait pas en dévoiler d'avantage sur la jolie blonde, en effet c'était un peu son sensei alors il n'allait tout de même pas la jeter en pâture aux lions. Le flibustier parla ensuite de la nature addictive du sang à Leslie et il a vu dans son regard que ce dernier était d'accord avec lui. Après tout il chasse les truands pour boire leur sang, ce qu'il doit faire assez souvent. Alors qu'il s'apprêtait à partir pour laisser Leslie tranquille, il entra en collision avec une jeune femme. Celle-ci semblait être une étudiante de cette université. Vêtue d'un uniforme qui semblait être celui de l'université, la jeune fille s'excusa et Will en fît de même. En regardant cette dernière il vit un air de ressemblance avec le videur et se demanda s'il était de la même famille et ci ce dernier a voulu protéger sa sœur en lui demandant indirectement de s'en aller. Quoi qu'il en soit il respectait assez le vampire pour ne pas toucher à la fille, surtout que sa mentalité de pirate était au placard. Celle-ci avait l'air d'être toute heureuse de voir Leslie et l'exprima bien fort. Ce dernier semblait bien content de voir la jeune étudiante. Drake se disait qu'elle devait être importante à ses yeux pour qu'elle réussisse à lui faire exprimer un sourire, sans doute une petite copine ou membre de sa famille. Elle se retourna ensuite vers le blondinet avec un sourire et lui demanda si il était l'ami de son frère. Il esquissa un sourire tout en étant fier du fait que son instinct ne lui jouait pas des tours. En tout cas la jeune femme devant lui était le genre de personne qui avait l'air si inoffensive et si gentille qu'elle attirait la sympathie de tout le monde et en effet Will n'était pas l'exception à la règle. Il lui répondit donc avec les propos suivant

Connaissance, je l'ai rencontré il y a cinq minutes et il m'a aidé à trouver la bibliothèque... C'est un brave type ton frère !

Il lança des fleurs à Leslie pour que sa sœur voit en lui quelqu'un de bien vu que d'un avis personnel il se méfiait un peu du videur de part sa multitude de question. Il profita de la présence de celle-ci pour lui dire

Et ça te fait quoi d'avoir un frère vampire ? Car je n'ai pas connu ça.

Le pirate engagea donc la discutions et espérait qu'il détendrait l'atmosphère, cependant afin de respecter Leslie il essayait de ne pas trop faire tarder la discutions.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Zone interdite [Livre I - Terminé]   Dim 19 Aoû - 18:50

Mouais... je n'étais pas convaincu. Ainsi, sans Evey Mac Intyre, que serais-je maintenant, sans doute un petit tas de cendre : elle m'avait fait, placé auprès du prince que je servais désormais avec un aveuglement aveugle bien que comportant quelques hauts et bas... je voulais faire de mon mieux pour lui. Mais les princes sont ingrats. Donc, pour autant, je ne considérais pas Evey comme mon "amie", surtout depuis notre dernière entrevue, à La Pomme du Diable, où elle m'avait posé de bien étranges questions sur le fils déchu de la reine. Je me méfiais de la nouvelle shérif maintenant. De même, je pensais que William était mon ami, mais le simple jugement d'une "pomme" humaine avait suffit à détruire une "amitié" de trois ans en une seule confrontation, d'ailleurs, le prince ne m'avait-il pas dénoncé pour mes actes quelques nuits auparavant ? cherchant n'importe quel moyen pour se faire bien voir de ceux qui l'avaient lourdé ???? Il ne me restait plus, désormais, que Julien, oui... c'était un vampire sûr et habile sur lequel je pouvais m'appuyer, à condition que je le serve bien et il était exigeant : donc, pas un ami, en fait, juste un allié de circonstance ! Le cercle autour de moi se rétrécissait et il s'avérait qu'au final, je n'avais toujours pas d'ami. L'image de Camille ressurgit, ce type saoul comme un Polonais était sympa... on avait passé un bout de nuit ensemble, mais Roméo était tout au regret d'avoir perdu sa "Juliette". Alors... peut-être qu'à la prochaine rencontre, je pourrais dire si oui ou non, je pourrais avoir un ami. Sinon, il y avait le pirate, là, devant moi : il avait l'air sympa, pas compliqué, franc et tout... mais trop près de ma SOEUR ! Je tiquais donc à son affirmation, ce qu'il remarqua peut-être... mais quoi, là ? ils se répondaient ? sans moi ?

-
Oui, c'est un type très bien, le meilleur des frangins, confirma-t-elle en s'accrochant finalement à mon bras et en me câlinant de la tête, tu parles que j'allais pas marcher ! ben si, je fondis et baissais un peu la garde en posant mon regard sur ses cheveux roux. Un sourire satisfait se dessina sur mes lèvres mais qui y mourut bientôt :

-
Mais jaloux comme un Gitan, protecteur comme un Espagnol et vieux jeu comme un Français ! je ne rigolais plus du tout ! elle me descendait en flèche devant Drake !!!

Je ronchonnais dans mon coin en regardant mes chaussures puis répliquais sèchement :

-
Je fais attention à toi ! tu es trop gentille... mais n'ajoutais rien, étaler sa naïveté me l'aurait mis à dos... mieux valait éviter. Et puis, je ne voulais pas trop que sa présence s'ébruite parmi le monde des vampires.... se faire oublier était le meilleur moyen. Donc, voilà comment une soirée sympa, en famille, tournait au cauchemar. Avec sa tête de Don Juan et la jeunesse excessive de ma soeur -21 ans !-, je craignais donc le pire. Mary sourit de toutes ses dents, me serrant encore plus fort :

-
On se sent super en sécurité ! et puis, face aux copines, ça en jette ! elle me lança un de ses regards attendrit : et je vous dit pas l'effet sur les garçons.... rouhhhhh là là !

Je grommelais, prêt à tuer le premier qui ferait un geste déplacer à l'endroit de la frangine et cela sembla plaire énormément à Mary qui chantonna : là là llààà... pour se moquer gentiment de ma réaction. Elle poursuivit aussitôt :

-
Et au fait, il vous a dit qu'il était vampire ?!!!! en me regardant : t'as fait des progrès ! c'est un vrai coming out ! je suis très fière ! quel effet ça vous fait de parler à un vampire ?

Là, il était temps d'agir, alors, ignominieusement je glissais à l'oreille de l'étudiante :

-
C'EST un vampire, très vieux, un pirate... espérant bien l'éloigner au plus vite de lui, mais évidemment :

-
Quoi ? elle me lâcha comme un vieux paquet pour se jeter sur à son bras, à LUI???? en le regardant comme le messie : C'est vrai ? vous avez bourlingué sur toutes les mers d'or, attaqué les galions espagnols ? mené la grande vie sur les îles lointaines où il fait toujours beau ? vous vous êtes baigné dans ces eaux limpides et... çà avait assez duré, je hurlais en lui saisissant le bras le plus proche pour la faire revenir près de moi et briser au plus vite ses rêves de petite fille attardée :

-
Non, un pirate qui égorge, mutile, jette aux requins, viole et pille impunément si on n'y met pas fin !!! ce n'est pas un corsaire, Mary, c'est un vulgaire pirate. Comme je me mordis la langue d'avoir dit un truc pareil : il avait l'air tellement sympa l'instant d'avant... ça faisait au-moins trois fois que je me faisais cette réflexion et je pensais aux reniements de Pierre vis à vis du Christ... Je me fis l'effet d'un salaud. Elle ne me le pardonna pas, je le vis tout de suite dans ses yeux :

-
Tu es méchant, Leslie ! Je te déteste ! Moi, moi je vois bien dans son regard que c'est quelqu'un de très bien. Elle le regarda en levant les yeux vers lui, cherchant une confirmation : n'est-ce-pas ?

Elle avait susurré cette courte interrogation, comme cherchant un appui auprès du buveur de sang. Bon, de toute façon, j'avais perdu, autant me trainer l'autre boulet jusqu'au bout de la nuit, au moins, je l'aurai à l'oeil. Je cédais :

-
D'accord, d'accord.... en levant les mains, signe incontestable de reddition. Bon, on va pas dormir ici, alors, on va dans un pub, ok ? un truc cool et....

Mary bondit sur l'occasion :

-
Oui ! et elle me prit le bras aussi, encadrée par deux vampires, quelle inconsciente ! j'étais fou ! mais je pensais à me pencher un peu pour attraper au vol son sac de cours. La jeune fille sautillait entre nous... je lui rappelais que nous n'avions pas accès à la plupart des quartiers de la ville et que je... elle coupa court et nous fit la remarque que personne ne pouvait savoir, si on ne s'en vantait pas. Elle avait toujours raison, de toute manière. C'était agaçant...



avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Zone interdite [Livre I - Terminé]   Dim 19 Aoû - 20:36

L'arrivée de la jeune étudiante donna un nouveau souffle à la conversation entre Leslie et le vieux loup de mer. Dés son arrivée elle fît l'apologie de son frère en décrivant toute ses qualités. Le pirate ne doutait pas un instant de la véracité des propos de l'étudiante sachant qu'il était son frère et qu'un frère se doit d'être un exemple et de protéger ses prédécesseurs. Bien que Drake n'est jamais appliqué cette notion avec sa famille il y a une sorte de fraternité semblable dans l'équipage où il était. Il était l'un des petits protégés du capitaine car étant le bizut, mais cela remonte à deux siècles et demis maintenant. Elle critiqua ensuite certains de ses aspects ce qui fit rire William. Il avait en face la famille qu'il aurait toujours aimé avoir et il enviait beaucoup l'ancien commissaire. Comme pour rassurer le videur qui devait se sentir gêné il lança

Comme tout le monde il doit avoir des défauts, par exemple moi je suis colérique et pas assez sur mes gardes.

Le vampire regardait attentivement les deux proches en versant une petite larme à l'œil. Cette fille était quand même unique, elle aimait toujours son frère malgré sa transformation, en même temps cela semblait logique pour lui mais pas pour les humains lambdas. En plus elle dégageait une aura des plus bizarres. En effet Drake n'avait même pas l'envie de la mordre ou quoi que soit, sans doute dû à sa naïveté. Leslie expliqua qu'il protéger sa sœur ce qui était logique vu son rôle de grand frère et elle avouait qu'avoir un grand frère comme ça cela faisait de l'effet sur les filles et les garçons. Il esquissa un sourire et il leur dit

Surtout gardez votre relation vous êtes super, je vois en vous la famille que j'ai jamais eu.

Sa petite sœur demanda ensuite à Drake si son frère lui avait avoué sa nature. Bien évidemment il l'avait fait quasiment au début de leur rencontre mais elle ne pouvait pas le savoir vu qu'elle était en cours. Entre les taquineries et autres plaisanteries entre les deux membres de la famille le videur avoua la nature du pirate. Commença alors un échange entre les deux protagonistes qui s'imaginaient toute sorte de vie pour William. Si Leslie était proche de la vérité avec sa version comprenant les viols et meurtres, l'étudiante n'avait pas non plus tord. Effectivement il avait vu pendant ses vingt années d'aventures de nombreux paysages plus variés et unique les uns que les autres, c'était le bon vieux temps. Pour mettre au clair les choses il déclara sa version de sa vie qui était la plus juste

Ton frère a raison je ne suis pas corsaire mais n'empêche qu'il a aussi tord.. Certes j'ai tué, pillé, violé et kidnappé comme de nombreux autres pirates mais cependant j'ai pu découvrir de nombreux paysages uniques que je suis sûr je ne reverrai plus jamais même si je parvenais à aller dans les Caraïbes. C'est tout ça qui fait le charme de la piraterie, et si tu penses que je suis encore ainsi tu te trompes. La société et les siècles ça vous change un homme, surtout le dernier demi-siècle. Maintenant je suis presque un modèle en matière d'équité et il semblerait que je sois plus sage qu'avant. Peut-être est-ce dû au True Blood cette sagesse...

En s'imaginant la réactions de ses deux interlocuteurs il savait très bien qu'ils réagiraient de façon différente. Si Leslie était sur ses gardes sa sœur quand à elle s'imaginerait que William est un chic type. Au fond malgré ses défauts elle n'a pas tout à fait tord, le barman est un type tout à fait fréquentable si on oublis ses éventuelles sauts d'humeurs. Will esquissa un sourire lorsque la fille déclara à son frère que le jeune homme était un homme bien. Il était content que quelqu'un le voit autrement que comme un vampire, cela lui rappelait cette soirée avec Mak qui était revenu lui parler alors qu'elle aurait pu partir. Il regarda la jeune femme qui tenait depuis tout à l'heure son bras et lui dit

Je t'aime bien tu sais, tu vois toujours le bien chez les autres, une qualité rare de nos jours.

Il regardait ensuite Leslie et se rendit compte que sa compagnie ne lui plaisait pas plus que ça, alors il chercha un prétexte pour partir, mais le temps qu'il réfléchisse l'ancien flic lança qu'il voulait aller dans un pub. Drake lâcha poliment la main de sa nouvelle amie et tapa sur l'épaule de Leslie en leur disant

Désolé beauté mais je préfère vous laissez ton frère et toi. Bien que j'apprécie ta charmante compagnie je dois aller travailler dans pas longtemps … Ah en fait si l'idée vous vient un jour passez me voir aux Danses enflammées c'est dans le East End, une boite sympathique.

Il se disait à ce moment qu'il avait fait le bon choix et que Leslie le verrait sans doute sous un meilleur jour. Après tout il n'avait pas envie de briser se vampire qui semblait déjà tourmenté et aussi il ne voulait pas briser une famille unie... Famille que le pirate n'a jamais eu.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Zone interdite [Livre I - Terminé]   Lun 20 Aoû - 16:07

Ma soeur s'était visiblement entichée du flibustier ! j'étais furieux ! et la contredire ne mènerait à rien, pas d'autre moyen, pour le moment, que de la laisser découvrir ce vieux crouton de plusieurs siècles, suceur de sang ! Bien sûr, elle, jeunette, ne voyait que ce beau garçon au regard charmeur, au sourire dévastateur, à la belle allure, bref, nous ne voyions pas du tout le même personnage. Et vas-y qu'il en mettait une couche du genre "je suis plein de défauts"... sachant combien les femmes aimaient ces faiblesses... Moi, je n'allais pas tarder à l'être, en colère, et plus qu'un peu !!! Bref, j'en étais là de mes considérations, bien décidé à ramener Mary dans le droit chemin, quand mon oreille distraite attrapa :

Surtout gardez votre relation vous êtes super, je vois en vous la famille que j'ai jamais eu.

Je faillis en tomber à la renverse !!!! quoi ? il se mettait sagement de mon côté ? Je n'en revenais pas et mes yeux s'écarquillèrent brièvement avant que je ne reprenne mon attitude butée du moment. Mais tout ce qu'il pouvait dire, y compris que j'avais raison (ah ! quand même !!!, merci, Blake, je n'oublierais pas !) n'y faisait rien, le charme des grands espaces, je sais pas, moi... si en plus de moi qui était devenu un paria, ma frangine fricotait avec un pirate du 18e... là, j'étais mort ! Mon père me planterait lui-même un pieu dans le coeur. et moi... et moi ? je ne me le pardonnerais pas. Pas de mourir, de laisser aller ainsi Mary. Et pendant ce temps, l'autre, là, pérorait, encore et encore ! je l'aurai étranglé ! et vas-y que :

... Maintenant je suis presque un modèle en matière
d'équité et il semblerait que je sois plus sage qu'avant. Peut-être
est-ce dû au True Blood cette sagesse...


*Mais bien sûr... j'vais t'croir' !*

Ma soeur se pâmait à moitié, revenant vers moi, ravie :

- tu vois qu'il est gentil !

*gentil, gentil... gentil n'a qu'un oeil, oui !* et ce pirate en avait deux ! ah çà ! pour toujours voir le bon côté des gens ! y avait pas comme Mary ! et cette confiance débordante accordée à n'importe qui ! c'est pour ça que je jouais au Cerbère avec elle...

*Le True rend sage ? n'importe quoi ! il affaiblit, c'est tout ! *

Quand on a chassé et tué sa proie, là, oui ! on est un vrai vampire ! voilà ce que je pensais maintenant que j'y avais goûté : je refusais toute modération à ma trouvaille. Et puis lui, là, avec ses siècles d'existence, il s'était largement servi ! et il voudrait me réduire au True ? n'importe quoi...

*Il manque pas d'air...*

Plus je l'observais, plus je tombais sous le charme, pourtant. Il tentait de me rendre ma soeur, mais cette peste s'accrochait à lui comme un bulot à une coque de navire ! J'en avais honte, maintenant. et elle "raccontez-moi vos péripéties..." : j'allais devenir fou ! Je la tirais vivement par la manche :

-
Monsieur Drake n'est pas un romancier et tu l'ennuies, là.

Mary me fixa de ses grands yeux verts,visiblement étonnée de ma sortie, mais gardant miraculeusement le silence : "pourvu que ça dure..." Et puis quoi, je ne le connaissais ni d'Adam ni d'Eve, celui-là... mais tout ce que je faisais pour me le rendre détestable me le faisait paraître plus sympa. un comble... quel charmeur... J'en étais là de mes réflexions quand il me tapota l'épaule (je ne m'étais même pas aperçu de son approche ! il aurait pu me tuer si facilement !) : il me rendait la frangine, sans doute trop jeune pour lui... Le fait qu'il soit respectueux ne m'effleura même pas la cervelle. j'étais trop dans le rôle "grand frère super protecteur" pour envisager une quelconque galanterie de la part du pirate.

-
Oh oui ! oh oui !!! elle se tourna vers moi, insistant : "on y va, dis, on y va ?!!!" presque en battant des mains comme une petite fille à qui on aurait promis un Mac Do'...

*Où ça ? aux danses enflammées de... non ! non, et non !*

-
Euh... oui, pourquoi pas... si ça ne t'ennuie pas, bien sûr... m'entendis-je dire, complètement surpris par ma réponse et découvrant ma soeur complètement sous le charme qui m'embrassait le front en affirmant que j'étais le plus super frangin de toute la planète et que... je l'interrompis, bien sûr, et elle s'arrêta de bouger, comprenant qu'il ne fallait pas déranger (enfin !!!) ce brave pirate dans sa taverne. Me reprendre allait être si difficile :

-
Mais un soir où il ne travaillera pas, comme ça, on profitera tous les trois du spectacle. Certain que lui détesterait aller sur son lieu de travail pour nous escorter et songeant soudain que s'il y bossait, au-moins, il laisserait ma soeur tranquille, donc un soir où il bossait, ce serait mieux et... rohhhh ! tout s'emmêlait dans ma tête et je ne m'en sortais plus. Mary eut l'air déçue et sa joie retomba aussi vite qu'elle s'était enflammée... mine boudeuse (avec ressemblance frappante à la mienne quand ça me prenait aussi), elle s'avoua vaincue et ne tenta pas de contre offensive. "ouf !" pourtant, encore une fois, je tentais de le retenir malgré moi, qui me sentais si seul et cherchais tant un ami : lui était vieux, il saurait me conseiller dans ce nouveau monde qui était le mien désormais :

-
Une petite bière avant le boulot ? ça prendra pas longtemps...

J'espérais lui soutirer ses coordonnées, ou que ma soeur le fasse et que je les lui pique. Car je me rendais bien compte que mes discussions avec les grands (Julien, William, ...) me dépassaient complètement. Bien sûr, je ne révélerais pas avec qui j'avais parler, mais suggèrerais quelques attitudes, réponses... Lui, là, Drake, pourrait sans doute m'aider : il avait l'air d'un bon gars. Pour moi. Par pour ma soeur. Je me rembrunis brièvement avant d'offrir un sourire amical à William.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Zone interdite [Livre I - Terminé]   Lun 20 Aoû - 16:42

William se doutait bien que Leslie n'était pas content que le vampire reste d'avantage, alors il allait essayé de tout faire pour partir car après tout il le respecte. Il écoutait les deux frères s'échanger des propos sans prendre le soin d'y faire attention mais cependant la sœur de Leslie lança à Drake qu'il était gentil. Le loup de mer rigola un coup et regarda la jeune étudiante tout en continuant de rire et il lui dit

Gentil il ne faut pas abusé non plus, disons que je ne mords pas tout le monde comme certains vampire le font. J'ai beau sembler sympathique je reste un vampire !

Tout ce que Will espérait en disant cela c'est que la demoiselle s'écarte un peu de lui. Au fond il n'avait pas tord, même s'il semblait sympathique ses sauts d'humeurs et ses vieux démons qui resurgissent par moment fait de lui un homme pas facile tout les jours. Plus le temps passait et plus il se disait qu'il gênait sans doute Leslie. Après tout s'il était là c'était pour voir sa sœur, pas pour la voir fricoter avec un homme dix fois plus âgé qu'elle. Celle-ci lui demanda donc de raconter ses récits, mais celui-ci n'avait pas envie de déballer toute sa vie sur la table aussi facilement et d'ailleurs lorsque le videur lui déclara que Drake n'était pas romancier, il le sauva plus ou moins. Il lui fit un clin d'œil de remerciement puis il dit à la sœur de l'ancien commissaire.

Non pas que je veux pas te raconter ma vie mais tu sais que ça ce fait de questionner autant un étranger et qui plus est un vampire ?

En effet il était mal vu pour un humain d'en connaître trop sur la vie des vampires. Ces derniers aiment avoir une part de mystère quand à leur passé, s'ils peuvent avouer leur époque et leur ancien métiers, ils n'évoquent généralement pas toute les anecdotes qu'ils ont pu avoir. Le vampire c'est un peu le brun ténébreux que les filles aiment autant, sauf que Drake lui était blond. Le temps avançait et Leslie demanda si lui, le pirate et sa sœur voulaient aller quelque part. William refusa mais la jeune femme semblait prête à tout pour ne pas laisser partir le jeune homme si bien qu'elle demanda à son frère d'aller aux danses enflammées. Il lui déclara qu'il était partant mais un soir ou Drake ne travaillait pas. Le blondinet était surpris de la nouvelle sachant que Leslie était très protecteur depuis le début. Lorsqu'il regarda l'étudiante il vit une pointe de déception chez elle et il n'aimait pas voir ce bout de femme tiré une tronche pareil. Cependant il ne voulait vraiment pas énerver d'avantage l'ancien flic qui malgré ses trois ans de vies vampirique pourrait être un élément dangereux. Il l'avait bien vu depuis le début le questionner et l'analyser tel un criminel dans un interrogatoire. Leslie cherchait quoi chez Will, que voulait-il ? Une chose est sur est que le pirate n'avait pas du tout gagné la confiance de l'ancien commissaire. Le pire se disait peut-être que le flic était ainsi envers lui car il avait peur de lui ou qu'il sentait dans le pirate une menace. Quoi qu'il en soit il se devait de refuser l'invitation d'Anderson à boire un coup bien qu'elle soit tentante. De une il ne voulait pas divulguer d'avantage d'information à des inconnus, de deux il n'avait aucune chance avec sa sœur vu qu'il serait là et de trois il ne boit rien mise à part du True Blood. Il regarda les deux membres de la famille et leur dit

C'est avec plaisir que je serai bien venu mais ce soir c'est moi qui fait l'ouverture et vu que la boite n'a pas été nettoyé je dois m'en charger. Vous savez quoi vous savez où me trouver !

William posa dans la main de Leslie une carte des Danses Enflammées et il se retourna dos à eux, puis il avança vers la sortie de l'université en ayant pour objectif d'aller aux Danses Enflammées.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Zone interdite [Livre I - Terminé]   Mar 21 Aoû - 8:37

Pendant que je ménageais la chèvre et le chou, connaissant bien les réactions de ma soeur, encore jeune rebelle, en tentant une sortie dans un bar tranquille, Drake, lui, sortit les voiles et prétexta une tonne de boulot pour échapper à la réunion familiale qui apparaissait à l'horizon.

*Je t'adore, mec !!! je t'adore !!!*

Puis à ma soeur :

-
C'est vrai ce que dit monsieur Drake, il est très impoli de poser de telles questions, surtout la première fois que l'on voit quelqu'un.

Silence de Mary, toujours subjuguée par le pirate, mince alors, que devais-je faire ??? Bref coup d'oeil à William : "merci !" Maintenant que j'étais rassuré sur les intentions affichées par ce vampire, je me laissais convaincre, finalement, qu'il ne boive effectivement plus que du True Blood. Si Mary était désolée, elle n'en laissa rien paraître, mais je savais qu'elle reculait pour mieux sauter la prochaine fois, surtout qu'à présent, ma soeur savait où trouver le beau blond. Rahhhhh ! j'enrageais ! car la prochaine fois, elle serait seule avec lui ! Un rire crispé pour accueillir le "je ne mords pas n'importe qui" sensé détendre l'atmosphère. Tu parles, pour nous inviter juste après en disant "vous savez ou me trouvez" que j'imitais intérieurement avec des manières déplaisante et une voix de fausset. pfuuuuhhh ! mais quand même, il était sympa sur ce coup là et son expérience de la non-vie m'était nécessaire. Vitale, même ! je devais à tout prix grandir. Ma frangine boudait encore un peu, bien qu'elle sourit bravement à l'invitation en disant :

-
Promis ?

Je serrais sa main dans la mienne, la regardant bien dans les yeux :

-
Oui. Et je t'accompagnerai.

Déception non dissimulée sur son visage, je secouais sa main en ajoutant :

-
Ok, ok ! je me mettrais pas juste à côté de toi... elle sourit de toutes ses dents, petites et blanches, qui comportait un petit décalage entre la canine droite et l'incisive. Puis, je me tournais vers Drake :

-
Merci... sans rien ajouter car quelque part, j'étais certain qu'il savait à quoi je pensais. Lui n'avait jamais eu de famille, mais peut-être que tout pirate qu'il était, la compréhension n'était pas bien loin. Je regardais alternativement la carte de son boulot et le dos du flibustier qui allait de halo de réverbères en flaques sombres, disparaissant bientôt dans la nuit... Je tirais ma soeur de sa rêverie en l'entraînant vers les rues animées qui entouraient l'université, la forçant à courir, son sac dans l'autre main pesait lourd. Ouf ! j'avais sauvé Mary !

(hrpg : merci beaucoup pour ce topic !!! à la prochaine ?)
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Zone interdite [Livre I - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Zone interdite [Livre I - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Zone interdite [Livre I - Terminé]
» Forêt interne de Konoha - Zone interdite
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: Centre-ville :: Université
-
Sauter vers: