AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
On ne se serait pas déjà croiser quelques parts ? [Livre 1 - Terminé]
MessageSujet: On ne se serait pas déjà croiser quelques parts ? [Livre 1 - Terminé]   Ven 22 Juin - 0:22

    La photo cela me connait vraiment très bien, c'est moi qui vous le dit ! J'en ai fait mon métier ce n'est pas pour rien, je vous l'avoue. Mais aujourd'hui était un jour un peu spécial. J'avais l'intention de partir pour ainsi dire en expédition sur le port, très tôt le matin. Oui, nous étions fin octobre, j'avais l'intention de voir ce qui se tramait sur le port, dans les ruelles de celui-ci. On dit que c'est un véritable labyrinthe, mais je n'en crois pas un mot. On dit également que c'est complètement désert, qu'il n'y a pas un chat la nuit, je n'y crois pas non plus, il y a toujours un peu de monde, n'importe où, même si cela est pour faire des choses pas forcément très très légales. J'ai entendu énormément de rumeurs concernant ce quartier de la ville soit disant maudit pour des raisons que j'ignore. Les humains n'y seraient pas les bienvenues quand ils n'y travaillent pas. Justement, je n'y allais pas pour le travail, ferrais-je une mauvaise rencontre en plein milieu de la nuit ? J'en avais déjà fait quelques unes, alors une de plus ou de moins ne me changerait pas la vie. Il semblerait qu'ici nous sommes suffisamment isolé de la ville pour mourir en silence. Si vous vous faites attaquer, que vous êtes blessés mortellement, pas d'échappatoire possible. Je me lançais donc un défi, et j'étais mieux armé que dans le métro. Certes j'avais toujours ma bombe au poivre, mais aussi mon arc, et un carquois de flèches. J'avais aussi un tazzer en dernier recours. Autrement dit, je ne venais pas ici simplement pour prendre des photos, mais bien pour m'essayer sur un terrain de chasse soit disant vide. J'avais mon appareil photo avec moi, cela était une évidence même mais le port de nuit serait un terrain de chasse. Personne ne devait être là ! Donc je pourrais m'entraîner en silence, les quelques habitations du coin n'étant pas forcément habitée. Il était donc 3h du matin, j'arrivais à destination en vélo, ce n'était pas très loin de chez moi donc je pouvais me le permettre. Je l'attachais à un lampadaire avec mon antivol pour qu'on ne me pique pas, on ne sait jamais après tout, n'est ce pas ? Il ne faisait pas très chaud vu la saison, j'avais pris des vêtements suffisamment chaud, et ample pour pouvoir courir sans soucis, si le besoin s'en faisait ressentir. Ma veste noire me faisait passé presque inaperçu dans ces ruelles pas forcément bien éclairées. J'ai alors entendu un bruit. Je ne savais pas ce que cela pouvait être, un chat ? Une souris ? Un rat ? Un chien ? Un humain ? A vu d'oeil, j'aurais dit un gros rat sortant des égouts. Et j'avais vu juste. Je dégainais une flèche pour tirer sur l'animal, sans succès. La flèche se tordit même en ricochant sur le béton du mur. Et on m'avait dit qu'elles étaient résistantes à tout, il semblerait que le béton ne fasse pas partie de l'équation. Tant pis. J'essayais de redresser mon projectile sans y arriver. Une poubelle traînant par là fut donc le cercueil de cette première flèche. J'entendis alors des bruits de pas, des pas furtifs, des pas d'humains à n'en pas douter. Je croyais que l'endroit était désert ? J'attendais la personne au coin de la rue, prête à dégainer une flèche. Qui pouvait venir par ici à cette heure là ? Un visage apparu alors au coin de la rue, un visage qui me disait quelques choses. Mais dans l'immédiat je n'arrivais pas à remettre la personne dans son contexte comme parfois. J'avais une très bonne mémoire photographique mais je n'arrivais pas à savoir où je l'avais vu !

    " Vous ? On ne serait pas déjà croiser quelques parts ? Qu'est ce que vous fichez ici à une heure pareil ? "

    Remarquez, il pourrait me renvoyer la question. Qu'est ce que je faisais ici ? Me reconnaissait-il aussi ? Je ne saurais vous le dire, ma mémoire étant encore un petit peu embrumé par le café que je venais de prendre il y a encore quelques minutes. Je rangeais mon arme, ayant conscience que la personne à qui j'avais à faire n'était pas dangereuse dans le souvenir que j'avais d'elle. Il me semblait même qu'elle était du côté de la loi, mais étais-ce toujours le cas ? Étais-ce bien cette personne là ? Il ne m'était pas impossible de confondre de personne après tout.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: On ne se serait pas déjà croiser quelques parts ? [Livre 1 - Terminé]   Dim 1 Juil - 21:31

Je venais ici pour jeter un coup d'oeil, des fois que le prince se trouve dans le coin. Un endroit isolé, tranquille, vraiment le dernier endroit où on trouverait William ! Mais bon... toutes les pistes devaient être explorées. Alors, consciencieusement, j'arpentais les ruelles du port sur la Clyde. Ce quartier tranquille, aux rues vides où résonnaient les pas, mettait tous mes sens en éveil. Plus le temps passait, plus il me semblait dangereux, pour mon prince, de rester seul. J'étais inquiet. Pour lui, et peut-être, au fond, pour moi. Nous nous étions disputé à cause de sa pomme, Hannah, ce qui, soit dit en passant, avait levé la pression qui aurait pesé sur moi autrement, tant il était de notoriété publique que ma fidélité lui était acquise. Je quittais le rond de lumière d'un lampadaire et, vêtu de noir, me confondait avec les ténèbres éphémères qui résistait entre deux éclairages publiques, que déjà je rejoignais le suivant. Cette monotonie me permettait de me concentrer entièrement sur mes recherches.

*William !!! mais où êtes-vous à la fin !!!? *

Mais évidemment, il ne répondit pas. Je m'enfilais dans une impasse, pénétrais dans un hangar, vide, où l'écho régnait en maître. Pourtant, je le parcourais méthodiquement, à la recherche du moindre indice. En vain, bien sûr. Je ne me décourageais pas, sortis, et plus loin, faisais le tour des trois montées d'un immeuble, histoire de déterminer si oui ou non le prince pouvait s'y être réfugier. Mais là encore, chou blanc. Ce quartier était un véritable labyrinthe et pour un peu, je m'y serais perdu, mais non. Méthodiquement, je poursuivais mes recherches. J'allais ainsi, silencieux, comme une ombre, épiant le moindre signe du prince. Les rares personnes que je croisais ne prêtèrent d'ailleurs aucune attention à ma présence, et je me demandais un instant si j'étais transparent, à moins que les mortels soient si inconscient du danger ? Quand j'étais commissaire, je mettais tous les moyens en oeuvre pour chasser ces nocturnes rouges de mon district. Il était difficile de les débusquer, de les reconnaître, c'est pourquoi, après qu'ils eussent été autorisé à vivre "normalement", ils furent contraint à vivre dans certains quartiers, histoire qu'on n'ait pas à les chercher partout. Et une fois dehors, on pouvait les chasser à notre guise. A vrai dire, je n'étais pas certain d'avoir le droit de me balader par ici, mais pour "Sans Nom", j'aurai fait n'importe quoi...

*Un sifflement ?*

Ca avait été bref et suivit d'un bruit mat et métallique. Je guettais un instant, en vain, sans qu'il se reproduise, mais distinguant une odeur alléchante, alors, je repris mon chemin, tournant dans une nouvelle ruelle et là, je me trouvais tout à coup face à l'humaine... sauf qu'elle était armée et que je compris instantanément l'origine du son capté un instant auparavant.

" Vous ? On ne serait pas déjà croiser quelques parts ? Qu'est ce que vous fichez ici à une heure pareil ? "

Visiblement rassurée par son arme, elle ne fut guère impressionnée de me voir là, d'ailleurs, pourquoi l'aurait-elle été ? La jeune femme ignorait ma véritable nature, et aucun autre humain croisé jusqu'ici ne m'avait prêté la moindre attention... Elle disait me connaître... Dubitatif, je m'arrêtais à trois bons mètres d'elle, détaillant ses traits à la recherche d'un souvenir... oui... je l'avais croisée. Ma mémoire des visages ne me faisait pas défaut et je comptais sur elle pour plaquer un nom, comme les photos d'identifications avec le nom des intéressés noté dessous. J'espérais que mon calme serait communicatif, histoire de ne pas me prendre une flèche perdue.

*Ce serait bête...*

* Brown. Photographe. Je l'ai vu tourner autour de quelques affaires. Mais.... lui révéler que je me souvenais de son nom serait me découvrir, et je ne veux pas qu'on me reconnaisse.*

Glasgow était une ville calme pour permettre ainsi des balades nocturnes à une jeune femme seule -bien qu'armée !- :

-
Vous chassez les rats ?

demandais-je visiblement amusé, parvenant à masquer le fait que je l'avais reconnu en faisant mine de découvrir l'arbalète au bout de son bras.

- Il y en a beaucoup ici ?


Je me tournais un peu, jusqu'à faire un tour sur moi-même, pour vérifier. D'habitude, elle se baladait avec des appareils photos... avait-elle changé de métier ? Miss Brown rengaina son arme et je pris un air soulagé et m'apprêtais à passer mon chemin, histoire d'éviter les grandes discussions et surtout d'augmenter les chances de passer inaperçu. J'avais été un "grand" flic à Edimbourg et ma chute comme vampire, puis comme videur, avait fait gros titres des journaux à sensations, les fameux tabloids.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: On ne se serait pas déjà croiser quelques parts ? [Livre 1 - Terminé]   Lun 2 Juil - 16:53

    J'étais dans les ruelles du port sur la Clyde pour m'entraîner sauvagement à frapper un grand coup. Oui, prochainement, je le sentais, mon arc et mes flèches me sauveraient peut être la vie. Ce n'est pas comme si j'allais planté ma flèche dans une pomme qui se trouvait dans la gueule d'un cochon mort et cuisiné devant un public non acquis à ma cause. Là, je n'avais pas de public jusqu'à présent. Je dis bien jusqu'à présent car je venais de tomber sur ce type qui me disait quelques choses. Je lui posais la question, mais il l'esquiva totalement. C'était un signe, il m'avait reconnu ou il pensait m'avoir reconnu sauf qu'il avait du me voir avec un appareil photo et pas un arc et des flèches ce qui est un changement important. Oui, si Camille me croisait ce soir, il se demanderait bien ce que je faisais, comme Alaina d'ailleurs. Elle penserait que je suis devenue folle de me balader dans un coin tranquille de la ville pour "m'amuser" à tuer des rats ou des petites bêtes comme celles-ci avec mon arme. J'étais donc nez à nez avec ce type qui me disait quelques choses, mais pour le moment impossible de me souvenir de son nom ou de son prénom. Il ne me dit rien à ce sujet, comme si je n'avais pas prononcé la question. Avec un certains calme il me demanda si je chassais les rats. M'observait-il ? Il y a quelques secondes, je ratais ma proie, m'avait-il vue ? Bien que rassurée par le "pseudo" souvenir que j'avais de lui je restais sur mes gardes. Mais il ne semblait pas dangereux. Il se tourna même pour voir s'il ne voyait pas un rat comme pour me dire qu'il n'en avait pas vu, d'ailleurs il me demanda s'il y en avait beaucoup. Je me permettais de répondre à sa question, sans me découvrir de trop. Ma réponse pourrait peut être l'induire en erreur sur ma personne.

    " Avec les marchandises qui arrivent sur le port chaque jour, il y aussi une cargaison de rats. La nuit, je m'amuse à les chasser, c'est un bon exercice monsieur Anderson. Et vous, pourquoi être ici ? Il y a eu un crime ? "

    Son nom était presque sortie tout seul. Dans un éclair de lucidité, je me souvenais de lui. Rangeant donc mon arc, je savais qu'il avait été flic. Avait-il été un collègue de Tanwen ? Je ne saurais le dire, mon souvenir de sa personne remontait à plus longtemps, mais je ne pouvais savoir à combien de temps exactement. En tout cas, s'il m'avait reconnu, ma réponse lui confirmerait ou infirmerait qui j'étais. Il était flic, donc du côté de la loi, mais je ne l'avais pas vu depuis longtemps. Faisait-il toujours partie de la police ? Avait-il rendu sa plaque ? Je ne savais pas trop. Mais si c'était le cas et qu'il rodait ici la nuit, je ne m'aventurerais peut être pas trop dans le coin finalement. Je le regardais normalement et n'attendant pas sa réponse, je lui demandais vraiment ce qu'il faisait ici.

    " Non mais qu'est ce que vous faites ici à 3h du matin, vous ne devriez pas vous reposer ? "

    Mais je ne sais pas, je sentais que j'étais quand même à côté de la plaque concernant ce qu'il était vraiment. Il faut dire que tout ce qui se passe à Glasgow ne parvient pas forcément à mes oreilles. C'est encore pire quand cela concerne Édimbourg ou les villes environnantes. N'étant pas très friande de rumeurs, de ragots, j'étais rarement au courant des dernières news. Peut être qu'il m'éclairerait un peu plus sur la situation.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: On ne se serait pas déjà croiser quelques parts ? [Livre 1 - Terminé]   Lun 2 Juil - 22:28

Je tiquais légèrement quand elle prononça mon nom, m'arrêtais et me retournais pour la regardais de nouveau. Ben évidemment ! la miss devait lire les canards, regarder les photos de ses confrères pour avoir des idées de plans à faire ou à éviter à tout prix. Petit bruit de succion entre mes lèvres : contrarié, j'étais contrarié. Contrarié d'avoir été reconnu, mais je tentais de m'en sortir :

-
La chasse est interdite en ville, vous devriez avoir un port d'arme pour... ça.

Je désignais son arbalète d'un mouvement de menton. Chasser pour le plaisir... quelle aberration ! On chasse pour se nourrir, pour se défendre, pour éviter un danger, mais pas pour le plaisir. Sauf quand on est un taré. Mes yeux scrutèrent donc le visage enfantin de Makayla, mais de là à la trouver dingue, assoiffée de sang... non. La suite me troubla : se pouvait-il que cette jeune femme ignore mon nouvel état ?

*Incroyable...*

Un vent frais sembla annoncer la prochaine averse et souleva quelques papiers gras oublié par le personnel communal. Et ce que je faisais dehors à 3 h du mat' ? non, mais là, je rêvais ?!!!

-
Comme vous... je cherche.

Je souris d'un air entendu. Elle pouvait m'aider ? sans que cela ne me compromette, c'était possible, non ? après tout, elle était photographe... William était connu, une forme de célébrité dans le monde de la nuit et des ténèbres, un nocturne rouge de sang royal, qui venait de se marier lors d'une cérémonie "people" en diable... y avait-elle été ? La pluie, fine et tenace, s'invita, mais ne mouillait pas vraiment.

-
Alors, vous bossez à Glasgow maintenant ? vous étiez au mariage de Wiliam Reybrandt ? comment le trouvez-vous ?

Une femme comme elle ne pouvait manquer de remarquer ce genre de type sexy, puissant, prédateur... et j'étais curieux de savoir ce qu'elle pensait de lui, et surtout, pressé de savoir si elle l'avait vu depuis qu'il était exilé. Finalement, Brown pouvait s'avérer un témoin capital dans ma recherche. Mes doigts passèrent sur l'arrête de ma mâchoire, signe de réflexion. J'inspirais profondément, bien que n'ayant pas besoin de respirer et un petit rire s'échappa de mes lèvres entrouvertes :

-
Vous faites quel genre de photo, surtout ici...

Cependant, titiller une pro sur sa susceptibilité était un peu dangereux, ou à tout le moins inconscient. Mais j'avais besoin de réponse rapidement. L'air apporta des odeurs d'eau salée, le vent avait viré à l'est... Sans doute la température chuterait-elle dans les prochains jours... L'hiver et ses longues, longues nuits de boulot interminable.

*Vivement l'été !*

Humain, je pensais le contraire. Parce que je partais skier dans les Alpes, deux semaines... J'aimais ça et fermais à demi les paupières à ce souvenir.

*
Et si j'y retournais ? skier en pleine nuit, descente aux flambeaux,...*

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: On ne se serait pas déjà croiser quelques parts ? [Livre 1 - Terminé]   Mar 17 Juil - 15:19

    Je me souvenais de lui à présent. Et le fait que je prononce son nom ne lui fit apparemment pas très plaisir. Il s'arrêta net, comme si quelques choses le gênait. Se souvenait-il lui aussi de moi ? C'était possible pourtant, je savais me montrer discrète partout où je passais, sauf peut être ce soir évidemment. Pourtant, il n'en dit rien, il détourna la conversation en bonne et du forme me disant que la chasse était interdite en ville, que je devais avoir un port d'arme pour ça ... Ben voyons ! Je ne sourcillais pas à cette phrase là, même si je pensais qu'il faisait encore partie de la police ou une agence du gouvernement. Il désignais mon arc et mes flèches d'un mouvement de tête, mais peu importe, je ne les ressortirais pas tout de suite, pas tant qu'il serait là. Bizarrement, il semblait louche quand même. Pourquoi traînait-il ici, si ce n'est pour ne pas enquêter ou suivre une piste sur quelques choses ? Apparemment, il cherchait, il cherchait quelques choses mais quoi ? Je ne savais pas, et je crois que je n'avais pas tellement envie de savoir en fin de compte. Il cherchait peut être une femme pour passer du bon temps avec en échange de quelques billets. Quoique, je ne savais même pas s'il y en avait dans le coin qui était assez désert, il faut se l'avouer. En tout cas, si c'était ce qu'il cherchait, je n'étais pas cette femme là. Une fine pluie se mit alors à tomber, si fine qu'on ne la sentait presque pas, comme une bruine descend d'un nuage de brouillard. Puis, il me posa 3 questions coups sur coups, sans que je puisse ouvrir la bouche entre celles-ci. Il me demanda ensuite quel genre de photo je faisais ici. Il savait qui j'étais donc. Incroyable, je ne pensais pas vraiment être connue, mais sans doute n'avait-il jamais regardé mes photos, et encore moins mon livre à propos de mon tour du monde. Il m'avait simplement vu sur des scènes de crime, parfois, il y a de cela quelques temps ... Qu'est ce que je pouvais répondre à tout ça.

    " Je n'étais pas au mariage de William, mais la dernière fois que je l'ai vu, il était encore dans son bar, en train de s'amuser ... Depuis, je ne l'ai pas revu. Serait-ce lui que vous recherchez ? En tout cas, je vois pas pourquoi il serait par ici ... "

    Et je ne répondais pas à sa dernière question sur le genre de photos que je faisais ici, parce que je n'étais pas là pour ça à la base. Je m'entraînais en vue de perspective assez brutale. Même si je n'en avais pas conscience à l'époque, je me préparais à des jours funestes ...
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: On ne se serait pas déjà croiser quelques parts ? [Livre 1 - Terminé]   Mer 18 Juil - 8:10

Une poubelle tomba plus loin dans l'impasse, sans doute à cause du chat que je vit bondir à la poursuite d'une proie potentielle... Oui... les chat chassaient pour le plaisir, et aimaient faire souffrir, jouaient longuement avec leur nourriture, convaincus de leur supériorité. Certes, les rats étaient intelligents, très intelligents, mais ils ne vivaient qu'une ou deux années... alors que les chats, eux, disposaient de dix huit ou vingt ans, autant dire une éternité. Le parallèle se fit de fait dans ma tête entre humains/rats et vampires/chats, car c'était tout à fait cela : d'un côté une espèce intelligente, sophistiquée, capable de choses incroyables, d'inventions, etc, de l'autre, une espèce dotée d'une force considérable, d'un temps de vie beaucoup plus long, qui avait été humaine avant et en possédait encore probablement des restes... mais pas en matière d'invention, car je n'avais jamais encore entendu parlé de grandes avancées dues aux vampires : même le sang synthétique était humain... Notre créativité aussi était bloquée ? au moment où nous avions été transformés ? pas d'artiste peintre exceptionnel, de pianiste virtuose tellement supérieur aux humains qu'ils auraient prouvé une évolution continue au gré des siècles d'existence. Que se passait-il alors ?

*Et puis, les rats ne deviennent pas des chats ! sinon, comment seraient les chats ? *

Je me perdais donc en conjecture tout en conservant le reste de mon attention pour Brown. Après tout, même si son arbalète ne comportait que des flèches à rats, elle pouvait me blesser quand même, et je n'y tenais pas. Quoique ma rapidité... mais pour cela, je devais demeurer attentif. Je me tenais donc calmement posé devant la jeune femme, songeant qu'il était bien dommage qu'elle n'ait pas fait un reportage sur William, en le suivant, et tout ça... Un coup d'épée dans l'eau, quoi... fallait bien le tenter pour être certain d'avoir tout essayé pour retrouver le Prince. D'un autre côté, le chercher ici en temps normal aurait été une gageure et il était normal que Makayla pose la question. Ce n'était un secret pour aucun vampire, et cela me rapporterait peut-être une info, même minime, capable de me mettre sur la piste, alors, je répondis tout simplement :

-
Le Prince a été chassé de la cour, destitué de ses titres et de son nom, avant d'être exilé. Je le recherche car il est mon Prince et que je veux l'aider s'il en a besoin.

J'espérais dans le même temps que cette révélation ne faisait pas trop grandiloquent et que la journaliste ne se moquerait pas de moi. Je n'avais que faire des sarcasmes, je cherchais des informations me permettant de rejoindre le Prince. Sans me faire repérer des autres vampires. Devais-je ajouter quelque chose à propos de ce dernier point ou non ? Pas si sûr... D'ailleurs, cette femme pouvait tout aussi bien aller se faire mousser auprès du nouveau shérif en lui révélant ma quête et me faire avoir beaucoup d'ennuis. Serait-elle consciente de cela aussi ? Je me justifiais pourtant un peu, je ne savais pas vraiment pourquoi :

-
William m'a donné un boulot et... permis de vivre dignement. Je voudrais juste, à mon petit niveau, contribuer à ce qu'il ne se sente pas seul à présent. Etre présent pour lui comme il l'a été pour moi en un temps où j'étais désorienté par ma nouvelle nature.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: On ne se serait pas déjà croiser quelques parts ? [Livre 1 - Terminé]   Jeu 19 Juil - 14:30

    Du bruit se fit entendre un peu plus loin dans la ruelle, une poubelle venait de tomber à la renverse à cause d'un chat courant après l'une de mes proies que je pouvais potentiellement avoir si je n'avais pas croisé cet homme qui semblait chercher William Raybrant. Pourquoi ici ? Il me révéla alors des choses que j'avais entendu de la bouche de Ji, une jeune asiatique qui était fan du dit-prince. Il avait été destitué pour des raisons assez obscures. En même temps, avec ces gens qui se prennent pour des vampires, et tout cela, ce n'est pas étonnant qu'il y ait de la politique et tout un tas de choses derrière. Ils sont bien humains à ce niveau là, des rois, des princes, rien de bien nouveau, il y a tellement de monarchie qui n'en sont plus vraiment, comme avec notre reine d'Angleterre qui est là depuis presque 60 ans sur son trône, alors qu'elle ne sert pas à grand chose, juste le prestige de notre glorieux pays. En me disant cela, Anderson me révélait par la même occasion qu'il se disait vampire. Si cela l'amusait à jouer au vampire, ça le regardait, personnellement, ça ne me faisait ni chaud, ni froid. Ainsi donc, il voulait aider son prince en exil. C'était louable, mais William était prêt à tout pour revenir sur le devant le scène s'il en avait été privé. Je me souviens encore très bien de ce moment loufoque que nous avions passé dans son bar, enfin son ancien bar à présent. Je présumé que s'il a perdu ces titres et son nom, il a aussi perdu les propriétés qu'il avait, donc la Pomme du Diable. Il m'expliqua par la suite que son Prince l'avait aidé à devenir pleinement un vampire en quelques sortes et donc qu'il voulait lui rendre la monnaie de sa pièce.

    " Votre but est louable, mais je doute que vous le trouviez aussi facilement. Si William n'est plus sur le devant de la scène, il prépare son retour dans le plus grand secret. Quand j'étais au bar avec lui, j'ai pu constaté qu'il aimait les strass et les paillettes. S'il en est privé pour le moment, ça ne saurait duré, il reviendra d'une façon ou d'une autre. Il doit se terrer dans un coin de la ville, ou même en dehors. Pas ici en l'occurrence. "

    S'il avait côtoyé William pendant plusieurs années, ce que je lui disais ne devait pas lui être nouveau. J'avais pu le constaté en une seule soirée. Mais finalement, s'il se terrait dans un coin, le port aurait pu être une bonne idée, assez peu fréquenter la nuit, il avait peu de chance qu'on le trouve ici, mais je doutais qu'il soit là. Je doutais même qu'il soit en ville, du moins pas à Glasgow.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: On ne se serait pas déjà croiser quelques parts ? [Livre 1 - Terminé]   Sam 21 Juil - 20:13

Je repris espoir ! il m'en fallait peu, me direz-vous... mais oui, le prince remontrait bientôt sur le devant de la scène et les autres n'auraient qu'à bien se tenir de l'avoir si faussement accusé !!! je murmurais :

-
Ainsi, vous avez rencontré le prince... lui avez-vous parlé ? c'était il y a longtemps ?

Pour être combatif, ça, il le serait sans doute, mais destitué et chassé comme un malpropre. Mais je me demandais tout de même s'il aurait le recul nécessaire pour cela, vu qu'il refusait obstinément de voir le mariage de sa mère comme une manoeuvre du roi, dont la première conséquence fut un mariage imposé avec Jana, puis le renvoi honteux de la cour. Rien que pour çà, je devais le retrouver maintenant et voir s'il avait évolué sur ce plan là... La journaliste n'avait pas l'air impressionnée de se trouver seule face à un vampire dans cette ruelle déserte... dommage, moi, j'aime les proies qui ont peur et dont le sang saturé d'adrénaline et de terreur me procure une jouissance incommensurables : cette nana là ne m'intéressait donc pas du tout. Son sang serait à coup sûr plat et ferreux, sans plus. Moi, j'aimais l'hémoglobine plus "épicée", pleine de "bulles" ! Bon... c'est pas le tout, je dois retrouver William. Elle avait des idées bien arrêtées quand au lieu où trouver l'exilé :

-
Ah bon ? et pourquoi pas ici ? vous avez déjà fouillé ? vous cherchiez quoi ? à part des rats ?

Je n'y croyais pas, moi, à son histoire branlante de "chasse aux rongeurs". Son arbalète devait arrêté bien d'autres choses que ces minuscules bestioles éphémère (elles ne vivaient qu'un ou deux ans, pourquoi abréger une vie déjà si courte ?...).

*Les strass et les paillettes, hein ? je ne voyais pas vraiment William comme ça, mais alors, si elle ne cherche pas le prince, qui cherche-t-elle dans les ruelles crasses et douteuses de la zone portuaire ? *

Un bref courant d'air souleva quelques papiers gras qui s'envolèrent visiblement ravi d'échapper au pavé noir qui leur servait de lit jusqu'ici, mais dès qu'il tomba, tous ses "courtisants" retrouvèrent les bas-fonds dont ils étaient issus... Le parallèle était si aisé avec la situation actuelle, sauf que le prince était d'ascendance royale et ne pouvait tomber bien longtemps dans la lie, alors que ceux qui s'étaient élevés à ses dépens retourneraient bientôt à leur glaise. Je souris, satisfait de les voir ainsi sombrer dans le cruel anonymat qui les avait jusqu'ici bercé.

-
Connaissez-vous quelqu'un qui pourrait m'aider dans mes recherches ?

Après tout, elle était journaliste, euh... photographe... et miss Brown ne devait pas manquer d'accointance pour trouver les sujets de ses photos, après tout, William Raybrandt était une vraie star, qui valait bien qu'on se décarcasse un peu pour l'approcher, non ?

-
Et puis, un papier sur un prince-vampire déchu, çà ferait bien dans votre carrière, non ?

Cette nana, je l'avais vu débouler sur des scènes de crimes avant les coroners, et parfois même avant moi... Elle avait du pif, autant s'en servir ! et l'allécher faisait partie d'un plan qui pouvait se révéler excellent pour retrouver la trace de William : je n'allais pas laisser passer ça !
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: On ne se serait pas déjà croiser quelques parts ? [Livre 1 - Terminé]   Lun 30 Juil - 17:40

    Je ne sais pas vraiment pourquoi Anderson s'intéressait tant que ça à Raybrandt, mais bon, il semblait vouloir des informations sur lui. J'en avais, cependant, elles n'étaient pas de premières fraicheurs puisqu'apparemment, il était en exil pour le moment. Ce n'est pas très bon de faire des bêtises quand on se dit vampire. Vampire c'est être cool et vivre la nuit selon mes croyances, une vie qui ne me dérangerait pas, parce que c'est la nuit que je fais les meilleures photos mais le jour me manquerait trop si je devais respecter leur mode de vie. Il me demanda alors si j'avais parlé à Raybrandt et si c'était il y a longtemps.

    " Je ne saurais vous dire exactement quand cela s'est produit, mais c'était dans son bar à la Pomme du Diable, il y a de cela quelques semaines. Nous avons parlé de boissons principalement, rien de très passionnant, mais de toute évidence, il s'est passé des choses depuis, ces informations ne vous seront donc d'aucune utilité j'en ai bien peur. "

    Je lui avais cependant donné des informations qui semblait le surprendre. Pourquoi est ce que William ne serait pas là ? Je ne sais pas, mais il fallait se fier à son instinct, non ? L'instinct féminin est selon les dires de beaucoup comme un sixième sens. De là à dire que je suis médium il n'y a qu'un pas que je ne franchirais pas. Cela donna l'occasion à l'ancien flic apparemment il ne semblait plus l'être de me poser d'autres questions.

    " Je ne me suis pas amusée à fouiller, non, mais je ne le vois pas ici. C'est calme mais pas encore assez pour qu'il puisse se refaire la pilule comme il le faudrait. Ici, je cherchais quelques choses qui ne vous regarde pas, mais pas l'homme que vous recherchez si ça vous intéresse. Le port est désert à cette heure de la journée, il y a peu d'habitation vraiment habitable donc je doute fortement qu'il soit là, mais amusez vous à chercher, si vous avez du temps à perdre ! Enfin, peut être que je me trompe aussi, toutes mes paroles ne sont pas dignes d'évangile ! "

    Je sais pas pourquoi je disais ça. Si cela se trouve il va croire que je suis devenue une réactionnaire religieuse. Il me demanda alors si je connaissais quelqu'un qui pourrait lui donner des informations. La petite asiatique là, Ji Chang semblait en connaître un rayon sur le William, mais à mon avis, elle n'a pas d'infos fraîche comme moi. Donc je n'avais personne à la lui donner, enfin pas de noms, ça ne me venait pas en tête en tout cas. Je lui faisais donc une moue négative de la tête. Puis il me dit qu'un papier sur un vampire déchu pourrait faire du bien à ma carrière. Il était fou ma parole, je n'en avais que faire de ce prince déchu là ! Je n'avais pas envie de m'attirer les foudres des nombreux sympathisants. Et puis, je n'avais pas envie de strass et de paillettes, mon relatif anonymat m'allait bien, je n'avais pas envie que mon visage puisse devenir célèbre à cause, ou grâce à cela.

    " Je ne pense pas que ça fasse du bien à ma carrière vous savez. Vu les évènements que vous me citez, ça risquerait plutôt de me faire plus d'ennemis que de raison. Et puis, je n'ai pas besoin de devenir célèbre pour de funestes raisons, vous voyez ce que je veux dire ? "

    Même s'il ne voyait pas, ça en revenait au même, je n'avais pas envie de faire un article sur quelques choses qui ne m'intéressait pas plus que ça à vrai dire. J'avais rencontré le personnage, j'en avais eu assez pour me faire une idée de la bébête.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: On ne se serait pas déjà croiser quelques parts ? [Livre 1 - Terminé]   Mer 1 Aoû - 9:12

Chercher une aiguille dans une botte de foin est une entreprise difficile, mais au-moins, on sait où chercher. Ce n'était pas le cas de la recherche du prince exilé. Il pouvait se trouver n'importe où, autant dire que je me trouvais dans un champ avec des tas de meules de foin. Sans compter que s'il était parti de.... non. Il n'avait pas quitté Glasgow. Le connaissant, après avoir pansé ses plaies (physiques et d'amour propre), il ferait tout pour revenir sur le devant de la scène. Donc, William ne devait pas être bien loin...

Makayla ne l'avait pas vu récemment. Donc, elle ne me servait à rien pour retrouver Sans Nom. Pourtant, j'attendais encore d'autres choses d'elle, mais rien ne vint. Faire un papier sur mon patron ne l'intéressait pas.... je souris :

-
Pourtant, c'était quelqu'un en vue... et une personnalité du monde de la nuit. Son bar, La Pomme du Diable valait le déplacement...

Je disais cela sans vraiment y croire, en fait la journaliste avait raison de pressentir plus d'ennuis qu'autre chose à faire ce papier sur le prince... Je ne pouvais lui en vouloir d'y renoncer sans même essayer. Et puis, attirer l'attention sur lui n'était pas une bonne idée non plus, finalement. Le découragement me saisit tant je bouillais d'impatience de servir à nouveau mon boss. Cela ne me servait à rien, les choses n'avançaient pas. William n'avait laissé aucun indice derrière lui, ce qui était compréhensible s'il ne voulait pas se retrouver avec les shérifs à ses basques. Moi-même, je devais prendre garde à ne pas éveiller l'attention, à ne pas me faire suivre... Mon regard revint à la jeune femme avant de parcourir encore les ruelles, ma vue sans cesse stoppée par ces murs tristes de briques sales. Ils me fichaient le cafard et un profond sentiment de découragement s'empara de moi. L'air marin nous parvenait même si plus une brise ne se levait, ce qui était rare, mais l'atmosphère demeurait poisseuse... normal quand on se trouvait si près de la mer, cette impression d'humidité qui ne vous quittait jamais, la difficulté de faire sécher du linge,... je me redressais en songeant que je devais tout de même me bouger pour retrouver William.

-
Vous connaissez quelqu'un qui pourrait me parler un peu plus de lui ? voire qui pourrait savoir où le trouver ?

Cette dernière question, je l'avais prononcée comme on jette une bouteille à la mer. Portée par d'immenses espoirs et en même temps convaincu de son inutilité, même si le ton était sûr et mon allure générale décidée, ce qui contrastait légèrement pour quelqu'un d'attentif, mais passerait inaperçu autrement. Pouvait-elle ? voulait-elle m'aider ? et pourquoi le ferait-elle ? pour de l'argent ? je n'en avais pas... J'avais failli lui demander de m'aider, mais ravalais vite cette décision : Makayla n'avait aucune raison de le faire, et aucun intérêt non plus...
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: On ne se serait pas déjà croiser quelques parts ? [Livre 1 - Terminé]   Jeu 2 Aoû - 0:57

    Pourquoi tenait-il tant que ça à le retrouver ? Je n'arrivais pas à le comprendre, il n'était pas essentiel à sa vie, quand même ? Sauf s'ils entretenaient une relation contre nature, mais ces choses là ne me regardent pas. J'avais parlé, j'avais dit ce que j'avais à dire franchement. Il n'eut rien à rétorquer, simplement qu'il était quelqu'un en vue, une personnalité du monde de la nuit et que son bar valait le déplacement. Pour les quelques décorations kitch qu'il y avait, je ne voyais pas trop en quoi son bar valait le déplacement, pas pour la décoration en tout cas, c'était certain. Je ne pouvais être sûre de rien, mais si on n'entendait plus parler de lui, c'était pour une bonne raison, une très bonne raison même ! Quand il nous arrive de mauvaises choses, ceci n'est pas pour faire semblant, pour feindre une maladie, une démence. Quand ces choses arrivent, tous, autant que nous sommes nous tombons au fond du gouffre. Ce gouffre est plus ou moins profond vis à vis des souffrances et de notre mentalité. Pour certains, les choses s'enchaînent. La perte d'un être cher, une opération de chirurgie risquée, une séparation, un exil forcé tout cela sont des choses qui arrivent dans ce bas monde. Pour William Raybrandt, le gouffre était sous ces pieds, et il s'enfonçait, de plus en plus assurément. Était-il arrivé au bout de celui-ci ? C'était tout à fait possible, mais point de certitudes. S'il était arrivé au fond de ce gouffre, il pourrait voir le bout du tunnel. Il rebondirait d'une façon ou d'une autre, ici à Glasgow, ou à Édimbourg, ou ailleurs même, loin de ce cocon familial burlesque. Mais Anderson voulait le trouver, alors qu'il lui serait plus aisé d'attendre sagement que cette personne déchue la recontacte. S'ils étaient si bons amis et qu'il avait confiance en lui de façon certaine, alors cela se passerait de cette façon d'une manière ou d'une autre. Si jamais Alaina devait partir du jour au lendemain pour je ne sais quelle raison, elle me manquerait, c'est certains, mais elle me recontacterait d'une façon ou d'une autre, après un certains laps de temps ! Je le savais, c'était comme ça que j'avais pu recroiser Isadora, à la petite partie dans le domaine des loups.

    " Si j'étais vous Anderson, je ne m'amuserais pas à chercher. Déterrer les morts de cette façon pourrait attirer l'attention de mauvaises personnes. Si William vous fait suffisamment confiance, il se débrouillera sans doute pour reprendre contact avec vous. Tout cela pour vous dire que je ne connais personne qui pourrait savoir où il se trouve. N'essayez pas de trouver des réponses là où il n'y a pas de questions ! Votre ami est pour le moment perdu, mais si c'est vraiment un ami, il ne l'est pas pour toujours. Il faut juste que les choses se tassent, c'est encore récent, soyez patient. "

    Je ne sais pas s'il me comprendrait. Mes paroles relevaient presque de la philosophie mais peu importe. Je lui avais dit ce qu'il était le plus sage de faire, libre à lui de prendre en compte mes conseils. Tout ce que faisait Anderson c'était envoyé un message dans une bouteille en verre à travers l'océan. Autrement dit, il n'y avait que très peu de chance que quelqu'un trouve son message, mais que voulez-vous, il semblait têtu, plus que moi encore, c'est vous dire !
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: On ne se serait pas déjà croiser quelques parts ? [Livre 1 - Terminé]   Mar 26 Fév - 18:14

hrpg : absolument désolé !!! pardon, pardon. j'ai oublié. puis je me suis retrouvé sans ordi jusqu'à récemment. merci de m'avoir rappelé. Si tu veux bien accepter cette réponse :

J'insistais trop lourdement et risquais de me faire remarquer. Chercher un prince dans des entrepôts abandonnés, venteux et mal fréquentés était loin de toute banalité et attirerait l'attention. Je devais me reprendre. Après tout, William ne m'avait-il pas vertement réprimé ? n'écoutant que sa pomme, il se mit à tout me reprocher. Seule comptait désormais à ses yeux, les dires de son humaine. Lui avait-elle bousculé l'esprit à ce point ? Je ne voulais que l'aider, mais Makayla avait raison : s'il était vivant -ce qui était forcément le cas ! je ne pouvais imaginer le contraire-, et qu'il ne prenait pas contact avec moi, nul doute qu'une seule raison tenait :

*Il n'a plus confiance en moi !*

Cette certitude m'étreignit et je me sentis perdu, comme un petit garçon au milieu d'une forêt, la nuit, bruissante d'animaux étranges et remplie d'êtres féériques ou démoniaques. Tout à coup, je me sentis vide et inutile. Tout à coup, je me sentis seul. Mes bras, lentement, s'allongèrent le long de mon corps, sans que je cherche à cacher le vide qui s'emparait ainsi de moi. Je n'avais toujours aucune idée de la raison pour laquelle cette femme se baladait dans cet endroit douteux armée d'une arbalète, mais ses réponses m'éclairaient d'un jour nouveau à propos de mon boss. Une certaine rage s'empara de moi, comme un amant éconduit, se rendant compte qu'il était seul à aimer. Mais en fait, la déception, l'abattement, même, primait.

Tout cela pour vous dire que je ne connais
personne qui pourrait savoir où il se trouve. N'essayez pas de trouver
des réponses là où il n'y a pas de questions ! Votre ami est pour le
moment perdu, mais si c'est vraiment un ami, il ne l'est pas pour
toujours. Il faut juste que les choses se tassent, c'est encore récent,
soyez patient.


Je relevais la tête alors qu'elle ajoutait cela, la regardant dans les yeux pour m'assurer qu'elle pensait vraiment ce qu'elle disait et n'y trouvant pas trace de mensonge. "mon ami est pour le moment perdu...". Moi, je l'avais considéré comme un ami parce qu'il m'avait aidé ces trois premières années d'immortalité, mais lui ? comment me considérait-il vraiment.

Le doute s'insinua, mortel, et me posa toutes sortes de mauvaises questions : il n'y avait qu'à voir comment il me traitait depuis que sa pomme avait porté de mauvais témoignages sur moi. Il la croyait plus que moi ! c'était de la jalousie ? non ! je m'en défendais ! je n'étais pas jaloux de la place de l'humaine dans le coeur du prince déchu. D'ailleurs, sa chute, il la lui devait, à elle ! et pas à moi. Espérant à demi, je répondis :

-
Croyez-vous vraiment qu'il reprendra contact avec moi ? parce qu'il me considérera comme son ami ?

Une teinte d'espoir ? comme un chien qui aurait reniflé un relent de l'odeur de son maître perdu. Je devais être pathétique. Il ne manquait plus que la pluie pour me tremper complètement et j'aurai l'air d'un clébard à la recherche d'un maître ne voulant plus de lui. J'allais faire pitié à cette femme ?!!! non ! je me redressais.

-
Vous avez probablement raison. Je vais reprendre ma vie, et s'il a besoin de moi, il viendra me trouver.

J'avais l'air résolu. Fort, même. Elle m'avait reconnu tout à l'heure et savait sans doute ce que j'étais désormais, pourtant, elle n'avait pas peur de moi. Cela me frappa :

-
Au fait... je vous remercie de n'avoir fait aucun cas de ma nature présente. Cela ne vous effraie pas ?


Dernière édition par Leslie Ryan Anderson le Sam 2 Mar - 20:35, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: On ne se serait pas déjà croiser quelques parts ? [Livre 1 - Terminé]   Jeu 28 Fév - 1:23

    Je lui répondais sincèrement comme je l'aurais fait à n'importe qui, mais je ne savais pas trop pourquoi il cherchait tant que ça à le retrouver. Il doutait de lui, cela se voyait, et en plus il semblait vouloir jouer aux vampires. Il faisait bien ce qu'il voulait après tout, ça ne me regardait pas le moins du monde, mais il était devenu bizarre, enfin, je ne sais pas, je le sentais comme ça. Chercher quelqu'un par ici était logique mais me poser des questions comme ça à moi qui ne suit pas du coin alors que je suis armé d'un arc et de flèches, cela rendait la situation encore plus folle. Enfin, là je parlais simplement avec lui, rien de plus. Je ne savais pas ce que devenait William Raybrandt, pour moi, il était toujours le gérant de la Pomme du Diable mais il semblerait que ce ne soit pas le cas.

    " Je ne peux pas vous dire. Il semblerait que vous l'estimez énormément, est ce que cela est réciproque ? Je ne peux pas répondre à votre place à vous de voir. "

    Il devait se résoudre à avancer, aller de l'avant, un homme ne peut pas tout faire. Lorsque mon père était partie, je ne m'étais pas amusé à le chercher. Même quand j'étais en âge de le faire, je ne me suis pas amusé à cela. Je me disais que s'il était encore de ce monde qu'il me contacterait le moment venu, je n'avais rie à attendre de lui. Leslie me dit alors que j'avais probablement raison, qu'il ne devait plus s’appesantir sur le sort de cet homme, même s'il était un bon ami à lui. Les choses sont parfois difficiles, mais quand vous n'avez plus de nouvelles de certains ou certaines, votre vie ne s'arrête pas pour autant. Du moins, c'est comme ça que je le voyais. Puis il me parla de sa nature, si cela ne m'effrayait pas. Pourquoi est ce que cela devrait m'effrayer ?

    " Non, vous ne me semblez pas être hostile envers moi, pourquoi devrais-je prendre peur ? Si je suis ici à une heure pareil de la nuit, c'est que je n'ai pas vraiment peur de rencontrer du monde. Enfin, si j'avais peur, je ne serais pas là, je serais tranquillement chez moi en train de dormir. "

    Je ne sais pas si cette réponse lui conviendrait mais je n'en avais pas d'autres à lui donner. Je ne sais pas s'il avait d'autres choses à me demander, ou s'il voulait parler encore un peu, mais je sentais que cette rencontre touchait à sa fin. Peut être qu'il m'inviterait à boire un verre qui sait ...
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: On ne se serait pas déjà croiser quelques parts ? [Livre 1 - Terminé]   Sam 2 Mar - 20:34

Je me demandais tout de même si mon attitude réussirait à cacher l'angoisse qui montait en moi et qu'aggravait ses dires :

*William m'aimait-il ? ou tout au moins, me portait-il un quelconque intérêt ? m'appréciait-il seulement ? *

Avant, oui ! mais la fin de notre relation s'était révélée tumultueuse, surtout à cause de ce qu'avait dit la pomme du prince à mon sujet. L'impression qu'il ne voulait plus de moi, pire, qu'il me voyait comme... Le souvenir me revenait, toujours et encore, des premières nuits durant lesquels il avait été si... Je déglutis discrètement et l'acidité du doute me laissa un mauvais goût dans la bouche, au sens propre.

*est-ce réciproque ?...*

comment le savoir ? en préjuger ? en fait, rien n'était moins sûr, mais il pouvait aussi s'agir d'une manière de me protéger : le bruit courrait que je n'avais plus l'oreille de William peut avant sa déchéance, ce qui expliquait qu'à ce jour, j'avais encore mon boulot à La Pomme du Diable. Moi non plus, je ne pouvais pas répondre, mais cette femme posait les bonnes questions, un peu comme une conscience extérieure, ce qui éveilla mon intérêt pour elle. Cependant, je devais me méfier, parce qu'elle était journaliste, parce que désormais, j'agissais dans les méandres politiques qui me dépassaient largement, des luttes de pouvoirs que je ne saisissais nullement et comprenais bien moins encore, puisqu'incapable de me douter de leur existence. Les connaissaient-elles, elle ?

-
Je ne sais pas....

laissais-je simplement échapper, tandis qu'une brise marine s'engouffra entre nous, soulevant quelques papiers avant de les laisser tomber, révélant au passage les odeurs d'iode puissants qui nous transportaient à mille miles des côtes, puis je continuais, plus fort :

- De par ma nature, je pourrais gravement vous nuire.

Il ne faisait pas froid, juste humide... -que je le veuille ou non, car ma nature n'était pas toujours bien canalisée, mais cela, je ne pouvais me permettre de le préciser, c'était sous entendu, et j'étais certain qu'elle l'entendait tout à fait-, car nul doute qu'elle savait, pour moi, ou se doutait. Officiellement, j'étais mort. Et maintenant, ici, bien "vivant", à la recherche d'un prince déchu auquel je semblais vainement attaché. N'empêche que rien n'expliquait sa présence ici : cette nana faisait des reportages. Et une journaliste ne se "balade" pas "tout simplement" la nuit, armée d'une arbalette, sans bonnes raisons. Etrange comme désormais la température n'avait plus d'effet sur moi, j'eus l'impression de le découvrir juste maintenant, cette nuit, en présence de cette fille. Je souris, brusquement amusé par la tournure des événements, et désignant son engin d'un autre âge :

- Alors, vous faites quoi, ici, avec ça ? vous jouez les cupidons ?

Les souvenirs arrivaient comme le ressac d'un océan battant les côtes déchirées offertes à ses attaques perpétuelles, battant ma cervelle, dansant dans mes pupilles comme dans un rêve éveillé : je revis les conférences de presse officielles, dans une salle spéciale du commissariat, et aussi sur les marches du tribunal, alors que je venais de déposer sous serment, ou encore à la sauvette, sur les lieux d'un crime, elle, son micro tendu, ses yeux interrogateurs... j'avais vu son évolution. Au début, elle n'était qu'une journaliste dans la masse des autres. Puis, son professionnalisme s'était peu à peu affirmé, la différenciant de ses confrères... sa manière... Je me demandais si je retrouverais son "style", là, dans cette ruelle infâme d'un quartier de perdition où nous n'avions rien à faire, finalement, ni l'un ni l'autre.

Sauf que nous y étions.

Et pour une raison bien précise.

Je lui avais dévoilé la mienne. Mais pas elle. Et je voulais savoir. "donnant-donnant, comme à la belle époque où mon sang me battait les tempes, où je vomissais, le soir, en rentrant chez moi, après avoir vu ce que personne ne devrait voir et qui me laissait indifférent maintenant que je... je refusais de dire : "que j'étais un non-mort". Preuve que je n'acceptais toujours pas ma nouvelle non-vie. Mais ça, c'était mon problème.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: On ne se serait pas déjà croiser quelques parts ? [Livre 1 - Terminé]   Dim 3 Mar - 23:30

    Il ne savait donc pas si ce qu'il ressentait envers William était vraiment réciproque, mais s'ils sont amis, alors cela devrait marcher dans les deux sens, mais comme cela semblait être une impasse, je n'insisterais pas la dessus, ça ne mènerait à rien. Je lui disais donc que je n'avais pas peur de lui, pourquoi le devrais-je ? J'avais cru comprendre qu'il s'était fait passé pour mort ou un truc du genre, mais il était devant moi alors il ne l'était pas. Sans doute voulait-il jouer aux vampires, ceci devait être plus marrant que de rester policier, enfin ceci le regardait, personnellement ça m'était bien égal. Il me disait qu'il pourrait me nuire, mais il n'en avait pas l'intention et puis s'il avait envie de m'agresser, je lui mettrais une flèche dans le bras, ça devrait le calmer.

    " Si vous aviez l'intention de me nuire, je pense que vous l'auriez déjà fait, non ? "

    Cette question n'appelait pas forcément de réponse, c'était pour ainsi dire une question de rhétorique. Mais peut être qu'il se justifierait par rapport à ce que je disais, je ne savais pas trop à quoi m'attendre avec lui. Puis il me demanda ce que je faisais avec mon arc et mes flèches au beau milieu de la nuit. C'était pourtant simple comme bonjour, je m'entraînais sur des cibles mouvantes.

    " Je jouerais les cupidons au plein milieu de la nuit alors qu'il n'y a personne ici ? Non, je ne suis pas là pour ça. Je m'entraîne au tir à l'arc, c'est un sport que je commence depuis peu, alors en dehors des entraînements, je vais dans des endroits peu fréquentés pour essayer de tuer des animaux, des rats au niveau du port, mais je vais aussi dans la forêt pour tuer des lapins ou des oiseaux, du moins j'essaye. Cela vous étonne que j'agisse de la sorte ? Cela ne colle peut être pas à l'image que vous gardiez de moi. "

    Et je faisais un petit sourire après cela, comme pour lui dire que je plaisantais un peu avec lui, mais je ne savais pas trop à vrai dire. Peut être voulait-il essayé mon arc ? Peut être voulait-il que je lui tire dessus ? Peut être qu'il était sadomasochiste pour qu'il veuille que je lui tire dessus ? Je souriais à cette pensée complètement saugrenue.

    " Et vous ? Vous êtes simplement ici pour chercher votre ami ? Ou c'est une bonne excuse pour se promener durant la nuit en cette douce nuit d'automne ? "

    Il ne faisait ni chaud ni froid pour la saison. Nous étions sur le port, nous pouvions sentir l'air marin, l'humidité non loin de nous, mais je ne savais pas trop si cela était vraiment significatif.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: On ne se serait pas déjà croiser quelques parts ? [Livre 1 - Terminé]   Mar 5 Mar - 19:30

J'avais l'air plus détendu maintenant, moins surpris, moins l'air aux aguets, et plus du tout à fureter à la recherche du prince déchu. Je me fis la réflexion que sans doute, je m'étais un peu trop découvert, mais finalement, ma candeur avait trouvé grâce aux yeux de la jeune humaine qui me parla de chasse. Ainsi tuait-elle des animaux, comme cela, sans raison. J'en fus surpris et choqué. Pour moi, la chasse était vitale et se terminait immanquablement par un bon repas, non ? la chasse pour le plaisir représentait à mes yeux l'absolu négation du vivant, de l'identité, de la valeur propre à chaque être. La chasse n'était pas un sport, mais une chose sérieuse, fille de la nécessité de se nourrir. Parfois, un peu de plaisir, bien entendu, mais jamais pour abandonner en vain le cadavre inutile de la proie. Curieux, pour un vampire, non ? Je tiquais un peu à une telle révélation et me fis la réflexion que, devenue immortelle, cette journaliste serait... bon, bref. En plus, elle ne prenait aucun risque à chasser des proies sans défenses, mais sans doute passerait-elle un jour à tout autre chose. Mes pupilles scrutèrent son regard à la recherche de son âme. Averti à présent des possibles travers de la belle, je décidais de la regarder d'une tout autre manière.
" Si vous aviez l'intention de me nuire, je pense que vous l'auriez déjà fait, non ? "

*C'est pas faux... mais à la lumière de votre caractère, ma chère... vous comprendriez une chasse gratuite, peu fatigante, et avec, à la clef, du sang bien tiède à gogo...*

Bref, sous entendu : il n'y a que les idiots qui ne changent pas d'avis. Et le True Blood me lassait. Je prenais goût au sang frais, pris à la source.

Cela ne colle peut être pas à l'image que vous gardiez de moi. "

*Son image... je me remémorais les interviews pendant lesquelles je l'avais croisée, précise, professionnelle, avare de superflu, pas le genre à perdre son temps à chasser les petits oiseaux pour semer ensuite leurs cadavres tristes derrière elle.*

-
Non.

Réponse lapidaire, laconique, spartiate. C'était la même chose, de toute manière et Makayla pouvait y sentir toute la réticence née de son comportement, et propre a éteindre tout à fait le petit sourire de ses lèvres douces. Je me demandais ce que j'allais faire d'elle... tester ses flèches dans ses chairs fermes et tendres, observer sa surprise et sa douleur, sentir le sang, sentir mes crocs s'allonger, bondir sur l'humaine et me repaître, ressentir sa peur, sa surprise, son effroi, son dégoût, son...

*plaisir ?!!!!*

mes pupilles s'élargir à cette possibilité impensable. Bien qu'avec la journaliste, tout sembla possible désormais. Heureusement elle changea de sujet et je repris mes esprits :

-
Mouais.... disons pour une balade automnale.

Mieux valait afficher profil bas : savait-on jamais si cette nana n'allait pas tout raconter aux ennemis de William ? Le sang battait à sa jugulaire et m'attirait lentement. Sans m'en rendre compte, fasciné, je m'étais approché et ne me trouvais plus qu'à deux doigts de la jeune mortelle, obligé de baisser un peu la tête pour continuer à capter son regard, promettant dans le mien, bien des plaisirs à venir. Pourquoi me faisais-je si charmant -ou plutôt charmeur- tout à coup ? Etait-ce une autre façon d'obtenir une proie ? sans la tuer ? seulement en prélevant un peu de son liquide carmin et ferreux ? se souviendrait-elle de moi une fois que j'en aurais terminé ? j'ignorais tout, à vrai dire, des capacités nombreuses de ceux de ma race... Ma main se posa doucement sur l'épaule fine de Ma' et mon front se posa sur le sien. Je murmurais des choses incompréhensible mais le son de ma voix était littéralement hypnotique, de même que mes yeux... quant à savoir si Makayla se trouvait sous le charme ou non... et que se passerait-il si oui ? et que se passerait-il si non ? alors là... peu m'importait pour le moment, que la promesse de quelques longues et délicieuses gorgées. Je me promettais de ne pas la blesser, de tout effacer de sa mémoire, si je le pouvais, de.... lequel de nous deux était le plus fasciné par l'autre ? Jamais encore je n'avais laissé une proie vivante derrière moi, incapable que j'étais de m'arrêter avant la dernière goutte. Le pourrais-je maintenant ?

*Trop de questions !*

je ne pensais plus à rien.



avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: On ne se serait pas déjà croiser quelques parts ? [Livre 1 - Terminé]   Mer 6 Mar - 2:06

    Bizarrement, je sentais qu'Anderson était en train de perdre les pédales. Je ne sais pas pourquoi, mais je le voyais faire, il se prenait pour un vampire donc, chacun son mode de vie après tout, mais s'il était à fond dans son personnage, il voudrait peut être jouer avec le feu, mais nous n'en étions pas là, si ? Je plaisantais un peu avec lui, mais il ne semblait pas comprendre, ce qui m'étonnait quand même. C'était lui qui avait démarré pour rire en disant que je jouais les cupidons, je rentrais dans son jeu et il en souriait à peine. En tout cas, il me répondit non à ma première question, ainsi il voulait me faire du mal à présent ? Il avait perdu l'esprit, cela ne faisait aucun doute, mais je ne me laisserais pas faire, s'il voulait effectivement de faire quelques choses. Je ne comprenais plus ce qu'il faisait. Il était donc ici pour une petite balade, mais il ne semblait même pas convaincu par ces propos. Qu'est ce qui était en train de lui arriver ? Il devait commencer à fatiguer peut être le pauvre, vu l'heure tardive, je ne savais pas trop, je ne savais plus rien. Il s'était rapproché de moi, insidieusement, comme s'il allait m'embrasser ou faire quelques choses d'autres. Je le laissais faire pour le moment, mais s'il tentait quelques choses de trop déplacer, il goûterait de mon poing. Il se rapprocha jusqu'à avoir son front contre le mien, sa main ferme sur mon épaule. Je réagissais aussitôt lui donnant un coup d'arc sur la tête. J'en étais presque désolé, mais je ne comprenais pas ce qu'il lui arrivait.

    " Vous jouez à quoi Anderson là ? Vous me posez des questions sur votre ami et après vous essayez de m'embrasser ou quelques choses dans le genre ? Je ne suis pas cupidon, mais si vous incitez, vous pourrez goûter de mes flèches. "

    Je ne voulais pas de malaise entre nous, mais en agissant de cette façon, je lui disais clairement que je n'étais pas intéressé par lui. Il n'était pas spécialement séduisant, mais ce n'était pas ça le problème. C'était plutôt qu'il avait agit un peu n'importe comment surtout. Il s'était approché de moi, posant sa main sur mon épaule et son front contre le mien. Qu'est ce qu'il voulait ? Il me répondrait sans doute bien vite, trop vite. Mais je le tenais en joue, mon arc était à présent droit, une flèche postée comme il se doit pour dégainer et lui faire mal. Le bout des flèches était en argent, on m'avait dit que cela était plus utile dans le coin, qu'elle serait plus pénétrante dans la proie.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: On ne se serait pas déjà croiser quelques parts ? [Livre 1 - Terminé]   Mer 6 Mar - 8:31

" Vous jouez à quoi Anderson là ?

Je sursautais et reculais vivement, interpellé et brutalement réveillé, comme par une douche froide.

- Hein ?

Peut-être avais-je l'air ahuri alors que la jeune femme continuais sur sa lancée, à propos de mes recherches sur William et tout ça, mais peu importait. J'avais du mal à me reprendre et déglutis plusieurs fois et clignant des yeux. Avais-je perdu la tête ? Personne, absolument personne ne devait savoir ce qui s'était passé à l'intant. Je trouvais une parade bête mais qui pouvait tenir debout :

- Excusez moi, Makayla... je ne sais pas ce qui m'a pris... Je... là, tous seuls tous les deux.

Puis, je me récriais :

- Je n'ai rien d'un pervers, vous savez... J'ai juste cru que vous et moi...

Mieux valait passer pour un abruti, un amoureux éconduit que pour un vampire incapable de se maîtriser. Puis je ris et ajoutais, entre deux hoquets :

- Bof... non... pas envie de goûter à vos flêches...

Je haussais les épaules en lui montrant la paumes de mes mains, pour bien lui signifier que je ne lui ferai aucun mal, même si l'odeur de son sang me titillait agréablement les narines et éveillait en moi un instinct que je ne connaissais pas encore vraiment :

- Pour me faire pardonner, je vous inviter à boire ou à manger un truc, ok ? j'ai vu un pub pas loin, genre bien typique...

*Quel con ! *

Et j'imaginais la bombe : elle écrivant un article dans son satané journal, sur le commissaire devenu vampire et tout ! personne ne devait savoir, personne. Si elle avait ne fut-ce que l'intention d'écrire un tel truc, je devrais la tuer et surtout, surtout, fuir très, très, très loin de l'Ecosse. Et je ne m'en sentais pas la force.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: On ne se serait pas déjà croiser quelques parts ? [Livre 1 - Terminé]   Jeu 7 Mar - 0:24

    Je ne sais pas ce qu'il venait d'arriver à Anderson, mais on aurait dit qu'il avait envie de moi d'un coup comme ça sans prévenir et que ma phrase l'avait fait revenir à la réalité. Non, mais qu'est ce qu'il lui prenait ? Je ne comprenais pas vraiment. Il semblait se réveiller d'un rêve éveillé, je ne saurais tellement vous dire, mais je me montrais claire avec lui. Il s'était mis à fantasmer sur lui et moi comme ça d'un coup, alors qu'il ne pensait plus à ce qu'il m'avait dit au début. En tout cas, cela m'avait remonté, je n'avais plus envie de rester dans le coin. Il avait été assez intelligent pour arrêter ce qu'il avait l'intention de faire, heureusement pour lui ou pour moi, je ne sais pas trop comment dire cela. Il voulait se faire pardonner en m'invitant dans un pub bien typique d'Ecosse qu'il avait vu dans le coin, mais je n'avais pas faim, je n'avais pas non plus envie de boire quoique ce soit. Il se sentait obligé de m'inviter pour se faire excuser, et cela ne me plaisait pas trop. Je ne lui en tiendrais pas rigueur la prochaine fois que je le verrais, mais à présent je me méfierais de lui.

    " Il vaut mieux pour vous que vous ne goûtiez pas mes flèches, elles pourraient vous faire mal au derrière. "

    Il me proposait donc de nous rendre dans un pub, mais à cette heure de la nuit, ils étaient tous fermés dans le coin, sauf dans le quartier vampire logiquement, mais je n'avais pas envie de me rendre là-bas, j'étais ici dans un but d'entraînement, je ne voulais pas changer ces plans parce qu'il avait essayé de m'embrasser ou de faire quelques choses de pire.

    " Nous vous en faites pas pour moi. Ce n'est pas la peine de m'inviter dans un pub à l'heure qu'il est. Je n'ai pas faim, ni soif de toute façon. Je crois que nous avions dit ce que nous voulions nous dire, n'est ce pas ? "

    Je ne savais pas ce qu'il allait me dire, mais en fonction de sa répondre, je tournerais les talons pour aller un peu plus loin, peut être même partir de cette endroit pour me rendre en forêt, je ne savais pas trop, j'avais toute la nuit devant moi.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: On ne se serait pas déjà croiser quelques parts ? [Livre 1 - Terminé]   Jeu 7 Mar - 20:10

" Il vaut mieux pour vous que vous ne goûtiez pas mes flèches, elles pourraient vous faire mal au derrière. "

- Ah ! ah ! ah !!!

Je ris d'un rire franc, libéré par ce que je pris pour de l'humour. Sans pour autant oublier la propension innée de l'humaine à la chasse gratuite révélant un caractère sauvage et cruel. J'imaginais une telle personne affublée de la puissance vampire. Bref, pour le moment, elle me sortait de l'ornière. Finalement, je m'arrêtais de rire et la regardais plus sérieusement. Makayla n'avait pas tort lorsqu'elle ajouta que les pubs étaient fermés à cette heure. Ben oui... il était plus d'une heure du mat'... à mon tour de me moquer gentiment :

-
Ah oui, c'est vrai... les rats...

J'esquissais une moue de dégoûts :

-
Pas mon plat de résistance.

Il était temps de nous séparer, alors, autant profiter de son affirmation que nous nous étions tout dit.

-
Certes, certes...

Je la saluais en secouant un peu la main -paume vers elle- et fis demi-tour, direction les quais :

-
Salut alors... à la prochaine !

Après tout, j'étais venu chercher William, non ! dès que la journaliste serait hors de vue, je reprendrais mes recherches, partagé entre l'envie de le retrouver et le doute quant à son point de vue sur moi. Je devais le convaincre de ma loyauté à son égard.

hrpg : je crois que c'est fini, non ? désolé... c'est un peu court... merci pour le rp
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: On ne se serait pas déjà croiser quelques parts ? [Livre 1 - Terminé]   Jeu 7 Mar - 20:54

    J'essayais de ne pas trop le prendre mal en faisant preuve d'humour mais ce type qui ne m'avait jamais inspiré tellement confiance avait agis d'une façon encore plus bizarre que d'habitude. Cela faisait longtemps que je ne l'avais pas vu, je lui avais toujours posé les bonnes questions. Mais là, je ne sais pas, j'avais essayé de l'aider et il avait cru qu'un coup était possible avec moi, enfin c'est ce qu'il me disait mais je n'y avais pas vraiment cru. Bref, si sa présence ne me dérangeait pas jusque là, je n'avais à présent plus rien à lui dire. Et lui non plus ne semblait plus rien avoir à me dire. Je l'avais éconduit plutôt efficacement dans sa proposition de boire un verre. Il était bien trop tard pour cela et puis il ne l'aurait fait que par pur politesse, et ça ne me plaisait pas, je préférais quand cela était plus spontanée, plus volontaire dirons-nous. Il avait donc rit à ma tirade avant donc me de reparler des rats, et de me dire au revoir en somme.

    " Oui, à la prochaine. "

    Sans plus un mot, il partait d'un côté et moi d'un autre. Je ne savais plus si je devais continuer mon activité de mon côté, ou si je devais simplement rentrer à la maison. Mais peut être que je pourrais explorer un peu le Port sur la Clyde, peut être qu'il me donnera des informations sur je ne sais trop quoi, ou pas. En fait, non, je crois qu'il est préférable que je parte d'ici, cet endroit ne m'inspire pas tant que ça, et puis, il n'y a pas grand monde. Je devrais aller me coucher, je testerais mes flèches demain sur des cibles plus appropriées sans doute.


THE END
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: On ne se serait pas déjà croiser quelques parts ? [Livre 1 - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
On ne se serait pas déjà croiser quelques parts ? [Livre 1 - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» On ne se serait pas déjà croiser quelques parts ? [Livre 1 - Terminé]
» Se croiser par hasard [pv]
» Martelly serait-il , lui aussi , un repris de justice ?
» [FB] Croiser le fer avec un pirate ça fait quoi ? Mal...
» Un bain ne serait pas de refus ! [PV Shini!]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: Port sur la Clyde :: Ruelles
-
Sauter vers: