AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Un petit arrangement vaut mieux qu'un grand conflit [Livre I - Terminé]
MessageSujet: Un petit arrangement vaut mieux qu'un grand conflit [Livre I - Terminé]   Jeu 31 Mai - 18:02

Cela faisait quelques jours à présent que j'occupais ce luxueux appartement du centre-ville de Glasgow acheté suite à mon accession au titre de Maître vampire. Afin que les choses soient claires et pour éviter d'éventuelles complication à vivre en permanence à Edimbourg, qui n'était plus mon domaine, j'avais établi ma résidence principale dans ce quartier huppé de la capitale écossaise. Cependant j'avais conservé mon ancien logement avec l'accord de mon désormais collègue Adrian Softov car il possédait certaines capacités que n'avaient pas en revanche mon logement de Glasgow plus récent. Mais assez parlé d'immobilier, ce n'était pas le plus important ce soir. Mon invitée de la nuit était mon ancienne collègue Evey, la shérif avec qui je partageais à l'époque la gestion d'Edimbourg et qui à présent est seule à la tête de la ville pour son plus grand plaisir à n'en pas douter.

Si j'avais donc déménagé mon logement principal je n'avais pas encore décidé de ce qui allait en être de mon entreprise, la Reds et pour le moment elle demeurait à Edimbourg. Seulement après réflexion j'en suis venu à penser que j'aurai tout intérêt à transférer le siège de ma société sur mon domaine et plus précisément à Glasgow. Ceci aurait de plus un impact non négligeable sur l'image de la Redsecurity et l'emplacement que je pourrais lui obtenir. J'avais déjà en tête le lieux possible où installer celle-ci, ici-même. Pas au sein de mon appartement mais bien dans le même immeuble, le bâtiment étant pratiquement neuf, je savais que les derniers étages, les plus chers, étaient encore libre. Vu la superficie de chaque étage de l'édifice il me faudrait en acheter trois, les trois qui se trouvaient juste en dessous de mon appartement. Bien qu'ayant beaucoup de moyens j'userai de mon don hypnotique sur l'agent immobilier afin d'obtenir des conditions de ventes optimales, comme je l'avais déjà fait pour l'achat de mon appartement. Pourquoi déployer autant de moyens pour déménager mon entreprise alors que rien ne m'y obligeait?

Parce qu'Evey McIntyre dirigeait elle aussi une société de sécurité sur Edimbourg et que si je pouvais éloigner la Reds de celle-ci ce ne pourrait être que bénéfique pour mon entreprise, d'autant que la majorité de mes clients me suivraient même si cette dernière été transférée sur Glasgow, me servant de publicité pour mes nouveaux clients de la capitale. L'autre intérêt de ce transfert était aussi qu'ainsi je pourrais étendre la même toile d'informateurs au sein de la ville et de toutes ses strates que dans mon ancien fief. Mais assez bavardé, il est temps de se concentrer sur ce rendez-vous d'affaire. Je jetai un œil à l'heure pour voir qu'il était temps que je me prépare pour accueillir la shérif, aussi passai-je une tenue simple ( voir ici ). Une fois ces vêtements passés je me dirigeai vers la cuisine ouverte et en sorti deux verres ainsi que deux poches de sang AB+ que je vidai dans une carafe et déposai sur la table basse du salon. J'allai ensuite sur ma terrasse observer les lumières de la ville en attendant la vampire et réfléchissant à l'échiquier qui régentait les faits de l'actualité. Lorsque la sécurité à l'entrée de l'immeuble fit s'enclencher l'interphone de mon appartement je tendis l'oreille.


Excusez-moi Monsieur Guillemaud, mademoiselle McIntyre est arrivée. dit la voix respectueusement, attendant que je donne mon assentiment pour qu'il laisse monter la vampire. Si je pouvais laisser des consignes aux agents de l'entrée pour qu'il laisse monter mes invités sans les contrôler, je n'en avais rien fait concernant la shérif. Disons que c'était là ma façon de montrer que j'avais gagné notre compétition cordiale établie entre nous du temps où j'étais encore son égal. Ainsi donc je répondis à la voix de l'interphone depuis l'entrée de ma terrasse d'un ton neutre.

Vous pouvez la faire monter.

Je patientai quelques instants le temps que l'ascenseur l'élève jusqu'à l'étage de l'entrée de mon appartement et qu'elle sonne pour me diriger vers ma porte et lui ouvrir, affichant un léger sourire.

Bonsoir Evey, je suis heureux que tu sois venue, entre je te prie. dis-je plus pour la forme que pour la remercier d'être venu tout en paraissant sincère, en effet étant donné que j'étais désormais Maître vampire elle ne pouvait refuser mon invitation hormis sur ordre d'Adrian, son supérieur. Je l'invitai donc à me suivre et à prendre place dans un fauteuil proche de la table basse où se trouvaient deux verres et la carafe de sang.

Prend place si tu veux bien Evey, une coupe? demandai-je tout en me servant un verre de sang en attendant qu'elle me réponde, puis une fois que ce fut fait j'entamai alors la discussion. Alors ma chère, heureuse d'être seule à la tête d'Edimbourg à présent?
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un petit arrangement vaut mieux qu'un grand conflit [Livre I - Terminé]   Ven 1 Juin - 16:48

A Edimbourg, la société de sécurité privée de Evey ne fonctionnait pas au mieux. Pour remédier à ce léger problème qui la menait lentement mais sûrement à la faillite, la belle n'hésitait pas à envoyer des lettres de menaces anonymes à des personnes riches et ou importantes de son entourage puis de leur proposer, l'air de rien, les services de son entreprise. Ainsi, elle parvenait à renflouer partiellement les caisses de sa société.
Seulement, un problème majeur venait contrarier ses plans. En effet, l'entreprise de Julien Guillemaud, proposait les mêmes services et la concurrence était loin d'être rude puisque la Redsecurity écrasait la société d'Evey de part ses bénéfices et de son image de marque.
Ce fut donc avec joie que la vampire accepta l'invitation de Julien à son nouveau domicile afin de discuter du potentiel transfert de sa société à Glasgow. Bien évidement, elle devrait user de flatteries et autres bassesses avilissantes mais elle était prête à tout pour sauvegarder ce train de vie auquel elle était habituée.

Evey aimait les belles choses et montrer à tous ses biens. C'est dans cette optique qu'elle décida de parcourir les cinquante-deux miles qui séparaient Edimbourg de Glasgow avec sa MGB rouge. Son garde du corps personnel, Freddy, lui ferait office de chauffeur. Trapu et l'air menaçant, il dissuadait n'importe quel voyou d'importuner sa patronne.
Afin que le vent ne la décoiffe pas durant son voyage dans son cabriolet, Evey noua un foulard de soie autour de ses cheveux. L'air frais de la nuit parcourait son visage tandis que le bolide accélérait sur la quatre voies.
A peine eut-elle le temps de profiter du voyage qu'ils étaient déjà arrivés à destination. Précautionneusement, le chauffeur gara la voiture et Evey put en sortir. Elle observa un instant l'immeuble où vivait Julien. Neuf, la vampire ne lui trouva aucun charme. Un sourire narquois se dessina sur son visage illuminé à l'idée de cet entretien qui promettait d'être divertissant.
D'une démarche féline elle s'approcha de la porte principale de l'immeuble tandis que son chauffeur la précéda afin d'interroger l'interphone. Celui-ci émit une sonnerie stridente avant de mettre en relation l'employé d'Evey avec celui de Julien.


"Madame McIntyre est arrivée." Dit Freddy sur un ton cérémonieux.

A ces mots, le visage de la vampire se décomposa. Elle leva la main et gifla violemment l'homme avant d'enfoncer le talon de sa chaussure dans son pied. Un mince filet de sang coula de son nez et une expression traduisant une intense douleur apparut sur son visage râblé.

"Mademoiselle...abruti!" Lâcha-t-elle, l'air visiblement vexé.

Le chauffeur baissa les yeux, apeuré, humilié et blessé.
Un portier, l'air impassible, ouvrit la porte et invita Evey à entrer. Toujours hors d'elle, elle s'introduisit dans le hall de l'immeuble en furie, suivit par Freddy qui, de la manche de son pull, essuyait le sang qui coulait à présent sur son menton. Reprenant ses esprits il trottina jusqu'à l'ascenseur afin de l'appeler. Les portes s'ouvrirent et Evey entra avant lui.
Une musique d'ambiance envahie soudain l'espace au plus grand désespoir d'Evey dont l'humeur était déjà bien entamée.
Enfin, ils arrivèrent à l'étage de l'appartement de Julien. Ils se dirigèrent vers la porte et Freddy sonna. Evey souffla, impatiente.
Soudain, Julien ouvrit la porte, un léger sourire sur les lèvres.


"Bonsoir Evey, je suis heureux que tu sois venue, entre je te prie."Dit-il.

D'un geste il l'invita à entrer et à le suivre. Evey, d'un regard, fit comprendre à Freddy de rester à l'entrée de l'appartement. Puis, elle s'avança et dit:

"Bonsoir Julien. Merci pour ton invitation."

"Prends place si tu veux bien Evey, une coupe?" Poursuivit-il.

Elle s'assit élégamment dans le fauteuil et hocha la tête. Boire calmerait ses nerfs.
Elle observa Julien. Il était beau, comme toujours, mais vêtu le plus simplement du monde. Pensait-il qu'elle ne méritait pas qu'il fasse des efforts pour la recevoir? Evey prenait cela comme une insulte.
Elle, par contre, avait sortie le grand jeu. Moulée dans une longue robe de soie noire, elle était somptueuse et ses courbes étaient à damner un saint.


"Alors ma chère, heureuse d'être seule à la tête d'Edimbourg à présent?"

Dit-il soudain alors qu'elle trempait ses lèvres dans le sang AB+ qu'il venait de lui servir.
D'une voix charmeuse elle répondit:


"Tu ne peux pas savoir à quel point!"

Elle laissa échapper un rire cristallin avant d'enchaîner d'un ton ironique:

"Mais tu me manques affreusement, tu peux me croire."

Une lueur dans les yeux elle fixa le Maître vampire. Elle sentait sa supériorité et elle détestait cela. Cette mise en scène était un jeu et Julien le savait. Depuis toujours, une rivalité existait entre eux et ils se délectaient tout deux des mots faussement polis qu'ils s'envoyaient au visage. Mais là, il était son supérieur, il avait gagner la compétition... Enfin, pour le moment.

"Comment vont les affaires?" Fit-elle, mine de rien, en jouant avec la bague, sertie d'un diamant de taille outrageuse, qu'elle portait à l'annulaire.

De son autre main elle vérifia sa coiffure puis posa son regard perçant sur Julien, curieuse de voir comment prendrait fin cette conversation.


Dernière édition par Evey McIntyre le Dim 10 Juin - 17:20, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un petit arrangement vaut mieux qu'un grand conflit [Livre I - Terminé]   Ven 1 Juin - 17:44

Du fait d'avoir partagé un temps mon poste de shérif avec la vampire je savais qu'elle aimait étaler sa richesse et son pouvoir, bien plus que moi. Pour ma part je trouvais bien plus efficace de prouver ma puissance par mes actes, car nul autre qu'eux font de vous ce que vous êtes, bien plus que la voiture que vous conduisez ou encore la bague que vous portez. C'est donc cette pensée en tête que je souris lorsque j'aperçus le bijou monstrueux qu'arborait Evey pendant que je lui tendais une coupe de sang. Je laissai s'échapper un rire amusé lorsqu'elle s'exprima avec ironie quant au fait que je lui manquais, certain du contraire. Du temps où nous jouions encore dans la même cour nous avions l'habitude de ces fausses manies entre nous, agrémentant ainsi notre compétition pour la suprématie d'Edimbourg. Seulement sa dernière question émise l'air de rien, m'apparut comme étant sérieuse.

Je savais que nos deux sociétés étaient en concurrences et que la Reds tirait son épingle du jeu, notamment grâce à l'image qu'avaient nos clients de l'entreprise mais aussi de celle que j'entretenais personnellement vis à vis de la haute société humaine et de l'opinion publique de manière générale. Ce n'était pas pour rien que je m'appliquais à renvoyer aux humains l'image d'un vampire respectueux des lois et de leur espèce telle que Morgane Raybrandt nous présentait à l'Humanité. Nul doute que c'était là une des clés de la bonne marche de mon entreprise, à cela ajouté des agents des plus compétents. J'avais pleinement conscience que transférer les locaux de ma société à Glasgow permettrait à Evey de développer davantage la sienne, mais cela était calculé. Tout d'abord je savais que la majorité de mes clients, dont les plus importants me suivraient et seraient fidèles à la Reds, ne lui laissant que le menu fretin. Ensuite si j'acceptais de lui laisser la possibilité de rehausser la productivité de son entreprise c'était dans un seul but, faire d'elle mon obligée jusqu'à ce qu'elle s'acquitte alors de sa dette envers moi lorsque je l'exigerai. Mais je ne comptais pas lui dévoiler mes plans dans l'immédiat, préférant la laisser mariner un peu car j'étais certain qu'elle avait conscience de sa situation.


Elles se portent au mieux. dis-je en souriant. D'autant que j'ai eu une bonne publicité dans un certain magazine il y a quelques temps avec même une démonstration en live de l'efficacité de mes agents lors de mon interview grâce à l'intervention inopinée de quelques fanatiques de l'HCV. Je bus une gorgée de sang avant de poursuivre la conversation. Et toi Evey, comment se porte ton entreprise?

J'avais déjà la réponse à cette question, mais je voulais l'entendre de la bouche même de la vampire prenant un malin plaisir, totalement dissimulé, à lui faire sentir que j'avais gagné la compétition. Malgré tout je savais devoir gardé un œil sur elle, conscient qu'elle était prête à tout pour monter au sein de la hiérarchie de notre espèce. Ayant décidé de poursuivre le jeu, je posai franchement la question importante de la soirée, affichant un léger sourire plutôt satisfait de moi.

Qu'as-tu donc à me proposer pour tenter de me convaincre de transférer la Reds sur Glasgow? Je te sais intelligente Evey, et je ne doute pas que tu sois consciente que mes plus gros clients m'y suivront. Que pourrais-je gagner à te laisser la possibilité de développer ta société? C'était encore une fois par jeu et par plaisir que je lui imposai ma supériorité en faisant fie des faux-semblants. Cette fois-ci j'avais parlé sans sourire et d'un ton des plus sérieux. J'étais Maître vampire et elle Shérif, j'allai préciser la chose au cours de cette soirée.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un petit arrangement vaut mieux qu'un grand conflit [Livre I - Terminé]   Ven 1 Juin - 19:11

"Elles se portent au mieux. D'autant que j'ai eu une bonne publicité dans un certain magazine il y a quelques temps avec même une démonstration en live de l'efficacité de mes agents lors de mon interview grâce à l'intervention inopinée de quelques fanatiques de l'HCV. Et toi Evey, comment se porte ton entreprise?"

Les traîtres mots du vampire tombèrent tels un couperets sur la gorge d'Evey.
Il connaissait les raisons de sa venue et savait donc pertinemment qu'elle venait le supplier de transférer la Redsecurity. Sa présence à Edimbourg l'empêchait de faire fructifier ses affaires.
Elle affichait un sourire convenu mais à l'intérieur, elle bouillonnait de rage. Elle songea à mentir, mais cela aurait été inutile. Julien savais la vérité et n'hésiterai pas à la lui jeter à la figure pour l'humilier. Quel pied il prendrait ce vantard!
Elle finit par déclarer sur un ton léger, presque charmeur:


"Mon entreprise se portait mieux lorsque la discorde entre humains et vampires était à son paroxysme. Les conflits sont trop rares à mon goûts... Qui a réellement besoin d'être protégé de nos jours? J'ai songé à vendre ma société mais j'y suis intimement attachée. Que de souvenirs... Et puis, une reconversion à mon âge n'est pas envisageable."

Par ces mots, Evey espérait avoir été comprise. Son entreprise allait fermer ses portes si jamais la Redsecurity n'était pas transférer dans les plus brefs délais. Cette situation était assez humiliante pour elle, il était inutile de le lui rappeler. Mais c'était sans compter sur Julien qui savourait ce moment et affichait un sourire satisfait qui mit Evey hors d'elle. Julien reprit son discours:

"Qu'as-tu donc à me proposer pour tenter de me convaincre de transférer la Reds sur Glasgow? Je te sais intelligente Evey, et je ne doute pas que tu sois consciente que mes plus gros clients m'y suivront. Que pourrais-je gagner à te laisser la possibilité de développer ta société?"

Les muscles de la shérif se contractèrent. Sa main, enserra la coupe qu'elle tenait si fort qu'elle éclata en un bruit étouffé. Le sang qu'elle contenait mêlé à celui de la vampire se déversa sur le sol. Des fragments de verres étaient incrustés dans les profondeurs de la chaire de sa main si bien que sous la douleur elle ne put réprimer un:

"Merde!"

En un éclair, un employé de Julien accourut pour nettoyer la maladresse d'Evey tandis que celle-ci entreprit de se frotter les mains afin d'en retirer les morceaux de verres qui s'y étaient logés. Le visage déformé par une grimace, elle s'essuya les mains avec le mouchoir que lui tendait l'employé. Sa colère atteignait des sommets mais ce n'était pas le moment de la laisser éclater.

"Excuse ma gaucherie. Je suis extrêmement fatiguée." Dit-elle en massant ses tempes.

"Merci pour le compliment. Mais tu le sais, je ne peux rien t'offrir que tu ne puisses exiger de moi. Suivant cette logique évidence, je te laisse seul décisionnaire... Maître Guillemaud."

Un sourire forcé sur ses lèvres tremblantes, elle avait vomit sa tirade. Elle détestait cette situation qui la forçait à ramper, à s'humilier. Cela lui rappelait sa vie d'humaine. Ô combien elle aurait aimer se débarrasser de ces souvenirs encombrants. Depuis le début de sa carrière en tant que Shérif elle s'était efforcée de montrer l'image d'une vampire forte, indépendante et intransigeante mais Julien, par cette joute verbale malsaine, réduisait tout ces efforts à néant.
Il ne restait plus qu'une chose à faire, le manipuler. Ce ne serait pas une chose aisée car lui même était un manipulateur de génie. Que pouvait-elle faire de plus que de lui faire pitié?
C'est dans cette idée, qu'elle feignit des sanglots. D'une voix tremblante elle souffla avec une hypocrite difficulté:


"Tu sais, je vais peut-être devoir vendre mon appartement. Quelle humiliation!"

Malgré ses efforts, les yeux d'Evey demeuraient secs de toutes larmes. Elle n'était pas bonne comédienne et Julien ne la connaissais que trop bien. Elle espérait seulement qu'il remarque qu'elle était prête à tout pour que ce transfert ait bien lieu.
Evey avait la douloureuse impression que ce petit jeu mesquin entre elle et Julien venait de s'achever. Et elle en était la grande perdante.


Dernière édition par Evey McIntyre le Dim 10 Juin - 17:21, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un petit arrangement vaut mieux qu'un grand conflit [Livre I - Terminé]   Sam 2 Juin - 13:25

Si je n'avais pas le contrôle de mes sentiments je pourrais facilement me laisser griser par cette situation, mais ce n'était pas le cas. Je savais garder la tête froide en toute circonstance et ne pas me laisser dépasser par de stupides sentiments. Tout ce que je disais ou faisais était pesé, estimé et calculé, la plupart de mes actions avaient un but affiché ou non en fonction des mes besoins, et ce soir ne faisait pas exception à cette règle que je m'imposais en chaque instant. Lorsqu'elle me parla à son tour de la faible productivité de son entreprise, j'étudiai ses paroles afin d'apprendre ce qu'elle ne disait pas. Je connaissais déjà la situation précaire de sa société, et estimai que si la Reds avait su mieux prospérer cela était dû au fait qu'Evey n'avait pas su s'adapter à la Grande Révélation. Si pour ma par j'avais essuyé de nombreuses railleries de la part de mes pairs pour mon travail d'image vis à vis des humains, la shérif d'Edimbourg n'avait pas pris cette peine, et c'était là ce qui lui valait cette situation à l'heure actuelle.

La suite de la discussion me fit d'autant plus plaisir, notamment lorsqu'elle brisa son verre de frustration. Cette brève perte de contrôle de sa part montrait à quel point Evey était consciente du fait que j'avais gagné notre compétition, et elle me le signifia en m'appelant par mon titre. Je savais combien cela pouvait lui coûter, m'imaginant l'espace d'un instant la situation inverse, elle Maître vampire et moi simple shérif. Ce ne fut que durant cette fraction de seconde que j'éprouvai une sincère compassion à son égard, bien vite effacée et remplacée par un amusement que j'exprimai d'un sourire avant de prendre la parole après qu'elle ait tenté de m'émouvoir en feignant la tristesse futilement.


Ne perds pas ton temps avec des méthodes aussi dérisoires Evey, je te sais plus intelligente. dis-je d'un ton sincère en affichant un sourire. Je poursuivis immédiatement le visage neutre mais la voix dure. Voici la proposition que je vais te faire, ou plutôt que je t'impose d'accepter bien entendu. Dans une semaine mon entreprise aura quitté Edimbourg, te laissant la possibilité de faire prospérer ta société. Si mes clients souhaitent faire appel à tes services je ne les en empêcherai pas. Toutefois je sais quelles peuvent être tes méthodes aussi si j'apprends que l'un d'entre eux t'auras rejoint suite à une intimidation dont tu as le secret, directe ou indirecte, je prendrai ma caution.

Je fis une courte pause, laissant le temps à la shérif de bien assimiler mes paroles et de réaliser que je ne plaisantais pas. Je ne lui laissais pas l'occasion de prendre la parole, désireux qu'elle écoute attentivement mes paroles jusqu'au bout.

En contrepartie je ne te demande rien si ce n'est de garder en tête le service que je te rends aujourd'hui. Cependant viendra peut-être un jour où j'aurai besoin de toi, alors tu ne pourras refuser de rembourser ta dette à ce moment là, sinon je prendrai là aussi ma caution.

Une fois encore je m'interrompis un instant avant de poursuivre, ne laissant pas le temps à Evey de parler si jamais l'envie la prenait. C'était maintenant que j'allais définitivement lui imposer ma supériorité en tant que Maître vampire, démontrant à la shérif que je n'était plus son simple collègue qui avait dû partager son poste avec elle suite à une sanction. Désormais j'avais évolué et mes méthodes n'en seraient que plus affirmées.

Je te parlais plus tôt d'une caution quant à notre arrangement. Tu dois comprendre que je veux être certain que tu respectes ta part du contrat, même si je ne t'en laisse pas vraiment le choix. Je suis certain que tu commences à soupçonner ce que je m'apprête à te dire, dans le cas contraire tu me décevrais énormément. Je lui laissai une seconde pour réaliser la nature de la caution dont je parlais. Tommy Dalley, ton servant. Ce sera lui ma caution.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un petit arrangement vaut mieux qu'un grand conflit [Livre I - Terminé]   Sam 2 Juin - 17:59

"Ne perds pas ton temps avec des méthodes aussi dérisoires Evey, je te sais plus intelligente. Voici la proposition que je vais te faire, ou plutôt que je t'impose d'accepter bien entendu. Dans une semaine mon entreprise aura quitté Edimbourg, te laissant la possibilité de faire prospérer ta société. Si mes clients souhaitent faire appel à tes services je ne les en empêcherai pas. Toutefois je sais quelles peuvent être tes méthodes aussi si j'apprends que l'un d'entre eux t'auras rejoint suite à une intimidation dont tu as le secret, directe ou indirecte, je prendrai ma caution.
En contrepartie je ne te demande rien si ce n'est de garder en tête le service que je te rends aujourd'hui. Cependant viendra peut-être un jour où j'aurai besoin de toi, alors tu ne pourras refuser de rembourser ta dette à ce moment là, sinon je prendrai là aussi ma caution.
Je te parlais plus tôt d'une caution quant à notre arrangement. Tu dois comprendre que je veux être certain que tu respectes ta part du contrat, même si je ne t'en laisse pas vraiment le choix. Je suis certain que tu commences à soupçonner ce que je m'apprête à te dire, dans le cas contraire tu me décevrais énormément. Tommy Dalley, ton servant. Ce sera lui ma caution."


Julien ponctué sa tirade de sourire satisfaits. Il prenait un plaisir à peine dissimulé à la torturer. Peut-être même que cela le stimulait physiquement. Ses mots, pour Evey, étaient tels un venin qui envahissait son système sanguin pour enfin lui procurer une souffrance insupportable.
Elle tenta de se contrôler mais sa colère atteignant des sommets, ses crocs apparurent. D'une main, elle tenta de les dissimuler en vain.
Elle était prête à toutes les bassesses pour conserver sa société et du même coup son train de vie luxueux. Pourtant, le Maître vampire venait de toucher le point faible d'Evey. Et cet enfoiré, appuyait très fort là où ça faisait très mal!
Tommy représentait plus qu'un servant pour elle et il le savait. Bien qu'elle faisait tout pour le cacher, ses sentiments envers l'humain étaient bel et bien réels. Elle ne pourrait pas se passer de lui, du goût de sa peau, de son sang, de son corps ferme et chaud et de leurs hautes conversations philosophiques.
Le visage d'Evey se décomposa un instant puis elle se ressaisit. Il lui fallait faire bonne figure. Elle savait pertinemment que Julien connaissais la nature de leur relation. Il lui serait donc inutile de nier ou de jouer l'indifférence.
Après tout, le marché était honnête. Si elle ne respectait pas ses engagements, Tommy lui serait confisqué.
Arrêter de faire le mal, de perpétrer des menaces serait difficile au début mais s'il fallait en passer par là...
Ce qui l'effrayait particulièrement était le service qu'elle serait hypothétiquement amenée à lui rendre. Elle serait sans doute dans l'obligation d'agir contre sa volonté.
Mais qui sait? Peut-être que la roue tournera et que cet arrangement deviendra caduc. Elle l'espérait tellement...

Evey releva la tête, l'air digne et dit, presque en chuchotant:

"Je comprend et c'est d'accord."

Elle tendit une main vers Julien afin de sceller le pacte.
Dans une semaine elle régnerait sur la totalité d'Edimbourg concernant ses affaires. Une victoire douce-amère aux vues du prix à payer: une épée de Damoclès de la taille de l'Écosse au dessus de sa tête.
Elle songea un instant au plaisir que cela lui procurait de plonger ses mains dans la cage thoracique de Julien, de lui en extraire le cœur et de s'en repaitre. Elle était plus âgée que lui de plus de trois siècles, cela était envisageable mais la réalité voulait qu'il soit un Maître vampire. Il était son supérieur hiérarchique et les conséquences d'un tel fratricide serait désastreuses pour elle.
Dans le but de détendre l'atmosphère elle déclara d'un ton amusé:


"Nous devrions conclure cette affaire par une orgie."

Son rire clair envahit la pièce.
A cet instant quelqu'un frappa doucement à la porte. Julien permis instantanément à l'individu d'entrer. Il s'agissait de Freddy, le garde du corps et chauffeur d'Evey qui s'approcha d'elle avant de lui susurrer à l'oreille:

"Mademoiselle McIntyre, il est temps."

Elle tourna la tête vers lui et le gratifia d'un revers monumentale. Il s'effondra au sol, l'air surpris se demandant sûrement quel était son tort cette fois-ci.

"Merci Freddy. J'avais besoin de calmer mes nerfs."

Elle tourna la tête vers Julien et le fixa intensément d'un air presque menaçant.
Comme l'avait dit Freddy, il était temps pour eux de partir. Le soleil se lèverait dans quelques heures et Evey avait quelques affaires à régler Edimbourg. Avec grâce elle se leva et passa la main sur sa robe afin de la défroisser.


"Julien, je te remercie encore pour ton invitation."

Sur ces mots, la vampire se dirigea vers Julien à pas lents. Freddy à ses côtés, fixait ses pieds, visiblement effrayé.

Elle était à présent tellement proche du Maître vampire qu'elle pouvait sentir son souffle. Elle finit par lâcher sur un ton à la fois ironique, mielleux et autoritaire:

"Je te remercie pour le service que tu me rends et te promets qu'un jour je te rendrait la pareille!"




Dernière édition par Evey McIntyre le Mar 10 Juil - 16:25, édité 3 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un petit arrangement vaut mieux qu'un grand conflit [Livre I - Terminé]   Sam 2 Juin - 21:16

Je savourais intérieurement l'ascendant que j'avais en ce moment sur celle qui était il y a quelques jours encore mon égal. J'avais conscience que la situation n'était pas pour lui plaire et su que j'avais trouvé un bon moyen de la contraindre à respecter son engagement lorsqu'elle tenta de dissimuler ses crocs de la main. Les servants humains étaient le point faible de tout vampire, c'était d'ailleurs une des raisons qui faisaient que je n'en avais pas pour l'instant. D'ailleurs l'humain qui avait nettoyé lorsqu'Evey avait brisé sa coupe était le seul humain que j'avais à mon service, un maître d'hôtel que j'avais débauché en quelque sorte mais bon, je vous passe les détails. Néanmoins sa vie n'avait aucune importance à mes yeux. Concernant le servant de la shérif, je ne comptais pas lui faire quoi que ce soit par moi même comme l'exigeait nos lois. Seulement en tant que Maître vampire je pourrais demander réparation auprès d'Adrian son supérieur, voire d'Augustus notre Roi, et dans ce cas je ne donnais pas cher de la peau de son humain. Quoi qu'il en soit cette caution n'avait qu'un but persuasif afin qu'elle n'imagine pas pouvoir me tromper.

Comme je l'espérais Evey comprit son intérêt et celui de son servant, c'est pourquoi elle accepta le marché et me tendit sa main comme signature. Je pris la pris dans la mienne afin de lui signifier que le contrat était passé et que nous étions d'accord sur ses conditions et tout ce dont elles signifiaient. Alors qu'Evey se mit à rire suite à une de ses blagues, son garde du corps toqua à la porte et entra suite à mon autorisation. Je ne ressentis aucune émotion lorsqu'elle évacua sa colère sur lui à travers une grande claque.

Elle se leva enfin et s'approcha très près de moi en me remerciant de l'invitation et en m'indiquant qu'elle respecterait notre contrat le moment venu. Elle pouvait en effet me remercier, c'était un grand service que je lui rendais ce soir en faisant déménager mon entreprise sur Glasgow. Toutefois je savais que mes plus gros clients, ceux là même qui avaient une influence au sein de la société humaine, me suivraient. De toute manière je saurais utiliser mes contacts pour palier à la perte des autres clients. Sa dernière phrase me fit émettre un sourire à l'attention de la vampire. Je passai ma main dans ses cheveux, remettant une mèche en place avant de lui parler et de clore là notre soirée.


J'en suis certain Evey, c'est tout à ton intérêt. Au revoir shérif McIntyre.

La soirée étant ainsi close je la suivis du regard le temps qu'Evey et son humain aient rejoints la porte de mon appartement. Il était temps pour moi de rejoindre ma chambre, le jour allant bientôt se lever et mes vitres se teinter complet pour ne pas qu'un seul rayon solaire ne filtre dans mon appartement. Pendant ce temps mon maître d'hôtel vaquerait à ses tâches. Pour ma part j'étais satisfais de cette soirée et décidai de boire un verre de sang avant le jour.


Spoiler:
 
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un petit arrangement vaut mieux qu'un grand conflit [Livre I - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Un petit arrangement vaut mieux qu'un grand conflit [Livre I - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un petit arrangement vaut mieux qu'un grand conflit [Livre I - Terminé]
» « Conquérir sa joie vaut mieux que de s’abandonner à sa tristesse. » (Tommy J.)
» Theodore Digans : Il vaut mieux allumer une bougie que maudire l'obscurité. (terminée)
» ❝ parfois, il vaut mieux tourner la page que d'être seule à vouloir arranger les choses ❞ › jordan
» Un mensonge vaut parfois mieux que la vérité [Feat Yvan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: Centre-ville :: Immeubles
-
Sauter vers: