AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
My Lord is your Overlord [Livre 1 - Terminé]
MessageSujet: My Lord is your Overlord [Livre 1 - Terminé]   Ven 30 Mar - 14:59

Une main occupée par un verre de sang, l'autre me masser la tempe je réfléchissais dans un fauteuil de mon salon. J'avais reçu une convocation du Roi pour la prochaine nuit n'en connaissant pas la raison même s'il y avait plusieurs possibilités. Je bus une gorgée tout en fermant les yeux un instant. Je ne pensais pas avoir commis d'impair vu mon assiduité, dix ans dans un cercueil argenté m'ont suffit pour ne plus remettre ses décisions en questions. C'était donc autre chose. Est-ce qu'il comptait me parler de ma mission avec la fille Carmichael? Ou bien pour la nomination récente de Softov au titre de Maître vampire, remplaçant ainsi Nikos? Peut-être avait-il une nouvelle mission à me confier? Même si j'étais dans l'interrogation complète, je n'en demeurai pas moins ravi de pouvoir rencontrer mon Seigneur. Bien que l'occasion de le rencontrer m'était certainement plus facile qu'un nocturne de base, Augustus n'émettait pas non plus tout les jours le souhait de me parler. Si j'étais Maître vampire peut-être cela serait-ce différent, mais en tant que simple shérif je n'avais pas non plus de haut statut. Je regardai l'heure sur mon smartphone, outil humain aussi pratique que futile mais néanmoins efficace, pour me rendre compte qu'il était temps pour moi de me mettre en route pour un rendez-vous à la Reds. J'engloutis donc la fin de mon verre de sang humain tiède puis sortis de mon appartement.

La nuit suivante.

Me voilà en haut de la colline du domaine royale, profitant du paysage apaisant de la lande dans la nuit. De ma vision et de mon ouïe de vampire j'observais les environs profitant de ce calme avant de rencontrer mon suzerain. Bien que n'ayant rien à me reprocher, j'étais toujours tendu en sa présence. Depuis sa sanction je craignais sans cesse de le décevoir, j'avais besoin de m'assurer qu'il soit content de mon travail. Et puis si je voulais un jour pouvoir obtenir le titre de Maître vampire, il me fallait le servir au mieux. Sortant de mes pensées, je toquai à la porte. J'étais en avance de quelques minutes, la ponctualité étant quelque chose qu'il pouvait apprécier. Lorsqu'un de ses servants humains vint m'ouvrir je lui dis être attendu par le Roi. Ce dernier m'invita à entrer et me fit patienter dans l'entrée. Je patientais donc debout dans le hall en jetant un œil aux murs de la demeure. Quelques minutes plus tard l'humain qui m'avait fait entré m'indiqua de le suivre et m'ouvrit la porte d'une des pièces du manoir avant de s'éclipser. Au fond de la pièce se tenait le Roi, imposant. Sans attendre je me pliai d'une révérence, baissant le regard en attendant un signe de sa part pour parler. Certains de mes congénères ne s'ennuyait pas de ces manières, mais pour ma part je m'y astreignais sans rechigner. Il était mon Roi et je lui devais le respect. Pour autant je ne l'ennuyai pas en étant un lèche botte. Je n'étais pas shérif pour le flatter, mais pour le servir.


Hrp:
Spoiler:
 
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: My Lord is your Overlord [Livre 1 - Terminé]   Ven 30 Mar - 15:34

    J'attendais, les bras croisés devant moi, en regardant le jour tomber lentement par delà les collines du sud de Glasgow, parmi les Lowlands écossais. J'avais toujours aimé ce spectacle, seul vampire existant qui pouvait le contempler sans rien risquer. Je ne savais toujours pas ce qui m'avait permis d'obtenir cette double immunité aux deux faiblesses habituelles de mon espèce ; le soleil et l'argent. Etait ce l'internement des décennies entières dans un cercueil cerclé d'argent, m'empêchant d'en sortir, provoquant des décennies d'errances et de folie, avant que je ne me rende compte que j'étais devenu totalement insensible aux effets de ces deux némésis des vampires ? Peut être. Je n'en savais rien. Il était possible, sinon probable, que quelque chose pouvait agir sur les vampires. J'avais décidé de mener des recherches en ce sons, avec un cercle de chercheurs humains et vampiriques. De fait, aucun résultat n'avait jamais été trouvé. Mais j'étais occupé à penser à beaucoup d'autres choses ces derniers temps, que le simple bonheur de pouvoir contempler un coucher de soleil ou me préoccuper d'une immunité qui ne semblait jamais partir. A mon plus grand plaisir, d'ailleurs. Mourir maintenant me semblait tout à fait impossible, sinon hors de propos. L'histoire avait la fâcheuse tendance à goûter à l'ironie, mais pas moi. Je me refusais aujourd'hui encore à prendre le moindre risque, au cas où je me trouvais un nouveau talon d'Achille. Cette méfiance tenace et multi séculaire n'était pas pour autant au cœur de mes préoccupations, dans le sens où je devais toujours être fort dans mon corps comme dans ma tête, pour ne pas céder à la paranoïa caractéristique chez certains vieux vampires. Je vaquais le plus souvent seul à mes occupations, et ne m'acquittais d'une escorte que dans les cas les plus extrêmes, quand j'étais plus attaché à la couverture médiatique qu'à ma propre protection. Après tout, me voir sans escorte alors que je suis officiellement l'un des puissants de ce monde, cela n'aurait pas manqué d'intérêt, j'imagine. N'est ce pas ? Je ne comptais pas divulguer à quiconque mon immunité ; seuls mes plus proches collaborateurs, ma Reine et ma servante humaine, étaient au courant. Les autres, les humains de mon domaine, je m'arrangeais toujours pour les hypnotiser afin qu'ils ignorent à jamais la vérité sur ma nature.


    Finalement, alors que la nuit était tombée depuis un moment déjà et que j'étais toujours perdu dans mes pensées, le regard tourné droit vers l'horizon, on vint me signifier que le shérif Guillemaud était arrivé. J'hochais la tête, et on le fit entrer quelques instants plus tard. Je l'ignorais un instant, terminant de penser à un ou deux problèmes que je comptais régler. Pourquoi l'avais je missionné jusqu'ici, ce soir même ? Je n'en savais rien, à dire vrai. Je devais le rencontrer néanmoins, prendre la température de sa situation, avant le grand chambardement qui se préparait. Je devais m'assurer que son territoire était bien tenu.



    | Shérif Guillemaud... Prenez un siège. Un rafraîchissement, peut être? |


    Je ne lui laissais pas le temps d'accepter que j'appuyais sur un bouton sur le rebord du bureau, alors que je prenais place dans mon vieux siège en chêne, paré de velours rouge. Un vieux cadeau de Krystel, voici déjà plusieurs siècles.


    | Avant qu'on ne nous amène de quoi nous sustenter, nous allons discuter un peu. De vous, de la jeune humaine que vous fréquentez, et aussi de votre territoire. Quelles nouvelles de votre district, shérif? |
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: My Lord is your Overlord [Livre 1 - Terminé]   Ven 30 Mar - 17:09

Lorsque mon Roi m'adressa la parole je relevai la tête et l'écoutais attentivement. Lorsqu'il me demanda si je désirais un rafraîchissement je ne tentai même pas de répondre, son ton n'attendant aucune réponse de ma part. Par contre je me devais de répondre à ses paroles suivantes. Connaissant Augustus, je ne devais pas tourner autour du pot et parler directement, sans pour autant manquer à l'étiquette. Après tout il n'était pas qu'un supérieur, il était notre Maître à tous, aussi tous lui devait le respect sous peine de sanction et je vous assure que dans ce domaine, le King débordait d'imagination et de cruauté. Pour ma réponse, je choisis de commencer par le changement de Maître vampire. Bien que dans la majorité des cas tout s'est plutôt bien passé, quelques rares éléments voulurent en profiter. Je pris donc la parole après qu'il m'eut invité à prendre un siège, enfin ordonné en réalité.

Merci Seigneur. dis-je en m’asseyant donc avant de poursuivre. Edimbourg se porte bien, surtout après la mort de Nikos Panapopoulos. J'ai d'ailleurs reçu la visite de mon nouveau supérieur, après vous bien entendu. dis-je avec un bref sourire, vite disparut. Permettez-moi une parenthèse si vous le voulez-bien mon roi.

Je repris la parole après qu'il me l'eut permis d'un signe de la main. La mort de Nikos ne m'a guère touché étant donné que nous n'entretenions aucun lien en dehors de notre hiérarchie, et je n'apprécié guère Maître Softov. Cependant je lui ai assuré ma loyauté tant que ses ordres n'iraient pas à l'encontre de mon devoir envers vous, comme pour lui dire que je ne contestai pas son nouveau titre étant donné que telle était votre volonté. Pour en revenir à mon district, j'ai dû supprimer un élément qui a cru pouvoir profiter de la mort de Nikos ainsi qu'un vampire qui s'est montré trop entreprenant au Damned Angel. Je veille donc que chacun respecte vos règles et rappelle régulièrement à chacun que les enfreindre revient à mourir immédiatement.

Je me tus lorsqu'un des servants d'Augustus nous apporta la commande de ce dernier, en fait une humaine et un verre vide pour moi. En effet en présence de mon suzerain je ne buvais jamais à la gorge devant lui, sauf s'il me l'ordonnait. Il savait très bien que lorsque j'étais devant lui je me contentais d'ouvrir une veine au poignet du rafraîchissement pour en remplir un verre. Je trouvais cela plus correcte devant lui et c'est ce que je fis lorsqu'il me le permit et bus une gorgée avant de reprendre la parole.

Quant à la jeune humaine que vous m'avez chargé de prendre en main et bien je m'y applique. Elle connaissait déjà l'existence des Pommes de sang comme la plupart des humains qui font quelques recherches mais pas davantage de nos secrets. Après réflexion j'ai préféré lui montrer certains éléments de notre espèce plutôt que lui dire que tout était beau et rose, cela lui aurait immédiatement mit la puce à l'oreille. Je pense lui faire miroiter la possibilité de devenir ma Pomme de sang afin de l'asservir. Pour le moment elle ne se doute de rien et est sous mon emprise. dis-je enfin pour terminer ma réponse. Je bus une nouvelle gorgée de sang en attendant qu'il reprenne la parole.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: My Lord is your Overlord [Livre 1 - Terminé]   Dim 1 Avr - 17:08

    Le jeune vampire semblait avoir beaucoup appris. Déjà, il se montrait tout ce qu'il y avait de plus obéissant ; il tenait correctement sa place et son rang en me traitant bien évidemment avec le respect qui était dû autant à ma personne qu'à ma position dans la hiérarchie vampirique. Bien entendu, la dite position étant la plus élevée qui soit, il ne pouvait que se montrer humble et obéissant à mon encontre, sinon il pourrait clairement en pâtir. Il en était d'ailleurs tout à fait conscient ; les défis lancés à ma monarchie n'étaient pas légions, et tous réprimés froidement et de façon exemplaire. Je ne pouvais m'embarasser de dissidents, en tous cas pas dans ma position actuelle. C'était un fait que je ne souhaitais absolument pas négliger, car j'étais trop prudent et trop souverain pour ça. Je le laissais donc s'asseoir, le petit shérif, de sorte à ce qu'il soit convenablement installé. Il fallait ce qu'il fallait pour une bonne discussion, calme mais féconde. Je savais en tous cas de quoi je parlais. Le vampire me remercia en m'appelant « seigneur », mais je n'aimais pas la façon qu'il avait de formuler ça. « Sire » me suffisait amplement, « Seigneur » sans le « mon » devant me ramenait aux âges les plus sombres, soit ma renaissance vampirique et la course effrénée vers le pouvoir qui s'en était ensuivie. J'arquais un sourcil alors qu'il me dit que la ville dont il était le garant pour les vampires, se portait bien, mais c'était surtout le « depuis la mort de Nikos Panapopoulos » qui éveilla mon intérêt, ou sinon ma simple curiosité. Avait il lui aussi eu maille à partir avec le grand maître. Si c'était le cas, la mort de celui ci était encore plus compréhensible et justifiable, s'ils étaient légion à lui en vouloir, cela me semblait normal que dans notre société il finisse par lui en cuire, un jour ou l'autre. Julien me parla ensuite de son nouveau supérieur mais sans le nommer, aussi anticipais je la suite. Je le laissais par ailleurs discourir, en ouvrant largement les mains dans un geste d'assentiment. Je lui passais la main sur le contrôle de la conversation, en tous cas de manière provisoire.


    Julien me précisa qu'il n'avait pas été touché par la mort de Nikos. En cela, j'étais sûr qu'il disait la vérité et cela me confortait assez largement dans l'idée qu'il n'avait donc plus eu beaucoup d'appuis avant sa mort, y compris chez ses subalternes. C'était une information intéressante, que je gardais bien précieusement dans l'un des recoins de mon esprit. Il reconnut assez facilement qu'il ne s'était pas engagé dans une course au pouvoir avec Softov, ni qu'il avait décidé de se plier à lui d'assez bonne grâce, sans pour autant en être arrivé par renier ses serments directement à mon endroit. Le shérif me dit aussi qu'il avait dû mener quelques exécutions pour pouvoir s'assurer de son pouvoir, et surtout pour garder le contrôle de sa zone. Ce qui était une assez bonne nouvelle ; au moins s'agissait il d'un petit responsable certes, mais qui assumait ses prérogatives. Il semblait que je n'avais pas réellement de craintes à avoir quant à la situation ; celle ci semblait totalement sous contrôle, ce qui n'était évidemment pas un mal.



    | Je suis assez satisfait des nouvelles que vous me rapportez. Je ne doutais évidemment pas de votre loyauté. J'espère que vous appliquez toujours nos protocoles de sûreté ; il serait assez mal venu que les humains se rendent compte que nous pratiquons toujours la peine de mort. Vous référerez bien évidemment au grand maître Softov de l'identité des exécutés et aussi de leur crime, afin que lui puisse juger la mesure des châtiments que vous avez décidé : le contrôle est donc entièrement entre ses mains sur votre zone. Continuez de tout gérer, mais informez le constamment de la situation ; je ne veux pas qu'un impair ne soit commis ni qu'il y ai des difficultés dans l'échange d'informations. Je veux un contrôle absolu et systématique au cœur de votre zone, beaucoup de choses risquent d'arriver prochainement et nous allons avoir besoin de tenir la population. Si cela signifie vous montrer plus dur, n'hésitez pas, mais je veux que vous collaboriez en ce sens avec le grand maître Softov. |


    Nous fûmes interrompus un instant par l'arrivée des rafraîchissements. Aucun souci à se faire, il y avait toujours l'embarras du choix dans le sang disponible. Tout en retenue, Julien préleva de quoi se remplir un verre, qu'il but directement. Toujours cette même orientation vers le respect et un certain self control... Je laissais l'humaine suivante s'agenouiller près de mon bureau en m'offrant sa gorge, et je ne prenais pas de gants pour me nourrir. Je fis ça proprement, cela dit, car la discussion était officielle. Mais hors de question pour moi de remettre en question presque deux millénaires de pratiques. Je congédiais finalement ma « boisson » lorsque je fus sustenté, de sorte à mieux me concentrer sur les propos tenus par le shérif qui se tenait là, debout devant moi.


    | Tant mieux, si vous pouvez vous assurer de votre contrôle sur elle. Mais ne vous laissez pas prendre au dépourvu, l'affaire est délicate au vu des relations que cette personne entretient dans sa sphère privée. Ne la brutalisez que si c'est nécessaire, et ne lui révélez aucun secret de notre existence pour le moment. Vous parle t'elle de temps en temps de ses relations, du bénéfice que vous pourriez en retirer? |
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: My Lord is your Overlord [Livre 1 - Terminé]   Lun 2 Avr - 15:39

Je poussais un soupir de soulagement, pas réellement mais dans ma tête. Le Roi était satisfait de mon travail et de la manière dont je m'y employais. Déjà en temps normal il n'était pas aisé de satisfaire Augustus, mais pour qu'en plus il le dise... Bien que cela me satisfasse je ne m'enflammais pas pour autant, car il n'était que "assez satisfait". Cela m'encourageait tout de même à poursuivre mes efforts pour reprendre du galon à ses yeux, mon objectif de puis ma faute, celle dont j'ai conscience de vous parler bien souvent.

Pour en revenir à cette entrevue officielle, mon Roi me fit un rappel compréhensible mais inutile pour ma part quant au statut de mon nouveau maître vampire, Adrian Softov et de mon obligation de devoir lui rendre compte de mon travail. Inutile car bien que ne l'appréciant que peu, je savais devoir lui obéir. Il me donna de nouvelles instructions quant à ma seconde mission, à savoir le cas de la fille Carmichael. Cette humaine naïve qui pense pouvoir nous tromper en infiltrant nos rangs en toute impunité. J'écoutais très attentivement ses paroles avant de répondre à ses mots, avec tout le respect lui étant dû bien entendu.


Il sera fait selon vos désirs mon Roi. Je ne manquerai donc pas de lui faire un rapport régulier quant à la situation actuelle et à venir d'Edimbourg. A propos de l'humaine, elle pense que je ne suis pas au courant de l'identité de son père et croit qu'elle peut me séduire. De ce que j'ai déjà pu comprendre de ses plans, elle compte prétendre vouloir devenir ma Pomme de sang et avoir ainsi accès aux arcanes de nos fonctionnements. Pour l'heure je fais donc semblant d'ignorer qui elle est. Par contre il y a un inconvénient non négligeable. L'HCV a tenté de la recruter et la suit, observant de loin sans agir officiellement. Cependant j'ai reçu la visite de quelques fanatiques à la Redsecurity. Aucun humain présent, qu'il soit employé ou simple passant ayant assisté à l'action n'y a vu autre chose que l'action de quelques illuminés, mais je suis certain que cela vient d'eux, d'une manière ou d'une autre. Les trois humains ont été arrêtés par la police après que je les ai interrogé, avec les précautions d'usage bien entendu, et n'ont pas causé de désagrément hormis quelques dégâts matériels. La situation a rapidement été gérée par mes employés, toutefois cela montre selon moi qu'il se pourrait que d'autres évènements similaires puissent se produire.

Je posai mon verre vide sur la tablette proche du fauteuil dans lequel j'étais assis avant de poursuivre.

Angela, la plus fidèle de ceux qui sont sous mes ordres, se charge d'observer ces humains qui nous observent, Moi et l'humaine. Je sais qu'elle saura déceler tout danger mais je souhaitais vous en faire part, afin de profiter de vos conseils avisés.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: My Lord is your Overlord [Livre 1 - Terminé]   Mer 4 Avr - 12:49

    Je demandais son avis à Julien. On pouvait penser à peu près tout et n'importe quoi concernant l'exercice de mes fonctions et de mon statut ; que j'étais manipulateur, sans scrupule, isolé et dominateur, puissant et terrible, menteur et voleur. Oui, j'étais quelque chose dans ce goût là. Mais ce qu'il fallait me reconnaître tout de même, c'était que j'écoutais les avis et les conseils ; je n'avais de fait jamais perdu de vue le fait que savoir, c'était pouvoir. Ça avait beau sembler naïf comme concept, surtout aux yeux des humains dont le proverbe était entré dans le sens commun depuis longtemps. Ils pensaient tous tout savoir, avec la démocratisation des connaissances à l'oeuvre depuis quelques siècles. Mais si j'étais passé plus qu'expérimenté dans le domaine de la manipulation et des connaissances, je n'égalerais jamais les humains qui avaient fait s'installer un fort sentiment de contrôle et de domination de toute l'espèce humaine sur son environnement. Jusqu'au fin fond de l'Iowa, du Yorkshire, de Corrèze ou de Westphalien, tous les humains étaient convaincus qu'ils resteraient toujours dépositaires de leur libre arbitre, que ce qu'ils avaient appris à l'école les protége contre à peu près n'importe quoi ; évènements naturels, historiques ou autres. Alors qu'en fait, la même minorité qui avait instauré cette idée fausse tirait tous les bénéfices de la crédulité du reste de leurs congénères. Science merveilleuse que la science politique, pis encore quand elle était couplée avec la science économique, qui permettaient ensemble de s'aliéner les individus. Les choses étaient tellement plus complexes qu'à mon époque, où être suivi par une armée de quelques milliers d'hommes suffisait à se bâtir ou de conquérir un empire. Aujourd'hui, il fallait compter avec une opinion publique instable et surpuissante, des lobbys financiers et industrielles, des extrêmismes politiques et religieux, des mouvances obscures qui cherchaient à faire émerger des théories du complot... Me tenir informé me permettait d'entrer dans le jeu et de prendre le dessus.


    Ainsi donc, Julien avait découvert les dessous des motivations de sa petite infiltrée. Une humaine qui se sentait maligne, mais elle n'était pas tombée sur le pire de mes suivants ; j'avais fait en sorte que chacun de mes suivants dispose d'un bon état d'esprit mais aussi d'un maillage d'informateurs assez dense et compétent pour pouvoir déceler les pièges et les infiltrations. D'autant plus que nous étions sous le feu des projecteurs depuis la Grande Révélation ; il fallait donc faire en sorte de contrôler l'information, que ce soit aussi bien à l'extérieur qu'à l'intérieur de notre espèce ; nous nous devions de dominer chaque aspect de notre existence pour dominer toute aspiration. Julien semblait donc avoir pu démêlé le vrai du faux, en conformation avec mes propres renseignements. Le shérif me prévint des agissements de la HCV, ce qui me fit réfléchir un instant



    | Il ne faut pas relâcher la vigilance et la manoeuvrer de sorte à ce qu'elle n'aie jamais accès à rien de compromettant. Protégez à tous prix l'identité de vos supérieurs directs ; qu'elle n'aie aucune autre information que celles qui tournent déjà à la télévision. De même, il ne faut en aucun cas qu'elle sache pour les exécutions que l'on peut pratiquer au sein de notre espèce. Le reste vous importe peu, mais veillez bien à réunir tous les ingrédients d'un scandale médiatique de grande ampleur, pour contrer toute tentative de sa part ou des groupes de pression dont fait partie son paternel. Si vous êtes amené à coucher avec elle, vous la filmez ou la photographiez. Pareil si elle le fait avec un autre vampire. Le mieux serait de la voir en train de donner son sang de manière consentante. Bref, vous avez compris l'idée et je vous laisse pour l'instant seul juge de ce qui pourrait lui arriver. En ce qui concerne la HCV, aucune inquiétude à avoir. Les coups que je leur ai porté ces derniers mois devraient suffire à les maintenir à distance pour un temps indéfini. Ils sont faibles et ils le savent. Terminés, les attentats, j'y ai veillé. Coupés d'une partie de leurs appuis financiers, ils auront du mal à recentrer leurs actions. |


    Voilà que Julien désirait mes conseils. J'arquais un sourcil. La vie n'était qu'un test perpétuel...


    | Est ce que vous avez également besoin de conseils, quand il s'agit de partager votre coucher avec mon épouse, la Reine? |

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: My Lord is your Overlord [Livre 1 - Terminé]   Mer 4 Avr - 14:43

J'étais satisfait des paroles d'Augustus, même si au vue de nos statuts la question que je sois satisfait ou non de ses mots ne se pose pas. Quelle idée brillante que de pouvoir exercer un chantage odieux sur l'humaine ou son père. Le Roi méritait bien sa réputation, il était intelligent et cruel. Cette idée du scandale médiatique était des plus plaisante et divertissante. Je voyais déjà la scène: Elle nue, s'offrant à moi au cours d'une partie de jambe en l'air, m'offrant son sang, tout cela filmé bien entendu. Une belle humiliation en perspective, un ravissement pour mon être. Alors que j'affichais un sourire à cette perspective, celui-ci disparut lorsque Augustus prononça sa dernière phrase. Bien que le fait que je sois un des amants de la Reine était connu et toléré par le roi, sa remarque me mit mal à l'aise mais je tentai de cacher cela aussi bien que mal.

Non merci Sire, à moins que la Reine ne juge que je faiblis et vous en ait fait part. dis-je simplement sans effronterie. Bien que lui montrant le respect qui lui était dû, je savais qu'Augustus n'aimait pas les fayots. Pour changer de sujet, je décidai d'aborder un autre sujet avec lui, bien plus important. A cet instant j'étais tiraillé entre le devoir et l'amitié. D'un côté William et de l'autre le Roi. Même si cela m'ennuyait fortement je me devais d'en parler au Roi.

Mon Roi, je dois vous parler d'une chose qui me semble important. Je fis une courte pause le temps de choisir mes mots. Il se trouve que j'ai été contacté par... William qui pense avoir découvert le responsable de l'attaque du premier mai, il m'a demandé de me joindre à lui dans cette quête. Il semble que l'auteur de l'attaque du 1er mai ne soit pas un simple quidam et il souhaite vous... ridiculiser avec sa découverte. De plus par sécurité il souhaite que nous travaillions avec Belle Angeline Renard, cette vampire qui conspire contre vous. Je fis une nouvelle pause, esquissant une grimace discrète avant de reprendre la parole. Vous n'ignorez pas les liens qui nous unissent William et moi et bien que cela me coûte, mon devoir envers vous passe avant tout. C'est pourquoi je me devais de vous prévenir mon Roi.

Me voilà déchiré entre mon ami et mon Roi. Je ne sais rien de la relation qui existe entre le prince vampire et la fourbe Renard. Mais je devais le protéger et en informer Augustus. J'espère seulement qu'il ne dévoilera pas au fils de la Reine que je me suis livré à lui. Cela me coûterait énormément de perdre son amitié mais je n'ai pas le choix.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: My Lord is your Overlord [Livre 1 - Terminé]   Mer 4 Avr - 15:53

    Bien entendu, Julien semblait accéder à ma requête, mais en y adhérant même à un titre nettement plus personnel. L'idée lui plaisait. Il avait beau être l'un de mes shérifs les plus... modérés peut être, il ne semblait pas pour autant qu'il soit réfractaire à l'idée de faire des coups tordus. Etait il en train de mûrir en tant que vampire, lui aussi ? J'assistais à une époque véritablement intéressante, et même si elle était pleine de dangers, j'arrivais à observer toute une génération de vampires plus ou moins doués qui parvenait à s'élever dans notre hiérarchie et dans notre société. Julien en faisait partie. Je l'avais toujours considéré comme quelqu'un de compétent, de solide aussi dans sa façon de gérer les choses auxquelles il était confronté. Je ne l'avais jamais pensé laxiste, mais il fallait reconnaître que c'était un de mes shérifs les plus softs. Il n'avait pas de goût de luxe outrancier comme d'autres, il ne vivait pas comme un pacha et il était loin d'être aussi brutal ou outrancier que pouvait l'être Nikos, par exemple. J'étais donc un peu étonné qu'il adhère totalement à ce genre d'idée, pas seulement en façade bien sûr, mais aussi à l'intérieur. C'était étrange, pas forcément ahurissant mais quand même, cela valait la peine d'être soulevé. Je sentais néanmoins sa surprise et sa gêne alors que je lui parlais de sa relation avec ma propre femme. Celle ci ne cherchait jamais à me cacher ses libertinages, comme je faisais de même avec elle. Mais je la faisais surveiller. Pour sa sécurité, mais pas que. Savoir c'est pouvoir ais je déjà dit, et je le pensais aussi à propos de ce sujet en particulier. Julien s'était il douté me faire cocu, ou s'amuser à mes dépends ? Je n'en savais rien, ce que je savais c'était qu'il était gêné, qu'il ne savait probablement pas trop quoi me dire. Ce qu'il me dit finalement aurait pu passer pour un défi, mais je pensais qu'il me répondait avant tout en usant de la seule vérité, qui se suffisait toujours à elle même. Je n'aimais pas que Krystel ne me considère pas comme une relation exclusive, mais que pouvais je lui en reprocher quand je faisais la même chose depuis des siècles ? L'égalité entre nous signifiait que je devais la laisser libre de toute implication.


    | N'oubliez jamais qui est le Roi. La Reine, elle, ne l'oubliera pas. |


    Simple mise en garde à peine voilée ; pas assez pour qu'il le raconte à quelqu'un ou s'en plaigne, et pas non plus assez pour qu'il y voit une insulte. Les choses étaient claires, j'avais pu poser le sujet sur la table des discussions sans pour autant que cela nuise à notre entrevue et aux quelques choses qu'il nous restait à voir. J'écoutais ensuite attentivement ce qu'avait à me dire Julien.... Je restais coi. Comment ça, le petit roquet continuait de conspirer contre moi, d'ourdir des espèces de complots pour me décrédibiliser ? Il n'en avait pas eu assez avec sa punition de cet été ? Son humaine n'avait elle pas assez souffert ? Immédiatement, je réfléchissais aux opportunités. Gagner Jana à ma cause, surveiller William, le séparer de cette Belle Renard... Une partie de tout ceci était déjà en cours, mais je ne pouvais qu'accélérer mes plans. Le jeune chien fou n'était pas encore domestiqué. Mais à quoi rimait donc sa conduite ? Il voulait ma place peut être, à sans cesse se rebeller contre mon autorité ? J'allais devoir en parler à Krystel...Ce qui me semblait certain, c'était que Julien venait de gagner des points pour la place de grand maître.


    | Vous avez bien fait de me prévenir. Les faits que vous me rapportez sont extrêmement graves. William ne semble pas bien saisir qu'il essaie de s'attacher des complicités contre moi... En utilisant des gens qui me sont dévoués. Mauvais calcul politique et relationnel de sa part, et ça le perdra un jour. Il est déjà sur la corde raide, et ne fait rien pour un retour en grâce. J'avoue ne pas le comprendre malgré mes tentatives. N'alarmons pas ses tentatives, nous allons faire en sorte de le mettre sous surveillance, de sorte à débusquer et réduire au silence tous ses complices. Vous allez continuer de me rapport ses faits et gestes. Il va aussi falloir me dire jusqu'à quel point William est impliqué dans les agissements de Belle Renard. Et vous allez devoir être discret... Quelle est la piste que suit le Prince ? |
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: My Lord is your Overlord [Livre 1 - Terminé]   Mer 4 Avr - 16:39

Je me retins de lâcher un soupir de soulagement lorsque Augustus réagit suite à ma réponse à propos de la Reine et moi. Au lieu de cela je fis un léger signe de tête à son encontre afin de lui signifier mon assentiment face à sa mise en garde, ceci dans le but de lui exprimer que je mon engagement envers lui ne souffrirait d'aucun manquement à ce que m'ordonnait mon devoirs. J'écoutais ensuite sa réaction, légèrement tendu, à propos de William et de ce que je lui avais dévoilé à propos de son projet. D'aucun pourrait penser que j'étais en train de trahir mon ami, mais cela n'était pas la vérité. Je souhaitais le protéger, contre lui-même. Même si pour cela je devrai vivre avec sa haine lorsqu'il apprendra que j'en ai parlé au Roi, parce qu'il l'apprendra un jour ou l'autre.

Il en sera fait selon vos ordres Sire. Pour l'heure je ne sais rien de plus à propos de leur relation et de l'implication de William, toutefois je compte bien en découvrir davantage. Bien entendu je ne sou-traiterai pas cette mission, pas même à Angela. Par contre, dois-je en tenir informer le sieur Softov ou vous garder l'exclusivité de tout ce qui touche à cette affaire? Je fis une courte pause avant de poursuivre. Une humaine lui aurait donné des informations à propos d'une certaine Maryana Wathereey. Il pense que c'est elle la responsable de l'attaque du 1er mai et souhaite qu'avec l'aide de cette félonne nous la capturerions pour vous. J'avais prononcé le mot félonne avec un réel mépris car c'était un fait, je haïssais cette vampire aussi puissante soit-elle. Seulement je doute que nous soyons assez puissant à trois pour réussir à la neutraliser, je la soupçonne d'avoir de puissantes capacités pour avoir pu déclencher une telle attaque. Au cours d'un éventuel affrontement avec elle, nous pourrions être blessé, voire pire. dis-je en affichant soudain un sourire carnassier. Une idée venait de m'effleurer l'esprit, aussi décidai-je d'en informer immédiatement Augustus. Sire, souhaitez-vous la mort de la traîtresse ou avez-vous imaginé une sanction? Et quelle est votre priorité, la traîtresse ou la responsable de l'attaque? Si je me permets de vous poser ces deux questions, c'est seulement pour savoir comment réagir si je devais prendre part au combat aux côtés de William et de Renard face à cette Wathereey. Car cette ennemie pourrait très bien dans l'affrontement blesser gravement la traîtresse, voire la tuer. dis-je en souriant d'un air réjoui. Cette joie à l'idée de la voir souffrir était opposée à l'idée de la manière dont ma relation avec mon ami pouvait évoluer après cela. Le connaissant il m'en voudra éternellement, d'autant plus s'il est de nouveau sujet à une sanction de la part du Roi.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: My Lord is your Overlord [Livre 1 - Terminé]   Jeu 5 Avr - 15:18

    Je n'avais pas voulu lâcher ma colère sur Julien, pour la simple et bonne raison qu'il n'avait pas à payer le prix de mes petits arrangements avec Krystel. Certes, il en profitait bien, mais cela ne me semblait pas important de continuer à relever indéfiniment ce genre de point. Il ne pourrait rien y changer, et agir auprès de lui ne donnerait rien de bon ; cela ne réglerait absolument pas le fond du problème, j'en étais certain. Et encore, si seulement on pouvait parler de problèmes bien entendu. Je crois que le nœud des tensions entre la Reine et moi résidait dans le fait qu'il y avait de son côté beaucoup trop d'attentions portées à son fils, si vous voyez ce que je veux dire... Et je n'avais absolument pas envie de continuer à la savoir entre train de se compromettre avec d'autres. Finalement, je devais avouer que je n'avais pas particulièrement de choses à redire au fait que Julien couche avec Krystel. Elle faisait ce qu'elle voulait ; tant qu'elle connaissait les limites dans la posture à adopter avec son sous fifre, cela ne me dérangerait pas outre mesure, il fallait au moins avouer cela. Je devais rester à ma place ; diriger et maîtriser certes, mais sans outrepasser la plus petite limite éthique qui soit. D'autant que l'équilibre trouvé avec Krystel était le plus fragile qui soit, quand on savait qu'elle était prête à se rebelle dès que je faisais mine de lui retirer un peu de ce qui faisait son position et son statut. C'était pour cette force de caractère que je l'avais choisie ; cela non plus, je ne pouvais pas le nier. Il me semblait qu'elle être prête à gouverner, c'était le principal. Julien continua sur sa lancée en me disant qu'il ne savait encore aucun détail sur ce que partageaient Belle Renard et le prince de notre espèce ; je pensais qu'il me disait la vérité sans pour autant que j'en sois absolument certain. Je devais me rendre compte que la complexité de la situation venait principalement du fait que beaucoup d'intérêts particuliers avaient tendance à se recouper, ce qui n'était bien évidemment pas pour clarifier la position que chacun pouvait adopter.


    | Non, vous n'en référerez ni à Softov, ni à la Reine, à personne d'autre en dehors de moi. J'ai besoin d'abord de réfléchir à comment manoeuvrer la situation et comment nous pourrions en tirer les plus gros fruits, mais cela bien entendu sans éveiller de soupçons. La Reine sera mise au courant d'ici peu, cela dit, mais vous ne continuerez d'en référer qu'à moi, et à moi seul. -


    Le shérif me dévoila l'identité de la personne que William en était venu à suspecter ; je retenais le nom de sorte, mais je me demandais comment ce jeune impétueux avait pu trouver la moindre piste, alors que mes limiers les plus compétents en avaient été incapables : de toute évidence il devait y avoir anguille sous roche, c'est ce que je retenais de cette affaire. Est ce que William avait enfin prouver un peu de valeur, ou est ce qu'il allait nous jouer là le très vieux coup de l'intox, de sorte à tous nous enfumer ? Je n'en savais rien, mais maintenant que j'étais courant, je me devais de conserver une longueur d'avance sur lui ; je n'avais absolument pas le choix si je ne voulais pas risquer de me retrouver décrédibilisé. Il soupçonnait des capacités hors du commun chez la responsable ; je le soupçonnais aussi. Avais je mésestimé la menace ? C'était possible. Il s'était passé tant de choses qu'en prenant à cœur les intérêts des vampires, qui passaient nécéssairement par la consolidation de mon pouvoir, je devais avouer n'avoir pas réellement tenu compte des avertissements qui m'étaient lancés. En s'accaparant le sujet, William me forçait donc à prendre une décision ; une victoire pour lui, déjà ; j'étais forcé de me calquer sur sa position si je ne voulais pas perdre de crédibilité si les choses tournaient au pire. Je devais le soutenir, l'encadrer, renverser sa position pour le remplacer à la tête des héros, quand le problème serait enfin résolu. Tuer Watheerey ? Non, aucun intérêt. Renard ? Non, cela lèverait contre moi un tollé de détracteurs, m'accusant d'éliminer les voix discordantes. Je devais manoeuvrer la barque de mon royaume plus finement que cela.


    | Ni l'une, ni l'autre. La priorité pour vous c'est de faire profil bas, et de capturer cette Watheerey en vie, de sorte à savoir qui elle est, pourquoi et comment elle a fait ça. Vous devrez me la ramener ; on doit donc se pencher sur les questions logistiques. Il ne faut pas que cette femme reste entre les mains de William. Aussi peu prudent qu'il se montre, la preuve en étant qu'il s'est confié sur ses projets séditieux auprès de vous, il risquerait de la laisser s'enfuir. Et le voir capitaliser un succès pour s'en prendre à moi n'est pas non plus une option. Watheerey doit me revenir. En ce qui concerne Renard, il ne faut pas la tuer non plus ; cela vous rendrait potentiellement suspect et je ne veux pas qu'une partie de l'opinion croit que je liquide mes détracteurs. Je l'ai remisée dans un placard, jusqu'à obtenir des preuves tangibles contre elles, qui me laveraient de tout mauvais point de vue. Avez vous bien compris? |
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: My Lord is your Overlord [Livre 1 - Terminé]   Ven 6 Avr - 11:46

La première réponse du Roi me confirma le caractère secret de cette mission. Personne ne devait être au courant pour le moment, seulement il m'indiqua que la Reine serait au courant dans quelques temps et c'est là que je tiquai sans pour autant le dire. Mon inquiétude était que Krystel Raybrandt, aussi loyale soit-elle envers Augustus, ne prévienne son fils, William. Pour l'heure je ne dis rien que lui signifier que j’acquiesçai les nouveaux paramètres de ma mission.

Il en sera fait selon vos désirs Sire. dis-je d'un ton respectueux avant de me taire pour écouter la suite des paroles du Roi. Je devais donc capturer l'auteur du massacre du 1er mai avec William, lui soustraire sa captive et l'amener au Roi, et ce en étant le plus discret possible. Tout cela ne me semblait pas simple à réaliser tant cette humaine, tant que je ne connais pas sa véritable nature, semblait puissante. Mais j'avais déjà une idée pour faciliter les choses, que je garderai secrète pour le moment le temps de la peaufiner. Si je m'acquittai correctement de cette mission, la place de Maître vampire se rapprocherait. Bien que cette perspective me réjouissait, je ne m'emportai pas pour autant car ce n'était pas encore réalisé et répondit à Augustus. Bien entendu je réfléchi un court instant avant de parler, de manière à bien choisir mes mots et à essayer de voir aussi loin que le Roi.

Tout est clair votre majesté. Je capture cette femme avec l'aide de William et de la traître, je la soustrait à sa captivité et vous l'amène. Cependant au vue de la différence de puissance entre elle et moi je crains ne pas parvenir à vous l'amener ici. Aussi, sans vouloir faillir au respect que je vous dois, lorsque je serai seul avec elle serait-il possible que vous nous rejoignez? Car au vue des capacités que je soupçonne chez elle, il serait aisé pour elle de m'anéantir. Bien sûr je compte m'attirer sa confiance mais je préfère prévoir autant de possibilités que possible. A ce propos Sire... Je fis une courte pause de quelques secondes avant de poursuivre. Puis-je vous parler franchement d'une de ces possibilités? demandai-je d'un ton des plus respectueux envers le Roi. Je ne voulais pas qu'il voit mes prochaines paroles comme une offense mais simplement comme une éventualité à prévoir.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: My Lord is your Overlord [Livre 1 - Terminé]   Mar 10 Avr - 14:21

    Bien entendu qu'il en sera fait selon mes désirs, je n'en doutais à vrai dire pas la moindre seconde. Je pensais bien qu'il ne pouvait certainement pas en aller autrement, c'était un fait que je ne saurais contredire. Je devais bien dire par contre que j'estimais Julien assez loyal pour ne pas circonvenir à mes directives, qui plus est quand je lui donnais des ordres directs, qu'il ne saurait aller à leur encontre. J'étais plus que satisfait à cet instant précis. Non seulement je remarquais que le shérif me servait suffisamment fidèlement pour rompre ses vœux d'amitié avec nul autre que le prince en personne, mais cela me permettait en sus de pouvoir saisir de nouvelles opportunités qui s'offraient à moi ; j'étais depuis longtemps passé maître dans l'art de les saisir, mais cela ne me faisait pas plus de mal de continuer à manipuler tout mon petit monde. La méthode dite de la carotte et du bâton était véritablement la meilleure. Punir avec une sévérité extrême tout contrevenant à l'ordre monarchique, mais encourager la loyauté par des dons en terres, titres et autres richesses. Les vampires n'avaient jamais changé, et de fait les humains non plus. Tous désiraient s'élever, l'appât du gain était le plus souvent suffisant pour que je parvienne à mes fins. Il existait bien entendu des récalcitrants, c'était un fait, mais il fallait tout de même avouer que ceux ci se rompaient bien plus facilement que d'autres courbaient l'échine. Je n'avais donc pas réellement peur de ce que l'avenir nous réservait ; tant que je gardais mes méthodes en les adaptant légèrement aux différentes situations.


    Julien en vint à continuer notre discussion sur les points qui pouvaient toujours lui paraître obscurs. Qu'il fasse donc, peu m'importait réellement. Il récapitulait au tout départ ce que nous étions sensés faire, il semblait avoir tout saisi ; en somme le plan pourrait normalement être suivi à la lettre dans le moindre problème. Il fit part de ses craintes à pouvoir l'amener sur place. Il avait raison d'avoir peur, mais n'avait il pas compris qu'il s'agissait d'un nouveau test de ses capacités ? Il me semblait hors de question de ne pas lui faire courir de péril mortel en vue d'obtenir le titre de grand maître vampire, au détriment de ses concurrents directs tels que William par exemple. Il fallait avouer qu'il avait de la suite dans les idées, mais m'impliquer personnellement était hors de question. D'une part, pour ce que je venais de faire remarquer, c'est à dire que Julien devait toujours être conforté dans ses possibilités, mais d'autre part, ne sachant pas moi même quels risques la femme pouvait poser ; je voulais aussi que Julien et William testent un peu ses capacités. Hors de question pour moi de m'exposer face à un ennemi dont je ne savais rien. Si William, Julien et Belle n'étaient pas suffisants pour ramener ici pieds et poings liés la sauvageonne, alors je devrais penser à un plan de secours.



    | Non. Voyez cela comme une marque de confiance ; je vous attribue la direction de l'entreprise, et sa responsabilité. Si je venais pour faire tout le travail, quel intérêt à mes yeux concernant l'étude de vos compétences à vous battre et à commander ? Je vous écoute sur cette fameuse possibilité. Après, je pense que nous en aurons terminé. |
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: My Lord is your Overlord [Livre 1 - Terminé]   Mar 10 Avr - 15:27

Les paroles de mon Roi était limpides, je devais m'acquitter de cette tâche malgré tout ce qu'elle pouvait me coûter. Malgré le fait de me mettre William à dos, j'étais certain que mon maître était conscient de mon engagement envers lui et des sacrifices dont j'étais capable pour lui et ses paroles me confortèrent dans l'idée que tout ceci lui permettrait de juger de mes capacités et estimer si j'était digne pour le poste de maître vampire. Bien que mes paroles à venir me faisaient craindre une réaction violente de sa part, je ne pu qu'être fier qu'il m'étudie afin de savoir si je convenais à ce poste. Cela signifiait à mes yeux qu'il acceptait la possibilité de me donner ce titre, aussi devais-je m'en montrer digne. C'est donc fort de ce sentiment que je pris mon courage à deux mains pour lui poser la question qui pourrait me valoir des ennuis.

Si vous prévenez Madame votre épouse de cette mission, pensez-vous qu'il y ait un risque que la Reine puisse prévenir William? dis-je sans fioriture mais en usant d'un ton empli de respect tout de même. Je savais que 'Augustus ne tolérait pas le manque de respect, c'est pourquoi je m'empressai de reprendre la parole pour expliquer ma question. N'y voyez aucune offense ni envers vous Sire ni envers la Reine, seulement je dois me préparer à tout pour m'acquitter de cette tâche au mieux.

Je me tus en attendant la réaction de mon Seigneur. J'étais bien conscient que je pouvais avoir offensé Augustus ou la Reine de part cette question, seulement j'espérais de toutes mes forces qu'Il comprendrait que si je m'étais permis cette interrogation c'était uniquement pour me préparer à toute éventualité et ne pas faillir à ma mission. J'espérai l'avoir suffisamment convaincu de ma loyauté et de mon dévouement envers lui pour qu'il ne prenne pas mes paroles comme un manque de respect envers le couple royal. Malgré mes craintes je ne pouvait m’empêcher de penser à ce titre de Maître vampire qui pouvait m'être offert si je réussirai cette mission. Ma loyauté récompensée, ne plus partager mon poste avec Evey. Bien que cette perspective était des plus réjouissante, je gardai cependant la tête froide en observant attentivement Augustus. Une foule de questions me taraudaient l'esprit. Allait-il se tromper quant à mes intentions? Allait-il penser que je leur manquais de respect? Ou au contraire allait-il comprendre que je ne faisais qu'accomplir mon devoir envers lui au mieux? Paranoïaque? Passez dix ans dans un cercueil argenté à souffrir sans discontinuer, vous verrez si je suis parano. Augustus n'est pas n'importe qui, il est notre maître à tous et le satisfaire n'est pas toujours aisé. Il suffit d'une erreur d'interprétation et votre vie peut devenir un enfer, si vous ne mourrez pas dans l'immédiat...
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: My Lord is your Overlord [Livre 1 - Terminé]   Mer 11 Avr - 14:11

    QUoiqu'il en soit, je me devais de reconnaître la courage, sinon la témérité, qu'arborait Julien alors qu'il me dit non sans aplomb qu'il se demandait s'il n'y avait pas un risque que la Reine ne divulgue mes plans et ma stratégie à son fils. La question avait le mérite d'être posée en termes clairs ; on ne pouvait pas dire que Julien s'embarassait de gants quand il avait quelque chose à dire. Il en avait mis la forme, qui plus est, ce qui m'empêchait totalement d'être en colère contre lui. Après tout, le vampire ne cherchait qu'à assurer ses arrières pour ne pas se faire planter dans le dos par un William déjà au fait de ce que nous avions prévu à son encontre. Inquiétude légitime ; le prince étant comme sa mère, il aurait probablement du mal à encaisser tout signe de trahison, de sorte à ce qu'il punisse tout contrevenant à ses attentes. Julien s'exposait, et encore plus en me disant cela. Après tout, ne suspectait il pas la Reine d'entretenir dans mon dos des propos qui se voulaient séditieux ? Il était impossible à lui de le nier ; tant il semblait qu'il était en tord à ce niveau là. S'il posait la question, c'était tout de même qu'il avait au moins un début de doute quant à l'intégrité de sa Reine, ce que je ne pouvais pas pour autant laisser passer. Je me devais donc de lui répondre en des termes clairs et choisis à l'avance ; je ne pouvais décemment pas laisser passer cela. A laisser des doutes en place, on ne pouvait qu'encourager tout acte de sédition ou de traîtrise ; je devais donc peser mes mots avec soin, et cela me prit quelques instants d'ordonner mes idées en place.


    | Je ne pense pas, non. La Reine est ma compagne depuis bientôt un millénaire. Elle m'a assisté, protégé, et prouvé sa loyauté à maintes reprises... Jusqu'à aller seule chez le grand maître Panapopoulos pour le tuer, lui et ses sbires. Elle seule, et à mains nues. Et le tout fait en mon nom. La prochaine fois que vous douterez de sa loyauté, votre langue sera arrachée. Nous sommes nous bien compris ? |


    La carotte et la baton, comme toujours. Encourager ses servants à se dépasser continuellement, mais aussi leur montrer ce qu'il pouvait leur en coûter en cas de défi lancé à notre autorité. Je pensais avoir fait ce qu'il fallait ; je n'étais pas certain que le message serait correctement reçu mais la menace était bien claire. Une fois que j'eus laissé quelques instants, je croisais les bras, et me retournais vers la fenêtre qui donnait sur la lande.


    | Bien. Maintenant que vous avez vos ordres, vous pouvez vous en aller, shérif. Vous serez bientôt convié pour une conférence réunissant l'ensemble de notre hiérarchie. Vous pouvez ramener un humain ou une humaine dont vous êtes proche, si vous le souhaitez. Ce sera tout. |


    Le ton était clair, sans appel. La discussion était terminée ; mon auguste personne avait désormais d'autres soucis en tête.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: My Lord is your Overlord [Livre 1 - Terminé]   Mer 11 Avr - 14:57

Et la réaction ne tarda pas à venir et me glaça le sang l'espace d'un instant. Je ne pris pas sa menace à la légère, sachant pertinemment qu'il n'aurait aucune hésitation à l'appliquer. Bien qu'amant occasionnel de la Reine, je ne la connaissais pas plus que cela d'où ma question. Car ce que je savais en revanche c'était l'amour que portait Krystel Raybrandt à son fils, voilà pourquoi j'avais voulu poser la question directement au plus sage d'entre nous. Il m'assurait donc de sa loyauté envers lui et bien que ses paroles ne me laissaient pas le choix de le croire, une part en moi ne pouvait exclure totalement l'éventualité que William soit mis au courant par sa génitrice, mais je n'en touchai pas un mot à mon Roi. D'ailleurs lorsqu'il posa la question rhétorique de savoir si j'avais bien compris sa phrase, je ne prononçai pas un mot, me contentant de faire une légère révérence de la tête pour lui indiquer qu'il ne pouvait en être autrement.

Lorsqu'il poursuivit pour m'indiquer que notre entretien en venait à son terme, je me levai et écoutai poliment. Une conférence réunissant l'ensemble de notre hiérarchie? Ce n'était pas chose courante au sein de notre espèce ce genre de rassemblement. Pour ma part et même si j'ignorai tout de la raison d'un tel rassemblement, je ne pouvais m'empêcher de penser qu'il était risqué pour nous les vampires que soient réunies en un même lieu les têtes pensantes de notre espèce. Rien ne nous dis que nous serons plus en sécurité que lors de l'attaque du 1er mai par exemple. Mais si telle était la volonté du Roi, il en serait ainsi. Pour ma part, je m'y rendrai peut-être en compagnie de Gaïa, ma Pomme de sang, à voire. Pour l'heure je me levai et m'adressai à mon Maître en faisant une révérence polie.


Merci de m'avoir consacré un peu de votre temps Sire. Je tâcherai de faire honneur à votre nom et vous tiendrai informé de l'avancée de ma tâche. Je me pliai d'une nouvelle courbette polie afin de le saluer avant de quitter les lieux une fois qu'il me l'eut donc permis. Mes hommages votre majesté. C'est donc sur ces paroles que je sortis de la pièce et gagnait l'entrée. J'avais besoin de prendre un peu l'air. Non pas que cet entretien avec Augustus ne se soit mal passé mais j'avais besoin d'évacuer la tension dont j'étais la cible à chaque fois que je me trouvais en sa présence. Quoi qu'il en soit après avoir lâché un soupir de soulagement, je ne pu m'empêcher d'afficher un large sourire sur mon visage pendant quelques secondes. Si tout allait bien ,j'aurai cette promotion, mais rien n'était gagné aussi je refermai mes émotions affichées par ma tête et me mis en route pour retourner à Edimbourg. J'avais du travail et je ne devais pas tarder. Le devoirs n'attend pas.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: My Lord is your Overlord [Livre 1 - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
My Lord is your Overlord [Livre 1 - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» My Lord is your Overlord [Livre 1 - Terminé]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: Alentours :: Manoir Royal
-
Sauter vers: