AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]
Aller à la page : Précédent  1, 2
MessageSujet: Re: Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]   Ven 20 Avr - 16:44

L’eau crépitait sur le dessus de mon parapluie transparent. Je pouvais ainsi admiré le ciel sombre de cette nuit. Je fis attention à ce que mes escarpins noirs ne touchent pas une flaque d’eau alors que je me tenais devant le prince raybrandt et le shérif Julien Guillemaud. En peu de temps j’avais fait un bout de chemin en Ecosse pour me retrouver ainsi fasse à deux shérifs en cette humide soirée. J’appréciais de me retrouver face à William, cela me mettait de bonne humeur, la relation que j’entretenais maintenant avec le prince mêlant professionnalité et intimité n’était pas pour me déplaire. Comme toujours le prince était impeccable malgré l’humidité et la pluie, dégageant charisme et autorité à la fois. J’adoptais une expression sérieuse malgré les pensées toutes aussi différentes les unes que les autres qui se déferlaient dans mon esprit. Si William m’avait fait venir si soudainement il devait s’agir de quelque chose de très important et je n’attendais que d’en savoir plus. Je mourrais d’envie de l’informer de certaines choses également. J’étais consciente qu’il devait se poser énormément de question quant à mon attitude une certaine nuit devant la pomme du diable. Seulement l’heure n’était pas à cette discussion. Je n’avais pas encore pris ma décision sur si je devais tout lui révéler ou non et il y avait ce Guillemaud à côté. Je ne le connaissais pas et à juste titre je ne lui faisais pas confiance. Cela semblait d’ailleurs réciproque rien qu’à sa façon de me regarder, il irradiait de méfiance envers ma personne. Il ne devait rien savoir sur les lycanthropes, d’autant plus que son statut de shérif attisait ma suspicion à son égard.

Je regardais essentiellement William alors qu’il commençait à parler. Ainsi j’apprenais qu’il avait une idée derrière la tête. Jusque là rien d’étonnant, le fils Raybrandt avait toujours une idée derrière la tête, j’appréciais cela chez lui bien que cette qualité puisse être dangereuse. Pour solliciter l’aide de deux vampires cette mission devait être dangereuse sans pour autant concerner les royalistes puisqu’il avait fait appel à Guillemaud. Pensive je songeais que s’il avait fait appel à moi ce serait peut-être pour avoir recours à mon expérience ou à ma force. Je le priais de m’en dire plus.

    « Je t’en prie dis moi en plus. »


Alors que William me regardait je sentais un léger malaise entre nous. Cela ne pouvait être lié qu’à ma terrible erreur. Il fallait vraiment que nous parlions tous les deux, vites. Je craignais que la confiance qu’il pouvait avoir en moi ne soit ébranlée. J’hochais la tête alors qu’il évoquait les événements du premier Mai. Comment oublier ? Cette nuit avait été un tournant dans l’histoire de l’humanité et des vampires, se transformant en tuerie. Alors que l’octroi de droits aux vampires aurait dû entrainer des jouissances tout avait dérapé. Cette nuit là particulièrement avait confirmé l’opinion que j’avais des royalistes. Une chose inconnue avait rendu l’ensemble des vampires complètement fous, déclenchant une soif de sang incontrôlable. Certains avaient même trouvé la mort, ce fut aussi le cas de nombreux êtres humains. Une preuve indéniable de l’incapacité de nos dirigeants à gouverner. Je secouais vivement la tête au se souvenir de cette nuit. Je ne voulais plus repenser à cette sensation de soif, surtout en ce moment. William m’apprit l’identité de la femme responsable du carnage, une certaine Maryana Wathereey. Cette information était extrêmement précieuse et j’étais heureuse de la détenir grâce à William. Je m’exclamais en lui montrant à quel point j’étais ravie.

    « William, tu as fait un travail extraordinaire là ! Pour sûr cette femme est un danger pour notre espèce. As-tu un plan ? »


J’étais curieuse de savoir comment William comptait s’y prendre pour supprimer cette femme, dont la nature m’est inconnue, dotée d’un tel pouvoir face aux vampires. Cela semblait en tout point périlleux, je pourrais risquer ma vie là dedans sans la moindre reconnaissance de qui que ce soit. J’attendais d’en savoir plus avant de prendre une quelconque décision.
Julien Guillemaud s’adressa à moi non sans sarcasmes ce qui eut pour résultat de me faire rire.

    « Monsieur Guillemaud, il semblerait que ce petit séjour dans un cercueil d’argent vous ait remis dans le droit chemin n’est-ce pas ? »


Sa méfiance à mon égard et sa façon de mettre en évidence une quelconque dissidence de ma part étaient le reflet de sa loyauté envers le roi. Une loyauté qui avait été permise grâce à l’utilisation de la terreur. Voilà comment le roi s’assurait la fidélité de ses sujets, en les terrorisant.

    « Mais pour répondre à votre question, cela est toujours d’actualité, je n’ai pas pour habitude d’être changeante dans mes opinions. Il n’y a rien à chercher de plus là dessous. »


Je souriais avec hypocrisie. Encore un des sbires de King. J’étais ravie de pouvoir le remettre à sa place. Je me demandais bien pourquoi William avait fait appel à lui.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]   Ven 20 Avr - 21:36

Ne vous méprenez pas de cette petite pensée ci-haut. Belle Angeline Renard allait, bien évidemment, payer pour son attitude à la mi-août. Après tout, notre cher William Raybrandt désirait ardemment retrouver la couleur de ses 1500 £ perdus aux mains de deux pauvres victimes dont une femme enceinte de surcroît. Il avait croisés les bras sur son torse ayant aperçu la tension palpable en son ami. Parfois, il posait un regard en ce dernier et soupirait. Encore une conséquence des secrets et de la manière dont gouvernait le Roi Augustus King. Éliminons pour mieux régner. Oui, éliminons les trouble-fêtes comme sa propre personne. Certes, il ne pouvait plus … Plus maintenant. Baissant le regard un instant, il vit à peine le mouvement de tête en Belle. Haussant un sourcil, William songea si elle avait quelques problèmes. Oh non ! Pas avec le Roi. Pas lorsqu’on allait poser un coup parfait pour la prospérité des Vampires … Pour son propre futur à lui. Mais elle restait attentive voir même excitée par ce projet.

- Oui, j’ai un plan. On sera …

Serrant les lèvres ensemble, William détesta l’interruption produite par son ami. Ses mains se déplacèrent au niveau de ses hanches. Il ne soupira pas, mais dardait le regard en Julien puis, le tournant en direction de Belle. Oh ! Elle était parfaite. La pluie ruisselant tout autour de son parapluie. Baissant la tête tâchant de reprendre contenance, il écouta avec une attention exquise – évitant de retomber dans une observation n’ayant pas sa place actuellement – Belle Angeline Renard rétorquer à son ami. Oh ! Mais elle y allait un peu trop fort. Julien ne le prendrait certainement pas : oui, qu’on lui rappelle sa punition puis, ce sarcasme.

- Ok ! Ça suffit tous les deux. On n’est pas ici pour se taper dessus.

Dit-il sur un ton extrêmement sérieux. Il se fut avancé entre ses deux amis pour empêcher une bagarre sur le point de commencer. Les pauvres humains qui allaient arriver ici le lendemain matin. Cela pourrait être drôle, mais sa mère va encore lui dire avoir fait une erreur. Droit, fier William n’amenait pas à rire. Son regard semblait même être devenu noir tant il en était intimidant. Il en avait assez de ces petites sautes d’humeur entre les Vampires. Des gens semblaient ardemment souhaiter leur mort et eux se chamaillaient pour des broutilles. Non ! Julien et Belle n’étaient point les seuls malheureusement. Passant d’une manière lasse sa main droite dans ses cheveux, William tâcha de se rappeler où il en était rendu précédemment ce problème stupide. Maryana … Belle fut arrivée … Ah oui, il faut lui expliquer le plan évidemment.

- Les Vampires sont menacés par d’autres et vous décider de vous battre entre vous. Justement, mon plan ne se base nullement là-dessus vous vous en douterez. À trois, on réussira à la coincer. Je l’ai contacté et, avant tout combat, je lui parlerai et ensuite je pensais pouvoir apporter une attaque surprise en petit plus. Voilà.

Dit-il son ton restant que trop intimidant. Une personne faible tremblerait sur ses pieds à la vue de William Raybrandt. Ses mains retournèrent au niveau des hanches. Il passait son regard de Julien à Belle pour le laisser plus longtemps en cette dernière. Pas question que son plan échoue pour de stupides broutilles. Belle Angeline Renard était l’une des plus fortes Vampire existant. Elle était indispensable.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]   Lun 23 Avr - 17:59

Lorsque la traître rétorqua à mon sarcasme en évoquant mon exil d'une décennie dans un cercueil argenté, je ne pu me retenir de rire. J'aurai pu m'offusquer de cette allusion mais ce ne fut pas le cas, loin de là. Depuis le temps j'avais appris à ne plus me vexer de cet évènement et en avait même fait un avantage, après tout j'étais tout de même shérif malgré cet exil, tout le monde ne pouvait pas en dire autant. Et puis je me doutais que la fourbe ne resterait pas de marbre à mes attaques. Bien évidemment je ne crus pas une seule seconde à sa réponse lorsqu'elle dit ne vouloir que la paix entre vampires et humains. Plutôt que de répondre, je laissai William faire l'arbitre même s'il n'avait pas besoin de mon assentiment pour le faire. Soucieux du bon déroulement de son plan il nous fit un brin de morale quant au fait qu'au vu du danger qui planait sur les vampires, une dispute entre elle et moi ne devait pas tout mettre par terre. Lorsqu'il eut terminé je décidai de prendre la parole, non sans vouloir une nouvelle fois lancer une pique à l'attention de la plus ancienne des trois vampires.

Concernant ton plan Will', mis à part que notre doyenne est la plus puissante d'entre nous, en quoi consiste-t-il concrètement? Devons-nous nous tenir prêt jusqu'à ce que tu nous appel ou bien nous donneras-tu rendez-vous à une date et un lieu précis? D'ailleurs en parlant de lieu, où souhaites-tu que la rencontre s'effectue? Je ne te cache pas que j'aimerai pouvoir faire un repérage, d'autant que vu l'absence de confiance entre ton amie et moi, je préfère ne pas trop dépendre de sa bonne volonté, aussi forte soit-elle. dis-je en envoyant un faux sourire à l'égard de la femme, après quoi je m'adressai directement à elle. Ne vous en déplaise Miss Renard, malgré votre puissance vous êtes à mes yeux un danger pour notre espèce, au moins tout autant que cette Maryana. Vu les bruits qui courent à votre encontre, rien ne me dit que vous n'allez pas vous servir de cette humaine pour commettre un méfait à l'égard du roi. dis-je d'un ton sec, tout en affichant un sourire méprisant. Sa réaction allait m'aider à placer mes pions pour la suite de cette action. Je savais ce que je devais faire et j'avais déjà commencé ma partie d'échec avec cette ennemie. J'avais une tâche à accomplir et je devais bien jouer et anticiper. Je comptais sur le caractère du Prince vampire pour m'aider malgré lui.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]   Mar 24 Avr - 13:48

Je n’avais aucune idée de ce que ce Julien Guillemaud pouvait savoir à mon sujet. Pourtant j’étais exemplaire en tout situation. Visiblement le roi avait pris un malin plaisir à répandre son venin, à moins que ce ne soit la reine elle-même. Malgré la haine que nous nous vouons l’une envers l’autre je soupçonnais le roi d’être beaucoup plus sournois que son épouse. La dernière et première rencontre que j’avais eue avec le monarque m’avait permis d’étoffer le portrait que j’en dessinais. J’avais constaté avec inquiétude qu’il était beaucoup plus dangereux que je le soupçonnais. Cela achevant ma volonté de destituer ce vampire, qui j’en étais certaine causerait la perte ou la domination de notre espèce à long terme.

J’observais attentivement William laissant derrière moi la petite prise de bec que je venais d’avoir le shérif d’Edimbourg. La seule chose que j’attendais c’était des précisions sur l’idée soudaine de William. Cependant le shérif de Glasgow n’avait visiblement pas apprécié l’altercation entre son collègue et moi-même. Il suffisait de voir l’expression qui traversait son visage, excédé, sa posture. Il pointa son regard vers Julien, puis vers moi. Je ne détournais pas la tête, le toisant. Je comprenais que ce genre d’enfantillages lui déplaisent mais je n’étais pas ici pour être jugée, et ça il devait se le rentrer dans la tête. Je croisais les bras alors qu’il nous réprimandait, lasse moi aussi. J’ignorais tout bonnement Julien me concentrant sur les projets de William. Il souhaitait que nous arrêtions cette Maryana Wathereey. Seulement nous n’avion aucune idée sur le danger qu’elle représentait, jusqu’où elle pouvait aller. Et l’avant gout que nous avions eu au mois de Mai n’était pas pour me rassurer. Egalement rien ne me prouver qu’elle était un danger pour ma propre personne, au contraire elle pourrait peut-être nous être utile. Nous ne savions pas qui elle visait spécialement au mois de Mai ni quel était son but.

Je portais la main à mon menton, dubitative. Julien s’adressa d’abord à William alors que je songeais aux paroles de ce dernier, demandant des précisions. Je ne réagissais pas quand il me désigna comme la doyenne, sur un ton que jugeais beaucoup trop sarcastique. Je laissais Julien s’exprimer avant de poser quelques questions moi aussi à mon ami William.

    « William, avant toute chose que savons nous exactement sur elle ? De quoi est-elle capable, quel est son but exactement ? Ne devrions-nous pas l’interroger avant d’envisager de la neutraliser ? »


Il était hors de question que je supprime être, qui plus est d’une nature nouvelle et avec une telle puissance sans savoir de quoi il en retournait exactement. Alors que je songeais à cette étrange femme je me retournais soudainement foudroyant Julien Guillemaud du regard, en réponse à sa nouvelle attaque envers ma personne. Le manque de respect de cet homme à mon égard était impressionnant. Un shérif ne se devait-il pas de respecter ses confrères ? Visiblement cette notion de respect n’avait pas fait partie de son apprentissage. Ses soupçons n’avaient pas lui d’être car pour l’instant je n’étais pas un danger, et je ne le serais jamais contre mon espèce, seulement contre ceux qui abusaient de leurs fonctions.
J’eus envie de rire mais je me retins. L’idée de lui apparaître comme une menace était jouissive. En partie c’était une réussite. Je ne souhaitais pas que le roi et la reine me voit comme tel car ils agiraient en fonction pour me neutraliser si c’était le cas. Mais j’étais ravie d’inspirer la crainte à des vampires royalistes de bas étage choisis sur un coup de tête et dépourvus de compétences comme Julien. Je me retournais vers William sans m’adresser au shérif d’Edimbourg.

    « William, si Julien n’apprend pas le respect de ma personne je crains que vous devrez vous passer de mon aide. »

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]   Lun 30 Avr - 0:28

Le rire de son meilleur ami résonnait encore dans sa tête. Ce début de sarcasme lancé à la tout va en Belle Angeline Renard. Mais … Quel était le problème ? Étrangement, plus William Raybrandt se trouvait ici actuellement, plus il avait cette envie d’être un monarque fier se situant au-dessus de la mêlée d’une espèce unie et sanguinaire. Tous iraient dans la même voie. Il ferait fit des petites valeurs personnelles au contraire de Julien Guillemaud. Seul son charisme pourrait railler les troupes. Ils auraient tous confiance en lui et optimistes croyant en un avenir radieux. Augustus King avait-il peur ? Le Roi, son cher beau-père, avait affreusement peur non ? Peur de perdre son poste, de mourir. Oh ! Il soupira tâchant de laisser pour contre ces idées idiotes contre son Roi. Seule la vue de sa mère, de la grande Krystel Raybrandt pouvant souffrir fut suffisant. Belle semblait en pensées tout comme lui, mais Julien …

- Arrêtes veux-tu …

Lâcha-t-il blasé par les mots de danger concernant Belle sortant de la bouche de vipère – actuellement – de Julien. William eut à peine le temps de penser se mettre à parler prônant un appel sur demande concernant Maryana que son cher ami se rua une fois de plus en la Vampire … Doyenne. Il avait fait complètement fit de ce mot. Sa main s’écrasa en ses cheveux châtains. Toujours blasé, son regard passa un peu partout observant finalement sans réellement le désirer ardemment vers l’extérieur soit vers la douce pluie écossaise. Son esprit s’échauffa à nouveau. Il lui fallait attendre l’appel de Maryana comme dit le 7 août en compagnie de mademoiselle Oppenheimer. Seulement ensuite, il contacterait Belle et Julien. Il savait tout de Maryana : ses pouvoirs abominables, son emploi, sa petite fille même désirant répondre à son amie. Ils devraient être tous prêts … Hum ? Totalement désespéré, peut-être ne fut-il pas une si bonne idée de faire appel à des coéquipiers en fin de compte. Blasé à nouveau, il laissa tomber son cou vers le bas ne désirant pas poser un regard sur Belle. Il devait apprendre le respect. Ok, il soupira et plongea les mains dans ses poches de jeans. Son regard pointait toujours un peu vers le bas l’aidant à réfléchir soit éviter les yeux de ses «coéquipier» si on pouvait les nommer ainsi.

- Maryana a d’énormes pouvoirs. Je sais à peu près tout sur elle. Elle a même une … Enfin, je ne connais pas tout sur elle. Je crois, toutefois, qu’une attaque surprise serait de mise. En effet Julien, le repérage nous sera utile pour tâter le terrain. Il faudra vous tenir prêts à tout SMS provenant de moi-même.

Après s’être arrêté subitement à sa première phrase éliminant de ses mots l’enfant qui aurait éliminé l’aide de Belle dans toute cette histoire, William continua à leur expliquer le plan évitant toujours de poser un regard sur eux lorgnant le sol de cet entrepôt : un sol en béton totalement simple si discret qu’il vous permettait de ne pas le voir. Il approuva Julien voir le félicitait dans son fort intérieur pour son idée. Malgré tout, William ne souriait pas. Ses yeux, maintenant passant de Belle à Julien et ainsi de suite, allaient faire venir autre chose sortant de la fierté de William Raybrandt.

- Mais j’ai besoin de vous deux. Nous sommes tous les trois des Vampires malgré nos valeurs distinctes. Nous pouvons former une alliance temporaire. Deux Sheriffs entraînés et une Vampire sage …

Subitement, personne ne pourrait s’attendre à cela. William soupira légèrement et monta aisément les caisses de l’entrepôt. Il se retrouva au sommet comme précédemment dans la soirée. Les mains toujours dans ses poches, on avait l’impression de voir un véritable chef, un Prince, un Roi scrutant son peuple au détail près. Un petit sourire en coin surgit d’entres ses lèvres pour ensuite laisser place à un hochement négatif de la tête. C’était vraiment hilarant ce qu’à pu faire ces années dirigeantes. La crainte, la peur de voir des ennemis partout. La peur qui vous terrorise empêchant de faire confiance à votre compatriote l’instant d’un combat. Lui désirait, par de simples mots positifs bâtir une véritable armée couchée à ses pieds. Cela l’excitait intérieurement. Et elle, de cette manière, n’aurait plus jamais à combattre seule. Sauf qu’il … Il dit donc sur un ton neutre :

- Mais si vous ne désirez point faire un effort, je ne vous préviendrez pas au moment voulu. Je combattrai Maryana Wathereey par mes propres moyens.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]   Jeu 3 Mai - 17:51

Après avoir parlé j’attendis la réponse de William, ne prêtant que peu d'attention à la vampire. Et la réponse vint, du Will' tout craché. D'ordinaire j'aurai persévérer dans mes piques à l'encontre de son amie, mais ce soir mon but n'allait pas dans ce sens. Je devais me modérer afin, non pas de fricoter avec cette félonne, mais au moins d'évoluer un minimum de temps à ses côtés. Je devais donc calmer les choses de mon côté et mettre un frein à mes sarcasmes, aussi désagréable cela soit-il. J'écoutai donc les deux vampires avant de prendre la parole, me contentant de me lever et de marcher un peu sans m'éloigner, histoire de me dégourdir un peu les jambes tout en m'adressant à mes deux congénères avec le son de la pluie tombante en toile de fond.

Ne dis pas de bêtise Will', je t'ai déjà dis que je voulais être là pour te voir humilié par une humaine. dis-je en souriant à l'attention du Prince Vampire. Oui j’ai dis que je diminuai les sarcasmes envers Renard, mais pas envers William. Il est assez intelligent pour comprendre que j'avais compris son message. Je poursuivis donc et repris la parole en me tournant cette fois vers la doyenne de notre espèce en passant une main dans mes cheveux. Afin que les choses soient claires entre nous mademoiselle Renard : je ne vous apprécie pas et il en sera toujours ainsi. Toutefois pour William et seulement pour lui, je consens à collaborer avec vous sur cette affaire. Je ferai attention à ne pas afficher mon hostilité envers vous à l'avenir mais je ne vous fais pas confiance, vous pouvez le comprendre vu notre différent.

Je fis une courte pause avant de m'adresser de nouveau à mon ami sans ironie ou tout autre forme de sarcasme cette fois-ci, il était d'en de mettre à l'épreuve son plan et d'en apprendre davantage, je ne voulais pas me faire ridiculiser par cette humaine.

Ainsi donc tu penses que nous pourrons mener une attaque surprise sur une humaine comme elle, avec toutes ses capacités? Cela me parait bien peu probable. Et puis rien ne nous dit qu'elle viendra seule. Je ne remets pas tes plans en question Will', mais je veux simplement limiter les risques au vu de notre adversaire. Que devrons-nous faire? Quel est le plan d'attaque concrètement?

Je cessai de marcher pour m'adosser à la porte de l’entrepôt et observer un instant la pluie en attendant les réponses à mes questions. Je jouais gros sur ces affaire, les conséquences pouvaient être merveilleuses autant que terrible en fonction de la manière dont allait ce dérouler la suite. Si la vampire était fidèle à elle-même, tout se passerait pour le mieux.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Tombeau ou abri de fortune ? [Livre I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Edimbourg
 :: Port de Leith :: Entrepots
-
Sauter vers: