AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]   Mar 28 Fév - 5:08

Attendre … C’était nouveau depuis le dernier mois ayant passé. Ce mois passant plutôt rapidement en fin de compte. Il avait repris sa routine quotidienne et Jana, sa femme, n’osait plus faire la rebelle tout comme au mariage. Il aurait tant fait pour agir autrement toutefois. Pourquoi fallait-il le punir pour n’avoir pas agi ? La réputation de la famille royale des Vampires en avait souffert. Selon lui, le contraire aurait plus été vrai. Certes, William Raybrandt en oublia les compatriotes de bas étage un peu trop ambitieux. Des gens pouvant voler le pouvoir au Roi tout comme à sa très chère Reine … La forte Krystel Raybrandt, sa mère. Certes, l’ambitieux se trouvait un peu trop près. Pourrait-il y en avoir d’autres ? Si oui, il les éliminerait. Personne n’aurait accès au trône sauf lui. William était assis au sommet d’une pile de caisse. Il se trouvait dans l’entrepôt le plus éloigné du port de Leith à Édimbourg. Julien Guillemaud avait répondu à son appel précédemment. Il n’aurait pas voulu que le Sheriff de Glasgow allait faire irruption chez lui. Il se trouvait vraiment inquiet.

On n’avait pas aperçu la Reine voir même le Roi pour quelques jours maintenant. Cet imbécile de Torben Badenov avait été retrouvé en sang selon les esclaves au manoir royal. Krystel n’aurait jamais fait de mal à cet homme. Oui, malgré que notre cher Prince désire enlever la vie le narguant de cet homme, il ne pouvait pas y toucher. Las, il laissa son dos choir sur le sommet de la caisse. Ses yeux aux iris marrons observèrent le plafond haut et que trop industriel de l’entrepôt. Notre Vampire portait des jeans, une chemise rouge écarlate où se démontrait une veste de cuir noire par-dessus. De simples joggings chaussaient ses pieds. William préférait un style simple lorsqu’il voyageait avec sa Ducatti rouge rutilante et de dernière génération évidemment. L’engin se trouvait aux portes de l’entrepôt. Le Prince souhaitait se changer les idées, mais en même temps, non. Fronçant les sourcils, les mots ayant sortis de la bouche de sa mère quelques nuits avant cette «disparition» le faisaient maintenant tiquer.

- Mais où est-elle !

C’était totalement idiot d’agir de cette manière. Il savait devoir prendre conscience d’être un véritable Prince vérifiant la sécurité de sa demeure et de toute sa famille. Elle le lui avait bien dit. Certes, il ne pouvait pas faire autrement. Les deux premiers jours, il croyait la Reine en voyage quelque part dans le monde. Elle était tellement secrète. Mais là … Ces races encore méconnues l’avaient-elles capturé ? Une exclamation sarcastique, un soupir en disant long sur le grotesque de ceci fusa d’entre les lèvres de William. C’était impossible. On ne vainquait pas Krystel … Mais cet air, cette attitude ce soir-là.

- Julien ! Je suis en haut.

Dit-il ayant ressenti l’odeur de son ami dès ses premiers pas à environ cinq mètres de l’entrepôt. Le Sheriff de Glasgow se redressa les paumes de mains appuyées sur la caisse en ses arrières. Son regard scrutait le sol, mais plus attentivement l’autre Sheriff. Un rictus passa si rapidement sur son visage qu’il fut difficile d’en comprendre la raison. Julien ne fit pas d’erreur lui. Il deviendra peut-être Maître Vampire prenant la place laissée vacante par sa mère. Peu importe, toquant un peu et machinalement de ses chaussures sur le devant de la caisse un sourire un peu plus qu’en coin surgit sur son visage.

- Merci d’être venu. Je ne sais réellement pas où est notre Reine.

Dit-il ayant que légèrement, qu’une milliseconde trembler en sa voix.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]   Jeu 1 Mar - 3:11

Pourquoi Will' s'inquiétait? Le tempérament de feu de sa mère lui avait déjà fait frôlé bon nombres de risques, mais de par sa puissance elle était à l'abri de pas mal de choses. Quelque chose chez mon ami, quelque chose qu'il savait devait lui laisser penser qu'elle pouvait courir un danger, mais quoi? De plus il n'était pas du genre à paniquer, c'est pourquoi je répondis à son appel sans tarder. L'entrepôt en question était l'endroit où nous avions saigné nos premiers vampires traîtres au Roi ensembles lorsque j'étais jeune vampire. Nous avions dû combattre avec férocité, pour finir par nous regarder. Nous étions couvert du sang de nos victimes, entourés par les corps vidés des traîtres. Nous nous mîmes alors à rire comme deux déments avant de partir. Mais revenons en à notre entrevue.

Salut vieux frère, cela fait longtemps que l'on ne s'est pas retrouvé ici tous les deux. Et la dernière fois nous nous sommes nourris du sang des traîtres. dis-je d'un sourire amical avant de prendre à nouveau la parole après lui. Alors c'est vrai? La reine ne pouvait disparaître. Il ne pouvait en être ainsi. Cela est-t-il lié à la mort de Nikos et à l'arrivée de Saftov? De par son titre de prince vampire, peut-être que mon ami en savait plus.

Will', que sais-tu de mon nouveau maître vampire? J'ai appris il y a peu que Nikos n'était plus. Je ne peux dire que cela m'attriste mais malgré la rumeur je ne connais que peu mon nouveau supérieur direct. Crois-tu que l'absence de ta mère soit liée à cet évènement? En attendant que mon camarade ne répondre à mes interrogations, je décidais de m’asseoir à mon tour sur une des caisses de l'entrepôt, un pied sur la caisse, un coude sur le genou de la même jambe. J'avais besoin de comprendre. Pourquoi Nikos avait été destitué? Pourquoi Saftov avait eu ce titre? J'aurai pu l'avoir, Will aussi. Enfin non, il était logique que Will n'ai pas ce poste dans l'immédiat vu son mariage animé, mais je ne doute pas que sa mère se débrouillera pour le lui obtenir un jour ou l'autre. Malgré cela je ne lui en veux pas. Will' demeure et reste mon ami. Lui a la chance d'être fils de reine. Moi j'ai la chance de plutôt bien faire mon travail et de servir mon roi au mieux. Pour l'heure nous devons retrouver la trace du couple royal. Ils passent avant tout.


Dernière édition par Julien Guillemaud le Mer 9 Mai - 12:36, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]   Mer 7 Mar - 3:28

Il avait sourie. Oui, il se rappelait de ce moment. Longtemps alors que cet entrepôt rassemblait plus de caisse et de ressources. Une époque où le port de Leith relié à Édimbourg se retrouvait puissant économiquement. Des traîtres furent découverts parmi les Vampires. L’ordre fut donné par les Maître vampires soit sa mère justement et Nikos Panapopoulos. Tout simplement délectable. Tout être osant défier la hiérarchie devait lui rendre des comptes et jamais William Raybrandt n’avait été clément. Encore aujourd’hui, bafouer la loi pouvait vous amener à la mort. Certes, il ne le ferait point sans ordre direct. Leslie faillit y goûter. Ses canines se firent plus proéminentes pendant un court instant. Il les tâta agréablement avec sa langue. Oh ! La vie était simple à cette époque. Pourquoi fallait-il que tout bascule ? Une ambition de changer le monde peut-être … Il en parlait souvent avec Julien justement. Mais ce dernier ne mettrait jamais ceci en action : il n’avait pas le cran pour la tâche à accomplir. Le Sheriff de Glasgow observa son ami marchant vers les caisses. Alors que lui-même avait se cran. Le meilleur moyen à prendre serait de se tuer … Mais jamais William pourrait faire une telle chose.

Les doigts de sa main droite se faisaient aller en son Iphone. William cherchait le numéro de téléphone appartenant à Camille Fontayn. Évidemment, en bon serviteur de la reine il pourrait avoir des informations en ce qui concerne cette subite disparition. Oui, malgré l’inquiétude trônant en le Vampire, il tâchait de garder la tête froide. Ce n’était pas vraiment le genre d’homme émotionnel. William était plutôt du type réfléchit ne s’échauffant seulement si on le cherche. Il oublia temporairement les mouvements de son ami.

- Nikos est mort ?

Non, il n’était fichtrement pas au courant. Réalisant cela, William lâcha des yeux son Iphone pour les descendre en direction de Julien. Ce dernier avait pris une position peu confortable. À la suite de ce choc reçu, notre beau Sheriff n’avait pas l’intention de descendre. Son cher ami pourrait donc monter évidemment. Ramenant son genou droit près de son torse, il y déposa les bras. Machinalement cette fois, il tâtonnait et écrivait sur son jouet technologique. Sans être concentré à 100%, William devra certainement recommencer le message. Nikos était mort. Pourquoi ? Comment ? Ces races étranges l’ont tué peut-être. Rébellions dont parlait sa mère.

- Peut-être que cette histoire y est reliée. Je ne sais pas plus que toi de cette histoire. J’en sais même moins. Comment Nikos a bien pu mourir.

Dit-il heurter par son ton interrogateur, mais un peu rapide. Une fois de plus, le jeune homme n’était pas mis au courant d’affaires concernant tout le monde haut gradé chez les Vampires. En somme, cela semblait être pour tous malgré que lui soit mis de côté. Julien aussi, mais seulement en partie. Qui était le nouveau Maître Vampire alors ? Peut-être McIntyre … Argh ! Ce serait l’horreur totale d’avoir cette folle touchant presque le pouvoir royal. Même Morgane semblait se repentir. Hm … Une chose de bien en ce monde.

- On ne me dit rien. Tout ce que je sais est de ne pas savoir où est la Reine … Ni le Roi en fait. J’ai vraiment peur. Elle m’a dit de drôles de mots à notre dernière rencontre. Elle n’aurait tout de même pas affronté Nikos seul. Il se rebellait peut-être, mais encore, je n’en ai pas idée.

William cherchait à nouveau le numéro de Camille dans son agenda téléphonique. Oui, à force de songer, son Iphone se mit en mode veille. Une main sur la caisse, son genou droit restait monté y appuyant le coude. De plus en plus, la peur d’avoir perdu sa grande … Elle se fit en son ventre. Mais Nikos semblait mort. A-t-elle péri et le Roi ne désirait pas en parler. Les lèvres du Sheriff se serrèrent fortement.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]   Jeu 8 Mar - 15:26

- Nikos est mort ? [...] - Peut-être que cette histoire y est reliée. Je ne sais pas plus que toi de cette histoire. J’en sais même moins. Comment Nikos a bien pu mourir. [...] - On ne me dit rien. Tout ce que je sais est de ne pas savoir où est la Reine … Ni le Roi en fait. J’ai vraiment peur. Elle m’a dit de drôles de mots à notre dernière rencontre. Elle n’aurait tout de même pas affronté Nikos seul. Il se rebellait peut-être, mais encore, je n’en ai pas idée.

Mon ami semblait troublé par l'absence de sa mère malgré sa grande capacité à afficher une neutralité sans faille. J'avoue avoir du mal à comprendre ce sentiment de Will' envers sa mère, n'ayant pas eu ce genre de relation avec la mienne lorsque j'étais humain. Il faut vraiment être aveugle pour ne pas voir à quelle point notre reine aime son prince, au delà de l'amour que peuvent avoir les vampires entres eux. Pour ma part ma mère n'a jamais eu un quelconque sentiment similaire à mon égard, son addiction pour l'alcool ne l'ayant pas aidé. Ne vous y méprenez pas, je ne suis pas sujet à un sentiment de nostalgie ou de regret et encore moins de douleur vis à vis de mon passé familial. Je faisais simplement une comparaison entre sa mère et la mienne.

Pour en revenir aux paroles de mon ami, je pris la parole au sujet de la mort de mon ancien maître vampire, Nikos le grec. Il semblerait bien qu'en tant que simple shérif je n'étais pas au fait de toutes les tensions politiques des plus hautes strates de la hiérarchie royale. Ceci m'aura au moins apprit que je dois revoir mon fonctionnement, mais ce n'était pas le moment.


Je ne suis pas au fait de ce qu'il se passe entre les maîtres vampires et le couple royal Will'. Sans vouloir lui manquer de respect, je pense que pour une raison que je n'ai pas à connaitre en tant que simple shérif ta mère a voulu régler le cas de Nikos seule. Après tout c'est notre reine. Personne n'aurait pu lui faire changer d'avis. Je quittai la caisse où j'étais assis pour me rapprocher de mon camarade, m'arrêtant près de lui. Je ne peux avoir une réelle idée du lien qu'il y a entre vous à part des suggestions, mais étant ta génitrice aussi bien humaine que vampire, si elle n'était plus tu le saurais. Je fis une courte pause avant de poursuivre, un léger sourire sur mon visage. Estime toi heureux Will', en tant que Prince vampire tu es au fait de bien plus de choses que le shérif d'Edimbourg étranger à la famille royale non? Toutefois je peux toujours t'aider dans ta quête d'information.

Suite à mon entrevue avec Softov, mon nouveau supérieur direct, j'avais chargé Angela mon fidèle bras droit de se renseigner quant à ce changement au sein des dirigeants vampires. J'en touchai deux mots à mon comparse.

Après qu'Adrian Softov soit venu chez moi, j'ai chargé Angela de me fournir un maximum d'informations de son côté puis de m'en faire un rapport. Je n'ai pas appris où se trouvait la reine mais je peux tout de même te fournir quelques détails. Tous les humains et vampires de Nikos ont été décimés dans son domaine, apparemment par son remplaçant. Je pense que ta mère s'est chargé de son exécution. Toutefois, sans remettre en question sa puissance, je pense qu'elle ne s'en ai pas sortie sans égratignures et il se pourrait que le roi se charge actuellement de lui redonner des forces seulement j'ignore où. Cela pourrait être une piste qu'en penses-tu?
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]   Lun 12 Mar - 1:39


Il le savait. Même qu’il le savait très bien. Krystel le lui avait même clairement rappelé pendant leur courte entrevue, plus ou moins, querelleuse de la fin août. William savait parfaitement que la reine désira agir seule. Que ce n’était pas un problème pour toute la communauté vampirique. Certes, dans son rationalisme tangible le Sheriff de Glasgow ne comprenait pas ce petit côté borné. À moins que ce soit cet … Amour. Il avait presque lâché son Iphone le tenant machinalement de la main droite entre ses jambes. Si elle était morte, il l’aurait senti.

- C’est bien cela le problème … Je ne l’ai jamais ressenti.

Dit-il tournant bêtement et surtout pathétiquement son regard sans émotion vers son ami. Julien pouvait être plutôt cruel parfois. Il lui était étrange de l’apercevoir aussi réconfortant et gentil. Toutefois, William se gardait bien de démontrer de trop grandes émotions. Il ne désirait pas perdre la face par rapport au Sheriff d’Édimbourg. Puis, c’était faux : il n’avait droit à aucune information. Tout était bouclé. Les portes étaient verrouillées au sens propre comme au sens figuré. Durant sa longue vie, William Raybrandt côtoya nombre de Vampires. Chacun avait un lien puissant avec son créateur. Gêné par ces déclarations, il ne désirait pas avouer que pour sa part ce lien semblait brisé. Il était donc un Vampire cassé. Subitement, il aimerait demander à sa chère sœur si le sien fonctionnait. Si oui, le problème viendrait de lui. Fronçant les sourcils, il laissa ses jambes toquer machinalement tout contre la caisse où il était assit.

- Elle doit être au manoir royal … Pourquoi n’y ais-je pas songé plus tôt ?

Alors que ses paroles fusèrent un regard toujours plongeant vers le sol loin devant, William Raybrandt assimilait les dires de Julien. Adrian Softov cet ambitieux nombriliste : pff ! Que venait-il faire dans toute cette affaire ? Il a aidé à l’assassinat de Nikos peut-être … Non, plutôt des sbires de ce dernier. Ce Vampire, William ne l’avait jamais aimé. Il est persuadé qu’Adrian recherche le pouvoir avant tout. Subitement, son regard s’éclaircit. Argh, s’il était devenu Maître Vampire. Son poing droit – tenant l’Iphone – se serra seule vision de sa colère. Rien ne paraissait en ce visage d’albâtre. Probablement, des rumeurs flottent dans l’air. Ces rumeurs prônent Adrian Softov comme Maître Vampire. Mais Nikos : il a fait quoi. Non que William l’avait en son cœur, mais pour mourir réellement.

- J’imagine que les rumeurs prônent en Adrian Softov comme Maître Vampire. Pff, je ne sais même pas qu’est-ce que Nikos a fabriqué pour mériter la mort. Je ne sais rien. Je penserais que nous, les Sheriffs, étaient assez haut placés pour comprendre un peu ce qui se passait d’important … Que je sois le Prince, on s’en fiche Julien. J’ai été puni en plus.

Une exclamation sarcastique sortie d’entre ses lèvres à la suite de sa dernière phrase. On ressentait un dégoût en les paroles de William Raybrandt. À chaque fois, il ne pouvait pas être au courant de ces choses. Comment prôner la cohésion d’ensemble des Vampires alors ? Ils s’éparpillaient et, apparemment, sa mère avait faillit mourir … Pour de bon.

- Imagines un peu si les événements du premier mai recommençaient …

Termina-t-il plus pour lui-même. Soudainement Las, son corps se laissa choir tout contre la caisse de bois. Il scruta les lampes allumées au haut plafond sa veste de cuir ouverte donc on pouvait voir la chemise noire en-dessous. Il ne savait jamais rien ! Pourquoi ? Était-il précieux ? Comme s’il avait d’écrit sur le front : Attention fragile, à manipuler avec grand soin. Cela le frustrait d’être toujours laissé de côté. Cela l’agaçait de ne jamais être là … Pour elle.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]   Lun 12 Mar - 15:34

Voir mon ami ainsi troublé était bizarre pour moi et surprenant aussi. William était maître dans l'art de dissimuler ses sentiments et ses émotions, c'est d'ailleurs auprès de lui que j'appris à en faire de même, même si je ne suis pas aussi doué que mon comparse. Sa phrase à propos de ce lien qui unit tout vampire et son créateur, avouant à demi mot qu'il n'avait jamais sentit cela me surprit un peu. C'était la première fois que j'entendais cela et si un autre vampire que lui m'avait dit ça je ne l’aurais probablement pas crû. Je devinai que cela le mettait mal à l'aise de me dire ceci, c'est pourquoi je ne m'attardai pas sur ce sujet pour le moment. Par contre je pouvais réagir à sa seconde phrase.

Tu peux toujours te renseigner quant à l'éventualité de leur présence au manoir royale, toutefois je te déconseille de t'y rendre en personne. Si effectivement elle se "soigne" là-bas avec le roi, je pense qu'ils ne voudront pas être déranger. Souhaites-tu que j'envoie Angel au manoir afin de s'enquérir d'informations? Je n'ai qu'un message à lui envoyer pour cela. Les paroles du prince me firent sourirent, pour autant je n'en affichai pas un sur mon visage.

Toi mieux que quiconque devrait savoir que nous ne sommes pas si haut placés mon ami. Notre statut nous permet certes de pouvoir régner plus ou moins sur ceux en-dessous de nous, mais pas d'être au fait de ce qui se trame au-dessus. Personnellement je m'emploie avec ferveur à servir le roi et la reine, seulement je ne suis au courant que de ce dont ils acceptent de me parler. Et je m'en contente. Pourquoi Softov est maître vampire alors qu'il n'était qu'un homme de main de ta mère? Je l'ignore. Vaut-il mieux que nous? J'en doute. Pour autant je lui obéirai tant que le roi et la reine le voudront. Peut-être que Nikos a tenté d'apprendre certaines choses qu'il n'aurait pas dû. Je ne commettrai pas cette erreur. Garde toi d'en faire de même mon frère. Il est clair que nous n'étions pas frangin, cependant c'était ma manière d'exprimer ma réelle amitié envers William. Je poursuivis cette fois en souriant. A présent cela nous fait un point commun de plus: nous avons tout deux eu notre punition à un moment de notre vie. Sur ce coup là, nous avons été plus forts que Nikos Panapopoulos, car lui a bravé plus gravement nos maîtres. Connaissant notre roi et notre reine, ne crois-tu pas qu'au final, aussi dure ait été ta douleur, l'important est que tu vis encore. L'ancien maître vampire n'a pas eu cette chance.

J'écoutais le shérif de Glasgow et son évocation des évènements passés. Contrairement à lui je ne pensais pas que cela ait un rapport avec l'attentat de l'Hôtel de Ville. A l'époque j'avais proposé les services de la Reds (prononcer Redz) au comité d'organisation humain de la soirée, mais ceux-ci avaient décliné mon offre. Avec le recul je me dis que cela était en fait une bonne chose. Peut-être que mes hommes auraient pu éviter cela. Mais en fait je ne le pense pas vu certains éléments... étranges. Bref !

Cela n'a rien à voir William ! Ne te laisse pas aller. Tu es le shérif de Glasgow, le Prince de notre espèce ! Aussi dure soit ton chemin, lève la tête et avance avec fierté. Nous commettons tous des erreurs. Parfois nous ne sommes pas aussi efficaces qu'il le faudrait. Qu'importe ! Avance. Si tu tombes, relève toi ! Et combat. Bon, ok j'avoues c'est peut-être un poil trop théâtral. Mais je ne comptais pas laisser mon ami ainsi. Quitte à le secouer un tantinet pour le remettre sur pied. Au risque de me prendre une beigne.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]   Ven 16 Mar - 4:14

Non, il ne désirait pas aller au manoir royal. Non, il ne désirait certainement pas agacer le couple royal, sa belle reine. Pourquoi continuait-il à ressentir cette pression au ventre, au cœur ? Fermant les yeux, notre Vampire se laissait aller à rien faire. Le dos appuyait en la caisse alors que ses yeux semblaient prendre plaisir à dénicher le moindre détail volant au plafond. Quelques insectes nocturnes virevoltaient justement très haut et tout autour d’une lampe fluorescente blanche. Il était aisé pour William de suivre ces petites choses. Sa vitesse oculaire surpassait de loin celle d’un humain totalement normal. Il appuya, ensuite, ses bras sous sa tête tournant le regard curieux, mais agacé sur Julien. Il lui faisait la foutue morale.

William avait tourné à nouveau la tête ailleurs n’écoutant son ami qu’à moitié. Et blablabla, on ne doit pas tout connaître de la hiérarchie supérieure des Vampires. Blablabla, les Sheriffs doivent obligatoirement rester fidèles au Roi et à la Reine sans avancer rien de plus. Bon, ce ne fut pas exactement en ces mots. En tout cas, l’air agacé de William laissait lourdement penser de ne plus le traiter de la sorte. Comme si Julien se prenait subitement pour son père … Son père mort depuis fort longtemps. Pff ! Non mais, il savait tout cela ! Il savait devoir rester fidèle au couple royal. Non ! On ne pouvait jamais avoir quelques inquiétudes. L’initiative était proscrite même. William savait même que, par les dires de sa mère, ne pas être dans le devoir de mettre au jour les races meurtrières. C’était quoi cette hiérarchie ? Les plus hautes castes faisaient tout et les autres rien.

- Je me fiche de cette punition Julien … Elle pouvait me faire ce …

Mais bon, il n’eut encore pas le temps de terminer sa phrase sur ce ton redevenu, pour la plupart, neutre. Seulement, William se sentait encore peu fier d’être traité de la sorte. Selon Julien, il avait le mérite d’être en vie. Nikos lui mourut. Oui, il se fut arrêté pour laisser passer les encouragements de son ami. Le Prince, la fierté, les erreurs … Bon. Il lui prenait quoi là à son cher ami ? William porta un sourire à son visage suivit par un rire plutôt sarcastique.

- C’est quoi ton problème ? Tu as peur que je me mette à pleurer comme une fille peut-être.

Dit-il ramenant, par cette tirade ironique, toute fierté à sa personne. Il se releva éclatant un peu plus de son rire. Ce n’était pas Julien tout ceci. Il mijotait quelque chose pour sûr. Être autant à l’écoute des petits problèmes de son ami. William en avait eu de temps en temps tout comme des petits échecs. Ok, ceux-ci furent plus gros. Cela le mettait mal à l’aise voilà tout. Oui, mal à l’aise de voir son ami aussi près de lui redonner du courage et de la contenance. Non, c’était exactement ce qu’il faisait. William retourna en station debout observant les alentours machinalement – c’est-à-dire le reste de l’entrepôt – les mains sur les hanches.

- Je ne savais pas que tu t’en faisais à ce point-là pour moi. Bah, la punition a sûrement été moins pire que la tienne. Tu te trompes, je ne me laisserais jamais abattre à cause de ma femme un peu trop rebelle … Enfin, je dois t’avouer que j’ai assez hâte de voir Softov comme maître vampire.

Alors que le début de cette dernière tirade fut plus dit sur le ton de la rigolade, la dernière partie engendra un air de rivalité et de défi. Un regard sadique, sardonique s’empara pendant quelques secondes de son regard pour redevenir neutre de suite. William mettait au défi Softov de bien les diriger tous les deux … Voir McIntyre aussi. Surtout elle : oh, le pauvre. Ok, peut-être le fait de s’être fait descendre la fierté par son ami a fonctionné. Apparemment, Julien aurait réussi son coup sans que William soit au courant lui-même : il est plus calme et heureux actuellement. Plus déterminé et confiant à nouveau. Un jour, il serait au sommet … Mais a-t-il agi trop vite, avec trop d’empressement ? Devrait-il attendre ? Ces pensées passèrent à vive allure en son esprit. Celles concernant la déchéance de Softov reprirent très vite. Il allait en baver le petit Vampire serviteur.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]   Mar 20 Mar - 14:48

Je regardais mon ami riposter à mes paroles, mais au lieu de répondre à son ironie je me contentai de sourire. Mon petit jeu avait fonctionné, j'avais piqué sa fierté et cela l'avait remit sur pied. Voilà le William que je connais: sûr de lui, un tantinet arrogant, et prêt à faire régner l'ordre. Néanmoins je ne pouvais m’empêcher à ne pas répondre, après tout je n'allai pas non plus le laisser se moquer de moi. Aussi me levai-je à mon tour avant de prendre la parole avec humour.

Tu crois que je me soucies de toi? Je ne souhaite tout simplement pas que l'on puisse me reprocher de t'avoir laisser pleurer comme une humaine voyons. lui dis-je avec un grand sourire. Je ne pense pas qu'un autre vampire aurait pu avoir de telles paroles envers lui, mais entre nous c'était un jeu récurent que de se provoquer gentiment de la sorte de temps à autre. Je voulais surtout te préparer, parce que si je deviens un jour maître vampire, il se pourrait que tu sois sous mes ordres monseigneur. Là je me mis carrément à rire. En général il n'en fallait guère plus pour que l'on parte, mon ami et moi, dans une fausse bagarre comme deux lionceaux jouent. Bien évidemment Will' pouvait facilement avoir le dessus sur moi en terme de puissance, nous n'avions pas du tout le même âge quand même. Par exemple si nous étions humains, j'aurai 10 ans et lui 40. Mais lors de nos jeux il maîtrisait sa force pour que cela reste plus ou moins équilibré pour moi. Nous savions tout deux qu'il n'y avait aucune guerre de pouvoir entre nous. C'est pourquoi je repris de plus belle dans la provocation à son égard, prêt à bondir s'il se jetait sur moi.

A moins que, comme le souligne si bien Evey, ta maman t'y placera avant que je ne puisse y accéder. Là je savais que je touchai une corde sensible chez le Prince des nocturnes, mais il savait que je plaisantait. Et puis étant amis, les petites estocades que nous nous lancions n'avaient pas pour but de blesser, mais simplement de jouer. Quoi qu'il en soit je ris une nouvelle fois alors que je sentais que William allait me sauter dessus cette fois-ci. Et bien vieux frère, serais-tu fatigué? lui dis-je en dévoilant mes canines. En même temps à ton âge, tu devrais te contenter de sucer le sang d'une limace, pour ne pas avoir à t'épuiser.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]   Jeu 22 Mar - 20:58

Softov. Un seul nom régnait en son esprit. Adrian Softov. Il allait largement en baver celui-là. Tellement qu’il ferait très mal son travail. Le Roi n’aurait d’autre moyen que de le destituer pour remplacer cette fripouille par un être bien plus âgé et expérimenté. Oui, une personne comme lui. Il avait croisé les bras autour de son torse. Machinalement, il prenait deux ou trois inspirations. Argh, William avait l’impression que ce fut des siècles passés sans la présence de son ami. Toutefois, il ne s’y trouvait qu’un seul mois. Mais quel mois. Notre cher Sheriff n’avait qu’une seule décision à prendre soit celle le menant à la déchéance ou la réussite selon son choix. Mais lequel prendre ? Toutes deux pouvaient mener au gouffre. Son problème était de se trouver trop obéissant et soumis. Il se le trouvait peu importe sous tel ou tel joug. Mais ses magnifiques pensées ne purent aller plus loin.

Sans bouger, il tourna uniquement le regard pour se sentir surpris par la pique de Julien. Apparemment, William n’en était plus là par ses pensées l’assaillant. Il pouvait presque s’endormir en pensées celui-là. Julien souriait. Quant à lui, notre cher Sheriff avait bien envie de l’envoyer choir cinq à huit mètres plus bas. Ah, cela ne lui donnerait aucune blessure ni grave ni de surface. Seulement agrandir le sourire en coin qui se démontra alors sur le beau visage angélique. – Était-il si angélique que cela ? Ses yeux marron se posèrent en Julien de nouveau. Alors, il pensait devenir Maître Vampire. Longtemps, ils avaient discuté de cela et même tiré au sort : il gagna. Ok, avouez que la pièce avait été truquée. Un sourire le prit à nouveau, mais s’éteignit lors de la mention de sa mère.

- Oui, mais moi je suis seul aux commandes tandis que toi …

Rétorqua-t-il fier de sa riposte. Les mains sur les hanches, il ne perdit aucune autre seconde. Alors Julien allait voir ceci de ses propres yeux. Que malgré les 803 ans du Sheriff de Glasgow, il se trouvait toujours aussi leste et en pleine forme. C’était un défi que son ami lui lançait. Le Vampire en avait parfaitement cure et jamais il ne le laissait gagner. Enfin, parfois il perdait. Certes, jamais en ses pensées ceci les lui traversa. Sur un petit rire sarcastique son visage sentant énormément le coup fourré, William attrapa subitement l’arrière du pied de Julien pour, aidée de sa main posée dans le dos de son ami, pour étendre le dos du pauvre Vampire sur la caisse. William le lâcha alors totalement. Il vint se poser directement au-dessus de Julien dans une position très fière … Mais bon, les moments étaient rares pour alimenter la pure plaisanterie chez William. Ces moments en compagnie de son ami où il se sentait réellement en sécurité.

- Alors, c’est qui le meilleur ?

Un grand sourire s’esclaffa entre ses lèvres puis, ses bras allèrent se croiser tout autour de son torse à nouveau. Certes, là William était totalement éveillé. Ses pensées précédentes l’avaient totalement quitté. Évidemment, elles lui reviendraient. Quoique parfois, comme la rencontre avec Camille l’énonçait clairement, William aimait la distraction. Oh ! Mais que voyait-il en l’étiquette sur la caisse où se posait Julien ? Absolument rien. C’était une caisse vide si on ne comptait pas l’emballage de protection. Sauf, l’air sarcastique de William était grand.

- Au fait, Julien. Je crois que l’odeur de la caisse doit commencer à te monter au nez non ? Il doit bien y avoir des centaines de harengs là-dedans.

Dit-il alimentant toujours son petit air ironique. Il se redressant totalement après avoir jeté, habilement, un coup d’œil sur le devant de la caisse. Il rigolait que trop. C’était incroyable comme le fou rire le prenait à la gorge. Un peu plus et Julien croirait véritablement au hareng à l’odeur pestilentielle enfoui dans cette caisse. En fait, William riait de la fuite de son ami quant à cette «fausse» idée. Oh ! Juste à le voir sursauter et prendre peur serait juste hilarant.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]   Mer 28 Mar - 1:04

Comme prévu William n'avait pas tardé à réagir à mes piques. Un mois seulement et pourtant cela me parut une éternité. William et moi étions comme des frères, et à vrai dire je ne sais pas pourquoi nous étions devenus amis. Mais de tels moments me permettaient de souffler un peu malgré les intrigues parfois pesantes au sein de l'espèce des vampires. C'est pourquoi je me mis à rire lorsqu'il me provoqua à son tour en raillant le fait que je partageai mon poste avec Evey.

Et bien pardonne moi de ne pas avoir été pistonné pour atteindre mon poste Will', on a pas tous notre mère qui est devenue Reine. eu-je le temps de rétorquer avant qu'il ne me fasse chuter. Fier de lui il me toisa de haut tout en se disant le meilleur. Vint ensuite sa petite blague quant à la caisse sur laquelle j'avais chu. Son rire lorsque je me redressai rapidement pour ne pas sentir l'odeur des soi-disant poissons malodorants me fit comprendre que ce n'était qu'une blague. Je décidai une nouvelle fois de répliquer.

N'est-ce pas plutôt l'odeur du Prince sanglotant sur son sort? Après tout, ta femme te mène par le bout du nez, pauvre petit chou. dis-je d'un air faussement attendri avant de lui jeter la fameuse caisse de pseudo poissons au visage. Cela ne lui fera rien mais ça m'amusera en tout cas. Profitant du faible avantage, je me jetai sur lui d'une forte poussée sur mes jambes pour l'attraper au ventre de mes bras, tel un de ces humains pratiquant ce sport qu'ils appellent le rugby. Emportés par l'élan nous tombons au sol, je me relève alors et recule de quelques pas en époussetant mes vêtements. Jouer avec mon ami ne m’empêche pas d'être propre tout de même. Après cela je m'adressai à William en lui tendant mon bras pour l'aider à se relever. Il n'avait nul besoin de cette aide, mais j'exprimais là mon soutien et mon amitié envers lui, non sans le taquiner une nouvelle fois.

Allons vieux frère, laisse moi dont t'aider à te relever, je ne voudrais pas que tu ais de rhumatismes. dis-je donc en souriant avant de poursuivre. Pour en revenir à nos perspectives de carrière, tu es le plus à même de devenir Maître vampire. Car le poste de Maître dont dépend ta ville va bientôt être libéré par ta mère. Pour ma part, Edimbourg dépend pour l'heure du domaine de Softov. A moins qu'il ne commette un impair, je ne vois pas pour le moment comment je pourrai lui ravir sa place. D'autant que le couple royal lui donne son soutien officiel. Je m'étais assis sur une caisse en attendant la réponse de mon ami. J'avais besoin de son avis pour y voir un peu plus clair. Nous étions comme ça lorsque nous nous retrouvions, passant du jeu à la discussion sérieuse en un instant.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]   Sam 31 Mar - 5:14

Le fou rire s’emparait un peu plus de son corps. Il commençait même à en avoir mal au niveau du ventre. Il attrapa de ses bras son ventre penchant le torse vers l’avant. Pauvre Julien, il se fit prendre comme un débutant. Il n’y avait pas de harengs là-dedans. Enfin, pas à ce que notre cher William sache. Peut-être s’y trouvait-il autre chose : des bombes ? Wow ! Ils feraient exploser l’entrepôt puis le port en entier de Leith. William rigolait un peu plus à cette pensée et au carnage médiatique que cela engendrait. Des dizaines de journalistes humains se pencheraient sur l’affaire croyant aux terroristes. Mais non, ce ne serait que deux Vampires s’amusant à on ne sut pas trop quoi en fait. Oh la la ! La punition que William se serait pris alors. Quoiqu’avec Julien, ce serait bien plus drôle. Il laisserait croire à sa mère que ce fut lui ayant eu l’idée. Excellente idée pour faire oublier celle de ce dernier que Krystel a toujours eu son mot à dire dans la position de Sheriff de William.

- Hé ! Je dirige Jana mieux que tu ne le croies. Tu veux peut-être que je te la prête pour tenter d’essayer de la dompter pour voir. Bonne chance, mon cher.

Un sourire ironique. Oui, William reprit bien rapidement contenance. Évidemment, cette pique l’avait un peu déstabilisé niveau moral. Il se sentit légèrement frustré alors qu’une grimace avait paru pour uniquement deux secondes. Certes, il grimacera bien plus dans deux secondes alors que la caisse lui vola en plein visage. William se poussa avec une agilité fulgurante malgré son rire entendant quelque peu le bois voler en éclat des mètres en bas. Malheur à lui, il avait voulu voir où tout ceci en était. Ouf ! Il ferma les yeux par réflexe ressentant une force énorme se projeter tout contre son torse. Le dos heurtant le sol, William garda les yeux fermés pendant quelques secondes encore pour, ensuite, entendre ce cher Julien se moquer courageusement de lui. Des rhumatismes … ? Il pouvait avoir cela ? Hé ! Il n’était pas son père humain ! Le choc passé, William dut bien accepter la main tendu de Julien évitant ainsi de se faire projeter. Aïe ! Il tremblait encore de ses membres. Sa prise avec son ami le fit tanguer un peu avant de recouvrir totalement son équilibre. Ouais, Julien était plus costaud. Peut-être plus jeune en termes vampiriques, mais en force … Il égalisait ce à quoi William était le plus doué : la ruse. Un sourire en coin surgit alors. Un sourire signifiant tout. Attend mon cher ! Tu ne perds rien pour attendre.

Lentement, il vit Julien s’asseoir non loin et lui avouer que ce serait lui devenant logiquement Maître Vampire avant l’autre des deux Sheriffs présents ici actuellement. Julien Guillemaud parlait de rationalisation. Toutefois, William savait tellement que tout ce qui se situait en rationnel n’avait plus cure pour lui maintenant. Tss ! Il ne lui restait plus qu’à emmener Maryana Wathereey sur un plateau d’argent ou n’importe quel autre traître possible et inimaginable comme le fut Panapopoulos. Il enleva son manteau de cuire pour le poser près de l’endroit où était assis Julien.

- Tu parles rationnel Julien. Certes, il me faudrait faire un acte digne d’un Roi avant de pouvoir monter en grade. Mais bon, j’ai mon idée …

William avait apposé ses paumes en la caisse sur ses devants. Il observait machinalement vers le bas tout en parlant, tout en réfléchissant. Alors que la première partie de sa phrase fut plus neutre semblant plus contemplative, la seconde ressortit à nouveau ce sourire caractéristique. Celui faisant peur signifiant une idée. Une idée qui n’amenait jamais rien de bon alors que c’était William qui y songeait. Il ne bougea pas de sa position, mais remonta le regard vers son ami. Un sourire et il lui raconta certaines choses.

- J’ai découvert qui se cache sous l’attaque du premier mai. Elle s’appelle Maryana Wathereey. J’ai eu son numéro de téléphone. Il ne me reste plus qu’elle me laisse un SMS aussi. Je vais pouvoir enfin pouvoir la confronter et l’amener sur un plateau en or à notre Roi.

Il se redressa fier et grand au-devant de Julien. Un air neutre, intimidant même amplifiait de toutes les pores de sa peau. Comment un être pouvait rester sans émotion aussi longtemps ? Cela en faisait rudement peur. William avait envie d’aide pour cette tâche toutefois. Il ne pouvait pas affronter cette folle par ses propres moyens uniquement. Surtout qu’elle semble avoir un bon nombre de pouvoirs. À deux, ils pourraient mieux réussir non ? Alors, son regard froid toisait celui de Julien.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]   Sam 31 Mar - 11:49

Non merci vieux frère, si je n'ai pas pris d'épouse jusqu'à présent c'est que je tiens à une certaine liberté. Pour ma part, si j'étais un ennemi, une épouse est un moyen de pression possible sur tout mari. Je ne veux donc point me créer une telle faiblesse, sans offense pour ta femme. dis-je pour répondre à sa réaction. Il était clair pour moi que je ne souhaitai pas m'engager avec une femme, mon seul réel engagement étant mes devoir envers le Roi. Après ma réponse, j'écoutai attentivement les paroles de mon ami, me redressant au fur et à mesure de son récit, de plus en plus attentif.

La cause de l'attentat du premier mai. Que William ait découvert cela me surprit, mais me réjouit en même temps pour lui et notre espèce. Lui car s'il arrivait à présenter la responsable, puisque apparemment il s'agissait d'une femme, cela lui vaudrait de remonter dans l'estime de leur suzerain. L'ensemble des nocturnes car ils découvriraient un nouvel ennemi et pourraient s'armer pour l'affronter. Connaissant bien Will', s'il me racontait cela ce n'était pas seulement pour afficher son talent, un peu quand même comme tout vampire, mais parce qu'il souhaitait, ou acceptait en fonction de l'avis de chacun, mon aide sur cette affaire. Cependant il me faudrait en apprendre d'avantage à propos des informations qu'il détenait et surtout quant à la manière dont il les avait obtenues.


Je peux te proposer mon aide Will', par contre il me faut un peu plus de détails quant à tout cela. C'est pourquoi j'ai déjà quelques questions. Tout d'abord comment es-tu arrivé à conclure que c'est cette femme qui est à l'origine de cette attaque? Ensuite comment es-tu parvenu à entrer en contact avec elle? Je fis une courte pause le temps de réfléchir et repris immédiatement la parole. Tu dis vouloir la présenter au Roi et attendre un message de sa part pour y arriver, cela veut-il donc dire qu'une sa présentation face à Augustus est un souhait de sa part? Dans ce cas ne peut-on pas penser qu'il s'agisse d'un piège? Au vue de ce dont elle semble capable, il ne faut négliger aucune piste il me semble, car en cas d'échec ou de nouvelle attaque nous serions désignés responsables de cela. A mon avis la prudence ne doit pas être négligé.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]   Lun 2 Avr - 5:36

Et de retour en ses pensées juste à la suite des paroles jetées à Julien. Droit sur ses jambes, William Raybrandt avait machinalement porté son regard vers le plafond. Encore une fois, on ressentait une impression de calme à observer les quelques mouches volant autour d’une lampe fluorescente. Il ne se souciait pas de sa position. Les bras le long de son corps, seul ses compatriotes probables pour cette mission comptaient à son esprit. Belle Angeline Renard … Il l’a lui faudrait absolument pour son âge avancé et donc sa grande expérience. Certes, ils ne se parlèrent pas à nouveau depuis l’incident à la Pomme du Diable. William prit une inspiration machinale et laissa ses pensées vagabonder vers sa femme. Pourquoi Jana venait se cloîtrer dans son esprit ? Elle pourrait l’aider aussi peut-être, aussi jeune ? Non parce qu’elle pouvait être très intelligente bien dirigée. Une véritable chance pour se l’accaparer encore plus. Je ne l’emmènerais pas au cinéma, mais à un combat toutefois. Un minuscule sourire s’offrit à ce corps semblant s’être transformée en véritable statue de marbre tant il se trouvait immobile.

- Hm … ? Je ….

S’apercevant du questionnement de son ami, William baissa finalement la tête pour tâcher de répondre le mieux possible. Ses mains sur les hanches, il restait bien plus intimidant et fier de cette manière. Il refuse de dire d’où proviennent toutes ces informations. Puis, de la manière dont il réussit à avoir le contact avec Maryana. Sasha Oppenheimer : il était important non sans équivoque qu’elle devait rester un mystère. Pour sa propre sécurité à elle, à lui. C’était sa source de renseignements. Il en aurait peut-être besoin d’autres à l’avenir. Trop intelligent pour donner sa totale confiance à son meilleur ami, William offrit finalement une grimace intriguée à ce dernier. Dans un geste brusque et plutôt subi, il le frappa derrière la tête. Un sourire mélangeant le sadisme et l’ironie fut posé sur ses lèvres. William se sentait frustré d’avoir été mal compris, mais aussi taquin de voir que Julien n’ait pas tout compris.

- Julien, elle ne m'a pas encore contacté ni ne m'a parlé. Tu me prends pour un crétin de première zone pour présenter cette folle furieuse devant le Roi. Non, elle sera pieds et poings liés voir morte lorsque j’en serai là.

Un autre soupir et il s’assit finalement à son tour repoussant son manteau de quelques centimètres. Un sourire ironique près à rire semblait sur le point de poindre. Oui, car malgré le sérieux et l’air intimidant dans ses paroles, William s’exclama un peu de rire. Il ne s’attendait nullement à cela et Julien le faisait rire actuellement. Cette folle pourrait attaquer et tuer le Roi : quoiqu’on ne tue pas le Roi aussi facilement. Certes, il était dans son meilleur intérêt de ne prendre aucune chance. Reprenant contenance peu à peu, il tourna la tête vers Julien pour lui parler du reste de son plan et de la préparation préalable.

- J’ai rencontré une femme humaine, mais je préférais garder cette informatrice secrète pour le bien de tous … Mais bon, même si je n’ai pas encore reçu de message de la part de Maryana Wathereey, on peut bien se préparer. Je pensais à une autre Vampire autre que nous deux. Elle est vraiment puissante et c’est la seule qui se rapproche vraiment de l’expérience du Roi.

Dit-il baissant la voix légèrement comme pour protéger cette nouvelle information. Son regard scruta le sol puis, il se darda à nouveau sur Julien. Les mains entre les jambes, William semblait totalement calme. Il n’était pas pressé. Bien au contraire, il avait peur de la réaction de Julien à la mention de Belle Angeline Renard. Abhorrerait-il cette aide précieuse ? Non ! Elle était importante voir très importante. Maryana avait de grands pouvoirs il les avait ressentis.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]   Lun 2 Avr - 17:05

Je ne tiquai pas lorsque Will' me mit une tape derrière la tête, cela nous arrivant souvent l'un et l'autre, et il était bien le seul à pouvoir se permettre cette familiarité. D'aucun serait mort à tenter pareil chose avec moi. Au lieu de réagir à l'ironie de la chose, j'écoutai les paroles de mon ami, aussi curieuses furent-elles.

Je ne penses pas que le Roi souhaite sa mort, en tout cas pas qu'elle ne lui soit donné par un autre que lui. Tu connais Augustus mieux que n'importe qui Will', il pourrait t'en cuire de lui appliquer cette sentence à sa place. Dis-je avant d'écouter la suite et quelle suite. J'étais d'accord avec lui pour demander de l'aide à un autre vampire, au moins jusqu'à ce qu'il évoque celle là. Belle Angeline Renard. Il était de plus en plus certain qu'elle manigançait quelque chose à l’encontre du Roi et cela me dérangeait que mon ami traite avec elle, d'autant plus si moi aussi je devais faire de même. Alors que la colère montait en moi, une idée la fit retomber aussitôt. Si j'avais à faire avec elle et William, je pourrais en apprendre davantage quant à la position de la vampire et éventuellement prévenir le Roi s'il le fallait. Autant par devoir que par conviction. Et puis parfois il faut protéger ses amis, même contre leur gré.

William, tu sais ce que je pense de ceux qui manigance dans l'ombre à l'encontre d'Augustus. Nos jeux n'ont rien à voir avec la réalité, mais elle... Elle a beau être une des plus anciennes de notre espèce après le Roi, je ne l'aime pas. Je le sens, elle trame quelque chose et je ne veux pas être complice de ceci. Pour toi je suis prêt à travailler avec elle concernant cette affaire, mais ne m'en demande pas davantage à son égard s'il te plait. Fais attention à toi vieux frère, traîner avec cette femme va t'attirer des ennuis... Je fis une courte pause, fermant les yeux un instant et secouant la tête comme pour chasser la colère qui pointait dans ma voix. Pour en revenir à cette affaire, je suis obligé d'admettre que sa puissance ne peut que nous être utile. Mais cette humaine, ton informatrice, es-tu certain que ce n'est pas un piège? Qu'est-ce qui te fait penser qu'une personne responsable de l'attaque du moi de mai ne tentera pas de nous piéger?
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]   Lun 2 Avr - 19:38

Le Roi. Lui et encore lui. Toujours lui partout dans sa vie comme s’il fut son véritable père. Ok, en quelque sorte, Augustus King était son beau père. Il faisait parti de la famille maintenant. À moins que ce soit les Raybrandt faisant partis de la famille du Roi. Étrangement, cela ne surprendrait nullement William de cette éventuelle possibilité. Une famille aussi forte et belle que celle-ci ne pouvait que lui donner la force … Ou la déchéance. Il ne rétorqua pas réellement face à cette mise en garde de Julien. Il soupira ayant fichtrement oublié qu’Augustus désirait toujours tout faire. Ok, alors il faudrait faire très attention à ne pas tuer. Avec les pouvoirs, cela ne devrait pas être si difficile.

- Je ferai donc attention à ne pas la tuer mon cher. Je sais pouvoir me retenir tout de même.

Dit-il un sourire oh que trop agaçant ornait les lèvres du Prince vampire. Il avait envie de rire. Il traiterait bien cette Maryana Wathereey et Augustus King pourrait faire d’elle ce que bon il désirait. Il ne fallait, évidemment, pas froisser le Roi. Il en était garant et l’avait vécu. Julien Guillemaud de même. Son sourire se fut donc tari à la mention de Belle Angeline Renard. Son ami ne l’avait pas nommé de vive voix. Certes, William savait parfaitement de qui il parlait en mal. Oui, elle était traîtresse. Il faisait même parti de son plan. Oui, il savait devoir faire attention. Puis, oui elle lui avait déjà attiré des ennuis : que trop même. Cependant, la vibration caractéristique de son Iphone le sorti subitement de ses pensées. Un soupir désespéré que l’on puisse l’interrompre dans une conversation extrêmement importante, William s’empara de l’objet pour écouter ce que la voix avait à dire … Ce que ce message signifiait.

- Attends un instant …

Fit-il un doigt vers Julien alors que ce dernier le mettait maintenant en garde contre son informatrice humaine. Au moins, il ne semblait pas contre l’utilisation de l’expérience de Belle. Fronçant les sourcils si subitement, William se mit aussitôt à rigoler. Étrange n’est-ce pas compte tenu la situation. Il hocha négativement de la tête à la pensée de tous ces pauvres fans délurés du Prince Vampire. Elles désiraient absolument toutes coucher avec lui, recevoir une douce morsure. C’était réellement aimable de leur part. Au moins, il n’avait pas à courir après elles. Ses doigts pianotèrent sur l’écran tactile pour un moment alors qu’il tâchait de répondre à cette femme très probablement humaine.

- La popularité a du bon Julien. Je n’ai pas à courir après mes proies. Elles viennent à moi …

Dit-il à moitié concentré sur son message SMS dans un sourire non feint. Seulement, dès qu’il fut terminé et l’Iphone rangé dans la poche de son jeans, William dut prendre quelques secondes encore pour ramener le véritable sujet de la conversation à son esprit. Cette fan plutôt naïve déplaça le centre de ses pensées. Ah oui ! Belle et Sasha et les interrogations de Julien. Lentement, il étendit plus ses jambes tout en appuyant les mains dans ses poches. Son regard scrutait le sol machinalement sans le lever, pour l’instant, sur l’autre Sheriff.

- Elle est de confiance Julien. Enfin, je veux dire pour cette humaine. Je ne peux pas te livrer son nom, car je désire la garder secrète. Puis, je sais parfaitement pour l’attitude de Belle mon cher. Seulement, comme tu le dis aussi, elle est puissante. Il faut uniquement nous assurer qu’elle ne tue pas Maryana laissant cette dernière au Roi.

Enfin son regard se tourna vers Julien. Un sourire plutôt en coin et gêné au visage, William avait parlé d’une voix moins forte, plus douce peut-être manquant un peu de confiance en soi. Il faisait parti du plan de Belle. Cela le terrassait de l’intérieur. Tout comme Jana, tous trois devaient se débarrasser du pouvoir vampirique. Sans rien démontrer de plus ouvertement, William retourna lorgner le plancher comme en pensées. Il avait peur. Il ne désirait pas la mort de Krystel comme ses deux acolytes le voulaient elles. Comment en fut-il arrivé là ? Pourquoi les émotions s’en prenaient si bien à son corps ? Cela se trouvait quelque chose qu’un Vampire ne devrait pas avoir. Toutefois, comme la sagesse de Belle lui démontrait, une fois de plus, elles faisaient parties du Vampire plus encore que de l’humain. William avait l’impression de se trouver au beau milieu d’une faille se déchirant en deux.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]   Mer 4 Avr - 0:36

Preuve s'il en est que tu te fais vieux Will' si tu as besoin de faire venir tes proies plutôt que de les chasser. dis-je souriant d'un air malicieux. Même si j'étais contrarié par le fait de devoir traiter avec cette traite de Belle, je ne pouvais me retenir de taquiner le prince vampire. J'écoutai la réponse de ce dernier quant à mes paroles à propos de cette vampire et comme il semblait certain de pouvoir maîtriser les actions de la vampire que je détestais pour tout ce qu'elle représentais, la trahison.

Je comprends Will', il vaut mieux être prudent. Pour en revenir à ton amie Renard, comment nous assurer qu'elle ne tue par Maryana? Pour ma part je ne suis pas assez puissant pour la forcer à cela, aussi tu dois avoir de bons arguments que je ne connais pas. dis-je d'un ton sec. Que pouvait donc bien faire mon ami avec cette femme pour être certain qu'elle ne commette par l'erreur d'exécuter la responsable de l'attaque du premier mai? Cela ne cessait de m'intriguer... Passant outre, je décidai d'interroger le shérif de Glasgow à propos de notre prochaine cible.

Comment peut-elle être la cause de cet évènement. Peux-tu m'éclairer à ce sujet s'il te plait william, tu sais bien que je n'étais pas sur place ce jour-là. Quelle est donc sa nature? Car il me semble improbable qu'une simple humaine puisse parvenir à un tel résulta et si elle était vampire, même isolée, elle serait connu par nos dirigeants. Serait-il possible que nous soyons en présence d'une... autre espèce? Un groupe d'êtres dont nous ignorons la nature et la puissance? Si tel est le cas alors il se peut qu'à trois nous ne serons pas assez forts pour la neutraliser. Je ne posai pas cette question par hasard. Depuis plusieurs années déjà j'étais à la recherche d'une en particulière, les métamorphes. Bien que j’ai peu d'informations à leur sujet je doutai cependant que des membres de ce groupe ne puissent être à l'origine de l'évènement du mois de mai. Les quelques donnés que j'ai récolté autrefois auprès du seul spécimen que j'ai rencontré jusqu'à présent me laissent plutôt penser qu'ils ne cherchent qu'à se dissimuler aux yeux de tous et même de leurs congénères. En tout cas c'est ce que m'a révélé la métamorphe que j'ai vidé de son sang à l'époque.


Dernière édition par Julien Guillemaud le Jeu 5 Avr - 14:24, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]   Mer 4 Avr - 20:07

Il avait sourie sans réellement désirer pourvoir à ce fait. Un simple sourire qui disparue aussitôt l’action produite. La pique de Julien n’était plus aussi puissante par rapport aux précédentes. Ainsi, notre cher Vampire gardait son calme et un regard neutre n’observant que son interlocuteur au moment opportun soit, par pure politesse, lorsqu’il parla. William Raybrandt ressentait de la rancœur en son ami. Cette rancœur devait être durement reliée au fait Belle Angeline Renard. Une peur attrapa le Sheriff de Glasgow le faisant frissonner dans toutes les parties de son corps. Cela paraissait clairement que le Sheriff d’Édimbourg haïssait cette traîtresse. Il n’en avait pas confiance en ce qui concernait même leur mission. William ne dit rien laissant son ami s’échauffer sur ce sujet. Puis, il ne savait pas vraiment quoi sortir sur cela. Qu’il était lui-même un traître ? Il allait être mené au bucher en moins de deux secondes. Qu’il avait couché avec Belle ? Encore une fausse et dangereuse piste.

- … Elle ne nous apportera aucun problème. Si tu veux, je l’appelle maintenant même.

Dans un geste las suivant parfaitement un ton semblable, William chercha à nouveau son Iphone caché dans sa poche de jeans. Il tâtonna dessus, mais évidemment Julien continua la conversation par lui-même. Maintenant, il désirait en connaître plus sur Maryana Wathereey. C’était tout à son honneur. En fait, quoi d’un peu plus normal de connaître l’adversaire. Trois ? Morgane peut-être ou Jana. À ces paroles pleines de logique entreprises par Julien, William eut la magnifique idée de faire un plan tactique de l’affrontement. Le East End serait parfait, car les bâtiments offraient de belles cachettes pour ses acolytes. Alors qu’un petit sourire de satisfaction s’offrit à sa personne, il tourna son regard vers Julien. Sérieux juste après semblant que trop dur, trop difficile à supporter. Il y avait aussi cette peur d’être découvert comme traître, mais rien ne paraissait. Mieux, elle fut transformée et alimentait l’attitude que trop neutre de William.

- Maryana Wathereey m’a personnellement attaqué le premier mai. J’en ai ressenti de cuire comme dans un four. Elle n’est évidemment pas humaine Julien et je doute qu’elle soit Vampire. En effet, nous avons de nouvelles races foulant cette Terre. Et comme cette femme s’en est prise à moi, j’ai l’impression que ces gens veulent soit défier soit éliminer les Vampires.

Sur un ton presque tranchant, il avait posé à chaque fois son regard enjôlant sur celui de Julien. On voyait vraiment vibrer la corde Prince et Sheriff de William actuellement. Le fait qu’il était un meneur né en ne laissant paraître aucune émotion hormis la cruauté, le sérieux de la situation. Il désirait ardemment que ce dernier comprenne dans quelle situation les Vampires semblaient se tenir. Que ces derniers se disputent maladroitement pendant que d’autres souhaitaient apparemment les éliminer tous autant qu’ils soient. Ces gens ne feraient aucun quartier des Vampires il en était certain. Qu’ils soient Sheriff, Maître Vampire, Roi ou Reine. Ils les tueraient tous et bâtiraient ensuite, enfin ce à quoi William croyait, leur propre royaume.

- Ils vont tous nous tuer Julien, cela semble très clair. Je ne sais pas vraiment qui ils sont ni comment ils sont arrivés à avoir leurs pouvoirs, mais ils ne feront aucune différence de caste. Le Roi équivaudrait en un simple Vampire de bas étage pour eux. Il serait seulement plus expérimenté.

Il était en colère aussi contre Julien. Ok, probablement William n’avait aucune raison de l’être. Après tout, ce fut lui réagissant avec émotion et désirant changer le monde des Vampires. En somme, il était en colère contre lui-même. Il se haïssait pour cela. Il se haïssait, car son esprit fut ailleurs pendant que les Vampires couraient un grand danger. Il était le Sheriff de Glasgow bon sens. Il se devait de voir aux lois vampiriques et, évidemment, à la sécurité et à la vie de ses Vampires. La raison pour laquelle son regard retourna en un geste plutôt brusque vers son Iphone. Évidemment, Belle ne serait pas présente. Il avait besoin d’elle. Sinon, c’était le Roi. Hm, pourrait-il proposer cette confrontation au Roi ? Cette pensée se promenait dans son esprit et lui fit serrer son cœur de peur alors que ses doigts écrivaient, sans émotion apparente, un SMS.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]   Jeu 5 Avr - 15:32

Je tiquai à la phrase de William lorsque'il me proposa d'appeler cette femme, si en plus il me fallait la voir ça allait m'être difficile. Malgré la haine que créait chez moi cette Renard je mis immédiatement mes sentiments de côté car ma décision était prise. J'étais au service du Roi, et mon engagement envers lui ne souffrirait d'aucune faille. Si elle venait je pourrais toujours en apprendre un peu plus quant à qui elle était aussi je repris la parole pour répondre à mon ami.

Je ne l'aime pas pour tout ce qu'elle représente Will', mais si nous avons besoin de son aide pour neutraliser un ennemi alors nous n'avons pas le choix. Fais la venir mon ami, et puis cela entraînera ma patience. dis-je d'un ton sec, mon mépris à l'encontre de la vampire étant grand avant de me reprendre. Il me fallait garder mon calme et reprendre la totale maîtrise de mon comportement. William n'était pas la cible de mon mépris, bien qu'en partie responsable. C'est ainsi qu'ayant repris la maîtrise de mes sentiments je l'écoutais attentivement.

La première partie concernant l'auteure prétendue de l'attaque du 1er mai ne me surprit pas autant que si je l'avais entendu quelques années plus tôt. J'avais moi aussi rencontré un membre d'une autre espèce que les vampires ou les humains. L'information importante fut que cette humaine, ou de quelque espèce qu'elle soit, avait pu attaquer William sans qu'il ne puisse s'en défendre. Ceci attestant qu'elle devait avoir une puissance impressionnante. La seconde en revanche m'étonna davantage. Croyait-il à ses paroles? Comment William pensait arrêter quelqu'un qu'il estimait plus puissant que le Roi? Se croyait-il plus fort qu'Augustus? William... Je décidai de lui faire part de mon étonnement.


Si telle est sa puissance, si même le Roi ne serait pas assez puissant, comment pourrions-nous parvenir à la neutraliser? Ne faudrait-il pas au contraire avertir plus de nos congénères? Ne devrions-nous pas être bien plus nombreux? Et puis tu ne devrais pas sous-estimer Augustus. Il n'est pas simple vampire Will', il ne craint ni l'argent ni le soleil, qui sait quel pouvoir il possède. Bien que je t'assure mon aide dans cette affaire, je ne peux te cacher mes doutes quant à notre puissance de frappe. J'espère sincèrement que nous serons assez puissant car si nous n'achevons pas rapidement cette Maryana, sa réplique n'en sera que plus terrible.


Dernière édition par Julien Guillemaud le Mer 11 Avr - 10:02, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]   Mer 11 Avr - 3:01

Son SMS fut terminé et un franc succès. Il ne se débrouilla pas trop mal après tout. Cela l’agaçait cette dispute entre Belle et lui durant le mois d’août. La sage Vampire prônant la paix se mettait à alimenter une dispute, un combat avec deux humains. Non, en fait, ce fut avec une femme et enceinte selon les vidéos de surveillance. Cela l’étonnait tout simplement. Oui que Belle Angeline Renard puisse avoir fait cela. Si on disait prôner la paix, on ne devait pas faire l’inverse. Non ? Puis, ses pensées, son esprit était si flou depuis quelques temps. Ses allégeances … Baissant la tête, il sut que son ami avait parfaitement raison en somme. Cette attaque serait rehaussée grâce à Belle, mais rien de plus. Il ne fallait absolument pas mettre en cause les dissidents.

Non, pas maintenant. Non, car sa mère comptait plus que tout en ce qui le concernait. Si … Elle avait été blessée. Sa Reine fut blessée. Et lui … Lui se tâtait dans cet égoïsme au lieu de faire son travail de Sheriff. Il se haïssait pour cela. Peut-être aurait-il put être plus à l’écoute des plans royaux sans être puni. Il avait été si parfait auparavant, mais la venue de Belle … Oui, elle. Cela changea sa vie ; cela changea sa magnifique vie même. Il tenait fermement son Iphone dans ses mains. Machinalement, il le déplaçait entre celles-ci pour le reprendre solidement de suite. Ses yeux se reportaient en Julien pour écouter attentivement sa vision de l’ensemble concernant Maryana et la confrontation.

- Elle n’est pas nécessairement plus forte que nous. Je dirais qu’avec Belle nous serions à égalité … En fait, je parlais plus qu’ils ne verraient peut-être pas Augustus comme un Roi Vampire, mais comme un Vampire. Ils ne s’empêtreraient pas de notre hiérarchie.

Il soupira au centre de ces paroles désespéré par le peu d’entrain de Julien dans cette affaire. Son ton restait posé et explicatif. William ne s’énervait nullement. Bon, il comprenait parfaitement devoir des informations aux gens l’accompagnant dans cette tâche. Faire appel au Roi. Il refuserait. Il refuserait de prendre part ou de laisser ses Vampires prendre part à cette sombre tâche. Même si c’était pour leur force toute entière, il refuserait. Krystel lui avait bien fait comprendre de ne rien entreprendre là-dedans. Aussitôt il rappela ces pensées, aussitôt il se remémorait les informations dites par sa mère. Elle connaissait ce sujet. Elle le connaissait, mais n’en avait rien dit à personne. Argh ! C’était si agaçant d’être un simple sous-fifre. Oui, il était un Sheriff, mais même ce grade ne permettait pas d’avoir des initiatives. Il se leva brusquement faisant quelques pas vers l’avant. William s’éloignait de Julien sans réellement s’en rendre compte.

- Je n’aurais pas du te parler de cela. Je crois que, la Reine du moins, à des informations sur ces races aussi. Mais bon … Elle ne veut pas que j’y fasse quelque chose.

Il se fut retourné. Sa main droite glissa calmement dans ses cheveux les ébouriffant quelques peu plus suite à l’amusement préalable des deux amis. Le Prince leva le regard vers le plafond. Il réfléchissait. Son ton de voix fut uniquement à moitié désespéré soit presque pas si l’on prenait en compte cet homme élégant. Il désirait ardemment pourvoir à quelque chose. Il avait déjà éradiqué l’ancien Sheriff de Glasgow pour prendre sa place. Comme sa mère fit avec Nikos ces derniers temps. William déglutit détournant le regard dont ne savait où pour éviter de penser à cela.

- Je n’ai pas vraiment envie de proposer cela au Roi. Oui, l’on pourrait préparer cette attaque comme une véritable stratégie de bataille. Mais je sais qu’il refusera si c’est moi qui propose.

Son regard tombait vers Julien. Il était sérieux. On ne percevait pas l’agacement d’être idiot et sans réputation depuis le mariage. En avait-il déjà eu une devant Augustus ? William en douta étrangement. Son téléphone se mit, en prime, à vibrer signifiant la réponse de … Belle. Elle venait pensa-t-il à la suite d’un rapide coup d’œil sur l’écran du Iphone. C’était quoi ? Un défi envers Julien ? Il ne pouvait pas mettre le Roi et Belle dans la même pièce voyons. Ils allaient s’entretuer ou, du moins, vouloir le faire. Ce serait en compagnie de sa mère que la bagarre avec Belle commencerait plutôt. À moins que je puisse prouver à tout le monde que Belle Angeline Renard n’est qu’une magnifique arme à utiliser un sourire en coin illuminant ses yeux d’une lueur plutôt intimidante. Mais le Roi … ? Oui ? Ou non ?

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]   Mer 11 Avr - 10:46

J'écoutai attentivement William, son assurance apparente à propos de notre puissance de frappe. Il pensait sincèrement que nous serons l'égal de notre cible? Même si je n'étais pas du même avis que lui je décidai de ne pas lui montrer davantage. J'avais déjà exprimé mes doutes quant à la bonne réussite de notre objectif, cependant je passai à autre chose ne voulant pas m'attarder sur ceux-ci. Je l'écoutai rappeler la précarité de notre statut de shérif, car si c'était déjà un titre important en soit et ce pour la majorité des vampires, il ne semblait pas convenir à mon ami qui semblait avoir du mal à accepter le fait que nous ne soyons pas au fait de tout ce dont nos dirigeants puissent savoir. Pour ma part je n'avais pas ce problème en tant que vampire loyal et fidèle à Augustus. Et puis il était plus simple pour moi de penser que c'était peut-être mieux pour moi de ne pas tout savoir à propos des intrigues compliqués que je soupçonnai se tramer au dessus de nos têtes, mais là n'est pas le sujet. Je décidai de répondre au fils Raybrandt d'un ton plus chaleureux que précédemment.

Comme tu l'as déjà dis Will', nous ne sommes que shérifs. Peut-être ta mère et Augustus connaissent déjà l'existence de nouvelles espèces, il est aussi probable qu'ils aient déjà des projets à ce sujet, non? Quant à m'en parler je pense que tu as bien fait vieux frère, je ne vais pas te laisser te faire tuer sans assister à la scène tout de même. dis-je en lui souriant une nouvelle fois, ma phrase empreinte d'ironie en observant William. Bien que ses traits ne laissent transparaître aucune émotion, son comportement lui transpirait quelques signes de son trouble. Sa manière de déambuler, de jouer avec son téléphone, sa main dans les cheveux. Autant d'indices quant au vent que je soupçonnait de souffler la tempête dans l'esprit du Prince. Je le connaissais suffisamment pour savoir qu'il ne dévoilait que rarement ses sentiments mais bon, c'était sa manière d'être, sa façon à lui de se protéger.

Alors surprend le vieux frère, dis-je en souriant à son intention avant de poursuivre. si Augustus ne veut te laisser ta chance, prend là et accomplissons cette tâche. Bien qu'un sourire discret ornait mon visage, j'eu conscience de conforter l'autre shérif dans ses idées d'agir dans le dos du Roi. Cela n'était pas à mon goût mais je voulais voir ce que William me cachait. A propos de ton ami Renard, malgré l'absence de sympathie de ma part à son égard, ne devait-elle pas nous rejoindre? demandai-je un brin sarcastique. Non je n'étais pas pressé de rencontrer la dissidente, mais bon autant abréger mes souffrances et me faire à l'idée de la rencontrer. A moins que ma compagnie ne dérange madame. dis-je en souriant avec une nouvelle fois du sarcasme dans mes paroles.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]   Ven 13 Avr - 21:12

Pff ! Il désirait l’observer se faire tuer. Ah bravo Julien. Merci pour ton support dans toute cette affaire. Tu es un véritable ami réellement … Me poignardant dans le dos à la moindre occasion pour prendre le pouvoir ensuite auprès du Roi et de la Reine. Bon, peu importe, William doutait bien que son ami le laisse se faire tuer contre Maryana. Un court sourire avait surgit d’entre ses lèvres à cette ironie dites avec beaucoup de classe. Néanmoins, William retourna rapidement en ses pensées. Il réfléchissait largement. Oh ! Cette soirée se transforma totalement au final. Il avait presque oublié sa mère. Si William avait été plus gentil, il aurait enlacé son grand meilleur ami dans une naïveté désarmante. Hrm … Ses pensées se tordirent de rire à cela.

Il détourna le regard observant en direction de la gigantesque ouverture de l’entrepôt. Une petite pluie avait commencé à tomber. On entendait des «toc» de gouttelettes d’eau de plus en plus nombreuses en la tôle métallique du toit. Son cellulaire à la main, William arrêta les vibrations signifiant le nouveau message entrant. Pourquoi ne l’avait-il pas fait plutôt ? Il n’en savait rien. Peut-être pour éviter que Julien pense n’importe quoi quant à la relation entre Belle et lui. Ses yeux aux iris marron penchèrent vers le haut du bâtiment. Le Sheriff de Glasgow se laissait à la détente par la pluie. La voix de Julien avait reprit depuis peu. Il forçait, cette fois, William à prendre acte et se rebeller contre le Roi. Ce serait aisé et amusant. Certes, ce n’était pas si aisé que cela en fait. Ramenant son regard à une hauteur raisonnable, William s’étira paresseusement … Comme si cette action pouvait l’aider à trouver une réponse à tous ces nombreux problèmes. Quelque chose pouvant relier Belle, Julien, lui en éliminant une menace des Vampires accédant aux bonnes grâces du Roi toutefois et non l’inverse.

- Oui, elle arrive. Je viens de recevoir son SMS. Tes idées sur elle vont changer dès que tu l’a verra mon cher. Elle est tout simplement … sublime.

Dit-il dans une ironie non feinte. Un éclat de rire se répercuta au travers le gigantesque entrepôt cachant momentanément le bruit calme et apaisant de la douce pluie malgré une actuelle cadence des plus fortes. William avait pointé son cellulaire dans la direction de Julien signifiant en geste ce que ses paroles voulaient dire. On aurait put croire en un geste normal, mais il fut si élégant et sans pareil avec cet être : il remit l’appareil dans sa poche de jeans. Il balança fortement les bras de chaque côté de son corps. Il semblait retrouver une certaine contenance. Oui, il avait le contrôle à nouveau. Un sourire perçait le bas de son visage. Un éclat d’espièglerie le faisait en son regard. William n’était pas dupe. Il n’allait certainement pas présenter avoir faire d’horribles choses dans le dos du Roi en juin. La force, la beauté de Belle Angeline Renard … Ce fut tout ce qui comptait en somme pour que Julien évite de creuser le sujet.

- Tu veux vraiment que nous remplissons cette mission seuls … Avec Belle ? Ne me cache rien mon cher, tu ne veux pas que le Roi t’empêches d’accéder à cette beauté inaccessible. Elle est tout ce qui est de merveilleux, mais aussi de la force. Elle pourrait aussi apporter son aide en ce qui concerne notre stratégie.

Il s’assoit à nouveau près de Julien. Il semblait bien plus détendu maintenant. Les jambes écartées, les bras croisés sur son torse, le dos droit et le regard fixant totalement Julien un sourire plutôt joyeux et déterminé aux lèvres. Oui, pour la stratégie. Où pourrait-il commencer cette confrontation ? William pensait aux plaines au départ pour l’espace … Certes, ils leur frauderaient peut-être aussi un lieu où les surprises seraient de tailles. Un lieu de ruelles petites et labyrinthiques. Ils feraient face à quelqu’un de fort et rusé. Non, William n’abandonnerait pas. Pas maintenant. Si le Roi ne serait pas heureux à la suite de cela, même s’il lui amène Maryana pieds et poings liés, tant pis. Au moins, William aurait eu une initiative. Trop de secrets … Trop, c’était trop. Pourquoi autant de secrets ? Un royaume fonctionne bien mieux avec la communication.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]   Lun 16 Avr - 15:44

Bien que n'appréciant pas le moins du monde la fourbe Renard, je ne doutai pas qu'elle ne pouvait qu'être belle, sinon jamais William ne l'aurait accepté dans ses relations aussi séditieuse soit-elle. En même temps, il est plus aisé de tromper son monde lorsqu'il n'est pas repoussé par la laideur. Trêve de plaisanterie insipide, William escomptait-il sincèrement que je tombe sous le charme de la traîtresse? Non. Il ne pouvait pas aussi mal me connaitre tout de même.

Malgré notre nature qui nous donne ce goût pour la chair Will', je ne pense pas que je changerai mes sentiments simplement en l’apercevant. dis-je en souriant à mon ami. Je ne pensais pas qu'un vampire tel que toi puisse me penser aussi facilement impressionnable voyons. poursuivis-je en riant, en me redressant et en posant mes coude sur mes jambes, toujours assis sur ces caisses et en regardant mon ami tout en l'écoutant. Le Prince voulu en savoir plus quant à mes souhaits, notamment à propos des personnes dont je souhaitais la présence dans notre action à venir.

Malgré toute l'animosité que j'ai à son encontre, oui. Quitte à faire appel à quelqu'un de puissant, autant réduire notre nombre. Nous ne pouvons nous permettre de nous encombrer de subalternes sans puissance. Ils ne feraient que nous gêner ou pire encore, dévoiler nos plans à notre adversaire. A moins que tu n'ai d'autres amis comme cette Renard? demandai-je un brin ironique à l'égard du fils Raybrandt avant de poser d'autres questions quant à notre mission prochaine. A propos du lieu de notre action, as-tu déjà choisi un endroit? Favorises-tu un endroit dégagé ou plutôt un couvert? Si nous ne sommes que trois il vaut mieux pouvoir s'abriter ou surgir sur notre cible, bien que je la soupçonne de pouvoir remédier à cela. Loin de moi l'idée de douter de tes capacités mon ami, je souhaite simplement que nous soyons aussi bien préparé que possible au vu de la difficulté de cette tâche.

Pourquoi cette précision? Et bien simplement parce que je savais que Will' pouvait prendre ombrage de toutes mes questions et je ne voulais pas le blesser. Aussi lui exprimai-je simplement mon goût pour un plan bien ficelé et pour une bonne préparation. Après tout il avait décidé de son propre chef de me parler de ce projet, si ce n'était pas pour que je donne mon avis quel étai-t son but? Une idée germa soudain dans mon esprit. Peut-être tout ceci n'avait que pour objectif de me faire rencontrer Belle Angeline Renard la fourbe, peut-être espérait-il me convaincre de la bonne idée de ses convictions? Ne voulant négliger aucune piste je décidai donc de garder ceci en tête au cours de la suite de ce rendez-vous. Mieux valait être prudent étant donné les risques que j'allai encourir par la suite. Toujours est-il que l'heure avançait et que la vampire n'était toujours pas là. En plus d'être une traître, elle n'était pas ponctuelle, magnifique.



Spoiler:
 
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]   Mar 17 Avr - 23:37

La faim me tiraillait. C’était une faim atypique pour le commun des mortels mais habituelle pour les vampires tel que moi. A vrai dire je ne savais pas si le mot faim pouvait résumer ce sentiment, surtout quand il pouvait être aussi fort et tiraillant. C’était plutôt un étonnant mélange de faim, de soif et de désir intense, les trois poussés à leur paroxysme, poussant leur victime au bord de la folie.
Allongée dans mon cercueil-lit, enfoui dans le sous-sol de ma demeure, mes yeux s'ouvrirent dès la tombée de la nuit. Les pupilles dilatées, les yeux rouges, je sentais la faim au plus profond de mon être. Ma gorge était desséchée, ma salive inexistante. Je soupirais lasse, avec une seule envie, m’abreuver. Je me levais dans un silence parfait, laissant Désirée reposer à mes côtés. Je m’attardais quelques instants sur son visage. Sa beauté à couper le souffle et son visage d’ange suffirent à calmer ma frustration quelques instants. La soiffe revenant au galop c’est à contre cœur que je détachais mon regard de celui de ma bien-aimée. Je montais les escaliers arrivant dans le séjour. J’ouvrais les volets et tirais les rideaux dévoilant une belle lune et un ciel étoilé. Cette nuit serait douce et claire. Je me dirigeais vers la cuisine, une belle et grande cuisine, tout ce qu’il y a de plus moderne. Une pure pièce de décoration. Excepté pour le réfrigérateur qui contenait uniquement des bouteilles de trueblood. Pour la plus part A positif, mon sang favori. Cette semaine j’avais fait le plein, achetant plus de trublood que nécessaire. Depuis que j’avais gouté le sang d’Isadora à mes dépends j’étais toujours réveillée par cette même faim, une faim croissante que je peinais à rassasier. Cette réaction imprévue n’était pas sans m’inquiéter. J’avais passé tant de temps à lutter contre ma soiffe, contre ma propre nature et j’avais l’impression d’être retourné au point de départ.

De rage je me saisi de deux bouteilles. Je décapsulais la première l’engloutissant d’une traite. Je fis de même avec la seconde avant de continuer sur ma lancée. Une dizaine de minutes après des cadavres de bouteilles étaient jonchées sur le sol face à moi. Affalée contre le mur, la tête dans les bras j’étais enfin rassasiée mais j’avais envie de pleurer. Ce n’était pas que j’étais incapable de gérer cette situation. Je pouvais tout à fait résoudre ce problème, seulement tout était en train de s’effondrer. Toute ma crédibilité semblait réduite à néant à cause des ces foutus créatures et de leur sang si attirant. Malgré ce petit moment de laisser-aller il me restait encore une tonne de volonté en réserve. Si le sang synthétique ne suffisait plus, je trouverai un moyen de me procurer du sang humain sans pour autant aller directement à la source.

Alors que je méditais sur une solution à ce léger problème de sang mon téléphone vibra dans ma poche. Je m’en saisis et découvris un nouveau message de William :

William Raybrandt a écrit:
SMS de William - Septembre & au moment de la conversation avec Jullien Guillemaud

Salut Belle,

J'ai découvert beaucoup quant aux événements du premier mai. J'aimerais savoir si tu serais prête à prendre les armes et confronter une personne qui ne nous veut pas du bien à tous les Vampires. C'est important, mais je ne peux en dire plus de cette manière. Viens de suite au port de Leith on pourra en discuter.

Will

Ce message attisa ma curiosité, ravivant les flammes de ma détermination. Qu’est ce que william pouvait bien avoir découvert ? Je mourrais d'envie de le savoir et le meilleur moyen était de me rendre immédiatement au port de Leith pour quelques explications. Je répondis à son message brièvement lui indiquant que j’arrivais immédiatement.

Sur le chemin me menant au port de Leith je me remémorais les lignes de son message. Il voulait que l’on se batte contre un dangereux ennemi. Je savais me défendre, à dire vrai j’avais passé des siècles à me former en une machine de guerre. C’est grâce à cela que j’étais encore de ce monde. Seulement je ne tuerai pas sans une raison valable, plus maintenant. Mais notre survie semblait un enjeu suffisant.

Une fois au port j’aperçu bien vite, William. Seulement il n’était pas seul, un autre vampire se tenait à ses côtés. J’hâtais le pas afin d’arriver plus vite. Une fois face aux deux hommes je gratifiais William d’un sourire me remémorant avec joie notre précédente rencontre dans les monts avant de jauger l’autre vampire. Il me semblait bien qu’il s’agissait de Julien Guillemaud. Je saluais William avant de m’adresser à Julien.

    « Bonsoir William j’ai fais aussi vite que j’ai pu. Qu’as-tu appris de si important ? »


Je tournais la tête en direction de Julien, lui tendant la main alors que je me présentais.

    « Monsieur Guillemaud je présume ? »

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]   Mer 18 Avr - 5:05

Il avait haussé les épaules sans rien dire à la taquinerie de son ami. Puis, il avait continué à discuter sans problème. Entre Julien et lui, c’était toujours pique après pique. Toutefois, rare il se trouvait à y avoir un gagnant en fin de compte. Un sourire puis, rien d’autre. Un sourire en coin qui régissait encore à la suite de ses dernières paroles. Oh ! Julien était si différent de lui en quelque sorte. Ce serait tellement distrayant de le voir se frayer un chemin entre les compliments, les discussions amoureuses d’une femme. Il se débattrait, mais malhabile ne saurait nullement comment s’y prendre. Au final, la jeune femme gagnerait son désir. Notre cher William lâcha une autre petite exclamation de rire écoutant les paroles si sérieuses de Julien malgré sa taquinerie précédente. Toujours droit, loyal, sans faille. Définitivement, William l’amènerait très bientôt dans un club où le but sera de prendre un plaisir fou pour une fois. Réussirai-t-il ? Peut-être …

Néanmoins, William devait tout aussi songer à cette confrontation. Après tout, n’était-ce pas lui ayant eu l’idée au départ ? L’idée qui lui germa au tout début du mois d’août, mais prenant plus de poids au fil de celui-ci puis, continuant en ce mois-ci de septembre. Il se releva soudainement pris d’une sensation bien étrange. Il ressentait la présence d’une personne bien connue ou n’était-ce qu’instinctif ? Peu importe, un long soupir s’ensuivit lorsque Julien laissa voir une certaine excuse quant à ses multiples questions par rapport à l’intelligence de notre grand Raybrandt. Ce dernier se laissa momentanément emporter par le clapotis de la pluie au-dehors. Il y avait pensé évidemment et, étrangement, son ami songea exactement aux mêmes choses : le lieu, la dispersion de leurs effectifs. Peu de Vampires … Hm ? Certes, ses oreilles tâchèrent d’aller plus loin aussi dans l’outre-mer de la nuit extérieure. Un autre petit «toc» caractéristique n’était pas la pluie. Un léger plaisir et une joie contenu, hormis pour un sourire, s’emparèrent de William Raybrandt.

- J’y ai pensé, ne t’en fais pas. Je pensais, en premier lieu, aux grands espaces. Toutefois, je crois que notre adversaire sera forte. Les grands espaces lui permettront de frapper plus directement. On devrait utiliser plus notre ruse et la surprise des espaces petits et clos.

Baissant le regard sur Julien, durant toute sa tirade, William réfléchissait en même temps. Les mains sur ses hanches, on avait la nette impression que toute taquinerie ou joie ou peu importe quoi encore avait disparu de sa personne. Il semblait si concentré, si déterminé dans sa tâche. On le ressentait dans la profondeur que formait son regard marron. Subitement, il tourna la tête et vit apparaître Belle Angeline Renard. Finalement, elle fut venue toute aussi magnifique qu’à leur dernière rencontre. Elle le salua semblant curieuse et fit de même avec Julien. Aussitôt, William s’avança en la direction de la jeune femme. Une élégante Vampire que l’on ne devait pas mettre de côté.

- Bonsoir Belle. Merci d’être venue. C’est Julien Guillemaud Sheriff d’Édimbourg. Tout comme toi, j’ai demandé son aide dans le projet auquel je pense … Oui, ce ne sera pas facile.

Finit-il par soupirer levant machinalement la tête vers le plafond comme pour tâcher de se détendre, de trouver un moyen de tout expliquer à Belle et éliminer cette colère de Julien envers cette dernière. Ok, n’importe qui pourrait déterminer la colère de Julien actuellement qu’il soit Vampire ou simple humain. Voyons, c’était d’une limpidité. Un sourire aux lèvres, il retourna finalement le regard sur Belle tâchant de la mettre à l’aise pour amener ses explications. Déjà que ce sourire fut mal fait. Il ressortit une légère grimace. En somme, ce fut un sourire mélangé à une grimace. Définitivement, il ne comprenait pas Belle Angeline Renard et son attaque sur cette jeune femme enceinte. On ne bousculait pas ces gens. Voyons, il avait eu la nette envie de lui prodiguer une amende salée pour ce méfait. Certes, c’était sa première infraction, elle était nouvelle en Glasgow … Son avertissement devait avoir suffit.

- Hrm … Enfin, tous nos problèmes viennent de cette femme appelée Maryana Wathereey. Grâce à une source, que je ne citerais pas pour notre sécurité à tous, j’ai appris que cette femme semble désirer tuer et tuer des Vampires. Elle m’a ciblé moi Belle le 1er mai. C’est clair qu’elle veut s’en prendre aux Vampires peut-être même au Roi lui-même. Il faut nous en débarrasser avant qu’il ne soit trop tard.

Termina-t-il sur un ton n’amenant pas à rire. Il parlait d'une voix raide, forte et intimidante. Un véritable Sheriff actuellement. Plus sa tirade continuait, plus son regard reprit cette profondeur aperçue précédemment au-devant de Julien. Justement, William porta un court regard à ce dernier pour retourner de suite à Belle. Il était sérieux et rien ne le trahirait ce soir. Il n’avait plus envie de trahir … Il avait envie de vivre, de revenir en vie. Oui, comme avant ce 1er mai. Si déterminé, William en avait oublié de parler de son contact avec Watheerey.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]   Mer 18 Avr - 10:49

Ainsi le Prince avait déjà pensé au lieu du combat à venir. Je n'étais pas franchement convaincu par l'argument de mon ami mais je décidai de ne pas le lui dire pour le moment. Je ne comprenais pas ce que William pouvait bien chercher à fricoté avec Renard. Nerveux je me levai et fis quelques pas pour me détendre un minimum. Je devais être en mesure de pouvoir jouir de toute ma capacité de réflexion dans les moments à venir, voulant analyser tout ce qui sortira de la bouche de la félonne.

Malgré les réticences que j'avais à l'égard de la vampire, je dus bien avouer qu'elle était en effet fort belle lorsqu'elle arriva de l'extérieur où la pluie continuait de tomber. Mais si cela avait réussi à charmer William n'en était pas de même avec moi. Il me suffisait d'imaginer ce qu'elle tramait en douce à l'encontre d'Augustus pour ne voir qu'une vampire aigrie et inconsciente, cependant je n'en dis rien préférant voir de ce dont il s'agissait. Aussi lorsqu'elle me tendit la main, je la serrai en simple guise de salut alors que d'autre lui aura fait un baise-main.


En effet. dis-je simplement sans plus de sentiment. Je n'avais pas envie d'être plaisant avec elle, encore moins d'être aimable et de passer du temps avec elle, seulement par devoirs envers mon roi je me devais de travailler avec elle. Toutefois collaborer avec elle ne signifiait pas pour autant que j'avais obligation de bien m'entendre avec la fourbe. Toujours est-il que je ne lui adressai pas la parole pour le moment, me contentant de l'observer le temps que William la mette au fait de la situation et de son projet. Une fois qu'il eut terminé j'attendis de pouvoir parler et m'adressai à la jeune femme en ces termes.

Votre réputation vous précède Miss Renard, mais parfois cela n'est que tromperie. Qu'en est-il de votre désir de paix avec les humains? Est-ce toujours d'actualité ou n'est-ce qu'un paravent pour dissimuler de plus sombres desseins? demandai-je sans plus de chaleur dans la voix que lorsque je lui avais répondu un peu plus tôt. Cette idée de la paix entre nous et la vermine était d'un ridicule. En cela elle me rappela un instant la fille Raybrandt et ses idées de symbiose entre nous et son idée de végétarisme, n'importe quoi ! Ce fut donc non sans un léger rictus que j'attendais la réponse de la vampire, en jetant un œil à au Prince vampire, peut-être allait-il s'offusquer d'un tel comportement de ma part à l'égard de son amie, mais au lieu de m'en dissuader cela ne rajouta en fait qu'un peu de plaisir à la provoquer.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Aide & Réconfort [Livre 1 - Terminé]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Tombeau ou abri de fortune ? [Livre I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Edimbourg
 :: Port de Leith :: Entrepots
-
Sauter vers: