AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Un pique-nique au clair de lune [Livre 1 - Terminé]
MessageSujet: Un pique-nique au clair de lune [Livre 1 - Terminé]   Sam 11 Fév - 5:36

Une nuit où la lune montait haut dans le ciel. Une nuit du mois d’août encore. Cette lune était d’une magnificence totale. Elle était pleine et, vous promenant dans ces forêts, la peur surgit d’entre chaque arbre. Pensez-vous apercevoir un loup-garou par ce temps de pleine lune ? Peut-être bien. Toutefois, le Vampire traînait lui non loin près d’ici. Mais que faisait-il ? Il semblait remuer ciel et terre à une vitesse vertigineuse pour transformer ce petit carré de clairière en forêt en halte à pique-nique. Activité très humaine après tout. Alors, pourquoi diantre William Raybrandt s’affairait-il à ressembler subitement aux humains.

Pour faire plaisir à sa femme. Voici la réponse toute attendue. Sa femme qui l’avait aidé à descendre sa réputation au plus bas, sa femme qui partagea une punition en sa compagnie et sa femme ne semblant absolument rien comprendre au principe d’être un véritable Vampire de sang royal vivant pour la royauté. Oui, lui-même était d’une insoumission diablement parfaite. Cependant, lui savait que dire et faire pour ne rien en laisser paraître. Sur l’humus frais et encore humide de la dernière pluie écossaise se posait une couverture en soie douce et d’un blanc brodé d’or magnifique. Posé sur une souche tout près se trouvait quelques coupes en Crystal. Un contenant ressemblant à une glacière haut de gamme trônait tout près … Du sang frais contenu en des bouteilles veillaient. Oui, c’était un véritable pique-nique vampirique. Attention au moindre touriste humain passant par-là. Il serait automatiquement ajouté au pique-nique. William frotta sa langue sur ses lèvres se délectant de la surprise préparée pour sa dulcinée : Jana Pfiefer Raybrandt dit Princesse Jana Raybrandt.

En un éclair, le jeune homme vêtu de jeans, de chaussures de marches sans frioritures et d’une chemise en coton et soie bleu marin disparut pour réapparaître un instant plus tard dans le jardin du manoir Raybrandt où il avait dit à Jana de l’attendre les yeux fermés. Le lieu du rendez-vous n’était qu’à une quinzaine de mètres peut-être un peu plus de l’élégante demeure. Pour des Vampires, cela n’équivalait même pas en une marche de santé.

- Jana, ma surprise est prête … Gardes tes yeux fermés jusqu’à ce que je t’en dise autrement.

Fit-il susurrant de doux mots à l’oreille de la jolie Princesse. Il appuya le visage dans son cou et commença à le parsemer de baisers duveteux, agréables le forçant lui-même à relever Jana de sa position assise et la faisant marcher vers la forêt. William tenait de manière délicate les mains de cette dernière et, sachant pertinemment qu’elle avait les sens pour connaître sa direction, la dirigeait uniquement par simple plaisir. Une fois entré à l’ombre des arbres qui les cachait tous deux de la pleine lune, William cueillit une jolie fleur des champs en un geste si élégant et rapide pour l’apposer dans les doux cheveux de sa belle.

- Tu es magnifique.

Susurra-t-il alors à nouveau se délectant de la sensation ressentie en son corps par le toucher de sa bouche sur le cou de Jana. À droite puis, à gauche et encore à droite. On y arriverait bientôt. La clairière était bientôt en vue. Une nuit en compagnie de sa douce. Ils seraient seuls à seuls pour discuter, se rapprocher et ainsi éviter toute nouvelle brusquerie de la part de cette dernière. Évidemment, on devait comprendre que William faisait cela pour lui avant tout … Peut-être y avait-il un peu de sa fierté perdue en son intérieur. Il désirait briller aux yeux de Krystel Raybrandt. Trouver un semblant d’amitié avec Jana, sa femme obligée, était un plus. Enfin, il désirait aussi prendre du bon temps … C’était sa deuxième femme dans sa vie. À quelque part loin en son cœur, très loin même, William se languissait des pique-niques entre époux.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un pique-nique au clair de lune [Livre 1 - Terminé]   Dim 12 Fév - 14:15

A jouer avec le feu, on finit toujours par se brûler les ailes jolie hirondelle. Ce soir, William m’avait réservée une surprise… d’abord très hésitante à cette idée, je me suis quand même laissée convaincre. Un peu forcée je dois l’avouer, moi aussi j’avais pris des décisions. Je restais une vampire dissidente, et j’en voulais plus que jamais au couple royal mais j’avais décidé de commencer par agir en vampire, ou du moins d’être digne d’être une princesse. En me rebellant, je causais du tord à tout le monde, William envers qui j’avais un avis plus que mitigé, mais surtout Belle et Torben et ça c’était hors de question. Pourquoi William faisait cela ? Surement, pour bien se faire voir aux yeux de la reine et montrer qu’il est capable de dompter sa rebelle de femme. Nul crainte à avoir, j’avais lui facilité la tâche. Que m’avait-il réservée ? Je l’ignorais, il m’avait dit de l’attendre dans le jardin les yeux fermés. J’avais mis une petite robe noire, cela faisait un moment que je n’étais pas sortie du manoir, je me laissais dépérir ruminant de sombres pensées. Pour une fois, je décidais de faire confiance à William et je m’assis sur un banc en pierre au milieu du jardin les yeux fermés. Je n’étais pas vraiment rassurée au vue des récents événements. Rien n’était laissé au hasard ici, si William faisait cela c’était pour une bonne raison. Je ne lui servais à rien à pars rayonner aux yeux de Krystel. Après tout, une seule chose m’importait c’était Torben tant que ça ne le touchait pas, j’étais prête à suivre William et l’aider dans ses projets. Soyons honnête je lui devais bien ça.

J’entendu William arriver, il me murmura que sa surprise était prête, je n’imaginais rien … William était si imprévisible. Je me relevais en suivant les mouvements de William, je devais le suivre, et en profitant des bisous dans le cou qu’il me faisait. Il me tenait les mains délicatement, je me laissais faire, je me laissais guider c’était très mignon comme situation, on aurait vraiment dis un jeune couple. Au vu des événements de ces derniers temps, un peu de douceur me faisait du bien. Je gardais les yeux fermés, mais je savais qu’on était dans la foret. Il me fit m’arrêter, je ne savais pas trop où mais je ne sentais plus le rayonnement de la pleine lune sur mon visage. Je sentis William déposer une fleur dans mes cheveux, c’était romantique. Il me fit un compliment, je lui souris. Fallait me faire une raison, comment j’avais pu en arriver là ? Je devrais être encore humaine, et partager ce moment non pas avec mon mari vampire, mais bel et bien mon ‘mari’ humain.


    « Merci. »


Après ce bref arrêt, et l’épisode très charmant de la petite fleur, on reprit tranquillement s’arrêtant un peu plus loin. Je suivais pas à pas William, avançant à son rythme, une brève confiance s’était instaurée entre nous, j’avais toujours les yeux fermés et à aucuns moments je n’avais essayé de les ouvrir. Je voyais bien que je n’étais pas en danger, et que William ne me réservait pas de mauvaises surprises.


    « C’est bon, je peux ouvrir les yeux maintenant ?»


Notre petite marche arrivait à son terme, j’entrouvris les yeux et je découvris que William avait installé sur l’herbe encore humide de la clairière une couverture, avec des coupes en Crystal, et tout le nécessaire j’en étais certaine d’un pique nique vampirique. Ce serait une première pour moi, avais-je seulement déjà pique niquer de ma vie ? Je n’en avais toujours aucuns souvenirs. Je m’approchais de la couverture, je passais ma main dessus touchant la soie et admirant les broderies. William s’était donné du mal. Ce n’était pas pour moi qu’il l’avait fais, mais j’étais touchée qu’il ai pensé à moi pour partager ce moment. William avait tellement de femmes dans sa vie, j’étais juste « l’officielle » dirons-nous. Un cadre idyllique, il s’agissait maintenant de ne pas noircir ce joli tableau romantique.

    « C’est pour nous, tout ça ? Mais il ne fallait pas, William… »


Chapitre 4 ¤ William Raybrandt
14 septembre 2010, à la tombée de la nuit.
Clairière, derrière le manoir Raybrandt.


Dernière édition par Jana P. Raybrandt le Lun 30 Avr - 12:37, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un pique-nique au clair de lune [Livre 1 - Terminé]   Dim 12 Fév - 20:33

Il désirait aussi un peu de douceur, mais surtout un grand calme. Il se sentait un peu sur les nerfs depuis le mariage n’ayant évidemment pas tourné à son avantage. Tout avait basculé dans sa vie. Il ne se rappela plus avoir eu l’air aussi pathétique depuis … Oh ! Depuis fort longtemps, son humanité pardi. Longtemps ces larmes et ce goût salé n’avaient pas coulé le long de ses joues. Elles le firent plus d’une fois ce moi-ci … Au début de ce mois. William Raybrandt n’avait pas été préparé à perdre autant en une seule nuit. Cela lui fit un choc terrible. L’idée de passer du temps avec Jana lui vint au courant des deux premières semaines. Elle fut embryonnaire au départ, mais se raffermissait plus les nuits passèrent. À l’inverse de lui-même qui se plongeait dans le travail pour éviter de songer, elle dépérissait. Elle restait enfermée dans le manoir voir en leur chambre à chacune des nuits. Ce n’était pas bon … En fait, peut-être son propre comportement était pire. Certes, il ne le croyait pas. La Princesse déprimée lui reviendrait bien vite au centuple par sa forte reine. Cette femme qui ne se laissait jamais dépérir à l’inverse de Jana.

Elle semblait heureuse et le remercia même doucement pour la petite fleur. William savait parfaitement que Jana ne l’aimait pas et aurait cent fois mieux aimé être avec Torben Badenov. Elle le lui avait que trop bien montré au mariage et même avant celui-ci. Cela lui avait fort coûté comme dit des centaines de fois maintenant. Mais on pouvait tout tirer d’une situation comme celle-ci. William Raybrandt se fut plongé dans son travail de Sheriff depuis comme dit plus haut, mais pas que. Des idées germaient en son esprit à l’utilisation de cette situation pour leur groupe, pour lui. Mais chaque chose en son temps voulez-vous ? Un bref et silencieux «oui» fusa de sa bouche vers Jana … Elle avait alors ouvert les yeux apparemment surprise. Avançant de quelques pas, William ne put pas s’empêcher de sourire intérieurement de satisfaction à la réussite de tout cela. Toutefois, il ressentait aussi une gratitude.

- Jana. C’était d’une importance que je veille sur toi. Tu dépérissais à chaque nuit que Dieu créa depuis le mariage. Je sais pourquoi, tu n’as pas à le cacher.

Dit-il sur sa voix de ténor, chuchotant pour que seule Jana l’entende. Les animaux de la forêt semblèrent même silencieux et observant avec joie notre couple. Oui, comme dans un conte de fée à la Disney : un moment idyllique que l’homme n’aurait jamais penser faire précédent cette nuit. De manière élégante, William se déchaussa près de la couverture et s’empara d’une bouteille teintée froide– de cette manière, on ne pouvait pas avoir connaissance de son contenu – provenant de la glacière et l’ouvrit pour verser à part égale le liquide rouge en l’intérieur des deux coupes en Crystal. Quel sang Jana aimait le plus ? Il l’ignorait encore. Pour tout vous avouer, il en prit de tout et s’en sans rendre compte celui-ci était du B + provenant d’on ne savait quelle esclave du manoir. Là n’était pas important. Prenant les deux coupes, il vint se coucher sur la couverture en donnant une à Jana. Il appréciait la tenue simple de sa femme comme la sienne n’était pas incroyablement luxueuse. William aimait être simplement n’ayant pas à faire de grands écarts parfois.

- Alors, à quoi pourrions-nous trinquer ? Au calme après la tempête peut-être ou au fait qu’on soit tous les deux toujours en vie.

Son coude droit soit le bras tenant la coupe posait sur la couverture. Il avait un sourire espiègle prenant à la blague sa dernière pique désirant largement l’amusement en cette nuit. En fait, un peu comme la nuit passée à la Pomme Du Diable en compagnie de cet énigmatique Camille Fontayn. Vous l’aurez compris : William a un contrôle parfait sur ses émotions. Lorsqu’il souhaite laisser de côté les tracas, il le fait prônant sur la joie et la folie. Il fallait mettre Jana bien en confiance pour lancer quelques idées quant à leur «dissidence».
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un pique-nique au clair de lune [Livre 1 - Terminé]   Mer 22 Fév - 20:44

Je savais que William avait vu que je dépérissais et c’était pour cela qu’il avait fais un effort pour me faire sortir du manoir. Moi j’avais peut-être pensé à une autre solution pour me changer les idées et me faire voir autre chose. Mais je ne savais pas trop. Je savais qu’il avait ordre de s’occuper de moi, et d’éviter tout nouveau débordement. Il était évident que pour lui, il valait mieux que je sois heureuse que triste. Comment pouvais-je être heureuse en étant mariée à un homme que je n’aimais pas comme il faut aimer son mari ? Un mariage arrangeait qui plus est… L’attention de Willliam me prouvait qu’il fallait que je reste un peu avec lui, nous avions à faire tous les deux ne serait-ce que pour les vampires dissidents. Nos chemins, un jour, se sépareraient. C’était certain, il voulait tuer Torben, et éprouvait un trop grand amour pour Krystel. Reine que je n’aimais guère mais que je respectais pour son rang, pour son aide passé, et aussi car elle était ma supérieure. Je m’étais brulée une fois à vouloir jouer avec le feu, je préservais ma seconde aile qui me restait. Je devais encore voler, et me préserver. Ce n’était pas le moment, mais un jour ça le serait. J’étais contente qu’il passe du temps avec moi, un temps où nous nous ne disputions pas. Je souris timidement à William, peut-être pas aussi naïf, aveugle, et dans les jupons de sa mère que ce que l’on pourrait croire. J’enlevais mes chaussures comme l’avait fait William, et vint m’asseoir à ses côtés, en face de lui. Je pris la coupe de sang que me tendait William.

    « Ca me touche, merci William. Trinquons au fait que nous soyons tous les deux toujours en vie. Je m’excuse William pour toutes les choses que tu as du subir par ma faute. Je vais essayer de ne pas faire de vague, et de me comporter en princesse. Ce sera mieux pour toi comme pour moi. » Je marquais un temps d’arrêt. « J’aimerais travailler William, la Reine ne me donne plus de mission. Cela ne m’étonne pas du tout, j’ai entièrement perdu sa confiance. Il faut que je bouge, que je fasse quelque chose, que j’ai besoin de me maitriser un peu. Tu vois ? Il me faut une occupation, je ne peux pas me laisser mourir dans le manoir…Enfin, c’était juste une idée comme ça. »


Je n’avais pas envie de bouger, finalement j’étais bien seule à ruminer. Mais faisait plus de mal que de bien, il fallait que je reprenne la vie, et remonte la pente. Il fallait que je reprenne des forces pour pouvoir me battre avec l’avenir qui m’attendait. Si je ne reprenais pas les missions, alors au moins que je trouve une autre occupation. Déjà qu’avant je n’aimais guère ce manoir, à présent je l’aimais encore moins. Peut-être que même absente, ce manoir appartenait à Krystel et elle y régnait toujours en maitre j’en étais certaine. La Reine était tellement influente, que cela la rendait invulnérable. Plus forte que moi sans aucun doute, mais c’était mes erreurs qui m’endurciraient. Rien que la punition m’avait fais comprendre que j’étais une petite fourmi qui ne pouvait pas faire grand-chose toute seule. Nos coupes s’entrechoquèrent, et je buvais une gorgée. Je m’étais surprise, à force de boire du sang, à aimer cela… en même temps j’étais résolue à ne boire plus que ça.

    « Mais, tu voulais peut-être me dire quelque chose? Tu n’as pas préparé ce pique-nique pour rien je suppose. Rien n’est laissé au hasard, de toute manière ici, tout est murement réfléchis et tout le monde manipule tout le monde. On nage dans les complots, et les secrets.»


Ce que je venais de dire était entièrement vrais, les vampires dissidents en étaient la preuve vivante. William était charmant, je ne pouvais pas le nier. Beaucoup devaient être jalouses de ma situation, et surtout Hanna je devrais peut-être aller prendre de ses nouvelles… La pauvre, elle aussi avait du subir le courroux de la reine. Et par le passé, je devais la connaitre. Je me sentais concerner par son sort, je lui avais un peu « voler » son vampire, même si je n’étais pas une femme trop exigeante. William était libre de faire ce qu’il voulait. Même si, je devais passer du temps avec lui comme là. Un moment agréable qui plus est, cela faisait du bien.

HJ: J'ai pas cité la pomme du diable, à voir pour le boulot de Jana! Comme tu le sens ^^
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un pique-nique au clair de lune [Livre 1 - Terminé]   Jeu 23 Fév - 4:21

Trinquons … Oui à une nouvelle vie. À ce deuxième mariage qui fut exactement comme le premier. À cette époque, William ne fut nullement amoureux de son épouse. Il lui demanda sa main pour seule raison qu’était une alliance politique entre les deux duchés. Sirotant tranquillement ce liquide rouge, notre cher Prince fit une grimace signifiant parfaitement qu’il aurait du apporter seulement du O +. Les autres ne lui allaient pas à la cheville. Certes, il devait faire un effort pour Jana. Bien au contraire, elle s’éloignerait de lui et, encore une fois, on le traiterait de moins que rien. Il ne valait rien … Il ne vaudrait alors plus rien. Sa réaction fut assez brusque qu’en à la demande de Jana pour travailler. William se racla la gorge déposant alors sa coupe en Crystal maintenant vide – bien, il avait faim – sur la magnifique couverture de soie blanche. Sa main se portait vers l’arrière, mais elle finit par arriver en celle de Jana. Il caressa son dos ressentant les jointures frêles. Frêle, mais extrêmement fougueuse. Jana ne se laissait jamais marcher sur les pieds. En quelques sortes, cela le séparait de son premier mariage où une femme ne travaillait pas. Non ! Une Duchesse n’aurait nullement travaillé. Un mince sourire tenta de poindre en ses lèvres. William aimait l’époque actuelle. Les femmes n’étaient plus des potiches idiotes. Elles avaient un véritable caractère et savaient se faire entendre. La culture changea et ce fut au mieux.

- Jana. Tu es la Princesse des Vampires. Je ne te vois pas travailler comme toute humaine le ferait.

Dit-il relevant la tête, mais s’arrêtant bien vite pour songer à toute autre chose. Son ton de voix fut intrigué oui, mais aussi alimentant une réfutation à la tirade de sa femme. Il n’était pas d’accord … Cela abaisserait sa réputation tout comme celle de toute la famille royale. Oui, la sienne aussi. Un sourire et une exclamation se fut alors emparé de son visage. La vision de Jana lavant la vaisselle dans un restaurant avec la présence de flashs de caméras de journalistes. Cela ferait la une des journaux pour sûr. Oui, mais nous n’en étions plus là. Perspicace en plus Jana. Il ne pouvait absolument rien cacher à sa femme apparemment. Elle était loin d’être naïve. Intelligente et caractérielle sans oublier polie vu ses excuses, Jana était un atout de taille pour leur groupe. Si elle avançait réellement ces excuses et de ne pas recommencer, tout irait pour le mieux … Oui, pour le mieux.

- J’avoue que tu es un atout pour le groupe. Tu es vraiment une personne intelligente. Cela ne fait même pas 1 an que tu es dans la famille et tu connais déjà tout ce qu’il s’y trame …

Dit-il terminant par un rire ironique sur ces complots tout en se levant et allant chercher une bouteille de … Ah ! O +. Satisfait, William la prit entre ses mains et revint se recoucher près de Jana avant de recommencer à parler. Son regard suivit ses mains tenant fermement la bouteille. Soupirant, William remonta ses yeux marron sur Jana un air sérieux au visage cette fois. Enfin, il y avait des deux : un peu de calme et un endroit pour parler sérieusement.

- Je ne te mens pas, je voulais un peu de calme après ce mariage, mais bon … J’ai eu une idée. Je n’en ai point parlé à Belle. Cela fait un moment qu’on ne s’est pas vu …

Murmurant étrangement ces dernières paroles, William s’intimida légèrement ramenant ses yeux sur la bouteille sans pour autant l’ouvrir. Ils se furent disputés au téléphone. Donc là, c’était un peu difficile de parler sérieusement de choses intéressantes pour tout le groupe. Mais elle a foutu un total fouillis à la Pomme du Diable avec nouveaux amis … Pff ! Soupirant, William effaça ceci d’un revers de la main pour le moment et éleva à nouveau sa voix exquise de ténor.

- Je sais que tu ne m’aimes pas. En fait, tu es mon deuxième mariage de ma vie et je t’assure que ma première femme ne m’aimait pas non plus. Tu aimes Torben Badenov, je le sais parfaitement. J’ai pensé former un marché avec lui.

Il s’arrêta de suite observant la réaction de Jana. William douta qu’elle refuse. Premièrement, il ne laissa rien passer en émotion dans tout ceci. Puis, elle aimait tellement cet homme … Cela en était maladif à regarder. – Hrm, William regardes-toi. – Finalement, il ouvrit la bouteille et en versa un peu de sang embaumant avec délice les alentours. Il tâcha de laisser réfléchir Jana à ce «marché» avant d’expliquer l’idée totale. Tout ce qu’il pourrait dire : elle serait gagnante partout tout comme cet idiot de Badenov. En fait, il en serait même débarrassé soit un plus. Un sourire en coin passa très rapidement à ses lèvres à cette dernière pensée.


Spoiler:
 
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un pique-nique au clair de lune [Livre 1 - Terminé]   Jeu 23 Fév - 17:06

Mon mariage avec Torben avait du être plus heureux que celui-ci, aucun doute la dessus. Nous devions nous aimer à ce moment-là. Je repris une gorgée de ce met délicieux qu’avait apporté William, je remarquais qu’il y avait plusieurs bouteilles surement de différents sangs différents. Je regardais la coupe, me demandant quel gout avait la nourriture humaine ? Je n’en savais rien, je connaissais pas la nature humaine et j’étais une trop jeune vampire pour faire preuve d’une trop grande sagesse. William refusait que je travaille, ce manoir serait ma prison dorée j’en étais convaincue. William posa sa coupe sur la couverture de soie blanche, et me caressait la main. Je ne le sentais pas là, ça cela voulait dire ‘’non désolée tu ne peux pas travailler’’. Je ne voulais pas travailler comme n’importe quelle humaine, puisque je devrais vivre la nuit mais je ne me voyais guère rester nuit et jour dans le manoir en gentille princesse que je suis. Je ne retirais pas ma main, mais un air de déception apparut sur mon visage. Ce serait plus dur que ce à quoi j’avais pensé. Je restais silencieuse un moment, je réfléchissais. Hors de question d’agir inconsciemment, et impulsivement. William, nous avait éloigné du manoir pour une raison je voulais savoir laquelle. Je venais de lui dire que j’allais faire un effort sur mon comportement et là déjà j’avais envie d’élever la voix et de me faire entendre. Je ne fis rien. Peut-être avait-il raison je n’en savais rien. Peut-être que je mettrais toutes mes forces dans la dissidence, oui peut-être … mais cela éveillerait peut-être les soupçons. Je pris enfin la parole, calmement.

    «Je sais que je suis la Princesse des Vampires, mais je reste au service de la Reine, je reste un vampire de main. Je peux servir hors du manoir. La Reine va peut-être se douter d’un éventuel mouvement de rébellion si je ne reste qu’au manoir, et que j’en sors pour te voir ou pour parler avec Belle tu ne crois pas ? C’est dans ton intérêt de me faire travailler crois moi. Je ne ferais pas un travail dégradant. Nous pourrions trouver un certain intérêt au fait que je travaille. »


Je montrais à William qu’il contrôlait la situation, qu’il pouvait se servir de moi. Il fallait le séduire, lui prouver qu’il était puissant pour avoir ce que je voulais. Dans quel but travailler ? Peut-être voir autre chose, et m’ouvrir de nouveaux horizons. Princesse oui, mais princesse vampirique et princesse des temps modernes. Je finis mon verre, passant ma langue sur ma bouche pour ne manquer aucunes saveurs. Jusqu’à présent à genoux devant William, je bougeais et mis mes jambes sur le côté m’appuyant sur les coudes toujours face à William.

    « Je suis amnésique, mais pas aveugle William. Et j’ai bien vu quel enseignement j’ai reçu. »


William était lucide, hum… ce qu’il disait, les mots sortis de sa bouche me choquèrent. ‘’Tu aimes Torben Badenov ‘’ J’aimais l’ombre de mon passé, le joujou de la Reine. Un amour pour le moins impossible, je ne pouvais pas être avec lui, j’avais accepté de me marier à William. C’était ainsi. J’appréciais mon mari, et j’assumais mes actes. Son idée m’interpellait, et éveillait ma curiosité à quoi avait bien pu penser William ? Je ne fis aucunes remarques sur ce qu’avait dit William à l’égard de mes sentiments, comme il disait lui-même, il le savait parfaitement. Nul besoin de remuer le couteau dans la plaie. Torben était un sujet délicat, oui malgré le gouffre profond qui nous séparait, je rêvais de m’enfuir avec lui et de se redonner une chance. Mais les vampires nous rattraperaient toujours, la fuite était impossible ou bien je refusais de me dire que c’était possible. Pas besoin de faire encore plus souffrir William, qu’il reste dans le flou, je ne comptais pas approuver ses dires. L’odeur du sang qui coulait de la bouteille dans la coupe, puis dans nos gorges embaumé les environs. J’eus un frisson. J’étais comme une enfant impatiente d’ouvrir un cadeau, et qui essayait de deviner le contenu de celui-ci. Pourquoi me parlait à moi de ce marché ? Pourquoi pas directement à Torben ? William attendait peut-être que j’en parle à Torben, moi ? Ca passerait mieux, que s’il le faisait lui pas de doute là-dessus. Il avait parlé de Belle aussi, j’en déduisais donc que ça concerner les vampires dissidents. Peut-être souhaitait-il que j’en parle également à Belle ? Moi aussi, cela faisait un moment que je ne l’avais pas vu. J’avais hâte que William m’en dise plus à ce sujet, mais je ne devais pas trop me monter la tête s’il proposait ça, c’était qu’au fond c’était bien pour lui. Je devais rester méfiante, pour moi William était et resterait toute sa vie fidèle à sa mère ce qui ferait que je ne pouvais pas lui faire pleinement confiance. Jamais.

    « Un marché avec lui ? Dis-moi à quoi tu as pensé. Tu m’intéresses là. »

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un pique-nique au clair de lune [Livre 1 - Terminé]   Ven 24 Fév - 2:41

Il n’aimait pas la manière dont Jana ramenait Krystel tout comme ses ordres dès qu’elle n’était pas contente. Elle désirait travailler et le ferait … Déterminée apparemment. Jana avait un peu trop vécu en compagnie des Raybrandt : elle devenait tout comme eux. Bientôt, William aurait une femme à sa hauteur. Ses pensées se baladèrent en son esprit. Il ne pouvait jamais faire taire ces dernières. Toujours, le silencieux Sheriff de Glasgow réfléchissait. Cela pouvait en faire fichtrement peur. Mais oh combien il était «sexy» aussi. Les coudes tout contre la couverture, William se laissait aller à ces pensées. Il ne les réfrénait pas. Jamais notre Vampire ni même humain ne fut un être bavard et fêtard à souhait. Le verre en Crystal en sa main, il laissait le liquide rouge miroiter en cet intérieur. Il laissait alors ses songes vagabonder ailleurs pour soupirer et ne rien penser. Peut-être Jana pourrait travailler à la Pomme du Diable avec lui. Une grimace ceignit son beau visage à cette pensée. Tout comme elle, lui-même n’avait pas extrêmement confiance. Il avait peur pour les secrets de son établissement, pour ses comptes. Non, Jana n’était pas une voleuse … Enfin, dans ce monde de complots comme elle le dit même précédemment, on devait se préparer à tout.

Il l’avait calmement observé depuis lors. Oui, depuis sa révélation quant à Torben Badenov tout comme ce marché qu’il comptait faire avec l’homme … Tout comme elle. Jana semblait fort surprise, choquée même. Comment put-elle le croire si naïf ? Un très léger grognement passa entre ses canines rétractées sortant à l’air libre de la nuit.

Son regard pointait vers le sol, vers ses jambes étendues. Il ressentit alors les mouvements que fit sa femme tout près soit sa nouvelle position. Elle se mettait confortable. Donc, elle devait être heureuse en cette soirée. Ainsi, il avait eu une bonne idée … Malgré que ce fût peut-être pour l’amadouer. Un nouveau regard en Jana et ses oreilles tintèrent des paroles dites. Elle avait le coude appuyé au sol. Avant de répondre, William termina son verre en une lampée sans plus. Alors, il se sentit plus d’attaque, les neurones au maximum pour tergiverser avec de nouvelles idées.

- J’ai pensé inclure Torben Badenov en les dissidents : avec nous en sommes.

Laissant son verre sur une souche non loin vers sa gauche, William se retourna sur le ventre. Un regard on ne peut plus sérieux et neutre pointait sur son visage. Il avait longuement réfléchit et si Hannah pouvait trahir à ce point, Torben pourrait le faire aussi. Il se servirait de ses connaissances d’assassin vampiriques pour atteindre son véritable but. Il devait avoir même plusieurs armes … Quelque part. Ses doigts se rejoignirent sous son menton alors que ses coudes touchèrent la couverture. Un petit vent frappa le Sheriff, mais ne déstabilisa aucunement ses pensées. Il ressemblait à une statue de marbre et personne n’aurait put comprendre ce en quoi consistait ses pensées actuelles. Immobile à l’extérieur, mais extrêmement actif en l’intérieur. Sans bouger un seul petit doigt, on entendit à nouveau sa belle voix.

- Il est un ancien membre de l’Église humaine contre les vampires. Il a donc d’énormes connaissances sur le sujet et probablement des armes cachées quelque part. Il nous sera d’une très grande aide pour tuer … Enfin, arriver à notre but.

William ne désirait pas tacher ce pique-nique avec des mots sales tel que «tuer». Il tourna la tête et observa le visage de Jana. Le regard de cette dernière était si expressif à l’inverse du sien. Étant l’une de ses complices, pourraient-ils devenir amis un jour ? Il n’en savait réellement rien. Un sourire s’offrit à ses lèvres. Quelque chose désirant mettre un baume sur le cœur de sa femme probablement fort secoué par ses mots.

- C’est pour toi que je fais cela. Un peu pour moi aussi, j’en conviens. Mais dès que j’obtiens le statut que je revendique, Torben et toi pourrez partir ensemble. Je ne vous en empêcherai pas. Vous avez ma parole.

Termina-t-il sur ce ton toujours aussi neutre, mais comment faisait-il pour paraître aussi chaleureux ? William aurait voulu alors prendre la main de Jana dans la sienne pour lui faire comprendre que cette idée était excellente et bonne à mettre en pratique. Là, il faudrait mettre le concerné d’accord avec ce plan et … En discuter avec Belle. Ce n’étaient que des formalités. Tout ceci viendrait en temps et lieu.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un pique-nique au clair de lune [Livre 1 - Terminé]   Jeu 1 Mar - 19:31

Je devenais comme les Raybrandt vous croyez ? Et pourtant, il restait des signes de mon humanité oublié. Car au fond, même si j’avais oublié cette partie là de mon existence c’était toujours en moi quelque part enfouie. Je n’étais plus sûre que travailler été une bonne chose, en même temps qu’elle était le rôle d’une princesse vampire exactement ? Je me posais de nombreuses questions, pourquoi Krystel m’avait-elle choisis-moi ? En même temps, je ne voulais pas faire un travail rabaissant je voulais quelque chose digne d’une princesse dans ce cas alors.

    « Tu as peut-être raison, il ne vaux peut-être pas que je travaille. C’était une idée stupide. Je me contenterais d’obéir aux ordres, j’ai dis que je le ferais ce serait mieux ainsi. J’avais dis que je suivais ce que vous me direz, et je commence à prendre des initiatives… Mais, William, qu’attend-on réellement de moi en tant que princesse des vampires ? »


J’étais sincère, et un peu perdu avec tous ces changements c’était peut-être aussi pour cela que j’avais décidé de rester cloitrer dans le manoir Raybrandt. Je ne savais plus vraiment quoi faire, comment agir, ce que l’on attendait de moi. Je devais voir Belle pour savoir ce qu’elle voulait que je fasse pour les vampires dissidents et pour prendre de ses nouvelles aussi. William sortit ses canines, je sursautais. J’eus un moment de panique, et si cela avait été un test ? Je devenais parano, mais si cela était un test je l’avais raté ! J’aurais du refoulé mon enthousiasme et être plus neutre. Cacher mes sentiments, et ne pas lui dire que j’étais intéressée par sa proposition. Apparemment, William était sincère dans ses propos. Je devais me contenir à l’avenir, être encore plus secrète surtout en ce qui concernait Torben. William suit ce que la Reine lui dit, et c’était risqué de ma part. En même temps, William sait ce qu’il en est donc même en masquant mes sentiments, cela ne changerait pas grand-chose m’enfin le doute aurait été là. Je devais penser à me protéger, à me forger une carapace c’était inévitable.

C’était un petit moment confession avec William, en effet ça devait lui arracher la gorge ce qu’il disait. ‘’Je pourrais partir avec Torben ‘’ je n’y croyais même pas, mais j’avais sa parole. Pouvais-je réellement lui faire confiance ? Sans doute. Je n’en savais rien. Il avait l’air de penser à moi visiblement, il faisait ça pour moi ? Mais pourquoi donc ? Il me l’avait promis même. Ca me touchait venant de William, néanmoins je ne devais pas m’emballer trop vite. C’est sûr sa proposition m’intéressait, puisque je n’aspirais qu’à ça. Et c’était même un acte gentil et louable d’avoir pensé à ça et de me le proposer. J’étais surprise, je restais sur mes grades quand même. C’était une utopie que pouvoir partir avec Torben, je n’osais même pas y penser tellement cette option n’était pas envisageable. Par contre, intégrer Torben chez les dissidents était une idée qui m’avait déjà traversée l’esprit. Il savait se battre, il avait combattu de nombreuses créatures de la nuit comme il disait, il serait très utile selon moi et cela me faisait un prétexte de plus pour être près de lui.



    « A vrai dire, à moi aussi, l’idée m’avait effleurée l’esprit l’espace d’un instant. Tu me ressers ? » Dis-je toute joyeuse en lui tendant mon verre, et en lui souriant. Je n’étais pas heureuse d’être ici, mais je n’étais pas malheureuse. L’ambiance était agréable, j’étais en bonne compagnie, William s’était donné du mal en même temps dur de savoir réellement à quoi il fallait s’attendre avec moi. « Mais, tu crois que nous pouvons avoir confiance en lui ? Il est proche de la Reine, s’il lui révélait nos projets ? Les conséquences seraient terribles. »


Cette idée me glaça le dos, déjà si froid. Faire comme si Torben était un humain comme un autre : Réussie. Torben serait ici, un atout dont nous avons besoin pour la dissidence, c’était tout. Un pion sur le jeu d’échec au milieu de la partie que nous avions commencé. Malheureusement pour nous, les pions de la Reine étaient bien plus développés que nous. Je craignais une défaite pour les vampires dissidents, et je ne voulais pas que mes désirs d’être avec Torben enclenchent plus rapidement cette chute. Je voulais qu’on arrive à notre but, dans tous les cas la situation ne pouvait pas être pire comme je le pensais souvent alors…


    « Je suis certaine que tu dois y trouver ton compte dans le fond. Cependant même avec ta parole, je doute que partir avec Torben soit envisageable le veut-il seulement ? M’enfin, peu importe. Il pourrait être un atout dans notre poche, c’est vrai. Ceci dit, je doute qu’il voit d’un très bon œil que tu ailles lui proposer ‘ton marché’ comment dire… ce n’est pas le grand amour entre vous. Je sais que tu rêves de le voir mort, et je suppose que l’envie est réciproque. Il faudra lui proposer en trouvant les mots justes. »

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un pique-nique au clair de lune [Livre 1 - Terminé]   Dim 4 Mar - 5:21

Ce fut une idée préalable lui ayant traversé l’esprit. Sans le tuer, il se débarrasserait de Torben Badenov. Sans le tuer … Ainsi, il éviterait de décevoir un ordre de sa mère. Jana et Torben se trouvaient un gros obstacle pour cette énergie folle entourant William Raybrandt. Cette énergie qui, dans certains films stupides, se trouvait plus forte que toutes les autres. Apparemment, elle permettait d’accéder à des idées et des décisions irrationnelles aussi. William ne comprenait strictement pas son envie de protection. Il semblait même que du haut de ses six ans, il aurait tout fait pour sa mère adorée. Un véritable petit chevalier alors. L’homme se trouvait complexe, compliqué et étrange on le conçoit. Personne ne souhaiterait se retrouver en le corps et l’âme de William.

Il se laissa choir au sol dans un soupir observant avec calme les étoiles scintiller dans la nuit. Il n’était même pas comme elle et s’en tenait loin. Pff ! Puis, la voix de Jana reprit douce et calme semblant acquiescer à son idée par ses propres pensées. Rebelle comme elle, il devrait s’en méfier là justement. Cela tournerait certainement mal … Torben était seulement trop loyal à Krystel. Était-il sa Pomme de sang ? Une question à creuser et surtout … Poser. Jana avait une belle pose assise sur la couverture demandant tout simplement à se faire resservir. Subitement, cela ne lui ressemblait pas la petite princesse effacée. Puis, ses paroles précédentes lui revinrent en tête : elle avait pris une initiative en demandant à travailler. Pourquoi pas ?

- Attends Jana … Je crois que je suis allé trop loin évidemment.

Soupira-t-il se relevant uniquement pour verser un peu plus de la bouteille en le verre de Jana. La loyauté de Torben était trop forte comme elle l’avoua de suite. Puis, il serait difficile de convaincre l’humain vu la relation horripilante et réciproque. Oui, il le détestait. Certes, il était aussi intelligent pour comprendre sa grande aide. Parfois, comme actuellement, William se demandait s’il ne vaudrait pas mieux jouer la carte de l’efface. Rester dans l’ombre du Roi et de la Reine sans rien faire. Ses mains restèrent sur la bouteille alors que ses yeux l’observèrent sans vraiment le faire. Les conséquences seraient graves … La mort. Tant pis, il vivrait cela. Un frisson le parcourut. Non, il ne pouvait pas … Ou si.

- En tout cas, toi je ne te vois vraiment pas comme une petite princesse effacée. Tu n’es pas comme les femmes anciennes et ton attitude actuelle m’énerve. Aller, tu veux faire quoi comme travail ?

Un ton plus en contrôle tout comme plus enjoué et William déposa la bouteille pour s’approcher de sa femme tout en lui massant délicatement les épaules et en lui donnant quelques baisers caressant dans la nuque. Pourquoi ne pas arrêter de songer à cela, laisser les choses qui lui faisaient du mal au plus profond de son être pour y repenser sagement seul ? Il aimait cette manière de faire, s’amuser au lieu de songer, songer au bon moment. Oublier sa personne pour autrui. Son souffle perça la nuit dans un murmure au creux de l’oreille de Jana alors qu’il approcha ses lèvres du lobe d’oreille gauche le mordillant de manière taquine.

- Je sais que tu es amnésique, mais n’y a-t-il pas un emploi qui te plairait ?Peut-être quelque chose qui t’attire tout particulièrement malgré que tu n’en saches rien. Mais bon, évites les trucs qui m’attireraient une mauvaise réputation . Comme la prostitution par exemple.

Finit-il dans une petite exclamation de rire, un sarcasme.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un pique-nique au clair de lune [Livre 1 - Terminé]   Mar 13 Mar - 15:34

William mit de côté le sujet Torben pour se consacrer à l’idée qui m’avait traversée l’esprit quelques jours auparavant, travaillé. Faire autre chose qu’être une princesse vampire, ou encore vampire de main. Je ne m’attendais à avoir autant de problèmes liés à cela. Me prenaient-ils tous pour une inconsciente ? Bien sur que je ne voulais pas faire un métier dégradant par rapport à mon rang, c’était évident. Il me fallait une couverture pour cacher mes activités au sein des vampires dissidents. En y réfléchissant bien, les boulots pour les vampires étaient quand même relativement réduis, j’y avais réfléchis et pour une princesse cela compliquait deux fois plus les choses. William me resservit, je n’étais pas une adepte de tout cela rejoignant presque les propos et les habitudes de Morgane. Mais bref, je voulais être agréable pour William il avait fait tout ça autant qu’il ne le fasse pas en vain. Je remercie William d’un signe de la tête, et porta le verre à ma bouche. Les propos de William m’étonnèrent, mon attitude actuelle l’énervait ? Ou était-ce plutôt mes idées en marge de la situation ? Ou bien mon attitude à me laisser dépérir au manoir sans rien faire… Je n’avais pas eu besoin de trop d’insister auprès de William pour travailler, j’avais même l’espace d’un instant abandonné l’idée. Mais il remit le sujet sur le tapis, alors c’était le moment pour moi de faire quelque chose. Encore faut-il faire le bon choix, ce qui n’était pas toujours évident pour moi. Il fallait penser vampire, penser Raybrandt.

A priori, c’était simple. A priori …


William s’approcha doucement de moi, venant se placer derrière moi pour pouvoir me masser les épaules en déposant des doux baisers sur ma nuque. D’un geste de la main, j’enlevais mes cheveux les ramenant sur le devant pour ne pas le gêner. Mes doigts gelés touchèrent sa main froide, mais pour moi c’était la même température, c’était normal … Je posais ma main sur la sienne, la serrant doucement. J’avais beaucoup de mal à me laisser aller avec William, c’était même quasiment impossible. Cela faisait deux années environ que je le considérais comme un frère, et là je me retrouvais marier à lui alors que je venais de retrouver un mari humain … tout se mélanger dans ma tête, et je n’avais limite plus le temps pour réfléchir impossible donc de prendre les bonnes décisions. J’avais toujours en mémoire l’après mariage, William, là, il était bien gentils mais cela ne suffirait pas. J’avais du mal avec lui, et il faudrait de nombreuses années pour arriver à oublier. Tout en posant le verre par terre en prenant soin de le stabiliser pour ne pas le renverser, je répondis à ses paroles.

    « Je ne comptais pas me prostituer, William. Je suis peut-être folle mais pas à ce point. Non, un boulot digne d’une princesse et en aucun cas qui te ferait du tord ce n’est pas le but. J’avais pensé travailler à la Pomme du Diable avec toi. »


Voyons les bons côtés des choses, William pourrait me surveiller même si ce n’était plus nécessaire quoi que nous ne sommes jamais à l’abri d’un écart. Et cela me ferait une énième couverture pour cacher cette fois-ci mes activités de vampires dissidents. Je pourrais tenir le rôle qu’il voudra, serveuse, barmaid ou même co-gérante. Je ne comptais pas mal agir, ou bien lui voler son club ni le mettre à feu et à sang. Je voulais me rendre utile et voir autre chose que les quatre murs du manoir. Aux actions de William, je ne répondis pas. Je ne comptais pas lui rendre la pareille, ni le repoussé trop violemment je devais jouer mon rôle d’épouse après-tout. Mais je n’en avais aucunes envies…

Un pari risqué ce travail, cela partait de bonnes intentions mais je me liais un peu plus aux Raybrandt, un peu plus enchainée à eux une nouvelle fois.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un pique-nique au clair de lune [Livre 1 - Terminé]   Ven 16 Mar - 18:27

Elle le touchait de manière très simple. Elle n’en fit nullement trop. Il s’arrêta bien vite dans ces baisers, ces caresses et les taquineries. Jana ne désirait fichtrement pas s’amuser de cette manière en cette soirée. Pourquoi ? Pensait-elle encore à Torben ? Probablement, mais William n’était pas non plus un être exécrable. Ok, parfois. Cela se réduisait aux hommes surtout. Il respectait les femmes surtout celles apportant un fort caractère. Pour lui, elles valaient souvent bien plus que certains hommes stupides, fiers et trop nombrilistes. Comme le Roi ? Ok, cette pensée lui traversa l’esprit en un éclair. Secouant très légèrement la tête, il tâcha alors de la laisser partir. Un sourire et une petite exclamation de rire furent des conséquences difficiles pour arriver à cela. Il aimait cette pensée donc plus dure fut le moyen de s’en débarrasser.

Pour s’aider dans la tâche, pourquoi ne pas améliorer la situation avec une nouvelle bouteille de sang ? Alors que Jana prenait la parole de sa voix douce, mais semblant toujours déterminée et rebelle quant à lui – peu importe le moment et le pourquoi – William se leva pour doucement se rendre à la glacière enfilant une bouteille de … AB -. Tiens, c’était le préféré de sa mère. Celui dont il n’eut aucune difficulté à trouver. Ses oreilles surprirent son corps toutefois. Les paroles entendues auraient put être mesquines cela n’y aurait rien changé. Il fit face à Jana plutôt interloqué par sa proposition. À première vue, William n’avait aucune idée que cette aide lui serait positive. Il ne pensait plus à une jeune femme travaillant aussi à la Pomme du Diable. Il ne fronçait pas les sourcils. Non, il était simplement gêné de démontrer tous ses comptes à sa femme. Depuis longtemps, il avait travaillé seul à cette entreprise. Il l’avait monté par lui-même pour la caractériser comme ses rêves les plus fous le pensaient. Il avait pensé à la décoration des lieux, aux boissons alcoolisées et non alcoolisées servies. C’était un peu un enfant pour notre cher Vampire.

- Je ne sais pas …

Dit-il murmurant plutôt et lâchant un minuscule soupir. Il ressemblait plus à une inspiration toutefois. Pendant les secondes suivantes, William s’assit à nouveau près de Jana pour se servir de ce liquide si précieux à sa mère. Il s’occupait les doigts tout en n’opposant aucune contrainte à la proposition de sa femme. Puis, il n’aurait jamais pu en opposer une. Cette proposition faisait son chemin en son esprit. Maintenant qu’elle y était entrée, sa sortie ne pouvait plus. La vue du liquide frais, clair et rouge le saisit. La coupe fut en sa paume de main élégamment tenue. Il avait une idée. Lentement, William se laissa choir tout contre la couverture douce. Un souffle de vent caressa sa chemise puis, ses cheveux. Il vint planter les lèvres dans le liquide alors que – par pur plaisir – laissa sortir ses canines.

- La Pomme du Diable est importante pour moi. Je l’ai créé moi-même et j’ai toujours été seul aux commandes. Je ne veux pas avoir de problème. Mais tu …

Son regard marron ne quitta point Jana des yeux. Sa langue vint lécher ses lèvres ramassant le peu de sang délicieux, ramenant Krystel à lui, s’y étant déposé. Le verre alla doucement se poser en la couverture toujours tenu par cette main hardiment élégante. Il était sérieux toutefois. Malgré sa facilité à le cacher, son ton dénotait un attachement profond et une fierté de tout se travail accomplit. Un désespoir de plus si tout finissait par tomber. Certes, il n’avait pas terminé. Oui, Jana pourrait venir à la Pomme du Diable. Oui, car Hannah s’y trouvait déjà. Il manquait de protection à cette dernière depuis les stupidités de Leslie. William n’avait plus confiance en ce dernier. Une ombre frôla son regard et il le baissa momentanément. Ce serait bénéfique pour tout le monde que les deux femmes apprendraient à se connaître. Enfin, que Jana réapprendrait à connaître Hannah compte tenu de l’amnésie. Sa Hannah loyale à sa personne. Il dut se faire violence pour éviter de replonger à cette punition vampirique. Elle se donna à lui, mais elle … Il n’en laissa presque rien paraître si ce n’était qu’un sourire grimacé. Le liquide enjôlant toucha à nouveau ses lèvres enivrant son esprit.

- Tu pourrais commencer par être serveuse tout comme Hannah. Je ferais en sorte que tu ais les mêmes heures qu’elle. Donc, elle t’apprendrait tout. Ensuite, on verra … La Pomme du Diable pourrait devenir effectivement l’entreprise du couple princier. Cela nous forgerait une magnifique réputation.

Termina-t-il dans un haussement d’épaule et un sourire sortant une exclamation presque ironique. Oui, finalement tout se réglait. Même sa mère serait magnifiquement heureuse et fière de son fils. Par l’entreprise, Jana vivrait plus amplement en sa compagnie, connaîtrait la Hannah pomme de sang. Tout irait pour le mieux. Déjà, il ne put pas s’empêcher de sourire. Un sourire emplit de force et de fierté plus pour lui-même. Il se sentait heureux et en contrôle. Oui, c’était une magnifique bonne idée au final.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un pique-nique au clair de lune [Livre 1 - Terminé]   Sam 31 Mar - 0:33

« Je suis comme prisonnière, perdue dans cet univers un peu trop grand pour moi. Je n'ai plus de repères, je me sens seule sur Terre... Ne me réveillez pas. »

Les séquelles du passé étaient là, cachées mais j’y pensais chaque jour. Cela avait commencé par un traumatisme qui m’avait rendu amnésique, et cela continuait … me brisant toujours un peu plus. Je me devais d’être forte j’étais la princesse des vampires après-tout. Sans doute me direz-vous que tout ce qu’il m’arrive, même si cela fait de moi un être brisée, traumatisée, et on ne peut plus instable, faisait partit de mon éducation. Sans doute oui. Toujours est-il que je me perdais un peu plus, me raccrochant aux branches comme je le pouvais. Non, je n’avais aucunes envies de faire quoi que ce soit avec mon mari depuis le soir du mariage… Je savais que tôt ou tard, j’allais y être contrainte, ce seraient les ordres et je ne pourrais rien y faire. Chaque minutes, j’avais une pensée pour Torben me demandant ce qu’il pouvait faire, s’il allait bien … William sortit une nouvelle bouteille de sang, et dit qu’il ne savait pas… je fis une tête déçue en même temps j’étais certaine que c’était une mauvaise idée. Quand il versa le délicieux nectar dans son verre, je reconnu le groupe sanguin AB- il était mon sang préféré. Alors qu’il en buvait une gorgée, je l’interrompais en faisant signe de la tête pour lui montrer son verre.


    « Je peux en avoir une gorgée ? C’est mon préféré. » Je marquais un bref arrêt, écoutant ce qu’il avait à dire. Il me tannait du regard. Mais quelle idée t’était encore passée par la tête Jana. « Je sais que c’était important pour toi, raison de plus pour partager cela ensemble non ? Je ne te causerais pas de problèmes. Dans le cas contraire, avoue que cela ne m’apporterais que des ennuies. » Ma réaction qui était plutôt neutre et déçue, se transforma en surprise et satisfaite. J’en espérais pas autant. Il voulait que je travaille avec Hannah ? Je rêvais là. Quoi que, j’ignorais sa réaction face à mon mariage avec son vampire. Mais c’était une fabuleuse occasion de se rapprocher d’Hannah, elle devait nourrir en elle des sentiments de vengeance, et c’était l’une de seule dont j’étais sûre qui ne cherchait pas à tuer Torben. Je voyais en Hannah, une future alliée. Après-tout, elle faisait partie de ma famille humaine et je mourrais d’envie de la connaitre plus… Nous avions de nombreux points communs, rien que dans les choix des hommes qui partagent nos vies respectives. « Comme tu veux, William. Je suis tes directives, et c’est avec plaisir que je travaillerais avec Hannah. Mais cela ne va pas poser problème que je sois… ta femme ? » Je souris à la suite, il avait de l’ambition le prince des vampires. Je savais bien qu’il y trouverait son compte, et une bonne réputation qui plus est parfait pour lui, et ses idées.


William paraissait très satisfait par l’idée, complètement séduit. Il avait un magnifique sourire qui s’était dessiné sur son visage. Je ferais mon maximum pour que tout se passe bien. Comme au quotidien, j’essayais d’être le plus docile possible, rien n’était simple au contraire tout était un hamas de choses compliquées. J’avais testé la rébellion, cela n’avait aboutit qu’à des punitions que je regrettais amèrement. Torben. Comment pouvait-il encore m’adresser la parole ? C’était le moment de tester une nouvelle méthode, qu’il allait me couter niveau comportement mais à voir si les aboutissements sont meilleurs ou pas. Une flamme de rébellion brûlait toujours en moi, les vampires dissidents… j’étais franchement décidée à soutenir Belle. Mais mon mari n’était pas contre cette idée-là, donc tout allait pour le mieux. Mes seules ennemies étaient mes pensées, ces visions, ces choses que je me remémorais, ces pensées qui faisaient si mal. Des fois, j’aimerais oublier oui ce serait mieux d’enlever toutes ces choses-là de ma mémoire. Je me demandais si cela était tout ce que William avait à me dire, il voulait simplement parler de Torben ?

A première vue, ce pique-nique avait été fort bénéfique pour William. On était tombés d’accord en ce qui concerne Torben, il fallait attendre, il n’était pas prêt. L’idée que je travaille, au début réticent avait finit par le séduire. J’étais heureuse, cela faisait longtemps que je n’avais pas fais une bonne action de mon plein grès. Car certes aux yeux des vampires l’épouser était une bonne action mais je ne l’avais pas fais de moi-même. C’était vrai qu’à aucuns moments je n’avais pensé à me rapprocher d’Hannah en travaillant à la Pomme du Diable. Je m’étais toujours très peu intéressée à elle, et cela tombait à pic justement ! J’avais plus que hâte de commencer ma nouvelle vie de princesse active.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un pique-nique au clair de lune [Livre 1 - Terminé]   Dim 1 Avr - 6:15

Il avait évité de porter attention à sa demande de sang. Son préféré tout comme il l’était pour sa mère. Vous auriez put voir un sourcil se lever délicatement pour ensuite redescendre et ramener le rationalisme dans cette voix suave et calme. Il n’avait guère écouté les paroles sans intérêts de Jana ensuite. William réfléchissait à cette idée lui trottant dans la tête. Non qu’il ne pouvait pas opposer sa personne à Jana. Oui, vous auriez mal lu sans doute. Bien au contraire, William Raybrandt ne pouvait nullement s’opposer à cette idée. Jana pouvait avoir des idées terribles et sans fondements que très souvent malheureusement. Peut-être était-ce cette atmosphère naturelle voir même sa propre présence en ces lieux ? Il commençait à avoir de l’influence sur sa femme peut-être. Il se trouvait peu de chance en cela. Torben Badenov restait que trop cloîtré dans l’esprit borné de sa mère … Ah non, de sa femme.

Pourquoi venait-il de comparer Jana, sa femme non réellement aimée, à Krystel Raybrandt la femme valant plus que tout au monde ? Toutes deux semblaient être obséder par cet homme soit Torben Badenov. En ce qui le concernait, il serait mort et enterré depuis fort longtemps. Un homme ne lui créant que des problèmes tout comme à sa servante humaine. Il baissa le regard gêné de cette comparaison. On aurait put apercevoir un rougissement de part tout le sang ingéré dès lors. Il secoua lentement et négativement la tête décidé à oublier cette pensée stupide. Pourrait-il réellement utiliser Badenov frère et l’amour que Jana avait pour lui ? Ce serait une magnifique idée. Son sourire passa de la gêne et de la honte à un certain sadisme. En promettant cet homme à Jana, William se la garderait éternellement. Comme il voulait … ?

Il revint subitement à la réalité perdu momentanément à l’intérieur de ses pensées. Néanmoins, Jana appuyait ses propres pensées un peu trop docilement. Comme un robot dans les apparences. Il remonta ses yeux marron sur elle laissant tous ses sourires tomber. Son visage paraissait froid, sans vie. Il semblait même las, ennuyé. Son verre à la main, il avait envie d’elle. Envie de la bouger un peu et de ramener son caractère rebelle, taquin, rusé même à la surface. Oh ! Uniquement pour lui. Juste pour lui. S’il la verrait auprès de Torben avant son accord … Premièrement, notre cher Prince aurait de gros problèmes avec la royauté. Deuxièmement, il en serait noir de colère. Il ne pouvait réellement pas sentir cet homme. Cet homme lui ayant tout pris à son mariage. C’était de sa faute. Sur une grimace de réflexe face à son dégoût de Torben, il approcha de Jana et au-dessus d’elle la força à se coucher tout contre la couverture de soie. Le verre restait élégamment dans sa main droite, sur les côtés de nos deux personnages. William s’amusa à câliner de son visage le nez, le menton puis, il embrassa doucement Jana. Non sauvagement, mais juste délicieusement agréable.

- Jana … Restes toi-même. Je te trouve trop docile comme si … Montres-moi ce que tu vaux, mais à moi. Ne te soucies plus de Hannah. Tout est réglé. Ah oui, tu aimes ce sang. Peut-être te réveillera-il ?

Termina-t-il dans un air plus taquin que ses premières paroles étant aguicheuses. Puis, il n'avait fichtrement pas envie de reparler de sa trahison. Lentement, il attrapa un peu de sang avec sa langue ses canines totalement sorties. Son visage si proche de celui de sa femme, il laissa tomber les gouttes de ce AB – vers la bouche de cette dernière. Un sourire en coin s’offrit à l’observation de Jana. Alors, il y versa un peu du contenant de la coupe. Le sang tomba d’environ 10 centimètres. Certaines gouttes allèrent faire leur chemin dans le cou de la jeune femme. William déposa la coupe et posa sa paume de main sur la couverture à côté. Il alla lécher en une belle caresse le sang évitant de tacher cette belle robe noire.

- Tu aimes le même sang que Krystel. N’est-ce pas que c’est une coïncidence ? Mais quel destin t'attends ma chère.

Sourie-t-il à nouveau de manière aguicheuse commençant à se laisser emporter par l’amusement et le plaisir charnel pour en oublier les pensées précédentes et profondes. Il s’enhardie à apposer quelques baisers en le cou de Jana puis, chercha le lobe d’oreille droit de sa main gauche. Il le caressait d’un doigt au même moment. William aurait été bien triste par toute interruption quelle qu’elle aurait put être.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un pique-nique au clair de lune [Livre 1 - Terminé]   Dim 29 Avr - 23:01

Je devais me méfier de William, déjà il voulait tuer Torben donc là il y aurait toujours un malaise entre nous. Je me doutais bien que Krystel devait faire pression sur William pour qu’il ai le contrôle de moi. Je lui facilitais la tâche en étant docile, mais pas trop quand même… J’étais une jeune vampire encore un peu rebelle. Et je ne comptais pas me plier aux exigences de mon époux. Je faisais mon devoir d’épouse et encore à contre cœur. Je n’aimerais jamais William, si j’éprouvais un très grand respect pour lui et je l’aimais beaucoup en tant que mari et femme. Certains actes, certains événements ne pouvaient s’oublier. Avec William, la situation serait toujours délicate entre méfiance et devoir. Trop de choses nous séparaient, et son admiration pour sa mère était trop grande pour que j’aie pleinement confiance en lui. En attendant, malgré tout ça, j’essayais de ne pas lui poser de problèmes outre mesure. J’agissais comme on attendait que j’agisse. Pour le moment, je n’avais fais aucuns faux pas. Et il fallait avouer que c’était bien de ne pas avoir la crainte d’avoir fais quelque chose qui ne fallait pas. C’était agréable. Pour avoir Torben, je devais continuer et si cela réussissait aussi à William c’était un bon point. Je lui avais causé beaucoup d’ennuies, le pauvre… J’aurais du y penser avant, que je serais promise au prince. Moi, pupille de la reine c’était certain maintenant que j’y repensais c’était inévitable. William me fit tomber sur la couverture, il s’amusa avec mon visage. Cela ne lui ressembla pas d’être doux et de prendre son temps comme cela. Il me fit surpris, je trouvais cela mignon et surprenant de sa part. Limite, je ne trouvais pas cela naturel et je pensais qu’il allait essayer de m’amadouer.

    « Je suis moi-même, je suis comme je dois être. Je te poserais moins de problèmes en étant docile, tu sais. Mais, à l’avenir je tâcherais d’être un peu plus sauvage si c’est ce que tu désires. Pas maintenant cela dit, laisse moi un peu de temps pour me faire à cette nouvelle situation. »


Je ne tenais pas responsable William de ce mariage non… mais l’après mariage, si. Je n’oubliais pas ce qu’il s’était passé sur le canapé. Il me faudrait un peu de temps pour « pardonner » à William, l’obligation de la nuit de noces. Je ne voulais pas me remémorer ce moment. Il attrapa une goutte de sang avec sa langue, et fit tomber quelques gouttes dans ma bouche. Il fit couler dans ma bouche de ce délicieux nectar. Je fis les gros yeux, les effets se firent immédiatement ressentir. Quel vil ! Il se servait de ma faiblesse pour le sang pour m’avoir. Je ne savais pas me retenir, le désir du sang était trop grand et c’était quelque chose que je ne savais pas encore bien maitriser. Certaines gouttes glissèrent le long de mon cou, il les rattrapa avec la main pour ne pas me salir.

    « C’est un pur hasard à mon avis. » Il me fit quelques baisers dans mon cou. Je l’arrêtais délicatement, je déposais mes lèvres sur les siennes. Je l’embrassais tendrement, baisers remplit de sang. Je passais ma langue sur mes lèvres pour enlever le sang. « Je vais rentrer je crois. Merci pour ce pique-nique en tout cas, c’était très agréable. Cela nous a permit de parler de l’avenir, la dissidence, et de se retrouver un peu loin du manoir.»


Je me relevais doucement, en mettant William sur le côté. Je rangeais ma coupe à présent vide, tâchant de me calmer. Même si c’était pour me « mettre hors de moi » et que ça en devienne que plus intéressant c’était triché. Il se servait du sang, en effet c’était un bon moyen de m’avoir toute entière à lui et de me modeler à sa guise. Même si cette méthode ne me plaisait guère, j’avoue que ce court moment m’avait plu. Jouer avec le sang, sentir les gouttes coulés de ma bouche à mon cou – ça avait un certain côté sensuel et charnel. Je m’éloignais de quelques pas, nous allions rentrer. Je devais voir avec Hannah pour qu’elle me guide à la Pomme du Diable, j’irais voir un peu plus tard. J’allais prendre mes nouvelles fonctions, et restais discrète face à la dissidence. Je devais me ressaisir, et cessait de me laisser dépérir. Ce nouveau travail allait me faire le plus grand bien puisque la reine n’avait plus confiance en moi en tant que vampire de main. Je devais lui prouver – à nouveau – ma valeur. Je ne devais plus la décevoir. Je ne voulais plus voir Torben souffrir, et encore moins par ma main. Il n’en était pas ressortie indemne, moi non plus d’ailleurs. Tellement d’épreuves et de supplices, il fallait tourner la page et passait à autre chose. La Pomme du Diable serait un nouveau moyen de voir autre chose, et d’oublier ce passé si douloureux. A moins de faire en sorte de ne pas le rendre encore plus douloureux à l’avenir. Etre docile, c’était la clé j’en étais persuadée.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un pique-nique au clair de lune [Livre 1 - Terminé]   Dim 6 Mai - 4:28

Elle-même … Mais il le désirait ardemment. Il n’aimait guère que ce soit trop facile. Il lui fallait toujours un défi. On avait l’impression que la facilité déprimait notre cher Prince vampire intelligent, rusé. Il haïssait les femmes se laissant dominer telles des potiches. Puis, nous étions au 21e siècle : ce temps-là fut terminé depuis bien longtemps. Il détesta ce genre d’attitude probablement depuis son humanité. Peut-être à cause de sa mère … Ce fut son premier modèle. Elle avait toujours été un peu plus forte que la plupart des autres femmes. L’enfant qu’il était l’admirait énormément. Peut-être fut-il la raison pour cette déprime il y a de cela des siècles.

Certes, oublions cette vie et passons à la véritable. Celle que William aimait. Il avait sourie. Pour lui, elle le ferait. C’était parfait. Il ressentit la douce caresse du baiser de Jana en ses lèvres. Fermant les yeux lentement, il le lui redonna pour ne ressentir à la suite plus rien. Elle se fut éloignée et il fut repoussé. Sur son côté, William observa Jana se lever sans pouvoir y faire quelque chose. Un soupir léger sorti d’entre ses lèvres. Oui, ils discutèrent de la dissidence et d’eux. Penchant le regard vers le sol, il tâcha de trouver une idée … Une idée qui ferait pencher Jana en sa faveur. Rien n’aboutit, pas ce soir. Alors, il remonta ses yeux marron en direction du ciel d’un noir d’encre en lequel on apercevait les étoiles, cette magnifique pleine lune.

- D’accord … Je ne te forcerai pas plus ce soir alors.

Dit-il finalement pour enfin se relever de manière si élégante pour en faire fondre deux douzaines de jeunes filles au moins. La coupe resta en la couverture de soie blanche. Notre Vampire alla serrer la taille de sa femme entre ses bras. Il n’abandonnerait pas non. Il penserait à cette idée. À Torben Badenov. S’il promettait ce dernier à Jana, il l’aurait. Un sourire souffla en direction de la jeune Vampire. Mais en même temps, cet emploi à la Pomme du Diable les rassemblerait aussi. Ils seraient plus unis et … Enfin, peut-être le lieu deviendrait une espèce de refuge des Dissidents. Dur. Belle Angeline Renard lui revint en tête si subitement.

Laissant le tout ici, les serviteurs humains s’en chargeraient, il repartit vers le manoir Jana au bras. Il lui fallait régler ce différend avec Belle. Certes, il avait la nette difficulté à pardonner à cette dernière. Quand vous voulez la paix, vous ne faites pas la guerre. Et ce fut ses gestes. Elle attaqua deux humains. Ce crime ne resterait pas impuni pour sûr. Il allait faire payer Belle et dédommager les deux victimes. Fier, William agissait pour les Vampires, pour sa mère en faisant son travail de Sheriff. Il allait redorer son blason tout comme sa réputation. Puis, allait venir la mission Maryana Wathereey. C’était aussi un moyen à William pour redorer sa réputation auprès du Roi et de la Reine. Il allait prendre une initiative pour le bien des Vampires comme celle qui le mena au poste de Sheriff de Glasgow.

C’était clair en son esprit ou presque. En tout cas, pour le moment cela l’était.



FIN du Rp
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un pique-nique au clair de lune [Livre 1 - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Un pique-nique au clair de lune [Livre 1 - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un pique-nique au clair de lune [Livre 1 - Terminé]
» Edition Clair de Lune
» Un rendez-vous au clair de Lune [PV Melody]
» Pratiquant la magie au clair de lune...
» Pique-nique improvisé [ PV Nora & Irving]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: Alentours :: Forêts
-
Sauter vers: