AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Show me all the things that I should'nt known [Livre 1 - Terminé]
MessageSujet: Show me all the things that I should'nt known [Livre 1 - Terminé]   Lun 9 Jan - 0:24

Dans les brumes de son esprit, il percevait une faible sonorité. Il était trop occupé à grimper les escaliers deux par deux pour s'en soucier. Le bruit se fit plus présent. L'obligeant presque à se boucher les oreilles mais ça ne le ralentissait pas. Il continuait de monter les échelons tandis que les cris se faisaient de plus en plus présents. Il ne pouvait plus les nier, ça le perturbait. Il loupa une marche et se mit à tomber sans fin. Rien ne pouvait le réceptionner car il n'y avait rien sous ses pieds. Dans un sursaut, Camille ouvrit les yeux alors que ses muscles s'étaient relâchés puis recontractés. Un fichu cauchemar & cet abruti de réveil qui lui explosait les tympans. Il poussa un juron dans sa langue maternelle en voyant l'heure. 7H00 du matin. Il n'avait dormi que 2 heures... Pourquoi diable l'avait-il réglé avant de s'endormir ? Il porta son poing à l'engin mais le fit tomber ce qui fit redoubler d'intensité les couinements de la bête. Super. Il se redressa avant de s'abaisser pour le ramasser. Il appuya lourdement sur le bouton coupant définitivement l'agression sonore. Puis, il repartit vers l'arrière dans son oreiller. Il avait tué sa grasse matinée volontairement, bravo. Alors qu'il s'apprêtait à repartir dans les bras de Morphée, un souvenir de la veille passa furtivement dans son esprit et il se rappela qu'il devait déposer de l'argent chez Cora. Si il voulait effectuer sa transaction sans qu'elle ne le voit, c'était le moment. Bon c'était pour la bonne cause, il devait faire un effort. Il pourrait toujours revenir après & se recoucher. Ce cheminement lui permit de se lever sans trop tarder.

Il bailla tout en s'étirant. Il s'extirpa de ses draps et s'accorda juste un instant de répit en s’asseyant au bord du lit. Il passa machinalement ses paumes sur son visage pour le défroisser. C'était vain. Il n'avait eu droit qu'à 5 heures de sommeil ces trois derniers jours. Autant dire qu'il était entrain d'atteindre ses limites physiques. Il pouvait encore tenir un peu néanmoins. D'un bond, il se hissa sur ses jambes & emprunta le chemin menant à son living en évitant de tirer les rideaux. Chose qu'il regretta amèrement alors qu'il pénétrait dans son salon. La lumière l'aveugla durant un court instant le forçant à tituber un peu, il faut dire que les tons dominants de ses pièces allaient vers le blanc. Il se prit le coin de la table basse et s'insulta dans les deux langues. Il se frotta frénétiquement le tibia pour atténuer la douleur et atterrit dans sa cuisine en sautillant sur son autre jambe. Il s'empara de la cafetière et se mit à préparer le filtre. Il se trompa trois fois dans son dosage de café et finit par abandonner. Tant pis, si il en avait fait pour tout le quartier, il lança la machine. Un autre bâillement vint lui étirer la mâchoire tandis que les doux cliquetis de l'appareil préparant sa dose de caféine berçait l'atmosphère. Il manqua de se rendormir sur le plan de travail et finit par se donner de petites tapes. Pour se maintenir éveillé, il ouvrit l'armoire & prit son mug préféré. L'allure de sa tasse le réconforta au milieu de cette matinée déjà foireuse. Au moins, l'héros de l'étrange noël de Monsieur Jack lui souriait & c'était toujours ça de pris.

La cafetière lui annonça qu'elle en avait fini avec sa super dose de grains et Camille lui en fut reconnaissant. Il se servit enfin le breuvage rêvé & prit le temps de poser ses mains contre le récipient bien chaud désormais. Alors qu'il allait tout bonnement l'engloutir sans autre préambule, quelqu'un sonna à sa porte. D'un coup d’œil, il observa l'heure sur son four à micro ondes. 7H20. Qui ça pouvait bien être à cette heure-ci ? Le facteur peut être ? Il évalua sa tenue. Il ne portait qu'un dessous de pyjama noir & c'était presque indécent d'ouvrir dans cet accoutrement. Bah, c'était qu'un livreur de courrier, pas le Reine d’Angleterre. Il garda au creux de sa paume gauche son précieux café et s'avança vers la porte. En passant devant le miroir de l'entrée, il jeta un regard à son reflet. Ouais pas terrible. Il était presque effrayant. Des cernes de trois kilomètres bien ancrés, ses cheveux en pétard. Le risque qu'il prenait c'était de faire fuir le gars et de ne plus jamais recevoir ses lettres. Malgré ça, il décida d'ouvrir la porte, oui, il vivait dangereusement. Il bu une gorgée rapide de caféine, histoire de pouvoir tenir des propos cohérents. « Bonjour, merci, aurevoir », ça suffirait.

Manque de pot. L'entrée dévoila tout sauf un facteur grincheux. C'était une jolie jeune femme. Une jolie jeune femme qui portait la même odeur que lui. Il sourit bêtement croyant à une farce. Ça sortait sûrement de son imaginaire endormi. Puis, il cligna des yeux, s'attendant à voir le mirage disparaître. Mais elle se borna à rester devant ses yeux. Non, c'était impossible. Il devenait être le seul, pas vrai ? Il avait du se rendormir dans la cuisine voilà tout. Mais oui, il avait fini par s'assoupir sur le carrelage près de la cafetière. Si il se concentrait un peu peut être qu'il parviendrait à sortir de ce coma. N'empêche que pour un rêve c'était vachement réel. C'est alors qu'elle parla.

La vache, c'était réel. Il n'avait jamais rien ressenti de pareil. Comment était-ce possible ? Il avait vécu et grandit en se croyant isoler. & pourtant, elle se tenait là face à lui. Comme une Vérité qui vient vous poignarder au moment où vous vous y attendez le moins. Camille resta bouche bée et manqua de renverser son café. Il rattrapa de justesse son geste. Il resta paralysé face à sa visiteuse matinale, incapable de débloquer son cerveau, sa langue ou son corps. Ses membres refusaient tout bonnement de lui obéir. Si il savait ce qu'elle était. Elle savait ce qu'il était. C'était grisant &... Effrayant. Il se sentait mis à nu. & il fallait avouer que fringuer comme il l'était, ça ne l'aidait pas vraiment.


Dernière édition par Camille Fontayn le Dim 15 Jan - 23:13, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Show me all the things that I should'nt known [Livre 1 - Terminé]   Lun 9 Jan - 2:24

Allait-elle se taire? Pourquoi fallait-il toujours qu'elle ne cesse de jacasser? Un rien l'amenait à débiter un flot de paroles inintelligibles. Juste des mots prononcés les uns après les autres, sans réel coordination et lien entre eux. Une chorégraphie contemporaine auquel Tanwen ne trouvait aucun sens. Sûrement ne cherchait-elle pas à le faire. Quelle heure était-il? À peine six heures? Son esprit n'était pas des plus clairs. Le café quotidien n'avait encore fait son effet. L'adorable petite molécule qui le composait n'avait encore réussi à exciter son encéphale. Une sorte d'ours, voilà ce qu'était la policière dès que ses paupières s'ouvraient. Grognements, sarcasmes ou regards meurtriers s'offraient en importante quantité. Collègues et voisins l'avaient assimilés. Quel fou se risquerait à venir l'affronter avant que huit sonneries du clocher ne retentissent? On lui lançait de timides salutations mais on ne tentait d'ouvrir une discussion. Une double personnalité? Après tous, ne devenait-elle pas une des créatures les plus souriantes une fois que ses neurones décidaient de s'activer? Mauvaise langue! La jeune femme n'avait aucun souci psychotique ou névrotique, peut importe! Elle se savait facilement irritable quand le jour se levait et n'ignorait en aucun cas que son entourage en avait conscience. La jeune femme tentait de prendre sur elle même en évitant tout contact et espérait qu'on en fasse de même. Une sorte de respect mutuel! Une règle implicite que ne souhaitait pourtant pas vouloir intégrer cette satanée concierge. Elle attendait la policière, cette dernière en était sûre. Régulièrement, la gardienne attrapait Tanwen alors que celle-ci s'en allait soit au travail soit pour son jogging matinal. De simples badineries suivaient des bavardages incessant. Sur le temps, l'état des lieux ou encore de vulgaires racontars. Prend-part? La métamorphe n'en voyait l'utilité! Un manque d'intérêt total se lisait dans son regard. Se montrer désagréable? Pardis! Combien de fois avait-elle tenté de le faire? En vain!

Aujourd'hui était novateur. La vie extraconjugale des habitants du premier n'était plus le sujet favori de cet commère. Comme souvent lors d'affaire importante et médiatisée, la pie aimait les abordés auprès de Tanwen. Peut-être que cette voisin pourrait lui donner quelques informations intéressantes? Et elle pourrait alors s'en vanter auprès de ses amies. Evidemment que la jeune femme ne le faisait pas! De toute façon elle n'avait jamais l'occasion de placer un mot! Et quand bien même aurait-elle pu le faire, elle n'en aurait eu l'envie. À quoi bon faire courir des murmures? Ce ne serait professionnel. Puis la demoiselle ne voudrait devenir complice d'une pareille femme. Pourtant, les dires de cette dernière réussirent à éveiller légèrement l'esprit de la demoiselle. Oui, cette policière venait bel et bien de quitter l'immeuble sans même prononcer un seul mot. Les conventionnalités sont tellement ennuyantes....Quelques pas rapides et la voilà qui s'élance dans une course assez lente. Oui, elle pourrait ne rien faire alors qu'elle est en jour de congé mais la jeune femme n'a jamais été une lève tard. Puis elle sait que l'air frais ainsi qu'un peu de sport la réveilleront. Et elle se doit d'avoir ses aptitudes cognitives en parfait état de marche. Ne compte-elle pas se renseigner sur cette saugrenue histoire qui ne semble pas vouloir trouver de finalité? Encore un coup des fervents adorateurs des vampires, sans aucun doute, mais elle manque de preuve. Et surtout de suspects. Des heures supplémentaires? Tanwen ne le voit ainsi. Son métier étant un véritable passe-temps.

Ah, vous voilà bien curieux! Ce qui avait animé l'écossaise? Les journaux parlaient depuis bien des jours d'un cambriolage dans de grandes banques. Une affaire qu'on ne lui avait pas attribué puisque bien trop importante pour une petite inspectrice. Non, ce n'était pas la frustration qui l'avait agité mais un terme ou plutôt une désignation. Arsène Lupin...Tanwen en avait un autre sur les bras. Qui n'avait rien à voir avec les délits si fascinants pour la population. Ses collègues avaient tentés de faire un lien mais aucun n'avait pu être réellement réalisé. Au grand soulagement de la jeune femme. Ce voleur là, elle souhaitait le mettre d'elle même derrière les barreaux. Cela aurait pu être tellement simple...Après tous, n'en connaissait-elle pas son identité? Des heures de recherches sous forme animal notamment, à errer dans les rues ou suivre des odeurs laissées sur les lieux des larcins, remontant ainsi des pistes lui avait permis de mettre un nom sur un criminel doué pour ne pas se faire attraper. Qu'attendait l'agent? Un indice qui n'aurait pas eu besoin de longues explications. Et qu'elle révèle l'existence de son espèce. Oui, comment expliquer la présence de plumes chez certaines victimes? De plus, quand bien même oserait-elle affirmer que le voleur pouvait se transformer comme bon lui semblait en volatile, qui la croirait? La présence de vampire était déjà trop dur à supporter pour certains humains...Et ils aimaient encore s'amuser à se refuser l'évidence. Pitoyables êtres.

Si Tanwen ne savait que faire? Elle avait longtemps bloqué jusque maintenant. Une sorte d'illumination s'était faite. Et après plus d'une demi heure de course, elle revint à son modeste appartement. L'eau de la douche ne tarda pas à résonner dans celui-ci tandis que la cafetière oeuvrait à nouveau. Odeur de savon et de café se mélangèrent pour former une drôle d'harmonie. La policière se sécha rapidement pour enfiler une tenue plus confortable qu'un peignoir. Jean, basket et simple t-shirt...Ses goûts vestimentaires étant des plus simples. Et tandis qu'elle s'offrait une nouvelle dose de caféine, elle vérifia à nouveau l'identité de son suspect ainsi que son lieu de résidence récemment découvert. Camille Fontayn...Si elle avait une idée de qui pouvait bien se cacher derrière pareil patronyme? Pas vraiment.Un homme lui avait-on dit. Charmant d'après ses voisins. Et ses informations se résumaient à de rapide description du caractère de ce dernier. Aucun ne l'auraient vu en criminel. Il savait brillamment cacher sa véritable nature. Un être intelligent? Parfait! Il était difficile de s'amuser avec des imbéciles. Enfin...Tanwen y prenait moins de plaisir.

Il ne fut guère de temps à la jeune femme pour rejoindre le somptueux immeuble où résidait ce qu'elle aurait pu appelé un frère de race. Bien que le terme soit assez lourd...Le digicode ne lui posa aucun problème. Non! Elle ne trafiqua pas la machine, elle en était incapable! Ne la surestimée pas même si cela est flatteur. Elle avait eu la joie de pouvoir observer les habitants du bâtiment le taper quand elle les interrogeait. L'écossaise ne savait alors encore qu'en faire. Mais il pouvait se révéler utile. Ce fut dans un élan de modestie que Tanwen se félicita d'avoir pensé à ce qui aurait pu sembler être une broutille. Ne restons pas bloqué au rez-de-chaussé! Elle même ne comptait pas le faire. Après avoir regardé l'étage à laquelle résidait ce drôle de cambrioleur, elle s'engouffra dans l'ascenseur. Et eu tout le temps d'en apprécier le luxe. Oui, la demoiselle pouvait se laisser aller à des superficialités. Son sérieux revint tout de même quand les portes de l'élévateur s'ouvrirent pour qu'elle puisse passer dans un couloir trop luxueux à son goût. Les criminels ne faisaient jamais dans l'humilité! Tous comme les riches. Ce qu'ils faisaient, ce qu'ils avaient, ils se devaient de le montrer. Cela ne devait-il pas être lassant?

L'odeur du métamorphe la guida jusqu'à sa porte. Ce fut sans hésitation que la celte sonna. Surprise? Quel doux euphémisme! Elle ne s'attendait pas à voir un jeune homme lui ouvrir. Et à sa senteur, il ne pouvait être que ce cher Camille. Pourtant ce ne fut des yeux ronds qui s'afficha sur le visage de l'inspectrice mais un immense sourire amusée. L'air bêta de son voleur ne pouvait la laisser de marbre. Voilà, elle allait pouvoir commencer à le taquiner.
Arborant une fausse mine intéressée, elle le regarda de haut en bas et sourit de plus bel.

"Et bien...Je n'avais jamais fait un tel effet à un homme. Un bel homme qui plus est. Et moi qui m'attendais à voir un quadragénaire bedonnant."

Sans aucune gêne, Tanwen entra légèrement dans l'appartement, empêchant ainsi le criminel de refermer la porte si l'envie lui en venait. Son index se posa sous le menton de son interlocuteur pour remonter doucement sa mâchoire et lui enlever cet air béa qui ne lui allait vraiment pas. Comment? Se rincer l'oeil? Elle? D'accord, elle l'avouait. Mais comme elle l'aurait affirmer dans un élan de philosophie imparable et d'une profonde sagesse, si elle avait des yeux n'était-ce pas pour regarder?

"Il t'en faut peu pour te surprendre mon canari. Je m'attendais à ce type d'attitude quand je t'aurais montré ce magnifique petit bijou."


Sa main plongea dans sa poche et en ressorti un insigne de police. Et la malice en vint à s'émaner de tous l'être de la demoiselle.

"Rassures toi, je ne suis pas là pour te boucler. Mais avant toute chose, tu ne comptes pas m'inviter à entrer?"


avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Show me all the things that I should'nt known [Livre 1 - Terminé]   Lun 9 Jan - 22:36

Elle l'effleura du bout du doigt comme pour souligner cette vérité qui ne semblait toujours pas l'atteindre. Camille n'eut même pas le réflexe de reculer, fasciné par ce contact. De plus près, elle était encore plus jolie et ça ne l'aidait pas vraiment à reprendre contenance. Il aurait voulu lui dire quelque chose mais il n'y parvenait pas. De toute façon, elle finit par le devancer. Le retour à l'âpre et dur réalité. Son insigne fila devant ses yeux tandis qu'au même moment, Camille blêmit à vue d’œil. Merde. Merde. Merde. Un flic. Pire, un inspecteur. Il était fait comme un rat. Son estomac se contracta douloureusement et il serra sa tasse avec un peu plus d'intensité. Pourtant, ça n'était pas le moment de perdre pieds. Il se devait de lui tenir tête. Deux révélations et pas des moindres tout ça en moins de 5 minutes. La matinée du Siècle. Il s'écarta lui laissant la voie libre. Elle pénétra dans son appartement. Il ferma derrière elle et resta juste quelques secondes près de la porte. Dans l'immédiat, elle n'avait aucune preuve tangible. Bon ok, elle savait qu'il était métamorphe. Elle avait fait le lien entre les cambriolages et sa personne. Bon ok, elle avait également parlé de canari ? Moyen peut être ironique de présenter les choses. Elle savait déjà en quoi il se transformait habituellement. Bordel. Il était fichu. Bon, ne pas céder à la panique. Elle lui laissait un peu de répit. Ça pouvait être relatif. Un peu de temps, quoi une heure, une journée, un mois ? Bon sang. Si seulement il pouvait lire dans la tête des gens.

Camille finit par gagner la cuisine tandis que son hôte trouva asile dans le salon. Il ne doutait pas qu'elle trouverait de quoi s'y occuper. Elle devait sûrement être entrain d'analyser tous les recoins visibles de cet appartement et il ne l'empêcherait pas. Il ne ramenait aucun de ses butins chez lui. Donc elle pouvait fouiller autant qu'elle voulait les placards. Ici, c'était la demeure de Camille Fontayn, riche héritier, fils à papa. La couverture ne servait pas à grand chose si elle l'avait percé à jour mais ça la ralentirait peut être. Avait-elle des arguments irréfutables à part la certitude de leur espèce commune ? Nom d'un chien. Il était quand même fichu. Il s'empara d'une seconde tasse mais déséquilibrée par une de ses congénères, la porcelaine fut réduite à néant au sol. Camille s'insulta mentalement pour la seconde fois de la journée. Si c'est comme ça qu'il devait la jouer self control, c'était mal parti. La ramassette reposait dans un coin de la pièce et il s'en empara. Il collecta les morceaux gisant au sol et les vira à la poubelle. Au moins, il ne s'était pas coupé. Ça relevait du miracle aujourd'hui. Il reprit un autre mug et versa du café dedans. Avant de l'apporter à l'inspecteur, il jugea nécessaire d'enfiler un t-shirt. Inutile de se pavaner davantage torse nu. Il ne pensait pas pouvoir la séduire pour gagner sa confiance. Ça serait même stupide de jouer sur ce plan là. Sa fatigue ralentissait les mécanismes de sa réflexion. Il fonça dans le salon n'accordant aucun regard à la jeune femme et gagna sa salle de bain, il enfila le premier t-shirt blanc qui était à sa portée. Il retraversa la salle sous le regard de la policière. Enfin, il amena les deux breuvages, le sien et celui destinée à son invitée. Il disposa les deux récipients sur la table basse composée de métal & de verre. Le bruit cristallin des tasses heurtant la vitre se percuta à son mutisme. Avant de prendre place, néanmoins, il dénoua enfin sa langue.

« Je ne sais pas si vous désirez du lait ou du sucre avec votre café ?»

D'un pas déterminé, le métamorphe repartit vers ses étagères pour en sortir le sucrier. Il l'apporta dans le living. Avec tous ses allers-retours inutiles, Camille finit par s'asseoir, un peu plus épuisé encore qu'à son réveil. Il but une longue gorgée de café. Tentant, de rétablir un semblant de communication entre ses neurones. Il devait pouvoir réfléchir. Il le devait. La lumière s'intensifia à mesure que le Soleil prenait de l'amplitude. Les murs blancs renvoyait directement la vivacité de ces rayons faisant luire les canapés en cuir noir. Rien dans cet appartement ne permettait de déceler la personnalité du jeune homme. C'était voulu. La déco était rudimentaire. De l'art abstrait sur les murs, des sculptures stylisées et une gamme de tons oscillant entre le noir et le blanc mais également décliné dans les gris. Neutre. Rien de cet environnement ne reflétait ses goûts et il se félicita de ce choix désormais. Si elle devait l'étudier pour le coincer, ça n'était pas avec cet intérieur qu'elle pourrait grignoter une partie de sa psychologie. Les aiguilles de l'horloge disposée au dessus de son téléviseur, lui indiquèrent que son escapade chez Cora semblait compromise. Merde. Elle avait besoin de ce fric pour survivre. Il se demandait même comment elle avait fait jusque là pour y arriver sans qu'il ne l'aide dans l'ombre. Tant pis, il réfléchirait à une autre façon de procéder. Après avoir reprit un peu de punch, il accrocha un sourire à ses lèvres tout en déposant son breuvage sur la surface la plus proche.

« Bien inspecteur, que puis je pour vous ? »

N'ayant en aucun cas réagit à la provocation antérieure de son interlocutrice, il se permit de jouer la carte de l’innocence. La fatigue pouvait avoir jouer sur ses facultés n'est ce pas? De plus, le choc de la savoir métamorphe à lui seul suffisait à expliquer qu'il soit rester muet jusque là. Il chercha frénétiquement son paquet des yeux pour finalement le saisir. Il en avait bien besoin. Avant d'ouvrir l'emballage, ses yeux cillèrent vers son interlocutrice.

« ça vous dérange si je fume ? »

Autant ne pas l'incommoder. Ou du moins lui laisser le choix.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Show me all the things that I should'nt known [Livre 1 - Terminé]   Mar 10 Jan - 0:49

L'inviter à entrer...Notait-il que la jeune femme se moquait ouvertement de lui? N'était-elle déjà pas à l'intérieure de l'appartement? Certes, seulement quelques centimètres la séparait du couloir mais le mal était déjà fait. Il pouvait la repousser, elle ne lui en voudrait pas. Mais ce cher Camille ne donnait l'impression qu'il avait envie d'utiliser la force. Ni quoi que ce soit d'autre. Son esprit n'avait pas plus d'activité. Oh oui, Tanwen se délectait de cette situation, elle ne pouvait le nier. Et si le criminel était un brin psychologue il aura sans doute pu le voir dans son regard. Oui, il pouvait parfaitement l'analyser derrière cet air d'ahuri. D'accord, c'était fort improbable. Il semblait des plus stupéfaits. Il était fort improbable qu'il réfléchisse à l'instant même. Tiens d'ailleurs, qu'est-ce qui pouvait tant le mettre dans cet état? La vue d'une femme? Le sourire de la policière s'intensifia. Vu le beau morceau qu'il était, elle ne pensait à aucun moment que la gente féminine se refuse à lui. À moins qu'il ne soit gay? Quel gâchis! Sincèrement! Mais cela expliquerait pourquoi il venait de se tétaniser si cette piste était la bonne. La métamorphe avait entendu dire que ce type d'homme craignait souvent le sexe inférieur. Pour des raisons souvent sombres...Puis une autre idée était venue effleurer son encéphale. Bien moins emplie de préjugés négatifs! Ah non! La jeune femme n'avait rien contre ce genre de sexualité! Mais si elle osait affirmer telle pensée à haute voix et se trompait, elle savait que sa victime ne l'apprécierait guère.

Pour revenir à son autre piste...L'écossaise le soupçonnait d'être étonné de trouver un compère. Le peu des métamorphes qu'elle avait pu rencontrer au cours de sa petite existence se pensait être les uniques. Comme des élus de Dieu. Et souvent, ils ressemblaient à ses pitoyables personnages de comics, se pensant incompris et incompréhensibles. Des torturés agaçant qui n'aimaient pas vraiment qu'on leur dise qu'ils n'étaient pas authentiques. Bon certains y voyaient une sorte de famille mais ils devenaient rapidement collant. Et tous étaient surpris de se découvrir des compères. Au point de devenir statue? Oh chacun avait sa façon de s'exprimer, le cambrioleur aimait l'exagération. Trait de personnalité qui s'accordait parfaitement avec cet immeuble luxueux et trop pompeux. Quoi que...L'appartement dans lequel elle venait de pénétrer était assez simple.Intéréssant? Bien sûr que oui! Ce jeune homme serait peut-être un peu plus compliqué à comprendre qu'il n'en avait l'air. Ah précisions évidemment, il s'était effacé pour la laisser entrer dans sa demeure. Elle supposait donc qu'il n'avait rien à cacher ici. Quelle poisse! Tanwen ne trouverait rien ici. Enfin elle n'en était pas sûre....Autant le vérifier non?

Tandis que le jeune Arsène Lupin s'agitait en cuisine, la celte marcha dans le salon, cherchant la moindre photo. Oh elle ne trouva rien d'intéressant. Alors elle se permit d'attraper le téléphone pour vérifier les noms inclus dans le répertoire de celui-ci. Le noter? Mentalement, mettre des mots sur un papier et voilà qu'ils devenaient une preuve dans une quelconque histoire! Son sens du sans gêne opérait intensément. De toute façon, Camille ne la voyait pas. Il était bien trop occupé à balayer le sol. Son stress devait imprégner tout le quartier. Et la flic s'en délectait. Une peste, Oh, ne savez vous pas vous amusez? Elle ne faisait rien de mal. Puis elle ne faisait que s'en prendre à un voleur, ce n'était pas comme si il faisait parti des honnêtes gens. Il illuminait presque la matinée de la demoiselle! Elle avait oublié sa mauvaise humeur matinale! Un exploit dont il pourrait se vanter si un jour il venait à prendre conscience de la créature abominable qu'elle était au réveil. Ce qui n'arriverait pas...Vous ne rêvez pas, la métamorphe était bel et bien en train d'ouvrir les tiroirs des tables basses. Ce qu'elle y trouva? Rien d'autres que des télécommandes ou des bouts de papiers sans intérêt. Déçue? Arrêtez de penser que la moindre difficulté l'agaçait. Au contraire, Tanwen aimait les défis.

"Un café financé par le larcin! Je vais pouvoir découvrir la saveur qu'à la malhonnêteté!
"

Le canapé avait fini par l'attirer. Et le jeune français l'avait rapidement rejoint avec une tasse à la main. Il savait accueillir, un bon point pour lui. Et de la caféine! Déesse de tout fonctionnaire. Un hasard? Allez savoir! La demoiselle ne resta pas dessus. Sans répondre à la question de son hôte, elle s'empara d'un sucre avant de l'immerger dans l'or noir. Qu'elle porta à ses lèvres. Elle nota qu'il venait de mettre un t-shirt. Ah donc il était pudique? Un élément important. Tout était important pour la métamorphe. Comme ce petit coup d'oeil sur l'horloge qu'avait pu avoir sa cible. Il avait donc quelque chose à faire? Et bien Tanwen se ferait un plaisir de le retarder autant que possible. D'un vague geste de la main, elle lui signala qu'il pouvait tout à fait fumer.

"Mon poussin, quand tu cambrioles fais attention! Tu mets à disposition des enquêteurs trop d"indices. Qui sait, tu finirais peut-être par y laisser des plumes?"


Elle se permit encore quelques gorgées du breuvage et un temps de silence avant de repartir dans ce qu'elle esperait ne pas être un monologue.

"Tu te pensais unique. D'où ta surprise en me sentant. Pitié d'y moi que c'est la raison de ton étonnement, je serais déçue que l'autre solution soit correcte."
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Show me all the things that I should'nt known [Livre 1 - Terminé]   Mar 10 Jan - 18:34

Camille alluma sa cigarette en ne perdant pas une seule miette du monologue que lui servit son invitée. Avec un peu de caféine et désormais de nicotine dans le sang, il pouvait raisonner comme un être humain. Hé bien, métamorphe & en plus, agaçante. Non pire, du rentre dedans. Une beauté qui ne lésinait par sur l'intimidation. Quelque chose lui disait qu'il n'était pas au bout de ses surprises. Ok, il avait foiré jusqu'ici mais la partie ne faisait que commencer. Il sourit de plus belle à cette perspective.

«  Je me ferais un plaisir de vous répondre mais j'aimerais beaucoup savoir qu'elle était cette seconde solution. »

Le jeune homme se leva pour attraper un cendrier puis se rassit aussi sec. Il ne perdait rien à lui avouer cette vérité là alors autant ne pas gaspiller du temps inutilement. Rencontrer quelqu'un de son espèce le déroutait mais une partie de lui se sentait étrangement apaisée. Drôle de sentiments. Il devrait démêler ça plus tard.

« Il se pourrait, effectivement, que vous soyiez la première personne que je rencontre qui partage ces facultés. Je m'excuse pour mon effarement, c'était impoli de vous accueillir de la sorte. Mais vu l'heure à laquelle vous avez décidé de me tirer du lit, vous comprendrez que mes capacités n'étaient pas vraiment sous leur meilleur jour il y a quelques instants. »


Si elle lui avait parlé comme on cause à un enfant abruti, pris sur le fait, il lui servait les discours pompeux des gosses de riches bien éduqués. De la mièvrerie et des termes complètement ennuyeux. Pouah. C'est qu'il devait presque se forcer à débiter des âneries pareilles. Pourtant, ça avait été son Univers depuis sa naissance. Les réceptions, la bienséance, le paraître, la perfection, le luxe... Au moins en quittant la France, il avait réduit à néant – quoique connaissant sa mère c'était plutôt post posé l'événement – les projets de mariage arrangés. Il espérait sincèrement échapper à ce dessein noir. Être emprisonner dans une relation pareille, non merci. A ce genre « d'Amour », il avait déjà donné. Si ses parents savaient que leur fils prodige ne se délectait pas d'une grammaire sans tâches et favorisait l'argot au bon anglais d'usage... Ça ne leur plairait sûrement pas. Mais vu le merdier dans lequel il s'était jeté à corps perdu ses derniers mois, les défauts de langage passaient au second plan. La seule chose qui importait était la couverture. En tout cas, c'était toujours mieux que de s'avouer vaincu. Étudiée, travaillée et affinée avec l'âge, cette paroi qu'il avait dressé entre lui & les autres personnes mortelles était censée stopper les plus machiavéliques d'entre eux. Avec ses traits harmonieux et son sourire ravageur, il avait du mal de se dire que cette nana lui était néfaste. & pourtant il aurait dû le savoir à force de côtoyer Krystel Raybrandt. Le charme & le danger flirtent ensemble inconditionnellement.

« Néanmoins, je suis enchanté de faire votre connaissance.  »


Il vida sa tasse d'un trait, laissant la saveur de moka flotter un peu sur son palais avant de remettre sa cigarette en bouche.

«  Pour ce qui est des plumes je n'ai pas vraiment saisi toutes vos allusions. Vous avez parlé de cambriolage ? Est-ce la raison de votre venue ? »


Le métamorphe plissa légèrement ses sourcils en signe de tristesse et lui offrit une moue déconfite. Quel chagrin de ne pas avoir été contacté par quelqu'un de son espèce juste pour le plaisir de la rencontrer n'était-il pas ? Ensuite, il haussa les épaules en signe d'incompréhension sincère... Ahem.

«  Je crains fort que vous ne fassiez fausse route. Je suis navré de vous annoncer que je ne suis pas votre poussin... J'adorerais l'être croyez moi. »


Il lui coula un regard un peu provocateur puis tira une nouvelle bouffée sur sa clope.

«  Mais malheureusement, ce n'est pas le cas. C'est dommage...»

Il avait ajouté les derniers mots dans sa langue maternelle en y ajoutant un rictus. Presque de la provoc. Presque. Il aurait pu aller bien loin mais ça ne l'aurait mené nulle part. Il ne doutait pas qu'elle surenchérirait. Plus il en apprendrait, mieux il pourrait adapter sa stratégie. Venue seule, sans mandat de perquisition. Ses chances s'allongeaient d'esquiver ce premier round. Bon, vu la ténacité de son opposante, il y en aurait certainement d'autres. Les accusations planaient toujours sur l'assemblée.

«  Je ne manque de rien inspecteur, vous pouvez le constater par vous même. Je ne vois pas pourquoi je me livrerais aussi aisément à la justice en convoitant des biens qui me seraient inutiles. »


Camille écrasa le restant de tabac dans le cendrier et se leva tranquillement. Son regard croisa celui de la jeune femme. Croyait-elle qu'il allait la congédier aussi rudement ? Ah. Il était trop intrigué pour ça. & elle était trop butée pour partir de toute manière.

« Je ne sais pas si vous avez déjà pris votre petit déjeuner ? Il doit me rester quelques croissants. »

Alliant la parole au geste, il repartit de plus belle dans sa cuisine. Il emporta le café dans la foulée. Des croissants trônaient désormais sur la table basse. La fatigue se manifestait toujours sous la forme d'un appétit peu conventionnel chez Camille. D'habitude, il ne prenait pas le temps de s'alimenter au saut du lit. Tant qu'il était debout, il prit la peine de resservir du café à son invitée.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Show me all the things that I should'nt known [Livre 1 - Terminé]   Mar 10 Jan - 20:29

Voilà qu'il se mettait à avoir du répondant. Amusant! Voire même intéressant! Son mutisme s'évaporait ainsi que sa gêne pour laisser place à un jeune homme un brin insolent? Parfait. Tanwen se serait vite ennuyée si elle avait du avoir le monopole de la conversation. Puis ses idées auraient vites été venues à bouts. Si on ne lui tend pas de perche, comment surenchérir dans ses taquineries? Oui, taquineries et non mesquineries. La demoiselle n'avait jamais été méchante. Ou presque, les êtres débonnaires n'étant que pure fiction. Elle cherchait, elle titillait afin d'agacer. Les joutes verbales n'étaient aussi excellentes lorsqu'elles provenaient d'une sorte de sympathie. Certes, ce n'était pas une extrême irritation que la policière recherchait. Elle savait se mesurer...Jamais trop. Du moins quand la situation le lui demandait. La provocation pouvait se faire plus intense si elle se retrouvait en face de personnages odieux et qui l'énervaient. Ce qui n'était pas le cas...Du moins pour l'instant. Le jeu ne faisait que commencer après tout. Et son adversaire s'annonçait presque bon. Il n'avait peut-être pas encore dit beaucoup mais ce Camille semblait déjà ne pas vouloir perdre la face. Orgueilleux? Vaniteux? Joueur? Les trois à la fois? La métamorphe finirai par le découvrir. D'ailleurs se rendait-il compte qu'il venait de lui poser une question à laquelle la réponse pourrait s'avérer un brin humiliante? Enfin s'il la percevait comme ça. Quoi que...L'esprit de la celte était plus tordu qu'elle n'aimait l'affirmer. Le sourire de la demoiselle s'intensifia.

"Je risques de vexer..Mais allons donc! Tu t'es pétrifié en me voyant. Il m'était donc venu à l'esprit que la vue d'une femme pouvait te terroriser. Si tel était le cas, pourquoi? Traumatismes sûrement...Or, beaucoup des hommes effrayés par la gente féminine sont gays. Et je trouvais cela dommage qu'un si joli garçon n'apprécie que la compagnie d'autres individus emplies de testostérone. Un vrai gâchis! "


Paraitre pour une imbécile? Vous trouvez? Pourtant il y'avait derrière tout un processus de réflexion qui était loin de frôler la stupidité. Mais quand bien même le voleur la trouvait sotte, Tanwen s'en moquait. Elle ne cherchait nullement à l'impressionner. L'avis de tels êtres ne l'importaient guère. D'accord, arrêtons légèrement de mentir! Elle tentait tout de même d'établir un certain rapport de force. Intellectuelle évidemment. La jeune femme savait pertinemment que physiquement, elle ne faisait pas le poids. Oui, l'inspectrice souhaitait que Poussin la craigne. Pour qu'il stoppe ses méfaits? Ne soyez pas naïfs! Il ne devait pas être si influençable que ça non? Mais ne le connaissant aucunement, elle tenterait. Par la menace sans aucun doute. Mais ce plan n'était pas à mettre en exécution pour l'instant. Puis peut-être n'aurait-elle pas à le faire. Il y'avait une autre raison pour sa venue. Au fond, la celte avait conscience qu'elle ne pourrait pas le boucler de si tôt. Pour ce, il aurait du laisser des preuves humaines sur place. Or il semblait faire attention à ne pas le faire. Ce qu'elle craignait? Qu'il ne se montre pas assez prudent vis à vis de ses capacités. L'Etat était des plus vigilantes à présent et cherchait de nouvelles espèces. Oh non! Tanwen ne craignait pas qu'il se fasse prendre comme métamorphe!Plutôt qu'avec de telles imprudences, elle doivent se déclarer comme devait le faire les vampires...et les maitres de chiens dangereux. Puis s'en viendrait des chasses contre leur race. Et Tanwen voyait déjà s'éloigner sa divine tranquillité.

"Tu es un très mauvais menteur mon canard."
Elle pointa du doigt la tasse de café qu'il avait en main "Je t'ai cueilli au saut du lit mais je ne t'ai en aucun tiré des bras de Morphée. Sauf si tu es capable de faire du café et dormir en même temps."

Montrez qu'elle était loin d'être une idiote, voilà ce qu'elle faisait tout en le chamaillant un peu. Puis lui aussi ne tarderait pas à s'en donner à coeur joie. Camille se moquait déjà d'elle. Enchanté? Il n'en avait pas l'air! Et il osait jouer les innocents? Elle roula des yeux tandis qu'il lui donnait des explications peu valables. Ah bien sûr que l'écossaise aurait pu le faire! Evidemment mais qu'elle aurait été l'utilité? Lui raconter que la possession d'argent donnait envie d'en avoir plus n'aurait servie à rien. Il n'avait pas l'air idiot. Les hommes puissants étaient doués dans les fraudes. Personne ne l'ignorait et encore moins la police. Les boucler étaient le rêve de tout agents honnêtes. Malheureusement le sommet de la hiérarchie n'avait rien de respectable...Encore une échappée sur un autre sujet. La jeune femme arrivait à être bavarde avec elle même.
Tandis qu'il parlait pour ne rien dire, une plume était apparue dans la main de l'écossaise. Rien de magique, cette dernière était juste rangée dans sa poche intérieure. Sans dire mot, elle vint caresser son nez avec avant de venir s'agenouiller sur la table basse. Et son avancée continua. Ses bras vinrent se mettre de part et d'autres des jambes du jeune homme et sa tête se rapprocha. Après un léger rire, elle plaça son visage près de la chevelure de sa victime.


"Je vais te rendre heureux. Tu es le petit poussin que je cherche. Et crois moi, j'ai du flair...."


Comprenais t-il l'allusion? La celte venait de lui révéler en quelque sorte sa forme animal. Un clin d'oeil et voilà qu'elle revenait dans le confortable canapé. Dans lequel elle ne resta puisqu'elle parti rejoindre Camille en cuisine. Un petit déjeune? Voulait-il l'empoisonner?On ne se méfiait pas assez de la dinde qui dort. Pas drôle? Certes certes...Puis le danger plaisait à la jeune femme. D'accord, au fond, elle ne risquait pas grand chose. Puis ne venait-elle pas d'accepter du café sans en vérifier la provenance? C'était d'ailleurs la raison pour laquelle elle venait de le suivre, et elle ne s'en cachait pas. De toute façon, elle n'avait jamais été très maniérée. Tanwen attrapa un croissant avant de s'allonger sur le canapé, fixant le jeune homme. Oui, elle faisait comme chez elle. Et elle aimait ça...

"Maintenant répond à ma question. Don, contre-don et ne cherche pas à me plumer!"
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Show me all the things that I should'nt known [Livre 1 - Terminé]   Mar 10 Jan - 22:26

La jeune femme se pavanait dans son canapé & Camille ne trouva même pas la chose déplacée. Les manières et les chichis l'avaient toujours écœuré. Cette spontanéité apporta une fraîcheur à l'atmosphère qui aurait alors dû être aussi pesante que ses migraines un lendemain de cuite. Sa franchise était appréciable. Grâce à ça, il savait désormais qu'elle le tenait avec une preuve quasiment tangible. Quasiment, oui car elle se fiait à sa propre perception olfactive et ce genre d'argumentation ne passerait devant aucun tribunal. Good point for him. Ça ne faisait que clarifier la situation & les discussions qui suivraient. Il prenait toujours soin d'analyser la scène de ses crimes. Pour les plumes, il n'avait pas encore trouvé le truc mais il y parviendrait assurément.

Du flair, hein? Le jeune homme avait apprécié ce rapprochement soudain. Mais il était regrettable que sa forme animale favorite soit si... conventionnelle ? Il l'aurait bien vu se transformer en quelque chose d'inattendu comme.... un pingouin. Cette remarque intérieure le fit sourire malgré que la situation devenait critique.

« Nous n'avons toujours pas établi de motivation je pense à ses crimes. Peut être me trouvais-je au mauvais endroit au mauvais moment ? »

Le rictus de Camille s'élargit & il s'empara de sa seconde dose de café auquel il ajouta le croissant qu'il trempa de suite dans le récipient. Bien sûr qu'elle avait relevé d'autres plumes dans tous les endroits qu'il avait pu fréquenté sinon elle n'aurait pas tiquer là dessus & fait le lien. Pouvait-il encore jouer au plus malin ? Pas avec ce genre de femme. Perte de temps & tout ça pour revenir à la case de départ. Il croqua dans son croissant calmant de la sorte un peu les grondements de son corps soumis à des conditions de vie bien misérables. Promis, sa prochaine nuit serait plus longue. Il avala lentement, savourant chaque bouchée. Il but ensuite et finit par accrocher le regard de la métamorphe.

« Bien, vous avez raison. Je vais cesser de vous prendre pour une idiote et d'user vos nerfs. Mais alors s'il vous plaît, en contre partie, cessez de nourrir des hypothèses dans lesquelles je favorise la présence d'hommes à celle de femmes. J'aime trop la gente féminine pour m'ôter le plaisir de leur compagnie.»


Au moins, il mettait un terme définitif à ces élucubrations. Ça aurait été si triste qu'une si belle créature le prenait pour un homo. Un peu hésitant au début, il finit par prendre un peu de hargne et oser lui demander une seule chose.


« Je ne cherche pas à vous mettre mal à l'aise mais au vu des événements récents, je préfère m'assurer que... »


Que je ne me vends pas davantage au Diable. Bon c'était un peu trop tard pour proférer ce genre de propos. Il laissa sa phrase en suspens & ne trouvant d'autres termes moins révélateurs, aussi, il changea la suite de la conversation.


«  Pouvez-vous ôter votre veste afin que je m'assure qu'il n'y ait pas de micro planqué ? Je vous rassure, je ne vais pas me battre avec vous pour vous fouiller. Il serait mal avenu & peu cordial de ma part de vous faire subir une telle épreuve.»


C'était une mesure de sécurité si faible. Elle pouvait le dissimuler sous son haut, dans sa chaussette ou Dieu seul savait. Mais bon, ça valait mieux que de ne rien faire... Peut être... Au moins, ils allaient être presque à égalité d'un point de vue vestimentaire. Il ne portait qu'un pauvre pyjama depuis le début de cette entrevue.


«  Alors tout d'abord, je ne suis pas jaune comme peut en témoigner la plume que vous serrez entre vos deux doigts. Loin de moi l'idée de vous retirer la satisfaction de me nommer « canari » ou « poussin » mais clarifions tout de suite les choses. Je n'appartiens pas vraiment à une catégorie d'oisillons pour enfants.»


Camille n'avait jamais discuter librement de sa nature ou révéler son secret. C'était... juste étrange pour le moment. Peut être que quelque chose d'autre viendrait combler cette première sensation.


« Je suppose que vous êtes venue ici dans le but de me soutirer des aveux. Mais j'aimerais connaître la suite. Que comptez vous faire de moi ? Vous savez que ce n'est pas avec ça que vous arriverez à me coincer & je doute que votre parole seule ait un poids suffisant. »


La caféine devait faire son effet progressivement car une foule de questions jaillit dans son crâne alors qu'il observait silencieusement son invitée. Son atout pouvait se réduire en cendres si aisément. La police connaissait l'existence des métamorphes ? Etaient-ils nombreux ? Allait-il devoir se présenter publiquement comme métamorphe ? Ca le terrorisait plus encore que de se faire enfermer derrière des barreaux. Vivre dans un Monde qui vous persécute. Il ne pourrait plus jamais regarder ses parents en face si ils l'apprenaient, il le savait. Un frisson parcouru l'échine de Camille. Il savait les ravages qu'avait causé la nouvelle révélant l'existence des vampires & ils en payaient toujours le prix. Ce que l'être humain ne peut comprendre, ce qu'il juge être différent, l'effraie & par extension, il lui fait subir les conséquences de cette cause. Le jeune homme pressa ses doigts contre sa bouche réalisant peut être enfin l'enjeu de cette discussion.


«  J'aimerais savoir... est-ce qu'ils savent ce que vous êtes ? Vos collègues je veux dire. »


Le français prenait conscience de toutes ses lacunes. Bien sûr, il savait qu'il méconnaissait bien des domaines. Les buveurs de sang en premier lieu. Tout ce qui les entourait relever du mystère. Mais il avait chercher à en apprendre plus. Sur ce qu'il était, jamais. Jamais, il n'avait voulu savoir. Il s'était muré volontairement dans une ignorance frôlant la sottise. Ce qu'il était, sa nature. A part l'apprivoiser & l'utiliser... Il n'avait rien recherché d'autres. Assoiffé de connaissance, il avait pourtant réussi à ne pas plancher sur le seul sujet qui en vaille la peine. Pourquoi ne s'était-il pas douté qu'il y en avait d'autres ? Crétin d'arrogant. Il poussa un juron à son encontre. Heureusement que dans l'impulsion du moment, il l'avait craché dans sa langue maternelle. Les oreilles voisines avaient pu être épargné du sens. Nerveusement, il alluma une seconde cigarette & alla près de sa fenêtre qu'il ouvrit à la suite de son premier mouvement. L'air frais caressa son épiderme, secouant un peu plus ses méninges. L'astre Solaire lui balançait ses fichus rayons à pleine intensité à tel point qu'il fut forcé de plisser les yeux. Pfeuh. Même cette grande chose jaune le narguait.


«  Ne vous en faites pas. Je ne compte pas m'éclipser. Le canari n'apprécierait pas vraiment de finir ses jours dans l'estomac de Sherlock Holmes version canine. Puis, je doute d'être si digeste que ça.»


Un peu de légèreté pour palier à ses conneries. Tout ce qui lui échappait permettait à la métamorphe de creuser un peu plus sa tombe. En fait, il fournissait carrément la pelle.


« Si vous avez froid, signalez le moi. »


Il continua tranquillement de fumer dans son coin en se maudissant silencieusement.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Show me all the things that I should'nt known [Livre 1 - Terminé]   Mar 10 Jan - 23:33

Quel plafond ennuyant! Pas une tâche, aucune zébrure ou craquement de peinture. Juste un simple aplat blanc pompeux...Tous comme son propriétaire qui venait de se lancer dans un monologue sans intérêt. Du moins pour la demoiselle. Elle ne doutait guère que ce qu'affirmait le poussin lui tenait à coeur. Et elle n'avait envie de le couper dans son élan. L'air blasé? Celui d'une enfant mangeant son croissant tandis qu'un adulte tentait de lui faire un discours rasoir. Pourtant son sens de l'observation n'était pas délaissé. En éveil, il tentait de retenir les gestes, les expressions faciales et les tons de la voix de son interlocuteur. Rien de passionnant pour l'instant. Dommage, il perdait ce point durement gagné auprès d'elle. Tout comme il la décevait. Il donnait l'impression d'être un cambrioleur intéressant et ce sans forcément faire d'effort. Si Tanwen oubliait que sa présence pouvait le perturber? Non, bien sûr que non! Il n'était pas naturel, elle le sentait. Quoi que...Plus les mots traversaient ses lèvres, plus Camille prenait de l'assurance. N'en fallait-il pas pour oser venir parler de sa sexualité? Ah! L'amusement revenait!

"Me voilà soulager de te savoir hétéro. Enfin, ce n'est pas comme si j'étais venu te sauter dessus. Dommage, les menottes auraient pu enfin servir."

Une perverse? Vraiment? Vous la voyiez ainsi? Pourtant vous devriez commencer à la connaitre et savoir qu'elle ne pensait pas la moitié des paroles qu'elle prononçait. Ou presque. Puis la celte aimait se vanter d'être une excellente policière. Son nombres de coupables mit derrière les barreaux étaient assez impressionnant pour une si jeune femme. Non, ce n'était pas de la triche! Dieu lui avait donné un don, elle se devait de l'utiliser. Quand aux bracelets de fer, ils ne venaient se parer qu'aux poignets de criminels. Ils ne participaient à aucun jeu étrange. En parlant de bizarre, le jeune homme venait de reprendre un peu de poil de la bête. Ou de plumes, comme bon vous semble. L'agent haussa un sourcil, son attitude ne concordait guère avec ses dires. Il ne voulait pas la mettre mal à l'aise? Alors son ton aurait du être plus doux. Etait-il toujours aussi maladroit? La raison d'un tel élan ne tarda pas à se faire savoir. Et Tanwen éclata de rire, manquant de s'étouffer avec son croissant.

"Je plaisantais tu sais? Tu as des fantasmes...étonnant. En y réfléchissant, Sade était de bonne famille et français. Que tu sois tordue serait donc presque normal."

Tout en débitant pareilles bêtises, elle retira sa veste pour le lui donner. Le voilà qui n'était pas bien malin. Il ne savait pas vraiment quoi faire et pourtant espérait avoir le dessus de ce bras de fer. Il en était presque attendrissant. Presque, il en fallait plus à la demoiselle pour trouver quelqu'un de "mignon". Par pur provocation, elle souleva légèrement son t-shirt.

"Tu veux que j'enlève le reste. Un micro peut être caché n'importe où sur mon corps. Tu devines qu'en te donnant pareille précision, je ne dois pas en avoir sur moi. Ou alors tu penses qu'en faisant une telle affirmation je croirais que tu me trouves honnête et n'ayant rien à cacher. Sauf qu'en fait ce ne serait qu'une ruse. Compliqué tous ça. J'ai besoin de café!"


Elle s'était levée brusquement pour attraper sa tasse et en boire quelques gorgées! Une vraie drogue, elle ne pouvait vivre sans. Pendant qu'il parlait, l'or noir se déversait dans son corps. Alors il n'aimait pas qu'on l'appel canari ou poussin? Un sourire amusé apparu sur son visage et elle se permit de lui couper la parole.

"Je t'appellerais ma dinde, c'est noir une dinde après tout."

Oh oui, elle n'allait pas se stopper de le chercher aussi rapidement. Et ce n'était pas le ton autoritaire qu'il employait qui allait la faire changer. Un éclat brilla dans le regard de la celte. Alors Arsène Lupin se doutait qu'elle ne pouvait rien faire. Bon, il ne fallait pas être brillant pour le deviner. Ses preuves étaient des plumes et des odeurs. Or les métamorphes n'avaient pas encore fait de coming-out. Sinon ce cher et tendre ne se serait jamais senti seule. Mais il lui posa une question étrange. Si ses collègues savaient? Dindon lui irait bien comme surnom tiens! S'ils avaient eu vent de sa véritable nature, la policière n'aurait eu aucun mal à le mettre en taule!
Nouveaux roulements des yeux alors que ce petit poussin allait fumer vers la fenêtre. Elle se leva pour le rejoindre, sa tasse toujours en main.

"Sois tu es ignorant, sois tu sautes trop vite aux conclusions ma caille. L'ours est l'animal ayant le meilleur odorat."

L'embrouillé? Si peu! Bon d'accord oui! C'était si drôle! Et sa raison de sa visite? Il allait attendre.

"Je t'aurais penser plus vindicatif.Je te trouves trop poli...Pourtant tu manques pas de franchise. Etonnant, vraiment."
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Show me all the things that I should'nt known [Livre 1 - Terminé]   Mer 11 Jan - 0:53

Camille ne put retenir son énième sourire de la matinée. Paradoxale. Cette nana venait de mettre à sac sa vie & ses conceptions. Bah. Le vent joua avec ses cendres puis les emporta au delà du rebord de sa fenêtre. Après qu'elle soit partie – si elle quittait son appart' un jour – il irait sûrement voler un peu. Pour se calmer.

« Ours ? Je demande à voir. »

Le métamorphe se mit à ricaner en se représentant la scène. L'ours lui allait comme un gant. Elle devait prendre un certain plaisir à déchiqueter les criminels. Mais il continuait de croire qu'elle était plus proche du chien. Pas le genre de toutou obéissant néanmoins. Un bichon qui aboie beaucoup? Un caniche qui s'émoustille? Il pouffa de rire avant de se reprendre. Il avait réussi à la surprendre d'une certaine manière. Un point pour lui.

« Disons que j'ai eu une bonne éducation & puis je ne pense pas qu'être impoli nous aidera. Corrigez moi si je me trompe mais vous n'êtes pas du genre à apprécier les revendications. Qu'est ce que je gagnerais à vous traiter de la sorte ? »

Le français écrasa sa cigarette sur la pierre mais resta collé à l'encadrement de la vitre. La métamorphe s'était rapprochée & à cette distance, on aurait presque pu croire qu'ils étaient amis. Presque. Parce qu'évidemment, elle voulait le coincer. Son instinct de flic rôdait entre eux, c'était presque palpable. Tout ce qu'il faisait ou disait, s'enregistrait dans sa boîte crânienne. Camille ne le perdait pas de vue. Pourtant, tout semblait si calme dans cette pièce, même leur discussion ne partait pas dans des dérives sonores. Il chuchota presque la suite pour s'accorder à l'ambiance générale.

« Vous savez beaucoup de choses sur moi mais j'ignore jusqu'à votre prénom. Ça ne serait pas déplacé de vous le demander ? »

Le jeune homme sursauta presque quand une mélodie perturba la tranquillité installée dans l’appartement. Merde. Tout mais pas Krystel. Tout mais pas un vampire. Camille gagna sa chambre en hâte, talonné de près par son nouveau chaperon. Une dévoreuse d'indices. La jeune femme cherchait à provoquer une réaction de sa part en plus de croquer la moindre trace le reliant à ses crimes. D'accord. Le bruit provenait de sa table de chevet où trônait le petit engin qui émettait pour l'instant de la musique classique. En voulant se jeter sur le téléphone, le jeune homme se cogna au pied du lit. La gauche ce coup ci. Il sautilla sur son autre jambe jusqu'à atteindre l'objet convoité.

«  Ne dites surtout pas que je ressemble à un flamand rose dans cette position, ça serait manquer cruellement de goût. »

Il se décontracta quand il réalisa que sa mère était à l'autre bout du fil. Le sourire du voleur s'agrandit nettement quand il réalisa qu'elle ne pourrait rien comprendre de la conversation qui s’effectuait en français. La jeune femme allait être déçue, elle qui se coller à lui pour écouter. Camille fut tenter de pousser sa plaisanterie plus loin en lui prenant la taille mais il ne voulait pas mourir aujourd'hui. Plus tard peut être.

Tout en discutant, il se mit à tirer les rideaux, conscient que son prédateur ne quitterait pas sa chambre de sitôt. Tant qu'elle n'aurait pas jeter un globe oculaire sous le lit ou dans les tiroirs. Soyons fou. Sa mère lui parlait pour ne rien dire & il était extrêmement distrait. Des anecdotes, des événements banals & comme à chaque fois, elle lui priait de regagner la France – là où il n'y a pas tous ses vampires & ses attentats. Camille la baratina comme toujours sur sa sécurité assurée. Tandis qu'elle continuait son speech sur les dangers qu'il courait, il posa sa paume contre le téléphone.

«  Mais je vous en prie, faites comme chez vous. Vous pouvez même tester le matelas. »

Ses draps froissés & un oreiller à terre, ça cassait un peu l'image du bourge méticuleux. A ce stade de toute manière. Il congédia sa génitrice en lui exhortant le calme & la tranquillité puis raccrocha. Le jeune héritier s'assit près de l'inspectrice qui avait accepté son invitation sans hésitation.

« Confortable n'est-ce pas ? Vous serez mignonne, ne faites pas de trou dans la literie, je ne cache rien entre les ressorts et la mousse de toute façon. Trop cliché. »

Camille reposa son portable là où il l'avait trouvé prenant soin au préalable de l'éteindre. Il restait son autre téléphone dans le salon. Mais celui là n'était que purement professionnel – le faux cellulaire en somme.

« Si vous en avez fini avec ce coin de l'appartement, j'aimerais que nous sortions. Je risque de me rendormir aussi sec. »

Comme pour souligner cette évidence, un bâillement vint perturber ses traits. Du café & vite.

« La salle de bain se trouve juste à gauche si ça vous chante. Vous pourrez vérifier que je ne cache aucun rubis entre ma mousse à raser & mon peigne. »

Le jeune homme traversa son salon, s'empara des objets nécessaires et atterrit de nouveau devant la cafetière. Il remit la machine en route et cala son front contre l'armoire la plus proche afin de ne pas tomber sous l'effet de la menaçante somnolence. C'est fou ce que l'apparition d'oreillers pouvait engendrer comme tel état de manque.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Show me all the things that I should'nt known [Livre 1 - Terminé]   Mer 11 Jan - 2:53

Papa si tu m'entends, excuses-moi d'usurper ton identité animale. Fausse prière évidemment, on ne s'adresse pas mentalement à des êtres encore bels et biens vivants. Sauf sous l'emprise de la folie. Ce qui n'arrivait aucunement à la demoiselle. Vous avez parfaitement le droit d'en douter! La jeune femme agissait de façon assez étrange. Une enfant? Plus ou moins, une fillette n'avait autant de répondant. Ce talent s'était perfectionné avec l'âge et elle en était plutôt fière. Mais ses pensées s'égaraient à nouveau. Il avait demandé de voir un ours? Dans ce si beau appartement? Ne craignait-il pas que celui-ci en vienne à détruire quelques meubles? Si, la jeune femme savait le faire. Par pure imitation de son patriarche, elle n'avait eu de cesse de s'exercer une décennie auparavant. Mais ce n'était pas pour autant sa forme de prédilection. Tiens d'ailleurs, sous quelle forme canidé l'avait-il imaginé? Un caniche hargneux peut-être...Trop discret pour la celte qui préférait la démesure.Tout comme son patrimoine génétique.

Ah! Enfin une réflexion intéressante. Oui, Camille en avait eu d'autres depuis le début de leur petit entrevue...Tanwen était aussi parfois mauvaise langue. Si seulement tous les criminels avait le bon sens de ce volatile! Les commissariats seraient tellement plus silencieux. Mais les crimes seraient plus importants et les monstres difficiles à attraper. Ses mystères seraient peut-être plus difficiles à résoudre mais les rues moins sûres. Le poste serait comble et elle n'aurait peu de temps à s'accorder à rêvasser. Et il était très important que son esprit puisse divaguer! Elle ne se sentait guère elle même sinon et ses capacités cognitives ne pouvaient souffler.

"Tu demandes de retirer mes vêtements et maintenant tu souhaites connaitre mon prénom? Je vais finir par croire que je te plais jolie colombe."


Si l'agent en avait assez de le traiter de tous les noms d'oiseaux? Nullement! Même si les idées commençaient à se faire rare. Puis elle avait ses petites préférences. Poussin et canari lui allait comme un gant. Et qu'il ne les appréciaient guère faisait qu'ils étaient encore plus aimés de la celte. Une véritable chieuse et quand bien même le terme vous choque, vous ne pouvez qu'affirmer qu'il convenait à sa personnalité. Pouvait-on aimer sa compagnie? Jamais Tanwen n'avait cherché à le savoir. Il fallait qu'elle mène son enquête. Elle réfléchissait comment faire sans être découverte, oubliant de donner son nom, lorsque le téléphone sonna. Etait-il sourd pour mettre le son aussi fort? Du classique en plus! Même pas du Tchaïkovsky non! Un air affreux qui ne ressemblait à rien. Les couloirs de la mort devait sûrement diffuser ce morceaux, pour sûr.
Oui, la demoiselle le suivait bien jusqu'à la chambre. Elle avait envie d'écouter ce que Camille pouvait raconter de beau aussi tôt le matin. Puis serait-ce un complice qui le demandait? Son sourire apparu à nouveau à la remarque sur le flamand rose. Elle n'y aurait même pas pensé!
La demoiselle se colla à lui quand il décrocha le téléphone, plaçant son oreille près e celui-ci. Une voix féminine, d'un certain âge déjà. Et qui parlait français! Tsss...Afin de s'occuper en attendant que le canari finisse sa petite conversation, elle se mit à inpsecter la pièce ouvrant tiroirs et placard. Elle était sur le lit à vérifier sous les coussins lorsque l'homme lui proposa de tester le matelas. Les yeux de Tanwen se mirent à briller et elle ne tarda pas à s'allonger sur le lit. Confortable, plus que le sien. Dans une attitude assez enfantine, elle vint à s'enrouler aussi dans la couette.

"Le marchand de sable n'est pas passé cette nuit? Ou peut-être l'as tu loupés?"

Comprenait-il le sous-entendu? Sûrement, comme déjà indiqué, il était loin d'être bête. Enfin si...tout comme elle. Mais ne jouons pas sur les mots. Camille venait de regagner la cuisine. Après s'être sortie de son cocon douillet, elle vint le rejoindre. Et à nouveau, sans aucune honte, elle vint ouvrir le congélateur pour en prendre de la glace. Neige dure qu'elle déposa dans la nuque du gamin. Gamin? L'était-il? Il n'avait pas vraiment l'air d'un gosse. Il fallait qu'elle trouve ses papiers! Les voisins ne lui avaient pas dit son âge malheureusement.

"Pour te réveiller. On est encore loin d'avoir fini de discuter. Et j'ai un service à te demander..."

Elle sorti de sa poche le portable qu'il avait utilisé antérieurement. Ah oui, elle venait aussi de s'assoir sur le plan de travail. Une place qu'elle adorait quel que soit l'appartement ou la maison dans laquelle elle pénétrait.

"Allumes le moi. J'vais rien fouiner je te promets. Tu peux même regarder. De toute façon je peux pas te coffrer et tu le sais."


Ce qu'elle avait en tête? Rien de bien mesquin cette fois. Et son identité? Non, l'écossaise n'avait pas oublié de le lui dire, elle comptait le faire. Une fois qu'il aurait mis en marche ce foutu appareil hors de prix.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Show me all the things that I should'nt known [Livre 1 - Terminé]   Mer 11 Jan - 20:12

Le givre lui glaça la nuque & il frissonna en repoussant impulsivement les mains de la jeune femme. Le morceau manqua de glisser dans son t-shirt mais il le rattrapa de justesse. Rien de tel pour vous réveiller qu'un bon refroidissement maison. Il posa le glaçon dans l'évier et en profita pour poser sa main gelée sur son tibia toujours endolori.

« Pas de soucis pour la discussion, je pense que votre plaisanterie givrée m'a suffisamment secoué les neurones. »


Elle lui tendait son portable. Presque évident qu'elle ne se satisferait pas d'une coupure de communication. Trop d'indices égarés sûrement. Boh. De toute façon, les numéros n'appartenaient qu'à ses proches ou à de jolies jeunes filles. Le numéro de Krystel risquait d'apparaître dans le journal mais pas dans le répertoire. En y réfléchissant, il avait flippé pour rien. Bon sang, il avait beau côtoyer des vampires, il oubliait que ceux-ci ne vivaient que la nuit. Aucuns buveurs de sang ne l'aurait appelé alors que le Soleil inondait le ciel. Ce qu'il pouvait être débile quand il était épuisé.


«  D'accord... Mais alors en contre partie, vous me révélez votre prénom. »


Il composa son code en essayant d'aller le plus vite possible pour ne pas qu'elle le retienne. Inutile de préciser que même si il s'était isolé pour le taper, elle l'aurait littéralement agrippé... Il lui rendit aussi vite mais resta à proximité au cas où. Valait mieux qu'elle reste loin de la Reine des Vampires pour leur sécurité commune.


«  Si c'est pour enregistrer votre numéro que vous le vouliez, je vous en prie, faites. J'en serais ravi »


La cafetière l'appela soudainement et il s'en empara. D'un coup de poignet agile, il versa le breuvage dans son mug et fit de même avec celui de son invitée. Il l'avala aussi sec mais fut forcé de le recracher aussi rapidement. Saveur chaussette de pourri. Agréable à souhait. Il s’essuya la bouche d'un revers de main.


« Nom d'un chien, il est infect'»


Avant qu'elle ne tente de le goûter – sait-on jamais, il prit la seconde tasse et la vida dans l'évier. Il fit de même avec le reste. Quel gaspillage ! Camille soupira lourdement. Pas de caféine pour survivre, la fameuse discussion semblait compromise. En plus, cette saleté d'arrière goût envahissait à outrance son palais. Le jeune héritier s'adossa au plan de travail et observa sa compère. Le paquet contenant les grains magiques était désormais vide...


«  Ca vous dirait d'aller boire quelque chose à l'extérieur ? Si je n'avale pas quelque chose avec un peu de caféine dedans, je risque de somnoler pour le restant de la journée. & ne me refaites pas le coup du glaçon, je n'aime pas me sentir comme une poule mouillée...»


Son sourire s'élargit tandis qu'il rangeait les tasses dans le lave vaisselle. L'humour particulier de son invitée devenait contagieuse. Drôle d'inspecteur. A vrai dire, il se demandait comment elle procédait d'ordinaire avec ses autres suspects. Atterrissait-elle toujours chez eux comme ça, monopoliser le canapé, s'accrocher à leur téléphone & leur faire des remarques plus vexantes les unes que les autres ? Le français n'était pas susceptible & il savait apprécier ce genre d'humour mais ça n'était pas le cas de tout le monde. Elle était sacrément culottée. Mais c'était ce qui faisait son charme.


«  En parlant de ça, je crois qu'une douche me ferait le plus grand bien. Je vous inviterais bien à me suivre mais vous comprendrez que nous sommes pas encore assez intime pour cela. & je doute que vous ayez envie d'assister au spectacle. »


Le jeune homme dévoila ses dents d'un autre rictus.


« Je ne vous dirais pas non plus de vous sentir à l'aise, je pense que vous vous en sortirez bien toute seule. La télécommande de la télévision se trouve dans le premier tiroir, c'est la plus grande. Je fais aussi vite que possible. »


Camille ne donna pas d'autres indications et quitta sa charmante compagnie pour atteindre la salle de bain. Il referma la porte derrière lui mais ne la verrouilla pas, par réflexe. D'habitude, il était seul. Il ôta son t-shirt & le jeta dans la manne à linge posée près de son évier. Il fit de même avec le morceau de pyjama qu'il portait. Il entra dans la douche & actionna l'eau. Il la régla au maximum, la chaleur du liquide détendu instantanément les courbatures amenées par une nuit trop courte. La buée courrait sur les vitres opaques tandis que l'eau l'aveuglait provisoirement. La flotte lui calcinait presque l'épiderme, il adorait cette sensation. Il se savonna & puis resta quelques minutes supplémentaire, savourant le bruit régulier des gouttes, la tiédeur ambiante ensuite il sortit. Il s'enroula la taille dans une serviette proche & se demanda à quoi pouvait s'occuper son invitée. Elle avait sûrement déjà ouvert tous ses placards. Peut être trouvé & dévoré le seul paquet de biscuit qu'il restait ?

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Show me all the things that I should'nt known [Livre 1 - Terminé]   Mer 11 Jan - 22:59

Un excellent partenaire de joutes verbales! Voilà ce que Tanwen venait de trouver. Certes, l'oiseau n'était encore qu'un poussin, il était loin d'être au niveau de la demoiselle. Mais son avenir s'annonçait prometteur. Il savait même être agaçant. Du moins pour un être susceptible. Les taquineries n'offusquaient que très rarement la policière. Elle était bonne joueuse. Mais si elle pouvait comprendre qu'on s'amuse de ses remarques, un autre point l'interpellait. Pourquoi ne disait-il rien face à son manque de tenue? Passif? Vous n'êtes guère agréable ce soir. Ce cher Camille savait avoir du répondant et se défendre, vous auriez du déjà l'avoir compris. Alors qu'elle en était la raison? Trouvait-il que l'agent se ridiculisait d'elle même en agissant ainsi? On lui en avait plusieurs fois fait la remarque. Et il y'avait toujours répondu par un sourire en coin. Le criminel, venant d'une famille sûrement bourgeoise, n'aurait-il pas du détester si peu de conventionnalités? Ou alors lui aussi ne supportait l'hypocrisie de la politesse. Tout à fait possible. S'il venait bien du milieu aisé, il avait du sûrement se soumettre à des règles de bienséances des plus ennuyantes. Dans les préjugés? Tanwen ne l'ignorait pas. Pourtant elle se sentait un brin irritée. Irritée de ne pas savoir. Elle aurait pu lui demander mais elle n'en voyait pas l'intérêt. Puis elle avait d'autre préoccupation. Comme ce foutu téléphone par exemple! Ah pourquoi le canari l'avait-il éteind? Oui enfin, pour ne pas que la celte vienne farfouiller dedans sans aucun doute. Mais il se trompait, un code ne l'arrêterait pas dans ses investigations. Et quand l'écossaise voulait qu'elle chose, elle l'avait. Même si cela l'obligeait à demander ce qu'elle venait d'appeler un service. Surprise? Bien évidemment! Quels criminels acceptaient d'obéir si facilement à un flic?

"Hey! T'es loin d'être un canard laqué! J'aurais pensé essuyer un refus total."

Son sourire s'était élargi. Surtout que le voleur avait comprit ce qu'elle voulait faire. Rien d'extraordinaire à cela, pas besoin d'être Sherlock Holmes. Rien ne sert de lui envoyer des fleurs ou d'être impressionné! Et oui, le prénom de la jeune femme allait être donné. Un peu de patience. Pour le moment, elle était occupé à faire sonner son propre téléphone avec celui du jeune homme. Ce qu'elle pourrait bien en faire? Allez savoir! Tout était utile. Puis si jamais l'ennuie la tirailler, Tanwen pourrait venir embêter le descendant de Molière. Assez étonnamment, il ne l'énervait pas contrairement à ce qu'elle aurait pensé. Oui, avant même d'avoir frappé à la porte, la demoiselle s'était persuadée qu'un criminel ne pourrait qu'être haïssable. Il se révélait au final fort sympathique, à sa façon. Oh non! Ne vous méprenez pas, son instinct de flic était plus important et l'envie de le mettre derrière les barreaux était toujours présente. Un cambrioleur ne pouvait être en liberté lorsque ses secrets de larcins avaient été découverts. La partie prenait alors fin. Celle-là était différente. Certains changements n'étaient guère appréciable, surtout quand il reportait l'instant de gloire de la celte.

"Nom d'un chien? Je ne te permets pas! Puis soit un peu plus polis, j'ai un prénom. C'est Tanwen. Si tu veux la traduction, c'est feu blanc en celte. Mes parents devaient pas avoir les yeux en face des trous quand ils m'ont nommés."

Ses dents éclatantes se révélèrent dans leur totalité. Le café? La demoiselle aurait pu le boire, les boissons fortes même trop amer ne la dérangeait pas. Mais s'il préférait lui arracher des mains sa tasse, soit! Elle n'irait pas le contredire. Puis il venait de s'appeler poule mouillée! Alors il aimait l'auto-dérision? Oui, enfin, elle l'avait comprit depuis un moment mais de là à ce qu'il s'envoit des pics lui même...Bref, si cela lui faisait plaisir. La jeune femme n'avait pas à réfléchir. Quoi que cela était même un tant soit peu frustrant, elle se retrouvait à ne rien faire. Mise à part acquiecer à la proposition du volatile. De toute façon, elle n'avait rien à faire de sa journée alors bon!

"Je te suivrais pas. Je ne suis pas une perverse...Enfin je crois."


Sa remarque sur la douche l'avait amusé. Le suivre? Nan! La nudité de la choquait guère, les morts étaient parfois loin d'être habillés. Puis il lui en fallait bien plus pour atteindre sa pudeur. Si! La celte en avait une. Être impolie ne faisait pas d'elle une dévergondée. La celte prenait juste que trop ses aises. Comme maintenant alors qu'elle venait de s'assoir sur le canapé après avoir récupéré divers papiers sans en vérifier le contenu. La chaine hi-fi? Tentée d'être allumée mais la métamorphe souhaitait pouvoir écouter les bruits provenant de la salle de bain. Qui sait? Camille pouvait chercher à s'enfuir par une bouche d'aération. Une idée bien bête, effectivement.
Et tout en surveillant le moindre sons, la flic se mit à créer des grues en origami. Une activité intéressante quand aucune enquête ne voulait lui être attribuée. Sauf qu'elle évitait d'attacher ses oeuvres manuelles à des ficelles pour les suspendre au plafond comme elle venait de le faire. Les ficelles? Camille n'aimerait pas savoir d'où elle provenait, il risquait de les lui faire rembourser. Bon, il ne pouvait que la remercier de toute manière, elle venait de donner un peu de personnalité à son triste appartement.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Show me all the things that I should'nt known [Livre 1 - Terminé]   Jeu 12 Jan - 20:03

Le jeune homme effaça la buée d'un revers de main et admira son reflet. Ses cernes ne trompaient personne. Il procéda aux restes de ses ablutions en tendant l'oreille. Rien. Pas un seul son émit par quelque appareil que ce soit. Fouillait-elle tous les recoins encore inexplorés ? Camille l'imaginait très bien se pencher sous sa commode, peut être même l'aurait-elle déplacée ? Il aurait presque eu envie de passer la tête discrètement pour voir ce qu'elle fabriquait. La curiosité finirait par le perdre. Avant de déserter la salle, il réalisa qu'il n'avait pas verrouillé l’accès à cette pièce durant sa douche. Elle n'était même pas passée par là alors... Sinon elle aurait fait un commentaire. Bien, elle avait peut être dit la vérité alors. C'était presque dommage. Presque. C'était sûrement la seule fois qu'elle respectait son intimité depuis son arrivée. Mieux valait celle là que les autres. Ca n'était pas vraiment son truc... l'exhibitionnisme. Le métamorphe quitta sa salle de bain en ne portant toujours que sa serviette autour des hanches – il avait carrément oublié d'emporter ses fringues comme à son habitude. De toute façon, de là où elle se trouvait, elle ne pourrait pas le voir passer. En quelques enjambées, il atterrit dans sa chambre et referma la porte derrière lui. Cette fois-ci, il n'oublia pas d'utiliser la clé avant de s'occuper de ses affaires. Il approcha de sa garde robe & en sortit quelques vêtements. Jean noir, pull noir. Il balança son torchon sur les draps et s'habilla. Ses cheveux continuaient de répandre des gouttelettes sur la moquette, il frictionna sa crinière à l'aide d'un autre essuie. Il ne chercha pas davantage à se coiffer, ça se ferait naturellement. Il envoya paître au fin fond de la salle de bain les deux morceaux de tissus & rejoignit enfin la jeune femme dont le prénom poétique s'accordait un peu trop bien à sa personnalité.

Les origamis flottaient dans les airs avec autant de grâce que possible. A la vue de ces oiseaux de papier suspendus, Camille ne put s'empêcher de rire. En décalage complet avec la rigueur & la sévérité de cet appartement dénudé d'âme, ces créations égaillaient un peu la pièce.

« Charmant. Vous vous recyclez souvent en décorateur d'intérieur ?  C'est dommage... A mon avis, le scotch ne pourra pas les retenir éternellement... »

Quelle originalité ! & les ficelles... d'où sortaient-elles ? A ce qu'il savait, il n'y avait pas grand chose dans les tiroirs de sa demeure... Elle était décidément pleine de ressources. Il pouvait aisément l'imaginer comme chef d'une meute de scout. Pauvres gosses, il espérait que la ligue contre la maltraitance juvénile l'aurait empêché d’exercer cette fonction. Elle aurait pu les traumatiser avec ses façons de procéder. Flic, ça lui allait presque comme un gant. A quelques détails conventionnels près. Mais si il doutait de son éthique irréprochable de travail, il ne doutait pas de ses capacités. Elle était vive & précise. Son sourire en coin ne désertait pas ses lèvres tandis qu'il enfilait une paire de chaussures. Un coup d’œil furtif vers les coussins du canapé lui indiquèrent la provenance des cordelettes. Le riche héritier s'en amusa un peu bien qu'il y tenait plutôt à ce fauteuil...


« Les coussins vous ont attaqués ? »

Il trouverait sûrement quelqu'un pour lui arranger ça. Après tout, chaque œuvre avait son coût... Ses yeux bifurquèrent vers son horloge. Il avait officiellement loupé son rendez-vous. Tant pis, il attendrait que Cora parte plus tard pour lui déposer l'argent... Il pria intérieurement qu'elle n'ait pas besoin immédiatement de ce fric.


« Si vous avez une préférence pour le lieu où nous devrions déguster le café, n'hésitez pas. Je ne connais rien d'autres que les bars... »

Pas poivrot, ni vraiment fêtard. Disons juste, qu'il aimait s'alimenter en ragots dans ce genre d'endroit fréquenté pour la plupart par des vampires. Chaque rumeur recelait une part de vérité & il aimait démêler les informations des inepties. Décortiquant le mythe vampirique par ce biais ainsi que les événements qui lui échappaient. D'un mouvement souple, il se releva, emporta son portable, son portefeuille & ses clopes. Il s'empara ensuite de sa veste en cuir & invita la métamorphe à le suivre. Il récupéra le manteau déposé sur l'accoudoir du divan.

« Votre veste... »

Il lui présenta de manière à ce qu'elle comprenne qu'il comptait, en bon gentleman, l'aider à l'enfiler. Il en profita pour remettre son portefeuille qu'il avait dérobé un peu plus tôt alors qu'elle le lui avait confié... Pas de mégardes, il ne l'avait emprunté que pour connaître l'identité de cet inconnue. Il n'avait touché à rien d'autres. Il ne volait jamais les gens honnêtes. & encore moins, les jolies jeunes femmes. Un point faible en quelques sortes.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Show me all the things that I should'nt known [Livre 1 - Terminé]   Jeu 12 Jan - 22:41

L'artiste sommeillant venait de se réveiller. Souvent brimé pour son originalité et son aspect décalé, il finissait par s'isoler. Fuyant toutes les médisances qui arrivaient à le torturer. Oublié, il s'évadait alors dans les bras de Morphée. Et ses rêves créaient en lui maintes idées qu'il n'avait l'audace d'exprimer. Guère mauvais? Vous avez raison, il ne se manifestait pas violemment. Les grues au plafond en témoignaient. Tout comme celle qui le possédait, il aimait plaisanter. Un peu trop...Il aurait pu faire mieux, n'en doutez pas! Il préservait son talent et son inspiration pour une meilleure situation. Si, taquiner le poussin était un excellent moment mais le souci du matériel posait problème. Cet appartement était vide, trop vide. Il manquait de caractère. Par son blanc incessant, il piquait les yeux et finissait par déranger. Etait-ce voulu? Le jeune homme espérait-il ne pas donner trop de personnalité à son domicile? Si oui, pourquoi? Ne voulait-il pas s'y attacher? Peut-être voyageait-il beaucoup. Ou alors, avait-il peur qu'on puisse lire en lui à travers quelques décorations? Cette solution avait l'air plus plausible, vous ne trouvez pas? Dommage, la demoiselle aurait adoré pouvoir mieux l'analyser. Enfin, la celte pouvait tout de même admettre que le volatile savait parfaitement se cacher. Le lieu était des plus insipides et on aurait pu croire que celui était que peu utilisé. Une belle erreur car l'odeur assez forte de l'habitant prouvait le contraire. De plus, la policière n'avait aucun mal à l'admettre, le voleur était loin d'être aussi fade. Ah? Comment était le studio de l'écossaise? Bien rangé, spacieux et éclairé. Tissus de mensonges mais cette question est dès plus inutile pour le moment. Et si cette curiosité vous ronge, tentez donc de suivre la métamorphe quand elle rentrera dans sa tanière. Qui sait, elle vous laissera peut-être jeter un bref coup d'oeil?

Alors que les coussins perdaient le fil, la porte de la salle de bain s'ouvrit. Des bruits de pas rapide, un claquement d'un pan de bois et plus rien. Rien sauf les bruits étouffés d'un homme venant de regagner sa chambre. Mince! Venait-elle de le louper en serviette ou peignoir et de manquer une occasion de lui lancer une remarque? Tant pis, il y'avait mieux à faire à présent. Après avoir accroché les grues à ces bouts de ficelles, elle se mit en quête de scotch. Pas là....Ce tiroir non plus...Tiens! Trouvé! Maintenant comment arriver jusqu'au plafond? Un regard circulaire suffit à trouver un buffet. Les bottes de la demoiselle? Non, elle ne les quitta pas, elle aurait besoin des talons pour la rendre plus grande. Oui, la nature était paradoxale. Elle se transformait en un immense canidé mais sa taille humaine n'était guère impressionnante. Sale peste!
Ses oisillons accrochés au bout de ses doigts, l'inspectrice monta sur le meuble pour commencer à les répandre sur le plafond sous forme de V. Un peuple migrateur immobile...D'un bond, elle redescendit sur la terre ferme pour admirer son travail. Fière d'elle? Quel euphémisme. Son sourire de satisfaction ne s'éteignit nullement lorsque le criminel vint la rejoindre. Ses yeux ne décollèrent du plafond même lorsqu'il lui adressa la parole.

"Je reviendrais en coller d'autres alors."

Pauvre de lui, se faire guillotiner devait être plus doux que de devoir revoir la jeune femme. La tranquillité s'enfuyait et toute idée d'avoir un quelconque instant de détente avec. Le responsable de la morgue lui avait affirmé qu'elle arrivait à troubler le repos des morts. Une pensée amusante. Et un brin véridique. Si elle était comptait revenir? À votre avis?
Son regard daigna se tourner lorsque Camille parla à nouveau. Oh, un véritable corbeau! Ressemblait-elle à un chien sous son apparence bipède? Pitié non! Certes, elle grognait souvent mais cela n'avait aucun rapport non? Pour en revenir à cet Arsène Lupin, il était tout autant charmant même habillé. Il faisait moins enfant. S'habillait-il toujours par contre dans cette triste couleur? Cherchait-il à contraster avec les murs? Comme une tâche sur un aplat de perfection. Question stupide, l'agent n'avait-elle pas fouillé son placard? Ou alors lui indiquait-il pas pareil accoutrement que sa présence ne lui plaisait guère? Tordu certes, mais le message subliminale aurait pu être : Je m'amuse autant qu'à un enterrement. Non, le poussin ne lui aurait proposé de boire un café si tel était le cas. Il se montrait d'aileurs même agréable. Oui, on avait jamais aidé la demoiselle à remettre sa veste. Sûrement agaçait-elle trop pour qu'on puisse vouloir se montrer galant. Se méfier? Bien sûr qu'elle le faisait! Ne venait-elle pas de vérifier que son porte-feuille était encore dans sa poche?

"Il y'a un mystère que je n'arrive à éclaircir. Or je viens de me dire que tu pouvais sûrement être l'un des seuls à un connaitre la réponse. T'inquiète je ne révèlerais le secret à personne mais dis moi, l'oeuf ou la poule?"


Cet élan de créativité avait entretenu son envie de s'amuser. Vous trouvez? Pas vraiment non, Tanwen ne s'éloignait pas de ses objectifs. L'écossaise prenait juste un peu de bon temps avant de revenir sur un sujet sérieux. Demain, elle devrait reprendre ses activités et ne pourrait rire autant. Même si la jeune femme savait être décalée, elle ne se permettait jamais de rire devant un cadavre ou une quelconque victime. Bref, demain était un autre jour et pour l'instant, elle avait d'autres préocuppations. Un endroit où aller? Son café n'était que très rarement acheté et tout comme le français, elle ne devait fréquenter que des bars ou plutôt pubs. Ce qu'elle se tairait de lui dire. Oui, évitons tout type de cliché sur les policiers dépréssifs et alcooliques.

"Je vous suis mais ne chercher pas trop éloigné. Après tout, il fait un temps à ne pas mettre un chien dehors."
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Show me all the things that I should'nt known [Livre 1 - Terminé]   Sam 14 Jan - 0:47

Un temps à ne pas mettre un chien dehors ? Camille jeta un regard derrière son épaule avant de quitter son appartement. Plein Soleil. Était-ce une façon détournée de lui dire qu'elle aurait aimé restée ? Ou bien de l'auto dérision ? Dieu seul le savait. Alors qu'il sortait ses clés des tréfonds de sa veste, il médita une réponse ingénue à l'attention de la jeune femme mais ne trouva rien de très créatif. Le sommeil toujours, troublant ses facultés.

« Je suis navré, mes congénères m'ont toujours refusé l’accès à ce savoir. Mais je suppose qu'on ne fait pas d'omelettes sans casser d'œufs. »

Le jeune homme ferma sa porte & salua sa voisine de palier qui lui adressa un clin d’œil alors qu'elle tentait vainement de faire sortir son vieux chien de chez elle. Flatteur, certes, même si la propriétaire de l’œillade frôlait la soixantaine Il l'avait aidé à plusieurs reprises à monter des valises, des courses ou d'autres choses du style. Si elle n'avait pas cette manie de décorer sa maison avec des animaux empaillés, elle aurait pu lui être sympathique. Le métamorphe aurait pu tirer choucroutte de sa tanière pour elle mais quand il s'agissait de son animal de compagnie, Madame Rosenwood n'aimait pas plaisanté. Elle jugeait avoir une autorité suffisante sur cette petite créature & c'était l'insulter que de s'avancer pour lui porter une main secourable. Le voleur se contenta d'un sourire et appuya sur le bouton qui amena rapidement l’ascenseur à eux. Alors qu'ils pénétraient dans la cage métallique, le bon vieux choucroutte se mit à aboyer férocement à l'encontre de son maître.

«Il s'adressait à vous ? »

Le rictus de Camille s'élargissait à vue d’œil tandis qu'il choisissait le sous sol pour destination. Il s'accola à l'une des parois et détailla l'inspecteur silencieusement. Impossible de savoir ce qui se tramait dans sa tête à l'instant même. Elle voulait le coffrer & accepter pourtant un petit déjeuner suivi d'un café avec sa proie. Stratégie ? Encore un mystère. A vrai dire, le français ne s'attardait pas vraiment sur ces questions. Il appréciait tout simplement sa compagnie, peu orthodoxe. Si leur orientation n'avait pas été aussi radicalement opposée, ils auraient sûrement fini amis. Malgré tout, il ne ne la considérait pas comme une ennemie. Sa présence représentait une menace certaine pour sa liberté & pourtant, il ne se rappelait s'être autant amusé. Regrettable qu'ils aient des plans de vie si divergent. Une douce musique s'échappait dans l'élévateur. Un luxe que peu de bâtiment s'offrait. Futile à vrai dire comme détail. La lumière légèrement orangée projetait dans la plate forme une drôle d'ambiance cosy. Cet atmosphère se prêtait aux confidences ce qui encouragea le jeune homme à poursuivre la discussion.

«Vous procédez toujours de cette façon avec les criminels ? J'espère au moins avoir écopé des surnoms les plus affectueux. »

Camille prépara sa clé et laissa la brunette sortir en premier. La galanterie avant tout. Plusieurs voitures dormaient paisiblement dans ce parking souterrain, la plupart de marques renommées mondialement. La sienne ne faisait pas exception. Cadeau paternel. Ce qu'il fallait comprendre derrière ce geste était « Fils tu reprendras la société familiale & voici, en gage de ma bonne foie, une avance sur les sacrifices que tu devras faire au cours de ta vie.» Un engin pour fuir ce pétrin & rien d'autres pour le métamorphe. L'économie, la bourse, les taux d’intérêts, le bénéfice, écraser les faibles. Pas vraiment son rayon. Il actionna le bouton de sa télécommande et ouvrit la portière pour son invité. Trop de courtoisie peut être? Il risquait de la titiller en agissant ainsi. Cependant, son but n'était pas de l'agacer. Oui, bon, un peu, en fait.

Sa porsche noire luisait sous les néons. État irréprochable, odeur de cuir intacte. Il s'installa derrière le volant et mit en route le moteur. La machine ronronna bruyamment.

«Je n'ai toujours pas d'idée transcendante pour le lieu de dégustation. Laissons la magie du GPS opérer. »

Camille se pencha vers les jambes de l'inspecteur et tira sur la boîte à gants. Elle dévoila l'objet convoité que le jeune homme s'empressa de prendre. Il effleura presque le genou de sa passagère par inadvertance tandis qu'il refermait le vide poche. Il ne prit pas la peine de s'excuser, de toute manière il ne l'avait pas touché. L'appareil détecta leur position & le voleur entra sa demande. Café, à proximité. Il en détectait deux. Parfait. Le corbeau piocha au hasard et se mit en route. Il scanna sa carte de parking dans la machine qui les délivrerait du Monde sous-terrain et ils furent expulser sur la route. Camille roulait raisonnablement pour une fois. Ses réflexes un peu trop accru, l'amenaient parfois à faire des mouvements brutes avec son véhicule. Mais rien d'alarmant. Il alluma la radio qui injecta dans l'habitacle une horrible mélodie mielleuse à souhait faisant grimacer le conducteur. Il changea de station & atterrit sur quelque chose de pire encore. Autant demander l'avis à celle qui partageait le son. Le métamorphe lâcha un instant l'asphalte des yeux pour se concentrer sur ceux de Tanwen.

« Une préférence pour la musique ? »

Un coup d'accélérateur et il doubla quelques voitures dont la lenteur aurait dû être sévèrement sanctionnée. A ce stade, ça devenait dangereux pour la circulation - & pour les nerfs.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Show me all the things that I should'nt known [Livre 1 - Terminé]   Sam 14 Jan - 2:49

Encore un détail fascinant! Un fait passionnant qui venait de s'offrir à tout hasard à la jeune femme. Alors rides, cheveux et odeurs de rances lui plaisaient? Répugnant.La nécrophilie aurait du être interdite. L'était-elle d'ailleurs? Ce n'était pas vraiment ce que l'on apprenait à l'école de police. Dommage...Un sujet étrange et intéressant non? D'accord, seulement pour Tanwen et son esprit tordu. Mais avouez que vous aussi vous aimeriez en apprendre plus sur ce drôle de phénomène? Non? Ah...Bon, vous ne pouvez pas nier que voir un aussi beau garçon se faire charmer par une retraitée était des plus amusants. Quelles aguicheuse! Il n'y avait aucun doute qu'elle avait du être une drôle lorsqu'elle avait encore vingt ans. On ne devient pas aussi vulgaire du jour au lendemain. Vulgaire, oui, la policière ne mâchait pas ses mots. Les femmes d'âges mûres s'intéressant aux plus jeunes étaient pour elle pleines de perversités. Que cherchait-elles après tout auprès de trentenaires par exemple? Une activité sexuelle intense? Retrouver une sorte de jeunesse? Pitoyable. Oh non! Détrompez vous, la celte n'était toujours pas agacée, elle n'allait pas laisser sa matinée se gâcher pour si peu. Son immense sourire était à nouveau apparu, certes il ne la quittait que très rarement. Une oeillade amusée se posa sur le voleur tandis que le chien de cette voisine lui aboyait dessus. Il lui voulait quoi? Par pur amusement, elle émit un grognement à son encotre avant de s'engouffrer dans la cage de métal.

"En aboyant comme un roquet, il risque de me mettre dans une humeur de dogue."

Jeux de mots faciles n'est-ce pas? Mais fallait-il vraiment chercher le compliqué pour plaisanter? Ce cher poussin semblait l'avoir compris puisque sa remarque n'était guère plus élaborée. Lui répondre?Tanwen eu été tenté d'émettre un "woaf" mais s'en abstint. Trop enfantin à son goût. Oui, le paradoxe la titillait souvent. Sa concentration préféra se porter sur le doigt du jeune homme. Le sous-sol? Mon Dieu! L'emmenait-il dans un endroit isolé pour abuser d'elle? Il fallait qu'elle sorte!Vite sinon...Oh, souriez un peu! Vous vous doutez pertinemment que l'agent de police plaisantait avec elle même. S'il avait voulu l'agresser, il aurait eu l'occasion de le faire dans l'appartement non? Il n'y avait aucune caméra contrairement au parking. Et sincèrement, pensez vous qu'il avait l'air d'un dangereux criminel? Evidemment, les plus fous à lier n'étaient pas forcément les plus agressifs. L'écossaise était toujours aux aboies. Sa confiance n'était accordé à personne. Raison pour laquelle elle se préférait solitaire. On croyait un être et il finissait toujours par nous trahir. Expérience personnelle? Vous n'avez rien retenu de son histoire! Ce n'était pas une quelconque déception qui l'avait rendu ainsi. Juste la volonté de ne pas être dérangée. Ou souffrir émotionnellement parlant. Moquez vous, cela ne vous rendrait que plus pittoresque à ses yeux.

"Penses-tu que j'irais appeler un violeur mon poussin?"

Je vous entends déjà, enfin une remarque sérieuse? Une réplique instinctive, dites sans avoir été réfléchie. Regrettable d'ailleurs car si Arsène Lupin était aussi fin d'esprit qu'il le prétendait, il aurait découvert que l'agent lui offrait une attitude sympathique inhabituelle. Il était une sorte de privilégier en quelque sorte. Un crime reste un crime? Dicton ridicule auquel n'adhérait aucunement la demoiselle. Un vol était atroce et se devait d'être puni certes, mais il n'avait rien à voir avec un meurtre. Sauf lorsque l'objet dérobé était celui d'une personne sans vraiment le sous, trimant chaque mois pour subvenir à ses besoins. Comme affirmé précédemment, l'envie de bouclé le jeune homme n'était que par pure satisfaction personnelle. L'envie d'aider? Une perte chez un riche n'avait rien de bien conséquent. Son bien dérobé était rapidement remplacé. Ils allaient pleurer près des connaissances mais cela ne leur faisait rien de plus. En parlant de possession à grande valeur, ce ne fut avec aucun étonnement que l'inspectrice découvrit une porsche comme étant celle du canari.

"Tu t'en sers pour emballer les filles à coup sûr. Hey poulette, ça te dirais de monter? Tu auras la chance d'être en compagnie d'un des plus beaux coqs de la basse-cour. Et promis, je suis loin d'être un chapon si tu vois ce que je veux dire baby."

En parlant de dinde, la prenait-il pour l'une d'entre elles? Sa courtoisie avait été forte plaisante en premier temps mais devenait à présent agaçante. Ce n'était pas une assistée! De trop bonnes intentions ou cherchait-il à l'énerver? Peu importe,Tanwen ne lui montrerait pas. Sans un regard pour le français, la demoiselle s'installa dans la voiture. Rien à voir avec celles de police. Les banquettes en cuir étaient plus que confortables. Un peu moins que le matelas quand même mais elles arrivaient presque à son niveau. Elles se défendaient parfaitement! Mais le moelleux des banquettes vu fite oublié quand il fallut à nouveaux trouver un café. Qu'est-ce qu'elle en savait?Ce n'était pas vraiment son quartier et n'y venait que peu souvent. Les prix étaient trop exorbitants. A tous les coups, Camille allait l'emmener dans un de ces endroits branchés ou même l'air était payant. Avare? Loin de là! Tanwen n'aimait pas dépenser inutilement.

Nouveau rictus. Comment le contenir alors qu'une musique niaise venait d'envahir le véhicule? Le voleur devait s'en servir pour amadouer les demoiselles. Ridicule, avec une gueule pareille on avait pas besoin de pareille débilité! Avec un porte-feuille autant remplis encore moins...Elle se garda de le dire mais ne pu s'empêcher d'élargir son sourire quand, en voulant changer de station, il retomba sur une mélodie romantique. Cela lui collait à la peau à ce volatile. Ce fut avec plaisir que la jeune femme vint elle même chercher une mélopée plus attrayante. Rien d'intéressant...Non pas ça non plus...Trop agité...Ou criard...Non oh si! !

"Ta petite voisine dansant sur ça t'exciterais je paris. Elle avait pas l'air de te déplaire. Granny take off your coat...Real slow...And take off your teeth...I'll take off your teeth.Granny take off your dress...Yes yes yes "

Si elle chantait bien? À vous d'en juger. Elle ne cherchait pas à charmer par sa voix après tout. Juste à taquiner le jeune homme encore une fois.

"Ce genre de vieille chouette aime épier. Le moindre de tes gestes, de tes sorties ne doivent être ignorés par elle. J'peux pas te foutre derrière les barreaux mais j'ai pas envie de me retrouver au chenil tout simplement parce-qu'un pigeon n'a pas été assez discret."
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Show me all the things that I should'nt known [Livre 1 - Terminé]   Sam 14 Jan - 15:42

Camille pouffa de rire. Choquée par ce petit clin d’œil ? Étonnant qu'elle s'offusque pour si peu. Peut être avait-elle flairé la présence de créatures mortes dans l’appartement de cette dernière ? Il ne pouvait pas la blâmer pour ça. D'un mouvement court & brute, Camille redressa son volant pour éviter d'entrer en collision avec une ambulance.

« Pourquoi vous arrêtez vous de chanter ? Non pas que les images me fassent particulièrement rêver. Il en faut plus pour me faire tourner la tête mais votre voix est particulièrement intéressante! »

Le jeune homme sourit dévoilant ses dents, il ne parviendrait jamais à la déstabiliser, c'était franchement regrettable mais aussi amusant.

« Elle vit seule, son mari est mort il y a deux ans plus ou moins, je pense qu'elle serait prête à n'importe quoi pour un peu de contact humain – sans arrières pensées merci bien. Je ne suis pas désespéré & je ne fais pas dans ce rayon. & merci je sais couvrir mes arrières. Je ne tiens pas non plus à être exposé.»

A quelques exceptions près mais il se garda de les mentionner. Il tenait à la vie. Mais maintenant il saisissait la facette la plus importante de sa venue. Elle craignait qu'on ne découvre leur secret. Elle aussi, redoutait que son anonymat ne soit révéler au Monde. Un bon point. Ils étaient sur la même longueur d'onde, parfait. Camille se sentait un peu plus détendu & se surprit à fredonner la musique aguichante qui circulait encore dans l'habitacle. Un vrai canari. Il se gara près du café qui arborait un style assez sympathique. Bois vieilli, feu ouvert à l'intérieur, chaleureux. Rien de trop moderne, ni de trop tape à l’œil. Rustique serait le terme. Le métamorphe coupa le contact, sortit & verrouilla les portières. Ils pénétrèrent dans la bâtisse et se dénichèrent une petite table à l'écart, dans un coin. Le jeune homme ôta sa veste pour la poser sur le dossier de sa chaise. Il regarda la carte sans vraiment analysé le contenu. Café noir & rien d'autres.

« Prenez ce qui vous chante, c'est moi qui régale !»

Il se rapprocha d'elle laissant son souffle chatouillait le lobe de son interlocutrice.

« Et je vous rassure, l'argent dépensé n'est tiré que de la fortune familiale & pas d'une autre activité. »

Alors que le riche héritier observait distraitement Tanwen, une main lui tapota l'épaule. Il se retourna lentement captant les effluves d'un parfum connu. Blonde platine, les yeux émeraudes & un affreux diamant à l'annulaire. Diana, génial. Camille força un sourire. Il se leva pour lui faire face tandis qu'elle se jetait déjà sur ses joues pour le saluer.

«Camille ! Quelle surprise !? Comment vas-tu ? »

Le français haussa les épaules.

« Je me porte bien & toi? »

Elle pressa sa paume contre le creux de son cou & recula pour mieux l'analyser. Le jeune homme n'ôta pas son rictus feint. Des années d'expérience pour cette grimace politiquement correct. Dans son milieu, mieux valait garder une expression faussement ouverte.

« J'ai failli ne pas te reconnaître ! Cet accoutrement ne te ressemble tellement pas. »

Un nouveau sourire. Une vraie pimbêche. Autrefois, elle ne lui semblait pas aussi odieuse, que du contraire. Elle traversait une phase de rébellion aiguë à l'époque. Aux réceptions de ses parents, elle mélangeait les alcools avec les jus de fruit. Mais apparemment, s'être rangée l'avait rendue aussi insipide que le reste. Quel gâchis, il avait toujours cru qu'elle finirait par aller à contre courant. Elle en aurait eu le cran avant.

«On m'a appris pour tes fiançailles. Félicitations ! »

La blonde s'extasia en lui foutant sous le nez sa bague, le regard brillant.

«Oui... Tu es sur ma liste d'invités d'ailleurs ! Tu devrais recevoir une invitation très prochainement. Ton adresse n'a pas changé rassure-moi ? »

Camille nia de la tête & la laissa redescendre ses doigts sur son coud tandis qu'elle se penchait en avant pour atteindre son oreille. Elle lui glissa quelques mots un peu plus intimes.

«Tu seras toujours le bienvenue dans ma future demeure. »

Une invitation ouverte à son lit vu le ton. Il ne mangeait pas de ce pain là, sa morale lui imposait certaines limites tout de même. Il prit le poignet de la jeune femme et le retira de son bras. Il le garda un peu dans sa main afin que le geste ne soit pas offensant. Toujours en souriant, il la congédia.

«Je serais ravi de rencontrer l'homme qui partage ta vie... Maintenant, si tu veux bien m'excuser, je ne suis pas venu seul & il est impoli de laisser aussi charmante compagnie seule.»

Diana porta son regard sur l'inspecteur et pinça les lèvres.

«Je comprends. Je suis à la table là bas plus loin si jamais l'envie de me parler te prend. »

Elle s'éloigna non sans avoir redéposer ses lèvres sur la joue de Camille. Le jeune homme soupira en se rasseyant. Terrifiantes, les femmes l'étaient toujours.

« Allez-y, parlez, je vois que ça vous brûle les lèvres ! »
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Show me all the things that I should'nt known [Livre 1 - Terminé]   Sam 14 Jan - 17:23

Alors sa voix n'était pas si désagréable? Tanwen en aurait parier le contraire. Peut-être se payait-il sa tête. Rien d'étonnant, il n'aurait fait que lui rendre la pareille au plus grand plaisir de la demoiselle. Agacer un être déjà énerver afin de le faire sortir de ses gonds était délicieux. Echanger des taquineries dans un esprit bon enfant était bien plus savoureux. Oui, bon enfant! La policière ne ressentait pas d'animosité envers le voleur et lui non plus. Devin? Trop sûre d'elle? Alors vous oubliez un fait indéniable. Sa capacité d'observation n'était que l'amante de son empathie. Surprenant je vous l'accorde, la policière si solitaire savait ressentir ou comprendre les sentiments d'autrui. Mais sans doute que son animalité la rendait ainsi. N'affirmait-on pas que les chiens étaient capable de percevoir les moindres émois? Certes, la jeune femme n'en était pas entièrement un ou disons une pure race mais si ses dons la permettaient d'entendre ce qui était inaudible à l'oreille humaine, pourquoi ne lui donnaient-ils pas d'autres facultés lorsqu'elle était sous forme bipède? Un chant de sirène? Non, n'exagérez pas! Elle ne s'était jamais transformer en lamantin. Quoi que l'idée aurait pu être sympathique. En parlant de créature chantante, le canari s'était mis à fredonner l'air. Après quelques paroles sensées la rassurer. Couvrir ses arrières? Il était trop confiant et c'était mauvais. Même trop...Une hypocrite? Ne faites pas ce que je fais mais faites ce que je dis? Vous l'avez bien cernez! L'inspectrice ne doutait que rarement d'elle même. Mais des autres si.

"Un contact humain? Allez! Je suis sûre qu'elle rêve de tester ton matelas mon petit canari. Tu veux que j'aille lui dire qu'il est confortable? Ou mamy serait jalouse? Tellement jalouse qu'elle fait un crime passionnel. Paf, un coup de canne...Puis un deuxième. Elle t'achève puis elle t'empaille."

Description animée puisque la jeune femme se plaisait à décrire les mouvements. La caféine avait fait son effet? Vous vous montrez enfin clément avec elle? Ce n'était pas cette minuscule molécule qui l'animait. L'énergie ne la quittait que très rarement. Puis comme déjà souvent dit, elle s'amusait follement. Dommage que le véhicule se stoppa, bien des choses drôles pouvaient arriver dans cet espace plus ou moins confiné. Tant pis, le café donnerait d'autres occasions. Du moins l'espérait-elle car la suite ne lui plu guère. Camille voulait payer? Gentleman ou cherchait-il encore une fois à l'agacer? La celte ne voulait se sentir redevable et pourtant...Ce fut avec un grand sourire qu'elle le fixa. Ses dents se dévoilèrent dans leur totalité lorsqu'il lui fit une remarque sur son argent. Là, le petit canard ne s'avérait pas des plus fins. Même vous l'aviez sûrement deviner! De quoi? Ah autant pour moi dans ce cas. En tant que fonctionnaire, son salaire venait des impôts. Et ces irritantes taxes n'étaient pas, pour toutes, en provenance de porte-monnaie où l'argent y était propre. Evidemment, son attention ne fut guère retenue par de tels dires des plus inutiles. L'attitude du jeune homme était plus fascinante. Son souffle chaud près d'elle, sa voix...Il se montrait charmeur? Certes, il aurait pu vouloir ne pas se faire entendre mais dans ce cas pourquoi ne pas simplement baisser la voix? Si cela déplaisait à la demoiselle? Observez là et vous aurez votre réponse.

Ses lèvres s'écartèrent, ses cordes vocales commencèrent à vibrer mais aucun son ne fut produit. Couper dans son élan par une...femme? Une véritable dinde! Sans la connaitre, Tanwen la jugeait déjà. Mais ce type de dames, si elle pouvait se permettre de les appeler ainsi étaient toutes identiques. Superficielles, hypocrites, mesquines et tellement pitoyable. De l'envie? Oh que non! La policière se savait meilleure. Enfin, pourquoi se plaindre alors qu'on lui offrait un divertissement intéressant? L'écervelée charmait le jeune coq. Ancienne conquête? Sans nul doute vu l'attitude qu'elle arborait avec lui. Une cervelle d'oiseau vu sa façon de s'exprimer et de pavaner le diamant que son annuaire portait difficilement. Pauvre doigt. Pauvre Camille? Il était vrai qu'il ne donnait pas l'impression de se ravir de telle rencontre. Parce-qu'elle était là? Ou les fiançailles l'empêchaient de se montrer séducteur? La dernière solution semblait être la bonne vu son air. Après tout il ne se souciait pas d'elle. Du moins jusqu'à l'invitation qui fit faire de gros yeux à l'écossaise. Il y'avait pire déplacée qu'elle! Pourtant, Tanwen ne pu s'empêcher d'émettre un petit rire. D'accord, un rire assez bruyant qui attira quelques attentions sur elle. Cette s*lo*e avait de l'audace, il fallait l'admettre. Le futur époux était à plaindre. Oh puis évidemment que la frustration de cette poule lui procura une certaine satisfaction.

"Je suis surprise. Alors tu as une morale? Un semblant du moins..."


Imitant alors l'attitude séductrice de la refoulée, elle s'approcha de l'oreille du criminel et posa sa main sur la sienne.

"Quoi que...peut-être préfère tu vraiment ma compagnie. Je ne peux que comprendre. Tu sais que mon lit te seras toujours ouvert."

Et elle se mit à nouveau à rire avant d'attraper une carte et de la parcourir. Charmer? Elle? Ce n'était pas une activité qu'elle chérissait ou avait souvent l'occasion de pratiquer.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Show me all the things that I should'nt known [Livre 1 - Terminé]   Dim 15 Jan - 1:30

Le regard de Camille passa de la jeune femme à sa main & de sa main à la jeune femme tandis que son ton devenait savoureux. Provocante & inattendue. Une plaisanterie de plus pour se moquer de la blonde & de ses allures de racoleuse. Néanmoins, elle poussait le vice un peu trop loin au goût du corbeau. Réalisait-elle que cette façon de parler & cette approche ne pouvait laisser personne de marbre ? Elle voulait jouer, bien, lui aussi alors. Le métamorphe ne décrocha pas de ses yeux même quand elle recula pour attraper la carte. Il se rapprocha pour la seconde fois mais cette fois-ci, il fit exprès que son épaule touche la sienne. Ses lèvres effleuraient presque l'oreille de Tanwen.

« L'offre est réciproque, mon lit est votre.»

Il se remit en position initiale aussi rapidement, avant qu'elle ait le temps de lui envoyer un coup de coud ou quelque chose dans ce goût là. N'oublions pas que c'était une flic, qu'elle avait accès légalement aux armes à feu. Il n'avait pas vraiment envie de servir de baudruche pour son jeu de tir. Bien qu'il aurait été amusant d'éviter ses coups pour la voir s'acharner. Mais autant de ne pas prendre du plomb dans l'aile pour si peu. Diana, un peu plus loin, fixait le riche héritier avec attention. Une sangsue. Le français l'ignora royalement & se concentra sur la métamorphe.

« Ça vous prend souvent d'aguicher les gens de cette manière ? Ou c'était juste pour me tester ? »

Il souriait désormais & fût même tenter de s'esclaffer. Blague mise à part, cette petite réplique eut le don de l'amuser une fois la surprise estompée. Camille joua avec une cigarette qui avait échouée au fond de sa poche. Il ne pouvait pas fumer là où ils étaient, aussi, il chipotait nerveusement les deux bouts de l'objet. Depuis quand avait-il augmenter sa consommation de nicotine aussi drastiquement? Assurément depuis qu'il avait croisé la route de Krystel Raybrandt. Pour le meilleur & pour le pire. Il allait devoir songer à calmer cette dépendance.

« & pour ma défense, je tiens à signaler qu'elle n'était pas aussi superficielle à l'époque où je l'ai rencontrée. Je suppose que la plupart des gosses de riche sont destinés à finir comme cela.  »

Mais il veillerait personnellement à ne pas emprunter ce genre de pente. Vivre d'événements mondains, colmater les défauts d'un mariage bancal, spéculer pour ses finances. Posséder au lieu d'être. Comme si la conscience sociale de ses individus n'avait jamais pu se mettre en marche. Le profit & le profit uniquement au détriment de tout le reste. D'un gâchis. Le serveur s'intéressa enfin à eux. Il arborait une mine déconfite, blasé de tout & surtout de son métier.

«  Pour moi, ça sera un café noir.  »

Il repartit après avoir pris leur commande. L'oiseau mordilla ses lèvres frénétiquement tandis qu'on préparait leur breuvage.

« & pour votre information, oui, j'ai une morale. Elle n'est peut être pas infaillible mais elle existe très certainement. »

Il doutait qu'elle y croit. Après tout, il volait les gens. Même si ses intentions étaient honorables – ce qu'elle ignorait de surcroît, cela restait un crime & il en était parfaitement conscient. Redistribuer les richesses équitablement. Un vrai plan ça. A long terme, ça ne résoudrait peut être pas grand chose & ça risquait même de le mener nulle part. Mais il n'avait rien de mieux à offrir. L'odeur du tabac s'accrochait à ses doigts alors qu'il chiffonnait de plus en plus la clope. D'un bond, il se leva & emporta sa veste.

« Je vais sortir fumer un peu, si ça ne vous dérange pas. »

Le riche héritier traversa la salle et se retrouva sur le trottoir en face du café. Son briquet embrasa sa cigarette. Chaque bouffée était une délivrance. Saleté d'accoutumance. La blonde lui adressa de grands signes depuis l'intérieur. Pitié, faites qu'elle ne me rejoigne pas. De peur qu'elle ne s'exécute, Camille s'empressa d'achever le restant de tabac. Enfer & damnation, elle franchit la porte. Le jeune homme écrasa sa clope alors qu'une bonne partie n'avait pas été fumée. Il faussa un nouveau rictus & s'apprêtait à pénétrer dans le bâtiment. Mais la jeune femme l'arrêta en le retenant par le bras tandis qu'elle rapprochait dangereusement ses lèvres des siennes. Il se détacha très facilement de cet étreinte & rentra sans un mot. Plus clair, il ne pouvait pas l'être. Il se rassit sans accrocher le regard de l'inspecteur et apprécia que sa dose de caféine l'attendait déjà. Il but une longue gorgée de ce nectar en se demandant franchement ce qui se tramait dans la tête de cette nana. Le contenu ne devait pas vraiment valoir la peine d'une analyse poussée.

« N'hésitez pas à rire, je pense que l'hilarité est la seule réaction potable pour ce qu'il vient de se produire. »

C'était vraiment une de ses matinées qui semblait appartenir à quelqu'un d'autre.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Show me all the things that I should'nt known [Livre 1 - Terminé]   Dim 15 Jan - 8:54

Encore une provocation? Difficile de le dire. Bien des envies animaient la jeune femme. Celle de s'amuser, de continuer à taquiner le volatile ou encore de le faire rire. Sa remarque avait du être un assemblage des trois. Elle même n'en savait rien et ne voulait se prendre la tête sur pareil sujet. Le volatile avait du le comprendre et ne pas la prendre au sérieux. Ce n'était pas dans la personnalité de l'agent de policier d'aguicher. Si avoir des contacts humains comme ceux qu'espérait avoir Granny l'empailleuse avec Camille ne lui plaisait pas? Ses instincts animales l'empêchaient d'avoir telle frigidité. Qu'elle n'aurait nullement possédé si seul l'humanité faisait partis de ses gênes. La dame était juste loin de sauter sur le premier venu. Un manque de confiance en elle? Pas exactement. Elle savait ce qu'elle valait en temps que séductrice. Trop directe? Exactement! Jamais la demoiselle ne passait par quatre chemins et cela effrayait. Ou intimidait. Oh, soyez honnête, vous n'êtes guère surpris. Vous l'aviez trouvez intimidante aux premiers avez-vous oublié? Certes, la métamorphe savait faire des sous-entendus et insinuations mais devait se faire violence pour utiliser de tels procédés. Du moins hors interrogatoire (professionnel ou non). Une attitude assez lourde lorsqu'elle devait se vendre, se mettre en valeur? Exact. Si la jeune femme ne se sentait aucunement gênée, ce n'était que parce-que, comme déjà dit, elle cherchait le simple amusement. Camille l'avait-il compris? Sûrement oui. De toute façon pourquoi aurait-il entamé un jeu de charme avec elle?N'était-elle pas brune?

"Tu m'offres ton matelas? C'est le plus beau cadeau que l'on est pu me faire" Elle se tut quelques instant. "Mais rassures moi, ce n'est pas un pot de vin?"

Son manque de sérieux...N'agaçait-il toujours pas le canari? Dame Nature avait du lui faire don de la plus infinie des patiences. Tanwen arrivait parfois à s'irriter elle même. Schizophrène? Vous allez un peu loin! La jeune femme n'était en aucun cas déconnectée de la réalité. Même si elle en donnait souvent l'impression. En parlant de réel, la blonde ne semblait pas vouloir assimiler que ses fantasmes resteraient de simples rêves. Sauf si le criminel décidait de la recontacter dès que sa petite entrevue avec la policière s'achèverait. Fort improbable? La celte le pensait aussi. Il n'avait pas eu l'air de la désirer et semblait sincère lorsqu'il l'avait repoussé. Evidemment qu'il pouvait jouer un jeu. Ne pourriez vous pas arrêter de tout redire? Il est tôt et cela devient énervant. Revenons en donc à la future mariée. Ses yeux n'avaient quitté la silhouette du poussin que pour venir poser de temps à autre un regard plus ou moins mauvais à la métamorphe. Oui, cette dernière l'observait du coin de l'oeil! Avec un sourire, elle adopta la posture de ceux qui sont proches et veulent partager une certaine intimité dans un lieu public. Coude sur la table, tête dans sa paume et visage assez proche de celui d'Arsène.

"Te tester? Mais tu n'as plus rien à me prouver mon canari. Enfin si...Je cherche seulement à mettre hors d'elle ta petite blonde. Je paris qu'à la première occasion, elle va revenir tenter de roucouler dans tes ailes."

Pas aussi superficielle? Il y'avait une base à tout. Un bâtiment se construisait sur un terrain préalablement préparé. Le caractère faisait de même. Tanwen n'en dit rien, elle ne pouvait pas sans cesse parler. Si? La demoiselle préférait observer sa victime. Un mot parfait pour désigner ce cher Camille, vous ne trouvez pas? Bref! Pourquoi se justifiait-il? Le point de vue de l'inspectrice lui importait ou cherchait-il simplement à bavasser? Fascinant! Ce type était vraiment intéressant à étudier.Bien sûr que la policière avait eu envie de lui dire qu'il b*isa*t qui il voulait mais il ne lui avait laisser le temps de desserrer les dents enchainant sur une réplique sur sa moralité. Mouais bon, la demoiselle aurait espéré plus amusant. Etait-ce son état de nervosité qui le rendait si sérieux tout un coup? Fort probable. Seulement du à la cigarette ou aussi à cette horrible apparition? Rencontrer une ancienne aventure le rendait si tendu? Ou l'agen avait dit quelque chose de dérangeant? Si oui quoi? Qu'elle puisse s'en inspirer pour le lui refaire pardi!
D'un bond, Camille avait quitté la table pour partir fumer. La jeune femme le suivit du regard. Tout en buvant son café qui venait d'être servi, elle le fixait. Rien de bien passionnant jusqu'à ce que la fameuse Diana se lève. Elle allait le rejoindre. Agir?On ne gâche pas une pause caféine pour si peu! Bon d'accord, Tanwen eu envie de le faire me ne bougea pour autant. Comment allait-il s'en sortir? Ah? Aucune diplomatie? Le volatile devenait de mauvaise humeur? Mince! Il ne risquait de ne plus vouloir prendre part aux taquineries de l'écossaise. La journée s'était pourtant si bien annoncée!

"Tu devrais arrêter de fumer, tu vas finir par devenir un poulet fumé!"

Détendre l'atmosphère? C'était à peu près le cas. La jeune femme n'avait pas fini de discuter avec lui. Bientôt peut-être mais le moment ou elle retournerait à d'autres affaires ne s'annonçait pas encore.

"Rire! Mais je suis incroyablement énervée. Personne ne touche à mon poussin!"

Nouveau sourire éblouissant avant qu'elle ne croque dans sa brioche. Non vous ne rêvez pas, c'est bien la bouche pleine et les joues gonflées comme celles des hamsters qu'elle reprit la parole. Pour un sujet plus sérieux...Passer du coq à l'âne était une des spécialités de la demoiselle.

"T'assures tes arrières? Tu as pensé à cacher quelques vêtements avec de l'argent à divers endroits? Imagine que tu sois dans des e*merdes totales, tu ne peux pas revenir chez toi après une de tes nombreuses transformations. Tu comptes faire comment? Allez chez une personne de confiance? Et la foutre dans les problèmes elle aussi? Oui j'avoue être un brin paranoïaque mais vaut mieux prévenir que guérir."
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Show me all the things that I should'nt known [Livre 1 - Terminé]   Dim 15 Jan - 13:53

D'un sujet à l'autre sans transitions, il s'y faisait déjà. Sa dernière remarque lui avait laissé un sourire significatif sur le visage. Sa fossette creusait toujours sa joue alors qu'elle s'aventurait en terrain dangereux. Le jeune homme continuait de savourer son breuvage mais prit le temps d'avaler avant de répondre. La politesse l'oblige.

« Vous avez si peur que l'on soit découvert ? Je croyais que vous cherchiez un moyen de me coincer pourquoi vous souciez de ce genre de détails ? Je vous rassure je n’atterrirais jamais chez vous, nu au milieu de la nuit. »

Camille regarda avec envie les brioches que la jeune femme avait commandé & demanda au serveur de lui apporter la même chose. La faim le dévorait toujours. Il concentra son attention dans les prunelles de la métamorphe, réemprunta un masque de sévérité, délaissant la fougue sur ses traits un court instant. Comme pour la prendre à la confidence, il posa sa paume contre son épaule. N'avait-elle pas dit que feindre leur proximité pour énerver la blonde l'amusait ? Même si pour le français, c'était plutôt les réactions de l'inspecteur qui le tenait en haleine. Il n'avait cure des piaillements de la baudruche. Par contre, si il parvenait à ébranler un tant soi peu son adversaire, ça le comblerait outre mesure.

« Si ça produit en tout cas, ça ne sera pas pour ses motifs là »


Son rictus réapparut de suite tandis qu'il ôta ses doigts d'elle et se mit à engloutir le restant de caféine. Diana avait réinvesti le café & semblait à mi chemin entre la rage et la honte. Franchement, elle n'était pas très loquace, se ridiculiser devant ses amies de la sorte. Bah. Ça n'était pas son problème. Le riche héritier emporta un de ses petits pains jusqu'à sa bouche & croqua allègrement dedans. Le goût légèrement sucré de la chose fut appréciable. Le corbeau jeta un œil sur son portable pour voir l'heure & réfléchir à comment il pourrait réorienter ses plans pour la nuit. Inutile de préciser que son champ d'activité allait se réduire maintenant qu'il avait un flic canin à ses trousses. Il est vrai que ses avertissements auraient l'avantage de le rendre un peu plus vigilant bien qu'il avait toujours fait extrêmement attention à ses moindres agissements. Il veillerait à couvrir ses arrières avec plus de perspicacité. Pour rien au monde, il ne voulait offrir à cette jolie jeune femme des indices nécessaires à sa capture. Camille enfonça ses canines dans une seconde viennoiserie en rangeant son téléphone dans la poche de sa veste. Il se demandait si il serait appelé par sa maîtresse vampirique ce soir. Beuh. L'Avenir nous le dirait. L'adaptation, c'était son créneau.

«Je prends conscience que vous avez délibérément choisi votre jour de congés pour venir me rendre visite. C'est aimable à vous. J'espère pouvoir vous rendre la pareille prochainement.»

Le volatile projetait réellement de la revoir. Les personnalités dans son genre manquaient cruellement à son quotidien. Imprévisible, elle avait du mordant pour sûr. Ils étaient branchés sur la même fréquence. De par le fait qu'ils étaient métamorphes ? Ça, Camille ne pouvait l'affirmer. C'était la première fois qu'il croisait la route d'un de ses semblables.

« Je me demandais... Est-ce que nos congénères partagent votre penchant certain pour l'humour & l'ironie ? »

Le jeune homme avait cru comprendre à demi-mot qu'elle en avait déjà côtoyé, au moins il serait fixé. Etaient-ils nombreux ? En tout cas, à sa connaissance, ils devaient plutôt bien se planquer car jusqu'ici, rien ne laissait supposer que des changelins courraient les rues d'Ecosse. Peut être qu'avec les événements surnaturelles se produisant dans cette partie du Monde, les leurs rejoindraient cette Terre comme lui ? Il ignorait si il avait envie ou non de rencontrer d'autres membres de leur espèce. Il ne regrettait nullement ce tête-à-tête avec Tanwen, même si elle voulait le foutre derrière les barreaux. Cet entrevue lui avait ouvert les yeux sur sa condition & puis, il avait gagné une connaissance douée de répartie. Cette chasse à l'oiseau pimenterait un peu plus sa vie autant que cette nouvelle relation d'être presque humain à être presque humain. Inutile de préciser que le riche héritier appréciait la jeune femme. Sinon pourquoi lui offrir café, croissant & tour en voiture ? Il voulait apprendre à mieux la connaître. Pas forcément pour lui échapper mais parce qu'elle s'avérait bien plus attrayante & intrigante que la majorité des gens qu'il connaissait. & pourtant, il avait un répertoire assez impressionnant.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Show me all the things that I should'nt known [Livre 1 - Terminé]   Dim 15 Jan - 15:43

La réponse était oui. Effrayée d'être découverte...Camille avait touché un point sensible. Ce n'était peut-être pas la plus importante angoisse de la jeune femme mais elle était belle et bien présente. Perdre sa tranquillité? Oui, une raison véridique. Qui n'était pourtant pas seule...Celle-ci servait à se voiler la face, à se renfermer dans un égoïsme inexistant quel aurait tant voulu posséder. Son altruisme n'était pas entièrement du à ses capacités animales. À sa plus grande déception. On ne gagnait rien de bon à se soucier des autres, seulement un stress. Et autrui se moquait de vous éperdument. Je vous ai mentis? Bien sûr et n'en soyez choqué, je suis de mèche avec la demoiselle. Peut-être que son côté solitaire s'était renforcé avec les années à cause de quelques mauvaises expériences. Rien d'affreux, n'imaginez pas une petite Tan rejetée, harcelée par l'espèce humaine. Elle a toujours eu ce sale tempérament qui empêchait le plus mauvais esprit de venir trop la déranger. Nous nous égarons? Pas exactement. Si la policière n'aimait admettre que la connaissance de son secret l'importait pour autre raison que sa sérénité, c'est qu'elle craignait d'être vu comme une gentille fille, une bonne patte. Le coming-out des vampires avait fait émulation et elle ne doutait pas que celui des métamorphes ferait de même. Oh cela ne l'aurait pas autant gênée si la jeune femme n'avait connu qu'elle en tant que changeling. Mais n'avait-elle pas de la famille possédant les mêmes dons? Et, sans vouloir paraitre déplacée envers eux, ils étaient bien moins fins d'esprit qu'elle. Ils se seraient fait prendre rapidement. Alors oui, elle avait peur mais évidemment n'en dirait rien. Sa fierté était trop importante. Puis quel imbécile annonçait à hautes vois ses craintes?

Voilà qu'elle se faisait prendre à son propre jeu. Non, ce n'était pas les paroles du voleur qui la mettait tant mal à l'aise. Ce n'était que des mots mais sa proximité et son attitude était...dérangeante. Contradictoire? Il y'avait une large différence quand c'était elle qui agissait de quand c'était autrui. D'autres raisons? Comme lesquelles? Vous parlez tant pour ne rien dire encore une fois! Si son embarras se traduisit extérieurement? À vrai dire, la jeune femme afficha son éternel sourire. Si Camille était un tant soit peu observateur, sûrement remarqua t'il la légère crispation du corps de l'agent! Son soma la trahissait! Fort heureusement, il ne laissa que peu de temps ses doigts sur elle pour partir engloutir des brioches. Comme souvent pendant une période intense (oui, elle aimait l'exagération) ou après, la demoiselle imita le criminel pour manger. De façon normale. Du moins elle le souhaitait.

"P*tain, tu pourrais pas me tutoyer? J'ai l'impression d'avoir l'âge de ta copine."

Diana? Non! Vous avez parfaitement comprit de qui elle parlait! Enervée? Vous vous leurrez, elle l'avait dit calmement . Tanwen ne supportait pas qu'on la vouvoie, trop pompeux à son goût. Si, elle avait compris que le jeune homme souhaitait la revoir! Sauf si cela était une sorte de formule de politesse. Mais le volatile n'avait pas l'air d'apprécier pareille hypocrisie. Flatteur? Oui bien sûre! Rares étaient ceux qui voulaient avoir une nouvelle rencontre avec elle. Elle les agaçait un peu trop. Encore une fois elle s'abstint de le dire. De toute façon l'agent ne lui avait-elle pas fait savoir qu'elle aussi allait revenir le taquiner? Enfin...Le sujet venait de changer! Lui aussi se débrouillait pas mal pour sauter du coq à l'âne. Alors il s'intéressait à leur espèce? Il n'avait pas semblé vouloir y accorder d'intérêt jusqu'alors. Elle comprenait sa curiosité. Ils l'étaient tous. Du moins ce n'ayant pas eu la chance de vivre avec la même race.

"Je suis une espèce unique! Une sorte d'oiseau rare si tu me permets l'expression! Mon humour n'est pas du à notre race. Certains sont ennuyants à souhaits. La plupart sont des torturés qui se complaisent dans leur soit disant malheur. Vaut mieux pas fréquenter tes semblables! Je dis ça pour tes petits nerfs. Mon lapin...poussin! Je m'embrouille! Je pensais...Enfin on s'en fout. Bon il serait temps de renter tu ne crois pas?"


Assez abruptement, Tanwen s'était levée. Si elle en avait assez? Pas vraiment mais n'avait-elle pas autre chose à faire? Tous deux s'étaient assez attardés! Oh non, parler des siens ne la gênait guère même si elle trouvait le sujet assez chiant. Puis son énergie voulait qu'elle bouge, effet du café évidemment ! Sans attendre le jeune homme qui devait régler l'addition. Elle vint rejoindre la voiture et s'appuya sur la portière du conducteur fixant l'intérieur du commerce. Lorsque Camille apparu, son sourire refit surface.

"Je conduis!"


Et le trousseau s'agita dans sa main sous le nez du voleur. Comment elle les avait eu? Je suis sûre que votre logique trouvera la solution facilement.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Show me all the things that I should'nt known [Livre 1 - Terminé]   Dim 15 Jan - 21:44

Il avait donc réussi à la mettre hors de ses gonds. Laquelle de ses remarques l'avait irritée à ce point ? Il se plaisait à croire que c'était son invitation à peine masquée. Intéressant. La tutoyer ? Un peu de familiarité n'était pas déplaisante mais ça prendrait un certain temps. Il adorait trop dissimuler ses intentions derrière des « vous » un peu pompeux. Il se contenta de sourire alors qu'elle s'énervait. Une fois, que son accès de colère s'évapora, il obtint sa réponse sur leur espèce qui confirma ses pensées. Tanwen était unique en son genre. Sa décision de quitter les lieux précipita la suite des événements. En même temps, lui aussi avait terminé. Alors que telle une furie, elle sortit du café, Camille paya l'addition, laissant un pourboire un peu trop généreux au serveur. Le pauvre avait l'air si blasé de la vie, au moins pourrait-il égayer un peu son quotidien avec ça... Bien que ça ne réglait pas grand chose. Au moins le riche héritier eut droit à un merci chaleureux. Ce qui était appréciable. Diana l'observait toujours depuis sa chaise. Il lui adressa un signe de tête qu'elle ignora royalement. Le jeune homme s'arracha du lieu à moitié hilare.

Les clés dansaient autour du doigt de la métamorphe. Ah. Si elle croyait qu'il n'avait rien senti qu'elle s'en était emparé, c'était loupé. Cependant, il s'abstint de lui révéler. Il ne voulait pas la vexer, ni lui ôter tout amusement. Le jour où on le prendrait à ses propres jeux n'était pas vraiment venu. D'un hochement de tête il acquiesça à cette proposition. Ce petit bijou n'était qu'un cadeau empoisonné. Pas vraiment de valeur sentimentale. Juste un paquet d'argent impensable sur roues. Il s'installa côté passager & s'assit confortablement. Il ne dit mot durant le trajet se délectant la conduite souple & rapide de son chauffeur. Elle manqua de griller un feu rouge ce qui eut le don d'amuser le français. Soit elle était pressée de rentrer, soit elle voulait juste tester les capacités de la porche. L'un dans l'autre, ils furent rapidement revenu au point de départ. L'inspecteur se gara face à l'immeuble, près d'une moto qu'il jugea être la sienne. Ce genre de véhicule lui correspondait tellement bien. Ils sortirent de la voiture & elle lui rendit directement ses clefs. Bien, cette étrange entrevue touchait à sa funeste heure. Regrettable.

Le corbeau s'empara de la paume de la jeune femme et déposa lentement ses lèvres sur le dos de sa main. Comme pour clôturer son jeu d'apparence. Ensuite, il lui offrit un dernier sourire.

« Cette matinée fût intéressante. Je suis certain que nous serons amener à nous recroiser inspecteur. J'y veillerais personnellement. »

Sur ces mots, le métamorphe lui tourna le dos et regagna l'entrée du bâtiment. Quand il se retourna, son engin roulait déjà sur l'asphalte. Tanwen. Il connaissait son adresse. Evidemment, il avait subtilisé son portefeuille en douce & mémoriser sa rue ainsi que le numéro. Elle habitait également Edimbourg. Parfait. Le jeune homme prit l’ascenseur & gagna son étage. Il pénétra dans son appartement, jeta sa veste & ses clés sur la chaise proche. En entrant dans son salon, il observa à nouveau les grues dansant depuis son plafond. Il s'empara d'une feuille et s'installa dans le fauteuil. Il avait déjà fait ça par le passé, le coup de main reviendrait pour sûr. Au bout de quelques essais, il parvint à finir son pliage. Un petit chiot en origami déambulait désormais sur la table basse. A la première occasion, il lui apporterait. Elle comprendrait qu'il savait où elle vivait & peut être qu'elle réaliserait même qu'il pensait à elle à sa façon. Il lui renvoyait la pareille pour les oiseaux en papier. Drôle de relation. Mais il fallait avouer que ça dénotait du reste. Entre une vampire qui le manipulait comme un objet & une multitude d'humains le considérant comme un gosse riche sans intérêts, une métamorphe qui partageait son secret & son humour transcendait un peu le décor. Bon elle voulait le foutre en prison. Certes. Mais ce n'était qu'un détail après tout, non ?
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Show me all the things that I should'nt known [Livre 1 - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Show me all the things that I should'nt known [Livre 1 - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Taste me, drink my soul, show me all the things i shouldn't know.
» NJ ≈ show me all the things that I shouldn't know.
» I'd risk my life for two things. Love and revenge. // Killian J. Flynn [Terminé]
» The Hillywood Show
» Retro Taco Show.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Edimbourg
 :: Newtown
-
Sauter vers: