AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Mar 8 Nov - 23:29

    •• Contexte de la Mission

    La soirée prend un cap nouveau. Finalement, le pire semble être évité. La sécurité semble fonctionner correctement, aucun problème grave en vue ni altercation. Même Badenov semble se tenir tranquille. Quoiqu'il en soit, ce calme apparent ne dure qu'un temps. Cela permet néanmoins à William Raybrandt de faire entrer avec sa jeune épouse Jana. Celle ci rayonne de beauté dans la robe offerte par son mari en dépit des ordres de la Reine. Nul doute que Krystel prendra ombrage de cet affront qui lui est fait, mais il faut dire que le nom des Raybrandt ne sort que glorifié de telle démonstration de richesse et de beauté. Le couple princier se positionne donc sur la piste de danse, rejoignant ses glorieux aînés. Belle et Suzy continuent leur conversation; la vampire dissidente cherche désormais à en savoir plus auprès de l'"amie" du roi des vampires, au sujet de Torben Badenov. Dans quel dessein? Peut être pour l'utiliser à ses fins, ou encore parce qu'elle se méfie de cet être violent et apparemment anti-vampires. Suzy joue toujours son rôle à merveille; elle reste polie et avenante, tout en tenant sa langue. Le fait qu'elle ne succombe pas au charme redoutable de la vampire française en dit long sur la force de la folie qui imprègne le coeur de la jeune femme depuis des mois maintenant. Morgane quant à elle se plaît finalement à jouer avec d'Aubusson, qui le lui rend bien. Tous deux semblent jouer un jeu de dupes, séducteurs sans vraiment savoir le but qu'ils poursuivent, sinon l'esbrouffe. Quoiqu'il en soit, ils formeront l'un des couples les plus glamours de la soirée, selon les tabloïds, bien qu'il leur reste à écrire le reste de l'histoire. Le roi et la reine, eux, se séparent peu après la première danse. Krystel comme Augustus ont hâte de terminer cette farce de banquet pour se concentrer à des intérêts et des instincts nettement plus primaires, et de goûter enfin au pouvoir absolu d'une monarchie renforcée. Augustus en profite pour saluer sa servante humaine qui lui évoque de gargantuesques appétits, ainsi que pour convier sa rivale et probable adversaire Belle Renard à une discussion, quelques jours plus tard. Il semble que les prémices des discussions entre loyalistes et dissidents soient sur le point de commencer. Par contre, la situation finit par déraper à nouveau alors que William vient s'expliquer avec Hannah Badenov, sa servante humaine, et le vampire qu'il a chargé de sa protection, Leslie Anderson. C'est l'occasion pour chacun d'exprimer ses griefs. D'abord entre Hannah et Leslie, puis entre ces deux là et William, qui revêt pourtant l'Autorité. Autorité baffouée, par une maîtresse qui se sent éconduite et rejetée et par un homme de main dont la morale remonte à la surface avec force. Comment réagira Raybrandt fils? C'est sans compter sur ce qu'il se trame un peu plus loin. La vision de sa femme remariée avec un autre déchire un peu plus Torben, qui pète un boulon, va menacer directement la reine, avant de proposer à la jeune Cora McLensfield, elle aussi esclave des vampires, de se rebeller contre l'infamie de leur situation? Moi, la destinée, je sais que certains ne ressortiront pas indemnes du banquet qui commence... Car l'orchestre s'interrompt un instant, alors que le chambellan du Roi clame haut et fort que le banquet va commencer, selon la tradition de l'époque de la vie humaine de la Reine. Le repas sera servi de façon constante, mais les gens ne sont pas obligés de s'attabler; chacun mange, danse, boit, fait ce qu'il lui veut tant qu'il honore le, ou plutôt les couples mariés, en s'amusant! Déjà, se pressent sur les tables gibier rôti, accompagnements de toutes sortes, tourtes, vins de tous pays, plats raffinés... La musique sur la piste de danse se fait plus entraînante, tandis que des fûts sont mis en perce derrière le bar. Tout est fait dans la tradition médiévale; clin d'oeil du roi à la jeunesse humaine de son épouse. Les vampires ne sont pas oubliés; du True Blood chaud leur est servi s'ils le désirent, mais beaucoup risquent de préférer danser et s'amuser.


    ATTENTION: le rp se déroule de nuit, sinon les vampires ne sauraient y participer!


    •• Indications de jeu et Ordre de passage :

    Le tour de passage dure jusqu’à mercredi prochain dans la soirée. Chaque joueur a le loisir de poster plusieurs fois s'il le désire. Voici un plan pour vous retrouver dans la soirée:
    Spoiler:
     

    Si jamais vous ne vous y retrouvez pas dans le plan, envoyez un mp aux admins :p. Concernant cet ordre de passage, il sera centré sur le banquet de mariage au sein du manoir du Roi des vampires, Augustus King. Danse traditionnelle, bar ouvert et service sur mesure, tout est fait pour le confort des invités. Vous êtes totalement libre dans ce que vous voulez faire. Au moment où l'ordre de passage est lancé, le banquet est lancé. Attention, ce plan de déroulement ne tient pas compte d’éventuels imprévus ; vous restez libres de vos actions ! Attention cependant à la cohérence, comme toujours, et si vous avez un doute sur une action contactez les admins :p.
    Si vous avez des questions, mpottez les admins, ils se feront un plaisir de vous répondre :p

avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie :
Coups du Destin: 0
Votre destin est entre mes mains.
Messages : 8501
Membre du mois : 7544
Je crédite ! : Avatar (c) Kanala
Localisation : Nulle part et à la fois partout
Compte Administrateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Mer 9 Nov - 13:17

Le temps du trajet, je pu me changer et revêtir la robe que William venait de m’offrir. La limousine freina, nous étions arrivés. William sourit en me voyant, puis il sortit de la limousine, m’aidant à en faire de même je ne voulais pas l’abîmer. A chaque fois que Krystel m’avait prêtée une robe je devais la rendre dans un état impeccable, dans un sens, j’avais appris à faire attention à mes affaires. A peine sortit que les photographes se précipitèrent sur nous pour nous prendre en photos.

    « Oui, c’est mieux ! Merci William. »


Je rentrais dans le manoir au bras de William, il prenait des risques en me faisant changer de robe. Moi de façon, j’étais mariée à William c’est bien ça ? Donc je faisais ce qu’il disait, en épouse modèle et obéissante. Je n’avais que faire de l’avis de Krystel, de façon quoi qu’on fasse on faisait tout de travers donc…Autant que William ai ce qu’il veut. Krystel aussi s’était changée, rouge, cette robe ressemblait plus à Krystel que la précédente. Dés mon entrée dans le manoir, j’avais repéré Torben au bar avec une humaine, j’ignorais qui c’était mais de toute façon je n’avais rien à dire. Puis ce fut le début du bal, Krystel et Augustus, le nouveau couple royal ouvrit la marche suivit de William et moi. On se serait cru à une autre époque, mais après tout les vampires ont des manières, et des façons de vivre qui font penser que le temps s’est arrêté le jour de leur transformation même s’ils restent dans leur temps. Tout dans le manoir reflétait la vie passé des vampires, et l’époque car oui, ici, nous étions d’anciens vampires après-tout c’était aux ainés de gouverner. Après un grognement de William, que j’étais la seule à avoir entendu, William s’arrêta de valser quand il aperçut Augustus se dirigeait vers Belle.

    « Ne t’oblige pas William, mais si tu veux me raconter ne te gêne pas. Tu sais qui est la personne avec Torben là-bas ? Une humaine ? »


Pour montrer à William que j’avais moi aussi entendu, je lui fis un léger signe de tête, afin d’être discrète. William était préoccupé, et gardé beaucoup de choses pour lui… Il me ramena gentiment à notre table, puis s’éloigna vers Leslie et Hanna. Mon regard se porta, discrètement, sur Torben qui passa momentanément de Cora, à Krystel, je n’écoutais pas ce qu’il lui dit mais bon quoi qu’il lui dise c’était une très mauvaise idée de la provoquer ou la contrarier lors de son mariage. Même si, me voir dans une nouvelle robe avait déjà du la faire bouillonner. Torben s’approcha alors de moi, ses mains tremblaient, je sentais qu’il allait me faire regretter les décisions que j’avais prises auparavant. C’était les yeux pleins de larmes cachés qu’il s’approcha de moi. L’entrevue avec Torben dura quoi quelques secondes… les mots dans ma gorge restèrent complètement glacés alors qu’il me souhaitait bonne chance, j’en aurais besoin de chance tiens ! Et s’il trouvait ce mariage grandiose, ce n’était pas mon cas.

Les mots, de cristal forgés, dans sa gorge de glace se sont figés…

Il s’éloigna d’un pas vif, sans regard pour moi, il m’en voulait, il avait raison. Dans la cathédrale, j’avais surement mal agis. Mais étais-ce trop tard ? Torben retourna voir sa cavalière, et l’invita pour une danse. Cette jeune femme allait surement me détestait, mais je devais faire quelque chose sinon c’était Torben qui allait me détester d’essayer de limiter les dégâts. Je me levais d’un bond prenant quand même un minimum soin de ne pas abîmer la robe, je me dirigeais vers la piste de danse d’un pas rapide et bien décider à parler avec Torben. William m’en voudrait lui aussi terriblement surement de mettre donner en spectacle mais tant pis. De façon perdu pour perdu, je voyais mal comment cela pourrait être pire. J’arrêtais Torben et sa cavalière encore inconnue dans leur danse.


    « Excusez-moi d’avance. » lançais-je à la cavalière de Torben, qu’elle le pense bien ce n’était en rien contre elle que je faisais ça, Torben dansait bien avec qui il voulait. Mon regard se tourna alors vers Torben. « Je suppose que si je te demande un instant de ton temps pour s’expliquer tu le refuseras ? Tu aurais raison je pense ! Mais sache que ce n’est pas une partie de plaisir, à l’Eglise j’ai essayé de limiter les dégâts. Je voulais faire quelque chose, William m’a retenue et m’a fait remettre les pieds sur terre. Krystel avait tout prévu, et on ne pouvait rien faire contre cela. Tu crois que je suis contente d’être considérée comme la nouvelle Princesse des Vampires ? Franchement ! Oui, oui je vais avoir besoin de chance pour ce soir. Tu détestes William, je l’aime mais pas de la manière qu’une femme aime son mari figure toi, jusqu’à présent je le considérais comme un frère. Si tu penses que tout ceci m’enchante, que j’aime cette situation tu te trompes Torben. Je voulais limiter les dégâts, mais j’ai vu tu es allé provoquer Krystel c’est ça ? Tu es fou… tu me diras je ne vaux pas mieux en venant te parler au beau milieu de la piste de danse. Cette situation ne me réjouies pas du tout, est-ce-que je parais heureuse ? Honnêtement comme une jeune mariée qui passe la plus belle nuit de sa vie ? » En posant cette question, je mettais retourner vers la cavalière de Torben.

    « C’est le pire jour de ma vie, tu peux penser ce que tu veux que je t’ai trahis ou que sais-je encore. Mais, c’est difficile de se détacher de l’emprise Raybrandt une fois qu’on est prit dedans. Je me ferais surement punir pour cet acte, mais j’en ai que faire Torben, je voulais te parler, que tu comprennes et que tu te fasses une meilleure idée de moi. Je le vois dans tes yeux que tu m’en veux. Mais que tu le veuilles ou non, William ou pas mes sentiments envers toi ne changeront pas. Je voulais juste que tu le saches, crois moi ou pas moi je sais que ce que je dis est vrai, et entre nous si c’était pour mentir est-ce-que je me serais déplacée pour te parler ? Est-ce-que j’aurais pris autant de risques ? »

    J’avais débité ma tirade à toute allure, presque sans m’arrêter, je crois que j’avais tout dis, tout ce que j’avais sur le cœur. Maintenant à Torben de se faire une idée, j’espérais que j’avais réussis à recoller au moins quelques morceaux cassés qu’il verrait quand même les risques que j’avais pris en venant lui parler et en lui disant tout ça. J’espérais qu’il comprenne, et qu’il soit de mon côté et que ça fasse tomber la colère que ses yeux trahissaient.


HJ : Désolée, mais c'était beaucoup trop calme Et Torben m'a cherchée Puis, je voulais fêter mes 1 ans sur Strange Scotland dignement
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Jeu 10 Nov - 2:57


Argh ! Mais il lui faisait quoi là ? Une crise d’enfant de cinq ans ? Ok, peut-être avait-il eu raison pour ce petit problème avec ce d’Aubusson et, effectivement, William ne prit pas deux secondes pour ramener son regard en direction d'Hannah surprit par se fait, jaloux, frustré que sa servante ne lui soit pas d’une loyauté à toute épreuve … Puis, en parlant de loyauté, elle prenait maintenant le parti de ce fou furieux qui semblait le tuer sur un seul petit regard ? Non mais ! Vous avez vu comment Torben Badenov l’observe ? William se trouvait encore chanceux de ne pas avoir déjà un poignard transperçant son abdomen. Pas que cela l’énervait, juste qu’il ne comprenait pas comment on pouvait prendre le parti d’un malade comme celui-là ... Son frère ? Pff, mais quelle sœur voudrait avoir un frère tel que lui ? - Hrm, pas de commentaire sur sa propre relation avec sa sœur malgré que plus saine il nous fallait l'avouer. - Elle ne pouvait rien lui répondre … ? Pas ici … ?

- Hannah … Je sais que tu détestes ce mariage, mais c’est …

Ok, Leslie avait continué sur sa lancée et maintenant insultait notre Sheriff. Ce dernier, déjà las de toujours se tenir derrière tout le monde pour éviter la moindre gaffe, retourna le regard en direction de son employé. Ses yeux restèrent neutre, mais un soupire sortit sur un air désespéré de par ses lèvres pulpeuses. Il avait lâché la main d’Hannah et maintenait, dorénavant, ses doigts contre son front il se pencha vers le sol. Ils ne comprenaient pas … Ils ne comprenaient rien du tout … Ils désiraient, semblait-il, sa sécurité voir une vie simple. Argh, impossible ! Avec lui, avec un Vampire au pouvoir, déjà, ce n’était pas une possibilité. Réfléchissant toutefois, William déduit le sens implicite présent en les tirades de Leslie. Oui ! Le jeune Vampire semblait avoir foi en lui, semblait désirer le protéger tout comme Hannah en fin de compte. Oui, car les émotions ressenties par cette dernière ... Il y avait du regret là-dedans : William en était sûr. Peut-être pourrait-il régler cette petite affaire en amenant une qui soit plus positive ici et maintenant ? Il se releva et prit une position semblable à celle de Leslie, mais nettement plus détendue.

- Leslie ... Hannah. Vous êtes de la nouvelle génération et cela se voit. Tout ce qui vous paraît injuste doit s’éliminer dans l’immédiat. Arf … Quel est le problème de penser avant d’agir aujourd'hui ? Parfois, il faut faire ce qu’on attend de nous pour gagner son respect. Mais il n’est pas interdit de …

Subitement, il tourna la tête apercevant Jana discutant avec ce Torben Badenov. Oui, William entendait plusieurs des paroles de sa nouvelle femme et ce n’était pas pour lui plaire. Alors qu'il tentait d’expliquer la bonne marche à suivre pendant une cérémonie comme celle-ci à Leslie et Hannah, Jana enquêtait d’agir en l’inverse. Ah, mais que cela pouvait devenir agaçant ? Ne pourrait-elle pas simplement discuter avec un Vampire ? Avec Nikos encore, cela ne le dérangerait même pas pour une fois : tant que ce n'était pas lui discutant avec le Maître-Vampire. Avec le couple royal même ? Non ! Il fallait que cela soit lui. Puis, à quoi bon, ce n’était pas sa première bourde non ? Désirait-elle être punie à nouveau par Krystel ?

- Excusez-moi, mais j’ai justement en vue ce qui doit être évité durant une cérémonie de mariage sous la loupe de plus de la moitié des médias du Royaume-Uni …

À nouveau, William se leva et laissa tomber rapidement son petit sourire espiègle face à ce magnifique lien trouvé entre deux conversations. Il se sentit mécontent de ne pas avoir put continuer ce premier pas vers un recrutement certain. Oui, il aurait été fier devant Belle là. Pff ! Jana pourrait l'aider au lieu de tenter de commettre des problèmes. Avançant sur un pas élégant, long et droit comme à son habitude, il attrapa doucement Jana par la taille lui donnant nonchalamment un petit baiser. Ceci avait un seul but soit couper court à la probable tension entre les deux, voir les trois, personnages. William fit, ensuite, mine de ne pas avoir vu son «ennemi» pour se présenter à Cora … Puis, Jana n’avait-elle pas manifesté le désir de connaître cette jeune femme ? Oui, on vous avait déjà assuré que William Raybrandt savait parfaitement comment changer un sujet, détourner l’attention de situations pouvant devenir problématiques. Son ton de voix ce fit d’une suavité sans égale accompagnée d’une politesse semblant venir d’une toute autre époque. Charmeur.

- Miss Cora Mclensfied servante humaine de Maître Panapopoulos si je ne m’abuse. Je suis heureux de vous voir ici ce soir. Je crois ne pas avoir besoin de me présenter non … William Raybrandt, Prince et nouvellement marié à la Princesse Jana Raybrandt ici présente.

Tenant toujours Jana par la taille, notre cher Prince apposa un doux baisemain sur le dos de la main droite de Cora à la suite des politesses qui étaient de mises. Déjà, il frissonnait de plaisir à tant de beauté féminine. Certes, il fallait, évidemment, s’enquérir de … Oui, de cet homme qui avait failli foutre le bordel dans le mariage tenu tant à cœur par sa mère. Lâchant délicatement la main de la jolie Cora, le Sheriff ramena son regard neutre … Toute dose chaleureuse avait sensiblement disparue transformée par une neutralité sans pareille. Malgré qu’il aurait voulu réellement le remettre à sa place, malgré qu’une certaine peur le tiraillait, William pensa à Krystel Raybrandt en priorité.

- Monsieur Badenov. Je dois avouer devoir vous définir comme un être courageux et remplit de surprises pour avoir troublé cette cérémonie devant notre Roi et reine. Dommage que nous ne sommes pas connus en d’autres circonstances.

Peut-être un léger sourire en coin, mais rien d’autre n’apparut. William Raybrandt restait droit, élégant comme son rang le demandait. Intérieurement, il espérait que Leslie et Hannah observaient cette scène et prenaient des notes. William tourna, finalement, la tête vers Jana toujours retenue par la taille … Ses yeux se firent légèrement plus durs par la démonstration, à nouveau, de témérité chez la jeune Princesse. On avait déjà sonné, depuis quelques minutes déjà, le début du banquet comme présenté à l'époque où il était encore Duc. Cela attira un peu son attention détournant légèrement son regard de l'homme pour le porter sur les serviteurs qui servaient les meilleurs mets, les convives humains se mettant à table.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Jeu 10 Nov - 7:44

Cet espèce de laisser-aller que je m'accordais me permis d'observer les convives commencer à se presser aux tables alentours, s'asseyant en s'accordant enfin une attitude plus détendue, comme si le repas jouait déjà son rôle apaisant et convivial. La nourriture a toujours rassemblé, que ce soit le partage d'un simple bout de pain avec du fromage, une soupe bien chaude où trempent quelques morceaux de pain rassit pour les plus pauvres. Mon sourire cachait pourtant de son mieux la réflexion suivante : il pouvait arriver qu'une succession de plats fins ne masque en rien les dissensions de qui la prenait, et me venait en mémoire ces repas longs, las et silencieux, de deux personnes trop riche, chacune au bout d'une immense table...

* Comme quoi, c'est vite fait de faire du Ciel un Enfer... *

Bon, d'accord, je n'avais pas laissé beaucoup de marge de manoeuvre à mon patron -*Peu me chaut de lui plaire ou non ! il est temps de jouer carte sur table maintenant ! *- sans doute parce que j'attendais de lui ... quoi, au fait ? qu'il me considère, moi, pauvre petite chose qu'on avait jeté dans ses pattes ? pour un peu, j'en aurai ri, de cette situation, mais non, je n'avais pas le coeur à çà.... vraiment pas. Et visiblement, William, lui, n'avait pas de coeur du tout, alors...

Je n'eus droit qu'à quelques mots condescendants qui poussèrent le peu d'espoir que je pouvais nourrir dans l'abîme le plus profond :

- Leslie ... Hannah. Vous êtes de la
nouvelle génération et cela se voit. Tout ce qui vous paraît injuste
doit s’éliminer dans l’immédiat. Arf … Quel est le problème de penser
avant d’agir aujourd'hui ? Parfois, il faut faire ce qu’on attend de
nous pour gagner son respect. Mais il n’est pas interdit de …

Quel est le problème de penser
avant d’agir aujourd'hui ?


Mes yeux s'écarquillèrent : non mais je rêve, là... et lui ? avant de se jeter sur moi pour m'invectiver et me reprocher ma conduite, alors que j'avais donné tout ce que j'avais pour protéger sa ... sa.... euh.... je regardais Hannah, interdit... Cette donzelle m'avait déjà tant énervé (!) que je ne trouvais plus de mots pour la qualifier. Même sa peine et son dépit ne me faisaient pas de bien.

Parfois, il faut faire ce qu’on attend de
nous pour gagner son respect.


* Il parle du respect de qui, là ? *

Mon dos quittait le dossier contre lequel il s'était écrasé, un instant plus tôt, et j'étais bien décidé à lui dire mes quatre vérités, tout prince vampire shériff qu'il était, ce type avait besoin qu'on lui remette les points sur les "i" avant de se foutre en l'air tout seul ! J'ouvris la bouche pour répliquer lorsque mon attention fut attirée par un mouvement, derrière William : sa femme retournait à son premier amour ! intéressant, çà... mon regard, donc, avait définitivement quitté ce cher prince et je suivais avec intérêt les bribes d'une conversation qui ne m'arrivait qu'à travers un rideau de gloussements, froissement d'étoffe, conversations stériles et conventionnées :

* Quoi ? elle aime toujours son premier mari ? et Will comme "un frère" ?!!!! *

Je souris à l'idée d'un Willi cocufié avant sa nuit de noce... quelle vengeance pour moi ! sans que je n'ai rien à faire : finalement, cette bonne femme était géniale ! donc, je tendis délibérément l'oreille, peu soucieux de la suite des dires du shériff, qui d'ailleurs, lui non plus, ne nous accordait plus, à Hannah et moi, la moindre importance, puisqu'il fendait la foule, direction sa "bien-aimée"!

Cette situation ne me réjouies pas du tout,
est-ce-que je parais heureuse ? Honnêtement comme une jeune mariée qui
passe la plus belle nuit de sa vie ?


Alors là ! je me tournais lentement vers Hannah, pour voir si elle avait entendu çà, elle aussi : les bras m'en tombaient ! même pas deux heures après le mariage ?!!!! déjà, elle se plaignait de son nouveau mari ? qui d'ailleurs ne l'était pas, puisque sa femelle n'était pas encore divorcée du premier (!!!), et en public ?!!!

C’est le pire jour de ma vie, tu peux penser ce que
tu veux que je t’ai trahis ou que sais-je encore. Mais, c’est difficile
de se détacher de l’emprise Raybrandt une fois qu’on est prit dedans.


Alors là !!! ce fut le mot de trop !!!! "le pire jour de sa vie" ????!!! malgré moi, je bondis, et alors que mon chef prenait un train de sénateur plein de dignité pour "reconquérir" sa femme, je fendis la foule avec quelques "pardon, pardon, merci..." et autres conneries de mondanités, parvins au couple maudit et me mis délibérément entre Badenov et Raybrant, prenant le premier par le bras -à l'aide d'une clef bien sentie et bien connue des services de police-, et juste après la sortie de mon chef, chuchotait à l'intéressé :

-
Veuillez me suivre sans provoquer d'incident, monsieur Badenov. Je crois que vous avez besoin d'air...

et si ma technique de policier ne marchait pas, me resterait ma force vampire, qui, bien que toute jeune et à peine éclose, nourrie de True uniquement, n'en était pas moins bien suffisante pour maintenir un homme, quelque soit sa taille, à ma merci. Sans demander mon reste, un grand sourire charmeur sur les lèvres, j'entraînais Badenov vers la sortie.

Mais intérieurement, déjà, je pestais contre la servilité qui me poussait à servir William.

* Non ! idiot ! c'est pas de la servilité, et tu le sais... c'est de l'amitié... *

Je me repris immédiatement :

* ALORS CA !!!! JAMAIS !!!! *

tout en poussant le géant en direction du parc.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Ven 11 Nov - 19:33

Plus Torben me parlait plus je lisais en lui un immense désespoir et plus je haïssais tout ce monde qui nous faisait souffrir. J’avais presque envie de prendre mes jambes à mon coup et de retourner sur le trottoir. C’était peut être horrible d’en arriver à de telles pensées mais au moins là-bas j’étais libre de mes actes, alors que là je me sentais enchainée à cet homme. S’il m’accordait un peu d’importance je savais que me sentir contrôlée ne me gênerait pas vraiment au moins j’aurai l’espoir de sortir de la misère alors que là je servais une fois de plus de petit plaisir, pas à un homme mais à un vampire et je n’y gagnais rien. Mais les vampires ont ce formidable pouvoir de vous rendre dépendant. Et je ne parle pas d’une dépendance semblable à la drogue, c’est bien plus, c’est indescriptible à tel point que ça rend cinglé.

Torben avait perdu tout espoir, tout comme moi. La perte définitive de sa femme avait été le coup de grâce et il n’avait plus la force de se battre. Mais il semblait croire qu’à deux on arriverait peut être à trouver ce courage qui nous faisait défaut. Il voulait me sortir de là, et je voulais le délivrer. Pourtant je nourrissais une trop grande frayeur envers Nikos et tous les autres vampires, une peur paralysante.

    « Moi aussi je veux t’aider, je veux te sortir de ce merdier, mais… »


Et voilà l’ex femme nouvellement mariée qui pointe le bout de son nez. Elle n’avait pas mieux à faire avec son cadavre d’époux ? C’était peut être méchant mais la souffrance de Torben m’avait percutée me rappelant ma propre détresse. En venant à lui elle ne faisait que remuer le couteau dans la plaie, creusant sa blessure un peu plus profondément. Bon je ne savais pas toute l’histoire, je ne savais rien finalement et ça ne me regardait absolument pas. Peut être que ce n’était pas entièrement la faute de cette femme, choisi t’on de devenir vampire ? Malgré ça elle devrait savoir que pour son bien la distance serait une bien meilleure solution puisqu’il était évident qu’avec ce mariage leur couple appartenait irrévocablement au passé.

    « Je vous en prie c’est déjà pas mal de vous excusez pour un acte débile. »



Je soupirais et m’éloignais, ils avaient besoin de discuter de toute façon et moi j’avais quelqu’un à voir. Je jetais un dernier coup d’œil sur Torben. Comment allait-il réagir ? Tout ce qu’il devait ressentir devait être contradictoire. Le fait qu’elle s’intéresse à lui lui ferait peut être du bien mais sur le long terme ce serait assurément une torture. Comment un homme pouvait-il en endurer autant ? Je ne comprendrai jamais. Moi même j’encaissais chaque jour un peu plus les coups que m’assenait la vie, me martelant jusqu’à ce que je craque définitivement. Tel était notre destin, une succession d’épreuves toutes plus horribles les unes que les autres jusqu’à ce qu’elles finissent par en venir à bout de notre personne. J’avais du mal à retrouver l’espoir, à avoir la force de me battre. Dès milliers de fois je m’étais réveillée me jurant de me sortir du merdier dans lequel j’étais fourrée. La plupart des fois je n’avais même pas réussie à tenter de trouver une solution et quand j’en avais eu la force ça c’était simplement soldé par un échec et il n’y a pas pire qu’un échec. Il nous rappelle un peu plus à quel point nous sommes pitoyables. Alors je préférais me voiler la face, me protégeant derrière mon désastreux quotidien, enchainant les nuits sur le trottoir et les oubliant à l’aide de la drogue. C’était simple et lâche, mais au moins je n’avais pas à affronter la vérité.

Je m’éloignais légèrement, jetant un œil sur le buffet. Il était somptueux, remplit de mets divers et variés, il y en avait même que je n’arrivais pas à identifier, je n’avais jamais vécu dans l’opulence. Ca aurait pu être tentant de se goinfrer mais toutes ces histoires m’avaient coupé l’appétit. Mais bon il fallait bien que je m’occupe alors autant en profiter où j’allais le regretter. Mais Raybrandt en décida autrement en venant me saluer. Hannah m’en avait souvent – tout le temps – parlé et je l’avais aperçu à la pomme du diable, mais jamais de si près. C’est vrai qu’il était très beau, bourré de charme et comme tous les vampires très impressionnant.
Je ne le niais pas j’étais intimidée. Il savait qui j’étais, j’étais finalement bien attitrée à Nikos. Bêtement ça me flattait mais s’il s’était prononcé à mon sujet c’était seulement pour être sûr que personne ne s’intéresse à sa propriété. William Raybrandt me baisa la main alors que moi je baissais les yeux tout en me courbant légèrement. Nikos m’avait bien ordonné de faire honneur aux rangs de cette famille si j’en avais l’occasion.

    « Je suis enchantée Monsieur Raybrandt, c’est un honneur pour moi de faire votre connaissance. »


Foutaises, faire la connaissance du bourreau de ma meilleure amie n’était pas une si belle affaire. Quoi que, je devais bien reconnaître qu’il était beaucoup plus doux et attentionné envers elle que Nikos envers moi. Lui, il avait fait d’Hannah sa pomme de sang. Mais ça ne changerait rien, ce soir elle souffrait et c’était de sa faute mais j’étais sûrement mal placée pour comprendre toutes ces magouilles.
Je m’inclinais également devant l’ex femme de Torben tout juste remariée avec ce Raybrandt et lui adressait un sourire forcé. Elle ne méritait pas autant d’honneur et j’étais incapable de lui en faire. Hannah avait choisi d’aimer William mais cette femme là ne se mariait que par intérêt et sous le nez de son ex mari, elle était encore pire que William à mes yeux. Peut importe si mon manque de politesse pouvait choquer.

Je cherchais Hannah du regard et l’aperçu en compagnie de Leslie, un vampire dont j’avais fait la connaissance il y a peu à la pomme du diable. Je fis de grands signes à Hannah pour qu’elle me rejoigne. J’avais besoin de lui parler, de me confier mais surtout de m’assurer qu’elle allait bien.

    « Hannah !! »


Tant pis si je me faisais remarquer, ça ne serait pas pire que l’intervention de Torben à la cathédrale.
Leslie s'approcha aussi de notre groupe et se saisi de Torben. Non mais qu'est qui qui lui prenait à lui ?


Dernière édition par Cora McLensfield le Sam 12 Nov - 0:35, édité 2 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Ven 11 Nov - 22:03

Voilà ce que l’on appelait communément un soufflet. Ou se prendre un vent dans un langage plus argotique et plus moderne. Alors que les talons de l’humaine se tournaient et qu’elle gagnait la table qui lui était désignée, Léopold se demanda ce qu’il avait bien pu faire de travers. Non pas qu’il lui porte un intérêt particulier, après tout elle appartenait déjà à quelqu’un, mais il détestait rater une opération de pseudo-séduction. Il se mit à réfléchir, se demandant ce qui avait bien pu provoquer l’agacement de la jeune femme. Excepté le fait qu’il s’était focalisé d’avantage sur la princesse Raybrandt que sur elle. Mais il lui avait quand même sourit, enquit de son état et été un parfait gentleman dés qu’il eût su qu’elle était la pomme de sang de Raybrandt fils. Ah les femmes ! Voilà quatre siècles qu’il arpentait cette Terre et il n’arrivait toujours pas à les comprendre. Un véritable mystère que leur fonctionnement. Bon, il ne se formaliserait pas de cet échec. Cela arrivait même aux meilleurs, preuve venait de lui en être faite. Et puis, il avait un bien meilleur poisson à pêcher.

Une fois de plus, il fut extrêmement surpris de voir que son invitation avait été acceptée. Inutile de se leurrer, Morgane Raybrandt et lui étaient comme le jour et la nuit. En opposition totale de par leurs convictions et leurs styles de vie. Lui était un libertin, le montrait outrageusement, passait nombre de ses nuits à chercher chair et sang frais. Elle vivait avec un humain, sans en boire une goutte et ne se nourrissait que de Tru Blood. Il était difficile de faire plus différents que ces deux-là. Et jusqu’à présent elle n’avait manifesté aucune gêne à rabrouer ces tentatives de séduction s’appuyant sur leurs divergences d’opinion et son manque d’humanité. Jusqu’à présent. Puisqu’étrangement elle semblait vouloir passer du temps à ses cotés. Quand il vous disait qu’il ne comprenait toujours pas la gente féminine… Mais il ne se plaignait pas. Loin de là. Très loin même. Non. Qu’elle commence à montrer des signes de faiblesse était même très encourageant. Il se saisit de son bras et se dirigea vers la table des nouveaux mariés. Notant le sourire qui naquit sur les lèvres de sa compagne du soir. En toute innocence bien entendu.

- Ma compagnie vous est donc si agréable que vous ne pouvez réprimer ce sourire ? A moins que vous ne soyez heureuse pour le bonheur que partagent les membres de votre famille. Je dois avouer que ces unions me ravissent et que j’espère un jour partager quelque chose d’aussi fort que votre mère et notre roi. Je crains malheureusement que l’objet de mes attentions ne soit pas disponible. Que l’existence peut s’avérer difficile quelque fois. Vous ne trouvez pas ?

Du blablatage digne de Léopold Thomas d’Aubusson afin de meubler le silence qu’il avait toujours trouvé insupportable. Propos pleins d’ironie quand au bonheur des principaux protagonistes de la soirée, sous-entendus afin d’attaquer une nouvelle fois. Petite note d’humour. Oui, du d’Aubusson tout craché vraiment. Il y avait une immense probabilité qu’il se fasse rabrouer mais que voulez-vous. Il ne pouvait refreiner sa nature, s’interdire d’être le vampire qu’il était. Et puis, avec un peu de chances elle apprécierait son petit discours, rirait un peu. Lui laissant deux immenses portes ouvertes pour qu’il attaque plus sérieusement.
Si on lui avait raconté en début de nuit qu’il serait au bras de Morgane Raybrandt et avec son consentement, il vous aurait ri à la figure. Non, lui se voyait trouver une petite serveuse ou un barman et s’enfermer le reste de la nuit dans une réserve afin d’assouvir soif et désir. Mais là… son choix était plus qu’évident. Il s’amuserait bien plus à conquérir la vampire qu’à faire des galipettes avec un réservoir dans une salle obscur.

Alors qu’ils avançaient vers la table, Jana passa devant eux sans même leur prêter attention et se dirigea vers ce Badenov. Voilà qui ne sentait pas bon, pas bon du tout. Il se stoppa quelques instants afin de voir s’il allait devoir intervenir. Mais le groupe ne tarda pas à grossir. Ajoutant Raybrandt junior et le vampire de bas-étage qui l’irritait. Autant dire qu’il n’avait aucune envie d’aller s’y mêler et de rajouter de l’eau dans le moulin. Pas quand il avait à son bras la proie qu’il traquait inlassablement depuis déjà quelques temps. Il se tourna vers elle. Mais il savait que le déroulement de la nuit n’était pas de son ressort.

- Connaissant votre mère, elle risque d’être passablement énervée par les évènements actuels. Souhaitez-vous quand même la retrouver ou possédez-vous toujours le désir de danser quelques pas ? Si du moins il n’est pas trop tard pour rattraper ma goujaterie et que vous n’êtes pas déjà lassée de ma présence. A moins qu’il vous faille rejoindre la cohue et y mettre un brin d’autorité. Le choix est votre.

Décidemment, il était vraiment bonne patte ce soir.



avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Lun 14 Nov - 21:13

[HJ ; mes propos sont injurieux et violents, mais c'est contre les persos hein ! Je précise qu'en cas de souci, je peux modifier mon texte ^^. Je précise que les gardes sont avec moi dans l'entrée, pas dans la salle de réception où tout le monde se trouve :p]


    Je n'avais qu'à peine commencé à danser que je me retrouvais déjà face à un problème, et un problème de taille. Je vis du coin de l'oeil Jana se diriger droit vers moi. Je me sentais affreusement mal, tiraillé à l'intérieur alors que mes tripes semblaient peser une tonne dans mon ventre. Ce qui devait arriver arriva, et elle m'empêcha de danser avec Cora, nous interrompant alors que nous venions tout juste de débuter, et que je n'avais pas encore eu la réponse à ma question posée à la jeune prostituée. Jana s'excusa à Cora, ce qui était à tous points de vue quelque chose de plutôt positif. La voir, pendant qu'elle s'adressait à ma compagne de danse, était fort douloureux. Sa beauté était terrible ; j'avais envie de toucher son visage, ses lèvres, son corps du bout des doigts. Me jeter contre elle et oublier ces semaines, ces mois, ces années d'angoisse, de solitude et de désespoir. Mais quelque chose me retenait. Son absence de réaction à la cathédrale avait considérablement creusé le fossé entre elle et moi. Nous n'avions de toute évidence pas les mêmes aspirations ni les mêmes sentiments. Qui plus est, il y avait toujours le problème récurrent de sa nouvelle nature qui nous séparait. Elle était vampire. Maudite. Un cadavre ambulant, maintenu debout du fait d'une malédiction ancienne et inconnue des autres mortels. Sa peau resterait à jamais froide. Son cœur mort et glacé, et son ventre infécond. Elle appartenait à un autre monde, et rien ne pourrait normalement nous rapprocher s'il n'y avait pas eu ces sentiments si forts de l'époque de son vivant, ce qui me semblait être une éternité plus tôt. Son regard pourtant si vivant me fit chavirer l'âme ou plutôt les lambeaux qu'il m'en restait, quand nos pupilles se croisèrent. Je la laissais parler.


    Elle s'excusait déjà, elle faisait amende honorable. Elle me dit que ses raisons étaient justifiées pour expliquer l'absence de réaction de sa part à l'Eglise. Et ce fut pire encore quand elle m'avoua que c'était une fois de plus à cause de cet enfoiré de Raybrandt qu'elle n'avait pas agit. Alors quoi, maintenant elle avait besoin d'un autre homme pour se raisonner, agir pour son mari, le soutenir et l'aimer ne lui suffisait plus ? La colère me serra un peu plus le cœur. On ne pouvait vraiment rien faire contre Krystel ? Je refusais de croire que tout était terminé, que cette garce m'avait réellement tout pris. J'avais proposé à Cora de se battre. Je le pensais toujours. S'il le fallait, une dernière action d'éclat, avant de gagner enfin le repos. J'avais pensé que ma bravade à l'Eglise aurait suffi, ou même dans un élan de foi, que Dieu ne laisserait pas son serviteur dans l'adversité. Dieu m'avait renié. Ou plutôt, c'était moi qui l'avait fait en m'adonnant aux pires vices. J'avais tué des vampires, mais des humains aussi. J'y avais pris un plaisir sauvage. Je m'étais laissé possédé par une vampire en échange de ses faveurs en matière de drogues. J'étais devenu un déchet, un soldat raté, fini. Je savais toujours me battre, mais Jana m'avait retiré toute motivation, elle m'avait vidé de mes principes. Ne restait plus que la haine, qui brûlait toujours d'une flammèche vivace bien au fond de mon âme. Si je ne ressentais plus que du dégoût pour mon corps dont la moindre parcelle me semblaitviciée et corrompue, l'étincelle de pureté de cette intense émotion de pure haine me réchauffait tout entier. Je voyais plus clairement sa nature ; ce n'était pas de l'espoir. Juste un sentiment bien humain, le dernier qu'il me restait. L'amour m'avait été retiré en même temps que la compassion. Jana me dit qu'elle considérait William comme son frère. La belle affaire. Elle me traita de fou alors qu'elle m'avait vu provoquer Krystel. Cette remarque me fit sourire d'un air sauvage, l'espace d'un instant, avant que je ne me mette à rire, d'un rire lent, dénué de joie, glacial. Je saisissais durement Jana par le cou avant de ramener ma tête sur le côté de la sienne. Je murmurais des paroles d'où ma haine ressurgissait pleinement.



    | Fou ? J'ai cru en Dieu, il m'a abandonné. J'ai cru en toi, tu m'as abandonné. J'ai cru dans la parole de tout un tas de gens qui m'ont ensuite laissé tomber. Tu crois que je suis fou ? Tu ne sais rien de moi. Tu ne te souviens même plus de la raison de notre histoire, de la valeur de notre amour. A tes yeux, je ne suis jamais que la résurgence d'un souvenir éphémère, à demi voilé. C'est ce souvenir que tu aimes, Jana, tu ne m'aimes plus. Plus depuis que tu es morte. Tu t'es abandonnée à un autre. Peu importe la raison, tu l'as fait. Il n'y aura plus de « happy end » pour nous, Jana. Plus pour moi. |


    Je levais ma main, mais arrêtais mon geste. Toucher ce visage aux angles parfaits n'aurait fait que rendre les choses plus douloureuses encore.


    | Tu vas retourner t'asseoir. Voir ton mari. Partir avec lui. Tu as choisit de ne pas faire de vagues ; tu en as déjà trop fait, et je t'ai encore mise en danger. Ca s'arrêtera là. |


    Je me tournais maintenant vers Cora. Je lui souris faiblement, hésitais, puis l'embrassais sur la joue. Elle avait pris ma défense devant Jana. Une humaine possédée jusqu'au trognon par les vampires, et qui se rebellait. Ce n'était pas une mince victoire.


    | Penses à ce que je t'ai dit. On se reverra bientôt, dès que je me serais tiré de là. |


    Par « là » j'entendais la situation dans laquelle je m'étais fourré. Je me détournais des deux femmes, sachant très bien que leur regard était posé sur moi. Je me retournais quand j'entendais une voix de basse. Grave, masculine. Il venait d'arriver. Je restais sur place. Tétanisé. Ce connard venait me narguer jusqu'ici, ou je rêvais ? Il commença à parler à Cora. Je me crispais tout entier, prêt à bondir. Prêt à tirer mon arme, et blesser cet empafé, le meurtrir, le découper quartier après quartier, le réduire à un monceau infâme de viscères. Mes yeux s'exorbitèrent lorsqu'il passa sa main derrière la taille de Jana. J'étais tétanisé. Pas d'impuissance ou de peur. De pure haine, haine qui s'évadait de mon fort intérieur pour engourdir chacun de mes membres, annihilant toute modération. Je tremblais, je me demandais combien de temps je tiendrais. Il tenait Jana. Il tenait Jana. Jana ! Le regard que me lança ensuite le vampire se fit aussi glacial que son âme. Il me parla, et ce fut la goutte d'eau. Je ne savais pas trop si j'allais d'abord me jeter sur lui avant de mettre les choses au point ou l'inverse. Mon corps, mon instinct, choisirent pour moi. Je m'avançais devant lui avec lenteur, ne m'arrêtant qu'à quelques centimètres de son corps. Nos regards étaient braqués l'un sur l'autre, le défi était lancé. Ne manquait plus que le gant à lui lancer dans la figure, mais on ne pouvait pas tout avoir. Je défiais déjà toutes les convenances vampiriques en m'approchant autant, et mon geste ne serait considéré que comme une seule chose : une intrusion dans son espace, une menace de mort. Je reprenais la parole d'une voix où la rage était à peine contenue, vibrante de passion, mais d'un volume très faible. Seuls nos voisins très immédiats comme Cora et Jana pourront entendre.


    | Et moi, je vous ai défini comme ce que vous êtes, mon prince. Un ambitieux qui vit dans les jupes de sa mère depuis trop longtemps, un vampire qui n'a de mérite que celui de sa place au moment de sa renaissance. J'ai fait une promesse à votre mère. Un jour, je la tuerais pour tout ce qu'elle m'a fait. Mais après ce soir, j'ai bien peur que vous soyez remonté en tête de liste. Touchez Jana, faites lui le moindre mal, et je vous jure devant Dieu que je vous retrouverais. Je vous retrouverais, et je vous dépecerais, je vous arracherais les yeux et la langue, chaque ongle, chaque dent. Je vous réduirais à une ignominie sans pareille avant de vous tuer comme on mettrait fin au cancer qui ronge l'humanité, et votre mère ne pourra répondre à vos appels au secours. J'ai tué bien des vôtres, prince. Je connais votre espèce. Et je serais celui qui vous détruirez. |


    a peine avais je terminé, qu'un type apparu devant moi. Un coup d'oeil, et je l'identifiais comme vampire. Il me dit d'arrêter et me pria de sortir, avant de me maîtriser par le bras. Je laissais échapper une exclamation de surprise et de souffrance, avant de me laisser entraîner. Que pouvais je dire ? Je n'avais pas assez de force pour mes nos adieux à Jana, ni pour appeler qui que ce soit à la rescousse ? Qui viendrait ? Je me sentais plus bête que jamais de n'avoir pas tenu Andréa au courant. Elle, elle serait venue. Envers et contre tout. Parce qu'elle me le devait bien. Je m'arrêtais un instant, près de l'entrée, une fois que nous fumes à l'abri des regards. Je plantais mees pieds dans le sol, pour arrêter un instant notre marche. Devant les yeux des agents de sécurité, je balançais ma tête en arrière, heurtant le visage du vampire de plein fouet. La diversion me permit de retrouver ma prise, et de recouvrer ma liberté une poignée de secondes. Suffisantes pour balancer un crochet dans le visage du vampire. Je grognais de douleur en me tenant la main. Font toujours aussi mal, ces saloperies de bêtes à crocs. Je n'avais pas eu le temps de me défendre plus qu'on me ceinturait de toutes parts ; le personnel de sécurité me maîtrisant. Je crachais par terre. Ne fis pas d'esclandre. Personne ne viendrait ; tous étaient dans la salle de réception ; trop loin pour avoir vu ou entendu quoique ce soit avec la musique et les discussions


    | Le Seigneur me pardonne. |


    Murmurais je avant de me laisser entraîner au PC sécurité du manoir. J'avais une fois de plus échoué à protéger Jana, ma sœur, et tous les autres. Quel pâle soldat avais je dû faire. Je me mis à rire doucement en me rendant compte que bientôt, Krystel et le Roi arriveront et m'administreront mon châtiment. Qu'ils viennent donc, je les attends! J'étais capable d'être avilit par Krystel, son sang, ses passions, par Jana, les gens que j'aimais. Mais je le jurais devant toutes les puissances de ce monde, personne ne me prendrait jamais ma haine.

_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Mar 15 Nov - 21:57

    •• Contexte de la Mission

    On ne présente plus les Badenov, ni les Raybrandt. Pire, un mélange désormais entre les deux, nulle autre que Jana, fracasse une fois de plus la vitrine de bonne ambiance de la soirée, faisant voler en éclats la représentation que l'on pouvait avoir de relations sociales radoucies. Ce n'est nullement le cas. Brisant tous les interdits auxquels elle est soumise, Jana va voir Torben, de sorte à s'expliquer en face à face des évènements de la soirée. La belle n'est pas stupide; elle sait que sa passivité à la cathédrale lui a coûté Torben, mais elle aimerait que l'homme la comprenne, sache que ce qu'elle fait, c'est pour eux. Nul doute que tout le monde l'aura vue ou entendue, surtout que désormais, en tant que princesse, elle est au centre de bien des attentions... Son mari quant à lui, répond avec la plus extrême froideur et une certaine violence alors qu'il essaie lui de faire comprendre à celle qui fut son épouse, qu'elle l'avait cruellement déçu ce soir, et qu'elle lui avait retiré d'elle même ce que Krystel n'était pas encore parvenu à lui soustraire. L'espoir. Il n'en fallait pas plus pour que quelqu'un débarque et mette fin aux efforts de la jeune vampire et à la contre attaque du russe. Le nouveau mari de Jana, William Raybrandt, coupe court à la discussion. Celui ci marque sa possession vis à vis de sa nouvelle épouse, marque aussi une certaine proximité charmeuse avec Cora, pour mettre les choses au clair avec Torben. Qui bien entendu, le défie, bafouant un peu plus toutes les règles de vie vampiriques en s'approchant trop près et en menaçant directement le fils de la reine. Celle ci finira par ne même plus savoir qu'elles sont les infractions commises par son "employé", ce qui est certain, c'est l'ampleur de la correction qu'il va recevoir. Leslie arrive alors, toujours énervé suite à sa dispute avec son supérieur qu'est William, et emmène Torben de force au dehors. Torben, qui se rebiffe une fois encore, mais loin des regards puisqu'il attend d'être dans l'entrée du manoir pour se révolter. Personne n'a entendu ou vu l'altercation, et les gardes sont désormais en train de contenir les débordements de l'ancien membre HCV. De son côté, Cora se rapproche de son amie Hannah, de sorte peut être à renouer un peu le contact, tandis que Leopold joue la carte de la séduction avec Morgane. Après la mère, veut il la fille? De prime abord, on pourrait penser que la matriarche verrait ce petit jeu d'un mauvais oeil, mais elle ferait tout pour éloigner Morgane de son compagnon actuel, et de la plonger un peu plus ardemment dans les ténèbres. Sur ces entrefaites, on peut se rendre compte que l'heure tourne; les vampires n'ont plus énormément de temps avant de regagner tranquillement leur domaine s'ils veulent profiter de la nuit, en particulier les couples royaux et princiers... Le gâteau sera bientôt servi, poursuivra la fête ceux qui veulent, et qui ne finissent pas croqués dans un coin sombre...


    ATTENTION: le rp se déroule de nuit, sinon les vampires ne sauraient y participer!


    •• Indications de jeu et Ordre de passage :

    Le tour de passage dure jusqu’à mercredi prochain dans la soirée. Chaque joueur a le loisir de poster plusieurs fois s'il le désire. Voici un plan pour vous retrouver dans la soirée:
    Spoiler:
     

    Si jamais vous ne vous y retrouvez pas dans le plan, envoyez un mp aux admins :p. Concernant cet ordre de passage, il sera centré sur le banquet de mariage au sein du manoir du Roi des vampires, Augustus King. Danse traditionnelle, bar ouvert et service sur mesure, tout est fait pour le confort des invités. Vous êtes totalement libre dans ce que vous voulez faire. Au moment où l'ordre de passage est lancé, le banquet est déjà lancé. Attention, ce plan de déroulement ne tient pas compte d’éventuels imprévus ; vous restez libres de vos actions ! Attention cependant à la cohérence, comme toujours, et si vous avez un doute sur une action contactez les admins :p.
    Si vous avez des questions, mpottez les admins, ils se feront un plaisir de vous répondre :p

[/quote]
avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie :
Coups du Destin: 0
Votre destin est entre mes mains.
Messages : 8501
Membre du mois : 7544
Je crédite ! : Avatar (c) Kanala
Localisation : Nulle part et à la fois partout
Compte Administrateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Ven 18 Nov - 18:19

Je ne pouvais m’empêcher de jeter des regards en biais à Badenov. Evidemment, je le faisais discrètement, mais rien de son petit jeu ne m’échappait. Suzy aurait eu beaucoup de compassion pour lui... Certainement qu’elle aurait d’ailleurs très certainement pleuré avec lui ! Je suis bien contente d’avoir pris le contrôle et d’être bien moins sensible que ce petit oiseau...
J’avais gardé une certaine distance avec cette vampire dont j’avais fait la connaissance. Désireuse de bien tenir mon rôle, j’avais été on ne peut plus charmante avec elle, mais elle ne devait pas s’attendre à quelque confession de ma part. Je livre le strict minimum pour rester polie et entretenir la conversation, mais je sais que le sujet Torben était quelque peu délicat. Autant rester loin de tout ça, c’était mieux pour tout le monde.
Le couple royal avait maintenant regagné sa table et devisait tranquillement. Je redirigeais mon regard vers Belle et la gratifiais d’un sourire.



Je crois que le repas ne va pas tarder à être servi... Souhaitez-vous que j’aille vous chercher une autre bouteille de tru ?


Les gens ici pour la plupart semblaient bien se connaître. J’étais tout à fait nouvelle dans ce monde, je n’avais pas quitté la demeure du Roi depuis ma “semi-transformation”, et en fait, je ne le souhaitais pas. Je me sentais bien ici. Pas “chez moi”, bien entendu, mais plutôt à ma place. Cette soirée était un peu mon immersion dans mon nouveau monde alors je préférais observer. J’avais, je le savais, un certain devoir de réserve de part mon rôle auprès du roi. Lui faire honneur, ne pas me faire remarquer, du moins de façon positive par un comportement irréprochable.
Je tentais donc de me montrer serviable. J’avais compris que Mademoiselle Renard avait un certain poids et le Roi m’avait bien expliqué quel devait être mon comportement dans ce genre de cas. Je tentais de m’y coller au mieux, soucieuse de ne pas louper mon entrée.

J’ai vu du coin de l’oeil que le Roi venait de se lever et je suis restée imperturbable. Il avait pris soin de passer derrière moi et sentant que je devais rester discrète, je me suis contentée de porter mon verre de jus d’oranges à mes lèvres au moment où il s’approchait. Je ressentais sa soif avec une intensité incroyable, presque comme si elle était la mienne. J’ai doucement hoché la tête à son message pour lui signifier que j’avais compris, puis je l’ai regardé passer de l’autre côté de la table pour aller saluer Belle. Il semblait bien qu’une entrevue entre eux aurait lieu bientôt. Mais mon attention était attirée par ce qui se passait à la table royale et je fronçais les sourcils. Badenov semblait avoir une discussion... Ou plutôt un monologue avec la reine, et vu l’expression de fureur qu’il avait sur le visage et ses doigts qui serraient les épaules blanches de la mariée, je me doutais qu’il n’était pas en train de lui remettre ses sincères salutations. Mais il ne s'est pas arrêté là et après avoir eu un échange avec Jana et William, il a réussi à se faire mettre dehors. Décidément, sa présence ici resterait pour moi un vrai mystère... Je ne pouvais qu’espérer une chose : que la reine recouvre la raison et nous débarrasse de cet homme. Quoiqu’on en dise, je restais persuadée qu’il était dangereux... Très dangereux.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Sam 19 Nov - 17:39

Sourire naissant sur mon visage, oui je vous l’accorde ça faisait un peu niaise, en même temps, n’étais-je pas considérée comme cela par l’ensemble de ma famille. Alors, mon bras au dessus du sien, je souriais pour ensuite le retirer, alors comme ça, il croyait que sa présence me plaisait. Vraiment ? Mon compagnon humain ne serait pas ravi de me voir au bras de Léopold pour cet soirée, de même que les langues étaient certainement déjà en train de causer envers le retournement de la fille de la reine, et son nouveau compagnon ? Pourquoi laissais-je ce petit jeu s’étaler ? Juste pour m’amuser, non, je n’imaginais pas que cela serait éternel (Dieu m’en préserve au moins de ça, et que je continue à suivre mes propres convictions) mais peut être inconsciemment me dire faire plaisir pour une soirée à ma mère en jouant le jeu de la séduction avec Léopold le soir de son mariage pendant que les histoires de mon frère ainé semblait prendre une nouvelle tournure. Je trouvais ma tactique, hautement ingénieuse d’un coup. Deviendrais-je la semblable de ma mère ? A vouloir manipuler les autres ? A vouloir me manipuler. Non je n’étais pas comme ça, pas encore du moins. Et puis, le pauvre homme à mon bras venait de se prendre un joli vent comme disent les jeunes des années 2000 de la part d’Hannah, sacré fille celle là. Même que son frère apparemment, quoique, peut être avec un peu d’audace, quoique. Pas certaine finalement, ma foi avec Leslie ou Léopold, William n’avait qu’à craindre pour ses écarts, il serait vite contrôlé.

« En effet, vous avez dans les deux parts raison, mon cher. Ces unions sont, je pense quelque chose de positif pour notre famille. Et ils ont tous l’air heureux, ou du moins ma mère, et notre roi l’ont l’air, vu les explosifs mis au mariage de mon frère, je ne parierais pas dessus non plus sur un bonheur complet. Ah oui, et quel est l’objet de vos attentions, vous venez de titiller ma curiosité Monsieur. L’existence n’est pas difficile, elle semble juste longue quand on a l’éternité devant soi.»

Le jour et la nuit, le yin et le yang, le bien et le mal, bref, tant d’oppositions qui pouvaient décrire exactement le couple que l’on était en train de former avec Léopold, enfin quand je parle de couple, vous comprenez que je ne parle pas de personnes qui s’aiment éperdument. Mon dieu, que j’en sois préservée, jouer le couple parfait avec Léopold allait bien pour une soirée, la vie entière, enfin en ce qui me concerne l’éternité entière, je pense que je ne supporterai pas ce jeu bien longtemps, à moins que ma mère me manipule assez pour que je touche suffisamment le mal pour renier les buts que je me suis fixée. De quoi étais-je capable pour retrouver, ou ne serait ce que trouver l’estime de ma mère, le peu qu’il me restait à ses yeux ? Comment pouvais-je être sa fille le panel qui s’accumulait à mon compte au niveau de toutes les hontes et les boulettes que j’avais pu lui faire en 800 ans.

Nous arrivâmes alors auprès de la table quand ma nouvelle belle-sœur se dirigea immédiatement face à nous manquant de nous bousculer, sans un moindre signe d’attention pour retrouver son ex-mari. Et oui, ma chérie, faire confiance à maman Raybrandt c’est perdre l’ensemble des gens qu’on aime, en premier ? Son mari et ses enfants. Je m’étais habituée à ça finalement, enfin, je m’étais fait une raison, et puis peut être que ma mère avait raison, et m’avait réellement sauvé d’un homme comme il en existait tant au sein du Moyen-âge, vil et profiteur. Et du monde s’ajoutait peu à peu à ce petit groupe, me retournant vers Léopold alors, j’approuvais ses propos avec ce même sourire :

« Je pense qu’il reste du ressort de mon frère de calmer les ardeurs de sa nouvelle épouse, ne pensez vous pas ? Quelques pas de danse ne seraient pas de refus, cela fait tant d’année que je n’ai pas eu l’occasion d’avoir une fête semblable à celle-ci. Il nous serait toujours temps de retrouver ma mère, et notre roi sous peu. »

Choix personnel de renoncer à m’énerver contre les autres et rester avec Léopold, oui parfaitement. Y en un peu la claque de la cohue, au mariage, et maintenant à la réception, les Badenov, non mais vraiment. Ma mère aurait pu choisir une autre famille que celle-ci beaucoup d’ennuis en moins. Me conduisant alors vers la piste de la danse, je posais ma main alors sur l’épaule de Léopold puis ma seconde la sienne. Etait-il donc aussi bon danseur que les autres que j’avais pu connaitre. Danser avec la princesse quel privilège quand même.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Sam 19 Nov - 21:48



(c) Tumbrl

J’aurais tant voulu arrêter le temps, juste un instant. Torben rit à mes propos, et me pris durement par le cou afin de ramener ma tête à côté de la sienne. Si mon cœur battait encore je crois qu’il viendrait de s’arrêter totalement. Quant avec Torben on arrêterait de se prendre la tête, l’un l’autre, là nous pourrions enfin avancer pas avant… Les évènements étaient contre nous, et maintenant Hannah et William étaient mêlés à tout cela. Un nœud qu’il fallait défaire au plus vite. Torben leva sa main, je sentais déjà la chaleur de sa main sur mon visage mais non il arrêta son geste. Je ne comptais pas faire ce qu’il m’avait dis, retourner m’asseoir et puis quoi encore. Autant continuer à trop en faire, on était voué à un destin funeste autant continuer sur cette voix vu que c’était la ligne toute traçait. Se battre contre une ombre, quelque chose d’inaccessible. C’était comme si nous étions en train de frapper le vent.

    « Je me suis mise toute seule en danger, Torben. » J’eus le temps de prononcer ces quelques mots avant que Torben se détourna vers Cora et que William arrive vers nous. Un face à face entre William et Torben étaient inévitable. Après-tout, c’était Krystel qui avait choisis cette situation. Torben remit William à sa place, il dit tout haut ce que tout le monde pensait tout bas. Je ne comprenais plus, un instant avant Torben avait fait preuve d’une grande haine envers moi rien que sa voix m’avait brisée, et là … là il prenait ma défense, il me protégeait encore et encore. Alors qu’il devrait me tuer plutôt. Cette histoire finirait mal pour nous tous.


Je repoussais délicatement l’emprise de William qui m’avait pris par la taille et donnait un petit baiser. Je trouvais son geste déplacé, et mal venu. Alors certes, nous étions mariés mais un peu de retenue tout de même devant Torben ou bien ne serait-ce que vis-à-vis d’Hannah. Je regrettais de n’avoir pu rien faire dans la Cathédrale, moi aussi j’aurais du oser comme l’avait fais Torben. Il n’avait pas peur des conséquences, il prendrait tous les risques qu’il faudrait. La technique de diversion de William marcha plutôt bien vu que cela coupa court à la conversation, ce qui me déplu. Je n’en avais pas finis avec Torben. Le comportement de William m’agaçait mais, peut-être qu’il avait bien fais d’arrêter le massacre avant que cela n’empire un peu plus. William fit les présentations, donc cette jeune personne était la servante humaine d’un maitre vampire. Je ne fis nullement cas de ses remarques, elle pensait ce qu’elle voulait j’avais d’autres chats à fouetter. Torben connaissait beaucoup de monde apparemment. Je détournais la tête quand je sentis les yeux de William se posaient sur moi. Je savais qu’il ne devait pas être du tout content de mes agissements. Mais personne ne pouvait l’être, soit c’était Torben soit les Raybrandt. J’avais choisi les Raybrandt dans la Cathédrale, et j’avais senti tout le mal que cela pouvait faire, Torben ne méritait pas que je le laisse de côté. J’avais fais l’erreur deux fois, à croire que la première fois cela ne m’avait pas servis de leçon. Cette fois, j’avais compris. Je ne comptais pas le laisser tomber. J’avais fais un pas déjà, il m’avait remis à ma place je l’avais méritée, je voulais refaire un pas vers lui mais comment ? Je devais aller m’asseoir le banquet venait de commencer mais en même temps… Torben. Je restais là avec William qui s’attendait surement à ce que j’aille au banquet, mais j’avais une chose à terminer avant d’aller profiter du banquet. Une dernière chose car je ne savais pas ce qui allait se passer quand Krystel interviendrait mais ce ne serait, à mon avis, pas beau à voir.

    « Je reviens. » lançais-je William. Je n’attendis pas plus longtemps car William me retiendrait et je voulais voir Torben encore, une dernière fois pour ce soir. Un dernier acte. Un dernier coup de folie. Je me précipitais vers la sortie, vers l’entrée du manoir. J’arrêtais les agents de sécurité avant qu’il n’emmène Torben, leur ordonnant d’arrêter que j’allais m’en occuper, ce qui n’était pas tout à fait exacte. Les agents de sécurité s’éloignèrent un tout petit peu, j’avais autant l’air coupable que Torben et je me doutais bien qu’ils faisaient cela car j’étais nouvellement une princesse vampire mais qu’eux aussi devaient être les chiens chiens soit du roi, soit de Krystel enfin à présent cela revenait un peu au même.

    « Tu n’es pas seul contre tous Torben, je suis là que tu le veuilles ou non. Je suis là quoi que tu dises, quoi qu’il se passe. Je suis désolée pour la Cathédrale, pour avant aussi, et pour t'avoir abandonné. Je ne pensais pas que ca allait tourner comme ça. » Je marqua un bref arrêt. « Je ne demande qu'à connaitre le passé, et mieux vaux aimer une ombre du passé, un souvenir que rester de glace. » Je m’approcha de lui doucement, et je l’embrassa. Un baiser d’adieu surement, si bien que je fis en sorte de mettre assez de passions, d’amour, et de sentiments pour que je n’ai pas à regretter cet acte désespéré qui allait me couter les foudres de bon nombre de personnes certainement et en premier, William. Torben pouvait me détester après le baiser, mais au moins j’avais fais un effort de me rapprocher de lui et de me faire pardonner. Je crois que si cela ne suffisait pas, j’allais me laisser ‘mourir’. J'avais fais tout ce qui était en mon pouvoir, je ne pouvais guère en faire plus. Et bientôt, je ne pourrais plus rien faire...


A force de jouer avec le feu, on finit toujours par ce brûler les ailes.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Dim 20 Nov - 4:55


Devant Dieu … Devant Dieu, il le retrouvera et le détruirait bien avant sa mère. Oh ! Cet homme avait oublié un simple détail : William Raybrandt mourrait de la main de Krystel Raybrandt et de personne d’autre. Seule elle pourrait lui donner le repos éternel, le délice de la mort mélangé à cet amour si immoral tout en étant si aisé, normal. Il n’avait pas cillé du tout … Ok, peut-être une ou deux fois. Peut-être avait-il eu une légère peur. Peu importe ses sentiments faibles, William ne disait rien et paraissait comme un véritable homme, Vampire. Plusieurs c’étaient maintenant tournés vers eux et le couple royal en ferait très bientôt de même. Pour le moment, William ne pensait pas à eux. Il ne souriait pas … L’entièreté de son attention résultait uniquement en l’observation de Torben Badenov. Il avait véritablement l’intention de le tuer. Un défi attendait William. Un défi qu’il souhaitait relever. Alors, fonces qu’est-ce que tu attends pensa-t-il ? Oh ! Pas devant ma mère, pauvre petit couard alimenta-t-il toujours en son esprit. Que les médias prenaient des milliers de photos ne l’énervait aucunement, que sa sœur l’observait non plus ni même ce voleur de Léopold.

- Je vous attendrai donc.

Avait-il murmuré uniquement à Torben. Personne n’entendit ce souffle, ces paroles pleines de volonté ni même les Vampires. Krystel Raybrandt était, pour une fois, hors de ses pensées. Ce duel se ferait au moment venu entre eux deux … William en faisait son affaire personnelle. La haine de cet homme alimentait la sienne. Elle laissait entrevoir les tourments que Torben convoqua involontairement en le Prince des Vampires. Hannah … Krystel … Oui, il les purifierait de l’emprise de cet homme. Comment sa mère, sa reine forte et puissante, avait put se laisser entraîner par lui ? Aucune idée ne vint à l’esprit du Prince, mais le jour – la nuit – viendra où Torben Badenov l’attaquera et lui se défendrait. Légitime défense et aucun mal ne pourra, ainsi, lui être porté. C’est dangereux de s’attaquer aux Vampires, mais j’ai confiance en lui et en ses capacités : il me donnera un bon combat pensa-t-il à nouveau un si léger sourire au coin des lèvres.

Dans cette transe, William avait à peine remarqué Leslie emportant Torben Badenov loin de ses yeux, loin de l’emprise que ce dernier avait sur lui. Il avait peine à ressentir aussi Jana qui l’avait repoussé pour l’entendre dire revenir bientôt. Oui … Elle allait retrouver Torben loin de cette pièce emplie de festivités. Les convives se préparaient à prendre des divers plats, mais les journalistes restaient à l’affut de William Raybrandt qui, lui, observait toujours dans cette même direction un dilemme en tête : devrait-il aller voir ce que faisait Jana ou la laissait-il entre les mains de … Leslie ? Il était aussi là après tout.

- Ok ! S’il vous plaît, tâchez d’oublier cet incident et de vous amusez à ce mariage. Je vous l’ordonne !

Dit-il finalement sur une voix forte et claire laissant passer son sourire charmeur sous ses beaux yeux marron. Quelques gloussements hormonals de jeunes femmes emplirent alors la salle. Puis, oubliant les journalistes désirant parler de lui en bien, en mal, mais au moins parler de lui, William croisa finalement les yeux de la reine. Son regard se fit défiant : penchant légèrement la tête vers l’avant, il semblait lui dire silencieusement de le laisser régler ce problème seul et … Non ! Il ne fallait pas punir Jana. Pour le bien-être de leur famille, de leur clan. Pour son bien-être à elle, Krystel. Oui, il se faisait défiant envers elle et ce n’était pas la première fois … Il adorait se mesurer à Krystel Raybrandt, ressentir sa colère, sa force, son pouvoir : savoir s’il a la carrure pour rester à ses côtés. C'était son combat et non le sien ! Une sensation agréable et inconfortable s’ensuivit en lui alors que ses pas l’emmenèrent vers le hall d’entrée … William repassa devant toutes les tapisseries pour apercevoir finalement au loin les gardes, Torben, Jana et … Leslie au sol. Le Prince aida le jeune Vampire à se relever un sourire espiègle au visage pendant qu’il le hissa à nouveau sur ses pieds.

- Vaincu par cet homme ? Dis donc, il faudrait que je t’apprenne le combat toi.

Dit-il rigolant légèrement, comme si c’était normal de s’amuser actuellement. Puis, pourquoi William Raybrandt ne le ferait-il pas ? Près de son garde du corps ou peut-être ami – voir la raison pour cette subite aide et rigolade si peu normale en pareilles circonstances – William se tourna vers le couple dans une neutralité désarmante malgré que la beauté flamboyante de Jana en cette robe l’émerveillait.

- Bon, Jana. Cette mise en scène est terminée peut-être. Tu viens ? Il y a encore pleins de choses à faire ce soir.

Ajouta-t-il d'une voix plus basse, plus neutre cette fois envers Jana. Ce «Pleins de choses» fut insisté très légèrement. Il signifiait leur alliance. À moins qu’elle fût si dévouée à cet homme que même cela n’avait plus d’importance : mais quelle déloyauté pour un si jeune Vampire. Heureusement, William se trouvait à quelques mètres et observait Jana de dos. Ainsi, Torben ne lui apparaissait guère.

Heureusement, car étrangement, William Raybrandt ressentait une plus grande volonté encore envers Torben Badenov. Quelque chose d'impensable pour Jana. Une rivalité si profonde qu’elle pouvait vous faire oublier l’amour … Parfois.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Dim 20 Nov - 14:13


Je laissais Augustus partir sans ajouter mot. Il m’avait posé des questions, mais ce n’était pas franchement le moment d’y répondre. J’avais pour ainsi dire qu’autres chats à fouetter, ou plutôt d’autres moutons à remettre dans le droit chemin. Je parle bien sur de William – oui oui, William – Jana, et Torben. Leur petite comédie romantique à l’eau de rose était sur le point de se terminer brutalement avec ma présence. Pour sur, je me serais crue au cinéma devant un très mauvais film. Quelque part c’était drôle, drôle de les voir se ridiculiser de la sorte. C’était d’ailleurs pour cela que je n’avais ni bougé, ni dit mot pendant un petit moment. J’étais restée assise à ma table à observer tout ce qui se jouait sous mes yeux, me servant de mes pouvoirs vampiriques pour ne pas en perdre une seule miette. Oui c’était à mourir de rire. Le seul tableau agréable était de voir Morgane –Enfin ! – au bras d’un vampire, qui est nul autre qu’un de mes sbires. Je ne pouvais qu’être enchantée de la voir prendre enfin un bon chemin. Bon j’allais devoir les couper légèrement dans leur élan, mais ce n’était que parti remise. Lorsque Léopold eut fini d’accompagner mon enfant à sa place, je me levais et lui fis signe de me suivre. J’avais besoin de lui, il n’y avait pas besoin de lui dire pour qu’il le comprenne. Par contre je n’adressais pas un regard, ni un geste de Morgane, ce qui implicitement lui faisait comprendre que elle devait rester à sa place. Sans attendre que la créature de la nuit soit à ma hauteur, je sortais par une petite porte dérobée derrière une bannière en tissus aux couleurs et armoiries des Raybrandt. Je gravissais les escaliers et me plaçais dans l’ombre d’un balcon, qui supplanter le hall d’entrée. Tournant légèrement la tête je dis à mon ancien amant

N’est-ce pas à se tordre de rire ? Qui aurait pu croire que celle que j’ai recueillie au sein de ma famille puisse ainsi bafouer les règles élémentaires vampiriques que je lui ai inculquées, qu’un protecteur de mon fils soit si faible et que ce dernier face preuve d’une tolérance mal placée envers son épouse ? Pour sur Léopold, les vampires ne sont plus ce qu’ils étaient. J’ai bien peur que nous devions nous débarrasser de la nouvelle génération…

J’étais en colère, et le ton sarcastique que j’avais employé en était la preuve la plus flagrante. Je n’appréciais pas le comportement dont faisait preuve mon fils ses dernières années et il était temps pour lui de se reprendre. Je pensais pourtant avoir été claire la dernière fois. Il fallait cependant croire que le message n’était pas passé. Soit, s’il fallait que j’emploi les grands moyens… Il m’avait que trop souvent déçu pour que je laisse ce qui se déroulait sous mes yeux impuni. Je me mis alors à faire claquer mes mains, applaudissant et dévoilant ma présence aux yeux de tous. Je pris ensuite appuie sur la rambarde, sautais, pour atterrir gracieusement quelques mètres plus bas, sans casser mes talons. En même temps, j’avais pour habitude de faire des entrées spectaculaires et de me trouver dans des endroits où personne ne m’attendait. Je m’avançais légèrement, laissant à Léopold la place pour me rejoindre sans me bousculer. Je glissais vers Jana et l’envoyer valser contre le mur en lui assignant une claque magistral. Sa robe se déchira, des plaies s’ouvrirent pour se refermer alors qu’un sourire cruel et malsain apparu sur mon visage. Je me tournais vers Torben et d’un simple regard le faisait tomber à genou devant moi. Quand à William, son châtiment arriverait tout aussi vite


Il suffit. Je ne laisserais aucun de vous se montrer irrespectueux envers votre Reine et votre Roi dans leur propre demeure. Je ne tolèrerais pas non plus qu’une vampire de bas étage touche à MON humain. Pour cette affront ma chère Jana, tu devras en payer les conséquences. Je ne t’ai point autorisé à avoir le moindre contact avec MON serviteur. Tu connais pourtant les règles, mais tu es passée outre une nouvelle fois. Je t’ai accordé mon pardon une première fois et tu as de nouveau bafoué mon nom. Tu répondras de tes actes devant notre Roi à tous. Quand à toi mon cher fils, tu n’es plus digne de porter mon nom. Je t’avais pourtant confié une tache simple : celle de tenir ta femme. Jusqu’à nouvel ordre, tu seras placé sous la tutelle de Léopold D’Aubusson, que je nomme gérant de ma maison. Tu lui devras obéissance et respect jusqu’à ce que ton comportement s’améliore et que tu redeviennes le fils qui jadis me rendait fier. En attendant tu vas ramasser ta guenille et rentrer au manoir Raybrandt. Tu débarrasseras les affaires de la chambre que je t’ai donnée et qui revient à présent à Léopold. Tous tes projets avec ta femme si obéissante sont bien entendu annulée et je t’attends dès le couché du soleil, avec cette dernière, pour une audience devant le Roi. Mon cher Torben, tu es fatigué et tu vas t’endormir sur le champ, pour ne te réveiller que demain soir. Il est temps que nous reprenions ton éducation. Et vous là, l’incapable. Conduisez mon humain à l’étage et quittez ces lieux avant que je ne fasse de vous un brasier qui s’enflammera au levé du soleil. Mon cher ami, je vous laisse vérifier que tout ce petit monde s’exécute avant de rejoindre la compagnie de ma fille à notre table.

Je ne rigolais plus, non plus du tout. Je faisais peser tout mon pouvoir sur l’assemblé. Mon visage était fermé, emplie de colère et terrifiant. Jamais encore, les personnes présentes ne m’avaient vu dans un tel état, pas même William ni Léopold. J’agissais avec eux en Reine toute puissance, possédant un pouvoir qu’ils n’égaleront jamais. Sans ajouter un mot, je tournais les talons, pour me rendre dans la salle de cérémonie. C’était MON mariage et je ne laisserais plus personne gâchait le plus beau jour de mon existence vampirique. Vu le ton et les mesures que j’avais prise, il ne faisait pas de doute que plus personne ne ferait de vague. L’élément perturbateur s’étant écroulé au sol endormi, il était sur que le reste de la soirée serait plus agréable.



_________________
*
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 26
Coups du Destin: 29
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Messages : 6072
Membre du mois : 22
Je crédite ! : (c)Kanala
Localisation : Devant une toile ou dans l'ombre.
Caractère : Associable – Blasée – Cachotière – Combattante – Habile – Insaisissable – Loyale – Mystérieuse – Prude – Taciturne
Vos Liens : A venir

Humeur : Egale.
Autres comptes : Isadora Jayden Doyle
Fondatrice pour vous servir
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-chute.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Dim 20 Nov - 19:29

J'ai pris des coups, j'en ai évité d'autres. Pourtant, ce salopard réussit à me mettre par terre. Et suprême honte, c'est William qui me ramassa. J'étais vexé !

- Vaincu par cet homme ? Dis donc, il faudrait que je t’apprenne le combat toi.

- Mouais...

bon... Maintenant que j'étais debout, et que tout le monde était parti vaquer à ses occupations. Mais... je regardais autour de moi... Tout semblait si... normal ! tout çà me dépassait. Je souris quand même à l'idée d'un patron en train de ramasser son garde du corps ! En regardant le prince, mon boss, je me demandais à quel jeu il jouait... il s'éloignait déjà, m'ayant déjà oublié, normal... aimait-il vraiment sa nouvelle femme ? et Hannah alors ? Et puis, je me demandais combien de personne avait vu ma défaite... un vampire balancé par un simple humain... mais bon, il avait la force d'un type humilié par sa bonne femme en public. Quand même !!!

- Pfuuuuh ! quelle méchante soirée. pensais-je. Mais je n'étais pas au bout de mes malheurs, Ohhhhh non !

La reine rappliqua, visiblement pas contente, qui eut une petite sortie pour chacun, mais moi... elle m'ignorait, tant mieux... et çà ne dura pas :

Et vous là, l’incapable. Conduisez mon humain à l’étage et quittez ces lieux avant que je ne fasse de vous un brasier qui s’enflammera au levé du soleil.

Un regard à Torben, que je saisis par le bras et obligeais à monter là-haut en lui grommelant :

- Cette fois, fais pas chier, compris ?!!!

et une fois dans l'escalier, je lui mis un bon coup de coude dans les côtes, avec un craquement, je sus que je lui en avais pété une ou deux.

- Ah ! je vais mieux, maintenant.

J'arrivais finalement au premier avec mon "boulet" que je balançais sur un lit :

- Dors, connard ! t'as entendu ta Reine ?!!! tout çà, c'est ta faute. Je te hais.

C'était pas vrai. J'avais plutôt pitié pour lui. Non... en fait, je comprenais si bien sa réaction. Mais je m'obligeais à ne pas le lui dire. Pas le moment de faire camarade avec le cocu.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Dim 20 Nov - 19:54

Délicatement, le bras du vampire se posa autour de la taille de Morgane Raybrandt et sa main libre se saisit de la sienne. Il se revit. Au manoir des d’Aubusson, alors que sa mère le regardait prendre ses leçons de danse. Selon elle, un véritable noble était dans l’obligation de savoir enchaîner les pas de valses, de menuets comme si cela lui était naturel. Epoque innocente, bienveillante, il était alors âgé d’à peine une douzaine de printemps. Etait si stupidement naïf et si extasié devant celle qu’il pensait sa génitrice. Si stupide…
Léopold, leva son visage une fois qu’il fut installé et regarda sa partenaire dans les yeux. Lui sourit avant d’entamer la danse balançant leurs deux poignets vers l’avant et entrer dans la cadence rythmée jouée par les musiciens. En lui-même, il jubilait. Il sentait ces regards posés sur eux, distrayant quelques journalistes qui auraient eu la mauvaise idée de fouiner du coté du couple princier. Comment joindre l’utile à l’agréable. Parce qu’il ne pouvait mentir, tournoyer de la sorte avec la princesse Raybrandt, habile de ses pas, était plaisant. Voir leurs paumes collées l’une à l’autre, toucher le pouvoir de si près… Bien sûr, il l’eut d’ores et déjà fait en passant des nuits de débauches et de violence avec la mère. Mais il la savait inaccessible, qu’il aurait été condamné à être un vampire de l’ombre, loin de retrouver le prestige qui fut sien de son glorieux temps humain. Alors qu’en cet instant… il pouvait le sentir. Réellement. La partie était lancée et il était prêt à tout pour ne pas laisser le pouvoir s’enfuir loin de lui. Alors que le rythme se ralentissait, il alla coller son visage proche de celui de Morgane afin de lui susurrer dans l’oreille.

- Soulager votre curiosité ne ferait que me causer d’avantage de mal. Je respecte votre engagement malgré l’incompréhension que j’en retire. Malgré la douleur qu’il engendre en moi. Je vous devine perspicace et pense que vous devez comprendre de quoi il en retourne. Que je n’ai pas à formuler de vive voix ce que vous provoquez en moi. Ce que vous faites surgir à nouveau lorsque vous êtes dans les parages. Non… je ne dirai mot.

Il se recula afin de retrouver sa position initiale, prit soin de ne pas regarder la vampire dans les yeux et continua à valser silencieusement. Faisant mine de souffrir le martyre, devinant que ces quelques mots ne seraient probablement pas suffisants pour la convaincre de sa (fausse) bonne foi. Qu’importe, ils avaient l’éternité et les combats acharnés l’avaient toujours ravi. Alors qu’il la faisait tourner sur elle-même, les débuts de sa vie vampirique lui revinrent en mémoire. Lorsqu’il dansait avec sa créatrice, celle qui s’était fait passer pour sa mère et qui avait détruit sa famille. Tué son fils. Lorsqu’il se devait d’obéir à chacun de ses désirs. A assumer cet amour malsain qu’elle lui portait et qu’il se sentait dans l’obligation de lui rendre. Il se stoppa, regardant pour la première fois Morgane Raybrandt dans les yeux depuis qu’il avait prononcé ces quelques paroles. Fort heureusement c’est à cet instant ci que le morceau s’arrêta. Il se détacha d’elle sans lâcher sa main et s’inclina. Ouvrit à nouveau les lèvres une fois qu’il eût jeté un coup d’œil aux alentours.

- Le problème semble s’être réglé de lui-même. Je pense qu’il est temps d’aller présenter ces fameux vœux à votre mère ou nous risquons d’être vus comme des vampires dénués de respect et de bonnes manières.

Lorsqu’ils arrivèrent devant la table, ils n’eurent pas même le temps de prononcer quoi que ce soit. La reine s’était levée et d’un regard fait comprendre qu’il était dans son intérêt de la suivre. Hélas ! On ne pouvait pas passer la soirée à s’amuser et rester en dehors de ces querelles. Ce serait bien trop aisé. Il se mit à la suivre, s’engouffrant par la porte dissimulée. A peine eût il posé le pied sur la dernière marche qu’elle se mit à le fixer. Bien que ce ne fût absolument pas le moment, il ressentit ce désir particulier qu’elle faisait naître en lui dés qu’ils se trouvaient seuls. Une soif de barbarie, de lubricité, de monstruosité. Oh oui il la respectait. Lui était dévoué. Depuis cette nuit où il lui avait fait signe d’allégeance. Avait prononcé de ses propres lèvres qu’il lui appartenait. Et il avait une hâte certaine d’entendre ses ordres. De combler le moindre désir qu’elle pouvait posséder. Sans dire mot, il l’écouta pester contre les perturbateurs de sa cérémonie. Sa pupille qui était en train de la déshonorer, son incapable de fils qui était incapable de la gérer, le garde tout à fait inutile qui avait été embauché. Il ne pouvait être qu’en encore avec elle pour avoir du subir les remarques et menaces des deux derniers en début de nuit. Il se contenta de quelques mots.

- Je ne peux qu’approuver ma Reine.

Pas un de plus, pas un de moins. Il pouvait sentir la colère de sa souveraine même en se trouvant quelques pas derrière elle. Alors qu’elle enjambait la rambarde et sautait, il se demanda ce qui allait se passer. Non pas qu’il fut inquiet loin de là. Après tout, il semblait être l’un des rares à être encore dans ses grâces cette nuit. La mission qu’elle lui avait tantôt confiée avait été accomplie avec brio et il s’évertuait même à ramener sa fille dans le droit chemin. Non, il était simplement… curieux. De voir ce que tout ceci allait donner et surtout en quoi il y était lié. A son tour, alors que la reine venait de s’avancer, il sauta. Atterrissant sur ses deux jambes fléchies, ses pieds bien ancrés au sol. Comme s’il avait été une enclume lancée depuis le balcon. Il se redressa et épousseta son costume blanc. Releva brusquement la tête lorsqu’il entendit le choc entre les deux corps. It la pupille au sol. Eh bien… Il avait probablement sous-estimé la colère de la nouvelle mariée. Mais il aurait été faux de dire qu’il n’appréciait pas le spectacle. Probablement parce que pour une fois il n’en était pas un acteur direct. Il savait combien Krystel Raybrandt pouvait s’avérer violente et sans pitié. Aussi il se contenta de rester impassible afin de ne pas la froisser et de devenir sa nouvelle cible. Il ne connaissait que trop sa langue pendue et ne pouvait pas se permettre de se faire confiance en cet instant précis.
Alors qu’il relevait ses manches afin de leur donner leurs formes d’origines il écoutait attentivement chacune des paroles prononcées. Et quand elle annonça à son fils qu’il serait désormais son tuteur et le gestionnaire de la demeure Raybrandt il regarda enfin le tableau. Tentant de rester impassible malgré la surprise et l’orgueil qui se battaient pour apparaître sur son visage. Non pas que de devoir s’occuper d’une habitation l’enchante au plus haut point mais il savait qu’il était dans son intérêt de ne pas aller à l’encontre des ordres édictés. Il opina de la tête lorsqu’elle lui confia le soin de vérifier la mise en œuvre de ses exigences. Et qu’elle lui confirma son accord quand au rapprochement qu’il tentait d’effectuer avec sa fille. Il s’inclina alors qu’elle passait la porte d’entrée.

- Vos désirs sont des ordres votre Majesté.

Qu’il était étrange de passer du tutoiement au vouvoiement. Mais il en avait maintenant conscience, il n’y avait que très peu de chances que la reine le prenne à nouveau dans son lit et qu’ils en reviennent à des rapports aussi familiers qu’avant les fiançailles. Il se retourna et toisa les vampires. Ne pouvant s’empêcher d’avoir un sourire narquois sur les lèvres, il regarda le garde du corps emmener le sac de sang comme l’avait ordonné la reine. Il lui était désormais socialement supérieur et autant être honnête, il en retirait une satisfaction inimaginable. Il se pencha vers Jana, lui tendant la main, l’invitant à se relever et à retrouver le peu de dignité qu’il pouvait lui rester.

- « Mon prince ». Puis je croire en votre bon sens pour vous exécuter tel qu’il vous l’a été recommandé ? Ou dois je vous accompagner afin de m’assurer que vous ne faîtes rien de stupide ?

Le pouvoir. Ah ! Qu’il était bon de le sentir à nouveau ! Alors qu’il regardait Jana, attendant qu’elle accepte son aide ou la refuse (que soit maudites les bonnes manières et la galanterie) il se demanda s’il avait pris la place de Raybrandt dans tous les sens du terme et se retrouvait ou non propulsé à la place de Shérif de Glasgow.


avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Dim 20 Nov - 21:14

    De suite, je savais que quelque chose n'allait pas. Je le sentais dans mon corps, dans ma tête. Je savais que c'était mon lien avec Krystel qui me tirait. Le fait que je sois avec Suzy ma servante humaine n'y changeais rien. Quelque chose clochait, le lien que j'entretenais avec ma fille, plus fort que tout autre, m'appelait à elle. Je sentais une colère dévorante, intense, cruelle. Je sentais l'objet de la colère comme de la frustration de ma création. Je ne savais pas ce que je pouvais faire pour l'endiguer. Je savais qu'elle gérerait très bien la situation elle même. Mais j'étais le roi. Je devais me comporter en conséquence. Je devais punir mes sujets déloyaux et tous ceux qui écornaient mon honneur ou celui de ma reine. Je sentais que Krystel était en train d'exploser ; j'entendais les éclats de voix qui venaient de l'entrée. D'un seul signe de tête, je fis signe à l'intendant. Celui ci hocha lentement la tête, il avait compris. Le volume musical augmenta, la luière se tamisa de façon plus marquée et les plats laissèrent place aux fromages et aux dessserts. Je n'avais rien avalé, j'avais à peine trempé mes lèvres dans le faux Tru Blood préparé par le chef cuisinier de Krystel. La colère de Krystel était telle que je m'en sentais totalement et irrémédiablement imprégné. Sensation totalement étrange. Je divaguais presque. Le sang de Suzy m'attira plus que jamais. J'avais envie de la prendre, là maintenant. De lui déchirer ses vêtements, de la faire mienne dans son sang éclaboussant mon visage. J'avais envie de réduire à moins que rien cette Belle Renard, juste pour montrer aux autres ce qu'il en couté d'élever une voix dissidente de la parole sacrée d'un monarque immortel. Un Dieu. J'étais un dieu. Je me tournais vers ma servante humaine et la vampire multiséculaire. D'abord, je posais mon regard sur Belle.


    | Madame Renard, je vous attend donc comme convenu, et je vous accueillerais comme il se doit, avec les usages de votre époque. Il me tarde d'en savoir plus sur vous et votre... credo. |


    Je me tournais ensuite vers Suzy, lui lançant un regard plein de morgue, terriblement autoritaire. Elle devrait y voir la marque de sa possession.


    | Quant à vous, Suzy, j'espère vous revoir dans les plus brefs délais dans mon bureau, nous avons beaucoup de choses à aborder ensemble en ce qui concerne mes « dons » pour votre « école ». |


    Les saluant d'un signe de tête et d'un « mesdames » qui se voulait charmeur, je m'avançais ensuite vers le couloir. Les gens s'écartaient et me saluaient sur mon passage. J'arrivais enfin dans l'entrée. J'y vis la reine, son fils et sa pupille. Cet enfoiré de russe, encore dans nos pattes, et d'Aubusson. Et la sécurité aussi, avec celui que je reconnaissais comme l'homme de main de William. Je le laissais passer avec Badenov vers les escaliers. Inutile de mêler les classes inférieures plus que nécessaire à une affaire éminemment privée. J'arrêtais d'Aubusson d'un geste. D'un regard et d'un signe de la main, je repoussais l'ensemble du service de sécurité, qui se positionna de façon stratégique à chaque bout de l'entrée. Certains barrèrent la porte d'entrée, les autres empêchaient quiconque de s'introduire dans le hall d'entrée depuis la salle de réception. Cette affaire ne concernait que William , Jana, Krystel et moi. Et d'Aubusson, puisque la reine l'avait impliqué. Du coin de l'oeil, je m'assurais que nous serions tranquilles et que personne ne pourrait entendre ce que j'allais dire, personne hormis les principaux intéressés. J'exhalais un long soupir, air qui m'était devenu totalement inutile, mais qui marquait nettement mon mécontentement. J'avais entendu en arrivant ce que Krystel avait imposé. J'allais la soutenir. Et enfoncer le clou. Je posais un regard souverain sur Jana, me détachant complétement du lien qui pouvait exister entre nous.


    | Vous me désappointez, ma chère. Il est temps pour vous de mûrir et d'assumer votre nature. Vous n'avez plus rien à faire avec cet humain qui se prétend votre époux. Vous êtes désormais dans le monde de la nuit. Mieux, vous êtes la femme de mon fils adoptif, et vous êtes vous même ma petite fille par adoption. J'attendais mieux de vous. Je m'occuperais moi même de votre punition. Je vous ferais renaître comme au premier jour de votre nouvelle existence, dans le sang des mortels. Vous torturerez vous même votre ancien mari, à moins que vous arriviez à me convaincre de votre maturité. |


    Je laissais planer ma voix grave et imposante, avant de reprendre les sanctions. Je me tournais ensuite vers William.


    | Vous me décevez, William. Je vous fais cadeau d'un pouvoir absolu sur tout autre que vos ascendants et vous me remerciez en ne sachant ni tenir votre couple, ni le prestige de votre position. Je ne vous ferais pas le déshonneur de vous priver de votre rang de shérif, mais sachez que vous n'êtes plus en tête de liste pour succéder au rang de grand maître de Glasgow resté vacant depuis que votre mère s'est élevée. J'attends de vous que vous fassiez preuve d'un peu plus de force dans votre existence. Votre épouse est sous votre responsabilité, et il vous revient de la faire vôtre. Dès ce soir, à moins que vous ne teniez vraiment à être un peu plus la risée des autres shérifs et grands maîtres. Comment pourriez vous prétendre à plus de responsabilité si votre femme n'est vôtre que de nom ? Du cran, William, c'est tout ce que je vous demande. Votre mère m'a longtemps vanté vos mérites, vos forces. Je ne les ai pas vues, ce soir. Comme Jana, votre conduite sera sanctionnée. J'ajoute aux châtiments de votre mère ma propre déception. Votre servante humaine, Hannah, subira mon courroux pour l'affront qu'elle m'a fait à la cathédrale de s'élever avec son frère. Elle partagera ma couche, et je ne l'épargnerais pas, ni physiquement, ni mentalement. Cela devrait suffire à lui rappeler sa place, et la vôtre. Gardez les rênes de votre vie, William, ou tout ce qui vous appartient sera à moi. Je compte sur vous pour vous reprendre, et pour montrer à votre mère que sa confiance et sa fierté de vous n'étaient pas mal placées. |


    Je reportais désormais l'attention sur d'Aubusson. Un simple signe de tête, qui devrait suffire à rappeler au vampire mes propres attentes vis à vis de lui. Je m'éloignais ensuite, désormais furieux. Je ne comptais épargner personne. Jana allait devoir, je le jurais, répandre énormément de sang avant que je daigne lui réaccorder un minimum de confiance. Et elle devra se repentir. Quitte à ce qu'elle dépéce son ancien époux, lambeaux de chair après lambeaux de chair. William se verrait puni lui aussi. Je comptais briser sa servante entre mes doigts. Ne pas la tuer non, ni la blesser sérieusement. Mais tout ce que je pourrais lui infliger sera perçu et ressenti de la même façon par William, vu le lien qui les unissait... Je revenais dans la salle de réception, où je remarquais que les vampires qui habitaient le plus loin commençaient déjà à partir, je me dirigeais vers Hannah Badenov.


    | Vous serez honorée, très chère, de savoir que votre possédant, William, me transmet le privilège d'une rencontre avec vous. Dès demain. Je vous jure que vous allez adorer... |
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Dim 20 Nov - 22:35

Ah zut ! Là, il était totalement confus. Comment devait-il réagir ? Si William Raybrandt agissait avec force, sa mère l’envoyait paître pour trop de visibilité : durant son mariage en plus. Là, il était resté calme, en pleine possession de ses moyens – ou presque, - et encore Krystel Raybrandt le punissait, pire lui enlevait le droit d’être son héritier … le bannissait de ce droit en le donnant à Léopold Vampire de bas étage. Il avait été largement surpris par l’arrivée impromptue de sa mère dans le hall. Le Shérif de Glasgow n’avait pas ressentit sa créatrice, son tout juste à l’étage au-dessus. S’il avait eu un cœur, ce dernier se serait mit à battre très rapidement. Pouvoir, beauté, richesse … Peur, haine, torture. Les mots de la Reine envers lui le transpercèrent comme des aiguilles larges de 10 centimètres. En ce qui concernait Jana et l’asticot tout près, il avait célébré cette victoire. En tout cas, elle fut momentanée. Très brève. Il soupira silencieusement n’arrêtant pas de laisser son regard en direction de Krystel. Torben débarrassa le plancher à l’aide de Leslie. William n’en avait cure.

Comment aurait-t-il dut réagir ? Frapper Jana au beau milieu de la salle de réception. Peut-être aurai-t-il put l’amener dans une pièce à part. Certes, ce n’était pas la solution pour amadouer une nouvelle Vampire selon lui. Ok, pour lui cela fonctionna. Mais elle … Sa rébellion, cette stupidité qu’elle avait de toujours retourner vers son ancien mari. Maintenant, William ne pourrait plus agir comme il le souhaitait … Le renforcement positif avait toujours eu de meilleurs résultats que le renforcement négatif même si Jana au mur le délectait légèrement. Et ce d’Aubusson qui semblait si heureux de cette situation appuyant la reine à chacun de ses ordres. Un arrogant, un opportuniste attrapant les situations par le bon bout. Je me demande comment il réagirait s’il se trouvait dans ma position pensa le Prince déchu.

- Faites ce qui vous plaira d’Aubusson.

Murmura-t-il insulté d’être traité comme un imbécile par un simple Vampire. Puis, il n’était plus le Prince non ? Krystel l’avait déshérité apposant ce type à sa place. Ces paroles n’étaient que de l’arrogance mal placée tentant de flatter l’égo de notre Shériff tout en l’insultant en même temps. Puis … Évidemment, le Roi se mêla de tout cela ayant un lien unique et ténu avec sa reine. Seuls … Quatre … dans ce Hall clôt Augustus remit à leur place notre couple princier – ou pas. – À chaque mots prononcés en direction de Jana, William observa cette dernière avec un regard on ne peut plus approbateur. Certes, lorsque vint son tour … Non, rien. Il encaissa chacun des sermons du Roi. Il remarqua garder sa position de Shériff sans pour autant éviter les insultes. Oui, il n’était pas populaire auprès des autres dirigeants des Vampires. On pensait tous que le fils de Krystel se trouvait à cette position grâce à elle … Qu’il n’avait aucune compétence pour ce rôle. Étrangement, ce sermon lui fit serrer les poings sans pour autant éliminer cette neutralité de son visage. Ok ! Alors, si vous désirez tant de torture mon Roi, vous allez l’avoir pensa-t-il avec dédain. Pourquoi devait-on toujours régner comme le Roi le faisait ? Pourquoi nous ne pouvions pas avoir notre propre vision du monde ? Il avait changé … Il fallait s’y habitué.

Sans rien dire, William allait relever Jana brusquement sans lui accorder le moindre regard. C’était de sa faute tout cela … Peut-être, au final, Krystel Raybrandt voulait torturer son fils malgré tout en lui imposant Jana. Peu importe, il n’était plus que Shériff. Il fut Prince que brièvement. Tirant Jana à lui, il sortit du manoir sans un coup d’œil aux gardes ni surtout à sa mère. De sa main libre, William sortit son portable et envoya un SMS rapide à Belle Angeline Renard. Désolée très chère, mais il vous faudra vous armez de patience.

- Bravo Jana ! Bravo ! Puisque le renforcement positif ne semble pas fonctionner avec toi, je vais devoir utiliser celui de ma mère. Et tu peux te compter chanceuse que je te retire si rapidement de ses griffes : j’aurais pu t’y laisser.

Il poussa brusquement Jana dans la limousine noire par laquelle ils furent arrivés précédemment. Son ton de voix n’amenait pas à rire. Son monde s’était effondré sous lui. Il ne serait jamais assez bien pour Krystel. Il était mécontent, insulté, honteux et triste. Il fit signe au chauffeur de démarrer et s’assit sur la banquette arrière fermant la portière dans un claquement sec. William jeta un seul regard sur sa femme pour se plonger sur son Iphone. Tiens, il venait de retomber sur des notes écrites trois mois plus tôt : Quelle était cette flamme enflammée ? Quelle est cette odeur de chair si animale ?

S’il se serait uniquement plongé sur cela, William serait Maître Vampire aujourd’hui : et une étape de plus vers le Roi. Il se méprisait. La rébellion n’avait rien de bon au final et le travail d’équipe non plus. Mieux valait agir seul et en toute loyauté.


Fin pour moi
P.S.: Jana devait retourner au Manoir aussi eh...?


Dernière édition par William Raybrandt le Dim 20 Nov - 22:50, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Dim 20 Nov - 22:50

- Vous en vous moquant éperdument de votre sécurité, vous laissant éhontément courtiser par ce d'Aubusson qui, au final, comme je m'en doutais, se servait de vous ! [...] Mais vous n'y avait même pas pensé, obsédée que vous étiez par votre humiliation : "il" en épousait une autre ! et vous invitait au mariage ! alors, le crétin, là, dédié à votre surveillance, autant qu'il paie, hein ?!!!!

Les mots de Leslie étaient véridiques : il appuyait précisément là où cela faisait mal et Hannah lui en voulut de déballer ainsi la vérité en public. Il y avait du monde autour d'eux, des oreilles indiscrètes, et elle avait tenté de les empêcher de parler, en disant à William "Pas ici." Mais c'était peine perdue. Apparemment Leslie faisait une crise de reconnaissance auprès de son boss et Hannah trouvait que c'était très malvenu et très puéril de se mettre ainsi en spectacle. *Enfin toi aussi tout à l'heure à la cathédrale... Mais c'est pas pareil !*
Elle n'appréciait pas trop Leslie mais là c'était de pire en pire. Elle lâcha d'un ton désagréable, se rangeant immédiatement - lien de sang oblige - du côté de son maître :

'"Je ne crois pas avoir besoin de votre avis, Leslie. Ni sur le mariage de William, ni sur ma conduite. Vous n'avez aucun droit sur moi, contrairement à William" dit-elle fermement. C'était aussi une manière de calmer le jeu, et surtout de calmer William. Il semblait au bout du rouleau et Hannah éprouva de la compassion pour ce qu'il endurait.

La conduite de Jana était... inqualifiable, oui, elle aussi se donnait en spectacle, en apostrophant Torben devant tout le monde ! Elle en éprouva de la jalousie : elle, sur un regard de Torben et un ordre de William, n'était pas allé le retrouver ou lui parler, ils n'avaient encore échangé aucune parole, alors que Jana s'était crue assez forte pour bouleverser les règles. Jana allait plier, elle allait se faire renverser par la vague Raybrandt. Elle espérait même que la colère Raybrandt se redirigerait plus sur Jana que sur elle-même : après tout, elle avait eu un instant de folie en se levant et en disant deux phrases, mais on pouvait mettre ça sur le compte d'une démence passagère ; on pouvait même la prendre pour une sotte, une idiote : elle voulait bien faire semblant d'être bête, si cela pouvait atténuer son châtiment. Elle en était là de ses réflexions quand une voix féminine qu'elle connaissait bien la tira de ses pensées sombres. La vue de Cora, sa chère Cora, la tira comme d'un long sommeil et d'une tristesse infinie. On ne pouvait lui reprocher de connaître Cora.

Elle se leva et approcha doucement de leur table. Leslie tenait fermement Torben, son Torben, et elle le regarda partir avec le garde du corps. Dieu qu'elle détestait ce vampire ! Etre choisi par Will ne lui donnait pas envie de l'apprécier. Puis ils partirent tous, William, Leslie, Torben, Jana, quittant la salle de dîner aussi rapidement qu'un essaim d'abeilles attirés par le miel. Elle se retrouva seule avec Cora pour de précieuses minutes. Elle ne trouvait rien à dire devant l'injustice et l'absurdité de cette situation. Elle la prit dans ses bras, trouvant du réconfort à son contact, cherchant à oublier où elle se trouvait.

"Alors... tu as fait la connaissance de mon frère Torben ? lui chuchota t-elle d'un air complice. Tu le trouves comment ?" ajouta t-elle. Il lui fallait rester légère, car si elle mettait des mots sur tout cela, elle aurait envie de s'enfuir avec Cora.

Et là, de l'autre côté du mur, se jouait une toute autre scène. Un homme, le plus puissant d'entre tous, scellait un destin ignoble pour Hannah. Etait-ce vraiment une punition méritée ? Un châtiment à la hauteur de ses crimes ? Mais il était le roi, un Dieu sur Terre, et on ne lui désobéissait pas.

Les portes s'ouvrirent, laissant passer le roi et la reine. Nulle trace de William et Jana. *Ca y est.* Leslie suivait avec Torben. Hannah se sépara vite de Cora. Augustus King semblait se diriger vers elle et s'adresser à elle. Elle ne lui avait encore jamais parlé en face à face, et surtout pas de cette manière. Une phrase pour elle seule, pour ses seules oreilles :

| Vous serez honorée, très chère, de savoir que votre possédant, William, me transmet le privilège d'une rencontre avec vous. Dès demain. Je vous jure que vous allez adorer... |

Hannah hocha la tête sans pouvoir dire un mot. Si William avait été là, elle aurait pu chercher dans son regard une signification à ces paroles, mais elle était seule. Cela n'augurait rien de bon. Son heure était arrivée. Elle baissa les yeux, consciente que le moment n'était pas venu de se rebeller.
Elle sentait l'angoisse de Cora près d'elle : elle doit se demander ce que lui a dit la roi. Ce dernier partit enfin et la laissa seule.

"Cora. J'aurais aimé passer plus de temps avec toi, mais je dois rentrer chez moi. Je doute d'être acceptée dorénavant au Manoir de William. D'ailleurs, il est déjà parti sans moi. Il a des choses à faire avec sa nouvelle femme..." maugréa t-elle.

"Cora. Jana est bien la femme de Torben. Ca parait fou mais tout est vrai. Et maintenant je vais être punie pour avoir dit la vérité." ajouta t-elle d'un air sombre.

Hannah appela un garde et lui demanda d'aller chercher Leslie. Puisqu'elle avait été expulsée du Manoir de William et qu'elle n'avait aucune envie d'être près du couple lors de leur nuit de noces, elle n'avait d'autre choix que de rentrer chez elle, dans son appartement. Elle aurait tant aimé pouvoir rentrer avec Cora, mais jusqu'à nouvel ordre, elle était sous la surveillance de Leslie.

"J'espère qu'on pourra se revoir Cora. Je penserai à toi, ne m'oublie pas." furent ces dernières paroles à son amie.

FIN POUR HANNAH.
(hj : Leslie où es-tu ??^^)
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Mar 22 Nov - 11:05

    La lèvre fendue dans la bousculade, le sang commençait à couler en un mince filet sur mon menton. Je lançais le regard le plus haineux que je pouvais faire à ces putains de butors de vampires du service de sécurité. Je n'avais pas peur d'eux. Pas du tout. Tous purent lire sur mon visage la teneur de ma détermination. J'étais à deux doigts de tirer l'arme blanche planquée sous mes vêtements, et de me jeter dans le tas. Je n'avais pas peur, ça non. Je ne craignais rien pour moi. En fait, je sentais que plus rien ne pouvait réellement m'atteindre. La douleur physique n'était rien de plus qu'un autre motif d'expansion de ma colère et de ma haine, qui me brûlaient littéralement. J'étais prêt à faire face à l'ensemble des vampires foulant ce monde. Ne croyez pas que je me prends pour superman ou que j'avais le moindre espoir de réussite. Ce n'était pas du tout ça. Sans doute qu'à force de tuer les vampires, j'en étais arrivé à une énorme connaissance de leur nature profonde. Ils étaient le prédateur ultime pour l'espèce humaine. Capables individuellement de tuer des centaines de personnes en une nuit. M'opposer face à eux, tout un groupe dans le cas présent, ne pouvait aboutir qu'à un seul résultat. Ma mort. Etrangement encore, ou plus vraiment vu l'habitude, cela ne m'effrayait pas plus que ça. Ma femme était devenue vampire et mariée à un autre, ma sœur couchait avec ce même autre, et j'étais devenu un meurtrier apatride. Super, la vie. Tout ce que je demandais, c'était qu'on me foute la paix, au final. Je n'avais même plus vraiment envie de me battre, dans le fond. Juste de m'arrêter un moment. Je sais pas, dans un coin tranquille. Allongé dans l'herbe, à enfin pouvoir profiter du soleil. Sans m'en rendre vraiment compte, je vivais depuis bientôt un an dans la nuit. Je n'étais pas un vampire, mais j'avais inconsciemment intériorisé leur rythme de vie ; vivre de nuit. Ouais, au soleil, tout seul avec moi même. Et une bonne bouteille. Et rien d'autre à faire que dormir. Bien dormir. J'avais tellement envie d'être loin de tout ça que cela me fit presque craquer, mais je contins mon amertume.


    Mais alors que je me préparais à me battre, celle qui incarnait le mieux mes faiblesses fit son entrée dans ce contexte de désolation. Je restais figé en la voyant. Elle m'avait trahi, je l'avais maltraitée. Mais elle était là. Même jusqu'au bout, elle était là. Je me sentais plus que jamais à deux doigts de craquer, et je redoutais déjà de m'effondrer pour ne plus être capable de me relever. Jana me prévint que je n'étais pas seul, qu'elle était là malgré tout. Une partie de moi, la plus blessée et la plus meurtrie, ne voulait pas y croire. Mais son discours parlait à mon humanité refoulée, et cela me toucha plus que je ne l'aurais cru. Elle s'excusa pour tout, la cathédrale, avant, l'abandon. Je savais que tout cela intervenait trop tard désormais, mais une partie de la tension qui me pourrissait la vie venait de se relâcher, et cela me fit du bien. Le fossé n'était pas comblé, mais je savais qu'elle était toujours là, quelque part. J'étais seul dans les ténèbres, mais la lumière qui me guidait dans l'obscurité, telle un phare, me faisait de nouveau entrevoir une échappatoire. Son discours me fit relativiser tout ce qu'il s'était passé. J'étais stupide, profondément stupide. Je savais que l'amour de ma vie n'était plus humaine, je savais qu'elle ne réagirait plus comme moi, sur aucun point. Ne restait plus que ces sentiments attachés à des souvenirs envolés, comme elle même le reconnaissait. Ses paroles ne réparèrent rien à ce qui avait été fait ce soir, mais cela comptait. Je ne savais pas encore en quoi, mais ça comptait. Tout n'était peut être pas fini. Je ne résistais pas à Jana quand elle vint m'embrasser. Je prolongeais le baiser, fermais douloureusement les yeux. Son charme vampirique me poussait vers elle, mais il n'y avait pas que ça. Ce moment de relâchement, de complicité, de tendresse, me redonnait de la force. J'en déduisais la seule chose à comprendre.


    La vie est comme une maladie. Elle est tenace, elle se bat, envers et contre tout.


    Moi aussi, je devais continuer à me battre. Ne pas abandonner. Ne pas en finir seul, de mon côté. Je finissais par rompre le baiser mais gardais mon front posé contre celui de Jana.



    | J'espère juste qu'un jour, tu m'aimeras pour ce que je suis, pas pour ce que j'étais... |


    Pari fou, insensé. Comment pouvait elle aimer un meurtrier alors qu'autrefois, elle avait un époux aimant, qui s'occupait d'elle et l'aider au foyer, qui l'aimait et la chérissait ? Aujourd'hui, tout n'était plus que tourmente. Nous nous faisions du mal, nous nous rejettions. Pour pour sa nouvelle nature, elle pour ce que je faisais. Je me détachais de Jana quand l'autre enfoiré de nouveau mari fit irruption dans le hall. Tous les visages se tournèrent vers lui. Il rappela Jana comme un maître appelle le serviteur. Cela me fit serrer les dents et les poings, mais je ne faisais rien ; un mauvais pressentiment m'étreint le cœur, me le serra comme pour me faire saigner de partout. Un claquement de mains retentit dans le hall bondé mais pourtant silencieux comme la tombe. Mortifié, mon cœur ratait un battement alors que toute chaleur semblait déserter mon corps. Je savais ce qui allait arriver. Je savais quelle colère nous avions réveillé. Je ne pouvais pas m'opposer à Elle. Comme un démon, elle se glissa vers Jana, l'envoya contre le mur. Le visage de mon ancienne épouse, marqué douloureusement, commençait déjà se soigner, mais le coup semblait avoir été formidable. Elle tourna la tête vers moi, et je croisais Son regard. Une puissance incroyable et invisible me tomba sur les épaules ; je la sentais serrer mon corps, mes poumons, chaque muscle et chaque organe. Sans avoir le moindre contrôle sur mon propre corps, je tombais à genoux, figé dans une position de soumission, devant Elle. Je n'entendais plus les voix que de façon indistincte, comme si elles étaient noyées dans le brouillard. Seule Sa voix m'apparaissait clairement, et faisait vibrer chaque partie de mon être.


    Elle marqua sa possession sur mon être tout entier. Mon corps flamboya de désir et de dévotion, mais une part de mon âme continuait de lutter contre cette servitude forcée. Sans vraiment y arriver, je ne pouvais pas le nier. Elle remit Jana à sa place, lui promit dégradation et punition, tout comme à son fils. La haine me permit de reprendre un peu d'ascendant sur mon propre corps ; je me mis à lancer un sourire sauvage vers William. A l'eau, ses plans avec MA femme, à l'eau, ses ambitions. Le petit roquet s'était fait rembarrer par sa maîtresse. Celle ci termina, et se retourna vers moi. Je me sentis perdre connaissance. Finalement, je me sentais soulevé à bras le corps, avec brutalité et facilité. Je me tournais, réveillé de nouveau. Le lien avait été rompu avec Elle, et je reprenais mes esprits. Le vampire, le même qui m'avait amené vers la sortie, me poussait vers l'étage. Je lui envoyais un sourire ironique.



    | Content qu'on s'entende bien, mon gars. |


    L'enfoiré me frappa en haut des escaliers, à l'abris des regards et en toute impunité. Il devait savoir que par fierté, je ne m'en plaindrais à personne. Je m'affaissais, prêt de tomber, alors que du sang m'emplit la bouche. Des côtes avaient été cassées suite au coup de poing vicieux et brutal. J'avais du mal à respirer, et le sang remontait depuis ma gorge. Bordel de merde, qu'est ce que j'avais dégusté ! Je me sentais défaillir par manque de tout ; mes forces étaient plus faibles que jamais alors que j'étais en crise de manque du sang de ma maîtresse et que je n'avais rien mangé de la journée. La blessure semblait sérieuse, mais mon esprit se mit à divaguer. Arrivé devant ce qui deviendrait ma chambre, je me sentais jeté sur le lit comme on jette des déchets. La chute, même amortie par la mollesse du matelas, m'arracha une exclamation de douleur. Je me redressais mais la souffrance était terrible. Je crachais du sang par terre. Beaucoup de sang. Est ce qu'une côte, en se brisant, avait provoqué des dégâts internes ? Pas les poumons j'espérais, sinon j'étais foutu. Comble de l'ironie... Je m'étais battu contre des tas de vampires pour peut être finir ma chienne de vie tout seul, dans une chambre qui n'est pas la mienne, sans avoir vraiment retrouvé ni ma femme, ni ma vengeance. Je me penchais sur le côté. J'avais froid, très froid. Je savais que la crise de manque allait amplifier ma réaction physiologique. Quand je serais remis, je ne balancerais pas le vampire et mettrait le coup sur le compte du service de sécurité. Mais lui, je le retrouverais. Et lui ferais la peau. Alors que je sombrais dans l'inconscience, j'en arrivais à la seule conclusion possible.


    Chienne de vie, vraiment.

_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Mar 22 Nov - 21:10

J'étais restée cachée dans les cuisines depuis tout ce temps. Oui, je faisais partie de la sécurité, mais je me demandais bien ce que je faisais là. Telle n'était pas ma place. De toute façon, personne n'escomptait que je serai sur place. Je n'étais pas censée me mêler à la foule. Plus tard, je m'avançai de l'autre côté du bar, prenant un plateau et un tablier pour faire office de serveuse. J'avais une vue globale des évènements. C'était passionnant et terrifiant à la fois. Passionnant car de mon petit bar, des vies se construisaient et se détruisaient toutes en même temps, et terrifiant parce que nous, pauvres humains, ne pouvions rien faire pour empêcher les vampires de mener leur petite loi sur nos vies.

Ne se rendaient-ils pas compte tous, qu'ils perdaient leur crédibilité de vampires auprès de nous, humains ? Cette réception ressemblait à une série télévisée ou un roman : le mari trompé, la femme paradoxale, mariée mais ressentant toujours quelque chose pour le mari, la maîtresse abandonnée par l'homme volage, la jeune princesse et le noble se contant fleurette, le sous-fifre ayant compris les dessous de cette pièce de théâtre ignoble mais n'ayant pas compris que personne ne voudrait l'écouter, et enfin l'empereur et l'impératrice, royaux, souverains, méprisants et ayant tout pouvoir.

Pourquoi les gardes humains n'intervenaient-ils pas ? Parce que leurs collègues vampires, rapides, sur la même longueur d'onde, étaient déjà auprès du mari trompé, de la femme paradoxale et les séparaient brutalement.

Et moi au milieu de tout cela, je savais que j'avais désobéi aux ordres de Jack, que peut être ils me cherchaient au dehors, pensant que j'avais quitté tout bonnement ma fonction et que j'étais déjà chez moi. Non. S'il y avait un endroit où être ce soir, c'était bien ici.

Même si je n'étais qu'une spectatrice. Même si je n'aurais pas du accepter cette mission. Cela avait été très instructif.


Quand tout fut fini, Sasha s'éclipsa discrètement par une autre porte. Elle ne croisa ni Jack ni Riley et s'enfonça doucement dans la nuit. Elle n'avait pas peur bizarrement. Elle savait que les plus fous des vampires et des humains se trouvaient encore dans cette salle maudite.

FIN POUR SASHA
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Mer 23 Nov - 21:47

    •• Contexte de la Mission

    Les inquiétudes restent profondes dans le coeur de Suzy, pour la première fois, elle peut voir concrétement à quelles menaces les vampires sont confrontés. Fous, extrêmistes, tous ces gens qui n'hésitent pas à leur signifier leur façon de penser. Ce qui doit plus l'étonner, c'est l'absence apparente de punition, de sanction, contre les fauteurs de troubles. Elle est loin de s'imaginer pour l'instant les sévices que subiront les outrecuidants, d'autant plus que ceux ci risquent fort d'être obligés de se les infliger entre eux, comble de la torture... Cela dit, la jeune humaine, (elle aussi complétement siphonnée) aura su garder la place qui était le sienne tout au long de la soirée, pour le plus grand plaisir de son maître. De son côté, Morgane regagne énormément de crédit aux yeux de sa mère et de son beau père en se montrant digne, et surtout, en se rapprochant d'Aubusson. La vampire retrouve la considération de sa famille bien que ce soit au détriment de son frère. Mais sait elle un peu les idées qui germent dans l'esprit de sa mère? Celle, en effet, ne verrait pas d'un mauvais oeil que Morgane finisse tout à fait dans les bras d'Aubusson, et dans son lit aussi. Mieux vaut ce vampire que n'importe quel humain, pas vrai? Jana est devant le même problème, en bien pire. S'attachant plus que tout à "son" humain, elle revient vers lui, le rassure, l'embrasse même. Elle veut recimenter un couple qui n'existe plus depuis bientôt deux ans. La fatalité n'a peut être pas été surmontée pour l'ancienne épouse Badenov, mais au moins a t'elle su marqué sa présence dans le coeur de son ancien mari, bien qu'humain. La jeune vampire fait fi de sa sécurité, ce qui, forcément, va lui causer quelques problèmes. William déjà, qui tente de mettre froidement les choses au clair avec celle qu'il a épousé. Sa tentative, bien que fort diplomate, ne plait pas à tous, et c'est peu de le dire. Sa mère, la Reine, fait irruption au milieu de ce joli monde, casse la tête à Jana, met Torben sous son emprise, et dégrade son propre fils en lui retirant tous ses biens. La reine frappe fort, et promet déjà à sa belle fille, son serviteur et son fils, une punition dont ils se rappelleront tous. Déjà, Torben aurait eu un avant goût de ce qui l'attendait par Leslie, qui soigne sa frustration en lui cassant des côtes, avant de s'en aller. Simple, direct, efficace. Leslie définit en un geste le tempo de la relation qu'il partagera avec le russe. Le garde du corps n'a pas réfléchi aux conséquences de ses actes, vaudrait mieux pour lui que la reine ne sache pas qu'il a osé lever la main sur son serviteur sans en avoir l'autorisation... Mais certains aiment vivre dangereusement. En tous cas, s'il y en a un qui a profité de la situation, c'est bien Leopold. Charmant ouvertement la fille de sa maîtresse, il s'arroge aussi magré lui les biens et fonctions de William, sous les directives même de la reine. Si ça c'est pas de la mobilité sociale ascendante... Choix entériné par Augustus King en personne, qui appuie sa reine et renforce même la repression sur ses sujets. Il promet à Jana de la forcer à torturer son ancien conjoint, tout en laissant entendre à William qu'il va battre et abuser d'Hannah, sa servante humaine. Hannah et Sasha, notamment, son en train de quitter le manoir. La première un peu destabilisée par ce que le Roi vient d elui dire, la seconde un peu par dépit quant à l'effectivité de sa mission. Quoiqu'il en soit, si cela ne surprend personne, la nuit aura tenu ses promesses de sang...


    ATTENTION: le rp se déroule de nuit, sinon les vampires ne sauraient y participer!


    •• Indications de jeu et Ordre de passage :

    L'ordre de passage dure jusque mercredi prochain. Attention, il s'agira du dernier ordre de passage pour la mission. Ceux qui ne l'ont pas encore fait sont invités à cloturer leur participation à la mission, de préférence avant de commencer d'autres sujets :p
    Si vous avez des questions, mpottez les admins, ils se feront un plaisir de vous répondre :p

avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie :
Coups du Destin: 0
Votre destin est entre mes mains.
Messages : 8501
Membre du mois : 7544
Je crédite ! : Avatar (c) Kanala
Localisation : Nulle part et à la fois partout
Compte Administrateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Mer 23 Nov - 22:18

Ce mariage aura finalement été plutôt mouvementé. Et devinez à cause de qui ? Ca ne m’avait pas vraiment étonnée, le contraire aurait été bien plus surprenant. Badenov avait commencé dans la cathédrale, créant un incident qui avait été bien vite maîtrisé, et je ne pouvais m’empêcher de me demander comment il pouvait encore insister au milieu de tous ces vampires ! Mais il s’était obstiné et avait parfaitement joué son rôle de trouble fête. Je crois vraiment que ce qui s’est passé ne sera pas sans conséquences, et pas que pour lui. Moi tout ce que je peux en dire, c’est que je trouve assez extraordinaire de voir tous ces gens incapables de tenir leur rang. Enfin je sais que de mon côté, c’est dû à un phénomène qui reste encore inexpliqué.

Et ce phénomène avait plusieurs facettes. Mon addiction au Roi tout d’abord, cette fidélité sans limite et cette dévotion incommensurable que je ressentais pour lui. Mais depuis qu’il avait fait de moi sa servante, les choses avaient évolué. La fureur qui avait été la sienne, je l’avais ressentie. Pendant quelques secondes, je suis restée figée sur ma chaise et j’avais bien du mal à recouvrer mes esprits tant ce que je ressentais était profond. Toute cette colère, cette envie de faire mal, de tuer, c’était d’une puissance telle que ça m’a clouée sur place. J’avais arrêté de respirer quelques secondes, et je repris mon souffle quand le Roi s’adressa à moi. Je devais reprendre contenance le plus rapidement possible.



Avec plaisir Majesté.


Bon sang, j’aurais bien besoin d’un bon verre tiens ! La colère était toujours là et elle était oppressante. Je tentais de cacher mon trouble en buvant mon café, quitter trop précipitamment la table ne serait pas du meilleur effet. J’avais mangé relativement peu, à la fois nerveuse de cette première immersion dans mon nouveau monde, et par tout ce qui s’était passé. J’étais bien étrangère à toutes ces choses, je venais de débarquer, et pour tout dire, je n’avais confiance qu’en une seule personne : Mon Roi. Je lui avais promis obéissance aux autres vampires, bien évidemment je comptais tenir ma promesse, y compris, surtout même, avec la Reine. J’avais bien compris mon rôle et le sien dans l’équation, le problème n’était pas là, je connaissais ma place, mais… Disons que je surveillerais tout ce petit monde de loin.

Mais avant ça, j’avais encore une mission pour la nuit. Le roi avait soif, très soif. Ca aussi je l’avais senti, ce désir violent qu’il avait eu m’était apparu comme un flash aveuglant. Lui donner mon sang était toujours un plaisir sans nom. J’ignore s’il en est de même pour les autres pommes de sang, mais depuis le départ j’adore ça. Alors poliment je me lève, je salue les convives installés à ma table et je quitte la salle des festivités. Moi Roi me veut dans son bureau, et je vais l’y attendre, le cou prêt à accueillir ses lèvres et ses crocs…



FINI POUR SUZY
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Sam 26 Nov - 15:03

Les pas de danse s’enchainaient, et ses paroles me firent presque manquer un temps, évitant son regard une fois qu’il sut se décoller de mon oreille, nos deux regards étaient fuyants. La sincérité chez les vampires j’avais su m’en méfier, j’avais quand même grandi au milieu des Raybrandt s’il vous plait, je n’étais pas si naïve que j’en avais l’air. C’était pour ça, que je ne fis qu’un sourire, je savais parfaitement que ce n’était pas correct, mais cette solution était la meilleure pour retrouver ma place auprès des siens. Notre photo serait sur tous les tabloïds dès ce matin, enfin ce soir, enfin bref, à la première édition, Johnston serait rapidement au courant à propos de Léopold, je n’avais rien à me reprocher, et pourtant je savais que de jouer ce petit jeu, je ne gagnerai absolument rien, ou du moins, je risquerai de tout perdre plus vite que ce que je m’en rendrais compte. Etais-je prête à prendre le risque ? Oui, je pense. Retrouver ma mère, et un peu de son estime était peut être finalement le plus important pour moi.

Il me reconduit alors à ma place assez rapidement, et une fois que je fus à ma place, ma mère se leva sans m’adresser un regard, appelant mon compagnon à la suivre, à mon avis, y aurait du grabuge dehors. Je me doutais que mon frère, Jana et Torben ne devaient guère faire plaisir aux attentes de ma mère. Le jour ne tarderait pas à se lever, et je tardais pas à rentrer au manoir pour y dormir quelques heures, enfin tout était relatif. La nuit était le meilleur moment, mais ne plus voir le soleil avait aussi eu raison de mes jolies couleurs, pourquoi un vampire était si pâle. Avez-vous déjà eu quelqu’un qui ne sortait jamais de couleur plus ou moins rosée. Je supposais que la raison était à moitié là dedans. Je laissais ces histoires donc à régler à ma mère, et je n’attendais que leur retour pour que je puisse m’éclipser, tirant un verre de True Blood, mes lèvres touchèrent ce sang. Je faillis avoir un haut le cœur. Il aurait été trop beau que ce sang soit synthétique, et à en croire les autres invités et la majorité des grimaces sur les visages de vampire. Bon d’accord, ce sang était nettement meilleur, d’ailleurs, je bus d’une traite ce verre. Oui, c’était ça mon problème avec ce fichu sang. Le sang synthétique était ma solution pour me rendre un peu éthique d’une certaine manière.

Je vis Léopold alors rentrer dans la salle, avec un sourire sur le visage, je me conduisais, en tenant ma robe par mon poignet. J’allais à sa rencontre, à croire que pour lui sa soirée s’était plutôt bien fini :

« Monsieur d’Aubusson, ma soirée tend à sa fin. Je vous remercie grandement de votre compagnie. Peut-être pouvons-nous imaginer nous revoir à une autre soirée avec un peu moins de journalistes. »

Oui, j’étais un peu audacieuse d’avoir touché son « cœur » ou du moins son intérêt, et une fois que j’eus ma réponse. Je pris ma robe, et je me rendais au manoir de nouveau. Cette fête était terminée pour moi.

|| fin pour Morgane, vu que je ne peux pas poster dans la semaine:/ si un truc ne va pas, envoyez moi un mp, je ferai en sorte de modifier le plus vite possible. Notamment pour Léopold
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Dim 27 Nov - 20:25

S’il en venait à s’écouter, le vampire entamerait une danse de la joie. Là, maintenant, tout de suite. Ah si on lui avait raconté aux prémices de la nuit que la réception se terminerait de la sorte il n’y aurait pas cru une seule seconde. Les joyeux évènements s’étaient tour à tour enchaînés. Tout d’abord la compagnie à l’église et l’occasion de sortir avant la fin de la mascarade, puis la délicieuse conversation qu’il avait partagée avec la princesse Morgane et enfin…. L’ascendance fulgurante qu’il venait de prendre sur le frère de cette dernière. Sur Raybrandt junior. Il était enfin dans les bonnes grâces de la reine. Pour de bon. Etait ce un test ou lui accordait elle réellement toute confiance. Il n’aurait su le dire. Mais qu’importe. La situation actuelle lui convenait parfaitement qu’elles qu’en soient les causes. Il s’en délectait.
Alors qu’il était encore penché, il sentit l’arrivée de quelqu’un d’autre. D’une puissance telle qu’il en existait qu’une seule. Le roi en personne. Il se rappela leur entrevue d’il y a quelque temps. De ce respect qui s’était imposé à lui. Il ne pouvait que se soumettre à ce vampire et il se doutait qu’il en allait de même pour les deux autres congénères présents dans le hall. Il se redressa suite à la demande silencieuse de son souverain et s’éloigna de quelques pas. Gardant étrangement ses remarques acerbes, ses moqueries pour lui. Comme parcouru d’un léger frisson. Il en imposait. Nul doute là-dessus. Il écouta donc, sans dire mot les remontrances de leur supérieur. Qu’il aurait applaudi si cela n’avait pas été déplacé et s’il n’avait pas craint également de son coté quelques représailles. Quelle ingéniosité ! Franchement, cela faisait rêver.

Il ne put s’empêcher de reculer d’un tout petit pas, lorsqu’Augustus le regarda. Lui faisant comprendre qu’il n’était pas dédommagé de son travail, malgré son ascension plus que récente. Bien entendu, cela aurai été bien trop beau. Mais il allait probablement devenir l’un des proches de la reine. Un proche réel, pas simplement l’amant sur lequel elle aimait se défouler et qu’elle appréciait torturer. Son rôle était donc bien plus à tenir que jamais. Et les exigences de son roi ne seraient que plus lourdes. Ah ! Si l’on pouvait avoir le beurre, l’argent du beurre et la crémière, se serait vraiment le bonheur à l’état pur. Enfin, lui avait déjà le beurre et la crémière. Ce n’était pas si mal. Crémière qui part ailleurs risquait de partir d’un moment à l’autre. Effectivement, la nuit touchait à sa fin et l’aube n’allait pas tarder. Fort heureusement, le « prince » et la « princesse » ne s’attardèrent pas et rentrèrent rapidement. Bon, une bonne chose de faite. Il accompagna silencieusement les deux vampires et regarda la limousine s’éloigner sans dire mot. Mais un sourire franc sur les lèvres. Il entra à nouveau dans la salle de bal, désormais quelque peu vidée. Effectivement chacun des vampires rentrait. Certains vivant plus loin que d’autres, il devait se hâter afin de ne pas se faire surprendre par les rayons du soleil. A peine eut il pénétré dans la pièce que la princesse vint lui annoncer son départ. Bien sûr ce n’était pas une surprise et il aurait été bien vaniteux de penser qu’elle l’accompagnerait dans son cercueil deux places cette nuit là. Mais il ne se départit pas de son sourire. Se baissant pour un ultime baise main.

- Le plaisir fut mien, supplantant toute éventuelle souffrance que j’aurais cru éprouver en votre compagnie. Se serait avec une immense joie que je vous reverrai en d’autres circonstances. Plus calmes. Je vous attendrai donc.

Relâchant sa main, il y laissa ses coordonnées actuelles et la regarder s’éloigner. Enfin… Non pas qu’il ne l’apprécie pas. Bien au contraire. Elle était tout à fait fascinante et incompréhensible. Mais il en avait assez de cette mascarade. Et il avait une envie folle de sang. De vrai sang. Pas ce substitut chimique en bouteille. Sans l’ombre d’une difficulté, il mit la main sur un petit serveur, adepte des morsures de vampires. Profita de quelques minutes dans le noir d’une réserve afin de se sustenter, salissant le costume qu’il s’était évertué à garder immaculé jusqu’à présent. Quittant la pièce sombre, il ôta sa veste. Cachant ainsi à la vue de tous son acte d’il y a quelques minutes. D’un geste de la main, il montra qu’il n’avait pas le temps de répondre à d’autres questions. Sans aucune surprise tous lui demandaient la nature de son lien avec la fille Raybrandt. Autant laisser planer le mystère. Il franchit les portes et gagna à son tour une voiture. Qui le conduit jusqu’à chez lui. La dernière journée qu’il passerait dans son appartement de Glasgow avant de regagner le manoir. Retrouvant Morgane. Plus rapidement que ce qu’elle aurait imaginé.



HJ : Pas besoin de changer quoi que ce soit de mon coté Momo ^^
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Mar 29 Nov - 14:49

    Les gens partaient de plus en plus nombreux. La soirée était bien avancée. Un coup d'oeil à mon intendant me suffit à savoir que nourriture et alcools s'étaient écoulés en fortes quantités, de sorte à ce que le faste de la soirée ne soit nullement gâché par les quelques heurts occasionnés par les quelques réticents à mon pouvoir. J'espérais déjà pour que mes agents dans les différents pays autour des principaux organes de presse parviennent à tenir les journalistes pour éviter de se retrouver avec un scandale sur les bras. Je pouvais subir des tempêtes médiatiques, mais pas à cet instant charnière. On ne pouvait détruire maintenant la solidité morale et éthique que j'avais bâtie autour de moi et des miens. Et je savais que les humains, fort friands d'histoires amoureuses et charnelles, s'empareraient avec joie de l'histoire des Badenov et de Jana. Je devais les cacher à tout pris. Voire même, les forcer à coopérer avec mes services de communication. La coercition dont je pouvais faire preuve me suffisait amplement. J'allais déjà les punir. Forcer l'une à punir l'autre, et donc à se punir elle même. Je me tâtais encore pour le supplice que je forcerais Jana à infliger à Torben. Ils allaient tous deux regretter leurs gestes et leurs paroles, et ils sauront dès lors que je ne suis pas vampire à me laisser défier. Je ne pouvais absolument pas laisser passer ce genre d'affront, d'insulte à mon nom et à mon honneur. Et mon prestige pouvait encore moins se passer de lustre que le reste. Je regardais ma prochaine victime. Victime de ma colère, de mon ire vengeresse. Hannah Badenov, la sœur de l'autre. Elle hocha la tête, décontenancée. Savait elle déjà à quels vices je m'adonnerais sur elle ? Non, je ne le pense pas. Et même si c'eut été le cas, elle aurait préféré ne pas savoir.


    Je vis l'heure tourner, les gens me saluaient et s'en allaient. Vint l'heure d'en terminer, pour de bon. Trois heures du matin. Très peu tard pour un mariage humain, mais horriblement tard pour tous les vampires qui devaient se coucher vers quatre heures du matin à cette période de l'année. L'été n'était pas forcément le meilleur choix de ce point de vue là, pour des festivités de cette ampleur, mais je voulais aussi envoyer une image positive, ou neutre au pire, des festivités vampiriques aux yeux des humains. Je vins alors chercher ma reine, et tenait sa main sur la mienne, légèrement levées entre nous. Le chambellan de Krystel, annonça alors la fin des festivités pour le couple royal. Incitation tacite pour tous les autres participants, mais j'imaginais que certains, surtout les humains, resteraient un peu plus tard, le temps de se quitter. Les vampires quant à eux, rentreront bien vite chez eux. J'en avais assez des flagorneries, j'avais l'impression que cette soirée alliait le meilleur et le pire, et cela rendait le tout indigeste à la longue. Et je venais de faire naître une reine ce soir, c'était un grand jour, tant dans mon parcours personnel où je reconnaissais enfin une concubine officielle, que dans l'histoire de mon espèce. Un couple qui dirige le monde de la nuit, cela ne s'était encore jamais vu. Déjà que j'étais moi même une certaine erreur historique, en ayant dominé une espèce en étant tout seul.



    | Le roi, et la reine. |


    Salua le maître de cérémonie. Je me penchais à l'oreille de Krystel.


    | Maintenant, il n'y a plus que toi, et moi. Et le monde à nos pieds. |


avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Barack Obama : Une victoire programmée par le Nouvel Ordre Mondial ?
» Le nouvel ordre mondial, illuminati, extra terrestre et autres conneries !
» Ordres de Mission du Nouvel Ordre Jedi
» Ordre de Mission
» L'ordre pour la sagesse [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: Centre-ville :: Cathédrale St Mungo
-
Sauter vers: