AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Ven 21 Oct - 19:55

    Je ne savais trop quoi faire, ou quoi penser. J'étais dépassé par les évènements. Je me sentais affectivement démoli par tout ce à quoi j'avais assisté aujourd'hui, et je me disais probablement avec justesse que ce n'était pas fini. En fait, j'accueillerais probablement avec une certaine dose de délivrance la punition qu'on m'infligerait sitôt cette supercherie terminée. N'y voyez aucun désir et d'attente de la souffrance, seulement cela me permettrait de me focaliser sur autre chose que la souffrance et la détresse psychique que je ressentais ; la gestion de la douleur plus directe qu'on ne manquerait pas de m'infliger. Qui plus est, voir que Cora était présente aussi n'était absolument pas quelque chose qui aurait pu me plaire ; cela signifiait qu'elle aussi était corrompue par les vampires, à un niveau qui lui était propre. Pourtant, malgré tout le désappointement que cela me faisait ressentir et un dégoût toujours plus prononcé pour ces vampires qui étaient décidément partout et possédaient littéralement tout le monde, je me sentais d'autant plus proche de Cora qu'en plus d'être elle même une âme à la dérive, elle s'avérait être aussi sous l'emprise des suceurs de sang. Je me doutais qu'elle aussi, ce n'était pas réellement quelque chose qu'elle avait attendu et désiré. D'ailleurs, elle semblait heureuse, et quelque part soulagée de me voir. Cela me fit sourire très légèrement. Un visage connu dans ce monde hostile, quelqu'un avec qui j'ai partagé quelques unes des rares choses positives ces dernières mois ; un peu de passion, pas mal de proximité, une certaine affection que je pense réciproque. En quelque sorte, je m'attachais à ce visage connu pour éviter de sombrer moi même. Je ne m'étais même pas rendu compte de prime abord, que ma main droite s'était remise à trembler. Putain, ça faisait longtemps. Ce constat s'accompagna d'une embardée que je ressentais dans ma cage thoracique, comme si mon cœur pesait trois tonnes de plus que l'instant d'avant. Mes yeux rougirent sous l'effet de larmes de rage et de désespoir à peine contenues. Je noyais ces afflictions physiques en buvant un peu encore de mon verre, ce qui me calma un peu plus encore.


    | Merci. | répondis je sobrement, ne sachant trop quoi dire


    Cora me confirma qu'elle avait été invitée et qu'elle touchait à « ce petit monde » comme elle disait. C'était joliment tourné pour qualifier des violeurs, des bourreaux, des esclavagistes et des tueurs en puissance. Elle me dit qu'elle ne m'attendait pas ici et que ça lui faisait plaisir de me voir. Je pouvais en dire autant, cela me faisait du bien de voir quelqu'un que je connaissais, un appui émotionnel en quelque sorte face à l'adversité qui me faisait face depuis le début de la soirée. Je m'interrogeais cependant sur la raison précise de sa présence ici, même si mes talents de déduction ménageaient une des possibilités les plus probables. Elle était une fille de joie, elle travaillait de nuit. Inutile de chercher plus loin. Elle fréquentait des vampires, et probablement quelqu'un de haut placé pour avoir été invitée au mariage de ce soir. Si elle était la putain de William, sachant qu'il était le maître dominateur de ma sœur et le nouveau mari de ma femme, je crois que je pèterais un gros câble. Mais je pensais qu'il devait s'agir de quelqu'un d'autre. Cela éveilla d'autant plus mon intérêt pour la jeune femme que j'entrevoyais la perspective d'en savoir plus sur les vampires qui dirigeaient leur société décadente. J'avais tout à gagner à fréquenter Cora, sans compter que j'avais besoin de parler à quelqu'un, maintenant que j'étais plus seul que jamais. Je perçus le regard que jetait Cora derrière elle. Et je voyais à qui elle le lançait. Un grand vampire, de haute taille et de bon e stature. Un proche du roi ? A creuser. Elle poursuivit en s'excusant pour notre brouille quelques mois en arrière. Franchement, au regard des problèmes que j'avais aujourd'hui, tout cela me semblait bien anodin.


    | Ce n'est pas grave, ne t'inquiètes pas, c'est ma faute. Tu étais là pour travailler, pas pour supporter un connard d'alcoolique qui te tendait son fric sans trop savoir ce que j'attendais de toi. Je comprends, tu sais. J'aurai dû rester à ma place. Simple client. Mais tu vois, quand je vois la tronche du type derrière toi là bas, je me dis que ça serait pas si mal finalement, de s'entraider. On doit survivre avant tout. |


    Je voyais que Cora hésitait. Allait elle me parler de Jana ? Mon cœur se comprima un peu plus, et je me sentais horriblement mal à l'intérieur de mon corps. Je terminais mon verre d'un coup. Mais la question qu'elle me posa me destabilisa, je n'avais pas du tout pensé à ça. Ainsi, elle pensait à ma sœur ? Elle la connaissait, donc? J'étais intrigué par la situation, même si cela me ramenait au malheur, et à revoir une fois encore les photos tendus par Krystel de ma sœur en plein ébat avec l'enfoiré qui venait de me voler ma femme. Douleur, encore une fois. Pourquoi tout devait il donc se passer de cette façon ?


    | Je suis son frère. |


    Je sentais le besoin d'en dire plus, de me confier, bien que j'avais le réflexe de me protéger. Le premier choix s'imposa finalement, après une longue hésitation.


    | Je sais pas pourquoi elle se trouve ici, je sais juste qu'elle est liée à William Raybrandt. Cela faisait longtemps que je ne l'avais pas vue, environ un an et demi. Elle est liée très intimement à ce Raybrandt, le même qui m'a enlevé ma femme ce soir. Sans que je puisse rien y faire. Je dis la vérité Cora. Je ne suis pas fou. Enfin, disons que je sais encore ce que je dis plus que ce que je ne fais plutôt. |


    J'éclate d'un rire ironique, dénué de joie, où pointe le désespoir. Je fais signe à un des serveurs en grande tenue, et on me ressert un whisky. Je vis alors Suzy Tannen passer près de moi en faisant mine de ne pas m'avoir reconnu, mais je n'étais pas dupe ! Elle aussi, corrompue... Venue avec son mari, ou tombée de son côté ? A creuser là aussi, mais cette histoire sentait de plus en plus mauvais, c'était comme si toutes les personnes que je connaissais dans ce pays étaient tombés sous l'emprise des vampires.


    | Je sais pas pourquoi je te dis tout ça. Les vampires ont gagné de toute façon, personne ne peut rien contre eux. On peut sortir tous leurs sales petits secrets, tout le monde s'en fout et le doute leur bénéficie. Tu connais ma sœur, et Jana ? |

_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Dim 23 Oct - 14:58

Je restais sans voix, mon charme était sans effet, que puis-je être imbécile ? Merci Maman de demander de charmer quelqu’un que tu as déjà pris soin de charmer. Facilite moi la tâche quoi. Peu importe, je m’y attendais un peu, je jetais un coup d’œil derrière moi je regardais à l’intérieur, les mots venaient d’être prononcée, Jana Pfeiffer était devenue, Jana Raybrandt. Restant sans voix, qu’il rende Jana veuve, ma mère s’arrangerait pour qu’il ne retrouve jamais ni sa sœur et ni sa femme, voire avec affinité qu’il finisse par en perdre sa vie. De toute manière, je savais parfaitement qu’il était destiné à mourir certainement, il allait juste accélérer sa mort plus rapidement. Un peu pléonasme, mais peu importe, je levais alors les yeux au ciel, prête à répliquer :

« Sache alors que si tu tues mon frère, tu mourras encore plus vite. Ou alors, Jana et ta sœur seront tués tout aussi rapidement, là n’est pas la solution pour les retrouver. »

Menaçante ? Un peu, j’avais pourtant parlé d’un ton très calme, très posée, mais sur de moi, je savais parfaitement qu’il tenait à Jana, alors autant utiliser les méthodes de ma mère, je n’étais certes pas comme elle, mais j’avais ma mission. Tutoyer ? Bien évidemment, on était passé outres les coutumes, et les mœurs, j’avais un message à lui faire passer, qu’il tente de faire capoter le mariage royal et princier, c’est lui qui allait être dans la casserole ce soir. Tant mieux pour tous ces vampires autour de nous après tout, eux seraient ravis de se mettre quelque chose sous la dent. Je montais derrière lui dans la voiture, j’étais restée silencieuse pendant tout le trajet, à quoi bon toucher les hostilités. J’attendrais alors mon frère et ma future belle sœur à l’intérieur. Je descendais de la voiture, le laissant filer peu importe je gardais un œil sur lui. Les contrôles se passèrent sans encontre, je présentais ma carte, et aussitôt l’on me présenta ma table, génial à celle des mariés, je devais tenir la chandelle donc, quelle joie ! Il pouvait bien fuir, je le rattraperai, il allait d’ailleurs parler avec Cora, jeune femme que j’avais rencontré peu de temps, j’avais alors pris ma poche de sang de Tru Blood, amen soit-il qu’ils y aient pensé, en même temps, je ne les voyais pas nous donner des humains. Aussitôt je vis Léopold, merci il venait avec la sœur de Torben d’ailleurs, j’allais à sa rencontre, lui lançant un pic :

« Alors Monsieur D’Aubusson, on ne salue même plus la demoiselle de Raybrandt. Comment allez-vous en cette soirée ? Vous devez être Hannah Badenov n’est ce pas ? Vous voilà en charmante compagnie jeune demoiselle. »

Dis-je avec un sourire, égayons notre soirée Léopold, elle risquait d’être longue. Je n’abandonnais pas du regard le frère de la demoiselle. Bien au contraire, du moment qu’il était avec Cora, une jeune femme dévouée aux vampires. Parfait.


Dernière édition par Morgane Raybrandt le Dim 23 Oct - 17:16, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Dim 23 Oct - 17:13

Si Léopold n’était pas aussi amusé par l’attitude ridiculement protectrice du vampire de pacotille il en aurait été exaspéré. Si du moins il pouvait appeler ça un vampire. Parce qu’il n’avait absolument pas l’air d’en remplir les critères. Bien entendu il l’avait identifié comme tel. Mais cet attachement aux ordres, cette soumission… Voyons c’était indigne d’une race comme la leur. Car non. Lui n’était pas soumis. Ou du moins il ne se voyait pas comme tel. Certes il avait obéis au doigt et à l’œil à sa maîtresse. Mais cette exigence était tombée à point nommée. La cérémonie commençait sérieusement à le barber et la compagnie de Badenov au féminin n’était pas des plus déplaisantes. Puéril tel qu’il pouvait être, il ne put s’empêcher de lui lâcher un regard de triomphe lorsque celle-ci lui avait saisi la main afin de le suivre hors de la cathédrale.
Etait ce du à son charme irrésistible ou parce qu’elle en avait conscience, elle accepta sans broncher chacune de ses remontrances. Grâce à son charme. Sans aucun doute. Après tout, il était un maître en la matière. La conversation fut vite abrégée. Les mariés sortirent de l’église sous les applaudissements des invités. Pauvres marionnettes qui ne se rendaient compte à quel point tout était monté et dénué de la moindre parcelle sentimentale. Ils restèrent à l’écart, se contentant d’attendre qu’une partie de la foule se soit évacuée. Cerise sur le gâteau, la jeune Badenov annonça qu’elle ferait le trajet avec lui. LUI et non ce… Leslie s’il avait bien retenu le prénom. Il ne put s’empêcher d’en rajouter une couche.

- Mais ce sera avec un immense plaisir que je vous escorterai jusqu’au manoir pour la cérémonie. Au risque de me répéter, vous êtes absolument ravissante et je suis certain que nous ferons tous deux sensation lors de notre arrivée. D’autant plus que nos tenues s’accordent à merveille. Rapportez donc à votre chef qu’elle est entre de bonnes mains Leslie et qu’il peut toujours d’adresser à sa mère s’il a une quelconque objection à émettre.

Arrivés prêts de l’endroit où étaient rangées les voitures d’escortes, Léopold dépassa les personnes de la file expliquant qu’ils étaient des amis intimes des mariés et qu’ils étaient attendus. Sourires, accent français charmeur, il n’eut aucun mal à convaincre ces faiblards d’humains de leur laisser leurs places. Gentleman et de bonne éducation, il ouvrit la portière à la jeune femme avant de faire lui-même le tour de la voiture et de s’installer sur le siège derrière celui du conducteur. La voyant sortir de quoi se remaquiller il demanda au chauffeur l’exacte durée de leur trajet. Un quart d’heure. Sachant qu’imposer sa présence serait malvenu en cet instant, Léopold commis un exploit dont il ne se serait cru capable. Il resta muet plus de trois minutes d’affilées.
Lorsqu’ils arrivèrent, il lui offrit à nouveau son bras, afin qu’ils entrent ensemble dans l’espace où aurait lieu la réception. Bien entendu, les richesses étaient mises en avant tout le long de leur traversée dans le couloir d’accueil. Lorsqu’ils laissèrent leurs affaire et apprirent leurs emplacements le vampire ressentit une petite pointe de déception. Lui qui pensait avoir trouvé son divertissement de la soirée en la présence de mademoiselle Badenov, il devrait trouver autre chose.

- Quel dommage que nous ne puissions nous retrouver ensemble lors du dîner. Mais je vous propose de passer les quelques instants qui nous….

Il ne put terminer sa phrase, interrompu par leur porte-parole bien aimée. La rafraichissante Morgane. Facon de parler bien entendu puisque cette dernière était plus âgée que lui de quelques siècles. Il ne put s’empêcher de sourire quant à la remarque de la vampire. Peut-être avait elle finit par prendre goût à leur petit jeu incessant de séduction. Il n’en serait pas même étonné. Après tout, une fois qu’on commençait à le fréquenter et à être l’objet de ses attentions, il était blessant de se sentir délaisser pour une autre. Il se saisit de la main de sa conquête inachevée et joua un baiser comme cela aurait été le cas autrefois lorsqu’ils étaient humains.

- Voilà qui devrait réparer mon manque de délicatesse. Seriez-vous jalouse Mademoiselle Raybrandt. Vous ne devez cependant pas être sans savoir que mademoiselle n’est autre que la pservante humaine de votre frère. Il n’y a donc aucune raison que vous voyiez en elle une rivale capable d’éclipser votre présence à mes yeux. Vous resterez toujours le rayon de soleil qui reste insaisissable. Dangereux et pourtant si tentant d’approcher. Fuyant et fascinant. Ah vous m’en donné de la peine Miss Raybrandt !

Il posa sa main sur le front dans un geste théâtrale avant de redevenir sérieux et de se tenir à nouveau tel qu’un homme de bonne société se doit d’être.

- Mesdemoiselles, que diriez-vous de nous servir un petit rafraichissement au bar ?

Léopold tendit la main en direction d’un endroit encore dégagé. Suffisamment éloigné pour que le frère et la sœur ne puissent établir un contact. Ne sait-on jamais.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Lun 24 Oct - 19:11

La cérémonie était enfin terminée et allait laisser place à la partie la plus intéressante de la soirée : la réception. Celle-ci avait lieu qui plus est dans la demeure du roi. Une pénétration dans son intimité que je jugeais un peu trop dangereuse de la part du monarque. Soit j’en étais plutôt ravie, découvrir la demeure du monarque serait peut être un atout dans un futur proche et je n'allais pas me priver de jeter des coups d'oies indiscrets. Je m’attendais à en avoir plein les yeux et la demeure d’une personne correspond bien souvent au personnage alors je savais un peu à quoi m'attendre.

Je devais avoir fait une bonne impression à Suzy puisqu’elle me proposait de partager une voiture avec elle. J’acceptais avec joie, c’était toujours mieux que de s’y rendre seule et c’était d’une certaine façon jouissif de savoir que j’allais pouvoir faire mon entrée au bras de l’humaine personnelle du roi. Et visiblement nous étions toutes les deux un peu seules dans ce monde. Moi parce que je n’étais pas dans le cœur des époux et que je devais malheureusement me tenir loin de Jana et William et elle parce qu’elle appartenait au roi tout simplement. Son statut suffisait à attirer toutes les jalousies et les réticences des autres vampires.

Nous arrivâmes dans le lieu de la réception côte à côte . C’était la réunion harmonieuse de deux belles femmes. La demeure était comme je m’y attendais. Fidèle à un vampire narcissique et leader depuis des siècles. Tout l’ensemble était très riche et trop dans l’excès pour mes gouts que je qualifierai de beaucoup plus fins. La maison illustrait bien l’âge de notre roi. Le mur était orné de nombreuses peintures, dont certaines ne m’étaient pas inconnues. Nombreuse dataient de l'âge d'or français et c’est avec nostalgie que je m’attardais sur certaines d’entre elles puis passaient vite mon chemin sans gaspiller plus de mon temps sur ce genre de futilités.
Suzy et moi découvrîmes que nous mangions à la même table. La décision du roi de me placer aux côtés de sa frêle protégée m'intrigua mais comment déchiffrer ses intentions?

    « Il faut croire que nous étions destinées à nous rencontrer. »


Nous nous approchâmes de la table, et je pus constater les noms inscrits sur les places vides. Ainsi Léopold serait à notre table. Ce petit détail n’était pas sans me faire sourire. Je le connaissais depuis des siècles et notre amitié, bien que solide, battait souvent de l’aile. Nous n’avions jamais le même avis et il ne partageait pas vraiment ma vision du roi et du monde vampirique. Mais nous avions de nombreux souvenirs ensemble, passés en France d’où il est lui aussi originaire. Des souvenirs qui détonait largement avec mon récent choix de vie et je comptais sur Léopold pour me le faire remarquer.

Suzy me ramena un verre de TruBlood de mon sang favori. Elle était très à l’aise avec notre monde et ne s’étonna pas vraiment de mon choix. En revenant je pus noter qu’elle semblait agitée. Je jetais un œil près du bar où je voyais le trouble fait de l’Eglise en compagnie d’une jeune femme. Suzy semblait le connaître.

    « Dites moi, qui est cet homme au juste près du bar au fond ? Il a bien fait parler de lui. »


Mais ce qui m’intriguait surtout c’était sa présence. Un humain qui perturbe une cérémonie royale et qui se retrouve quand même à la cérémonie c’était louche. Quelque chose me disait que je n’étais pas au courant de tout. J’espérais que Suzy pourrait m’éclairer. En tout les cas j’allais avoir une petite discussion avec William.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Lun 24 Oct - 19:58

| Ecoutez, que voulez vous que je vous dise ? ce qu’il s’est passé à Edimbourg n’est que le fruit d’une épouvantable méprise, on a prouvé mon innocence ce matin. Je suis soulagé et heureux que la vérité aie triomphé, mais j’aimerais maintenant qu’on me laisse en paix. J’ai assez souffert de toute cette histoire. |

Clairement exaspéré par ses questions, T.B. se détourna d'elle, et ce fut ainsi qu'elle fit "la connaissance" - si on peut l'exprimer comme cela - de l'héritier Raybrandt, William de son prénom, un vampire de taille moyenne, aux cheveux bruns, plutôt canon, mais très brutal. *Comme ceux de son espèce* pensa Sasha. Son coeur s'accéléra - de peur hein ^^ - quand il tira en arrière T.B. et lui déclara sèchement d'aller se rasseoir.
La gorge serrée, elle acquiesça et s'inclina devant sa défaite. Elle n'avait rien réussi à tirer de lui, bien qu'il montre clairement son énervement. Scotland Yard savait pertinemment que "les preuves de son innocence" étaient montées de toute pièce, mais Krystel Raybrandt faisait aujourd'hui partie des personnes que l'on pouvait difficilement contourner. Comme la mafia, les présidents, les milliardaires.

Elle traversa dignement la salle et se dirigea vers son siège quand son portable vibra. C'était un message de Jack. Elle s'éloigna dans un endroit "tranquille" pour consulter son sms. C'était plutôt court et sans appel :
"Sortez immédiatement !"

Sans laisser voir son étonnement, Sasha jeta un dernier regard en direction de T.B. et récolta en retour quelques regards de ses amis vampires. Elle leur adressa un sourire niais puis sortit. Apparemment personne n'avait raté sa prestation, pas même Jack grâce aux caméras installées partout, même au-dehors. Au moins, cela lui éviterait de raconter que son "interview" n'avait rien donné.

Elle les retrouva sur l'aile gauche des jardins entourant la cathédrale. Riley lui adressa un sourire gêné, quand de la camionnette garée derrière eux sortit Jack, tel un diable de sa boîte.

"Entrez sans bruit, et ne dites rien !"
Sasha jeta un regard furtif à Riley mais ce dernier s'était détourné.
*Bon, j'ai merdé, je sais.*

Selon lui, elle avait plus que merdé. Il lui expliqua en haussant de plus en plus la voix que maintenant toute la famille royale et leurs gros bras connaissaient son visage et chercheraient sûrement à la retrouver, et que son rôle N'ETAIT PAS de se mettre en valeur ! Qu'elle aurait du rester en retrait et ne PAS ALLER INTERROGER Torben Badenov !
"Pour ce que ça a donné..." soupira t-il.
De plus, elle ne connaissait pas le dossier. Torben était maintenant le "protégé" de Krystel, pour d'obscures raisons, et que si ELLE décidait de se mettre en chasse pour retrouver cette drôle de journaliste fouineuse, il ne donnait pas cher de sa survie !
"A votre avis, pourquoi se sont-ils retournés comme ça ? Quand vous avez eu la brillante idée de flasher la tête de TB, ils vous ont tous dévisagés. Puis quand vous êtes sortie aussi ! Franchement, je ne sais pas ce qui vous ait passé par la tête. TB est un homme important, mais quand même ! Je ne vous ai jamais dit d'agir ainsi !"

Sasha se mordit la lèvre mais cela n'eut pas l'air de le calmer. Il conclut :
"Vous restez désormais en dehors de la cathédrale. C'est Riley qui vous remplace à l'intérieur.". Elle comprit alors l'air gêné de son collègue : il était déjà au courant de ce changement de positions. En effet, quand elle sortit, il n'était déjà plus là.
Elle passa le reste du temps à l'extérieur et ne fut donc pas témoin des deux mariages, dont le deuxième fut interrompu par le coup de théâtre "Badenov" mais continué quand même. Enfin, tout le monde sorti en petits groupes, Riley se dirigea vers eux. Sasha se sentait honteuse et l'enviait d'avoir pu assister à la fin de la cérémonie. Riley lui fit un petit sourire narquois qu'il lui donna envie de l'étrangler et entra dans la camionnette sans rien dire, en claquant la porte.

Tout le monde partait en direction du Manoir. Sasha avait son invitation et refusait d'être laissée en arrière. Elle retourna vite à sa voiture pour y prendre sa robe et remonta en courant vers l'arrière de la cathédrale pour s'y changer à l'abri de tous les regards. Il y eut bien un SDF pour la mater un peu mais elle ne le vit pas. Reprenant le chemin de sa voiture, elle évita soigneusement la camionnette de Jack. Elle avait décidé de ne plus manquer à sa mission. Jack lui avait demandé de rester dehors, pas de ne plus participer à la soirée !

Elle se gara en retrait et entra. Elle portait une belle robe blanche courte et simple, pour ne pas trop éclipser la mariée. Elle se fichait de savoir si Riley se trouverait aussi dans la place. Elle eut un sourire éclatant et avisant le bar, faillit perdre son sourire. TB s'y trouvait, bien entouré d'ailleurs ! Il ne fallait pas rester dans le coin. Le cerveau tournant à mille à l'heure, elle chercha quelle raison invoquer pour expliquer la présence d'une journaliste à la soirée. Ou bien, le mieux était de brandir son badge d'agent de sécurité et de laisser tomber les masques. Personne ne lui en voudrait, n'est ce pas ?
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Mar 25 Oct - 8:48

Et évidemment : Hannah choisit de suivre Léopold.

* Quel manque de bol ! *

Alors, docilement, je suivis le mouvement. Au fond de moi-même, je comprenais le choix de la jeune femme : son amant venait de se marier, elle devait se sentir exclue. La presse était là, qui prenait mil photos à la seconde, mais le couple qui partait bras dessus bras dessous le faisait dans une certaine indifférence. Ceux qui étaient attendus étaient les couples royaux. Normal... Léo et l'amante de William s'assirent sur un banc, un peu à l'écart de tout ce brouhaha, et moi, je me postais tout près d'eux, mais sans les gêner, à porter de voix et prêt à intervenir. Ce qui m'avait quand même rassuré était la voix résignée prise par Miss Bardenov pour accepter l'invitation d'Aubusson :

* D'où sort-il celui-là ? !!! *

Elle ne l'aimait pas et en faisait un pis-aller. Ce devait être vexant pour lui, d'être pris comme çà, et moi, j'en souris, narquois, bien qu'il ne put me voir, me tournant déjà le dos, tout à sa "félicité". Au fond de moi, je savais qu'Hannah ne renoncerait pas à William, et lui non plus : il l'adorait. Mais alors, restait à savoir pourquoi il s'était marié. Sans doute une raison politique... et si c'était le roi qui lui avait tendu ce piège, pour en faire la risée de tout un chacun : car après tout, voilà le fils de la reine, et héritier du trône, marié à une femme mariée !!!! Je secouais la tête : décidément, toutes ces histoires politiques ne DEVAIENT PAS me concerner. Connaissant le caractère du Shériff, je m'interrogeais pourtant sur ses motivations profondes d'accepter tout çà. A moins qu'il ne vienne d'apprendre, lui aussi, le mariage non dissout de sa femme. Donc, le sien devenait caduque... restait la claque reçue en public et retransmise à la télé... ben oui... quand même...

* Merde ! va être d'une humeur... *

Je décidais de l'éviter pendant quelques temps, histoire de laisser retomber sa fureur, fureur dans laquelle il serait immanquablement après une telle... tôle. Mon regard revint aux neo tourtereaux qui se "bécotaient" pas encore sur le banc public. Je tiquais, mais bon, ils ne faisaient rien de mal... pour le moment. Torben sortit à ce moment là, et je devinais une crispation chez sa soeur... pourtant, ils ne dirent rien, ni l'un, ni l'autre, étranges prisonniers. Consentants ou non ? bah, c'était pas mes affaires. Moi, ce qui m'ennuyait, c'était Léopold et ses airs de pas y toucher. Pour un peu, j'en aurai soupiré, mais je respirais plus depuis longtemps... et sursautais presque quand Hannah me dit :

"Oh Leslie, pourquoi nous suivez-vous ?
C'est William c'est ça ? Allez lui dire que je vais très bien et que
Monsieur d'Aubusson m'emmène au Manoir dans sa voiture !"


Je les regardais alternativement, l'un et l'autre, étonné tout de même de tant d'empressement. Bien qu'humaine, en tant qu'amante de William, je comprenais tout à fait le sentiment de trahison que pouvait actuellement ressentir la jeune humaine, et avant que je ne pusse répondre quoi que ce soit, l'autre en remit une couche, avec son air condescendant :

Mais ce sera avec un immense plaisir que je
vous escorterai jusqu’au manoir pour la cérémonie. Au risque de me
répéter, vous êtes absolument ravissante et je suis certain que nous
ferons tous deux sensation lors de notre arrivée. D’autant plus que nos
tenues s’accordent à merveille. Rapportez donc à votre chef qu’elle est
entre de bonnes mains Leslie et qu’il peut toujours d’adresser à sa mère
s’il a une quelconque objection à émettre.


Bah... après tout, ce n'était qu'à un quart d'heure d'ici... et sans un regard pour lui, je répondis à Hannah :

-
Comme vous voudrez, Hannah.

Avouer que je n'avais nul moyen de transport était plus qu'infâmant, alors, je tournais les talons, tout simplement, laissant l'autre à sa "victoire", et me jurant de ne pas les perdre des yeux. Dès que je fus hors de portée, je me précipitais vers un motard, virait le caméraman derrière lui, et ordonnais de suivre la voiture que prendrait Léo et Hannah. Nouvellement équipé de cette caméra, je faisais mine de filmer le cortège...

* Eh eh eh ! monsieur le vampire trop sûr de lui... *

et grâce à elle, je zoomais pour ne rien perdre de ce qu'ils faisaient tous les deux dans la berline. Puis, je descendis de la moto, et ne lâchais pas les "amoureux" d'une semelle :

* Faut-il qu'elle soit blessée pour ne pas voir qu'il se fout d'elle ! *

Cà m'exaspérait de voir çà, mais bon... je suivais, deux ou trois mètres derrière eux, bien discret, stoppais à temps pour entendre la manière parfaitement discourtoise dont le Don Juan se séparait de sa cavalière pour cavaler après un plus beau morceau... les suivis au bar, et me plaçais nonchalement aux côtés d'Hannah, la délaissée, sans oser, bien sûr, lui proposer mon bras, mais lui tendant une coupe de champagne. Nul doute que j'allais prodigieusement agacer Léopold... et que dirait la princesse de ma présence ? ah ah ! et ben, on verra...


avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Mar 25 Oct - 22:21


Je n’aimais pour sur pas les paroles de mon roi, mais je ne pouvais le dire ouvertement. Les personnes nous entourant étaient trop nombreuses et je ne pouvais pas permettre qu’on surprenne notre conservation. Je me contentais ainsi de garder le silence, attendant la fin de la cérémonie pour que nous soyons seuls. Enfin, seuls, pas tout de suite en tout cas. Il nous fallait d’abord sortir de la cathédrale et rejoindre la voiture luxueuse qui nous attendait. De nouveau les flashs se firent visibles et attaquants, ne loupant pas le sourire que je faisais et le baisé que je vins donner à celui qui je venais de prendre pour époux. Nous laissâmes nos invités s’en aller en premier, répondant aux questions de la presse pour la dernière fois de la soirée. Nous avions décidé que bien qu’étant un mariage médiatique, la « soirée » se déroulant après la cérémonie de mariage resterait privée. Il était important que nous donnions l’air d’être à la fois ouvert et à la fois désireux d’avoir une vie non médiatique. Ainsi nous répondîmes une dernière fois aux questions des humains couvrants l’évènement avant de rejoindre le véhicule qui nous attendait. Tout était chronométré à la minute près. Heureusement nous aurions le temps de souffler pendant le trajet. M’installant rapidement sur les sièges en cuir, en face d’Augustus, j’attendis que la porte fut fermée pour m’arrêter de sourire de manière on ne plus « gentille ». Regardant mon Roi, je répondis – enfin – à son intervention à l’église

Torben est mien tout comme Suzy est votre. Il me revient de le châtier comme il se le doit. N’avez-vous donc plus confiance en mon jugement pour me demander ce que je lui réserve ? Je ne suis point liée à lui, et je peux ainsi lui infliger tout ce dont je désire

Sous-entendu on ne peut plus clair concernant le fait que moi, je n’avais pas fait d’un jouet quelqu’un ayant le pouvoir de m’affaiblir. J’avais commis une fois cette erreur, je ne la referais pas deux fois, encore moi avec Torben. L’humain donnerait sa vie volontairement si cela pouvait me toucher. Pour sur je savais à quoi m’attendre avec lui. Rien de sa part ne pouvait me surprendre rien. Je connaissais chacun de ses désirs, chacune de ses pensées, et cela sans avoir besoin de le rouler son esprit ou de boire son sang. Je l’avais étudié et je savais très bien ce que je faisais. Que mon créateur en doute était quelque chose quelque part de blessant pour mon orgueil. Ne lui avais-je pas prouvé que j’étais digne de la position que j’occupais et que je savais ce que je faisais ? Jamais je n’avais perdu le contrôle d’un des miens et cela ne commencerait pas aujourd’hui. « Changeant » de sujet, j’ajoutais

C’est par le plus grand des hasard que les miens côtoient autant de Badenov. Vous savez fort bien que j’étais contre le fait que mon héritier s’unisse à l’Humaine. Elle a quitté son pays pour rechercher son frère, engagé dans une lutte contre les vampires. Il fut fort aisé de faire de Torben ma marionnette de part la relation de William avec sa sœur. Quand à Jana, ce n’est qu’après l’avoir prise sous mon aile que j’ai découvert qu’elle avait été l’épouse disparue de l’homme d’église. Elle lui a été enlevée par des vampires en guise de représailles. Cette sotte à cru qu’elle pouvait me cacher son affiliation avec l’humain… Comme si cela était possible de me cacher la moindre chose. J’ai fais alors de Torben mon homme de main. Je peux ainsi le tenir en laisse, tout comme Jana ou l’autre Humaine. Si l’un en vient à sortir du chemin, ce sont les deux autres qui prendront. D’ailleurs pour en rien vous cacher, je profiterais du voyage de William pour punir Torben de son intervention. Hannah sera pour sur la victime de son acte.

Pas besoin de dire pourquoi je faisais tout cela, il le savait déjà. Je n’avais pour but que de m’amuser en détruisant le plus de vie possible sur mon passage. Il m’avait éduqué ainsi et j’étais devenue maitresse dans ce domaine. Tout ce qui importait c’était la distraction de mon maitre et la mienne. Nous nous arrêtâmes rapidement devant le grand manoir de mon roi, où tous nos convives, ainsi que mon fils et sa nouvelle épouse se trouvaient. Sortant du véhicule, nous entrèrent, salués par tous nos serviteurs. Laissant mon époux, je gravis rapidement les escaliers pour me rendre dans la chambre qui était à présent la mienne. Il me fallait me dépêcher de changer de toilette. Il était temps de revêtir une robe me correspond plus, tant par l’époque que par la couleur. On m’ôta la robe que je portais et on détacha mes cheveux, faisant retomber les boucles sur mes épaules. J’enfilais une de mes plus belles toilettes, présent d’Augustus il y a de cela plusieurs siècle. J’avais l’habitude de porter ce genre de vêtement si bien qu’il ne me fallait pas grand temps pour être de nouveau prête. On remit en place mon diadème, et je quittais aussitôt la pièce. Je m’étais absentée tout au plus quinze minutes tout rejoindre de nouveau mon roi. Je m’inclinais devant lui respectueusement, tenant de mes mains chaque côté de ma nouvelle tenue.


_________________
*
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 26
Coups du Destin: 29
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Messages : 6072
Membre du mois : 22
Je crédite ! : (c)Kanala
Localisation : Devant une toile ou dans l'ombre.
Caractère : Associable – Blasée – Cachotière – Combattante – Habile – Insaisissable – Loyale – Mystérieuse – Prude – Taciturne
Vos Liens : A venir

Humeur : Egale.
Autres comptes : Isadora Jayden Doyle
Fondatrice pour vous servir
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-chute.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Mer 26 Oct - 14:39

    Je sentais immédiatement la consternation et la mauvaise humeur de mon épouse, tout en ressentant aussi ce même genre d'émotion par le lien qui me reliait à ma servante humaine. Les deux femmes les plus importantes de l'existence n'étaient pas ce qu'il y avait de plus heureuses, de toute évidence. Sans un mot nous sortîmes finalement. Je faisais un signe de tête à Jana, assez respectueux. Je la remerciais tacitement de ne pas avoir tout foutu en l'air quand son prétendu mari avait fait un esclandre, suivi dans sa folie par sa sœur et d'autres humains, qui eux étaient manipulés par Krystel. Je savais bien que si j'avais choisi quelqu'un d'autre pour Jana cela ne se serait peut être jamais déroulé de cette façon, mais il me semblait clair que tout cela aurait pu se passer bien plus mal pour nous. Jana avait sauvé la face, la mienne et la sienne, et avait évité une honte trop grande à son nouvel époux. De plus, si je tenais à la remercier pour son geste, ou plutôt son absence de geste, je le faisais aussi pour lui montrer que j'étais un appui, visiblement le seul dont elle disposerait pour un moment au sein de ma lignée. Peut être son époux peut être, mais je devais justement combattre cette influence que je considérais comme néfaste. Et je devais gagner quelques appuis moi même dans cette lignée, qui risquait de m'échapper par la liberté croissante de Krystel et sa démarcation vis à vis de mon pouvoir. Je me laissais photographier avec mon épouse, alors que l'on nous assaillait de flashs et de questions. Vint la fatidique rumeur de ce qu'il s'était passé dans la cathédrale. Je choisissais mon plus beau sourire, mi charmeur mi taquin, regardant celle qui s'afficherait désormais comme ma belle fille. La politique de bas étage à laquelle j'étais habitué avec les humains était une ressource importante voire indispensable.


    | Ce n'était rien, il faut croire que le charme de ma belle-fille est tel qu'elle a fait tourner la tête à des humains très réceptifs à cette beauté. Quand on la regarde, on ne peut que comprendre la folie passagère de ces gens... Qui fait honneur à William, qui a su gagner le cœur et l'âme de sa magnifique épouse. |


    Je souris et partais d'un petit rire comme les journalistes. Krystel avait bien fait. Les journalistes retiendront ma version, même si certains ne manqueront pas de s'interroger sur le fait qu'il n'y avait qu'une partie des humains qui avait réagit ainsi. Les pots n'étaient finalement que fissurés et non cassés, ce qui n'était en fait pas plus mal. Finalement, nous nous engouffrâmes dans la limousine noire, à la suite de Krystel qui cessa de sourire pour me toiser d'un regard plus sévère. Je n'aimais pas cela, je l'associais à un processus de rebéllion de plus en plus prégnant de son côté. Il fallait que je mette les points sur les i, que je la rassure sur mes intentions comme sur l'avenir. Bien sûr, elle fit le parallèle avec Suzy et me dit que Torben était sien. L'avait elle seulement marqué ? Quelques billets donnés à un des gardes du manoir m'avaient appris des choses que je comptais bien tirer au clair. De plus, je digérais assez mal la pique qu'elle me fit à propos de Suzy.


    | Ce que je fais dans mon intimité ne regarde que toi. Si tu ne couches pas avec ce Badenov ni ne le mords, expliques moi seulement à quoi il te sert, ma chère épouse ? Il est dangereux, bien plus que Suzy ne le sera jamais pour moi. Tu dis que tu peux lui infliger tout ce que tu désires, mais que désires tu ? Je ne prétends pas avoir le même contrôle sur lui, mais si tu ne l'as pas toi même marqué, je peux le retenir à mon service et le punir moi même. Je ne te forcerais pas la main, mais je tiens à ce que tu clarifies ta position à son niveau comme au miens. Je ne supporterais pas que le danger s'infiltre dans notre maison, pour ta sécurité et celle des nôtres. |


    Krystel m'expliqua alors tout le fond de l'histoire de cette famille qui s'était infiltrée dans ma lignée. Ainsi donc, l'histoire était véridique, Jana était déjà mariée ? Je notais mentalement de contacter mes suivants à l'étranger pour casser le mariage et faire disparaître légalement et historiquement tous les documents qui s'y afféraient. Peut être assassiner les familles respectives des deux anciens époux, pour ne jamais risquer le scandale de la divulgation de ce qu'il se déroulait. Krystel me donna donc quelques garanties, mais j'attendais toujours les réponses aux questions que je venais de poser. Cependant, j'y voyais plus clair dans la situation présente, et je percevais maintenant le maillage de relations qui allait impacter ma lignée. Je continuais de trouver tout cela hasardeux, mais je laissais latitude à mon épouse de gérer la situation. Le trajet s'écoula finalement, de sorte à ce que nous n'arrivions pas trop tard au manoir. La limousine de Jana et de William serait juste derrière nous. Je laissais tout le monde entrer, le temps que Krystel aille se changer et adopter une tenue qui lui ressemblait plus. J'attendais un instant, réfléchissant à tout ce qu'il se passait ce soir, et tout ce qui restait à accomplir. Mon épouse finit par redescendre, les cheveux noirs détachés encadrant son visage, son corps maintenu dans une robe rouge et sensuelle. J'embrassais ma douce sur la joue.


    | Allons donc rejoindre nos invités avant que ne me prenne l'envie trop pressante d'avancer notre nuit de noces. |


    Je tenais sa main, la supportant par le dessous comme le voulait la tradition. Le brouhaha de la salle de réception s'éleva jusqu'à nous quand nous arrivâmes dans la salle. Le chambellan frappa trois coups de son bâton, annonçant notre arrivée. « Le Roi Augustus King, Premier Monarque de la Nation Vampire unifiée, dans sa 790ème année de règne total sur le Monde de la Nuit, et son épouse, la reine Krystel Raybrandt, Duchesse d'Oxford et Grand Maître des Highlands Ecossais. » n applaudit notre entrée et j'inclinais lentement la tête en signe de respect mais de domination. Je m'avançais de deux pas.


    | Je voudrais remercier chacun d'entre vous pour votre présence ce soir, dans cet événement fondateur d'une nouvelle ère pour nous tous. Nous tenions, la Reine et moi, à ce que chacun d'entre vous participe aux réjouissances de cette union. Amusez vous ce soir, mes amis. |


    Je me retournais vers Krystel, m'inclinais légèrement et tendais la main. Elle me donna la sienne, et la musique s'éleva, le violon se faisant entendre. La première danse, une valse. Je passais une main sur le bassin de mon épouse, serrant l'autre, et la faisant danser. Nous fûmes bien vite rejoints sur la piste par d'autres couples, comme le voulait la tradition.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Ven 28 Oct - 21:29

Torben, tout était si compliqué. Il ne comprenait pas, normal il ne connaissait pas toute l’histoire. Cela allait encore créer une dispute, déjà que l’idée que j’étais une vampire avait eu du mal à passer mais là, mariée à William, une Raybrandt… ça ne passerait pas du tout. Mais que faire ? Qu’aurais-je du faire franchement ? Crier haut et fort dans la Cathédrale que j’étais sa femme ? Qu’Hannah avait bel et bien était mon témoin ? Je n’en avais aucuns souvenirs, certes, elle devait dire la vérité car à quoi ça lui servirait de mentir. Je n’avais aucune preuve, même pas mes souvenirs pour appuyer leur dire. Pour avoir une chance d’être un jour, libérée de ses chaînes il fallait suivre ce qu’on avait dis avec Belle. Mais ça, Torben ne pouvait pas le comprendre. S’il pensait que cela m’amuse de faire mes vœux à un autre homme que lui, d’embrasser William que je considérais hier encore comme un frère. Les vampires n’ont pas le même sens de la ‘’famille’’ que les humains. Il fallait se rendre à l’évidence, ouvrir les yeux sur la situation désespérée. Enchaîné les punitions, et un comportement irresponsable n’emmèneraient que le malheur au milieu de ce chaos sans fin. Je ne savais pas si cela été grâce au « plan » et à Belle, mais ce soir William était adorable. Ils étaient complices désormais, d’ailleurs William chuchota à mon oreille. Pour moi, tout s’était bien passé on pouvait dire que cela aurait pu être pire. Pour d’autres, la suite était incertaine. Bien passé était tout de même un bien grand mot, j’aurais tant voulu éviter ce mariage, la fin de soirée me faisait encore plus peur. Mon futur aussi d’ailleurs, ne pas choisir, ne pas avoir le choix, ne pas décider c’était surement ce qui était le plus douloureux. Je fis un sourire à William, lui montrant que j’étais d’accord avec ses paroles et en signe de « bon courage » pour ramener des gens à notre cause.


    « Un cadeau ? » Je le regardais avec un air interrogateur, un cadeau ? Je ne voulais pas de cadeaux…. Mon dernier cadeau que j’avais reçu en tant qu’humaine ? Ou encore quels cadeaux j’avais bien pu avoir lors de mon ‘premier’ mariage restaient encore un mystère.



Je sortis de la Cathédrale au bras de William n’étant concentrée que sur lui, et ne sachant même pas si Torben serait là pour l’after. Les photographes se jetèrent sur le roi et la nouvelle reine, puis quelques uns se dirigèrent vers moi et William. Les flashs m’aveuglèrent mais les journalistes avaient ce qu’ils souhaitaient. J’aperçus le signe de tête que me fit Augustus, je n’avais pas fais cela pour lui – ne rien faire – j’avais fais ça pour avoir la paix par rapport à Krystel. Ce mariage était inévitable, devant une assemblée ou avec juste quelques personnes il aurait eu lieu donc tant qu’à faire, finir au plus vite ce supplice. A l’heure actuelle, il m’était impossible de lutter contre des vampires plus vieux que moi accompagnée de deux humains… A votre avis, qui gagnerait ce jeu dangereux ? Certainement pas les humains, la preuve ? La situation actuelle démontre parfaitement que les humains sont faibles et les jeunes vampires pas assez forts pour se rebeller face à leurs ainés. Je n’avais rien contre Augustus, William voulait le renverser, et je ne comptais pas dissuader William. Roi des Vampires certes, mais à part être le mari de Krystel et représentait une éventuelle menace pour nos plans et pour Torben je ne voyais pas ce que je pouvais avoir de positif avec Augustus. Krystel était incontrôlable, et indépendante ce n’était pas lui qui allait changer cela. Je n’avais aucune confiance dans le couple royal, ni envers William d’ailleurs je le voyais bien nous poignarder dans le dos avec Belle dés qu’il en aurait l’occasion s’il pouvait se débrouiller seul. Néanmoins, j’étais contrainte et forcée de rester avec lui. Une obligation non désagréable, que j’acceptais surtout si William gardait son comportement de ce soir même si, je ne demandais aucunes attentions de sa part.

Une fois la séance photo terminait, je montais dans la fameuse Limousine. Là, un paquet était posé. Paquet contenant une sublime robe blanche avec du tulle et des voiles dorés ainsi qu’un bustier blanc. Cette délicate attention de William me fit sourire. Une couturière était là également pour m'aider, sans doute, à mettre la robe. Je ferais donc mon entrée après le couple royal au bras de William dans cette nouvelle robe, s'il y avait Torben et bien ... j'aurais le même comportement que dans la Cathédrale. De toute manière, il devait me détester à l'heure qu'il est. Ensuite, j’irais m’asseoir à la table que l’on m’avait assignée. La table des mariés, puis j’aviserai selon le déroulement de la soirée…

    « Merci pour la robe. C’est pour ce soir, je suppose ? »


J’avais peur de ce qui allait se passer par la suite, l’avenir ne prévoyait rien de bon.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Sam 29 Oct - 19:38

    •• Contexte de la Mission

    Les tensions s'apaisent quelque peu depuis le départ de la cathédrale de la fratrie Badenov. William, tout à son honneur, retrouve la face devant sa nouvelle épouse en lui offrant le luxe d'un trajet en limousine privée avec une robe ajustée sur mesure, et sa plaisante compagnie. Cela suffira t'il? De son côté, le trouble fête Torben Badenov se rapproche de Cora, l'accompagnante du grand maître de Glasgow Nikos Panapopoulos. La prostituée retrouve là une occasion de se rabibocher avec un ancien client, tandis que Badenov saisit l'occasion de se raccrocher à une compagnie humaine qui lui fait un peu de bien après l'épreuve de la cathédrale. Reste encore à savoir si les deux jeunes humains retomberont dans leurs travers, entre relation marchande et rapprochement charnel. Toujours rebelle, Hannah Badenov quant à elle préfère la compagnie de Leopold d'Aubusson plutôt que celle de Leslie Anderson, qu'elle connaît en tant que garde de son vampire d'amant. Cela marquerait il la solidarité entre le frère et la soeur, un désir de rebéllion contre l'amant qui s'échappe, ou quelque chose d'autre? Hannah semble plus remontée que jamais. Cette prise de conscience, salutaire, la rapproche d'une partie de l'humanité qu'elle avait laissé de côté pour s'acoquiner avec William. De leur côté, Belle et Suzy se découvrent une certaine rivalité, une ambivalence de plus en plus marquée. La première essaie de faire tout ce qu'elle peut pour découvrir la véritable nature de la relation que l'humaine entretient avec le Roi, tandis que la seconde affronte son ainée vampire avec une certaine morgue et une fierté sans borne. Le Roi semble avoir fait un choix plutôt cohérent, mais Belle ne s'avoue pas vaincue... Belle semble aussi s'intéresser aux autres gestes de rebéllion, notamment du côté des Badenov... Morgane rejoint Leopold, augurant une soirée peut être un peu plus joviale que jusqu'à maintenant. Est ce que cela durera réellement? Les paris sont ouverts, d'autant que le vampire français, sensible au charme de la mère Raybrandt, risque qui sait de tomber dans les filets de la fille, tout aussi redoutable sous ses airs de gentille fille. Tout ce petit monde sera surveillé par Sasha Oppenheimer, qui a déjà pu approcher le frère Badenov, et qui ne compte pas en rester là. Elle ne se doute peut être pas encore réellement de l'ampleur des activités illégales qu'elle pourrait mettre au jour au cours de la soirée, et sa présence est rassurante pour les humains présents. Elle aussi, peut découvrir des choses, et changer la donne. Leslie également, n'abandonne pas sa mission même si de toute évidence, il n'a pu s'opposer à d'Aubusson devant le public de la cathédrale. La rivalité entre ces deux là ne risque pas de s'éteindre, d'autant plus que la mission du vampire va forcément à l'encontre de la présence d'Aubusson dans le giron d'Hannah... Les tensions au sein du couple royal sont plus fortes que jamais, mais l'ébauche d'une compréhension entre les deux personnalités semble se dessiner. A voir comment ils vont pouvoir gérer leurs différences, d'autant que le Roi semble bien peu accepter la proximité entre la reine et son jouet humain. Jana quant à elle, joue son rôle d'épouse, sans trop savoir comment se positionner. Peut être finira t'elle vraiment touchée par les efforts d'un mari qui ne nourrit aucun amour pour elle, et de trouver un compromis entre ses désirs, et la réalité qui s'est imposée à elle même. Ce qui compte ce soir, c'est le rapprochement entre certains et les tensions entre d'autres. Un juste milieu sera peut être trouvé, mais en attendant, le vin d'honneur bat son plein, l'alcool coule à flots et le désespoir de certains risque d'entacher la joie des autres...


    ATTENTION: le rp se déroule de nuit, sinon les vampires ne sauraient y participer!


    •• Indications de jeu et Ordre de passage :

    Le tour de passage dure jusqu’à mercredi prochain dans la soirée. Chaque joueur a le loisir de poster deux fois s’il le désire, mais guère plus. Il faut savoir que chaque invité a reçu un carton d’invitation royal ; écriture finement calligraphiée sur papier hors de prix avec ruban de soie, où figure le nom de la personne et sa place dans la cathédrale, mais aussi sa place pour le repas! Voici d’ailleurs pour vous aider à vous y retrouver :
    Spoiler:
     

    Si jamais vous ne vous y retrouvez pas dans le plan, envoyez un mp aux admins :p. Concernant cet ordre de passage, il sera centré sur le début des festivités au sein du manoir du Roi des vampires, Augustus King. Danse traditionnelle, bar ouvert et service sur mesure, tout est fait pour le confort des invités. Vous êtes totalement libre dans ce que vous voulez faire; cependant, le repas n'aura pas encore commencé. Donc danser, discuter, boire, grignoter des amuses gueules... En gros, on en est au vin d'honneur! Attention, ce plan de déroulement ne tient pas compte d’éventuels imprévus ; vous restez libres de vos actions ! Attention cependant à la cohérence, comme toujours, et si vous avez un doute sur une action contactez les admins :p. Attention, ceux qui n'ont encore jamais posté, s'ils ne le font pas cette semaine, seront désinscris de la mission faute de participation!

    Si vous avez des questions, mpottez les admins, ils se feront un plaisir de vous répondre :p

avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie :
Coups du Destin: 0
Votre destin est entre mes mains.
Messages : 8501
Membre du mois : 7544
Je crédite ! : Avatar (c) Kanala
Localisation : Nulle part et à la fois partout
Compte Administrateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Dim 30 Oct - 0:26


- Oui.

Répondit-il de sa voix neutre à la question de son épouse. Jana sembla ravie de cette merveilleuse robe faite sur mesure. Cela alimenta un petit sourire satisfait sur les lèvres de William Raybrandt. Comme un parfait gentlemen, il se coucha sur l’une des banquettes de la limousine et ferma les yeux, calme pendant l’entièreté du trajet. Il laissa les femmes ensemble ne déviant nullement sur une attitude perverse. Certes, notre cher Prince pensait. Oui, à cette cérémonie qui faillit tourner mal. Sous ses paupières closes, lors de quelques courbes ressenties dans l’habitacle de la voiture, William arbora un sourire sadique. Il a fichtrement hâte de voir Torben Badenov désirer le tuer. Tout pour utiliser cette légitime défense et voir le sang gicler sur le sol. Oh ! Quelle délectable sensation. Quelle merveilleuse satisfaction ce serait de voir cet idiot suicidaire mort devant ses yeux. Non ! William ne tuait pas par plaisir, mais par pur besoin. Ce Badenov devait mourir … Seulement lorsqu’il l’attaquerait.

Alors, William prendrait toute la récompense et dirait à sa mère la défiant : « Je te l’avais dit». Il aimait tant défier Krystel Raybrandt. Oh que son cœur détestait cette jalousie poignante en lui. Il ne pouvait rien y faire … C’était plus fort. Il aimait sa mère plus que tout fils devrait le faire. Mais elle ne l’aimait pas autant fort malheureusement. Pour cela, le corps de William se forçait à l’impressionner, à la défier pour … Oui, pour que la Reine l’aperçoive enfin comme il l’était réellement.

Un coup de frein qui faillit jeter William à bas de sa position et il ouvrit les yeux. On était déjà arrivé et – encore – les journalistes tout comme leur fidèle caméraman approchaient les limousines des mariés. Le Prince se redressa et jeta un regard sur la robe bustier entourée de voiles dorés portée dorénavant par Jana. Un sourire surgit d’entre les lèvres de William et une excitation lui courrait au travers l’échine. Que dira Krystel de cet ordre qu’elle n’avait pas donné ? Le Shériff de Glasgow désirait connaître la réaction de sa mère et au plus vite. Donc, sans perdre un instant de plus, il sortit de la limousine aidant Jana à en faire autant. Étrangement, on eut l’impression que les flashs s’intensifièrent à la vue de la nouvelle robe de la mariée.

- Oh ! Mais tu fais sensation. Tu vois : maintenant, nos habits sont biens accordés.

Dit-il toujours ce sourire charmeur aux lèvres prenant, ensuite, la Vampire par le bras et l’entraîna en l’intérieur du Manoir de leur cher Roi à tous repoussant les média qui se pressaient autour d’eux. Observant Augustus sur ses devants, William eut une petite idée blagueuse quant au manoir très architectural, mais aussi très sombre. Un petit feu de joie pourrait … Oh non ! Trop extravagant pensa le Prince un sourire en coin et un rire s’exclamant d’entre ses lèvres vermeilles. Les pièces intérieures étaient décorées à la mode de l’Empire romain, mais les tableaux représentaient son enfance tout comme les armoiries Raybrandt présentes sur les murs. Ils furent le premier couple à entrer dans la salle de bal s’avançant vers le centre alors que William prit les mains de Jana dans les siennes et commençant à danser sous le son de la valse entendue … Une musique qui faisait tache dans le manoir d’Augustus King : quoi ! Le Roi aimant des choses douces ? Ok, passons.

- Les armoiries sur les murs sont les armoiries Raybrandt Jana. Je vois aussi que plusieurs tableaux viennent de mon enfance. Désires-tu connaître l’histoire chérie ?

Chuchota-t-il ces derniers mots à l’oreille de Jana alors que le couple royal vint à leurs côtés après un discours du Roi bien dosé dont William écouta avec respect évidemment. Krystel habillée d'une robe rouge époustouflante donnait un peu plus de nostalgie à William malgré qu’il doive en avoir déjà assez. William Raybrandt n’était pas un homme porté sur le passé, mais dans des conditions comme celles-ci, ses souvenirs vagabondèrent entre son enfance avec Morgane, la mort de son père puis, la disparition de sa mère, son accession au pouvoir pour passer à la mort de sa première femme … Enfin, sa résurrection. Cette nouvelle vie qui lui donna tout … Même des ennemis et surtout en ce moment.

William porta un regard vers Torben Badenov au bar alors que le couple dansant avait tourné sur 360° depuis un moment déjà, le Prince pouvait maintenant observer cet homme discutant avec la servante humaine de Nikos. Pff ! Tant qu’il s’en prenait qu’à Nikos c’était tant mieux. Un sourire le prit à voir la tête que ferait le Maître Vampire à la découverte de Cora entre les mains de l’humain.

- Peu importe, les mariages ont bien changé depuis ce temps. Déjà, on les prononçait en latin et le peuple n’était pas invité.

Continua à parler environ une minute plus tard, sur sa voix de ténor, William souriant semblant heureux d’être entre les mains d’une belle femme … Rendant peut-être jalouse l’autre. Il désirait éloigner Torben des pensées de Jana. Ainsi, il parlait de tout et de rien et comment bien commencer par l’histoire décrite sur les murs.



Dernière édition par William Raybrandt le Dim 30 Oct - 4:24, édité 7 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Dim 30 Oct - 1:35

Vraiment c’était le bouquet. Après le scandale qu’il a voulu créer à la cathédrale, voilà que Badenov était ici, dans la demeure du Roi, invité participer aux réjouissances comme si rien ne s’était passé. Ce type est une véritable bombe à retardement, je suis réellement inquiète de ce qu’il est capable de faire. Il n’est pas asservi à la reine comme je le suis au Roi, il n’a pas cette fidélité, cette dévotion que j’ai pour lui et qui fait que quoiqu’il arrive, je suis incapable de trahison. Badenov se nourrit de vengeance, il ne sera en paix que lorsqu’il se sera vengé de ce qu’on a fait à sa femme, de ce qu’on lui a fait. Si je hais la reine du plus profond de mon être, par son attachement à mon Maître je sais que je lui serai fidèle et obéissante, mais cet humain n’est fidèle ni à elle, ni au Roi.

J’ai beaucoup de mal de croire qu’il soit là, qu’il ait été capturé par hasard. Non, c’est bien trop suspect. Je me souviens encore de la haine que j’ai ressenti quand il m’a parlé des vampires. On peut l’asservir à leur sang, mais jamais son esprit ne pliera. On en a eu la preuve tout à l’heure. Plus il passera du temps ici, plus il pourra observer, mieux il pourra se préparer. Ca prendra du temps, je suis certaine, il va bien préparer son coup… Et les conséquences, certains les paieront. Tout ce qui m’importe, égoïstement, c’est que le Roi ne soit pas touché. Autant je la protègerai de ma vie tant qu’elle sera une alliée de mon Maître, tant je jure devant Satan que je la tuerai de mes mains s’il lui arrive quelque chose par sa faute. Je sais, je suis peut être sotte de penser que j’y arriverai… mais je crois que la force de ma colère et de mon désespoir me poussera bien au-delà de mes limites.

Pour l’instant je dois cependant garder bonne figure. Je fais comme si je ne le voyais pas en passant à côté de lui, je tiendrai ma langue, je resterai discrète sur mes sentiments. La discrétion est une qualité essentielle dans le rôle que j’ai à jouer dans cette nouvelle vie qui m’a été offerte. J’ai un devoir de réserve, et cette nuit, c’est la fête qui prime. Je retourne donc à ma table rejoindre Belle et lui tends son verre de true blood, m’installant ensuite à la place qui est la mienne avant de boire une gorgée de jus de fruit. Mais voilà que la vampire m’interroge sur Badenov. Je garde l’air le plus serein possible pour lui répondre.



Torben Badenov. Je sais très peu de choses sur lui. On s’est rencontrés par hasard il y a quelques temps et tout ce que je sais, c’est qu’il est représentant et que sa femme a été tuée…


Je hausse les épaules avec un petit air détaché.


Enfin c’est ce qu’il m’a dit à l’époque. J’ignore ce qu’il fait ici.



Discrétion. Je préfère agir ainsi. Heureusement l’arrivée du couple royal fait diversion. Tout le monde se lève à leur entrée, le silence se fait à nouveau, les applaudissements fusent et je retrouve le sourire, perdue dans la contemplation du souverain qui fait un petit discours pour remercier les invités. La musique s’élève, les mariés rejoignent la piste de danse et je les contemple quelques secondes avant de m’asseoir à nouveau. Quelques couples les rejoignent et ça me fait penser que Suzy sait danser. Sa mère avait absolument tenu à ce qu’elle prenne des cours de danse quand elle était enfant. Elle n’était pas folle de ça, elle, elle aurait préféré prendre des cours de guitare, mais elle a pratiqué cet art pendant toute son enfance et toute son adolescence, ce qui lui a donné une certaine souplesse et une certaine grâce dans ses gestes. Adulte, je sais qu’elle n’en a plus jamais vraiment profité, Hugh était loin d’être un bon danseur.

En parlant de cet idiot, je me demandais ce qu’il pouvait bien devenir… Si des photos paraissaient dans la presse et qu’on m’aperçoive quelque part, il risque d’avaler son thé aromatisé au V de travers ! Je souris à cette idée… Ca lui fera les pieds et je voudrais même être une petite souris pour voir sa tête tiens ! Lui qui s’était aplatit comme une crêpe devant une simple vampire sans le moindre intérêt, je crois qu’il aurait payé très cher pour être à ma place cette nuit… Seulement voilà, de nous deux, c’est moi qui avait eu la chance de faire la plus belle des rencontres. Et plus je regardais le Roi danser, plus je me disais que cette place, je ne la laisserais pour rien au monde…

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Dim 30 Oct - 15:04

Cette fête, non mais vraiment, ma mère avait fini par arriver pendant que l’ensemble de mes occupations étaient dédiées désormais à Léopold, pourquoi ? Je n’en avais aucune idée, j’avais juste besoin de distraction ce soir, après le coup Torben, c’était bien une fois mais pas deux, alors les humains j’en avais ma claque pour au moins les deux prochaines heures. Ca ne voulait pas dire que je ne surveillais pas l’homme d’un regard bien marquant, au contraire, mes yeux et mes oreilles n’étaient que pour lui, je n’écoutais qu’à deux tiers Léopold, notamment quand il me parlait de Hannah notamment, servante de mon frère ? Tiens donc quel nouvelle ? Je me demandais bien qu’est ce qu’il le liait à mon frère autant maintenant j’avais eu ma réponse. En même temps, je ne m’étais pas beaucoup attardée sur les relations de mon frère, je l’écoutais souvent d’une oreille sourde, pour ne pas avoir à écouter l’ensemble de ses âneries, cela faisait approximativement 800 ans que j’en avais eu pour ma poire, au bout d’un moment on arrive à sélectionner les informations qui vous sont adressées et surtout celle qui ont une importance plus ou moins importante, nettement plus qu’une autre justement. Non, n’allez pas croire, j’avais un peu d’amour à l’égard de mon frère, c’était juste que nos différends et nos disputes incessantes avaient eu comme pouvoir magique de m’anesthésier de beaucoup de bêtises et de me rendre sourde aussi.

La décoration me rappelait étrangement les salons de mon ancien manoir, celui où j’avais vécu quand j’étais une jeune fille, d’ailleurs, j’étais persuadée que ces tableaux appartenaient à notre famille, j’avais rapidement salué ma mère avec un signe de tête, autant rester encore un peu en compagnie de Léopold qui avait bien évidemment gardé nos vieilles habitudes de salutations, je lui avais naturellement tendu ma main, après tout, les bonnes manières ne se perdent pas dans nos familles, chez nous les vampires. Vu que nous avons été éduqués d’une certaine manière, le baise main, était quelque chose de traditionnelle qui ne se faisait plus chez les humains. Il était certainement mieux de se faire la bise, ou autre commodité qui change selon les coutumes, et les pays.

« Jalouse ? Vous me connaissez donc si mal ? Faudrait-il que nous arrivions à aller plus loin que vos scènes théâtrales, pour que je puisse être jalouse, et que votre intérêt dépasse celle de plusieurs heures. Mais j’avoue que vous avoir vu sans pour autant que vous soyez venus ne m’adresser une parole m’a touché. Mais maintenant que l’erreur est réparée, allons-nous rafraichir comme vous dites si bien, avec mademoiselle Badenov, si elle souhaite bien évidemment. »

Dis-je en me dirigeant en leur compagnie vers le bar, j’avais vu alors mon frère rentrer avec sa nouvelle compagne, celle-ci montant à l’étage et en redescendant juste quelques minutes après ma mère. Toutes deux étaient ravissantes, et leurs deux robes étaient juste, magnifiques également. Aucunes des autres femmes dans ce manoir ne pouvaient égaler leurs beautés, surtout vêtue comme cela, à la fois entre temps ancien et modernité, je n’avais pas de mots exacts pour qualifié exactement, je me sentais un peu hors de mon temps, tiré dans un autre univers, et pourtant si à l’aise avec ces armoiries et ces tableaux qui nous entouraient tous. Les tableaux de mon enfance, et quand je vis William se précipiter vers eux avec Jana, je compris rapidement qu’il avait du se faire la même remarque que moi. Je jetais un nouveau coup d’œil à mon « protégé » ironie du sort, je surveillais l’homme qui devait me surveiller, vous aviez encore bien joué mère sur ce point là. Mais je prenais ma tache parfaitement comme j’avais préservé Jana quand elle avait été en danger lors du 1er mai, aujourd’hui c’était son ex mari sur qui je gardais un œil. Prenant une poche de Tru Blood encore, quand on aime on ne compte pas et le reste ne me tentait en rien

« J’espère que cette douce fête saura vous satisfaire l’un et l’autre. Et que Mr saura inviter de belles jeunes femmes à danser, et à ne pas rester oisif dans son coin. »

Invitation indirect pour qu’il m’invite, j’étais d’humeur joueuse.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Dim 6 Nov - 13:15

Toujours à bonne distance et fort discret, je filais les pseudos amoureux, ne perdant rien de se qui se passait entre eux. Ce qui m'exaspérait particulièrement, c'était la passivité d'Hannah. Vraiment, j'étais déçu. Et je n'avais encore rien vu ! Voilà qu'à présent, son "soupirant" l'abandonnait ostensiblement pour s'intéresser à la soeur de William.

* Ben voyons... *

- Voilà qui devrait réparer mon manque de délicatesse. Seriez-vous jalouse Mademoiselle Raybrandt. Vous ne devez cependant pas être sans savoir que mademoiselle n’est autre que la persévérante humaine de votre frère. Il n’y a donc aucune raison que vous voyiez en elle une rivale capable d’éclipser votre présence à mes yeux. Vous resterez toujours le rayon de soleil qui reste insaisissable. Dangereux et pourtant si tentant d’approcher. Fuyant et fascinant. Ah vous m’en donné de la peine Miss Raybrandt !

* Non mais oh ! il la draguait ouvertement, là ! *

Avouant par là-même, la chasse qu'il menait en secret, n'hésitant pas à se servir de la bonne-amie de William pour approcher sa soeur !!! Le mythe du vampire s'effondrait de plus en plus, et désormais, je voyais cette race, ma race, désormais, comme aussi tortueuse que celle des humains. Observant cela du coin de l'oeil, voilà qu'à présent, ce malotru se prenait pour un acteur shakespearien, surjouant l'état d'hésitation qui le saisissait... Je lui aurait bien collé une bonne baffe dans la figure, mais je n'étais pas là pour çà, d'autant que le clou du spectacle me cloua le bec (sans jeu de mot !) :

- Mesdemoiselles, que diriez-vous de nous servir un petit rafraichissement au bar ?

Pour un peu, je me serai étouffé avec ma propre salive, voilà que maintenant il prenait les deux jeunes femmes sous son aile et passait pour un grand seigneur, ayant deux jolis minois à ses bras, alors que d'autres se contentaient d'une seule, voire de pas une ! Et devinez ce que je fis ? je me tins prêt, évidemment, à les suivre, l'air de rien... pestant en moi-même contre la passivité des donzelles !
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Dim 6 Nov - 15:01


Mon Roi ne comprenait pas pourquoi j’avais pris sous mon service Torben. Cela était totalement compréhensible, mais quelque part c’était aussi étonnant. N’étions nous pas persuadés qu’il me connaissait par coeur ? L’étonnement que je provoquais chez lui ne pouvait que me plaire et gonfler mon orgueil. Pourquoi ? Parce que cela signifiait que je faisais mon propre chemin. Certes il en avait tracé le début, mais à présent il m’appartenait de choisir ce que je désirais. Je serais toujours plus ou moins influencée pour sur, mais je traçais tout de même mon propre « destin » comme le dise les humains. Je lui fis un sourire mystérieux, ne lui répondant pas tout de suite. Pour l’heure nous arrivions chez lui et je devais changer de tenue pour en adopter une plus à mon image. Je laissais mon nouvel époux et parti me préparer. Je n’avais pas eu besoin de beaucoup de temps pour refaire mon apparition à ses côtés. Vue le regarde que me lança mon créateur, ma nouvelle toilette lui plaisait et d’ailleurs ses paroles me le confirmèrent. Je m’inclinais légèrement devant lui, tenant ma robe sur le côté, avec la grâce propre aux femmes de mon époque. Je lui pris ensuite le bras et nous rentrâmes dans la grande pièce où tous nous attendait. Je sentis une pique de colère m’envahir lorsque mon regard se porta sur Jana. Elle ne portait plus la robe que je lui avais fais porté. Pour sur, William allait devoir s’expliquer sur ce sujet. Plus tard tout du moins. Pour l’heure, il nous fallait ouvrir le bal, chose on ne peut plus facile pour une femme de ma carrure. Je ne pouvais plus le nombre de soirées dansantes que j’avais essuyé tout au long de ma vie d’humaine comme de ma vie de vampire. J’étais la cavalière parfaite, tout comme mon époux était lui aussi un cavalier parfait. Nous nous harmonisions fort bien sur une piste de danse et ni l’un ni l’autre était un « boulet » comme disent les jeunes de nos jours. Conduits par la musique, assez fort pour que l’on ne puisse pas, malgré une ouï vampirique, nous entendre, je dis à mon Roi

Torben m’appartient, sans que j’eu besoin de le mordre ou de le faire mieux. Il n’est d’ailleurs pas question de cela. De la même manière que je le suis, c’est un prédateur. Que pensez-vous qu’il ferait si je le liais d’une quelconque façon à moi ? Pour sur, il s’en servirait contre moi. Rassurez vous très cher, il ne représente aucun danger. C’est un jouet distrayant comme l’est j’imagine votre nouvelle… créature. Je n’ai jamais laissé le moindre danger entrer dans ma maison et cela n’arrivera jamais. L’humain est mon arme et lorsqu’elle sera trop dangereuse, je m’en débarrasserais. En attendant, je l’ai drogué et elle ne peut se passer de moi. Les mesures que j’ai prises sont suffisantes pour l’heure, et soyez assuré que lorsque ce ne sera plus le cas, je serais en mesure de rectifier le moindre danger potentiel.

Nous tournoyâmes encore plusieurs minutes avant d’être rejoints. Quelques minutes plus tard et la musique se faisait moins importante, tirant sa révérence. Il est l’heure de se rafraichir. Oh non je ne suis pas devenue folle pour mordre un humain devant toute l’assemblé ni même folle au point de boire de cette boisson horrible qu’est le True Blood. Non . Pour mon Roi, mon fils, Jana et pour moi, j’avais fais venir du sang frais, introduit dans des bouteilles de sang synthétique. Ainsi personne ne pourrait savoir que nous nous régalions de sang humain et non pas d’une chose synthétiques. Je laissais Augustus me conduire jusqu’à nos places, centrales dans la pièce, alors que le maitre de cérémonie demandait à nos invités d’en faire de même. Me penchant à l’oreille de mon époux, je lui glissais un sourire aux lèvres

Notre poudre aux yeux fonctionne à merveille… Mais il me tarde que l’on mette fin à cette mascarade qui ne correspond en rien à notre espèce.




_________________
*
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 26
Coups du Destin: 29
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Messages : 6072
Membre du mois : 22
Je crédite ! : (c)Kanala
Localisation : Devant une toile ou dans l'ombre.
Caractère : Associable – Blasée – Cachotière – Combattante – Habile – Insaisissable – Loyale – Mystérieuse – Prude – Taciturne
Vos Liens : A venir

Humeur : Egale.
Autres comptes : Isadora Jayden Doyle
Fondatrice pour vous servir
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-chute.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Dim 6 Nov - 15:41

    Krystel semblait réellement sûre et certaine que son objet ne poserait pas le moindre problème. Je n'en étais que moyennement convaincu, mais que pouvais je y faire ? Je ne souhaitais pas le moins du monde remettre en doute ce qu'elle pouvait décider. Si je le faisais, je nuirais autant à sa fierté qu'à sa crédibilité nouvelle de reine. Je n'avais pas le droit de le faire, autrement ce mariage ne servirait à rien et serait même contre productif sur une large partie. Je ne pouvais donc pas me permettre de la rembarrer une fois encore. Elle devait prendre ses propres décisions et les assumer jusqu'au bout, quitte à faire des erreurs. Se tromper était important au début d'un règne. Cela permettait de savoir ce qu'il ne fallait pas refaire si on voulait garder son pouvoir sur toute chose. Ainsi, je savais pertinemment ce qu'il ne fallait plus faire dans la majorité des cas. Peut être ce mariage était lui même une erreur, pour ce que j'en savais. L'avenir nous le dira, mais quoiqu'il en soit, je savais ce qu'il fallait que je fasse pour limiter la casse en cas de problème. Je sus lire entre les lignes de ce que Krystel pouvait dire. Elle possédait Torben, mais si ce n'était ni par le sang ni par le sexe, comment s'y était elle donc prise ? Je me doutais qu'il devait y avoir une sacrée coercition là dessous. Elle devait le faire chanter, probablement sur la sécurité de sa sœur et de sa femme. Habile, sauf que les fanatiques finissent toujours par se retourner contre vous. Je préférais de loin m'entourer de traîtres en devenir ou de gens peu loyaux que de véritables vampires fanatisés par mon charisme et ma puissance. Un jour ou l'autre, ces extrêmistes provoquent toujours des catastrophes, vous pouvez en être certain. Elle me garantit encore qu'il ne représentait aucun danger, au même titre que ma propre créature. L'attaque était subtile et justifiée, elle me fit sourire légèrement. J'avais depuis longtemps appris les subtilités de langage à mon enfant.


    | Je te fais confiance, ma chère et tendre épouse. Ma propre créature comme tu dis, ne représente pas la moindre menace. Je l'ai entourée de toutes les sécurités possibles et imaginables, et elle accroît encore un peu plus ma force, comme tu l'as connu toi aussi il y a longtemps. J'espère qu'un jour te reprendras l'envie de prendre ce risque ; tu y gagnerais assurément. |


    Je regagnais ma place aux côtés de mon épouse, alors que l'on nous servait désormais du sang frais en bouteille. J'en profitais pour me sustenter, mais je ne touchais qu'à peine au breuvage. Je n'avais pas faim de celui ci. Il était bon et savoureux, mais je savais que ma propre servante humaine allait justement servir à satisfaire le moindre de mes désirs ; je ne me faisais donc aucun souci et j'avais plutôt faim de ces retrouvailles carmines avec elle. Krystel se pencha à mes oreilles pour me murmurer quelques mots. Je souris à mon tour, poliment, avant d'embrasser sa main.


    | Je ne pense pas que l'on durera bien longtemps, ce soir. Je veux t'avoir pour moi, et la compagnie de ce peuple me lasse déjà. |


    Le repas n'allait pas tarder à être réellement servi, mais j'avais quelques petites choses à faire et à dire avant. Abandonnant Krystel aux bons soins de nos invités, je me levais après m'être excusé d'un tendre baiser sur la joue. Je passais lentement derrière Suzy, en prenant garde au monde. Je la dévorais du regard ; n'y voyait nulle passion, mais j'avais faim d'elle au sens le plus strict du terme. Je murmurais ces quelques mots à son oreille.


    | Tu me retrouveras dans ma chambre, avant ma lune de miel. |


    Puis, je tombais face à Belle angeline Renard, qui semblait s'intéresser de fort près à mon humaine. Je la saluais d'un baise main distingué.


    | Mademoiselle Renard, enchanté de faire enfin votre connaissance. commençais je dans un français parfait. Je pense que vous devriez venir me rendre visite au manoir, disons, mardi prochain en début de soirée. Nous avons quantité de choses à aborder, et je dois vous avouer que vous m'intriguez de plus en plus. Il est temps pour nous de converser des projets que vous nourrissez. |
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Dim 6 Nov - 17:55

Aussi loin qu’il s’en souvenait, Léopold Thomas d’Aubusson avait toujours agit par intérêt. Ou si ce n’était pas le cas, c’était pour assouvir son plaisir personnel. Ainsi, lorsqu’il avait fait la connaissance de Krystel Raybrandt et avait accepté son deal, c’était pour combler le désir violent qu’elle avait éveillé en lui. Et là, s’il tentait vainement de séduire la fille, c’était parce qu’il y voyait peut-être un quelconque moyen de satisfaire sa maîtresse, monter des échelons et retrouver le noble prestige qu’était le sien au XVIIème siècle. Il se sentait parfaitement à l’aise dans un tel cadre historique. Au milieu d’armoiries, datant d’il y a bien longtemps. Un patrimoine extrêmement riche, sublime, fascinant. Comme lui en réalité. Voilà pourquoi il pensait y avoir sa place plus que quiconque. Mais, toutes ces beautés furent d’un coup éclipsées par l’arrivée de la nouvelle reine des vampires. Il avait beau mentir, vouloir se convaincre du contraire, il l’avait dans la peau et elle pouvait faire de lui presque tout ce qu’elle souhaitait. Crainte, respect. Il lui obéissait au doigt et à l’œil. Exécutait ce qu’elle lui ordonnait sans discuter. Las ! Ça lui faisait un mal de chien de l’avouer, mais là était bien la vérité.
Avait été la vérité. Car dorénavant, il jouait sur deux tableaux. Silencieusement il regarda Augustus King, imiter à la perfection la bienséance humaine et leurs traditions cérémoniales. Brièvement il songea à leur rencontre d’il y a quelques temps. Dans ce même manoir. Rencontre qui lui avait permis de devenir son espion. Un agent double en quelques sortes. Trahison envers sa maîtresse qu’il gardait pour lui. Car si quelqu’un venait à l’apprendre, le roi avait été parfaitement clair, il pourrait dire adieu à sa vie et rencontrerait la véritable mort.

Il n’écouta la princesse que d’une oreille, perdu dans ses pensées alors qu’ils se dirigeaient vers le bar en compagnie d’Hannah Badenov. Il la regarda et se mit à lui sourire, souhaitant la rassurer et lui faire quitter sa morosité. Après tout, il s’agissait d’une nuit sensée être festive. Quand bien même son vampire était l’un des mariés. Et puis si ce dernier tenait des gênes de sa mère, il ne faisait sans aucun doute que la jeune femme ne serait délaissée bien longtemps. Imitant Morgane Raybrandt il commanda également un Tru Blood. Ah ! Que ne fallait-il faire pour les médias. Exceptée sa compagnie, il était prêt à parier que chacun des vampires présents fantasmait sur un cou ou une cuisse bien tendres en sirotant ce jus de chaussettes. Enfin, il fallait être honnête, cette boisson était tout simplement immonde et imitait bien mal la véritable odeur du sang tiré à la source. Avalant une gorgée, il sourit à la princesse, imitant une personne se régalant avec son repas. Rien ne lui était insurmontable lorsqu’il s’agissait de séduction et s’il devait pour cela se soumettre à d’horribles faits, il s’exécuterait sans l’once d’un doute. Mais en ce qui concernait cette proie-ci, il le savait, le chemin était encore long et périlleux. Aussi, quelle ne fût pas sa surprise lorsqu’elle lui soumit l’idée de l’inviter à danser. Il regarda Hannah, qui venait de se faire offrir une coupe par ce Leslie. Levant les yeux aux ciels afin de ne pas avoir à contempler ce vampire de bas étage plus longtemps que nécessaire il se saisit de la main de Morgane Raybrandt en souriant.


- Cela aurait été un véritable honneur que de danser avec vous Mademoiselle et si vous n’aviez d’ores et déjà un galant à vos cotés je l’aurais fait sans hésiter. Mais il est de notoriété publique que votre cœur est tout occupé par cet humain et je pense qu’il serait vu d’un mauvais œil que vous vous amusiez avec un autre homme que lui cette nuit.

A peine eut-il terminé cette phrase qu’il entendit le maître de cérémonie sommer les invités de regagner leurs places. Bien entendu, ni la brune, ni la blonde ne partageaient sa table. Il allait devoir trouver tout autre divertissement durant ce laps de temps, séparé de l’une et de l’autre. Il se tourna d’abord vers la servante humaine du prince.

- Chère mademoiselle Badenov, j’ai cru comprendre que ce vampire avait pour ordre de veiller sur vous. J’espère que vous ne serez pas mécontente que j’accompagne la princesse jusqu’à sa table et que je vous confie à ses bons soins. Tout en espérant, bien entendu que nous nous croiserons à nouveau suite au banquet et que nous nous divertissions innocemment en ce temps de fête.

Cette jeune femme avait beau être une simple humaine, elle était dotée d’une certaine prestance. Sans jeter un regard vers le garde du corps, il s’inclina bas, preuve de respect et de sincérité. Une fois partis il se tourna à son tour vers celle qui avait désormais toute son attention.

- Permettez que je vous conduise jusqu’à votre table mademoiselle. Je pourrai de ce fait féliciter de vive voix votre mère et votre frère pour leurs unions respectives en plus d’avoir l’honneur d’être à votre bras pendant quelques secondes.

Il s’inclina une nouvelle fois et tendit sa main. Une invitation qu’elle était tout à fait en doit de refuser.



HJ : Finalement, j'ai eu le temps de poster avant de partir, j'espère que cela ne gêne pas. De plus, si le fait que je vous ai fait agir vous dérange, Hannah et Leslie, n'hésitez pas à me le dire. Je pourrai corriger mercredi ^^
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Dim 6 Nov - 18:42

J’avais l’impression de retourner aux fêtes de mon époque, du treizième siècle, où une femme ne pouvait pas danser avec n’importe qui, c’était un peu ça, nous étions tous de la vieille époque après tout, j’étais même l’une des plus vielles des vampires. Ah non j’oubliais Belle qui était par là aussi, que je vis rapidement. Cette fille, ce vampire dirons-nous, avait également une certaine prestance il fallait se l’avouer, peut être, certainement égal à notre Roi, de même qu’elle devait avoir son âge si ce n’est à quelques dizaines d’années, je ne savais pas exactement, je ne la connaissais pas plus que ça, ma mère nous avait toujours empêché de créer un quelconque lien avec ce vampire, de peur de la corruption, en tout cas j’étais sure d’une chose, au moins, elle ne buvait que du Tru Blood, positif quand on voit l’ensemble des vampires qui ne rêvent que d’une chose croquer le premier cou qu’ils verront passer devant eux. En même temps, le premier qui oserait faire ça, ça partirait en giclée de sang à gogo et en plus, il se ferait tuer sur le champ pour cause de l’image des vampires. Je les savais sanguinaires, mais je savais également qu’on devait nous garder pour de bons hommes qui voulaient simplement s’insérer dans la société écossaise. Etait-ce donc si difficile à comprendre ?

Du genre à se régaler avec son Tru Blood, je ne crus pas un instant à son sourire hypocrite, néanmoins je lui rendis, je savais parfaitement que Léopold n’était pas du tout de cette branche. Pour lui, boire du Tru Blood devait ressembler à une abomination ou un truc du genre tout du moins un crime contre ce que devait être le rôle du vampire. En somme, un prédateur prêt à tuer sa proie, ou alors à la charmer. Oui, nous étions des prédateurs, sur ça je n’étais pas absolument innocente, je savais comment se conduisait un vampire, je l’avais fait aussi avant. Il nous fallait survivre, et on ne se nourrit pas de lapins ! Même si on aimerait bien pour certains, je n’étais pas du genre végétarienne, en fait ce qui m’avait souvent dérangé dans cette manière de faire c’était le fait de tuer sa victime, je n’avais jamais pu c’était au-delà de mes forces je pense. Faible ? Certainement.

« Oui, je vois ce que vous voulez dire. Mais sachez que mon galant n’est point là, et il comprendra bien que je danse avec un autre le temps d’un soir, ici, la danse n’engage à rien. De plus, vous amènerez je pense les sympathies de notre reine désormais. »

Oui bon d’accord Johnston n’était pas là, je savais que ce n’était pas très catholique que de séduire un homme dès lors que votre ami est ailleurs. Mais bon, je n’avais pas non plus envie de passer ma soirée seule à me morfondre à une table entourée de 2 couples mariés, non je ne dirais pas amoureux. Parce que ce n’était pas le cas, vous me ferez croire ce que vous voulez mais non, je savais parfaitement ce qui liait Jana & William enfin plutôt celle qui les avait incité à s’unir, mais bon deux mariages, ça faisait toujours un peu de gaieté dans notre monde de ténèbres dans lequel nous étions condamnés à demeurer. Je pris alors la main de mon prétendant ( ?), pouvais-je le nommer comme ça ? Je pense. Enfin c’était un peu question complexe dirons nous, je ne savais pas exactement sur quel plan jouer avec lui malheureusement si les choses pouvaient être plus facile souvent. Et je répliquai avec un sourire :

« Si je puis vous permettre cet honneur, je m’en ferais un plaisir, venez donc féliciter mon frère et ma chère mère avec moi dans ce cas. »

Honte à moi, fille et sœur qui n’avaient pas encore félicité les membres de sa famille pour leurs unions, j’avançai alors avec un sourire au bras de Léopold. Ca faisait vraiment très ancien siècle je vous l’assure, nos façons de nous habiller, de nous comporter, tout. Et pourtant, j’étais bien dans cet univers ancestral.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Dim 6 Nov - 21:07

Il y avait tant de désespoir en elle qu'Hannah crut ne jamais pouvoir se calmer. A peine assise dans la voiture, loin des regards des autres, elle laissa les larmes couler mais refusa de laisser passer le moindre soupir. Pourtant, elle savait que les sens aiguisés de Léopold n'auraient aucun mal à passer outre la maigre barrière de la pénombre. C'était dérisoire, et elle espérait qu'il ne tenterait pas de la consoler. Qui le pourrait ? Cora ? Sa meilleure amie lui avait dit qu'elle viendrait mais Hannah ne l'avait pas encore aperçue. *Tu ne pensais pas à elle Hannah, avoue-le, tu étais trop préoccupée par ton frère.. et le mariage de Will.*
Heureusement, le vampire était de trop haute naissance pour s'abaisser à réconforter une connaissance, ou bien n'osait-il pas, si jamais Will sentait une autre odeur sur le corps d'Hannah...
Le trajet lui sembla trop court. Elle se regarda une dernière fois dans son petit miroir avant de sortir. Elle avait rectifié le plus gros, ce n'était pas parfait, mais elle ne pensait pas qu'elle arriverait à se rendre belle de toute façon ce soir-là. Les plus belles étaient sans conteste les mariées.
Soupirant intérieurement, elle prit la main que lui tendait Léopold et offrit son plus beau sourire aux vampires, aux humains et aux flashs réglementaires. Elle n'était pas une star mais pourtant certains la connaissaient de nom, en tout cas certains vampires, qui connaissaient l'existence de la servante de William. Elle ferma ses écoutilles aux questions douloureuses sur William et Jana et Léopold lui fit fendre la foule jusqu'à la salle de réception.

Auprès d'eux, comme par magie, apparut Leslie. A croire qu'il avait couru derrière la voiture... Plus plausible, il était venu en voiture ou en moto. Elle lui en voulait toujours d'avoir joué auprès d'elle le rôle du garde du corps. C'était lui qui l'avait empêché de retrouver librement Cora après son boulot. Pourtant, il travaillait avec elle au bar et s'était toujours montré sympathique... Amèrement, elle comprit que s'il s'était retrouvé serveur, ce n'était pas non plus par vocation... Elle amassait tant de mauvaises pensées que le petit échange minaudant entre Léopold et Morgane faillit la faire sortir de ses gonds. Oh non, elle n'allait ni parler, ni crier, mais se précipiter vers les toilettes, là où elle pourrait être tranquille pour pleurer !

La condescendance affichée de Léopold envers elle fut la goutte qui fit déborder le vase. Il s'intéressait à elle, puis la méprisait en parlant de la beauté de la princesse Morgane *belle mais sans cervelle, pas comme mon Will*, et enfin lui tendait sa main comme si de rien n'était ! Non, elle ne se précipita pas pour pleurer. Elle agit comme elle le sentait, et elle sentait qu'elle devait s’éloigner au plus vite, mais pas seule. Elle se tourna vivement vers Leslie :

"Je crois que Leslie et moi pouvons nous diriger nous-mêmes vers notre table, puisque nous y sommes installés ensemble. Merci Léopold du trajet en voiture."
Elle toisa Léopold du regard et refusant la main qu'il lui tendait *je ne suis pas un objet qu'on prend et qu'on jette !*, elle prit le bras de Leslie, et le conduit doucement vers la table. En chemin, elle lui murmura :

"Je suis désolée de ma conduite de tout à l'heure. Revoir... mon frère m'a bouleversée, et je vous ai inutilement ridiculisé."

Elle s'arrêta, jeta un oeil vers Léopold qui semblait désemparé. Elle en conçut une joie vivace, sadique. Ah que c'était bon de les étonner, de se montrer imprévisible envers ces vampires nobles qui se croient tout permis !

"J'espère que vous pourrez me pardonner Leslie. Si William vous a choisi pour m'escorter, c'est qu'il a confiance en votre action auprès de moi."

Elle avait peu de temps avant que le repas ne commence, elle demanda juste :
"Je voudrais juste savoir une chose : est ce que vous travailliez déjà dans le bar avant que William ne vous demande de me surveiller ? Et encore une chose que vous méditerez pendant le repas : veuillez me laisser un peu plus respirer. J'ai une très bonne amie et je ne peux la voir qu'après mon boulot. Il serait donc bon que vous me lâchiez un peu la laisse ... enfin que vous lâchiez du lest je veux dire !" rectifia t-elle en souriant.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Lun 7 Nov - 7:44

Mais tout ne se passa pas comme çà, dans un claquement de doigt. En effet, comment oublier la psychologie typiquement féminine ET occidentale fort peu tolérante en matière de rivale... Et puis... L'autre Don Juan, là, sentait bien que s'il voulait "se faire" une princesse, il lui fallait d'abord jeter la bonne.

* Ben oui... c'est triste, mais c'est comme çà. *

Tellement humain. Ce type me dégoûtait alors qu'il venait de faire son choix, torchant quelques méchants mots à l'adresse de celle qu'il venait éhontément de draguer jusque là, profitant à l'extrême de sa détresse de voir se marier son amant pour mieux la fixer à lui, m'obligeant à toutes sortes de contorsions pour les suivre de mon mieux, pendant que le Shériff s'occupait de l'image des vampires, offrant un drôle de spectacle -moi qui le connaissait, voilà que je ne le reconnaissais plus : doux et affable, presque effacé... quelle mascarade ! mais bon, en attendant, j'avais la paix. Pas pour longtemps, car j'étais quand même certain qu'il me tomberait sur le foie dans pas longtemps et que ce serait une terrible épreuve. Alors, autant lui rapporter sa "musume" en un seul morceau-. Mes yeux durent quand même s'agrandirent malgré moi quand d'Aubusson poussa la comédie jusqu'à me faire une quasi révérence, se foutant ouvertement de moi.

* Ah ! s'il n'y avait pas eu autant de monde, je t'aurai cassé ta jolie gueule d'empaffé ! ta mère t'aurait pas reconnu ! *

J'étais furieux ! Ce couple mal assorti m'avait ridiculisé ! mais j'avais ma vengeance. Quelques curieux regardèrent la scène, et ce vampire s'incliner profondément devant moi, du coup, les regards -ne sachant ce qui s'était passé avant- m'indiquèrent que je reprenais corps dans la réalité ! moi qui venait d'être invisible pendant deux bonnes heures. Mais la vengeance ne s'arrêta pas là, non.... car voici qu'Hannah se jetait à mon bras et me demandait pardon de son attitude irresponsable. J'aurai pu me la jouer, moi aussi, alors que les curieux regarder s'éloigner le couple où brillait la princesse, mais non. Froidement, professionnellement, je lâchais :

-
C'est mon boulot, veiller sur vous. Ni plus, ni moins.

Et délicatement, je dégageais mon bras du sien alors que nous allions nous asseoir, sagement, à la table qui nous était dédiée. Glacial ? oui, je l'étais un peu. Sans doute à cause de toutes les douches froides et autres coups de pied que j'avais pris pendant ce "jour de fête".

Elle me rabroua vertement, comme si elle était plus qu'une concubine au bras de mon patron et je la regardais sans rien répondre :

-
J'obéis aux ordres. Veuillez en référer à qui de droit.

Rien à foutre. Qu'elle aille pleurer et sermoner son "chéri", celui qui venait de la larguer pour se marier, ou celui qui venait de la larguer pour s'afficher au bras d'une princesse, peu importait. J'étais pas là pour faire la conversation à cette fille, seulement lui servir de garde du corps, et çà commençais sérieusement à me casser les pieds. Inutile de préciser que le ton que j'avais adopté en disait long sur mes pensées.

* Tu parles ! mon c..., oui ! *

Maintenant, j'en voulais à tout le monde : William qui jouait la comédie, le couple royal qui trompait son monde, prétendant être tout à fait fréquentable, alors que je me doutais bien, moi, que le roi était plus que louche, à croire que j'étais bien le seul, Léopold et Badenov qui s'étaient si bien fichu de moi et me prenaient pour un jouet qu'on peut à sa guise jeter et/ou reprendre, toute cette foule d'inconscients jouant eux aussi une pièce dans laquelle on ne savait plus qui abusait qui. Une mine détachée et dégoûtée s'affichait sur mon visage, que je ne tentais même pas de dissimuler. J'avançais une chaise pour celle que je devais garder et une fois assis moi-même, lui dis :

-
Me faites plus jamais çà.

Voilà. Maintenant, j'allais mieux et regardais avec une certaine curiosité ce "bal des faux-culs qui tournoyait autour de moi, pérorant, minaudant, cherchant à se faire bien voir. La table était belle, bien décorée, bien blanche, pleine de fleur, d'assiettes fines, de verres cristallins, de...

* Quel decorum ! *

En même temps, c'était un double mariage, non ? royal et princier.

* Z'avaient qu'à vendre la princesse, çà aurait fait un lot ! *

Ouais, je l'avais quand même mauvaise. Et être obligé de vivre dans ce monde de faux-semblants commençait sérieusement à me peser. Pourtant, là, je souriais, je faisais mon numéro de gentil vampire, acceptant un True que m'apportait servilement un serveur. Donner le change... en attendant mieux. Mais, sous les ordres d'un Shériff, autant dire que j'avais aucune chance de me barrer et me faire oublier. Où que j'aille en Europe ou dans le monde, on me trouverait et me ramènerait à lui. Pour un peu, j'aurai vérifié qu'aucune chaine ne liait mon pied à un énorme boulet ou à la table, et que mon cou n'avait pas un collier et une chaine directement reliée à William.

Pour la seconde fois depuis ma non-vie, j'eus la terrible impression d'appartenir à quelqu'un, d'être son quasi-esclave, et à tout le moins son serviteur, moi, un Ecossais pur jus, si convaincu d'être libre. C'était dur, tout simplement. Dur.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Lun 7 Nov - 17:24

J’avais bien perçu le regard de Nikos sur moi, il me surveillait d’un œil, d’un tout petit œil même et que je puisse parler à un autre homme lui était égal. Au moins j’avais ma liberté ce soir, déjà que la soirée ne me réjouissait pas c’était toujours ça de pris. Mon appréhension disparaissait au fur et à mesure que je parlais à Torben. C’était étrange comme sentiment, un peu comme si je retrouvais un vieil ami alors que notre relation était d’un tout autre genre. Je l’avais connu sexuellement et ce soir notre relation était en train de virer de bord. Jamais je n’avais pensais que ma vie privée se mélangerait avec ma vie « professionnelle ». Pourtant j’aurai dû m’en douter. Je couchais avec tellement d’hommes que je pouvais croiser n’importe lequel d’entre eux. En allant faire des courses, à un entretient d’embauche si je me donnais la peine d’en faire un … Mais l’idée de me retrouver face à face avec quelqu’un qui m’avait connu dans un de ces pitoyables moments de mon existence à une réception des plus vampiriques, ça jamais je n’avais pu l’imaginer. J’étais sotte, je ne réfléchissais jamais à rien, je marchais à l’aveuglette et après j’étais surprise une fois devant le fait accomplit. Mais malgré toutes ces questions qui s’entremêlaient dans mon esprit j’étais plus qu’heureuse que cet homme là ce soit Torben. Parce qu’il n’avait pas profité de moi, je l’avais voulu ce qui s’était passé dans cette voiture, pas pour de l’argent, ça n’avait pas été une nécessité mais un besoin, un besoin corporel provoqué par une souffrance commune.

Cette souffrance qui m’avait fait me sentir si proche de lui je l’a retrouvais aujourd’hui mais ça n’avait rien de comparable à notre première rencontre. Il semblait un autre homme. Encore plus torturé mais d’une toute autre façon. Dans ce bar il avait exposé au nez de tous, son désarroi, se saoulant sans se soucier du regard des autres. Cette nuit, il était d’abord physiquement un autre. Parfaitement rasé, une allure chique et distinguée, il dégageait beaucoup de richesse. Rien ne pouvait laisser entrevoir un passé d’alcoolique hormis peut être son verre à la main. Mais cette richesse semblait l’emprisonner. Son regard était voilé d’une souffrance que j’aurai aimé comprendre.
Il s’excusa pour son attitude. Chose que je n’attendais pas de sa part. C’était plutôt à moi de m’excuser mais je voulais oublier cette histoire. La seule chose que j’en retenais c’était que pour la première fois quelqu’un s’était préoccupé de moi et quoi que je puisse en dire ça m’avait fait un bien fou.

Torben me révéla être le frère d’Hannah. Ce que je soupçonnais déjà depuis le début de la soirée. Plus étonnant encore il se livra à moi, son désarroi me percutant de plein fouet. Les événements de l’Eglise l’avaient bouleversé, ce qui était compréhensible. Ca me consolidait dans l’idée que l’amour nous détruisait toujours un peu plus. Mais l’homme est masochiste, il court toujours sans cesse après le grand amour et le bonheur éphémère qu’il peut provoquer.
Il me parla d’Hannah, il en savait très peu sur sa relation avec William Raybrandt. Moi je savais beaucoup de choses, elle s’était confiée à moi à de nombreuses reprises mais ce n’était pas à moi d’apprendre à Torben la réalité sur la vie de sa sœur. C’était à elle seule de le lui dire. Il me justifia son comportement lors de la cérémonie, m’assurant qu’il n’était pas fou. Je le croyais, évidemment que le croyais. Je savais pertinemment qu’Hannah était irrévocablement liée à William. Et c’était aussi très probable que sa toute nouvelle épouse est put être par le passé la femme de Torben. Tout était possible dans ce monde de dingue.
J’attrapais la main de Torben que je serrais. Je le regardais avec conviction et compassion et lui murmurais des mots rassurants.

    « Je te crois. Et je ne dis pas ça pour te rassurer. Je te crois réellement. J’appartiens moi aussi à ce monde de dingue, et ce que tu dis peut paraître insensé mais c’est possible. Ils sont capables de tout, et nous, nous n’y pouvons rien, nous ne pouvons rien y changer. »


Je pesais mes mots, parlais calmement et d’un ton très faible. Notre conversation ne devait pas attirer l’attention. J’étais résignée à ne pouvoir qu’à peine parler. Rien n’était possible, on ne pouvait tout simplement pas agir même si Torben semblait au vu de ses actes penser le contraire même si ses mots exprimaient le contraire. Notre destin était entre les mains des vampires et nous n’avions plus qu’à espérer leur clémence. J’aurai tellement voulu qu’il en soit autrement mais seule je n’avais plus la force de rien.

    « Je ne connais pas Jana, c’est la première fois que je la vois. Nikos ne me montre pas vraiment tu vois … Mais oui je connais Hannah. En fait pour tout te dire, nous sommes de très bonnes amies. Je savais qu’elle avait un frère mais tu sais comment elle est, elle ne dit pas toujours tout. C’est le moyen qu’elle a de se protéger. »



Elle me parlait beaucoup, de tout et de rien mais surtout de William. Mais jamais de Torben. Comme il me l’a dit ils ne se sont pas vus depuis plus d’un an et le silence d’Hannah exprime surement souffrance. Ce soir ils vont pouvoir se retrouver mais ce n’est pas vraiment le bon moment ni le bon endroit. J’avais un sale pressentiment sur la poursuite des évènements. Mon dieu je priais pour que rien n’arrive.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Lun 7 Nov - 17:51

Son ouïe fine de Vampire réussit à capter quelques discussions plus ou moins adaptées à cette soirée de festivités. Un court grognement, presque silencieux, se fit entendre. Seul Jana put en être totalement consciente. Mais il se passait quoi là ? Notre cher Prince allait devoir agir en maître ici présent, car apparemment, on s’amusait à le tourner en bourrique : devant le Roi et sa mère de surcroît. Subitement, William arrêta la valse du couple … Après tout, ce fut de même pour le couple royal alors qu’il vit Augustus se diriger vers Belle. Une chose à la fois pensa alors un William neutre sans avoir sourcillé une seule fois. Il irait s’enquérir de Belle Angeline Renard plus tard. Étrangement, notre Sheriff savait parfaitement qu’elle pouvait se débrouiller seule à l’inverse de son employé s’amusant à le ridiculiser durant cette fête. Il fallait absolument reprendre le contrôle, car bientôt, ce serait Krystel qui le ferait pour lui. Il coupa donc Jana au beau milieu de sa tirade à son grand malheur. Si tout c’était bien passé, William serait resté près d’elle toute la nuit durant s’éloignant uniquement pour agir par rapport à leur but.

- Désolé Jana. J’ai la nette impression, et tu les as certainement entendu toi-même, que certains ne savent pas se tenir à un événement comme celui-ci.

Un sourire en coin, doucement, William accompagna Jana de manière galante à la première table la faisant asseoir dos à la table C. Un sourire qui voulait tout dire fusa en direction de la nouvellement Princesse des Vampires. Oui, il allait s’enquérir du «petit problème» déjà présent à la cérémonie du mariage. Pendant que ses pas le dirigeaient vers la table C justement sur un air voulant tout dire, sourire perdu, enjambées dures malgré qu’il ne semblait pas être sorti de ses gonds, William songeait … Oui, aux émotions d’Hannah jusqu’à maintenant que son lien ténu avec elle lui permettait de voir.

Soudainement, ses mains appuyèrent sur la table C. Le Prince se baissa à la hauteur du Vampire qu’il avait tant aidé, mais comment ce dernier le remerciait ? Oui, en faisant un fou de lui à son mariage. Ok, William savait parfaitement ne pas aimer cette cérémonie aussi. Certes, les gens de cette époque ne savaient plus se tenir ! Si vous n’aimez pas quelque chose, mais cet événement était important quant aux médias, quant à une personne proche de vous, vous devez absolument vous présenter sous votre meilleur jour. C’était cela le respect et William Raybrandt l’avait totalement compris … Pour elle, la reine.

- J’ai tant fait pour toi Leslie et c’est comme cela que tu me remercies : en faisant un fou de toi à cette cérémonie si importante pour nous. Est-ce que c’est tout ce que tu connais du respect et de la politesse ? … J’espère te voir plus calme dans les minutes qui vont suivre sinon ce ne sera plus moi qui viendra, mais ma mère.

Il avait parlé sur son ton de voix normal. Toutefois, vous pouviez ressentir une frustration en celle-ci, car William pesait parfois fortement sur certains mots. Étrangement, dans son fort intérieur, Leslie semblait aller avec une «amitié». L’un des seuls, exception faite de Julien, avec qui il pouvait discuter tranquillement de tout et de rien … Quoique, parfois, William sentait que Leslie pourrait prendre la première place. Sans laisser rien paraître de sa véritable colère envers une personne à laquelle il tenait, il se tourna vers Hannah pour s’asseoir à la place encore vide de Cora. Il observa de ses yeux marron la belle jeune femme dans les yeux, un sourire en coin chaleureux naissait. Pourquoi lui faisait-elle cela ? Il avait affreusement peur … Peur de se retrouver comme sa mère quelques siècles plus tôt.

- Hannah, je suis là. Explique-moi tout ce que tu as sur le cœur au moins. Pourquoi fallut-il que tu rentre dans le jeu de ce crétin ? Tu savais qu’il aurait put me tuer ce soir même ? Pff …

Il soupira désespérément songeant à Torben et crétin en même temps : c'était pas mal. Puis, il chercha la main de sa servante la serrant plus ou moins fortement. Tout son monde tombait une fois de plus … Tout comme il s’en apercevait le soir à la Clyde. Deux mois plus tard, William Raybrandt sentait perdre le contrôle à nouveau. Tous ses choix semblaient lui revenir au visage le traitant d’imbécile. Il allait avoir le contrôle … Oui ! Ce serait lui qui dirigerait tout alors que ses pensées se mélangeaient entre ceci et une nervosité sous cette grande neutralité tant connue.


Dernière édition par William Raybrandt le Mar 8 Nov - 14:20, édité 2 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Lun 7 Nov - 21:11

Hannah pensait bien faire et réparer les pots cassés en s'éloignant de Léopold et de ses manières déplacées, et en se rapprochant de Leslie, mais celui-ci n'avait pas l'air d'apprécier ces excuses. Hannah savait se faire câline et douce quand les choses tournaient mal ; elle avait prit son ton le plus peiné pour le faire flancher et changer d'avis à son sujet, mais il la prit de haut lui aussi et répliqua froidement que c'était son boulot de veiller sur elle. En gros, il avait obéi aux ordres de William, sans même une arrière pensée, sans même un sentiment envers elle !
*J'aurais du m'en douter, c'est un vampire, Hannah, et Will est bien le seul qui éprouve des sentiments. A moins qu'il ne joue lui aussi la comédie ?*
C'était déroutant et Hannah s'arrêta net quand Leslie se dégagea de son bras et s'assit seul à la table. Elle avait très chaud : ses joues étaient en feu. Elle avait l'impression qu'on la regardait. Etait-ce Torben ? Il y avait une foule ce soir, et les couples mariés avaient entamé une danse. Etait-elle déjà finie ? Il lui semblait ne plus entendre de musique. Paniquée à l'idée que tous les regards s'étaient posés sur elle - des regards malavisés - elle courut presque jusquà sa chaise pour s'y asseoir.
Son souffle lui manquait ; elle avisa sa coupe de champagne et en but presque la moitié pour se calmer.
*Ca va aller, Hannah. Tout va bien...*
Elle n'avait qu'une envie : que tout s'arrête et qu'elle retrouve les draps chauds du lit de Will, et les bras réconfortants de Will...

Elle pensait tant à lui, dans un désespoir mêlé de désir, qu'elle ne fut pas si surprise en le voyant s'approcher de leur table ... mais elle écarquilla les yeux quand elle l'entendit réprimander si vertement Leslie .. Si elle avait été ce dernier, elle aurait voulu rentrer sous terre ... D'ailleurs c'était ce qui risquait de lui arriver très bientôt, car ils n'avaient pas encore eu le temps de discuter de sa "sortie théâtrale" de la cathédrale ...

- Hannah, je suis là. Explique-moi tout ce que tu as sur le cœur au moins. Pourquoi fallut-il que tu rentre dans le jeu de ce crétin ? Tu savais qu’il aurait put me tuer ce soir même ? Pff …

Sa main dans la sienne, Hannah sentit sa peur refluer. Tout allait bien, ou presque. Il était là et il voulait l'écouter. Elle tressaillit quand il l'appela "crétin". Il lui fallait sortir une réponse diplomatique ; elle ne pouvait PAS s'effondrer dans ses bras devant tout le monde, et devant Jana. Surtout pas devant Krystel et Augustus. Ni devant Léopold et Leslie. Ni devant Torben !

"Je .. je ne peux pas, Will. Pas ici." murmura t-elle.
Elle avait besoin de ses bras, besoin qu'il la réconforte. A l'idée qu'il allait passer sa nuit de noces avec Jana, elle eut le coeur au bord des lèvres. C'était d'elle dont il avait besoin, de son sang, et de son corps !

"J'ai dit la vérité, Will. Je ne voulais pas que tu te maries avec une femme déjà mariée."
C'était la stricte vérité, même si elle ne plaisait pas à William. Si Torben l'entendait, au moins il saurait que sa soeur ne l'avait pas trahi.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Mar 8 Nov - 7:21

Vous savez ce que c'est un diable en boite ? et ben... c'est une jolie boite que vous offrez comme un cadeau, et quand l'autre l'ouvre, un diablotin fixé sur un ressort bondit hors de la boite, au risque de faire mourir le destinataire d'une crise cardiaque (rien que çà !), et de rire le reste de l'assemblée. Bref, c'est une très, très mauvaise plaisanterie. C'est exactement ce qui s'est produit à ce moment là pour moi :

- J’ai tant fait pour toi Leslie et
c’est comme cela que tu me remercies : en faisant un fou de toi à cette
cérémonie si importante pour nous. Est-ce que c’est tout ce que tu
connais du respect et de la politesse ? … J’espère te voir plus calme
dans les minutes qui vont suivre sinon ce ne sera plus moi qui viendra,
mais ma mère.


Pour un peu, j'aurai sursauté, mais mes "dons" de vampire m'en dispensèrent (ouf !), pour la crise cardiaque ? bah, mon coeur était silencieux depuis plus de trois ans, maintenant, donc, fallait trouver autre chose pour me faire mourir. Restait le ridicule... un bref coup d'oeil autour de moi : deux ou trois seulement nous regardaient, donc, rien de grave, en somme. Non... ce qui m'effrayait le plus, c'était cette capacité de William d'apparaître comme çà, sans prévenir, alors que je venais juste de faire allusion à lui pour rabrouer sa futur ex concubine. Finalement, je le regardais droit dans les yeux et :

-
Pardon ? répliquais-je sans me départir d'un certain cynisme, d'une voix parfaitement étonnée -ce qui n'était pas faux, vu la surprise de le voir là !-.

Qu'est-ce-qui me prenait ? j'allais me faire luncher sur place !

-
"Faire le fou" ? moi ?

Un petit rire à peine contenu s'échappa de ma gorge : il était temps de lui dire le fond de ma pensée, à ce vampire là ! même si c'était mon chef ! un je ne sais quoi me poussait à lui dire mes quatre vérités, parce que, certainement, çà l'aiderait à démêler l'échevau de la comédie dramatique à laquelle il participait, sans aucun soucis de sa fierté, de son honneur, et moins encore des autres : il me faisait pitié, là, mon Shériff ! Et autre chose m'y poussait : la conduite écervelée d'Hannah qui n'avait manqué aucune occasion de m'humilier et de me rendre la tâche plus difficile. Tous les deux, même si je ne voulais surtout pas me l'avouer, vu que je me protégeais derrière une muraille qui se voulait inaccessible, de principes encore humains, je les considérais comme.... disons... plus qu'une simple relation de travail. A l'éventualité d'autre chose, je me braquais et mon corps se raidit. Peut-être William penserait-il m'avoir mis mal à l'aise ?

-
Mais dans ce cas.... qui fait le pitre ? hein ? et qui se charge du rôle de l'écervelé (e) ?

Sachant que je n'aurai que peu de temps pour conclure, j'ajoutais, en soufflant mes paroles, plus qu'en les prononçant véritablement, afin que çà reste entre nous :

-
Je suis le seul, ici, à rester sérieux. Vous vous entêtez à faire n'importe quoi, oui, tous les deux.

Je plantais mon regard dans celui d'Hannah :

-
Vous en vous moquant éperdument de votre sécurité, vous laissant éhontément courtiser par ce d'Aubusson qui, au final, comme je m'en doutais, se servait de vous ! Heureusement qu'il n'en voulait pas à votre vie... qu'aurais-je fait ? hein ? mais vous n'y avait même pas pensé, obsédée que vous étiez par votre humiliation : "il" en épousait une autre ! et vous invitait au mariage ! alors, le crétin, là, dédié à votre surveillance, autant qu'il paie, hein ?!!!!

(heureusement que je murmurais, car la colère montait encore d'un cran en moi !)

-
Avez-vous seulement idée du prodige qu'il m'a fallu accomplir pour m'assurer de votre personne ? non... vous roucouliez avec MONsieur Léonard dans votre belle limousine, pendant que je devais chercher de quoi me véhiculer ici sans vous perdre de vue...

mais j'en n'avais pas fini (même si je ne lui rappelais pas sa cuisante défaite face à une princesse... j'étais pas vache à ce point là...) et me tournais d'un bloc vers mon "chef" :

-
Et vous ? voir tout ce tralala ? épouser une femme déjà mariée ? faire souffrir celle que vous prétendez aimer ? et tout le reste....

Disant ces derniers mots, je balayais d'un regard dégoûté la salle où arrivaient les invités par dizaine. Puis, m'adressant aux deux :

-
A quoi vous jouez, exactement, hein ? parce que moi, j'aime pas çà, et j'ai besoin de vous le dire, même si je suis qu'un pion pour vous. J'existe.

En ayant enfin fini, soulagé d'avoir dit ce que j'avais sur le coeur, je me radossais à ma chaise, dans un laissez-aller qui en disait long sur la tension que je supportais, peut-être même sur la peur de fauter dans mon devoir. J'étais vidé. J'écoutais d'une oreille distraite les réponse de la délaissée. Visiblement, elle aussi avait besoin de déballer : tant mieux. Et voilà notre Will' bien dans le caca avec tout çà... je le regardais pour voir sa réaction, curieux de ce que çà pourrait être. Moi, s'il voulait me tuer, il le ferait : d'où j'étais, j'en n'avais plus rien à foutre.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   Mar 8 Nov - 9:43

[HJ ; j'ai pas pu rp hier soir, mais ton rp Cora m'a tant inspiré que je le fais en cours!]


    Le regard de Cora semblait empreint de compassion, et quelque part ça me touchait. Je me trouvais avec une femme très jeune, que je pouvais néanmoins considérer comme une amie, un soutien quelque part, malgré le peu de rencontres et le caractère très particulier de celles ci. Elle avait été un exutoire pour moi, un amusement au milieu de torpeurs éthyliques, mais je mentirais en disant qu'elle n'a été que ça. Avec elle, j'avais pu retrouver un peu de dignité, un peu d'importance pour quelqu'un. Un peu de proximité, aussi. Nos positions avaient fini par nous éloigner, mais je me retrouvais de nouveau ce soir aux côtés de la jeune prostituée. Je ne lui montrais pas, mais je ressentais moi aussi une compassion énorme pour elle. Elle avait quoi. Vingt ans ? Vingt deux peut être ? Déjà sous l'emprise des vampires, droguée et qui vendait son corps et ses charmes pour se payer de quoi survivre, à côté de ses doses que j'imaginais quotidiennes. Quelle misère que la société ne soit pas capable de protéger sa jeunesse en période de si grand péril pour l'humanité toute entière. Moi aussi, j'avais failli dans cette mission de protection. Tous mes beaux idéaux et mon désir de vengeance avait fini par s'évanouir. Je devais me rendre à l'évidence. J'étais devenu un déserteur de l'Eglise Humains Contre Vampires. Pire, un renégat, puisque je me battais désormais selon les desseins de mes ennemis. Cela dit, cela me permettait d'étancher cette soif de meurtre que je ressentais à l'égard des vampires, Krystel m'utilisant pour tuer ses opposants au sein même de sa propre espèce. Je sursautais quand Cora me prit la main, je n'avais plus l'habitude qu'on me touche. Et je restais si profondément choqué des évènements de la cathédrale que je me sentais dans un état semi-léthargique ; je me sentais faible, diminué et impressionnable. Sa main était chaude, et douce. Ce contact me fit du bien.


    | Nous aurions pu changer tout ça, tu sais. Il n'est même jamais trop tard. Mais cela demande un courage que je n'ai plus. Plus après ce soir... Je me suis battu pour la mémoire de ma femme, puis je me suis battu pour la retrouver. Maintenant, elle est la femme d'un autre, et ils possèdent aussi ma sœur par ma faute. Je n'ai plus rien, je ne suis plus qu'un pantin qu'on manipule. |


    J'écoutais Cora me souffler ses pensées. Elle me dit qu'elle ne connait pas Jana, que son vampire ne la montre pas. Rapport à son statut d'humaine et de prostituée ; c'était mon tour de lui serrer doucement la main. Elle me confirma cependant qu'elle était une excellente amie d'Hannah, qu'elles se connaissaient avant. Mon cœur manqua presque un battement quand j'imaginais Hannah se prostituer aussi, mais je me reprenais. Ce n'était pas le genre de ce grand Raybrandt de se garder une fille de joie à portée de main. Trop de classe, trop de morgue. La reine ne l'aurait pas permis, déjà qu'elle devait bien bisquer que son fils se soit attaché à une simple humaine, et encore, de son plein gré... Je hochais la tête aux paroles de Cora.


    | J'ai... On m'a montré des photos d'elle et de Raybrandt fils. Tu sais, quand j'y repense, j'ai envie de tous les tuer, et de la sortir de là. Toi aussi, je veux te sortir de ce merdier. |


    Je ne terminais pas ce que je voulais dire. Raybrandt fils et Jana venaient d'entrer dans la salle de réception. Lui, fier et souriant. Elle, belle, rhabillée d'une robe magnifique. Je me figeais en les voyant, alors que sans un regard, ils allèrent rejoindre le couple royal sur la piste de danse, ouvrant le bal et le banquet qui allaient suivre. Mon regard était fixé sur ma femme. Le chaud me monta au cou et aux joues. Mes yeux me piquèrent et rougirent à leur tour. Je restais de marbre, raide comme au garde à vous, sans pouvoir détacher mon regard de ce couple qui avait tout démoli. Jana... Résignée à son sort et à la fin de notre histoire ? Etait elle réellement liée à Raybrandt, désormais, de son plein gré ? Je me sentais trahi, sans savoir si c'était juste ou pas. Pire, je me sentais réellement abandonné à mon sort. Jana m'avait lâché. Elle n'avait même pas bougé dans la cathédrale. Elle m'avait regardé, et c'était tout. Tacitement, elle avait entièrement détruit tous nos efforts, et elle avait perdu le sens de toutes les souffrances que j'avais subie de l'avoir retrouvée. De l'amour intense et brûlant que je lui nourrissais, ne restait plus à cet instant qu'une désolation froide, glacée, remplie des cadavres de mes sentiments. Je tremblais quand je portais mon verre à mes lèvres. J'attendis que la première danse se termine, dans le silence, et je glissais à Cora, murmurant.


    | attends moi ici, je dois voir quelqu'un. Réserves moi la danse suivante, j'ai besoin de faire quelque chose, là. |


    Je suivais Krystel lorsqu'elle s'assit, et voyait le roi s'en éloigner bien vite. Je m'approchais par derrière, pesant d'un esprit froid et calculateur la meilleure façon de m'y prendre. Je posais mes mains sur les épaules dénudées par la robe, de la magnifique vampire. Ce simple contact éveilla un désir brûlant, presque irrepressible.


    | Ca y est, tu m'as réellement privé de tout. Félicitations, votre majesté. La punition que tu m'infligeras pour ma témérité ne m'atteindra même plus ; je n'ai réellement plus rien à perdre. Puisses ton fils se faire dévorer le foie et toi même le cœur, et que votre putain de lignée se termine dans le sang et dans les larmes. Je te maudis, Je te maudis... |


    J'avais glissé ces mots comme on range une lame dans son fourreau. Je m'éloignais de Krystel, la lâchant, et décidé à noyer les violentes émotions contradictoires dans quelque chose d'autre. Une froide et sainte colère, rage et haine pure, coulait dans mes veines. Quand je croisais William et Jana qui sortaient de la piste de danse, le vampire pour aller voir probablement ma sœur, je m'arrêtais un instant devant celle qui avait été ma femme. Mes mains tremblaient fortement, maintenant, et ma démarche était chaloupée, comme si j'étais totalement perdu. Mes yeux débordaient de larmes de rage que je contenais. Elle m'avait abandonné et entériné notre sort. Elle avait fait ce choix sciemment. Elle n'avait voulu ni vivre, ni mourir avec moi. Jana avait fait son choix. J'espère qu'elle saurait l'assumer plus que moi.


    | Bonne chance pour cette nuit, altesse. Et félicitations pour ce mariage grandiose. |


    Je m'éloignais d'un pas vif, sans un regard laissé derrière moi. Trop en colère. Je l'aimais toujours plus que tout au monde, je l'aimais à me damner. Je l'avais déjà fait pour elle, d'ailleurs. Et j'allais continuer. Mais ce rejet, cet abandon, c'était plus que je ne pouvais supporter pour l'instant. Le temps guérit les blessures, mais je n'étais plus assuré de vivre suffisamment longtemps. Je rejoignais bien vite Cora, la prit par la main, et la tirait vers la piste de danse. Une fois arrivés, je me tournais vers elle alors que la musique semblait être un menuet, et j'attirais son corps contre le mien, prenant sa main de la mienne qui était libre.


    | Veux tu rester leur esclave pour toujours, ma jolie, ou est ce que tu veux leur rendre la monnaie de leur pièce? |

_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Mission: "Un nouvel Ordre s'élève" [Livre 1 - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Barack Obama : Une victoire programmée par le Nouvel Ordre Mondial ?
» Le nouvel ordre mondial, illuminati, extra terrestre et autres conneries !
» Ordres de Mission du Nouvel Ordre Jedi
» Ordre de Mission
» L'ordre pour la sagesse [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: Centre-ville :: Cathédrale St Mungo
-
Sauter vers: