AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Rise [Livre 1 - Terminé]
MessageSujet: Rise [Livre 1 - Terminé]   Dim 11 Sep - 13:29

    Je réfléchissais. L’esprit embrumé par le sang divin et spiritueux de Krystel, je cherchais désormais un moyen de m’évader. Les deux premières tentatives ne s’étaient pas montrées particulièrement bonnes, notamment du fait qu’il y avait beaucoup de surveillance dans ce parc. Sitôt que je commençais à escalader le mur, une meute de gardiens vampires entourés de chiens me sautait dessus, me rappelant que les consignes de ma nouvelle maîtresse étaient que je devais certes avoir le droit de vagabonder dans le domaine, mais pas de m’en échapper. J’étais sien, et rien ne pouvait changer cela. EN fait, je n’escomptais même pas vraiment m’enfuir. J’étais désormais bien trop attaché et lié à celle qui me possédait pour me séparer d’elle séance tenante. En réalité, j’étais certain que si je m’évertuais pourtant à braver chacune de ses interdictions, c’était avant tout pour ne pas m’oublier moi-même, me perdre en chemin. Oublier qui je suis et quel est mon but, c’était réellement hors de question. Je devais assumer cette particularité, cette double nature. J’étais le jouet et la possession de la reine des vampires et la mienne, sur Terre, mais je restais aussi un combattant de Dieu, faisant Sa Volonté. Je ne devais pas laisser la vampire prendre plus qu’elle n’avait déjà pris. C’était littéralement hors de question. Je savais que je ne devais pas la laisser gagner du terrain sur mon âme, l’emplir avec toute sa propagande pourtant si cohérente sur ma condition au sein même de mon espèce, pour ne citer qu’un des aspects du bourrage de crâne perpétuel auquel j’étais soumis.


    Ma troisième tentative avait été la plus amusante. J’avais débranché les caméras de surveillance qui se trouvait dans les arbres à la limite nord du domaine. Bien sûr, l’équipe avait accouru pour voir ce qu’il se passait, convaincue que j’étais encore en train de m’évader. Ils avaient bel et bien raison, mais j’en avais profité pour filer par un autre endroit. J’aurais dû prévoir qu’il resterait bien entendu un dernier garde dans la salle de sécurité, de sorte à surveiller les autres caméras. Il m’avait vu bondir sur le mur est et avait dû prévenir ses petits camarades par radio. Et avec leur vitesse de vampire, ils avaient bondi en quatrième vitesse pour me rattraper. Maintenant, je profitais du simple contact de la lumière de la lune et des étoiles sur mon visage, ainsi que de tous ces petits bruits de la nuit. J’aimais l’obscurité. Je n’avais pas pu m’en rendre compte plus tôt du fait que j’étais toujours soit ivre mort, soit en mission, et même parfois les deux en même temps, mais sans jamais prendre le temps de m’arrêter et de réfléchir. En chassant les vampires, j’avais perdu une large part de mon humanité. Ce n’était pas un mal quand il s’agissait d’adaptation et de tolérance à la violence, ou à l’endurance pour recevoir des blessures. Mais ça l’était nettement plus au niveau de mon existence elle-même. Sur bien des aspects, je vivais depuis longtemps comme un vampire. De nuit, à me satisfaire du meurtre et du carnage. Et désormais, j’en venais même à avoir besoin de ma dose de sang journalière. Et nul autre sang que celui de la plus belle et terrible des vampires.


    Cette transformation n’était pas un mal. Maintenant plus que jamais, je connaissais les vampires. Je savais de quel bois ils étaient faits, je connaissais leurs attentes, leurs désirs, leurs pulsions. J’étais plus à même que jamais de les détruire, tout en gardant ma déesse comme une épée de Damoclès au dessus de la tête. J’étais seul dans les jardins, ce soir. Mais je ne le serais pas longtemps. On m’avait dit à l’entrée, que la fille de la future reine allait venir ce soir. Il fallait bien que je voie la célèbre Morgane Raybrandt… Chose faite, maintenant qu’elle arrivait dans le domaine et que les gardes armés lui ouvrirent la grille. Je m’avançais vers elle. Les gardes, suspicieux, restèrent non loin, et je leur offris mon plus beau sourire, malgré le besoin pressant de V que je ressentais au plus profond de mon être. Je tendais la main, jouant cartes sur table.



    | Bonjour, Mademoiselle Raybrandt. Vous me connaissez peut être… Torben Badenov, pour vous server. Je vois que vous tenez beaucoup de votre mère, si vous permettez ce compliment. |


    Rien dans mon apparence ne dissimule la haine que je ressens pour les vampires. Je passe outre, poussé par la curiosité.


_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Rise [Livre 1 - Terminé]   Dim 18 Sep - 18:05

Pourquoi je revenais ? Ce chemin que j’avais tant fait quand je vivais ici, et maintenant j’étais une étrangère contrainte à me présenter aux gardes qui prenaient soin de ne laisser entrer personne d’étranger. Je me devais de faire un rapport à ma mère, et c’était pour ça que j’étais là, en train de m’annoncer à ces hommes qui me connaissaient depuis… Oh peut être pas si longtemps que ça, finalement, je crois qu’ils étaient nouveau, tout juste arrivé quand j’avais pris mon envol de petit oiseau. J’étais un petit oiseau encore fragile, à en croire leur odeur, c’était des vampires. Question bête, je me doutais que c’était des vampires, peu m’importe, après l’annonce de mon arrivée, je prenais l’allée centrale à vitesse disons presque humaine, je n’étais pas pressée de voir qui était là bas. Le nouveau casse croute de ma mère rien, je m’étais nourrie juste avant de venir, de mon breuvage obscène pour ma mère, totalement révolutionnaire en ce qui me concernait, la meilleure chose qu’un japonais puisse inventer. Vraiment, pour le coup. Pour la troisième fois, je me répétais les consignes, vu que désormais j’étais devenue un vampire comme une autre, mon nom de famille ne faisait plus rien une fois que je disais mon prénom. J’étais Morgane Raybrandt fille reniée et totalement indigne de Krystel Raybrandt, et petite sœur de William, shérif de Glasgow. Je ne vous explique pas la réputation n’est ce pas ?
Je tombais sur un jeune homme de l’apparence de l’âge de ma mère, dans les 30 ans, il faisait plus vieux que moi. Je ne le sentais pas vraiment perplexe ni même méfiant à mon égard, ses paroles semblaient être un compliment, du moins je le prenais comme tel, je m’approchais de celui-ci. C’était certainement la meilleure solution. Il était venu lui-même à ma rencontre, aucune amertume, Torben Badenov ? Ce nom ne m’était pas inconnu, mais je ne savais plus exactement d’où ! Des trous de mémoire ? Non, certainement pas, juste l’ennui de me souvenir de tous ces noms ! Peu m’importe, une nouvelle fois, je serrais sa main. Vêtue d’une longue robe au couleur noir, et avec un sourire je lui répondais :

    « Enchanté Torben Badenov. Votre nom ne m’est pas inconnu en effet. Je prends en compte ce compliment, et je vous en remercie, c’est un honneur pour moi de ressembler à notre future reine. Morgane Raybrandt pour la forme, puis-je avoir connaissance de votre présence au sein de la demeure de ma mère ? Si ce n’est pas indiscret… »


Dis-je avec ce même sourire, j’étudiais un peu le personnage face à moi, il n’avait pas l’air d’avoir de mégarde pour moi, je ne savais pas trop comment je devais prendre cela. Aucune haine, aucune méfiance, bizarre, je ne pensais pas que mon image de vampire porte parole amène tant de confiance envers un vampire. Je ne savais pas déterminer, est-il humain ? Vampire ? Entre deux ? J’étais un peu dans le doute à ce moment là. Il n’était pas tard pour la soirée, enfin… Juste assez tard, pour qu’il fasse nuit, sans pour autant que ce soit la nuit prononcée. J’étudiais une nouvelle fois son comportement, sa posture, rien ne présageait alors quelque chose de mauvais. Comment pouvais-je donc me méfier ? Rien. Je gardais alors mon doux sourire. Et attendais doucement sa réponse, pas pressée.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Rise [Livre 1 - Terminé]   Lun 19 Sep - 23:34

    L’analogie avec sa propre mère était frappante, alors qu’en parallèle, on aurait pu les considérer comme le jour et la nuit. Inutile j’imagine, de vous dire qui pour moi ressemblerait en ce cas au jour, et qui à la nuit. Krystel était sombre ; elle avait une crinière d’un brun foncé, un teint très pâle et des yeux d’un noir profond. Elle s’habillait pourtant le plus souvent de tenues hautes en couleur, le plus souvent en rouge, voire même en blanc pour l’occasion, mais cela ne faisait que renforcer sa noirceur, d’une certaine manière. Son aspect était renforcé par l’attitude qu’elle pouvait arborer selon les occasions. Comme si elle avait le contrôle, qu’elle savait des choses que l’on ignorait. Comme si tout chez elle n’était qu’obscure et ténébreuse tentation. Bien entendu, ça en restait totalement déroutant. Alors que chez sa fille Morgane, c’était tout l’inverse. Blonde, le visage moins anguleux, le teint plus « vivant », des yeux clairs… Et sa tenue noire qu’elle portait ce soir ne semblait en rien gâter celle qui arborait si souvent d’angéliques sourires à la télévision. On sentait une certaine naïveté chez cette vampire, quelque chose que je n’avais encore jamais pu observer chez les autres représentants de son espèce. Si ce n’était pas de la naïveté, je ne savais pas pour autant mettre le doigt sur ce dont il s’agissait réellement. Aucune étincelle de faim sanguinaire ou sensuelle dans son regard, aucune attitude de défi dans ses gestes et sa posture… Elle se comportait comme une humaine. Enfin, aussi bien qu’il était possible pour un vampire, j’imaginais. Peut être était ce même possible pour elle se de fondre dans la masse, la nuit venue… Je n’avais encore jamais rien vu de tel. Un peu décontenancé et pris au dépourvu, je ne vous le cache pas, je perdis de mon aplomb et de ma colère. J’étais curieux. Curieux de voir si elle était ce qu’elle semblait être, un truc que j’avais jamais vu, ou si elle était simplement un vampire qui cachait bien son jeu.


    La vampire me répondit par des platitudes en réponse à mon compliment. Elle ne semblait pas réellement savoir qui j’étais, ce qui m’étonna un peu plus, dans le sens où d’une manière ou d’une autre, les nocturnes rouges avaient quasiment tout le temps entendu parler de moi. Le plus souvent, je n’avais été pour eux qu’une ombre vengeresse, la mort en quelque sorte, car pour beaucoup, j’avais été celui qui avait pris leur non-vie. Pour d’autres, quelques rares, heureusement, j’étais devenu l’objet, le jouet ou l’esclave c’est selon, de Krystel Raybrandt, future reine de son espèce. Alors, le rejeton de celle qui me possédait me demanda les raisons de ma présence ici. Se pouvait il qu’elle, sa propre fille, n’en sache rien ? Je n’en savais rien. Un peu plus décontenancé si c’était possible, je reculais d’un pas, tout en m’efforçant de garder et conserver un visage de marbre. Inutile de lui donner l’impression qu’elle a un quelconque ascendant sur moi.



    | Ca ne l’est pas. Si vous voulez savoir la pleine et entière vérité, on m’a chargé de vous tuer. Mes supérieurs, je veux dire. |


    J’éclate de rire, complétement meurtri au souvenir de tout ce qui avait fait mon existence et qui n’est plus, alors que je me rends compte de la plus totale déchéance que j’ai réussit à atteindre. J’allais tout lui dire, parce que quelque part, j’avais terriblement besoin d’appuis dans ce monde nouveau et particulièrement cruel. De plus, qu’est ce que la vérité me coûterait ? Je n’avais plus que cela pour moi.


    | Je suis membre de l’Eglise Humains Contre Vampires. Votre mère m’a capturé voici des semaines, parce que j’avais enfreint vos règles en retrouvant mon épouse, devenue vampire. Continuant sur sa lancée, elle m’a privé d’eau et de nourriture en ne me laissant boire qu’à ses veines. Elle m’a rendu fou, et fait de moi son esclave. Je suis donc ici. Parce que je n’ai plus nulle part où aller. Parce que je suis fou. J’imagine que cela ne vous étonnera pas plus que cela, comme vérité… Et vous-même ? On m’a annoncé votre venue. J’imagine qu’on nous surveille en ce moment. |


_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Rise [Livre 1 - Terminé]   Dim 25 Sep - 0:01

Les plaisanteries à deux balles, franchement je n’avais cure à ce propos. J’étais peut être innocente et naïve, un humain aurait du mal à avoir ma peau, bon d’accord souvent ma mère était à mes côtés pour me protéger, mais je savais parfaitement me débrouiller seule. Et puis vraiment… Un humain, à y réfléchir c’était un homme avec si peu de défense par rapport aux vampires et à leur agilité, rapidité. Que dis-je ? Un vampire ? Être parfait ? Non, je n’irai pas jusque là tout simplement parce qu’un vampire était un être également imparfait, les défauts tant grossis avec la transformation, et puis les cicatrices qu’on accumulait avec le temps, certes disparaissaient vite, mais ce n’était pas pour autant qu’on était indemnes. Sans compter qu’un être sans émotion, étais-je vraiment un être ? Non, je me sentais prise comme dans les limbes, entre une vie et une mort, parce que la vie m’avait été arrachée et la mort m’avait été interdite. Je ne savais pas vraiment comment décrire cette situation aussi inconfortable que plaisante. Je devais reconnaitre que ça avait ses avantages d’avoir plus de 800 ans, mais à la longue franchement ça devenait ennuyant. Doucement ça passait, mais horriblement doucement et puis on connaissait des gens en sachant parfaitement qu’ils ne vivront pas éternellement contrairement à nous.

J’étais plate dans mes réponses, contrairement à lui qui me menaçait pratiquement de me tuer, je le regardais avec un haussement de sourcil, l’air de dire, tu me prends pour qui, la dernière des cruches ? Il aurait déjà tenté une attaque avant de me le dire. Enfin, quand il me donna et son nom et son « rang » au sein de cette société je compris rapidement pourquoi je le connaissais. Membre d’humain contre vampire, bien évidemment et quand il me parla de son épouse. Jana… Aucun doute dessus, j’étais sure et certaine que c’était elle, trop de coïncidence pour qu’il ne soit pas le Torben Badenov dont j’entendais le nom parfois au cours de quelques conversations avec ma mère avant que Jana ne soit apte à tout comprendre. Celle-ci étant devenue amnésique totalement, il était plus facile à ma mère de lui faire croire un peu tout ce qu’elle voulait. Enfin depuis quelques temps, elle semblait également retrouver des brèches de mémoires. Enfin, je n’en avais pas réelles informations pour être honnête, étant un peu mise à l’écart de ma vie familiale.

« Bienvenue dans ce nouveau monde de folie. Si elle a fait de vous son esclave, alors vous n’en sortirez pas vivant de cette demeure. Moi ? Oh, je ne suis ici qu’en simple visite à notre future reine pour son mariage, vu que je n’ai plus vraiment le privilège d’être sa fille. Pas assez comme il faut parait-il, pas assez noble pour être une Raybrandt, que diable, ne vous racontais-je ces histoires sans intérêts. Oui, nous sommes épiés, ici… Tout le monde l’est je suppose, plus encore quand la nouvelle proie tente de se faire mal je pense non ? »

La surveillance était toujours de mise ici, après tout on ne laisse pas la future reine sans surveillance alors quand celle-ci se prend pour la reine depuis tant de temps. La fidélité est souvent un défaut, preuve j’étais complètement fidèle à ma mère, capable de me jeter dans la cage au lion pour sauver sa peau (pour son plaisir je pense…) mais, c’était aussi une qualité, et la loyauté que j’éprouvais à son égard, mettait alors un rôle inutile sur les dos de tous ces chiens de gardes qui regardaient tout coin pour vérifier si je n’étais par exemple pas venue ici pour simple espionner ma propre mère. Quelle paranoïa… Enfin à ce stade je pense que Torben était nettement plus à surveiller que moi, lui avide de liberté, moi prise de captivité.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Rise [Livre 1 - Terminé]   Dim 25 Sep - 0:39

    Je n’étais pas étonné finalement, de l’absence de réaction notable de la part de la jeune Raybrandt. Comme sa mère, elle avait dû apprendre à composer avec les menaces, qui devaient faire partie de sa vie quotidienne. Après tout, n’était elle pas la porte parole de créatures du diable, honnies par tant de gens dans un si grand nombre de régions du monde ? Des menaces de mort, elle avait dû en recevoir quantité dans son existence. Plus encore du fait de sa position fragile et diablement exposée, sous les feux de la rampe. Je ne l’avais pas émue plus que ça. Sa mère avait bien dû la briefer, si ce n’était sur moi, au moins sur les risques de son métier. Et puis, j’aurais franchement eu du mal à croire qui ce soit qui me dirait que les gosses de la plus maniaque de tous les vampires étaient des enfants de cœur. Ils devaient avoir aussi leur lot d’atrocités commises au fil des siècles, au nom de leur espèce ou de leur mégère de mère. Je n’imaginais pas Krystel se sâlir les mains pour ses enfants sans attendre que ceux-ci n’en restent incapables. Elle en avait fait des requins comme elle, c’est le moins que je pouvais imaginer à leur sujet. Morgane ne semblait pas déroger à cette supposition dans le sens où elle ne fut pas étonnée de mes révélations, du moins en apparence. Elle n’appela nulle aide non plus. Ou bien elle était sûre que je n’allais pas oser lui faire de mal, ou elle était persuadée qu’elle sera seule capable de gérer la situation et de me réduire au silence si j’entreprenais la moindre action offensive à son encontre. Une confiance en ses capacités et une certaine forme d’arrogance propre aux Raybrandt, de toute évidence. Je ne me laissais pas démonter, me demandant toutefois jusqu’où allaient les ressemblances entre la mère et la fille.


    Avec une certaine froideur, ou une indifférence véritable, la vampire m’annonça que si j’étais devenu l’esclave de sa mère, je ne ressortirais pas vivant de ce domaine. Pour le coup, je ne sentais aucune insulte dans ces propos. Elle avait raison. Je le savais au fond de moi également, que le tourbillon de folie qui était devenu ma vie allait se terminer par ma mort inéluctable. Je l’avais accepté. Quelque part, j’espérais que le couperet tombe vite. J’étais las de passer de drame en drame, jusqu’à ce que je finisse comme une coquille vide, dénuée d’intérêt et de but dans la vie. Je n’avais pas le courage de terminer privé de tout, et c’était pourtant ce à quoi j’étais destiné. Morgane me dit finalement qu’elle avait été reniée par ma Maîtresse. J’étais vivement intéressé par l’information. Je ne savais pas qu’il y avait discorde au sein de la future famille royale, mais cela pouvait me servir. J’étais au courant. Je voulais tout savoir. Jouer un rôle dans ce qu’il se préparait. Morgane m’en disait plus que ce que je n’avais besoin de savoir de l’avis de sa mère, et je n’allais pas empêcher toutes ces révélations. Je ne comprenais pas tout ce qu’elle disait, cependant.



    | Je ne suis pas au courant de ces dissensions. Je n’en suis pas désolé, notez bien. Je suis heureux de voir que c’est autant la merde chez les vampires que chez les humains. Ca me plait bien, comme idée. Pour le reste, je ne suis pas une proie. Une proie s’échappe ou se défend ; votre mère m’a retiré ces options. Je suis plutôt le rabatteur ; un de ses chiens de chasse. Elle m’a donné l’ordre de vous protéger à son mariage avec votre roi. Je serais donc votre ombre, et saurais me faire discret. Ne compliquez pas ma tâche outre mesure, et si vous êtes en difficulté, suivez mes instructions le cas échéant. |


    je tentais d’explorer le sujet de la soirée.


    | Et cela vous fait quoi à vous, de voir votre belle-sœur épouser votre frère ? |


    Qu’elle me dise que ça lui plaise et je l’étrangle de mes mains. Elle ne devait pas savoir que Jana était ma femme. A mon avis, seul le futur marié et sa mère étaient au courant. Mais je voulais savoir ce que Morgane en savait et en pensait, sous couvert d’une question faussement anodine.


_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Rise [Livre 1 - Terminé]   Dim 25 Sep - 18:06

Indifférente aurait été le terme exact pour décrire mon attitude à l’égard de l’homme face à moi. Non je n’étais en aucun cas antipathique de sa présence, après tout il n’était pas là par pur choix, mais seulement par condition, enfin obligation de la part de ma matriarche. Chef de la famille qu’elle était, elle avait toujours su donner ses ordres et personne n’aurait osé se la mettre sur le dos. Alors que Torben joue au bon petit chien de garde, je pense que c’était la décision la plus sage qu’il avait à faire. Après tout, elle n’hésiterait pas à le tuer dès lors qu’il n’aurait plus sa place à ses côtés. Manipulatrice, et toujours à chercher à blesser, je ne parle pas physiquement mais plutôt au niveau psychologiquement, Krystel, ma mère avait toujours eu le dernier mot. L’expérience ? Je pense, après tout, elle avait toujours obtenu ce qu’elle voulait au point que sa propre fille soit prise pour la fille de qui elel n’était pas. Et que moi-même je crois ce mensonge pendant si longtemps, alors que je n’avais en rien un quelconque point physique en commun avec celui qui se disait mon père, sans même savoir que je n’étais pas sa fille. Et puis ce n’était pas non plus comme si j’avais pu le connaitre longtemps vu qu’il était mort quand j’avais cinq ans, il n’avait pas eu le loisir de jouer au père parfait surtout en direct du champ de bataille. Mais je ne lui en voulais pas, c’était la norme à l’époque après tout.

Il ne semblait pas vraiment au cours que les histoires « familiales » des vampires étaient au même titre que celle des humains, si ce n’est plus fort en effet. Non mais ça ne serait pas drôle si notre vie était plate, c’est mieux avec un peu d’explosif n’est ce pas ? Sauf que les euphémismes chez nous autres créatures du diable, ça n’existait tout simplement pas. Alors autant vous dire que ce n’était pas toujours facile de faire dans le petit, ou le peu. Même si je devais reconnaitre que j’aurai bien aimé parfois. Peu importe, c’était comme ça, un vampire ne savait pas faire dans le petit, alors on décuplait les choses de façon à ce qu’on nous oublie pas :

« Me protéger ? Vous prenez le rôle qui était celui de mon frère dans ce cas là. Ne vous inquiètez pas je ne suis pas du genre à m’attirer des ennuis, je pense plutôt que c’est les autres qui veulent m’envoyer les ennuis. Mais je vous écouterez, ma mère a du vous dire mon caractère en vous confiant la tâche de me surveiller et utilement me protéger… Les histoires de famille, vous savez ça n’a jamais en rien changé quelque chose, que l’on devienne un vampire n’élimine pas les liens familiaux, alors quand votre mère décide de vous transformer avec votre frère, et que vous vous retrouvez toute la famille, c’est bizarre comme les querelle familiale se font présente souvent sous le toit. »

Puis il posa la question à propos du mariage de mon frère :

« Je crois que c’est plus dans les mœurs ainsi que de voir votre frère et votre mère en amant non ? Mais j’avouerai que je ne vois pas l’utilité de ce mariage, façon de réunir des forces et de prendre sous ses crocs Jana, certainement… Je ne vois pas forcément cette union d’un bon œil, mais je ne suis pas contre non plus, je n’en ai pas vraiment les moyens en même temps me direz-vous ? »
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Rise [Livre 1 - Terminé]   Lun 26 Sep - 19:05

    Moi, je ne savais pas clairement ce que ça me faisait. J’étais sûr que ça me blessait, que ça sapait mes forces et me détruisait un peu plus. Mais que restait il encore à me retirer, à casser chez moi ? Je ne savais pas. J’avais l’impression parfois, d’être seul, aveugle et sourd, foulant les pas d’un monde obscur et cruel, manipulé par des puissances qui dépassent mon entendement. Bien sûr, je savais que j’avais fait ce qu’il fallait en rejoignant Krystel, mais n’aurait il pas plutôt fallu que je choisisse pour une fois la voie de la facilité ? Me laisser crever dans un coin à cause du manque, m’achevant finalement d’une trop forte consommation d’alcool et d’autres spiritueux. Cela me semblait finalement bien plus honorable et bien moins pathétique et misérable que tout ce que j’avais pu imaginer jusqu’ici. Finir sa vie seul et dans un coin m’était toujours apparu comme lâche, facile, puéril même, et profondément inutile. Mais quelle misère y avait il à poursuivre cette existence cruelle et solitaire, vouée à l’aliénation de chaque parcelle de mon corps comme de mon âme ! Je n’étais pas enchanté de la situation, loin de là. Dieu aurait dû m’accorder depuis longtemps la miséricorde d’une morte nette et rapide, sans souffrance ni malice. Toutes ces fois, innombrables, où les balles avaient frôlé ma peau, où mon corps avait été meurtri autant que mon esprit de coups, de chocs, d’entailles, de brisures, de fêlures, de brûlures, de tout et n’importe quoi car j’avais choisi la voie du guerrier. Si j’avais eu plus de clairvoyance quand Jana m’avait été enlevée, j’aurais mis fin à mes jours. En plaisante compagnie, à profiter une dernière fois de ce que j’aimais sur Terre. Oui, cela aurait été plus honorable que tout ce que j’avais pu faire par la suite, malgré l’importance de la mission confiée par Dieu.


    Morgane m’apprit que je prenais maintenant le rôle auparavant dévolu à son collatéral, ce William, honni soit il. Je ne pouvais rien faire à cela ; Krystel avait fait de moi le protecteur de sa fille pour laisser du temps et du loisir à son fils. Probablement dans le but de posséder toujours un peu plus ma Jana. Quelle situation inextricable, m’en sortirais je un jour ? Je ne voyais toujours pas le bout du tunnel, et il faisait toujours aussi sombre, peu importait l’endroit où je posais le regard. Elle m’expliqua ce que je savais déjà ; les problèmes se mettaient en travers de sa route sans qu’elle n’aie besoin d’aller à leur rencontre. Edifiant et rassurant, au plus haut point. Je savais que je n’allais pas chômer, une fois de plus. Elle m’expliqua aussi ses relations avec sa mère et son frère. Comme je ne m’étais jamais posé la question, je découvrais que Krystel avait transformé ses enfants pour qu’ils les rejoignent dans l’adversité de sa nouvelle existence.



    | Elle ne ma rien dit. Elle ne me dit rien, en fait, sinon quand elle m’intime de boire son sang pour que je devienne à chaque fois un peu plus à elle. En ce qui vous concerne, je suis chargé de vous protéger, en tous cas le jour de son mariage. Je vous suivrais du début à la fin. Je pense pouvoir vous affirmer que je suis discret ; vous ne m’entendrez plus que nécessaire. Vous imaginez cependant, qu’il est plus dans mes habitudes de tuer les vampires que les protéger… |


    Que ce soit à dessein ou par désir plus profond, Morgane me révéla que William et Krystel étaient amants. Cela n’aurait pas dû m’étonner, et je m’efforçais de rester de marbre. Venant d’eux, quoi de plus normal ? Mais cela me révulsait. Qu’un enfoiré de suceur de sang couche avec sa mère avant de se marier et de coucher avec ma femme, je trouvais ça hautement douteux. Et sur l’ordre de Krystel, encore pire. Je ne savais trop quoi en penser, mais ma rage à leur encontre ne fit que croître. Quelle bande de dégénérés, ils me donnaient envie de vomir !


    | Votre mère ordonne, tout le monde obéit. lâchais-je, laconique. Je ne sais pas ce que ça va donner… |


_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Rise [Livre 1 - Terminé]   Ven 7 Oct - 21:37

L’ignorance est un fait, la folie, en est un autre. Je pense que le fait que Torben se trouve ici dans les griffes, résidait dans de la folie, certes n’avait-il pas eu le choix que de se contraindre à la suivre. Mais je trouvais ça, digne d’un fou que de suivre ma mère, étais-je folle ? Oui, totalement finie, je vouais un amour inconditionnelle à ma mère malgré tout ce qu’elle pouvait me faire subir, jour après jour, jusqu’à me jeter de chez moi, trop humaine pour un vampire je crois bien. Un fait indéniable, un fait que je ne niais en aucun sens, j’étais tel que ce que je faisais percevoir dans cette presse, à ces informations, sans queue ni tête. Sauvée de la peste par ma mère, la blague, la seule chose dont j’avais été sauvée c’était le massacre qu’avait perpétué ma mère le jour de l’anniversaire de mon frère. Elle en avait juste épargné mon fils et ma nièce et mon neveu, enfin mes enfants et ceux de William, oh, trop jeune pour devenir vampire, je n’avais idée de ce qu’ils avaient bien pu devenir. Certainement de riches rois, duc, ou archiduc, je ne savais pas du tout.

Avais-je été un jeu de transformation ? Ou avait-elle fait vraiment ça par amour pour nous ? Un peu des deux je pense, pensait-elle que j’étais une erreur de la nature, ça encore et toujours ça n’avait en rien changé, bien sur que non, à quoi bon. Déjà avant de devenir vampire, je n’avais pas été la fille souhaitée, née d’un adultère, accouchement difficile, ce n’était pas exactement la même époque me direz vous, je vous le conçois bien évidemment ! Sans nul doute, j’avais eu du mal à l’accepter, quand j’en eus connaissance, en même temps je ne m’attendais pas à tant de déclarations, aussi soudaine sur mon enfance, sur mon père et mes origines. En même temps, aussi, ça aurait été mal vu de me dire quand je fus assez grande pour le comprendre, que mon père était en fait le roi d’Angleterre. A y réfléchir ça m’élevait un grade au dessus de mon frère, même si je n’en avais jamais eu le rang pour prétendre à ce titre. Je ne l’avais déjà pas au stade vampire, alors au stade stupide et fragile humaine que j’étais, n’en parlons pas. Si petite, si frêle, oui trop fragile pour survivre à ce monde de brute qu’était le Moyen Âge…

« Peu m’importe de vos opinions. Je comprends parfaitement que des humains veuillent nous tuer, après tout dans toutes les civilisations, imagées ou non, vous aviez en quelque sorte une haine envers toute créature surnaturelle. Je serai discrète également pendant ce mariage, toute l’attention ne sera pas sur moi, mais plutôt sur mon frère et sa future femme, ou sur ma mère et mon futur beau-père, si je puis me permettre de le nommer ainsi. »

Bizarre d’un coup de nommer mon roi, par beau-père, je ne savais pas si ça prenait un réel sens, mais une chose de sure, c’était désormais la place qu’il prendrait au sein de ma famille. Pour le meilleur et pour le pire on dit, quand on hérite de la fille Raybrandt je vous avouerai que c’était rarement pour le meilleur d’après ma mère. Après tout, je n’avais jamais été une fille modèle, ni manipulatrice, ni aussi intelligente qu’elle, je n’avais hérité que de sa beauté disait-on. Son caractère dans le mien restait encore grandement à forger pour être franche avec vous tous.

« Pour être honnête, ses ordres sont respectés à la lettre, et le moindre faux pas est sévèrement puni, tout ira comme sur des roulettes. »
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Rise [Livre 1 - Terminé]   Jeu 13 Oct - 14:47

    Je pensais commencer à bien cerner Morgane Raybrandt, du moins c’est ce que je pensais. Elle me paraissait se défendant de toute arrière pensée, peut être pas aussi vénale que sa mère. Après, je continuais de nourrir une forte méfiance à son encontre ; les chiens (en l’occurrence, les chiennes) ne font pas des chats. Morgane, à un niveau ou à un autre, me trahira elle aussi, me manipulera, ou m’utilisera. Cela semblait être une règle universelle chez les vampires. Après tout, on pouvait imaginer que vivre potentiellement des siècles ou des millénaires les rendait facilement tentés par le pouvoir et rongés par l’ambition, car sans ce sens donné à leur sorte de vie, comment les vampires pourraient accepter ce destin tragique de ne pouvoir se lier à qui que ce soit d’autre que leurs congénères. J’avais même rencontré des vampires devenus fous. A la limite, ceux qui faisaient des plans et complotaient pour la chute de l’espèce humaine étaient moins dangereux, car on pouvait aisément les reconnaître et les identifier. Les autres, les fous, les solitaires, des tueurs quasiment primitifs, sujets à les plus basses et malsaines pulsions, étaient des monstres cachés, des tueurs en série ne sortant que la nuit, et cachés. J’en avais tué plusieurs. Un rescapé de l’avènement de l’industrie qui avait pris les masses ouvrières de l’époque pur du bétail, massacrant chaque jour depuis. Une de mes premières missions au sein de l’Eglise Humains Contre Vampires. Sa mort avait été propre et nette, beaucoup plus que ne l’avait été son existence jusque là. Un rapide coup de lame filigranée d’argent, et c’était fini. Je me souviens encore de la satisfaction sauvage que j’avais ressentie alors que les restes du vampires retombaient au sol après que son corps ne se soit désintégré, comme chez tout nocturne rouge au moment de leur mort. Morgane m’expliqua qu’en quelque sorte, de tous temps les vampires avaient été haïs. Je me demandais bien pourquoi.


    | On ne récolte que ce que l’on sème, toujours. |


    J’étais bien placé pour le savoir. On ne pouvait prétendre vivre heureux une existence entière sans morfler un jour ou l’autre. Quand on avait trop de bonheur en ce monde, on recevait le plus souvent un violent retour de baton en pleine figure. Je haïssais le destin, mais je n’avais pas le choix que de m’y plier. Morgane parla de sa belle sœur et de son frère, je m’efforçais de rester de marbre. Par contre, la perspective de voir enfin le roi des vampires était une perspective qui m’intéressait, car j’aurais enfin en vue la tête pensante du grand ennemi en visuel, et je saurais un peu mieux qui tirait les ficelles dans le monde de la nuit. Je savais que l’heure passait, et que je ne devais pas rester beaucoup plus longtemps avec la vampire sous peine de la retarder, et de me faire priver de ma dose de sang par ma Maîtresse à son retour. J’étais bien certain d’avoir pu avancer ce soir ; j’en avais su plus sur ma prochaine mission, et surtout je connaissais un peu mieux la propre famille de Krystel, ce qui s’avèrerait toujours bienvenu.


    | Tout ira pour le mieux dans ce cas, il ne se passera rien. |


    Pieux mensonge. Je me détournais de Morgane.


    | Je n’ai qu’assez abusé de votre temps, je dois vous laisser retourner à vos occupations, et moi aux miennes. A bientôt, Miss Raybrandt. |



[HJ : on fera durer le prochain plus longtemps, mais là, avec la mission…]

_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Rise [Livre 1 - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Rise [Livre 1 - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]
» Mission Intrigue "Le Pacte des Loups" [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: Alentours :: Demeure Raybrandt
-
Sauter vers: