AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
The Damned Curse [Livre 1 - Terminé]
MessageSujet: The Damned Curse [Livre 1 - Terminé]   Dim 11 Sep - 0:33

    Il était temps. Ma Mie devait m’attendre au manoir. Oui, elle devait y être. Elle et ma petite humaine, Suzy. Je souris à cette pensée. Je savais que jamais Krystel ne porterait sur une humaine que j’avais marqué de mes crocs. Suzy m’appartenait désormais. Et on ne détruit pas le bien d’un roi immortel. Pourtant, j’étais convaincu que la visite de l’humaine à la vampire devait avoir tourné au vinaigre. Jamais la future reine ne se serait attendue à ce que moi, Augustus King, né sous l’Aigle Romain deux mille ans en arrière, ne s’attache de quelque façon que ce soit à une chose aussi basse et futile qu’une simple humaine. Pourtant, Krystel saurait si elle avait foi en moi que j’aimais je ne serais attaché de la même manière à Suzy qu’à elle. Elle, elle était ma fille. L’extension de mon pouvoir et de mon savoir. Façonnée par le temps et par ma main, ma puissance. Et il faut dire aussi, ma fille vampirique était une beauté à couper le souffle. Et bientôt, elle serait mon épouse, et elle me soutiendrait dans mon accession au pouvoir ultime. Mais pour l’heure, j’allais passer récupérer mon humaine. Parce que je me sentais d’humeur joueuse, je n’avais pas du tout envie de goûter le repos propre aux vampires. Je prenais solidement appui sur le sol, avant d’entamer une course effrénée vers le manoir de ma future consort. J’avais besoin de m’entretenir avec Krystel, mais je ressentais par le lien de paternité qui nous unissait, qu’elle était occupée avec d’autres distractions. Peut être pour soigner sa frustration vis-à-vis de Suzy. Je sentais beaucoup de colère en ma fille. Elle se sentait flouée, même. Je ne ressentais pas spécialement de doute, mais j’étais loin, et le plaisir qu’elle semblait s’acharner à prendre, probablement auprès de sa congrégation d’amants et de maîtresses, brouillait la lisibilité de ses émotions.


    Ce soir, je m’amuserais à mon tour, en ce cas, et je marquerais Suzy officiellement. J’avais encore des choses à découvrir. Déjà, je devais expérimenter la qualité de mes pouvoirs une fois le rituel accompli, car on disait que les vampires accompagnés d’humains qu’ils avaient marqué étaient plus puissants, plus forts, plus rapides, et aussi plus résistants. Je me demandais si mon insensibilité à l’argent et à la lumière du soleil connaîtrait des extensions. Perdre du pouvoir, cela n’était apparemment pas possible. J’avais fait beaucoup de recherches. Soit j’en obtiendrais de nouveau, soit les actuels seraient plus puissants. Mais comment rendre plus puissants des pouvoirs déjà si absolus ? Je le découvrirais bien assez vite. Les instants passèrent, lents comme pas possible. Finalement, je me stoppais devant l’entrée du domaine. En marchant, j’achevais ma route, et découvrais la voiture de l’humaine. Ainsi donc, son esprit si faible et corruptible n’avait pas subit de nouvelles altérations, elle était venue jusqu’ici sans ressentir de nouveau l’appel de sa nature d’origine ? Intéressant. Je ne pensais pas que le changement soit déjà inaltérable, mais il me semblait certain que j’avais de plus en plus d’emprise sur l’humaine. J’ouvrais sa portière, et tendais ma main pour qu’elle la prenne.



    | Petite humaine. Je vois que tu en as réchappé en un seul morceau. Dis moi, comment trouves tu ma nouvelle épouse ? J’imagine qu’elle n’a pas dû être enchantée de te voir arriver, mais elle n’en tiendra rigueur qu’à moi, je te le garantis. Que s’est il passé ? |

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The Damned Curse [Livre 1 - Terminé]   Dim 11 Sep - 4:01

Je dormais peu ces derniers jours. Je n’avais pas quitté la voiture, sauf quand je ne pouvais pas faire autrement et pour me rafraîchir au cours d’eau, vivant un peu comme Robinson Crusoe avec les moyens du bord. J’avais épuisé la seule et unique bouteille d’eau que j’avais avec moi, et pour manger je n’avais trouvé que quelques baies. Alors je préservais mes forces au maximum. Trois jours maintenant que j’étais là à attendre le retour de mon roi, mais je resterais ici jusqu’à la fin, quoiqu’il arrive, même si ça doit sonner ma fin. Lorsque je dis que je suis prête à mourir pour mon Maître, ce ne sont pas des paroles dans le vent. Il m’a demandé de l’attendre au Manoir, j’allais donc lui obéir au doigt et à l’œil, comme il se doit.
Ma visite chez la future reine a laissé des traces. Pas vraiment physiques, bien que ma joue soit restée rougie de la gifle magistrale à laquelle j’avais eu droit, mais ça je n’en avais cure. Mais l’impression qu’elle m’avait laissée n’était pas bonne du tout. Je connais les mauvaises langues qui vont dire qu’il s’agit là tout simplement de jalousie, mais je vous arrête tout de suite. D’abord, je connais ma place. Je ne suis qu’une humaine, avec un esprit certes un peu différent. Mais justement, cet esprit est moins ravagé sans doute et me permet de voir les choses avec clarté et oui, je ne suis qu’une humaine. Alors pitié, ne soyons pas ridicules. Et puis je n’en suis pas arrivée à cette conclusion par hasard. J’ai vu le peu d’intérêt qu’elle portait au message que j’avais à lui transmettre, le peu d’intérêt qu’elle portait à une information que j’avais voulu lui apporter et qu’elle a balayé d’un revers de la main, et cette attitude désinvolte avait profondément choqué la personne remplie de servitude pour son roi que je suis.

L’essai n’avait donc pas été transformé, mais peu importe. J’ai délivré le message comme demandé par mon Maître, j’ai obéi au doigt et à l’œil à sa future épouse, comme il le souhaitait. Pour ma part, j’ai fait ce que j’avais à faire, je n’ai strictement rien à me reprocher. Alors voilà, j’attends… j’attends qu’il vienne, encore et encore.
Je me suis assoupie. Je m’en rends compte, car soudain je me réveille, aux aguets. Pourtant aucun bruit, mais je l’ai senti, et je le sens encore, ça grandit au fond de moi. Il approche… Mon roi approche. Mon cœur s’accélère, je scrute les alentours, mais bien sûr sa vitesse me prend par surprise et la portière s’ouvre au moment même où je le distingue enfin. Un sourire éclatant arrive sur mes lèvres comme par automatisme à cette présence tant attendue, et sans hésiter je pose ma main dans la sienne pour m’extirper de la voiture.
Ce contact est divin, je voudrais qu’il dure toujours, mais je refuse d’en profiter. J’ai bien retenue la leçon de notre dernière rencontre, alors je croise les mains sur mon torse et me penche un peu pour le saluer avec respect tandis qu’il m’interroge.



Votre future épouse est magnifique Maître.


C’était bien la seule chose positive que je pensais réellement d’elle. C’est vrai, magnifique elle l’était, personne ne pouvait être assez sot pour le nier.


Comme vous me l’avez demandé, j’ai délivré votre message mot pour mot. J’ai obéi à chacun de ses ordres et pour vous faire honneur je l’ai fait le mieux possible, malgré la difficulté de la tâche.


Boire ce sang avait été une véritable torture. J’en avais encore des torsions d’estomac rien qu’à y penser et je pense bien l’avoir surprise sur ce coup là. Evidemment c’est le genre de chose qu’elle n’avouera jamais, mais j’ai montré une obstination peu commune à obéir, surtout à elle, qui n’était pas ma maîtresse. Peut être qu’elle s’est demandée ce que j’étais capable de faire sur ordre du roi si je parvenais déjà à me dépasser de la sorte pour elle. Enfin, ce ne sont que des suppositions évidemment.


Comme vous pouvez le voir Suzy n’est pas revenue. J’ignore pourquoi, je n’ai rien fait pour l’en empêcher… Peut être est-ce dû à la présence de nombreux immortels à proximité ? Quoiqu’il en soit j’avais peur de ce qu’elle pourrait être capable de faire si elle revenait à la surface alors que j’étais au Manoir. Je me suis donc permise de demander à Madame Raybrandt de me faire attacher, afin de garantir que Suzy ne poserait aucun problème… J’ignore ce que j’ai dit qui a pu la mettre en colère, mais elle a vu là une offense et m’a demandé de quitter sa demeure. Je suis désolée Maître, je ne voulais pas la mettre en colère…
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The Damned Curse [Livre 1 - Terminé]   Dim 11 Sep - 16:13

    Suzy joint ses mains et se penche, pour s’incliner et me saluer par la même occasion. Brave petite humaine. Elle avait retenu ses petits tours. Cela m’avait permis de me rendre compte également qu’apparemment, elle était indemne. Non pas que j’en doutais, mais bon. Avec Krystel, il y a toujours ce risque ténu, cette diablesse savait après tout du pouvoir et de l’ascendant qu’elle avait d’ailleurs sur moi. Inutile de vous préciser qu’elle était après tout ma compagne depuis des siècles. Elle avait bien conscience que cela ne lui donnait pas de privilèges particuliers sur mes possessions ou mes réservoirs de sang, mais elle savait aussi que son statut impliquait théoriquement de n’avoir de comptes à rendre à personne. A moi, tout de même, mais légalement pour les vampires comme pour les hommes, j’allais en faire mon égale. J’anticipais quelque peu le jour où elle s’arrogerait ses prérogatives de façon résolue et définitive. J’aurais les mains moins libres. Mais c’est ainsi que je l’avais éduquée, n’est ce pas ? J’en assumais pleinement les conséquences. Malgré son inconstance, Krystel était le meilleur vampire sous mes ordres, et aussi la plus dévouée. Elle avait giflé mon humaine cependant. Je souris. Je m’étais bien douté qu’elle n’aurait pas été de marbre devant celle qu’elle percevrait immanquablement comme une rivale au niveau de mon emploi du temps, même si je l’imaginais mal assez sotte pour en voir une rivale aux autres niveaux. Alliant comme à mon habitude douceur et sauvagerie, je posais mes doigts sur le menton de Suzy pour le lui relever. Je lui tournais lentement et doucement la tête, pour bien mettre en évidence la trace laissée par la main de ma consort. Même après tout ce temps, on voyait encore vaguement la marque. Elle avait utilisé une partie de sa force de vampire. Je caressais négligemment la peau de l’humaine. Bientôt, elle retrouverait toute sa force, toute sa puissance. Si ténue en comparaison de la mienne. Mais elle gagnerait en importance comme je la marquerais définitivement comme ma possession, ma servante. J’éclate d’un petit rire amusé quand l’humaine me dit que Krystel est magnifique. Elle est sérieuse, j’en conviens, mais je sentais que c’était bien là là seule chose qu’elle avait à dire sur ma future épouse.


    | Je te l’accorde, petite humaine. Je l’ai choisie pour ça et pour ses capacités, aux temps jadis. Sais tu qu’avant même de devenir la reine du royaume des non morts, elle avait failli à l’époque devenir reine tout court de son pays ? Cette époque est révolue depuis longtemps, mais c’est la seule digne d’être à mes côtés pour gouverner ce monde. |


    L’humaine me confirme avoir délivré mon message. Je hoche la tête, ayant bien compté la dessus. Quand elle parle de la complexité de sa tâche, je ris à nouveau. Pas facile pour une humaine telle que Suzy de se faire à l’univers qui est le nôtre. Mais elle apprenait vite, et quand elle verrait que j’étais moi-même capable de bien pire que Krystel, elle réviserait son jugement.


    | J’imagine que tu es arrivée alors qu’elle se délassait avec ses sujets. Que t’as t’elle donc fait ? | demandais je


    J’étais réellement curieux de ce qu’avait pu trouver Krystel pour se venger de l’humaine, et pour soulager sa frustration. La connaissant, cela avait dû passer autant par le sexe que par la violence, avec toutes les exquises nuances de ces deux notions. J’attirais Suzy contre moi, la tirant délicatement de la voiture, sortant les crocs en un petit craquement. De fait, je n’allais lui demander son avis que pour la forme, ma décision étant déjà prise à son sujet.


    | Tu n’as rien fait qui la mette en colère a par exister. Vois tu, ma douce amie aimerais être la seule à avoir l’exclusivité de mon lit, de mes caresses, de mon attention en règle générale. En quelque sorte, ta présence la prive d’un peu de moi, et elle ne peut le supporter. Maintenant Suzy Tannen, parlons un peu de ton destin. Te sens tu prête à te lier avec le roi des vampires ? Je vais te marquer. Te faire mienne. Notre destin seras lié à partir de maintenant, même si la vraie nature remonte à la surface. Tu sentiras ma présence, tu auras une parcelle de ma puissance, tu gagneras en longévité. Et tu satisferas le moindre de mes désirs… |

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The Damned Curse [Livre 1 - Terminé]   Dim 11 Sep - 20:55

Que je l’apprécie ou pas n’avait aucune importance. Je n’étais pas là pour juger, j’étais là pour servir, servir au mieux, et tant que je saurais que j’avais fait mon maximum et même plus, je serais satisfaite. Mais depuis que j’avais débarqué dans ce corps pour servir le roi, je ressentais également un certain besoin de protection. Ce besoin était terriblement exacerbé, je surveillais ses arrières autant que je pouvais, sans même y penser. Pour moi personne n’était digne de confiance, chaque personne était sujette à le trahir, et son infante n’échappait pas à la règle. Evidemment j’espérais que cela ne soit pas le cas, et je ne comptais pas non plus jouer les paranoïaques de service qui chercherait à tous prix la faute. Mais j’aurais les yeux ouverts, c’était pour moi aussi une manière de me rendre utile.
Pour l’instant ce n’est pas vraiment le cas. Je me sens… inutile. Je voudrais en faire plus, là ma première mission aura été de transmettre un message. Je me dis qu’on démarre doucement, mais j’aimerais vraiment montrer à mon Maître à quel point je souhaite le servir. J’ai vraiment essayé de donner la meilleure impression possible. J’ai été polie, j’ai montré mon respect tout du long, j’ai fait tout ce qu’on m’a dit de faire sans broncher et j’ai dépassé mes limites pour le faire de la meilleure façon possible. Autant vous dire que la manière dont les choses se sont terminées sont frustrantes.
Madame a failli devenir reine. Ca ne m’étonne pas que, sans mauvais jeu de mots, elle ait déjà eu les dents longues en tant qu’humaine. Cette femme ne vit que pour le pouvoir et c’est terriblement visible. Sauf que le respect, ça se gagne, ça ne s’achète pas par la peur. Le roi, lui, a gagné le mien. Je sais qu’il est terriblement dangereux, et certainement bien plus qu’elle, mais je le sens plus… Intelligent dans sa dangerosité. Je sais, c’est difficile à expliquer. Il faut aussi compter sur le fait que quand je faisais quelque chose pour le roi, le simple fait de le satisfaire me galvanisait. Ca me faisait oublier tout ce qui pouvait être négatif, toute douleur. Si ce que je faisais servait mon roi, alors je m’appliquais à le faire encore mieux, je m’acharnais contre moi-même pour qu’il soit comblé.

Je me suis donc appliquée à lui expliquer ce qui s’était passé. J’ai essayé de ne pas montrer d’animosité dans mes propos, ça serait déplacé et inutile. Encore une fois on se fiche bien de ce que je pense et de la manière dont j’analyse la situation n’est-ce pas ? Il venait d’examiner avec attention la marque que je portais encore sur la joue, inutile de préciser qu’elle m’avait frappée, je me serais à moi-même fait l’effet d’une gamine rapporteuse si j’avais fait ça. Ca n’avancerait à rien du tout en plus, autant être honnête. Je voulais me montrer forte et déterminée. Je pense sincèrement que ma place à ses côtés, aussi insignifiante soit-elle, se mérite. C’est un véritable honneur qu’il me fait, j’en ai conscience, et je compte bien tout faire pour mériter cet honneur.
Le roi m’attire à lui m’explique que la futur reine éprouve une certaine forme de « jalousie » à mon égard. Voilà bien quelque chose que je n’arrive pas à réaliser. Elle est magnifique, elle est immortelle elle est puissante. Je suis jolie mais sans plus, je suis humaine, faible… il est bien évident que je ne suis ni une menace ni une rivale, ni quoique ce soit d’approchant. Le roi ne m’accorde pas plus de crédit qu’il en accorderait à un jouet, ou à un animal de compagnie. Mais j’oublie bien vite ces considérations. Le roi a sorti les crocs avant de m’attirer à lui, et lui donner mon sang est un plaisir indicible. De plus, il me dit qu’il va me marquer, me faire sienne. Je suis un peu surprise… Ne riez pas, mais quand il m’avait dit qu’il allait me marquer, j’avais eu l’image de ces vaches qu’on marque au fer rouge… C’est idiot, mais j’avais pensé à une marque indélébile sur ma peau qui dirait « attention propriété privée du roi, ne pas toucher »… Vous voyez ? Mais de ce que je comprends, ça ne sera pas ça… Non, je vais paraît-il hériter d’une parcelle de sa puissance et gagner en longévité. Aussitôt un sourire illumine mon visage.



Une parcelle de votre puissance ?


Je n’arrive pas à y croire, et déjà je vois ce que je vais pouvoir faire avec ça. Pas pour moi-même évidemment, ça ne me traverse même pas l’esprit.


Ca voudra dire que je pourrai encore mieux vous servir, vous être plus utile ?


Je devais avoir l’air d’une gamine qui a son premier vélo à Noël… Cette perspective, celle d’être liée à cet être magnifique ne pouvait que me ravir. J’ignore encore quelles seront les limites de tout ça, mais peu importe, ça sera ça de pris. Je me sentais justement bien faible pour aider mon roi au mieux, voilà l’occasion de pouvoir faire mieux. Ma main vient crocheter mes cheveux et je les ramène en arrière, libérant mon cou que je lui offre sans la moindre hésitation.


Satisfaire vos moindres désirs… Je suis née pour ça. Ca sera un honneur de vous servir Maître.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The Damned Curse [Livre 1 - Terminé]   Dim 11 Sep - 22:09

    L’humaine est comme une enfant à qui on aurait donné un nouveau jouet. Son sourire s’illumine, elle fait radieuse. Je sens son cœur battre la chamade. Je vois même ses veines se gonfler au fur et à mesure des battements de l’organe de vie. Elle me demande si je vais réellement lui procurer une parcelle de ma puissance. Je fais un signe de la tête en signe d’affirmation. Je ne savais pas exactement comment cela fonctionnait, mais de nombreux vampires proches de moi l’avaient fait. A commencer par Krystel, qui avait eu son propre humain il y a quelques temps maintenant. Un an, dix ans, cent ans ? Je ne me souviens plus. Quand on vit un millier d’années, on ne se rend plus trop compte. On ne fait plus attention aux existences des autres, sinon de ceux à qui nous sommes réellement liés. C’est ce qui allait bientôt être le cas de la petite humaine. A partir de cet instant, il y aura un lien intangible entre nous. Pas de la même sorte que celui qui me reliait à Krystel, mais un lien tout de même. Je connaissais la théorie, je savais comment faire, mais j’allais d’abord faire comprendre à Suzy les tenants et les aboutissants de ce type de … transformation.


    | Oui. Tu seras plus forte, plus rapide, plus résistante. De même, tout vampire saura que tu m’appartiens. On peut nommer ça puissance également, car c’est sans aucun doute la meilleure des protections. |


    Elle me presse de questions. Je serre un peu plus la prise que j’ai sur son corps, pas assez pour lui faire mal, mais assez pour la faire taire. Je n’attends pas d’elle qu’elle parle. Pas pour le moment. Elle doit écouter, pour le moment.


    | Ca voudra dire que tu devras faire plus attention que jamais. Si tu te blesses ou si tu meurs, j’en subirais moi-même les conséquences. Personne ne doit te toucher. De même, si tu ressens un intense plaisir ou une terreur particulière, je le sentirais aussi. Et toi de même, tu pourras sentir tout ça. Mais j’insiste bien sur la prudence dont tu devras faire preuve. Je ne peux pas mourir de la sorte, mais le moindre faux pas de ta part pourra avoir de fâcheuses conséquences. |


    La jeune femme prend ses cheveux dans sa main et libère son cou, qu’elle me tend. Elle acquiesce. C’est tout ce dont j’ai besoin. Le rituel, lui, se satisfait peu de la bonne volonté de l’humain. Mais pas moi. Je ne veux pas une servante qui ira m’affaiblir pour se venger, ou qui me nuira d’une façon ou d’une autre. J’ai depuis longtemps appris que si la peur de représailles était une motivation suffisante pour m’être loyal, la pleine et totale acceptation de ma domination, de plein gré, était bien plus efficace. Je n’attends pas. Je plonge dans le cou de Suzy, lui murmurant après un baiser brûlant qu’elle adorera ça, autant qu’elle en souffrira. Qu’elle doit se laisser faire, et tendre les bras à la mort. Puis, je la mords violemment. Le sang coule à flots, je me nourris et me sustente, et cela fait naître un désir certain en moi. Puis, j’écorche un peu plus la chair de son cou. Le sang macule nos vêtements, son corps se raidit, son pouls diminue, jusqu’à presque s’arrêter. Je continues de boire, encore et encore, serrant son corps contre le mien. A l’agonie, je profite que son cœur bat encore pour la soulever, la prendre dans mes bras, et courir. J’arrive bien vite dans ma demeure. On me laisse la place. La chambre a été préparée. Je pose le corps blanc comme un linceul sur le grand lit à baldaquin. J’entends son cœur battre avec une langueur de mort. Je presse mon poignet contre mes crocs, je m’entaille la peau. Puis, je me dresse à califourchon sur l’humaine. Je presse ma blessure, faisant couler dans sa bouche que je maintiens ouverte. Elle avale, sans même s’en rendre compte. Son corps ne bat plus. C’est le moment. Je porte mon poignet à ses lèvres, alors que les premières gouttes doivent déjà avoir atteint son organisme. Son cœur reprend. Je sais qu’elle va vivre. Mieux, je sens déjà les prémices du lien. Je laisse le sang couler dans sa gorge un long moment, son corps ne reprenant vie que lentement.


    Elle n’est morte à aucun moment ; elle ne sera pas transformée en vampire, mais elle deviendra bel et bien ma servante humaine. J’agite une petite cloche sur la table de chevet. Des esclaves humaines entrent, me nettoient, nettoient Suzy. Elles la change, lui passant une nuisette de soie, et la bordant dans des draps propres. J’attends son réveil, assis sur le grand fauteuil d’Empire à côté du lit.


    J’attends patiemment qu’elle s’éveille à cette nouvelle vie.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The Damned Curse [Livre 1 - Terminé]   Lun 12 Sep - 11:56

Plus forte, plus rapide, plus résistante... C'est presque trop beau pour être vrai. J'ai des étoiles plein les yeux et suis comblée comme jamais. Secrètement j'avais jalousé les vampires de son entourage, car ils avaient cette puissance qui pouvait leur permettre de lui être utile au mieux. Moi c'était tout ce que je voulais, mettre tout en oeuvre pour lui être utile, faire le maximum et même au delà pour l'aider à atteindre son but. Je ne vivais plus que pour ça, je ne pensais plus qu'à ça, et je n'attendais même pas de récompense en retour, car sa satisfaction était la plus belle et la plus grande de toutes. Alors oui, un instant je les ai jalousés, j'aurais voulu moi aussi être un vampire pour avoir ce pouvoir et l'utiliser au mieux pour le servir.
Parfait petit soldat j'étais devenue, et je doute qu'il y ait dans ses rangs personne, humaine ou immortelle, plus pendue à ses désirs et envieuse de les combler tous. L'esprit qui habite ce corps n'a plus rien d'humain finalement, car l'esprit humain est faible et se laisse attendrir par des émotions qui l'empêchent d'atteindre son but. Pas moi. Je peux tout endurer, je peux tout accepter, je ne demande rien en retour, je suis une machine à exaucer ses voeux. Enfin... J'aimerais bien. Ne plus avoir de limites pour le faire... Pas pour moi, je ne cherche pas de puissance pour moi. Logique, je vis à travers et pour lui désormais.

Bientôt ça sera officiel, bientôt tout le monde saura que je lui appartiens. C'est un honneur, un véritable honneur, et je n'arrive pas à croire que cela soit possible. Mais je crois qu'il l'a compris : je suis motivée, extrêmement motivée. Trop ? Je sens la pression qu'il exerce sur moi et écoute ce qu'il a à me dire. Mes sourcils se froncent. Ainsi si je suis blessée ou si je me fais tuer cela lui portera préjudice ? D'un coup j'imagine que mes blessures, il pourrait les ressentir. Et si je meurs ? Il me rassure, il ne peut pas mourir de la sorte. Cette révélation me soulage énormément et je laisse échapper un soupire de soulagement. Mais j'ai bien compris, je devrai faire doublement attention car si j'ai toujours accepté de souffrir ou de donner ma vie pour arriver à mes fins et le satisfaire, la donne avait maintenant changé.


J'ai compris Maître.


J'ignorais maintenant ce qui m'attendait, quelle était la méthode pour ce "marquage" et pour faire de moi sa servante, mais j'étais prête, c'était tout ce que je voulais. Je tends ma gorge, frissonne à son baiser. Il me donne ses dernières instructions et j'acquiesce d'un léger mouvement de la tête pour lui confirmer que oui, j'accepte la mort s'il le faut. Je lui fais confiance, et je suis prête à souffrir s'il le faut. La récompense est bien trop grande pour que ça me fasse peur.

La morsure est brutale et mon corps se raidit. Je serre la mâchoire, je m'abandonne et ferme les yeux. Mon coeur s'est affolé et le flux sanguin est à son paroxysme, facilitant la manoeuvre. Une douleur vive associée à un bien être époustouflant se prend de moi et je gémis, m'accroche à mon roi. Je n'ai pas crié et je refuse de le faire, toujours je tente de garder ma dignité pour prouver que je suis moins faible qu'il n'y parait. Mes forces m'abandonnent cependant. Je sens mes muscles se détendre, mes membres deviennent lourds, mes jambes cèdent et je ne tiens plus debout que parce qu'il me maintient contre lui. Il me boit, absorbe mon fluide de vie, vie que je sens s'échapper petit à petit. Dans un dernier sursaut, je glisse ma main sur sa nuque et la caresse, puis le noir envahi mes sens. J'ai l'impression de flotter. il n'y a que les ténèbres autour de moi et mon corps est suspendu, il ne ressent plus rien, mon esprit n'a plus conscience de rien du tout. Je suis incapable de bouger, de penser, je reste dans un néant total.

Combien de temps cela dure-t-il ? Je n'en ai pas la moindre idée. Il peut s'être écoulé quelques secondes, quelques minutes, quelques heures ou quelques jours... Et puis je sens des fourmillements dans le bout de mes doigts. Une chaleur étrangement glaciale remonte de mes extrémités et me font petit à petit reprendre conscience de mon corps que je sens à nouveau. Cet état finit par remonter vers ma tête et là j'ouvre soudainement les yeux. Je vois un plafond majestueux, ma respiration est calme et posée, et je reste ainsi quelques secondes à reprendre petit à petit mes esprits. Je sens sa présence et c'est étrange, car je la sens physiquement. Je commence à comprendre la nature de ce lien qui nous unit à nouveau et je me redresse doucement. Je lève une main et l'observe, je me rends compte que je ne la vois plus de la même manière qu'avant. C'est difficile à expliquer... C'est comme si avant je voyais les images comme à travers une télé à tube cathodique et que maintenant je suis passée au LED... Vous voyez ? Sans voir des détails logiquement trop petits pour l'oeil humain, les images sont plus nettes et ces choses auxquelles je ne ferais pas attention en temps habituel me sautent aux yeux. Un pli minuscule au niveau de mes pieds sur des draps impeccablement repassés, un tableau dont l'alignement n'est pas parfait alors qu'il pourrait sembler l'être à première vue à n'importe qui... Je souris, fascinée par cette découverte. J'ai certainement encore bien des choses à découvrir sur ma nouvelle nature, bien des choses à apprendre encore. Peut être devrais-je être guidée pour utiliser au mieux ces nouvelles facultés, je l'ignore pour l'instant.
J'écarte les draps et saute du lit. Le roi est assis à côté dans un fauteuil et je viens me mettre à genoux face à lui.


Merci Maître...
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The Damned Curse [Livre 1 - Terminé]   Lun 12 Sep - 15:47

    Je n’avais pas eu à attendre aussi longtemps qu’escompté. Je pensais bien que mon sang, le plus riche et le plus puissant qui était disponible sur cette terre, allait accélérer grandement le stade de transition de Suzy Tannen. D’ordinaire déjà pleine de volonté, de force et plutôt résistante pour quelqu’un de cette espèce, Suzy semblait récupérer rapidement. A l’intérieur de mon propre corps, je commençais déjà à la sentir aller mieux. Etrange, me direz vous. C’était pourtant le cas. Comme si je le sentais dans mes tripes, ou dans quoi que ce soit d’approchant. Bien évidemment, je pensais de même que la réciproque était vraie chez la jeune femme. Elle commençait à revivre pleinement. Mon corps s’emplit d’une chaleur qui n’était pas là l’instant d’avant ; je découvrais et analysais chaque émotion et chaque sensation que je pouvais sentir dans ma tête comme dans mon corps. Je savais que le processus pouvait prendre des heures, voire des jours avec les plus puissants des vampires. Le temps n’avait pas été très long avant que Suzy et moi ne partagions ce lien. Elle se redressait déjà tandis qu’elle jetait un regard neuf sur le monde. A cet instant précis, je me sentis grisé. Je ne savais pas réellement à quoi cela était dû, mais c’était pourtant le cas. Le lien n’occultait pas celui que j’entretenais avec Krystel, mais je le ressentais pourtant de façon claire et limpide. Ma future femme n’était pourtant pas encore couchée. Cela se pouvait il que je pouvais ressentir les deux liens de façon totalement isolée et séparée ? J’avais craint que je ne pouvais pas ressentir les deux à la fois. J’avais imaginé que ‘lun brouillerait l’autre, ou que je devrais me concentrer sur l’un des deux pour le ressentir. Ce n’était pas le cas, de toute évidence. J’en étais ravi ; moins il y aurait de désavantages et plus je serais heureux de mon côté.


    Suzy finit de prendre conscience de son corps, sortit du lit et vint s’agenouiller devant moi. Elle me remercia. Je me levais de mon fauteuil, et posais ma main sur le dessus de sa tête, en signe et gage de la proximité que je ressentais désormais avec elle, et pour elle.



    | Tu es désormais mienne. Pour cet instant et aussi longtemps que dureront nos vies. Relèves toi. |


    Je l’embrassais doucement sur le front, puis sur les lèvres. Prenant sa main, je la guidais vers le lit, et l’y fit s’asseoir à mes côtés, gardant sa main dans la mienne. N’y voyez aucune délicatesse : je craignais que le manque de son propre sang dans son corps la rende plus faible. Pour l’instant, cela ne semblait pas être le cas. Je la regardais d’un regard nouveau, comme si c’était la première fois que je al voyais, et que j’y remarquais quelque chose digne d’un certain intérêt. Je passais mon autre main sous la nuisette de soie que mes servantes avaient enfilé à la jeune femme. La caresse sur son corps fit naître en moi de nouvelles sensations. C’était étrange. Jusqu’où ces changements iraient ils ?


    | Je dois te parler désormais de ceux qui m’entourent. Pour te mettre en garde. Notre code et notre éthique en tant que vampires impliquent que tu ne te comporteras pas de la meme façon avec mes semblables, selon leur rang dans la société. D’abord, il y a ma reine et ses pommes de sang. Tu dois déférence et respect à ma future épouse, obéir à ses ordres, et ne jamais approcher d’elle à moins de deux longueurs de bras, à moins qu’elle n’en prenne l’initiative. Tu es cependant d’un rang équivalent à celui de ses serviteurs et pommes de sangs humains, tu peux de même te permettre de fraterniser avec eux. En ce qui concerne les autres strates ; tu devras traiter et être traitée avec respect par tous mes subordonnés directs : shérifs, grands maîtres, pour l’essentiel. Une longueur avec eux, et leurs suivants humains même chose. Par contre, tu ne dois pas te mêler aux vampires et humains possédés, de plus basse extraction. Le cas échéant, tu peux être amenée à discuter avec eux, mais ils ne doivent pas s’approcher ni te toucher. |


    Je l’embrassais dans le cou, à l’endroit où commençait à disparaître la cicatrice de la plaie que ‘jy avais faite un peu plus tôt. Passant mes deux mains sous le mince tissu, je palpais et caressais son corps.


    | En tant que mon humaine, tu as des droits et des devoirs. Tout vampire ou humain te manquant de respect s’expose à mon hire, car tu es ma représentante, mon reflet, en quelque sorte. Tu habiteras d’ailleurs ici, et tu peux arranger cette chambre à ton goût. Tu as le droit de demander ma présence auprès des serviteurs de la maisonnée, mais je ne peux pas toujours me rendre disponible. Tu comprendras que j’ai des obligations. Obligations que tu partageras avec le temps. De même, nous pouvons parler de ton rôle dans le mariage qui s’annonce… |

    Je l’embrassais, dans le cou et sur la bouche. Il était toujours temps de parler plus tard.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The Damned Curse [Livre 1 - Terminé]   Mar 13 Sep - 0:29

J'étais différente. Je me sentais différente au plus profond de mes entrailles. Quelque chose de merveilleux coulait en moi, et je crois que j'ai réellement trouvé ma place. C'était ce que je devais être, depuis le départ, et chaque pas de l'existence de Suzy l'a amenée à cette rencontre, à ma naissance, à cet accomplissement. J'étais remplie de gratitude, tellement heureuse qu'il m'ait accordé cet honneur ! J'ignorais totalement ce que l'avenir me réservait, mais finalement ça se résumait à une chose simple : servir mon roi. Je me sentais réellement plus forte pour le faire. Ce que je ressentais était étrange, difficilement explicable avec des mots. J'avais l'impression que mes gestes étaient plus fluides, et quand je me suis levée, mon corps me semblait plus léger. Je ressentais également un meilleur équilibre, une plus grande souplesse, j'avais plus confiance en moi que jamais.
Ces changements étaient incroyablement bénéfiques. J'étais toujours moi, mais en amélioré. Il n'avait pas eu besoin de procéder à ce rituel pour que je commence à changer. Suzy avait été différente dès l'issue de la première rencontre. Il avait cependant fallu la seconde pour que cela se vérifie. Je suis là, à sa place depuis lors, et je crois que j'ai maintenant le corps qui va avec l'esprit... Le corps d'une servante royale. Si je ne me sens pas encore digne de cet honneur, je sais que dorénavant tous mes actes tendront vers ce but. Inutile de le lui dire, il le sait.

D'ailleurs mon apprentissage va commencer. Il démarre dans la proximité, le roi me reconduit sur le lit presque comme s'il pensait que je pouvais faire un malaise. C'était étrange de le voir comme ça, mais bien moins étrange encore que la manière dont je le ressentais. Quand il a dit que j'étais sienne, je savais que ce n'était pas qu'une formule. J'étais... Comme un prolongement, comme si des fils invisibles nous reliaient et laissaient passer des émotions, des ressentis. C'était fabuleux d'expérimenter ça.
Je laisse ma main dans la sienne, ancre mes yeux dans les siens lorsqu'il passe sa main sous la soie de la nuisette qui m'a été passée. Le ressenti est définitivement extraordinaire. Je ferme les yeux une seconde, tente de réfréner les frissons qui s'emparent de moi, les rouvre dès qu'il se met à parler.

J'écoutais avec attention les codes qui régissaient mon nouveau monde. J'avais soif d'apprendre, je prenais ça très au sérieux. J'ignore comment je faisais pour me concentrer si bien sur ce qu'il me disait alors que sa main courait sur moi de la sorte... Sans doute une nouvelle capacité. un simple contact avait le don de me chavirer mais là... Là c'était une torture... Et pourtant il avait toute mon attention. Je déglutissais avec difficulté alors qu'il posait ses lèvres fraiches sur mon cou.



C'est compris Maître...


Il n'en avait pas fini de ses explications et cette fois il m'expliquait quels étaient mes droits et mes devoirs. Je me demandais quelles obligations je pourrais partager avec lui, y voyant déjà une nouvelle façon de me rendre utile pour lui.


Je ferai tout mon possible pour vous aider à organiser cet événement fastueux Maître...


J'avais à peine murmuré. Comment voulez-vous que je reste insensible quand sa bouche parcourait ma peau ? J'avais appris à me montrer soumise et à ne rien faire sans son accord. Je suivais le rythme imposé par sa langue à la mienne alors que mon coeur battait la chamade. Je me sentais traversée d'une nouvelle force, d'une nouvelle énergie, comme si l'union de nos corps me les apportait, les décuplaient. Mes sens s'affolaient, et quand le baiser a été rompu, j'ai osé... J'ai osé demander.


Me permettez-vous Maître ?


Ne jamais le toucher sans le lui demander auparavant, ne jamais faire preuve d'initiative, j'avais bien retenu la leçon. J'essayais de retenir toutes celles qu'il me donnait pour qu'il n'ait jamais à se répéter. J'attendais alors son approbation avant de bouger et de venir me placer à califourchon sur lui. Mes mains ont encadré son beau visage et j'ai repris ses lèvres. Je me faisais à la fois douce et sensuelle, m'imprégnant de cette partie de lui qui pouvait me rendre plus femme que jamais. Doucement, j'ai glissé mes mains sous sa chemise, remontant lentement sur ses flancs. On avait encore des choses à se dire, j'avais encore des choses à apprendre... Mais en cet instant, je me disais qu'on avait le temps pour ça, nous avions d'autres choses à explorer.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The Damned Curse [Livre 1 - Terminé]   Mar 13 Sep - 16:45

    Je sens le désir et le plaisir que provoquent mes caresses chez la jeune femme. L’humaine se tend imperceptiblement vers moi, tandis que je sens sa chair de poule s’ériger sur sa peau alors que de nouvelles sensations s’éveillent à ses sens. Je continuais bien entendu de faire son éducation de servante vampire, mais il y avait tant à dire, alors qu’il restait tellement de choses que nous n’avions pas explorées. Je savais que je pouvais tout dire ou tout faire. Je ne le faisais pas. Chaque chose en son temps. Quand on a déjà un demi-millénaire d’existence, on apprend en tant que vampire que la patience est une qualité primordiale en plus d’une simple vertu. Et quand on approche réellement des deux millénaires pleins et entiers, il est aisé désormais d’attendre des décennies qu’un évènement quelconque se produise. Je ne mettais donc pas la charrue avant les bœufs. J’attendais. Je savais attendre. J’avais déjà œuvré des siècles durant pour accaparer le pouvoir qui était le mien aujourd’hui. Je pouvais bien attendre quelques fugaces instants pour terminer l’éducation de mon humaine. Celle-ci comprenait vite ; je n’avais pas encore pu être déçu du niveau de ses capacités, dans le sens où elle n’avait jamais commis jusque là le moindre faux pas devant témoins. Et devant moi, je n’en avais pas réellement le souvenir. A moins ses quelques rebuffades d’humaine, que j’avais vite étouffées et rendu ineptes. Suzy me dit qu’elle fera tout pour organiser le fastueux mariage. Enfin, pour m’aider à l’organiser. J’avais surtout besoin d’elle pour faire bonne figure, à vrai dire, mais aussi pour organiser la maisonnée pour la lune de miel. Elle mieux que tous mes autres serviteurs serait à même de connaître mes attentes. Et elle était la seule qui avait l’autorisation de parler à la reine. Je voulais aussi qu’elle aie une place de choix dans les festivités, et apparaîtrait aux yeux du monde entier comme la proche amie du roi des vampires. Alors que je l’embrasse, je m’interrompt pour lui souffler à l’oreille.


    | Si tu me satisfais, je ferais en sorte que tu puisses profiter de toutes les sensations que tu sentiras à travers moi durant la lune de miel, avec un autre humain. |


    Un roi récompense ses loyaux sujets. En ce qui concernait Suzy, en tant que suivante du roi, elle pouvait disposer d’à peu près tout. Hommes, femmes, richesses, tenues et objets de luxe, une place au dessus de bien d’autres dans la société… Elle resterait malgré tout notre inférieure, une humaine, mais elle était désormais au dessus de la fange qui constituait son peuple servile. Alors, elle répond à mes baisers. Cela enflamme mes vieux sens de vampire. Seule Krystel arrivait à éveiller quelque chose en moi, et même si ce n’est absolument pas la même chose avec l’humaine, je profite de la différence entre les deux femmes. Celle-ci me demande même si elle peut se permettre de se laisser aller, si je comprends bien le sous entendu qui est fait. Krystel se serait contentée de me mordre et de prendre les rênes. Le changement faisait du bien. Il ne supplantait pas la version originale en quelque sorte, mais il était tout aussi vivifiant. Je l’embrasse à nouveau.


    | Fais, et découvres. |


    Suzy grimpe sur moi, se met à califourchon sur mes jambes. Elle m’embrasse et me touche le visage. Elle évoque une amante en quête de découvertes par ces petits gestes simples. Elle m’embrasse, elle passe ses mains sous ma chemise. Ses caresses éveillent en mi un désir irrépressible. Je goûte à ses lèvres, les lui écorchant doucement avec mes canines. Je me redresse, collant mon torse contre la poitrine. Mes mains se placent sur ses cuisses, encadrent un moment son bassin, pour remonter la nuisette en même temps que je remonte sur son corps. Je découvre sa poitrine nue. Je l’embrasse, la caresse. Avant de lui retirer son unique vêtement.


    | Voyons ensemble jusqu’où tout cela va nous mener… |


    [i]je parlais du lien qui unissait la servante humaine à son maître vampire…


    [HJ : suite en hide ?]

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The Damned Curse [Livre 1 - Terminé]   Mar 13 Sep - 21:56

Les choses ont changé. Pas radicalement, et ne vous en faites pas, je conçois très bien que ça soit infime... Mais les choses ont changé. Je le sens, dans mon corps, dans son attitude et dans son regard. Je reste une humaine, mais je suis une humaine à part désormais, et nous sommes liés. J'aime cette sensation... La partie la plus effrayante est que si je suis blessée, il le ressentira et ça l'affaiblira. Il va falloir que je redouble de prudence, mais je sais déjà que mon instinct me guide. Il le fait depuis le départ de cette aventure, et j'espère que mes nouvelles facultés me rendront encore meilleures à cela.
Devenir meilleure, en tout, c'est un but que je compte atteindre. Pas à pas, petit à petit, je vais apprendre pour devenir la parfaite servante qu'il attende que je sois. il sait à quel point c'est important pour moi, j'espère commettre le moins d'erreurs possibles. J'ai déjà appris un peu à ses côtés, même si finalement, mon immersion dans ce monde est bien récent ! Quelle expérience ais-je ? Notre première rencontre a été assez... Bouleversante, je n'étais pas vraiment là. Puis il y a eu la seconde, assez courte, mais où nous avons pu discuter du phénomène qui se passait en moi. Ce n'est que la troisième fois que je vois mon roi. Le si peu de temps passé à ses côtés aura fini par me rendre totalement soumise à lui, soumise au point d'en développer une forme de fanatisme. Je crois qu'on appelle ça comme ça quand l'existence de l'autre prévaut sur la vôtre et que vous êtes prête à subir les pires choses dans le seul but de le satisfaire.
Mais j'utilise le mien à bon escient. Il me donne une force qui, déjà humaine, était inhabituelle. On parle bien là de force mentale, mais elle pousse votre corps à accepter des choses qui auraient pu le briser sans ça. Je veux donc voir jusqu'où je peux aller dans cet apprentissage.



Vous ne souhaitez donc pas une servante qui aura vos seuls honneurs et ne se réservera que pour vous ?


Pour tout dire, et même si c'est idiot, même s'il me donnait sa permission, j'aurais presque l'impression de lui être déloyale. Je n'appartiens qu'à lui et à lui seul, je considère que c'est corps et âme. Si je devais partager le lit d'un homme dans un but bien précis qui servirait mon Maître, les choses seraient différentes. Mais le faire pour mon propre plaisir ? De toute façon qu'importe mon plaisir, je ne suis pas là pour ça. pour l'instant je préfère me concentrer sur l'instant présent. Je découvre de nouvelles sensations, j'ai envie d'en découvrir d'autres. Le consentement donné je me laisse donc aller à mes envies.
Je me fais douce, car j'ai envie de l'explorer, de nous faire languir un peu pour que la suite n'en soit que plus intense.



avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The Damned Curse [Livre 1 - Terminé]   Mer 14 Sep - 22:19

    Suzy me posa alors une question, alors que nous étions en train de nous redécouvrir mutuellement. Je m’interrompais un instant, alors qu’elle me demandait si je n’exigeais pas d’elle l’exclusivité. Je souris. Elle semblait un peu inquiète, ou en tous cas en proie à un certain doute. Elle était de toute évidence pleine d’attentes. Pas forcément à mon endroit, mais directement au sien. Elle semblait croire que la vie chez les vampires impliquait un certain degré de confiance, de respect, et d’exclusivité sexuelle. Je n’étais pas de cet avis. J’avais connu Rome à la période de sa gloire, et la frivolité était à l’ordre du jour bien avant l’invention du libertinage, un millénaire et demi plus tard. Les vampires n’avaient jamais été les plus friands en matière de bonnes mœurs, c’était un fait. Et en tant que le plus ancien d’entre eux, je n’étais pas le plus catégorique des vampires non plus, loin de là. Je caressais un instant le visage de Suzy, de sorte à lui laisser une marque de sensualité, une traînée brûlante, qui partirait de son cuir chevelu à la base de son cou. Non, je n’exigeais rien de tel de ma servante humaine, et pour des raisons plutôt terre à terre cela dit.


    | Je veux une servante humaine qui me rende plus puissant, qui m’obéisse et qui me fasse honneur. Je ne peux t’imposer l’exclusivité. Déjà, je serais marié de mon côté, et je viens d’une culture où la fidélité n’était qu’une option pour bien des gens. Je n’exige rien de mes serviteurs que je ne saurais accomplir moi-même. En sus, je ne te donnerais qu’à l’occasion mes faveurs, que ce soit mon sang, ou mon corps. Car mes obligations de monarque font qu’il risque d’y avoir des périodes sans que l’on puisse se voir ou prendre ce temps là ensemble. Et toi, en tant qu’humaine, tu seras taraudée par tes désirs. |


    Passage sous hide




avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The Damned Curse [Livre 1 - Terminé]   Mer 14 Sep - 23:55

Je ne me voyais pas du tout avoir de désir pour un autre. C'est idiot, mais mon corps ne désire que ce qui le concerne lui. Comme si j'étais devenue une machine, plus vraiment humaine, programmée pour servir et en aucun cas penser à elle-même. J'avais juste envie de le combler, et pas que sexuellement parlant évidemment. Non, dans tous les domaines, le rendre heureux de sa servante, qu'il n'ait jamais à regretter ce cadeau qu'il m'a fait. Je pensais aux missions qu'il allait me confier, aux services que je pourrais lui rendre, aux ordres auxquels je pourrais obéir... Certainement pas aux hommes que je pourrais avoir si je le souhaitais, aux richesses auxquelles j'avais accès et qui ne m'intéressaient nullement. J'aurais une mise impeccable, je ferai de mon mieux pour rivaliser d'élégance avec les plus belles parce que je ne suis plus n'importe qui. Je suis la servante du roi et je dois lui faire honneur. Mais je le ferai pour lui, pas pour moi.
Est-ce que ça vient de cette nouvelle nature qui est la mienne ? Je ne crois pas, j'étais déjà comme ça avant, depuis que je me suis éveillée dans ce corps de petite femme sans intérêt.

Mais nous verrons bien. Je ne comptais en aucun cas me rebeller. S'il souhaitait que je voie d'autres hommes je le ferai... Je ferai tout ce qu'il me demandera. Je crois qu'il ne s'agit nullement de fidélité ici. Je n'ai simplement pas envie que mon corps soit souillé alors que le sacré me prendra. Drôle de notion, je sais, mais c'est celle que j'ai en moi pour l'instant.
Les débats n'ont pas à être ouverts. Je fonds littéralement sous l'envie que je sens en lui et il m'est totalement impossible de résister plus longtemps. Oui, nous allons explorer, et nous allons apprendre... Ensemble si j'ai bien compris... Je crois qu'il n'a jamais eu de servante humaine. C'est d'autant plus excitant.



avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The Damned Curse [Livre 1 - Terminé]   Sam 17 Sep - 15:23

[HJ : rp sous hide]



avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The Damned Curse [Livre 1 - Terminé]   Sam 17 Sep - 18:07


avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The Damned Curse [Livre 1 - Terminé]   Dim 18 Sep - 13:37


avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The Damned Curse [Livre 1 - Terminé]   Dim 18 Sep - 19:50


avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The Damned Curse [Livre 1 - Terminé]   Mar 20 Sep - 18:23


avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The Damned Curse [Livre 1 - Terminé]   Mar 20 Sep - 21:29

J’ai une théorie qui peut paraître, au premier abord, un peu tirée par les cheveux. Pourtant, ça fait un moment que j’y pense, j’ai eu largement le temps de le faire dans la voiture en l’attendant. Difficile d’expliquer, alors essayez de suivre mon raisonnement d’accord ? Et si le roi avait créé une autre créature ? Je veux dire… Déjà avant d’avoir fait de moi sa servante ? Une créature différente d’une infante, mais qui découle aussi de lui ? Pour créer un infant, il y a tout un processus de transformation dont le vampire était l’investigateur. La créature née de ce processus était un vampire. Et si, lorsque le roi a hypnotisé Suzy, il avait créé un esprit ? Moi en somme… Je me suis toujours sentie étrangère dans ce corps. C’était le corps de Suzy, et je ne me connais pas d’existence précédent sa rencontre avec le roi. Suzy, je ne la ressentais plus, et ce puis un bon moment maintenant… J’avais pris sa place dans son corps, qui finalement, il me servait de support, et j’étais de plus en plus persuadée qu’en ce sens, il est à l’origine d’une nouvelle forme de création.

Oserais-je évoquer avec lui cette théorie un jour ? Peut être, s’il me questionne à nouveau. Je n’ai pas forcément envie de passer pour la loufoque de service voyez-vous ? J’ignore si cette possibilité va l’intéresser ou s’il va se montrer agacé par la bêtise dont je fais preuve.
Pourtant cette « explication » viendrait à bout de nombreuses interrogations, comme le fait que j’ai été irrémédiablement attirée quand il est apparu à nouveau, j’ai trouvé assez de force pour prendre le pas sur l’esprit de Suzy et le supplanter. Cette dévotion que j’ai pour lui aussi, comme s’il était seul au monde pour moi, rien ne compte plus, tout mon être tend à le servir et même, vous pouvez rire, à le protéger. C’était tellement fort… Combien de fois n’a-t-il pas utilisé ce don qu’ont les vampires d’hypnotiser les humains ? Certainement des centaines, des milliers de fois. Pourtant, c’est la première fois qu’il voyait l’émergence d’une nouvelle personnalité. N’est-ce pas troublant ? Pour moi il devait y avoir une explication à tout ça, même si cette théorique que j’avais fini par échafauder me donnait un peu l’impression d’être une extraterrestre… Suis-je vraiment unique de par ce fait ? De même, ce que nous venons de partager à l’instant et qui était d’une puissance, d’une profondeur hors de tout ce qui peut être imaginable… pourrait-il le partager avec une autre esclave qui n’aurait pas ma particularité ? Tant de questions qui, sans doute, resteront à jamais sans réponse.

Mais il y en avait certaines dont je voulais lui parler. La tempête s’était déchaînée dans nos corps, et je m’étais promise que quand j’en aurais l’occasion, je lui parlerais de ce qui pouvait me tracasser. Des faits importants, en tout cas à mon sens. L’un qui me suivait depuis que le l’avais quitté la dernière fois, mais également un autre qui venait de naître il y a peu, avec ce qu’il m’avait expliqué de nos liens. Je pense que c’est le moment de poser les questions qui m’inquiètent non ? Bien sûr je lui demanderai l’autorisation avant, cela va sans dire.
Nous nous retrouvons allongés sur le lit, après un dernier baiser, et je me couche sur le côté pour pouvoir regarder mon Maître, souriant à ses paroles.



Est-il utile de vous dire que ça sera avec plaisir ?


Bien sûr que non. J’étais moi aussi impatiente de voir si les choses seraient évolutives ou pas, quoique j’avais du mal à imaginer que cela pouvait encore évoluer. Je le pensais aussi avant de devenir sa servante humaine pourtant, donc… La porte était ouverte.
Mon sourire laissait place à un air plus concerné.



Maître… Il y a deux points importants dont j’aimerais parler avec vous… Puis-je ?


Je me redressais un peu et me mettais sur mon coude.


La première chose… C’est que vous avez dit que ma mort allait vous affaiblir. Pourtant je suis humaine et même si votre sang coulant dans mes veines me permettra de vivre plus longtemps si personne ne met un terme prématurément à mon existence, il arrivera bien un jour où je disparaîtrait… Ca m’inquiète. Ne faudra-t-il pas envisager de décider du meilleur moment ?


Un moment où il pourrait se mettre à l’abri le temps que ses forces reviennent par exemple. En aucun cas je ne voulais qu’il soit pris par surprise et non préparé. C’est drôle… A peine née j’envisage déjà de programmer ma mort…


Ensuite, une chose dont j’ai parlé à la reine mais elle n’a pas semblé y prendre attention. Sans doute a-t-elle raison et n’est-ce pas important mais je sens que je dois vous le dire, j’ignore pourquoi… connaissez-vous un certain Torben Badenov ?...
Suzy l’a rencontré par hasard un peu avant votre rencontre. Panne de voiture, elle attendait un taxi assise à la table d’un café bondé et il est venu s’installer face à elle. Elle a vite compris qu’il haïssait les vampires, mais le jour où vous m’avez demandé de me rendre à la demeure Raybrandt, je suis passée chez Suzy pour récupérer des affaires. J’ai mis un mot à Hugh pour qu’il pense que Suzy le quittait, et alors que j’allais partir, on a frappé à la porte. C’était lui. Il était armé… Il s’est montré très pressant, il voulait voir Hugh, voulait savoir quels étaient ses liens avec les vampires, quels étaient les miens… Je lui ai vendu la salade de la pauvre fille qui venait d’apprendre que son mari la trompait avec une vampire, que ça me rendait malade, que je n’arrivais pas à accepter ça… Je lui ai même dit que Hugh avait mis malgré moi du V dans mon thé , au cas où il remarquerait par mes pupilles que j’avais absorbé du sang de vampire, vu que je venais de boire le vôtre… Ca l’a convaincu. Il m’a dit que je pouvais partir, qu’il allait attendre Hugh chez nous. Il a jouté que je ne devais parler de sa présence chez les Tannen à personne, sinon je le regretterais amèrement…

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The Damned Curse [Livre 1 - Terminé]   Mer 21 Sep - 19:46

    Je me sentais sustenté. Pleinement et complétement. Comme si boire son sang m’avait donné une vigueur plus que jamais renouvelée. Comme si j’avais eu la chance de boire le sang d’une personnalité particulièrement puissante, porteuse d’une force inouïe, encore jamais vue au cours de ma longue existence. Me nourrir avait été fait de façons multiples ; j’avais eu la chance de me retrouver les batteries chargées à fond alors que je me rends compte que le sexe m’a aussi donné une force accrue, comme si le rapprochement de nos corps et de nos esprits m’était bénéfique. J’avais une agréable sensation de puissance qui me parcourait le corps tout entier. C’était terriblement agréable bien sûr, et je consens à regarder mon esclave, que dis je, ma servante humaine, alors qu’elle me dit que nos prochaines entrevues se feraient avec son accord, et son fervent assentiment. De toute évidence, elle était plus que jamais mienne, ce qui rajoutait encore un peu plus de bénéfices à ce que j’avais fait ce soir. La faire servante, pliée à ma volonté, avait été quelque chose de foncièrement avantageux, bien que j’étais certain qu’il y avait des effets indésirables que je n’avais pas encore pu identifier. Tout viendrait avec le temps, mais pour l’heure, je me satisfaisais de ce que j’avais pu conquérir comme avantages.


    | Non, de toute manière, je ne vous laisse pas le choix. |


    Elle me demanda ma permission en ce qui concernait le fait d’aborder des points qui de toute évidence la tracassaient. Je sentais son désarroi, comme une gêne dont elle n’arrivait pas à se débarrasser. J’acquiesçais silencieusement qu’elle puisse me dire ce dont il s’agissait. Je devais tout savoir, pour continuer de disposer d’un pouvoir quasi absolu sur toutes choses. En tout premier lieu, j’eus du mal à comprendre où voulait en venir l’humaine. Je me doutais finalement de la finalité de ce qu’elle voulait mais je n’arrivais pas à me résoudre à ce qu’elle disait. En tant que vampire bientôt deux fois millénaires, il me semblait difficile de mettre fin à mes jours, sans parler du fait que je n’en avais pas du tout envie. Ce qui jouait aussi, forcément.


    | Il n’y a pas de meilleur moment, bien qu’il y en ai des pires. Théoriquement, je suis invulnérable. La morsure des rayons du soleil n’a pas la moindre prise sur moi. Je peux aller et venir en plein jour sans prendre feu. L’argent ne me fait rien. J’imagine que si on me coupe la tête, je suis tué, comme tout vampire. Mais je ne vois personne de mortel ou d’immortel qui en soit capable, seul ou en groupe. Après, je sais qu’il existe de biens ténébreux pouvoirs en ce monde, contre lesquels je ne peux pas grand-chose. Et ta présence ne change rien pour ces némésis. |


    Ensuite, elle me parla de Torben badenov. J’étais bien sûr au courant. Suzy me raconta l’histoire de sa rencontre avec l’homme. Elle me dit qu’elle l’avait rencontré lors d’une pane d’essence, dans un café où elle s’est installée face à lui. Ils auraient discuté. J’en déduisais immédiatement que c’était du tout où l’esprit de ma servante ne faisait partie que d’une seule entité. Elle me raconta ensuite ce qu’il s’était passé lorsque Suzy était devenue ma possession. Elle me dit que le russe était arrivé en furie et armé à la recherche du mari de madame Tannen. Il l’avait questionnée et était partie, alors qu’elle avait parfaitement joué son rôle. Elle me mettit en garde. Je gardais un bon moment le silence. Bien sûr, j’étais au courant de ce qu’il s’était passé ces derniers jours. J’avais des yeux et des oreilles partout. Plus encore dans la demeure de celle qui deviendrait bientôt mon épouse. Je prenais finalement la parole.


    | Cela ne m’étonne guère. Krystel l’a pris comme esclave. Je ne sais exactement ce qu’elle lui fait ou pourquoi elle l’a pris. Il est dangereux, Suzy. Il est membre de l’Eglise Humains Contre Vampires. Je ne crains rien de lui, mais il fera du mal aux nôtres s’il lui est possible. Je pense que sa capture a à voir avec ta propre venue dans ma couche. Krystel me rend la pareille en prenant un humain proche d’elle, qu’elle compte manipuler comme un de ses pions. Grand bien lui fasse, même si j’imagine qu’une fois éduqué, il habitera ici avec sa maîtresse. Krystel lui trouvera une utilité, et je me doute déjà de savoir laquelle. N’aies crainte, humaine. Je ne pense pas que tu risques quoi que ce soit de lui. Ni moi. |

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The Damned Curse [Livre 1 - Terminé]   Mer 21 Sep - 22:14

Je découvre un nouveau monde, un monde qui est pourtant le mien depuis toujours. Mon destin est là, je le sais, je le découvre d’autant mieux aujourd’hui. Il est impossible de décrire ce qui vient de se passer dans cette chambre. On est loin du simple acte sexuel, du simple don de sang d’une servante à son maître. Difficile cependant de mettre des mots sur quelque chose qui, j’en suis certaine, n’a jamais été expérimenté par quiconque. Aussi fou que cela puisse paraître, je le ressentais maintenant, dans chaque parcelle de mon corps.
Ca devait certainement venir du fait que son sang coulait en moi, visiblement c’est une réaction normale ça par contre, pas comme ce qui s’est passé après qu’il ait hypnotisé Suzy. Et cette réaction, de ce que je comprenais, il la ressentait aussi. Il devait donc connaître mes émotions et savoir que j’étais, pour l’instant, assez troublée. Je ne comptais cependant pas l’obliger à m’écouter s’il ne le souhaitait pas, alors ce n’est qu’après lui avoir demandé la permission que je lui ai parlé des deux choses qui me posaient soucis : Ma mort certaine qui ne manquerait pas d’arriver un jour ou l’autre et le fait que, peut être il vaudrait mieux décider du moment où je mourrais pour que ça se fasse à un moment où il pourrait se préparer, et Torben Badenov.
Le roi ne semblait pas inquiet quant à mon premier problème. Il était bien plus apte à juger que moi, donc dans un sens, ça me rassurait. Si lui pensait que ça ne pourrait pas lui porter préjudice, alors je n’allais plus remettre le sujet sur le tapis et lui faire confiance.

Et puis vint le problème « Badenov ». Ca c’était plus sérieux par contre, et j’ai senti qu’il y réfléchissait avec plus de gravité. Quand il a pris la parole, mes yeux se sont écarquillés. Krystel Raybrandt l’avait pris comme esclave ? Mais elle avait perdu la tête ou quoi ? C’était carrément introduire le loup dans la bergerie, la dernière chose à faire ! Une vengeance… Bon sang j’étais la dévotion incarnée pour le roi, j’étais prête à tout pour lui ! Badenov haïssait les vampires à un point tel que je l’avais rarement vu. Oui, il était dangereux, évidemment qu’il était dangereux, surtout dans un point névralgique comme la demeure Raybrandt où tout se jouait !
Je serrais les dents. J’étais en colère… En colère contre cette mégère de faire une chose aussi insensée ! Qu’elle soit jalouse est une chose, mais qu’elle mette le roi en danger… Ou bien même ses projets ! Non, vraiment c’était insensé.
Je fermais les yeux. Je devais me calmer… Respire Suzy… Ou qui que je sois d’ailleurs… Voilà, je me maîtrisais.



Je ne m’inquiète pas pour moi maître… Quoique si un peu maintenant que je sais que si je suis atteinte vous le ressentez… Mais c’est vrai, je le sens dangereux. Il a dit avoir été attaqué chez lui par des vampires, sa femme a été tuée. C’est un homme blessé qui crie vengeance, prêt à mourir pour ce en quoi il croit.


Je soupirais. Il n’y avait, malheureusement, rien que je puisse faire concrètement vu que la futur reine elle-même avait décidé de le prendre sous son aile et de faire de lui son esclave.



Maître… Sera-t-il au mariage ?


Parce que là… Là c’était vraiment effrayant comme perspective. Et s’il avait décidé d’agir ce jour là ? De tenter le tout pour le tout quitte à faire une folie ? Fou il semblait l’être, je l’avais trouvé changé lors de notre seconde rencontre, il était moins posé, plus dans l’urgence. Et si c’était ça son plan ?
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The Damned Curse [Livre 1 - Terminé]   Jeu 22 Sep - 21:08

    J’étais totalement convaincu de ce que j’avançais. Néanmoins, la réserve et les doutes de Suzy firent rejaillir les miens, alors que je repensais à toutes ces informations que j’avais récemment apprises. Je savais qui plus est que je souffrais dans cette situation d’un grave déficit d’informations viables. Je savais que la capture de Badenov était un geste qui n’avait pas été prémédité, mais je n’en connaissais pas la raison pour autant. C’était déstabilisant, et pour le coup je ne savais trop comment gérer la situation. Bien entendu, je ne ressentais nulle frayeur ni la moindre appréhension devant tout ceci, mais j’étais intrigué. Je me doutais qu’il y avait anguille sous roche. Je savais bien ce que moi je pourrais faire de la capture d’un ennemi, mais Krystel ? Elle me faisait parfois penser à une enfant, cruelle avec ses inférieurs, ces humains. Elle se montrait parfois sadique avec eux, comme cette enfant à qui elle me faisait penser, qui capturait une mouche ou une araignée, pour s’amuser ensuite à leur arracher ailes, pattes, et pour finir par la tête et le corps. Une certaine pulsion perverse et cruelle, mêlée à une curiosité presque irrépressible. Krystel fonctionnait de la sorte avec les humains, en règle générale. Elle les soumettait, les torturait un peu ou les baisait, pas forcément dans cet ordre, puis une fois que le jouet était cassé, elle l’envoyait au fond d’un Loch ou profondément sous la terre retournée d’un sombre bosquet. Alors pourquoi capturer cet ennemi ? On m’avait même soufflé que l’homme avait été aperçu dans le domaine de ma future épouse. Qu’elle lui permettait de sortir, de parler aux autres. Mon esprit avait donc isolé les possibilités. Elle pouvait en avoir fait son amant, pour me rendre la pareille en ce qui concernait Suzy. Ou alors, elle comptait se servir de lui d’une façon nettement moins sensuelle. Et à quoi était donc doué le petit russe ?


    Tuer ceux de notre espèce. C’était l’explication qui tenait le plus la route, la meilleure. Elle en avait fait son objet et non son jouet. Elle ne l’utilisait pas pour l’agrément ou pour sa pathétique compagnie, elle l’utilisait pour ses talents destructeurs et de meurtrier. Elle s’en servait contre ses ennemis, et par extension, contre les miens aussi. Bien sûr, il ne s’agissait que d’un faisceau de présomptions. Je ne savais pas encore exactement de quoi il en retournait, et je devrais mettre les choses au clair à ce sujet avec Krystel avant que ne vienne l’heure de notre mariage. Du moins, dans le meilleur des mondes. Badenov ne méritait pas plus d’intérêt qu’il n’en avait jamais provoqué. S’il voulait exterminer tous les nuisibles de notre espèce, il allait avoir du pain sur la planche, et s’il pouvait nous débarrasser de la lie de notre peuple, ce n’était certainement pas moi qui allait l’en empêcher. Je ne pouvais pas nier cependant que les choses restaient comme une gêne dans un coin de ma tête. Je n’aimais pas cela. Je devrais en savoir plus. Suzy me tira de ses pensées en me disant quel genre d’homme il était. Peut être pouvais je finalement en apprendre plus tout de suite, et par le biais de ma servante.



    | S’il est chez Krystel désormais elle doit en avoir fait son esclave. Je ne pense pas qu’elle aurait été jusqu’à lui donner son propre sang pour se l’aliéner… Mais ce que tu dis sur sa femme m’évoque vaguement quelque chose. Il faudrait que je fasse des recherches. Dis moi. Quel genre d’homme est il ? Enfin je veux dire, d’un point de vue féminin ? Qu’est ce que la reine aurait pu lui trouver ? |


    Je hochais gravement la tête à la dernière question de ma servante.


    | Si elle l’a effectivement fait sien, alors il sera là, et je ne pourrais rien y faire, malgré toute ma puissance. |

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The Damned Curse [Livre 1 - Terminé]   Ven 23 Sep - 15:24

Fera-t-elle un jour quelque chose qui restaurera chez moi un minimum de confiance en elle ? Plus le temps passait, plus j'en apprenais, et plus je doutais à son sujet. De tous les hommes présents en Ecosse, il avait fallu qu'elle le choisisse lui.
Moi j'étais, ou plutôt "Suzy" était une simple institutrice. Torben Badenov n'était pas relativement neutre à l'existence des vampires comme Suzy l'état, il les haïssait du plus profond de son être et où Suzy semblait dans le désespoir, lui avait, j'en étais persuadée, choisi la vengeance. Elle n'avait pas réellement pu s'en apercevoir vous savez... Suzy Swing Tannen ne voyait jamais le mal nulle part, elle était trop gentille pour ça, trop naïve... Moi je ne l'étais pas. Mon esprit n'était que soupçons et j'avais accès à ses souvenirs, ne l'oublions pas. Je revoyais cette rencontre ses mises en garde...
Il avait expliqué à Suzy comment le V. Pouvait rendre dépendant, comment les vampires pouvaient hypnotiser leurs proies. Il en savait long sur eux et sur leurs pratiques, ce qui me faisait penser qu'il leur était assez familier pour les avoir étudiés, on ne sait pas tout ça quand on ne s'intéresse pas de près aux vampires.
Suzy ignorait ces choses. Pourtant, elle se tenait relativement au courant. C'était une femme ouverte qui s'intéressait aux choses. Non, décidément, j'étais persuadée qu'il n'était pas innocent dans tout ça.

La question qui se posait, c'était pourquoi la futur reine l'avait-elle choisi lui en particulier. Ces gens là ne font jamais rien par hasard, ce n'est certainement pas innocent. Pour tout dire, je me fous complètement de qui la reine choisit comme esclave, tout comme je me fous de qui elle baise. Mais je m'intéresse de très près à qui s'introduit dans l'entourage du Roi, et Torben ne me plait pas du tout.
On n'introduit pas le danger comme ça entre ses propres murs par caprice ou jalousie. Bon sang, Queeny agit comme une ado capricieuse ! Avec les responsabilités qu'elle a, ne peut-elle faire preuve d'un peu plus de bon sens ? Je ne suis pas une menace pour elle, je ne l'ai jamais été, on ne mélange pas les torchons et les serviettes, alors pourquoi faire ça ? Au lieu de penser à elle, à elle et encore et toujours à elle, qu'elle pense avant tout aux intérêts du Roi, car c'est tout ce qui compte. Il a besoin d'une véritable alliée, pas d'une hystérique qui va s'amuser à faire rentrer dans sa demeure de potentiels terroristes juste parce qu'elle est contrariée ! Non, vraiment, je ne pourrai jamais comprendre cette mégère.
J'ai fait part de mes inquiétudes au Roi qui m'a écoutée. Il semblait lui aussi ne pas vraiment être rassuré avec cette histoire. Il m'a donc demandé quel genre d'homme était Badenov et ce que la futur reine pouvait lui trouver. A vrai dire, je n'en ai aucune idée. Je ne le trouvais, pour ma part, pas du tout attirant, et de ce que je voyais des souvenirs de Suzy, elle non plus.



En fait, j'ai l'impression d'avoir rencontré deux hommes différents. La première fois, c'était un homme blessé, ça se voyait. Il m'a parlé avec beaucoup d'amertume de ce qu'on avait fait à sa femme et il en blâmait la race entière des vampires. Il n'a cessé de me mettre en garde, de me dire de me méfier. Il a parfaitement décrit les symptômes d'un humain sous l'emprise du V., mais il était calme.
La seconde fois, ce n'était pas pareil du tout. Il s'est montré pressant, presque agressif, soupçonneux, froid et très nerveux. Il a sorti cette arme et je suis persuadée qu'il était prêt à s'en servir s'il pesait que je mentis sur un point ou l'autre.
J'ignore ce qui s'est passé entre ces deux rencontres seulement espacées de quelques jours, mais s'il cherchait Hugh, c'est parce qu'il connaissait ses accointances avec les vampires. Il voulait des noms, savoir quels vampires exactement Hugh connaissait et je ne pense vraiment pas que c'était pour les inviter à un tournoi de Golf !



Oh que non ! Il y avait trop de fureur dans son regard, une pointe de folie même...
Cet homme était dangereux, très dangereux, et s'il venait au mariage, ça risquait bien de virer à la catastrophe.
Malheureusement, le Roi m'a confirmé qu'il y avait de grandes chances pour qu'il y soit, et qu'il ne pourrait rien faire à cela. J'avoue avoir été... Choquée. La futur reine avait, à mon sens, trop de pouvoir. elle était là pour accompagner le Roi. Elle est son infante, elle lui doit son existence actuelle, elle doit donc le servir et il doit garder autorité sur elle, d'autant qu'elle est bien trop nerveuse à mon goût. Sans mauvais jeu de mot, elle a les dents bien trop longues à mon sens, et j'ai peur que sa soif de pouvoir ne la fasse un jour se retourner contre le Roi pour prendre sa place dans la hiérarchie et être seule aux commandes, le laisser faire tout le travail et puis se débarrasser de lui. Elle connaît tout, ses forces et ses faiblesses... Elle est un véritable danger, à mon sens le plus grand.



J'ai peur qu'il ne soit pas là par hasard... Qu'il souhaite vengeance plus que tout et ai décidé de s'infiltrer, quel meilleur moyen de faire penser à l'ennemi qu'il l'a capturé ? Je pense que ça fait partie de son plan et il me semble largement assez intelligent pour mettre au point un plan qui risque de faire de ce mariage un événement sanglant.
Ce n'est évidemment que mon avis Maître... Mais je suis réellement inquiète.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The Damned Curse [Livre 1 - Terminé]   Dim 25 Sep - 1:10

    Ma servante humaine semblait portée dans ses pensées, alors que je remarquais que j’étais moi-même engoncé dans mes réflexions. Elle m’avait donné beaucoup de matière à penser ce soir, en plus de choses dont je devais dès à présent me réjouir. Pourtant, l’air qu’il y avait sur son visage semblait définitivement plus inquiet que celui que je devais arborer moi-même. Quoi que nous ayons atteint ensemble une communion de nos corps et de nos esprits jusque là insoupçonnés chez des vampires et des humains, il restait un gouffre béant qui séparait nos deux espèces. Elle n’appréhendait pas le danger ou la mort de la même façon que moi. La mort était quelque chose que tout humain connaissait et à très court terme. Du coup, la sensation de danger était chez eux beaucoup plus prégnante que chez nous autres vampires, et pour moi en particulier. En effet, étant invulnérable aux némésis des vampires, que pouvais je donc craindre ? Mes seuls attentions se portaient sur mon pouvoir, et le temps nécessaire pour en acquérir plus. Tout se mesurait à cette aune. Je ne considérais donc pas Torben Badenov comme un problème majeur et inébranlable auquel je devais mettre un terme. La trahison était aussi quelque chose de relatif pour moi, car cela ne pouvait pas avoir de conséquences funestes à mon encontre. Je punissais les traîtres pour l’atteinte à mon image et à mon prestige, mais pas pour ma propre sécurité, qui ne saurait être mise en danger. Pourtant, paradoxalement à ce sentiment d’invulnérabilité, je ne pouvais plus m’empêcher de faire surveiller tous ceux qui m’étaient proches. Ma future femme, ses enfants que je connaissais depuis leur naissance et qui faisaient partie de ma lignée, et chacun des vampires constituant la seconde ligne hiérarchique de notre espèce. Je connaissais le moindre mouvement et la moindre connaissance des grands maîtres qui présidaient au destin des nôtres. Du moins pouvais je m’en targuer, au travers d’un réseau d’espions particulièrement développé.


    Suzy m’expliqua la dualité qu’elle avait observée dans la personnalité de ce Badenov. Un individu brisé d’un côté, un individu fini de l’autre. Elle n’avait pas vu deux personnalités différentes. Elle avait vu la même, modifiée et évoluée pour corresponde aux circonstances. Badenov avait dû perdre le contrôle de sa pathétique existence après les évènements d’Edimbourg le premier mai dernier. Enfoncé un peu plus dans la folie, il avait dû péter les plombs et s’était mis en quête de réclamer vengeance pour un quelconque outrage qu’il imputait aux nocturnes rouges. Krystel avait dû observer ces débordements et fait de cet homme son esclave à ce moment là, tirant profit de ses faiblesses pour se l’aliéner. Cela lui ressemblait bien, de retourner la haine d’un ennemi à son avantage, et de le briser. En plus, je savais qu’il n’y avait met plus délectable que la résistance d’une proie aux yeux de ma reine, et elle avait dû être servie avec le russe. Elle avait besoin de se divertir, avec une vie si longue. N’avais je pris et observé mon humaine dans le même but ? Nos préférences différaient dans nos loisirs, mais pas la finalité. Suzy continua de me faire part de ses inquiétudes quant à l’humain. Je me relevais, réenfilais mes vêtements, et lui disais ces quelques mots avant de la quitter.



    | Ne t’en fais plus. J’ai pleine et entière confiance en ma reine ; elle ne ferait jamais rien qui me nuise ou qui risquerait de lui faire honte ou de montrer ses déficiences. Si elle a pris cet humain, c’est qu’elle voulait s’amuser, j’en suis convaincu. Et malgré l’apparente nonchalance avec laquelle elle traite de ses loisirs, elle sait ce qu’elle doit faire pour assurer sa protection et celle des autres, en particulier la mienne. Il faut que tu comprennes qu’elle est mon enfant ; je l’ai créée en tant que vampire voici bientôt un millénaire. Je l’ai façonnée au fil de plusieurs vies d’homme. Elle m’est entièrement dévouée. Maintenant humaine, je vais te laisser. Nous nous reverrons au mariage, je compte sur toi pour appliquer ces leçons. Et tu ne devras pas laisser transparaître d’inquiétude. Nous nous retrouverons par la suite, après la cérémonie, en privé. |

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The Damned Curse [Livre 1 - Terminé]   Dim 25 Sep - 2:13

Peut être… J’ai bien dit « peut être » que je me montre trop protectrice. Mais vous voyez ces mères qui, dès qu’il fait un peu froid, couvrent leurs enfants comme s’ils allaient aller au ski ? Je crois que je suis un peu comme ça avec le roi.

Vous avez parfaitement le droit de rire, de me trouver ridicule. Moi, la petite humaine sans importance, sans le moindre pouvoir, pas particulièrement intelligente, même si j’étais loin d’être idiote, mais un véritable insecte vu du côté des immortels… Moi, la petite humaine comme le roi aimait m’appeler à juste titre, j’avais cette envie, ce besoin fou et irrépressible de protéger et de veiller sur cet être si puissant aux pouvoirs insoupçonnés, sur cet immortel qui a traversé le temps et les âges en devenant toujours plus fort. Oui, vraiment, vous pouvez rire, je serais d’ailleurs, en d’autres circonstances, la première à le faire. Pourtant je prenais les choses très sérieusement.

A mon sens, tout le monde était un ennemi potentiel. J’avais énormément de mal à faire confiance en qui que ce soit et la futur reine était dans ma ligne de mire. Peut être que j’ai tort, et quoiqu’il en soit je ne suis pas assez folle pour démontrer de l’agressivité envers elle. Comme j’en avais fait la promesse, je comptais bien continuer de lui obéir et de la servir elle aussi. Disons que j’aurai toujours les yeux ouverts et l’oreille attentive… Il n’y a pas de mal à cela n’est-ce pas ? Comme on dit, mieux vaut prévenir que guérir.

La présence de ce Badenov au mariage ne me plaisait pourtant pas. J’avais peur qu’il ne soit pas là par hasard et qu’il ait prévu quelque chose, mais e roi ne partageait pas mes craintes. Soit, je n’avais nulle intention de mettre en doute ses certitudes, et j’avais parfaitement bien compris le rôle qui serait le mien à ce mariage, et j’avais bien l’intention de le tenir à la perfection. Comme toujours, je n’aurais d’autre but que de satisfaire ses désirs au mieux, et je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour me montrer irréprochable. J’apprenais, je découvrais seulement ce nouveau monde qui s’ouvrait à moi et ses codes, mais j’allais essayer de respecter l’enseignement que mon Maître avait déjà pu me donner. Alors qu’il finissait de s’habiller et de me donner ses instructions, je me levais du lit, pour pouvoir le saluer avant son départ. Ainsi, après qu’il m’eut dit que nous nous retrouvrions après la cérémonie, je baissais la tête en signe de respect et d’assentiment.



Bien Maître…
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The Damned Curse [Livre 1 - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
The Damned Curse [Livre 1 - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]
» Mission Intrigue "Le Pacte des Loups" [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: Alentours :: Forêts
-
Sauter vers: