AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
une nouvelle nuit commence [Livre 1 - Terminé]
MessageSujet: une nouvelle nuit commence [Livre 1 - Terminé]   Ven 9 Sep - 11:56

Bon sang j’étais gelée dans cette fichue voiture. Autant la journée ça va, autant la nuit… Pourtant Suzy était une femme prévoyante, à se demander pourquoi elle n’a pas pensé à ça. Pourquoi je parle à la troisième personne d’un coup ? Tout simplement parce que Suzy Swing Tannen, ce n’est pas moi. Je suis dans son corps, je peux pénétrer dans ses souvenirs et ses ressentis, mais je suis une entité toute autre qui partage son corps. Pour mieux vous expliquer, il faut que je reprenne depuis le début.
Suzy Swing Tannen était la gentillesse incarnée. Douce, dévouée aux autres, c’était ce qu’on peut appeler « une femme bien ». Elle est institutrice pour enfants handicapés, elle a une patience d’ange, est folle amoureuse de son mari, Hugh, un parfait crétin qui la trompe allègrement avec des vampires. Quand notre histoire commence, elle l’ignore, pense cependant, naïve enfant, qu’il fait énormément d’heures au boulot. Elle va même jusqu’à le plaindre pour ça.

Tout a commencé un dimanche. Hugh avait été appelé au « travail » et Suzy avait décidé d’aller lire un peu au parc quand soudain on a frappé à la porte. Un homme qui a prétendu être le patron d’Hugh et vouloir lui parler. Suzy a été surprise… De un Hugh était sensé y être au travail, et de deux, quand elle a appelé là-bas, sa secrétaire ne l’avait pas vu. C’est là que tout a basculé. L’homme en question était Augustus King, le roi des vampires en personne. Il l’a hypnotisée pour qu’elle ne se débatte pas, l’a violée, l’a mordue, et a enlevé ses souvenirs pour qu’elle n’arrive pas à se rappeler ce qui s’était passé.
Quand elle est revenue à son état de conscience, elle était seule dans l’appartement, elle était à moitié déshabillée, et en allant à la salle de bains, elle a remarqué la morsure dans son cou.
Bien sûr elle en a parlé à son mari, mais au lieu d’être outragé, en colère, il lui a confessé voir une femelle vampire du nom de « Désirée ». Pour lui c’était une chance, les vampires étaient des êtres supérieurs, il fallait se mettre dans leurs petits papiers et puis ils étaient des amants exceptionnels. Bref, elle devait profiter de cette chance qui lui était offerte.
Pauvre Suzy… Elle n’a pas supporté le choc. Elle a quitté Hugh, a pris trop de médicaments pour dormir… Et s’est retrouvée à l’hôpital. Toutes les nuits elle revivait son agression, et elle y prenait du plaisir. Mais dès son réveil, elle oubliait le visage de son agresseur, oubliait ce qui s’était passé exactement, il ne lui restait que des impressions. Hugh lui a promis de faire des efforts, elle a voulu leur donner une seconde chance, et nous arrivons au second volet de l’histoire.

Peu après ça, l’école avait décidé d’organiser un pique nique en forêt. Suzy s’est portée volontaire pour aller repérer les lieux afin de voir où les enfants handicapés pourraient passer sans difficulté, et alors qu’elle était sur place, le roi est revenu. Elle a été épouvantée en le voyant, mais pas longtemps… Parce que c’est là que je suis apparue… Moi, l’autre Suzy, la partie d’elle qui prenait un plaisir fou sous les coups de reins du roi dans ses rêves.
Je suis le parfait opposé de Suzy Swing Tannen. J’aime les vampires autant qu’elle les hait, j’adore mon roi autant qu’elle le hait. Tout, je serais prête à tout pour lui. S’il me demande de sauter d’un immeuble de vingt étages, je le fais sur le champ. Si je dois tuer, je le fais aussi. Ses ordres, je veux les accomplir car le seul but de mon existence est de le servir et le contenter. Je lui donne mon corps, je lui donne mon sang, je suis certainement pour lui l’être le plus dévoué qu’il ait dans son entourage. Jamais il ne me viendra à l’esprit de contester un de ses ordres, je lui appartiens corps et âme et suis prête à tuer le premier de ses ennemis que je rencontre. Dans cette forêt, je me suis révélée. J’ai, pour la première fois, pris la place de Suzy. Elle est là, endormie quelque part, soumise à moi car je suis bien plus forte qu’elle. Deux jours que je suis dans cette voiture à attendre le retour de mon Maître. J’avais peur qu’elle ne finisse par reprendre sa place, mais non, je suis toujours là, bien consciente, j’attends son retour, car il m’a promis de me marquer comme sa propriété et je n’attends que ça. Je devais transmettre un message à son infante, Krystel Raybrandt, et je l’ai fait. Mais cette vampire hargneuse et sans élégance ne m’a accordé aucun crédit et m’a mise dehors. Peu importe. Je me suis montrée obéissante, j’ai transmis le message du roi, j’ai fait ce que je devais faire.

J’ignore combien de temps je devrai encore attendre son retour, mais la faim commence à me tenailler, et j’ai presque fini ma bouteille d’eau. J’attends, patiente, et le soir venu je pose une goutte de ce parfum sous mes oreilles. Il paraît que c’est une espèce d’arme contre eux car ils ont envie de vous « câliner ». Bref, ils perdent leur agressivité. Je pense qu’il vaut mieux que je l’utilise, parce qu’on ne sait jamais. Je suis à proximité du Manoir Raybrandt, c’est infesté de vampire, et si le roi interdit qu’elle me tue puisque je suis sa propriété à lui, je n’ai aucune confiance en cette sorcière. Elle pourrait contourner en me faisant tuer par un autre vampire, et si je dois mourir, je veux que ça soit par la volonté de mon Seigneur, lui seul a ce pouvoir.
Le soir vient encore de tomber, le soleil vient de se coucher et je m’apprête donc à passer une nouvelle nuit ici, une nouvelle nuit à attendre le retour de celui auquel j’appartiens.


Dernière édition par Suzy Swing Tannen le Mer 21 Sep - 13:56, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: une nouvelle nuit commence [Livre 1 - Terminé]   Sam 10 Sep - 2:54

Près d’un mois … Il lui restait près d’un mois et sa vie changerait du tout au tout. Jane serait sienne. Oui, celle avec qui il discuta accompagné de l’éblouissante Belle Angeline Renard. Peu importe, là n’était pas le moment pour songer à cela. Toute la journée, il plut apparemment. Puis, il semblait que cette pluie battante tomberait une fois de plus. Il faisait extrêmement chaud depuis quelques jours. Humide, étouffant. On se demandait ce que c’était pour les humains. Heureusement, la nuit le climat s’apaisait. Sans soleil, tout semblait plus simple. Il en avait assez de toute cette pluie et humidité. Ce n’était pas facile de se mouvoir lorsque vos vêtements collaient à la peau. Bon, seulement deux jours. Un peu de patience William. Ce n’était qu’une canicule rien de plus et elle passerait très vite.

Il revenait sur sa moto Ducatti de la Pomme du Diable. Le Shérif avait mit quelques papiers en ordre. Depuis, la fermeture à la nuit tombée de tous les commerces par le gouvernement, notre cher propriétaire ne s’appropriait pas les profits. Heureusement, il ne perdait pas d’argent non plus. La grille du parc du Manoir Raybrandt se referma après le passage du Prince. Maintenant debout, on songeait actuellement en William comme étant un véritable homme d’affaire. Un complet veston des plus chics habillait le Shérif de Glasgow alors que les cheveux châtains court étaient laissés un peu revêches : mais c’était ce qui constituait tout le charme de William Raybrandt. Il allait entrer réfléchir sur cette femme enflammée et l’odeur de sexe à la célébration de mai jusqu’à ce que …

- Encore … ? Cela fait deux jours.

Oui deux jours que cette odeur devenue malheureusement familière hantait les abords du manoir. William se rendit, marchant au travers la forêt, près du bord de la route. Derrière un arbre, le même que la précédente journée, il posa une fois de plus le regard sur cette voiture et … Oui, c’était assurément la même jeune femme : cette même silhouette. Fronçant les sourcils, il était intrigué par cette personne, William se décida enfin à agir. Il descendit jusqu’au bord de route. Certes, il fit exprès de sembler venir du Manoir et surtout … Loin de son poste d’observation. Pendant que ses pas le menaient tout droit vers l’inconnue, William songeait en toutes les possibilités pour qu’une humaine restait sagement ici depuis deux jours.

Elle désirait voler le Manoir ? Une exclamation sarcastique sortie d’entres les lèvres de William. Impossible, car le tout Glasgow croyait cette mansarde abandonnée. Était-ce alors une femme connaissant Krystel ? Peut-être, car peu de gens s’arrêtaient ici soit au beau milieu de nulle part. À moins qu’un magnifique cerf se promenait dans le coin et cette femme, sans en avoir l’air, était une chasseuse. Oui, William n’excluait aucune possibilité. Certes, il tenait plus à celle qui laissait croire en la connaissance des Raybrandt par cette femme.

On entendait uniquement le bruit des chaussures du Vampire en les cailloux humides du bord de la route. Il passa près de la voiture observant qu’elle n’avait rien de vraiment extraordinaire. Pas de Mercedez ni de Porsche ou de Ferrari. Sans ménagement, mais calme comme une personne qui voudrait poser une question, William toqua avec sa main gauche à la fenêtre du conducteur. Assez grand, il lui faudrait se baisser pour pouvoir bien observer cette femme. Observation qu’il ferait lorsque le moment arrivera. Mieux valait être un parfait innocent malgré que cette personne ne semblait pas l’être. Il ouvrit la bouche pour parler assez fort … Il fallait que sa voix porte au-delà de la fenêtre de la voiture.

- Madame ! Auriez-vous la gentillesse de déplacer votre véhicule ? Vous êtes sur une propriété privée !

Voilà ! Simple, clair, précis et surtout totalement vrai. Cette partie des alentours de Glasgow appartenait aux Raybrandt. Oui, obtenu après des siècles et des siècles de vécu. Enfin, en rien William évoquerait le moindre soupçon quant à son questionnement sur cette personne là depuis deux jours. Mieux, il était possible que la femme n’ait rien compris et notre Vampire pourrait alors mieux la regarder si elle baissait la fenêtre.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: une nouvelle nuit commence [Livre 1 - Terminé]   Sam 10 Sep - 15:50

Je sais que le roi a la possibilité de se déplacer la journée. Contrairement aux autres vampires, il supporte le soleil. Pourtant c’est la nuit que je choisi de rester éveillée. C’est la nuit que les autres vampires se déplacent, et cette demeure grouille de vampires. Je dois donc faire attention.
Concernant le climat, je ne sais pas si c’est mieux d’être en éveil le jour ou la nuit. Le jour on cuit, la nuit l’absence de nuages fait qu’on gèle. Quand le soleil commence à se coucher et qu’il fait encore assez chaud, je me dépêche d’aller me rafraîchir dans le cours d’eau qui court pas loin d’ici. Je tiens quand même à conserver une bonne hygiène, même si je ne bénéficie pas d’une salle de bains.
Il ne me reste qu’à espérer que le roi ne tardera pas à venir. J’ignore ce qu’il compte faire de moi exactement, s’il compte le faire ici, mais je sais qu’il compte me « marquer » comme sa propriété et de ce que j’ai pu comprendre, il comptait le faire ici. Peu importe où il le fait, cette perspective ne peut qu’être merveilleuse pour moi qui lui suis si dévouée !
Suzy n’a d’ailleurs pas fait sa réapparition. Cet état de fait m’étonne, je ne le cache pas. J’avais cette théorie que je ne pouvais rester maîtresse de son esprit que quand le sang de mon Maître coulait dans mes veines ou quand il était à proximité. En deux jours de temps, l’organisme du corps de Suzy a certainement éliminé ce sang non ? A moins que je me trompe, je n’ai pas étudié les sciences…
En tout cas cette situation est étrange pour moi, j’ai l’impression de ne pas avoir de nom. Suzy n’est pas moi, je ne fais que partager son corps, je suis comme une nouvelle entité qui est née en elle par la volonté d’Augustus. Je continue cependant de me présenter comme Suzy Swing Tannen, parce que sans doute que l’innocence de cette dernière pourra à l’avenir servir le roi. Qui pourra me soupçonner ? Suzy est la gentillesse et la douceur personnifiée. Alors pour l’instant, je reste toujours Suzy.

On ne peut pas vraiment dire que ma rencontre avec Krystel Raybrandt se soit bien passée. J’ai découvert un être sans aucun charisme, ce qui m’a d’ailleurs surprise. Elle est l’infante du Roi, pour moi il était évident qu’elle avait hérité de son élégance. Le roi impose le respect sans avoir besoin d’élever la voix ou de se montrer méprisant. Il le gagne, tout simplement. Son infante l’impose, le vole, comme si elle se sentait obligée de jouer les monstres pour qu’on la craigne.
Cela doit fonctionner avec la majorité des gens, mais pas avec moi. Sans doute parce que l’ascendant que le roi a sur moi m’empêche de me voir éblouie par la magnificence qui doit émaner d’elle pour n’importe quel autre quidam. Je suis tellement sous l’influence d’Augustus qu’elle ne m’impressionne pas un instant. Evidemment je sais que je dois la craindre, elle me l’a fait comprendre sans la moindre élégance, mais mon destin est de servir le roi, et le roi est plus puissant qu’elle ne le sera jamais.
Et puis… Je n’ai pas confiance en elle. Ne me demandez pas pourquoi, mais je doute fortement de sa dévotion au Roi. Après tout je suis sa messagère, il m’a envoyée ici pour lui délivrer un message très important. Si elle n’éprouve que du mépris pour moi, ce que je peux parfaitement comprendre, la parole de son roi doit être sacrée et écouter avec le respect qui lui est dû. Or elle m’a laissé parler en m’écoutant à moitié, et pendant que je roi lui parlait à travers moi, elle préférait se laisser baiser par un vampire inférieur. Pour moi c’était presque un sacrilège. C’était donc tout le crédit qu’elle accordait à son créateur ? Elle me dégoûtait… Rien que pour ce manque de respect envers lui. Pourtant le roi m’a demandé de la respecter et de lui obéir, alors soit. Je lui obéirai, je baisserai toujours les yeux devant elle et je resterai à ma place. Mais j’aurai les yeux partout, de son côté qu’elle se montre toujours dévouée à notre roi car je jure que le moindre pas de côté lui sera rapporté. Moi je lui suis loyale, moi je suis prête à mourir d’un seul mot de lui, moi je pense à lui avant de penser à ma petite personne, je n’existe pas, lui seul compte. C’est ainsi que nous devons tous être pour notre monarque, mais quelque chose me dit qu’elle est tellement prétentieuse qu’elle est incapable de s’oublier pour le servir. Et puis… Je lui ai parlé de ce Torben. A mon sens la menace n’était pas à prendre à la légère, mais elle n’en a même pas tenu compte. Non, décidément, je ne lui faisais pas confiance.

Cette mégère avait refusé de me garder sous son toit alors que c’était pourtant la volonté du Roi. Peu importe, qu’elle défie ses ordres, moi je reste là et je l’attends. Alors autant vous dire que quand ce type est arrivé, a toqué a ma fenêtre et m’a demandé de dégager, je n’étais pas encline à me laisser faire.
C’était un vampire, je pouvais y mettre ma main à couper ! Sa mise impeccable, le fait qu’il se décide à venir maintenant que le soleil était couché, et puis le fait qu’il défende le territoire de la harpie ne pouvait pas me tromper. Je m’en fous moi de cette mégère, celui qui m’envoie est plus puissant qu’elle !
Rester dans la voiture ne me servait à rien. S’il voulait m’en extirper, il le ferait en moins de deux. Alors j’ai fait mieux que de baisser la fenêtre, j’ai carrément ouvert la porte et je suis sortie, me plantant devant l’étranger.



Je suis envoyée ici par le roi. Il m’a demandé de venir délivrer un message d’une extrême importance à la propriétaire des lieux qui semble ne pas avoir accordé beaucoup de crédit à sa parole. Il souhaitait qu’elle me loge, elle n’a pas jugé utile de le faire.
Quoiqu’il en soit mon maître m’a demandé d’attendre son arrivée à la demeure Raybrandt où il doit me marquer comme sa possession et je ne compte pas lui désobéir. Je suis sous sa protection et si je dois mourir, cela ne peut être que de sa main. Madame Raybrandt le sait et c’est pourquoi je suis toujours en vie d’ailleurs. Alors je vous conseille de me laisser tranquille car s’il m’arrive quelque chose, vous devrez en rendre compte à Augustus King !



Voilà. Simple, clair et précis !
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: une nouvelle nuit commence [Livre 1 - Terminé]   Sam 10 Sep - 20:18

Wow ! William avait faillit se retrouver la portière ouverte si brusquement dans un endroit … Bon, un endroit assez intime important pour notre cher Vampire et dont on n’était pas en obligation de mentionner ici. Effectivement, cette femme ouvrit si brusquement la portière de sa voiture que le Shérif de Glasgow eut tout juste le temps d’éviter le mouvement s’avenant directement dans sa direction. Heureusement pour lui, ses réflexes étaient bons. Sa réaction fut rapide, il ne songea nullement en son geste pour se retrouver quelques pas plus loin près de la portière arrière de la voiture. Wow ! Calmez-vous madame ! Ce n’était pas comme si j’allais vous tuer ici et sur le champ songea alors William Raybrandt.

Oui, car non seulement elle avait faillit le blesser, elle déblatéra une histoire sans queue ni tête quant à notre cher Shérif jamais mis au courant des activités de la royauté vampirique. N’était-il pas de la royauté ? N’allait-il pas devenir le fils du Roi dont il était question en cette tirade ? Oui ! Toutefois, oubliez-moi la colère. Non ! William n’était pas mécontent et bien au contraire. Hm. Après tout, le Vampire restait habituellement neutre. Rare vous le verrez sauter sur ses grands chevaux : les remontrances envers Jana furent une exception. Hrm, bon passons. Il avait envie de sourire ce qui accéda à sa requête bien vite. Cette femme avait un charme à coupé le souffle lors de ses petites colères. William ne se demandait même pas pourquoi ses pensées le menèrent à cela. En temps normal, il se serait ardemment penché sur les paroles … Troublantes sortant d’entre ces jolies lèvres. Toutefois, là il en avait presque uniquement pour elles … Cette poitrine … Ces cheveux lisses blonds descendant droits. Rien de bien extraordinaire. Rien comme Belle ou mieux Krystel. Il n’y pouvait rien. Cette chaleur peut-être coupait court à sa réserve naturelle – William timide : vous ne l’avez jamais vu sauter sur la première inconnue après tout – ou cette odeur dans l’air. L’odeur de cette femme l’enivrait.

* Quelque chose se trame entre le Roi et mère ? *

Apparemment, oui et cette femme semblait en être au cœur. Difficile de raisonner lorsque vous aviez une belle jeune femme sur vos devants. Oh ! William ! Vraiment, elle n’était pas beaucoup comparé à Belle Angeline Renard non ? Puis, selon ses dires, elle deviendrait sous peu la servante humaine du Roi. Oh ! Jamais ! Sa volonté pure, sa volonté première échouerait si tel affront serait fait envers le Roi. Non ! Il ne fallait pas.

Malheur ! La main droite du Prince approcha l’épaule de la femme. Un sourire charmeur parcourait le regard du Vampire. Oh ! Il n’avait nullement envie de la punir. Peut-être ses paroles lui reviendraient au centuple plus tard. Quoique, en ce moment, William ne voulait aucun mal à cette humaine. Non qu’il ne lui fallait pas, c’était plus profond … Il ne désirait pas heurter la sensibilité de cette femme semblant faible, mais apparemment était aussi forte que Krystel Raybrandt.

- Madame. Ne vous mettez pas en colère : cela va atténuer la beauté qui se dégage de vous. Je ferais mieux de me présenter non : celui qui vous a agacé durant votre attente importante ? William Raybrandt, fils de Madame Raybrandt comme vous l’avez-vous-même si bien nommé.

Cette fois, la main galante et fraîche du Shérif passa sur l’épaule puis, caressa doucement les pointes des cheveux dorés appartenant à cette femme. Le regard de William se voulait charmeur tout comme son sourire. Il n’avait aucune nervosité en lui … Aucun stress. Non, rien. Il se demanda même pourquoi l’humaine se mit en colère alors que lui ne l’était absolument pas ?

- Pourquoi traitez-vous le Roi avec de si grands égards, mais la future Reine avec bien peu. Ne serait-ce pas injuste pour elle ? Allez, je suis certain que vous pouvez faire un effort pour voir le bon côté de Krystel Raybrandt.

Peut-être William était sous le charme, mais son esprit fonctionnait encore. Peut-être ne serait-ce pas sous les mêmes mots prononcés en temps normal, mais il désirait en connaître plus sur cette probable confrontation, peut-être, entre Augustus et sa mère. Confrontation qui tombait à point nommé. Oui, mais son ton de voix restait suave voir si calme qu’il en était attachant. William … Tu n’es pas toi-même. Reprends-toi. Rien à faire malheureusement.


Dernière édition par William Raybrandt le Sam 10 Sep - 23:04, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: une nouvelle nuit commence [Livre 1 - Terminé]   Sam 10 Sep - 22:07

Je voulais mettre les points sur les i dès le départ. Après tout, je ne suis pas là pour faire mumuse, et je n’attends pas dans ma voiture juste pour avoir l’immense privilège de contempler la demeure de Queeny ! (Oui, en mon fort intérieur, j’ai décidé de l’appeler comme ça… note pour plus tard : ne jamais le dire à voix haute). Alors tout vampire qu’il est et qui qu’il soit, je tenais à remettre directement les pendules à l’heure avec lui. Je n’étais pas forcément de bonne humeur il faut dire, et j’avoue qu’il en a fait les frais. J’avoue aussi que ce n’était pas forcément très malin, je ne pensais même plus à ce parfum que j’avais mis et me voilà tout bonnement en train de presque enguirlander un vampire ! Suicidaire…
Mais je n’étais pas vraiment disposée à réfléchir de cette manière. J’étais toute à ma frustration, sans compter que je ne m’attendais pas à voir un tel dédain de la part de la futur épouse du roi sur le message qu’il avait à lui transmettre ! La pilule était assez dure à avaler, je n’arrivais pas à croire qu’on pouvait avoir cet honneur et ne pas le savourer pleinement. J’étais en colère contre elle, et en colère contre tous ceux qui lui étaient fidèles. Il devait l’être ce vampire non ?
Revêche moi ? Logiquement non, mais je protégeais jalousement mon maître et ses secrets, je préférais mourir que de le trahir, et je ne voulais pas commettre d’impair.
Logiquement, une attitude aussi froide aurait dû l’énerver, ou le refroidir quelque peu. Au lieu de ça, voilà qu’il pose sa main sur mon épaule et qu’il me lance un de ces regards ! Ouh là ! Arrêt sur image… Il me fait quoi là exactement ? J’arque un sourcil en me demandant ce qui peut bien lui passer par la tête, et traitez moi d’idiote, mais non, je ne pensais toujours pas à ce fichu parfum !



Je peux savoir ce que vous faites ?


Est-ce que je ne viens pas de lui dire clairement que je suis la propriété du roi ? Si mon Maître veut me voir en satisfaire un autre, et bien soit, je le ferai, mais sans un ordre formel de sa part ou de la part de sa « promise » puisque je dois lui obéir aussi selon ses propres souhaits, il est hors de question que je me laisse faire !
Le vampire continue de me faire les yeux doux, et cette fois sa main glisse sur mon épaule. Il me passe la pommade et se présente. Ainsi donc l’infant de Krystel s’appelle William. Pendant un moment, je ne peux m’empêcher de me demander si elle ne l’a pas envoyé pour obtenir des informations sur moi. Je dois me montrer prudente, voir toujours quel est l’avantage de mon Maître.



Toutes mes condoléances…


Je retenais une petite grimace. Non, décidément il ne fallait pas me demander d’apprécier cette femme. Et inutile de m’en faire l’éloge, je n’ai strictement rien vu de noble, d’intelligent ou d’élégant chez cette mégère. Je ne lui demandais pas de se montrer agréable, elle aurait pu me faire torturer, je n’en avais cure, mais la voir si froide et insensible à un message de son monarque m’avait laissé un goût amer dans la bouche, voir qu’elle n’avait même pas pris la peine de considérer la menace que représentait Badenov avait fini d’achever toute once de respect que j’aurais pu éprouver pour elle.
Je pris la main du vampire et l’ôtais de mon épaule d’un geste sec.



Je considère le roi avec de si grands égards parce qu’il est le vampire le plus puissant et le plus respectable de la création. Il est notre maître à tous, même celui de votre mère. Je lui appartiens, à lui et à lui seul. J’obéis à son infante car je le dois, et je continuerai de le faire ne vous en faites pas.


Je croisais les bras devant moi avec un air déterminé. A vrai dire, j’avais beau chercher, je ne voyais aucun bon côté à cette femme. Logique, elle ne m’en avait montré aucun. Elle avait décidé de me traiter comme un insecte sans importance dès mon arrivée dans sa demeure, très bien, mais qu’on ne me demande pas de l’apprécier, c’était un peu fort de café ça !


C’est elle qui vous a demandé de venir me voir ?


Je plantais mes mains sur mes hanches, toujours aussi déterminée à ne pas me laisser faire.



Si c’est le cas vous pouvez la rassurer. Je ne fais qu’attendre mon maître, selon ses ordres.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: une nouvelle nuit commence [Livre 1 - Terminé]   Dim 11 Sep - 17:17

Oh ! Une femme qui ne se laissait pas faire à en croire sur parole. William adorait ce genre-là et encore plus actuellement. Belle était peut-être plus élégante, mais apparemment les humaines ne laissaient jamais leur place aux Vampires. Si douces, si belles et si … Fortes. Peu de Vampires voyaient la force de ces femmes : lui oui. William voulait aller plus loin … Braver ce défi qui se dressait devant sa personne. En temps normal, vous pouvez être certain qu’il allait arrêter ses petites manigances. Que le Roi ne lui ferait plus jamais confiance … Mais comment faire ? Elle se trouvait si attirante et respirait cette force, cette odeur suave. «Toutes mes condoléances» ? Pourquoi ? Dans un coin de son esprit, William sembla subitement prompt à arrêter ses gestes. Personne de sa connaissance n’était mort … Décédée. Sa mère était bien vivante non ?

Le sourire disparut alors dès que l’humaine repoussa la main du Vampire et déblatéra sa tirade. Il laissa quelques secondes la main dans les airs comme dans une demi-conscience. Comme si son esprit travaillait durement à mettre au clair ce qui se tramait une fois de plus dans la Royauté et se repousser de cette humaine qui … Oui, ramollissait étrangement son raisonnement. Loyale au Roi … Elle le qualifiait comme étant le plus puissant, leur maître à tous : à lui-même. Ce fut ceci qui tiqua dans l’esprit de William. Ceci qui le ramena momentanément à la réalité … Sa dure réalité où il se trouvait toujours sous le pouvoir, où il ne savait jamais rien. Semblant détester la Reine de surcroît, elle crut tout bonnement qu’il était là pour cela.

- Non. Ne vous en déplaise, mais je suis ici par ma propre volonté. Deux jours à attendre dans cette voiture. Vous devez l’aimer votre Maître pour cela. Ses ordres n’est-ce pas ? Je n’ai jamais entendu parler de vous au Manoir.

Un sourire reprit en William Raybrandt. Toujours ce sourire charmeur. Il avait ramené sa main depuis longtemps maintenant. Son regard se posta sur celui de l’humaine. Curieux, il souhaita connaître l’identité de cette personne … Qui était-elle pour le Roi ? Pour sa mère et quels étaient les ordres de ce dernier ? Oh ! Tout ceci le fit frissonner de plaisir. Ou était-ce plutôt cette belle femme se trouvant sur ses devants ? Sans pouvoir empêcher le mouvement de son corps, il avança en direction de l’humaine … Au final, les deux corps se touchèrent ce qui alimenta un plaisir en William. L’odeur enivrante était plus forte plus il approcha. Certes, le Vampire ne pensa guère sur le pourquoi de la chose. Il entoura ses bras autour de la taille de la femme et l’attira de manière suave à lui. Leur regard était si près l’un de l’autre.

- Alors pourquoi devez-vous attendre le Roi ici même ? Votre Maître comme vous l’appelez. Qu’est-ce que la Reine vous a-t-elle fait pour que vous la détestiez ? Si vous me dites tout, je pourrais arrangez bien des choses.

Encore entre sa ruse et cette attirance plus que magique, William caressa le dos de l’humaine puis, descendit ses mains plus bas … Très bas voir même trop. Il remonta alors sa main droite pour éliminer délicatement une mèche de cheveux blonds cachant ce beau visage si jeune. Il approcha … Approcha encore tentant d’atteindre le cou pour caresser quelque peu plus ce corps si soyeux. Il ne s’apercevait pratiquement pas être en train de faire quelque chose d’étrange. C’était si bon, si agréable. La chaleur avait disparut. Seul restait l’enivrement.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: une nouvelle nuit commence [Livre 1 - Terminé]   Dim 11 Sep - 21:47

Ca aurait été trop beau que je puisse attendre ici tout simplement n’est-ce pas ? non seulement je n’avais pas eu le droit de rester au Manoir, ne serait-ce que dans les cachots, pour attendre le roi, mais en plus je ne pouvais même pas attendre tranquillement dehors ! J’étais fatiguée, et si j’étais prête à attendre ici jusqu’à ce que la mort m’emporte s’il le faut, je voulais juste le faire en paix. Décidément, entre la mère et le fils, je ne peux pas dire que les membres de la famille Raybrandt avaient la cote avec moi ! La mère était une véritable plaie sur pattes, le fils était… Trop collant.
Pourtant on ne peut pas dire que je n’ai pas exposé les faits clairement. Qu’y-a-t-il de plus clair que de dire « je suis sous la protection du roi » ? Pour un humain non initié OK, ça pouvait être vague, mais pas pour un vampire ! Ca avait cependant l’air de lui passer au dessus de la tête. Bon sang est-ce qu’il y a un seul vampire dans cette demeure qui respecte son monarque ? Je n’arrivais pas à le croire… C’est une blague n’est-ce pas ? On met ma patience à l’épreuve et on voit jusqu’où on peut aller avant de me rendre complètement barge ? Je sens que ça vient là…
S’il espère obtenir la moindre information de ma part concernant le message délivré à la future reine, alors il se fait des illusions. Et si Quenny l’a envoyé ici pour savoir ce que je comptais faire, qu’elle se rassure, je n’avais aucune mauvaise intention. Le « dauphin » a semblé tiquer un peu, puis il m’a assuré qu’il était venu ici de lui-même. Je le regardais avec un air soupçonneux, qui devint outragé tant sa remarque suivante coulait sous le coup de l’évidence !



Evidemment ! Je l’aime, je le respecte, je l’adore, je lui suis loyale. Je me jetterais sous un train dans la seconde s’il me le demandait. Ca répond à votre question ?


Je soupirais.


Et si vous n’avez pas encore entendu parler de moi, ça ne saurait tarder. Le roi compte me marquer.


J’ignorais ce que cela voulait dire. Pour moi c’était un peu comme marquer un animal comme faisant partie d’un troupeau. J’imaginais bien un marquage au fer rouge ou quelque chose comme ça… Je n’imaginais pas qu’il allait faire de moi sa servante et que cet état signifiait une semi-transformation vampirique.
Là, logiquement, ça aurait dû faire son petit effet. Et ben non, toujours pas. Au contraire, plus j’en disais, plus j’avais l’impression que la situation empirait. Vous savez quoi ? Et bien voilà qu’il s’était encore plus approché de moi et que maintenant, il m’entourait carrément de ses bras. Oh hé ! On demande la permission à la dame espèce de malotru !



C’est à la future reine qu’il faut poser la question. Elle s’est fichue en rote toute seule et … HEY !!!!


Là franchement il y avait abus. Voilà que Monsieur se permettait de me toucher les fesses et qu’il approchait son visage de mon cou. Je veux bien, mais y’a des limites, je crois qu’il n’a pas tout compris à l’affaire ! Vampire ou pas, je le repousse, et je suis un chouïa en colère !


Qu’est-ce qui n’est pas clair dans la phrase « Je suis la propriété du roi » !?


Je pointais un index accusateur sur son torse.


A moins qu’il ne me donne l’ordre de me laisser faire, on ne touche pas et on ne mord pas !
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: une nouvelle nuit commence [Livre 1 - Terminé]   Lun 12 Sep - 0:07

Sa propriété … Sa presque servante humaine … ? Évidemment, William avait tout compris. Apparemment, Augustus King était aussi intelligent et rusé que lui sinon plus. Non ! N’en mettons pas trop voulez-vous. Le Shérif Vampire espérait qui lui restait au moins cela faute de faire réellement partie de la famille royale. Pff ! Tant de secrets … Pourquoi ? Il ne cogitait pas normalement cependant. Plus son corps se rapprochait de l’humaine, plus il se retrouvait dans une sorte de transe. Comme si la moitié de sa conscience était occupée par cette odeur, celle de la femme … Le Vampire se sentit légèrement dans un autre monde. Comme si rien d’autre n’avait son importance. Comme s’il venait d’injecter une sorte de drogue ou … Était sur le point de s’y diriger si ses caresses atteignaient leur but.

Elle se démenait, retira la main galante du Vampire assez brusquement il fallait l’avouer. Elle était en colère. Habituellement, cette émotion chez une femme aurait excité William et sa voix suave aurait continué le travail qualifiant Suzy de femme forte et lui ayant le contrôle. Il n’avait pratiquement pas tiqué à l’écoute du prénom de sa mère. Seul un sourire en coin aurait put voir le sarcasme : qu’il n’acquiescerait jamais à la requête de l’humaine. Après tout, ils étaient deux adultes et pouvaient discuter de vive voix. Pourquoi aller chercher une autre personne ? Puis, Krystel ne lui dirait certainement rien … Enfin, il n’était pas en état d’aller se présenter à elle. Quelque chose lui disait de rester près de l’humaine comme un aimant l’attirant à elle.

- Vous ne l’êtes pas encore non ?

Un sourire moqueur au visage sortant le fait qu’elle lui avait dit plus tôt : le Roi ferait d’elle sa servante et non l’avait fait. Il ne montra aucune agressivité, mais plutôt surpris d’être repoussé. Enfin, William était à moitié surpris. Sa tête était dans les nuages si nous pouvons nous exprimer ainsi. Il se laissa faire, n’abordant aucune résistance. Ses bras étaient laissés en pendants le long de son corps. L’index sur son torse … Cela le fit même reculer légèrement soit être déséquilibré pour quelques secondes. Si William pensait avoir le contrôle, il ne le possédait aucunement. Un sourire taquin s’offrit à l’humaine. Oh ! On dirait un chien maintenant.

- Mais non, je n’ai pas l’intention de vous mordre. Mais … Vous avez une telle odeur …

Il se recula un peu, troublé par ses gestes, alors que la pluie se mettait à tomber un peu. Cette douche lui ferait peut-être un grand bien. William leva la tête vers le ciel noir, les étoiles tentant de ressentir la moindre parcelle de pluie sur son visage, sortir de cette transe … Il savait être étrange comme s’il avait avalé trois litres d’alcool, mais n’y pouvait rien. La pluie ne tombait pas assez fortement malheureusement. En tout cas, pour le moment. Déçu, il ramena son regard vers l’humaine toujours fâchée et semblant lui tenir tête les mains sur ses hanches. Un rire sortit d’entre ses lèvres. Oh ! C’était mignon cette femme … Et le Roi allait subitement sortir de derrière un arbre pour repousser le prince.

Leste, élégant et agile à souhait, William grimpa sur l’arrière de la voiture pour se retrouver en moins de deux sur le toit. Là, il se laissa coucher sur le dos alors que la pluie devint légèrement, mais juste légèrement plus forte … Il sentit même une goutte sur la joue gauche. Le bras gauche dans le vide, il tacha de trouver l’humaine et se tord presque le cou pour l’observer. Une voix suave, mais amusé, innocente ! surgit :

- Si vous voulez, on l’attend ensemble … De toute manière, j’ai des choses à lui dire aussi.

Non, vous ne verrez pas William Raybrandt dans une situation si peu de son rang. Il n’était pas lui-même et cela se voyait. D’une certaine manière, il ne désirait pas quitter cette douce odeur et de l’autre souhaitait discuter et … Comprendre. Sa curiosité et ses questions le tenaillaient profondément. Les bras derrière la tête, il se laissait bercer par la pluie.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: une nouvelle nuit commence [Livre 1 - Terminé]   Lun 12 Sep - 13:29

Je viens de découvrir que les vampires aussi avaient leurs boulets. Non mais sérieusement, qu'est-ce qui prend au rejeton de la futur reine de se montrer si pressant avec moi ? Je n'avais pas encore, à ce moment là, capté l'effet du parfum que j'avais mis, et une attitude aussi insistante me laissait perplexe, surtout pour un vampire. Après tout, ce n'était pas n'importe quel vampire il faisait partie d'une famille prestigieuse et il ne devait pas être dans son genre de faire ce genre de chose avec une humaine n'est pas ? Non, vraiment, je ne comprenais pas, et je me montrais même carrément outrée de l'attitude qu'il persistait à avoir tout en sachant que j'étais l'humaine du roi, donc sa propriété privée. Qu'il se foute de la propriété des autres c'était une chose, et d'ailleurs ça ne m'étonnerait pas. S'il était comme sa mère, il devait se croire tout permis, mais le roi quand même... Il lui manquait une case ? Il était inconscient ? suicidaire ? Rebelle ? J'en sais rien, et en tout état de cause, ce n'était pas mon problème.

Le roi avait été clair, je devais obéir à Krystel Raybrandt. Elle m'avait obligée à forniquer avec ses esclaves et je l'avais fait. Sans plaisir aucun, mais parce que c'était mon devoir de lui obéir comme le roi me l'avait demandé. Mais je ne devais obéir qu'à elle, il n'a pas précisé que je devais obéir aux autres membres de sa famille, et elle, elle ne l'avait pas précisé non plus ! Alors les choses étaient claires et nettes pour moi, je devais empêcher ce vampire de dépasser les limites, il devait respecter la propriété du roi. Et s'il ne le faisait pas et bien... Et bien tant pis, il en subirait les conséquences, je ne comptais pas me laisser faire, mais je ne suis qu'une humaine... Par contre quand le roi saurait ça, je doute qu'il se montre magnanime ! Ah pour être remontée, j'étais remontée, comme un coucou suisse ! Ce n'est pas Suzy Swing Tannen que ce vampire avait en face de lui, c'était l'autre Suzy, celui que le roi avait créée sans même s'en rendre compte, et cet esprit n'était pas aussi doux que la gentille institutrice dont je partageais le corps !
A nouveau, je rappelais à William Raybrandt ce que j'étais, et quand il m'a contrecarrée en me faisant remarquer que si j'allais devenir la servante du roi je ne l'étais pas encore, ça m'a encore plus fichue en pétard.


Ca ne change rien au fait qu'on ne peut pas me toucher ! Votre mère le sait, sinon je ne serais plus en vie actuellement, quelle meilleure preuve ?


Ca c'était clair, vu la manière dont les choses s'étaient passées, j'avais presque pu ressentir la frustration de cette mégère de ne pas pouvoir me tuer. Si elle avait pu, elle l'aurait fait, tout comme elle m'aurait bien abîmée aussi si elle avait senti qu'elle était autorisée à le faire. Le roi avait bien précisé qu'il lui était interdit de mettre ma vie en danger, lui seul avait droit de vie ou de mort sur moi.
Et puis là le vampire a parlé de mon odeur... Et vous savez quoi ? La pièce est tombée. C'était donc ça ? Mon odeur, l'odeur de ce parfum qui attire les vampires sur vous comme des aimants. Pour moi c'était une manière de me protéger, vu que j'étais à découvert et justement, pas encore marquée officiellement comme la propriété d'Augustus King... Sans compter que je n'avais aucune confiance en Queeny et que je savais qu'elle était bien capable d'envoyer quelqu'un me régler mon compte en faignant par la suite ne rien avoir là-dedans.

Je lève les yeux au ciel alors que la pluie commence à tomber. Une pluie légère, à peine quelques gouttes, assez pour être désagréable, pas assez pour vraiment mouiller. Je poussais un soupire alors que l'immortel sautait sur le coffre de ma voiture et grimpait ensuite sur le toit. Mais qu'est-ce qu'il fabrique ? Le voilà qui s'y couche maintenant... Bon sang j'ai l'impression d'être dans un film. Il ne s'arrête donc jamais ? Vivement que le jour se lève ! Oui enfin... J'espère quand même en être débarrassée avant cela dit. Quoique... Là ça me semble compromis, parce qu'il semble décidé à ne pas bouger. Me voilà bien... Entre Queeny et flipper, je ne sais pas lequel est le pire, mais la future reine a eu le mérite d'expédier les choses elle au moins ! Maudite... Je suis maudite ! Et voilà que pour couronner le tout, la pluie se fait plus intense.



Vous faites ce que vous voulez, je n'en ai strictement rien à faire !


Franchement les effets de ce parfum ne m'arrangeaient pas. Mais je n'avais pas non plus l'intention de laisser l'eau de la pluie les faire disparaître. Si ça se trouve, le gentil maboul pouvait devenir un monstre sanguinaire sans ça, s'il est aussi ravagé que sa mère, y'a même des chances que ça soit le cas. Alors je décide de remonter dans la voiture histoire de conserver mon assurance vie intacte.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: une nouvelle nuit commence [Livre 1 - Terminé]   Mer 14 Sep - 2:14

- Mais arrêtez d’être aussi …

Clac ! L’humaine avait refermé la portière laissant seul, en l’extérieur, notre pauvre Vampire surpris. La pluie se fit encore un peu plus forte … Assez pour mouiller cette fois le beau costume de William tout comme lui remettre les idées en place. Enfin, la source de cette «drogue» ne se retrouvait plus si près actuellement. En l’intérieur de la voiture, il était clair que William ne pourrait pas la ressentir autant. Fronçant les sourcils, le Vampire releva son corps appuyant son front dans ses mains. Il avait la tête qui tournait légèrement. Observant tout autour, la pluie se faisait alors plus drue aplatissant ses cheveux sur sa tête. Il n’en changea rien laissant faire l’eau ruisselant tout autour de son corps. Soupirant, William se rendit compte devoir retourner au manoir. Après tout, il avait eut l’information désirée. Cette humaine n’était pas une ennemie, mais bien la servante humaine – très bientôt – d’Augustus King lui-même.

- Je ne devrais pas être là lorsqu’il arrivera.

Murmura-t-il songeant à son projet, son but, son rêve. Une voiture passa et … Le conducteur dut mal comprendre la raison pour laquelle un homme se trouvait sur le toit d’une voiture. Bah, les jeunes d’aujourd’hui … Tous des rebelles. William avait toujours fait assez jeune pour son âge : enfin, celui qu’il avait lors de sa mort humaine. Il descendit prestement de la voiture tombant agilement, presque sans bruit au sol. On avait l’impression d’observer un chat, de ressentir un félin. Probablement, l’humaine dut aussi ressentir le mouvement. Malheureusement pour elle, William désirait savoir une chose encore. C’était la moindre des choses non de connaître son nom et prénom ? Peut-être la verrait-il au mariage ? Oui, si le Roi en faisait sa servante … Après tout, Hannah avait l’obligation de venir. Ces derniers temps, William tâchait de ne pas emmener la jeune femme avec lui souhaitant sa protection avant tout. Avec tous ces problèmes et du fait qu’il n’était guère habitué … Non ! Cette fois, il allait la garder près de lui. Songeant en Augustus, pour être aussi puissant que lui pour un moment prendre sa place, il devait être aussi puissant que lui.

Tentant de laisser de côté ces pensées, il ouvrit la portière du côté passager et s'assit sur le siège. La pluie tombait de plus en plus fort et malgré que William ne déteste pas les précipitations, il ne les aimait pas non plus. La sensation de l’eau ruisselant sur son visage à la suite de sa fringale de cette soirée était plutôt agaçante. Son regard resta un moment planté sur le tableau de bord observant, avachit sur le dossier du siège, les gouttes d’eau perler sur le pare-brise. Ses yeux se portèrent vers la femme, au départ parallèlement puis, plus directement ensuite. Il dit sur un ton neutre, calme, mais surtout polie.

- Je suis désolé d’être entré si brusquement. Je crois vous devoir des excuses. Je n’ai pas habitude de sauter sur la première venue comme cela et encore moins lorsque je sais qu’elle appartient à mon roi.

Oui, il ne valait pas grand-chose actuellement. Sa mère le lui aurait bien vite fait regretté comme sa compagne de cette soirée lui avait fait mention il y avait peu. Peu fier de sa conduite, William apposa brusquement la tête sur le haut du siège fermant les yeux écoutant simplement les gouttelettes d’eau tomber tranquillement sur la carrosserie de la voiture. Encore cette odeur … Cette odeur qui le calmait et … Elle provenait de cette femme. Pourquoi ? Pourquoi était-il si prompt à désirer cette personne ? Elle n’avait rien de particulier pourtant … En tout cas, quant à lui un homme choisissant les plus parfaites – hrm, passons. Avant de sombrer à nouveau dans sa folie, il ouvrit à nouveau la bouche pour murmurer.

- Quel est votre nom ? Je crois que ce serait la moindre des choses de le connaître puisque vous connaissez le mien. J’aimerais, ainsi, apprendre celui de la servante de mon Roi. Je pourrais même vous dire mot du processus pour devenir fidèle à un Vampire si vous le désirez.

Alors que son cou se tourna en direction de l'humaine, William eut une difficulté monstre à ne pas caresser la main, le bras, le corps de l’humaine avec sa propre main. Il s’en mordit les lèvres … Il se sentait si bien : si calme, mais si excité à la fois. Il ne souriait pas trop calme pour le faire. En fait, il se sentait comme s’il venait d’ingérer un médicament laissant aller au sommeil ou sommeiller par une berceuse de sa mère : il y a de cela très longtemps.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: une nouvelle nuit commence [Livre 1 - Terminé]   Mer 14 Sep - 11:57

Je crois qu'on peut dire que j'étais relativement agacée. Au départ je n'avais pas compris pourquoi il était si insistant avec moi mais la lumière avait fini par se faire : c'était tout simplement à cause de cette eau de toilette qui devait attirer les vampires, du moins les rendre "câlin" en votre compagnie. système de défense nécessaire pour moi ici, mais qui avait ses désagréments quand même. Après tout, je n'avais pas demandé à me faire draguer comme ça, et puis surtout je ne savais pas quelle était la position du roi par rapport à ça. alors j'avais décidé de suivre ses ordres, je devais obéir au doigt et à l'oeil à Krystel Raybrandt, il n'avait pas parlé d'un autre vampire qu'elle. Donc rejeton de la dame ou pas, je ne voulais pas laisser à William le loisir de me toucher, de peur que cela contrarie mon Maître.

J'ai choisi une espèce de fuite. Bon, je ne suis pas allée bien loin, juste ma voiture, et elle n'était pas verrouillée... mais je devais préserver malgré tout ce parfum. J'aurais largement préféré ne pas avoir à subir les assauts de ce vampire, mais il valait encore mieux ça qu'une attaque n'est-ce pas ? En plus je n'avais pas été super tendre avec lui, y'avait de quoi le mettre en pétard et je préférais ne pas risquer ça. Je me suis donc protégée de la pluie en rentrant dans l'habitacle du véhicule, pestant intérieurement contre la situation.
Forcément j'en voulais à cette mégère de ne pas m'avoir logée dans sa demeure comme le roi le souhaitait. Ca aurait facilité les choses... Mais à vrai dire je me doutait bien que son but à elle était juste de me rendre la vie difficile, sans raison tangible. Je vous épargnerai ce que je pense de ce genre de comportement ridicule. Mon respect, elle l'aura dans mes gestes et dans mes paroles, parce que le roi le souhaite, parce que je le dois, mais en pensées, je ne pourrai jamais éprouver que du mépris pour ce genre de créature aveuglée par le pouvoir.
Elle me voit comme une ennemie, et du coup elle loupe tout ce qui est important, notamment le fait que je peux être très utile. Ma loyauté est sans faille, et on a toujours besoin de gens de confiance, aussi insignifiants puissent-ils paraître.

Vous l'aurez compris, je n'arrêtais pas de ressasser. J'étais particulièrement frustrée de ne pas avoir l'impression que le roi avait un clan respectueux, je trouvais ça complètement hallucinant. Evidemment je ne demandais aucun égard. si on m'avait demandé comment j'imaginais les choses, j'aurais décrit une futur reine froide, me toisant du regard et me demandant ce que je faisais là. J'aurais alors expliqué, récité mot pour mot le message royal, et ensuite la reine aurait ordonné à ses esclaves de me conduire dans les cachots froids et humides en attendant le retour du monarque. Là j'aurais trouvé ça normal. Mais cette façon qu'elle avait eu de prendre ça par dessus la jambe, ça m'avait carrément fait douter. Non, décidément, je ne ferais jamais confiance à personne du clan Raybrandt... Je voulais garder cet oeil suspicieux sur eux pour protéger mon Maître s'il le fallait.

William finit par rentrer dans la voiture et s'installe sur le siège passager. Je tourne la tête vers lui et le regarde, dégoulinant, fixer le pare brise de ma voiture. Bon... Il a l'air un peu plus calme. Mais je me doute que c'est dû au fait qu'il n'a plus senti le parfum et a donc repris un peu ses esprits, l'effet risque de reprendre bientôt. Espérons qu'il saura le contrôler. Pour l'instant ça semble être le cas, et j'ai même droit à des excuses... La chose m'étonne quand même un peu... Il n'est donc pas un pitt bull comme sa mère ? C'est tout à son honneur. Je hoche la tête.



Excuses acceptées.


Je n'avais aucun intérêt à me mettre tout le clan Raybrandt à dos. Et puis moi je voulais juste faire ce qu'on attendait de moi, obéir et être loyale au roi. Il était proche de cette famille, sans demander à y être respectée puisque je ne suis qu'une humaine et que les vampires n'ont aucun respect pour eux, surtout pas cette famille d'ailleurs, j'aimerais quand même y être acceptée un minimum.


Je m'appelle Suzy. Suzy Swing Tannen.


Je me tourne un peu, colle mon dos contre la portière pour ne pas avoir à me dévisser la tête pour le regarder.


Vous êtes donc l'infant de Krystel... Je suppose donc que vous avez une placée élevée dans la société vampirique. Je n'ai pas encore été vraiment mise au courant de votre manière de fonctionner alors si vous pouvez m'en dire un peu plus...
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: une nouvelle nuit commence [Livre 1 - Terminé]   Ven 16 Sep - 3:11

Excuses acceptées. Gentille peut-être, non rancunière ? Innocente toutefois. Oui, naïve tout comme Hannah. Était-il aussi intelligent que le Roi ? Pour avoir choisit un servant humain dans les mêmes cordes. Une femme loyale qui ferait tout pour votre bien-être voir plus. Qui protégerait vos paroles, vos secrets. Hannah ferait tout cela pour lui tout comme Suzy Swing Tanen le faisait pour Augustus King. Certes, William Raybrandt avait peur pour sa jeune femme. Fier de se ressentir comme le Roi, mais en même temps honteux de ne pas se retrouver totalement comme lui. Il était confiant … Trop même ? Oh ! La faiblesse du Roi était cette trop grande confiance en lui-même ! Ceci se trouvait être un aspect important pour atteindre son but. Comment une réponse telle que celle-ci pouvait vous arriver à l’esprit dans des conditions aussi puériles qu’une voiture ?

Rien ne se passait que la pluie tambourinant sur les fenêtres. Cela le faisait somnoler. Il ferma les yeux tentant de faire fi du parfum enivrant qui, lui aussi, provoquait cette fichue douce caresse embrassant totalement le corps de William. Il se laissa un peu plus glisser sur le siège. Plus ses pensées empiétaient, plus le Roi arrivait en son esprit. Là, il se savait perdu et mort si Suzy se faisait toucher par ses soins. Les mains sur les cuisses, William les ressentait tendus … Il les serra fortement tout en faisant de même avec les dents. Subitement, les deux magnifiques canines vampiriques se décidèrent à apparaître. Automatiquement, notre cher Prince ferma la bouche. Oh non ! Contrôles toi ! Imagines si le Roi venait à le savoir, tu n’auras plus aucune chance pensait-il le plus souvent possible. Augustus sentirait son odeur sur sa servante humaine après tout.

Alors que la voix dont provenait ce joli, mais long nom s’élevait dans l’habitacle William tourna que légèrement le cou. Légèrement signifia juste assez pour pouvoir observer Suzy assise dans une position largement plus confiante que la sienne. Une place élevée dans la hiérarchie vampirique … Oui, s’il avait sa chance surtout. Elle désirait apprendre. Hm, étrangement, là à cet exact moment, l’humaine lui rappelait Belle. Elle-même désirait apprendre alors que lui n’eut pas confiance en ses paroles. Tout comme sa mère … Tout comme ce que lui tentait de briser pour gagner le cœur de Krystel Raybrandt. Oh ! Ils se ressemblaient énormément. Heureusement, penser permettait à William de ne pas sombrer trop dans la folie du parfum. Puis, enfoncé dans le siège comme il l’était, éliminait la possibilité d’un bond subit et incontrôlé sur Suzy.

- Suzy … Il vous expliquera tout cela j’imagine. Peu importe, je peux bien vous en dire quelques mots. Sous notre Roi à tous, il y a les Maître Vampire. En Écosse, on a Krystel celle que tu n’aimes pas et Nikos. Ensuite, viennent les Shérifs. Tu me dois donc allégeance tout comme à Evey et Julien qui eux s’occupent d’Édimbourg.

Il avait relevé, soudainement et un instant la tête, un sourire en coin. Un sourire espiègle voir moqueur probablement alimenté par cette odeur qui empestait délicieusement l’entièreté de la voiture. Oui, elle lui devait allégeance. Non, Suzy n’avait aucun droit de le maltraiter et dans cette attitude bienveillante, William était clair sur ce sujet. Les bras derrière la tête, il s’étira de tout son long braquant le regard vers l’extérieur … On ne voyait pas grand-chose déjà que lui ne pouvait pas observer beaucoup en hauteur vue sa position … Hrm. Il ajouta toujours sur ce ton calme et velouté voir trop :

- J’ai une servante humaine aussi. En quelques sortes, c’est un contrat. Tu seras un peu Vampire si on veut parce qu’il te passera son pouvoir tout comme je l’ai passé à Hannah. Mais en retour, tu devras lui servir de sang et lui être loyale. Enfin, je crois que cette loyauté sera dans ton sang. Je ne sais pas ce qu’on ressent étant servant, je n’en suis pas un.

Un léger rire s’offrit aux lèvres de William suite à cette petite blague qui tourna le regard à nouveau vers Suzy. On voyait ses canines toujours aussi proéminentes. Un instant, il observa avec délice l’humaine, de ses yeux charmeurs … Tendu, il tentait d’arrêter la volonté de sa main de se fondre en le corps de Swang Tannen. Finalement, William réussit à vaincre sa volonté pure et ramena la tête sur le dossier fermant les yeux et songeant … Songeant en Krystel et son but de régner à ses côtés.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: une nouvelle nuit commence [Livre 1 - Terminé]   Ven 16 Sep - 18:04

Le pouvoir... Voilà quelque chose qui ne m'intéresse pas. quand on veut le pouvoir, c'est pour soi n'est-ce pas ? Or je me suis complètement oubliée. Enfin si on peut dire ça comme ça. Je viens de naître en quelque sorte, je n'existais pas il y a quelques jours encore, c'est Suzy qui était là à ma place. Elle avait, elle aussi, tendance à penser aux autres avant de penser à elle. Mais c'était de manière générale. Elle pensait à ces gosses à qui elle donnait cours, à son imbécile de mari, à sa soeur et à son frère, à ses parents, à ses amis...Mais il ne fallait quand même pas aller trop loin et elle avait très bien su remettre les points sur les i de Hugh ces derniers temps, preuve qu'elle pouvait aussi penser à elle-même, à son propre bonheur et à son équilibre mental. Moi ? Moi j'étais différente. Née par je ne sais quelle magie dans ce corps, je suis là dans un seul but, un but unique : servir Augustus King. Ne me dtes pas que je dois penser à ma sécurité, ne me dites pas non plus que l'une ou l'autre chose est ma et que je ne dois pas la faire. S'il me l'a demandé, je ne me poserai même pas la question.

Je ne me poserai jamais de question par rapport à ce que je pourrai obtenir en récompense de quelque chose. Un ordre est posé, j'y obéis, point. Je crois vraiment que je pourrai être une servante parfaite pour le roi, qu'il le sait aussi et que c'est pour ça qu'il a songé à ce rôle pour moi. J'imagine mal comment quelqu'un pourrait lui être plus loyal et plus dévoué que moi envers lui, et c'est toujours bon quand on a le genre de projets qu'il a d'avoir quelqu'un de parfaitement loyal à ses côtés.
Je sais aussi qu'il va falloir que je me fasse à son environnement. Je veux dire... Le roi est très proche du clan Raybrandt, il est certain que j'aurai souvent à les croiser tous les membres de cette famille et leurs proches. Autant essayer de faire un effort. Après tout, je ne suis pas une mauvaise fille, là je me suis protégée parce que j'ignore totalement ce que le roi penserait si le fils de sa futur épouse prenait des libertés avec moi. Dans le doute, je préfère mettre les choses au point de manière claire. Et puis Quenny m'a énervée avec son attitude désinvolte. Je repense encore à cette histoire avec Torben et vous allez peut être dire que je suis parano, mais ça m'inquiète.

Bref, j'essaye de faire descendre un peu la pression. Je n'allais pas lui refuser mes excuses, ça aurait été mal venu, d'autant que je sais qu'il n'est pas entièrement responsable de son comportement. Ce parfum est fait pour ça non ? Alors tant qu'à faire, autant voir si le courant peut un peu passer. Attention, ne vous attendez pas à ce que je fasse amie-ami avec lui ! Déjà par principe, je ne fais confiance à personne, encore moins à un membre de la famille Raybrandt. Ensuite je sais parfaitement où est ma place, il est un vampire, de noble famille en plus, et je ne suis qu'une humaine. Mais je pense que tant qu'à faire, sans qu'on s'entende comme larrons en foire, l'entente peut être non conflictuelle déjà non ?
Je crois que je roi serait contrarié qu'il y ait trop de tension. Je vois mal comment faire avec la mégère qui lui sert de mère, même si je compte rester la plus neutre possible en sa présence, mais pour les autres, je peux au moins essayer, ça ne coûte rien. Je posais donc des questions et j'appris ainsi qu'il était shériff. Forcément, le fils de la future reine devait avoir une place de choix dans la société vampirique !



Ma loyauté est déjà dans mon sang, et dans chaque parcelle de mon esprit. en quelque sorte je suis sa création, je suis différente de la Suzy originale.


Krystel le savait, ce n'était pas un secret. Ma particularité était en quelque sorte un mystère. D'où est-ce que je venais exactement ? Est-ce que je suis simplement une partie de Suzy ? Sa partie sombre, tout ce qu'il y a de mal chez elle concentré tellement fort que ça en est devenu plus fort qu'elle ? Est-ce que je n'ai strictement rien à voir avec elle et que je suis carrément "née" en elle par un processus jusqu'alors inconnu ? Est-ce que ça va me rendre différente quand je serai la servante du roi et qu'il m'aura, comme me le dit William, passé une partie de son pouvoir ? Je ne comprendais d'ailleurs pas trop ce qu'il voulait dire... je vais devenir vampire en quelque sorte... C'est quoi cette histoire? enfin je ne préfère pas demander, le roi m'expliquera.


Votre servante... Vous la voyez différemment depuis qu'elle n'est plus juste une simple humaine ? Ca a des conséquences sur vous aussi ?
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: une nouvelle nuit commence [Livre 1 - Terminé]   Sam 17 Sep - 2:43

Elle semblait avoir songé quelques secondes … Malheureusement, pour William ce ne fut pas assez long. Il tentait affreusement de se contenir. Certes, moins il observait Suzy, plus il tombait dans un autre inconvénient. Notre cher Prince commençait sérieusement à somnoler. Comme s’il se sentait si bien, en sécurité soit le non obligation de se tenir sur ses gardes à tout bout de champ. La pluie tombait moins fortement, mais la musicalité calmait encore un peu trop William Raybrandt. Oui, les Vampires pouvaient dormir : quoi, vous pensiez en l’inverse ? Toutefois, rare ils étaient prompts à faire ce genre de chose hors de leur cercueil et en pleine nuit. Ce parfum … Cette femme le calmait. Son odeur le calmait.

La voix de Suzy se répercuta une fois de plus à l’intérieur de la voiture. Heureusement, cela permit à notre cher Vampire de ne pas partir au pays des rêves. Il ouvrit donc les yeux faisant fi de son sommeil pour se redresser un peu. Il croisa ses jambes tout comme ses mains qui, elles, se posèrent sur les premières. Un sourire germa sur les lèvres de William trouvant amusant et mignon cette force loyauté envers le Roi. Certes, ce même sourire disparut automatiquement lorsque cette femme mentionna être la création d’Augustus. C’était impossible … Ce mot, oui «création», caractérisait uniquement un Vampire par rapport à celui qui le mordit. C’était un terme spécifique et on ne devait pas l’utiliser à tord … Surtout devant un autre Vampire. Vous pourriez créer une malencontreuse confusion.

- N’utilisez pas cré …

Le regard neutre n’observant pas Suzy, tentant toujours de ramener sa force en lui, William ne réussit pas à terminer sa mise en garde. En temps normal, une frustration aurait grondé en lui. Toutefois, là il ne ressentit qu’une exclamation de rire face à la prochaine phrase de l’humaine. Sa propre servante … Elle désirait en connaître plus sur lui soit sur le lien entre servants et leur Vampire. Calme, observant avec ce regard si charmeur Suzy, William en oublia sa mise en garde précédente et enchaîna.

- Je veux la protéger je crois. Lorsqu’un servant meurt, le Vampire devient extrêmement faible pour un moment. Je crois que c’est pour cette raison que la reine n’aime pas les servants.

Un sourire en coin, William savait parfaitement que sur ce ton neutre, suave, il allait dévoiler l’une de ses suppositions sur sa mère. Quelque chose qu’il ne révélait jamais à quiconque sauf peut-être ses plus proches amis … Rare, il y en avait. Avançant le torse sans prendre aucunement garde à l’odeur enivrante, le Shérif chuchota quelques mots à Suzy. Non ! Il ne désirait point que cela s’ébruite.

- Krystel Raybrandt n’a rien contre vous Suzy. Je crois qu’elle déteste les servants humains parce qu’elle a perdu le sien il y a des siècles de cela. J’étais présent à ce moment-là. Peu importe, ne lui dites pas ce que je viens de vous dire. C’est un secret entre vous … Et moi.

Un sourire espiègle et William tacha de ramener son torse vers le siège. Certes, il était si près de l’humaine actuellement. Sans crier gare, il mit l’un de ses bras derrière le dossier du siège du conducteur. Un soupire alors qu’il tentait de décortiquer ses pensées de ses émotions ressenties actuellement. Ses yeux retournèrent vers le tableau de bord ne changeant pas de position pour autant. Sur un ton bas, semblant une vérité sortant tout droit du fin fond de son cœur, William avoua une chose. Apparemment, c’était vrai … Ce parfum laissait tomber toute agressivité, peur des Vampires.

- Tout comme vous, elle n’aime pas ma propre servante.



Dernière édition par William Raybrandt le Sam 17 Sep - 21:31, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: une nouvelle nuit commence [Livre 1 - Terminé]   Sam 17 Sep - 18:46

Forcément, il ne pouvait pas comprendre ce que je voulais dire quand je prétendais être la création du roi. Et puis j’avais bien précisé « en quelque sorte ». quand le roi s’est rapproché de Suzy, elle était terrifiée, elle ne voulait pas, elle le haïssait de tout son être. Le roi a dû utiliser son pouvoir hypnotique pour qu’elle se laisse faire, et je crois que c’est là que je suis apparue. Mais je n’étais pas encore si forte que ça. Après son départ, je me suis comme évanouie. Suzy est revenue, a repris conscience de son corps, mais elle avait oublié tout ce qui s’était passé. Logique, elle n’était pas là… C’est moi qui me suis donnée au roi.
Mais moi je ne suis pas vraiment partie. Je suis restée en elle, sans qu’elle ait conscience que j’étais là. Chaque nuit, quand son esprit était au repos, le miens prenait sa place. Je revivais cet instant de luxure violent comme un plaisir immense et elle vivait ça comme un rêve. Et puis elle se réveillait. Son esprit, plus fort que le mien, reprenait le contrôle, et les souvenirs s’évanouissaient, ils n’étaient pas les siens.

Il a fallu que le roi revienne pour que je puisse à nouveau être assez puissante pour revenir moi aussi. Sa présence a provoqué, comme un automatisme, la résurgence de cet esprit qui était né suite à son hypnose. Nous en avons longuement parlé ensemble, car ce genre de chose, il ne l’avait jamais vue de toute sa vie d’immortelle. Pourtant dieu sait qu’il avait du faire ce genre de chose avec de nombreuses femmes, mais aucune n’avait développé cette « différence ». Il m’a demandé de laisser Suzy revenir, et j’y suis arrivée. J’ai ressenti sa terreur, cette peur qui s’est prise de lui quand elle s’est réveillée face à cet inconnu et qu’elle a fini par comprendre qu’il était cet agresseur dont elle n’avait aucun souvenir. Elle a perdu l’équilibre, s’est assommée, et je suis revenue. Depuis, je ne suis plus partie. Le roi m’avait fait don de pas mal de son sang et je crois que c’est ce qui me permet de tenir si longtemps. J’espère juste tenir jusqu’à son retour, j’ignore ce qui va se passer si Suzy revient.
Ainsi donc non, je ne suis pas Suzy, mais plutôt un esprit qui a été créé par le roi, même si je ne suis pas son infante, même pas encore son esclave, je n’existerais pas sans son intervention, Suzy n’aurait jamais basculé dans la noirceur. Elle n’a aucunement conscience de mon existence en elle, mais moi je la connais. J’ai accès à tous ses souvenirs à toutes ses émotions, et je sais qu’elle fait partie de ces gens profondément « bons », jamais elle n’aurait vendu son âme au diable.

Je profite de la présence de l’infant de Krystel pour lui poser quelques questions. Ainsi j’en apprends un peu plus sur les liens qui unissent les servants et leurs maîtres. Et William semble même avoir une théorie sur la raison pour laquelle la reine n’aime pas les servants. Simplement parce que leur mort provoque une faiblesse chez leur maître. J’ai un peu de mal à croire que cet être égoïste et nombriliste que j’ai rencontré puisse se faire vraiment du souci pour une éventuelle faiblesse du roi. D’ailleurs, je me demande même si ça ne l’arrangerait pas et si elle n’en profiterait pas pour essayer de prendre sa place. Je la crois vraiment capable de tout, je n’ai aucune confiance en elle.
J’en suis à ces réflexions et le vampire me demande de ne pas répéter ce qu’il vient de dire. Quand il se recule enfin vers le siège, je fais un petit sourire et mime une clé fermant un cadenas au niveau de ma bouche.



Il doit y avoir une pointe de jalousie aussi non ?


Ca me semble plutôt logique, et sa dernière phrase me le confirme. Et puis ça collerait bien au personnage, c’est tout à fait son genre de vouloir régner seule sur tout et sur tout le monde. C’est bien pathétique en tout cas d’avoir ce genre de réaction avec les simples humaines que nous sommes. Comme si nous étions des menaces ! C’est ridicule.


Elle ne supporte aucune femme qui s’approche de vous, son infant, ou du roi, son créateur. Que vous accordiez un minimum de crédit à une autre qu’elle la dépasse, même si ça n’a rien à voir.


Je hausse les épaules.


Enfin ce n’est que mon avis…
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: une nouvelle nuit commence [Livre 1 - Terminé]   Lun 19 Sep - 3:01

Pendant un moment, William vit de la confusion sur le visage de Suzy Swing Tannen. Non. En fait, on pouvait plus avouer qu’elle ne croyait pas en les paroles prononcées par notre cher Vampire. Cela accorda et garda la bonne ambiance déjà présente en lui actuellement. Certes, Suzy n’avait pas à faire de gros efforts pour cela. William était sous son emprise après tout. Toute sa peur auprès de l’humaine disparut. Sans compter qu’elle était reliée au Roi, il ne pouvait nullement ressentir un inconfort en sa compagnie. Comme s’il discutait avec Jana, Belle ou même Julien. Une amie malgré qu’ils venaient à peine de se rencontrer. William commençait tout juste à mesurer la proportion des dégâts commis en l’intérieur de cette voiture. Il espérait que Suzy n’en dise rien … À quiconque. Que le Roi le sache pouvait facilement se rendre aux oreilles de Krystel et là … Oui là, William passerait un mauvais quart d’heure.

* Au moins, elle semble sincère. *

Un sourire à la mimique de Suzy et William descendit le regard quelques instants. Machinalement, il observa l’endroit où se trouvait la transmission de la voiture. Il ramena son bras, mais ce dernier désirait autre chose. Oui, notre cher Vampire voulut étrangement entourer Suzy de son bras comme pour la protéger. C’était plus fort que lui … Il la désirait. Heureusement pour notre heureux idiot de service, l’humaine se trouvait être perpendiculaire à sa position. La main gauche du Vampire restait au centre de l’habitacle alors que les oreilles se firent attentives à Suzy réfutant son hypothèse.

- Peut-être … Tu me dis alors connaître mieux Krystel que moi. Depuis … Enfin, aujourd’hui on qualifierait cette époque moyen-âge. Depuis cette époque, je la connais moi. Donc, je devrais être plus qualifié pour … Enfin …

Il y était allé de manière douce sans élever nullement la voix. William était trop bien ici présent pour être frustré pour si peu. Toutefois, oui. Cela l’agaçait au fin fond de son être que Suzy en sache plus sur elle, sur sa reine que lui. Qu’elle puisse donner son opinion alors que cette femme en puissance ne lui fut montrée une fois. Puis, elle semblait même avoir une vue très subjective déjà sur Krystel Raybrandt. Ainsi, comment pouvait-elle être objective maintenant ? William apposa son coude droit au rebord de la fenêtre observant sans les voir les multitudes de gouttes pluie tombant sans s’arrêter. Il mit doucement la tête contre la vitre. Cette dernière était fraîche au vu du Vampire s’étant nourri depuis peu.

Jalousie ? En fait, Krsytel tiendrait réellement à lui du plus profond de son être ? Oui, mais il y avait aussi le fait Augustus : sa servante en était la preuve vivante. C’était si compliqué d’expliquer les émotions de sa créatrice, de son tout. C’était tout aussi difficile de caractériser ses propres émotions. William releva lentement la tête pour la tourner à nouveau vers Suzy.

- Enfin, tu as peut-être raison. Ce serait logique à bien y penser … Mais là, j’aimerais que tu m’explique un peu plus cette création. Tu ne peux pas être la création du Roi vu que tu es encore humaine. Tu es quoi pour le Roi ? Enfin, maintenant tu es quoi pour lui avant de devenir sa servante ?

William avait subitement changé de sujet. Il se sentait plus confiant, plus calme discutant de Suzy que de ses propres pensées et émotions. Le Shérif avait toujours le coude apposé sur le rebord de la fenêtre. Certes, sa tête l’était maintenant sur le dossier dans une position on ne peut plus confortable.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: une nouvelle nuit commence [Livre 1 - Terminé]   Lun 19 Sep - 15:29

Oh oh... Aurais-je froissé le dauphin ? Décidément, ces gens ont l'art de prendre la mouche même si on ne leur dit pas grand chose ! et puis après tout, il devrait être content qu'elle se montre jalouse non ? Il peut avoir l'espoir que ça soit par amour. Moi je suis persuadée qu'elle est incapable de ressentir ça et que c'est plutôt par principe mais laissons lui ses illusions... En tout état de cause et contrairement à ce qu'il pense, je ne prétends pas connaître Krystel mieux que lui. Dieu - Ou Satan - me garde de jamais bien connaître cette harpie. Moins, je passerai de temps dans son entourage, mieux je me porterai. Quoique je vais devenir la servante de son "mari", alors pour l'éviter, ça va être compliqué.

bon, je vais éviter de penser à ça, le jeu en vaut la chandelle. Et puis je serai la servante du roi, pas la sienne, et vu qu'elle semble bien me détester, avec un peu de chance elle fera tout pour qu'on ne se croise jamais ! On peut toujours rêver, c'est gratuit.
en tout cas, je la vois bien se montrer complètement jalouse de tout et de rien. Parce qu'il faut bien l'admettre, moi, je me situe plutôt dans les "rien". Ne pensez pas que je me fasse la moindre illusion sur ma place ou ce que je représente. Etrangement, je trouve qu'elle s'est beaucoup trop occupée de moi. Elle s'est cassée la tête pour trouver des répliques dédaigneuses à me lancer, elle m'a fichu une baffe... On ne fait pas ça à quelqu'un qu'on méprise au point de le trouver "transparent". non, je ne l'avais pas été, et elle avait déversé sur moi toute sa frustration au contraire. Elle a passé trop de temps à me malmener, ça cache quelque chose. Elle m'en veut visiblement, et pourquoi si ce n'est pour l'attention que le roi me porte ? Je hausse les épaules quand il me dit que je prétends mieux la connaître. en fait de mieux la connaître, je crois que ça tient à une chose très bête : je suis une femme.



Je ne dis pas que je la connais mieux. Mais justement le fait que je sois étrangère me permet peut être d'avoir une vision moins parasitée par un vécu ou des émotions.


Je sais, les miennes sont plutôt négatives. La faute à qui ? Moi, mon Maître m'a demandé de venir, de délivrer un message et d'obéir aux ordres de Cruella. C'est ce que j'ai fait, sur toute la ligne. Jamais je ne me suis montrée irrévérencieuse, jamais je n'ai contredit, et malgré ça, Madame est montée sur ses grands chevaux. Bref, on ne va pas en faire une montagne, elle est complètement mégalo, c'est son problème.
Finalement William accordait que peut être il y avait une part de vérité dans ce que je disais. Encore une fois, je ne faisais qu'énoncer une théorie, je n'affirmais pas avoir raison. Il voulait par contre en savoir plus sur ce que j'avais voulu dire en fait de "création". Je savais que l'expliquer n'allait pas porter préjudice, ça n'avait en réalité plus aucun intérêt maintenant, si ce n'est la curiosité sur un bien étrange fait.



Je ne peux parler au nom du roi. Pour savoir ce que je suis pour lui, il faudra le lui demander.
En réalité lors de notre première rencontre, il a vu la "Suzy originelle". Elle a été hypnotisée par le roi, mais au lieu de simplement obéir à ses ordres sans pouvoir faire autrement, une deuxième personnalité s'est créée en elle, une personnalité qui était tout son contraire. Qui aime le roi autant qu'elle le déteste, qui lui sera loyale jusqu'à la mort alors qu'elle voudrait le voir mort. Cette personnalité, c'est moi. Quand le roi est parti, Suzy a repris sa place. Moi je ne revenais à la surface que la nuit, faisant revivre à Suzy en rêve ce qui s'était passé. Au petit matin, son esprit reprenait sa place et je disparaissait. Et puis le roi est revenu. Dès qu'il a été à proximité, je suis apparue sans qu'il ait à faire quoi que ce soit. Suzy était là, je la sentais endormie, mais j'avais le contrôle de son corps, moi, née en elle par l'intervention du roi. Nous ne comprenons ni l'un ni l'autre ce qui s'est passé. J'ai toujours peur qu'elle refasse surface. C'est pour ça que j'ai fait en sorte que cette voiture ne démarre plus et que j'ai brisé son téléphone. Mais pour l'instant, je semble toujours être la plus forte. Le roi m'a offert beaucoup de son sang lors de notre dernière rencontre, je pense que c'est ce qui me permet de rester.



Je bougeais un peu, restant toujours dos à la portière, mais m'avançant légèrement pour pouvoir poser ma tête sur le repose tête du siège.


Vous voyez ? Le roi n'a pas créé une créature comme il le ferait avec un infant... Mais il a créé un esprit, un esprit bien indépendant, capable de raisonnement et dont la dévotion est sans limite. Je ne suis pas Suzy. J'habite son corps, mais je ne suis pas elle, et je viens du roi.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: une nouvelle nuit commence [Livre 1 - Terminé]   Mar 20 Sep - 3:44

Pourquoi il fallait toujours ressasser ce pour quoi vous aviez tord ? Pourquoi vous ne pouviez pas laisser tout cela aller … Couler à la manière d’un ruisseau tombant dans une rivière puis, un fleuve terminant sa course dans l’océan. Loin de soi ne vous apportant plus aucun souci. Un regard moins parasité, moins chargé d’émotions. Oui, il avait avoué que Suzy avait raison. Ce fut, cependant, uniquement pour changer de sujet. Pour que ce petit accrochage, si cette expression est la bonne, soit oublié de l’humaine. Non pour que William, lui, le laisse de côté. Évidemment, malgré qu’ayant continuellement un regard neutre, le Vampire travaillait de l’esprit. Même, on pourrait avancer que son esprit travaillait plus encore pour pallier au manque d’émotion aperçut sur son visage.

* Pff … Jalouse ? Cela ne paraît point. Elle ne m’aime … *

Pensa-t-il à moitié éveillé une fois de plus fermant les yeux. Ok, il semblait s’habituer à ce parfum. Ou était-ce le fait d’être séparé par la transmission de la voiture qui l’empêchait de sauter sur Suzy ? Peut-être un peu des deux rajoutant, évidemment, son esprit, ses pensées. Justement, relevant le regard posant ses yeux charmeurs sur Suzy, William n’y songeait plus apparemment. Elle allait lui dire … Elle lui expliquait le «mot» création selon l’étymologie de Suzy et non de tous les autres Vampires se respectant ayant écrit la loi, respectant cette dernière depuis des lustres.

- Le Roi aurait tant de pouvoirs …

Fasciné, William ne pouvait plus retenir ses lèvres de bouger. Sérieusement, plus l’humaine déblatérait son histoire, plus notre cher Prince paraissait interloqué et ne sachant nullement quoi répondre, quoi penser sur cela. Augustus ne savait même pas lui-même pouvoir obtenir ce prodige. Étrangement, William eut peur. Oui, car depuis qu’il désirait devenir le nouveau Roi … Serait-il assez puissant ? En avait-il la capacité au juste ? Pourrait-il, enfin, obtenir ce genre de pouvoir ? Peut-être … Certes, il était si jeune en comparaison avec Augustus King. Cela lui faisait peur lui donnant un point au ventre, une nervosité. Certes, il ne pouvait pas reculer non ? Lui ne discutait pas de pouvoirs au sens physique du terme, mais bien au sens social … Il fallait que cela change. Tout comme Suzy qui avait posé sa tête sur le dossier du siège, William fit de même refermant les yeux.

- Comment est-ce possible ? Le Roi créa un deuxième esprit dans le même corps sans s’en rendre compte … C’est totalement loufoque … C’est ...

À l’évidence, William Raybrandt se parlait plus à lui-même. Il semblait même avoir oublié Suzy. Mais non, vous ne songerez pas à cela tout de même. Malgré que la plupart de son esprit, en tout cas sans compter la douceur mentale flottant dans l’habitacle, fût en pleine effervescence, William savait ne pas être seul. Cette Suzy se nourrissait de sang … Restait présente grâce au Roi. On avait l’impression d’un démon. Non ! William ne regardait pas trop de films : ou pas, hrm passons.

- ... Vous n’avez pas besoin de manger ? Pas du tout ? Cela me rappelle cette femme enflammée à la célébration du premier mai …

Sans bouger le reste de son corps, William avait tourné la tête vers Suzy. Il ne souriait pas, son sérieux pouvant intimider même. Dommage, il n’avait pas toute sa tête. Certes, ses impressions, ses sensations du premier mai lui revinrent tout de même. La chaleur surtout puis, cette volonté d’attaquer sans crainte cette personne. Qui fut-elle ? Qui était-elle ? Trop d’hypothèses et si peu de réponses actuellement … Argh ! Pour la première fois en cette soirée, William Raybrandt serra les poings. Il était mécontent de tout ce brouillard – au sens propre et au sens figuré – dans sa tête.

- J’étais aux premières loges devant cette femme. Sans parler de la chaleur suffocante, je ressentais le besoin de l’attaquer … Mais Attendez ! Je viens de comprendre ! Avec vous, je ressens un désir énorme ! Celui de vous approcher et ... !

Oui, commençant doucement presque dans un murmure recherchant dans sa mémoire ses ressentiments passés, William releva le torse presqu’en un bond. Il déblatéra alors plus rapidement ses émotions envers Suzy elle-même. Oui ! Peut-être était-ce l’un de ses propres pouvoirs ? William, presque essoufflé d’avoir trouvé cette hypothèse, observait l’humaine attendant une réponse. Augustus avait-il créé aussi cette flamme enflammée ? Cela ne l’étonnerait pas … Et ceci ne lui fit plus peur. Il fallait changer. Trop excité, rare chez lui, on semblait qu’il ne tenait presque plus en place. Étrangement, William sentait tenir Augustus ... Un lien entre Suzy et cette femme enflammée ? Oh, pauvre William qui croyait tenir le Roi entre ses griffes pour le crime du premier mai.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: une nouvelle nuit commence [Livre 1 - Terminé]   Mar 20 Sep - 13:25

Expliquer ce qui s'était passé était vraiment très compliqué, je m'en rendais d'ailleurs compte en le faisant. J'avais moi-même du mal à comprendre en profondeur tout ça, alors devoir mettre des mots dessus et le faire comprendre à un tiers qui n'en avait aucune expérience, c'était bien difficile.
Pourtant à mesure que je parlais, je me rendais compte que William semblait presque... Effrayé ? Oui, c'est bien ce qui me semblait... Je me demandais bien pourquoi d'ailleurs. Est-ce qu'il avait déjà entendu parler de quelque chose de semblable ? Ca m'étonnerait beaucoup, si le roi ne savait pas, à mon sens personne ne pouvait savoir.

Je crois que ma particularité restera unique. Je ne sais pas d'ailleurs si c'est une bonne ou une mauvaise chose. moi je dirais bonne, tout simplement parce que ça avait attiré l'attention de mon Maître. Aurait-il décidé de me marquer comme sa possession si je n'avais pas été comme ça ? Je me permets d'en douter. Je pense que c'est ma dévotion envers lui qui lui a fait prendre cette décision. Je ne vais donc certainement pas me plaindre. Et puis... J'existe !!!! Oui, sans ça, je n'aurais pas existé, c'est certain ! Suzy était tellement différente de moi... Vous savez quoi ? Je pense bien que je la déteste autant que la mégère qui va devenir reine. Sans blague ! Elle, je suis certaine qu'elle aurait été une menace pour le roi. Enfin je ne sais pas si elle aurait été assez intelligente pour ça, mais elle aurait été bien foutue d'aller voir ces tarés qui font partie de l''église ou de parler à ce Torben Badenov qui me semble avoir bien des choses à cacher.

Je ne dois d'ailleurs absolument pas oublier d'en parler au roi. La reine a eu l'air de se foutre complètement de cette information, je ne sais pas si c'est de la négligence ou si elle en sait beaucoup sur lui, mais en tout cas ça ne me plait pas qu'elle n'ait pas relevé. Il devait bien y avoir une raison pour qu'il débarque chez moi et demande à parler à Hugh Tannen, que tout le monde sais si bien lié avec le monde des vampires, alors que lui les hait au plus au point ! Ce n'était pas clair du tout, et ça méritait qu'on s'y attarde.

William venait de parler comme pour lui. "Le roi aurait donc tant de pouvoir"... Il avait cet air, soucieux, presque effrayé... J'y voyais même un peu de désespoir. Pourquoi ça ? Il était sensé lui être soumis et travailler à son essort non ? La pointe de fascination que je voyais ne masquait pas les autres émotions, et pour moi, ces émotions n'avaient rien à faire là. Je n'aimais pas vraiment ça, et j'ai un peu froncé les sourcils, à mon tour interloquée. Je ne savais pas si je devais m'inquiéter ou pas. Mais je vous l'ai déjà dit non ? Je ne faisais confiance à personne, à personne sauf au roi. Je crois que je verrai toujours les autres comme des ennemis potentiels, quitte à sembler paranoïaque. Mais si cette manière d'agir me permet de démasquer un seul traître, alors ça vaut la peine.



Ce n'est pas loufoque ! Je suis là !


N'étais-je pas la preuve vivante de ce que j'avançais ? Qu'il se renseigne sur Suzy Swing Tannen s'il le souhaitait ! N'importe qui la connaissant lui dépeindra un personnage qu'il ne reconnaîtra pas. Et puis là sans que je comprenne pourquoi il m'a posé une question des plus farfelues. Pas besoin de me nourrir ? Moi ? Mais où donc avait-il était chercher ça ? Est-ce que j'avais prétendu, à un moment ou à un autre, que je ne me nourrissais pas ? Et voilà qu'il me parle d'une femme enflammée maintenant.
Non, vraiment, je ne comprenais plus rien du tout. Le pire, c'est qu'il semblait être au comble de l'excitation ! Il semblait me prendre pour ce que je n'étais pas, et il semblait aussi faire un rapprochement avec cette femme qu'il disait désirer attaquer.



Une femme enflammée ? Mais qu'est-ce que vous racontez ?


Je levais les yeux au ciel. Bon, je n'avais absolument pas l'intention d'épiloguer, là il me semblait évident que ça dérapait tout doucement.


Bon... Ecoutez je pense vraiment que vous devriez partir là... Le roi peut arriver à tout moment, et je n'ai pas envie qu'il se fasse des idées sur ce qui se passe dans cette voiture. Je crois que ça ne serait bon ni pour moi, ni pour vous. Je me trompe ?
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: une nouvelle nuit commence [Livre 1 - Terminé]   Mer 21 Sep - 3:46

Suzy … Elle s’énervait, mais pourquoi ? Cela surprenait au plus haut point un William maintenant interloqué par ces sautés d’humeurs. Apparemment, cela se passait plusieurs fois par soirée. Oui, il s’était pratiquement retrouvé avec un coup de poing au visage vous vous rappelez ? Lorsque son corps lui demanda d’approcher, de caresser la jolie – simplement pour son véritable être – Suzy Swing Tannen. Pas loufoque ? Ok, ok ! Calmez-vous. Je ne m’énerve pas moi à ce que vous pouvez voir ! Non effectivement cher William trop tempéré aussi faute à un air, ce parfum, agréable flottant tout partout.

* Le Roi les choisit colériques ses servantes. *

Songea-t-il sans laisser apparaître quoi que ce soit. Seul son regard se fut tourné vers Suzy pour être ramené vers la fenêtre le moment suivant. Elle le pensait totalement idiot … Elle ne regardait jamais la télévision ? Si elle vivait comme une véritable humaine, tout comme l’autre esprit, cette entité devait certainement connaître les événements du premier mai. Apparemment non. William Raybrandt ne l’observait plus, plutôt calme encore et heureusement, car sa fierté venait d’être rabaissé de beaucoup … Trop même. On ne lui avait jamais manqué autant de respect. Puis, elle devrait s’y habituer : après tout, devenant servante humaine du Roi Augustus, Suzy allait devoir lui vouer un respect à lui aussi. Voilà la loi des Vampires.

- Partir … ? Comme vous voulez madame.

Un soupire par réflexe sortit d’entre ses lèvres. Il laissa terminer Suzy avec sa colère puis, avait pris la parole. Cela ne servait à rien d’être têtu avec ce genre de personne. Puis, ces émotions voir son excitation l’avait aidé à recouvrer ses esprits. William pouvait donc se lever sans désirer rester. Il ouvrit la portière, mais sans pour autant la refermer de suite la main toujours dessus la tenant ouverte. Elle ne le croyait pas. Un sourire en coin, William n’avait pas terminé désireux de toujours laisser une émotion positive de sa personne envers autrui … Pour qu’ils rétorquent leurs bévues, pour les faire réfléchir. Oh ! C’était amusant de voir les humains réfléchir non ?

- Suzy. Regardez les actualités à la télévision. Vous verrez que l’on parle encore beaucoup des problèmes du premier mai et de cette étrange femme enflammée. Ne me prenez pas pour un fou sans vous en être informé. Puis …

Un instant, William allait refermer la portière. Certes, il se retourna vers la voiture et baissa le torse à nouveau pour bien voir Suzy qui, elle se trouvait toujours assise à l’intérieur. Oui, elle lui avait manqué de respect … Une «future» servante royale ne devait pas discuter sur cet air avec un Vampire de haut rang voici la loi. Si elle désirait tant que cela agir pour Augustus, alors il vaudrait mieux respecter ses œuvres.

- … Puis, vous devriez être un peu moins brusque avec un Vampire de haut rang. Vous allez devenir la servante humaine de notre Roi à tous après tout. Comment pensez-vous qu’il réagirait sachant que vous avez traité un Shérif de fou ? Car, c’était le sens de vos mots à mon égard. Non ?

Non fâché, neutre même sur le point de rire, William ferma finalement la portière. Maintenant, laissons-là méditer sur cela. Comment allait-elle réagir ? Il la verrait au Mariage et … Elle s’excuserait. Un sourire en coin semblant sadique, William laissa partir une légère exclamation de rire. Ah ! Les humains pouvaient tant vous amusez comme vous attirer. Au moins, cette rencontre lui en avait appris un peu plus sur Augustus King lui-même : ses pouvoirs et son attitude. William disparut subitement courant si vite de retour au manoir en moins de cinq secondes.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: une nouvelle nuit commence [Livre 1 - Terminé]   Mer 21 Sep - 13:55

Je n'avais absolument pas l'intention de passer ma nuit à discuter avec lui. Dois-je encore et toujours répéter que je ne lui fais pas confiance ? Je n'ai pas encore discuté avec le roi pour savoir comment les choses allaient se dérouler et je ne voulais certainement pas commettre d'impair en le laissant faire des choses que le roi désapprouverait.
C'est vrai, cette histoire liée au bal du 1er mai me revenait en tête maintenant, mais c'était dans les souvenirs de Suzy, pas dans les miens, et je n'avais simplement pas fait le rapprochement tout de suite avec cette... Wat-quelque-chose, d'autant qu'il semblait vouloir faire un quelconque rapprochement avec moi ! Quel était le rapport ? Il me prenait pour un démon ? Enfin la thèse du démon était celle qui avait été mise en avant par les médias, j'ignorais de quoi il s'agissait exactement.

Bref, la tournure que prenait cette conversation commençait à ne pas trop me plaire. J'avais dit le strict minimum, je savais qu'il ne pouvait aller nulle part avec ça. Les faits étaient connus, Queeny était au courant de ma particularité, j'en avais parlé devant elle et ses "esclaves", bref, aucun scoop à l'horizon. Après, il en tirait les conclusions qu'il voulait, mais ça ne pouvait être que des présomptions. Je ne voulais pas être amenée à en dire plus, et cette rencontre n'avait que trop duré.
Si le roi arrivait maintenant, je ne savais pas du tout comment il allait réagir à nous trouver, le dauphin et moi, enfermés dans ma voiture, même si de toute évidence, il ne se passait rien. Hors de question que je risque de le mettre en colère. Je n'avais aucune idée de ce que j'avais le droit de faire, de ce que le dauphin avait le droit de faire avec moi, et tant que je n'étais pas fixée, je préférais éviter de risquer de commettre des impairs. Ainsi, je préférais qu'il s'en aille, et je lui ai dit carrément.
J'avoue avoir été la première surprise quand il a ouvert la portière sans autre forme de procès... Remarquez, ce qu'il a dit en partant m'a fait lever les yeux au ciel. Mais oui, je savais qui était sa femme enflammée, et je ne le prenais pas pour un fou, je ne voyais juste pas le rapport entre elle et moi, ce qu'elle était venue foutre dans la conversation. Arrogant, prétentieux, oui, mais ça, c'était propre aux Raybrandt, mais fou... Pas encore. quoique, peut être, je ne connaissais pas ses desseins et si je les connaissais, effectivement je le traiterait de fou !



C'est le sens que vous avez bien voulu lui trouver. Tout comme la future reine a considéré que je la considérais comme une égale ou même un être inférieur juste parce que je lui demandais de m'enchaîner au cas où Suzy reviendrait. j'obéis au roi, et à la reine parce qu'il me l'a demandé. si je dois vous obéir aussi, je le ferai, mais pas avant d'en avoir reçu instruction de mon maître. Bonne nuit Shérif.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: une nouvelle nuit commence [Livre 1 - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
une nouvelle nuit commence [Livre 1 - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Travailler ou non cette nuit [Livre 1 - Terminé]
» Mission intrigue : La nuit ça change tout la nuit, c'est merveilleux la nuit [Livre II - Terminé]
» Nouvelle nuit avec Sylvie [PV Sylvie]
» Personnages
» Perdues cette nuit. } Joy. (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: Alentours :: Forêts
-
Sauter vers: