AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Retour au bercail
MessageSujet: Retour au bercail   Mer 13 Juil - 23:52

Roxane avait entendu une rumeur comme quoi un certain garage avait rouvert. La rumeur ne l’avait intéressée que parce que ce garage était tenu par deux loups de la Meute. L’un d’eux était mort pendant l’explosion de Wolfheaven. L’autre avait été portée disparue depuis l’explosion, et le doute restait. Avait-elle péri elle aussi, son corps pulvérisé au point que l’on ne puisse l’identifier ? Ou avait-elle juste pris la fuite ? Ce ne serait pas la seule à l’avoir fait. Quelques uns avaient disparus plusieurs jours avant de réapparaître dans le coin. C’était une réaction normale, compréhensible. Se terrer face à une menace de cette taille non-identifiée. Se cacher pour faire son deuil d’une famille décimée. Quoi qu’il en soit, Roxane se sentait responsable de tous ces orphelins. Elle était l’exécutrice de la Meute avant que celle-ci n’éclate, avant que les deux leaders ne meurent brutalement. Est-ce qu’elle avait vraiment une responsabilité envers eux ? Ca dépendait du point de vue. Certains loups ne le voyaient pas de cet œil et le lui faisait savoir avec toute la diplomatie dont ils étaient capables.

Quoi qu’il en soit, si Cian était de retour il fallait qu’elle aille la voir. Savoir comment elle allait. L’informer sur ce qu’il restait de la Meute, si elle ne le savait pas déjà. S’assurer qu’elle ne partirait pas dans une quête de vengeance qui, si elle était bien évidemment compréhensible, serait catastrophique pour tout le monde. Roxane ne souhaitait pas faire confiance aux vampires. Mais elle ne pouvait pas faire autrement que de leur laisser le bénéfice du doute. Il n’y avait aucune preuve de leur implication dans les explosions qui avaient ravagé les deux lieux symboliques de la Meute. Et sans preuve, toute accusation publique ou vendetta personnelle risquerait de mettre le feu aux poudres. Et les siens seraient les premiers à en payer les frais si ça arrivait. Roxane voulait leur éviter ça, même si ça passait par se les mettre à dos. Elle détestait tout ça. Détestait devoir prendre ce rôle. Mais elle ne voyait pas d’autre solution. Elle ne voulait pas fuir. Elle ne le pouvait tout simplement pas. Si elle le faisait, il lui faudrait prendre Alexis avec elle. Et elle ne pouvait pas offrir une vie comme ça à l’adolescente. Tout comme elle ne pouvait pas la laisser derrière.

Elle gara sa voiture devant le garage qui était effectivement ouvert, et avança dans l’allée. La porte coulissante en métal était ouverte, et elle entra donc, un peu hésitante. Elle ne voyait personne. Il devait pourtant y avoir quelqu’un. Cian n’aurait pas laissé tout ouvert comme ça si elle ou un employé n’était pas dans les parages. Roxane demanda tout en faisant quelques pas.

« Il y a quelqu’un ? Cian ? »

_________________


Disponibilité RP : Dispo ! Me contacter par MP si intéressé !  

~~~~~~~~~~~~~~~~


Fiche  -  Liens  -  RPs
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15
Coups du Destin: 7
Tu as fais de mon coeur un orphelin, C'est un pieu qui attend le tien
Messages : 3485
Membre du mois : 77
Je crédite ! : (c) Tatiana (c) Roxane
Vos Liens :

Autres comptes : Darren Stirling
Modératrice
Tu as fais de mon coeur un orphelin, C'est un pieu qui attend le tien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Retour au bercail   Ven 15 Juil - 22:48

❝ Retour au Bercail ❞
Roxane & Cian

Je me réveille avec un mal de crâne digne des plus grand cliché de la gueule de bois. Rien de bien grave, mais j’avais abusé sur la bouteille comme à mon habitude ces derniers temps, et c’était un truc qu’il allait falloir changer car je ne voyais pas réellement l’alcoolisme comme porte de secours. Même si l’alcool fait oublier, il ne sert pas forcément à grand chose d’autre. Je regarde l’heure sur mon portable avant de me laisser tomber dans mon lit. Ça faisait quelques jours déjà que j’étais de retour à Glasgow, sans pour autant avoir officiellement rouvert le garage, mais les portes restaient ouvertes quand même. Je me redresse, m’étire de tout mon long avant de glisser du lit, et de me diriger vers un salvateur café et un cachet promis. Le tout engloutit je me décidais à sortir de cette pure léthargie qui était la mienne pour bouger mon cul, prendre une douche et reprendre le travail, c’est tout ce qui pouvait me sortir la tête de cette … situation, ce contexte, au moins quelques heures. Juste histoire de pouvoir décompresser. Combien de gens pouvaient se dire que leur boulot était leur soupape de décompression ? Peu. Surtout dans l’état actuel des choses…

Je me sers une seconde tasse de café, avant de me dire qu’il était peut être plus sage de prendre la totalité de la carafe en bas avec moi, puisque je commençais à avoir de sérieux sentiments pour lui et que je ne pouvais le laisser seul, et que nous devions faire qu’un. Moi, et mon café, et mes huiles à moteur et mes clef de douze, allons nous retrouver en parfaite communion. Je n’avais pas de travail à proprement parlé, pas de réparations, le fait que le garage est du être fermé ces derniers faisait que je me retrouvais avec les restaurations et rénovations d’épaves, et autant vous dire que c’était clairement ce que je préférais faire. A nous Aston Martin. Je glisse le long de la rampe oscillant entre bonne et mauvaise humeur, mais c’était toujours assez aléatoire quand je me réveillais. Surtout ces derniers temps la mauvaise humeur l’avait emporté, et j’avais encore et toujours la rage au ventre, comme une brulure dans la peau, une envie de vengeance terrible pour ce qu’ils avaient pu faire au mien. La seule idée même de les trouver et de leur rendre la monnaie de leur pièce me mettait en joie, et ne venez pas avec vos discours moralisateurs. La vengeance ne résoudra jamais rien, certes, mais elle est toujours toujours aussi plaisante.

Je me penche sur le moteur, en regardant tout ce qui me semblait désormais inutile, ou inutilisable. Quand j’entends une voiture dans l’allée. Les nouvelles vont vites apparemment, je n’avais encore dis à personne que j’étais de retour, et c’était pas des gens qui venaient pour présenter leur condoléance pour la mort de Tom, ça, ça m’étonnerait. Et ça n’aurait pas été le bienvenue de toute manière. Et maintenant je priais pour que ce soit un client, et pas une autre histoire qui frappait à ma porte. Parce que même si j’avais déjà bu deux café, j’avais pas encore ouvert la bouche de la journée et ça m’allait parfaitement comme ça. Je m’attache machinalement les cheveux et serre les manches du bleu de travail plus très bleu, autour de ma taille. On m’appelle, et je reconnais la voix et je reconnais l’odeur. Je lève les yeux au ciel, pas un jour de répit, pas le moindre, jamais , C’était pour ça que j’étais revenue, je ne pouvais pas fuir. Mais là, je viens à peine de regarder mon moteur.

Je suis là. fis-je sur un ton monotone.

Je me redresse avant de me diriger vers elle en terminant d’une traite mon café, posant la tasse sur un étagère d’établi. Je la regarde. Honnêtement… Je comprenais pourquoi elle était là, elle avait été faite Exécutrice de la Meute, et que la rumeur de mon retour avait du la piquer au vif. Mais si elle était venue pour des justifications, je ne les lui donnerais pas. Nous devions tous unir d’accord, mais chaque chose en son temps.

Roxane, les nouvelles vont vite à ce que je vois. Qu’est ce qui t’amène dans mon antre ? Il me semble pas avoir passé d'appel... Café ?
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15/20
Coups du Destin: 0
I can't get enough
Messages : 37
Membre du mois : 12
Je crédite ! : encours
Localisation : Glasgow
Caractère : Sauvage - Loyale - Indécise - Fière - Insolente - Battante - Moqueuse - Passionnée - Susceptible - Joueuse
Humeur : Explosive
Autres comptes : Aucun :D
I can't get enough
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Retour au bercail   Mer 20 Juil - 22:13


Le garage était effectivement ouvert. La grande porte métallique était ouverte, et Roxane l’avait franchie, cherchant des yeux la louve qu’elle ne voyait nulle part. Elle fit jouer de sa voix pour se faire remarquer, et une voix se fit finalement entendre, derrière une voiture. Roxane fut à la fois soulagée de l’entendre et stressée de la conversation qu’elles auraient toutes les deux. La voix de Cian ne la faisait pas se sentir bienvenue, et elle le comprenait tout à fait si c’était le cas. La louve avait disparu plusieurs jours, plusieurs semaines même pouvait-on dire. Elle n’avait visiblement pas envie de gérer le trou béant qu’Hayden et Isadora avait laissé derrière eux bien involontairement. Mais elle était là, malgré tout. Elle était revenue. Bien sûr ça pouvait être juste pour son garage. Peut-être qu’elle n’en avait plus rien à foutre de la Meute, qu’elle ne voulait plus avoir à souffrir ainsi, à se sentir orpheline. En tous les cas il fallait que Roxane sache ce qui lui était arrivé, si elle allait bien, et si elle était en danger ou représentait un risque pour ce qui restait des leurs.

Cian apparut enfin, une tasse de café à la main qu’elle but tout en marchant. Roxane lui adressa un regard sérieux qui ne se voulait pas dur. Elle n’était pas là pour lui faire la morale ou lui reprocher d’avoir disparu. Elle était d’abord là pour prendre de ses nouvelles. L’accueil de la louve n’était pas très chaleureux, mais elle était tout à fait polie. Roxane avait connu pire avec certains de ses cousins. Les loups étaient entiers. C’était une qualité mais qui n’était pas toujours facile à vivre lorsqu’il s’agissait de vie en communauté.

« Non effectivement, tu ne m’as pas appelée… Mais la réouverture de ton garage n’est pas passée inaperçue. »

Elle acquiesça à la proposition. Un café n’était jamais de refus. Elle en buvait un peu trop ces derniers temps, mais il faut ce qu’il faut pour rester alerte malgré la fatigue et le stress qui la minaient.

« Je veux bien, oui. Merci. »

Roxane continua sans plus attendre, engageant la conversation.

« Je suis désolée de venir te déranger ici. Est-ce que tu vas bien ? »

Elle avait fait partie de ceux qui avaient disparu sans donner de nouvelles. La voir refaire surface faisait du bien au moral. Ca signifiait que peut-être il en restait d’autres. Elle n’était pas en colère envers elle de les avoir laissés ainsi dans l’incertitude. Elle était soulagée de voir qu’elle était en vie et qu’elle allait bien. Ce n’était pas les meilleures amies du monde, mais elles faisaient partie d’une même famille.

_________________


Disponibilité RP : Dispo ! Me contacter par MP si intéressé !  

~~~~~~~~~~~~~~~~


Fiche  -  Liens  -  RPs
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15
Coups du Destin: 7
Tu as fais de mon coeur un orphelin, C'est un pieu qui attend le tien
Messages : 3485
Membre du mois : 77
Je crédite ! : (c) Tatiana (c) Roxane
Vos Liens :

Autres comptes : Darren Stirling
Modératrice
Tu as fais de mon coeur un orphelin, C'est un pieu qui attend le tien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Retour au bercail   Sam 23 Juil - 1:01

❝ Retour au bercail ❞
Cian & Roxanne

J’avais donné ni bonnes, ni mauvaises nouvelles. Juste la disparition des radars. J’aurais pu forcer les choses, mais le choc avait été comme un souvenir de mauvais souvenirs, de trop de mauvais souvenirs, des retours à des sentiments enfouis que je n’avais envie de partager avec personnes. Ça avait été mon caprice, induit par la décision de mon père à quitter la ville pour une durée indéterminée. Je me retourne pour aller chercher une tasse et lui sert le café avant de la lui tendre. Elle pointe le fait que la réouverture du garage n’était pas passé inaperçue, je hausse les épaules. Au point que la cavalerie revienne… j’étais flattée.. Je la regarde un poil dubitative. Roxane faisait partie de ces gens qui étaient … bien trop gentils par nature et ça me mettait réellement mal à l’aise parfois. Toujours à l’écoute, toujours prête à faire les sacrifice, confiante et altruiste, vous voyez, et puis gentil, attentive quoi… Un vrai cadeau dans un papier flambant neuf. Et moi ça me mettait toujours mal à l’aise les caractères comme ça. Elle était pas parfaite, mais putain, parfois je me demandais si elle avait déjà eu une mauvaise pensées pour qui que ce soit. Parce que pour ma part, j’étais en ce moment pleine de ressentiments, de colère et de méfiance, avec un besoin de justice, de vengeance et de dette payée par le sang. Un animal blessé en quelque sorte. Je reste silencieuse. Parce que c’était ce que j’avais fait de mieux ces dernières semaines. Je croisais pas mal de Métamorphes, ces derniers temps, je me demandais si c’était simplement le fait que je sache qu’ils sont là, ou simplement quelque chose de plus basique.

Je hausse les épaules quand elle s’excuse de me déranger. Je ne comprenais jamais réellement ce type de comportement, s’excuser de quelque chose de fait, ou qui est en cours. Mais je supposais que c’était une question de politesse, et la politesse était définitivement une notion qui me manquait cruellement. Elle me demande comment je vais et je fronce les sourcils, en me disant que la question était un peu rhétorique, étant donné que ça n’allait pas forcément extrêmement bien. C’était pas de sa faute, et c’était une question encore très … polie, mais disons que la réponse me semblait vraiment évidente. Je hausse les épaules, soupire, prends une gorgée de café pour me donner de l’entrain.

- Tu ne me déranges pas… vraiment. fis-je, un peu blasée.

Si ça allait ? J’en sais rien … Je suppose que l’idée de reperdre ce que je considérais comme ma famille me mettait un vrai coup au moral, que j’avais l’impression de les avoir abandonné à leur sort et d’avoir fui la queue entre les jambes, même si c’était pas aussi manichéen. Franchement Roxanne, à ton avis comment ça peut aller, selon toi ? La Meute n’est plus que l’ombre d’elle même, un fantôme hanté par l’incompréhension et la frustration, le semblant de stabilité que nous avions obtenu avait giclé sous les effets d’une explosion létal, tuant Ulfric et Lupa, décimant les jeunes, détruisant ce que nous appelions maison, le réconfort de se sentir compris, et en sécurité. Je sers ma tasse, énervé de ce constat catastrophique, de mon père que je soupçonnais de jubiler de cette situation… Et Tom qui était mort dans l’explosion, c’était la cerise sur la cadeau, le poil de cul qui gratte, la goutte qui fait déborder la pinte.

- Roxanne … D’un point vue physique, évidemment que ça va. commençais-je frustrée de sa question, j’ai pas explosé avec mes frères et soeurs… Mais vraiment… comme si ça pouvait aller ne serait-ce que mieux… Tom est mort, Hayden et Isadora sont morts, la Meute ne ressemble plus à rien. Je pense plus à rien qu’ faire payé les gens qui nous ont fait ça, ça me rend dingue, ça me rend violente, j’en suis arrivé au point où j’ai besoin de sang et de violence pour calmer cette rage qui me ronge…

Je pose la tasse en essayant de contenir ma frustration, sans grand résultat en réalité. Ca réponds à ta question ? Parce que je n’avais rien à cacher, je n’étais pas fière de tout, certes, mais je ne pouvais pas revenir en arrière, ce qui est fait est fait, et ce qui reste à faire, doit être fait.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15/20
Coups du Destin: 0
I can't get enough
Messages : 37
Membre du mois : 12
Je crédite ! : encours
Localisation : Glasgow
Caractère : Sauvage - Loyale - Indécise - Fière - Insolente - Battante - Moqueuse - Passionnée - Susceptible - Joueuse
Humeur : Explosive
Autres comptes : Aucun :D
I can't get enough
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Retour au bercail   Dim 24 Juil - 23:54


Cian n’a pas l’air des plus heureuse de voir l’ancienne exécutrice débarquer, ce qui est tout à fait compréhensible. Après tout elle avait disparu sans doute pour être tranquille, à l’écart. Mais elle était revenue. Ca pouvait indiquer qu’elle souhaitait reprendre contact avec la Meute, qu’elle avait peut-être besoin d’eux. En tous cas la Meute avait besoin que les loups et métamorphes qui la composaient se tiennent à carreaux. La tentation de se venger aveuglément suite à ces attaques brutales était forte. Mais y céder risquait de réveiller une guerre que personne ne voulait. Même si ils n’avaient pas lancé les hostilités. Même si c’était difficile de plier l’échine devant une provocation si douloureuse.

Roxane lui demanda sans attendre si elle allait bien. Pas par politesse, mais parce que c’était la raison de sa venue. S’assurer qu’elle allait aussi bien que possible. Et l’aider si elle avait besoin d’aide pour gérer tout ça. Le deuil, la souffrance, la frustration, la solitude. Elle s’attendait à ce que la réponse soit difficile à entendre. Mais il fallait qu’elle pose la question. Elle la laissa donc répondre. Elle sentit toute la souffrance et la colère qu’il y avait dans sa voix, mais elle ne l’interrompit pas, la laissant sortir ce trop plein d’émotions qu’elle ne pouvait pas canaliser seule. Ses mots étaient crus, directs, comme toujours avec elle. C’était difficile parce qu’elle était le reflet de ce que Roxane pouvait parfois penser. Mais la rouquine n’avait finalement plus la liberté de laisser libre court à ces pulsions vengeresses et colériques. Elle avait une responsabilité, une famille qui souffrait et qu’elle voulait protéger. Une famille qu’elle avait vu mourir sous ses yeux, sans pouvoir rien faire, et qui risquait d’empirer les choses en se dispersant. Ca ne lui laissait que peu de place pour gérer ses propres ressentiments. Elle devait garder la tête froide, car il fallait bien que quelqu’un reste lucide. Les dirigeants de la Meute n’étaient plus là. Il n’y avait qu’elle pour mener un navire qui n’avait pas envie de naviguer et qui risquait à tout moment de se précipiter dans un massif rocheux.

La tasse de Cian heurta le bureau bruyamment alors qu’elle la reposait. Cette frustration qu’elle exprimait, ce besoin de sang, Roxane le comprenait autant qu’elle le craignait.

« Tu peux fermer le garage le temps d’une chasse ? Ca te ferait du bien je pense. Et à moi aussi. »

Chasser lui ferait du bien. L’adrénaline provoquée par la chasse, le sang d’une proie entre ses crocs. Ca calmerait la louve en elle. Pas son besoin de vengeance, mais sa colère, un peu. Chasser des animaux dans la forêt ne remplacerait pas la satisfaction de faire payer ceux qui leur avaient fait du mal, ceux qui les avaient rendus orphelins. Mais le problème était qu’on ne savait pas qui était responsable. Et que tant qu’on ne saurait pas, il serait suicidaire de faire quoi que ce soit. Il fallait prendre patience. Le mieux possible.

_________________


Disponibilité RP : Dispo ! Me contacter par MP si intéressé !  

~~~~~~~~~~~~~~~~


Fiche  -  Liens  -  RPs
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15
Coups du Destin: 7
Tu as fais de mon coeur un orphelin, C'est un pieu qui attend le tien
Messages : 3485
Membre du mois : 77
Je crédite ! : (c) Tatiana (c) Roxane
Vos Liens :

Autres comptes : Darren Stirling
Modératrice
Tu as fais de mon coeur un orphelin, C'est un pieu qui attend le tien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Retour au bercail   Mar 26 Juil - 0:28

❝ Retour au Bercail ❞
Roxane & Cian

Quand elle me demande si je peux fermer le garage pour une chasse, je la regarde avec un air franchement incrédule. Je regarde la tasse en étant étonnée de ne pas l’avoir faire exploser sur le capot de la voiture. Une .. chasse ? Dieu Roxane, parce qu’heureusement j’avais pas encore essayé de me calmer ne courant à m’en faire cracher mes poumons. J’avais couru, et couru, à m’en bruler les pattes, en en cracher mes poumons, j’avais hurler à m’en égosiller, tous les soirs de sous cette forme que j’adorais, que j’aimais, celle qui me rendait forte, qui me faisait rêver. Je continue à la regarde. Une chasse… vraiment Roxane ? On allait aller gambader comme deux donnes dans les champs et tout allai être arranger, ça allait me calmer et tout irait bien aux pays des pets à paillettes et des licornes. Je lève les yeux et les mains en ciel, avant de me retourner, tentant de l’ignorer.

Une ..Chasse, Roxane … parce que tu crois que c’est pas la Louve en moi qui besoin de se rassasier du sang de ses ennemis ? Et on irait où dis moi ? … Parce qu’aux dernières nouvelles Wolfheaven est un cimetière, une ruine, un souvenir, rien qu’un tas de cendres.

Je fulmine, comme si m’acharner sur quatre lapins ça allait me calmer. J’avais envie de justice, j’avais pas envie que ça passe, je pouvais pas faire ça, je comptais pas le faire. J’étais pas obsédée, mais j’estimais que toute cette diplomatie c’était de la poudre aux yeux, qu’on avait touché à notre famille, et jusqu’à preuve du contraire, quand on touche à la famille, on bute ceux qui ont osé. On en avait eu après notre clan, notre intégrité. Je voulais pas aller me changer les idées, je voulais savoir comment les choses allaient changer, comment on allait se reconstruire. Je voulais qu’on redevienne une Meute fière, hurlant sous la Lune. Hayden et Isadora aurait au moins voulu ça, se relever de cette merde. Putain, quand j’y penses, ils restent plus que des gamins, et j’en faisais partie.

Dis moi Roxane, continuais-je, si on laisse tout ça couler, si on laisse les choses tranquillement être oublié, qu’on laisse Isadora et Hayden être oubliés, qu’est ce qui les empêchent de venir finir le travail, de fracasser le crâne de tous tes petits copains ? Mh ? A quel moment on lève la tête et on impose le respect qui nous ai du ? Et la justice qui nous revient ? Qui pour Mary ? Qui pour Hayden ? Qui pour Isadora ? Dis moi Roxane, est ce que c’est ta putain de chasse qui va répondre à ces questions ?

Je me retourne vers elle, et je la regarde, longuement. Combien de métamorphes ? Combien de loups étaient morts ? Combien allaient encore mourir dans l’indifférence, je ne pouvais plus supporter ça, je ne pouvais plus. J’avais pas pleurer encore tu comprends ? Parce que les larmes c’étaient des excuses, c’est des paroles en l’air, c’est de la tristesse, et je refusais de m’y abandonner maintenant, non. J’avais fui, j’avais pas le droit au larmes, je me l’interdisais, et je faillirais pas à cette promesse. Moi je voulais qu’on nous respecte, je voulais plus jamais me terrer dans l’ombre à attendre mauvaises nouvelles sur mauvaises nouvelles.

Aucune chasse, rien ne pourra me changer les idées ou me faire penser à autre chose, cette lumière orange, cette fumée que j’ai vu au dessus de bois de Wolfheaven, je ne veux jamais l’oublier.



avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15/20
Coups du Destin: 0
I can't get enough
Messages : 37
Membre du mois : 12
Je crédite ! : encours
Localisation : Glasgow
Caractère : Sauvage - Loyale - Indécise - Fière - Insolente - Battante - Moqueuse - Passionnée - Susceptible - Joueuse
Humeur : Explosive
Autres comptes : Aucun :D
I can't get enough
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Retour au bercail   Lun 1 Aoû - 23:28


La réaction de Cian exaspéra la métamorphe déjà épuisée physiquement et moralement. La louve lui cracha au visage sa colère, passant ses nerfs sur elle. Roxane la regarda sans bouger. Sans reculer devant toute la haine et la violence qui suintaient dans sa voix.

« Wolfheaven est détruit, mais on t’a pas attendue pour chercher un endroit sécurisé pour se transformer. A défaut du sang de tes ennemis que je ne peux pas encore t’offrir. Calmer les besoins de sang de ta louve ne serait pas inutile. Mais tu gères comme tu veux, tant que tu ne pètes pas les plombs en public. »

Roxane se retint de craquer. Difficilement. Elle aussi avait soif de vengeance. Et pour la première fois depuis que ce sentiment s’était éveillé en elle, depuis les Années Sanglantes qui avaient tué ceux qu’elle considérait comme sa famille et qui avaient failli la tuer, depuis la mort de Mary. Pour la première fois il n’y avait plus personne entre elle et ce besoin de vengeance. Pas de garde-fou. Personne d’autre qu’elle-même. Ca lui donnait étrangement une force qu’elle ne soupçonnait pas. Elle voulait venger toutes ces morts, et elle le ferait. Mais elle ne voulait pas que cette vengeance passe par le mort d’innocents, par une nouvelle guerre qui mettrait l’Ecosse à sang. Elle serra les dents face aux questions de Cian, et finit par réagir.

« Mais putain tu crois vraiment que j’ai pas autant envie que toi de faire payer ces lâches ? Tu crois vraiment que j’en avais rien à foutre de la mort de Mary ? De celle d’Hayden, et d’Isadora ? Tu me connais mal, bordel. Vraiment mal. Si je pouvais je leur arracherai la gorge à coups de crocs. J’aurai tué chaque vampire ou serait morte en essayant, à la mort de Mary, si Hayden ne m’en avait pas empêchée. Et tu crois vraiment que c’est leur montrer du respect que de bafouer leurs convictions et de se jeter dans une guerre ? »

Elle lâchait se qu’elle avait sur le cœur sans rien retenir. Ca faisait un bien fou. Elle se forçait à être la voix de la raison. Parce qu’il fallait que quelqu’un le fasse. Mais elle aussi rêvait de faire payer ceux qui avaient touché à sa famille.

« Mary, Hayden, Isadora… Ils sont morts putain. Morts. Il te faut quoi de plus comme signe qu’on est en danger. Tous. On va la relever la tête. Mais là, maintenant, montrer qu’on est vivants, c’est poser une put**n de cible sur nos têtes ! Tant qu’on ne saura pas qui sont nos ennemis, on ne peut compter que sur nous-mêmes. Et on doit rester discret. Que ça te plaise ou non. »

Roxane avait perdu le ton de compassion qu’elle avait adopté en arrivant. Elle comprenait la louve, mieux que cette dernière ne le pensait. Mais elle ne pouvait rien faire pour elle si elle ne voulait pas qu’on l’aide. Si ces mots avaient été prononcé à l’époque de la Meute, lorsque Roxane était exécutrice, elle n’aurait eu d’autre choix que de la tuer. La louve, telle qu’elle était maintenant, était un danger. Mais la Meute n’était plus qu’un souvenir. Roxane n’était plus exécutrice. Elle le restait plus ou moins, parce qu’il lui était difficile d’abandonner les siens. Mais les règles ne s’appliquaient plus comme avant. Elle n’avait pas la légitimité qu’elle avait auparavant. Elle ferait ce qu’elle pouvait pour que Cian ne soit pas un trop grand danger. Mais la louve était en deuil. Elle ne voulait pas lui tenir rigueur de ses propos.

« Je te demande pas d’oublier, Cian. Juste de pas faire de connerie. On a perdu assez des nôtres. J’ai pas envie de te perdre aussi. Je fais ce que je peux pour essayer de trouver les responsables. J’ai autre chose à foutre que de te surveiller pour m’assurer que tu vas pas tuer un innocent parce que tu veux te venger et que t’es pas capable de te tenir. Je suis venue voir comment tu gérais tout ça, et te proposer notre aide. Je reviendrai pas. Et je t’aiderai pas si tu dérapes, puisque t’en as rien à foutre de la sécurité des tiens. Venger les morts c’est bien. Mais prendre soin des vivants c’est parfois mieux. Si tu veux pas comprendre ça démerdes-toi. Compte pas sur moi. »

Roxane n’avait même pas eu le temps de boire le café dont elle aurait pourtant vraiment eu besoin. Elle se retourna sur ces paroles et prit le chemin de sa voiture qu’elle avait garé devant le garage.

HRP:
 

_________________


Disponibilité RP : Dispo ! Me contacter par MP si intéressé !  

~~~~~~~~~~~~~~~~


Fiche  -  Liens  -  RPs
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15
Coups du Destin: 7
Tu as fais de mon coeur un orphelin, C'est un pieu qui attend le tien
Messages : 3485
Membre du mois : 77
Je crédite ! : (c) Tatiana (c) Roxane
Vos Liens :

Autres comptes : Darren Stirling
Modératrice
Tu as fais de mon coeur un orphelin, C'est un pieu qui attend le tien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Retour au bercail   Lun 8 Aoû - 23:52

❝ Retour au Bercail ❞
Cian & Roxane

J'avais abusé, et je m'en rendais bien compte. Mais c'était plus fort que moi, j'avais beau essayé de me calmer et de me raisonner, j'avais la haine, j'avais la rage. Ça me rongeait comme la gangrène. Et j'avais peur. Et je voulais pas me l'avouer. J'avais pas pris peau de louve depuis plusieurs jours maintenant. J'avais abusé, je m'étais défoulée sur Roxane et j'avais été injuste, mais je tremblais de rage, de honte, de peine. Mais j'avais besoin de la voir cette rage chez elle, ce masque de raison, c'était trop... Trop pour la situation. Je voulais savoir, je voulais comprendre. Je ne la connaissais pas, là était mon erreur. Je me sentais bouillonner, je sentais sa colère, c'était contagieux. Je la regardais, je l'observais. Je la sentais cette colère violente. En faite, on en etait tous au même point, on voulait pas la paix, mais on voulait pas la guerre. On voulait la justice, je voulais ma meute, je voulais ma famille. Non, j'exigeais qu'on me rende tout ça, tout ce qui nous avait été volé. C'était plus un souhait. Une exigence.

Elle s'emporte. Contre moi, comme je l'ai fait contre elle. Elle a raison de me gueuler dessus. Mais qu'elle se calme. Elle pouvait pas arriver comme une fleur et me demander comment je "gérais" les choses. Je marchais pas comme ça. Je tenais son regard, et elle cracha tout, sans filtre. Je levais les yeux au ciel, mes expressions faciales s'insurgeaient. Et je sentais la transformation qui montait, la louve, la peine, le chagrin. J'avais pas gérer. J'avais pas fait le deuil. J'avais pas vu Wolfheaven, ni la Lune Bleue, j'avais pas vu les ruines, et Charlie... Ma colère m'avait aveuglée. Elle l'aveugle toujours, elle est ma compagne. J’ai pas le temps d’ouvrir ma gueule, que déjà je la sens monter, impulsive et incontrôlable, elle rôde toujours, elle est le compagnon qui rampe à mes côtés. Merde.. merde. Elle tourne les talons et je me plis en deux. Je me brise. Le bruit sourd des premiers os qui se cassent.

- Putain... soufflais-je.

Putain, je l'avais pas prévu celle là. Je me recule, me cache, à l'arrière. Elle me fait mal. Putain, cette colère me fait souffrir.

- Attends Roxane..

Trop long. Trop douloureux. Ça m’énervait, parce que j’avais prévu une journée tranquille, dans mes huiles de moteur, loin des problèmes, une soupape le temps de quelques heures, retirez la pression qu’éprouve mon cerveau. Et cette frustration qui m'étrangle à chaque réveil. J’avais pas prévu de chasse, j’avais pas prévu la visite de Roxane, rien n’arrivait comme ça devrait, c’était le bordel partout. Roxane avait raison, et putain que ça m’énervait de l’admettre. Mais la voir sortir de ces gonds ça me rassurait. J’étais pas … folle, folle de penser tout ça. J’étais pas taré de vengeance, si … Mais j’étais pas la seule à ronger mon frein. Mais je pétais littéralement un cable tous les quarts d'heure J’étais pas seule dans l’ombre. Roxane avait raison… Mais regarde l’état dans lequel ça me met. Ma colonne se brise, je les connais ces fractures, mais là c’est affreux… Je tombe sur mes mains et mes poignets se brisent, putain… Putain. Je laisse aller, fallait pas lutter, c’était pourtant ce que je faisais, je laisse aller, je souffle, je gémis de douleur, mais la transformation passe. Enfin… Si on peut appeler ça passer. J’avais plutôt l’impression d’avoir été percuté par un 3 tonnes, puis piétiner par un horde de gnou, style Mufasa.

Je sors de l’ombre dans laquelle gisait mes restes humains. J’en peux plus… La réalité est là, il n’y a plus personne. Cette transformation m’épuise déjà. Je regardais Roxane. Il semblait que maintenant, je n’avais plus vraiment le choix. Ça c’était un peu imposé à moi. Et je pouvais définitivement plus communiquer. Si on pouvait appeler notre échange communication… On avait gueuler, on s’était énervée, et je me retrouvais en louve, dans mon garage. Je secouais, le sang, la peau. Et voilà. Je m’asseyais. Con. Parce que je me sentais con. Cette colère … toute cette colère. Je ne pouvais pas m’imposer de retrouver forme humaine pour l’instant. Mais … Cette chasse, qu’elle ne le prenne pas mal, mais c’était pas comme courir avec Tom, ou le reste de la Meute. C’était pas libérateur, c’était pas fédérateur.


avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15/20
Coups du Destin: 0
I can't get enough
Messages : 37
Membre du mois : 12
Je crédite ! : encours
Localisation : Glasgow
Caractère : Sauvage - Loyale - Indécise - Fière - Insolente - Battante - Moqueuse - Passionnée - Susceptible - Joueuse
Humeur : Explosive
Autres comptes : Aucun :D
I can't get enough
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Retour au bercail   Ven 19 Aoû - 21:15


La métamorphe tourne le dos à la louve, énervée par l’échange qui avait eu lieu. Elle le savait pourtant, que ça ne se passerait pas bien. Cian était comme Charlie sur certains points. Les deux louves étaient impulsives et disaient ce qu’elles pensaient. C’était une bonne chose comme une mauvaise chose. Roxane sentait que la louve souffrait. Qui ne souffrait pas, parmi les survivants de la Meute ? Mais elle comprenait aussi qu’elle ne voulait pas de son aide. Et elle ne la forcerait pas à l’accepter. Elle espérait que personne ne viendrait se risquer jusqu’à son garage sans savoir ce qui l’attendait. Que la louve passe ses nerfs sur elle n’était pas vraiment grave. En quelque sorte ça lui avait même fait du bien, de se prendre tout ça en pleine face. Oui elle pouvait donner l’impression qu’elle s’en foutait, de tout ça. Pourtant elle aussi en souffrait. Elle aussi avait perdu sa famille. Et elle essayait d’en recoller les morceaux. Elle aussi elle avait peur, elle voulait que justice soit faite, et que les crevards qui avaient provoqué tout ça paient. Mais elle ne le montrait pas. Elle ne pouvait pas le montrer. Il fallait qu’elle fasse bonne figure. Mais là elle avait craqué. Face à Cian, elle avait montré ce qu’il en était vraiment. Sa colère. Les larmes s’étaient taries il y a un moment mais la colère était toujours là.

Roxane finit par partir, tournant le dos à Cian. Elle sort du garage pour rejoindre sa voiture garée devant. Ressassant les mots échangés, espérant que la louve ne se mettra pas en danger en partant dans une vendetta aveugle, et ne les mettra pas en danger non plus. Un bruit attire son attention, mais elle ne se retourne pas. Vu le caractère de celle qu’elle laisse derrière elle, elle a sans doute tapé sur le capot de la voiture qu’elle était en train de retaper pour exprimer sa colère. Elle continua à avancer, lorsqu’elle entendit son nom. Elle s’arrêta quelques secondes, attendant que la louve s’exprime, puis se retourna lorsque rien ne suivit. Lorsqu’elle ne vit pas Cian derrière elle, elle comprit ce qu’il se passait. La louve se changeait. Roxane ne s’approcha pas, lui laissant l’intimité dont elle avait besoin. Elle resta quelques minutes debout, attendant. Se préparant à voir surgir la louve entre les outils et les pièces de métal. Espérant qu’elle ne s’en prendrait pas à elle. Si c’était le cas elle le verrait rapidement, et sa transformation était rapide. Elle aurait le temps d’esquiver et de se mettre sur la défensive. L’avantage des métamorphes. Moins puissante mais plus rapide. Lorsque la louve fit enfin son apparition, Roxane fut rapidement rassurée. Elle n’était pas dans une attitude belliqueuse. Une bonne chose. Elle la regarda s’asseoir, et sentit sa détresse et sa colère. Elle n’avait pas vraiment le choix sur la suite. Elle ne pouvait plus la laisser.

« Je reviens. »

Roxane s’éloigna de quelques pas pour rejoindre sa voiture et passa derrière pour retirer ses vêtements et les laisser dedans. Tant qu’elle pouvait éviter de niquer ses vêtements elle le faisait. Surtout maintenant que ses quelques économies étaient parties en fumée. Quelques secondes suffirent pour qu’une louve la remplace. Il était trop tard pour rejoindre le coin que Malcom et John avaient trouvé. Cian s’était changé sans pouvoir le contrôler, sous le coup des émotions. Roxane la regarda s’asseyant elle aussi face à elle, puis hurla, exprimant sa colère et sa douleur, sa peur et sa solitude. Après quelques minutes elle se leva et prit la direction des bois voisins. Si elles le traversaient elles finiraient par tomber sur Wolfheaven. En tous cas sur ce qu’il en restait. Si Cian ne souhaitait pas y aller elle le lui ferait comprendre. Peut-être que voir tout ça l’aiderait à faire son deuil. Peut-être pas. On verrait bien. Les pattes puissantes de la louve aux reflets roux frappaient le sol. Elle entendait la louve derrière elle. Elle sentait la forêt, le vent contre ses poils. Une odeur lui arriva soudain, forte. Elle stoppa sa course, le nez au sol. Une piste croisait la leur. Elle releva son museau, interrogeant la louve du regard.

_________________


Disponibilité RP : Dispo ! Me contacter par MP si intéressé !  

~~~~~~~~~~~~~~~~


Fiche  -  Liens  -  RPs
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15
Coups du Destin: 7
Tu as fais de mon coeur un orphelin, C'est un pieu qui attend le tien
Messages : 3485
Membre du mois : 77
Je crédite ! : (c) Tatiana (c) Roxane
Vos Liens :

Autres comptes : Darren Stirling
Modératrice
Tu as fais de mon coeur un orphelin, C'est un pieu qui attend le tien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Retour au bercail   Mar 23 Aoû - 1:33

❝ Retour au Bercail. ❞
Roxane & Cian

C’est dans ces cas que je déteste mon impulsivité. Impossible de contrôler. Et au final, Roxanne avait raison, j’aurais très bien pu péter un câble en pleine rue et me mettre en danger, perdre la vie parce que j’étais pas capable de vraiment faire face à ma douleur. J’avais perdu ma famille, une deuxième fois, et c’était toujours aussi douloureux, j’en avais des noeuds à l’estomac, manger était devenue la corvée. Sinon, j’allais tomber, mais la réalité était que j’avais perdu du pois, perdu du temps, perdu mes repères. J’étais bien décidé à récupérer tout ce que j’avais perdu, je me baignais presque dans l’illusion qu’Hayden et Isadora allait faire re-surface. Le déni, le plus ultime. J’étais certaine que Tom allait tirer la porte du garage, m’enlacer pour me dire que tout allait bien se passer avant de m’emmener dans la chambre pour me le faire comprendre de manière plus intime. J’entendais sa voix, et là, je pétais des câbles.

Je me retrouvais sous peau de louve, assise, et sage comme une image, me rendant bien compte que j’avais littéralement pété un plomb sur Roxane, pour me mettre dans des états pareils. J’étais reconnaissante, un peu énervée, et foncièrement déprimée, mais je savais que ça me ferait du bien au fond, alors je l’attendais. J’avais cru tout savoir, tout connaître. Roxane m’avait montrée la colère, ça m’avait … rassurée, énervée oui, au point d’en être une louve. Une fois la Métamorphe changée, j’avais été étonnée par la rapidité. Si seulement la notre pouvait être aussi rapide… et moins douloureuse, je pense que je passerais ma vie en louve à éviter les problèmes de la société et faire ras des soucis. L’animal en moi avait envie de tellement plus de liberté. Nous élancions à travers les rues, pour rapidement trouver la nature, la forêt. Je sentais la terre sous ma patte, appréciait le vent dans mon pelage, les bruits de la nature. C’était parfait, vivifiant, j’avais oublié, j’avais voulu fermer cet aspect inconsciemment. J’en étais dépendante de ces moments, ça me faisait le plus grand bien. Je sautais, toute ma colère coulait dans ce moment de parfaite chasse, de courses. Mais vite, mon enthousiasme se transforma en appréhension. La route de Wolfheaven se traçait devant nous. Mais je devais y aller, je devais voir. Ma course s’arrêta, ma foulée devenait plus calme.

Nous arrivions devant. Le cendre se souleva un peu à cause d’un coup de vent. Le spectacle de désolation, me laissa sans voix. Je m’approchais doucement, la tristesse m’étranglait. Regarder la cendre comme seul reste des miens me semblait d’une insulte inimaginable, mes pattes foulaient les … restes, Tom ? Tout le monde, c’était ce qu’il restait, un amas de poussières. Je regardais la demeure, et cette douleur, me fit tomber sur le ventre. J’avais besoin de ce moment, cette pure et terrible tristesse. Avaient-ils soufferts ? Il s’était passé quoi ? Par qui ? Moi c’était ça que je voulais savoir. Combien était venu ici, par curiosité malsaine ? Par plaisir ? Combien avait fouler cet endroit sans une once de respect. Ma louve se mettait à glapir, triste, si triste, chouriner, ou gémir… J’étais en face de ce que j’avais fui. Je croisais le regard de Roxane. Comment faisait-elle pour être aussi calme et composée ? Je détournais la tête, tant je me sentais partir. Que faire maintenant ? Comment remonter Comment … Il n’y avait que des questions et je n’avais aucune réponse. Juste des questions et des incompréhensions. Avais-je pris la bonne décision en revenant ici ? En voyant ce qui leur était arrivé ? Je me redressais, regardant la demeure désormais ruine, fin d’une histoire, début d’une autre. J’étais en colère, j’étais déterminée, la tristesse me rendait certainement incapable de prendre des décisions rationnelles, mais putain, je pouvais pas laisser ce crime impuni. Je pouvais pas, c’était trop me demander. Je voulais voir les miens, je voulais serrer Charlie dans mes bras, je voulais savoir s’ils allaient bien, je voulais m’excuser d’avoir fui. Je hurlais pendant de longues secondes, peu m’importait si c’était dangereux, j’avais besoin de laisser aller ce cri. Une seconde fois, le cri était long, comme un au revoir, comme une promesse.

Et en temps voulu, je reviendrais fleurir les cendres du sang de ceux qui nous fait ça.

avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15/20
Coups du Destin: 0
I can't get enough
Messages : 37
Membre du mois : 12
Je crédite ! : encours
Localisation : Glasgow
Caractère : Sauvage - Loyale - Indécise - Fière - Insolente - Battante - Moqueuse - Passionnée - Susceptible - Joueuse
Humeur : Explosive
Autres comptes : Aucun :D
I can't get enough
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Retour au bercail   Mar 23 Aoû - 23:24


Leur course mena les deux louves rapidement aux abords de Wolfheaven. Les pattes puissantes avaient avalé les kilomètres qui les séparaient de ce qui était leur maison, leur refuge, et n’était désormais plus qu’un tas de cendre. Roxane s’était déjà rendue sur les lieux. Elle avait déjà eu le cœur brisé par la vue de ces ruines, par les odeurs de peau brûlée et de chaleur intense. Les odeurs les plus fortes s’étaient déjà estompées, avec le temps. Ne restaient que les cendres, et le vide. Les murs n’étaient plus couverts par une toiture, les poutres ayant brûlé. Certains murs s’étaient écroulés sous l’explosion. L’endroit pourtant familier était devenu froid, étranger. Moins douloureux que les premières fois, mais toujours propre à réveiller le goût de l’injustice. Tous ces frères et sœurs, morts, dans leur sommeil. Les plus jeunes de la Meute emportés par un souffle brûlant. Impossible de ne pas imaginer leurs cris. Avaient-ils essayé de se transformer pour échapper aux flammes ? Avaient-ils eu le temps de souffrir ? Ceux qui avaient posé ces bombes étaient-ils revenus sur les lieux depuis ? Avaient-ils contemplé ces ruines avec un sourire de satisfaction ? Roxane mourait d’envie de le leur arracher, ce sourire. Mais il fallait être sûr, ne pas accuser sans preuves, ne pas tuer des innocents, encore, pour soulager sa colère et faire son deuil.

Il fallait trouver qui avait osé s’en prendre ainsi aux siens, mais il fallait aussi protéger ceux qui avaient survécu. Etre là. Etre ensemble. Lécher nos blessures. Elle sentit la détresse de la louve derrière elle. Le rythme de ses pas qui ralentissait jusqu’à se faire immobilité. La douleur dans ses yeux, et la colère dans ses poils qui se hérissaient sur son dos. Elle joint sa voix à celle de la louve lorsqu’elle se mit à hurler. L’endroit n’était plus vraiment gardé. Il l’avait été au début, lorsque la PES avait enquêté. Maintenant il n’y avait plus rien à trouver. Rien que des cendres et des murs susceptibles de s’écrouler. Des panneaux indiquaient de ne pas s’approcher à cause des risques d’éboulements. Mais personne d’autre qu’elles ne hantaient plus les lieux. Elles et les âmes de ceux qui n’étaient plus. Leur hurlement résonna dans les airs, l’écho rebondissant entre les pierres et les gravats, comme une réponse envoyée par les fantômes de leurs frères et sœurs.

Spoiler:
 

_________________


Disponibilité RP : Dispo ! Me contacter par MP si intéressé !  

~~~~~~~~~~~~~~~~


Fiche  -  Liens  -  RPs
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15
Coups du Destin: 7
Tu as fais de mon coeur un orphelin, C'est un pieu qui attend le tien
Messages : 3485
Membre du mois : 77
Je crédite ! : (c) Tatiana (c) Roxane
Vos Liens :

Autres comptes : Darren Stirling
Modératrice
Tu as fais de mon coeur un orphelin, C'est un pieu qui attend le tien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Retour au bercail   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Retour au bercail
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour au bercail
» Retour au bercail
» Retour au bercail...
» Retour au bercail [PV Grenaak]
» .xXx.Retour au bercail.xXx.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: Alentours
-
Sauter vers: