AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez
A ce jeu, tu seras la souris... | Freyja Swayne
MessageSujet: A ce jeu, tu seras la souris... | Freyja Swayne   A ce jeu, tu seras la souris... | Freyja Swayne EmptyMar 17 Mai - 20:25

Une pinte à la main, bien calé sur l'une des banquettes, je regarde autour de moi curieux, mon téléphone sagement posé sur la table. J'ai été étonné qu'elle m'envoie un message, même plusieurs jours après, pour me proposer ce fameux deuxième rendez-vous et me demander où on pouvait se voir. Astrid étant toujours à l'hôpital, je me suis dit que ce serait toujours mieux que de tourner en rond à attendre des nouvelles des nôtres ou à savoir quoi faire. Et puis, qui sait, elle a peut-être des informations qui pourraient m'être utiles. Sans compter le fait que la compagnie de la vampire avait été pour le moins agréable alors je devrai normalement passer un bon moment.

Je suis arrivé en avance, dès que les infirmières m'ont fichu dehors car l'heure des visites était dépassée et que je n'ai plus le droit de rester au-delà, la vie d'Astrid n'étant pas en danger. J'ai grommelé un peu, pour le principe mais je me suis rendu dans ce resto-bar-boite de nuit et j'en passe dont j'ai entendu parler au boulot. Si je ne suis pas du genre à fréquenter le Crazy Fish, c'est encore moins le cas pour cet endroit. Mais le fait qu'il ait la plus grande collection de whisky me paraissait un clin d'œil assez amusant qui ne pourra que plaire à la femme avec qui je vais passer la soirée. Et puis, au vu des divers services qu'il propose, il est certain que nous trouverons largement de quoi observer autour de nous. Cette pensée m'arrache un sourire, quand bien même je pourrais dire que je ne suis pas vraiment d'humeur en ce moment.

Mais, comme toujours, je me glisse dans le costume qui convient le mieux à la situation. Et, ce soir, je redeviens celui qu'elle croisé il y a quelques semaines. Oh, ce Noah-là ne diffère de celui que je suis en temps normal, même si j'ai tendance à être moins enjoué et à ne pas vraiment être un adepte de la drague, quelle que soit sa forme. Mais là, le jeu était plus que tentant, quand bien même je sais les risques pris à trop approcher une vampire. Heureusement qu'elle sait se contrôler, ça m'a évité une mauvaise surprise à la fin de la soirée. Enfin, soirée qui a tourné un peu court d'ailleurs. En espérant que ce ne soit pas la même chose aujourd'hui.

Je fais tourner ma bière avant d'en boire une gorgée, réalisant que le bar a fini par se remplir, doucement mais surement. La nuit est tombée depuis un moment déjà et elle ne saurait tarder. D'ailleurs, je reconnais sa silhouette se dessiner non loin. De nombreux regards masculins se tournent vers elle et mon sourire se fait amusé alors que je l'observe. Il est vrai qu'elle est particulièrement attirante, encore plus maintenant que nous ne sommes plus dans la semi-obscurité du pub. Pour autant, ça ne me fait rien, c'est une observation parmi d'autres. Comme le fait aussi qu'elle dégage une aura presque effrayante si l'on y prête réellement attention. Cette femme est une prédatrice à n'en pas douter. Et les rares idiots qui ne s'en aperçoivent pas doivent le regretter. S'ils sont état de le faire, bien évidemment.

"Bonsoir Freyja."

J'ai parlé d'un ton calme et je lui adresse un sourire avant de souffler, à mi-voix, sachant pertinemment qu'elle m'entendra sans problème.

"Avec tout ce qui s'est passé ces derniers temps, je me suis dit qu'un endroit neutre serait plus approprié qu'un coin trop connoté vampire ou autre. J'ai songé au Mc Do mais je n'étais pas sûr que vous trouveriez ça hyper classe pour un second rencard, même s'il était difficile de faire pire que la première fois. Enfin, j'espère que ça ne vous dérange pas trop et que l'endroit vous convient."

Je me suis légèrement relevé le temps qu'elle s'installe et je reprends, toujours avec le même sourire.

"J'ai pris un peu d'avance mais j'étais là depuis un moment déjà. Et rester planté devant une table vide n'a que peu d'intérêt. Sans compter le fait que je risquais d'attirer les regards noirs des serveurs."

Je désigne le reste du bar d'un mouvement du menton et j'ajoute, me faisant amusé.

"Je dirais bien que vous êtes très en beauté ce soir mais au vu des regards furibonds que me jettent la plupart des hommes autour de nous, je pense que vous devez le savoir."

S'ils savaient à qui ils ont vraiment à faire. Peut-être voudraient-ils encore plus être à ma place en fait, allez savoir. Enfin, probablement pas à la mienne, je ne suis pas persuadé qu'ils sauraient gérer tout ce que j'ai en tête, toutes ces connexions et tout ce savoir qu'on nous inculque depuis toujours. Mais en tout cas, ils aimeraient peut-être encore plus un tête à tête avec la vampire. Sans se soucier des conséquences. Au contraire de moi qui songe justement à tout ce que cela pourrait impliquer. Aux ramifications, à chaque changement dans l'équilibre que le moindre vampire pourrait provoquer en faisant ce qu'il veut.

Noah Hamilton

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 16
Coups du Destin: 5
Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Messages : 394
Membre du mois : 20
Je crédite ! : (c) Stalker mind.
Caractère : Ambitieux - dévoué - attentif - sarcastique - charmeur - loyal - menteur - rigide - pragmatique - manipulateur
Autres comptes : Sasha
A ce jeu, tu seras la souris... | Freyja Swayne Double10
Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: A ce jeu, tu seras la souris... | Freyja Swayne   A ce jeu, tu seras la souris... | Freyja Swayne EmptyMer 8 Juin - 23:19

Je n’avais pas pu contacter le jeune homme rencontré dans un bar avant cela, accaparés comme nous l’étions avec Morgane, et avec tout ce qu’il y avait à faire auprès des vampires. Toujours est-il que j’avais passée une agréable soirée en sa compagnie, bien qu’elle ait été totalement impromptue et que je ne m’étais pas attendue à discuter avec quelqu’un. Les deux vampires se comportant n’importe comment avaient été ramenés au B.A.C.A, et commençaient un entrainement pour rejoindre les rangs de notre armée – comme tous auraient du le faire, mais les dissidents et les vampires les plus âgées et les plus frileux, ou désintéressés, n’y aidaient pas. Soupirant, je chassais ces pensées de ma tête – sait-on jamais, des fois que Noah cache bien son jeu et puisse les déceler voire carrément les lire. La pensée m’arracha un sourire, alors que je me remémorais notre échange de la dernière fois sur son appartenance à une secte.

J’entrais ainsi dans les lieux, bien plus réputés que le Crazy Fish, et d’un autre standing aussi. J’étais vêtue aussi élégamment que la dernière fois – les gens baissaient souvent leur garde devant une belle tenue, hommes ou femmes. Les premiers parce qu’ils espèrent séduire, les secondes parce qu’elle sont très probablement jalouse en excès. Je m’arrête dans ma progression, sans même exactement savoir où se trouve celui avec qui j’ai rendez-vous, interpellée par les whiskies rangés sur tout un pan du mur des lieux. Intéressant. Simple hasard, ou est-ce là un choix savamment réfléchi ? J’opterai plutôt pour la seconde solution, mais il le précisera surement. Ou alors je le lui demanderai. Nous verrons.

J’avance donc, persuadée que je saurai le repérer en avançant plus profondément dans le restaurant qui fait aussi bar et boite de nuit. Il doit peut-être moins détonner, cette fois-ci, cependant ? Je ne me trompe pas, alors que je quitte la zone à proprement parler de restauration, et m’approche des espaces plus cosy, si l’on peut dire ainsi, du bar. Quoi qu’il en fasse encore lumineux, et que nous ne soyons pas perturbés par les bruits de la piste de danse – ils doivent avoir très bien insonorisé les lieux, pour que même mon ouïe ne soit pas plus perturbée que cela. Tant mieux, je n’aurai pas à faire abstraction du bruit de fond.

« Bonsoir, Noah. »

J’avais à peine prêté attention aux hommes qui s’étaient partiellement retournés sur mon passage, mais affichais un sourire radieux, et quelque peu arrogant je devais l’admettre, à ceux qui pouvaient encore me voir. Couchés, messieurs, vous n’aurez rien de moi ce soir. Et probablement aucun autre soir, cela dit. Si je regardais ailleurs, ayant vu le sourire sur le visage de l’homme, je prêtais particulièrement attention à ses paroles, malgré tout.

« Sage décision – à moins que vous n’ayez souhaité être en présence de vampires comme ceux de la dernière fois, tellement soulagés d’être en vie qu’ils étaient prêts à faire fi de toute précaution la plus élémentaire concernant leurs… amusements. Pas que la jeune femme ait été menaçante, je suppose ? Avez-vous pu la reconduire chez elle sans encombre ?

Quant au Mc Do, je vous avoue n’avoir jamais eu l’occasion de goûter aux mets qu’ils y servent, mais je suis à peu près certaine qu’ils n’y ont pas de Tru blood, et pas de banquettes propres non plus. Vous avez donc visé juste. L’Adam’s dancing convient parfaitement.
»

Je m’asseyais, finissant de glisser le long de la banquette étroite, levant un verre imaginaire à son attention. Le serveur a déjà reçu ma commande, à mon arrivée, dans tous les cas. Et il a pour consigne d’amener prochainement une bouteille de son meilleur whisky pour Noah, et de me resservir de temps en temps – à lui d’apprécier ce que signifie ce de temps en temps. Et voilà que mon verre arrive, ainsi que la bouteille commandée.

« Ne vous inquiétez, je vous rattraperais bien assez vite si nécessaire. En attendant, quand vous aurez fini, vous me ferez un plaisir de goûter ce whisky. Il était particulièrement apprécié de feu mon mari, en son temps, et j’ai pris goût à son odeur et son parfum délicat pour le palais. Mais je pense que les serveurs ont apprécié votre dévotion, à ne pas leur faire mauvaise publicité en ne consommant rien. »

Je lui adresse une œillade amusée, moi aussi, en suivant du regard ce que son menton désigne.

« Quelle tristesse pour eux de ne pouvoir prétendre à passer une soirée en ma compagnie. Sentez-vous les regards jaloux qui se posent aussi sur vous ? Quoi que je ne doute pas que, quand le lieu se remplira de davantage de jeunes femmes, la jalousie me sera adressée aussi. »

Parce que quoi qu’il puisse en penser ou en dire, l’homme était élégant à sa manière, et son allure de bad boy devait en attirer plus d’une. Et, sans aucun égocentrisme mal placé, elles ne penseraient pas plus loin que le fait de le voir en compagnie d’une belle femme, et de se dire rien que pour ce fait qu’elles voudraient y être. Pour avoir ne serait-ce qu’une once de ma beauté. Difficile de leur en vouloir, leurs ancêtres devaient être encore plus sottes. Et pourtant, si seulement ils s’imaginaient que ça n’était pas là réellement un rendez-vous galant. Pour moi du moins. Et j’étais prête à parier que pour lui non plus, même si je n’avais pas réussi à percer ses motivations pour le moment.

« Comment se portent vos amis de l’ombre, avec tout cela ? »

L’allusion aux explosions était évidente, ainsi que les quelques déboires qui avaient eu lieu en ville depuis, imputables à on ne savait trop qui – les loups, les vampires ? Les démons ? Aucun nom ni accusation ne filtrait, mais tous étaient sur toutes les lèvres.

_________________
“There are people in this world who deal only in extreme. It's naive to think that anything less than extreme measures will stop them.” (Arrow)


Rewards & stuff:
 
Freyja Swayne

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 11
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Messages : 5725
Membre du mois : 8
Je crédite ! : Avatar : Ash | Nao (signature) | Kanala (rewards)
Localisation : Le cimetière
Humeur : Sanguine
Autres comptes : Alexis Prudence Lindon
Modératrice
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: A ce jeu, tu seras la souris... | Freyja Swayne   A ce jeu, tu seras la souris... | Freyja Swayne EmptyMar 26 Juil - 22:03

Autant le dire tout de suite, si j'aurais préféré rester aux cotés d'Astrid, je reste néanmoins particulièrement curieux à propos de ce que la soirée et la présence de la vampire me réservent. Je me rends compte qu'il est amusant de voir que, malgré tout, j'ai le réflexe de penser à la jeune femme en la regardant. Et pourtant, son regard trahit le fait qu'elle a bien plus d'expérience qu'elle pourrait le laisser supposer au premier abord. Sans compter son assurance ou la façon dont elle a de s'imposer dans ce bar et qui fait que la plupart des regards masculins convergent vers nous. Fort heureusement, cela ne dure pas, chacun trouvant plus approprié de retourner vaquer à ses occupations avant que la situation ne se fasse trop gênante, pour eux comme pour nous.

Et je ne me sens pas l'envie de devoir jeter des regards noirs ou menaçants tout autour de moi dans l'espoir de gagner une soirée de tranquillité en compagnie de la vampire. Quand je vois qu'elle fait fi des gens qui nous entourent, mon sourire se fait plus large alors qu'elle s'installe. Elle n'a visiblement pas l'air mécontente de mon choix. J'ai beau mettre les pieds ici pour la première fois, j'avoue que le standing est tout autre que lors de notre première rencontre et je sais qu'elle y sera plus à sa place. Pour ma part, je pense détonner aussi bien ici que là-bas et j'imagine que je devrais mieux me couler dans un bar à la musique country, comme le voudrait un bon vieux cliché américain. Je me sais la capacité de me fondre dans la masse si je le veux mais, en cet instant précis, je trouve plutôt amusant de ne pas paraitre à ma place. Pas totalement en tout cas. Comme si cela me permettait de gagner en complicité avec Freyja.

"Il m'arrive d'être sage. Parfois. Bien plus que ces vampires dont l'absence totale de self-control aurait eu de quoi en effrayer plus d'un. J'ai raccompagné la jeune femme devant sa porte, en galant homme que je suis bien entendu. Par contre, je suis prêt à parier le prochain verre qu'elle est retournée le lendemain dans ce bouge et qu'elle a offert sa gorge au premier crétin incapable de se contrôler qu'elle a croisé. Si elle est toujours en vie aujourd'hui, ça doit tenir du miracle. Et vos petits camarades, vous avez réussi à les calmer suffisamment pour qu'ils ne causent pas d'autres dégâts durant le reste de la soirée ? Ou juste assez pour que j'ai l'impression d'avoir été efficace dans mon rôle de bon samaritain ?"

Je lui décoche un sourire amusé avant d'ajouter, d'un ton toujours aussi léger.

"Effectivement, ils devraient rajouter le Tru Blood au menu. Entre le coca et le sprite, ça serait du meilleur effet. Et les pubs seraient marrantes je pense. Mais je suis content de voir que l'endroit vous plait."

Je lève ma pinte dans sa direction avant de l'observer tandis qu'elle discute avec le serveur. Je souffle alors à mi-voix, mon regard en direction du jeune homme focalisé sur le verre de Freyja, franchement amusé.

"Vous allez faire de sa soirée un véritable cauchemar, vous en avez conscience ? Il ne va jamais savoir si vous êtes satisfaite ou pas. En tout cas, vous aurez au moins une personne qui sera soulagée de vous voir partir. Quant au whisky…"

Je prend la bouteille entre les mains et je jette un œil à l'étiquette. Inutile de dire qu'elle ne m'apprend pas grand-chose si ce n'est rien. Mon inculture en matière de whisky doit avoisiner celle d'Astrid en matière de base-ball. Et autant dire qu'à la réflexion, je dois même m'en sortir mieux qu'elle.

"J'avoue, je pense que si je ne bois pas un de leur fameux whiskies, je vais probablement finir par me faire lyncher ou jeter dehors. Voire les deux en même temps si ça se trouve. Ce serait dommage quand même non ? Une soirée si prometteuse qui finirait aussi mal. Et donc, vous appréciez toujours le goût de ce breuvage bien trop élégant pour moi ?"

J'ai souvenir qu'on a déjà parlé de ça mais je suis curieux de voir si elle tient le même discours ou si ce n'était qu'un numéro pour aviser de ma réaction. Je louche quand même sur son verre de Tru Blood, réussissant à mettre soigneusement de coté ce que je peux réellement ressentir en voyant ça. C'est l'avantage à travailler avec les vampires depuis quelques semaines… quelques mois même en fait quand j'y réfléchis. Je commence à m'habituer à certains trucs. Et à ne plus avoir envie de leur tordre le cou en permanence. Ca ne change rien à l'animosité que je ressens, surtout quand je pense à Astrid et à ce qu'elle a vécu mais, avec l'histoire de la faille, j'apprends de mieux en mieux à faire la part des choses, surtout la concernant.

"J'avoue, j'ai bien de la chance. Ils vont déprimer toute la soirée en se demandant ce que j'ai pu dire ou faire pour vous avoir à ma table. Sans compter qu'ils vont s'imaginer bien des choses. Au moins, dites-vous que nous allons illuminer leur morne soirée. Mais j'ai toujours trouvé que les femmes avaient le don de trouver tous les défauts du monde à leur rival alors que les hommes se contentent d'envier le repas auquel ils ne pourront pas toucher. Sans mauvais jeu de mots évidemment."

Tiens, je suis quand même bien plus doué pour jouer avec les mots quand je n'ai aucune implication affective. Donc quand ma chère et tendre est bien à l'abri au fond d'un lit d'hôpital. Pour moi qui suis tout sauf un intellectuel, voilà qui est intéressant. Enfin, je ne suis pas le dernier des abrutis non plus sinon je n'aurais jamais pu prétendre à devenir un membre de notre groupe. Ce n'est pas comme s'ils étaient particulièrement élitistes et soucieux de nous voir réussir au mieux de nos capacités n'est ce pas ? Sauf quand ça ne les arrange pas. Je fronce les sourcils à cette pensée que je chasse violemment, la cloisonnant dans un coin avant de me focaliser sur la vampire. Et j'ai un sourire amusé que je ne cherche pas à cacher.

"Je ne me rappelle plus. Je vous avais dit quoi déjà ? Que j'étais franc-maçon ? Illuminati ? Témoin de Jeovah ? A force de raconter n'importe quoi à tout le monde, je perds un peu le fil en fait."

Je lui décoche un clin d'œil alors que je finis ma bière. J'ai à peine le temps de la poser sur la table que le serveur arrive, me débarrasse pour me donner un verre dédié à cette fichue bouteille qui trône entre nous. J'ai un sourire narquois avant de continuer, sur le même ton.

"Enfin, je suppose qu'ils sont comme tout le monde. Affolés de voir à quel point tout risque de s'embraser en un clin d'œil et heureux d'avoir été trop crevés pour être allés à la Lune Bleue. A moins de ne pas avoir été invité. Je ne sais pas quelle version est la moins vexante. Je peux vous demander si vous avez fait partie du gratin qui était là-bas ou c'est une question trop indiscrète ?"

Quoi ? Ca ne coûte rien de tenter. Ne serait-ce que pour voir sa réaction. Mais, la connaissant, je m'attends à une demi-réponse, à peine plus claire que la mienne. Il faut dire que je n'ai rien dit de bien intéressant.
Noah Hamilton

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 16
Coups du Destin: 5
Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Messages : 394
Membre du mois : 20
Je crédite ! : (c) Stalker mind.
Caractère : Ambitieux - dévoué - attentif - sarcastique - charmeur - loyal - menteur - rigide - pragmatique - manipulateur
Autres comptes : Sasha
A ce jeu, tu seras la souris... | Freyja Swayne Double10
Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: A ce jeu, tu seras la souris... | Freyja Swayne   A ce jeu, tu seras la souris... | Freyja Swayne EmptySam 13 Aoû - 17:35

Un sourire se fend sur mes lèvres, alors qu’il affirme savoir être sage. Fort bien. Je ne pouvais en douter, à vrai dire, sans quoi il aurait probablement laissé les vampires s’amuser avec la jeune femme, la dernière fois que nous nous étions vus. À moi que ça ne soit son côté héroïque, qui l’ait poussé à secourir la demoiselle en détresse, en bon prince charmant. « Est-ce l’homme sage ou le chevalier prêt à pourfendre des dragons, qui a ramené cette jeune femme à sa porte sans rien attendre en retour ? À moins que vous n’ayez déjà trouvé votre grand amour, et que ça ne soit qu’une manière d’impressionner l’élue de votre cœur… Mais ce n’est pas là une question, rassurez-vous, j’ai bien peur qu’une telle chose me dépasse, ce serait une perte de temps de se pencher sur la question. À moins que vous ne le souhaitiez. »

Ce n’était pas réellement son cas. J’étais persuadée qu’il était le genre d’homme à vivre un grand amour fracassant et destructif – sans réelle raison. Et peut-être me trompais-je totalement. Je lui rendais son sourire, à l’entendre.

« J’étais d’avis que vous seriez d’accord. Peut-être devrions-nous ouvrir une franchise en commun, et mettre ça en place. Ça me semble judicieux, pour deux presque inconnus, de faire cela. Extrêmement intelligent, de plus. »

Je déviais mon regard vers le serveur. Noah n’avait pas tort. Pouvais-je nier que cela m’amusait ? Qu’en penserait l’homme ? Était-ce réellement important ? Je n’en étais pas certaine. Et je ne comptais pas laisser les choses devenir l’être – s’il devenait trop… critique, ou agacé par mon attitude, peu importait.

« Allons, il prendra son parti de dire que son travail a frappé dans l’œil d’une vampire qui semble impitoyable, et excessivement difficile à satisfaire. S’il se débrouille, je pourrais aller parler à son patron de son excellent service, et ainsi le conseiller de le nommer Employé du Mois. Une soirée difficile qui sera largement compensée. Cela impliquera assurément une plus grande considération de la part de son patron, et une augmentation. »

Quant au fait qu’il serait soulagé de me voir partir… Ça m’indifférait. Son manège avec le Whisky serait presque drôle, tant il semble perplexe. Il avait toujours le temps d’apprendre, à vrai dire.

« Si vous ne le faites pas, c’est probablement vous qui allez faire de sa soirée un véritable cauchemar, à oser dédaigner ainsi un si grand cru. Sans doute allez-vous vexer tous les employés du lieu. Je suis sûre qu’ils font des ateliers de découverte et de dégustation, vous devriez l’envisager. Quant à l’apprécier… À moins de désirer me sentir mal, je ne peux réellement consommer du whisky. Aussi dois-je m’abstenir. Mais l’odeur est divine. »

Et c’était dommageable, de ne plus pouvoir en boire. Mais je n’étais pas femme à avoir des regrets, et à me lamenter de cela. J’appréciais pleinement ma vie, bien plus que celle d’humaine, et n’allais certainement pas m’attacher à des choses aussi superflues. Bref. Je haussais les épaules, à l’entendre.

« Je préfère ne même pas imaginer ce que qui que ce soit peu penser, amateurs de boissons raffinées ou non, cela ne rend pas leurs pensées plus acceptable – que ce soit les femmes ou les hommes. Mais cela a toujours été, cette attitude féminine. Surement parce qu’à force d’être peu considérées, elles se sentent menacées. »

Elle devrait saisir ce droit qui est le leur de s’illustrer, plutôt que de se rabaisser comme elles le font. Mais peu importe, si elles n’en sont pas capables, mal leur en fasse. Je gardais selon sous silence, et changeais pour un sujet plus intéressant.

« Tout ça à la fois, ou voyant peut-être. Il me semble que vous avez évoqué le fait de communiquer grâce au troisième œil, de percevoir mystiquement – et particulièrement les soirs de brouillard – vos compatriotes tryclopes. J’étais impressionnée. Mais je me trompe peut-être – il me semble que vous avez évoqué la scientologie, et les Illuminati. Une vie chargée, pour un jeune homme. »

Je souris, retenant un sourire mauvais. Tout risque de s’embraser ? Allons, je risque de le faire si je suis confrontée au soleil, c’est en deçà de la réalité.

« Vous n’y étiez donc pas, je suppose. Il aurait pu, s’y trouver. C’était un grand club, symbole de feu la puissance de la meute. Le vide dans Glasgow le prouvait. Je m’occupais de la sécurité. Une chance que notre Monarque n’ait pas été décimée. ‘Responsable d’une faille de sécurité et de la mort de la Reine’, ce n’est guère un titre enviable. »

Je ne mentais pas. Pas vraiment. Et je gardais pour moi que ça attirerait la suspicion, après avoir porté le coup décisif sur sa sœur, en février.

_________________
“There are people in this world who deal only in extreme. It's naive to think that anything less than extreme measures will stop them.” (Arrow)


Rewards & stuff:
 
Freyja Swayne

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 11
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Messages : 5725
Membre du mois : 8
Je crédite ! : Avatar : Ash | Nao (signature) | Kanala (rewards)
Localisation : Le cimetière
Humeur : Sanguine
Autres comptes : Alexis Prudence Lindon
Modératrice
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: A ce jeu, tu seras la souris... | Freyja Swayne   A ce jeu, tu seras la souris... | Freyja Swayne Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
A ce jeu, tu seras la souris... | Freyja Swayne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Freyja Swayne
» Les broderies au point compté de la souris
» La chauve-souris et le loup [PV Far'jim]
» Sa première souris et sa première cérémonie du partage [Libre] (FINI)
» Haydée de Lopburi - La recluse du trou de souris. [Terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: West End :: Adam's dancing
-
Sauter vers: