AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Des fois, il faut juste lacher prise.
Aller à la page : Précédent  1, 2
MessageSujet: Re: Des fois, il faut juste lacher prise.   Dim 1 Mai - 14:58

L’air s’expulse brutalement de mes poumons quand je rencontre le mur. Malcom a bougé tellement vite que j’ai a peine eu le temps d’esquisser le moindre geste. C’est sur moi que sa rage se dirige dans un premier temps. Puis ensuite sur mon amant. Mon cerveau tourne à mille à l’heure, l’adrénaline diffuse dans mes veines et fait battre le sang à mes tempes. J’ai du mal à reprendre mon souffle, j’entends, je comprends, mais mon dos demande grâce et l’air refuse toujours de rentrer.
J’entends et je comprends. J’ai l’impression de me prendre une douche glacé sur ma peau encore brulante d’excitation. Mon patron pas le moins du monde perturbé m’ordonne de descendre et de m’éloigner. Je le regarde un peu hagarde, cherchant toujours mon souffle, et le vois basculer après s’être pris une lampe. Ma lampe, celle que Sorcha m’avait réparé. Malcom l’avait détruite en un instant.

Ca, c’était la goutte d’eau en trop. Car j’écoutais et je comprenais. Un calme écrasant se répand en moi, de même qu’une lassitude extrême et un trou béant se creusant dans ma poitrine. Je les regarde se battre comme des gosses. Mais en plus violent et effrayant.

Comprendre.

Luke n’était pas humain.
Pourquoi l’aurait-il été ? Comment pouvait-il en être autrement vu la scène que j’avais devant les yeux. C’était évident, un monstre ne pouvait aller qu’avec ces pairs. Qu’était-il ? Un métamorphe aussi ? Un rat garou mutant croisé avec une libellule transgénique. Je pensais pouvoir m’appuyer sur la situation qu’il m’avait apportée. Sur le travail qu’il m’avait offert et sa présence qui me donnait un certain point d’encrage. Une réalité plus accessible. Je n’avais même plus ça. Encore une fois, tout était de sa faute. A lui, Malcom. Je ne savais pas à qui des deux j’en voulais le plus.

Le trou se creuse, grignote, me fait un mal de chien.

Une sérénité malsaine glace mes veines, calme ma respiration et me permet enfin d’avaler de l’air à grosse goulée. Je me relève en prenant appui sur ma table de nuit, pour voir le coup de Luke à peine effleurer sa cible. C’était décevant. J’aurais aimé qu’il l’amoche plus que ça. Ils étaient trop occupés entre eux pour faire attention à moi.
Du moins pour le moment.
Malcom ne m’appréciait pas, il aimait me faire souffrir et je le savais assez imprévisible pour me resauter dessus. Heureusement, Luke était un morceau de choix pour lui. Il semblait le haïr bien plus que moi. Malcom jouait lorsqu’il me croisait, là il était sérieux et je n’avais aucune envie de le revoir ainsi. Et pourtant, plus rien de cela ne m’affectait. Je savais que j’aurais dû paniquer, courir, hurler, faire quelque chose au lieu de réfléchir calmement, de me diriger tranquillement vers les escaliers en les regardant avec dédain.

Je me fichais la nature de Malcom, de ce qu’était mon boss. J’étais en colère, je me sentais au dessous de tout et ces deux là se permettait de m’agresser, de me dire quoi faire, de saccager ma maison. C’était trop, je n’étais pas une demoiselle en détresse qu’on pouvait simplement balloter comme bon leur semblait. Pour l’un et l’autre. Je voulais bien courber l’échine tant que que les ordres allaient dans le sens que je voulais. Désormais, nous étions à des lieux du bien être dans lequel Luke m’avait plongé. C’était tout le contraire et je sentais revenir le dégout encore plus violemment qu’auparavant.

J’étais en colère et je leur en voulais à tout les deux. Mais plus que tout, je m’en voulais à moi, d’avoir espérer, d’avoir été aussi stupide. Encore une fois.

Je descends les escaliers de ma mezzanine. Leurs grognements et insultes me laissent de marbre. J’ai envie de les gifler, mais je n’avais pas le gabarit pour. Pour la seule fois de mon existence, je regrettais de ne pas être une créature encore plus redoutable qu’eux pour avoir la capacité de les balancer hors de chez moi en leur passant l’envie de recommencer. Je savais que mes sentiments étaient totalement irrationnels. Je comprenais à peine pourquoi j’étais aussi énervé contre Luke. Mais c’étais le seul moteur que j’avais, sinon je m’effondrerais.

Ma poitrine n’était qu’un gouffre avide. Chaleur, bon sens, il dévorait tout. Il ne me restait que le froid, douloureux se répandant dans mon corps avec une lenteur exaspérante. Eclipsant jusqu’aux lancements de mon dos.
Qu’ils continuent à s’amocher joyeusement. Ils se prenaient pour qui ?

La douleur, l’angoisse, tout ça avait balayé jusqu'à l’idée même d’évoluer dans un rêve. Ma vie était devenue un cauchemar constant, montant des échelons, distillant une horreur croissant à mesure que le temps passait.
Luke était-il un tueur ? Je n’en savais fichtrement rien. Par contre, je n’avais aucun doute sur la promesse de Malcom à lui faire rendre l’âme. Mon boss avait réussit à lui tenir tête, il n’avait même pas semblé plus étonné que ça de la présence de ce fou furieux. Ils se connaissaient, d’une manière ou d’une autre et ils se détestaient. De là à en arriver à se battre chez moi, complètement à poil… Je n’aurais même pas pu imaginer une situation pareille si je l’avais voulu.

Les effets de l’alcool s’étaient complètement évaporés. Je vais dans la salle de bain, enfile une tunique qui trainait par là et commence à remplir une bassine d’eau. Froide l’eau, très, très, froide. Je ne regarde pas mon reflet dans le miroir, je savais ce que j’allais y voir. Un visage sans forme, noir et flou. Dégoulinant d’une nature que je ne pouvais plus cacher. D’une nature que j’avais voulu noyer et oublier, que j’avais presque réussit à omettre le temps d’un infime moment d’excitation. Effort vain et stupide, tout ça m’avait péter à la gueule comme une bombe.
Pendant que l’eau remplie son récipient, je vais dans la cuisine et prends des glaçons pour les jeter dedans. Je les entends se battre en haut, grogner comme des animaux. C’était tout ce qu’ils étaient en fin de compte. Tout ce que nous étions, j’étais … comme eux. Il fallait que j’arrête de me voiler la face. Sinon, je continuerais à être impuissante, comme aujourd’hui.
C’était inacceptable.
Je coupe l’eau. Prends la bassine et la cale sur ma hanche. Je remonte en haute et observe quelque seconde le spectacle lamentable qu’ils m’offraient. Ils étaient dans un sale état, l’un et l’autre.
Ils se comportaient comme des chiens. Je les traiterais donc comme tels.
Et rien de mieux pour séparer deux clébards que de leur balancer de l’eau froide dessus. Ce que je fais sans aucune hésitation.

-Si vous voulez vous tuer, faites-le dehors. Pas chez moi.

Ma voix est tranchante et dénudé de toute autre émotion qu’une colère froide. Comment avais-je pu croire qu’un homme, une personne normal puisse me désirer ?
Je balance la bassine sur Malcom avec hargne.

-Je te pensais tout de même plus intelligent que ça Malcom.

S’il l’avait été, il aurait pu le tuer sans même qu’il ne s’en rende compte. Ca aurait été facile vu que ni moi, ni Luke n’avions remarqué sa présence. Un chien stupide, voilà ce qu’il était. Le pire, c’est que je ne pouvais pas nier le fait de l’avoir aussi été.
Et ça, c’était encore plus rageant.
Je ne savais pas à quel point je pouvais me baser sur ce qu’il avait dit. J’aurais dû être terrifiée de les voir se battre, mais bordel, j’en avais assez de tout ça. Vraiment assez. Tant qu’il ne me sautait pas dessus, couteau en main, je pouvais gérer.
Tant qu’il se comportait comme un vulgaire animal ça devrait aller.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 8
Le calme avant la tempête
Messages : 631
Membre du mois : 4
Je crédite ! : .
Autres comptes : Aucun :D
Le calme avant la tempête
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4422-gabriel-hudson http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4434-gabriel-hudson http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4433-gabriel-hudson
MessageSujet: Re: Des fois, il faut juste lacher prise.   Dim 8 Mai - 18:44


Voir son sang perler me procure un plaisir indicible, qui ne fait qu’alimenter davantage ma rage. Cette fois, je ne m’arrêterais pas avant de l’avoir tué. Ce salopard a réussi à s’en sortir en Février, par je ne sais quels moyens, mais je ne lui laisserais pas l’occasion de me faire deux fois le même coup. Quand le chaos menaçait Glasgow, j’avais bien d’autres priorités de vérifier s’il était bien mort. Maintenant, c’est bien la seule finalité qui me motive… Après l’avoir fait souffrir suffisamment pour venger cette vie qu’il a prise. Que ce démon aille en enfer ! Lui et moi n’avions bien en commun que notre goût pour le meurtre, même si je me rends compte avec stupeur qu’il… Cherche à défendre Gabriel. Je lui lance un regard de biais alors qu’elle obéit à l’injonction et descends de l’escalier sans demander son reste. Intéressant.

Je me suis laissé déconcentrer l’espace d’une seconde, suffisante pour qu’il abatte son poing et parvienne à me toucher. Je lâche un rire bref, qui ressemble à un aboiement.

- Tu frappes comme une fillette !

Chercherait-il à éviter d’employer ses pouvoirs devant la métamorphe pour ne pas dévoiler sa nature ? Il vient déjà de me prouver en un seul mot l’attachement qu’il pouvait avoir pour elle, et il ne serait pas le premier à jouer une double-vie pour supporter le quotidien d’un tueur à gages, même si ce serait plutôt singulier pour un sociopathe tel que lui, qui tue bien davantage par plaisir que pour remplir ses contrats. Ce ne serait qu’une subtilité de son esprit dérangé dans laquelle j’évite de m’engouffrer. Il peut bien vouloir la préserver assez longtemps pour l’écorcher vive puis l’empailler pour s’en faire un souvenir… Va savoir ce qu’il peut s’inventer comme vie. Je sais simplement que je le tiens davantage à la gorge que je ne le pensais.

Je bloque son bras quand il menace de me frapper à nouveau, serrant ma prise pour que les bouts de verre s’enfoncent davantage dans sa chair et lui fasse souffrir le martyr. Ca n'a pas tellement l'impact voulu... J'aurais mieux fait de frapper comme un sourd. Je veux l’entendre hurler, et planter ensuite mes crocs dans sa chair pour la goûter. Je me prépare à me transformer et enchaîner à toute vitesse, quand je me prends une douche glacée, au sens propre du terme. Je recrache un peu d’eau, tremblant de froid, et m’écarte de ma cible d’un bond pour comprendre ce qu’il vient de se passer. Gabriel se tient devant nous, cherchant visiblement à rompre les hostilités d’une façon bien singulière… Si je ne savais pas qu’il était possible d’éviter un processus de transformation avec de l’eau gelée, j’en suis maintenant convaincu, aussi bien qu’elle vous impose immédiatement les idées claires.

Et mieux valait pour eux que je reste aveuglé par ma rage, plutôt que je ne me mette à réfléchir froidement à l’issue de cette confrontation. Je me retourne vers elle quand elle me lâche en pleine figure qu’elle me pensait plus intelligent. Ca lui va bien, de dire ça, alors qu’elle passe son temps à me traiter de crétin fini. Je lâche un rire bref, mauvais. Mon regard se promène sur eux deux, avant de s’arrêter sur un bris de verre que j’attrape en main. En un bond, je suis sur elle. Je la plaque contre moi avec mon arme improvisée sur la gorge, la bloquant de mon autre main. La position est un peu trop agréable à tenir… Mais les circonstances font qu’une telle pensée ne m’effleure que l’espace d’une seconde, avant que mes envies de meurtre ne reprennent le dessus.

- Je te pensais moins conne aussi. Tu aurais mieux fait de te tirer quand il te disait de le faire…

Je désigne Samuel du menton. Je recule légèrement avec Gabriel contre moi. Quoi qu’on en dise, je n’ai pas tellement envie de lui faire du mal, parce qu’elle n’est pas concernée par nos affaires, et qu’elle reste une de mes consœurs. J’ai beau la malmener constamment, ce n’est rien d’autres que pour l’inciter à se dépasser. Aujourd’hui, elle a intérêt à me prouver qu’elle en est encore capable, ou tout du moins qu’elle sait réfléchir, elle aussi. Je rends un sourire mauvais au tueur.

- Tu tiens à elle, Samuel ? Tu sais ce qu’on dit… Œil pour œil, dent pour dent.



Points de vie total ▪▪ 15
Equipement possédé ▪▪ //
Seuil et Malus ▪▪ A 10 points de vie : -1 dé d'attaque ; A 8 points de vie : -1 dé d'attaque, +1 blessure ; A 5 points de vie : -1 dé d'attaque +2 blessures
Bonus de l'espèce ▪▪ Transformation rapide -> -2 de dégats
Spécialisation ▪▪ Enragé -> 2 dés d'attaque sous forme animale
Compagnie ▪▪ Gabriel & Samuel

Points de vie perdus dans ce post ▪▪ 1
Points de vie sauvés dans ce post ▪▪ 0
Points de vie restants ▪▪ 14/15
Nombre de coups de destin utilisés au total ▪▪ 0


Dernière édition par Malcom Hastings le Lun 9 Mai - 21:40, édité 2 fois
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15
Coups du Destin: 14
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Messages : 1931
Membre du mois : 69
Je crédite ! : (c) Shiya
Localisation : Glasgow
Caractère : Sadique – Violent – Séducteur – Imbu de lui-même – Fidèle – Entier – Homme de parole – Débrouillard – Méticuleux – Cynique - Protecteur - Instable
Autres comptes : Astrid Lehtinen
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4057-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4099-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4089-malcom-hastings
MessageSujet: Re: Des fois, il faut juste lacher prise.   Dim 8 Mai - 18:44

Le membre 'Malcom Hastings' a effectué l'action suivante : Lancer les dés


'Attaque main nue' :
avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie :
Coups du Destin: 0
Votre destin est entre mes mains.
Messages : 8501
Membre du mois : 7544
Je crédite ! : Avatar (c) Kanala
Localisation : Nulle part et à la fois partout
Compte Administrateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Des fois, il faut juste lacher prise.   Lun 9 Mai - 19:53



Il me balance que je frappe comme une fillette. Beau joueur, j’accepte. Le premier coup est à chier, le suivant pas mieux et ça lui laisse le temps de me bloquer le bras. J’essaye de me dégager alors que je sens les éclats s’enfoncer un peu plus dans ma chair. Va falloir faire mieux le métamorphe ! S’il savait à quel point je peux supporter la douleur. Les vampires étaient bien plus imaginatifs que ce simple d’esprit. Pourtant, mon sourire ce fait grimace. Autant lui donner un peu de satisfaction à la pauvre âme qu’était Malcom. Gabriel s’était barrée, loin des hostilités. Pour l’instant, Malcom à part crier que j’étais un meurtrier, n’avais rien révélé sur ce que j’étais. J’avais encore une chance de lui baratiner un mensonge, et faire passer Malcom … pour ce qu’il est ! Un tueur enragé ! Je le vois dans ses yeux, il se prépare. Une transformation peut-être ?

Je n’ai pas le temps de découvrir ce qu’il me prépare que Gabriel lui balance de l’eau glacé en plein visage. J’aurais pu rire. Trouver cela drôle de le regarder recracher de l’eau de sa gueule à la con. Ah Gaby’ qu’à tu fais ! Je lui ai demandé de se barrer pour lui accorder une chance de ne pas être mêlée à cette histoire. Elle n’écoute pas. Malcom s’empare de la jeune femme et la menace d’un bris de verre. Je reste de marbre, évaluant mes chances de sortir d’ici sans que ma nature ne soit révélée à mon assistante. Mon démon s’agite, il attend le moment de pouvoir sortir au grand jour depuis si longtemps. Ma nature, mon identité est mise à mal … grâce en grande partie à Malcom. La PES ne va pas tarder à me rechercher. Gabriel malgré mes efforts va découvrir que son gentil patron, n’est autre qu’un sociopathe. Que faire ? Malcom à entrouvert la boite de Pandore alors pourquoi ne pas l’ouvrir complément ?

J’uis d’accord
J’approuve ce que dit Malcom. Gabriel aurait du fuir lorsqu’elle en avait l’occasion. Je ramasse mon pantalon et l’enfile en soupirant. La scène dramatique et chaotique que nous jouons est amusante. Vous ne trouvez pas ? Moi je m’éclate alors mon visage se fige dans un masque de neutralité. Il me balance une réplique qui me laisse perplexe. Tenir à elle ? Je l’aime bien mais si elle se fait tuer … ben c'est de sa faute. Il ne faut pas abuser ! Elle a pris sa décision la petite en voulant revenir. Il est là … il veut que je le libère. Pas tout de suite. Malcom me balance la loi du Talion comme si cela pouvait me faire quelque chose. Je les regarde blasé, et plonge mes iris sombres dans ceux de la jolie brune.

Je suis désolé Gabriel, j’aurais aimé que cette soirée se finisse autrement qu’avec un métamorphe psychopathe. Je crois que je te dois des explications. Je ne m’appelle pas Luke mais Samuel … est je suis un semi-démon … - c'est maintenant que ça va être intéressant. D’analyser leurs réaction alors que je parle comme si de rien n’était - … j’ai le même métier que notre ami ici présent. Je suis un tueur … –Je devais certainement apparaitre comme un cinglé a parler sans pudeur. Je le suis après tout. –Si je peux me permettre, je veux te donner un conseil … tu devrais te barrer et appeler la police … maintenant ! – Je lui demande comme si c'était un service. En fait s’en était un ! – Parce que vois-tu Malcom m’a ouvert les yeux ! J’aurais aimé être Luke mais ce type est mort il y a des années … – balayais-je mes propos de la main. C'est triste mais c'est comme ça ! Malcom allait réagir un moment où un autre. Il n’allait pas me laisser discuter amicalement sans réagir. Je le regarde avec un petit sourire moqueur. Le métamorphe était ridicule à la menacer de la sorte alors que sérieux, il savait qu’elle n’avait pas d’importance. Elle avait fait son choix en décidant de revenir.

Alors Malcom … tu veux toujours faire la guerre ! Je peux te proposer une alliance qui pourrait te permettre de te venger des vampires qui ont tué tes amis loups ! Parce que si tu crois que c'est un semi-démon … c'est que t’es plus con que je le croyais !
Déclarais-je avec cette once de certitude dans la voix.






Points de vie total ▪▪ 14 points de vie
Equipement possédé ▪▪ Aucun
Pouvoir ▪▪ Télékénésie
Seuil et Malus ▪▪ A 10 points de vie : -1 dé d'attaque ; A 7 points de vie : -1 dé d'attaque, +1 blessure ; A 5 points de vie : -1 dé d'attaque +2 blessures
Bonus de l'espèce ▪▪ Blabla
Spécialisation ▪▪ Attaquant => 2 dés d’attaques
Compagnie ▪▪ Gabriel & Malcom

Points de vie perdus dans ce post ▪▪ 1 points de vie
Points de vie sauvés dans ce post ▪▪ 00
Points de vie restants ▪▪ 11 points de vie
Nombre de coups de destin utilisés au total ▪▪ 00









Dernière édition par Samuel Bryne le Lun 16 Mai - 19:36, édité 2 fois
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 14
Coups du Destin: 6
Le diable s’insinue dans les détails !
Messages : 559
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c)Aelou
Localisation : Quelque part en Ecosse !
Caractère : Cynique – Sociopathe – Patient – Intransigeant – Charismatique – Pragmatique – Dangereux
Humeur : Diaboliquement libre
Autres comptes : Alice / John
Le diable s’insinue dans les détails !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Des fois, il faut juste lacher prise.   Lun 9 Mai - 19:53

Le membre 'Samuel Bryne' a effectué l'action suivante : Lancer les dés


'SD Attaque pouvoir' :
avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie :
Coups du Destin: 0
Votre destin est entre mes mains.
Messages : 8501
Membre du mois : 7544
Je crédite ! : Avatar (c) Kanala
Localisation : Nulle part et à la fois partout
Compte Administrateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Des fois, il faut juste lacher prise.   Mar 31 Mai - 18:59

Mon cœur s’accélère, rate un battement. C’était à peu près le temps qu’il fallu à Malcom pour m’attaquer. Ce lâche indicible. Oui, c’était une option que j’avais plus ou moins prévu, qu’il me prenne pour cible. Après tout, ne prenait-il pas un malin plaisirs à me pourrir la vie ? Par contre qu’il se plaque contre moi, trempe mon dos et caresse ma gorge de cette lame improvisé…Celle là, j’avoue, je ne l’avais pas vu venir. Mais c’était grandement sous-estimé l’imagination de mon bourreau préféré. Je me force à respirer par le nez, lentement, histoire de ne pas faire un geste fâcheux et de m’enfoncer le tranchant de la lame toute seule. J’avais envie de fuir, comme cette fois là. Dans son bureau, c’était un besoin qui me retournait l’estomac, comme vital, mais il était moins fort, moins présent. Peut-être parce que ma peau n’était pas encore entaillée, c’était surement pour ça que je réussissais encore à garder le contrôle, ou peut-être à cause de l’envie furieuse de lui attraper les couilles à mains nus pour les lui arracher… Je ne savais pas trop.
Je suis le mouvement qu’il imprime et me recul de Luke. Mes yeux s’étrécissent à chacune de ces paroles. Qu’est-ce que Malcom c’était imaginé ? Nous n’étions rien l’un pour l’autre, à part peut-être des connaissances aux goûts similaires et à la compagnie agréable. Personne, de réellement saine d’esprit, n’irait se mettre en danger pour un inconnu devant un tel sociopathe.

Un sourire amer étire mes lèvres. Personne sauf moi lorsque je rencontre un vampire en pleine nuit. Mais la situation était un poil différent. Le vampire avait pu me briser la nuque n’importe quand, peut importe si j’avais tenté de fuir. Lui, mon patron, pouvait filer quand bon lui semblait. Le métamorphe n’avait pas la rapidité de ces morts-vivants. J’étais simplement plus malchanceuse que la moyenne. Comme un sombre écho à mes pensées, Luke confirme les dires de l’autre taré. Oui, j’aurais dû fuir. Ces mâles en ruts commençaient à me courir avec leurs manières déplorables. Néanmoins, cette situation le laissait bien trop serein pour que je nie en bloc les accusations de Malcom. Peu importe leur situation, ces deux là se ressemblaient peut-être plus que je ne l’avais cru de prime abords et Luke ne devait sans doute par être un saint aux mains immaculés.

Et puis finalement, il commence à tout déballer. Son prénom, ce qu’il était. Les mots me percutent et réduise le peu de fierté que j’avais réussis à retrouver en miette. Je ferme les yeux en tentant de contenir le dégout qui voulait me submerger. Je l’avais sentie venir cette révélation lorsque j’étais descendue en bas. Il n’était pas humain, un monstre pour un autre monstre. Il n’en irait pas autrement désormais, j’étais une abomination qui ne pouvais aller qu’avec ces pairs, et j’avais certainement choisis l’un des pires, en excluant les vampires…En fait… en y réfléchissant, il était dur de les classer par ordre d’horreur. Non, finalement tous étaient aux mêmes rangs. Mais, lui, il assumait pleinement son état de créatures malfaisantes, jusqu’à son métier. Que Malcom fasse la même activité ne m’étonna même pas. Qu’aurait-il pu faire d’autre ? Son rôle de directeur d’entreprise était bien trop risible pour qu’il soit réel. Finalement, je ne m’étais pas totalement trompée sur ce point là.

-Un semi-démon…évident…

C’était sortit sans vraiment que je m‘en rende compte. J’étais blessée plus que je ne l’avais cru. Mon image dégoulinante et abjecte me sautait aux yeux. Oui, c’était effectivement une évidence. J’étais repoussante, finalement, ce n’était que la suite logique des choses. Personnes ne pouvait dignement être attiré par une monstre, si ce n’était un de ces semblables…

Je pense sentir du sarcasme dans ces paroles ce qui me hérisse les poils. Luke…un homme mort… Peut-être, ou simplement était-il trop faible pour l’être. Je hausse vaguement les épaules tout en le scrutant, maitrisant à merveille le son de ma voix tenant compte du fait que j’étais contre un homme nu qui menaçait d’ouvrir ma gorge et un autre, assassin et non humain avec qui j’avais failli couché.

-Comment veux-tu que je fasse ça ? Au cas où tu n’aurais pas remarqué, je suis un peu coincée. Et nom de dieu, devrais-je vous rappelez que vous êtes chez moi ? Sérieusement, vous n’auriez pas pu vous trucidez ailleurs ? Tu n’as pas trouvé d’autre moment Malcom ? Tu me déteste à ce point ou quoi, tu n’aurais pas pu t’en occuper avant ? Genre dans la rue ? Et toi, pourquoi tu m’as approché au final ? Putain, vous me faites vraiment chier tout les deux. Dis-je avec un semblant de hargne retrouvé.

Parler, c’était toujours mieux que de laisser le silence s’installer et la tension monter entre ces deux animaux. Je ne pensais pas qu’il irait jusqu'à me trancher la gorge, du moins… Je n’en étais pas totalement convaincu. C’était ça qui m’empêchait de céder à la panique, de ne pas ruer, mordre ou quoique ce soit pour tenter de sauver ma peau. Mais je savais aussi qu’il était parfaitement capable de me faire du mal, beaucoup de mal. Alors… autant ne pas trop le provoquer. C’était la dernière fois que je me retrouvais aussi impuissante face à lui, à eux. A tout le monde. Je commençais à en avoir marre d’avoir peur, de ne faire que subir et ne récolter que ce sourire narquois et insupportable. Si je m’en tirais vivante, la prochaine fois que je croiserais ces tarés, ce serait eux qui en prendraient pour leur grade. Ca, c’était une promesse. Même si ça devait me prendre du temps, je finirais bien par réussir à inverser la tendance un jour ou l’autre et ils s’en mordront les doigts.
Luke, Samuel, ou qui qu’il fut, tentait de marchander…Je ne sais pas pourquoi, mais je sentais que ça allait plus énerver Malcom qu’autre chose…Comme ça il ressemblait vraiment à l’avocat du diable. Le corps ruisselant d’eau et de sueur mêlée. Une ombre de sourire sur des lèvres charmeuses et pourtant terriblement dangereuses si on commençait à se laisser bercer par ces mots. Si sa nature était hideuse, son physique n’en restait pas moins attirant et je m’en voulais terriblement de ne pas réussir à le trouver repoussant. J’avais du mal à réaliser, à me rendre compte de ce que l’étiquette « tueur » dont il s’était targué voulait vraiment dire. Mais voilà, j’avais gouté à son corps, même brièvement et il fallait se rendre à l’évidence, j’avais aimé cet aperçu de lui. Tout ça passa fugacement dans mon esprit, des pensées que je refoulais en me mordant l’intérieur de la joue. Il était hors de question d’être attirée par ça. Sans compter que l’autre débile ne bougeait pas d’un pouce. Ces proximités me gênée, surtout à sentir ainsi son entre jambe frotter contre ma peau.

- Lâche-moi Malcom, c’est ridicule. Il se fiche éperdument de moi, comme moi de lui. A moins que tu ne veuille finir ce que tu avais commencé la dernière fois ?

Ma voix se fait un peu plus rauque et accusatrice. J’étais rancunière, surtout lorsqu’on tentait de me bouffer, de me briser. Il avait réussi le salaud, du moins pendant un temps et voilà qu’il réapparaisse pour détruire le peu que j’avais réussi à reconstruire. Qu’importe les démons, les anges ou que savais-je encore, ma vie était officiellement pourri. Même s’il était certain que vouloir régler des comptes dans cette position étaient certainement la chose la plus débile à faire. Mais soyons honnête, s’il avait voulu me tuer, il l’aurait certainement déjà fait non ?
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 8
Le calme avant la tempête
Messages : 631
Membre du mois : 4
Je crédite ! : .
Autres comptes : Aucun :D
Le calme avant la tempête
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4422-gabriel-hudson http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4434-gabriel-hudson http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4433-gabriel-hudson
MessageSujet: Re: Des fois, il faut juste lacher prise.   Ven 10 Juin - 16:55


J’ai froid, mais les idées bien mieux en place maintenant. Je réprime des tremblements, sans savoir s’ils sont le fruit de mon sang bouillant ou de ma peau gelée. Je serais capable d’ouvrir le cou de Gabriel par inadvertance, ou par simple jeu aussi, mais tuer une métamorphe alors que je viens précisément pour me venger de la mort de l’un d’entre nous… Non, même si elle ne fait pas partie de la Meute, je ne le ferais qu’en cas de dernière nécessité. Elle me sert uniquement à lancer un ultimatum et pousser le démon dans ses derniers retranchements. Je veux lui faire payer, et faire de sa vie un enfer pour qu’il se sente comme chez lui. Louable, non ?

Je lâche un bref rire, teinté d’amertume, alors qu’il me traite de psychopathe. L’hôpital qui se fout de la charité… Mais il déballe ensuite toute la vérité avant même que je le force à le faire, et même mon métier. Putain, et c’est moi qu’il traite de balance ? Intéressant, vraiment. Son regard me laissait croire qu’il ne tenait pas à elle, mais son comportement prouve qu’il cherche peut-être à la protéger. Je m’en moque totalement, en soi. Ce qui me fait sourire, c’est de piétiner ces bris de verre comme un doux rêve qui s’envole pour eux.

- Au contraire, je n’aurais pas pu trouver meilleur moment. Tu devrais me remercier de t’avoir sauvé la mise alors que tu comptais vendre ton âme au diable, petite conne. Allez, dégage avant que je ne change d’avis. Appelle les flics si ça te chante, c’est pas comme si la PES m’avait mandaté pour lui faire la peau…

Il ne peut rien contre moi. C’est lui, l’animal traqué. Pour une fois, je me retrouve du bon côté de la Loi. La PES sera ravie que je leur amène son cadavre à disséquer, et ils n’auront rien d’autres que les restes. Je doute de pouvoir me retenir de le tuer après ce qu’il vient de commettre. Ou peut-être que si… J’ai envie de le faire souffrir et de lui arracher ce sourire moqueur qu’il a au visage. Je me fiche de savoir s’il est lié à la mort de mon Ulfric et de ma Lupa, finalement. Pour ce soir, il est mon exutoire à cette colère qui me ronge depuis leur trépas. L’entendre en parler m’arrache un grognement mauvais, animal. Je lâche Gabriel et la pousse vers le seuil de la porte, plus en retrait. Je desserre lentement ma main, d’où le sang perle déjà. Le verre teinte au sol et se brise une nouvelle fois.

- Non mais je rêve… T’essaies de me prouver ton innocence dans leur meurtre alors que tu viens de tuer l’un des miens, enfoiré ?

Je me sens à bout de nerf. Un rire secoue mes épaules… Avant de me transporter entièrement. Le démon est si peu crédible ! Il croit vraiment pouvoir m’acheter avec un discours pareil ? Il cherche simplement à sauver son cul maintenant qu’il se sait face à plus fort que lui. C’est trop tard… Il a déjà commis l’irréparable. On ne touche pas à ma Meute, même si elle est mourante.

- J’ai pas besoin de toi pour obtenir ma vengeance. Je me fous que tu es trempé là-dedans ou non, tu ne seras plus une menace pour personne… T’es déjà un homme mort !

Tania avait raison. Tout ce dont j’ai besoin, c’est de trouver quelqu’un à torturer et massacrer pour me sentir mieux. Samuel trinque pour tous les autres, et paiera plus que sa simple dette de sa vie. Je m’incline en avant, et bientôt, ce sont mes pattes qui heurtent le sol. Mes oreilles sont plaquées dans mon pelage gris-blanc alors que mes babines se retroussent pour dévoiler mes crocs. Je me lance vers lui, éclat blanc dans ce décor. Je veux écorcher sa peau. Je veux goûter son sang. Je veux sentir ses os craquer, bouffer sa chair… Alors qu’il sera encore vivant, à supplier que je l’épargne. Plus rien d’autres ne m’importent en cet instant.



Points de vie total ▪▪ 15
Equipement possédé ▪▪ //
Seuil et Malus ▪▪ A 10 points de vie : -1 dé d'attaque ; A 8 points de vie : -1 dé d'attaque, +1 blessure ; A 5 points de vie : -1 dé d'attaque +2 blessures
Bonus de l'espèce ▪▪ Transformation rapide -> -2 de dégats
Spécialisation ▪▪ Enragé -> 2 dés d'attaque sous forme animale
Compagnie ▪▪ Gabriel & Samuel

Points de vie perdus dans ce post ▪▪ 0
Points de vie sauvés dans ce post ▪▪ 0
Points de vie restants ▪▪ 14/15
Nombre de coups de destin utilisés au total ▪▪ 0


Dernière édition par Malcom Hastings le Ven 10 Juin - 17:00, édité 1 fois
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15
Coups du Destin: 14
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Messages : 1931
Membre du mois : 69
Je crédite ! : (c) Shiya
Localisation : Glasgow
Caractère : Sadique – Violent – Séducteur – Imbu de lui-même – Fidèle – Entier – Homme de parole – Débrouillard – Méticuleux – Cynique - Protecteur - Instable
Autres comptes : Astrid Lehtinen
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4057-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4099-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4089-malcom-hastings
MessageSujet: Re: Des fois, il faut juste lacher prise.   Ven 10 Juin - 16:55

Le membre 'Malcom Hastings' a effectué l'action suivante : Lancer les dés


'Meta Transfor Attaqu' :
avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie :
Coups du Destin: 0
Votre destin est entre mes mains.
Messages : 8501
Membre du mois : 7544
Je crédite ! : Avatar (c) Kanala
Localisation : Nulle part et à la fois partout
Compte Administrateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Des fois, il faut juste lacher prise.   Mer 15 Juin - 19:52



Tenir à quelqu’un ! Il est étrange que Malcom ait pensé que je puisse ressentir ce genre de sentiment. Où n’est-ce qu’un moyen pour lui de démontrer à Gabriel mon manque empathie pour elle ? Au final, cela n’a aucune importance. J’aime bien Gabriel. Elle était intelligente, malgré le peu de méfiance qu’elle a eut à mon égard. Après, peut-on vraiment lui en vouloir. La jeune femme semble si fragile dans les bras de Malcom. Elle avait une chance de partir, de fuir, mais non elle est revenue. De l’inconscience quant on y songe. Gabriel nous fait part de son énervement. Je lui souris, ne répondant pas à sa question. Je pourrais lui répondre, mais le moment est très mal choisi. Malcom ne bouge pas alors que mon assistante – plutôt ex-assistante- lui demande de la lâcher. Ça commence à faire long, et le métamorphe finit par prendre la parole. La PES serait intéressée de m’arrêter, non pas parce que j’ai tué un homme mais seulement parce que je suis un semi-démon. Je ne laisse jamais de trace après un meurtre. Il sera difficile juridiquement de me condamné devant un tribunal. Et je vois mal Malcom venir m’accuser devant un juge avec le métier qu’il fait en réalité. Bien sûr c'était avant que les semi-démons ne deviennent les ennemis numéros 1. Même les plus innocents d’entres nous sont traqués. Du coup, autant se lâcher, non ! Il avait lâché la jeune femme et la pousse au loin.

Soit pas con ! J’ai tué ce type seulement parce que tu m’as provoqué. Tu es comme un chien fou qui ne réfléchit pas … et j’avoue que ça m’amuse de venir foutre le bordel dans ta vie. Ça rend ma vie moins morne !

Lâchais-je d’une voix provocante. Je regarde Malcom avec étonnement. Pour un tueur, je le trouve très à cran quant il s’agit de la meute. Si je sentais que mon intérêt est de lâcher mes sœurs et mes frères, je le ferrais sans hésiter. Je sens sa colère jaillir comme une gangrène terrible. Il est affecté par ce que j’ai fait à l’un des siens. Il est terrible pour un tueur que de ressentir un instinct protection pour d’autre. Parce que ça en devient une faiblesse. J’ai énervé la bête et je suis prêt à en finir. Depuis mon emprisonnement chez les vampires m’ont pouvoir s’est affaibli. Les textes religieux passaient en boucle dans ma cellule avait fini par faire des dégâts. J’ai de plus en plus de mal à déclencher mon pouvoir. Malcom me renvoi mon offre à la gueule. Ce n’est pas comme si je ne m’y attendais pas. Je le regarde se transformer avec une stupéfiante facilité et s’élancer sur moi. Ses crocs se figèrent dans ma chair droit sur mon cou. Il s’acharne, et je me débats sous le loup tirant sur son encolure pour le faire lâcher. Rien n’y fait. La douleur percute mon corps et je serre les dents. Ce n’est pas comme si c'était la première fois. Mon sang coule en abondance, au point que je sens ma tête tourner. D’ici peu je vais perdre connaissance.

Mes yeux se ferment, et je laisse mon pouvoir envahir mes veines. Il fallait qu’il me lâche sinon, d’ici peu la mort viendrait frapper à la porte. J’y suis préparé depuis longtemps mais j’ai encore quelque vie à tourmenter, des affaires à régler. J’ouvre mes iris qui se dilatent sous l’effet du chao, et un morceau de lampe s’élance sur le loup. Il fallait qu’il me lâche pour que je puisse vivre. J’ai pas le temps de savoir si le morceau la touché parce que je tombe dans les pommes. Je respire, je sens, j’entends mais mon corps tout entier mais je n’arrive pas à bouger.





Points de vie total ▪▪ 14 points de vie
Equipement possédé ▪▪ Aucun
Pouvoir ▪▪ Télékénésie
Seuil et Malus ▪▪ A 10 points de vie : -1 dé d'attaque ; A 7 points de vie : -1 dé d'attaque, +1 blessure ; A 5 points de vie : -1 dé d'attaque +2 blessures
Bonus de l'espèce ▪▪ Blabla
Spécialisation ▪▪ Attaquant => 2 dés d’attaques
Compagnie ▪▪ Gabriel & Malcom

Points de vie perdus dans ce post ▪▪ 7 points de vie
Points de vie sauvés dans ce post ▪▪ 00
Points de vie restants ▪▪ 4 points de vie
Nombre de coups de destin utilisés au total ▪▪ 00


Dernière édition par Samuel Bryne le Mer 15 Juin - 20:02, édité 2 fois
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 14
Coups du Destin: 6
Le diable s’insinue dans les détails !
Messages : 559
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c)Aelou
Localisation : Quelque part en Ecosse !
Caractère : Cynique – Sociopathe – Patient – Intransigeant – Charismatique – Pragmatique – Dangereux
Humeur : Diaboliquement libre
Autres comptes : Alice / John
Le diable s’insinue dans les détails !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Des fois, il faut juste lacher prise.   Mer 15 Juin - 19:52

Le membre 'Samuel Bryne' a effectué l'action suivante : Lancer les dés


'SD Attaque pouvoir' :
avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie :
Coups du Destin: 0
Votre destin est entre mes mains.
Messages : 8501
Membre du mois : 7544
Je crédite ! : Avatar (c) Kanala
Localisation : Nulle part et à la fois partout
Compte Administrateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Des fois, il faut juste lacher prise.   Mer 29 Juin - 7:49

C’était le chaos. Malcom avait finis par me lâcher. Luke…Samuel jouait son rôle de démon à merveille, tirant sur la corde sensible d’un homme bien trop fragile. Je ne comprenais pas tous, mais les pièces s’imbriquaient avec facilitées et je pouvais avoir une vision globale de ce qui se passait sous mes yeux. Luke avait tué un métamorphe (même si j’avais du mal à me faire à l’idée) pour le simple plaisir de provoquer Malcom. Et lui, c’était stupidement jeté dans la faille que le semi-démon avait ouverte. Fidèle à leur réputation, ces êtres semaient le chaos et lui y était parvenu avec brio. Même s’il était en train d’en subir de lourdes conséquences.
Comment, diable, pouvais-je expliquer la situation si je devais appeler la police ? Comment ne pas être soupçonnée d’être un être surnaturel par la suite ? Les questions tournent sans que j’y trouve des réponses. Il fallait que je fasse quelque chose.

Maintenant.

Le mur était en train de se teinter d’un rouge qui me donnait la nausée. Malcom perdait définitivement le contrôle en se transformant pour attaquer Luke. J’ai à peine le temps de comprendre que le loup est repoussé et que l’homme ferme les yeux et s’affaisse. Je m’approche du corps, il respire encore, mais il n’est plus conscient pour le moment.
Je respire un grand coup, m’injuriant intérieurement de ce que j’allais faire. Je m’interpose entre Luke et Malcom, je m’assoie devant le loup titubant pour lui montrer que je ne lui veux aucun mal. De toute façon j’aurais été bien en peine de faire quoi que ce soit.

-Il est inconscient, maintenant calme toi et écoute moi. Tu veux savoir ce qui est arrivé à ta meute et moi je ne veux pas assister à une mise à mort, ni avoir flique ou PES chez moi... Il est évident que tu es trop impliqué émotionnellement parlant pour faire quelque chose d’intelligent. Je suppose que vous n’avez rien trouvé d’intéressant jusqu’à présent, je me trompe ? Sinon tu ne serais pas là à te battre comme un gosse avec lui. Et s’il savait ? S’il pouvait réellement t’aider ? Le tuer serait une erreur à ne pas commettre. Le problème réside dans le fait qu’il est un semi-démon et un manipulateur, qu’on ne peut donc pas lui faire confiance. Qu’à toi il ne te la donnera de toute façon pas. Et si, il m’en devait une pour l’avoir tiré de tes griffes ? D’une manière ou d’une autre, je pense pouvoir en tirer quelque chose. Mais il va falloir que tu me laisses faire. Et je pense être la personne la plus digne de confiance dans cette foutue salle. Il faut simplement vous trouver un intérêt commun qui le forcerait à nous aider sans qu’il s’en rende compte. Et tout comme tu le fais, il doit certainement me sous-estimer. Je ne serais pas une menace assez grande pour qu’il se méfie. Surtout qu’il ne sait toujours pas ce que je suis. Tu ne m’apprécies pas assez pour rechigner à me mettre en danger. C’est un deal qui se vaut non ? Ca et le fait que tu me foutes un peu plus la paix.

Au moins s’était-il suffisamment calmé pour ne pas tenter de m’égorger. Ce qui était une bonne chose. Je donnais l’impression que je savais parfaitement ce que j’allais faire, alors que ce n’était absolument pas le cas. De toutes les races connues, les semi-démons étaient les plus haïs, les plus redoutés. Principalement, parce que nous n’avions aucun moyen de les détecter. C’était déjà un avantage de savoir ce qu’il était.

-Pour que ça marche, il faut que tu me dises tout ce que tu sais sur lui et les semi-démons. Il faut absolument qu’on trouve quelque chose, rapidement, qui puisse le mener dans la direction qui nous intéresse. Et je dois aussi savoir ce que toi, tu cherches. Je ne suis pas certaine que le moment soit judicieux pour parler de ça, cela dit. Il peut reprendre connaissance n’importe quand et mieux vaudrait que tu sois parti ou en tout cas, invisible. Le simple fait que ce démon s’ennuie est une aubaine en soit.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 8
Le calme avant la tempête
Messages : 631
Membre du mois : 4
Je crédite ! : .
Autres comptes : Aucun :D
Le calme avant la tempête
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4422-gabriel-hudson http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4434-gabriel-hudson http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4433-gabriel-hudson
MessageSujet: Re: Des fois, il faut juste lacher prise.   Lun 11 Juil - 22:18


Il sent la peur, derrière cette odeur de fer omniprésente. Ses mots ne sont rien, de pâles justifications pour retarder l'inévitable. Samuel prend à peine conscience de l'erreur fatale qu'il vient de commettre en me provoquant de la sorte. On ne touche pas à ma meute impunément, encore moins maintenant qu'auparavant. Ce qu'il dit est vrai. Je ne suis plus qu'un chien fou, qui ne prend même plus la peine de réfléchir. Je veux faire couler le sang en représailles, et tous les prétextes sont bons pour étancher cette soif. Ma vie est déjà sans dessus-dessous, totalement déséquilibrée comme je peux l'être. Je n'ai pas eu besoin de son intervention pour ce faire, mais seulement de deux explosions, qui en ont détruit les fondements en espace de quelques secondes à peine. Tout s'est écroulé. Il s'étonne de mon comportement, parce qu'il a connu le Malcom qui avait une ligne de conduite à respecter, quelque chose qui le maintient à flot et l'empêche de chavirer. Les limites sont devenues floues, aisément franchissables comme dans l'ancien temps... Mais la rage se mêle aussi à ce cocktail détonnant. Il a bien de la chance que seule sa mort m'intéresse ce soir...

Je déchire les dernières parcelles de mon humanité de mes crocs et prends la forme du loup à une vitesse prodigieuse. J'ignore la fatigue de la traque et goûte à cette excitation, à cette colère qui annihile le peu de raison qui me restait. Je me sens serein, dans cette frénésie mortelle. Enfin...

Samuel tente quelque chose, mais je suis plus rapide. Mes crocs s'enfoncent dans la chair de son cou, faisant taire ses lamentations et ses vaines tentatives d'user de son pouvoir. Nous retombons tous les deux au sol, et je conserve le dessus, ne me décidant pas à lâcher ma prise avant qu'il ne rende son dernier souffle. Je gronde. J'arrache, secoue la tête avec véhémence... Et chaque giclée de sang me provoque un plaisir indicible qui ravive mon besoin d'en découdre, tout comme de le voir se débattre. Il tourne de l'œil, sa prise s'affaiblit... Et peut-être ai-je relâché ma garde trop vite, car dans un dernier élan de désespoir, le démon parvient à invoquer les enfers à la rescousse. Je me prends cette attaque de plein fouet, ne réagissant pas assez vite pour esquiver sous une autre forme. Un couinement m'échappe, et je suis bien forcé de lâcher ma prise, à moitié sonné par le projectile qui me percute sur la tempe. Je roule quelques mètres plus loin, inerte.

Des pensées confuses me reviennent. Je bouge une patte, racle le sol... Je gronde bassement et me relève. J'ai conservé ma forme animale malgré le choc... Ainsi que mes intentions belliqueuses. Mon grondement se fait plus puissant, les crocs dévoilés, alors que je repère sa silhouette inconsciente. Je vais pour achever le travail, mais c'est sans compter sur Gabriel qui me barre la route. Je me mets en position d'attaque et lui lance un regard de défi. Je cherche à lui faire peur pour qu'elle s'écarte, et avec ma gueule maculée de sang, ce blanc souillé de rouge, je n'ai pas besoin de faire beaucoup d'effort.

Non, je ne la tuerais pas pour obtenir sa vie. Je n'ai pas l'intention de tuer une métamorphe pour en venger un autre. Le bois de la lampe a eu l'avantage de me remettre suffisamment les idées en place pour que je daigne l'écouter, même si c'est à contrecœur. Je ne cesse de gronder en marchant de côté pour passer sa garde, comme un tigre en cage. Ses paroles sont censées, pertinentes peut-être bien... Mais elles ne font pas écho dans mon esprit. Je ne fais pas confiance à Gabriel, même si je ne veux pas attenter à sa vie. Elle n'a pas envie d'avoir ce sang sur les mains, ce cadavre dans les bras. Son discours m'aura au moins permis de retrouver la raison, et forme humaine.

Je me dresse face à elle, nu comme au premier jour. Je laisse ma colère exploser, verbalement, ce qui montre à quel point la pression est finalement retombée.

- Tu te fous de moi ? On ne marchande pas avec le diable... Il a tué un métamorphe ! T'es vraiment trop naïve de croire qu'il t'épargnera et entrera dans ton jeu. Je vais te rendre service : Tu laisses tomber. Ne t'implique pas plus que tu ne l'es déjà.


J'attrape son portable, posé sur la table de chevet, et entre à toute vitesse le numéro de la PES.

- Cible appréhendée. J'ai besoin d'une équipe pour récupérer le colis. Je vous envoie l'adresse immédiatement.

Je pianote rapidement à l'écran puis lui renvoie son téléphone dans les mains.

- Si tu veux tout de même faire selon ton plan, t'as plus qu'à le dégager avant que la PES ne se pointe. Tu dois avoir cinq minutes devant toi à peine. Tu te rendras alors complice, et tu en seras d'autant plus crédible. Ou alors tu peux choisir de te montrer à la bonne auprès de la PES, histoire d'être dans leurs petits papiers, et de leur servir une semi-vérité comme quoi tu m'as aidé à l'amener là où on pouvait le neutraliser en toute discrétion. Ils l'interrogeront et en tireront peut-être même plus par la manière forte. Ton choix, Gabriel. Le mien est déjà pris.


Je lance un regard à Samuel qui se vide de son sang sur le sol de la chambre. J'ai une expression mauvaise, mais parvient à me détourner sans peine. Peu importe ce qu'elle choisit, je serais gagnant... Et le semi-démon saura qu'il est dangereux, voir fatal, de me provoquer. Il ne pourra pas me réchapper encore une fois, et cette rage au ventre me permettra encore de triompher de lui.

Je cours à toute vitesse en direction de la fenêtre, sans attendre une réponse positive ou négative de sa part. La PES est déjà en route, et mon travail est fait. Je n'ai plus qu'à me volatiliser comme je sais si bien le faire, d'ailes bleues maculées de sang dans le ciel noir.



Points de vie total ▪▪ 15
Equipement possédé ▪▪ //
Seuil et Malus ▪▪ A 10 points de vie : -1 dé d'attaque ; A 8 points de vie : -1 dé d'attaque, +1 blessure ; A 5 points de vie : -1 dé d'attaque +2 blessures
Bonus de l'espèce ▪▪ Transformation rapide -> -2 de dégats
Spécialisation ▪▪ Enragé -> 2 dés d'attaque sous forme animale
Compagnie ▪▪ Gabriel & Samuel

Points de vie perdus dans ce post ▪▪ 0
Points de vie sauvés dans ce post ▪▪ 0
Points de vie restants ▪▪ 12/15
Nombre de coups de destin utilisés au total ▪▪ 0
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15
Coups du Destin: 14
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Messages : 1931
Membre du mois : 69
Je crédite ! : (c) Shiya
Localisation : Glasgow
Caractère : Sadique – Violent – Séducteur – Imbu de lui-même – Fidèle – Entier – Homme de parole – Débrouillard – Méticuleux – Cynique - Protecteur - Instable
Autres comptes : Astrid Lehtinen
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4057-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4099-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4089-malcom-hastings
MessageSujet: Re: Des fois, il faut juste lacher prise.   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Des fois, il faut juste lacher prise.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Des fois, il faut juste lacher prise.
» ❤ Il ne suffit pas de tourner la page... Des fois il faut changé de livre. ❤ /Il est décédé suite à un suicide/
» Une larme entre amour et haine
» my heart was blinded by you. (r)
» " N'oublies jamais que les autres ne sont pas toi, qu'ils sont différents, pire. ♪♫ " Tigrou & Plumy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Edimbourg
 :: Le Centre-Ville
-
Sauter vers: