AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
Mission Intrigue : "On ne récolte que ce que l'on sème'" [Livre 1 - Terminé]
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
MessageSujet: Re: Mission Intrigue : "On ne récolte que ce que l'on sème'" [Livre 1 - Terminé]   Mission Intrigue : "On ne récolte que ce que l'on sème'" [Livre 1 - Terminé] - Page 3 EmptyDim 10 Avr - 20:41

    Du sang… Beaucoup d'odeurs se bousculaient à mes narines. Elles étaient oppressantes, alléchantes, enivrantes. Je n'avais qu'une seule envie, laissez parler mon côté animal et prédateur et faire un massacre de toutes ses proies qui n'attendaient que d'être achevées. Mais je ne pouvais pas. Je me faisais violence, et mon récent repas m'aidait à cela. J'avais du m'arracher à l'attraction, à l'appel d'un sang particulier qu'une jeune femme perdait. Elle avait été blessée à l'épaule, et tous mes sens s'étaient réveillés quand son odeur obsessionnelle était venue jusqu'à moi. Je m'étais fais violence pour ne par rester planter là, à attendre le bon moment pour lui sauter dessus. J'avais des préoccupations plus urgentes, dont celle d'allait voir l'état de ma nouvelle pupille et de mettre la lignée directe du Roi en sécurité, moi comprise dans ce lot. Je savais que Torben n'était pas loin, mais je faisais le choix de le laisser de côté. J'aurais tôt ou tard l'occasion de lui mettre la main dessus. Je m'engouffrais de nouveau dans la foule amassée, et alla jusqu'à l'estrade, dernier lieu où se trouvaient mes enfants. J'inspirais à fond, repérés l'onde qu'avait laissé derrière lui mon fils, et la suivait.

    Quelle fut ma surprise de voir non pas mes trois enfants, mais d'autres vampires les entourer. Ce n'était pas leur affaire, il n'avait rien à faire ici. Et quand je vu qu'il s'agissait en plus de Belle, je fus de nouveau en colère. Mes enfants n'avaient pas comprit ce que je leur avais dis plus tôt dans la soirée? Et comment l'autre imbécile osait proposer son sang !? Etait-elle stupide à ce point là. Allez up, versons un peu plus de liquide rouge pour attirer tout le monde. Soignons Jana et laissons là faire un massacre de tous les humains qu'elle allait croiser. Oui, vraiment quelle merveilleuse idée ce serait si elle n'incluait pas le recul des lois humaines concernant les vampires.

      Mlle Renard veuillez prendre congés sur le cas. Votre présente n'est ni désirée, ni nécessaire bien au contraire. Que voilà une fabuleuse idée de proposer votre sang. Oui soigner ma pupille, la lier à vous, et lui permettre de récupérer toutes ses forces pour aller massacrer des innocents. Êtes vous donc si sotte que votre apparence misérable le laisse à penser? Veuillez m'excuser mais nourrir une vampire de moins de deux ans ne fera que provoquait un bain de sang. Mais ça, vous semblez l'avoir oublié


    J'applaudissais dans mes mains, sans m'approcher pour autant de la scène sous mes yeux. Me tournant vers la deuxième vampire invitée, je fis peser sur elle tout mon pouvoir, afin qu'elle se rappelle qu'en face d'elle se trouvait une maitre vampire à qui elle devait obéissance.

      Willoughby, éloignez la le plus loin possible de Jana. Ensuite vous irez trouver tous nos sujets. Je vous charge de calmer vos inférieurs. Toute effusion de violence venant des nocturnes doit être évitée. William, tu l'aideras.


    "La" s'adressait bien entendu à Belle de pacotille. J'étais au courant de part mes fonctions dans la hiérarchie vampire de la "spécialité" de la vampire qui se trouvait non loin de là. Elle serait très utile pour orienter les pensées des notre vers autre chose que les odeurs oppressantes. J'envoyais William la secondait au cas où ce serait elle qui succomberait, mais aussi pour le punir. Il ne m'avait pas obéi, il avait fréquenté Belle et cela sous mes yeux. Cet acte sera gravement puni lorsque tout sera terminé. Je finis ensuite par m'adresser à mes deux filles

      Morgane, maintien Jana à terre et ne la lâche pas, tout en continuant de lui donner ton sang. Il est certes âgé, mais il est très faible. Il l'aidera, sans lui donner une puissance plus grande de la tienne. Jana, laisses toi faire. Et quand tout sera finit, tu seras remerciée comme tu le dois. En attendant ça va faire mal


    En une fraction de seconde je les avais rejoints. J'enfonçais ma main dans sa blessure, sans ménagement. Je farfouillais dans sa chair et ses vicaires, jusqu'à trouver le bout de métal qui y était entré. Je l'enlevais, m'éloignais de nouveau rapidement. Elle avait déjà eut l'occasion de gouter à mon sang, et je ne voulais pas lui rajouter une tentation. D'ailleurs, je vins lécher tout le sang qui se trouvait autour de la balle, avant d'en faire de même avec ma main ensanglanté. Le sang de Jana était très… Mauvais, voilà c'est dit. Mais peu importe. Il n'était pas question ici de me nourrir, mais de ne pas rajouter une tentation supplémentaire aux autres vampires

_________________
*
Cassiopeia Johnson

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 26
Coups du Destin: 29
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Messages : 6072
Membre du mois : 22
Je crédite ! : (c)Kanala
Localisation : Devant une toile ou dans l'ombre.
Caractère : Associable – Blasée – Cachotière – Combattante – Habile – Insaisissable – Loyale – Mystérieuse – Prude – Taciturne
Vos Liens : A venir

Humeur : Egale.
Autres comptes : Isadora Jayden Doyle
Fondatrice pour vous servir
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-chute.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: Mission Intrigue : "On ne récolte que ce que l'on sème'" [Livre 1 - Terminé]   Mission Intrigue : "On ne récolte que ce que l'on sème'" [Livre 1 - Terminé] - Page 3 EmptyDim 10 Avr - 21:12

    La situation devient chaotique. S'il est possible d'y voir plus clair dans les mouvements de foule suite à la fuite de dizaines de personnes, les vampires semblent s'être réunis autour de Jana, blessée par un tir de Torben. C'est notamment le cas de Laura Willoughby, prête à offrir assistance à ses maîtres ou encore Belle, sans doute plus guidée par un espèce d'altruisme étrange pour une suceuse de sang centenaire. Tout ce petit monde est remis à sa place par Krystel, qui reprend le contrôle de la situation en faisant honneur à son rôle de leader. Torben vient au secours de sa camarade Andréa, et va même jusqu'à abattre de sang froid d'autres humains! Le geste est désespéré, mais les deux tueurs de la HCV sont momentanément à l'abri. Andréa quant à elle continue de se battre pour se protéger et protéger son camarade, tous deux ne reculant plus devant la violence ultime et incontrôlable qui les étreint dans l'instant. Plus fou encore, Maryana Watheerey met bas les masques et se met à déchaîner sa puissance. L'ouragan de pouvoir utilisé hérisse les poils de tous alors que les corps s'effondrent, couverts de leur propre sang. Les deux loups garous, Johan et Isadora, sont visés par les vampires, mais gardent pour l'instant le contrôle de leurs pulsions. L'entraide mutuelle semble se forger dans les situations les plus extrêmes, et les seules alternatives à ces deux lycans semblent être la violence ou le sexe. Que choisiront ils, prisonniers de leur nature sauvage et violente? Mais la situation ne va pas en s'améliorant, pour personne. Alors que le pouvoir démoniaque est libéré par Maryana, un vent glacial se met à souffler en bourrasques violentes sur la grand place, faisant voler papiers et couvre-chefs. Un rire lugubre semble résonner dans le lointain. Quelle horreur va encore survenir? Prenez garde avant tout à survivre...


    Ordre de Passage:
    Même règles que pour l'ordre de passage précédent! Une semaine, jusque dimanche soir prochain, pour répondre. Jusqu'à deux posts autorisés dans ce laps de temps. Cette fois encore, les inscrits ayant été absents (et qui ont posté dans la rubrique appropriée) peuvent tout de même agir durant cet ordre de passage, n'ayant pas à être limité pour quelque chose d'indépendant à leur volonté!

    Encore une fois, plusieurs indications sont à prendre en compte, à la fois pour la cohérence et l'intérêt du jeu:
    - Jana pisse toujours le sang. Mais grâce au temps, à ses qualités de vampire et au sang ingurgité (même le tru blood compte), la jeune vampire peut reprendre du poil de la bête, et voir sa guérison commencer à s'opérer! D'autant qu'elle est grandement aidée par Krystel.
    - Le sang d'Isadora attire toujours les vampires...
    - La foule devient littéralement hystérique avec les morts provoquées par Badenov, Donwood et surtout par Watheerey, qui sème le chaos. Cependant, une partie de la populace a pu s'enfuir, aussi les bousculades se font moins denses, mais le chaos encore pire qu'avant, personne ne sait qui tue qui! Le pouvoir utilisé par Maryana provoque un sentiment d'angoisse et de terreur comme irrépressibles chez tout être humain, comme si ceux ci étaient pris d'une des peurs primales de l'homme. Les poils de ceux ci s'hérissent sur leur nuque et ils se mettent à transpirer un voile glacé.
    - La police ne va plus hésiter à tirer, vu le nombre croissant de victimes et l'angoisse dû à la panique générale.
    - Comme dit dans le résumé de l'ordre de passage, un vent glacial souffle avec force sur la grand place; les vents sont particulièrement subits et violents. Un rire semble être porté par les bourrasques, sans que personne ne puisse identifier d'où vient le bruit.



La Destinée

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie :
Coups du Destin: 0
Votre destin est entre mes mains.
Messages : 8501
Membre du mois : 7544
Je crédite ! : Avatar (c) Kanala
Localisation : Nulle part et à la fois partout
Compte Administrateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mission Intrigue : "On ne récolte que ce que l'on sème'" [Livre 1 - Terminé]   Mission Intrigue : "On ne récolte que ce que l'on sème'" [Livre 1 - Terminé] - Page 3 EmptyLun 11 Avr - 0:02

    Certains fuyaient, d‘autres luttaient contre leur pulsions tandis que certains animaient le désarrois. Voilà le tableau. L’agitation se faisait tout de même moins présente. Le temps balayait la foule mais une tension particulière régnait dorénavant dans les airs…

    La souffrante, pourtant si ravissante malgré l’abondance de sang, voulue s’informer auprès de Laura tandis qu’ une autre blonde vint interrompre l’action. Belle Angeline Renard, cette garce si attachante et à la fois si exaspérante. C’était une personne ouverte d’esprit si l’on pouvait dire, une de ces vampires qui se sentait légèrement supérieure à ses frères de la nuit. Une de celles qui prônaient la paix et par conséquent la restriction de leurs instincts profonds. Une imbécile ignorante, rien de plus. Willoughby était certes beaucoup plus jeune mais n’en donnait pas gros à la vue de celle-ci. Elle n‘eut guère le temps de s’attarder sur sa personne ni de répondre à la blessée, l‘entrée en scène de sa vénérée la coupa net. Krystel, femme si sombre, si charismatique, si autoritaire, si puissante… Elle se sentit d’un coup toute petite face à son modèle. Elle en resta bouche bée, sa présence envahissait toutes les parties de son corps, elle s’emballait à la vue de cette déesse. Une première rencontre qu’elle jugeait chanceuse malgré la situation. L‘apparition n‘avait d‘égal que son existence. Elle connaissait même jusqu‘à son propre nom et elle n’en pouvait être que trop flattée. Alors que la reine s‘adressait avec un certain dédain à la blondinette, la prostituée eut un léger sourire en coin. Elle était fière de se sentir si proche de celle qu’elle idolâtrait, elles partageaient surement le même point de vue sur sa manière de voir les choses, de vivre. Un bon point sur l’échelle du respect. Laura ne se faisait pas d’illusions, elle rêvait tout éveillée et savait pertinemment que Raybrandt ne lui donnait que très peu d’importance mais après tout la première impression avait son impact.

    La brune si sensuelle lui ordonna de calmer ses congénères esclaves de leur nature profonde. Elle s’exécuta, observant celui qui l’accompagnerai dans sa mission. Le fils rien que pour elle, le charme envoutant de celui-ci la survoltait. L’honneur d’une telle obligation eu le don de la rendre à la fois stressée de part le jugement qu’il lui apporterait prochainement mais paradoxalement excitée à l’idée de participer à ce grand tout, en sa compagnie. Elle s’avança calmement parmi les corps sans vie où bien gisants au sol. Son regard observait les êtres qui entouraient sa personne, ses sens en alerte afin de repérer ses semblables. Il ne fallut qu’une minute et le travail de la persuasion allait enfin commencer. A première vue, la chose semblait aisée pour la demoiselle mais c’était sans compter sur le besoin de se nourrir, cette dévorante envie de planter ses crocs dans la chaire flasque et molle d’un humain que ressentait chaque nocturne. Ce besoin irrationnel semblable chez tout êtres au monde. Besoin vital, celui de se sustanter. Malheureusement, pour survivre à ce carnage qui s’accentuait de secondes en secondes, il aurait été bon que tous réfrènent leurs envies. Une sorte de privation pour une liberté incertaine.
    Elle plaqua l’être de nuit en question à terre, s’installa sur lui, les jambes enroulant son bassin. Elle saisit sa mâchoire de ses doigts aux ongles impeccables et l’embrassa sauvagement, il avait encore le goût de sa dernière chasse; du O+, son péché mignon. Elle lutta un instant pour ne pas sombrer dans la démence de ce besoin pour enfin se résonner. Le manque de sang de ce suceur accentuait sa libido et elle s’en servait volontiers comme échappatoire; elle se servit de sa main droite et la resserra sur son épais pénis. Elle le fixa prestement et tranquillisa ses envies sous la menace de lui arracher son outil favoris.

    C’est alors qu’un vent glacial fouetta les airs, la tension ressentit plus tôt se justifiait, s’affirmait pour prendre toute la place. Une bouffée de fraicheur, un froid dévastateur. Les casquettes de policiers ainsi que plusieurs postiches s’envolaient au dessus de leurs têtes. Elle se leva, ses cheveux virevoltaient derrière son visage, ses yeux plissèrent et elle se dirigea vers William. Elle assomma un autre vampire sur le passage et un bruit vint à résonner dans l’espace. Un rire exaltant. D’où provenait ce phénomène nouveau? Sorcellerie? Malédiction? Apocalypse? Elle n’en savait rien. La théologie et les sciences occultes n’était pas son domaine de prédilection. Elle rejoignit donc son mystérieux camarade de mission et s’en remit à ses réflexions.


    « William, que se passe t’il à la fin? Tu entends ce que j’entend? Tu sens ce que je sens? Tu n’aurais pas une vague idée de ce qu’il se trame ici?
    En tout cas, tout ce cirque n'a pas l'air de bonne augure… »


    Elle jeta de rapides coups d’œil autour et remarqua les humains qui s’affolaient un peu plus qu'auparavant, ils étaient devenus proies face à ce retournement de situation. Elle s’inquiétait, elle n’avait jamais rien connue de tel. Décidemment ces derniers mois n’étaient que le début d’une chaine de modification sans fin de la réalité telle que Laura la connaissait.


Dernière édition par Laura Willoughby le Lun 11 Avr - 9:21, édité 1 fois
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission Intrigue : "On ne récolte que ce que l'on sème'" [Livre 1 - Terminé]   Mission Intrigue : "On ne récolte que ce que l'on sème'" [Livre 1 - Terminé] - Page 3 EmptyLun 11 Avr - 5:34

William soupira et lâcha délicatement la tête de Jana. Il fut satisfait d’avoir entendu quelques mots même soufflés, murmurés. Cela voulait certainement dire que ce «True Blood» fonctionnait correctement sans trop. Le jeune homme l’a déposa au sol alors que la jeune Vampire prit la parole se relevant subitement sur les coudes. William posa un regard sur sa sœur et hocha négativement de la tête. Puis, on n’avait eut aucune nouvelle de Krystel non plus. Elle allait se charger du tireur voir des tireurs. Notre cher Vampire serra le poing subitement crispé puis les dents auquel cas les canines ne se rétractèrent du tout depuis ces quelques minutes passées à baigner dans le sang. William avait la nette impression de justement nager au beau milieu d’une piscine colorée rouge … Emplie de ce liquide si … Désaltérant … Appétissant … Attirant …

- Non mais, cela ne prendra …

Murmurant, car ne pouvant faire autrement le jeune homme dut se faire violence pour rester calme et serein. Il souhaitait garder sa rationalité en cette soirée et ne surtout pas succomber aux charmes de ses proies. Toutefois, quel humain pouvait avoir cette délicieuse et si agréable senteur ? William n’en avait absolument pas idée. À moitié éveillé et rationnel, il tourna son regard vers la jeune Vampire désirant aider. Si elle pouvait lui donner du sang, ce serait parfait. Il pourrait bien mieux supporter tout ceci. Puis, Belle apparue à ses yeux avec la même idée en tête. Il sourit heureux de ne pas être le seul à ressentir les affres de cette odeur … Incapable de répondre, même le ressentiment de Krystel tout proche n’était pas assez pour éliminer cette volonté de prédateur, de bête féroce.

* Aucune idée, je … *

Puis, il l’entendit. On lui proposait de se nourrir, de se laisser aller à la tentation. Qu’il en avait envie. Alors que William allait se retourner frottant doucement sa langue sur ses canines, Krystel Raybrandt apparut sur ses devants fière comme toujours alors qu’aucune blessure n’entachait son corps. Le jeune homme se força à porter son regard sur sa mère ne rien voir d’autre alentours. Il avait complètement oublié le probable petit problème entre Krystel et Belle et s’en fichait royalement. Il entendit la première lui ordonner d’aller avec l’adolescente – vu qu’elle faisait si jeune – pour calmer tous les Vampires évitant ainsi des gros problèmes. Apparemment, Morgane devait rester près de Jana.

- Bien …

Son murmure fut teinté d’amertume. Elle ne lui faisait plus confiance ? Oui, il avait échoué dans sa tâche, mais Jana le suivit. Qu’est-ce qu’il pouvait bien y faire. William s’imagina attacher sa nouvelle sœurette à un arbre tout comme un chien pendant que son «maître» serait partit. Pff ! Ces jeunes Vampires, cela ne savait pas se tenir. En plus, on lui donnait les enfants maintenant ! Génial vraiment alors que le sarcasme faisait son œuvre ! Il se leva si vite que la probable assassine n’aurait rien put faire, rien put lancer ou quoique ce soit d’étrange dans sa direction. Il avança de quelques pas pour tomber au final sur cet étrange personnage : une personne blessée? La jeune femme était couverte de sang et William sut parfaitement que ces parfaites effluves venaient d’elle. Il en était attiré comme par un aimant. Un vent frais même glacial, s’engouffra sous son veston et au travers de sa chemise rouge vin. Laura était plus loin, mais notre cher Vampire restait pétrifié sur place. Il se battait contre son envie de fondre sur cette femme et de s’en faire le dessert de la soirée. Finalement, selon ses instincts de bête, cette nuit serait parfaite. Laura l’appelait. Il se trouvait y avoir des corps partout. Cela empestait. William ne vit même pas ce que la jeune fille avait fabriqué non loin.

Il serra subitement ses poings faisant fit de la remarque de Laura sachant que trop bien ce qu’elle laissait entendre. Ce ne fut qu’un grand total de quinze secondes s’écoulant entre William se levant et l’appel de Laura. Il posa un regard rapide sur cette dernière et dans une vitesse fulgurante – dans une ruse d’avoir feinté la femme ensanglantée– s’élança sur la jeune femme tâchée de sang le coude droit en premier pour frapper solidement Maryanna voir lui faire perdre conscience. William ne savait qu’à moitié ce qu’il faisait. Heureusement, ses années de vampirisme lui apprirent à se contrôler. Son but était de mettre K.O. cette délicieuse proie pour y revenir plus tard … La chercher …



Dernière édition par William Raybrandt le Mar 12 Avr - 6:07, édité 2 fois
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission Intrigue : "On ne récolte que ce que l'on sème'" [Livre 1 - Terminé]   Mission Intrigue : "On ne récolte que ce que l'on sème'" [Livre 1 - Terminé] - Page 3 EmptyLun 11 Avr - 13:01

Le sang de la jeune femme, qui je l’appris se prénommait Jana, coulait à flot. Son acte de bravoure l’avait largement atteinte et son visage exprimait la souffrance. Le TruBlood délicatement versé par Morgane faisait peu à peu son effet et la pupille de Raybrandt semblait reprendre légèrement conscience. Ce n’était qu’une question de temps avant que l’odeur de ce sang, trop pur, trop abandonnant monte à ses narines. J’espérai que Morgane saurait la maitriser, je ne voyais pas comment la situation aurait pu être pire.
Je lâchais mes dernières paroles à l’attention de William mais avant même que ce dernier ne puissance me répondre Krystel fit son apparition, un air hautain habituel sur le visage. Je réprimais une expression de dégout face à la satisfaction qu’elle semblait ressentir. Elle s’accordait un rôle que j’estimais beaucoup trop important. Son regard se portant vers ma personne, je pus lire dans le sien la haine et la colère que je lui inspirais. De plus ma petite conversation avec William ne semblait guère la ravir et celle-ci me fit bien comprendre que ma présence n’était pas désirée.

Ma petite idée pour guérir sa faiblarde pupille, comme elle semblait prendre plaisir à le souligner, n’était guère la bienvenue, sans surprises. Pourtant je continuais à avoir foi en cette idée. Mais Raybrandt semblait trouver mieux de mobiliser sa chère lignée près de Jana plutôt que de s’affairer à rétablir l’ordre.
Je tentais de n’exprimer que passivité vis-à-vis d’elle mais je sentais une boule de colère se former au plus profond de moi. J’avais pris sa petite bousculade au second degré mais je ne supporterai pas encore longtemps que cette stupide femme se donne le droit de me mépriser seulement parce qu’elle partage le lit du roi.
J’étais partagée entre l’idée de me rebeller et celle d’agir avec beaucoup plus de réflexion. Si je décidais de l’affronter directement j’étais en tous les cas perdante. Autour de moi son entourage s’empresserait de défendre la précieuse et dans le même temps je lui devais obéissance. Bien que ça me fasse mal de l’admettre, elle était mon supérieur hiérarchique et la loi vampirique stipulait bien que je lui devais allégeance.
Elle ordonna à Laura Willoughby de « m’éloigner » de Jana. Je jetais un coup d’œil à cette dernière dans les yeux de laquelle je pus lire l’admiration qu’elle vouait à Krystel. Je comprenais son sentiment, celui du respect qu’une créature pouvait inspirait. Seulement je ne me sentais pas concernée. Je n’avais personne à envier, ni même notre monarque.

« Ecoutez Mademoiselle Raybrandt, cette idée n’était peut être pas totalement réfléchie mais je viens ici dans un but d’aide. Et sans vouloir prendre le risque de vous contredire, je pense pouvoir être d’une quelconque utilité. »

La politesse dont je venais de faire preuve m’avait demandé une grande maîtrise de moi –même et j’essayais dans le même temps de faire profil. Ce n’était pas le moment de me mettre un peu plus Krystel à dos. Ni le moment pour personne d’étaler nos conflits d’ordre privé.

Alors que Krystel s’affairait à donner des ordres et indications l’odeur du sang ne cessait de monter en intensité. La foule humaine était atteinte d’une panique et d’une angoisse terrible. Je clignais des yeux cherchant désespérément la source de ce mal-être. Près de moi Laura était partie exécuter la tâche qui lui avait été ordonnée.
Alors que je cherchais William des yeux et que je m’apprêtais à quitter les lieux, comme me l’avais ordonné Krystel, une bourrasque de vent glaciale se leva, faisant jaillir gobelets et détritus ainsi que cheveux et écharpes. Les humains, beaucoup moins nombreux désormais, couvraient leur bras pour se réchauffer face à ce froid virulent. Le vent, dans le murmure de son souffle étouffait un rire odieux, porté par du sadisme. Pour la première fois de ma vie, je me croyais en plein film d’horreur.

J’entrevis le corps de William au loin se diriger vers une femme au visage déformé par une satisfaction morbide. Il semblait indéniablement attirer par elle, comme un aimant il était dangereusement attiré dans sa direction.
Je ne savais ce que c’était, ce qu’ELLE était, mais il était évident qu'elle était à l'origine de ce chaos. Son visage parvenait presque à me faire frissonner.
Je courrai vers Krystel utilisant ma vitesse, supérieure à la sienne, avant qu’elle ne puisse décider de m’échapper.

« Vous ne pouvez pas tout maitriser, même si j’adorerai vous laisser faire tout le sale boulot, vous n’avez pas la capacité d’être à plusieurs endroits à la fois. Ne laisser pas William avec cette femme, elle est plus dangereuse qu’elle n’y parait, le sens, et je suis vois bien que vous aussi. »


J’avais débité ce flot de paroles en à peine quelques secondes, pressées de pouvoir m’exprimer une bonne fois pour toute.

« Maintenant soit vous m’ordonner de partir et je le ferai, soit on oublie notre querelle quelques minutes et je vous aide. »


Je savais que ce que je venais de dire n’allait pas plaire à Krystel. Tout ce qu’elle voulait c’était me faire comprendre qu’elle pouvait très bien se débrouiller sans moi. Et ça je pouvais le concevoir. Mais avec mon aide en plus, le résultat serait toujours meilleur, et les pertes moindres.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission Intrigue : "On ne récolte que ce que l'on sème'" [Livre 1 - Terminé]   Mission Intrigue : "On ne récolte que ce que l'on sème'" [Livre 1 - Terminé] - Page 3 EmptyMer 13 Avr - 15:15

    Je n'arrivais pas à croire ce que je venais de faire. C'était irréel, totalement irréel. Comme si quelqu'un d'autre avait agit à ma place. Mais ce quelqu'un, ce n'était jamais que moi. Cet instinct meurtrier jamais totalement refoulé et jamais totalement prégnant, avait provoqué une véritable hécatombe. Je savais que ces meurtrissures et ces morts étaient nécessaires, mais cela me fouettait le sang que de me rendre compte que je n'étais plus totalement humain. J'étais devenu un monstre, un peu comme les vampires. J'avais tué mon prochain, sans même l'excuse de la guerre ou de la vengeance. Et Andréa n'avait même pas réellement risqué quoi que ce soit, menottes aux poings. Ce n'était pas comme si dans ce pays les flics abattaient de sang froid leurs prisonniers. Pourtant, j'avais attaqué, et probablement tué vu le traitement que j'avais infligé à ces humains. Je n'étais plus le défenseur de l'humanité, je n'étais plus qu'un loup, qui ne savait même plus vraiment pourquoi il combattait. Tout était confus dans ma tête, et je ne vis pas un troisième policier se précipiter vers moi l'arme à la main, prêt à me mettre en pièces. J'avais juste la nausée, et une intense envie de vomir. J'en étais parvenu à me dégoûter un peu plus de moi même, ce qui constituait en soi un exploit tant j'atteignais de sommets en la matière ces derniers temps. Je me retournais en entendant un gargouillis étranglé, et je vis Andréa achever un représentant supplémentaire des forces de l'ordre, celui là même qui allait sans doute essayer de m'achever. Elle serrait de toutes ses forces le cou de l'homme en tirant sur la chaîne de ses menottes. De là où j'étais, je vis même un énorme hématome se former autour de la trachée du policier; le frottement de ses chaînes contre son cou devait avoir démolit son artère, provoquant une douloureuse et mortelle hémorragie interne. Andréa se redressa finalement avec mon concours, et le contact froid de sa peau couverte de sang m'électrisa. Son regard capta un instant le mien, et je n'y lu qu'une profonde compréhension mutuelle de ce que nous venions de faire l'un pour l'autre. A jamais liés par l'infamie, nous avions tous deux fait le choix des parias. Je lançais mon regard vers une petite ruelle attenante. Le barrage policier était toujours en place, et toutes les issues semblaient couvertes.


    | Eh merde! On va jamais s'en tirer sans avoir de sang sur les mains. Tu me ... |


    Je n'eus pas le temps de continuer plus avant mes directives qu'un terrible vent souffla et me fouetta le visage. S'en fut presque douloureux, car cela craquela le sang qui était en train de sécher sur mon visage. Je me sentis même partir en arrière d'un bon pas en arrière sous la force du vent. Et presque immédiatement, je sentis un froid terrible m'imprégner le corps tout entier, et je me mis à grelotter sans raison. Mais nous étions en plein printemps, que se passait il donc? Je n'y comprenais plus rien. Alors que je m'apprétais à reprendre la parole pour m'étonner de ce revirement de temps et de température, j'entendis un rire qui me glaça l'âme en même temps que le sang. Je n'avais aucune idée de ce qu'il se passait, mais j'étais de plus en plus perplexe, alors qu'une terreur insidieuse s'emparait de chacun de mes membres. Je me sentais pétrifié, pris de la même panique que la foule de mes congénères partout sur la place. La foule fuyait en tous sens, hystérique ce coup ci. Je vis la silhouette ensanglantée de Maryana Watheerey provoquer les vampires, avant que l'un deux ne meure devant elle, se vidant de son sang. Un autre lui fonça dessus, et la meute hurlante et terrorisée des humains me cacha la vue de ce qu'il se passait. Je ne comprenais plus rien à ce qu'il se passait. Mais la terreur elle, ne passait pas.


    | Nom de Dieu, qu'est ce que c'est que ce putain de bordel! |


    La peur me fit penser à Jana. Elle m'avait trahit, de toute évidence. Pourtant, je m'en voulais de m'enfuir sans m'assurer qu'elle soit en sécurité. Quand je me retournais dans la direction de l'estrade, je vis sa tignasse, et perçu qu'elle était toujours en vie. Beaucoup de vampires étaient autour d'elle, et la protégeait. Tout allait bien alors. Mais maintenant, il fallait sortir d'ici, avec Andréa. Je lui jetais un regard et lui fit signe de me suivre. Je rangeais mon arme. Je me retrouvais à claquer des dents, de froid et de peur. Saloperie de destinée. Encore à me jouer des tours. Le rire se fit encore entendre, comme porté par les vents. Je ne savais pas du tout ce que c'était, mais ça me frappait d'effroi.


    | Sorcellerie... |


    Je fis le signe des cornes pour chasser le mauvais sort. Me giflant mentalement, je me forçais à reprendre mes esprits. Il n'y avait qu'un moyen de sortir d'ici, même si nous serions traqués par la suite.


    | Suis moi et fais comme je dis | adressais je à Andréa avant de me mettre à courir.


    J'avais remarqué que nombre de personnes dans la foule étaient couvertes du sang des morts. Alors je me mis à courir moi aussi, espérant qu'Andréa comprendrait la manoeuvre et suivrait. Arborer un air de profonde détresse et de panique ne fut pas ce que j'avais eu à faire de plus compliqué jusqu'ici. Je me mis à hurler de peur moi aussi, et fut pris dans une bousculade près d'un chekpoint de la police. Les agents des forces de l'ordre, débordés, laissaient passer la foule dans la majorité des cas. Seulement, l'un d'entre eux vit les menottes aux poignets d'Andréa. Grognant de frustration, je dégainais plus rapidement et mettais une balle dans la poitrine de l'homme.


    Maintenant, il nous faudrait nous battre pour franchir cet obstacle, dernier rempart contre notre liberté.



[HJ; je fais un peu agir ton perso Andréa, si ça te dérange tu me dis et j'édite ^^]

_________________


Img (c)Kanala. Gif (c)Tumblr
Torben Badenov

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 22
Seule la Mort met Fin au Devoir
Messages : 18708
Membre du mois : 108
Je crédite ! : Avatar (c) Seerlena || Signature (c) Kanala
Localisation : Aux côtés de Krystel Raybrandt
Caractère : à Edimbourg
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Impassible
Autres comptes : Pandore Lasalle // Hayden Valentyne
Fondateur de Sc
Seule la Mort met Fin au Devoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Mission Intrigue : "On ne récolte que ce que l'on sème'" [Livre 1 - Terminé]   Mission Intrigue : "On ne récolte que ce que l'on sème'" [Livre 1 - Terminé] - Page 3 EmptyMer 13 Avr - 19:17

Belle Angeline Renard que j’avais vu un peu plus tôt s’était approchée de nous. Ça sentait les problèmes … Krystel avait bien insisté sur le fait que nous ne devions pas fréquentait cette vampire. Morgane était à côté de moi et continuait à me donner du sang synthétique. Belle s’adressa à William mais je ne compris pas ce qu’elle avait lui dit. Peu importe, William serait prendre les bonnes décisions. J’avais confiance en lui. Cependant, il ne fallait pas qu’il lui réponde. Que dirait Krystel ? Elle n’allait pas être contente… William devait faire attention à lui. Je me sentais coupable car je n’avais pas suivi les ordres de celui-ci. J’espérais que William n’allait pas avoir trop de problèmes par ma faute et qu’il s’en sortirait bien.

L’odeur du sang se faisait de plus en plus intense, et tout le monde le sentait. Il y avait du y avoir un sacré massacre. J’espérais que Torben ne fasse pas partie des victimes. Manquerait plus que ça … Un instant plus tard, Krystel arriva. Évidemment, la confrontation ne se passa pas très bien. Cela aurait pu être pire mais bon. Belle avait proposé de me donner son sang, c’était gentils de sa part. Mais Krystel avait raison, le sang synthétique me rendrait un peu de mes forces mais pas assez pour que je devienne complètement incontrôlable. Je ne voulais pas faire un massacre et tuais des innocents. Ce n’était pas grave si pendant quelques temps je n’étais pas au meilleur de ma forme. Je ne regrettai pas ce que j’avais fais. Au moins j’étais à terre et ça m’empêchait de faire des actes que j’aurais regrettés par la suite. Avec l’intervention de Krystel, Laura n’avait pas pu me répondre sur la situation du tireur. Ce n’était pas grave, avec ce que Torben m’avait dis la vieille j’en déduisais qu’il avait déjà ôté la vie à bon nombres de personnes et de vampires. Dans la logique des choses, il avait du s’en sortir. Surtout que Krystel était revenue sans une goutte de sang sur le corps, elle était impeccable. Elle n’avait pas du le trouver. Il avait du s’en sortir…

Ensuite, Krystel ordonna à Laura d’éloigner Belle alors que celle-ci ne représentait pas une menace au contraire, elle voulait juste aider… Krystel faisait la police, cela devait être pesant de toujours devoir nous rappelait à l’ordre comme ça. Elle avait commencé par Belle, puis Laura et William, et c’était à notre tour Morgane et moi. Nous n’avions rien fais de travers au moins. Krystel lança quelques directives à Morgane, comme quoi elle devait me maintenir en vie et continuait à me donner son sang. Et moi, je devais me laisser faire. Ca va ce serait facile comme travail. De façon, j’étais bloquée là ! William lâcha délicatement ma tête, je lui lançai un petit sourire. Il devait aller avec Laura, je resterai sagement avec Morgane. Étions-nous véritablement en sécurité derrière cette estrade ? Je me sentais de suite moins bien si William partait, comme l’avait dis la reine des vampires le sang de Morgane était faible… Elle ne saurait me maitriser.

J’enlevai ma main de sur mon ventre cela ne servait plus à rien, cela me faisait plus mal qu’autre chose et ma main ne retenait plus le sang. Je n’étais pas au meilleur de ma forme, et j’avais mal mon visage me trahissait. Je ne compris pas tout de suite ce que venait de dire Krystel « Ça va faire mal », je fronçais les sourcils. Krystel alla elle-même chercher la balle. Elle m’avait surprise, je ne me sentais encore moins bien désormais. Je guérirais plus vite cela dit. Machinalement, j’avais saisi la main de Morgane que j’avais serrée assez fort. La blessure fut encore plus douloureuse. Un vent glacial souffla sur mon visage, les cheveux de Morgane volèrent au vent. Je mis ma main sur mon visage pour me protéger. Que se passait-il encore ? Pourquoi ce vent si violent ? Un rire accompagnait les bourrasques de vent, un rire à vous en glaçait le sang. Je n’étais pas au bout de mes surprises visiblement…
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission Intrigue : "On ne récolte que ce que l'on sème'" [Livre 1 - Terminé]   Mission Intrigue : "On ne récolte que ce que l'on sème'" [Livre 1 - Terminé] - Page 3 EmptyJeu 14 Avr - 14:51

J'avais peur. J'avais froid, j'étais couverte d'un sang qui n'était pas le mien, j'avais blessé un homme, peut-être tué un deuxième, le monde avait basculé dans le chaos quand Torben avait ouvert le feu, des gens hurlaient, des gens saignaient, des gens mouraient. Je ne savais plus trop où j'en étais. La part de moi qui était une guerrière entraînée et habituée au massacre ne frémissait pas devant ce carnage, mais au fond de moi il y avait cette adolescente écorchée vive, traumatisée, innocente meurtrie, qui s'épouvantait de tout ce qui se jouait autour d'elle. Cette part-là, je la muselai, l'enfouis soigneusement sous une épaisse couche de cynisme et de froideur. J'avais besoin de mes instincts primaires, j'avais besoin de ma soif de sang, de ma fièvre du combat, pour ne pas céder à la panique. La main de Torben avait agrippé la mienne et il me tirait à sa suite – ce contact inattendu me rassurait un peu. Nous venions tous les deux de prendre une vie. Humaine. Ce n'était pas anodin, pour moi encore moins que pour lui, et l'horreur glaciale qui tenait mes entrailles était un peu estompée par l'étrange sensation de solidarité qui émanait de lui. Je ne m'attendais pas à ça. Je le voyais comme un individualiste forcené, un combattant solitaire et presque égoïste dans sa mission. Mais il s'était arrêté pour moi. Il avait pris la peine de venir en aide à un autre soldat en péril devant l'ennemi. Et même si le péril n'avait pas été bien grand, son geste me touchait plus que je ne voulais l'admettre. Certes je n'avais rien de spécial pour lui, rien qui ne me différenciait des autres combattants de Dieu à ses yeux, et il en aurait certainement fait de même pour n'importe lequel de nos frères d'armes. Mais tout de même. Il avait tenté de me sauver.

On aurait pu s'en sortir, peut-être, si le vent soudain ne s'était levé, me faisant vaciller dans sa force solennelle. Mes cheveux giflèrent mon visage et mes mèches tourbillonnèrent follement, alors qu'une sainte terreur qui n'avait rien à voir avec la tuerie s'imposait à moi. Je ne pouvais en déterminer l'origine, et cela m'effrayait encore plus. Je lâchai la main de Torben, combattant le réflexe qui me dictait au contraire de m'y agripper de toutes mes forces en attendant que la panique relâche sa pression – mais mes réflexes prirent le dessus et je tentai de contenir la vague qui m'oppressait. Le rire dément qui vibrait dans l'air ne m'y aidait pas et je réprimai un frisson angoissé, suivant Torben alors qu'il fendait la foule en simulant la panique. Je n'eus aucune difficulté à faire de même, et nous aurions pu nous en sortir si les policiers en place au check-point n'avaient pas repéré les menottes pendant à mon poignet. D'un geste aisé et efficace, Torben en abattit un d'une balle en pleine poitrine, et je me trouvai face à l'autre.

Que faire ? L'instinct de la guerrière me commandait de lui sauter à la gorge et de lui briser la nuque, ou bien de lever mon arme et de tirer. Mais les armes à feu, ça n'avait jamais été mon domaine. Une foule de pensées éparses jaillirent dans mon esprit – cet homme était-il marié ? Avait-il des enfants ? Etait-il plutôt un flic gentil ou bien un parfait salaud ? Etait-il sympathisant des vampires ou bien se trouvait-il là contre son gré, obligé par son devoir de représentant des forces de l'ordre ? Je n'en savais rien. Son expression déterminée quand il porta la main à son holster en faisait l'ennemi, qu'il soit de mon bord ou du bord opposé, et je n'avais pas le choix si je voulais sortir delà en vie. La peur me retenait toujours dans un filet serré, mais je pouvais, en partie, la contrôler. Je n'avais pas envie de blesser un des humains que je cherchais à défendre, mais je n'avais pas le choix, et je laissai mon instinct parler pour moi. Avant d'avoir le temps de ciller, mon corps avait agi de sa propre initiative, et l'homme était mort. La lame de ma dague avait ouvert une plaie béante sur sa gorge, et le sang en jaillissant m'avait recouverte d'un autre voile barbare. Le mouvement de foule me précipita en avant, vers la liberté, et je tendis le bras, m'accrochant au poignet de Torben. Ma prise glissait à cause du sang dont nous étions tous les deux imbibés, mais je tins bon et nous émergeâmes de l'autre côté. J'étais à moitié écartelée par la pression des corps, je ne savais pas où j'allais, mais la peur omniprésente me donnait des ailes et j'aurais pu courir de toutes mes jambes n'importe où si j'avais eu la certitude que cela nous sauverait.

« Et maintenant, on fait quoi ? »
Ma voix était haletante, je ne l'avais pas lâché et mes ongles allaient sûrement s'incruster dans son bras, mais j'avais la présence d'un camarade soldat à mes côtés pour me rassurer et m'ancrer dans la réalité. Que devions-nous faire à présent ?
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission Intrigue : "On ne récolte que ce que l'on sème'" [Livre 1 - Terminé]   Mission Intrigue : "On ne récolte que ce que l'on sème'" [Livre 1 - Terminé] - Page 3 EmptyJeu 14 Avr - 17:35

    Elle sentait qu'il n'était pas complètement calmé. C'était normal qu'elle le sentait, après tout : elle était du même sang animal que lui. La jeune femme plaça ses mains de chaque côté de son visage, le forçant à la regarder, à planter ses yeux dans les siens. Elle avait de beaux yeux. Johan se gifla mentalement de cette pensée fort peu appropriée pour le moment et tenta plutôt de se focaliser sur son odeur, sur elle, d'oublier tout ce qui se passait autour de lui. Difficile. Il se sentait poussé de toutes parts par la foule en délire, un vent cruellement glacial s'était levé et faisait voler les gobelets autour d'eux, le loup tiraillait dans son être. Il semblait à Johan entendre un rire, mais ce ne devait être que le sifflement du vent. Isadora recommença à lui parler, sur un ton d'urgence, l'entretenant d'une confidence qui faisait s'écartiller ses grands yeux clairs à chaque mot, comme s'il n'en croyait pas ses oreilles.

    « [...] Et dans les deux cas, je peux vous aider. »

    C'était donc vrai.
    Il y réfléchit. Une seconde. Une infime seconde. Une seconde pendant laquelle il se dit que le choix le plus éclairé et le plus sécuritaire n'était peut-être pas le plus sage pour sa bête. Enfin, peut-être ? Une dernière sommation de la brune. Il avait décidé.

    Johan l'embrassa farouchement, ne la laissant pas continuer de parler. Il l'avait déjà embrassée, mais ce n'était pas comme ça. Pas aussi sauvage et bon, pas aussi animal. Il sentait le goût de son sang sur sa langue, signe qu'il s'était mordu précédemment, et cette fois, il s'enivrait totalement de son odeur. Son sang battait à ses tempes et son coeur à un rythme indécent. Ses mains se posèrent sur sa taille, la plaquant contre lui, ne se souciant même pas de savoir jusqu'à quel genre d'intimité elle voulait se laisser aller. À ce point, c'était tout ou rien et probablement le savait-elle en lui faisant cette proposition tout à fait indécente. Une de ses mains, la droite, remonta jusqu'à ses cheveux et sa bouche descendit à son cou pour le mordre, pour savourer cette peau chaude et goûteuse. Ses yeux se rouvrirent, maintenant d'un vert presque jaune. Croisèrent ceux de son Andréa tachée de sang, hagarde, brièvement, si brièvement. Sa main attrapa celle de la louve alors que ses lèvres venaient traîner près de son oreille :

    « Suis-moi. »

    Cette voix, il ne la reconnut pas. Ce n'était pas la sienne. Rapidement, il traîna Isadora vers les sanitaires. Évidemment. Lieu de débauche clandestine par excellence. Ses sens étaient agressés par tout ce qui se trouvait autour, mais il avait un objectif. Des regards vampiriques qui croisaient le sien, son loup qui grondait -à voix haute cette fois, et toujours ce vent étrange qui fouettait sa peau bouillante, exacerbant son excitation. C'était un état supérieur à ce tout ce qu'il avait vécu, dans sa vie. Il défonça presque la porte du lieu, tout à fait vide, puis emmena Isadora dans une cabine. Il avait envie d'elle à un point impossible, dangereux, inhumain. Il ne remarqua pas l'odeur de sang qui régnait dans le lieu, l'odeur de mort mêlée à celle d'un parfum féminin, ne détecta pas le corps inanimé de vie qui était deux cabines plus loin. La porte de la cabine à peine refermée, sa bouche à nouveau plaquée contre celle d'Isadora, sa langue cherchant la sienne pendant que ses mains venaient défaire le pantalon de la jeune femme, se donnant un accès à ses fesses, à son sexe, pour venir pétrir cette chair attirante. Une main qui vient s'emparer d'un sein, l'autre qui descend ses pantalons à ses genoux, sa bouche qui passe de ses lèvres à son cou, ses mains qui viennent défaire sa propre ceinture. Il sentait ses crocs dans sa bouche, ses mains caresser avec ferveur et son corps qui réclamait, qui nécessitait, qui hurlait. C'était maintenant ou jamais.

    « T'es certaine ? »

    Un souffle à son oreille. Il ne sentait plus son coeur tant il battait vite, ni son souffle court, il entendait seulement chaque mouvement de la louve, chaque froissement, mais dans sa tête, la dernière alarme humaine qui s'assurait que tout était fait avec un certain consentement. Ça se passait vite, tellement vite. Il réussit à capter ses yeux, à se concentrer dessus, à presqu'empêcher ses mains de bouger.



Spoiler:
 
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mission Intrigue : "On ne récolte que ce que l'on sème'" [Livre 1 - Terminé]   Mission Intrigue : "On ne récolte que ce que l'on sème'" [Livre 1 - Terminé] - Page 3 EmptyJeu 14 Avr - 23:38


    Au moment où les mots sortaient de ma bouche, je me rendais compte de ce que je venais de proposer à Johan. Avais-je d'autre choix? Non, je n'en avais pas. Ce n'était pas pour me plaire, pas du tout, mais je n'avais pas le choix. Que pouvais-je faire d'autre en même temps? Si je ne réagissais pas, l'homme allait se transformer devant tous ses humains. Il serait ensuite traqué comme une bête sauvage par les membres de la meute et il serait exécuté. Je n'avais pas à m'en mêler, ce n'était pas un des miens. Seulement… Je ne pouvais pas rester là sans rien faire. J'appréciais le libraire, sincèrement. Il me faisait toujours penser à un louveteau qui a besoin d'aide, et quelque part, je m'étais attribuée le rôle de "mère" que son côté lupin semblait chercher. Quelque part, je prenais la place qu'avait eut Nathanaël vis-à-vis de moi. Seulement jamais il n'avait eu à se "sacrifier" comme ça, comme je n'aurais jamais à "courir" après une personne qui rejette son côté loup garou et qui ne veut pas l'admettre. Mais bref, là n'est pas la question. Je n'avais pas besoin qu'il me dise sur quoi se portait son choix. Son regard valait toutes les paroles du moment. Et il était trop tard, pour que je puisse vers demi-tour.

    Sans détour, ses lèvres se posèrent ardemment sur les miennes. Ce n'était pas la première fois qu'il m'embrassait, mais là, c'était différent. Ce n'était pas l'homme qui était aux commandes, mais c'était le loup. Je m'étais pour ma part préparée et j'étais contente que ma louve ne vienne pas me tirailler à son tour. Pour l'instant en tout cas. Elle semblait rester blottie en moi, comme si elle comprenait que j'avais besoin d'avoir tout mes esprits pour ne pas perdre consistance. Et puis, un gout de sang vint teinter sur ma langue. Et là, je sus que j'aurais toute les peines du monde à ne pas craquer non plus. Ce sang… Ce n'était pas n'importe lequel. C'était celui qu'un lycanthrope, puissant, ardent, excitant. C'était la première fois que j'y goutais et… J'avais envie de continuer à y gouter. Je fermais les yeux que j'avais jusque là gardé ouvert, et vint chercher la source de la blessure, en voulant encore plus. Je laissais Johan me plaquait contre lui et poser ses mains sur ma taille. Je m'en fichais en fait. Tout ce que je voulais c'était son sang. Ce n'était plus mon côté humain qui dominait, mais mon côté animal. Tout le reste était occulté et plus rien d'autre ne comptait que le plaisir que pouvait me procurer le sang du cabot.

    Non ce n'était pas bien. Je ne devais pas me laisser aller comme ça. Pas maintenant, alors que le danger rodait. Même ma louve pouvait le sentir. Je luttais contre elle et elle me laissa la place alors que les lèvres de Johan se postèrent dans mon cou et me mordillaient. C'était agréable, mais je ne devais pas "y faire attention". Mes yeux étaient rivés sur les vampires qui nous entouraient, jusqu'à ce que le loup-garou ne me prenne la main pour que je le suive. Il m'arracha à ma surveillance sans vraiment que je puisse y faire quelque chose. Je le laissais m'entrainer, ou plutôt je laissais son loup m'entrainer. Car il n'y avait plus grand-chose d'humain en lui à cet instant. J'avais déjà vu un des miens dans un état pareil, et cela avait finit d'ailleurs par des transformations puis une bagarre et du sang. Je lui avais résisté et cela ne lui avait pas plu bien entendu. C'était d'ailleurs le soir où j'avais rencontré mon cher voisin, mais là encore c'est une autre histoire.

    Je suis sotte et naïve et tout ce que vous voulez d'autre. Je ne m'étais pas imaginée une seule seconde que Johan me trainerait vers les toilettes. En plus ce n'était pas n'importe lesquelles, c'était celles qui respiraient l'odeur de sang et de mort. Mauvaise idée, très mauvaise idée. Mais je n'eu pas le temps de protester, il était trop tard. Alors qu'un vent surnaturel s'était levé et qu'on entendait des rires venus de nulle part, le libraire défonçait la porte du lieu et m'entraina dans une des cabines. Dans le genre romantique, on ne fait pas mieux. Cependant ce n'était pas ça qui me dérangeait le plus, bien au contraire, c'était le cadet de mes soucis. J'étais… Excitée… Et pas qu'un peu. Toutes ses odeurs de sang –dont la mienne – me rendait folle. Et puis cette odeur de mort… J'adore ça. Rajouté à ça l'attitude on ne peu plus expressive du cabot, et je perdais de nouveau le contrôle de moi-même. Ce n'était pas bien, je le savais, mais j'en étais à un stade ou je m'en fichais totalement. Oh mon dieu, que l'on me vienne en aide… J'accueillais avec plaisir ses lèvres qui se posaient de nouveau sur les miennes, l'embrassant à mon gout ardemment, langoureusement. Son corps frôlait avec insolence le mien, comme m'invitant à venir le toucher. Et c'est ce que je fis. Je remontais mes mains sous sa chemise, profitant de la chaleur que dégageait sa chair. Je ne me rendais pas vraiment compte que l'homme commençait déjà à m'ôter mes vêtements, quelque peu fasciné par ses contacts si nouveaux et si agréables. Je sentais le renflement de l'entre jambe de Johan, bien que je n'avais pas eu besoin de ça pour comprendre qu'il avait envie de me faire sienne. Ce n'était pas bien, agréable oui, et pas qu'un peu, mais pas bien du tout.

    Je… Non, je ne pouvais pas. Et alors qu'il me demandait si j'en étais certaine au creux de l'oreille, je posais mes mains sur son torse, l'écartant juste un peu de moi. Ce n'était pas l'envie qui m'en manquait pas du tout bien au contraire… Mais quelque chose me gênait. Il s'agissait bien entendu de la balle logée dans mon épaule, qui me tiraillait de plus en plus à chaque mouvement que je faisais, et qui me gênait finalement dans mes gestes.

    Elle me fait mal… Il faut que vous l'enlevez pour que je puisse guérir

    Tout en parlant, je passais mon top par-dessus ma tête, l'enlevant avant de l'abandonner par terre. Je m'éprouvais aucune gêne à être aussi… peu vêtue face à un homme. En fait non ce n'était pas un homme, c'était un lycan, et ça changeait tout dans ma tête. J'avais l'habitude d'être proche des gens comme moi. Certes pas aussi proche que je l'étais en cet instant, mais la proximité de sa présence ne me dérangeait pas. Je me rendais compte que je m'étais, depuis ma morsure, privée d'une chose si agréable : le contact d'un homme. Je vins ensuite défaire la chemise de l'homme, qui laissa place à une chair meurtrie. J'avais déjà aperçu les cicatrices qu'il pouvait avoir, et je m'étais posée la question de leur origine sans jamais le faire à voix haute. Je traçais l'une d'elle de mes doigts. Il avait de la chance. Car même si son corps portait de nombreuses marques, cela n'enlevait rien à son charme au contraire. Ça le rendait un peu plus sauvage, mystérieux…



_________________