AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
La chasse aux vampires ! [Livre 1 - Terminé]
MessageSujet: La chasse aux vampires ! [Livre 1 - Terminé]   Jeu 24 Fév - 20:12

La chasse aux vampires !

Feat William Raybrandt



J’habitais depuis maintenant une semaine à Glasgow, plus précisément dans le quartier d’Est End. Je n’avais pas vraiment eu le choix à vrai dire. La municipalité autorise les vampires à vivre en communauté avec les humains mais dans une moindre mesure. Ainsi les membres de notre race avaient « l’obligation » de résider dans ce quartier. Pourtant être obligé ne peut pas être pris pour une réalité. Nous avons le pouvoir de tout obtenir de la part des mortels à sang chaud et seulement avec quelques paroles. Pourtant à ce que j’en savais la grande révélation nous obligé à faire preuve de discrétion mais surtout d’obéissance. Je me demandais ce qui pouvait bien se cacher derrière cette trop bonne volonté. Depuis l’existence des vampires, dont l’origine reste encore inconnue et bien mystérieuse, notre lignage a indéniablement besoin d’exercer son pouvoir et sa domination, pourquoi serait-ce révolu ?

Le quartier d’Est End n’était pas désagréable et largement vivable. La cohabitation vampirique se passait sans encombre en règle général et le fait d’être regroupés tous ensemble nous permettait d’être tranquille les journées et de sortir la nuit sans risquer de déranger les voisins. J’avais mobilisé cette dernière semaine à mon emménagement mais surtout au repérage des lieux. Je m’étais contentée d’écouter les « ont dit » et n’avait guère eu le temps de me rendre dans les lieux publiques. J’eus vent en écoutant quelques discussion de l’existence d’un « bar à vampire » appelé la Pomme du Diable. Tenu par des confrères vampires il était le haut lieu principal de la représentation de la culture vampirique. Il s’agit du coin de rencontre des vampires. Pourtant avec la révélation est le fanatisme vampirique de nombreux touristes s’y rendent, friands d’apercevoir l’un des notre et surtout à la recherche de sensations fortes. D’ailleurs nombreux sont les humains prêts à donner leur sang gratuitement, tel des gourdes vivantes. Un vrai plaisir.

Ce jour là j’avais décidé de bon gré de mon rendre à la Pomme du Diable. J’avais dans l’idée de rencontrer les vampires de Glasgow mais aussi d’en apprendre plus sur la hiérarchie vampirique et l’action qui se déroulait autour de la révélation. Vêtu d’un pantalon moulant de cuir noir et d’un bustier rouge j’entrais dans le bar mes talons claquaient sur le sol attirant l’attention des quelques habitués. A peine entrée je sentis nombreux regards se pointer sur moi. J’avais la fâcheuse tendance à attirer l’attention, et dans bien des cas ça n’allait pas sans me plaire. J’étais quelques peu narcissique mais avec plus de mille ans d’existence à son actif il est normal de finir par s’apprécier, d’autant plus en tant que vampire.

Je jetai un œil un vaste regard circulaire autour de moi, juste quelques secondes afin de repérer les lieux. Le bar était très kitch respectant l’ambiance vampire selon les légendes humaines, c’était le meilleur moyen pour attirer la clientèle mortelle. L’ambiance était oppressante, presque effrayante et en même temps chaleureuse grâce aux lumières feutrées et aux tons rouges chauds présent sur les murs et coussins. Le décor était constitué de nombreux bibelots rappelant les mythes vampiriques avec la présence de chandeliers, crânes et diverses bougies. Pourtant cet ensemble restait élégant, la présence de beaux tissus de soies et de velours accommodait le tout. Je me sentie particulièrement à l’aise avec l’ambiance dès mon entrée, et si il fallait jouer le jeu du petit vampire j’y concèderais.

Je parti m’assoir sur une banquette moelleuse devant une table, prête à attendre d’être servie. J’observais maintenant les vampires autour de moi veillant à ne pas forcément attirer l’attention. Il était assez tôt, le bar avait surement ouvert depuis une heure à peine. De ce fait il était relativement peu peuplé, seulement une dizaine de vampires étaient présent, d’après les dire la foule arriverait. J’avais entendu que le bar avait un succès fou. J’avais hâte de voir ça.
Un serveur de nature humaine habillé en costume noir et portant des fausses canines pointues à la place des siennes s’adresse à moi. Je passais commande, un verre de TruBlood A+ chaud, réprimant une envie de rire face à son accoutrement. J’allais devoir m’habituer aux nouvelles mœurs de ce siècle mais aussi à celle de cette ville.
Attendant l’arrivée de ma bouteille de sang synthétique je surpris les murmures des autres vampires à mon égard. Beaucoup se posaient la question quant à mon identité mais aucuns n’avaient le courage de venir me poser la question.

*1000 ans ça peut faire peur mais M**** je suis venue ici pour rencontrer du monde et pas susciter la contemplation. C’est toujours à moi de tout faire. Je vais attendre bien sagement l’arriver de mon TruBlood et si d’ici une heure personne vient à ma rencontre je vais encore devoir prendre les initiatives, c’est lassant à la fin.*
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La chasse aux vampires ! [Livre 1 - Terminé]   Jeu 24 Fév - 21:08

On se fut levé depuis une heure au moins déjà. William n’était pas réellement une personne paressant dans son lit … Ou plutôt. Oui, avouons-le; son cercueil. Comme ses habitudes le laissait présager, monsieur fut allé courir étrangement vite … Plus rapide pour que tout mortel se respectant ne puisse jamais le voir passer. Il y avait maintenant des siècles que notre jeune homme prit cette passion à chaque début de nuit. Il aimait cette sensation de fraîcheur, ce vent fouettant son visage à chacune des enjambées provoquées par cette course folle. Bien, il fallait garder la ligne non ? Que dirait les clients de la «Pomme du Diable» s’ils verraient leur préféré arriver bien dodu, laid et sans charme. Pire, que dirait Krystel ? Hm; William n’ose même pas y penser tant que ses trippes se retournaient en son corps. Elle le haïrait certainement. Après tout, notre jeune homme alliant magnifiquement bien jeunesse beauté et manières avait l’un de ces charmes. Les humaines se mettaient en quatre parfois pour s’accoquiner le propriétaire de la Pomme du Diable. Pff ! Rumeurs … Ces rumeurs qui courraient dans le East End faisant depuis longtemps maintenant William Raybrandt un Vampire. Le jeune homme remarquait toujours la perspicacité des mortels. Il ne les aurait jamais crut capable d’en connaître autant.

Habillé d’un complet entièrement blanc laissant ressortir ses cheveux courts châtain pâle, on pouvait facilement se rendre compte du tact de William qui alliait à cela une chemise noire et une fine cravate rouge sang. Il fit soudainement irruption en la Pomme du Diable presque sans un bruit ni dérangement pour la clientèle déjà présente en la jeune soirée. Les yeux brun et ce regard profond fit un tour complet de l’établissement cherchant du regard une personne en particulier. Sans en avoir l’air, William fut déçu dépité de ne pas apercevoir Hannah. Oui, tout en se mordant doucement la lèvre inférieure, il se rappelait qu’elle ne travaillait pas ce soir de même que Leslie. Notre cher propriétaire avait eut l’intelligence de les employer les mêmes jours en ce que l’homme pouvait plus facilement garder un œil sur la jeune femme.

L’atmosphère de son bar lui redonnait une certaine vigueur. Ce rouge velours apaisa ses yeux tout comme les chandeliers aux plafonds et sur les murs. Effectivement, William n’avait guère avalé quoique ce soit depuis son réveille. Il avait une faim de loup. – Bon ok, nous arrêtons de suite les jeux de mots inter-espèces. – Notre Vampire s’avança finalement dans la pièce alors que certains habitués le reconnurent. William fit justement un clin d’œil à un homme d’un certain âge. Certes, ceci fut tout sauf honnête. En effet, d’après le Vampire, cette personne était étrange. Il redemandait toujours, à chaque nuit de pouvoir donner son sang. William était certain que ce fut devenu une certaine obsession. Peu importe, tant que lui pouvait boire à sa faim. Malheureusement, ce n’était pas son meilleur repas. Ok, plus tard lorsque les touristes sensibles partiraient; il se sustenterait. On vint lui chuchoter à l’oreille quelques mots.

- Bonsoir monsieur. Cette jeune femme … Je crois qu’elle est …

Le Vampire répondit du tact au tact sans perdre son visage neutre, sans une once de joie ni de colère – comme si cela aurait été possible. Il murmura à son tour.

- Bien. Je m’en charge. Apportez-lui ce qu’elle commanda s’il vous plaît.

Son employé hocha la tête et alla préparer le «True Blood» de mademoiselle. Quant à lui, William avait maintenant le regard tourné sur cette nouvelle venue. Une compatriote n’est-ce-pas ? Qui ne semblait pas être une connaisseuse puisque c’était sa première fois à la Pomme du Diable. Le Shérif s’était avancé physiquement durant ses pensées. Sans ménagement, mais sur des manières exquises, il s’assit sur la banquette en face de Belle. Alors que William croisa ses mains ensemble, il ouvrit la bouche.

- Nouvelle en ces lieux mademoiselle ou nouvelle en cette ville tout simplement ? Je suis William Raybrandt propriétaire de la Pomme du Diable le bar dans lequel vous vous trouvez présentement.

La voix suave s’arrêta alors que le serveur aux dents fausses revint à la table avec le True Blood A +. William leva le bras gauche pour capter le contenant et fit un bref signe de tête à l’homme pour qu’il s’en retourne à d’autres clients. Apparemment, on ne discutait pas les ordres de M. Raybrandt; l’employé fit une petite révérence et retourna à d’autres tâches.

- Votre True Blood mademoiselle. Pourrais-je connaître le nom qui se cache derrière ces cheveux d’or et ses lèvres vermeilles ?

Tendant avec aisance le verre qui pourrait faire office d’un délicieux vin en son intérieur, William souriait. Une politesse à toute épreuve. Il était à l’aise comme à son habitude. Mieux, le jeune homme ressentait une certaine fraîcheur d’être sur les devants de cette femme malgré la faim qui l’appelait. On pouvait bien faire quelques sacrifices non ? Surtout pour acclimater une nouvelle cliente.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La chasse aux vampires ! [Livre 1 - Terminé]   Dim 6 Mar - 11:45

Mon avis sur le bar était plutôt bon. J’aimais beaucoup l’ambiance bien qu’elle soit un rien « too much » et caricaturale. Mais la caricature du vampire c’est ça qui était parfait. Se faire passer pour ce que l’on n’est pas, continuer à duper les humains, j’aimais ça. Pas que je ne voulais pas faire confiance aux humains, bien au contraire je tolérai le fait de vivre en communauté mais la compassion de certains humains après notre révélation pouvait n’être que passagère, également l’existence de ligues anti vampire était très dangereuse notamment celle de l’église Humains Contre Vampires (HCV). Ces hommes se disent être des soldats de Dieu. Pourtant après autant d’année d’existence rien ne m’a jamais convaincu de l’existence d’un dieu ou de plusieurs. Enfin je respecte les croyances, les hommes ont besoin d’une chose à laquelle se rattacher, pour ne pas appréhender la mort. Mais ce qui serait réellement problématique serait que certaines de nos faiblesses soient dévoilées et viennent aux oreilles de certains humains. Il ne faut en aucun cas prendre des risques quand à notre survie. J’aime beaucoup le caractère fragile des humains, la manière dont leurs passions sont dévoilées, la non maitrise d’eux même. Mais je fais passer la protection de mon espèce avant tout. C’est la loi vampirique.

Un homme ou plutôt un vampire, vêtu d’un élégant complet blanc vint à mon encontre et me fit redescendre sur terre. Il paraissait très jeune du point de vu humain mais pas très vieux du point de vu vampirique. Pourtant il dégageait un étrange respect et se comportait avec beaucoup d’aisance. Il semblait habitué du bar, et même d’y avoir une importance non négligeable. Son murmure au barman m’indiqua que ce dernier était peut-être sous ces ordres.
J’avais décroché le gros lot ! Peut-être s’agissait-il du propriétaire du bar ? Si c’était le cas, j’en serai plus que ravis. Il allait pouvoir me renseigné sur le coin, mais surtout sur les vampires de la ville. Et j’y comptais bien.

Cependant alors qu’il se présentait à moi, la situation pris une étonnante tournure. Il se présenta au nom de William RAYBRANDT. Or ce nom là ne m’était guère inconnu. J’avais rencontré une certaine Krystel Raybrandt avec qui le courant n’était pas du tout passé. Je pouvais même la qualifiée de rivale. J’avais pour habitude d’écraser mes ennemis vite fait bien fait, mais cette dernière occupait une place non négligeable auprès du grand roi, gage de sa puissance et de sa protection.
William me questionna sur mon arrivée dans le coin, sa perspicacité me conforta encore plus dans l’idée qu’il était propriétaire du bar, ce qu’il ne tarda pas à me révéler.

- Enchanté Monsieur Raybrandt, je me présente Belle Angeline Renard. Et pour tout vous dire je suis nouvelle en cette ville. Voilà à peine une semaine que j’ai élu domicile à Glasgow. Une charmante ville je dois avouer mais bien agitée.

Je lui fis un clin d’œil, mon regard en disait long et je comptais bien lui indiquait que j’étais au courant de l’activité vampirique de la ville. Pourtant je ne voulais point en dire plus. Je me devais de paraitre naïve mais surtout digne de confiance. J’avais dans le but de repartir de ce bar avec beaucoup plus d’information que quand j’y suis entrée.

- J’espère qu’ici on s’occupe bien des nouveaux arrivants. A vrai dire j’aimerai être rassurée quant à mes voisins vampires. Savoir simplement qui je côtois. Vous comprenez n’est-ce pas ?

J’éclatais d’un rire cristallin. Le rire et le sourire sont tous deux gages de confiance, et j’avais eu de nombreuse année pour parfaire ma technique.

- Monsieur Raybrandt, vous m’avez dit ? Peut-être un lien de parenté avec Morgane Raybrandt ?

J’avais choisi volontairement de taire le nom de Krystel Raybrandt étant donné nos rapport, j’espère me mettre ce William dans la poche, d’autant plus qu’il m’avait l’air plutôt sympathique, et très beau garçon qui plus est.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La chasse aux vampires ! [Livre 1 - Terminé]   Mer 9 Mar - 4:03

Belle Evangeline … Un nom qui allait à ravir pour cette douceur blonde et élégante. Toutefois, ne comptez surtout pas à voir William Raybrandt tomber dans le panneau face à cette beauté, cette voix et ce rire cristallin hypnotisant tout homme passant sur le chemin de la louve … Plutôt de la Renarde. Un nom plutôt rare; Renard. Un nom Français probablement. Un accent ressortirait certainement de la bouche de notre cher Britannique à sa parole.

- Agitée, je le sais bien malheureusement. Vous voyez que c’est difficile pour un seul homme instaurer la paix.

Un sourire rieur sur cette petite blague orgueilleuse comme réponse à ce clin d’œil fusa lentement de la commissure des lèvres de William. Le jeune homme croisa ses jambes et s’assit plus confortablement sur la banquette. En tout cas, il tentait de se rendre à cela. Dur, dur lorsque vous n’étiez pas dans votre fauteuil en arrière «boutique» si l’expression est permise. Cette chère Belle parlait assez ouvertement du fait Vampire en Glasgow et cette innocence agaça légèrement notre homme. Ses yeux vagabondèrent dans la grande pièce des tables les plus près d’eux à celles les plus éloignées même. Il n’aimait guère discuter de sa condition, de celle des autres Vampires, en terrain ouvert dans une innocence grandissante paraissait-il selon William. La loi vampirique interdisait ceci. Donc malgré la reconnaissance des Humains face aux Vampires, notre cher Sherif ne discutait jamais de ce sujet parmi eux … Sauf si bien sûr le dit interlocuteur était au courant et à l’abri des oreilles indiscrètes.

* Je la croyais plus intelligente. Comment les humains disent déjà ? Une blonde. *

Soupirant sur un ton las, William baissa les yeux à la mention du nom de sa sœur préférée. Le dernier est un euphémisme signifiant le sarcasme en l’esprit de l’ancien Duc. Il n’avait absolument aucune idée de comment cette femme rencontra Morgane. Apparemment, mademoiselle Renard venait d’arriver à Glasgow. En une semaine, elle réussit à rencontrer Morgane Raybrandt qui ne quittait pratiquement jamais le manoir.

- Vous savez mademoiselle, il n’y a pas que deux Raybrandt dans cette ville.

Son ton était décontracté et on savait que William aimait cette situation où il pensait, voir avait ?, le pouvoir sur son interlocuteur. Il prit une respiration fluide observant machinalement le True Blood A + traînant sur la table dont Belle Evangeline Renard ne toucha point encore. Pourquoi ? Elle désirait donc en connaître plus sur lui n’est-ce pas ? Probablement par une des escapades de la têtue et rebelle Morgane, les deux femmes se furent rencontrées par pure coïncidence. Un autre sourire terminant en rire grave, mais très court.

- Vous avez rencontré ma sœur n’est-ce pas ? Elle a dut encore s’échapper du Manoir. Peu importe … Et là, vous désirez savoir si je serais le frère de cette Raybrandt famille à grand pouvoir dans ce monde. Puis, Belle vous voulez avoir des informations sur celle-ci; sur ma famille. J'ai raison non ?

À sa dernière phrase, William haussa un sourcil assez fier de lui – malgré que ce fût facile – pour avoir fait le lien entre le soudain non appétit de la Vampire qui commanda un True Blood il y a à peine quelques minutes plus tôt et l'énonciation du nom de sa sœur. Même William ressentait les effluves du liquide qui lui chatouillaient le nez. Oui, ce fut un mélange synthétique. Étrangement, peut-être par la faim, cela attisait tout de même ses sens. Heureusement, le O + n’était pas au rendez-vous.

- Pour quelle autre raison vous ne vous occuperiez plus de votre True Blood normalement notre volonté première personnes nocturnes.

Il faut vous aviser que William Raybrandt parlait à voix normale peut-être légèrement basse. Il ne prononça jamais le mot Vampire pour des raisons énoncées déjà. Le jeune homme n’avait pas peur. Non, il trouvait cette Renard assez énigmatique comme personne. Cela perçait sa curiosité. Avait-elle rencontré Krystel ou même le Roi ? Toutefois, on l’aurait mit au courant pour cette dernière rencontre non ? Des questions qui attisait l’excitation, sans rien laisser paraître, de William lui faisant oublier sa faim.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La chasse aux vampires ! [Livre 1 - Terminé]   Mer 9 Mar - 19:36

Son air charmant et sa politesse laissèrent bien vite place à une assurance à la limite de l’agacement. William Raybrandt, n’était qu’un jeune vampire comparé à moi, j’ignorais sa date de naissance, mais je sentais tout de même une certaine puissance émaner de sa personne et son allure impliquait certaines responsabilités au-delà de ce bar. Etant un Raybrandt il ne serait guère étonnant qu’il occupe certaines fonctions dans la hiérarchie vampirique. A vrai dire j'étais très peu au courant sur les shérif de la zone. J'ai manqué de me tenir au courant. On peut appeler ça du piston. Même s’il commençait à m’agacer je sentais un vif intérêt qui était réciproque. J’avais envie qu’il me parle, et qui plus et en apprendre plus sur les vampires du coin. J’étais venue pour ça. Pas pour me montrer ou encore faire mon intéressante, je voulais m’intégrer et j’avais l’impression que mes intentions n’étaient pas clair aux yeux du beau vampire. Qu’importe ! Je n’avais rien à prouver, seulement à être gentille. Peut être que devrais-je faire quelques concessions et arrêter de jouer la femme mystérieuse ?

A la mention du nom de Morgane William soupira et je cru décerné un certain dédain dans son regard. Qu’est ce qui pouvait bien chez Morgane provoquait un tel comportement. En dehors de ses convictions personnelles au sujet de notre cause, je ne voyais rien de plus. Cela n’était pas vraiment surprenant. La plus part des vampires endosse un rôle face aux humains, on rôle qui ne trompe pas les vampires mais qui marche à merveille face aux principaux concernés.

Pliant mes jambes et attrapant mon TrueBlood je pris un air décontracté et passif. J’ouvris la canette et en bu une gorgée. J’avais fini par m’habituer à ce sang de synthèse et je le buvais avec le même plaisir qu’un humain buvant un verre d’eau. Je levais les yeux vers mon interlocuteur en l’écoutant parler attentivement.

« J’ai vaguement rencontré votre sœur en effet, mais je n’ai passé que bien trop peu de temps en sa compagnie pour pouvoir débattre à son sujet.»

J’avais aisément clos le sujet Morgane avec cette petite réflexion. Qui plus est je ne mentais pas. Je n’avais croisé Morgane qu’à une seule reprise et je ne la connaissais plus par les ragots que par dialogue.
Mais William ne s’arrêta pas en si bon chemin et telle un interrogatoire un peu trop pressant me questionna.

« Je pense qu’il y a une certaine confusion entre mes réelles motivations et celles que vous pensez que je puisse avoir Monsieur Raybrandt. En réalité je ne me permettrai pas une telle indiscrétion au sujet de votre famille. Libre à vous de m’en parler j’écouterai avec grande attention. Ma question était plutôt relative à la population vampirique Ecossaise telle qu’elle soit. Bien que les Raybrandt ne sont pas inconnu médiatiquement et qu’il est difficile de ne pas entendre parler de vous. Mais bien sûr ce n’est pas un secret n’est ce pas ?

Je ponctuais ma phrase en prenant une nouvelle gorgée de ma boisson. Et pour détendre l’atmosphère je pris soin d’établir une certaine sympathie et politesse.

« Votre bar est extrêmement bien tenu Monsieur Raybrandt, je crois que je risque de devenir une habituée. Pour tout venir je suis avide de rencontres ! Et j’en ai fait là une bien sympathique. »

Je lui fis un clin d’œil osé. J’étais une personne très calme et fervente de l’audace et bien que je sois nouvelle il était or de question que je fasse défauts à ma personnalité.

« Que pensez-vous du TrueBlood Monsieur Raybrandt ? Une délicieuse invention je dirai. »

J’étais provocante dans mes propos mais je savais que notre échange allait être rapporté à cette très chère Krystel et il était inutile de jouer un jeu avec William puisqu’elle saurait l’en informer. J’adoptais une attitude franche et malicieuse.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La chasse aux vampires ! [Livre 1 - Terminé]   Lun 21 Mar - 1:58

- Hmm …

Marmonnant deux secondes et soupirant légèrement ensuite, William Raybrandt crue être allé trop loin. Peut-être était-il devenu paranoïaque avec les siècles vécus. Après tout, plus longtemps vous viviez mieux la chance tombait pour développer une sénilité. Sénile ? Fou ? Débile ? Bon, le jeune homme ne le croyait pas vraiment. À moins que Hannah développait un sentiment de protection en lui. Effectivement, un Servant mort affaiblissait largement son Vampire. Pff … William se frotta machinalement et minutieusement le front avec l’index et le majeur droit. Il avait trop rapidement sauté aux conclusions et, de cette manière, s’est fait passé pour un parfait imbécile devant cette magnifique femme. Dans un souffle ressentant le peu de fierté, William dut s’expliquer à sa manière.

- Désolé. Je crois vous devoir des excuses pour cet … interrogatoire …

La faim ne l’aidait peut-être pas. Avec celle-ci, William reprenait ses bas instincts d’animal. Certes, on pourrait penser qu’être à un niveau élevé de pouvoir alimentait la paranoïa; celle de toujours devoir regarder derrière soit évitant tout couteau volant en votre direction. Peut-être une intuition ? Qui disait que ces ressentiments restaient réservés aux femmes ? Personne. Peu importe, le Shérif n’avait aucune raison de penser en la culpabilité de Belle. En tout cas, pas sans preuves. Probablement Belle avait-elle rencontré Morgane à la suite de sa sortie médiatique et puis, oui, elle avait raison sur un point: la population Vampirique de Glasgow voir de toute l’Écosse – du monde aussi peut-être – connaissait les Raybrandt.

Il fit un petit hochement de tête et un sourire simplement poli vers la jolie blonde face à son compliment sur le Bar. Oui, probablement trouvait-elle cela de trop comme tous les Vampires passant par la Pomme du Diable ne le disant pas pour ne pas froisser son propriétaire. Que pensaient-ils ? Que la chambre privée de William était décorée de cette manière ? Bien sûr que non, car ceci se situait en les affaires : attirant une clientèle plutôt … innocente.

Le True Blood commença à se vider dès les excuses de William. Argh, cette intuition – Belle changea pourtant devenant étrangement plus innocente justement - qui lui fit ressentir à peine cette hantise du produit synthétique lors de la question justement posée.

- Bof … Cela ne remplace pas un bon vrai sang bien agréable. J’appellerais le True Blood … Hmm.

Les yeux dans le vague passant au-dessus de Belle et scrutant machinalement les lustres accrochés au mur, William cherchait les bons mots pour ne pas blesser la jeune femme. Non par sentimentaliste voir si peu. Il ne voulait surtout pas la voir disparaître de son établissement et laisser des rumeurs courir sur lui. Oh ! Très mauvais lorsque vous vous trouvez en position de pouvoir.

- Un en-cas fade avant le repas principal peut-être.

Le Vampire s’étendait de tout son long sur la banquette les genoux un peu relevés vers le haut. Sa main droite posée sur la table, il regardait Belle Evangeline avec cet air qui semblait signifier; alors, vous pensez que j’ai raison ou non ? En tout cas, William souhaitait alimenter la conversation pour se mettre la jeune femme dans la poche … Nouvelle cliente. Oui, il n’avait jamais goûté au True Blood ne connaissant donc pas son goût. Peu importe, il disait ce que Morgane pouvait raconter parfois.

- Et vous ? Préférez-vous ce liquide ou bien … Êtes-vous plutôt nostalgique de l’ancienne manière ?

Oui et comment ramener une question à l’envoyeur sans laisser une possibilité que ses phrases deviennent intéressantes pour une oreille extérieure. Depuis ses excuses et sa baisse de fierté, William se sentait moins à l’aise dans cette conversation. Pire, il était le propriétaire de la Pomme du Diable et ce fut la nouvelle cliente posant les questions ?

- En tant que Shérif de Glasgow, je dois faire régner la paix et donc m’assurer que tous soient dociles.

Un sourire innocent, rieur … Tout était totalement faux. William mentit à merveille capable de cacher ses émotions : on se demandait s’il pouvait en avoir même parfois. Ou comment faire comprendre, sans réellement le faire comprendre, qu’il dirigeait ici.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La chasse aux vampires ! [Livre 1 - Terminé]   Sam 26 Mar - 14:37

J’avais mis les choses au point, je ne tenais pas particulièrement a passer pour une fouineuse. Et ce n’était pas le cas, je n’étais pas avide de ragots ou de quelques choses dans ce gout là. Je souhaitais juste être éclairée sur mes confrères de la ville. Il n’y a rien de pire pour un vampire de ne pas savoir où il met les pieds, et je n’étais pas prête à prendre le risque de me faire surprendre.
William me présenta des excuses me faisant particulièrement sourire. J’appréciais beaucoup les personnes capables d’en présenter, d’autant que beaucoup de vampires sont dotés d’une immense fierté. Ces excuses étaient un bon point pour moi. J’avais pu montrer au bel homme que je n’étais en aucun cas une menace, je suis d’ailleurs quelqu’un de très pacifique.

« Ce n’est pas grave, vous savez on vit une époque où la méfiance est courante. Vous vouliez savoir à qui vous aviez à faire, rien de plus normal. J’espère que vous êtes rassuré. Vous savez je suis une arrivante ici, et je souhaite seulement m’intégrer et comprendre les agissements autour de moi. »

Je finis d’un trait mon verre de TruBlood. Je n’étais pas complètement rassasiée. En réalité, le sang humain m’aurait donné un certain aplomb qui me manquait. Mais je me devais de résister, je m’étais lancer ce défi et ma volonté était sans limite, du moins j’aimais à le croire. William me fit bien vite paraitre son avis sur le sang synthétique. Comme je m’y attendais et comme la plupart des membres de mon espèce il n’était pas réellement fan de cette boisson. Je pouvais largement le concevoir, moi-même préférait encore largement le sang humain, mais j’admettais que l’on pouvait s’adapter à tout.

« Je l’admets, le TruBlood sert à calmer un besoin, bien plus qu’à nous satisfaire. Mais cela reste une invention remarquable. Les hommes m’étonneront toujours ! »

Je préférai avoir un point de vu neutre et que peu de vampires soit au courant de mon mode de régime, je pourrai très bien boire du Trublood et user de quelques humains plus tard. Rien chez moi n’indiquait que je pouvais être un vampire « végétarien ».
Pourtant ma tactique de ne rien laisser entendre sur mon mode d’alimentation fut détournée par William, il souhaitait savoir ma préférence. Que dire ? En termes de préférence il est dans ma nature de choisir le sang humain.

« Le sang humain restera toujours plus nourrissant et appétissant. Aucun vampire ne pourrait me contredire sur ce point n’est ce pas ? »

Ma réponse était plutôt évasive. Je ne dévoilais en aucun mes habitudes mais plutôt mon point de vu, et en ce sens il ne s’agissait pas d’un mensonge.
William me révéla être le Shérif de Glasgow, je n’étais pas réellement étonné, il m’avait immédiatement donné l’impression d’occuper de grandes responsabilités. Cependant j’imaginais que son poste lui était dut grâce à ses relations plutôt qu’à son potentiel. Mais je ne pouvais rien juger. En même temps, je n’en avais que faire, de tels postes ne m’intéressaient guère.

« Et bien, je me rends dans un bar, et la première personne que je rencontre c’est le Shérif. Vous croyez au hasard Monsieur Raybrandt ? »

J’aurai souhaité poser une multitude de question à cet homme, en quel année avait-il été transformé, dans quelle circonstance, comment il gérait son poste ? Pourtant je savais pertinemment qu’une telle indiscrétion me rendrait suspectes, et j’essayais au mieux d’être appréciée. Je ne jouais cependant pas un rôle, je m’adonnais seulement au principe de discrétion.

« J’apprécie beaucoup cet endroit, vous avez su rendre ce bar attrayant, et je vois que les clients ne manquent pas. Je saurai où venir pour prendre un verre. Vous me paraissez très sympathique, j’essaierai de ne pas faire marcher la concurrence. »
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La chasse aux vampires ! [Livre 1 - Terminé]   Mar 29 Mar - 4:05

Une époque de méfiance. Oui, une époque étrange où les Humains semblaient plus faire confiance en eux-mêmes qu’aux autres. Ce fut réellement bizarre, car de toutes les époques, les siècles vécus par William c’était celle-ci qui rapprochait le plus l’espèce humaine aux Vampires. L’indépendance, la liberté, le pouvoir. On avait la nette impression que l’Homme venait de découvrir les ambitions vampiriques présentes elles depuis des siècles auparavant. Rassuré, il l’avait été : une jeune vampire en quête d’informations. Quel meilleur moyen d’y parvenir que de s’entretenir avec un Shérif vampire.

- Bien …

Penchant la tête vers l’arrière, ce fut l’unique mot prononcé par William lors de la discussion sur le True Blood. Le jeune homme semblait las n’appréciant pas réellement les mœurs de Belle sur cette invention des humains géniaux à affaiblir un vampire. Oui, car le synthétique ne remplacera aucunement le vrai non ? Pff ! Ces humains se protégeaient tout simplement de la peur. Oui, leur peur de l’ignorance. Le jeune homme soupira n’observant que machinalement les autres tables, les autres clients. Oui, celui-là qui devenait plus impatient plus le temps passait. Notre cher William s’en moquait éperdument cependant. Il ne put même pas s’empêcher de porter une légère exclamation de rire qui dut peut-être attirer le regard de sa compagne de ce soir. L’humain semblait être dans la mi-quarantaine assez grand, mais une constitution molle un peu bedonnant. Le visage rasé, les cheveux semblaient démontrer totalement l’inverse tel leur enchevêtrement était énorme. William ne savait aucunement comment l’on pouvait vivre avec un tel physique. Ses pensées, ses rêveries l’avait franchement détourné de Belle Evangeline Renard. Sursautant, William lui sourit poliment le bras droit toujours sur la table.

- Un hasard. Un magnifique hasard non que vous tombez sur moi et non l’un de ces vampires qui vous auraient embobinez sur de fausses rumeurs.

L’homme approchait de leur table. Là, William soupira fortement hochant négativement de la tête. Il n’avait réellement pas envie qu’un humain obsessionnel des nocturnes vienne interrompre une conversation entre compatriotes. Il n’était qu’un esclave pour Wiliam. Il n’aurait aucun droit si demande il y avait.

- Oh, merci bien évidemment. Je sais que c’est peut-être un peu trop non ? Toutefois …

Là, William ramena ses jambes au plancher et son torse parallèle à la table observant toujours machinalement l’homme agaçant s’approcher. Son regard en disait long, mais il savait pertinemment que la personne tenterait quelques arguments avant d’abandonner. Celui-là était fou. Son regard de nouveau sur Belle, il croisa ses doigts et dit sur un ton suave ni trop élevé ni trop bas.

- Toutefois, c’est parfait pour atteindre une certaine clientèle fan et groupie de Vampires. Comme celui-ci justement …

Un soupir termina la phrase du jeune homme et l’affaissement des épaules de William avoua tout. L’homme était maintenant aux côtés de la table et alla parler alors que notre cher vampire appuya la main droite sur son front débraillant légèrement ses cheveux châtains. Il cherchait comment éloigner le fou pour une autre bonne heure.

- Monsieur. Alors …

- Alan, allez m’attendre derrière. Je suis actuellement occupé comme vous pouvez le voir.

Un ton sévère, un ton de meneur alors qu’il sortit un trousseau de clés de sa poche et les donna au dénommé Alan. Oui, cet homme venait que trop souvent à la Pomme Du Diable. Tellement qu’il pouvait accéder à l’arrière boutique et les employés le connaissaient tous. Certes, il ne pouvait pas faire cela aux yeux de tous, des innocents; c’était illégal. William suivait du regard l’homme puis retourna à Belle.

- Oui, cet homme est un habitué de l’endroit et croyez-moi Belle il ne fait pas marcher la concurrence. J’ai même l’impression qu’il est amoureux de moi.

Sa phrase termina dans une exclamation de rire, une pensée moqueuse envers cet Alan. Son dos touchait maintenant à la banquette derrière. Peu importe qui, peu importe comment William finissait toujours par réaliser ses demandes, ses désirs les plus égoïstes. Il se fichait bien du bien-être, des pensées et émotions des humains à son égard.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La chasse aux vampires ! [Livre 1 - Terminé]   Mar 5 Avr - 18:20

Je pouvais lire dans son regard le rejet voir même le dégout que lui inspirait le TruBlood. Je réprimais un sourire, pas vraiment surprise par sa réaction. J’avais d’ailleurs entendu quelques folles rumeurs, même les vampires prenaient grand plaisir à ragoter. J’ouïs dire que le shérif n’accordait que peu de respect et de crédit envers sa jeune sœur Morgane certainement la plus célèbre des nocturnes rouge pour son addiction au TruBlood. Pour ma part j’étais complètement sidérée devant une telle volonté de la part d’un vampire. Résister à l’appel du sang n’a pas d’équivalant, c’est pire qu’un somptueux corps féminin vis-à-vis un obsédé sexuel, ou qu’une pâtisserie digne d’un des plus renommé chef de la gastronomie française face à une personne très gourmande. Il est comparable à un profond désir, insatiable et jamais inassouvi et il nous prend au plus profond de notre être. J’avais moi-même le plus grand mal à m’adapter à mon tout nouveau régime et chaque nouvelle nuit, chaque nouvel humain que je rencontre est une épreuve supplémentaire. Il ne m’est pas rare de succomber au désir de la pure hémoglobine.

William apprécia mon compliment sur le bar, en plus d’être conventionnelle j’étais sincère. L’idée était ingénieuse, et dans le courant de la mode après la grande révélation. C’était un moyen comme un autre pour se procurer des rentrées d’argents. Beaucoup de nos confrères pouvait voir cette activité lucrative comme déshonorante à l’égard de notre race. Il est vrai que l’ambiance est à la caricature. Mais en y réfléchissant quelques instants on pouvait bien vite se rendre compte à quel point ce type d’établissement permettait de conserver la plupart des mythes à notre attention. Et user de la révélation pour ce faire de l’argent n’était pas un mal, tous les vampires n’avaient pas accumulé assez d’argent pour se prélasser pendant des siècles, pour le moment je m’en sortais très bien et je vivais bien au-delà de la modestie. J’entretenais également ma Désirée et je me demandais si j’aurais à travailler un jour de nouveau.

Un homme s’avança vers nous, ou plutôt vers William qu’il dévorait littéralement des yeux. La quarantaine bien entamée, il était le stéréotype de l’homme insatisfait, sans activité sexuelle, voir même divorcé et qui se réfugie dans l’alcool. Délaissant la drogue et l’alcool de nombreux humains cherchaient l’adrénaline à l’encontre d’un vampire. C’est une toute nouvelle méthode pour rompre la routine. Le personnage s’adressa à William qui le remit bien vite à sa place. Je riais à la remarque de ce dernier.

« Je crois que l’on peut effectivement parler d’amour. Un peu comme un amour inconditionnel qu’un homme voue à un Dieu, on voit dans leur regard sur quel piédestal ils nous portnte. Cet homme particulièrement vis-à-vis de vous. On les fascine. »

William laissa échapper un rire sadique, moqueur. Je l’accompagnai. Certains humains savaient se mettre dans des postures tellement ridicules. Les vampires n’échappent pas à cette règle non plus.

« Parler moi, des vampires habitués du bar, y aurait-il quelqu’un dont je devrais me méfier ? Ou peut être quelques ragots ? »

Un léger coup d’œil par la fenêtre m’indiqua que la nuit était bien avancée. Je levais les yeux au ciel constatant que même après des siècles les nuits passaient toujours aussi vite.

« Quoi qu’il en soit je suis enchantée d’avoir fait votre connaissance. Je ne vais pas voler votre temps plus longtemps, à moins que vous appréciiez particulièrement ma compagnie. »

Je plongeais mon regard dans le sien, d’une manière habile et amicale et le détournais vers mon sac à main de cuir noire. Je sortie un tube de rouge à lèvre couleur sang et l’étalais sur mes lèvres. Je les remuais pour qu’il soit correctement étalé et rangeais le petit tube dans le sac. Je jetais un vaste coup d’œil sur ma droite et croisait quelques regards.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La chasse aux vampires ! [Livre 1 - Terminé]   Jeu 7 Avr - 3:49

«Effectivement parlé d’amour»

Subitement, le corps entier de William se tendit. Son regard tombait au niveau de la table. La timidité le prit apparemment. Oh non ! Il ne fallait absolument pas que cette rumeur s’ébruite dans tout Glasgow voir toute l’Écosse voir que … Krystel le sache et Morgane. Wow ! Avec sa chère sœur, ce serait impossible de passer inaperçu après cela. Elle se ferait un plaisir sadique de le fusiller sur la place publique. William passa sa langue sur ses lèvres étonnement sèches tout à coup. Heureusement, Belle voulait en venir aux Vampires sur un piédestal pour les Humains; en tout cas, certains de ces stupides mortels.

- Je croyais que tu te moquais de moi …

Une exclamation, un soupire et il tenta de sourire face à la non compréhension première des paroles de la jeune femme. Peine perdue, il dut parler sur un ton trop faible soit par cette sécheresse dans sa bouche soit cette gêne qui l’accompagnait depuis la dernière minute environ. Des ragots ? Ouf, Belle semblait plus du genre à entendre des ragots et non pas à les distribuer un peu partout.

* Au moins, je ne passerais pas pour le gars qui est aimé des autres hommes. *

Un sourire pour lui-même, William se tendit à nouveau surprit par le fait que Belle voulait déjà partir. On venait à peine d’arriver; pourquoi elle voulait quitter de suite ? Elle n’avait tout de même pas quelque chose à faire, enfin peut-être. Il remarqua sa touche de maquillage et une idée lui vint à tête. Un sourire énigmatique se posa sur les lèvres de notre cher Shérif. Calquant de l’index et du majeur droits, William fit venir un serveur à lui soit le même qui apporta le «True Blood» précédemment. Murmurant quelques mots au jeune homme aux fausses canines, ce dernier ramassa le verre et disparut dès que William se leva de toute sa hauteur habillée de son costard blanc.

Une musique d’ambiance légèrement jazzée s’éleva dans le Bar. Les lumières s’éteignirent et un spot de lumière éclaira uniquement Belle Evangeline Renard. Tous, curieux à souhait, se tournèrent vers le propriétaire qui s’avançait vers la magnifique jeune femme à la chevelure dorée. Certaines femmes étaient jalouses de ne pas être choisies tandis que d’autres trouvaient tout simplement cela romantique. Quant aux hommes, on entendit quelques sifflements dans l’assistance encourageant ainsi notre cher William Raybrandt dans son plan.

- M’accorderez-vous cette danse avant de quitter Belle Angeline Renard ? On ne quitte pas le propriétaire sans lui avoir fait plaisir et ce qui me ferait plaisir de vous serait une danse.

Une sourire sensuel au visage, notre beau Vampire se pencha légèrement semblant subitement sortit tout droit d’une époque antérieure. Ses yeux profonds étincelaient de plaisir. Il refusait de voir partir Belle si tôt. Le jeune homme semblait lui plaire et on ne quittait alors par William sans s’être un peu amusé avec lui. Le type d’amusement dépendait de la connaissance de la personne en question. L’amusement était plus riche si tous deux se furent rencontrés depuis plus longtemps si vous voyez de quel type de distractions nous faisons mention ici.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La chasse aux vampires ! [Livre 1 - Terminé]   Lun 23 Mai - 20:37

J’observais William. Le rouge lui montait aux oreilles, avait-il chaud ? Je pouvais juger du contraire en voyant son air timide. Je l’avais visiblement gêné en détaillant le comportement de l’humain. D’une certaine manière le comportement d’un humain peut être troublant voir effrayant pour un vampire. Bien que l’on se sente plus puissant, supérieur aux humains, ils restent la base de ce que nous sommes, une partie de nous même qui reste enfoui qu’on le veuille ou non. Ils représentent notre faiblesse, c’est un fait.
J’éclatais d’un rire cristallin face à l’attitude de William, je n’avais en aucun cas voulu me moquer de lui mais je devais avouer prendre plaisir à la situation. Depuis mon entrée à la pomme du diable nous n’avions parlé que de manière sérieuse et ce petit moment avait suffit à détendre l’atmosphère de la soirée.

« Ne vous en faites William je n’irai pas crier sur tous les toits que vous êtes un vampire à humain ! »

J’espérai que la tournure de ma phrase laisserait facilement place à la rigolade. Je ne voulais vraiment pas mettre William mal à l’aise, il me paraissait bien trop sympathique pour que je le souhaite.
William me proposa une danse. L’attention me toucha, cette invitation signifiait beaucoup pour l’image que j’avais réussi à faire paraitre. J’avais été totalement moi-même et n’avais joué aucun jeu, mais les relations entre vampires sont tellement étranges qu’il est dur de savoir ce que l’un de nous pense d’un autre. Le monde de la nuit n’est synonyme, et je pensais cela en connaissance de cause, d’alliances et supercheries. Cette danse laissait la soirée se terminer sur une bonne impression, un moment passé entre deux personnes cherchant simplement à se connaître, sans arrières pensées. Mais peut-on être sûr de pareille idée ? Moi-même je n’étais pas un pur exemple d’honnêteté. J’acceptais l’invitation de William, danser avait toujours était pour une merveilleuse activité. J’avais traversé des siècles de danses, virevoltants dans une robes longues, découvrant la naissance du rock n’roll.

« J’accepte avec joie, j’ai toujours beaucoup aimé danser. »

J’agrippais sa main d’un poigne bien assurée et me retrouver debout face au propriétaire des lieux. J’ajustais ma tenu en quelques secondes et passait la main dans mes cheveux. William souriait et je pouvais distinguer dans ses yeux les étincelles d’une longue vie passé. J’étais persuadé que son allure de gentleman ne me décevrait pas, je pouvais repérer les bons danseurs à des kilomètres.

« Prêt à virevolter Monsieur Raybrandt ? »

Je lançais un sourire charmeur à William signe d’une petite compétition entre nous. Ce soir nous allions être les meilleurs danseurs de toute la nuit et on allait épater les petits joueurs. Je commençais à arrêter de trop réfléchir me laissant submerger par la qualité d’un bon moment.
Je tirai William jusqu’à la piste à la manière d’une enfant trop pressée de s’amuser. Un nouveau son démarra alors que nous venions d’atteindre la partie dansante du bar. Un vieux rock des années 60.
Je riais aux éclats alors que nous commencions à danser ensemble. J’avais l’impression d’être revenus un siècle plutôt, une époque que j’avais beaucoup appréciée et à laquelle j’étais peu tourmentée.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La chasse aux vampires ! [Livre 1 - Terminé]   Ven 1 Juil - 6:00

William aimait ce rire. Oui, celui de Belle Angeline Renard. Son rire cristallin monta haut dans la salle à manger de la «Pomme du Diable» alors qu’une musique plutôt rock n’ roll des années ’60 se mit à jouer. Le Shérif avait demandé une chanson plus douce permettant de danser lentement tout en chuchotant des mots à sa partenaire. Il porta un regard neutre, mais intérieurement, William se sentait effrayé de devoir danser sur cet air auquel il ne connaissait rien. En fait, si. À l’évidence, le Vampire de 803 ans passa au travers les années 1960 à 1970. Toutefois, il n’appréciait guère cette culture où son unique danse se transforma en cauchemar. Oui, William dansait avec une charmante jeune humaine jusqu’à ce qu’il fit un faux mouvement et, maladroit dut certainement à sa grande concentration du moment, trébucha sur la table du buffet qui se renversa. Il va sans dire que William Raybrandt préféra oublier ce petit incident refusant de danser à nouveau sur ces airs.

Ainsi, le rire cristallin de Belle lui rappela le précédent à la table, sa propre gêne et actuellement, William chercha un point d’appui qui lui ferait oublier tout cela et reprendre sa fierté, sa confiance en soi. Peine perdue, car Bella semblait désirer danser sur cet air rock ‘n’ roll. Le Shérif l’a regardait bouger sans presque rien faire si ce n’était ses mains qui restaient blotties dans celles de Belle. Douces, froide évidemment, elles développaient une force aussi. Probablement, la force de vivre des milliers d’années. Les yeux cherchant le plafond évitant, ainsi, d’observer sa compagne pendant ce moment de faiblesse. William se reporta en direction du bar et du serveur. Il devait mettre une musique plus douce. Il parla donc assez fort pour se faire entendre au-devant du rock 'n' roll des années 1960.

- Je ne vous ai pas dis de mettre ce genre de musique !

- Dé … Désolé monsieur. J’avais oublié que vous aviez horreur de ce genre.

Le regard, s’embellissant étrangement de noir, William vit alors un serveur paniqué et effrayé agir rapidement pour changer le disque le plus vite possible. Dès que la musique devint plus calme, le jeune homme reprit son état d’esprit serein, neutre et avenant. Si son cœur avait put battre, on aurait appelé ceci la honte. Dans un sourire charmeur, sa main droite dans la gauche de Belle, sa gauche sur l’épaule de la jeune femme William se décida à diriger la nouvelle danse celle en laquelle il avait le total contrôle.

- Désolé Belle pour ce petit problème. Parfois, il faut que je fouette mes employés pour qu’ils travaillent correctement.

Le sourire puis le léger rire de William n’indiquait en rien si ses paroles dites dans un murmure à l’oreille de Belle étaient métaphoriques ou littérales. Avec lui, l’on pouvait s’attendre à tout, mais mieux valait ne pas poser la question. Il guidait la danse sur des gestes gracieux comme s’il faisait cela tous les jours, une deuxième peau. Passant le bras au-dessus de la tête de Belle, William prit un court temps pour admirer ce visage entouré de cheveux blonds descendants en cascades. La robe écarlate de Belle et le costume blanc de William les ramenaient vers les années 1930 voir 1940 malgré que le style de danse rappelait plus le 19e siècle. Doucement, William descendit sa main gauche le long du corps de Belle ressentant la moindre de ses formes féminines.

- Je crois que l’on a tous les yeux rivés sur nous.

Un mince sourire et William pencha le cou pour caresser et apposer quelques baisers à la base de celui de Belle. Il ne se rendait pas compte du bruit dans la salle à manger ou si, mais ceci restait secondaire maintenant. Un bruit d’ambiance accompagnant la musique. Alors qu’il faisait un autre pas de danse, William remontait ses lèvres dangereusement, mais délicieusement proches de celles de sa charmante compagne.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La chasse aux vampires ! [Livre 1 - Terminé]   Jeu 21 Juil - 16:37

Le son m’emportait indéniablement. Le décor de la Pomme du diable se voilà et je pouvais à présent voir au travers de mes yeux les vestiges d’une époque révolue. Je me revoyais visitant les Etats-Unis d’Amérique aux côtés de Désirée. Je lui avais aisément transmis mon savoir et la danse comme une ribambelle de domaines n’avaient plus de secrets pour elle. Nous étions dans une salle de bal richement décorée. Nous dansions toutes les deux face aux regards gênés de la populace. Il n’était pas commun au début du siècle dernier de voir deux femmes virevoltant ensemble et notre petite prestation avait fait l’objet de nombreux commérages. Désirée et moi même avions la très mauvaise habitude d’apprécier l’extravagance et le jeu.
Je souriais bêtement en me rappelant cette époque. Cette époque d’insouciance où les vampires ne se souciaient que de leur propre perfection. Désormais nous étions tous mêlés au aléas de notre avenir commun, partagés entre les divers opinion face à la grande révélation.
Mais à ce moment même je ne me souciais guère de la politique vampirique. J’étais ravie que ma discussion, si sérieuse un plus tôt, avec William Raybrandt est pu laisser place à une ambiance festive. Pourtant l’attitude de William n’exprimait guère l’amusement. Il tenait mes mains s’accrochant à elles comme à une bouée de sauvetage, et le regard fuyant. Visiblement le rock n’était pas son domaine de prédilection et il ne se gêna pas pour corriger cela.

    « C’est moi qui m’excuse William, de vous avoir entrainé sur cet air. Je me laisse parfois emporter. Je ne voudrai pas passer pour une hystérique ! »


Je dégageais mes paroles avec un mélange de sérieux et d’humour. L’attitude charmante et si polie de William m’attirait et me déstabilisait à la fois. Les membres de la famille Raybrandt dégagent indéniablement beaucoup de classe et de sérieux, et William avec son air grave et son visage irrésistible est l’archétype du gentleman.
Sur les ordres de William, le Rock laissa place à quelque chose de plus doux et nous entamions alors une danse souple et légère. Je me laissais guider par les pas de William qui s’avérait - comme je le soupçonnais - un excellent danseur.

    « Oui il semblerait que nous soyons l’objet de toutes les attentions. Seriez-vous surpris ? »

William se rapprocha un peu plus de moi et déposa quelques baisers contre mon cou. Quand à moi j’enroulais mes bras autour de lui, tout en continuant notre danse. L’ivresse du moment nous rendit seul au monde, comme si l’humanité autour de nous ne faisait partie que d’un décor aménagé avec soin. Alors que nous nous rapprochions un peu plus, les lèvres de mon partenaire de danse cherchèrent les miennes. Sans même réfléchir je déposais un baiser sur les siennes sans prendre garde aux murmures incessant autour de nous.
Alors que la mélodie touchait à sa fin, je regardais William dans les yeux en cherchant à savoir où il souhaitait en venir. Mon regard était avenant, même ravie. Je cherchais sa main que j’attrapais.

    « Désirez-vous ma compagnie un peu plus longtemps ? »


Je ne savais pas vraiment comment réagir mais la soirée avait pris une tournure que je trouvais agréable. L’Ecosse était décidément pleine de surprise. C’est avec un certain culot que je proposais ma compagnie à William, bien que je craignais sa réponse …
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La chasse aux vampires ! [Livre 1 - Terminé]   Ven 22 Juil - 4:41

Surpris ? Pourquoi le serait-il ? Pour les clients tournés vers le couple dansant de la soirée ? À chaque nouvelle nuit, à chaque nuit où il débarquait sensuellement à la Pomme du Diable, William terminait par une danse. Toujours la même à peu de choses près. En tout cas, la même lorsque les employés s’exerçaient à leurs tâches correctement. Le Sherif détestait la médiocrité. Les faibles … Ceux et celles qui lui déplurent se sont vite retrouvé au banquet Raybrandt. Rarement, William se sustentait de ces victimes les laissant à sa supérieure … Sa mère pour qui il chasserait 1 000 000 d’humains si possible.

Belle s’avéra être une excellente danseuse à son tour. Notre cher Vampire ne cessait de braquer son regard se voulant charmeur sur elle. Ses yeux marron ne cessaient d’observer Belle Angeline Renard dans les yeux. La politesse de la jeune femme, son sourire, ses excuses lui firent soudainement se poser quelques questions. Bien, elles se trouvaient sans réelle importance. On n’en était plus aux choses sérieuses actuellement. Le charme de Belle laissait couler notre beau ténébreux dans le plaisir des sens. Quel âge avait-elle ? Oh ! Ceci ne se disait pas à une femme … Certes, elle devait être âgée pour agir de la sorte. Les jeunes Vampires étaient, normalement, des êtres turbulents, violents, téméraires qui ne demandaient qu’à être contrôlés et gardés sous contrôle.

Comme une certaine Jana Pfeiffer dont William eut la garde toute récente de part les ordres de Krystel. Oh ! Le pouvoir : ce que cela plaisait à notre Sherif. Certes, il oublia très vite la garde de cette jeune Vampire pour passer à … Ce baiser qui devint vite passionné par ses plus grands soins puis, légèrement langoureux. Certes, jusqu’à ce que … Que Belle arrête le mouvement et prit la parole.

- Qu …

Fit-il sortant de ce doux monde. William ne s’était nullement aperçut que la mélodie douce et suave se fut terminé. Il ne se rendit pas compte des sifflements d’encouragement à son égard tout comme des yeux posés inlassablement sur le couple de la soirée encore il y eut quelques secondes. Là, la mélodie terminée tout comme la sensualité des jeunes gens, tous revinrent peu à peu à leurs conversations et autres activités plus intimes. Voici une technique de publicité de William Raybrandt. Toutefois, il y sombrait à chaque fois … Trop souvent, les jeunes femmes s’arrêtèrent et lui doit suivre. Il soupira, un sourire aux lèvres, tournant son corps en direction du bar. Par un signe, William indiqua à son employé le désir d’écrire. Hochant la tête rapidement, intimidé par sa précédente erreur, le concerné ne perdit aucune précieuse seconde.

- Belle. Je suis heureux de vous avoir rencontré ce soir et ce serait avec plaisir de vous revoir. Mais pas tout de suite …

L’homme aux fausses canines revint alors que William sortit les siennes, signifiant à la jeune femme qu’un plaisir n’attendait pas l’autre. Tremblant de ses membres, le serveur tendit le crayon et le papier à son employeur qui les lui prit assez volontairement. Sans plus se soucier de l’humain, William écrivit quelques chiffres ne voulant rien dire à l’envers évidemment. Son écriture semblait rapide, mais la calligraphie était parfaite tout comme lui. Il releva finalement la tête son sourire charmeur sur les lèvres serrant son outil dans la poche intérieure de son veston pâle.

- Belle Angeline Renard. Venez à la célébration à la mairie d’Édimbourg. J’y serais et je serais honoré que vous y soyez aussi. Plus on est de fous, plus on rit après tout.

Murmurant ces mots, William avait sensuellement approché la jeune femme et lui parla maintenant au creux de l’oreille. Plus bas, sa main droite mit le papier dans la gauche de Belle. Il ne put s’empêche de donner un dernier baiser à cette talentueuse jeune femme pour repartir vers ses buts de la soirée soit … Oui. Cet obsédé lui servirait apparemment. Puis, il était affamé. Sans se retourner une seule fois, le Sherif disparut dans l’arrière boutique.

Peu savent ce qui se produisait derrière ces murs. Une chose était certaine toutefois : seul Hannah Badenov s’en sortait indemnes … Ou presque à l’évidence.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La chasse aux vampires ! [Livre 1 - Terminé]   Ven 22 Juil - 17:12

Le baiser dura quelques instants, clôturant la soirée d’une manière légère et quelques peu inattendue. La mélodie s’arrêta doucement nous laissant à William et moi reprendre nos esprits. Les murmures des clients montèrent à nos oreilles me faisant sourire. Indéniablement j’aimais toujours être au centre des attentions. Bien évidemment ce baiser n’avait rien eu de stratégique. Je supposais qu’il allait très vite venir aux oreilles de Krystel Raybrandt qui ne tolèrerait sûrement pas un tel comportement. J’avais du mal à cerner William et je ne pouvais m’empêcher de penser qu’il avait quelques choses derrière la tête en me déposant ce baiser. Cet homme était très loin d’être sot. Ce petit moment d’intimité avait en tout les cas su correctement amuser le peuple. Un sacré coup de pub, assurément. Les regards ne cessaient de se diriger vers nous jusqu’à ce que lasse les clients retourne à leur propre discussion, s’apitoyant sur leur propre vie.

Je suivais William qui se dirigeait prêt du comptoir du bar. Je le regardais d’un air discret et faussement pas intéressé. Il griffonnait quelque chose sur un bout de papier à l’aide d’un stylo et se tourna vers moi avant de lâcher quelques paroles. Il voulait me revoir, mais pas tout de suite. Pourquoi attendre ? Je ne pouvais le savoir mais cette réponse me rendit satisfaite. J’avais de nombreuses choses à faire actuellement. En premier lieu je devais penser à Désirée. Elle commença à beaucoup trop s’écarter de moi et je tentais en vain de vouloir la raisonner. Sa jeunesse lui faisait défaut. Elle était encore trop encerclée par ses pulsions et vouloir calmer ses envies de sang était une tâche impossible. En second lieu je devais rencontrer le roi, j’avais quelques mots à lui transmettre.

Rejetant mes pensées, je laissais le beau jeune homme glisser habillement et en toute discrétion le petit mot au creux de ma main gauche à l’aide de sa douce main froide. Je rangeais ce dernier dans mon sac à main tout en prenant en compte l’invitation que William me chuchotait.

    « Je prends en compte votre invitation mon cher. Peut-être vous m’y verrez. »


Si seulement à ce moment là j’avais su ce qui m'y attendait, sans doute que serais-je restée bien sagement à Glasgow. Enfin...

Puis déposant un dernier baiser sur mes lèvres humides il s’en alla, toutes canines aiguisées, en direction de l’arrière boutique.
L’attitude de William raviva ma faim. Je sentis mes canines glissant le long de mes gencives et soupirais. Quelle vaine quête que de vouloir lutter contre l’impossible.
Je quittais la pomme du diable, persuadée d’y remettre les pieds bien vite...
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La chasse aux vampires ! [Livre 1 - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
La chasse aux vampires ! [Livre 1 - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La chasse aux vampires ! [Livre 1 - Terminé]
» Est-ce que vous aimez les Vampires ? [Livre 1 - Terminé]
» Joyeuses Pâques ; chasse aux œuf ! [terminé]
» A la chasse à l'Hydre (terminé)
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: East End :: La Pomme Du Diable (Abandonnée)
-
Sauter vers: