AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Mar 29 Mar - 12:30

Le temps d’une soirée en compagnie du diable

 
Qu’est-ce que je faisais là ? C’était une très bonne question… A partir du moment où Alice avait vu ma blessure, j’aurais dû fuir. Mes conquêtes ne devaient rien savoir à mon sujet hormis le fait que j’étais un amant des plus agréables, voir bien plus. Mais justement, toute la différence était là… Je n’arrivais pas à voir Alice comme une simple aventure. Pourquoi ? C’était LA grande question. Et je n’avais aucune réponse… Les éventuelles interrogations de la belle n’en auraient pas non plus. Ou alors il faudrait que je modifie légèrement la vérité ! Cette dernière je n’étais pas prêt de la dévoiler. Je ne voulais pas faire fuir la jeune femme avec une révélation du genre ‘‘je me suis fait attaquer par un loup et tiré dessus durant un rassemblement pour des combats illégaux. Le tout organisé par des semi-démons… parce que, ah oui ! C’est ce que je suis !’’
Je secouais la tête en soupirant ! En entendant cela, soit Alice fuirait pour me dénoncer ou, connaissant un peu son caractère, elle me mettrait KO. Bref, rien de bien réjouissant. Je soupirais en chassant ces pensées de mon crâne et en me concentrant sur ce que je devais faire. Parce qu’il fallait reconnaître que la plaie était assez mal placée pour que j’arrive à faire le point de suture aussi vite que j’en avais l’habitude. Mais il fallait commencer par désinfecter la plaie et manque de bol je n’avais pas remis de désinfectant dans ma trousse de secours. Peu importe, le whisky ferait l’affaire… Je fermais les yeux et laissais échapper un léger grognement en appliquant la compresse. *Bien fait pour ma gueule… Saloperie de groupe !* Ok, personne ne m’avait forcé à me rendre là-bas mais je les retenais les deux traîtres !


Mes idées de vengeance s’envolèrent alors que j’entendais Alice revenir. Je n’ouvrais pas les yeux, même lorsque je m’adressais à elle. Je me contentais de sourire à sa réponse. Je me décidais à rouvrir les yeux lorsque je sentais la nouvelle proximité entre la jeune femme et moi. J’entrouvris la bouche de surprise ! Alice était magnifique… Ok ! Je le savais déjà. Ok ! Je me répétais. Mais la voir ses cheveux lâchés, me fixant ainsi, je cru à une hallucination… illusion bien plus plaisantes que celles que j’avais l’habitude de voir ces derniers temps. Mais là, Alice était bien réelle !
Je lui souris après le baiser qu’elle m’offrait mais je savais très bien que la jeune femme devait se poser des questions. Je voulais prendre les devants mais je ne savais pas quoi dire pour justifier toutes ces marques.


- Quelle autorité ! dis-je amusé. Ok, je ne bouge pas… et je ne ferais, ni ne dirais rien qui pourrait te déconcentrer.


J’espérais juste que la réalisation des points de suture était comme le vélo… En bref ! J’espérais qu’Alice n’avait pas oublié comment s’y prendre. Par la suite, je suivais le moindre de ses mouvements du regard et je me mordais la lèvre en la voyant s’agenouiller devant moi. Je gardais ma blague quelque peu salace pour moi.
J’écoutais sa remarque mais me contentais de serrer les dents lorsque l’aiguille pénétra ma chair. Une fois la première douleur passé, je soupirais légèrement avant de répondre d’un ton amusé.


- C’est parce que je ne suis pas un avocat qui joue au golf… Un vrai casse-cou ! T’as pas idée.


Je ne répondais rien concernant la supposition de la voiture. Bizarrement je me contentais de détourner le regard lorsque la jeune femme se releva pour boire une gorgée de rhum. J’enlevais rapidement le sang autour de la plaie refermée. Mettre un nouveau pansement m’occupa l’esprit…
Cependant, mon attention se reporta très vite sur Alice tandis qu’elle reprenait la parole avant de s’asseoir sur la table. J’hésitais alors… durant quelques longues secondes. Puis avec un sourire, je me penchais légèrement pour récupérer la bouteille non sans avoir intentionnellement effleuré la cuisse de la jeune femme. Je buvais une gorgée avant de reposer la bouteille à côté de moi.


- Les années sanglantes ont marquées beaucoup de personnes, déclarais-je pour expliquer les anciennes cicatrices tout en observant Alice. Tout le monde n’a pas réagi de la même manière pour s’en remettre ! Il y a les personnes qui ne sortent plus, celles qui font tout pour oublier et certaines se sentent invincibles. Ce genre de sentiment n’est pas sans risque s’il vous pousse à vous associer à des personnes peu fréquentables… voir dangereuses. On prend le risque de se faire tirer dessus.


Me taisant, je gardais mon regard plongé dans celui d’Alice alors que je me rapprochais d’elle. Mes mains se posèrent sur ses cuisses pour remonter jusqu’à ses hanches tandis que je me calais entre ses jambes.


- Mais je me rends compte que mes choix faits ces derniers mois n’étaient pas judicieux… Je suis en train de changer cela. Tout ça pour te dire que je suis très loin d’être parfait… Je me penchais pour lui murmurer à l’oreille. Mais j’aimerais que tu me laisse une chance !


Je déposais un baiser au creux de son cou avant de la regarder dans les yeux. Oublié la blessure… Je ne désirais plus que cette femme et rien d’autre.






.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Chaotique
Points de vie : 14
Coups du Destin: 1
Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Messages : 798
Membre du mois : 11
Je crédite ! : (c) John (c) LBG
Localisation : Livingston ou en vadrouille !
Caractère : Impulsif, violent, têtu, séduisant, travailleur et organisé
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Indéterminée !
Autres comptes : Aaron Caron

Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Mar 29 Mar - 20:42


Il y a un moment que je n’ai eu la responsabilité de faire des points de sutures. Sincèrement, c'est une pratique qui ne m’a pas manqué. Je n’étais pas une infirmière. Je laisse ce métier à d’autre. Mon aiguille s’insère dans la chair de Damon, et je reste concentré sur ma couture. Rien ne devait venir me perturber, sinon je risquais de lui faire mal. Ce que je ne souhaitais pas. Je lui étais d’ailleurs reconnaissante de rester aussi calme et discipliné. Mes soins terminés je me lève et m’assoie sur ma table. J’avais réussis à ne pas me mettre du sang sur les doigts. Un miracle contenu de la blessure. Elle ne saignait pas abondamment, enfin, pour l’instant. On a limité la casse dirons-nous. On verra bien si la suture tienne ! J’avais la bouteille de rhum entre mes cuisses, et bois une bonne gorgée.

Je siffle entre mes dents lorsqu’il me sort qu’il est un véritable casse-cou. J’ai déjà eu l’occasion de voir des cicatrices comme celles que je vois sur Damon. Cela n’avait rien à voir avec des blessures qu’on se fait simplement en tombant. Il me sort sa phrase avec légèreté pour faire passer la pilule plus facilement. Si c'était si simple. J’étais loin d’être une idiote, et je savais qu’il voulait juste noyer le poisson. Mais ça m’énerve quand même. Il termine ses soins, et moi je rebois un coup. Je ne fais aucun commentaire, en tout cas pour l’instant. La main de Damon m’effleure la cuisse, et comme à chaque fois qu’il me touche mon corps s’électrise. Je le regarde boire avant de reposer la bouteille à côté de lui. Mon regard ne le quitte pas, pendant qu’il m’explique pour ses cicatrices. Franchement, ça ne me rassure pas du tout !

En résumé, les plus anciennes cicatrices viennent des Années sanglantes, et qu’il avait des relations peu fréquentables. Oh, j’allais oublier le risque de se faire tirer dessus. Je sais c'est un méga résumé de ce qu’il me raconte mais ce sont les mots que je retiens le plus. Des mots qui percutent mon esprit avec fracas, me rappelant ce que j’avais ressenti lorsque mes yeux ce sont posés sur l’avocat la première fois. Homme dangereux ! Je les repères à des kilomètres, ce genre de type. Lorsque j’étais jeunes j’étais la championne toute catégorie pour sortir avec les mauvais garçons. C'est pour ça que j’avais appris à ne plus m’exposer aussi facilement en matière de relation amoureuse. Je me mords la lèvre inférieure, et mon cœur prend un rythme rapide dans ma poitrine lorsque ses mains se posent sur mes cuisses ; Elles s’arrêtent sur mes hanches, et je pose mes mains sur les siennes. Je n’avais pas peur de lui mais de ce que cette histoire allait m’apporter.

Je t’avoue que je ne m’attendais pas à découvrir autant de marque sur toi. – Pour un avocat c'est carrément surprenant. Je soupire d’aise alors qu’il se calle entre mes jambe. J’ai l’esprit embrouillé, et il me faut une sacré dose de maîtrise pour continuer à parler – Même si je comprends que certain puisse vouloir tirer sur un avocat – Dis-je avec un petit sourire amusé. Je ne devrais pas prendre cette situation avec autant de légèreté. Je glisse mes mains sur ses avant bras, une caresse qui continue son ascension avant de s’arrêter sur ses épaules musclés.

Je ne veux pas quelqu’un de parfait Damon. Un homme parfait ça n’existe pas, sinon il serait déjà avec moi. –dis-je en haussant une épaule, et lui adresse à nouveau un petit sourire amusé. L’humour était la seule chose que je savais faire lorsque j’étais nerveuse. J’avais de quoi. Tout mon corps réclamait Damon, et mon esprit me martelait que je faisais une sacrée bourde. Ce ne sera pas la première fois, ni la dernière, alors autant lui laisser sa chance. S’il voulait vraiment changer, je ne serais pas de celle qui lui tournerait le dos.- Le problème avec les mauvaises fréquentations c'est qu’ils ont toujours tendance à frapper à la porte aux mauvais moments. - C'est un fait ! Dés qu’on entre dans un système, il est difficile d’en réchapper. Je resserre mes jambes autour de sa taille, et son baiser dans mon cou me fait vacillait dans une folie douce.

La chanson du serpent dans le livre de la jungle me revient en tête. Vous savez le moment où le serpent, chante cette douce mélodie à Mowgli pour tenter de le manger : « Aie confiance, crois en moi » . Ouai, j’étais en train de glisser vers ses délices tentatrices. Il était le serpent. M’hypnotisant avec ses yeux clairs, sa bouche, son torse musclé et sa façon de me touché. Mon corps est fiévreux, mes doigts remontèrent jusqu’à sa nuque, jouant avec la base de ses cheveux. – Je te laisse ta chance Damon, mais ne crois pas que je me laisserai faire si tu essayes de me faire du mal – Autant le prévenir que je pouvais me montrer acharné si un homme me faisait du mal. Je resserre ma prise sur ses cheveux et mes lèvres prennent possession de sa bouche. J’avais envie de lui, de le sentir sur moi, en moi. Je l’embrasse intensément, ma langue caressant la sienne.



avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Mer 30 Mar - 17:00

Le temps d’une soirée en compagnie du diable

 
Je me surprenais à rester calme et discipliné comme Alice me l’avait demandé alors que ce n’était absolument pas dans mes habitudes. Je détestais que l’on me dise quoi faire et quand. J’étais le seul maître de ma vie et c’était pourquoi j’avais quitté le cabinet d’avocat dans lequel j’étais simple associé auparavant. Je voulais être mon propre patron ! Concernant ma vie personnelle, c’était la même chose et c’était sûrement à cause de cela que je n’avais jamais réussi à avoir une relation monogame sérieuse en trente années d’existence.
Une seule personne avait réussi à m’imposer sa volonté… Mais je considérais Pandore comme une mentor et elle avait toujours eu des arguments diablement convaincants. De plus, à cette époque je recherchais le pouvoir… J’avais envie de m’imposer ! Mais cette époque était déjà révolue. Que ferais-je dans un monde détruit ? Je voyais encore les simples humains et les autres créatures comme des ennemis, mais il y avait des exceptions ! Et je ne voyais plus l’intérêt de déclencher une guerre qui servirait à les asservir. Car dès lors qu’elle serait finie, il était évident que les SD se combattraient pour le pouvoir suprême. En bref, ce monde me convenait de plus en plus comme il était mais l’heure n’était pas à ce genre de pensées.


La compagnie d’Alice m’était bien trop plaisante pour que j’en perde la moindre seconde même si pour rester je devais parler de moi. Je tiquais en entendant le sifflement de la belle. Ce dernier signifiait clairement ses doutes mais je ne mentais pas… Je pratiquais pas mal de sports et certains n’étaient pas des plus doux. Surtout quand l’adversaire était aussi taré que je ne l’étais. Cette pensée me fit sourire ! Andrew était un kamikaze et j’avais, à une période, cru qu’il était lui aussi un enfant du chaos. Ce n’était pas le cas ! Il était juste cinglé.


- Hé, hé ! Je n’apprécie guère ce sifflement dubitatif… déclarais-je avec une moue boudeuse avant de sourire. Si tu ne me crois pas, tu peux me le dire… je sais que tu n’as pas ta langue dans la poche ! C’est ce qui me plait d’ailleurs, lui avouais-je avec un sourire.


Cependant, cela ne m’empêcha pas de faire diversion en lui frôlant la cuisse. Si j’avais envie d’elle, je savais parfaitement que ce désir était réciproque et je comptais bien l’utiliser à mon avantage. Je ne voulais pas manipuler la jeune femme mais je craignais de trop lui en dire d’un coup. Qu’est-ce que je ferais si tout se passait mal ? Je n’aurais aucune issue de secours car je n’avais pas envie d’aller voir ces traîtres. Mais une fois de plus je les chassais de mon esprit avec facilité pour me concentrer sur Alice. Je poussais un léger soupir avant de lui sourire et de m’amuser avec une de ses mèches de cheveux. Je me doutais qu’elle ne se serait jamais imaginé que je pouvais porter autant de cicatrices.
Délaissant sa mèche et me calant entre ses jambes je la fixais. J’aurais voulu me dévoiler davantage mais le risque était trop grand. Je souriais à sa taquinerie.


- Je suis sûr que tu as eu ce genre d’envie me concernant, commençais-je par dire au sujet du fait que certaines personnes devaient avoir envie de tirer sur des avocats. Personnellement, je n’ai jamais ce genre de désir te concernant. Je fermais brièvement les yeux tandis que les mains d’Alice parcourraient mes bras jusqu’à mes épaules. Tu sais Alice, commençais-je en la regardant de nouveau, je me doute que tu te poses des questions en me voyant. Tu n’es pas obligée de les garder pour toi… Soit je te répondrais, soit je ne le ferais pas. Mais je ne te mentirais pas. A condition que tu fasses pareil, précisais-je avec un clin d’œil.


Les conversations trop sérieuses n’étaient vraiment pas mon truc mais il fallait parfois passer par là. Cependant, Alice remis vite de la légèreté en parlant de l’inexistante de l’homme parfait. Tant mieux, elle n’était pas de celles qui pensaient que les princes Disney existaient réellement. J’allais le lui dire mais la belle évoqua le problème des mauvaises fréquentations.
Je la fixais… Elle avait raison ! Mais ma décision était prise.


- Je suis pas du genre à me laisser emmerder… et je n’aime pas les éventuelles visites surprises de personnes que je cherche à éviter, expliquais-je simplement. Si ces personnes ne sont pas stupides, elles devraient rester à leur place !


Je ne développais pas plus le sujet car les mains d’Alice parcourant ma nuque me firent frissonner alors que mon rythme cardiaque s’accélérait à ses paroles. Je n’avais jamais demandé la permission à qui que ce soit et pour quoi que ce soit. Quand je voulais quelque chose, quelqu’un, j’en prenais possession. Cette fois-ci, c’était différent.
Je fronçais les sourcils quand elle me parla d’essayer de lui faire du mal… Lui cacher ma véritable nature était-ce lui faire du mal ?


- Ce n’est absolument pas ce que je veux… Et si un jour cela arrivait, je te laisse le droit de me tuer, lui murmurais-je mon regard plongé dans le sien.


Ce contact visuel fut interrompu par un baiser passionné auquel je participais et par lequel je me laissais emporter. Peu m’importait à qui j’étais en train de tourner le dos puisque j’étais avec celle qui m’avait tant intrigué et surtout attiré.
Mes mains se posèrent de nouveau sur les cuisses d’Alice pour remonter lentement jusqu’à ses hanches tout en faisant remonter le tissu qui la couvrait. Sa peau était d’une exquise douceur… Une de mes mains quitta sa hanche pour se poser sur ses reins et plaquer davantage la jeune femme contre moi. Le désir que je ressentais pour elle en devenait presque une délicieuse torture alors que mes lèvres abandonnaient les siennes pour descendre sur sa mâchoire, puis son cou. Mes mains recommencèrent alors à soulever le vêtement qui était devenu gênant alors que ma respiration et mon rythme cardiaque s’accéléraient.





.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Chaotique
Points de vie : 14
Coups du Destin: 1
Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Messages : 798
Membre du mois : 11
Je crédite ! : (c) John (c) LBG
Localisation : Livingston ou en vadrouille !
Caractère : Impulsif, violent, têtu, séduisant, travailleur et organisé
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Indéterminée !
Autres comptes : Aaron Caron

Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Mer 30 Mar - 19:00


Il me reprend gentiment lorsque je siffle pour signifier mes doutes. Pour ce soir, ce n’est pas dans ma poche que je souhaite mettre ma langue. Je me sentais d’humeur coquine. Tôt ou tard, je lui ferrais part de mes doutes, mais j’avoue que pour le moment, tout ce dont j’ai envie ce trouve callé entre mes jambes. Il avait une façon d’amener les choses qui me ferrait presque oublié qu’il ne me disait pas toute la vérité. Est-ce un mal en soit ? Non. Moi-même j’ai mes propres secrets. On se connaît pas encore très bien malgré la tournure que prends notre rendez-vous. On avait le temps de se découvrir, de parler de nous. Pour l’instant, je préfère savourer ce moment. Mauvaise idée. Prudence. Fait chier. Trop envie de lui.

Ce n’est pas faux …- lui avouais-je en me voyant avec mon arme dans les mains prêtent à lui tirer dessus. Ce moment, où j’ai eu envie de le tuer était révolu. En tout cas ce soir, je ne ressens aucune hostilité. Je lui prouve assez avec mes mains qui gambadent sur ses bras. – On est d’accord, pas de mensonge concernant les réponses à nos questions. Si réponse il y a …

Il répond honnêtement à mes questions, et garde pour lui les réponses qui ne souhaite pas donner, ce système me convient. J’en profiterais également. Il y a certain sujet, comme le fait qu’un vampire sadique m’a fait tuer un homme que je préférais garder pour moi. Où le fait que je souhaite apprendre à le tuer avec un homme qui est certainement tout aussi dangereux que le vampire lui-même. Ou que j’ai aidé Malcom à faire disparaître un corps. Ou … autant accepter ce compromis sans discuter. Non, le prince charmant n’existe pas. Idem, pour l’homme parfait. Damon avait des défauts, je n’en doutais pas mais nous semblions nous accorder. Ce qui est assez surprenant. J’eu un frisson lorsqu’il me parle de pas se laisser emmerder. Il émanait de chez lui quelques choses d’inquiétant, et de virile. J’aime lorsqu’un homme se montre fort et implacable.

Damon ne ressemblait en rien aux hommes avec lesquels je sortais d’ordinaire. Il n’était pas un agneau, et se situait dans une autre catégorie. Je prenais un risque de laisser un tel homme entrer dans ma vie. Avec mon côté imprévisible, on verra bien jusqu’où cela va nous mener. J’avais les muscles qui me faisaient mal à force d’attendre pour l’embrasser ; le tuer, s’il me faisait du mal.

Je ne n’oublierai pas de te le rappeler
Murmurais-je, en espérant de tout cœur qu’on n’arrivera jamais à une telle extrémité. Lorsque ma bouche rencontre la sienne, ce fut un moment de délice. L’une de mes mains était perdue dans ses cheveux alors que l’autre se perd dans son dos. Mes doigts filèrent en caresse jusqu’en bas, parcourant ses muscles, sentant les irrégularités de ses cicatrices. Il me plaque avec autorité tout contre lui, et m’arrache un gémissement. J’ai le cœur qui s’emballe, à la limite de l’implosion. Je ferme les yeux, soupirant, savourant chaque baiser, chaque caresse. Lorsque je rouvre les yeux c'est pour accrocher son regard puissant et irrésistible. Mes doigts lâchent ses cheveux pour descendre sur sa gorge, son torse. Mes lèvres capturent à nouveau les siennes et mes ongles se figent dans sa chair. J’avais chaud, au point que ma robe en devient inconfortable.

Si je me souviens bien, tu m’as dit que tu m’aiderais à enlever ma robe – soufflais-je. Cette satanée petite robe noire qui s’ouvre que par derrière. Je le pousse doucement pour descendre de la table le cœur battant. Je me retourne et tourne mon visage vers lui avec un sourire malicieux. Je ferme les yeux lorsque je sens ses mains se poser sur moi. Ma robe tomba au sol, laissant entrevoir à Damon des sous-vêtements sombre en dentelle. Je remercie le ciel d’avoir eu la présence d’esprit d’avoir enfilé cet ensemble.


avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Mer 30 Mar - 21:31

Le temps d’une soirée en compagnie du diable

 
Alice le remarquerait très vite… Je n’aimais pas que l’on remette ma parole en doute, surtout lorsque j’étais sincère. Ce qui était un fait rare d’ordinaire mais qui était en train de devenir banal en présence de la séduisante jeune femme. J’étais si différent en la présence d’Alice que cela ne cessait de me surprendre ! J’en venais presque à croire que le côté humain de ma personne l’emportait largement sur le semi-démon que j’étais.


La conversation qui s’installa en même temps que la température montait entre nous ne me dérangeait pas et au contraire, je l’alimentais. J’adorais entendre la voix d’Alice même si je prenais un air faussement choqué quand elle me confirma qu’elle m’aurait volontiers tiré dessus. Une chance pour moi, ses envies de meurtre me concernant avaient l’air d’être révolues et il était évident que je ferais mon possible pour qu’elles le restent. Et dire qu’à l’époque où nos routes s’étaient croisées je prenais un malin plaisir à la torturer mentalement. Cette simple pensée me fit ressentir un sentiment désagréable. Des remords ? Visiblement, oui.
Je lui proposais ensuite une idée concernant nos vies respectives. Chacun pouvait poser à l’autre toutes les questions qu’il désirait. L’interrogé aurait le choix entre répondre uniquement la vérité ou garder le silence. Je ne savais pas ce que mon idée valait jusqu’à ce que la belle accepte. Je souriais et confirmais en sachant ce que cela impliquerait par la suite.


- Aucun mensonge. Promis !


J’oubliais le fait que j’avais rompu dans ma vie des dizaines… des centaines de promesses car celle-ci je comptais m’y tenir. C’était mon idée et puis si vraiment la question était trop dangereuse je garderais le silence. C’était le deal.
Je ne lui mentirai pas et je ne la blesserai pas ! Je n’avais même pas imaginé les derniers propos jusqu’à ce qu’Alice déclare qu’elle ne se laisserait pas faire si je tentais de lui faire du mal. Elle avait dit cela car elle ignorait l’effet qu’elle avait sur moi. Je restais quelqu’un de fort, qui savais ce qu’il voulait… mais jamais je n’avais été aussi calme ! Je ne savais pas comment Alice arrivait à annihiler toute trace de colère mais pourtant c’était bel et bien le cas.  Et cela n’était pas uniquement dû au désir que je ressentais pour elle et qui faisait que mes doigts effleuraient de plus en plus souvent sa peau. Je revenais à la réalité en entendant les paroles de la jeune femme… Elle me rappellerait mon idée qu’elle pourrait me tuer si je lui faisais du mal.


- Tu n’auras jamais à le faire…


J’aurais pu lui demander qu’il en soit de même me concernant… C'est-à-dire qu’elle ne me fasse jamais de mal ; mais cela me paraissait logique. Et puis entre nous, je ne savais pas ce que c’était de souffrir à cause d’une personne à qui l’on tient.
Maintenant les choses étaient claires entre nous même si tout n’avait pas été dit. Le reste viendrait plus tard et je trouvais que nous avions déjà assez discuté. J’avais envie d’Alice depuis que je l’avais vu apparaître au restaurant. La façon dont je la plaquais contre moi le lui prouvait… Je n’étais pas brutal, juste ferme et cela me plaisais tout autant à Alice visiblement. Cela me motiva à glisser mes mains sous la robe de la belle qui me rappela que je devais l’aider à enlever ce vêtement. Je la fixais intensément alors qu’elle me repoussait doucement pour me tourner le dos. Je répondis à son sourire malicieux par un des plus charmeurs et je défaisais sa robe pour la laisser glisser au sol.








.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Chaotique
Points de vie : 14
Coups du Destin: 1
Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Messages : 798
Membre du mois : 11
Je crédite ! : (c) John (c) LBG
Localisation : Livingston ou en vadrouille !
Caractère : Impulsif, violent, têtu, séduisant, travailleur et organisé
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Indéterminée !
Autres comptes : Aaron Caron

Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Mer 30 Mar - 23:44




avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Jeu 31 Mar - 10:16

Le temps d’une soirée en compagnie du diable

 








.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Chaotique
Points de vie : 14
Coups du Destin: 1
Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Messages : 798
Membre du mois : 11
Je crédite ! : (c) John (c) LBG
Localisation : Livingston ou en vadrouille !
Caractère : Impulsif, violent, têtu, séduisant, travailleur et organisé
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Indéterminée !
Autres comptes : Aaron Caron

Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Jeu 31 Mar - 11:59






avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Jeu 31 Mar - 18:30

Le temps d’une soirée en compagnie du diable

 
 








.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Chaotique
Points de vie : 14
Coups du Destin: 1
Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Messages : 798
Membre du mois : 11
Je crédite ! : (c) John (c) LBG
Localisation : Livingston ou en vadrouille !
Caractère : Impulsif, violent, têtu, séduisant, travailleur et organisé
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Indéterminée !
Autres comptes : Aaron Caron

Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Ven 1 Avr - 12:04




avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Sam 2 Avr - 21:57

Le temps d’une soirée en compagnie du diable

 









.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Chaotique
Points de vie : 14
Coups du Destin: 1
Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Messages : 798
Membre du mois : 11
Je crédite ! : (c) John (c) LBG
Localisation : Livingston ou en vadrouille !
Caractère : Impulsif, violent, têtu, séduisant, travailleur et organisé
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Indéterminée !
Autres comptes : Aaron Caron

Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Sam 2 Avr - 23:59



avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Dim 3 Avr - 14:18

Le temps d’une soirée en compagnie du diable

 





- Merde !


Je m'allongeais alors à côté d'Alice sur mon flanc droit pour observer le pansement dont une tache sombre en son centre indiquait qu'il y avait du sang. Je souriais ensuite à la jeune femme pour la rassurer.


- Oui, on va le refaire !


Mais mon sourire ne sembla pas suffire car Alice s'énerva. Gentiment, certes, mais elle s'énerva tout de même en me disant que j'aurais dû la laisser faire. Je me rendais compte que je ne voulais pas la contrarier et je passais ma main sur sa joue en reprenant la parole avec douceur...


- T'inquiète pas... Je vais m'en occuper et ce n'est même pas douloureux ! expliquais-je en toute honnêteté. Mais comment ça, tu n'aurais pas du me laisser faire ? Tu n'as pas aimé ? demandais-je sur le ton de la plaisanterie avec un sourire. Je me redressais ensuite pour déposer un baiser sur les lèvres d'Alice. Je reviens avec ce qu'il faut.


Ni une, ni deux, je me rendais dans la cuisine, complètement dévêtu. Les vêtements au sol me firent sourire mais je ne m'attardais pas. Je passais de l'eau sur mon visage et prenais ce dont j'avais besoin pour les soins ainsi qu'une bouteille d'eau avant de retourner dans la chambre auprès d'Alice. Je repérais la table de chevet et la lampe !


- Attention les yeux ma belle ! dis-je avant d'allumer. Tiens ! Si tu as soif, ajoutais-je en lui tendant la bouteille.


Puis je jetais un coup d’œil à la plaie... Comme prévu, ce n'était pas bien méchant ! Le point de suture avait tenu et il ne s'agissait que d'un saignement. Je recommençais les soins et malgré le picotement, je ne regrettais pas ma prise de contrôle ce qui me fit sourire...






.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Chaotique
Points de vie : 14
Coups du Destin: 1
Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Messages : 798
Membre du mois : 11
Je crédite ! : (c) John (c) LBG
Localisation : Livingston ou en vadrouille !
Caractère : Impulsif, violent, têtu, séduisant, travailleur et organisé
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Indéterminée !
Autres comptes : Aaron Caron

Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Dim 3 Avr - 18:29



Merde c’est bien le mot. J’étais à demi allongée sur mon lit, complément nue le regard figé sur la blessure de Damon. Voilà ce qui se passe lorsqu’on fait des folies de son corps avec un blessé. L’avocat essaye de me rassurer en prenant une voix douce. Je fronce les sourcils énervé, et lâche un soupire exaspère. Ah les hommes ! Je lui avais dit que s’il saignait une nouvelle fois, c'était direct le médecin. Je n’étais pas prête à lâcher l’affaire … enfin c'est ce que je croyais. La nonchalance de Damon, et sa façon de m’expliquer qu’il n’avait pas mal me désarçonna. J’étais énervé, lui absolument pas. La douleur éventuelle de sa blessure ne l’affectait pas outre mesure.

Tu sais très bien que j’ai aimé … - murmurais-je en me mordant la lèvre inférieur. Pas besoin de le rassurer sur ce point. J’ai aimé chaque étape de nos échanges, et rien que d’y penser mon bas-ventre chauffe délicatement.- Si tu m’avais laissé prendre les choses en main, tu te serais pas fait mal … - Expliquais-je mon point de vue d’une voix ferme. – … j’aurais du te forcer à garder la position … - Jamais je n’aurais eu assez force pour le maîtriser et l’obliger à rester tranquille sous moi. Il était plus fort physiquement, c'était un fait. Pourtant, avec un peu entraînement, je sûr que j’aurais pu y arriver. Il me manque juste un peu de muscle.

Il dépose un baiser chaste sur mes lèvres avant de se lever et disparaître de la chambre. Merde. Je laisse ma tête tombée sur le matelas, les yeux rivés sur mon plafond. Je repense aux heures qui se sont écoulées depuis mon arrivé au restaurant. Moi qui m’étais fixé des limites. Faible femme. J’avais balayé d’un coup de vent mes principes. Damon n’était plus une relation professionnelle, mais bien plus. Je me déplace dans le lit, me recouvrant de ma couette, et ramenant mon oreiller sous ma tête. J’entends Damon de l’autre côté, et je ressens comme un manque. Merde. Je serre mon oreiller un moment pour calmer mon envie de le rejoindre.

Lorsqu’il revient, il allume ma lampe installée sur ma table de chevet. Il me faut quelques secondes pour que mes yeux s’adaptent à la luminosité. Je me redresse, et me saisis de la bouteille d’eau. Ce fut une excellente idée. Je m’installe en tailleur, la couette sur mes jambes, ne quittant pas Damon du regard ; je regarde sa plaie. Il saignait mais la suture n’avait pas lâché.

Tu as de la chance que la suture soit restée en place, sinon c'était l’hôpital ! – déclarais-je avec un petit sourire en coin, gardant néanmoins une voix ferme. Ouai … direct à l’hosto ! Je bois une longue gorgée d’eau avant de la refermer et la poser sur la table de chevet. Mon regard ne quitte pas Damon, et je le vois sourire. – Je peux savoir ce qui te fait sourire ? – demandais-je doucement en glissant à nouveau sous ma couette, bien au chaud. Je sens la fatigue me saisir, et garder les yeux ouverts le temps que Damon s’installe à mes côtés. Il ne me faudra pas longtemps pour sombrer dans les bras de Morphée.


avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Dim 3 Avr - 20:48

Le temps d’une soirée en compagnie du diable

 


Ok, j’avoue que j’aurais pu me tenir tranquille et laisser faire Alice dont le souvenir de ses mouvements de bassin me redonna chaud. Je le savais mais je n’étais pas prêt à le dire à voix haute ! Non pas que je n’avais pas envie de reconnaître mon erreur mais je ne regrettais absolument pas la façon dont j’avais agi. Cependant, j’envisageais de lui donner raison lorsque la belle poussa un soupir exaspéré… Mais il n’y avait pas de quoi être énervé puisque je n’avais pas mal, du moins presque pas !
Voilà pourquoi je changeais finalement de sujet en tentant la plaisanterie. Cela fonctionna puisqu’elle me répondit ce que je souhaitais mais Alice ne se laissa pas duper. Elle répéta qu’elle n’aurait pas dû me laisser faire et qu’elle aurait dû me forcer à rester allongé sur le dos. Je ris légèrement en l’entendant dire cela. Elle faisait presque vingt de centimètres de moins que moi et le chiffre devait être le même concernant notre différence de poids.


- Me forcer à rester allonger sur le dos ? répétais-je en souriant. T’es Wonder Woman et tu ne me l’as pas dit ? Je marquais une pause et regardais les alentours sombres de la chambre. Ou alors tu envisage de m’attacher au lit la prochaine fois… ajoutais-je enfin. Non, non ! Oublie ce que je viens de dire, précisais-je amusé.


Puis à contre cœur et après un léger baiser, j’abandonnais cette sublime jeune femme pour me rendre dans la cuisine. Durant quelques secondes j’envisageais de me soigner sur place mais la présence d’Alice et la chaleur de son corps me revenaient déjà en mémoire sous forme de manque. Je ne savais pas si cela était une bonne idée de céder à ce genre de nouvelles pulsions mais je le faisais tout de même. Je ne prenais que quelques secondes pour me passer de l’eau fraîche sur le visage et retourner dans la chambre avec ce dont j’avais besoin.
C’est en m’installant auprès d’Alice et en lui donnant la bouteille d’eau ramenée de la cuisine que je me rendais compte que je n’avais jamais été comme ça. J’étais… attentionné ! Si j’avais été seul, cette découverte m’aurait tué, ou provoquer un fou-rire. Mais la présence d’Alice, le fait que je ne veuille pas me sauver maintenant ou plus tard, me prouvaient bien que je pensais à son bien-être et que j’aimais sa présence. *Et alors ! Y’a que les cons qui changent pas…* Cette pensée mit fin à ma réflexion et j’observais ma blessure pour ne pas trainer à la soigner de nouveau.




Après s’être installée en tailleur Alice évoqua l’hôpital et la chance que j’avais de ne pas d’y aller. Cette remarque m’amusa tandis que je contemplais son corps dévêtu et en partie cacher sous la couette. Mon regard accrocha alors le sien le temps que je lui dise d’une voix douche et sensuelle….


- Bien sûr que j’ai de la chance… mais je ne parle pas du fait que je ne vais pas aller à l’hôpital.


J’ajoutais un clin d’œil à mes paroles et désinfectais ensuite la blessure. La brûlure, suivi du picotement ne m’empêchèrent pas de sourire ce qui intrigua Alice. J’ôtais le coton imbibé de désinfectant et de sang avant de refaire un pansement… Ce n’est qu’après que je fixais la jeune femme.


- Rien, charmante curieuse ! répondis-je avant de me rappeler notre pacte. Enfin… Je me disais juste que malgré ce léger désagrément, repris-je en indiquant le pansement. Je ne regrette absolument pas ma prise de contrôle. Je marquais une pause courte. Mais j’avoue que j’aurais dû te laisser faire. Je posais ma trousse de soins sur la table de nuit, embrassais de nouveau la jeune femme et pour la première fois de ma vie je posais cette question. Y’a un côté du lit que tu préfère ?


Oui, j’étais galant mais j’espérais qu’elle dormirait à droite pour qu’elle puisse se blottir contre moi. Car cette fois-ci je ne comptais pas me tirer en pleine nuit.




.
[/quote]
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Chaotique
Points de vie : 14
Coups du Destin: 1
Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Messages : 798
Membre du mois : 11
Je crédite ! : (c) John (c) LBG
Localisation : Livingston ou en vadrouille !
Caractère : Impulsif, violent, têtu, séduisant, travailleur et organisé
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Indéterminée !
Autres comptes : Aaron Caron

Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Dim 3 Avr - 23:57



Il avait cette capacité de me retourner le cerveau. M’hypnotisant avec son sourire séduisant et son humour. Je ne devrais pas être aussi facilement désarçonné. C'est pourquoi, je m’énerve. La situation n’était pas dramatique, et pourtant je sens un moment mon sang bouillir un instant. Mon tempérament impulsif semble s’apaiser au contact de Damon. C'est assez déroutant, et la première fois qu’un homme y arrive. Je l’entends se moquer gentiment.

Non … Catwoman, tu n’as pas encore vu à quel point je peux être souple. – lui signifias-je malicieuse. Oui, il n’avait pas encore tout vu. Mon regard s’alluma lorsque je l’entends parler de l’attacher à mon lit. – C'est une idée ! – Une excellente idée même. – Trop tard, j’ai déjà l’image de toi attaché à mon lit pour mon seul plaisir – Je ris doucement et n’ai aucun mal à l’imaginer dans cette position. C'est malin. J’ai la bouche sèche et une vague de chaleur me monte aux joues.

Il ne lui faut que quelques minutes pour revenir de la cuisine, et autant de temps pour se soigner. De la chance, j’en avais également ce soir. Son regard ancré dans le mien, me fit frissonner. Curieuse … moi ! Jamais ! Il avoue qu’il aurait du me laisser faire. J’hausse une épaule. Revenir en arrière ne servirais à rien, et sa blessure n’était pas si grave que ça. Tant mieux ! Au fond, je suis plutôt contente du dénouement. Terminer cette nuit par une visite à l’hôpital aurait été dommage.

Aucun … mais vu que tu es blessé de ce côté, je prends le côté droit. – Je me déplace pour lui faire de la place.

Le mieux était que je prenne le côté où son flan n’était pas meurtri. J’attends que Damon s’installe confortablement avant de me blottir dans ses bras. Il y a bien longtemps que je ne me suis pas retrouvé avec un homme dans mon lit pour la nuit. J’évitais, même lorsque j’étais en couple, de laisser mes petits-amis passer trop de temps chez moi. C'est un moyen comme un autre de rester indépendante. Tout me semblait différent avec Damon. Je dépose un baiser sur ses lèvres avant de poser ma tête sur son torse. Je chuchote un rapidement « bonne nuit » avant de sombrer.

Néant.

Mon sommeil fut profond jusqu’à ce que quelque chose me réveil. Une voix masculine me fait émerger de mes rêves. Je cligne des yeux, et lève la tête. Notre position avait sensiblement évolué. Damon se retrouve derrière moi, et je l’entends sans comprendre les mots qui sortent de sa bouche. Je bouge et me retourne sur lui. Son sommeil semble agité, et je ne sais pas comment le réveillé…

Damon …




avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Lun 4 Avr - 14:13

Le temps d’une soirée en compagnie du diable

 


Parmi mes loisirs les plus bizarres il y avait celui de mettre les personnes au bord de la crise de nerfs... Cela concernait tout aussi bien les avocats adverses, mes ''ennemis'' personnels, mes amantes, etc. Bref, énerver les gens était un jeu que j'adorais mais pas cette fois. Au contraire, je faisais tout pour qu'Alice ne se fâche pas. Pour ce fait je n'utilisais pas le mensonge ou la ruse mais la vérité et la plaisanterie ce qui fonctionna parfaitement.
Je souris à la jeune femme en l'imaginant parfaitement dans une tenue de latex noir comme celle de la célèbre Catwoman. Je ne serais pas contre la voir dans ce genre de déguisement mais je revenais en premier lieu sur mon idée de me faire attacher au lit. Visiblement cela n'était pas tombé dans l'oreille d'une sourde et je ris lorsqu'elle précisa qu'elle imaginait parfaitement la situation.


- Et moi je t'imagine parfaitement en tenue de Catwoman... qui ne possède absolument pas de paire de menottes, précisais-je amusé.


Je me disais cependant que laisser à Alice prendre le dessus ne me dérangerait sûrement pas. Mes habitudes et mon côté dominateur m'avaient poussé à prendre le contrôle mais je me rendais compte que j'avais réellement apprécié la voir prendre la situation en main. Cependant, je ne m'attardais pas plus longtemps sur ce genre de pensées qui me réchauffaient rapidement.
Je choisissais de m’éclipser pour pouvoir prendre de quoi me soigner et à boire pour la belle. Les soins se firent en moins de deux et je posais le tout sur la table de chevet avant de savoir où est-ce que j'allais dormir... du moins de quel côté du lit car il était clair que je ne comptais pas m'exiler dans le salon. Je souris en entendant la réponse d'Alice et je me déplaçais légèrement pour qu'elle vienne se blottir contre moi. Même si cela était nouveau pour moi ça ne me déplaisait pas... au contraire. Je répondais à son baiser ainsi qu'à son murmure...


- Bonne nuit, dis-je en éteignant la lampe.


Je ne m'endormais pas de suite et cela n'avait rien de surprenant. Mes nuits étaient difficiles depuis février et j'espérais que cela serait différent.


Il faisait sombre, la femme au ventre arrondi et couverte de sang me reprochait encore sa mort... Pourtant j'avais réussi, elle était encore en vie mais il fallait sortir de là. J'entendais des bruits de pas se rapprocher ! Mais pourquoi ne m'écoutait-elle pas ?


- Reste pas là... Je peux vous sauver... lui expliquais-je alors qu'une voix semblait murmurer mon prénom... toi et l'enfant.


Puis le sol sous ses pieds s’effondra et alors que je tentais de la rattraper... Le néant... Je me réveillais en sursaut, essoufflé comme si j'avais couru un marathon et couvert d'une sueur glacée. Mon cerveau mit quelques minutes à se souvenir de l'endroit où je me trouvais et mon regard qui s’habituait à l'obscurité se posa sur Alice après avoir lu l'heure, 3:33. La jeune femme était réveillée, forcément.


- Désolé, dis-je sincèrement alors que je reprenais mon souffle. Je suppose que c'est moi qui t'ai réveillé... Je ne pensais pas que... Enfin bref, désolé ma belle, répétais-je en déposant un baiser sur son front.


Je n'avais pas fini ma phrase car je ne pouvais pas me permettre de la prononcer à voix haute. Je me contentais de reposer ma tête sur l'oreiller. Notre nuit n'était pas finie après tout...




.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Chaotique
Points de vie : 14
Coups du Destin: 1
Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Messages : 798
Membre du mois : 11
Je crédite ! : (c) John (c) LBG
Localisation : Livingston ou en vadrouille !
Caractère : Impulsif, violent, têtu, séduisant, travailleur et organisé
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Indéterminée !
Autres comptes : Aaron Caron

Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Lun 4 Avr - 15:39



Catwoman n’a pas de menottes mais elle a un fouet et des griffes ; Elle est plus mon genre de super-héroïne que Wonder Woman. Je me demande où je pourrais trouver un fouet à Edimbourg. Le côté sauvage fait écho à mon tempérament excessif par moment. Surtout lorsque je suis en colère. Cette nuit, je n’étais pas animé par la colère, ou toutes autres émotions négatives. J’étais bien. Je regarde Damon terminer ses soins et enfin se mettre au lit. Son corps chaud contre le mien est réconfortant, et je m’endors rapidement. Mine de rien, j’étais fatigué. La tension des dernières heures, et l’activité de nos deux corps en mouvements m’avait épuisés. Pourtant, avec un peu de motivation je pourrais trouver de l’énergie pour une nouvelle séance.

Je rêve. Des flashs comme toujours. De la nature. D’une forêt. J’aime cette sensation d’être en pleine nature, où il y avait rien que moi. Ma solitude est apaisante. Aucune créature qui viendrait m’attaquer. Aucun homme qui songerai à me faire du mal, ou aurait des arrières pensées. Je marche à travers un sentier d’herbe doux et fleurie. Alors que je me rapproche d’une pairie où j’ai l’habitude de m’arrêter dans mes rêves, j’entends une voix masculine. Au départ, ça semble lointain. Je me retourne et mes yeux s’ouvrent sur ma chambre. La pénombre est saisissante. Damon est dernière moi, et je l’entends parler, s’agiter : « sauver », « toi », « enfant » … de quoi il parle. Je me retourne sous ma couette, et le regarde d’un air inquiet.

Il se réveille et s’excuse. Effectivement, il m’avait réveillé. Mon cerveau me cri de lui demander de quoi il s’agissait. C'est quoi cette histoire de sauver quelqu’un et un enfant. Il était tôt, vraiment trop tôt pour je l’interroge. Il me dépose un baiser sur le front mais j’avoue que je me sens frustré d’en rester là. Je prends sûr moi et me contente de reposer ma tête sur l’oreiller. La nuit fut plus compliquée que prévu. J’étais taraudé par tant de question que j’ai eu du mal à retrouver le sommeil.

Le soleil se lève doucement, et j’avais toujours les yeux ouverts. Je les referme au moment où Damon semble se réveillé. Je ne fais aucun mouvement attendant de voir ce qu’il allait faire. Il est sorti du lit, et quelque minute plus tard j’entends ma porte d’entrée claquer. Je soupire agacé. Il était parti certainement pour s’occuper de ses affaires. N’aurais-je pas fait la même chose ? Il y a des chances. Pourtant, je ne peux me résoudre à penser que cette nuit n’était rien pour lui qu’un moment d’amusement. Je me mords la lèvre inférieure, le regard fixé sur mon plafond. Bordel. Je reste un moment dans mon lit avant de prendre mon courage à deux mains et commencer enfin cette folle journée qui va me sembler interminable.



avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Lun 4 Avr - 17:41

Le temps d’une soirée en compagnie du diable

 





J’aurais pensé que parler de menottes, de tenue en latex et de déguisement de Catwoman m’aurait fait faire d’agréables rêves… surtout qu’était blottie contre moi une sublime vénusté mais je m’étais trompé. Comme toujours, le sommeil ne vint pas de suite et ce, même si la soirée avait été agréablement surprenante et sportive ! Je me contentais alors d’écouter la respiration lente et régulière d’Alice qui finit par m’envoyer à mon tour dans les bras de Morphée. Mais visiblement le dieu grec m’avait pris en grippe depuis quelques mois et le même cauchemar recommença.
Je n’avais jamais vraiment éprouvé de regrets ou de remords jusqu’à la disparition de Pandore et de son, ou notre, enfant. Ces sentiments étaient tellement humains ! A croire que cette partie de ma personne avait pris le dessus sur le semi-démon que j’étais. Ma présence ici n’était-elle pas un indice ? Avais-je envie de laisser le démon reprendre le contrôle ? Non, pas vraiment… Pas du tout fut la réponse qui me vint en repensant à Alice allongée contre moi. Mais en attendant, je m’excusais auprès de la jeune femme que je venais de réveiller…


Des questions ? C’était ce à quoi je m’attendais mais il était trop tôt pour y répondre… Et puis, tout le monde faisait des cauchemars. C’était humain comme truc ! Bien sûr, je me serais rendormi moins tranquillement si j’avais su que je parlais pendant mon sommeil agité. Mais qui aurait pu me le dire alors que je dormais toujours seul ? Cependant, même si j’avais su cela, je pense que j’aurais tout fait pour éviter la discussion. J’étais trop bien contre la jeune femme et sûrement trop fatigué.
Pourtant, je me réveillais parfaitement aux alentours de 7:30. Ce qui était un scandale puisque nous étions dimanche. Mais une idée me vint et me fit sourire. J’avais complètement oublié le cauchemar. Le plus doucement possible, je me glissais hors du lit et filais dans la cuisine pour m’habiller. Je me passais brièvement de l’eau sur le visage et sortais.


Sur le pas de la porte, je regardais les alentours et remerciais le ciel quand mon attention sur se posa sur ce que je cherchais. Une chance pour moi, elle était ouverte ! Je traversais la rue et entrais pour attendre mon tour… Ce dernier arriva trop rapidement car je ne savais même pas ce que la belle aimait. Je me décidais à prendre un peu de tout ce qui n’était pas peu dire… Puis, ni une, ni deux, je retournais d’où je venais. J’entrais dans l’appartement au moment même où Alice sortais de la chambre.
Un sourire illumina mon visage en la voyant mais je remarquais qu’elle semblait avoir l’air morose. Je posais alors près de la cafetière le sac de viennoiseries avec lequel le quartier entier aurait pu être nourri et m’approchais d’Alice pour passer mes bras autour de sa taille.


- Salut jolie Merveille ! dis-je avec un clin d’œil après avoir gouter à ses lèvres. C’est quoi cette petite mine que je vois en revenant ? Puis je réalisais et je me penchais légèrement en arrière pour la regarder. T’as quand même pas cru que j’étais… ... parti ? demandais-je avec une moue boudeuse. Surtout que ma caisse n’est pas discrète pour les départs en douce, ajoutais-je avec un sourire amusé.


Oui, elle avait sûrement dû penser cela et je ne lui en voulais pas car c’est ce que je faisais habituellement. Mais je ne lui avais pas menti, je n’étais pas là que pour une nuit… Il y en aurait d’autres !
Un vrai miracle en soi quand on me connaissait mais ça, Alice ne le savait pas. Elle ignorait sûrement que je ne m’étais jamais comporté de la sorte avec qui que ce soit…



.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Chaotique
Points de vie : 14
Coups du Destin: 1
Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Messages : 798
Membre du mois : 11
Je crédite ! : (c) John (c) LBG
Localisation : Livingston ou en vadrouille !
Caractère : Impulsif, violent, têtu, séduisant, travailleur et organisé
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Indéterminée !
Autres comptes : Aaron Caron

Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Lun 4 Avr - 19:00



Je me retourne dans mon lit, encore et encore. Je déteste me sentir mal après avoir fait l’amour. C'est exaspérant, désespérant … voilà mes mots en -ant qui reviennent me soûler. Je l’avais entendu se lever, faisant semblant de dormir. J’aurais peut-être du le retenir, lui parler dés qu’il s’était levé du lit. Je m’en veux de l’avoir laissé partir, et d’un autre côté on se connait si peu. Il avait peut-être décidé après m’avoir sauté de se tirer. Je déteste me prendre la tête pour un mec. C'est tellement pathétique. Il faudrait que je songe à me faire ma liste en –ique. Je sors de mon lit quelque peu énervé. Première chose : porter quelques choses de décents en cette belle matinée.

Les rayons du soleil traversèrent ma fenêtre, m’indiquant au coin de ma chambre la boule de vêtements. C'était comme un signe. C'est comme une entité mystique qui me demandait de me rhabiller ! J’hésite … j’aime bien marcher nue dans mon appartement. Je souffle. A quoi bon ! Damon n’était pas là, et je risquais de prendre froid. Je lâche un grognement en me levant de mon lit et me dirige vers mes vêtements. J’en sors une long t-shirt de couleur noir qui devait appartenir à l’un de mes ex. Il y a avait la mention : pompier d’Edimbourg. Ça s’était à Ian, le dernier en date. Encore heureux que Damon n’était pas là pour me voir dedans. Pas que j’en avais quelque chose à faire de mon ex. Il y a longtemps que je ne ressentais plus rien pour lui mais c'est toujours délicat de porter les affaires d’un ex alors qu’on commence une relation avec un autre.

Lorsque je sors de ma chambre dans l’idée de me faire un thé, Damon était de retour. Merde. Il avait un beau sourire sur ses lèvres, et moi je ne savais pas comment réagir. Je crois que j’étais surprise de le revoir débarqué dans mon appartement. Il déposa un sac qui venait certainement de la petite boulangerie qui se trouve à quelques mètres de chez moi. Le sac se trouve près de ma cafetière. Je l’avais acheté mais jamais utilisé. C'est plus décoratif, qu’autre chose ! J’avais oublié qu’il aimait bien le café. Il allait être déçu pour le coup. Il s’approche de moi et m’encercle dans ses bras musclés. Ses lèvres sont douces, et mes doutes s’envolent.

C'est une idée qui m’a effleuré l’esprit – lui avouais-je en laissant mes mains glisser sur ses bras. Effectivement, sa voiture n’avait rien de très discret. Toute ma rue l’aurait entendu partir. Ma main trouve sa nuque, et se perdait ensuite dans ses cheveux. Je l’embrasse langoureusement, profitant de notre échange pour m’excuser entre ses lèvres. J’étais désolé d’avoir cru qu’il s’était tiré comme un salaud. J’arrête notre étreinte, le regarde souriante. Je sens mon corps s’enflammer, et mon bas-ventre réclamer plus.

J’ai faim ! - Déclarais-je en m’écartant de lui me dirigeant vers ma cuisine ; j’ouvre le sac en regardant toutes les bonnes choses qu’il avait ramené. On n’allait jamais réussir à tout manger. - Tu as ramené pour un régiment. – ça sentait bon. – je suis désolé mais je n’ai toujours pas de café. Je n’ai que tu thé … -fis-je en me retournant sur lui. Je me souviens qu’il ne buvait pas vraiment de thé. – la prochaine fois que tu viens … - je marque une pause – dormir – comme si c'était la seule chose que nous faisons lorsqu’on était ensemble. – … tu auras du café bien chaud. Quel genre de viennoiseries tu veux ? – demandais-je en lui souriant. Gardant pour plus tard d’autres questions qui m’ont bien pris la tête durant la nuit.


avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Lun 4 Avr - 20:54

Le temps d’une soirée en compagnie du diable

 


Par tous les diables ! Si les enfants du Chaos que je connaissais m’avaient vu, ils ne m’auraient pas reconnu et ce changement en aurait sûrement tué plus d’un… J’étais de nouveau en train de me faire passer pour un simple humain mais cette fois-ci je ne le faisais pas juste pour survivre. Non ! J’aimais ça… Je me fichais royalement d’attendre au milieu d’autres personnes venues acheter leur petit-déjeuner alors que j’aurais figé la boulangerie pour me service moi-même il y avait encore peu de temps. Le seul désagrément à cette attente était que je n’étais pas auprès d’Alice et j’espérais qu’elle dormait encore.
Mais non, ce n’était pas le cas… La jeune femme sortait tout juste de sa chambre lorsque je rentrais de nouveau chez elle les bras chargé de toute une variété de viennoiseries. La vendeuse avait été ravie de cette vente, vous pouvez me croire. J’aurais d’ailleurs immédiatement raconté cela à Alice si je ne m’étais pas attardé sur son air bougon, puis surpris.


Bien que je ne compris pas de suite, je fis rapidement le rapport entre mon absence à son réveil et son expression à mon arrivée. Un sentiment ambigu et étrange m’envahit lorsque je me rendais compte de ce que la belle avait cru. Je lui avais pourtant dit que je comptais rester ! Mais malgré tout, je la comprenais. J’avais une sacré réputation auprès des femmes qui n’était pas forcément à mon honneur. Alice en aurait peut-être entendu parler et c’est pourquoi je ne lui en voulais pas de s’être éventuellement trompée à mon sujet. D’ailleurs je lui demandais même confirmation… et j’avais vu juste.
J’hésitais à lui demander si elle avait cru cela à cause d’une quelconque rumeur mais je me taisais. Qu’elle sache ou non, je comptais bien lui prouver qu’avec elle c’était différent. J’allais juste lui dire qu’elle devait se faire pardonner mais la jeune femme sembla lire dans mes pensées. Je fermais les tandis que notre baiser se faisait plus langoureux… Il fut malheureusement trop court à mon goût mais la demoiselle avait faim.


Je la regardais s’approcher du sac et contemplais ses magnifiques jambes qui n’étaient pas couvertes par un t-shirt trop grand pour elle… mais aussi trop masculin.


- Fan des pompiers ou de ceux qui les portent ? demandais-je après avoir lu l’inscription. J’espère que son proprio l’a définitivement oublié, déclarais-je en observant de plus près la cafetière. Je voudrais pas être obligé de l’éliminer, précisais-je avec un sourire en coin.


Était-ce cela la jalousie ? Car même si je n’en avais rien laissé paraître l’idée qu’un type vienne récupérer ce qu’Alice portait ne me plaisait absolument pas. Mais je me reconcentrais très vite sur la belle qui remarqua la quantité pharamineuse de viennoiseries.
Je la regardais dans les yeux et passais ma main dans mes cheveux en affichant un sourire charmant et sincère.


- Euh… oui ! A vrai dire je ne savais pas ce que tu mangeais alors j’ai pris un peu de tout.


Puis Alice reprit la parole pour me dire qu’il n’y avait pas de café… Un drame pour moi en temps normal ! Mais là je me contentais de hausser les épaules. Après tout, le thé qu’elle m’avait servi la dernière fois que j’étais venu n’était pas mal du tout. Cependant, je ne m’attardais pas sur ce sujet car je me surpris à ressentir un sentiment de bien-être alors qu’elle évoqua ma prochaine nuit ici.
Je m’approchais d’elle et lui répondais…


- Avec plaisir… Puis je regardais à l’intérieur du sac et comme chaque matin je n’avais pas très faim. Comme à chaque fois que je faisais un cauchemar à vrai dire. Je regardais de nouveau Alice en me rappelant l’avoir réveiller cette nuit. Je… Je préfère boire un truc avant… en ce moment j’ai pas très faim le matin, expliquais-je avant de demander. Tu as un jus de fruits par hasard ?


Cela m’ouvrirait l’appétit en attendant qu’elle prépare le thé.



.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Chaotique
Points de vie : 14
Coups du Destin: 1
Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Messages : 798
Membre du mois : 11
Je crédite ! : (c) John (c) LBG
Localisation : Livingston ou en vadrouille !
Caractère : Impulsif, violent, têtu, séduisant, travailleur et organisé
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Indéterminée !
Autres comptes : Aaron Caron

Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Lun 4 Avr - 22:02



J’avoue, la présence de Damon m’avait manqué. Notre baiser langoureux me transporte dans mes souvenirs de notre nuit ensemble. Je ne pensais pas qu’il reviendrai, mais il s’agissait juste d’un manque de confiance. Je n’avais pas ce genre de problème avec mes ex, parce que je ne me sentais pas impliqué émotionnellement dans mes relations passées. Tout me semblait différent avec Damon. J’allais devoir apprendre à lui faire confiance, c'est pourquoi je prends l’initiative de m’excuser. Après tout, il m’avait dit que ce ne serait pas pour une nuit. Il avait tenu parole en revenant auprès de moi. Qu’il s’agissait de quelque chose de plus sérieux. Je m’étais écarté de lui, initié part mon estomac et ma faim.

Je sens la bonne odeur qui se dégage du sac. La petite boulangerie de mon quartier faisait du bon pain. Je salive d’avance. J’entends sa remarque sur mon haut, et le regarde rougissant légèrement. Je ne devrais pas me sentir mal à l’aise. Après tout, l’homme qui m’avait laissé ce t-shirt ne faisait plus partie de ma vie depuis plus cinq mois ; je trouve cela étrange de porter le haut d’un ex, et d’avoir Damon face à moi. Je n’avais pas envie de me justifier mais je ne voulais pas mentir non plus en donnant une justification bancale. Notre accord me l’interdisait.

Il y a peu de chance pour qu’il revienne le réclamer. – je n’avais pas encore fait le tri de mes affaires, et je risquais de retrouver encore quelques affaires de Ian. Peut-être devrais-je songer à m’en débarrasser ? C'est le genre de truc qui peut vite devenir énervant pour un mec. Moi, je serais énervé si je trouvais des affaires à chaque visite chez mon mec d’une ex-petite-amie. – du coup, tu n’auras pas à l’éliminer. Sinon, il y a une solution, je me débarrasse de ce t-shirt maintenant et tu me prête ta chemise pour éviter que j’attrape froid. – dis-je en plongeant mes prunelles dans ses yeux clairs, un sourire malicieux aux lèvres.

Je pourrais retourner dans ma chambre pour me changer, mais je ne dirais pas non de revoir le corps parfait de Damon. Je me retourne pour prendre un croissant dans le sac, et commence à dévorer la pointe. Du jus d’orange, j’avale le bout de croissant dans ma bouche avant de répondre.

Dans le frigo … - Je devais avoir du jus d’orange dans la portière du frigo. Je pose mon croissant sur une petite assiette. J’attrape ma bouilloire électrique, et rajoute de l’eau. Je réfléchissais de comment j’allais aborder la question de ses cauchemars de cette nuit ; je souffle avant de me lancer.

Cette nuit tu as parlé pendant ton cauchemar. Tu as parlé de sauver quelqu’un et d’un enfant. Est-ce que tu veux m’en parler ? - Je ne l’oblige à rien, mais j’avoue que ça reste perturbant. Je n’ai pas tout saisit mais l’essentiel m’intrigue. Je mets en route la bouilloire, et regarde Damon attendant sa réponse avec une certaine appréhension. Peut-être que ce n’était qu’un cauchemar, rien de plus.


avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Lun 4 Avr - 23:06

Le temps d’une soirée en compagnie du diable

 


Je me rendais compte en regardant Alice que je n’aimais absolument pas ce t-shirt qu’elle portait… et cela n’avait rien à voir avec le fait qu’il appartenait à un de ses ex. Je savais qu’elle plaisait et cela me ravissait davantage de l’avoir à mes côtés. Mais il fallait reconnaître que ce bout de tissu ne la mettait pas du tout en valeur ! Après, pour être honnête avec moi-même, je devais me rendre à l’évidence que l’idée que le mec qui avait porté ça débarque chez elle pour le récupérer ne me plaisait pas non plus.
Je menaçais d’ailleurs d’éliminer ce dernier s’il se pointait. Bien sûr, je plaisantais ! Mais au fond je ne savais pas comment je réagirais. J’étais impulsif ! Je ne m’étais jamais véritable attaché à une jeune femme et c’est ce qui était en train d’arriver ; du coup je me demandais quelles seraient mes réactions face à des types ou ex trop collant envers la jeune femme. Je n’aurais, bien sûr, la réponse que le moment venu.


En attendant, je contemplais les jolies jambes de la demoiselle qui humait avec intérêt le sac de viennoiseries. Cela me fit sourire tout autant que ses paroles. Déjà, je fus rassurer de savoir que l’inconnu ne reviendrait jamais récupérer ce t-shirt trop grand pour elle. Et je murmurais donc un « Tant mieux » amusé alors que la belle me proposa une idée qui m’avait effleuré l’esprit. Bien sûr, c’était sans la partie où je lui prêtais ma chemise mais cette solution m’allait aussi.
Avec un sourire tout aussi malicieux que celui d’Alice je m’approchais d’elle. Je posais mes mains sur le col de l’habit en plongeant mon regard dans celui de la jeune femme et je tirais d’un coup sec sur le tissu pour qu’il s’ouvre comme si le vêtement avait été une chemise. Me mordant la lèvre je posais mes mains sur ses hanches pour les laisser remonter sur sa poitrine alors que je l’embrassais de nouveau tout en enlevant le t-shirt massacré. Une chaleur douce et agréable m’envahit ce qui me motiva à déboutonner ma chemise. Puis je mettais fin au baiser et posais ma chemise sur les épaules d’Alice pour qu’elle l’enfile.


- Cache-toi vite ou je ne vais pas te laisser prendre de petit-déjeuner tranquillement, annonçais-je avec un clin d’œil avant de décliner la proposition de viennoiseries et de demander un jus de fruit. J’attendais que la belle ait fini sa bouchée pour me tournée vers le frigo en entendant sa réponse. OK !


Ni une, ni deux, je saisissais la bouteille de jus d’orange et récupérais un verre tandis qu’Alice s’occupait pensivement du thé. J’étais en train d’ouvrir la bouteille lorsque la belle poussa un léger soupir que je pensais dû au temps d’attente de l’action de la bouilloire. Mais je me trompais…
Je relevais la tête alors que je me servais en l’entendant dire que j’avais parlé cette nuit et le fait qu’elle me donner quelques détails des mots prononcés me fit verser le jus de fruit à côté.


- Fais chier ! m’énervais-je en attrapant une éponge alors qu’Alice me demandait si je voulais en parler. Désolé, commençais-je par répondre. Puis je nettoyais mes conneries, légèrement stressé, et en évitant de la regarder.


Pandore ! C’était le dernier sujet que je voulais aborder avec Alice mais il était le pire de tous à cacher… Le truc, c’était qu’il était dangereux de parler de cette histoire car je craignais qu’Alice ne découvre ma véritable nature… même si cela arriverait un jour ou l’autre ! Je préférais que ce soit le plus tard possible et à choisir, que ce soit moi qui lui avoue.
Je décidais alors de me servir de notre pacte. Je me débarrassais de l’éponge, glissais ma main dans celle d’Alice et ne lâchais plus son regard.


- Je pourrais te dire que ce n’était qu’un cauchemar mais on ne doit pas se mentir… En tout cas, je ne savais pas que je parlais en dormant, dis-je honnêtement en cherchant mes mots. Je ne pense pas que… Je préfère qu'on en parle une autre fois. Là, c’est pas le bon moment. … Je te dirais juste que c’est en rapport avec un événement de mon passé. Passé récent mais révolu que j’essaie d’oublier, précisais-je avec une légère pointe de culpabilité.


Au même moment la bouilloire siffla et j’en remerciais le destin mais je ne lâchais pas son regard… guettant la moindre des réactions d’Alice.
Cela m’ouvrirait l’appétit en attendant qu’elle prépare le thé.




.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Chaotique
Points de vie : 14
Coups du Destin: 1
Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Messages : 798
Membre du mois : 11
Je crédite ! : (c) John (c) LBG
Localisation : Livingston ou en vadrouille !
Caractère : Impulsif, violent, têtu, séduisant, travailleur et organisé
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Indéterminée !
Autres comptes : Aaron Caron

Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Mar 5 Avr - 11:54



Mon but premier n’était pas de provoquer Damon en portant ce t-shirt. Je pensais qu’il ne reviendrai pas. Ian ne m’avait pas appelé depuis des mois, et c'était très bien ainsi. Notre rupture ne s’était pas très bien passée, et j’admets que c'est de ma faute si ma relation avec lui était tombée à l’eau. Oublions-le et vite ! Parce que ce qui m’intéresse pour l’instant est l’approche de Damon vers moi. J’ai la gorge sèche et le cœur qui s’affole lorsqu’il plonge son regard dans le mien. L’avocat était joueur ce matin. J’ai un hoquet léger de stupeur, en entendant mon haut se déchirer avec violence. La force du geste enflamme mon corps, et je frisonne au contact de ses mains baladeuses. Je savoure son baiser qui s’intensifia. Mes mains se posèrent sur son torse viril, parcourant chaque parcelle de peau. Il enleva sa chemise pour la poser sur mes épaules. Je me passe la langue sur mes lèvres, quelque peu frustré.

C'est bon à savoir. – Dis-je un sourire espiègle aux lèvres.

Me laisser tranquille … j’en avais pas envie, et c'est avec un effort considérable que je reboutonne sa chemise, cachant ainsi ma nudité. Je pourrais toujours la faire tomber pour le rendre dingue un peu plus tard. Je regarde l’avocat ouvrir mon frigo et me concentre sur la préparation de mon thé. En m’occupant, je repense à cette nuit et aux paroles de Damon. Il avait parlé dans son sommeil. Les mots prononcés étaient assez perturbant mais ne présumait pas qu’il soit vrai. Ce peut-être tout aussi bien un rêve. Beaucoup de gens parle en rêvant, c'est un signe évident d’angoisse. C'est du moins ce que j’avais lu dans un magasine spécialisé sur la psychologie. Ne me jugez pas, c'est long d’attendre son tour chez le gynécologue. Damon fait un métier plutôt prenant.

Pourtant, je décide d’aborder la question, et pose mon regard sur lui. Je reste stoïque devant sa réaction. Le jus d’orange s’étale sur la table. J’aurais peut-être pas du l’interroger parce qu’il est clair qu’il est perturbé d’un seul coup. Il évite mon regard, ce qui rend l’échange difficile. Une angoisse sourde m’envahie. J’ai cette petite voix qui me dit de pas m’inquiéter et pourtant. Damon s’approche, et me prends la main ce qui ne fait qu’accentuer mon angoisse, et cette envie irrésistible de l’interroger. C'est encore pire alors qu’il m’explique que ses rêves on un rapport avec son passé. Fichu accord !

Ok – Dis-je avec difficulté.

S’il ne voulait pas m’en parler, je ne pouvais pas l’y forcer. Il n’y a pas à dire, notre couple semble être bercé dans les secrets. Beaucoup dirons que ce n’est pas très sain pour un début relation. D’un autre côté, cet accord m’arrange bien également. Ce qui n’est pas évident étant donné que je suis particulièrement curieuse, et je n’aime pas rester dans le flou. Je fis un sourire pincé à Damon avant de me retourner. En évitant son regard, j’éviter ainsi de lui montrer que malgré tout j’étais contrariée. Je me concentre sur mon thé, versant l’eau chaude dans deux tasses, et les apportes à table. Avant de m’installer j’apporte également une boite à thé, le sac avec toutes les bonnes saloperies de la boulangerie, le sucre, et différentes choses pour un petit déjeuner copieux.

Le cul sur ma chaise, ma petite assiette avec mon croissant devant moi, je regarde Damon. Je le scrute comme si j’essayais de deviner ses pensées. Je souris à l’avocat dés qu’il pose son regard sur moi. Il était beau, et son sourire avait le pouvoir de me torde le ventre dans une infinie douceur. J’en n’oublie mes questions … enfin pour l’instant. Tôt ou tard, nous allons devoir en parler. Pour l’instant, je savoure cette matinée tranquillement. Je bois mon thé à aux jasmins, et termine mon croisant en le mangeant petit bout par petit bout.

Est ce que tu aurais le temps pour que je passe te voir dans la semaine ? Je fournis des bars à Glasgow, je pourrais venir faire un saut à ton bureau … - proposais-je en me passant la langue sur ma lèvre. – je n’aurais pas beaucoup de temps mais ce sera l’occasion de se voir, et je te promets d’arriver de façon civiliser … par contre je te garanti pas que je resterai sage dés que la porte sera fermé … - ajoutais-je avec un clin œil.

Oh non … rester sage va se révéler très compliqué. J’avais envie de lui, d’être avec lui. Brusquement mon téléphone fixe sonne. Je le laisse faire, n’ayant pas envie de répondre. Je préfère rester concentré sur Damon, et l’éventualité de lui débarrasser de son pantalon. Mon répondeur pris le relais, et là … la voix de ma mère s’élève … Une voix douce, désinvolte et ferme à la fois ; « Alice Meredith Keane … tu as oublié de me rappeler. Avec tous ce qui se passe en ce moment en Ecosse. Tu ne peux pas ne pas me rappeler. Songe à mon petit cœur. … » Sa voix se fit faussement dramatique d’un seul coup « Fille indigne … mes cartes mon révélées que … » c'est le moment que je choisis pour me précipiter sur mon répondeur et débrancher mon fixe. *Désolé maman* songeais-je. Je regarde Damon avec un sourire crispé.

Je la rappellerai plus tard … - Pas besoin de lui expliquer qu’il s’agissait de ma mère. Je m’approche de Damon, marchant de façon féline, et pose mes mains sur son torse nu. – Où en étions-nous ? – lui demandais-je en espérant qu’il oublie ma mère hystérique et ses divagations. En plus, on s’était appelé hier. Je préfère me concentrer sur Damon, ses beaux yeux clairs, ses lèvres gourmandes et ses bras musclés. Pour le reste, je verrais demain.


avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Mar 5 Avr - 18:35

Le temps d’une soirée en compagnie du diable

 


Non… Vraiment ce t-shirt ne me plaisait pas et il ne fallu pas qu’Alice me répète deux fois sa solution pour s’en débarrasser. Bien sûr elle n’avait sûrement pas en tête de le déchirer mais je m’assurais ainsi qu’elle ne le porterait plus. Il irait directement à la poubelle ou servirait de chiffon. Peu importe. Cependant, je ne m’attendais pas à ce que cette action ait autant d’effet sur ma personne. Mais le corps si désirable d’Alice m’attirait comme un aimant et mes mains lui offrirent quelques caresses qui firent de nouveau naître un agréable désir en moi. Cependant, à contrecœur et sans rien laisser paraître je libérais la jeune femme de mon étreinte pour la laisser prendre son petit déjeuner.
Je me contentais de sourire à ses propos avant de lui demander à boire quelque chose de frais. L’esprit encore occupé par la vision sensuelle de la jeune femme je fus surpris par ses paroles concernant mon cauchemar. Quelques mots avaient suffit à me désarçonner puisqu’il concernait la dernière chose dont j’avais envie de parler avec elle. Ma maladresse le lui prouva sûrement et je ne sus pas vraiment quoi répondre. Une voix suave s’insinua dans mon esprit et les paroles de Pandore furent digne d’elle…


Et bien bel apollon ! Dis-lui donc que tu as rêvé de ton ex-amante qui n’était autre que la plus merveilleuse et sensuelle SD. N’oublie pas de lui préciser que notre enfant à naître et moi-même sommes morts par ta faute !


Je me concentrais alors sur le jus d’orange à nettoyer en me répétant mentalement que cela n’avait rien de réel… Mon esprit me jouait des tours et me donnait l’impression d’entendre la semi-démone ! Je n’étais pas vraiment certain que cela soit rassurant puisque ça laissait à penser que je devenais cinglé. Ouais ! C’était peut-être ça, d’où les changements de personnalité. Mais en regardant Alice, je ne pus me résoudre à croire cette hypothèse et je chassais ces idées pour lui répondre…
Du moins je lui faisais comprendre que je ne pouvais pas lui répondre. Le truc c’est que je remarquais que ma réponse ne sembla pas lui plaire. Je comprenais parfaitement pourquoi et je ne savais pas vraiment quoi faire pour qu’elle oublie cette discussion et surtout ces questions. C’était impossible bien sûr mais j’espérais quand même ! Puis ce fut plus fort que moi… Alors qu’elle me tournait le dos pour préparer le thé, je reprenais la parole.


- Je suis sûr que tu as pensé que je n’étais pas quelqu’un de bien la première que l’on s’est vu, déclarais-je spontanément en fixant son dos, et tu n’auras pas eu tort. Je marquais une pause. Cette partie de ma vie je la mets doucement derrière moi et il est vraiment trop tôt pour qu’on en parle. … Mais… mais on a le temps non ? demandais-je alors qu’elle finissait d’amener le petit-déjeuner sur la table.


Installé devant ma tasse de thé, je me demandais si mes paroles avaient rassuré la belle ou fait naître de nouvelles questions. Mon regard se posa sur elle et je lui souris… Elle était magnifique ! Un peu plus à chaque fois que je la regardais…
Je remarquais ensuite que je ne m’étais finalement pas servi de jus d’orange et je gouttais au thé fumant. Même si ce n’était pas mon truc, je le trouvais plutôt bon et j’attrapais un mini croissant aux amandes lorsqu’Alice me demanda si elle pouvait passer me voir cette semaine au cabinet.
Je ne pus m’empêcher de sourire à cette nouvelle et je hochais la tête de façon positive alors que je venais de mordre dans ma viennoiserie. Ma dégustation permit à la jeune femme d’ajouter quelques commentaires amusants et surtout très intéressants pour les derniers.


- Je n’ai plus d’assistante ! Du coup tu ne risque plus d’effrayer grand monde en débarquant comme une tornade, répondis-je amusé. Et je ne pense pas pouvoir être sage en ta compagnie, avouais-je en souriant avant de me remémorer la semaine qui m’attendait. J’ai des audiences demain et mardi mais le reste de la semaine je serais au cabinet. J’ai pas mal de dossiers à étudier et peu de rendez-vous, me rappelais-je. Donc, c’est quand tu veux !


Je me taisais au moment même où son téléphone fixe sonnait mais Alice ne sembla pas vouloir décrocher et son répondeur prit la relève. Une voix de femme se fit entendre et je souris à celle qui me faisait face en entendant son deuxième prénom. Puis je fus très vite intrigué par les derniers propos interrompus de la mère d’Alice… Je fronçais les sourcils alors qu’elle m’expliquait qu’elle la rappellerait.
Je la regardais se rapprocher de moi d’une manière séduisante et lui adressais un sourire lorsque ses mains devinrent baladeuses. Cependant, je ne répondais pas à sa question…


- Ses cartes ? répétais-je en posant mes mains sur les hanches d’Alice. Ta mère est voyante ? demandais-je intrigué.


J’étais curieux, certes, mais cela n’avait pas empêché mes mains de doucement descendre pour caresser les jambes de la jeune femme…



.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Chaotique
Points de vie : 14
Coups du Destin: 1
Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Messages : 798
Membre du mois : 11
Je crédite ! : (c) John (c) LBG
Localisation : Livingston ou en vadrouille !
Caractère : Impulsif, violent, têtu, séduisant, travailleur et organisé
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Indéterminée !
Autres comptes : Aaron Caron

Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Juste le temps d'un soirée? ou plus si affinité? [juliette]
» Un "nous" le temps d'une soirée llElisa/Alaric
» [Flashforward] Le temps d'une soirée ☼ Kenneth
» Soirée à l'opéra Garnier...
» La compagnie Gildan ira-t-elle en Haiti ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Edimbourg
 :: Le Centre-Ville
-
Sauter vers: