AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
MessageSujet: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Ven 11 Mar - 10:02

19 Mai 2018

    Je regarde l’horloge de mon four. J’ai un léger retard pour mon rendez-vous de ce soir. J’essaye de retrouver ma seconde paire d’escarpin. Bordel. C'était bien le mot. Mon appartement ne ressemblait à rien, il y avait des papiers partout, des vêtements et je ne parle pas de ma cuisine. Avec ce qui s’était passé à la soirée de la Lune Bleu, j’avais mis de côté pas mal de chose, dont le rangement de mon espace vital. Où est cette fichue chaussure ? Outre le fait que je mettais pris un coup au visage par un vampire, dont ma joue garde encore un petit bleu persistant, j’étais choqué par les derniers évènements de la nuit. Les loups-garous ne méritaient pas se qui leurs étaient arrivés. Les vampires étaient certainement derrière tout ça. Qui d’autre ? Franchement, ils sont ennemis depuis si longtemps qu’il ne peut que s’agir d’eux. Où les humains peut-être ? Je me prenais trop la tête alors que cette histoire ne devrait pas me toucher. Après tout, je n’étais pas l’une des leurs mais je connaissais certains entre eux : Je pensais à Peter, Roxane, … Malcom. Mon cœur se sert lorsque je pense à eux. Je ne devrais pas, mais c'est tout de même le cas.

    Je repasse dans ma chambre qui semble relativement épargné. Aucun champ de bataille, juste un pull qui reste tranquillement sur mon lit. Je me regarde dans le miroir. Ma joue est teintée d’un petit bleu qui est légèrement estompé par ma poudre de soleil. J’espérais qu’il n’y aurait pas trop de lumière au restaurant. C'est moyen, moyen que d’arriver avec ce genre de blessure sur le visage pour un rendez-vous professionnel. Qu’est-ce qu’allait penser Damon ? Ce n’était pas sérieux. Malgré tout, je reste jolie dans ma robe noire qui m’arrive à mi-cuisse. Mon décolleté cache cœur mettait en valeur ma poitrine, et le bas était légèrement vaporeux. Le genre de robe où l’on doit constamment calculer la force du vent. Un coup, et les passants pourront avoir un accès direct sur ma culotte en dentelle bleu nuit.

    Je ne m’étais pas senti aussi nerveuse pour un rendez-vous depuis longtemps ; Pourtant, il s’agissait juste d’un rendez-vous professionnel. J’allais signer des papiers, manger, boire et rentrer chez moi. Bon, je signe tout de même avec Damon. Le type est arrogant, trop sûr de lui, pollueur avec sa voiture de sport et terriblement sexy. J’uis prête. Enfin, presque dés que j’aurais retrouvé mes fichus chaussures.

    Chaussure au pied, manteau sur le dos, je file à ma voiture qui bien sûr ne démarre pas. Bordel. Le cosmos est contre moi ce soir. J’appelle en urgence un taxi qui passe me prendre et me conduit au restaurant. Nous avions eu du mal à trouver une date, et lorsqu’on s’était mis d’accord et que de toute manière s’était moi qui lui avait proposé de l’inviter à diner, j’avais choisis le restaurant. Un nouveau restaurant de fruit de mer qui avait ouvert récemment au centre d’Edimbourg. En entrant, une femme m’accueille en me débarrassant de ma veste militaire qui jurait avec ce que je portais. J’aperçois Damon à une table un peu en retrait. Je lui fais signe de la main, le temps de remercier la jeune femme. Il était vraiment très beau et encore plus avec cette barbe de quelques jours. Ça le rendait encore plus sexy que d’ordinaire. Cette soirée allait être une véritable torture. Génial ! On ne touche pas Keane ! Je replace une mèche de mes cheveux qui me tombe sur le visage derrière mon oreille. Pour les circonstances j’avais attaché mes cheveux en un chignon qui se voulait strict, mais c'est impossible. Il était en bataille, et plusieurs mèches rebelles me tombèrent dans mon cou.

    Bonsoir … désolé pour mon retard ! Ma voiture est tombée en panne … - Expliquais-je en lui adressant un sourire. – Vous avez déjà commandé quelque chose ?

    S’il avait faim, il était normal qu’il commande vu mon retard. Je m’installe à la table légère et plutôt contente d’être là.

avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Dim 13 Mar - 0:51

Le temps d’une soirée en compagnie du diable

 
Encore courbaturé, je laissais l’eau chaude propulsée par le jet de douche couler le long de mon dos… Je veillais à ce que mon pansement se trouvant sur mon flanc gauche ne soit pas trop mouillé. Mais entre nous c’était un échec quasi-total ! Idem pour celui que je portais au bras gauche. Je soupirais ! Cette soirée du 15 mai avait laissé des marques et j’avais même failli y rester ; ou pire, j’aurais pu me faire arrêter. Depuis cette nuit là j’étais un peu dans le flou même si j’avais recommencé à bosser dès le 17. Je n’avais pas voulu éveillé les soupçons. C’était grâce à ce genre de mesures préventives que je maintenais ma couverture ! Et maintenant que je bossais aussi avec la PES il fallait que je sois davantage vigilant. Mais très vite je chassais toutes ces pensées déprimantes pour me concentrer sur la soirée qui m’attendait. Un sourire apparu sur mes lèvres ! Pas un carnassier comme c’était souvent le cas lorsque j’avais un rendez-vous… non ! C’était un sourire franc et naturel. Une chose rare en soit ! Pourtant j’avais eu le même en lisant le message d’Alice lorsqu’elle m’avait donné rendez-vous. J’avais d’ailleurs immédiatement répondu ce qui n’était pas dans mon habitude ! Une chance pour moi elle ignorait ma façon ‘‘normale’’ de me comporter avec les gens en dehors du boulot.
Sortant de la douche, je me séchais et je décidais de m’occuper de mes pansements avant d’envisager de me raser. Ces derniers jours j’avais transformé ma barbe hirsute de la soirée en une barbe de deux trois jours bien taillée. Cela m’allait plutôt bien au final… mais je la raserais avant de partir. Du moins c’était dans mes projets ! En effet il me fallu plus de temps que prévu pour me faire mes soins et je décidais donc de garder ma barbe. Édimbourg n’était pas la porte à coté et je devais encore m’habiller. Une serviette autour de la taille j’observais mon dressing. Je ne voulais pas mettre de costume ! Le rendez-vous était peut-être professionnel mais, bizarrement, je n’avais pas envie que cela soit le cas. Surprenant n’est-ce pas ! Alice me rendait différent… Après tout, n’était-elle pas la seule personne que j’ai aidé sans contrepartie ?!

Après une vingtaine de minutes j’avais enfilé un pantalon noir assez classe, une chemise grise que dissimulait une veste en cuir noire. Je vérifiais l’heure sur mon portable et j’optais pour une paire de chaussures de ville noires avant de rejoindre mon coupé sport. L’assise me parut moins confortable qu’à l’ordinaire à cause de ma blessure mais cela ne m’empêcha pas de rouler à vive allure ! Je trouvais la vitesse grisante et elle me donnait l’impression d’être davantage en vie. En moins d’une heure je me retrouvais donc assis à une table en attendant la demoiselle. J’avais d’ailleurs demandé à changer de place pour un coin plus intime… Cependant, il n’y avait pas le moindre signe d’Alice un moment d’attente !
J’hésitais à lui envoyer un message mais ce fut à cet instant qu’elle arriva. Un sourire sincère et charmant naquit sur mon visage lorsqu’elle m’adressa un signe de la main et je me levais en la voyant arriver. Alors qu’elle prenait la parole pour s’excuser je ne pouvais m’empêcher de constater, une nouvelle fois, à quel point elle était charmante. Mais je ne passais pas à coté d’une légère marque sur son visage qu’elle avait habillement dissimulé avec du maquillage. Cependant je ne faisais aucune remarque à ce sujet.



- Bonsoir ! Vous auriez dû m’appeler, je serais venu vous chercher, dis-je tout naturellement en reprenant place alors qu’Alice s’installait. Et non, je n’ai rien commandé pour le moment. Même les avocats savent se montrer galants et patients, plaisantais-je. Je marquais une pause et souriais à la demoiselle alors que la serveuse venait demander si nous voulions un apéritif. Un Whisky Sour pour moi…


Je laissais ensuite la jeune femme choisir en espérant qu’elle voulait bien prendre un apéritif avant de commencer. Je ne lui avais pas demandé ! Je m’adressais à elle dès que la serveuse fut partie.


- J’espère que je n’ai pas été trop prompt à répondre concernant l’apéritif ! déclarais-je en la fixant avant d’ajouter sans crier gare et avec un sourire. Est-ce que cela vous dérangerait si je vous tutoyais ?


Personnellement je n’avais pas envie de continuer à la vouvoyer mais je ne voulais pas qu’Alice le prenne mal. Étonnant me direz-vous quand on savait qu’habituellement je me fichais de déranger ou non les gens !






.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Chaotique
Points de vie : 14
Coups du Destin: 1
Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Messages : 798
Membre du mois : 11
Je crédite ! : (c) John (c) LBG
Localisation : Livingston ou en vadrouille !
Caractère : Impulsif, violent, têtu, séduisant, travailleur et organisé
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Indéterminée !
Autres comptes : Aaron Caron

Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Dim 13 Mar - 15:35

    Ma voiture était tombée en panne, une nouvelle fois, alors qu’elle avait tenue le choc de mon incapacité de l’entretenir correctement depuis des années. Je pourrais m’en racheter une. Faire un crédit, et m’offrir une voiture hybride ou tout électrique. Mes comptes sont bons mais ce n’est pas encore glorieux. Il me faudra encore quelques semaines pour pouvoir respirer. C'est tout de même une bonne nouvelle, et c'est grâce à Damon. J’ai toujours cette sensation qu’il va me balancer une demande de contrepartie et faire disparaître mon sourire. Méfiante ? Un peu. Je connais peu d’homme qui aurait eu la gentillesse de m’aider alors qu’au départ, il était là pour me foutre dans la merde. Lorsqu’un homme se montre gentil avec moi, c'est avec l’envie de me mettre dans son lit. Je n’ai pas envie d’y songer. Il me plaisait, malgré les premiers sentiments plus que négatif que j’avais eu à son encontre. Puis, nous étions à un rendez-vous professionnel, même si le cadre plutôt intimiste suggère autre chose. Je devais garder en tête que ce diner n’avait rien à voir avec un rancard. Je pouvais le faire, même si ce n’est pas facile avec le sourire qu’il affiche.

    Vu comment vous conduisez … un taxi fut ma meilleure option

    Le taquinais-je avec un petit sourire en coin alors que j’étais bien installé à table. Le tacle sur ce sujet était très facile ; Il conduisait une voiture de sport, et savait comment m’énerver. Il avait juste à faire grincer les pneus de son bolide. Nous étions différents sur certains points mais ça rendait les échanges intéressants. Une serveuse se présenta à nous et nous demanda si nous voulions un apéritif. Damon commande un whisky … quant à moi, je réfléchis un instant. Je n’avais pas prévu de prendre un apéritif mais pourquoi pas ! C'est toujours agréable de commencer de cette façon un diner. Je regarde la carte des vins, laissant la serveuse un peu dans l’attente. Je lui commande un verre de Chablis et la regarde s’éloigner. Nous étions seuls. Je relève le nez sur l’homme lui adressant un sourire. Il était beaucoup plus courtois que dans mon souvenir.

    C'est parfait. J’aime bien commencer un diner par un apéro … - Le rassurais-je. – Non, ça ne me dérange pas. Au contraire.

    C'est une mauvaise idée d’accepter. Le vouvoiement permet de mettre une certaine barrière entre nous. Le cadre professionnel peut exister même avec le tutoiement, je ne devrais pas paniquer pour si peu. Et pourtant. Gabriel m’a dit de prendre mon temps, de faire attention. Je n’avais peut-être pas envie de faire attention. Juste de me laisser aller, et de profiter de cette soirée sans trop me prendre la tête. Ce qui n’est jamais très évident me concernant.

    La barbe te va bien.

    Un compliment. Je sais. Là ce n’est pas une barrière que j’ai laissé tombée mais un mur. Je n’aurais pas du mais c'était sorti tout seul. Dés que je l’avais vu, il m’avait plût. J’ai toujours eu tendance à dire ce qui me traversait l’esprit. Je m’expose sans me soucier des conséquences. C'est après que je dois rattraper mes erreurs. Ici, je n’en avais pas envie. Je garde le nez baissé sur ma fourchette, et joue nerveusement avec les pointes. Allez un peu courage Keane !

    Tu as beaucoup de boulot en ce moment ? – Demandais-je en levant mon regard vers lui. - On a eu tellement de soucis pour trouver une date, que je suppose que tu dois être très occupé – Pour expliquer ma question. – Tu travailles sur des affaires intéressantes ?

    Curieuse ? Un peu. Parler de choses banales me permet d’être moins nerveuse. Normalement, je ne devrais pas me sentir mal à l’aise. Pourtant, dés que mon regard se pose sur lui, j’ai du mal à ne pas être troublé. Il faut que je reprenne le contrôle.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Lun 14 Mar - 1:07

Le temps d’une soirée en compagnie du diable

 
La soirée était aussi étrange que curieuse… Elle n’avait rien à voir avec tout ce que j’avais pu connaître jusque là et je devais reconnaître que j’aimais ça ! Je me réjouissais de l’inattendu que ce moment passé au restaurant engendrerait. Habituellement, je savais dès le départ à quoi m’attendre lorsque je dînais avec une jeune femme… et d’ailleurs, première différence, c’était moi qui invitais. C’était également moi qui jouais le chauffeur et non pas un taxi professionnel. J’annonçais d’ailleurs à Alice que cela ne m’aurait pas déranger devenir la chercher lorsqu’elle m’annonça que sa voiture était tombé en panne. Je savais parfaitement où elle vivait !
Je grimaçais légèrement et fis mine, de manière discrète, d’être touché en plein cœur lorsqu’elle me lança sa pique concernant ma façon de conduire. Et voilà ce qui arrivait lorsque je me montrais gentil ! Je lui adressais un léger sourire…



- Touché en plein cœur alors que je me montre gentil, déclarais-je faussement attristé. Et je conduis très bien… La preuve en est que ma voiture ne refuse pas de démarrer, la taquinais-je. Cela étant dit je connais un garagiste qui pourrait jeter un coup d’œil à la vôtre. Un sourire mystérieux apparu sur mon visage. Si vous acceptez un jour de faire une virée dans ma voiture ! Je vous promets de ne pas vous tuer.


Depuis toujours nous ne faisions que ça… nous taquiner ! Cela n’avait pas été toujours aussi gentil et je devais reconnaître que les torts étaient pour moi. Ma nature voulait que je ne sois pas quelqu’un de bien et je ne l’avais clairement pas été lors de nos premiers échanges. Cependant, le charme et la combativité de Mademoiselle Keane m’avaient surpris… Et ce, à un tel point que je l’avais aidé. Je ne le regrettais absolument pas ce qui était encore plus étonnant. Il y avait quelque chose chez la jeune femme qui m’attirait et cela était bien au-delà de mes habituelles attirances physiques. Non, il y avait autre chose ! Mais quoi ?
Après avoir commandé mon apéritif j’observais Alice hésiter en lisant la carte des vins et je me demandais quelle était cette fameuse différence. Je ne remarquais même pas les regards insistants de la serveuse à mon égard. Ne trouvant aucune réponse à mes questions je souris à la charmante jeune femme en face de moi qui n’était pas contre un apéritif et le tutoiement.

Tout était parfait ! Je n’avais pas envie d’avoir l’impression d’être encore au boulot même si, en théorie, c’était le cas. Je devais reconnaître que j’avais un peu de mal à me faire à cette idée lorsque je regardais Alice. Je ne l’avais jamais vu si élégante et je la trouvais déjà séduisante en temps normal… Et que dire quand elle s’énervait ? Elle était craquante ! Mais je m’égarais d’une façon qui ne me ressemblait guère et c’est sûrement pour cela que son compliment me laissa sur le cul. Je m’attendais même à un tacle juste derrière mais celui-ci ne vint pas.



- Merci ! Mais je ne suis pas certain de faire le poids face à toi… Tu es charmante, déclarais-je tout en pensant *comme toujours !*


J’allais lui demander comment allait les affaires même si les échos que j’en avais eus étaient bons. Je n’espionnais pas la jeune femme, je me contentais d’être sûr que ses problèmes se réglaient. Cependant, je ne pus rien lui demander puisqu’elle m’interrogea sur mon boulot.


- C’est vrai que j’ai cru que ce dîner ne se ferait jamais, avouais-je amusé. Et pour mes affaires je n’en ai pas plus que d’habitude, c’est juste que j’ai décidé de varier mes clients. Je marquais une pause pour fixer la jeune femme qui serait sûrement étonnée par la suite. J’ai proposé mes services à la PES pour aider les victimes ainsi que leur famille et cela a engendré pas mal de démarches.


Ne faites pas cette tête ! Oui, je bossais bel et bien gratuitement pour aider les victimes et leur famille sans tenir compte de leur nature ou de leur richesse… enfin, je devrais dire pauvreté pour la plupart. J’aurais pu avoir ce déclic lors de la proposition de Sam et la blonde mais j’y avais déjà songé avant… Juste après avoir aidé une personne ! Personne qui se trouvait en face de moi ce soir.


- Et de ton côté… Mon très cher client le banquier a enfin décidé de te laisser tranquille ?


Je me rendais compte que j’avais posé cette question pour la forme car j’avais plutôt envie qu’elle me parle d’elle et non pas de ses affaires.







.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Chaotique
Points de vie : 14
Coups du Destin: 1
Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Messages : 798
Membre du mois : 11
Je crédite ! : (c) John (c) LBG
Localisation : Livingston ou en vadrouille !
Caractère : Impulsif, violent, têtu, séduisant, travailleur et organisé
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Indéterminée !
Autres comptes : Aaron Caron

Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Lun 14 Mar - 14:27

    Du contrôle. J’ai besoin de reprendre le contrôle. Je me laisse souvent embarqué par mes émotions, ce qui m’entraine inexorablement dans des histoires à la con. Cette fois-ci, je me contrôle comme pour Malcom. On ne touche pas. Bon Malcom est dangereux. Damon est charmant. C'est mort, je lui trouve déjà des excuses pour ne pas suivre mes propres règles. J’uis faible, et s’il continue à me regarder comme ça je crois que je vais fondre. Bordel.

    Je suis certaine que votre cœur s’en remettra. – Lançais-je amusé. La plupart de mes rancards (bien que celui-ci n’est censé ne pas en être un) avaient le goût de la platitude. Ce qui n’était pas le cas en ce moment même. J’hausse les épaules faisant semblant d’être vexé. J’adore ma voiture, et je suis sûr que j’aurais du mal à la remplacer. – Je ne suis pas sûr que votre garagiste puisse faire grand-chose et elle fait juste la tête. D’ici quelques jours, elle redémarra comme si de rien n’était - Ah l’espoir ! J’ai toujours eu tendance à voir ma voiture comme un être à part, vivant. On en avait vécue des choses toutes les deux. Il allait me prendre pour une folle. Je lève mon regard noisette sur l’avocat. – Cette simple promesse ne suffirait pas à me tenter monsieur Black. A moins que vous m’y traîniez de force !

    Ma voix se fit provocatrice. Bordel ! C'était sorti spontanément sans que je puisse y réfléchir avant. J’imagine très bien Damon me plaquer contre sa voiture, des baisers fiévreux pour me tenter d’entrer dans sa voiture. La galère ! Je jouais avec le feu, alors que c'est n’était pas mon but premier. J’étais là pourquoi encore ? Ah oui, le remercie de m’avoir aidé. Nous avons une relation professionnelle, un point c'est tout. Il me complimente, et je sens mes joues devenir rouge. Comment voulez-vous que je me concentre ? Je joue de plus belle avec la pointe de ma fourchette, ce qui me permet d’une certaine façon de rester calme.

    Il me parle de son boulot, ce qui m’aide à garder le contrôle. Je fronce les sourcils étonnée par ce qu’il m’annonce. Il aide la PES sur des dossiers de victimes. Si je m’attendais ! Je n’aurais jamais cru qu’il pouvait se montrer aussi généreux. C'est assez surprenant.

    C'est une très bonne initiative ! Avec les récents évènements, toutes les aides sont bonnes à prendre. - Dis-je en repensant à Roxane, Malcom, Peter et la jeune Savannah. Je souffle d’aise, tout en répondant à sa question. – Oui … je n’ai plus de nouvelle de ma banque. En tout cas pour l’instant, et les huissiers ont arrêtés de passer chez moi à l’improviste. Ce qui est une bonne chose, parce que sinon, je crois qu’à force j’en n’aurais balancé un par ma baie vitrée. Je te remercie pour tout ce que tu fais pour moi.

    Je n’avais pas pris le temps de le remercier. Ou peut-être que si, mais je voulais qu’il sache que son initiative me touchait. Damon cachait bien son jeu ; Il n’était pas aussi centré sur lui-même que je l’aurais cru. Etrange. Surprenant. Pourtant, mon instinct continue à me lancer des avertissements lumineux. Attention danger ! Je n’avais pas envie d’écouter. J’avais juste envie de me plonger dans son regard envoûtant. La serveuse arrive avec nos verres. Elle pose mon verre de vin blanc, et se tourne sur Damon pour lui remettre son whisky en le dévorant des yeux ; Je sens mon sang ne faire qu’un tour dans mes veines. Je grimace sur le coup. D’un autre côté, nous n’étions pas un couple. Il avait le droit de ce faire draguer par n’importe quelle femme que ça me plaise ou non.

    Vous souhaitez autre chose ?
    Demanda-t-elle d’une voix suave en regardant Damon. Je le laisse répondre, légèrement amuser par l’attitude de la demoiselle. Et un peu contrarié. Si elle se comportait de la sorte toute la soirée, ça allait vite m’énerver. J’avais l’impression d’être invisible. Je tourne mon visage sur les autres tables. Un homme aux teints mâte, style italien me regarde intensément, et m’adresse un sourire. Pas si invisible que ça ! Je me détourne rapidement, préférant largement Damon. Lorsque la serveuse s’éloigne enfin, je lance en essayant de garder une voix légère et amusé :

    Tu lui fais de l’effet, si ton charme peut m’avoir une ristourne sur l’addition ce serait vraiment cool.
    Oui, parce que bon … c'est moi qui l’invite et même si mes finances vont mieux je continue à faire attention. On trinque et je bois une bonne gorgée. Le vin était bon, et l’homme appétissant.
    Pourquoi as-tu décidés d’aider la PES ? Qu’est ce qui t’as motivé ?
    J’étais intrigué, et j’avais envie d’en savoir plus. Je croise mes jambes, le coude sur la table, mes doigts jouant avec une mèche de mes cheveux. Comme d’habitude j’étais curieuse.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Mer 16 Mar - 0:08

Le temps d’une soirée en compagnie du diable

 
J’appréciais chaque seconde de ce début de soirée et j’en oubliais même mes blessures qui m’avaient tiraillé toute la journée. Peu m’importait les piques que la belle me lançait… C’était ce qui faisait son charme et j’étais réellement ravi d’être en sa compagnie. J’avais pensé que le manque d’intimité d’un restaurant me dérangerait mais ce n’était finalement pas le cas ! J’étais bien et serein.
C’était sûrement ce qui rendait Alice dangereuse… Bizarrement, elle parvenait à faire ressortir le côté humain de ma personne pour mettre en veille celui de semi-démon. Et entre nous, j’aimais presque ça. Non, c’était même sûr.



- Si vous êtes certaine qu’il s’en remettra c’est que vous pensez finalement que j’ai un cœur, déclarais-je amusé. Je me souviens très bien que vous aviez prétendu le contraire. Je remonte dans votre estime ! continuais-je en souriant.


J’écoutais ensuite attentivement la jeune femme lorsqu’elle parlait de sa voiture… Cependant je devais reconnaître que son adorable moue boudeuse m’avait quelques peu déconcentré. Il n’y avait pas à dire, Alice était vraiment craquante et cela n’était finalement pas plus mal que nous soyons dans un restaurant.
Je ne pus ensuite retenir un léger rire lorsqu’elle la belle me fit presque une proposition. Car c’est comme ça que je le voyais et ce que j’imaginais me donna réellement envie de l’amener faire un tour mais aussi de goûter à ses lèvres parfaites et pulpeuses. Reprenant vite mes esprits, je répondais du tact au tact…



- Intéressant ! Serait-ce une proposition ? demandais-je avec un sourire séduisant. Mais je ne m’attardais pas plus longtemps sur ce sujet qui avait tendance à m’égarer. Pour votre voiture je n’y crois pas… Un de vos beaux sourires suffirait à la faire cesser de bouder ; j’en suis certain ! Je marquais une légère pause. Par contre, concernant le fameux garagiste, il fait réellement des miracles. C’est lui qui a gardé en vie ma première voiture qui s’apparentait plus à une épave ! Ses tarifs sont très respectables et il accepte les paiements en plusieurs fois… pour les amis !


Pour les tarifs je n’avais pas menti mais pour le paiement en plusieurs fois, si. Cela étant dit, même si Alice allait faire réparer sa voiture là-bas elle ne le saurait jamais. Il me suffirait de payer la facture en une seule fois et Jensen me rendrait les sommes qu’Alice lui verserait par la suite… Par les démons de l’Enfer ! Voilà que je prévoyais d’éventuellement aider Alice et sans le lui dire. Un ange n’aurait pas fait mieux !
Le truc c’était que je ne m’en rendais pas vraiment compte et je complimentais la jeune femme à mon tour et en toute sincérité. Je lui parlais ensuite de ma surprenante association avec la PES qui sembla l’étonner et je lui demandais si mon ancien client l’avait enfin laissé tranquille. Je hochais la tête avec sérieux lorsqu’elle évoqua les événements pour lesquels mon groupe était responsable puis un sourire apparu ensuite sur mon visage en entendant sa réponse et la mienne fut spontanée et sincère.



- Il n’y a pas de quoi, répondis-je à son remerciement. Après, du moment que tu envisageais de balancer un des ces types et non toi par la fenêtre, y’a rien de grave. Les huissiers sont remplaçables… Y’en a des tas ! Mais ce n’est pas ton cas.


Ces paroles si sincères me surprirent moi-même mais je n’eus pas le temps de le laisser paraître car la serveuse revint de nouveau vers nous. Je la laissais faire son boulot alors que je souriais à Alice. Je remarquais que quelque chose sembla la faire tiquer sans que je ne sache quoi et je ne pus y réfléchir puisque la serveuse s’adressa à moi.
Je répondais à cette dernière d’un ton neutre.
« Non merci ! Nous choisirons notre plat après. » Elle murmura un « Très bien » d’une manière on ne peut plus sensuelle et c’est sûrement ce qui expliqua les propos d’Alice.


- Ah bon ? dis-je en regardant de nouveau vers la serveuse. Puis je souris mystérieusement avant de reprendre la parole en fixant Alice dans les yeux. Ou alors je paie l’addition et c’est à toi que je fais du charme ? Cette optique est beaucoup plus plaisante… déclarais-je avec un clin d’œil.


Pour sa question concernant la PES je ne savais pas vraiment quoi répondre et je prenais quelques secondes pour observer la jeune femme et ses adorables mimiques…


- Je ne sais pas vraiment… ça doit être un tout ! Mais j’ai proposé mon aide après avoir entendu parlé d’un procès perdu par une famille de victime. L’affaire aurait pu être gagnée facilement si l’avocat n’avait pas été un incompétent bon marché. Ça aurait pu en rester là mais j’ai croisé la directrice de la PES au même moment et mon impulsivité m’a poussé à l’interpeller au sujet des avocats qu’ils recommandaient aux victimes, avouais-je avec un sourire. Je marquais une pause. Ah oui ! Y’a aussi peut-être le fait que j’ai été insulté de connard sans cœur par une charmante tornade brune. Ça aussi ça a du me motiver à revoir un peu ma clientèle, précisais-je amusé à la demoiselle qui se reconnaîtrait.


Il faut dire qu’Alice m’en avait balancé des vacheries le jour où elle avait débarqué en furie dans mon cabinet.






.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Chaotique
Points de vie : 14
Coups du Destin: 1
Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Messages : 798
Membre du mois : 11
Je crédite ! : (c) John (c) LBG
Localisation : Livingston ou en vadrouille !
Caractère : Impulsif, violent, têtu, séduisant, travailleur et organisé
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Indéterminée !
Autres comptes : Aaron Caron

Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Mer 16 Mar - 12:43


J’hausse les épaules et je lui fais signe avec mes doigts « un peu ». Oui … il remonte dans mon estime. Doucement mais sûrement. Mes lèvres s’étirent d’un sourire en coin amusé. Le taquiner était si simple, et naturel. Il y avait rien de méchant, juste une joute de mots lancer. Est-ce que je pensais qu’il avait un cœur ? J’étais trop en colère contre les banquiers, ou contre lui pour me soucier de savoir s’ils en avaient un … de cœur. Lorsqu’on vous menace de vous prendre votre vie, la colère vous aveugle. Concernant Black, j’étais persuadé qu’il était un homme mauvais, et ne voyait que le profit. Je m’étais peut-être trompé !

Bien sûr, il ne rate pas l’occasion de rebondir sur mes propos. Une proposition ? Je me mords la lèvre, et la suite m’enflamme les joues. Bravo Keane ! Il me parle à nouveau de son ami garagiste. Pourquoi pas en fin compte ! Ce serait une bonne solution s’il prend les paiements en plusieurs fois ; On revient sur une conversation plus terre à terre, ce qui me rassure d’une certaine manière.

Je vais y réfléchir !
Damon Black mon sauveur ! C’est étrange qu’il m’aide autant et c'est également réconfortant. J’étais quelqu’un d’assez indépendante et je me débrouille seule la plupart du temps. J’avoue que ça fais du bien qu’un homme se préoccupe de moi. J’espère que ça ne deviendra pas une habitude. A moi de faire en sorte que ça n’arrive pas. Je sais qu’il veut bien faire mais j’ai pris ma décision. Le garagiste ne s’occupera pas de ma voiture. Il en avait déjà trop fait ! La suite me laissa comme un lourd galet dans la gorge. J’avais amorcé quelque chose … entre nous. Je n’avais pas tenue ma langue, et nous voilà en train de flirter. Qu’est ce que ça fait du bien de séduire et se laisser séduire ! Pourtant, il s’agit d’un rendez-vous pro ! J’en suis plus sûr du tout ! Je ne sais quoi dire !

La serveuse nous a apportée nos verres. Rapidement. Il faut dire que Damon lui faisait beaucoup d’effet même si je trouve que ce n’est pas très professionnel de ça part de draguer le client alors qu’il est accompagné. Je me fouetterais d’avoir ce genre de pensée alors que moi-même, je ne suis manifestement pas très professionnel ce soir. Damon semble ne pas l’être également ! Bref, tout le monde à décidé d’être en « mode séduction » ! Même mon voisin de table est dans cette optique ! Damon est prêt à payer l’addition, … avec la contrepartie de pouvoir me charmer. Bon sang, la température de mon corps vient de monter en flèche. Je le regarde sans sourciller un instant, plongeant mon regard dans le sien.

C'est maintenant toi qui me fais une proposition. – Je plisse les yeux, souriante. Est-ce que cette proposition est intéressante ? Oh oui ! On est bien loin d’un rendez-vous conventionnel entre un avocat et sa cliente. - … j’avoue qu’il s’agit d’une proposition alléchante mais nous sommes à un diner professionnel. Sauf si … - je marque une pause – on décide qu’il s’agit plutôt d’un rencard. A ce moment là … je te laisserai payer l’addition et je me laisserai charmer … enfin si tu y arrives ! – Le défiais-je

Je le quitte pas des yeux, et l’écoute attentivement. Je n’aurais jamais cru que mon comportement l’avait incité à changer de clientèle … enfin pas toute sa clientèle. Là, il me touchait en plein cœur mais je n’étais pas sûr qu’il s’agisse de la seule raison. Ce serait trop de responsabilité sur mes épaules d’être la femme qui change un avocat avide d’argent en un avocat défendant la veuve et l’orphelin. Je ne sais pas quoi penser, et murmure.

Je ne t’ai pas traité de connard sans cœur … mais de salopard sans cœur. – rectifias-je en repensant à ce jour là. J’étais tellement hors de moi. Lorsqu’on m’attaque, je ne réponds plus de rien ! Ce n’est pas dans mes habitudes de me laisser faire. Je replace l’un de mes mèches derrière mon oreille. – J’ai du mal à croire que tu as changé aussi radicalement juste pour me prouver que tu as du cœur, ou juste … parce que tu penses que ce procès à été mal défendu – Même si je trouvais ça touchant. – est-ce que c'est une technique de drague pour me mettre dans ton lit ? Que tu es une sorte de prédateur ! Tu joues les chevaliers blancs et lorsque la fille à baisser la garde … tu la prends et la jette ? - Autant aller droit au but, et lui dire ce que je pense. Je suis loin d’être naïf (ce n’est pas la premier fois qu’on me fait le coup) et j’avais envie de croire qu’il y avait rien derrière ces actes que de la pure bonté. Damon était séduisant, et il serait mentir de dire qu’il me plaisait pas. J’avais envie de gouter à ses lèvres, et de vérifier sous cette chemise ce que j’imaginais sans trop de mal. Un corps parfait, et musclé.



avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Jeu 17 Mar - 0:54

Le temps d’une soirée en compagnie du diable

 
Jamais je n’avais rencontré de femme comme Alice ! J’avais beau réfléchir… malgré toutes celles dont j’avais pu croiser la route aucune n’était aussi intrigante et mystérieuse. Sauf peut-être… *C’est ça la différence ! Mais oui… Elle n’apparaît pas.* Sans raison apparente je regardais autour de nous. Non ! Aucune illusion de Pandore n’était venue me faire quelques réflexions dont elle était la spécialiste. Voilà pourquoi je percevais Alice comme quelqu’un d’unique… Parce qu’elle arrivait, sans rien faire de spécial, à tenir éloigner mon principal démon… Qui était en réalité une sorte de culpabilité sourde. Je ne l’avais jamais avoué à voix haute et je ne le ferais sûrement jamais mais je m’en voulais de n’avoir pas pu sauver Pandore et son… enfin peut-être notre enfant !
Malgré cette révélation je faisais taire mes pensées car j’aurais tout le loisir d’y réfléchir plus tard. Pour le moment je me contentais de sourire à Alice quand elle me faisait comprendre que je remontais un peu dans son estime. J’aurais du m’en foutre mais ce n’était pas le cas… Au contraire, cela me plaisait.


Et je fus de nouveau très vite complètement intéressé par la conversation lorsque la jeune femme sembla me faire une proposition. Je n’étais pas du genre à y aller par quatre chemins et je le lui demandais ! Je n’eus pas de réponse verbale mais le fait qu’elle eut rougi en était tout de même une. La voir se mordiller la lèvre me donna envie de l’embrasser mais sa voix me sortit de ma délicieuse rêverie. Songe étrange quand on connaissait ma nature ! Habituellement les pensées qui me venaient à l’esprit lorsqu’une femme m’attirait étaient plus bestiales, moins humaines.


- Je vous donnerai son numéro, dis-je pour en revenir à une conversation plus banale. Il vous fera un devis gratuitement, sans même que vous ayez besoin de dire que vous me connaissez.


Jensen était l’une des rares personnes honnête que je considérais comme un ami. Mais nous nous connaissions depuis de nombreuses années… Je ne mentais pas quand je disais qu’il lui ferait un devis gratuit. Ce garagiste était le genre de type qui était mon opposé ! Toujours prêt à rendre service… ou à vous sauver la vie. Bref, la conversation continua et les compliments aussi. Je fus cependant légèrement déçu que Mademoiselle Keane ne réponde rien à mes propos.
Peut-être faisait-elle marche arrière… Après tout, ceci devait être un rendez-vous professionnel ! Enfin, seuls quelques papiers étaient à signer mais cela ne changeait rien au fait qu’il ne s’agissait pas d’un rencard. Je commençais d’ailleurs à le regretter. Je fus interrompu dans mes pensées par l’arrivée de la serveuse qui nous apportait nos verres. Je n’aurais su dire si elle était jolie ou non, blonde ou brune avant qu’Alice ne parle d’elle. J’aurais presque pu croire que la demoiselle n’aimait pas l’attitude de l’employée du restaurant à mon égard. Cela m’amusa et je lui fis une proposition.


Les paroles de la jeune femme concernant la transformation de notre rendez-vous pro en rencard fut diablement tentante. En pleine réflexion je me mordais légèrement la lèvre inférieure avant de sourire à la jeune femme.


- Chacun son tour !  déclarais-je amusé. Puis je marquais une pause. Changer un rendez-vous professionnel en rencard ?  répétais-je. Et en plus tu me défie,  ajoutais-je avec un sourire charmant. D’accord… On fait comme ça ! Cela te donne même le droit de remettre la serveuse à sa place si tu n’aime pas sa façon de se comporter à mon égard,  précisais-je avec un clin d’œil.


Car oui… Je me fichais royalement de l’employée qui s’occupait de notre service. Pourtant elle aurait pu me plaire ! Mais Alice était définitivement plus attirante. Chacun des regards que je posais sur elle me le confirmait… La température sembla même être montée d’un cran et c’est pour quoi je me concentrais sur la réponse que je donnais concernant ma vocation nouvelle de ‘‘gentil’’ avocat.


- Salopard ? La surprise de ton irruption dans mon bureau m’en a même fait oublié tes gentilles paroles…  m'amusais-je à déclarer. Mais entre nous le mot ‘‘connard’’ est celui qui correspondait le mieux à mon comportement de l’époque.  


Je lui prouvais ainsi que je ne m’étais jamais comporté comme un salopard avec elle. Mais je n’eus pas le loisir de penser plus longtemps à cela car la belle en revint aux motivations qui m’avaient poussé à faire un changement si radical. Il ne l’était pourtant pas ! J’allais le lui dire mais ces dernières paroles me firent sourire, même rire légèrement.
Ce qu’elle venait de me dire ne m’avait pas effleuré l’esprit même si je devais reconnaître que j’avais bel et bien envie d’elle. Je m’en rendais davantage compte en plongeant mon regard dans le sien et en me penchant légèrement vers elle pour lui murmurer d'une voix douce et suave.


- Est-ce que je te désire ? Oui, cela ne fait aucun doute.  Puis je me reculais doucement pour ne pas me faire mal. Mais je suis censé te charmer il me semble, ajoutais-je avec un sourire séduisant. Sinon, pour te répondre, il est vrai que je suis calculateur et manipulateur mais pas là. Je n’ai pas fait ça pour… te mettre dans mon lit,  dis-je en baissant la voix de manière amusée. Et qui te dit que tu ne me jetterais pas toi ?  Bizarrement, cette question n’était pas une blague, mais elle ne le devinerait sûrement pas. Ce changement dans ma façon de choisir mes dossiers est dû à une succession d’événements dont le procès raté et toi faites partie,  répondis-je sincèrement. Mais le déclic s’est fait quand je me suis retrouvé face à face à gamin orphelin qui m’a donné l’impression de me retrouvé face à moi-même au même âge,  expliquais-je avant d’ajouter une précision que peu de monde connaissait et pour éviter les questions. Je suis né sous X et je sais ce qu’il va traverser.  Je marquais une pause et souriais à la jeune femme. Rassurée et convaincue ? Tu ne vas plus me comparer à un prédateur ?







.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Chaotique
Points de vie : 14
Coups du Destin: 1
Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Messages : 798
Membre du mois : 11
Je crédite ! : (c) John (c) LBG
Localisation : Livingston ou en vadrouille !
Caractère : Impulsif, violent, têtu, séduisant, travailleur et organisé
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Indéterminée !
Autres comptes : Aaron Caron

Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Jeu 17 Mar - 11:23



Nous y voilà ! Notre rendez-vous professionnel se transforme en rencard. Je bois une nouvelle gorgée de mon verre de vin. A la fois satisfaite, et étrangement nerveuse. Si ce diner se révèle un véritable fiasco, je perdrais bien plus qu’un potentiel petit-ami. Il était tout de même mon avocat, enfin … il l’était surtout pour s’occuper de cette affaire avec le casino. La mesquinerie ne semble pas faire partie du caractère de Damon. C'est ce que je pensais aussi de : David, Ian, Sergio, Nathaniel, et j’en passe. Bon, il faut dire que c'était souvent de ma faute. Ma peur de l’engagement a fait capoter la plupart de mes relations amoureuses. Je ne devrais pas penser à ça ! J’étais assise devant un homme séduisant, qui avait de l’esprit (autant dire que c'est une denrée plutôt rare à notre époque), qui pense aux autres avant sa petite personne. Que demande le peuple ! Mes lèvres s’étirent en un sourire charmeur.

Elle se rendra bien compte toute seule que tu n’es pas intéressé – déclarais-je. Je n’étais pas quelque de méchant, et avant qu’on décide de changer le statut de cette rencontre, la serveuse avait tout à fait le droit de montrer son intérêt envers Damon. Même si j’avais une furieuse envie de sortir les griffes comme une chatte en colère. Damon lui-même pouvait très bien lui montrer qu’il n’était pas intéressé, et je n’aurais pas à remettre la petite à sa place.

Connard ! Oui, c'est une insulte qui lui correspondait bien. Enfin avant ! Le jour de notre rencontre, j’ai été plutôt vache, et je me suis lâcher en matières d’insultes. J’avais laissé ma colère s’exprimer au-delà de ce qui était possible. Bon, je ne mettais pas prise à lui physiquement mais ça aurait pu. Je ne ressentais plus de colère à son égard mais bien de l’attirance. Et si je devais m’en prendre physiquement à lui, ce ne serait certainement pas pour lui faire du mal. Il m’avoue qu’il me désire, et tout mon corps réagit en s’enflammant. Sa voix était envoutante, et j’avais une envie furieuse de gouter à ses lèvres ; Je n’allais pas tenir longtemps à ce rythme. Il fallait que je prenne une minute pour moi. Juste pour réfléchir, et reprendre le contrôle sur mon bas-ventre. Je l’écoute attentivement, me mordant la lèvre inférieure ; J’étais sous le charme du manipulateur.

Le jeter ? Ce n’est pas le genre de la maison, de prendre et jeter ! Ce qui m’intrigue le plus était la suite. L’histoire du gosse, s’entremêlant à la sienne. Je penche ma tête sur le côté lui adressant un petite sourire, pas attristée parce qu’il y a rien de pire que de la pitié dans le regard de l’autre. Un regard que je ne supporterais pas de le voir chez les autres si je racontais ma propre histoire. Est-ce que j’étais convaincue ? Je ne sais pas si je l’étais mais j’avais envie de croire en lui.

Oui, je suis convaincu – déclarais-je d’une voix douce. Je ne baisse pas ma garde pour autant. – tu es sûr de pas vouloir être un prédateur, ce peut-être très excitant dans certaine circonstance ! – Murmurais-je d’une voix provocante, ne le quittant pas des yeux. – Je crois j’uis à deux doigts craquer … - lui avouais-je avec un petit sourire en coin.

Je me recule lorsque la serveuse revient vers nous. Tout sourire. Son regard se pose sur Damon. Elle nous demande si nous avons choisis. Alors moi ce sera un Damon à poil ! Je regarde vite fait la carte. Une lecture transversale, et j’avais fais mon choix. Je n’ai pas eu le temps de prononcer un mot, que la serveuse par maladresse me renverse le fond de mon verre sur ma robe.

Putain ! – lâchais-je spontanément. La jeune femme me regarde faussement confuse.
J’uis désolé – me dit-elle en me donnant une serviette.
Ça ira ! – Elle avait réussit à me refroidir en un instant. Grâce ou à cause d’elle, je reprenais doucement mes esprits. Le temps où mon corps était enflammé était révolu. La serveuse fit tomber à nouveau quelque chose de notre table : une fourchette. Elle se penche, le cul en buse vers Damon. Elle ne sait pas qu’il fait plier les jambes pour éviter de se faire mal au dos.

En fait depuis le départ la demoiselle espérait que je me casse et lui laisse l’opportunité de montrer à Damon son meilleur profil. Je regarde Damon médusé et je réprime un fou rire. J’essaye tant bien que mal de garder mon calme. Lorsqu’elle se relève, je décide de lui rappeler ma présence. Je me lève, et informe Damon
Je vais aller sécher ma robe, j’en ai pas pour très longtemps

J’avance et m’arrête à la hauteur de l’avocat. J’allais oublier quelque chose de très important. Je me penche, ma main caressait sa joue, et mes lèvres viennent doucement caresser les siennes. Je l’embrasse plus intensément, ma langue jouant avec la sienne. Une danse d’effleurement qui ne faisait augmenter le rythme de mon cœur. Un instant, je lâche un gémissement sourd de plaisir. J’arrête notre étreinte avant de perdre complément le contrôle. Je me redresse et regarde la serveuse avec un petit sourire satisfait. Elle semblait pâle et embarrassé.

Je prendrai le filet de perche, et ses petits légumes. Merci.
Articulais-je difficilement encore sous l’effet du baiser. Je laisse Damon avec la serveuse et me dirige rapidement vers les toilettes. Par chance, il y avait personne pour me voir rouge comme une tomate. J’avais perdu la tête ! Il fallait que je me contrôle plus que ça ! Je prends quelque minute pour faire sécher ma robe sous le séchoir à main et retourne auprès de l’avocat. Je me réinstalle à notre table, lui adressant un sourire comme si de rien n’était.

Où en étions-nous ? Tu as pris quoi comme plat ? – Lui demandais-je en me rappelant que je n’avais plus rien à boire. – J’ai oublié de lui demander un nouveau verre de vin !


avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Jeu 17 Mar - 15:01

Le temps d’une soirée en compagnie du diable

 
Plus de vouvoiement, plus question que cette soirée soit un rendez-vous professionnel… En bref, tout allait pour le mieux ! J’avais attendu ce tête à tête durant un bon moment mais nous n’avions jamais pu nous rencontrer à cause de nos plannings respectifs. Cependant, je devais avouer que je n’avais aucun regret d’avoir patienté jusqu’à ce soir ! Bien sûr j’aurais pu faire d’autres sorties avec d’autres femmes mais je n’en avais pas eu envie… Trop de travail, officiel ou officieux, et bizarrement je n’avais pas eu envie de croiser Alice alors que j’aurais pu être en compagnie d’une de mes conquêtes d’un soir. D’ailleurs elles devenaient rares depuis la disparition de Pandore et ma mésaventure avec Mia !
C’est lorsque je pensais à tout cela que je me rendais compte que quelque chose avait changé en moi sans que je ne parvienne à savoir quoi. Auparavant, jamais je ne me serais comporté de cette manière avec une jeune femme que je désirais. J’étais beaucoup plus direct ! Mais là, avec Alice, je prenais mon temps, je l’écoutais sans me lasser. Elle en valait le coup et toutes mes attentions envers elles me paraissaient naturelles alors qu’elles n’auraient pas dû l’être ! J’en venais même à ne pas me rendre compte que la serveuse me draguait ouvertement… Mais cela m’importait peu, je n’étais absolument pas intéressé comme je le faisais comprendre à Alice.

Je souris aux propos quelques peu naïfs de la belle. La serveuse s’en rendrait peut-être compte mais cela ne voulait pas forcément dire qu’elle cesserait son manège. Je le savais, j’étais moi-même comme ça ! Combien de fois m’étais-je envoyé en l’air avec des nanas en couple et soi-disant amoureuses ? Je n’en savais rien mais un bon nombre, c’était sûr ! Les choisir elles m’évitait d’avoir des reproches sur le fait que je ne rappelais pas. Elles en étaient d’ailleurs sûrement ravies.



- Oui, elle s’en rendra compte, déclarais-je en oubliant mes pensées. Alice était plus intéressante que mes aventures ou coups passés. A moins qu’elle ne soit complètement stupide… ou nympho ! plaisantais-je.


La suite de la conversation aborda notre première rencontre qui avait été mouvementée ainsi que mes nouveaux projets. Une chance, je n’étais pas rancunier et susceptible ! Bon, ok ! J’étais rancunier mais pas cette fois-ci… Je me rappelais encore parfaitement de son entrée spectaculaire, de sa tenue et même de son subtil parfum qui avait pris le dessus sur mon café. Une vraie furie ! Et pourtant c’était un bon souvenir… pour moi. Cela me fit même sourire rien que d’y repenser. J’étais réellement bien et détendu. Même mes blessures semblaient avoir décidé de me laisser tranquille.
Je prenais alors la décision de répondre à Alice de manière honnête mais en omettant la partie SD. J’étais sincère au point de même lui avouer que j’étais né sous X ! J’évitais de le faire car cela pouvait être risqué, du moins si on pensait comme moi… Bon nombre de semi-démons étaient des orphelins car nés d’un viol. C’était d’ailleurs sûrement mon cas. Mais je n’y pensais jamais ! C’était un principe. Mais c’était aussi sûrement pour cela que je n’avais jamais violé une seule femme.

Cependant, ne nous égarons pas plus ! Je souriais à Alice lorsqu’elle se disait convaincue. Ce sentiment de ravissement fut bien vite replacer par un tout autre désir lorsqu’elle me fit une nouvelle proposition agrémentée d’un aveu.
Je ne la lâchais plus du regard et j’aurais volontiers figé le temps pour gouter à ses lèvres, caresser sa peau et… *Doucement ! On se calme…* Facile à penser, difficile à faire ! Je n’avais jamais appris à refreiner mes envies. Et je désirais réellement cette femme.



- En effet, je ne dirais pas le contraire… Cela peut s’avérer très excitant, lui murmurais-je en pensant qu’avec un SD cela pouvait aussi devenir dangereux.


La serveuse eut alors la bonne idée de nous interrompre mais pas de la bonne manière. Je me retenais de la remettre à sa place et laissais l’échange se faire entre les deux jeunes femmes même si mon attention était uniquement portée sur Alice. Je voulais que la soirée se passe merveilleusement, pour elle comme pour moi. En bref, la serveuse venait de se faire un ennemi. Je me retenais d’ailleurs de lui balancer une remarque lorsqu’elle se baissa pour ramasser la fourchette…
Je me contentais de ne pas rire et levais les yeux au plafond avant de les porter sur Alice. Cette dernière devait d’ailleurs aller sécher sa robe ce qui me laisserait le temps de m’occuper de la serveuse. Et ce n’était sûrement pas ce genre d’attention qu’elle souhaitait de ma part.

Mais avant cela Alice décida de ne pas s’éclipser de suite. Je pensais qu’elle allait me dire quelque chose mais sa mais posée sur ma joue me fit douter autant qu’elle provoqua d’agréables frissons. Ces derniers furent accentués par le léger baiser qu’elle m’offrit puis ils se transformèrent en une vague de chaleur lorsque que notre baiser se fit plus passionné, plus ardent. Je glissais ma main sur la nuque d’Alice pour apprécier chaques secondes qui semblèrent trop peu nombreuses à mon gout.
Puis Alice passa sa commande et s’éclipsa. Pour le coup je n’avais plus forcément envie de manger… Mais je n’oubliais pas l’affaire que j’avais à réglé.



- Pour moi ce sera le tournedos Rossini et son écrasé de pommes de terre, déclarais-je en lui faisant signe de se rapprocher ce que la serveuse fit. Et avec un peu plus de professionnalisme où je vous promets que vous ne retrouverez plus de boulot après avoir perdu celui-ci. Revoyez également votre tenue ! dis-je froidement à voix basse. Je buvais mon verre d’une traite et j’ajoutais d’une voix plus chaleureuse. Merci de nous resservir la même chose !


A peine la serveuse s’éclipsait qu’Alice revenait. Je l’accueillais avec le sourire alors qu’elle ne faisait comme si de rien n’était.


- J’ai pris le tournedos de bœuf, répondis-je avant d’afficher un sourire amusé. Et nous en étions au moment où tu essaie de me rendre dingue je crois, ajoutais avec un clin d’œil.


Au même instant je voyais la serveuse revenir avec nos verres. Cette dernière avait reboutonnée sa chemise jusqu’au col et réajusté sa jupe pour qu’elle lui arrive un peu au-dessus du genou. Une vraie none comparée à avant !


- Je me suis permis de t’en commander un autre.


La serveuse déposa les deux verres en n’attardant son regard ni sur Alice, ni sur moi et elle nous annonça d’une voix plus professionnelle que les plats étaient en réparation. Je hochais simplement la tête avant de reporter toute mon attention sur Alice.


- Pas trop de dégâts sur ta robe ? demandais-je en buvant une gorgée de mon Whisky Sour.





.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Chaotique
Points de vie : 14
Coups du Destin: 1
Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Messages : 798
Membre du mois : 11
Je crédite ! : (c) John (c) LBG
Localisation : Livingston ou en vadrouille !
Caractère : Impulsif, violent, têtu, séduisant, travailleur et organisé
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Indéterminée !
Autres comptes : Aaron Caron

Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Jeu 17 Mar - 17:07



J’avais encore le goût de ses lèvres sur les miennes, et la sensation de sa main sur ma peau. J’avais mis quelques minutes pour sécher ma robe. Ce n’était que du vin blanc, peu de chance qu’on remarque quoique ce soit sur ma robe noire. Elle était tout de même mouillée par endroit, ce qui est assez désagréable. Je m’étais regardée dans la glace un moment, les joues toujours rougis par ce que je venais de faire. J’avais embrassé Damon. J’us un petit sourire niais. Bon sang, ce n’était pas ma première fois. Je ne devrais pas rougir autant. Il avait de grande main, virile et malgré tout un peu tiraillé. Plutôt étonnant pour un avocat. J’aurais eu l’impression plutôt qu’il aurait les mains plus douces. Encore des certitudes qui s’envolent. Ce n‘était pas désagréable, bien au contraire.

Je suis revenu après quelques minutes, le temps de reprendre mes esprits. Je faisais comme si de rien n’était pour masquer mon trouble. Oui, où en étions-nous ? Damon me réponds que je le rendais dingue, ce qui étira mes lèvres d’un sourire charmeur. Ça tombait bien, j’étais dans le même état que lui.

Si ça peut te rassurer … c'est réciproque ! Je t’avoue que je vais avoir du mal à manger.


J’avais d’autres envies, et manger n’en faisait pas partie. Je m’adosse dans mon siège, pouvant admirer l’homme qui me faisait face. J’imagine très bien l’avocat sans ses vêtements. Des vêtements plus ou moins décontractés alors qu’il portait souvent des costumes. Enfin, à chaque fois qu’on s’était vu c'était dans le cadre de son boulot, et il était en costume. Ça lui allait bien ! Il avait commandé un tournedos de bœuf … un viandard donc ! J’étais plus poisson mais j’aimais les plats mijotés comme les ragoûts ou alors cuisiner ce que j’ai chassé. Oui, je chasse à l’arc ! Autant garder ce détail pour moi … pour l’instant. Ça refroidit toujours un homme lorsque je lui annonce que je tue de pauvres petites bêtes. Je ne fais pas ça pour le plaisir. Enfin c'est la traque que j’aime mais pas donner la mort. J’aime marcher pendant des heures dans la nature, et il y a bien d’autre chose que j’aime faire.

Nous avions du temps pour nous découvrir. Commençons déjà par ce diner qui pour l’instant était au-delà de toutes mes espérances. Je le remercie de m’avoir commandé un autre verre. La serveuse arriva d’ailleurs avec nos commandes. Elle dépose nos deux verres, sans me prêter aucun regard, ni même à Damon. La jeune femme ne semblait plus du tout la même. Juste un baiser, et voilà qu’elle se transforme en parfaite employée. Damon avait du lui dire quelque chose, sinon je ne comprendrais pas un changement aussi radical. Elle tourne les talons. Damon me pose une question. Je tourne mon visage sur lui, et bouge mes lèvres un peu contrarié.

Va falloir que je l’enlève rapidement pour la mettre en machine – lui dis-je faussement attristée. Elle n’avait aucun dégât de visible. Je sentais juste un peu le vin blanc. – J’y tiens à cette petite robe. Après tout, elle m’aide à te rendre dingue … j’ai même besoin d’aide pour pouvoir l’enlever. – Encore une proposition, je sais … mais une de plus ou de moins ne fait plus la différence pour maintenant. Je bois mon verre lentement. Il n’était pas question que de lui faire des allusions toutes la soirée, enfin si mais j’avais envie d’en savoir plus sur lui.

Je me penche et demande à l’avocat un brin curieux – Que fait un avocat en dehors de ses heures de travail ? Laisse-moi deviner … du golf ?


avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Jeu 17 Mar - 20:38

Le temps d’une soirée en compagnie du diable

 
Je n’étais pas gentil… ce n’était pas dans ma nature et Alice était une exception. Cette singularité j’aurais dû la rejeter ! Je l’aurais fait il y avait quelques mois ou je n’aurais même pas remarqué le changement qui s’opérait en présence de la belle herboriste. Mais avec des si on aurait pu refaire les limbes infernaux ! Et pour le moment je n’étais plus vraiment gentil alors que je m’adressais à la serveuse. Ce que je lui disais n’était pas des menaces en l’air et le ton de ma voix le lui aurait sûrement prouvé.
Pour me calmer je repensais à Alice et notre baiser me revint à l’esprit… J’eus l’envie soudaine de la rejoindre ! Ce n’était pas une bonne idée car le lieu ne se prêtait pas à ce que je voulais faire… Trop de monde ! Même si cela aurait pu être excitant. Cependant, je ne pus pas esquisser le moindre mouvement car Alice revenait déjà. Je la suivais du regard avec un sourire. J’aurais aimé de nouveau goûter à ses lèvres et plus encore… Je me fichais royalement des plats qui allaient nous être servis et je n’étais pas le seul.



- Cela me rassure ! Et j’aurais peut-être du annuler la commande pour que nous puissions nous éclipser, rajoutais-je avec un sourire séduisant.


J’avais effectivement pensé à cette option… Je ne lui cachais pas ! Mais j’avais renoncé à mettre cette idée en pratique car j’avais tout de même envie que ce rencard se passe dans les règles de l’art. Chose que je n’avais jamais faite jusque là ! Bien sûr, j’étais ravi de constater que l’histoire du baiser au troisième rendez-vous ne s’appliquait pas ici. Cette pensée m’aurait presque fait rire mais je me contentais de sourire à la jeune femme alors que la serveuse faisait une apparition beaucoup plus discrète et professionnelle que les précédentes. Ce détail, qui n’en était pas vraiment un, n’échappa pas à Alice. Pour ma part je ne prêtais aucune attention à l’employée et ne disais rien au sujet de ma mise en garde puisqu’Alice ne me questionnait pas.
Je me contentais de boire une gorgée de mon cocktail en interrogeant la jeune femme concernant sa robe. C’était une question tout à fait anodine puisque la jeune femme avait décidé de faire comme si rien n’avait été, ou presque. Ses premiers mots me firent sourire tout comme la suite… Certes, la robe mettait Alice en valeur mais même sans ça elle restait attirante. Déjà lors de notre dernière rencontre dans sa boutique j’avais envie d’elle mais j’ignorais que c’était à ce point. La suite des paroles d’Alice me donnèrent un coup de chaud non négligeable.



- Je ne suis pas de nature serviable, déclarais-je en toute honnêteté et en souriant. Mais comme tu as pu t’en rendre compte j’essaie de changer. Je marquais une pause, constatant l’accélération de mon rythme cardiaque. C’est donc avec plaisir que je t’aiderai à l’ôter…


Je m’étais penché pour lui murmurer les paroles et je me calais de nouveau au dossier de ma chaise… Je le faisais un peu trop brusquement et une douleur sourde mais brève se fit sentir au niveau de mon flanc gauche. Je ne laissais rien paraître et écoutais les questions on ne peut plus sages et presque ironiques de la belle. J’eus un sourire amusé à l’évocation du golf.


- C’est ça ! Le golf… mais uniquement quand je suis obligé d’y aller parce que mes très chers clients m’invitent. Je déteste ça, précisais-je en faisant une moue de dégoût. Ou alors quand j’aurais soixante-dix piges peut-être ! Je marquais une pause. A vrai dire je sors pas mal, enfin moins ces derniers temps ! Et je m’éloigne du centre ville… J’aime bien le sport en pleine nature ! Les êtres humains ont le don de très vite m’ennuyer. Mais il y a des exceptions à tout et tu es une charmante exception Alice.


Mon regard s’attarda sur ses lèvres que j’avais envie de nouveau capturer. Malheureusement pour moi une table nous séparait et je l’interrogeais à mon tour.


- Je te retourne la question… bien que je me doute que gérer une boutique ne doit pas être de tout repos ! Que fais-tu pendant ton temps libre ? Hmmm, j’aurais bien dit massage, manucure et compagnie mais je n’y crois pas… J’ai plutôt l’impression que tu dois être du genre à continuer à travailler sur les produits que tu vends. Tu m’as l’air passionnée par ce que tu fais. D’ailleurs comment t’es venue cette envie d’exercer le métier d’herboriste ?


La réponse à cette question comme à toutes les autres m’intéressait réellement. J’avais envie de connaître Alice davantage ! Je ne la voyais pas seulement comme une jeune femme avec qui j’avais envie de prendre du bon temps et cela devenait de plus en plus évident.
Au loin la serveuse partit récupérer ce qui semblait être nos plats.




.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Chaotique
Points de vie : 14
Coups du Destin: 1
Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Messages : 798
Membre du mois : 11
Je crédite ! : (c) John (c) LBG
Localisation : Livingston ou en vadrouille !
Caractère : Impulsif, violent, têtu, séduisant, travailleur et organisé
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Indéterminée !
Autres comptes : Aaron Caron

Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Jeu 17 Mar - 22:29



Je n’aurais pas cru me mettre dans un tel état pour un homme. Ce n’était pas dans mes habitudes de perdre pied, d’avoir envie de passer à l’acte tout de suite dés le premier soir. Ce n’était pas mon premier rodéo, bon sang ! Damon savait y faire Il avait le mot juste, le sourire à faire damner et je vous parle pas de ses lèvres. Si je me sens dans cet état rien qu’avec un baiser, je ne préfère pas penser à ce que se sera lorsqu’on se jettera l’un sur l’autre ; J’étais assise en face de lui, le rythme de mon cœur s’emballe alors qu’il me lance cette phrase qui me fait grimper la température de mon corps.

Effectivement, tu aurais peut-être du annuler
J’avais eu la même idée. M’éclipser avec lui et laisser ce repas à une prochaine fois. Nous pouvions le faire, mais ce serait brûler des étapes. Même si nous en avions déjà brûlé deux : les propositions indécentes et surtout le baiser. En moins de quelques minutes, les règles les plus élémentaires pour un premier rencard furent balayées. Ce n’était pas déplaisant, mais pas dans mes habitudes. Il change et se donne du mal apparemment. Je souris charmeuse et charmer. Mon cœur se remis à tambouriner dans ma poitrine, et mon bas-ventre s’échauffe. L’éventualité de sentir les mains viriles de Damon sur ma peau est alléchant. Son murmure ne fait qu’accentuer mon désir.

Je l’écoute me parler du golf qu’il déteste et de notre premier point commun. Il aime le sport en pleine nature. Difficile de ne pas réprimer un sourire satisfait. Peu de mes petits-copains m’accompagnaient courir. La nature n’était pas faite pour tout le monde. J’avoue qu’être l’exception d’un homme était flatteur, et j’espérais qu’il ne serait pas trop déçu. Peut-être qu’un jour, il me trouvera terriblement ennuyeuse. A mon tour de répondre à ses questions, je souffle.

C'est vrai que ma boutique me prend beaucoup de temps. Il est vrai que je ne suis pas très manucure, et tout c'est truc là … mais un massage de temps en temps, je ne dis pas non. Je cours beaucoup … en forêt de préférence. Avant j’allais à l’hôpital pour faire la lecture aux patients mais je n’ai plus le temps. J’aimais bien ceux qui était dans le coma … je pouvais parler des heures. Ils savent écouter – ironisais-je avec un petit sourire. Il y avait rien d’amusant de se retrouver dans le coma mais un peu d’humour ça ne fais pas de mal. J’espérais que personne dans son entourage n’était dans le coma sinon, il pourrait mal le prendre. J’enchaîne alors que nos plats arrivent sur notre table.

C'est ma mère qui m’a refilée le virus. Elle tient une herboristerie à Londres. – je marque une pause et rajoute - Je suis née là-bas. J’ai vécu parmi les plantes médicinales, et ma mère m’a tout appris sur la confection des produits bio … - Je regarde mon assiette, mais je n’ai pas faim. Vraiment pas ! – Je n’ai pas très faim …j’avoue que tu as réussis à me donner envie d’autre chose – avouais-je doucement en délaissant ma fourchette. Je bois mon verre de vin, le regard fixé sur Damon. J’avais envie d’en savoir tellement sur lui, et je sais que ma prochaine question risquait de jeter un froid.

Je sais que c'est délicat mais est-ce que tu connais tes parents ? – demandais-je doucement. – Si tu ne souhaites pas qu’on n’en parle, je comprendrai. – il n’était pas obligé de me raconter ses origines. Je ne lui en voudrais pas. Après tout c'est assez personnel.

avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Ven 18 Mar - 0:00

Le temps d’une soirée en compagnie du diable

 
Non, non, non… Ce n’était pas cool ! J’aurais du annuler nos commandes ? Visiblement Alice n’aurait pas été contre ; bien au contraire. Et moi qui avais hésité et qui avais préféré que cette soirée se continue comme un rencard des plus classiques, ou presque ! Cependant, aussi étrange que cela puisse paraître, je ne regrettais pas réellement d’être encore là. Rien ne pressait ! J’avais envie d’apprécier chaque instant car la présence d’Alice, tout comme nos conversations diverses me plaisaient. Habituellement je faisais tout pour accélérer le passage au lit (ou ailleurs) car je m’ennuyais avec les jeunes femmes que je fréquentais. Cette fois-ci ce n’était absolument pas le cas et pourtant mon désir envers Alice ne faisait que s’accentuer.
J’eus alors une moue faussement boudeuse et je choisissais de répondre en toute franchise à la belle.



- Je n’avais pas envie de brûler les étapes et de passer pour un rustre… Je continue de faire en sorte de te charmer, précisais-je, souriant.


Puis je répondais à ses questions me concernant… J’avais rarement le loisir de parler de moi et cela me paraissait presque étrange. Bizarre mais pas désagréable ! Après avoir expliqué à Alice pourquoi j’avais changé de clientèle je partageais avec elle mes loisirs. Bien entendu je n’en avais pas eu énormément ces derniers temps à cause de mes divers projets SD mais tout cela était en train de changer… Je m’étais rendu compte que j’aurais mieux fait de rester à l’écart ! Les enfants du Chaos n’étaient que des égoïstes et la traîtrise de mes alliés avait failli me couter la vie. Ni Samuel, ni Mia ne m’avaient aidé et c’est pourquoi je n’avais même pas tenté de les contacter à nouveau. Une colère sourde monta en moi et je préférais répondre à Alice…
Je ne lui cachais pas que je n’appréciais pas le golf et que je préférais largement le sport en pleine nature. Je fus ravi de constater qu’elle ne tiquait pas devant mes occupations. Cela me fit même sourire ! Peut-être aimait-elle aussi le sport et les grands espaces. Car j’étais persuadé que je genre de jeune femme existait même si je ne tombais que sur des sans cervelle accros à la mode et aux boites de nuit… Des filles souvent faciles en bref !

J’écoutais avec attention Alice me raconter que je ne m’étais pas trompé concernant la place que sa boutique tenait dans sa vie. En même temps une passion n’est jamais vraiment un travail… C’est du bonheur qui se répète chaque jour ! Bien sur, ces pensées positives n’étaient pas de moi mais visiblement elles étaient vraies concernant Alice.
Un large sourire apparu ensuite sur mon visage lorsqu’elle parla des courses en forêt… Cette jeune femme était pleine de surprises. Elle usait même d’humour noir… J’adorais ça ! Je riais légèrement alors que nos plats nous étaient amenés.



- Quel humour Mademoiselle Keane… Cela étant, tu sais ce que l’on dit au sujet des personnes dans le coma. Il parait qu’elles entendent ce que l’on dit. J’espère que tes choix de livres étaient intéressants histoire de ne pas les tuer d’ennui, ajoutais-je amusé avec un clin d’œil en prime.


La belle enchaina ensuite sur la personne qui lui avait transmis la passion de l’herboristerie. Sa mère en l’occurrence ! Rien à voir avec moi qui avait voulu devenir avocat pour gagner de la thune. J’apprenais aussi qu’elle était née à Londres.
Cependant, elle enchaîna sur un tout autre sujet. Je regardais mon assiette qui semblait appétissante mais qui l’était tellement moins que la délicieuse Alice. Je lui répondais avec un sourire charmant…



- Mais maintenant ce que c’est là … ! dis-je avec un haussement d’épaules. Il est peut-être vrai que l’appétit vient en mangeant tu devrais essayer. Je marquais une pause. Sinon, je te punis de dessert… ajoutais-je amusé.


J’allais tenter de goûter à mon plat lorsqu’Alice me surprit avec une question que je n’avais jamais entendue… Étonné, je reposais ma fourchette, je fixais la demoiselle qui me précisait que je n’étais pas obligé de répondre au moment où je saisissais mon verre pour en boire une gorgée.


- Hein ? … Non, non, c’est pas que je ne veux pas en parler. C’est juste que c’est la première fois qu’on me pose la question, avouais-je en reposant mon verre. Je marquais une pause pensive. En réalité j’ai eu plusieurs parents… Les premiers m’ont accueilli lorsque j’avais cinq ans mais ont renoncé à ma garde lorsqu’ils ont eu leur propre enfant. Pour la deuxième famille d’accueil, ils voulaient des enfants à leur image et moi j’étais déjà assez solitaire à l’époque. Puis il y a eu mes parents qui m’ont élevé et dont je porte le nom de famille aujourd’hui. Je marquais une nouvelle pause et poussais un léger soupir. Je n’avais pas vraiment répondu à sa question. Mais je suppose que tu parlais de mes parents biologiques, déclarais-je en adressant un léger sourire à Alice. Et là par contre, je ne sais absolument rien à part qu’une femme m’a mis au monde et qui pour une raison que je ne saurais jamais a choisi de renoncer à son enfant. Ça ne va pas plus loin… et c’est toujours le même cas pour les enfants nés sous X, précisais-je d’une voix plus douce qu’à l’ordinaire.




.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Chaotique
Points de vie : 14
Coups du Destin: 1
Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Messages : 798
Membre du mois : 11
Je crédite ! : (c) John (c) LBG
Localisation : Livingston ou en vadrouille !
Caractère : Impulsif, violent, têtu, séduisant, travailleur et organisé
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Indéterminée !
Autres comptes : Aaron Caron

Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Mer 23 Mar - 18:50


J’avais l’impression que les rôles étaient inversés. Par habitude, je prenais mon temps pendant un rendez-vous galant. Je parle, j’écoute et on passe à une autre soirée. Le second rendez-vous, c'est généralement un déjeuner ou une balade. Au troisième, on passe aux choses sérieuses, et encore il faut qu’il me plaise. Ce soir, j’avais envie de Damon et de passer au-delà de mes principes habituels. Alors que je pensais que l’homme qui me fait face serait plus du genre à me sauter dessus, il m’explique qu’il souhaitait prendre son temps. Ne pas brûler les étapes. Je vous jure … le monde ne tourne pas ronds !

J’avais arrêté le bénévolat, au moment même où ma boutique rencontrait des difficultés. On ne peut pas aider les autres, alors que nous sommes nous-mêmes dans l’impasse. J’aimais bien cette période. Moins de soucis. Je passais deux fois dans le mois, et j’entamais ma ronde auprès des patients. Enfants, puis des adultes et ceux qui étaient dans le coma comme Thane. J’espère qu’il va bien. Il était censé passer me voir dans ma boutique, avec Ania. J’avais quelques nouvelles de mon amie. Elle allait bien mais nous n’avions pas eu le temps de nous voir depuis. Une erreur. Surtout qu’elle à tendance à disparaître à l’autre bout du monde.

Je n’espère pas. S’ils entendent vraiment, certains auraient des choses à raconter et tous mes secrets seront dévoilés … - M’exclamais-je en repensant à ceux qui m’ont écouté m’étaler sur ma vie affectif. – Haha très drôle ! - répliquais-je. Non, aucun n’est mort alors que je lui racontais une histoire de mon choix. – Aucun mort à mon actif ! – déclarais-je plutôt fier.

En temps ordinaire, je n’aurais jamais eu de mal à avaler mon poisson. Une bonne odeur s’échappe de mon plat et pourtant là seule chose qui m’intéresse c'est Damon. Ça va devenir un véritable problème. Je grimace et fais la moue lorsqu’il me dit que je serais privé de dessert. Il n’oserait pas … si ! Mon regard se fige dans celui de l’avocat. Je ne sais pas si l’on n’ira jusqu’au dessert cette nuit mais le simple fait de savoir qu’il pourrait me résister décuple mon désir. On se calme Keane ! Je ne devrais pas me mettre dans un tel état. Il fallait que je reprenne le contrôle, et le mieux est d’écouter Damon.

Il a réussit dans la vie malgré son parcours. Je ne peux qu’être impressionné. Ma fourchette joue avec le poisson et un bout reste dessus. Il était peut-être temps d’y goûter. J’avale. C'est bon. Un peu froid étant donné que j’ai pris trop de temps à me décider. J’écoute Damon me parler de ses parents biologiques, et le mystère qui les entourent. Je bois une gorgée.

Tu as bien réussis malgré ton parcours. – Le complimentais-je en reposant mon verre. – Tu aurais pu mal tournée, et pourtant tu es devenu un brillant avocat. Ta mère ne sait pas à quoi elle a renoncée – Ma voix se fit douce, et mes yeux ne quittent pas ceux de l’homme. Je replace l’une de mes mèches de cheveux derrière mon oreille. Damon se révèle être un homme plein de surprises, et … reste très intriguant. Ne baisse pas la garde Keane ! Je sens une présence à mes côtés, alors que je n’arrivais pas à quitter Damon du regard. La serveuse était de retour pour nous demander si nous souhaitions autre chose. Un retour sur terre !

Un autre verre de vin s’il vous plaît … - Demandais-je en laissant Damon lui répondre. Je mange encore un bout de ma perche, et vide mon verre d’une traite. Alors qu’elle s’éloigne, je pose ma fourchette sur le côté de mon assiette. - Mon père m’a abandonné lorsqu’il a appris que j’étais une fille. Je n’étais pas assez bien pour lui. Pas le bon sexe. Trop humaine ! – Il m’avait raconté son histoire, et même s’il ne m’avait pas poser des questions sur mes origines, c'était pour moi une façon de rétablir un certain équilibre entre nous. Je marque une pause avant de rajouter – C'est un loup-garou !

Comme si ce simple fait pouvait expliquer le comportement de mon père. Peu de mes amis, ex-petit-ami connaissait ce secret. Ce n’est pas quelque chose qu’on cris sur les toits, surtout en ce moment où les créatures surnaturelles étaient mal vus. Je jette un œil sur Damon, et regarde sa réaction. Nerveuse.



avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Jeu 24 Mar - 23:46

Le temps d’une soirée en compagnie du diable

 
Mais que m’avait-elle fait ? Damon Black qui ne répondait pas aux avances d’une jeune femme séduisante et qui préférait même prendre son temps ?!? Aurait-il commencé à geler en Enfers ? J’allais finir par réellement me poser la question. J’en venais même à me demander, l’espace d’une seconde, si Alice n’était pas une démone. Mais cette idée me fit sourire… Elle n’avait rien d’une enfant du Chaos et malgré son caractère bien trempé elle me faisait davantage penser à un ange. De plus, je savais pertinemment que mon changement de comportement ne venait pas seulement de mon attirance envers la jeune femme. La trahison, ou du moins le manque d’aide, de Mia et Samuel lors de cette fameuse nuit du 15 m’avait refroidi concernant mon implication au sein du groupe !


Mais passons ! Ils n’étaient que des mauvais souvenirs et ma nature démoniaque faisait que je pouvais facilement me mettre en colère simplement en me remémorant des faits déplaisants. Or j’étais en charmante compagnie que je m’amusais à taquiner. Je ne fus pas étonné d’apprendre qu’Alice avait fait du bénévolat et je me demandais ce qui l’avait poussé à arrêter alors qu’elle semblait aimer cela.
Je riais légèrement lorsqu’elle évoqua les personnes plongées dans le coma et qui devaient avoir entendu beaucoup de ses secrets s’il était vrai qu’ils puissent entendre. Je souris ensuite de plus belle lorsqu’elle m’annonça qu’aucun patient n’était mort pendant ses lectures. J’applaudissais en silence.


- Félicitations ! Ou alors ce sont ces gentilles personnes dans le coma qui ont eu la bienséance de ne pas mourir pour t’éviter de culpabiliser,  plaisantais-je. Je marquais une pause. J’en déduis donc que tu aimes lire ! Personnellement je ne trouve jamais le temps et les seuls livres que j’ouvre concernent le droit. Pas besoin de préciser que cela tuerait n’importe quel malade sur le champ. Tu lis quoi ?  


Puis les plats arrivèrent ; mais comme Alice je n’étais pas très intéressé pas le contenu de mon assiette dans laquelle je me contentais de picorer. Le plat était délicieux mais j’étais incapable de l’apprécier après avoir gouté aux lèvres d’Alice. Je délaissais d’ailleurs complètement mon bœuf Rossini pour répondre à la jeune femme concernant mon enfance. C’était une première ! Rares étaient les personnes à savoir que j’avais été dans plusieurs familles d’accueil et que j’étais né sous X.
Je souris aux adorables paroles de la jeune femme. Il n’y avait pas à dire ! Sa présence avait pour effet d’annihiler le démon qui était en moi et de faire disparaître mes hallucinations. Je haussais les épaules pour répondre simplement et sincèrement.


- Je voulais un métier qui paie bien, très bien… J’ai vu comment mes parents adoptifs ont du se priver pour moi, pour me payer mes études avant que je ne puisse le faire moi-même.  Je taisais un instant, pensif. Concernant ma mère biologique je me suis toujours dit qu’elle n’avait sûrement pas eu d’autres choix… mais c’est peut-être une façon de ne pas la détester.


Alice commanda ensuite un autre verre de vin avant de finir d’une traite celui qu’elle avait devant elle. Je fis de même et je commandais la même chose. Puis, sans crier gare, Alice m’expliqua que son père l’avait abandonné. Je reposais la fourchette que je venais de prendre et je fixais la demoiselle pour écouter la suite avec attention… Je fronçais légèrement les sourcils alors que je comprenais déjà où elle voulait en venir. J’avais des rencontrer des lycanthropes !
Je hochais la tête de façon négative lorsqu’elle précisa enfin que son paternel était un loup-garou. Je l’observais avec sérieux durant quelques secondes avant de reprendre la parole sur un ton en accord avec mon attitude.


- Et bien Alice, ton père ne sait pas non plus à quoi il a renoncé. Puis je lui adressais un sourire charmant. Je comprends mieux ce petit côté hargneux, dis-je amusé. J’espère que tu ne mords pas alors… ou du moins, pas trop fort, dis-je en la fixant intensément alors que mes doigts vinrent frôler sa main.


Ce simple geste sembla réchauffer tout mon être… Je rêvais de l’embrasser à nouveau et je me faisais violence pour ne pas me lever et quitter ce restaurant avec la belle. Mais cette fois-ci, il n’était pas question de lutter contre des pulsions nées de chaos. Non ! J’avais uniquement envie d’Alice, de caresser sa peau, de la faire frémir et plus encore.







.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Chaotique
Points de vie : 14
Coups du Destin: 1
Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Messages : 798
Membre du mois : 11
Je crédite ! : (c) John (c) LBG
Localisation : Livingston ou en vadrouille !
Caractère : Impulsif, violent, têtu, séduisant, travailleur et organisé
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Indéterminée !
Autres comptes : Aaron Caron

Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Ven 25 Mar - 23:00



Je ris à sa taquinerie. Il y a bien longtemps que je ne me suis pas senti aussi bien en présence d’un homme. J’ai enchainé les rancards ces derniers temps sans réellement m’investir. Ces hommes n’étaient pas forcément de mauvais bougre. Il me manquait juste ce petit truc qui me donne envie de les connaître un peu plus. Beaucoup d’entre eux aurait voulu passer plus de temps à me connaître, et surtout voir de plus prêt ce que je cachais sous mes vêtements. J’étais consciente de pas laisser indifférente la gente masculine. J’en jouais de temps à autres, et très souvent pour négocier des prix avec certains de mes fournisseurs. Je charme, mais je n’étais pas une séductrice qui collectionnait les hommes.

J’aime lire – lui confirmais-je – mais comme toi, j’ai malheureusement plus trop le temps. – Je lui passe les détails de mon manque de temps. Mes problèmes d’argent et ma boutique ne me laisse que peu de temps pour moi ; Nous avions mis pas mal de temps pour trouver une date rien que pour ce simple rendez-vous. Nous y sommes arrivés malgré tout. Pour mon plus grand plaisir. – J’aime les polars … les vieux polars comme Agatha Christie, ou des livres fantastiques … comme ceux d’Anne Rice mais avec la révélation de l’existence des vampires j’avoue m’être désintéressé pour ce genre de livre.

Ouai … je ne les aime pas ! Maintenant que je sais ce dont ils sont capables, je trouve ce genre de livre moins attrayant. Je n’ai jamais été fasciné par les nocturnes même avant que Tobias ce soit fait assassiné par l’un d’eux. J’aimais juste les histoires. La réalité est tellement plus brutale. J’aime bien la voix de Damon. Une voix chaude et virile. Je l’écoute me parler de ses parents adoptifs et puis de sa mère biologique. La serveuse nous a laissée en tête à tête, et c'était pour le mieux. Je n’avais pas l’habitude de me livrer, et il semble que ce soit la même chose pour Damon.

Mon côté hargneux … - Ma voix se fit amuser. A part quelques traits physiques, j’ai toujours pensé que je n’avais rien en commun avec mon père. Si j’étais hargneuse, c'est peut-être une bonne chose ?! Lorsque ses doigts frôlent ma main, mon cœur s’accélère et mon bas-ventre se tord en légèreté. Je le laisse faire, et ne résiste pas à entrelacer mes doigts aux siens. – Rien n’est moins sûr avec la fille d’un loup-garou. – murmurais-je d’une voix suave, le regard intense de désir. J’avais chaud, et ne prête même pas attention à la serveuse qui dépose nos verres sur la table. Je vais perdre le contrôle.

J’ai chaud. – lui avouais-je en dégageant ma main. – J’ai besoin de prendre l’air … - dis-je brusquement. Tout de suite. Maintenant. Rapidement. Je me lève et tourne les talons en direction de l’entrée en prenant ma veste au passage. Mon cœur ne cesse de tambouriner dans ma poitrine. En sortant, le vent me caresse le visage. Ça ne m’aide absolument pas. En tout cas pas tout de suite. C'est bien la première fois que je m’enfuis d’un restaurant tout ça parce que je désire un homme. Contrôle. Je me pose contre une voiture, inspirant l’air frais.

avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Sam 26 Mar - 11:33

Le temps d’une soirée en compagnie du diable

 
Alors que le rire clair d’Alice me faisait sourire j’en venais à réfléchir… Avais-je déjà eu un rendez-vous de ce genre ? J’eus beau chercher, la réponse qui me vint à l’esprit fut ‘‘Non !’’. Mais comment cela aurait-il pu en être autrement puisque je n’avais jamais eu de relation sérieuse avec une femme. La seule qui avait compté était celle qui me hantait par ses apparitions. Hallucinations inexistantes lorsque j’étais en présence d’Alice. Et puis en réfléchissant bien, ma relation avec Pandore avait été hors-norme. Nous passions du bon temps ensemble, nous avions été très proches mais notre relation n’avait rien eu d’officielle, ni d’exclusive…
Mais très vite je me concentrais de nouveau sur les paroles d’Alice. Je ne voulais pas prendre le risque de voir apparaître la semi-démone brune. Étais-je fou de croire que le simple fait de penser à elle allait la faire apparaître ? Oui, sûrement.


- Visiblement, toi comme moi, on aurait besoin de vacances, déclarais-je en m’imaginant sur une plage de sable fin avec cette même charmante compagnie. Cependant, je me reprenais très vite alors que mon esprit tentait de visualiser Alice en maillot de bain. J’aime bien les polars aussi… J’ai pas mal de bouquins de Mary Higgins Clarks. J’adore aussi les livres de Stephen King… Il a un style bien à lui. Il est parvenu à me faire détester les clowns, dis-je en riant légèrement. Puis me vint une question complètement idiote selon moi mais je la posais quand même. T’es restée aux livres traditionnels ou tu es passée à la tablette ?


Même si la conversation était anodine j’avais cru percevoir de la rancœur, voir plus, de la part d’Alice envers les vampires. J’avais fait le choix de ne lui poser aucune question ! Je ne voulais pas la mettre mal à l’aise et je savais que les nocturnes n’avaient pas que des amis. Loin de là ! Moi non plus je ne les appréciais pas car j’avais du en combattre plus d’un durant les années sanglantes… Ils avaient laissés des marques et seul mon pouvoir m’avait sauvé.
Et concernant mes cicatrices, je me souvenais de mes deux blessures ce qui calma un peu, vraiment légèrement, le désir que j’éprouvais pour Alice ! La morsure pourrait être simple à expliquer mais la blessure par balle le serait plus difficilement. Quoique le fait que la Doc ait du ouvrir pour extraire la balle pourrait m’aider à trouver une explication.


Mais nous n’en n’étions pas là et nous parlions de nos familles respectives… et plus précisément de l’abandon que nous avions subi.
Si j’étais surpris d’apprendre que le père d’Alice soit un loup-garou, je n’en fus pas choqué… Je le lui prouvais en plaisantant ! Je souris même lorsqu’elle répéta le mot que j’avais utilisé.
Cette femme était incroyable et je ne pus m’empêcher d’effleurer doucement sa main du bout des doigts. Mon désir augmenta de plus belle lorsque la jeune femme intensifia notre contact et je lui répondais sans prêté attention à la serveuse.


- Je suis prêt à prendre le risque, déclarais-je en ne la quittant pas du regard.


Ce fut à ce même moment qu’Alice déclara qu’elle avait chaud… J’étais on ne peut plus d’accord et j’allais le lui dire mais mon regard, légèrement déçu, s’attarda sur sa main qui venait de quitter la mienne. Puis, brusquement, Alice se leva en disant qu’elle avait besoin de prendre l’air et elle fila sans demander son reste. Je le vis prendre sa veste alors que la serveuse était revenue pour me demander s’il y avait un problème.
Je ne répondais pas de suite ! Je ne savais pas vraiment quoi faire à vrai dire. Je calculais rapidement et sortais mon portefeuille pour prendre un montant approximatif mais supérieur à la commande.


- Au cas où on ne reviendrait pas, dis-je en donnant le tout à la serveuse. Ce qu’il y a en plus sera le pourboire.


Je ne lui laissais pas le temps de répondre, récupérais le sac à main d’Alice et je prenais la direction de l’entrée pour y voir une Pandore enceinte et recouverte de son propre sang… Je me figeais l’espace d’une seconde mais je choisissais de faire comme si je ne la voyais pas.


Parce que tu vas lui courir après ?!? Elle ne sait même pas qui tu es, quel monstre tu es ! Et vas-tu aussi la laisser mourir ?


J’accélérais le pas pour me retrouver dehors, mon cœur battant des records de vitesse et légèrement essoufflé. Lorsque je vis Alice, ma respiration se calma contrairement à mon rythme cardiaque. Je m’approchais d’elle et esquissais un léger sourire en lui tendant son sac à main.


- Très originale ta veste. Puis je regardais Alice dans les yeux, en hésitant. C’était bien la première fois que je ne savais pas quoi dire à une jeune femme qui me plaisait. Je me retenais de justesse de lui caresser la joue et replaçais une mèche de cheveux rebelle derrière son oreille. Alice… Est-ce que j’ai dit ou fait quelque chose qui t’a dérangé ?




.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Chaotique
Points de vie : 14
Coups du Destin: 1
Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Messages : 798
Membre du mois : 11
Je crédite ! : (c) John (c) LBG
Localisation : Livingston ou en vadrouille !
Caractère : Impulsif, violent, têtu, séduisant, travailleur et organisé
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Indéterminée !
Autres comptes : Aaron Caron

Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Sam 26 Mar - 18:45



Oh mon dieu ! Depuis quand n’avais-je pas pris de vacances ? Trop longtemps. J’enviais Ania de parcours le monde alors que moi j’étais coincé en Ecosse. Qu’on se comprenne bien j’adore ma vie, ma boutique mais de temps en temps pouvoir me détendre dans un pays, loin, au soleil, en charmante compagnie, je ne dirais pas non. J’imagine sans grand mal Damon en maillot de bain sur la plage sortant de l’eau. Une vision de bien-être m’envahis, et si je n’étais pas dans un restaurant bondé, j’aurais lâché un soupire d’aise. C'est tellement beau de rêver. J’avais prévu avant que les évènements de février ne se produisent, de passer le weekend à Montrose chez mes grands-parents. Où prendre l’avion pour Londres, et ainsi passer du temps avec ma mère. Des projets que j’ai du malheureusement mettre de côté … enfin pour l’instant.

J’écoute Damon me parler de ses lectures, appréciant au passage ses goûts en matière de livre. J’aime également les Stephen King ou Mary Higgins Clarks. Mes lèvres s’étirent lorsqu’il me déclare qu’il ne regardera plus les clowns comme avant. Il ne doit pas être le seul. J’avais également quelque réserve sur eux, mais rien avoir avec le livre de Stephen King. Je trouve leur déguisement angoissant. On ne peut pas réellement deviner ce qui se cache derrière autant de maquillage. Damon me pose une question des plus anodines, et je n’hésite pas à lui répondre.

Livre traditionnel – lui répondais-je simplement. J’aime l’odeur des livres, surtout s’ils sont anciens. J’apprécie de pouvoir tourner les pages, de l’écorné, de la malmener dans mon sac. Un livre vit au rythme de son lecteur. Nous parlons de nos vies respectives sans trop en dire. Après tout, nous avons chacun nos secrets, et je trouve, en tout cas pour ma part, en avoir déjà dit beaucoup pour un premier soir. Peut-être que c'est une erreur ! Damon ne semble pas s’offusqué concernant mes origines, et se montre tendre au point de me toucher les doigts. J’aime notre toucher, c'est à la fois agréable et chaleureux.

Prendre le risque me répétais-je dans ma tête. Suis-je prête à prendre moi-même ce risque ? De me laisser aller dans une histoire, si vraiment s’en devient une. Tout se passe de façon si étrange, que j’ai l’impression de perdre le contrôle. A chaque fois que je me laisse dicter par mes émotions, je suis plongé dans des histoires le plus souvent à la con ! C'est pourquoi j’ai arrêté de sortir avec des mecs qui pourraient réellement me plaire. Pour ne jamais perdre le contrôle. Ania m’a dit de me trouver quelqu’un avec qui je me sentirais bien. Peut-être que je me sens pas encore prête ? Brusquement, je m’étais levé, laissant Damon derrière moi. Brusquement, j’ai étais prise de panique. J’avais besoin d’air, de reprendre le contrôle.

J’étais contre la voiture, ma veste ouverte laissant ainsi le vent s’engouffrer et me rafraichir. Ce n’est pas mon genre de paniquer … enfin si ! En fait, je panique tout le temps lorsqu’il s’agit des hommes qui seraient susceptible de me plaire plus que nécessaire. Ils auraient tout fait de m’abandonner dés qu’ils auraient ce qu’ils veulent. Mon cœur bat la chamade, et voir apparaître Damon ne m’aide pas. Je me sens gêné, resserrant ma veste contre moi. Je souris lorsqu’il fait allusion à ma veste. Je récupère mon sac, et le passe en bandoulière.

C'est un cadeau de mon beau-père. – lui expliquais-je en m’approchant également de lui. Il ne semblait pas m’en vouloir. Pourtant, il devrait ! – J’y tiens beaucoup ! Je crois qu’en m’offrant ce genre de veste, il pensait que ça éloignerai les hommes – dis-je en songeant à Tobias. Une veste militaire, un peu grande, cachant ma poitrine pour éviter que je sois la proie de certain. Un camouflage. Ça n’a jamais réellement marché mais j’y tiens. Alors qu’il me pose une question qui me fait baisser les yeux. Un peu de honte. Ce n’était pas de sa faute, mais plutôt de la mienne et de mon manque de confiance pour la gente masculine. – Non, tu as été … tu es parfait … j’ai juste un peu paniqué. Ça fait longtemps qu’un homme ne m’a pas fait autant d’effet. – Je lève mon regard vers l’avocat, plongeant mon regard intense vers le sien.

Mes mains se posent sur son torse, puis glisse doucement vers ses hanches. Mes lèvres se rapprochent des siennes. Je pouvais sentir son souffle contre ma peau, m’électrisant, me donnant envie de goûter à ses lèvres. – Si ce n’est que pour une nuit, je préfère le savoir maintenant Damon … - Au moins, je serais à quoi m’en tenir. Je ne voulais pas m’exposer émotionnellement avec Damon sans savoir où je m’étais les pieds. J’avais envie de l’embrasser, et tout mon corps réclamait une étreinte. Sous ma main gauche, je sens comme un tissu supplémentaire sous sa chemise. – J’ai envie de toi … - lui avouais-je en pressant mes mains sur ses hanches pour coller mon corps contre le sien.

avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Sam 26 Mar - 21:40

Le temps d’une soirée en compagnie du diable

 
Des vacances ! Je venais d’en parler à Alice alors que je commençais à oublier ce que ce mot signifiait. Mais cela ne me manquait pas car j’avais tout de même du temps pour moi certains jours… Du moins je pensais que cela n’était pas un manque ! Mais maintenant que je faisais face à Alice et que mon esprit s’était amusé, avec plaisir, à l’imaginer en maillot de bain je devais reconnaître que je serais volontiers parti à l’autre bout du monde avec elle. Mais c’était impossible ! On se connaissait à peine… Pour ma part cela ne serait que positif puisque je m’éloignerais de tout ce qui avait pu me mettre en danger ces derniers temps mais pour Alice c’était différent. Elle avait sa boutique à faire tourner. J’eus un léger sourire en me rendant compte que je ne faisais pas passer mes envies en premier ! Et puis la jeune femme m’aurait sûrement pris pour un fou si je lui demandais de partir en escapade avec moi maintenant.


Je me contentais donc d’une discussion intéressante sur nos goûts respectifs en matière de littérature. Ces derniers étaient très proches et c’est sûrement pourquoi je posais à la belle une question des plus spontanées. Personnellement j’avais en horreur les tablettes même si j’étais accro à toutes les nouvelles technologies. Seuls ces instruments de lecture ne m’avaient pas convaincus et j’étais persuadé que cela serait toujours le cas.
Un sourire radieux apparu sur mon visage lorsque j’entendais la réponse d’Alice. Je lui adressais un signe de tête entendu.


- Merveilleuse réponse… C’est la même pour moi, ajoutais-je. Je trouve que la tablette dénature le plaisir de la lecture. Sans oublier tous les inconvénients qui vont avec.


Combien de fois j’avais vu des gens, dans des cafés, demander au serveur où ils pouvaient mettre leur tablette en charge ? Un livre ne risquait pas de connaître ce genre de problème ou même d’être fêlé. C’était la réponse que je donnais à chaque fois qu’on tentait de me faire acheter une tablette de lecture ! Et pour le coup, peu m’importait si je faisais vieux jeux !
Bref, la soirée se déroulait merveilleusement bien et ce, même si la jeune femme avait un père loup-garou. Les origines de notre naissance ne pouvaient pas nous être imputées. Du moins c’était mon point de vue ! Mais celui-ci ne venait-il pas du fait que j’étais en train de me rapprocher d’une parfaite humaine qui comme le monde entier devait haïr les semi-démons ? Que ferait-elle si je lui avouais mes origines ? L’accepterait-elle ? J’avais des doutes… mais pourtant j’étais bel et bien en train d’envisager sa réaction.


Cependant, aucun n’aveu ne fut fait puisque la jeune femme sortit précipitamment du restaurant ce qui fit sourire la serveuse. Même si cela m’agaça au plus haut point, je laissais à cette dernière de quoi payer la note et même plus. Je ne traînais pas pour sortir ! J’avais plusieurs raisons de me hâter… La première était que je ne voulais pas que la soirée avec Alice se termine et la seconde était que je ne voulais pas faire face à mes propres démons.
Je fus donc réellement soulagé en voyant la séduisante jeune femme près d’une voiture. Je m’approchais d’elle en la complimentant sur sa veste. Cette dernière dénotait peut-être avec la tenue portée mais elle était vraiment sympa. Un sourire rassuré apparu sur mon visage lorsque Alice se rapprocha de moi en m’expliquant qui lui avait offert ce vêtement et dans quel but. Cette révélation m’amusa !


- Ton beau-père a de très bons goûts. Mais je ne suis pas sûr… non ! Je suis certain qu’elle ne sera d’aucune aide pour repousser la gente masculine. Regarde, je suis là !


Je l’avais regardé dans les yeux avec l’envie intense de l’embrasser mais avant cela je devais savoir ce qui l’avait fait fuir. Je redoutais que cela vienne de moi alors que j’avais, durant presque un an, aimé… que dis-je ? J’avais adoré que les gens me fui, me craigne. Ce soir, cette simple idée m’angoissait.
Voilà pourquoi je poussais un léger soupir de soulagement en entendant la réponse d’Alice. Je caressais alors sa joue et déclarais doucement sans même m’en rendre compte.


- Oh… Je ne suis pas parfait tu sais ! Je marquais une pause. Et me concernant, c’est la première fois qu’une femme me fait autant d’effet.


J’étais vraiment sincère ! Jamais je n’avais ressenti ça… La seule relation de réellement intense que j’avais eue était née du chaos. Cette fois, le chaos n’y était pour rien… absolument pour rien !
Alice se rapprocha encore davantage et une nouvelle crainte naquit après un frisson de plaisir. Ses mains venaient de passer de mon torse à mes hanches… Ce simple effleurement titilla désagréablement ma blessure. Mais je ne laissais rien paraître en apparence, je me concentrais pour oublier ce picotement. Je regardais même Alice avec tendresse suite à ses propos. La proximité de nos lèvres me donnait envie d’y goûter mais je prenais la parole…


- Non, ce n’est pas ce que je veux, dis-je sans réfléchir à cause de mon inattention. Enfin, j’ai envie de toi… mais pas seulement pour une nuit. J’apprécie de passer du temps avec toi…


J’aimais celui que j’étais avec elle… Elle me faisait changer et je devais reconnaître que cela me plaisait réellement.
Je me penchais après les derniers mots de la belle et alors que nos lèvres s’effleuraient j’eus le souffle coupé. Je poussais un léger gémissement quasi inaudible alors que la pression de la main d’Alice sur mon flanc m’avait donné l’impression d’un coup de couteau. Je posais ma main sur celle d’Alice en me doutant qu’au moins un point de suture venait de lâcher.


- Je suis désolé. Je ne savais pas pourquoi je venais de lui dire cela et comme pour lui faire oublier, mes lèvres offrirent un léger baiser aux siennes. Alice… est-ce que tu aurais dans ton sac des pansements strip ou une herbe magique cicatrisante ?


J’avais demandé cela d’un ton calme car je ne voulais pas que la jeune femme panique… Je ne voulais pas non plus lâcher sa main car elle comprendrait encore plus vite si elle voyait du sang. Je voulais que la soirée continue comme elle avait commencé. Mes yeux étaient plongés dans ceux d’Alice et je guettais la moindre de ses réactions alors que j’avais de plus en plus envie de l’enlacer.





.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Chaotique
Points de vie : 14
Coups du Destin: 1
Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Messages : 798
Membre du mois : 11
Je crédite ! : (c) John (c) LBG
Localisation : Livingston ou en vadrouille !
Caractère : Impulsif, violent, têtu, séduisant, travailleur et organisé
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Indéterminée !
Autres comptes : Aaron Caron

Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Dim 27 Mar - 0:12



Ma veste ne me rendait pas invisible aux yeux de l’avocat. Je n’en avais d’ailleurs pas envie. Ma veste me fut offerte pour cacher ma poitrine lorsque j’étais adolescente. Là j’avais juste envie de montrer à Damon tout ce que je pouvais lui offrir. Exciter. Grave ! Comment ne pas l’être avec l’homme séduisant qui me faisait face. Je n’avais pas été avec un homme depuis cinq mois. Il y avait également du manque, et c'est certainement pour cela que mon bas-ventre me tiraille autant. J’essaye de reprendre le dessus sur mes envies, mes désires mais ce n’est vraiment pas évident. J’étais si proche de lui, que j’ai du mal à réfléchir correctement. Sa caresse sur ma joue me fait rater un battement de cœur. Il m’avoue que je lui faisais également beaucoup d’effet. Je souris charmé par son aveu.

J’étais si proche de lui, mes lèvres si proches des siennes. Mon cœur tambourine dans ma poitrine au point que j’ai l’impression qu’il va éclater. Il voulait la même chose que moi. Peut-être n’est-ce qu’un mensonge mais j’avais envie d’y croire. Je balaye de mon esprit mes doutes, et regarde intensément Damon.

Je m’accroche un peu plus sur ses hanches, alors que ses lèvres effleurent les miennes. Pourtant, tout s’arrête là. Damon grimace. Merde j’ai du lui marcher sur les pieds. J’étais tellement maladroite que ça m’étonnerai pas. Je sens sa main se poser sur le mienne. Il s’excuse. Je n’ai pas le temps de réfléchir sûr ce qu’il se passe, qu’il dépose un baiser sur les lèvres. Je fronce les sourcils, perplexe lorsqu’il me demande si j’avais un pansement ou une herbe magique.

Heum, je ne crois pas … – Réfléchissant à ce que j’avais dans mon sac à main. Je baisse mon regard sur ma main toujours cachée par celle de Damon. Il semble souffrir, et je comprends que sa douleur vient de là. – laisse moi regarder … - dis-je en écartant ma main dont je pouvais sentir ce double tissus sous sa chemise.

A première vu il n’y avait pas de sang, c'est en soulevant sa chemise que je tombe sur un pansement dont le centre est légèrement rougi. Je ne fais aucun commentaire sur le coup, et regarde Damon. – Je n’ai pas de pansement, et mes herbes magiques sont chez moi … mais je dois avoir de quoi changer ton pansement. – Je nous tourne pour qu’il se trouve à ma place et qu’il puisse se poser contre un véhicule s’il le souhaitait. – Fais-moi confiance, je vais arranger ça ! – déclarais-je comme si je savais très bien ce que je faisais. La vérité, c'est qu’à partie de ce moment, c’est de l’improvisation. J’enlève le pansement délicatement du flan de Damon, constatant du peu que je pouvais voir qu’il avait des muscles bien dessiné. On se concentre ! Sa plaie saigne, et il semble qu’une suture à lâchée. Je ne le questionne pas pour l’instant, décidé à m’occuper de mon blessé.

Pendant que Damon tient sa chemise, je recherche dans mon sac mon pseudo-pansement ; Je sors un protège slip, et l’ouvre. Je lève mon regard sur l’avocat. – Quant j’en aurais fini … tu auras un bisou magique – le taquinais-je en plaquant le protège slip sur sa plaies. Ça ne sera pas suffisant pour arrêter les saignements mais au moins ça l’estompera pour quelques heures le temps qu’un médecin lui refasse sa suture. J’utilise les sparadraps de l’ancien pansement pour que le tout tienne ; - Est-ce que tu vas me raconter ce qu’il t’es arrivé ? Où on attend d’être plus intime pour nous raconter toutes nos blessures ?

Moi-même, je gardais le secret sur le bleu sur mon visage. Qui suis-je pour l’interroger alors que moi-même je ne souhaitais m’étendre sur mes propres blessures ; Notre relation ne fait que commencer, et je n’avais pas envie de brusquer les choses. Sa blessure ne semblait pas grave malgré l’étendue des points de sutures. Il faut dire que je n’étais pas médecin, du coup, il m’était difficile d’évaluer la gravité de sa blessure.



avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Lun 28 Mar - 0:21

Le temps d’une soirée en compagnie du diable

 
Je fus étonné du soulagement que je ressentais en voyant Alice dehors… Je ne sais pas comment j’aurais réagi si elle avait décidé de partir ! Je me serais sûrement rendu chez elle pour obtenir une explication. Mais elle était là ; toujours aussi séduisante dans sa veste trop grande et trop masculine pour sa tenue…
La plus grande partie de mon angoisse s’envola alors que nous nous rapprochions de nouveau. Ce n’était pas moi qui l’avais fait fuir… Elle avait juste paniqué ! Je chassais la question qui me venait à l’esprit. Je ne voulais pas savoir comment elle réagirait si elle apprenait ce que j’étais. Non ! Je ne voulais pas le savoir car je savais l’image que les gens avaient des semi-démons. Alice avait beau être merveilleusement différente, je ne savais pas si son opinion concernant les rejetons de l’enfer était plus compréhensive que celle du commun des mortels.
Cependant, nous n’en n’étions pas à ce genre d’échange mais nos paroles avaient tout autant d’importance. Car, pour la première fois de ma vie, je désirais une femme d’une manière nouvelle. Je l’avouais à Alice ! Ce que je voulais d’elle ce n’était pas seulement du bon temps partagé au cours d’une nuit. Non ! C’était bien plus que cela.


La merveilleuse soirée reprenait son cours mais une chose interféra et coupa cours au prélude d’un nouveau baiser. Ma vie de semi-démon me rattrapait et j’eus le souffle coupé. Je vis immédiatement qu’Alice ne comprenais pas ce qui se passait, du moins pas de suite. Le bref baiser que je lui donnais était une diversion inutile à la découverte de ma blessure par la jeune femme. Car très vite elle repéra d’où venait le souci… même si mes paroles avaient été un indice de taille.
Ma respiration et les battements de mon cœur s’accélérèrent alors qu’Alice me demandait de la laisser regarder. Mon regard plongé dans le sien, anxieux, j’hésitais avant de la laisser faire. J’étais indécis… Je me rendais compte que je me mettais en danger et je ne savais plus vraiment quoi faire. Je baissais les yeux sur le pansement à découvert pour voir que la plaie avait bel et bien recommencé à saigner. J’inspirais pour calmer mon stress et la douce voix d’Alice m’y aida fortement même si ses paroles n’était pas forcément des bonnes nouvelles jusqu’à ce qu’elle me dise qu’elle pouvait refaire un pansement. J’esquissais un léger sourire tout en tenant ma chemise pendant que la jeune femme fouillait dans son sac après avoir ôté le premier pansement…


- Géniale comme tu es il n’y a pas de souci pour que je te fasse confiance ! déclarais-je en observant chacun de ses mouvements.


Je fronçais les sourcils de surprise en la voyant sortir… un protège-slip ! Allait-elle vraiment faire ce que je pensais qu’elle allait faire ? Apparemment oui… Je souris à ses paroles et surtout à sa promesse alors qu’elle levait son regard vers moi.


- C’est noté… En tout cas ta veste est parfaite pour la situation. Ton improvisation de soin c’est un peu à la guerre comme à la guerre, déclarais-je avec un léger clin d’œil.


Je ne bronchais pas lorsqu’elle termina le soin et me contentais de la fixer en lâchant ma chemise lorsqu’elle posa ses questions. Je ne savais pas vraiment quoi répondre ! Alors je disais ce qui me passait par la tête pour commencer…


- J’attends mon bisou magique avant, dis-je en effleurant doucement mais volontairement son bleu habillement dissimulé par du maquillage. Je l’observais avant d’ajouter doucement. Cela va nous en faire des rendez-vous si on doit se raconter toutes nos blessures… et je dois t'avouer que je ne suis pas contre.


Nous avions tous deux vécus les Années Sanglantes ! Des blessures physiques ou mentales, tous les survivants de cette terrible période en avaient. Cependant, l’endroit était mal choisi ! Je me doutais aussi qu’Alice allait me proposer d’aller voir un médecin et il n’en était absolument pas question. Je saurais parfaitement me ‘‘rafistoler’’, ce ne serait pas une nouveauté. Aussi je prenais les devants ! Je sortais mes clés de voiture et le lui tendais.


- Est-ce que tu accepterais qu’on aille chez toi pour que je puisse prendre la relève des soins ? Je me mordais légèrement la lèvre inférieure. S’il te plaît. Je ne veux pas que la soirée se termine dans une salle d’attente d’hôpital… vraiment pas.


C’est en me taisant que je me rendais compte de notre nouvelle proximité. Je m’étais rapproché d’Alice sans m’en rendre compte… Ses lèvres étaient comme un aimant, mon regard quitta alors ses yeux pour se poser sur sa bouche. Je n’allais pas l’attendre mon bisou magique…
Ma main droite glissa doucement derrière sa nuque alors mes lèvres capturaient celles de la jeune femme pour lui offrir un nouveau baiser, plus passionné…






.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Chaotique
Points de vie : 14
Coups du Destin: 1
Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Messages : 798
Membre du mois : 11
Je crédite ! : (c) John (c) LBG
Localisation : Livingston ou en vadrouille !
Caractère : Impulsif, violent, têtu, séduisant, travailleur et organisé
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Indéterminée !
Autres comptes : Aaron Caron

Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Lun 28 Mar - 15:18


Lorsque Damon me demande si j’ai des herbes magiques, je pense à ma petite réserve de marijuana. Une réserve de plus en plus vide. Ma propre mère me fournit. C'est thérapeutique. C'est contre mes angoisses ! Un vice que je devrais peut-être garder pour moi et éviter d’en parler avec Damon. C'est un homme de loi après tout. Quoique, il me surprend d’heure en heure. Je ne peux retenir un petit sourire lorsqu’il me dit qu’il me fait confiance. Je n’étais pas infirmière, et à sa place j’y réfléchirais à deux fois. Pourtant, il me laisse faire.

Exactement
Dis-je pour renchérir sur ses paroles. A la guerre comme à la guerre ! Concentré, je lui fais les soins d’usages, enfin des soins avec ce que j’avais sous la main. Le protège-slip semblait tenir en place. J’avais posé ma question en sachant pertinemment qu’il pouvait décider de ne pas me répondre. Moi-même, j’ai du mal à me dévoiler. Ce serait hypocrite de ma part de lui forcer la main, et de le forcer à me dire ce qu’il lui était arrivé. Lorsqu’il passa sa main sur ma joue, tout mon corps se crispe et mon cœur s’emballe à nouveau. Je regarde ses lèvres avec gourmandise.

J’espère bien que tu n’es pas contre parce qu’après qu’on ce soit raconté toutes nos blessures de guerres, on doit impérativement passer par la conversation la plus importante … se raconter toutes nos expériences sexuelles. – Je marque une pause en me mordant la lèvre inférieure. – et passer par des cas pratiques – dis-je d’une voix suave. – C'est plus parlant ! – ajoutais-je avec un petit sourire charmeur.

Mais avant de passer à cette étape, Damon devait voir un médecin. Sinon, les cas pratique risquaient de devenir une véritable épreuve pour lui. Douleur. Sang. Généralement c'est deux choses ne font pas bon ménage pour ce que j’avais envie de faire avec son corps. Lorsqu’il sort ses clés et me les présentes, j’hésite un moment. Je regarde ses clés dans ma main et me dit que le mieux ce serait quand même l’hôpital. Je doute que mon protège slip reste en place longtemps.

Je n’ai pas le temps de protester que ses lèvres capturent les miennes. Mon hésitation fond aussi vite que la neige au soleil. Je trouve cette méthode pas très loyale, mais d’un autre côté c'est tellement bon. Je réponds à son baiser en reprenant le contrôle, caressant de ma langue la sienne. Mon corps était fiévreux, désireux d’en finir avec cette tension qui me submerge à chaque fois que ses mains se posent sur moi. Pas trop vite non plus. Mes mains se posent sur ses avant bras musclés. J’arrête notre baiser, mon front contre le sien, le souffle rapide.

Ok on va chez moi – soufflais-je en levant mon regard vers lui. – mais si tu te remets à saigner après tes soins, je t’emmène chez un médecin. – lui signifiais-je en m’écartant avec difficulté. Nous rejoignions sa voiture de … sport. Merde ! Ce n’était le genre de voiture dont j’avais l’habitude de conduire. Je ressers ma prise sur ses clés. Je lui fais un sourire qui se voulait rassurant ! Lorsqu’on s’installe dans sa voiture, je me mords la lèvre avec angoisse. – Bon … humm … j’y vais ! – dis-je en démarrant.

Le moteur grogne avec fureur. La voiture file, et avant qu’on arrive chez moi, j’ai grillé deux feux rouges et un stop. Je me suis garé dans une rue derrière ma boutique. Avant de sortir du véhicule je tourne mon visage vers Damon. – Je suis désolé, … je n’ai pas l’habitude de conduire une voiture aussi puissante !

Avouais-je avec un petit sourire gêné. Nous sortons du bolide, avec pour ma part un certain soulagement. Pour faire oublier ma conduite infernale, j’attrape Damon par la main et le plaque contre mon corps. Je l’embrasse passionnément, avant de me retourner pour ouvrir ma porte. Nous étions dans l’entrée de mon arrière boutique. La pièce était sombre, et des cartons étaient disposés sur le sol. Pour éviter que Damon se prenne les pieds dans mon barda, je lui prends la main et le guide dans la pièce, monte l’escalier et ouvre la porte de mon appartement. J’allume et laisse Damon découvrir mon chez moi.

Pendant que je vais chercher de quoi te soigner … il y a de quoi boire dans le placard du bas de la cuisine. – J’avais du whisky, et de la téquila. Peut-être même un fond de rhum. – … oh est il y a de la bière dans le frigo ! – ajoutais-je en disparaissant dans ma chambre.


avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Lun 28 Mar - 22:45

Le temps d’une soirée en compagnie du diable

 
Je me laissais faire sans broncher et sans même m’interroger sur les capacités d’Alice à me soigner… Je n’avais pas mentir ! J’avais confiance en elle et je me doutais que je ne risquais rien. De plus la blessure ne c’était pas complètement rouverte, seul un point de suture avait lâché. La douleur, légèrement présente, était des plus faciles à supporter. La preuve en était que je plaisantais avec mon infirmière personnelle…
Enfin, je n’étais pas certain qu’une véritable employée de la santé aurait agi ainsi mais Alice faisait avec les moyens trouvés dans son sac et mine de rien, cela fonctionnait. Je lui adressais un clin d’œil et un bref « Merci » lorsqu’elle eut fini.

J’hésitais ensuite concernant ses questions. Bizarrement j’avais envie de lui dire mais je craignais sa réaction. Oui ! J’avais peur qu’elle me fui en sachent la vérité… D’ailleurs, était-ce vraiment une bonne idée de le lui dire ? Ne ferait-elle pas le rapprochement avec ce qui avait été dit aux informations ? Alice avait l’esprit très vif et c’était ce qui me plaisait chez elle. Alors pouvais-je mettre mon identité, le secret que je cachais depuis toujours aux non SD, en danger ? Je ne savais pas et je répondais par une diversion qui fonctionna mais qui était on ne pouvait plus sincère. Je pourrais passer des heures à discuter avec la jeune femme… même si ce soir, malgré ma blessure, j’avais d’autres envies la concernant.
Perdu dans mes pensées, je ne comprenais pas de suite les paroles de la belle. Mais un sourire séduisant apparu sur mes lèvres lorsque mon esprit tilta… Si je commençais à sérieusement avoir chaud, mon désir fut décuplé par les derniers mots d’Alice. Je fermais les yeux en souriant afin de reprendre le contrôle. Même sa voix me faisait de l’effet.


- J’ai jamais été contre la pratique, bien au contraire, répondis-je d’un ton charmeur. Je te l’ai dit, la théorie, les sous-entendus et les suppositions me rendent dingue.


Mais avant de continuer sur cette lancée d’avances non dissimulées, je lui donnais les clés de ma voiture pour que nous allions chez elle. Je ne voulais pas mettre les pieds dans un hôpital ! Cela engendrerait des questions, certes ; mais je voulais rester aux côtés d’Alice. Mon baiser le lui prouva… Il était plus passionné, plus langoureux et je crus que j’avais nous ne pourrions y mettre fin. D’ailleurs, ce fut Alice qui y mit un terme pour accepter que l’on aille chez elle. Ce baiser n’était donc que partie remise. Je me redressais lorsqu’elle parle de la visite chez le médecin si je n’arrivais pas à me soigner et avec un sourire je déclarais…


- Chef oui, chef ! Je lui adressais un clin. Ta tenue est décalée à cause de ta veste mais… mais sérieusement je te trouve craquante.


Oui, j’avais dit ce que je pensais sans prendre le temps d’y réfléchir. Alice était craquante, séduisante, attirante… Bref, elle devait plaire à beaucoup d’hommes mais c’était en ma compagnie qu’elle était ! Et j’en étais réellement ravi.
Lorsque nous montions dans ma voiture je me rendais compte que c’était la première fois que je la laissais conduire à quelqu’un. Je remarquais de suite qu’Alice n’était pas à l’aise lorsqu’elle m’annonça le départ. Je ne disais rien et lui adressais un simple sourire. Je me doutais que cela lui aurait mis la pression si je lui avais avoué que je ne faisais jamais conduire ma voiture… Et visiblement, le stress, elle l’avait déjà ! Les deux feux rouges et le stop grillés en étaient la preuve. Face à ses excuses je me penchais légèrement pour déposer un baiser dans son cou…


- On est toujours en vie… Tu feras mieux la prochaine fois !


J’en profitais pour récupérer une petite trousse de secours que je glissais dans la poche de ma veste avant de sortir rejoindre Alice. Je me laissais faire et participais avec plaisir au baiser qu’elle m’offrit avant d’ouvrir… Personnellement j’avais de moins en moins envie de me soigner.
A l’intérieur, je laissais la jeune femme me guider de son arrière-boutique à son appartement. La jeune femme m’indiqua ce qu’elle avait à boire et où avant de filer ; je n’eus donc pas le temps de lui dire que j’avais ce qu’il fallait. Je haussais les épaules, ôtais ma veste ainsi que mes chaussures et sortais trois bouteilles. Rapidement, pour me donner du courage, je buvais un verre de rhum cul-sec avant d’imbiber une compresse de l’alcool le plus fort. J’ôtais ensuite ma veste et ma chemise pour me retrouver torse nu… J’avais plusieurs cicatrices plus ou moins anciennes, datant des années sanglantes, mais les quelques hématomes de la nuit du 15 ainsi que mon bandage au bras gauche leur volaient la vedette. Je préparais le kit de suture et enlevais le pansement provisoire…


Lorsque j’appliquais le coton imbibé d’alcool sur la blessure, le coup de chaud que je ressentais fut beaucoup moins agréable que ceux que j’avais ressenti précédemment. Je m’adossais au frigo en fermant les yeux.


- Tu ne m’as pas laissé le temps de te dire que j’avais ce qu’il fallait Beauté ! déclarais-je les yeux toujours fermés alors que j’entendais Alice revenir.








.


Dernière édition par Damon Black le Jeu 31 Mar - 9:30, édité 1 fois
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Chaotique
Points de vie : 14
Coups du Destin: 1
Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Messages : 798
Membre du mois : 11
Je crédite ! : (c) John (c) LBG
Localisation : Livingston ou en vadrouille !
Caractère : Impulsif, violent, têtu, séduisant, travailleur et organisé
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Indéterminée !
Autres comptes : Aaron Caron

Chaque seconde est comptée... Sauf si le temps est un allié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   Mar 29 Mar - 0:08


Nous avions survécus à ma conduite. Je n’avais pas l’habitude de conduire une voiture avec autant de chevaux sous le capot. Quelle idée de me laisser conduire ? Il était blessé, et c'est ce qui là motivé à me laisser le volant. A sa place, je réfléchirais à deux fois avant de me laisser sa voiture la prochaine fois. Il n’avait pas encore vu mon propre véhicule tout cabossé. On a eu également de la chance qu’aucun flic ne nous ait arrêtés. En arrivant, devant ma boutique, je n’ai pas pu m’empêcher de l’embrasser. Il était beau, agréable et je fondais littéralement à chaque fois qu’il me regarde avec intensité.

On est arrivé dans mon appartement, et je me suis précipité dans ma chambre pour rechercher mon kit de soin. Ma chambre ! Il était dans un état à peu prêt acceptable. J’enlève mes vêtements sur mon lit et balance la boule de tissu dans un coin de ma chambre. J’enlève mes chaussures, ainsi que ma veste qui semble beaucoup plaire à Damon. Mes escarpins volent sous mon lit, ma veste sur ma commode. Où ais-je mis cette boite de secours ? Avec les années sanglantes, ce type de kit de secours était devenu indispensable. Je passe dans ma salle de bain, et regarde dans le placard sous mon lavabo. Bordel ! Où il se trouve ? J’essaye de me dépêcher pour éviter que Damon se mette à saigner sur mon parquet. Puis laisser un homme sexy seul c'est intolérable.

Je trouve enfin mon kit sous des essuies. En me redressant, je me regarde dans le miroir. J’enlève mon chignon, et relâche mes cheveux ondulés. Ils me retombent sur les épaules. Allez, on arrête les conneries ! J’arrive dans la grande pièce, où il y avait mon salon puis j’aperçois un homme torse nu, sexy au diable, adossé contre mon frigo. Tout mon corps s’enflamme. Il semble souffrir, et pour tout dire je souffre également mais pas de la même manière. Je ne comprends pas tout de suite, ce qu’il me raconte. Il avait de quoi se soigner et dans ma précipitation je ne m’en étais pas aperçu.

Je vois ça !
Dis-je simplement en m’approchant de Damon. Il avait sorti tous mes alcools et avait apparemment utilisé le rhum, ou le whisky pour désinfecter sa plaie. Ouille ! Ça du faire mal ! Je dépose mon kit sur ma table et me rapproche encore plus de lui. De loin, je ne m’étais pas aperçu qu’il avait autant de cicatrice, de bleu, et son bandage à son bras gauche me laisse perplexe. Pour un avocat, c'est assez surprenant. Des questions, j’en ai des tonnes qui se bousculent dans ma tête, et pourtant je garde le silence. Lorsque Damon rouvre les yeux, je le regarde intensément, et cette proximité ne m’aide pas à me concentré. Là, normalement, je devrais lui poser des questions mais tout ce que je fais c'est déposer un baiser sur ses lèvres.

Je vais m’occuper de toi. Bouge pas … - J’ouvre mon kit, où il y avait une aiguille et du fil stérilisé qui m’attendait ; ce n’était pas la première fois que j’avais un blessé à la maison. – ça fais un moment que je n’ai pas fait de point de suture, du coup … ne bouge pas

Lui ordonnais-je. Avant de commencer, je prends le rhum au goulot pour me donner du courage. Je verse l’alcool sur mon aiguille recourbé pour désinfecter. Je ne savais pas trop comment me positionner au début, puis opte pour l’une qui va devenir très gênante. J’aurais pu lui demander de s’allonger sur ma table mais je n’avais pas envie d’avoir le dos trop recourbé. Du coup, je me retrouve à genou devant Damon, le nez proche de son intimité et de sa blessure. Je me concentre sur ce que je dois faire. Bordel ! Mes mains ont envie de lui déboutonner le pantalon plutôt que de s’occuper de l’essentiel. Il faut que je me concentre.

Pour un avocat, tu es plutôt marqué ! – lui fis-je remarquer en enlevant la compresse et commençant à piquer la peau. L’opération ne dure que quelques secondes. – J’ai l’impression que tu t’es pris une voiture … - Une supposition comme une autre et franchement celle qui me rassurais le plus. Pour coupé, j’utilise mes dents et fait un nœud au fil. Je me relève, et pose mon regard sur Damon. Je pose le reste du fil sur la table et rebois une gorgée du rhum. Autant le laisser terminer ses soins.

Je ne sais pas ce qui t’es arrivé, et je ne sais pas si j’ai vraiment envie de le savoir. – lui dis-je en m’asseyant sur ma table. Il faudrait que je sache parce que ce serait plus prudent. Plus raisonnable également. D’un autre côté, je n’ai pas envie brusquer les choses entre lui et moi. J’ai la bouteille presque vide entre mes cuisses, réfléchissant à la manière de réagir. A chaque fois, que mon regard se pose sur Damon, mon corps lui sait très bien ce qu’il veux.

avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Le temps d’une soirée en compagnie du diable / Damon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Juste le temps d'un soirée? ou plus si affinité? [juliette]
» Un "nous" le temps d'une soirée llElisa/Alaric
» [Flashforward] Le temps d'une soirée ☼ Kenneth
» FlashBack Junel.♥. ♦ Le temps d'une soirée d'été
» Soirée à l'opéra Garnier...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Edimbourg
 :: Le Centre-Ville
-
Sauter vers: