AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Fou de colère, fou de chagrin, de jalousie, de joie ou fou de rien
MessageSujet: Fou de colère, fou de chagrin, de jalousie, de joie ou fou de rien   Mer 9 Mar - 22:18

J’étais assise sur mon lit, avec le sac que j’avais amené chez Savannah pour dormir, et les affaires que j’avais déposée chez Sasha, comme ça, par fragments, des fois… Mon violon, surtout. J’allais pas l’utiliser à Wolfheaven, de toute façon, donc je l’y avais laissé. Et puis, à Wolfheaven, comme je pouvais partager ma chambre à tout moment, j’avais rien trop mis de perso. Et toutes mes affaires personnelles tenaient dans une valise. Qui était chez Sasha. Y’avait que mes habits qui étaient à Wolfheaven. Enfin, ils étaient brûlés, maintenant. J’avais les yeux bouffis, d’avoir pleuré toute la nuit. J’avais froid et chaud, j’avais envie de prendre un bain… Oui, un bain, ça serait bien. Je me faisais couler un très très long bain, et involontairement, je me remettais à sangloter. J’alternais entre l’air totalement morne, et les larmes, depuis le milieu de la nuit, depuis que Sasha était venue me chercher. Je crois qu’elle m’avait prise dans ses bras et qu’elle m’avait fait monter doucement, mais je me souvenais plus très bien. Je me souvenais même pas d’avoir mis ce t-shirt trois fois trop large pour moi pour dormir.

Je restais je ne sais combien de temps, dans la baignoire. Une heure ? Deux ? Trois, peut-être. Longtemps, en tout cas. A tel point que j’aurai presque pu m’y noyer, ou m’endormir dedans, ou… Je relevais brusquement la tête, la sentant entrer au contact de l’eau. Je m’étais peut-être vraiment endormie. L’eau était froide, en tout cas. Je grelottais, comme si le fait de prendre conscience de sa température influençait mes réactions. Je sortais et m’enveloppais dans un gros peignoir blanc tout doux et super confortable qui se trouvait là. Je me souvenais pas de l’avoir déjà vu, mais j’avais tout chaud dedans. Je mettais mes chaussons souris – avec des petites oreilles et tout – et je descendais. J’avais faim. Quelle heure il était ? J’en savais trop rien, mais en tout cas, il faisait nuit dehors. Baillant, je prenais l’escalier d’un pas lourd, me dirigeant vers notre petite cuisine. J’avais encore plein de travaux à faire chez Sasha, mais c’était quand même chouette.

J’écoutais à peine la musique qui résonnait dans mes oreilles, ayant machinalement récupéré le MP3 que j’avais dans ma chambre. Sasha était-elle là ? Peut-être pas. Elle devait avoir beaucoup à travailler. Je fredonnais la chanson. Une chanson triste, mais qui collait bien à mon humeur. Un peu trop bien, même.

« There's a grief that can't be spoken. There's a pain goes on and on. Empty chairs at empty tables, now my friends are dead and gone. »

J’avançais machinalement, jusqu’à me cogner dans une lampe, et à retenir difficilement une exclamation de surprise et de douleur. Je levais les yeux, pour voir Sasha accoudée au comptoir. Sans réfléchir, je m’en approchais et me blottissais entre ses bras, refreinant les larmes.

_________________
“Notre voie ressemble à ce qui se passe quand on reste dans le noir. Ceux qui sont à la lumière n'y voient rien dans le noir, tandis que ceux qui sont dans le noir voient tout à la lumière.”


Rewards & stuff:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défense
Points de vie : 13
Coups du Destin: 12
You did not break me, I'm still fighting for peace.
Messages : 4409
Membre du mois : 195
Je crédite ! : Nao (avatar & signature) | Kanala (rewards)
Vos Liens :

Liens:
 


Autres comptes : Freyja Swayne
Double compte de Freyja - Modératrice
You did not break me, I'm still fighting for peace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2771-alexis-lindon-il http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2788-alexis http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2787-alexis
MessageSujet: Re: Fou de colère, fou de chagrin, de jalousie, de joie ou fou de rien   Jeu 10 Mar - 21:23

Je suis rentrée depuis quelques minutes à peine et la maison était encore plongée dans l'obscurité et je me fais aussi silencieuse que possible. Si Lexie a vraiment réussi à s'endormir plus de cinq minutes, je ne veux surtout pas la réveiller. Je n'ai pas envie qu'elle se retrouver frappée à nouveau par la réalité, par tout ce qu'elle vient de perdre sans avoir compris ce qui s'est passé. Parce qu'après la journée que je viens de vivre, c'est le sentiment général que j'ai pu apercevoir des quelques personnes que j'ai croisées.

L'incompréhension. Qui laissera peu à peu place à une colère que je ne veux pas voir briller dans les yeux de la jeune femme.
Mais je ne sais pas comment elle va réagir. Personne ne peut deviner à l'avance quelles peuvent être les réactions face à un événement pareil et j'ai peur pour Lexie. Vraiment. Parce que le pire comme le meilleur peuvent ressortir de chacun de nous, je l'ai suffisamment vu depuis les années sanglantes.

Je dépose les deux pizzas que j'ai achetées en passant, ne sachant pas si elle aurait envie de manger ou pas et j'attaque la lecture de l'un des journaux que j'ai récupérés et que je n'ai pas du tout envie de découvrir. Ils ne savent rien et commencent déjà à broder sur le peu d'éléments dont ils disposent. Heureusement, personne n'a accepté de leur parler pour le moment et je me doute qu'une conférence de presse va bientôt avoir lieu. Ou a déjà eu lieu et je n'ai pas suivi, c'est possible. Je jette un regard à mon téléphone qui vient de se mettre à sonner. Mc Borough. Merveilleux. Je décroche et j'essaie de parler à voix aussi basse que possible.

Oui je reviens bientôt au bureau. Oui je ne me suis absentée qu'une heure ou deux. Et dormir c'est en option je suppose ? Vrai qu'il est tellement pertinent que je continue d'enquêter sans me reposer un peu. Je lève les yeux au ciel à plusieurs reprises et il finit probablement par comprendre qu'il doit me laisser respirer un peu et par me donner rendez-vous le lendemain à Wolfheaven. Je pousse un soupir de soulagement et je raccroche avant de me pencher sur un des articles à la une.

Je ne sais pas combien de temps je passe, debout accoudée au comptoir mais finis de lire l'article et je pousse un soupir avant de le jeter à la poubelle. Inutile que Lexie voit ça, je ne me suis pas encore sentie le courage de lui raconter vraiment tout ce qui s'est passé et, de toute façon, tout n'a pas encore été défini avec précision.

J'entends alors du bruit à l'étage mais je ne bouge pas. Elle n'a peut-être envie de voir personne et va retourner dormir, je ne sais pas trop. Mais la voilà qui arrive. Je fronce les sourcils en la voyant heurter la lampe, réalisant à quel point elle tient à peine debout et qu'elle semble à bout de force. Alors, quand elle se blottit dans mes bras, je la serre contre moi sans rien dire, mon bras passé autour de ses épaules alors que je remets en place les mèches de cheveux éparses encore mouillées et collées sur son front. Je ne sais pas combien de temps nous restons comme ça, sans bouger et ça n'a pas la moindre importance. J'ai commencé à fredonner, tout doucement, une de ces berceuses que me chantait ma mère quand j'étais toute petite.

Je me penche un peu, effleurant son front d'un baiser avant de souffler, à mi-voix, sans pour autant la lâcher.

"Tu as le droit de pleurer petite luciole. Et de dire tout ce qui te vient à l'esprit, de demander ce que tu veux. Personne ne t'en voudra. Vraiment."

Surtout pas moi.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 16
Coups du Destin: 8
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Messages : 1221
Membre du mois : 42
Je crédite ! : (c) Kanala pour l'avtar - Mal' pour la sign'
Caractère : Sérieuse - Perfectionniste - Obsessionnelle - Réfléchie - Cynique - Fidèle
Vos Liens : Liens - Téléphone - RP

Autres comptes : Noah
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Fou de colère, fou de chagrin, de jalousie, de joie ou fou de rien   Jeu 17 Mar - 17:06

Je ne sais pas si c’est sa main qui réordonne mes cheveux, ou simplement le fait de ne pas me sentir tout à fait toute seule alors que je viens de perdre la nouvelle famille qui m’avait accueillie. J’ai toujours Roxane, j’ai toujours Savannah, j’ai aussi Malcom… Charlie doit être vivante, enfin j’espère, elle est plus des nôtres, elle était plus de la meute, alors peut-être que… J’espère. Je me serre un peu plus contre elle, parce que ça fait du bien. Ce qu’elle chantonne, sa présence… Je crois que les larmes coulent cette fois. Mais je m’en fiche. Je m’apaise un peu, sous ses gestes, et je m’arrête de sangloter quand elle embrasse mon front, tout en me gardant dans ses bras. Heureusement qu’elle a bien voulu de moi… J’ai envie de lui dire merci, mais mes mots se brisent avant même qu’ils ne sortent, alors qu’elle parle. Et que je ressens un élan d’affection pour elle. Elle était pas obligée de m’accepter, de m’accueillir. Elle était pas obligée, là, de me serrer dans ses bras, et d’être si gentille. Non, elle aurait pu juste me laisser affronter ça toute seule. J’aurai pu aller dormir dans l’ancienne maison de papa et maman. Je suis majeure, après tout. Elle n’a aucune obligation, et elle le fait quand même.

Je m’accroche à elle, comme si j’allais partir à la dérive, et peut-être que ça serait le cas, si je la lâchais. J’ai l’impression d’avoir treize ans à nouveau, mais je veux pas m’éloigner. Je veux pas qu’elle aussi me soit prise, comme tout le monde autour de moi. Tout le monde… Je grimace, secouant la tête pour moi même, même pas sûre qu’elle le voit.

« J’ai peur, j’ai peur en permanence qu’on m’annonce une catastrophe ou qu’on m’appelle des urgences… »

Je grimace encore, j’ai pas fait exprès de dire ça. J’ai pas voulu. C’est vrai, mais j’ai quand même peur. Je ne veux pas la perdre.

« On a de la chance d’être ensemble, toutes les deux… Je t’aime, Sasha. Je veux pas te perdre. J’ai peur. »

On peut encore se parler, se toucher, se voir. Je l’ai pas perdue, pas encore. Mais est-ce que ça va pas arriver plus tôt que je ne le crois ? Je sais pas, je sais plus. Avant, je croyais que tout allait mieux, que tout irait toujours mieux. J’avais la meute, une nouvelle famille, j’avais mon frère, j’avais Savannah, Eilih, Sasha… Malcom, un peu, même s’il m’effraye toujours un peu. Et maintenant… Qu’est-ce qui me dit que j’aurai toujours ça, tout le temps ? Je sais pas. Je la regarde sérieusement, hésitant à parler…

« Tu m’abandonneras pas ? C’était… c’est ma famille, tu sais. J’ai plus de famille, je crois. Je veux pas être toute seule. »

Oui, c’est enfantin, oui c’est bête. Non, j’ai rien d’autre à dire.

_________________
“Notre voie ressemble à ce qui se passe quand on reste dans le noir. Ceux qui sont à la lumière n'y voient rien dans le noir, tandis que ceux qui sont dans le noir voient tout à la lumière.”


Rewards & stuff:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défense
Points de vie : 13
Coups du Destin: 12
You did not break me, I'm still fighting for peace.
Messages : 4409
Membre du mois : 195
Je crédite ! : Nao (avatar & signature) | Kanala (rewards)
Vos Liens :

Liens:
 


Autres comptes : Freyja Swayne
Double compte de Freyja - Modératrice
You did not break me, I'm still fighting for peace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2771-alexis-lindon-il http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2788-alexis http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2787-alexis
MessageSujet: Re: Fou de colère, fou de chagrin, de jalousie, de joie ou fou de rien   Sam 26 Mar - 13:58

J'aimerais trouver les mots qu'il faut, ces mots qui font mouche et qui consolent en quelques instants à peine. Mais, pour avoir déjà perdu des gens qui me sont chers, je sais que ces mots n'existent pas. Qu'il n'y a rien que l'on puisse dire ou faire qui serve vraiment à quelque chose. J'ai toujours cru que cette histoire du temps qui fait son œuvre n'était qu'un cliché, histoire de se trouver une excuse pour que ça n'aille pas mieux. Et pourtant, avec le recul, je me rends compte que c'est la seule chose qui fonctionne vraiment.

Lexie a une autre chance, elle n'est pas seule pour affronter tout ça. Elle a perdu ses repères cette nuit et des gens à qui elle s'était grandement attachée, une famille auprès de qui elle pensait pouvoir construire de nouvelles choses. Mais, certains d'entre eux sont toujours là et j'ose espérer qu'ils vont tenir bon, que les choses ne vont pas empirer.

En attendant, la seule chose que je puisse faire, c'est lui montrer que je suis là, qu'elle peut compter sur moi. j'espère juste qu'elle ne fera pas trop de rapprochements entre ce qui vient de se passer et les risques que je ne vais pas manquer de prendre au courant des prochaines semaines. Parce que les choses ne vont pas bien se passer. Je le sais bien et il serait idiot de se leurrer à ce propos. D'une manière ou d'une autre, nous prendrons un retour de bâton, que ce soit la PES ou les autres. Et je sais que je suis en première ligne pour tout ça. Alors, je la serre dans mes bras, tant pour la rassurer que pour le faire moi aussi d'une certaine façon.

Quand elle prend enfin la parole, je réprime un léger soupir et je souffle, d'un ton aussi doux que possible.

"C'est normal d'avoir peur avec tout ce qui vient de se passer. Et je te prendrais pour une idiote en te disant que ça va s'arranger rapidement. Il faudra du temps pour que ça passe et, surtout, ça ira quand tu verras qu'il ne va pas y avoir d'autre catastrophe."

Quand bien même moi aussi je redoute chacun des appels que je peux recevoir. Je ne sais pas si les choses vont se calmer, si le pire est passé ou si ce n'est que le début mais, depuis quelques années, il m'est impossible de croire que les choses puissent s'arranger réellement.

Au reste de ses propos, je laisse filer un silence. Je devrais lui dire la vérité, que la vie que je mène est plus propice à une disparition prématurée qu'autre chose, mais je ne peux pas. Pas maintenant en tout cas.

"Tu ne me perdras pas Lexie. Je suis là, avec toi et je n'ai pas l'intention de te laisser. Cette maison est la tienne autant que la mienne et on est ici ensemble."

Elle a raison, on a de la chance d'être toutes les deux, surtout avec ce qui vient de se passer. Et le fait de la voir grimacer me serre le cœur. Je la savais déstabilisée et chamboulée, je ne pensais pas à ce point-là.

"Moi aussi je t'aime petite luciole. Et c'est bien quelque chose que je n'ai dit à personne depuis bien longtemps tu sais."

Je la serre un peu plus fort contre moi. Comme quoi, cette part d'attachement, d'humanité, de compassion, que je pensais être disparue depuis longtemps n'était peut-être qu'en sommeil.
Mais je ne suis pas persuadée que ce soit le meilleur moment pour qu'elle se réveille. Pas avec tout ce qui se passe ces derniers temps, pas avec les risques que cela peut engendrer, surtout pour elle. Il n'y a probablement rien de bon à être attachée à la directrice de la PES mais je ne me sens pas le cœur de le lui dire, tant pour moi que pour elle.

Je me contente alors de me focaliser sur le moment présent et je reprends, d'une voix toujours aussi calme.

"Tu veux en parler ? De ce qui s'est passé."

Je ne la forcerais pas si elle ne veut pas mais elle peut avoir besoin de connaitre plus de détails. Et, si c'est le cas, je préfère qu'elle l'apprenne par moi plutôt que par des sources biaisées, les médias ou des membres de la meute pas du tout objectifs.

"Sinon on peut aussi manger la pizza que j'ai ramené."
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 16
Coups du Destin: 8
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Messages : 1221
Membre du mois : 42
Je crédite ! : (c) Kanala pour l'avtar - Mal' pour la sign'
Caractère : Sérieuse - Perfectionniste - Obsessionnelle - Réfléchie - Cynique - Fidèle
Vos Liens : Liens - Téléphone - RP

Autres comptes : Noah
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Fou de colère, fou de chagrin, de jalousie, de joie ou fou de rien   Jeu 31 Mar - 15:53

Je voudrais être forte. Ne pas pleurer. Ne pas montrer ma détresse. Parce que si j’y arrive pas maintenant, qu’est-ce qui me dit que je pourrais y arriver après ? Que je pourrais ne pas m’effondrer ? Être là pour Savannah, qui va en avoir besoin ? Qu’on va toujours… je sais pas, pouvoir être une famille, avec la meu… Ce qui reste de notre alliance ? Est-ce qu’on pourra au moins rester ensemble, se voir, s’aider ? Je n’en sais rien, je suis complètement perdue, désemparée, incapable de savoir ce que seront les choses demain, après-demain, et les autres jours encore. Quelqu’un pourrait-il seulement me le dire ? Quelqu’un peut-il m’affirmer qu’il ne nous arrivera plus rien ? Non, et je ne peux même pas demander ça à Sasha. Parce qu’elle n’est peut-être pas en sécurité à cause de moi. Mais je n’y pense pas, non, je pense juste à ma peur, à ma douleur. Je ne veux pas la perdre, je veux que ça soit chez nous, ici, chez elle et moi. Je veux… rester avec elle, et encore voir les autres, et rester avec eux. Et garder cette normalité qui était devenu la mienne. Je veux pas perdre Sasha, mais je veux pas perdre la meute. Je veux pas perdre ces gens qui m’ont aidée à croire que j’avais un avenir. Même si celui qui m’a convaincue que je pouvais continuer et finir le lycée et même aller à l’université est mort. Même si celle qui m’a permis de me défaire de l’emprise de Constance, bien malgré moi, ne faisait plus partie de la meute. Même si celle qui m’a permis de voir au delà de ma petite vie sans risque mais sans attache de voleuse avait eu beaucoup à faire en tant que jolfr puis exécutrice, et qu’on avait pas beaucoup pu se voir, dernièrement. Mais tous ces mots restent coincés dans ma gorge, alors que je dis à Sasha que j’ai peur, que je me blottis contre elle encore un peu plus, comme si c’était la seule chose qui me liait à la terre, qui m’empêchait de hurler, de débloquer.

« Comment on peut être sûrs ? Qu’il n’y aura pas d’autres catastrophes ? Là c’était nous, mais avant, c’était… tout le monde. En février. Ça s’arrêtera vraiment un jour ? »

Ma gorge se noue, alors que je dis ça, je m’étouffe à moitié entre deux sanglots, entre deux bouts de phrases. Je veux pas être défaitiste, je veux pas vivre dans la peur tout le temps mais là… J’arrive pas à croire que ça ira. Non, j’y arrive pas du tout. Et je crois que ça ressort, alors que je lui demande de pas m’abandonner. Je sais que… papa et maman ont pas fait exprès. Que… c’est la faute d’aucun de nous, si la meute a explosé. Littéralement. Mais… Je veux pas être toute seule.

« D’accord. Je ferai vraiment de cette maison quelque chose à nous, tu sais. Une fois qu’elle sera toute décorée… Quand tu viendras, tu penseras que c’est ta maison, et que tu y es bien. Je te le jure. »

Oui, je sais que c’était futile, mais… Mais j’avais besoin de m’accrocher à ça. Je crois. Sauf que les paroles qu’elle prononce ensuite m’empêchent de m’y concentrer. Et que je la serre encore plus fort, moi aussi. Je disais pas ça pour qu’elle m’avoue la même chose. Même pas du tout. J’étais juste sincère. Mais ça me touche, plus que je ne l’aurai cru, qu’elle me le dise. Peut-être que j’en ai besoin, finalement.

« Je suis de ta famille, Sasha ? Parce que toi, t’es de la mienne. »

Je rougissais légèrement, gênée d’avouer ça, même si c’était vrai. Tant pis, c’était trop tard. Peut-être qu’elle le prendrait même pas mal. Ça changeait pas beaucoup que de lui avoir dit que je l’aimais, si ? Je sais pas.

Je m’éloigne un peu, la gardant quand même dans mes bras, pour regarder son visage. Si elle a l’air trop fatiguée ou… ou je sais pas… je la mettrais au lit. Je suis sûre qu’elle va pas beaucoup se reposer, je veux pas la fatiguer encore plus. Sauf qu’elle pose une question qui me fait baisser les yeux. En parler ? Je… je sais pas. Est-ce que j’en ai envie ? Est-ce que j’en ai… besoin ? J’ai pas l’habitude de parler. Enfin si, mais pas… consciemment. D’habitude, je le fais pas exprès.

« Tu crois que c’est les vampires ? Ça serait gros, non, que ça se passe comme par hasard juste après leur départ ? Ils sont pas… idiots, si ? Tu crois que… que ma copine Savannah est en danger ? Dis, tu crois que… Qu’elle pourrait avoir des trucs pour se protéger des vampires ? Je… La vampire qui m’a capturée, elle pouvait pas me forcer à faire quoi que ce soit. Enfin, si, elle m’a forcée parce qu’elle m’a dit qu’elle tuerait Charlie, mais… Enfin, pas autrement. Sav, elle pourrait ? Je peux pas faire quelque chose ? Tu crois que… qu’elle pourrait être transformée en louve, pour mieux se défendre ? Je l’aime en humaine, mais… J’ai peur pour elle aussi. C’était… ses parents. Tu crois que sa maison est dangereuse ? Tu crois que… Enfin, si des lieux sont identifiés loups, ils vont le refaire ? »

Oui bon, peut-être que je voulais en parler, finalement. J’étais pas sûre. En tout cas, je prenais les boîtes de pizzas et des verres, je pouvais pas porter à boire en plus mais je reviendrais en chercher, et je l’amenais dans le salon, pour m’asseoir sur le canapé.

« T’as mangé ? T’as faim non ? »

_________________
“Notre voie ressemble à ce qui se passe quand on reste dans le noir. Ceux qui sont à la lumière n'y voient rien dans le noir, tandis que ceux qui sont dans le noir voient tout à la lumière.”


Rewards & stuff:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défense
Points de vie : 13
Coups du Destin: 12
You did not break me, I'm still fighting for peace.
Messages : 4409
Membre du mois : 195
Je crédite ! : Nao (avatar & signature) | Kanala (rewards)
Vos Liens :

Liens:
 


Autres comptes : Freyja Swayne
Double compte de Freyja - Modératrice
You did not break me, I'm still fighting for peace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2771-alexis-lindon-il http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2788-alexis http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2787-alexis
MessageSujet: Re: Fou de colère, fou de chagrin, de jalousie, de joie ou fou de rien   Mer 13 Avr - 23:10

Je suis incapable de savoir ce que Lexie a en tête en cet instant. J'ai connu le deuil, la douleur de perdre quelqu'un mais là, c'est tout un monde qui s'effondre. Ce monde qu'elle avait commencé doucement mais surement à se reconstruire n'est plus et j'ai peur qu'elle ne soit pas capable de le surmonter, de ne pas être en mesure de l'aider à le faire. Entre tout le travail qui m'attend et mon incapacité totale à savoir gérer convenablement ma vie privé, je me retrouve face à un nouveau problème que je n'avais même pas imaginé avoir à gérer un jour.

Mais, avant de baisser les bras et de me dire que je n'en serais pas capable, je continue de la bercer doucement. C'est encore ce que j'ai de mieux à faire surtout en cet instant précis. Je laisse filer un silence avant de souffler, à mi-voix.

"Je ne peux pas te promettre que rien n'arriveras plus jamais, ce serait te mentir et tu n'es pas idiote. Mais je peux te promettre que je ferais tout ce que je peux pour te protéger, quoi qu'il arrive."

Inutile de lui dire que je cours un danger tout aussi important qu'elle, Lexie doit s'en douter et je n'ai pas envie de le pointer du doigt. Je sais que ma présence, plus que les mots que je pourrais prononcer est vraiment ce qui compte en cet instant précis. Je finis par évoquer la maison, comme si parler de quelque chose de tangible pouvait avoir plus d'effet que le reste. On dirait que ça marche et, à la réponse de la petite luciole, j'ai un bref sourire alors que j'essuie une larme qui continue de couler sur sa joue.

"Ce sera ma maison à partir du moment où je saurais que tu y habites aussi. Mais je ne veux pas que tu te sentes forcée d'y rester si tu n'en as pas envie Lexie. Je ne veux t'obliger à rien, surtout pas maintenant. Tu es ici chez toi, aussi longtemps que tu le voudras et rien de ce que tu décideras n'y changera quoi que ce soit."

Et puis, sans bien savoir pourquoi, je lui dis aussi que je l'aime. Alors que c'est quelque chose que je me suis interdit depuis longtemps déjà, consciemment ou non, je ne saurais pas le dire, pas tout de suite en tout cas. Sa réaction me touche encore plus et j'effleure le sommet de son crâne du bout des lèvres avant de répondre, toujours à mi-voix.

"Bien sûr que tu l'es. Si j'avais pensé à avoir une fille, j'aurais aimé qu'elle te ressemble."

Le silence s'installe quelques instants entre nous avant que je ne finisse par lui demander si elle veut en parler. Je la sens hésiter alors qu'elle baisse les yeux et qu'elle finit tout de même par parler. Et voilà qu'elle aussi évoque les vampires. Je réprime un soupir alors que je garde le silence, la laissant finir sans l'interrompre et, quand elle semble à court de mots, je reprends, essayant d'être aussi calme et apaisante que possible.

"Justement. Tout pourrait accuser les vampires. C'est trop facile, trop évident. Ils ont tout à perdre dans cette histoire, bien plus que tu ne pourrais l'imaginer. Je pense que les membres restants de la meute feront tout pour veiller sur Savannah mais si tu t'inquiètes pour elle, je pourrais m'en assurer. Et on pourra lui donner des trucs contre les vampires aussi. Pour le reste…"

Je me campe devant elle et je pose mes mains sur ses épaules, la forçant à me regarder et à tenir la tête droite.

"Tu n'as pas à paniquer. Je ne suis pas sûre que Savannah sera plus en sécurité si elle est transformée ou pas. C'est un choix qui lui appartient et je pense que vu ce qui lui est arrivé, elle ne sera pas objective si on lui demande son avis. Mais je comprends que tu t'inquiètes, que tu aies peur pour elle. Et elle va avoir besoin de toi pour la soutenir après tout ce qui s'est passé. Mais la personne chez qui elle va rester sait ce qu'elle peut risquer et fera tout pour elle, tu ne crois pas ? Comme je le ferais avec toi."

Je serais vraiment prête à tout pour la jeune fille, même à bafouer ces règles auxquelles je me raccroche depuis toujours ou presque. Pourtant, je ne réponds pas à sa dernière question, sur les lieux identifiés comme propres aux loups parce que je ne veux pas lui mentir. Et que je suis persuadée qu'ils recommenceront s'ils en ont l'occasion. Je ne suis pas sereine à ce sujet et il est peu probable que je finisse par l'être. Mais je ne sais pas comment lui dire. Alors, quand elle me demande si j'ai faim, je hoche la tête et je lâche, avec un sourire.

"Je meurs de faim, je n'ai rien mangé de la journée. Et toi aussi, je me trompe ?"

Ou alors elle s'est contenté de grignoter. Si elle est restée ici, il faut dire qu'elle a difficilement pu faire autre chose. Je n'ai pas eu le temps de vraiment faire de courses et de rendre la maison vraiment agréable à vivre. Et je n'ai pas la moindre idée de quand je vais pouvoir remédier à ça. Je laisse échapper un soupir sans pouvoir le retenir mais je fixe Lexie avec une affection non dissimulée. Qu'elle ne croit surtout pas que c'est sa faute.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 16
Coups du Destin: 8
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Messages : 1221
Membre du mois : 42
Je crédite ! : (c) Kanala pour l'avtar - Mal' pour la sign'
Caractère : Sérieuse - Perfectionniste - Obsessionnelle - Réfléchie - Cynique - Fidèle
Vos Liens : Liens - Téléphone - RP

Autres comptes : Noah
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Fou de colère, fou de chagrin, de jalousie, de joie ou fou de rien   Mar 19 Avr - 0:08

J’ai de la chance, d’avoir Sasha. Parce que je sais que c’est vrai, quand elle me dit qu’elle fera tout pour me protéger. Elle le pense, et même si ça n’aura rien de facile, et qu’elle fait un métier dangereux, elle veut prendre du temps pour moi et me protéger. Je la serre encore un peu plus fort dans mes bras, parce que je sais pas comment réagir autrement. Y’a pas besoin de mot, pour lui manifester ma reconnaissance, de toute façon, si ? Je crois pas. Tout ce que je sais, c’est que moi aussi je veux veiller sur elle, et qu’elle veille sur moi. Même si je sais pas vraiment comment veiller sur elle. Je peux apprendre à cuisiner, peut-être, en plus de redécorer la maison ? Ça compte, comme veiller sur elle ? Peut-être. Je me mets un peu sur la pointe des pieds, pour lui faire un bisou sur la joue. J’ai l’impression d’être toute petite et d’être qu’une enfant, quand je fais ça, mais je m’en fiche. Je fais bien ce que je veux, non ?

« C’est déjà ma maison. Vraiment, je dis pas ça juste comme ça. Même avec les cartons, et les meubles à changer si on veut, ou à ajouter, et tout… Parce que… parce que tu veux bien de moi, et que tu veux y être avec moi. Je veux y rester, toujours. Sauf si c’est pour partir en vacances. Tant que je sais que je peux y revenir. Tu crois que… Qu’on pourrait aller chez papa et maman, récupérer des trucs ? Je suis sûre qu’ils ont des trucs sympas, qui feraient bien ici. Ils s’en fichent, maintenant. »

Je serrais un peu les lèvres, en disant ça. C’était dur, parce qu’eux aussi, étaient morts de façon pas normale, au même moment que Mary, et on savait pas les coupables. Je sais pas si c’est ça qui me pousse à dire à Sasha combien je tiens à elle mais de toute façon, plus rien ne tourne rond, alors pourquoi essayer de comprendre les choses ? Moi je veux juste lui dire la vérité, et c’est ça la vérité. J’ai super peur que ça soit pas le cas pour elle, mais elle me fait super plaisir, elle me touche beaucoup, à me dire la même chose, en mieux. Je lui prends la main, comme ça.

« J’aimerai bien être ta vraie fille… »

Oui bon ok, ça c’était bête. C’est pas comme si je pouvais. Et puis ça changeait pas que c’était ma famille quand même. Mais elle était là pour moi, elle me repousserait pas pour avoir dit ça, si ? En tout cas, elle me laissait pas trop tergiverser, me demandant si je… voulais parler. Je savais pas trop, mais finalement, ça venait tout seul.

« Je veux bien qu’on lui en donne. Et je suis d’accord, pour les vampires. Et je sais pas si y’a beaucoup de gens de la meute qui vont vouloir la voir continuer à exister… Ils ont peur, peut-être. Mais moi aussi je protègerai Savannah, en tout cas. Même si c’est mieux si elle a des trucs qui peuvent la protéger un peu. »

Elle me surprend, à me prendre comme ça par les épaules. Mais ça fait du bien. Je sais pas pourquoi, mais juste sentir qu’elle hésite pas à me dire les choses, même si j’ai peur de ce qu’elle va me dire…

« Oui, ce serait pas le moment, pour la transformer. Je comprends. Tu sais, elle a un copain vampire… Je veux bien la soutenir sur ça, mais… Enfin… J’ai très très peur. Ils sont pas gentils, les vampires. À part me manger, ils me veulent rien. Que du mal. Alors je serai toujours là pour Sav, toujours, même si elle veut pas, mais… Enfin… Si je prends peur et que je l’abandonne ? Si je la croise, avec ce… Bah, je sais pas son nom. Il était là, à la Lune Bleue, elle m’a dit. Elle me l’a montré, même. Il était grand, et beau elle a dit, et brun, et… Euh… Gentil il paraît. Voilà… Je crois qu’elle a pas été le voir juste parce que j’avais trop peur. Et si, Sarah veillera sur elle. Et Malcom aussi. Je pense.

Et tu dois penser aussi à toi, parce que je suis sûre que tu as beaucoup à faire, et que tu dois te reposer et pas que veiller sur moi. Mais ça me rassure beaucoup beaucoup, que tu dises ça. J’ai moins peur… Vraiment. Je pourrais jamais te dire assez merci.
»

J’avais peut-être trop posé de questions d’un coup, parce qu’elle avait pas répondu à tout, mais c’était pas grave. Je savais déjà. Ou j’avais mon idée. Et j’avais peur. Mais elle le savait, et elle me laisserait pas tomber.

« J’ai pas mangé non plus. J’ai dormi, plutôt. Et j’ai pris un long bain. Faudra qu’on achète des sels, pour avoir des bains multicolores ! Et des livres de bains, mais avec des jeux pour adultes. Genre des énigmes et des mots croisés et tout ! Je sais pas comment on écrit dessus… Tu voudras bien ? »

Je la regardais avec curiosité, en l’entendant soupirer. À quoi elle pensait ? En tout cas, son regard me rassurait. J’avais pas dit ou fait une bêtise. Ça va.

« On peut… mettre un dessin animé ? J’avais amené Anastasia l’autre fois, pour te montrer. Tu l’as déjà vu ? C’est mon préféré. »

Oui bon, j’étais sûre qu’on suivrait pas vraiment et que de toute façon, le son serait tout bas pour qu’on puisse parler, parce que je voulais encore parler, je crois, mais je le connaissais par cœur, alors c’était pas grave. Et je le ferai revoir pour de vrai à Sasha plus tard. Pas maintenant. Je crois que c’était tellement triste pour longtemps que je pleurerai toutes les larmes de mon corps devant.

_________________
“Notre voie ressemble à ce qui se passe quand on reste dans le noir. Ceux qui sont à la lumière n'y voient rien dans le noir, tandis que ceux qui sont dans le noir voient tout à la lumière.”


Rewards & stuff:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défense
Points de vie : 13
Coups du Destin: 12
You did not break me, I'm still fighting for peace.
Messages : 4409
Membre du mois : 195
Je crédite ! : Nao (avatar & signature) | Kanala (rewards)
Vos Liens :

Liens:
 


Autres comptes : Freyja Swayne
Double compte de Freyja - Modératrice
You did not break me, I'm still fighting for peace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2771-alexis-lindon-il http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2788-alexis http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2787-alexis
MessageSujet: Re: Fou de colère, fou de chagrin, de jalousie, de joie ou fou de rien   Ven 22 Avr - 16:02

Je n'ai jamais été vraiment du genre à me soucier de l'avenir. Enfin si, mais de l'avenir de l'humanité en général. Je ne m'occupe plus de ma propre vie personnelle depuis un moment déjà. Je ne saurais pas dire si c'est une bonne ou une mauvaise chose, c'est juste un simple constat d'une vie où je me souciais uniquement de mon travail et de ce que je pouvais faire pour donner l'impression de gérer la situation. Et l'arrivée de Lexie a tout chamboulé depuis quelques temps. Je ne sais juste pas encore à quel point.

Je lui adresse un sourire quand elle m'embrasse sur la joue et je me rends compte qu'elle doit être la seule à qui je souris autant. Ou en tout cas avec autant de spontanéité. Et ce qu'elle me dit ne peut que me faire plaisir, même si je me dis qu'elle dit ça aussi pour se rassurer, pour se raccrocher à quelque chose de tangible.
Et bien soit, je serais un point de repère tant qu'elle en aura besoin, elle pourra se reposer sur moi autant qu'elle le veut. Je peux au moins faire ça à défaut de lui ramener ce qu'elle a perdu cette nuit.

"Y a encore du boulot avant qu'on soit vraiment biens mais je suis sûre qu'on devrait s'en sortir pas trop mal. Et je suis contente qu'on soit là toutes les deux. Cette maison mérite en plus qu'on s'occupe d'elle et qu'on y vive. Je l'ai délaissée trop longtemps. Comme bien d'autres choses. Alors on va dire que si je peux me rattraper avec toi, ce serait cool. T'es sûre que tu veux qu'on récupère des meubles de chez tes parents ? Ce sera pas douloureux de les voir ici ? Mais on pourra y aller oui. Je peux pas te promettre que j'aurais un vrai jour de repos avant un petit moment par contre, mais on fera ça dès que possible. Et on pourra faire les magasins ensemble même si j'ai entière confiance en toi pour que tu trouves tout ce qu'il faut."

Surtout que j'ai largement les moyens pour qu'elle se fasse plaisir. Cet argent ne me sert jamais à rien de toute façon et il dort sur mon compte depuis trop longtemps. Au moins là, il sera utilisé pour une bonne chose. Surtout si ça la rend heureuse.
Je me fige un peu à sa remarque, fixant la main qu'elle a prise et laissant filer un instant de silence avant de souffler, pensive.

"Ca pourrait. Enfin pas ma vraie fille mais… oublie, peu importe. On verra ça plus tard."

Elle évoque alors Savannah, la fille des Valentyne. Si quelqu'un doit passer un sale moment en ce moment, c'est bien elle. Je n'ose même pas imaginer dans quel état elle et j'ignorais à quel point Lexie peut être proche d'elle. Mais, au vu de la façon dont elle en parle, elle y est clairement très attachée. Et ça ne fait que m'inquiéter un peu plus évidemment. Mais je me vois mal lui interdire de la voir ou de lui parler, ce serait stupide pour toutes les deux. Autant qu'elles le fassent ici au moins, elles seront en sécurité.

"On lui trouvera des trucs t'en fais pas. Et n'hésite pas à lui dire de passer du temps ici. Le fait que ce ne soit pas un endroit familier lui fera peut-être du bien et l'incitera à se confier. Tu pourras mieux veiller sur elle comme ça."

Je me mordille la lèvre avant de reprendre, pensive.

"Les gens ont peur mais c'est normal avec ce qui vient de se passer. Il ne faut surtout pas s'arrêter à ça même s'il faudra du temps pour se reconstruire. Toi par exemple, tu aimerais que la meute perdure ou pas ? Le lien que tu as avec eux est important pour toi non ? Même si aujourd'hui tout semble brisé."

Je ne sais pas comment trouver les mots pour la rassurer mais je ne veux pas lui mentir. Enfin pas plus que nécessaire en tout cas. Inutile qu'elle sache ce que je vais faire de mes journées, dans quel état on a pu retrouver les victimes, ce genre de choses.
Surtout qu'elle risque d'en apprendre un peu trop avec les informations mais ça, je n'y pourrais pas grand-chose. Je ferme les yeux quelques instants avant de reprendre, d'un ton aussi doux que possible.

"Il ne faut pas tout chambouler encore plus pour elle. Elle verra plus tard, quand elle aura repris ses esprits. Comme tu l'as dit, il y a des gens pour veiller sur elle et elle a ses amies aussi non ? Tu ne l'abandonnera pas Lexie, tu es bien plus forte que ce que tu as l'air de croire. Regarde à quoi tu as survécu, il y a plus d'une personne qui n'aurait pas tenu le coup."

Je fronce les sourcils alors qu'elle parle du vampire avec qui elle a pu parler. Pour un peu sa description pourrait coller à tous les vampires du monde ou presque et j'ai du mal à imaginer que ça pourrait être Nicolas mais j'ai tout de même une pensée pour lui alors que je réponds, avec un sourire.

"Tous les vampires ne sont pas des monstres, je peux te l'assurer. Je travaille avec certains d'entre eux tu sais et j'ai de bons contacts avec leur Reine. Et ils ne te mangeront pas, je te le garantis."

Mon sourire se fait plus large au reste de ses propos.

"Je me reposerais quand ce sera le moment ne t'en fais pas pour moi. Je suis solide, plus que j'en ai l'air et il m'en faut beaucoup pour arriver au bout de mes forces, tu serais étonnée. Et ne me remercie pas. Tant que tu vas bien, c'est tout ce qui compte ok ?"

Elle n'a pas relevé le fait que je n'ai pas répondu à tout et, pour le coup, ça m'arrange fortement. Je ne saurais pas trop comment lui dire les choses de toute façon, surtout alors que tout est si frais pour tout le monde. Alors, quand on parle de ce qu'elle a fait, de manger et du reste, j'ai un hochement de tête.

"On pourra acheter ce que tu veux ouais. J'aime bien les mots croisés moi, même si ça fait des siècles que j'en ai pas fait. Comme le bain en fait. Mais dans mon appart j'ai une douche, pas de baignoire, ça doit jouer."

Je la serre contre moi à nouveau et je souffle, d'un ton tranquille.

"Non je ne l'ai pas vu. Pizza, dessin-animé. J'ai ramené de quoi boire aussi. Et je me prendrais bien une bière, j'espère que j'ai pensé à les mettre au frais tiens."

Je sens qu'elle a d'autres questions et qu'il y reste de nombreux non-dits entre nous et je guette la moindre de ses réactions, de ses questions, prête à y répondre comme je le peux, même si je ne veux pas la brusquer et l'assommer en répondant à des choses qu'elle n'est pas prête à évoquer ou auxquelles elle n'a même pas songé.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 16
Coups du Destin: 8
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Messages : 1221
Membre du mois : 42
Je crédite ! : (c) Kanala pour l'avtar - Mal' pour la sign'
Caractère : Sérieuse - Perfectionniste - Obsessionnelle - Réfléchie - Cynique - Fidèle
Vos Liens : Liens - Téléphone - RP

Autres comptes : Noah
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Fou de colère, fou de chagrin, de jalousie, de joie ou fou de rien   Sam 30 Avr - 19:10

Ça me fait du bien, d’être là dans ses bras, et je regrette pas d’être descendue. Ni d’avoir reparlé à Sasha, après que j’ai disparu de partout quand papa et maman nous ont été enlevés. J’aurai peut-être du le faire plus tôt, mais l’essentiel, c’est que j’étais pas toute seule, et qu’elle était… Je sais pas, elle était là, c’était tout. Et je parlais sans prêter attention à la portée de mes mots, en confiance, totalement en confiance.

« Ça sera la maison la plus belle de toute l’Écosse, je te jure. Personne en aura jamais vue de comme ça. Je pourrais repeindre les murs ? Les gens disent que le bleu, c’est déprimant mais on pourra faire peut-être une sorte de rose ? Rouge c’est trop agressif, violet c’est trop sombre, vert c’est… enfin, dur de trouver la bonne teinte. Mais on pourrait mettre plusieurs déclinaisons, tu crois pas ? Je sais pas ce que tu as délaissé, mais la maison le sera plus ! Promis. Je grimaçais sans faire exprès, à sa question. Je, je sais pas. Peut-être. On pourra voir, et euh, si… Si j’y arrive pas, on laissera tomber ? Et on a le temps. On pourra même prendre des petits trucs pas chers en attendant. Parce que je veux pas que tu te tracasses avec l’idée qu’on doit faire ça. Parce que tu dois avoir beaucoup à faire. »

Je grimaçais bien malgré moi, repensant soudainement à tout ce qu’il s’était passé, et tout ce qui devait lui donner tant de travail. Oui, beaucoup à faire. Je me blottissais encore un peu plus contre elle, sans même le vouloir, secouant la tête pour ignorer tout ça. Un peu. Et je parle, sans réfléchir, et je le regrette. Je crois. Je veux pas la faire fuir, ou dire trop de trucs. Et je comprends pas trop sa réponse. Ça pourrait ? Elle veut de moi aussi ? Je lui lance un regard interrogateur, mais je dis rien de plus. Elle me dira, si elle veut. Et je suis pas sûre qu’elle veuille.

Alors je change de sujet, ou presque, parce que quelqu’un est plus démunie que moi. Et que j’ai l’impression que je peux rien faire pour elle. Enfin si, la protéger. C’est tout ce que je demande, à vrai dire. Mais… Est-ce que j’aurai pu faire quoi que ce soit, si nous on avait été ciblées ? Je sais pas.

« Merci, Sasha. T’es pas obligée de faire tout ça, et c’est adorable. Je… Je suis très reconnaissante, pour de vrai. Et je la trainerai de force ici, même si elle veut pas. Je sais pas si ça sera bien, mais moi j’aimais pas aller dans les endroits que je connaissais, quand… Enfin, quand papa et maman ont été portés disparu. Alors… Je veux être là pour elle. Et je veillerai très fort sur elle. Je veux qu’il lui arrive plus jamais rien. Même si c’est pas une promesse que je peux faire, je peux essayer de faire au mieux. »

Je me mettais beaucoup de pression sur les épaules, mais c’était une de mes seules vraies amies, alors si j’étais pas là pour elle, je le serai pour qui ?

« Oui je veux. On en a besoin. Tu sais, ils disent que les gens comme moi sont mieux tout seuls, mais c’est pas vrai. Moi, j’ai été toute seule longtemps. Je dormais dans la forêt, ou dans les maisons de gens qui étaient en vacances… je sais que je devrais pas dire ça… et je suis sûre que c’est pas mieux d’être toute seule. »

Même si c’était dangereux, même si c’était dur. J’étais convaincue, et c’était tout. Alors je ferai tout pour qu’on soit une famille. Mais si les autres voulaient pas… Si les autres voulaient pas, ma meute, ce serait Sasha, Savannah, Eilih, Roxane, Malcom aussi, mon frère, Caël peut-être même s’il voulait rien avoir à faire avec l’ancienne, et puis… Voilà.

« Oui, elle a des gens. Et y’a Eilih, et moi, et… Y’avait Darren mais on sait pas ce qu’il est devenu depuis février. Ça aussi, c’était dur. Et y’a Malcom, je crois, un peu. Et… enfin, non, elle est pas toute seule. Mais je suis pas sûre que je serai assez forte, mais j’essaierai… »

Même si je dois avoir la peur de ma vie face à des vampires. Je peux pas l’abandonner, pas vrai ?

« J’ai jamais vu de gentil ou de qui voulait pas me manger. Je… Je te fais confiance, mais tu es sûre qu’ils me mangeraient pas ? Tu crois que si je demande le nom du vampire à Savannah, tu pourras me dire s’il est pas… méchant ? »

Oui, j’avais l’air d’avoir trois ans, mais j’avais vraiment très peur. Trop ? Je savais pas.

« Mais il faut que toi aussi tu ailles bien. D’accord ? Moi aussi je veux veiller sur toi. Je pourrais te cuisiner des bons trucs. Tu pourras même inviter tes amis, si tu veux ? À manger. »

Enfin, si elle voulait. Peut-être. Je savais pas trop. Mais bon, au pire ça serait que pour elle et moi, et puis voilà. Ça marchait aussi.

« Et des jeux de société, pour ici ? Comme ça on pourra s’amuser ensemble. Oh, et une console ? Enfin, euh… Je travaillerais, pour payer. Je mettrais la moitié de mon salaire à la boutique pour ça et pour ma voiture, et le reste pour nos dépenses ici. D’accord ? Parce que… J’en ai pas forcément besoin, c’est juste… comme ça. »

Ça faisait du bien, de discuter de bêtises, et de l’avoir dans mes bras. Ou d’être dans les siens. Ou un peu des deux. Même si je perdais un peu le fil de la discussion. Un peu.

« Y’avait rien sur le plan de travail, donc elles doivent être au frais, non ? »

Je prenais le carton de pizza, la laissant regarder, et lançant le dessin-animé, mettant sur pause. Faudrait pas que je lui raconte tout le film, par contre. Je levais les yeux vers elle alors qu’elle arrivait peu après.

« Dis… Tu crois que les vampires et les loups et nous, on peut vraiment s’entendre ? »

_________________
“Notre voie ressemble à ce qui se passe quand on reste dans le noir. Ceux qui sont à la lumière n'y voient rien dans le noir, tandis que ceux qui sont dans le noir voient tout à la lumière.”


Rewards & stuff:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défense
Points de vie : 13
Coups du Destin: 12
You did not break me, I'm still fighting for peace.
Messages : 4409
Membre du mois : 195
Je crédite ! : Nao (avatar & signature) | Kanala (rewards)
Vos Liens :

Liens:
 


Autres comptes : Freyja Swayne
Double compte de Freyja - Modératrice
You did not break me, I'm still fighting for peace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2771-alexis-lindon-il http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2788-alexis http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2787-alexis
MessageSujet: Re: Fou de colère, fou de chagrin, de jalousie, de joie ou fou de rien   Jeu 12 Mai - 16:52

La présence de Lexie a quelque chose de concret, de tangible, qui m’est inhabituel. C’est loin d’être désagréable, bien au contraire, j’ai juste du mal à savoir comment gérer ce trop plein d’affection. J’apprendrais avec le temps, en tout cas j’espère, et pour l’heure, j’essaie juste de me contenter d’apprécier l’apaisement qu’elle me procure alors que plus rien autour de nous ne tourne en rond et qui a quelque chose de précieux. D’unique même.

J’ai un rire à ses propos et je la fixe, amusée avant de souffler, d’un ton léger.

"La maison la plus belle de toute l’Ecosse ? Carrément ? Tu pourras repeindre les murs. Tant que tu n’en fais pas une maison de poupées et qu’on s’y sent à l’aise toutes les deux, tu as le champ libre. Bon avant de tout badigeonner, je jetterais quand même un coup d’œil si ça te va. Pour les couleurs, tu peux partir sur des tons pastels non ? Et pour ce qui a été délaissé… c’est cette maison. Et ce qu’elle représentait. Mais comme tu le disais, ce n’est plus le cas maintenant. C’est plutôt cool."

Je ne peux m’empêcher de voir sa grimace quand on parle de la maison de ses parents et je hoche doucement la tête, lui laissant quelques secondes avant de répondre, à mi-voix.

"On fera comme tu veux Lexie. Et on est pas obligées d’aller chez tes parents que pour les meubles, tu sais. On peut aussi juste y faire un tour parce que tu en as besoin. Te prends pas non plus la tête pour des trucs chers ou pas, c’est vraiment pas un souci. Tant que ça te plait, que c’est joli et surtout pas chiant à nettoyer, je prends."

Je lui décoche un sourire malicieux, bien différents de ceux que je peux avoir d’ordinaire, même si la réalité nous rattrape bien vite. Je ne peux pas faire grand-chose que la serrer un peu plus fort dans mes bras alors qu’on continue de parler. J’ai jamais été vraiment douée pour consoler les gens et il faut dire qu’être seule depuis des années ne doit pas avoir arrangé les choses. Et je suis particulièrement maladroite quand ça me touche vraiment. La preuve en est quand je fixe le regard interrogateur de Lexie et que je ne sais pas trop si je dois continuer ou pas dans cette idée saugrenue qui vient de me traverser l’esprit.

"Ce n’est pas le moment évidemment, mais quand ça se sera un peu tassé, si tu as besoin d’une tutrice ou d’un truc approchant, je pourrais le devenir."

Bon, on est loin de l’idée affirmée que j’avais dans mon esprit mais je suis incapable d’en dire plus. Alors je suis presque soulagée quand elle change de sujet, même si j’ai une grimace compatissante quand elle évoque son amie. Sa situation est vraiment délicate et mis à part ce que je lui propose, je ne peux pas vraiment lui dire grand-chose de plus. Mais visiblement, ça lui suffit et je laisse filer, toujours à voix basse.

"Tu peux lui dire de dormir ici autant qu’elle veut aussi. L’endroit est aussi sûr que possible et si besoin je peux même trouver des gens pour surveiller la maison pour qu’elle ne risque rien. Et je comprends. C’est pour ça que je n’ai pas mis les pieds dans cette maison pendant des années. Mais, avec le temps, on finit par revenir. Et par laisser les bons souvenirs reprendre le pas sur les mauvais. C’est mon cas en ce moment. Pour le reste… n’essaie pas de faire en sorte qu’il ne lui arrive rien, mais plutôt d’être là pour l’aider à affronter ce qui arrivera. Là c’est bien plus réalisable tu crois pas ?"

Je hoche la tête, soulagée qu’elle n’ait pas peur au point de vouloir briser tout lien avec ce qui reste de la meute. Elle semble comprendre la nécessité pour eux de rester unis, mais aussi la difficulté à le faire en ce moment. Et puis, je suis là pour elle. Ca ne les remplacera pas évidemment, mais je ferais en sorte qu’elle ne soit plus seule. J’espère qu’elle le sait en tout cas et je l’écoute alors qu’elle évoque le fait que Savannah n’est pas seule non plus. C’est bien.

"Tu seras assez forte, j’ai aucun doute là-dessus. Et tu n’es pas la seule à veiller sur elle. Pour votre ami… tu veux que je fasse des recherches ?"

Le fait qu’il ait disparu en février n’est pas forcément bon signe et il est peu probable que je trouve quelque chose mais ça coute rien de tenter le coup. Et, à l’évocation des vampires, j’essaie de me faire rassurante même je ne suis pas totalement convaincue, ne sachant pas vraiment comme faire disparaitre cette peur presque panique qu’elle a d’eux.

"J’en suis sure. Il y en a des très biens, sinon je ne leur aurais jamais proposé de travailler avec nous. Ils peuvent nous aider à vaincre des gens encore plus méchants et ils veulent faire amende honorable. Tu ne crois pas qu’il faut leur laisser une chance ?"

Oui j’essaie aussi de m’en convaincre tous les jours et, avec ce qui vient d’arriver, autant le dire tout de suite c’est un rien délicat.

"Tu pourras demander à Savannah oui, comme ça tu sauras que je ne suis pas la seule à dire que les vampires peuvent être sympas."

Difficile de ne pas rire quand elle me parle d’inviter des amis. Des quoi ? Déjà qu’avant d’être directrice de la PES niveau vie sociale c’était pas terrible mais maintenant. Les rares amis que j’ai encore ont abandonné l’idée de m’appeler, n’ayant jamais de retours des dizaines de messages qu’ils ont laissés sur mon répondeur. Voilà qui n’est pas très malin mais au moins, je suis sure qu’ils ne risquent rien à cause de moi. Oui, c’est une excuse facile, beaucoup trop d’ailleurs et je ne devrais pas me retrancher derrière mais tant pis, ça fonctionne comme ça, je ne vais pas changer maintenant.

"J’irais bien ne t’en fais pas. C’est déjà le cas, ça se voit pas ? On se fera des diners toutes les deux, je préfère. Mais gaffe, je sais pas faire à manger moi alors je te prends au mot et je veux des bons trucs hein."

Au moins, cette gigantesque cuisine servira à quelque chose tiens. Je fronce alors les sourcils au reste des propos, la fixant à nouveau en prenant un air très sérieux.

"Alors Alexis Lindon, je vais le dire pour la dernière fois et tu vas le retenir ok ? L’argent, tu oublies. Ce n’est pas un problème et je veux qu’on soit bien dans cette maison. Donc ce que tu gagnes, tu le gardes pour toi. Et tout ce qui entrera dans cette maison ne viendra pas de ta poche. Sauf si tu veux un truc bien spécifique dans ta chambre et que ça te ferait plaisir de le payer. Ou si tu veux me faire un cadeau. J’aime bien les cadeaux."

Je hoche la tête à sa remarque et je me dirige vers la porte du frigo pour attraper une bière pour moi et un coca pour elle et je m’installe en tailleur à coté d’elle, lui tendant la bouteille avant de laisser échapper un soupir pensif à sa question.

"J’aimerais te dire que oui, que ça peut se passer sans problèmes et que vous serez les meilleurs amis du monde. Mais en fait j’en sais rien. Il y a beaucoup de rancoeurs entre vous, beaucoup de blessures très fraiches qui ne demandent qu’à être rouvertes et qui n’ont pas cicatrisé. Mais jusqu’à hier, je pensais que tout était sur la bonne voie. Et je le crois encore. Beaucoup veulent un rapprochement, pas forcément marcher main dans la main mais au moins, arrêter les frais. Ca va être compliqué dans l’immédiat vu que tout le monde est en colère et que certains réclament des têtes à couper. Et que celles des vampires et bien évidemment la plus évidente à réclamer. Peut-être que les gens qui ont fait ça ont justement eu peur de cette alliance. Ce qui veut dire qu’elle est vraiment possible, que ce n’est pas qu’une idée saugrenue. Tu vois ce que je veux dire ?"

J’ai moi-même du mal alors j’avoue que là, je l’ai peut-être totalement larguée.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 16
Coups du Destin: 8
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Messages : 1221
Membre du mois : 42
Je crédite ! : (c) Kanala pour l'avtar - Mal' pour la sign'
Caractère : Sérieuse - Perfectionniste - Obsessionnelle - Réfléchie - Cynique - Fidèle
Vos Liens : Liens - Téléphone - RP

Autres comptes : Noah
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Fou de colère, fou de chagrin, de jalousie, de joie ou fou de rien   Mer 25 Mai - 13:52

Ça me rassure, qu’elle rit, malgré… malgré tout ce qui vient de se passer. Elle aurait pu être attentive au moindre de mes gestes, vouloir m’en faire parler, ou insister sans même le vouloir je sais pas trop pourquoi, pour m’amener à me confier, à lui dire tout ce que je ressentais. Ça serait peut-être utile, je savais pas, mais c’était surtout trop dur. Alors oui, se concentrer sur autre chose, c’était mieux. Surtout maintenant qu’on aurait dit que j’allais pour de vrai pour toujours vivre avec elle. J’espérais en tout cas. Je l’avais cru avec papa et maman aussi, et… Enfin, bon, notre nouvelle maison.

« Mais oui, même que tous nos amis seront envieux et voudrons nous la voler. Enfin, ils le diront, ils le voudront pas vraiment, mais ça sera un compliment ! Et promis, j’en ferai pas une maison de poupée. Ça serait juste ta chambre, parce que moi j’aime plus trop ça, je suis trop grande. T’auras un lit de princesse, avec des rideaux roses et tout. Ça t’ira bien non ? »

Je lui adressais un sourire un peu trop grand pour être à 100% sincère, mais je disais quand même la vérité… Enfin, pas pour la chambre que j’allais faire comme ça, elle avait rien de quelqu’un qui rêve d’une telle chambre, mais en plaisantant comme ça. Même si c’était dur, mon sourire était pas entièrement faux. Mais il ne dura pas… Mais c’était ma faute, pourquoi j’avais parlé de la maison de papa et maman ? En même temps, c’était vrai, les meubles y étaient perdus… Et j’avais plein de souvenirs là-bas, mais, j’avais pas osé y retourner…

« Je… Je sais pas, pour les meubles. On… Tu voudras bien qu’on aille voir, toutes les deux ? Et qu’on voit si… enfin, qu’on voit sur place ? Je veux pas y aller toute seule. »

J’avais baissé d’un ton, pas vraiment prête à assumer ça à haute voix, ou même à réellement reconnaître que je voulais y aller, et pas y aller en même temps.

« Je prendrais que des choses faciles à nettoyer. Ou au pire, je serai un elfe de maison super et super discret, promis. »

Oui, un elfe de maison, voilà. Je m’abandonne quand même dans ses bras, et j’y suis bien. Je devrais pas me laisser aller comme ça, parce que… Parce qu’il arrive que du mal aux gens qui m’aiment, mais… Enfin… Je suis bien, et puis c’est tout, et j’ai pas envie de plus y être bien. Alors j’essaye de chasser ces pensées, et de juste profiter. Je fais pas exprès, par contre, mais j’ai une poussière dans l’œil, alors que je l’entends me proposer d’être une tutrice ou un truc comme ça… Un truc comme ça ? Elle veut bien être, presque, officiellement, ma famille ? Je ne dis rien, mais je crois que mes yeux qui brillent parlent pour moi, et l’étreinte que je raffermis encore un peu aussi. Bien sûr que je voudrais.

« T’es la meilleure, Sasha. Et je lui dirai, et… tu crois qu’elle pourrait être surveillée, sans qu’elle le sache ? Enfin, je lui dirai, si tu veux bien qu’elle soit protégée tout le temps et si tu peux, mais… enfin, si elle s’en rend compte, ça va lui pourrir la vie, non ? En tout cas, t’as raison, j’essaierai de l’aider, mais j’espère très fort qu’il ne lui arrivera rien… Elle est forte, tu sais ? Mais j’ai peur de la perdre pour toujours. Vraiment. »

Et ça, je le supporterai pas. Si elle avait pas été là, si y’avait pas eu Eilih non plus, j’aurai pas pu supporter l’idée que Darren soit plus là… Parce que s’il était pas mort, on l’aurait su, non ? Ils ont juste pas réussi à identifier son corps… Je me raidis un peu, et sans bien le vouloir, j’en parle à Sasha. Des recherches ? Je sais pas si c’est utile, mais…

« Je… Tu peux ? J’ai peur qu’il… Enfin… Qu’il ait pas survécu… Mais tu pourras savoir pour de vrai mieux que nous, non ? »

Elle était directrice de la PES quand même. Sauf que ça voulait dire qu’elle connaissait les vampires, et travaillais avec eux. Et ça, j’aimais moins bien. J’aimais même pas du tout. Je sais pas si ça se voyait, alors que je tortillais mes mains dans tous les sens.

« Peut-être. Mais j’ai quand même peur. Et… pas ici ? On peut ne pasl es autoriser à venir chez… chez nous ? S’il te plait ? »

J’espérais, parce que je voulais pas. Et je voulais pas approfondir le sujet, alors je parlais de recevoir d’autres gens.

« Je te surveillerais et te gronderais si tu fais pas attention à aller bien ! Oui, je te gronderais ! Un tigre qui te feule dessus, je suis sûre que tu m’obéiras ! Et je te promets que je cuisinerai bien ! Je prendrais même des cours avec des vidéos sur internet pour apprendre d’autres plats ! »

Je baissais la tête, penaude, en l’entendant me gronder un peu pour l’argent. Et je la hochais, me promettant de faire un cadeau à Sasha très bientôt, alors. Si c’était le seul moyen que j’avais de faire… Il faudrait que je trouve quoi. Je prenais le coca dans mes mains, cherchant une paille sans en voir… Bah, tant pis.

« Oui je vois. Peut-être. Je crois. Et tu sais… Moi aussi, je me suis dit que c’était eux. Parce que j’en ai trop peur. Avant de me dire que, peut-être, en fait, c’était trop facile. Mais je pourrais t’aider ? Je sais pas comment, et j’ai encore peur, mais… Enfin… Je peux pas les laisser nous manger. Et si ça va pas, ils vont nous manger. »

_________________
“Notre voie ressemble à ce qui se passe quand on reste dans le noir. Ceux qui sont à la lumière n'y voient rien dans le noir, tandis que ceux qui sont dans le noir voient tout à la lumière.”


Rewards & stuff:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défense
Points de vie : 13
Coups du Destin: 12
You did not break me, I'm still fighting for peace.
Messages : 4409
Membre du mois : 195
Je crédite ! : Nao (avatar & signature) | Kanala (rewards)
Vos Liens :

Liens:
 


Autres comptes : Freyja Swayne
Double compte de Freyja - Modératrice
You did not break me, I'm still fighting for peace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2771-alexis-lindon-il http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2788-alexis http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2787-alexis
MessageSujet: Re: Fou de colère, fou de chagrin, de jalousie, de joie ou fou de rien   Dim 29 Mai - 18:28

Pour un peu, j'aurais presque l'impression que la vie pourrait être… normale avec Lexie. Que je pourrais rentrer du bureau, la trouver là, discuter avec elle de nos journées, l'entendre parler d'un hypothétique petit ami, de ses copines, rire et essayer de la conseiller tant bien que mal. Et puis, je sens la réalité qui nous rattrape, qui ne se fait pas oublier, même une fraction de secondes. Ou que je n'arrive jamais à laisser de coté, je ne saurais trop le dire. Mais, au moins, on pourrait presque arriver à se construire un truc pas trop bancal, dans lequel on arriverait à être bien. A fermer la porte sur ce monde extérieur qui ne nous laisse pas en paix.

Je retiens un soupir à cette pensée alors qu'on continue de parler de la maison et j'ai un énième sourire à ses propos. Tant d'enthousiasme ne peut qu'être contagieux et j'arrive même à l'imaginer finie. Enfin presque, pas tout à fait. J'arque quand même un sourcil quand elle parle de chambre de princesse et je secoue la tête, appuyant mon index sur le bout de son nez avant de répondre, en plissant des yeux.

"Alors autant un lit gigantesque, je valide, j'adore rouler dans mon lit. Mais le rose tu oublies petite luciole. Sinon on échangera nos chambres. Et toc. J'ai une tête de princesse moi ? Et puis tu sais, ce que les autres penseront de notre maison, je m'en moque, tant qu'on y est bien toutes les deux. C'est le plus important non ?"

Je vois bien qu'elle est pas totalement convaincue par ce qu'elle dit. Mais elle essaie, elle fait des efforts et, à force, elle finira par y croire. Pour de bon. Et peut-être que là, elle pourra commencer à être heureuse. Et si pour ça elle doit retapisser ma chambre en rose, qu'elle le fasse va. Parler de ses parents, de leur maison est difficile, j'ai aucun mal à l'imaginer, surtout que j'ai les souvenirs qui luttent pour revenir au premier plan depuis que j'ai remis les pieds dans cette maison. Mais je résiste tant bien que mal quand elle vacille un peu. Je la serre un peu plus fort contre moi et je souffle, d'une voix douce.

"On ira ensemble et on fera comme tu le sens, sans problème. Si tu veux qu'on prenne quelques trucs histoire de te souvenir d'eux, d'avoir des meubles pour mêler ta vie d'avant et celle-là, si ça te rend heureuse, on en prendra."

Je laisse filer un silence avant de reprendre, toujours sur le même ton.

"Tu sais, j'ai eu beaucoup de mal à revenir ici. Et ce n'étaient même pas mes parents. Et ça datait d'il y a quelques années. Alors je comprends. Hésite pas à me dire ce que tu as en tête, je pourrais t'aider autant que possible. D'accord ?"

Et, au reste de ses propos, j'ai un rire avant de secouer la tête.

"Je vais pas t'appeler Dobby non plus quand même. Tu es bien trop mignonne pour être un elfe. On fera des roulements pour le ménage et si ça nous saoule, j'embaucherais quelqu'un."

J'imagine que le fait que je lui balance un truc sur Harry Potter va probablement l'étonner mais il m'arrive vaguement d'être au courant des phénomènes extérieurs. Et j'avais trouvé ça marrant à lire. Une école de sorciers. Ce serait cool ça et tellement pratique pour repérer les personnes dotées de capacités louches. Bref, je m'égare un peu là. Et quand je lui parle de mon idée de tutrice, visiblement, je fais mouche. Ca me touche bien évidemment et j'effleure son front d'une caresse, laissant filer le silence sans chercher à l'interrompre pendant quelques instants. Et je finis par souffler, dans un murmure.

"J'imagine que l'idée te tente alors. C'est… bien."

Mais je devrais pas m'attacher autant, pas chercher à créer de liens officiels avec elle. J'ai parlé de la protéger et là, je me dis que ça va un peu à l'encontre de l'idée de la garder le plus cachée possible pour qu'il lui arrive rien. Je chasse la réalité d'une pichenette, me disant que je verrais plus tard, que je peux, même quelques instants, me dire que les choses pourraient bien se passer. Non ?

Quand elle parle de Savannah, j'ai un bref hochement de tête et je réponds, le plus tranquillement possible.

"Même si ça vient pas de moi, je suis persuadée que les gens la surveilleront. Malcom par exemple. Tu crois vraiment qu'il la lâchera comme ça ? Il est capable de tout, y compris de monter tout un réseau pour la surveiller sans qu'elle le sache. Après, t'aimerais savoir toi ou pas si on te surveillait ? Vu les circonstances, je pense qu'elle comprendrait non ? Tu pourrais tenter le coup, voir si elle veut se sentir plus en sécurité ou pas. On est pas obligés non plus de lui coller quelqu'un aux basques mais déjà avec son téléphone, on peut savoir où elle est, surveiller sa maison pour qu'elle soit sereine quand elle y est, ce genre de trucs. Je me doute qu'elle est forte, il faut l'être pour survivre à ça."

Quant au fait de la perdre ou pas. Je préfère ne pas lui répondre que lui assurer quelque chose que je ne peux garantir. On sait toutes les deux qu'on ne pourra pas faire grand-chose si les gens qui ont tué les siens décident de s'attaquer à elle. Quand bien même on la surveillerait ou on la cloitrait quelque part. S'ils veulent l'atteindre, on ne pourra pas lutter.

Et, à l'évocation de son ami, je laisse filer un silence avant de hocher la tête à nouveau.

"Oui, savoir c'est toujours mieux. Même si c'est douloureux, il n'y a rien de pire que l'incertitude. Sans ça, tu ne pourras pas faire ton deuil s'il s'avère qu'il… enfin, tu vois quoi."

Si je peux trouver quelque chose, je le ferais, ne serait-ce que pour elle. Quand bien même je ne suis guère optimiste quant au fait de trouver quelque chose de positif dans cette histoire. En tout cas, c'est définitif, les vampires c'est pas son truc. Bon, de base, c'est pas le mien non plus, mais je vais éviter de lui dire pour ne pas qu'elle se conforte dans ses idées, ça le ferait pas trop. Alors j'essaie de me montrer raisonnable, autant que possible en tout cas.

"Pas ici. Pas tant que tu ne seras pas prête pour ça. Mais j'aimerais que tu rencontre ceux avec qui je m'entends bien. Tu verras comme ça que ça peut bien se passer. T'en dis quoi ?"

Je serre ses doigts et j'essaie de les dénouer tant bien que mal avant de laisser échapper un rire au reste de ses propos.

"Me feuler dessus ? Carrément ? Oh je préfère autant éviter de voir ça. J'irais bien, ne t'en fais pas. Et pour ce qui est de la cuisine, vu mon niveau, je peux pas te demander d'être un cordon-bleu. Le traiteur c'est bien aussi. Mais je dois avoir une tablette si tu veux t'essayer aux recettes. T'as un ordinateur au fait ?"

Bon, j'espère que l'histoire d'argent va finir par rentrer. Je n'ai personne avec qui partager ce que j'ai sur mon compte en banque depuis des années et surtout, je sors pas assez pour en avoir l'utilité. Là, au moins, ça sera utilisé pour la bonne cause et pour nous faire plaisir à toutes les deux. Que demander de plus ? Bon, plein de trucs, ok. Mais c'est pas le moment d'y songer.

"Tu t'es dit que c'était eux parce que c'est le plus évident et le plus facile. Mais, au final, ils ont rien à y gagner. Les gens vont avoir encore plus peur d'eux et tout ce qu'ils font depuis des mois n'aurait servi à rien. Pour ce qui est de m'aider…"

J'ai une moue avant de souffler, avec un mince sourire.

"… je préfère encore te dire oui et qu'on réfléchisse ensemble à ce que tu pourrais faire pour te rendre utile plutôt que te voir fouiner en douce et risquer ta vie dans ton coin. Parce que tu en serais capable n'est ce pas ? Et ils n'ont aucun intérêt à vous manger. Surtout pas maintenant que tous les désigne coupable. Sinon… peut-être avec les recherches sur l'histoire de la meute que tu as pu faire, tu aurais pu tomber sur une info importante, qui aurait pu déclencher la colère de quelqu'un. Tu vois ce que je veux dire ?"

On sait jamais, toutes les pistes sont bonnes à prendre.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 16
Coups du Destin: 8
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Messages : 1221
Membre du mois : 42
Je crédite ! : (c) Kanala pour l'avtar - Mal' pour la sign'
Caractère : Sérieuse - Perfectionniste - Obsessionnelle - Réfléchie - Cynique - Fidèle
Vos Liens : Liens - Téléphone - RP

Autres comptes : Noah
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Fou de colère, fou de chagrin, de jalousie, de joie ou fou de rien   Sam 11 Juin - 1:14

Je sais pas trop ce que je vois sur son visage, même si elle sourit, mais je crois que c’est bien. Alors je continue, et je m’emballe un peu. Je ris, en sentant son index sur mon nez, et encore plus en l’entendant parler de se rouler dans le lit. Oui, ça peut être chouette. Vraiment chouette.

« Bon, d’accord, pas rose. À la Merida, alors ? Les trucs médiévaux en moins. Juste le côté badass. Si ça te va ! Moi j’aime bien le rose, de toute façon. Et t’es ma princesse à moi, et c’est tout. Je m’en fiche aussi, mais moi j’ai envie qu’il y ait un beau truc à voir, qui fasse plaisir à tout le monde, quand ils le voient. Même si tant qu’on est toutes les deux dedans, c’est l’essentiel. »

C’était la chose la plus sincère que je venais de dire, parce que le reste, même si je voulais totalement le penser et pour de vrai, j’avais un peu plus de mal. Enfin, c’était normal, je supposais. Je savais pas. Je haussais les épaules, en tout cas, blottie toute contre elle, parce que ça me faisait du bien. Et j’espérais que ça la gênait pas, sinon elle me le dirait ? J’espérais. Je me crispais malgré moi, quand même, alors qu’on parlait de papa et maman, que je reverrai plus jamais, et avec qui j’avais trop de souvenirs dans la maison, au point que ni Eliott ni moi n’avions eu le courage d’y revenir. Et elle le sentit, forcément, raffermissant son étreinte. Heureusement qu’elle était là.

« Je… Merci. T’es géniale. Vraiment. Et promis, j’essaierai de te dire. Peut-être pas toujours tout de suite, mais… Enfin… Voilà. »

Non, j’avais pas beaucoup de sens mais tant pis. C’était comme ça. Je la regardais avec surprise un instant, avant de lui faire un grand sourire. Elle connaissait Harry Potter ? Trop cool ! On pourrait se faire des marathons ? Ça serait chouette ! Je lui demanderais, plus tard.

« Dis… J’hésitais un instant, avant de faire un grand sourire.Si on embauche quelqu’un, on pourrait l’appeler Dobby, lui ? Juste entre nous, quand même. »

Je sais pas si j’avais la tête d’ange que je voulais, mais bon, ça me faisait rire, quand même. Je me figeais, mais pas de choc, plus de surprise, en entendant la suite… J’imagine qu’elle est aussi surprise que moi par ma réponse, peut-être qu’elle la trouve rapide, mais… Enfin… Non, moi je trouve pas.

« Tu sais Sasha, je t’aime fort, pour de vrai. Et… Enfin, bah… Je veux rester avec toi. Même si j’ai peur, parce que… Enfin… J’hésite très fort, mais… Parce que tous les gens que j’aimais, ils ont pas eu un avenir heureux, mais… bah… Je tiens à toi quand même. »

Oui, voilà, c’est tout. Et je sais que je devrais pas, pour pas qu’il lui arrive malheur comme beaucoup de gens, mais… Enfin, je peux pas m’empêcher de m’attacher à des gens, si ? Même si ça serait peut-être plus sage, c’est comme ça. Et j’espère qu’elle le comprendra. Et j’en serai incapable de toute façon. Preuve en est avec Savannah, d’ailleurs.

« Oui, c’est sûr. Tout le monde va vouloir garder un œil sur elle. Parce qu’on l’aime tous très fort. Et… J’aimerai pas être surveillé, mais j’aimerai qu’on me laisse le savoir, plutôt. T’as raison… Mais je sais pas si elle est capable de raisonner comme ça. Mais j’essaierai de lui en parler. Si je peux. Je crois que je vais d’abord devoir essayer de la réconforter, ou juste d’être là… Enfin, je verrais avec Eilih, et Malcom, et Roxie, et… Oui je verrais. Tu connais Roxie ? Et Eilih je pense pas, mais je pourrais te la présenter, peut-être. C’est notre copine humaine. Mais elle nous aime fort, je crois. Même si elle a peur de ce que je suis, et que j’ai peur que ça nous éloigne… Mais je pouvais pas ne pas lui dire, ça aurait pas été très gentil ni très honnête, je crois. »

Oui, j’en étais même sûre, en fait. Et j’avais trop peur qu’elle veuille pas, mais… J’avais pas le choix, de toute façon. Mais j’avais un peu la gorge et l’estomac noués. Et ça s’arrangeait pas, alors que je balançais plus que je voulais. Sur Darren, aussi. Enfin bon…

« Oui, c’est sûr… Merci. Même si c’est dur, je pourrais… réfléchir. Savoir, juste savoir. »

Je me sentais quand même vachement plus mal à l’aise, quand elle parla des vampires, et de les rencontrer. Parce que j’avais pas eu de bonnes aventures avec eux. Pas du tout. J’étais même vachement tendue, je crois. Je déglutissais, hésitant quant à ma réponse. Ses mains qui dénouaient les miennes m’apaisaient un peu, mais pas assez, et le nœud que j’avais au ventre grandissait, même si elle me rassurait en me disant que ça serait quand je voudrais et pourrais, et pas ici.

« D’accord. J’essaierai, de… m’habituer à l’idée, et de te dire. Je… Vais pas m’y fermer. Pas trop. Promis. »

Je changeais quand même vite de sujet, pour parler d’elle et de sa santé. Parce que oui, c’était plus important. Et sa réponse m’arrache un petit rire.

« Tu sais pas, je suis peut-être très très mignonne. Bon, pas si je te feule dessus parce que je suis pas contente, mais quand même. Et j’aime bien cuisiner moi ! Plus des desserts, mais je pourrais apprendre pour tout. Enfin, pas vraiment des desserts, mais des gâteaux et des cakes sucrés ou salés, en fait. Mais on pourra alterner, si j’ai la flemme aussi, tu crois ? Une tablette ? Trop cool ! Je pourrais… Euh… C’est pour ton travail ? Y’a plein de gens au lycée qui parlaient de jeux dessus, mais j’en ai pas. Et pas d’ordinateur non plus. J’en ai jamais eu, je dois être un peu bébête, dessus… T’en as toi ? J’ai utilisé un peu un ordinateur qu’il y avait à Wolfheaven, mais pas trop toute seule. »

Je me sentais un peu penaude en me faisant reprendre encore pour l’argent, mais j’étais tellement redevable aux gens, pour moi, que ça me venait difficilement si spontanément d’accepter. Mais oui, j’essaierai de m’y habituer. Quoi que… j’aurai, je crois, préféré me faire gronder pour l’argent, que de reparler de la soirée. Mais bon, c’était nécessaire, non ? Je crois… Je soupirais, quand même.

« Oui, t’as raison. J’essaierai de plus les accuser, plus tout de suite.C’est logique qu’ils aient rien à y gagner… Ou alors je les comprends pas. Et je les comprends surement pas, en fait… J’hésitais avant de lui demander de l’aider, et je la regardais, les yeux pleins d’espoir, le souffle presque coupée, en attendant de savoir.Merci, merci, merci ! »

Je sautillais pas mais la serrais un peu plus fort, en l’écoutant. Ça me rassurerait, en plus, je crois.

« Je… Tu… Nous jugeras pas ? Et je te promets de pas risquer ma vie dans mon coin. La maman de Sav… Isadora… Elle a eu des bébés loups parce qu’elle a… fait l’amour, pas loin de semi-démons. Ils essayaient, enfin, les loups de la meute, de reproduire ça… Je sais pas s’ils ont vraiment essayé ou réussi, mais… C’est peut-être ça. Peut-être qu’ils se sont attaqués de manière offensive à eux, et pas comme il fallait. Je sais pas si je devrais te le dire parce que t’es directrice de la PES, et que c’est dangereux, mais y’a presque plus de meute, de toute façon, et nous on a pas besoin de ça pour avoir des bébés, et… enfin, voilà… Je suis pas trop au courant de ce genre de choses, mais moi je cherchais autre chose. Et comment lier vraiment les métamorphes, aussi, à la meute. Voir s’il y avait de vrais liens qu’on pouvait former. Parce qu’on a suivi un rituel, quand on a rejoint la meute, mais c’était plutôt symbolique. »

Je réfléchirais encore, au cas où je me souviendras d’autre chose, mais là, je me souvenais que de ça.

_________________
“Notre voie ressemble à ce qui se passe quand on reste dans le noir. Ceux qui sont à la lumière n'y voient rien dans le noir, tandis que ceux qui sont dans le noir voient tout à la lumière.”


Rewards & stuff:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défense
Points de vie : 13
Coups du Destin: 12
You did not break me, I'm still fighting for peace.
Messages : 4409
Membre du mois : 195
Je crédite ! : Nao (avatar & signature) | Kanala (rewards)
Vos Liens :

Liens:
 


Autres comptes : Freyja Swayne
Double compte de Freyja - Modératrice
You did not break me, I'm still fighting for peace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2771-alexis-lindon-il http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2788-alexis http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2787-alexis
MessageSujet: Re: Fou de colère, fou de chagrin, de jalousie, de joie ou fou de rien   Mar 12 Juil - 19:20

Ca fait du bien tout ça. Un peu de légèreté, penser à un avenir positif pour une fois, imaginer qu'on arrivera à se sortir de tout ça et qu'on aura comme plus gros problème de savoir uniquement comment redécorer ma chambre. Je sais pertinemment qu'une fois cette soirée terminée, les problèmes seront toujours là, prêts à m'assaillir de plus belle. Mais peu importe. Ce qui compte là, tout de suite, c'est que Lexie comprenne qu'elle est en sécurité, que je suis là pour veiller sur elle et que rien ne lui arrivera tant que je suis là.

J'arque un sourcil à sa proposition, un peu perdue mais je garde cependant le sourire.

"Merida ? Va encore falloir parfaire ma culture je crois petite luciole. Mais oui, on fera un truc beau, pour nous et pour ceux qui auront envie de nous rendre visite. Et dans tous les cas, on pourra se dire qu'on aura une super maison rien qu'à nous. Ca c'est déjà cool de base."

Je suis heureuse de voir qu'elle semble se sentir déjà chez elle, malgré tout ce qui vient de lui arriver. Il lui faut des bases stables, solides, sur lesquelles elle pourra s'appuyer si elle veut sortir de tout ça entière et sans avoir l'impression que le monde lui est tombé sur la tête. Et impossible de lui sourire quand elle réagit comme, de ne pas avoir envie de la protéger contre tout ce qui pourrait lui faire du mal.

"T'as tout ton temps Lexie. On n'est pas obligées d'y aller demain tu sais. Tu as déjà beaucoup à faire en ce moment, donc dès que tu te sentiras prête, n'hésite pas, je me débrouillerais pour être dispo."

Et j'ai un rire que je n'essaie même pas de réprimer à sa question alors que je secoue la tête.

"Même si l'idée est super tentante, on va éviter. Imagine qu'on l'appelle comme ça quand il est là sans faire exprès ? Surtout que perso, quand je suis crevée, il m'arrive d'être maladroite, ce serait un peu con de le vexer quand même. Mais j'avoue, c'était marrant."

Je la serre un peu plus contre moi, le cœur un peu serré. La pauvre, elle a perdu tellement de monde que je me dis que j'aurais du mal à avancer si j'étais à sa place. Ok, je m'en sors pas forcément mieux au vu du peu d'attaches que j'ai ou plutôt, que j'accepte d'avoir. Et l'espace d'un instant, je suis un peu effrayée à l'idée de considérer Lexie comme une fille de substitution. Ca implique beaucoup de choses, pour elle comme pour moi et si ça tourne mal… J'essaie de chasser cette idée de mon esprit alors que je souffle, d'un ton assuré.

"Je t'aime aussi petite luciole. Et si t'es là déjà, je peux te garantir que niveau avenir heureux, on a une sacré bonne base. Donc te prends pas la tête pour ça d'accord ? Je veux que tu vives ta vie, que tu sois bien. Et je le serais aussi."

Voilà, je fais bien l'adulte rassurante non ? Je suis très convaincante, sans le moindre doute. Je l'écoute alors qu'elle me parle de ses proches, de ceux à qui elle tient et je suis contente de l'entendre parler comme ça. Elle arrive enfin à dire ce qu'elle a à l'esprit, à se lâcher un peu et je suis rassurée. Au moins elle ne sombre pas dans le mutisme, avec des événements comme ceux qu'elle a vécus, ça pourrait être le cas.

"Pour ton amie, c'est normal d'avoir peur, surtout si elle ne vous connait pas. Il faudra lui laisser du temps et ne pas hésiter à répondre à ses questions. Si tu veux, je pourrais lui parler aussi, si ça peut la rassurer. Qu'elle vienne me voir si elle en ressent le besoin, pour savoir comme une simple humaine peut faire quand elle a des gens à qui elle tient qui ne sont pas comme elle."

Et je me contente de hocher la tête concernant Darren, ou encore les vampires. Je ne veux pas la presser et elle a besoin de digérer tout ce que je lui dis. J'en reparlerais plus tard, quand elle aura pris un peu de repos, quand elle sera un peu plus au clair vis-à-vis de tout ça.

Je ne peux m'empêcher de soupirer au reste de ses propos et je me retiens de m'énerver toute seule à l'idée de tout ce dont elle a été privée. Certes elle est en bonne santé, elle s'en sort très bien, mais elle a tellement vécu en décalage des autres jeunes de son âge que ça me donne envie de crier sur le responsable. Il n'y en a pas, pas sous la main en tout cas. Donc au moins, essayer de récupérer ce qui est récupérable.

"Une tablette oui. Je n'en ai pas l'utilité, tu pourras la garder. Et j'ai un portable qui dort dans la pièce du haut. Il est pas de première jeunesse mais je pense que tu pourrais t'amuser avec. Si tu me fais des bons petits plats. Et je t'apprendrais à t'en servir si tu sais pas trop faire. C'est un bon deal non ?"

Surtout ne pas la reprendre dans mes bras, je ne suis pas sûre qu'elle apprécie au vu de la moue penaude qu'elle arbore. Je préfère faire mine de prendre ça à la légère, comme si ça ne me donnait pas envie de crier à l'injustice. Et, quand elle parle des vampires, j'ai un bref hochement de tête.

"C'est tout ce que je demande. Que tu ne les accuses pas sans preuve. Ce serait une mauvaise chose pour toi comme pour eux. On verra après avec le temps ce qu'il en est réellement."

Et j'ai un sourire quand elle se montre ravie que j'accepte son aide. Après tout c'est plus sûr de savoir ce qu'elle fait plutôt que de lui courir après et d'avoir des mauvaises surprises. Je me fige un peu au reste de ses propos, surtout quand elle parle de faire des bébés pas loin des semi-démons mais je garde le silence, l'écoutant avec une attention non feinte.

"Je ne vous jugerais pas, c'est promis. Mais c'est une possibilité en ce qui concerne les enfants. Si quelqu'un ne voulait pas que les loups aient des descendants. Tu pourrais te renseigner un peu là-dessus si tu veux. Et sur les rituels pour vous. Si tu veux. Et je ne dirais rien à personne à ce propos, n'aies pas d'inquiétudes là-dessus."

Je laisse filer un silence avant de lui sourire largement. Trop de sérieux, trop de choses à analyser dans l'immédiat et je ne veux pas qu'elle se braque, qu'elle pense trop en dire et qu'elle n'ait plus confiance en moi. Alors, je préfère couper un peu court, c'est ce qui me parait le plus raisonnable. Pour elle surtout.

"On a un film à regarder et une pizza à manger non ? Je sais pas toi mais j'ai envie de m'étaler dans le canapé en me gavant de fromage fondu."

Nous verrons bien demain de quoi sera fait. Autant profiter d'une soirée de paix tant qu'on en a encore.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 16
Coups du Destin: 8
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Messages : 1221
Membre du mois : 42
Je crédite ! : (c) Kanala pour l'avtar - Mal' pour la sign'
Caractère : Sérieuse - Perfectionniste - Obsessionnelle - Réfléchie - Cynique - Fidèle
Vos Liens : Liens - Téléphone - RP

Autres comptes : Noah
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Fou de colère, fou de chagrin, de jalousie, de joie ou fou de rien   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Fou de colère, fou de chagrin, de jalousie, de joie ou fou de rien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La colère.
» La vie a une fin, le chagrin n'en a pas.
» La colère d'un père
» La colère de Guy Boucher
» Un depart cause beaucoup de chagrin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: West End :: Boutiques :: Maison de Sasha Oppenheimer et d'Alexis Lindon
-
Sauter vers: