AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Tell me what you want | Malcom
MessageSujet: Tell me what you want | Malcom    Mer 9 Mar - 13:00


J’abandonne sur une chaise le journal du matin. Les nouvelles sont mauvaises, comme j’avais pu le deviner quelques heures plus tôt. Les premières photos des scènes de l’attentat font la une et les premiers articles virulents ont déjà fait leur apparition. Je soupire, peu désireuse d’avoir à les affronter de sitôt mais, évidemment, ça ne fonctionne jamais comme je voudrais, surtout avec les journalistes.

Depuis combien de temps je suis debout ? En fait, je crois que je n’ai pas vraiment fermé l’œil depuis hier. Ca n’a pas grande importance au vu de tout ce qui se passe et j’ai la chance de pouvoir tenir grâce à l’adrénaline et une sacré dose de café. Les jours à venir vont de toute façon probablement n’être qu’une réédite de cette journée, la tension en plus qui grandira à chaque moment tans que nous n’aurons réussi à retrouver les coupables et à les balancer sur la place publique pour qu’ils paient.

Je commence à analyser aussi clairement que possible la situation. J’ai de la chance, je n’ai perdu personne dans cette histoire et je peux me permettre d’avoir déjà le recul nécessaire pour essayer de trouver comment éviter de laisser les choses s’envenimer trop rapidement. Je sais que ça va arriver pourtant, reste à réfléchir à comment limiter la casse et, surtout, à comment trouver l’origine de tout ça.

Je viens de passer une heure avec Lexie que j’ai laissée endormie dans ma chambre. Je ne peux pas lui accorder plus de temps, quand bien même elle en aurait besoin, ma casquette de directrice de la PES ayant une importance que je ne peux me permettre d’ignorer en cet instant. Surtout que j’étais là hier et que j’ai parlé à tous ces gens, que j’ai souri comme une idiote pour faire croire que tout se passait bien et que j’étais persuadée que c’était bien le cas.

Je tapote mon téléphone pensivement, étonnée qu’il n’ait pas sonné depuis au moins dix minutes. Voilà qui change du reste de la journée. Mais je sais bien que là encore, ça ne va pas durer. Plongée dans mes pensées alors que je remplis mon thermos de café, je sursaute quand j’entends le coup de sonnette.

Je fronce les sourcils et je me relève, espérant que la sonnette n’a pas réveillé Lexie. Et, quand j’ouvre la porte, je me fige quelques instants avec d’esquisser une ombre de sourire. Qu’il ne passe pas aurait été vraiment étonnant. Mais il a sens du timing particulièrement surprenant. Il a vraiment de la chance que je sois là à ce moment précis, surtout que je suis sur le point de repartir. Que je m’absente déjà, même quelques minutes, n’est pas forcément très judicieux mais, heureusement, la Lune Bleue n’était pas bien loin de la maison et ils savent que je pouvais revenir immédiatement si nécessaire.

Je souffle alors à mi-voix, après avoir laissé filer un instant de silence.

"Elle dort. Je suppose que tu veux quand même entrer cinq minutes."

Lui demander comment il va serait limite une insulte je pense au vu de la journée qu’il vient de passer. Je ne sais pas quels peuvent avoir été ses liens avec les Valentyne et je ne suis pas sûre que ce soit le meilleur moment pour lui demander.

Sans attendre vraiment de réponse, je m’efface pour le laisser entrer dans le salon, enfin ce qui s’apparente au salon et qui pour le moment n’est surtout qu’une immense pièce aux trois quart vide, hormis un canapé gigantesque, des cartons dans un coin et une télé posée sur un vieux meuble. Lexie a commencé à tout refaire mais ça ne fait que quelques jours. Et je pense qu’il va lui falloir un peu de temps avant d’avoir envie de recommencer.

J’enlève ma veste et je la pose sur le canapé sans m’assoir, fixant le méta en silence. Je ne suis pas spécialement douée pour les grands discours et j’ai comme l’impression que la compassion, ce n’est vraiment pas son truc. Alors, j’attends. J’imagine qu’il est là pour Lexie lui aussi et probablement pour enjoindre la PES de faire son boulot ou quelque chose dans le même genre. Et j’ai comme l’impression que je vais avoir un avant-goût de ce qu’on va prendre dans les jours et semaines à venir.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 16
Coups du Destin: 8
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Messages : 1221
Membre du mois : 42
Je crédite ! : (c) Kanala pour l'avtar - Mal' pour la sign'
Caractère : Sérieuse - Perfectionniste - Obsessionnelle - Réfléchie - Cynique - Fidèle
Vos Liens : Liens - Téléphone - RP

Autres comptes : Noah
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tell me what you want | Malcom    Dim 13 Mar - 20:09


Cette journée est interminable, et plus les heures passent, plus l'énervement me guette. Je crois qu'il est proportionnel à mon état de fatigue. Il va falloir que je rentre chez moi et essaie de dormir, même une petite heure me suffirait. J'ai le cerveau en ébullition, étrangement c'est tout ce qui m'évite de péter un plomb, de prendre mon flingue et d'aller dézinguer le premier vampire qui me passerait sous la main. Pourquoi un vampire ? Parce que, même s'ils ne sont peut-être pas responsables, ils sont loin d'être tout blanc. Et surtout à cause de cette soif. Je me sens fébrile, et une bonne dose me ferait du bien pour faire passer cette sensation. Je me demande qui est au courant maintenant qu'Hayden et Isadora sont morts... Je n'ai pas l'impression qu'ils ont ébruité cette histoire, même si personne ne se leurrait dans la Meute. J'ai eu des démêlées avec les sangsues, et il m'est pénible de faire semblant. Mais bordel, encore récemment, leur plus gros problème était de trouver un Exécuteur valable pour les seconder aux côtés de Roxane, et qui ne soit pas un junkie en manque de V. Ils sont morts maintenant. Je n'ai pas envie d'imaginer le pire scénario... Qu'est-ce qu'il s'est passé, quand ils ont été rencontré les vampires ? Je leur avais dit de ne pas mêler la Meute à mes problèmes, même s'ils considéraient que mes problèmes concernaient aussi directement la Meute. J'espère ne pas les avoir entraîner vers leur chute à cause du foutoir qu'est ma vie, en plus de ne pas avoir été à la hauteur pour assurer leur protection.

Et merde, pas le temps de culpabiliser. Je dois m'occuper de ramasser les pots cassés et de tenter de les recoller entre eux. Je me suis pointé devant chez Sasha Oppenheimer pour cette raison. Il est soit très tard, soit très tôt, mais ni elle ni moi n'avons trouvé le temps de se croiser auparavant. Je vérifie l'heure, et parie sur le fait qu'elle sera là. Je sonne à la porte d'entrée, et ne laisse pas mon impatience transparaître à l'attendre pour qu'elle m'ouvre. La porte s'entrebâille. Elle est bien rentrée et ne dort pas, un bon point pour moi.

- Ouais. Il faut vraiment qu'on parle.

On oublie les habituels "Hey, salut ! Comment ça va depuis le temps ?" qui colleraient assez peu à la situation qui nous préoccupe tous actuellement. Je rentre d'un pas décidé, sans attendre. Je sais de qui elle me parle en préambule et lance un regard vers l'étage.

- Deux secondes, j'arrive. J'ai son portable à lui rendre.

Je n'attends pas son assentiment avant de monter deux à deux les marches, jusqu'à me pointer devant la seule chambre fermée. Je me glisse discrètement à l'intérieur et observe une poignée de secondes Lexie assoupie. La gamine en a bavé ces dernières vingt-quatre heures. Heureusement, elle est bien entourée. La situation est bien plus compliquée pour Savannah qui vient de perdre, en l'espace de quelques secondes à peine, toute sa famille reconstituée. Je pousse un profond soupir. Je fouille dans la poche de mon jean pour en ressortir son portable rose qui m'a bien servi. J'ai déjà supprimé les échanges de messages avec Sasha et John, lui laissant l'occasion de consulter ceux laissés par ses amies. Je me contente de laisser un mot de remerciement dans un bloc-notes ouvert avant de le poser sur sa table de chevet. Inutile de la réveiller alors qu'elle a enfin réussi à quêter le sommeil. Je quitte la chambre et referme derrière moi, sans un bruit, avant de redescendre dans le salon. Mon regard s'attarde sur le café que vient de se préparer Sasha, et sans lui demander son avis, je m'en sers un peu en plus de la pizza restée sur le comptoir puis me vautre dans son canapé. C'est un peu vide, dans cette maison. On dirait qu'elle vient tout juste d'emménager... Pour Lexie, peut-être ? Peu importe. Ce ne sont pas mes affaires, tant qu'elle s'occupe de la petite et que ça lui convient.

Elle attend sagement à côté de moi, en silence, à attendre que je lui annonce la couleur. Je finis ma part de pizza avant. Je commençais vraiment à avoir la dalle à force. Et puis... Elle ne va pas être déçu.

- L'enquête avance ?

Je pourrais lui faire une liste de tous les problèmes qu'on a sur le feu et à gérer... Mais je vais attendre de voir ce qu'elle me sort déjà. Je rejette ma tête en arrière contre le dossier.

- Si vous avez besoin d'aide, on peut vous en fournir, et qui ont du flair. En fait, c'est pas tellement une proposition. La meute a les crocs, et le mieux encore pour contrôler des changeurs avides de revanche, c'est de s'atteler à trouver ensemble les responsables d'un tel foutoir.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15
Coups du Destin: 14
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Messages : 1931
Membre du mois : 69
Je crédite ! : (c) Shiya
Localisation : Glasgow
Caractère : Sadique – Violent – Séducteur – Imbu de lui-même – Fidèle – Entier – Homme de parole – Débrouillard – Méticuleux – Cynique - Protecteur - Instable
Autres comptes : Astrid Lehtinen
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4057-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4099-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4089-malcom-hastings
MessageSujet: Re: Tell me what you want | Malcom    Lun 21 Mar - 21:16

J'arque un sourcil alors qu'il entre dans la maison. Je me demande quand est-ce qu'on a laissé tomber les politesses et, à la réflexion, je réalise que c'est bien quelque chose qui n'a jamais eu cours entre le méta et moi. Depuis la première seconde ou je l'ai rencontré à notre dernier tête à tête. Au moins, pas de faux semblants entre nous et il n'a jamais fait mine de m'apprécier pour me faire plaisir ou pour obtenir quelque chose. La réciproque étant vraie, voilà qui nous met sur un pied d'égalité.

Je ne prends même pas la peine de répondre quand il me dit qu'il arrive et j'attends tranquillement qu'il revienne, préparant du café. Au vu de la tête qu'il a, il va en avoir besoin, c'est une certitude. Moi qui pensait avoir une tête de déterrée, en fait, en comparaison, ça ne va pas si mal. Je lève un œil dans sa direction quand il revient dans le salon et je me contente d'un léger soupir en voyant qu'il fait comme chez lui. Mais je ne dis toujours rien, attendant qu'il ait fini de manger un morceau et qu'il se décide. Au moins, quand il s'y met, il va droit au but.
Je lève alors une main dans sa direction, comme pour l'arrêter dans son élan.

"On est à peine en train de finir d'éteindre les incendies et mes gars commencent à peine à fouiller les décombres. Donc non on a pas la tête des coupables à vous offrir sur un plateau à moins d'un jour d'un attentat que personne n'a daigné revendiquer. A croire qu'on est aussi inefficaces que le veut la légende."

Je prends une profonde inspiration avant de souffler, d'un ton plus calme.

"Hum… désolée. La journée a été longue et je m'attends à chaque seconde à une nouvelle catastrophe. Pour l'instant, on ne croule pas sous les indices mais je pourrais te fournir une liste de suspects longue comme le bras."

Sans arriver à avoir le moindre bout de début de piste, bien évidemment. Je me pince l'arrête du nez avant de me relever et de me servir un café. J'agite la cafetière avant de le servir à nouveau sans lui demander son avis. Je me rassois à ses cotés avant de hocher la tête.

"Je me doutais que tu allais proposer ça. Enfin, si on peut appeler une proposition. Et je sais que la meute a les crocs. A votre place, je serais dans le même état. Je ne te ferais pas l'affront de dire que je comprends, que je sais ce que c'est ou ce genre de choses, même si c'est le cas."

Je repose la tasse avant de reprendre, toujours aussi sérieusement.

"Je veux qu'ils participent à l'enquête. Que vous y participiez. Tous ceux qui le souhaitent. Mais à mes conditions. Je ne veux pas de vendetta, je ne veux pas que vous vous jetiez à la gorge des premiers suspects venus. Et je veux contrôler qui viendra sur le terrain."

Je le fixe, guettant sa réaction. Après la journée qu'il vient de passer, il risque de ne pas trop apprécier ce que je viens de dire mais on a toujours joué cartes sur table depuis le début, je ne vais pas changer maintenant, surtout au vu de la situation qui demande à ce qu'on coopère autant que possible. Et je n'ai pas encore parlé des vampires.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 16
Coups du Destin: 8
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Messages : 1221
Membre du mois : 42
Je crédite ! : (c) Kanala pour l'avtar - Mal' pour la sign'
Caractère : Sérieuse - Perfectionniste - Obsessionnelle - Réfléchie - Cynique - Fidèle
Vos Liens : Liens - Téléphone - RP

Autres comptes : Noah
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tell me what you want | Malcom    Lun 28 Mar - 20:40


Dommage qu'il ne restait qu'une part de pizza, que je viens d'engloutir sans l'ombre d'un remords. Je crevais de faim, sans même réellement m'en rendre compte tellement j'ai les tripes bien accrochées depuis les attentats. Je n'ai simplement rien dû me mettre sous la dent depuis hier midi, ce qui commence à remonter maintenant. Et le café... Charmante attention. Je me brûle à moitié la langue à l'avaler d'un coup, avant de m'en resservir un peu et de le boire plus lentement. Je croise les jambes sur sa table basse et me rejette en arrière, bien calé au fond de son canapé. C'est qu'il ferait bon vivre ici, si on exclue les cartons présents en nombre...

Je la vois lever une main, comme pour dire "Objection votre honneur"... Magnifique. Je commence à réaliser à la longue que, avec Sasha, il existe toujours des "mais". C'est qu'on serait presque intime maintenant, non ? Quelle bonne blague...

- Les vampires, les semi-démons... Tu en vois d'autres ? Je ne pense pas que les humains ont eu beaucoup à se plaindre de nous ces derniers temps. De toute évidence, c'est quelqu'un qui désire relancer les hostilités, ou qui recherche l'extinction de notre espèce, parce que ça a bien débuté... On nous coupe la tête pour que le corps s'agite sans vie. Je saurais pas dire ce qui est le plus dangereux à l'heure actuelle entre ceux qui veulent notre peau et des lycanthropes paumés et avides de vengeance. Il ne reste plus personne pour les canaliser. Je suppose que tu en sais assez sur l'esprit de meute pour t'en être rendre compte par toi-même.

Elle sait déjà que je ne fais pas partie des lycanthropes, et qu'elle ne peut pas compter sur moi pour redresser la situation auprès d'eux. Je vais finir par croire que le seul qui en soit capable est l'insupportable James.

J'hausse un sourcil perplexe quand elle s'enfonce toute seule, à faire preuve de son habituel sarcasme couplé avec un pessimisme que je ne lui connais pas. Je suppose qu'elle a dû avoir vent de rumeurs qui font état de l'incompétence de la PES à résoudre des situations de crise, comme en Février. A titre personnel, je n'ai pas plus confiance en les capacités de la PES que les nôtres pour démêler cette situation, mais nous avons besoin de leur aval pour agir de manière officielle, et c'est précisément ce pourquoi je suis ici. C'est mieux pour permettre à Lyra d'agir, parce qu'il s'agissait de moi, je me contenterais de poursuivre mes petites affaires dans l'ombre. L'idée me prend justement de trouver un endroit pour les nôtres qui soit hors de toute juridiction, inconnu de tous, et permettre aux métamorphes de conserver finalement leur anonymat. Plus on nous frappe, plus on se rétracte et on est prompt à mordre.

- On a une détective privée dans nos rangs, une lycanthrope du nom de Lyra Belikovs. Tu ne pourras pas trouver mieux pour t'épauler. Quant aux autres, parfait. Je leur ferais passer le message que s'ils veulent aider à faire avancer l'enquête, qu'ils se présentent aux locaux de la PES. Je te laisserais faire le tri et calmer les ardeurs de ceux que tu refoules puisque tu te proposes si gentiment...

Je me penche en avant avec un sourire qui n'a rien de rassurant. On se retrouve à négocier, et ce qu'elle me demande n'a rien d'étonnant en soi. Elle veut mener la danse, évitant un nouveau bain de sang. Peut-être qu'elle ne se rend pas encore compte que, moi aussi, j'ai les crocs.

- Si on cherche à nouveau à s'en prendre à nous, on ripostera. Si on trouve une information avant vous, on vous la communiquera que vous puissiez agir en conséquence, mais que la PES ne s'attende pas à ce que l'on reste bien docilement en arrière. Pigé ?

Je ne compte pas me laisser tenir en laisse. Les Valentyne pouvaient encore me raisonner, mais maintenant ? Je ne connais personne qui en soi capable. Je laisse l'occasion à ceux qui le désirent de passer par les voies officielles, quant à moi, je ne vais pas pour autant laisser tomber la traque et reprendre mes anciennes activités de tueur à gages. Je vais avoir de quoi m'occuper dans les prochaines semaines...
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15
Coups du Destin: 14
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Messages : 1931
Membre du mois : 69
Je crédite ! : (c) Shiya
Localisation : Glasgow
Caractère : Sadique – Violent – Séducteur – Imbu de lui-même – Fidèle – Entier – Homme de parole – Débrouillard – Méticuleux – Cynique - Protecteur - Instable
Autres comptes : Astrid Lehtinen
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4057-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4099-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4089-malcom-hastings
MessageSujet: Re: Tell me what you want | Malcom    Mer 13 Avr - 15:29

Je le fixe alors qu'il dévore la pauvre part de pizza survivante et je souffle, le plus sérieusement du monde.

"J'ai de quoi faire des sandwichs si tu veux. Il n'y pas grand-chose d'autre par contre, je ne suis vraiment installée là que depuis quelques jours et je suis pas du genre cuisinière. Tu en veux ?"

Ca peut paraitre un peu bizarre de lancer ça de la sorte au vu de la conversation qui ne va pas manquer d'arriver mais, au final, je l'aime bien Malcom. Je ne le connais pas vraiment et on ne peut pas dire que j'ai réellement confiance en lui mais j'ai pu déjà m'appuyer sur lui à plusieurs reprises sans qu'il me fasse faux bond. Et voilà qu'il commence à s'enflammer, moins que ce à quoi je m'attendais. Enfin, il faut dire que je m'attends au pire dans tous les cas, alors, au final, toutes proportions gardées, il est plutôt calme. Un peu trop en fait au vu de la situation. Mais je le coupe rapidement dans son élan avant qu'il n'embraie de plus belle.

"Et vous avez pas pensé que ça pouvait venir… de l'intérieur ? Non pas que je trouve l'idée de vous rendre encore plus parano particulièrement amusante mais il se pourrait que ce soit aussi des membres de la meute manipulés. Après tout, ce sont ceux qui ont eu le plus d'occasion d'avoir accès aux lieux où se sont déroulés les attentats."

Je bois une gorgée de café avant de reprendre, pensivement.

"Et il n'y a personne pour prendre le relai ? J'ai croisé… Roxane ce matin. Si elle a l'air un peu perdue, elle a tout de même l'air particulièrement décidée et savoir ce qu'elle fait. Mais je connais bien l'esprit de meute oui."

Pour avoir fréquenté un loup durant un bon moment, j'ai eu l'occasion de voir ce que c'était avant même d'entrer à la PES. Mais je n'ai pas particulièrement envie qu'il le sache alors j'embraie et que je m'amuse à descendre toute seule la brigade. Il faut dire que ces derniers temps, j'ai du mal à voir les choses de façon positive et rationnelle. Tout prend un sens bien plus négatif et, si nous n'avançons pas dans cette enquête, je ne sais pas du tout dans quelle direction nous allons bien pouvoir aller.

"Va pour ta détective privée. Dis lui de me demander directement quand elle viendra. C'est elle qui fera le relai entre ce qui reste de la meute et la PES ou est-ce chacun va faire selon son humeur ? Non pas que je ne me fasse pas une joie de recevoir toutes les doléances du monde dans mon bureau mais que je sache au moins à quoi m'en tenir. Et merci pour le cadeau mais je ferais donc avec. Je préfère savoir avec qui je peux bosser que d'avoir à chasser tout le monde des scènes de crime ou des endroits où nous mènerons l'enquête."

Son sourire est tout sauf rassurant, autant le dire tout de suite. Mais là, bizarrement, je suis plus à mon aise que lorsqu'il est totalement calme. Je peux sentir sa tension et quand il se penche vers moi, je prends une profonde inspiration avant de le fixer dans les yeux sans ciller, gardant toujours un ton aussi calme.

"Si on vous attaque à nouveau, vous ne serez plus assez nombreux pour riposter. Tu comptes mener ta vendetta tout seul dans ton coin ? A quoi ça servirait ? En quoi ça aidera des filles comme Lexie ?"

Je secoue la tête avant de reprendre, toujours sur le même ton.

"Si on a des infos capitales je vous les donnerais moi-même, ça me parait logique si vous faites de même. Mais je ne veux pas que ça vous serve pour tuer le premier venu. Je sais bien que vous n'allez pas rester en arrière mais tu sais aussi que je ne peux pas vous laisser faire ce que vous voulez. Alors il va falloir trouver un compromis parce que je pense qu'on aura tous mieux à faire de notre temps que nous prendre la tête entre nous non ?"

Je me pince l'arrête du nez alors que je laisse retomber ma tasse presque pleine sur le carton qui nous sert de table basse. Je ne sais pas pourquoi mais je sens que ça ne va vraiment pas être de tout repos.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 16
Coups du Destin: 8
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Messages : 1221
Membre du mois : 42
Je crédite ! : (c) Kanala pour l'avtar - Mal' pour la sign'
Caractère : Sérieuse - Perfectionniste - Obsessionnelle - Réfléchie - Cynique - Fidèle
Vos Liens : Liens - Téléphone - RP

Autres comptes : Noah
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tell me what you want | Malcom    Mer 27 Avr - 14:40


- Si c’est proposé si gentiment…

Qu’elle ne compte simplement pas sur moi pour me lever et m’en charger, vu comment je suis bien calé au fond de son canapé. Il ferait presque bon vivre ici, malgré les cartons disséminés dans tous les recoins du salon. Sasha a mal choisi son moment pour déménager. Je parie qu’ils vont rester encore un moment à cet emplacement à moitié déballés, juste de quoi sortir le nécessaire pour vivre.

- Surtout que c’est pas pour tes talents de cuisinière que je suis venu.

Pas vraiment pour d’autres plus appréciables non plus… Je suis tellement porté sur les nerfs que j’en oublie ma répartie habituelle. Mais heureusement pour elle, pas assez pour que je commence à vriller. J’ai plutôt l’impression de me laisser emporter dangereusement sur une pente, sans chercher à en ralentir la chute. Ça viendra certainement plus tard, quand j’aurais pleinement réalisé, quand je ne serais plus assez sous pression pour que la logique froide du tueur à gages continue d’agir méticuleusement. Je sais bien qu’elle ne dure qu’un temps, dans le sens ou dans l’autre, avant que la rage ne prenne le dessus. J’ai besoin d’une cible, rapidement. J’espère qu’elle pourra m’en fournir une avant que le point de rupture arrive. Au final, ne suis-je pas présent pour réclamer un semblant de contrat afin de m’occuper ? Probablement un peu.

Et ses réflexions me glacent les sangs, alors qu’elle me livre des évidences. Me méfier… De la Meute ? Elle est morte. Qui pourrait le vouloir si ardemment parmi nous ? Peut-être Ethan, dont les ambitions m’apparaissent assez clairement… Mais au point de ne léguer que des résidus de Meute ? Et qui pourrait se faire manipuler à ce point ? Malheureusement, j’ai plus rapidement tendance à accuser les miens que les lycanthropes. Je parle en connaissance de causes.

- C’est une piste intéressante. Je doute que les Loups cherchent à supprimer leur Ulfric et leur Lupa, au risque de pulvériser la Meute sans espoir de retour… A moins qu’un autre aurait pu prendre rapidement le relais, mais ce n’est pas le cas. Ou alors, un métamorphe, c’est nettement plus envisageable. Dans tous les cas, nous avons intérêt à surveiller nos arrières.

Je reste le visage fermé, une expression mauvaise au visage, quand la Directrice de la PES reprend la parole en me glissant le nom de Roxane. Personne, non, pas tout à fait, mais presque.

- On a bien Roxane, en tant qu’ancienne Exécutrice, en effet… Mais c’est une métamorphe. Il n’existe qu’un Loup pour se faire obéir des siens.

L’ombre d’un sourire me vient quand elle accepte mon offre. Bien, Lyra fera très bien le relais entre ce qui reste de la Meute et la PES. Même s’il est parfois difficile pour nous de s’entendre ou même de se faire simplement confiance, je ne remettrais pas en doute ses capacités à exercer son travail. Je suis certain qu’elle se débrouillera bien mieux que les autres sur cette affaire, et j’espère sincèrement qu’elle permettra à la PES d’obtenir plus rapidement du résultat.

- Non, en toute logique, ce sera elle qui fera le relai, mais on n’est pas à l’abri de quelques entorses. Je te rappelle que la Meute est dissoute, et qu’on a déjà du mal à savoir qui est encore en vie et qui a besoin d’aide. Tu peux lui communiquer toutes tes doléances concernant la Meute, elle fera passer le message et s’arrangera pour que personne n’entrave l’enquête. Les Loups la connaissent après tout.

Je commence à perdre doucement patience. Je me penche en avant pour l’affronter du regard et mets les choses au clair. J’entends ses réticences, mais si elle espère nous tenir en laisse…

- Tu ne devrais pas sous-estimer la volonté d’une Meute blessée prête à en découdre. C’est quand un loup est acculé qu’il se révèle le plus féroce.

Simple constat. Il ne s’agissait pas de menaces, ni de mises en garde… Et cette vendetta n’allait pas forcément naître sous mon impulsion, mais je réclamerais le sang pour le sang. Que je sois seul, je m’en foutais. Que d’autres me rejoignent et nous aurons une nouvelle Meute qui verrait le jour, d’une terrible façon.

Je plisse les lèvres, avec une expression irritée, alors qu’elle me glisse le nom des filles.

- Elles ont été entraînées à se défendre par elles-mêmes, et elles continueront de l’être. Elles font partie des nôtres et nous les protégerons. Je les protégerais, tant que je serais en vie. Tu crois qu’on s’en servira contre moi ? Je ne pense pas. Savannah doit avoir bien moins d’intérêts aux yeux de nos ennemis maintenant que ses parents sont morts. S’ils avaient voulu faire pression sur nous, ce serait déjà fait. Alors elles vont rester en dehors de ça.

Je marque une pause, avant d’hocher la tête par l’affirmatif.

- On s’échange les informations en notre possession pour faire avancer globalement l’enquête, pas de problèmes. Ce qu’on en fera ne regarde que nous, mais plus tu nous donneras d’informations et mieux on saura qui cibler. Alors disons que c’est aussi dans ton intérêt, qu’on évite les dégâts collatéraux…

Mon sourire s’étire, mauvais. Elle voulait qu’on trouve un compromis ? Je n’en avais pas de meilleur à lui proposer.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15
Coups du Destin: 14
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Messages : 1931
Membre du mois : 69
Je crédite ! : (c) Shiya
Localisation : Glasgow
Caractère : Sadique – Violent – Séducteur – Imbu de lui-même – Fidèle – Entier – Homme de parole – Débrouillard – Méticuleux – Cynique - Protecteur - Instable
Autres comptes : Astrid Lehtinen
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4057-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4099-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4089-malcom-hastings
MessageSujet: Re: Tell me what you want | Malcom    Lun 2 Mai - 18:00

J'ai un bref haussement d'épaules à sa réponse, alors qu'il ne bouge pas d'un pouce du canapé. Je slalome entre les cartons pour aller piocher ce qu'il faut dans le frigo et je bricole rapidement quelques sandwichs alors que je rétorque, d'un ton tranquille.

"J'imagine bien que c'est pas pour mes talents de cuisinière. Tu risquerais d'être déçu, je suis capable de mettre le feu à des œufs au plat."

Bon deux tranches de pain et du jambon, c'est dans mes cordes. J'essaie de ne pas prêter attention à ce qu'il pourrait sous-entendre dans sa phrase et je reviens m'installer sur le canapé après lui avoir tendu son assiette, tout en reprenant, sur le même ton.

"J'ai pas envie de t'avoir de mauvaise humeur et l'estomac vide. Je suis pas sûre de pouvoir tout gérer."

Surtout que les sujets qu'on aborde sont tous sauf plaisants. Et que je ne sais pas du tout comment il a pris la mort des Valentyne. Du peu que je le connais, il ne sera pas du genre à rester sagement à attendre que les choses se règlent d'elles-mêmes, il faudrait être idiot pour croire le contraire. Mais je ne sais pas à quel point il peut vriller tout seul et ce dont il est réellement capable. Et je me méfie de lui, tout autant que je suis prête à lui faire confiance sur certains points. Un mélange inhabituel et qui me maintient sur mes gardes à chaque minute. Je m'attends d'ailleurs à ce qu'il explose quand je lui parle de l'évidence-même concernant les potentiels auteurs des attentats mais non, ça passe mieux que je l'aurais cru, si on omet le sourire mauvais évidemment.

"Un loup qui a le contrôle de lui-même non. Mais si quelqu'un d'autre est derrière ça… perso j'aurais manipulé un loup pour faire exploser la meute de l'intérieur. Surtout si personne n'a revendiqué la tête de ce qui reste de votre groupe."

Je me tapote le nez, pensive, essayant de ne pas prête attention outre mesure à sa mine qui ne me dit rien qui vaille. Il n'est pas vraiment sur la défensive mais j'ai comme l'impression qu'il lui en faudrait peu pour basculer. J'espère me tromper alors je continue, toujours sur le même ton tranquille, comme si j'étais totalement détachée de ce que je pouvais raconter. Comme si je n'étais pas soucieuse de ce qui allait arriver et surtout des conséquences possibles.

"Je vois. Et j'imagine que les loups n'iraient pas intégrer une meute de métamorphes si ça venait à se faire."

J'aimerais surtout que Lexie ait de nouveau ces liens auxquels elle tient tant mais ce n'est pas le moment d'y songer. Plus tard, quand les choses seront calmées et que tout tournera rond. Ou en tout cas, quand ça en aura l'air, au moins. Le fait que j'accepte sans faire de vague la présence Lyra semble lui plaire. Moi j'y vois surtout une paire de bras supplémentaires que je pourrais surveiller si besoin. Et qui me donnera un accès à la meute, enfin ce qu'il en reste. Même si j'ai Malcom ou encore Lexie pour ça. Voire Roxane avec qui le courant est au final plutôt bien passé malgré les circonstances.

"Ok. Je suppose que proposer un coup de main pour vous aider à retrouver les survivants n'est pas utile non ? En cas, si besoin, vous savez où me trouver. Pour ce qui est des quelques entorses à la règle, j'aimerais qu'au moins on me contacte avant de débarquer en trombe dans les locaux de la PES. Déjà que j'y suis pas souvent, si c'est pour qu'un loup croise un vampire et qu'ils se battent là-bas, ce serait un peu la pire idée du siècle."

J'ai la vague impression d'être en train de négocier chaque morceau, d'avancer à tâtons pour que les choses passent sans qu'il se braque. Je sais pas trop pourquoi d'ailleurs, j'ai pourtant imposé ce que je voulais, ou plutôt ce que je ne veux pas, mais j'ai le sentiment qu'avec lui, il ne faut rien lâcher du tout. A sa réaction, je me fige et je le fixe dans les yeux de longues seconde avant de rétorquer, le plus sérieusement du monde.

"Je sais exactement à quoi ressemble un loup blessé et acculé. Encore plus quand il se sent trahi et attaqué, ne t'en fais pas pour ça. Et je veux justement éviter d'avoir à assister à une rediffusion de ce que j'ai déjà vécu parce que je n'ai pas envie que Lexie aille jeter d'autres fleurs sur des cercueils."

Impossible de ne pas voir son air irrité et je secoue la tête, non sans cacher mon agacement. A croire qu'il veut me contrarier sur tout ce que je pourrais lui dire en fait. Je vais finir par … je sais pas trop par quoi. Alors je prends une profonde inspiration, me pinçant l'arrête du nez avant de répondre, sur un ton calme plus tout aussi naturel.

"On dirait Roxie à t'entendre. Ok, je préfère me dire que je suis l'oiseau de mauvaise augure et que toutes les cibles ont été touchées. Qu'il n'y en aura pas d'autres. Je serais ravie d'avoir tort. Parce que je ne crois pas qu'on puisse s'en servir contre toi, contre vous, mais j'en suis persuadée. Appelle-ça ce la parano ou un manque de bon sens, mais rien ne me persuadera du contraire tant que je serais pas sure qu'elles sont hors de danger. Enfin, dans le fond, ça change pas grand-chose donc bon…"

J'ai un soupir, sentant le poids de ces dernières heures commencer à s'accumuler mais je le fixe avant de secouer la tête.

"Tu crois vraiment que je peux valider l'idée que vous allez faire ce que vous voulez ? Et que je te fasse un petit sourire avec ? Et puis quoi encore ?"

A ce rythme-là et vu sa mine, on va se retrouver avec une Ecosse totalement ravagée par une guerre civile. Déjà que c'est bien parti pour, là, ça va être le pompon.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 16
Coups du Destin: 8
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Messages : 1221
Membre du mois : 42
Je crédite ! : (c) Kanala pour l'avtar - Mal' pour la sign'
Caractère : Sérieuse - Perfectionniste - Obsessionnelle - Réfléchie - Cynique - Fidèle
Vos Liens : Liens - Téléphone - RP

Autres comptes : Noah
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tell me what you want | Malcom    Dim 8 Mai - 20:08


J’ai comme la curieuse impression qu’elle fait exprès de ne pas comprendre les sous-entendus graveleux que je peux faire. C’est pourtant bien la seule chose qui me permet de faire comme si tout était normal, comme si je ne venais pas de venir chez elle pour lui réclamer la tête des coupables mais simplement une part de pizza et une nuit torride derrière.

J’hausse un sourcil perplexe, avant de récupérer le sandwich qu’elle me tend. Elle a été au plus simple et rapide, mais je ne lui demandais rien d’autres que quelque chose à me mettre sous la dent, au sens propre comme au figuré.

- Tu m’auras simplement de mauvaise humeur comme ça.

Et encore que je me tiens relativement tranquille… Elle aurait certainement pu s’attendre à pire de ma part, après m’avoir vu plusieurs fois en action, que ce soit lors d’une fusillade dans un bar ou en mission à menacer un semi-démon. Disons que je me réserve pour plus tard, quand on aura trouvé les salopards qui ont fait ça. Je ne vois pas l’utilité de me déchaîner maintenant sur la directrice de la PES alors qu’on a besoin l’un de l’autre pour résoudre cette affaire. J’espère simplement que, pour une fois, la PES saura se révéler efficace.

- Je ne vois pas qui serait capable de contrôler un loup suffisamment pour qu’il se retourne contre les siens. Hormis peut-être un semi-démon, on ne sait jamais à quoi s’attendre avec eux. Quoi qu’il en soit, si les coupables ont eu de l’aide en interne, le concerné sera probablement déjà loin, à moins qu’ils cherchent à éradiquer tous les changeurs d’Ecosse… Mais je pencherais plus pour une symbolique puissante à la conclusion des événements de la Lune Bleue.

Je porte une main à ma tempe. Je réfléchis déjà à toutes les imbrications possibles, et mon cerveau n’a pas autant travaillé depuis longtemps. C’est peut-être bien le problème, je me suis beaucoup trop endormi sur mes acquis en ne cherchant plus à remettre en question les menaces internes. Les loups les plus dangereux étaient entièrement gagnés à la cause des Valentyne. La situation était presque trop idéale pour qu’un incident ne survienne pas à l’horizon, finalement. La paranoïa de Sasha est rapidement contagieuse… Mais c’est elle-même qui me sort de mes pensées en évoquant l’avenir de la Meute.

- Certains pourraient, mais une meute de métamorphes ne serait pas suffisante pour leur garantir une certaine stabilité. Disons… Que cela pourrait constituer un refuge, un temps. C’est certainement ce qu’il risque d’arriver jusqu’à ce qu’un loup assez dominant reprenne le flambeau de l’Ulfric. A ce moment-là, impossible de savoir si nous pourrons constituer une meute de changeurs. Les métamorphes n’ont pas tous pour habitude de se regrouper, la discrétion a toujours été notre meilleure garantie pour survivre jusqu’à maintenant, et la situation nous le prouve encore.

Je ne devrais pas lui en révéler autant, mais s’il nous faut partager nos informations, mieux vaut qu’elle sache à quoi s’attendre de la part des nôtres. En même temps, j’ai l’impression de ne pas tellement lui en apprendre, avec Alexis qui dort là-haut, et sa connaissance déjà assez poussée des lycanthropes…

Je secoue la tête négativement quand elle en vient à me parler des survivants.

- Non, on en fait notre affaire. Prévenez-nous simplement si vous apercevez quelques égarés, mais ceux qui désirent se regrouper savant déjà comment nous joindre. Et je compte justement sur Lyra pour apaiser les esprits dans les locaux de la PES si c’est nécessaire.

J’ai la cruelle impression de négocier un contrat. Chaque partie veut fixer les conditions, et chercher constamment à ramener la couverture à lui. La comparaison avec Roxane me dépasse. On dirait qu’elle la connait suffisamment bien pour l’appeler par son pseudonyme… Pas assez pour se rendre compte que nos deux méthodes sont bien différentes. Roxane a toujours été la plus raisonnable de nous deux.

- Dans le fond, ça ne change même rien du tout. A l’heure actuelle, nous ne sommes pas en mesure de nous protéger mutuellement. Ca va prendre du temps avant qu’on parvienne à en faire autant, mais j’ai confiance en Roxane pour assurer ses arrières.

Je grogne férocement en retour, comme un animal que l’on met au défi en le fixant trop longtemps dans les yeux.

- T’auras pas le choix. On collabore, mais ne t’avise pas de croire que tu pourras nous tenir en laisse.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15
Coups du Destin: 14
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Messages : 1931
Membre du mois : 69
Je crédite ! : (c) Shiya
Localisation : Glasgow
Caractère : Sadique – Violent – Séducteur – Imbu de lui-même – Fidèle – Entier – Homme de parole – Débrouillard – Méticuleux – Cynique - Protecteur - Instable
Autres comptes : Astrid Lehtinen
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4057-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4099-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4089-malcom-hastings
MessageSujet: Re: Tell me what you want | Malcom    Mar 17 Mai - 12:02

J’ai définitivement du mal à cerner Malcom et, l’espace d’un instant, je me demande ce qu’il est vraiment venu chercher ici. Une approbation pour aller dégommer tout ce qui bouge ? Des infos ? De l’aide ? A dire vrai, je ne suis même pas sure qu’il le sache non plus. En attendant qu’il se décide, je lui propose de quoi manger, c’est mieux que de le regarder les bras croisés en guettant le moment où les hostilités seront lancées.

Je m’accorde alors juste une phrase, comme pour lui montrer que j’ai bien compris ses sous-entendus et que le voir venir pour ça aurait été nettement plus agréable. Et plus simple à gérer aussi.

"Dommage que je ne puisse rien faire d’autre qui te mette de meilleure humeur."

Comme toujours, j’ai gardé le plus grand sérieux en lui balançant ça. Qu’il interprète comme il en a envie, je suis de toute façon trop crevée pour jouer à ce genre de petit jeu bien longtemps. Surtout qu’il se décide enfin à lâcher le morceau et que la tension commence à se faire sentir dans la pièce. Oh, je ne pense pas qu’il m’en veuille personnellement, peut-être ce que je représente et le fait que cet attentat montre qu’on s’est quand même bien foirés quelque part. Mais s’il avait eu un truc à me dire personnellement, j’y aurais probablement déjà eu droit.

Je laisse filer un silence à ses propos, me pinçant l’arrête du nez alors que je réfléchis tout haut à mon tour.

"Ou n’importe qui de passablement manipulateur. Ou pire encore. Dieu seul sait ce qui peut trainer dehors depuis février. Avec Maryana qui est devenue une démone à part entière, j’ai du mal à me dire qu’il ne peut pas y avoir autre chose d’aussi dangereux et de capable de retourner le cerveau d’un loup sans se faire pincer. Mais j’avoue que j’ai tendance aussi à penser à la symbolique. Même si je ne m’explique pas pourquoi ils ne l’ont pas fait sauter plus tôt alors. Le faire alors que nous étions encore là-bas aurait eu encore plus d’impact non ?"

Surtout qu’ils auraient fait un sacré carton. Donc quelqu’un cherche à épargner les vampires. Ou les humains. Et c’est ça qui m’agace le plus, de ne pas savoir de quel coté penche la balance. Si c’est bien le cas. Voilà qu’il y a un peu plus de possibilités qui se greffent aux autres et autant dire que je sens le mal de crâne poindre le bout de son nez assez vite. Malcom a l’air plongé dans ses pensées et je me demande à quel point j’en suis responsable mais il revient vite à la réalité quand on aborde l’avenir de la meute. Ou son absence d’avenir visiblement.

J’ai un bref hochement de tête à ses propos alors que je me cale un peu plus dans le fauteuil, repliant mes jambes contre moi.

"Donc tu penses que c’était uniquement les loups qui ont été visés."

Ce n’est pas vraiment une question en fait. Il est vrai que l’existence des métas restent encore une information connue à la marge et qu’ils ne semblent pas directement menacés dans cette histoire. De là à faire des raccourcis peu agréables, il n’y a qu’un pas que je me refuse de faire.

"Un refuge, le temps que vous repartiez sur de bonnes bases serait déjà pas mal non ? Que vous ne vous retrouviez pas tous paumés dans votre coin sans savoir dans quelle direction aller. Enfin après, je pense que vous allez assez débattre là-dessus pour savoir ce qui est le plus intelligent à faire. C’est juste que… je m’inquiète pour Lexie. Elle a besoin de la meute. Et elle n’est pas la seule. Quelle que soit la forme qu’elle prendra."

Quant à l’idée de dissocier les changeurs des loups, je ne saurais dire à quel point ce serait pertinent ou pas. Il leur faudra se relever et panser leurs plaies avant de voir aussi loin je pense et il est inutile de le dire à haute voix, il l’a déjà compris avant moi.

Je hoche alors la tête à sa réponse, qui ne me surprend guère. Mais au moins, s’il y a des soucis, ils ne pourront pas dire que je n’ai rien demandé avant. Je lâche quand même, fronçant légèrement les sourcils.

"Et si ces égarés posent des problèmes ? On vous prévient aussi je suppose."

J’imagine que l’envoyée de la meute à la PES le saura de toute façon et fera passer le message. Mais autant demander s’ils veulent se charger de ce genre de problèmes ou pas.

Et on continue à discuter, chacun de nous grattant autant de terrain que possible. Moi parce que c’est mon boulot de négocier et de trouver un équilibre dans tout ce bordel à venir, lui parce qu’il cherche juste à en avoir le plus possible pour se venger sans que je sois dans ses pattes. Et aucun de nous deux n’est dupe.

J’ai une moue à ses propos qui dont écho aux miens mais je sais qu’il a raison. Il faudra du temps mais c’est un luxe que nous n’avons pas en ce moment. Et on le sait tous les deux.

Alors, quand il grogne, je le fixe, plissant des yeux et sans ciller. Je lâche alors, d’un ton un peu sec.

"Non mais vraiment ? Tu crois m’intimider peut-être ? Pas de ça avec moi. On collabore oui, mais ne t’avise pas de croire que tu pourras faire tout ce que tu veux."

Je n’ai pas dit vous, sciemment. C’est avec lui que je négocie. S’ils n’ont plus d’Ulfric, je sais pourtant que les autres se caleront sur le comportement des plus virulents. Que ce soit lui ou Roxane, s’ils décident de tout démolir sur leur passage, les survivants feront de même.

"Je ne compte pas te tenir en laisse, ce n’est pas mon intention. Mais je ne fermerais pas les yeux non plus si les choses dégénèrent. Et ne va pas croire que la PES brille constamment par son incompétence. Ou que je vais me contenter de te faire les gros yeux."
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 16
Coups du Destin: 8
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Messages : 1221
Membre du mois : 42
Je crédite ! : (c) Kanala pour l'avtar - Mal' pour la sign'
Caractère : Sérieuse - Perfectionniste - Obsessionnelle - Réfléchie - Cynique - Fidèle
Vos Liens : Liens - Téléphone - RP

Autres comptes : Noah
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tell me what you want | Malcom    Sam 4 Juin - 12:12


On essaie de détendre l'atmosphère, certainement pour éviter de s'étriper l'un l'autre sur un malentendu... Même si je risque fortement d'être le premier à déraper, vu le sang-froid dont Sasha peut faire preuve en toutes circonstances. Ce n'est pas mon cas. C'est plus facile de paraître détaché et de s'en cogner totalement si cela n'impacte pas les miens, ce qui me tient réellement à cœur. Je me fiche pas mal des autres, tant qu'on ne s'en prend pas à ma Meute. Je suis sur les nerfs, mais elle aurait pu s'attendre à pire, et que quelques allusions accompagnées d'un bon sandwich ne suffise pas à me mettre quelque chose sous la dent. Je sais où est mon intérêt aussi, et nous avons pour l'heure beaucoup trop d'ennemis pour que je me mette à dos les rares qui seraient prêts à nous apporter de l'aide. Les humains... Nous, les métamorphes, nous sommes excessivement doués pour nous fondre dans la masse, encore faut-il qu'ils ne cherchent pas à nous persécuter et nous dévoiler. Je me doute que beaucoup chercheront cette solution et fuiront tout regroupement... Et j'hésite encore à tout plaquer pour retourner à mes anciennes activités, afin de passer le temps à me défouler, sans plus me préoccuper de rien ni de personne. C'est la faute à Hayden, si je me retrouve ici, à ramasser les pots cassés... Parce qu'il a réussi à me faire croire à quelque chose d'autres, de plus grand, de plus noble aussi peut-être. Quelque chose qui me dépasse, souvent, parce qu'il était le seul à pouvoir assumer un poids pareil sur ses épaules, avec l'aide d'Isadora.

Je ne saute pas sur l'occasion pour me répandre en nouvelles allusions, comme elle aurait pu s'y attendre, ce qui est assez évocateur de ma bonne humeur en effet. Je secoue négativement la tête alors qu'elle émet des hypothèses... Dérangeantes, mais qui ne sont pas à prendre à la légère.

- Si on s'attache à la symbolique, autant revendiquer l'acte, même à visage couvert. On ne sait pas ce dont sont capables les démons en effet, et on a déjà une bonne idée des talents de manipulation des vampires... Mais rentrer dans la Lune Bleue, hautement sécurisée, pour y déposer une bombe ? Ca n'a pas de sens.

On pourrait continuer de spéculer encore longtemps, mais tout ce qui serait capable de nous apporter de solides réponses serait l'enquête de la PES. En ce sens, je compte vraiment sur Lyra pour nous relayer toutes les informations qu'ils ont en leur possession. On dirait que cette collaboration est loin de gêner Sasha Oppenheimer. Je pensais qu'il leur aurait été plus difficile de leur faire accepter un relai dans leur rang. Tant mieux.

- Qui a connaissance des métamorphes ? Hormis les hautes sphères, quelques gens bien informés... Et les rares qui en savent assez sur eux savent aussi que nous n'avons pas besoin d'alpha pour notre équilibre, c'est justement ce pourquoi nous nous relevons mieux de cet attentat que les Loups. Wolfheaven a été touché, et ils ont attendu que les vampires et humains soient partis de la Lune Bleue pour la faire exploser avec l'Ulfric et la Lupa encore à l'intérieur. Oui, les Loups étaient visés en priorité, et ils se sont donnés beaucoup de mal pour appuyer sur la détente au bon moment. Quelqu'un devait être sur place, ce n'est pas un hasard, et personne n'aurait pu deviner que cela se déroulerait comme ça.

Je marque un silence. Être dans la réflexion permet de se canaliser. J'ai l'impression de calculer ma fenêtre de tir pour me ménager des occasions d'en découdre. Ce n'est qu'une accalmie, et bientôt, ce sera nous qui nous mettrons en chasse. Mais en attendant, il nous faut effectivement un refuge si on ne veut pas que la Meute implose et se désagrège pour de bon. Je ne compte pas le nombre de cabots dont Roxane va devoir se charger dans les prochains mois, si nous ne sommes pas capables d'instaurer un minimum de stabilité.

- Ce serait déjà pas mal, oui.

Je n'en dis pas plus. Je n'ai pas envie d'informer Sasha sur nos motivations. Nous voulons un lieu pour nous regrouper, discret et en retrait. Avertir la PES de son existence serait une stratégie comme une autre, mais pour le moment, je préfère que personne n'en est connaissance. Wolfheaven était trop visible, trop exposé, et le terrain était vaste. Si ça ne tenait qu'à moi, nous nous calfeutrions derrière des murs épais avec des caméras à intervalles réguliers. Un lieu à haute surveillance serait encore le mieux pour les gamines, qui ne peuvent pas être encore préparés à cela. Pas grand-monde ne l'est.

- On continuera de veiller sur les gamines, comme on peut. Alexis a encore Roxane, et toi. Certains ont tout perdu.

Je pense à Savannah. Je ne sais si elle arrivera à se relever d'une telle épreuve, qu'elle soit Louve l'aiderait peut-être... Mais là n'est pas le sujet. C'est avant tout les égarés qui peuvent être inquiétants à terme. J'hoche lentement la tête.

- Ouais, vous nous prévenez. On saura les gérer mieux que vous, avec ou sans Ulfric. Lyra pourra beaucoup vous aider avec ces cas-là, et Roxane est habilitée à s'en occuper au sein de la Meute, enfin ce qu'il en reste. C'était son job.

On n'aura peut-être même pas besoin de les tuer, mais pour ça, on a intérêt à retrouver un endroit avec une cage aux solides barreaux. En tout cas, si la PES les cherche autant que nous mais est prête à collaborer, on aura bien moins de mal à mettre la main dessus et tenter de les renvoyer sur le droit chemin. Et plus on en récupère, plus on deviendra forts et soudés.

J'ai l'impression de m'être pris une pichenette sur le museau quand elle me lâche de ne pas tenter l'intimidation avec elle. Putain, j'ai presque envie d'en rire vu comment elle est capable de me couper dans mon élan et de souffler ma rage. Elle n'essaie même pas de poursuivre ce bras de fer. Je me renfonce dans le canapé avec un profond soupir, las et dépassé.

- Ne t'avise pas de croire que tu pourrais m'empêcher de faire ce que je veux. Et quoi ? Tu me mettrais derrière les barreaux ? Tu vas te donner beaucoup de mal pour rien... Mais t'as raison sur un point, je préfère encore qu'on collabore et évite de s'entretuer, ça nous ferait perdre une précieuse énergie à tous les deux, qu'on pourrait utiliser plus intelligemment contre les véritables ennemis.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15
Coups du Destin: 14
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Messages : 1931
Membre du mois : 69
Je crédite ! : (c) Shiya
Localisation : Glasgow
Caractère : Sadique – Violent – Séducteur – Imbu de lui-même – Fidèle – Entier – Homme de parole – Débrouillard – Méticuleux – Cynique - Protecteur - Instable
Autres comptes : Astrid Lehtinen
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4057-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4099-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4089-malcom-hastings
MessageSujet: Re: Tell me what you want | Malcom    Mar 12 Juil - 12:12

On arrive quand même à être un tant soit peu civilisés alors que la tension qui monte au fur et à mesure qu'on discute ne fait aucun doute. Mais je sais me tenir, j'espère juste qu'il en sera de même pour lui. Et même si nos relations ne sont pas au beau fixe, je me dis qu'on s'entend suffisamment bien pour arriver à se parler sans se mettre sur la gueule non ? Enfin, quand il ne relève même pas mon allusion lorsque je lui donne son sandwich, j'avoue que j'ai quelques doutes.

Ca ne nous empêche pas de parler, d'émettre des hypothèses, de songer à tout ce qui vient de se passer. Et à ses propos, je souffle, avec une moue.

"Ne pas revendiquer ne fait que rendre les gens un peu plus paranos. De quoi régaler les adorateurs du chaos. Si on ne sait plus à qui se fier, les hypothèses les plus folles peuvent germer dans les esprits des gens et la moindre étincelle les faire déraper. Et si ça n'a pas de sens, on en revient à une attaque interne… ce qui est encore pire."

J'ai un profond soupir alors que je secoue la tête. La fatigue mêlée à toutes ces informations aurait de quoi en étourdir plus d'un. J'aimerais me poser, oublier tout ce qui se passe pendant un moment et réussir à avoir les idées claires. Mais je sais que ça marche pas comme ça malheureusement. Bon, point positif, il a l'air de vouloir collaborer. Ou de vouloir me mettre quelqu'un dans les pattes pour surveiller ce que je fais et être sûr que je lui cache pas des infos capitales ce qui, au fond, ne change pas grand-chose au fait que je vais avoir les restes de la meute sur le dos. C'est ce que je dois retenir, à moi de faire en sorte d'utiliser ce nouvel élément à bon escient.

Je laisse filer un silence au reste de ses propos, grimaçant pensivement avant de souffler, tapotant le rebord du canapé du bout des doigts.

"Je suis étonnée du peu de gens qui connaissent l'existence des métamorphes. A croire que tout le monde a un intérêt à ce que ça reste un secret aussi bien gardé que possible. Mais tu dois te douter qu'avec tout ce qui arrive, ce n'est qu'une question de temps avant qu'il y ait un nouvel incident qui vous oblige à vous dévoiler. Le fait que vous n'ayez pas besoin d'ulfric joue effectivement en votre faveur. Vous ne risquez pas de péter un plomb à cause de ça. Et on en revient encore au même point. Qui avait intérêt à viser les loups ? Et uniquement les loups donc. A moins que les auteurs de l'attentat ignorent votre existence mais, si l'on est vraiment familier avec les créatures surnaturelles, à la longue, on finit par savoir que vous existez non ?"

Je replie une jambe contre moi, méditant sur ses dernières paroles. Peut-être que si justement, quelqu'un a deviné exactement comment les choses se passeraient et les conséquences sur le fragile équilibre que certains pensaient avoir commencé à reconstruire. Mais je ne suis pas sûre que c'est ce qu'il a envie d'entendre, ou plutôt besoin en cet instant précis. Je ne suis pas du genre à tenter de le réconforter et, même si j'aimerais qu'il soit de meilleure humeur, je m'accommode de la sienne sans trop de soucis.

J'ai une ombre de sourire à sa réponse, comme pour lui montrer que je ne suis pas dupe et je souffle, d'un ton léger, même si la discussion ne l'est pas du tout.

"Enfin, ce n'est pas comme si vous n'y aviez pas déjà pensé n'est ce pas ? Et il vaut mieux que la PES ne soit pas au courant de vos allées et venues, sait-on jamais."

Je laisse filer un silence avant de hocher doucement la tête. Autant j'ai parlé en tant que directrice de la PES jusqu'à présent, autant le sujet me touche plus personnellement. Et la façon dont mes épaules se relâchent ou dont je fixe le méta doivent trahir le fait que là, je suis directement concernée.

"Je veille sur Lexie, c'est pas un souci. Et si besoin, on a une autre chambre à l'étage. Personne n'est obligé de savoir qui passe par là. Disons que ce sera juste… au cas où. Et je sais qu'elle veut inviter la fille des Valentyne à la maison, elles sont amies visiblement. Elles seront en sécurité ici déjà."

Je ne sais pas comment la gamine pourra se remettre de tout ça. Quand je vois l'état de Lexie, je n'ose même pas imaginer celui de son amie. Je ne me suis jamais vraiment remise de la mort de mon compagnon alors, perdre mes parents, mes frères, mes proches, je ne vois pas comment je pourrais tenir le choc. Je fronce les sourcils avant de me focaliser à nouveau sur ce qu'il dit et je hoche à nouveau la tête.

"Ok, je passerais par Lyra. Ou je verrais avec elle pour qu'elle soit directement informée en cas de soucis dans le genre. Si besoin, on a des … locaux… le temps de canaliser certaines humeurs ingérables. Et je verrais avec Roxane aussi. En espérant qu'on ait pas trop de dérapages à gérer, avec tout ce qui nous tombe dessus, ce serait vraiment pas de chance."

Et le voilà qu'il s'énerve. Autant le dire tout de suite, ça ne marche pas avec moi. J'ai déjà été menacée bien trop souvent pour m'émouvoir de sa façon de faire. Bon au moins, ça le calme direct, il ne tente pas de monter le ton ou de me grogner dessus. Non mais. Et je me permets un sourire à sa répartie avant de répondre, d'un ton tranquille.

"Je ne suis pas la personne qui te connait le mieux mais je sais déjà que je ne pourrais jamais t'obliger à faire ce que tu ne veux pas. Ou t'empêcher de faire ce qui te passe par la tête. Je ne suis pas totalement idiote. Mais je n'ai pas envie d'user mon énergie à te courir après pour te mettre derrière les barreaux comme tu dis si bien, ou pire encore."

Je pose une main sur son épaule et je la serre un instant avant de reprendre, d'une voix plus douce.

"Je ne suis pas une ennemie et je n'ai pas l'intention de le devenir. On est déjà pas nombreux à se savoir dans le même camp, j'aimerais autant qu'on évite de se prendre la tête sans raison. Après on pourra se gueuler dessus si on a des raisons, y a pas de soucis pour ça, mais d'ici là, je pense qu'on peut arriver à faire des choses plus constructives non ?"

avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 16
Coups du Destin: 8
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Messages : 1221
Membre du mois : 42
Je crédite ! : (c) Kanala pour l'avtar - Mal' pour la sign'
Caractère : Sérieuse - Perfectionniste - Obsessionnelle - Réfléchie - Cynique - Fidèle
Vos Liens : Liens - Téléphone - RP

Autres comptes : Noah
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tell me what you want | Malcom    Ven 12 Aoû - 22:35


Je suis fatigué, et bien trop porté sur les nerfs pour une discussion aussi longue et complexe. Pour autant, je n'ai pas envie de lui laisser l'ascendant, et ces hypothèses sont à prendre en compte. C'est elle, la Directrice de la PES, plus à même que moi de résoudre des enquêtes et de ne rien laisser au hasard. Moi, on m'engage pour tuer, pas pour réfléchir aux raisons. J'ai du mal à la suivre, alors qu'elle jongle d'une idée à une autre, sans exclure aucunes possibilités. C'est simplement... Trop large.

- Alors quoi, ce serait les démons pour provoquer un bordel digne de ce nom ? Une petite tuerie entre vampires et lycanthropes serait à leur avantage pour prendre leur revanche sur Février... Et merde, on n'a jamais su à qui se fier avec tous ces manipulateurs. S'ils ne le font pas par des voies conventionnelles, ils sont capables d'influer les esprits pour les soumettre à leur volonté. Ca peut être n'importe qui. On a besoin d'en apprendre davantage pour agir, je suis d'accord, mais donnez-moi rapidement une putain de cible à éliminer.

Ou alors je risque définitivement de péter un plomb, ce qui ne sera bon pour personne. Je vais finir par en choisir au hasard dans la rue, pour calmer mes envies de meurtre, au risque de finir derrière les barreaux. Elle doit le savoir. Nous ne nous connaissons pas tellement, elle et moi, ou disons plutôt que nous avons fait connaissance de façon très brève et intense à plusieurs reprises... Mais elle peut s'en douter.

- Le temps presse, et si nous ne parvenons pas à calmer la situation avant la prochaine pleine lune, on court à la catastrophe.

Ce n'est pas dans mon style, d'être fataliste. Seulement... Sans Ulfric ni Lupa, j'émets de sérieux doutes sur notre capacité à contrôler tous les prochains débordements d'ex-membre de la Meute. Roxane ne pourra pas tous les canaliser, pas durablement en tout cas.

On en vient à parler du cas des métamorphes. Je serais loin d'être aussi catégorique à notre sujet, à sa place.

- Au contraire, cet incident va nous inciter à nous terrer davantage... La Lupa avait avancé bon nombre de projets pour nous rapprocher des humains, pour que la Meute s'ouvre davantage sur l'extérieur, mais avec les récents événements, on repart en arrière. La question de notre révélation a été mise sur le tapis, sauf que maintenant, ce ne serait que nous mettre davantage en danger. La seule certitude, c'est que le responsable a cherché à démanteler la Meute, et s'il a connaissance de l'existence de mes semblables, alors il ne les as pas pris en ligne de compte. Ce serait pourtant une erreur que de nous juger quantité négligeable.

Les métamorphes peuvent sauver la Meute, ou au moins lui accorder une chance de se reformer. Je l'observe, alors qu'elle réfléchit à toutes ces hypothèses. Je lui fais peut-être plus confiance que je ne le devrais, mais le choix ne nous est plus laissé. En qui pouvons-nous avoir confiance, maintenant ?

Je ne dis pas un mot, quand elle est étrangement d'accord avec moi sur la nécessité de passer sous silence nos prochaines actions pour assurer notre sécurité. Elle n'a pas l'air de voir d'inconvénients à ce que nous nous en chargions nous-mêmes, et qu'elle n'en soit pas informée. Tant mieux, même si sa perspicacité pourrait être dérangeante... Tant qu'elle ne fouille pas dans mes affaires, je m'en remettrais.

- Je te fais confiance pour que les gamines soient en sécurité. Savannah restera avec moi, le reste du temps. Je ne veux plus courir le moindre risque.

Ce n'est pas le meilleur équilibre pour elle, de se retrouver balloter entre les planques d'un tueur à gages pour assurer sa sécurité... Mais, à vrai dire, une toute récente orpheline aurait bien du mal à trouver le moindre repère, peu importe les circonstances du drame. J'aurais bien du mal à me mettre à sa place, à réellement l'aider, alors que j'ai fait le choix de laisser ma famille derrière moi à l'âge de six ans, sans le moindre remords.

Les choses se mettent en place, et elle sait à qui se référencer pour quel... Type de problèmes avec la Meute, disons. J'hoche la tête, affirmatif.

- Ouais, les "locaux" peuvent être utiles en attendant qu'on trouve mieux.

Je sens sa main sur mon épaule, qui me fait comme l'effet d'une décharge électrique. Je ne suis pas tactile, contrairement à la plupart des lycanthropes que je fréquente, mais quand je suis porté sur les nerfs, c'est encore pire... L'envie me prend régulièrement de répondre par les coups ou de me dégager prestement. La compassion, la douceur... Me rendent méfiant. Je lui lance un regard équivoque, et c'est davantage son discours que sa gestuelle qui contribue à éviter un dérapage.

- Personne ne peut plus me stopper, comprends-le. Lycanthrope ou non, la tête est coupée. Mais je continuerais à agir... Pour eux.

Je pousse un profond soupir et me pince l'arrête du nez.

- Je n'ai pas non plus l'intention de devenir ton ennemi. Clair qu'on a mieux à faire...
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15
Coups du Destin: 14
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Messages : 1931
Membre du mois : 69
Je crédite ! : (c) Shiya
Localisation : Glasgow
Caractère : Sadique – Violent – Séducteur – Imbu de lui-même – Fidèle – Entier – Homme de parole – Débrouillard – Méticuleux – Cynique - Protecteur - Instable
Autres comptes : Astrid Lehtinen
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4057-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4099-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4089-malcom-hastings
MessageSujet: Re: Tell me what you want | Malcom    Sam 20 Aoû - 19:08

Pour la première fois depuis que les événements sont arrivés, je commence à échafauder des hypothèses, à m'autoriser à réfléchir à tout ça à voix haute. C'est un exercice que je fais habituellement, quand je suis sur une enquête, mais là les enjeux sont bien plus importants et les conséquences de chacune de mes idées pourraient être si nombreuses que c'en est effrayant. Il va vite falloir que j'élimine des pistes sinon on ne s'en sortira pas. Déjà que là, je commence à avoir de sérieux doutes et je laisse même échapper un profond soupir aux propos du méta.

"Au final, ceux qui ont le plus à y gagner restent les démons. Et les humains. Ni les vampires, ni la meute. Autant te dire que ce n'est pas la conclusion qui m'enchante le plus. Maintenant, effectivement, on ne va pas tirer à l'aveuglette. Après, si tu veux des cibles, ça peut s'arranger. Après, elles ne seront peut-être pas directement liées aux attentats."

J'ai un sourire en coin qui ne gagne pas mes yeux, comprenant très bien que Malcom est tout sauf stable. Il ne plaisantait pas quand il m'a dit de lui filer une cible et je vois à son regard qu'il est tout près du point de rupture. S'il ne l'a pas dépassé sans même s'en rendre compte. Je ne saurais même pas dire quelle situation serait la plus dangereuse mais, quand il reprend la parole, j'ai une grimace.

"Tu sais bien qu'on ne pourra pas régler la situation en quoi ? 15 jours ? Si on trouve quelque chose, ça va plutôt jeter de l'huile sur le feu que calmer le jeu, tu le sais bien. Donc, on fait quoi ? Je croise les bras et je me planque pendant la pleine lune pour éviter d'assister au carnage ? Je fais une annonce dans le journal ?"

J'aimerais être ironique mais, avec la fatigue, je ne fais transparaitre que mon inquiétude face à tout ce qui nous attend. Comme si on avait besoin de ça en plus du reste. Et maintenant qu'il donne son point de vue sur les métamorphes, j'ai le sentiment qu'il ne fait que rajouter un poids de plus dans un sac déjà beaucoup trop chargé.

"Donc on a plusieurs options vous concernant, soit les personnes qui ont attaqué la meute ne vous connaissent pas, ce qui serait tout de même peu probable dans la mesure où j'estime qu'ils ont du longuement vous étudier avant d'attaquer. Soit ils pensent que vous allez mourir avec le reste de la meute car vous leur êtes liés au point de ne survivre sans eux. Ou comme tu le dis, ils vous considèrent comme quantité négligeable. Ce qui me ferait penser qu'ils ne connaissaient donc pas la meute du tout. Mais dans tous les cas, même si vous vous cachez, les gens ont leur regard rivé sur vous, sur les restes de la meute. Ils vont se poser des questions, si ce n'est pas déjà fait. Et ça fuitera, d'une façon ou d'une autre, j'en suis persuadée."

C'est quand même bizarre de parler avec lui de la sorte. J'ai une confiance pour le moins étonnante en lui, ne le connaissant guère, mais mon instinct me souffle de continuer comme ça. Tout comme il m'avait soufflé de flinguer Badenov mais je ne l'avais pas écouté. Donc, cette fois-ci, je vais éviter de faire la même erreur, même si les enjeux sont bien différents. Je hoche doucement la tête quand il parle des filles et je souffle, d'un ton assuré.

"Je veillerais sur elles et Savannah pourra passer autant de temps qu'elle le veut ici. Je sais que ça fera du bien à Lexie aussi en plus du reste. D'autant que personne ou presque ne connait cette maison."

Je commence à savoir qui fera quoi dans les survivants de la meute et il apparait clairement que Malcom s'est donné pour mission d'aller dégommer ceux qu'il jugera responsables de ce carnage. A cette pensée, je sens mon mal de crâne augmenter mais je garde mon calme malgré tout.

"Je pourrais te donner quelques adresses. Il me suffira de prévenir qu'elles ne seront plus utilisables et il est peu probable qu'on me pose des questions ou qu'on vienne me demander les comptes. C'est l'avantage d'avoir vaguement l'air autoritaire, ça marche plutôt bien quand je m'y mets."

J'ai une grimace qui se voudrait presque un sourire mais le voir s'énerver m'agace un peu. Pourtant, je me doute bien que répondre agressivement ne servirait à rien et j'ai le réflexe de lui toucher l'épaule, comme je l'ai souvent fait avec d'autres avant. Mais le regard qu'il me lance me fait penser que j'ai fait une boulette. Je pousse un soupir et je replie mes jambes contre moi alors qu'il reprend la parole, le fixant longuement sans rien ajouter de plus. Avant de souffler, d'une voix douce.

"Et après ? Si on les trouve, tu feras quoi ?"

Je me demande s'il sera là pour reconstruire la meute ou pas, s'il va se tuer dans cette mission qu'il semble s'être assigné. Dans le fond, on n'est pas assez proches pour que ça m'impacte personnellement, mais il semble être une référence pour les lycans ou les métas que j'ai pu croiser. Et je ne suis même pas sûre qu'il ait réellement conscience de l'impact qu'il pourrait avoir sur la reconstruction ou la disparition définitive de la meute. Je reprends, d'un ton plus assuré.

"Ca va être compliqué de savoir distinguer ses amis de ses ennemis dans les prochains jours. Tu risques de faire des choses ou moi je prendrais des décisions qui nous déplairons. Reste à savoir si tu veux être informé des gros trucs que je serais obligée de faire ou si tu préfères gérer de ton coté comme tu l'entends."

Même si j'ai du mal à me voir en train de lui envoyer un sms pour lui dire qu'on va faire une descente là, de suite ou un truc dans le même genre. Mais, en même temps, je me voyais pas avoir ce genre de discussion un jour dans mon salon.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 16
Coups du Destin: 8
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Messages : 1221
Membre du mois : 42
Je crédite ! : (c) Kanala pour l'avtar - Mal' pour la sign'
Caractère : Sérieuse - Perfectionniste - Obsessionnelle - Réfléchie - Cynique - Fidèle
Vos Liens : Liens - Téléphone - RP

Autres comptes : Noah
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tell me what you want | Malcom    

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Tell me what you want | Malcom
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aristide au présent et au passé de l'indicatif
» Combat de Malcom de Djamil contre Jaki

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: West End :: Boutiques :: Maison de Sasha Oppenheimer et d'Alexis Lindon
-
Sauter vers: