AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Bonjour chéri | Noah
MessageSujet: Bonjour chéri | Noah   Mer 9 Mar - 12:01

Evy aimait autant qu'elle détestait les paparazzis. Disons plutôt que, pour être franc, elle s'en servait comme cela lui plaisait. Elle s'en servait autant qu'ils se servaient d'elle. Elle aimait faire le buzz, prendre les rumeurs a contre pied. C'était des choses qu'elle maniait à la perfection. Trop sans doute. Mais là, ils la gonflaient ! Elle devait leur jeter un os a ronger sinon, ils seraient sur ses talons toute la journée ! Or, elle devait voir Dante et cacher sa présence ici. Bordel ! Elle allait l'achever !

On aurait pu penser que les attentats perpétrés il y a quelque jour les aurait détourner d'elle mais non, c'était des vautours ! En l'occurrence là, elle n'avait pas envie de vautour mais...Comment s'en débarrasser ? Là était la question a dix mille euros ! Marchant rapidement dans la rue de ce quartier huppé proche de l'hopital, Evy scrutait les alentours derrière l'écran fumé de ses lunettes de soleil. Bien. Maintenant, trouvons une proie. Un beau gosse si possible, plutôt bien fait de sa personne et apte a accueillir une langue inconnue dans la bouche.

La Diva balayait donc les alentours d'un regard perçant et celui ci fini par s'arrêter sur un grand brun planté devant l'hopital. Par Lucifer ! Pouvait on faire mieux que cela ? Evy esquissa un sourire matois. Non, ça c'était tout bonus. Elle n'avait pas besoin de se retourner pour deviner la présence des journalistes de bas étages pour savoir combien d'objectifs étaient braqué sur elle et elle ne tenait pas a ce que l'on sache que Dante était là. Limite si elle ne les sentait pas dans son dos. Déterminée, appliquant une ondulation subtile a ses hanches, elle s'approcha de l'homme, ses lèvres s'étirant en un sourire heureux.

« Hey ! »

Fit elle lorsqu'elle fut assez proche pour lui faire tourner la tête vers elle. Ni une, ni deux, elle se jeta a son cou avec un rire joyeux avant de lui rouler une pelle que n'aurait certainement pas renier Dante, forçant le passage de ses lèvres tout en s'amusant du regard estomaqué qu'il plongeait dans le sien. Puis, elle le lâcha, glissant sa main au creux de son coude pour l’entraîner vers l'entrée de l’hôpital, escortée par le crépitement des appareils photos.

« Félicitations, vous allez faire la une des tabloïds demain, ça vaut bien un café non ? »

Elle le tenait fermement, si il l'avait voulu il pourrait se dégager mais après le petit spectacle qu'elle venait de donner, ce serait une très mauvaise idée, sinon, elle s'arrangerait pour qu'il ressorte totalement à poil.

« Vous méritez bien que je vous paye un verre après tout, vous m'avez ôté une épine du pied. »
avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
Vous ne le savez pas encore, mais vous adorez le diable
Messages : 64
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c)Nymphi (c) Créateur de votre signature
Autres comptes : Cael le plus cruel

Vous ne le savez pas encore, mais vous adorez le diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bonjour chéri | Noah   Jeu 17 Mar - 18:17

Prendre l'air quelques minutes pendant qu'elle dort un peu. Voilà ce qu'Astrid m'a dit de faire et j'ai lu dans son regard que je n'avais pas d'autre choix. Non pas que je l'insupporte, en tout cas on en est pas encore là alors que je passe tout mon temps à son chevet. Mais j'ai besoin de respirer un peu. Les hôpitaux, c'est vraiment pas mon truc, c'est définitif et je prends vraiment sur moi pour revenir tous les jours. Certes, la présence de la jeune femme m'est bénéfique, surtout avec tout ce qui nous attend et les difficultés que nous allons devoir affronter une fois sortis de là.
Pour autant, je ne vais pas cacher ma joie quand elle pourra enfin sortir de là. Plus que quelques jours parait-il. Très bien. Je ne suis pas particulièrement patient mais je suis assez têtu pour tenir bon le temps qu'il faut.

Alors j'ai descendu les escaliers, les mains engoncés dans les poches de mon jeans et je me retrouve devant l'hôpital, un peu perdu et surtout, sans savoir quoi faire. Aller me balader ? Rester dans les parages ? Aucune de ces options ne me branche vraiment. J'hésite vraiment à faire marche arrière mais Astrid a retrouvé assez de forces pour m'accueillir en me jetant un bouquin à la figure si je reviens trop tôt. Alors, je me décide à aller boire un café qui soit moins infect que ce que les machines de l'hôpital daignent me verser dans ces gobelets marrons.

Mais je connais pas du tout le quartier. Je ne sais pas vraiment par où aller. Enfin, avant que je n'ai le temps de me décider pour la direction dans laquelle je vais me perdre, j'entends du bruit à quelques mètres de moi. Et je vais longtemps regretter d'avoir écouté Astrid, même si je ne le sais pas encore.

Je tourne la tête, arquant un sourcil perplexe en voyant une blonde m'interpeler et surtout, en remarquant la horde de… de quoi au juste ? Pas le temps de vraiment me focaliser sur ça qu'elle m'embrasse à pleine bouche. Non mais, vraiment ? Il faut que je quitte le chevet d'Astrid un quart de seconde pour qu'il se passe un truc pareil. Elle va me tuer. Je n'ai tellement pas cherché à fermer notre lien qu'elle doit avoir déjà ressenti en direct mon étonnement, doux euphémisme pour dire que je suis totalement sur le cul et le regard que je jette à la femme en dit long.

J'entends les flashs crépiter autour de nous et je me laisse entrainer, un rien hébété.

"La une des tabloïds ? Pardon ?"

Et merde, comme si c'était le moment. Je prends une profonde inspiration et je me laisse guider. Un esclandre ne serait pas la réaction la plus judicieuse et je déteste ne pas comprendre ce qui se passe. Or, il faut bien que je l'admette, là, j'ai vraiment raté un épisode.

Je lâche alors, entre mes dents alors que j'essaie de garder un calme de façade.

"Et vous êtes qui bon sang ?"

Non parce que, très honnêtement, cette blondinette-là m'est parfaitement inconnue. Je devrais probablement avoir une vague idée de son identité mais c'est pas le cas du tout. Je tique alors sur le reste de ses propos et je la fixe, passablement perplexe. Voyant que les journalistes restent sagement dans l'entrée, probablement freinés par les gorilles qui surveillent les portes, je reprends, d'un ton sec.

"Lâchez-moi et vite."

Avant que je ne perde mon sang-froid et qu'elle ne prenne une décharge. Ce serait encore moins le moment. Et comme si j'allais me faire payer un verre. Elle a intérêt à s'expliquer et vite.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 16
Coups du Destin: 5
Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Messages : 394
Membre du mois : 20
Je crédite ! : (c) Stalker mind.
Caractère : Ambitieux - dévoué - attentif - sarcastique - charmeur - loyal - menteur - rigide - pragmatique - manipulateur
Autres comptes : Sasha

Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bonjour chéri | Noah   Dim 20 Mar - 12:52

Evy leva un sourcil parfaitement épilé avant d'avoir un sourire tout aussi parfaitement méprisant :

« Encore un qui vit dans une grotte sans aucun doute. »

Lâcha-t-elle d'un ton aimable qui dissimulait un beau venin plus que dédaigneux. Mais Evy avait l'art et la manière de jouer sur plusieurs émotions. Il était difficile de savoir réellement ce qu'elle pensait. Enfin là, cela se voyait assez facilement qu'elle prenait ce mec pour un pauvre type. Gentiment, elle lui tapota la poitrine :

« Parle moi autrement mon chou, si tu veux pas que je ne te mette dans une position tellement intenable que tu vas rêver te tirer une balle dans ce qui te sert de tête. »

Et le tout servit avec un sourire angélique, le tout en pressant ses seins contre son bras. Bon sang ! Elle voulait se débarrasser des photographes et ce petit con doté d'une queue se prenait pour dieu ? Sérieusement ! Même Dante n'arrivait pas a la dompter, c'était pas ce primate imbécile qui allait le faire.

« Sois un bon garçon et évite de me mettre en rogne, on ne me surnomme pas la Diva pour ma gentillesse si tu vois ce que je veux dire. »

Elle le bombarda d'un sourire amoureux et que même Dieu le père n'aurait pas renié. Fallait pas déconner ! Dante a l'hosto. Blessé. Ca ne la mettait absolument pas de bonne humeur, c'était même loin d'être le cas. Et quand Evy était de mauvais poil ce n'était jamais bon signe. Elle n'aimait pas être dépendante de quelqu'un et avait déjà des difficultés a accepter de l'être de Dante alors fallait pas déconner, si on devait lui marcher sur les pieds, elle se ferait un plaisir de l'envoyer danser à poil devant les journalistes, ça lui vaudrait au moins un aller sans retour en hôpital psy. Elle l'entraina vers une machine à café et la lui montra en haussant les sourcils :

« Tu attends quoi ? Que je te donne une piécette ? Je le prends noir et sans sucre. »

bon après, si il tenait gentiment le rôle qu'elle lui avait recollé dans les pattes, elle lui ferait peut être une faveur mais ça, ça restait a vérifier évidemment. Si il se mettait en tête de faire son kéké parce qu'il avait une paire de couilles, elle la lui écraserait avec ses talons aiguilles.
avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
Vous ne le savez pas encore, mais vous adorez le diable
Messages : 64
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c)Nymphi (c) Créateur de votre signature
Autres comptes : Cael le plus cruel

Vous ne le savez pas encore, mais vous adorez le diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bonjour chéri | Noah   Lun 28 Mar - 12:33

Non mais c'est quoi cette tête qu'elle me fait là ? Pour qui elle se prend ? Je secoue la tête, sans cacher mon agacement avant de rétorquer, d'un ton sec.

"Dans une grotte ? Ouais ou vous êtes pas aussi célèbre que vous le croyez, tout simplement."

Bon, la première option est probablement de loin la plus crédible. Je ne regarde presque pas la télé et pour ce qui est de la musique, j'écoute surtout des vieux tubes de gens morts depuis tellement longtemps qu'on ne devrait même pas s'en souvenir. Enfin c'est ce qu'Astrid aime à me répéter en tout cas. La façon dont elle me prend de haut m'énerve encore plus que le reste mais ce n'est vraiment pas le moment de faire un esclandre. Pas dit que Mc Carthy apprécie de me voir faire la une parce que j'en aurais collé une à cette espèce de starlette blondinette.

"Alors franchement, donnez-moi une seule foutue bonne raison de vous parler correctement vu votre délire auquel vous m'obligez à participer."

Au moins je la repousse pas mais j'avoue que de la sentir se coller contre moi n'est pas franchement des plus agréables et je ne suis vraiment, mais alors vraiment pas à mon aise. Avec ce foutu sourire angélique qui doit duper tellement de monde que ça m'agace encore plus. Et pour ce qui est des postions intenables, difficile de faire pire que ce dans quoi je suis fourré actuellement mais, étrangement, j'ai encore suffisamment d'instinct de préservation pour éviter de la provoquer et de lui balancer ce genre de trucs.

Quand bien même je suis vraiment tenté par l'idée de lui balancer une petite décharge mentale. Mais ça risque de vraiment pas le faire alors je prends une profonde inspiration alors qu'elle en rajoute une couche.

"Vous pouvez éviter de me parler comme si j'étais un demeuré, ça éviterait que je… comment vous dites ? Ah oui, que je vous foute en rogne. Et qu'on vous surnomme la diva ou le lapin de Pâques j'en ai mais tellement rien à faire."

Et une fois ce sourire qui devrait supposément me faire de l'effet, enfin autre que cette envie de lui en coller une. Elle m'entraine devant la machine à café et j'insère une pièce avant d'attraper le gobelet fumant sans le lui tendre. Je lui décoche un large sourire alors que je continue de la foudroyer du regard.

"J'ai toujours cru que dans un couple moderne, chacun devait être indépendant. Vous voulez un café, vous vous servez."

Et je sirote tranquillement le mien alors que je déteste ça. Mais me concentrer dessus m'évite d'avoir envie de l'étriper. J'essaie de me raccrocher aux miens, pour une fois je m'ouvre de leur coté plutôt que de me focaliser sur l'agacement qu'elle m'inspire même si c'est pas gagné vu que la plus proche illuminati est dans un lit d'hôpital et ne va pas comprendre mon élan d'humeur.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 16
Coups du Destin: 5
Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Messages : 394
Membre du mois : 20
Je crédite ! : (c) Stalker mind.
Caractère : Ambitieux - dévoué - attentif - sarcastique - charmeur - loyal - menteur - rigide - pragmatique - manipulateur
Autres comptes : Sasha

Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bonjour chéri | Noah   Sam 7 Mai - 17:39

Un sourire angélique au coin des lèvres, Evy rétorqua :

« Ou vous totalement à la ramasse ? »

Parce qu'autant le dire, il fallait vivre sur mars pour ne pas connaître le visage d'Evy. Bon son nom encore passait, mais son visage ? Certainement pas ! En bref, ce devait être un attardé. Sexy, mais attardé. Dommage.

« J'en donnerais aucune, honnêtement, je m'en fous, c'est juste pour vous que je dis ça, j'aime a faire attention a mon prochain voyez vous. Je suis gentille, je préviens après...Et bien vous assumerez sans aucun doute. Surtout si vous le faite, pensez a bien sourire, ça rendra bien sur papier glacé. »

Oui, oui, Evy ne prenait pas de gant et s'en fichait. Elle imposait sa volonté et ses désirs, on était pas d'accord avec ça ? Soit, il fallait juste savoir encaisser les vengeances que pouvait mener la blonde. Et lui, il allait pas tarder a le savoir. Elle éclata d'un rire cristallin lorsqu'il enchaina, si sur de sa virilité :

« Mais parce que vous êtes un abruti évidemment ! Quant a mon costume de lapin de pâques...Ah c'était l'année dernière pour un orphelinat. J'ai horreur des gosses mais il paraît que c'est bon pour mon image voyez ? Arrêtez d'essayer de me contrer, ça marche jamais, je vais être magnanime et vous donner un conseil d'ami...Supportez. »

Finit elle avec une petite moue adorable, jouant parfaitement l'amante énamourée alors que derrière les portes vitrées se massait les journalistes. Combien de temps avant que l'un d'entre eux ne se pique les couilles a entrer malgré le service de sécurité de l’hôpital ?


« J'ai toujours cru qu'un homme pouvait être intelligent.. »

Susurra la Diva alors que monsieur se sentait pousser des ailes et la privait de café. Sachant que les nerfs de la blonde étaient déjà passablement irrités...D'un geste qu'un quidam trouverait adorable, elle tendit la main vers sa joue et s'arrangea bien évidemment pour renverser le café qu'il tenait à la main sur son torse certainement poilu. Aussitôt, elle plaqua sa paume sur ses lèvres :

« Oh mon...Je suis désolée, vraiment ! Est ce que ça va ? »

Les traits mouvants de son visage affectait dorénavant un air sincèrement peiné et contrit mais la lueur de ses iris prouvait bien assez efficacement a quel point elle adorait être une salope. Tout sourire, elle ouvrit son sac et lui tendit un mouchoir de soie :

« Je vous l'ai dit, ne me cherchez pas...Et si l'idée de me frapper vous vient a l'esprit....N'oubliez pas de sourire... »

Fit elle avec autant de venin dans la voix qu'une vipère des sables, un index négligemment pointé vers les objectifs derrière les vitres.
avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
Vous ne le savez pas encore, mais vous adorez le diable
Messages : 64
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c)Nymphi (c) Créateur de votre signature
Autres comptes : Cael le plus cruel

Vous ne le savez pas encore, mais vous adorez le diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bonjour chéri | Noah   Mar 10 Mai - 10:59

Je penche la tête sur le coté, faisant mine de l’observer, comme si j’allais me rappeler d’elle.

"Totalement à la ramasse ? Non vous devez juste pas être mon genre de… de quoi au fait ? Musique ? Danse ? Actrice ? Et j’ai pas vraiment une tête à lire les tabloïds sordides où on doit raconter ce que vous avez mangé au petit dej pour perdre vos 47 grammes de trop."

Fondamentalement, je m’en moque mais à un point qu’elle doit à peu près imaginer. D’autant que les petites divas, très peu pour moi. M’est avis qu’en plus, elle doit faire un truc qui m’insupporterait. Je pousse un soupir un rien dépité à sa répartie. Elle doit franchement être impossible à vivre celle-là et pourtant je côtoie une sacrée emmerdeuse au quotidien.

"Juste pour moi ? Comme c’est aimable. Donc je dois me contenter de rester là à sourire bêtement pour… pour quoi au juste ? Ces abrutis qui essaient de deviner ce qu’on est en train de faire et qui sont là à baver derrière cette vitre ? Et si je souris pas, il se passe quoi ?"

Dieu merci, la vitre est teintée. Et loin. Ca m’évitera d’en rajouter une couche, surtout si je finis par l’envoyer chier. Et j’aurais pas à commencer à lire ces journaux débiles pour être sûr qu’on ne parle pas de moi et de cet incident fâcheux qui va me retomber dessus je ne sais pas encore comment, ce sera bien aussi. Quand elle éclate de rire, je la fixe un instant et je prends une profonde inspiration pour rester aussi calme que possible.

"Bien évidemment. Vous énoncez souvent des choses comme ça comme si elles étaient des vérités universelles ? Si c’est le cas, je suis impressionné de voir à quel point vous pouvez vivre dans votre monde en croyant qu’il est réel. Quant au costume, vous auriez du continuer à le porter, j’aurais peut-être réussi à finir par entendre parler de vous à force."

Je reprends alors, après l’avoir fixée sans rien dire, la mine pensive.

"J’imagine que vous avez parfaitement conscience que ce que vous venez de faire pourrait avoir foutu ma vie en l’air. Et que vous vous en moquez comme de votre première sucette."

Je n’essaie même pas d’imaginer comment je vais devoir justifier ça auprès du hiérophante, ça va me filer mal au crâne. Je désigne alors les journalistes d’un mouvement du menton.

"Et si l’un d’eux entre ? On fait quoi ? Ca le fait pour votre image si j’en éclate un contre la machine à café ou c’est pas terrible après l’épisode du lapin ?"

Prendre les choses avec détachement et arrêter de m’énerver, c’est bien la seule chose qui pourra m’aider à me sortir de ce guêpier sans que les choses aillent trop loin. J’espère en tout cas même si une petite voix me souffle que ce ne sera probablement pas aussi simple. J’arque un sourcil au reste de ses propos avant de souffler, m’autorisant cette fois un mince sourire non dénué d’ironie.

"Sans vouloir m’avancer, au vu de votre numéro, j’ai du mal à croire que vous puissiez trouver un homme intelligent."

Et c’est le moment qu’elle choisit pour me renverser mon café dessus. Quelle sale petite garce. Je ferme les yeux, tant pour occulter la douleur de la brûlure que pour chasser l’envie de lui en coller une. Et bizarrement, ses propos m’aident, sans que je sache bien pourquoi.

"Vous ne valez même pas la peine que je vous cogne. Vous risqueriez de trouver ça amusant. C’est le moment où vous m’offrez un café pour vous faire pardonner d’avoir pourri mon tee-shirt c’est ça ?"

Bon, rester calme va probablement s’avérer plus compliqué que prévu, j’avoue. J’attrape le mouchoir et je lui décoche mon plus beau sourire alors que je tente tant bien que mal d’éponger les dégâts.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 16
Coups du Destin: 5
Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Messages : 394
Membre du mois : 20
Je crédite ! : (c) Stalker mind.
Caractère : Ambitieux - dévoué - attentif - sarcastique - charmeur - loyal - menteur - rigide - pragmatique - manipulateur
Autres comptes : Sasha

Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bonjour chéri | Noah   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Bonjour chéri | Noah
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Adieu Haiti, Bonjour Dominicanie
» bonjour [pv Petit Matin]
» Bonjour de Thibaut
» bonjour de la lituanie
» bonjour !!! samedi 22 01 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: Centre-ville :: National Health Service
-
Sauter vers: