AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Coincé avec un papillon particulièrement dangereux – [Livre III - Terminé]
MessageSujet: Coincé avec un papillon particulièrement dangereux – [Livre III - Terminé]   Mer 2 Déc - 10:43

    10 mai 2018

    Le soleil brille, les oiseaux chantent, la bonne humeur semble être de retour en Ecosse. Ma journée à plutôt bien commencée. Je me suis levé avec les rayons du soleil, et une sensation de bien-être. L’activité de ma boutique reprenait à plein régime, au point que mon stock commence à diminuer rapidement. Il était temps que je rappelle mes fournisseurs pour faire le plein de produits. Mon compte n’était plus dans le rouge, ce qui n’était pas arrivé depuis très longtemps. J’ai même eu les félicitations de mon conseiller bancaire qui voyait là-dedans comme un miracle de dieu. Je ne sais pas si c'est dieu qui m’a aidé mais en tout cas ça faisait du bien.

    Hier, ma boutique avait été prise d’assaut par une horde de femmes aux foyers cherchant des huiles essentiels, des laits corps naturels pour leurs bébés, des bougies pour se relaxer. Du coup, j’ai fais de la pub pour mes produits, et glisser les cartes de visites de Dafné dans leurs sacs. Il y a eu aussi une demande bien particulière d’une femme d’âge mûre qui ne semblait pas du coin. Elle cherchait du thé mais pas n’importe lequel, un thé de tiges du japon. Le genre de demande que je n’ai qu’une fois par ans. Il n’y a pas beaucoup d’amateur de thé en Ecosse.

    Par chance, je connais la personne qui pouvait m’en procurer. Il y avait qu’un endroit où je pouvais trouver ce genre de produit, chez monsieur Nakamura. Un homme qui vient du Japon, très riche et très influent dans son pays. Il m’arrive de faire affaire avec lui, enfin avec son employé qui gère le service des exportations, monsieur Tanaka. Ils vendent pas mal de choses, dont du thé. J’ai fais la connaissance de Monsieur Nakamura lorsque je fréquentais encore les soirées caritatives. Il me faisait l’effet de ses maîtres samouraïs que rien ne pouvait atteindre, se tenant toujours droit comme un i et le visage figé.

    J’ai appelé Tanaka pour prendre rendez-vous, non seulement pour commander ce thé mythique mais également par courtoisie. Par moment, il fallait aller au contact des gens, ce qui me permettra aussi de négocier une baisse des prix. J’ai fermé ma boutique beaucoup plus tôt, et avant mon départ enfilé une jolie robe crème avec un décolleté en cœur. J’ai appris très vite qu’avec mon sourire, et un jolie décolleté pouvait m’ouvrir pas mal de porte. J’en faisais jamais trop, ni sur mon maquillage qui reste le plus souvent naturel, ni dans mes manières. Pourquoi changer ce qu’on est ? Ma veste sur le dos et mon sac en bandoulière, j’étais gonflé à bloque. Je la sentais bien cette journée !

    Me voilà devant le bâtiment où plusieurs entreprises étaient regroupées. En entrant, je pris la direction d’un mur où son inscris sur un tableau d’affichage les noms et étages de chaque sociétés. Alors où était-il encore situé ? Neuvième étage. Bien. C'est avec un certain enthousiasme que je me dirige vers l’ascenseur. Je passe tout juste avant que les portes ne se referment. En entrant, j’aperçois une personne que je n’aurais jamais cru revoir.
    Malcom, … bonjour !
    M’étranglais-je sous le choc. Je reprends mes esprits un instant avant de me souvenir qu’il m’avait promis de me laisser tranquille. Je ne risquais rien. Du moins, je l’espérais.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Coincé avec un papillon particulièrement dangereux – [Livre III - Terminé]   Sam 5 Déc - 12:26


Je me suis toujours dit que, un jour ou l'autre, je finirais par rendre les armes ou crever la bouche ouverte au fond d'un caniveau. Et justement, j'ai manqué de crever la bouche ouverte au fond d'un caniveau, ce qui m'a plutôt résolu à choisir la première solution et rendre les armes. Le problème, quand on est tueur à gages depuis des années et des années... C'est que ce métier vous colle à la peau. Impossible de s'en défaire, vous avez toujours quelque chose à finir avant d'être tranquille, à tel point que vous ne l'êtes jamais vraiment. Nolan Hastings m'a téléphoné pour m'indiquer qu'il avait enfin trouvé le sale type qui avait réussi à me mettre en bien méchante posture dans le bar de Jack, celui qui en avait encore après nous depuis tout ce temps. Deux fois que je me retrouvais plongé dans cette affaire, et j'avais envie d'y mettre un point final... Mais c'est toujours compliqué, quand on s'atèle à démanteler un réseau qui vous prend pour cible. Avec ce que j'avais enduré ces dernières semaines, mon père m'a aimablement proposé de passer le relais à un autre. J'aurais pu accepter, raccrocher et repartir à mes affaires entre la société à gérer et la meute qui prenait de l'importance... Mais non. La faute aux vampires. Je restais enfermé dans ce cercle infernal, incapable de passer à autre chose, et de penser à autre chose aussi. Je ressentais déjà un léger manque de sang, que j'avais besoin d'assouvir en répandant celui des autres, pour me calmer. Quand je dis que ce métier me colle à la peau...

Ca ne m'étonne pas vraiment de me retrouver dans ce bâtiment, qui vend de l'encens, des herbes aromatisées, aux vertus apaisantes, du thé et ce genre de conneries futiles dont toutes les femmes raffolent parce qu'elles croient vraiment que cela fonctionne. Ce n'est pas si éloigné de ma propre couverture pour notre marché de la drogue, à l'arrière de nos locaux spécialisés en produits pharmaceutiques. Et la drogue est tenue par toute mafia qui se respecte... Même si je m'attendais moins à tomber sur les Japonais. Quelle plaie. Ca se trouve, je vais me contenter de tuer leur contact sur place sans résoudre définitivement le problème, mais tant pis. Autant marquer le coup, comme ils ont cherché à le faire avec moi auprès de mon père.

La sécurité des lieux est bien renforcée. Détecteur des métaux, bien entendu... Mais je suis venu sans armes. Je m'y attendais, et je n'en ai pas besoin. Je suis une arme en moi-même. Je sers un faux nom à l'accueil et fait jouer ma couverture, prétextant un rendez-vous d'une personne qui n'est pas encore arrivée. Je présente bien, dans ce costume, et le parfait homme d'affaires que je suis censé incarner n'a pas de mal à se frayer un chemin jusqu'à l'ascenseur. Il faut que je prenne le temps de faire un minimum de repérage avant de passer à l'acte. Je dois étudier leur sécurité, les emplacements des caméras... Je suis si bien appliqué à ma tâche, avec une expression des plus concentrées, que je ne repère même pas Alice quand elle s'engage à son tour dans l'ascenseur. Sa voix parvient à me faire réintégrer la réalité. Ce nom, surtout, que je n'aurais pas voulu qu'on emploie ici.

- Bonjour, Alice.

Je la regarde sans bien comprendre ce qu'elle fait ici. Des affaires à conclure aussi, je suppose... Pas de la même nature que les miennes. J'aurais préféré qu'elle choisisse un autre jour que celui où j'ai décidé de tuer un homme. Ca ne va pas me simplifier la tâche.
L'ascenseur monte, s'arrête au deuxième étage. Une personne se rajoute... Et je me fige. C'est la cible. Aucune caméra dans l'ascenseur, l'instant aurait pu être idéale mais avec Alice... Il ne me remarque pas et appuie sur le septième étage. Et merde. J'appuie sur le cinquième juste ensuite, et adresse un large sourire à Alice. Je me penche vers elle, uniquement pour lui chuchoter :

- Tu t'arrêtes au cinquième.

C'est un ordre, et elle ne va pas apprécier. Mais quelle plaie... Je lui lance un regard meurtrier. Je compte bien la pousser au dehors dès qu'on sera à cet étage. Je continue de la fixer un temps, voir si elle a compris, avant que mon regard dévie plus bas.

- Joli décolleté.

Je reprends ma place initiale, comme si de rien n'était.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15
Coups du Destin: 14
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Messages : 1931
Membre du mois : 69
Je crédite ! : (c) Shiya
Localisation : Glasgow
Caractère : Sadique – Violent – Séducteur – Imbu de lui-même – Fidèle – Entier – Homme de parole – Débrouillard – Méticuleux – Cynique - Protecteur - Instable
Autres comptes : Astrid Lehtinen
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4057-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4099-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4089-malcom-hastings
MessageSujet: Re: Coincé avec un papillon particulièrement dangereux – [Livre III - Terminé]   Sam 5 Déc - 19:40

    Je m’étais retourné, sans un regard de plus pour Malcom, et appuie sur le neuvième étage. Ça ne m’empêche pas de me demander ce qu’il faisait dans les parages. Je me souviens que lors de notre premier rencontre, il m’avait dit qu’il avait une entreprise dans les produits pharmaceutiques. Quelque chose dans le genre. Ce qui pourrait expliquer sa présence. Il venait peut-être voir les mêmes personnes que moi ? Il y a des herbes médicinales qui sont des ingrédients de certains médicaments. Je repense à cette soirée où Malcom m’avait semblé être un type ordinaire et plutôt courtois. Comme quoi j’avais bien fait de suivre mon intuition, et ne pas lui accorder ni rancard ou ma petite culotte. Comme dit grand-mère ! « Les hommes sous soumis à leur pénis et les femmes toutes des garces ! ». Très réducteur, j’en conviens mais ce n’est pas totalement faux. Malcom m’a bien fait comprendre que la seule chose qu’il l’intéresse chez moi c'est mon cul. C'est bien d’avoir des fantasmes mon gars !

    L’ascenseur s’arrête au deuxième étage, un homme me salue de la tête et je m’écarte légèrement pour lui laisser de la place. Mon regard se pose sur l’affichage de l’ascenseur, où des chiffres rouges défilent. Je me fige lorsque Malcom prends une voix autoritaire. Autant dire que ça ne me plaît pas du tout. Le type pense que son regard noir et sa voix ténébreuse va me faire peur. Pour tout dire … oui, et étrangement ça m’excite. Quelque part dans mon subconscient, il doit y avoir quelque chose qui cloche. Où alors, il s’agit juste de ce que j’appelle « l’effet Malcom ». J’ai pris conscience que je flippe littéralement lorsqu’il était là, et que je ne pouvais pas m’empêcher de penser à lui de façon plus intime. Cette contradiction me rendait dingue, et je n’avais pas l’intention de laisser mes bas instinct prendre le dessus : ni peur, ni envie, ni … quoique ce soit !

    Je ne pense pas !
    Dis-je sèchement le défiant du regard. Puis quoi encore. Je lève les yeux, exaspérée sur le coup lorsqu’il me parle de mon décolleté. Je me déplace vers le fond de l’ascenseur, préférant être m’éloigné non seulement de lui, mais également de l’inconnu. Discrètement, je regarde mon décolleté. C'est vrai que cette robe donne à mes deux beaux pamplemousses de jolies courbures. Mes copines font me permettent de négociés de bon prix ! J’avais hâte de sortir, et d’en terminer avec mon rendez-vous. Le numéro quatre s’affiche, mais brusquement l’ascenseur s’arrête et les lumières s’éteignent quelques secondes, avant de revenir. Je vacille un instant, pestant sur le moment. Fait chier !

    L’inconnu se précipite sur le bouton d’appel urgence.
    Bordel, ça fait la troisième fois ce mois-ci ! – Il pestait en tapant plusieurs fois le bouton récalcitrant.
    Je ne pense pas que ça va fonctionner de cette manière … - Il se retourne sur moi, le regard sombre et un rictus aux lèvres. Il était plutôt grand, de la carrure, mais sa chemise montre également une petite bouée naissante. Apparemment, il n’aime pas vraiment mon intervention.
    De quoi je me mêle !!! - rétorquait-il. Je lève les mains en signe de paix, le regard sombre. Je ne voulais pas d’emmerde. Le type me dévisage de bas en haut, et refais le chemin inverse. Ses yeux s’arrêtent sur mes jambes, puis arrive sur ma poitrine et mes lèvres. Là ça devient gênant. - … j’uis désolé ! – fis-t-il d’une voix grasse. Il regarde Malcom, et reste bloqué un instant sur lui avant de se retourner sur les portes. Je sors mon portable de mon sac, pas de réseaux. C'est bien ma veine !

    A mon tour de regarder Malcom.
    Dit-moi tu aurais du réseau ?
    Demandais-je en m’approchant de loup-garou. Oui parce que pour moi, Malcom est le grand méchant loup.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Coincé avec un papillon particulièrement dangereux – [Livre III - Terminé]   Dim 6 Déc - 20:57


Je ne peux empêcher un mince sourire d'apparaître sur mon visage alors que, comme je pouvais m'y attendre, Alice refuse strictement de se montrer raisonnable. En même temps, si elle l'était vraiment, on ne se serait jamais côtoyé. C'est tout ce qu'elle a à me répondre : Je ne pense pas ?

- C'est bien là ton problème...

C'était vraiment facile, celle-là. J'aurais manqué de rire à voir son regard exaspéré, avant qu'elle ne baisse le regard sur ce fameux décolleté, comme pour s'assurer de mes dires. Sérieusement, elle ne trompe personne, et surtout pas moi. J'attends l'occasion de la pousser sans ménagement dehors, même si elle a décidé de se reculer au fond de l'ascenseur. Ce n'est pas son poids plume qui va m'empêcher de la dégager proprement loin de mes affaires... Mais c'était avant que l'ascenseur ne s'arrête subitement, entre le quatrième et le cinquième étage. Je pousse un soupir retentissant et maudis silencieusement ma malchance. C'est vraiment possible, une situation pareille ? Un ascenseur qui se bloque, alors même que ma cible est là, et elle aussi ? Quel karma de merde, ces derniers temps.

Les lumières finissent par se rallumer après quelques secondes, ce qui ne m'arrange pas tellement. Je reste en retrait de l'agitation que suscite la brusque panne chez mes deux compagnons d'infortune. Apparemment, le matériel défectueux, c'est une constante chez les Japonais... J'aurais peut-être dû me renseigner sur certaines éventualités, mais je n'en suis pas à vérifier si des pannes sont fréquentes ou non. Quelque part, ça m'arrange... Si Alice n'était pas présente, bien entendu. Il va falloir que je prenne une décision, et vite.

Je commence à me demander s'il n'y a pas erreur sur la personne au vu de son comportement. Je le regarde s'agiter et se démener en tout sens, avant de jeter des regards lubriques, pire que ce dont je suis capable, sur Alice. Ca donnerait bien envie de les laisser en tête à tête dans l'ascenseur en panne... Mais il se rend finalement compte de ma présence. Il me fixe, longtemps. Mauvais... Très mauvais. Il va bientôt me resituer et savoir que, celui qu'il a tenté de tuer, est venu pour chercher son dû. Je lui rends un sourire qui se veut avenant mais doit tout avoir du fauve prêt à passer à l'attaque.

Alice m'a posé une question, que j'entends à peine. Je prends simplement conscience qu'il va falloir que je me salisse les mains, là maintenant. Il n'y a pas de caméra ici, juste ce microphone pour passer un appel d'urgence et... Elle. Je fouille dans mes poches et en ressors mes gants. C'est rare que je m'amuse à tuer à mains nues, mais ce gros benêt ne risque pas de me poser beaucoup de problèmes. Je me rue sur ma cible en un battement de cils. Je vois ses yeux exorbités, terrifiés. Je l'entends à peine hurler, alors que je lui explose la tête contre le mur de l'ascenseur, une fois, deux fois, trois fois... Ce n'est bientôt plus que des gargouillis qu'il émet. Je me régale de cette souffrance comme jamais, de ce sang qui gicle, jusqu'à ce qu'un craquement sonore m'indique que c'est la fin. Bien trop vite... J'aurais eu besoin de me défouler davantage. Je le laisse retomber au sol et m'accroupis à côté de lui, juste le temps de prendre son pouls. C'est terminé... Ou presque.

Je me retourne vers elle, qui n'a aucune échappatoire. Je me relève et la plaque contre le mur, l'immobilisant, une main sur son cou gracile. Je ne la lâche pas du regard, de ses yeux de tueur. Je sens sa respiration aussi rapide que la mienne. On ne laisse pas de témoins, c'est la règle.

- Donne-moi une bonne raison de ne pas te tuer immédiatement, Alice.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15
Coups du Destin: 14
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Messages : 1931
Membre du mois : 69
Je crédite ! : (c) Shiya
Localisation : Glasgow
Caractère : Sadique – Violent – Séducteur – Imbu de lui-même – Fidèle – Entier – Homme de parole – Débrouillard – Méticuleux – Cynique - Protecteur - Instable
Autres comptes : Astrid Lehtinen
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4057-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4099-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4089-malcom-hastings
MessageSujet: Re: Coincé avec un papillon particulièrement dangereux – [Livre III - Terminé]   Lun 7 Déc - 22:28

    Bordel. C'est le mot pour ce qu’il vient de se passer. Il y a même pas quelques minutes j’étais au côté de Malcom lui demandant gentiment s’il a du réseau et l’instant d’après il me coince contre le mur froid de l’ascenseur, sa main sous ma gorge. Bon, il vient de tuer quelqu’un. Le pourquoi d’un tel acte ? Qu’est ce que j’en sais, merde ! Alors que j’étais occupé à appuyer sur les paramètres de mon portable, il a mis ses gants avec calme puis s‘est jeté sur l’homme à la voix grasse. A chaque coup que faisait le crâne du type sur la paroi, mon cœur prenait un rythme plus rapide. J’aurais pu crier, hurler, frapper Malcom pour qu’il lâche cet homme mais pour tout dire que j’étais trop choqué. Je ne m’attendais pas à ça !

    Malcom s’était avancé vers moi, et par réflexe je pose ma main sur la sienne qui me tient la gorge. J’avais l’impression de revivre mes cauchemars avec Samaël. Mon autre main se place sur son torse et pousse pour éviter qu’il se colle à moi. Bordel. C'est mon mot de la journée. Bordel, bordel, bordel ! Je tremble mais je le quitte pas des yeux pour autant. J’avais lâché mon sac, et mon portable dont l’écran s’est brisé sous l’effet du choc. Il me pose une question … enfin je pense que c'est une question. J’ai du mal à respirer, sentant la chaleur de son souffle sur mon visage. Lui donner une seule bonne raison de ne pas me tuer. La question piège. C'est quoi la bonne réponse. Mon cerveau s’active avec une vitesse qui me donne la nausée. Il faut que je trouve le moyen de me sortir de ce pétrin. Il s’agit de Malcom. *Réfléchit*

    Parce que je suis une fille pétillante, pleine de vie, pas maladroite du tout... - Dis-je en esquissant un petit sourire, en songeant à chacune de nos rencontres. Ces chemises ne survivent jamais bien longtemps lorsque j’étais dans les parages. Je continue ne cherchant pas à détourner le regard. – Puis si tu avais voulu me tuer, tu l’aurais déjà fait… - C'était une évidence. Il tue un homme puis s’attarde à me poser cette question ? Malcom était un homme pragmatique, il m’aurait tué tout simplement sans sourciller. J’ai pu le constater il y a quelques minutes. Violent, sans pitié. – Là question est de savoir pourquoi tu ne l’as pas encore fait ? … - Lui demandais-je en essayant de le faire lâcher prise. Je tire sur sa main gantée, mes ongles s’agrippent dans le tissu. Les souvenirs de Samaël m’agrippant la gorge me revient comme un coup de fouet. J’avais une peur bleu de manquer d’air une nouvelle fois. Je n’étais pas encore à paniqué. Je compte sur ma capacité à calmer les ardeurs des personnes les plus enclins à la sauvagerie.

    Malcom était un enfoiré mais pas un monstre. - … pour t’amuser ? Tu as promis de me laisser tranquille. J’ai gagné ce droit ! – lui rappelant notre partie de fléchette. J’ai gagné et lui perdu. Malcom était un homme qui tenait parole. On pouvait lui reprocher pas mal de chose mais lorsqu’il disait quelque chose il le faisait. Je n’ai pas revu Malcom depuis ce soir-là. Il ne s’était pas re-pointer devant moi au bar de Jack.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Coincé avec un papillon particulièrement dangereux – [Livre III - Terminé]   Lun 14 Déc - 10:31


Elle panique. Difficile de ne pas s'en rendre compte, alors qu'elle tremble dans ma prise et que son regard peine à se fixer. Alice ne s'en sort pas si mal, pour contrôler sa peur... C'est l'habitude qui commence à s'installer, surtout après l'enfer qu'elle a vécu en Février. Nous le savons tous, depuis les années sanglantes et les hordes de morts qui ont déferlé sur Glasgow, personne n'est à l'abri du danger. En ce jour, elle n'est qu'un témoin gênant dont il me faut me débarrasser. Rien de personnel là-dedans, une simple conviction froide pour éviter de laisser des traces, et que le travail soit réalisé dans les règles de l'art.

Je resserre ma prise sur son cou frêle, mais pas encore assez pour qu'elle n'ait plus les capacités de parler. Je m'attendais à ce qu'elle se montre intelligente... Mais ses piètres justifications ne font que me tirer un haussement de sourcils vaguement perplexe. Qu'est-ce qu'elle me fait, là ? Elle cherche à gagner du temps peut-être ? Dans un ascenseur, sans issue, et sans aucune aide à attendre de l'extérieur ? Je secoue négativement la tête.

- Et quoi... C'est tout ? C'est loin d'être suffisant ma belle.


D'habitude, ils supplient, quand ils ne promettent pas de l'argent, ou de faire tout ce que vous voulez. Ce genre de conneries qu'on lâche quand on sait la dernière heure arriver, pour repousser la mort que l'on refuse toujours de regarder en face. Là, je sens ses mains posées pour éviter que je ne gagne du terrain, en maigre défense, mais pour sortir de pareilles conneries, elle ne doit pas se rendre compte dans quelle merde noire elle se trouve.

Je lâche un rire amer, à l'entendre me dire que je l'aurais déjà tué si je l'avais voulu. Elle a raison. Inutile de tergiverser. J'ai intérêt à vite rectifier cette erreur et tracer ma route ensuite. Je serre un peu plus sa gorge.

- Mauvaise réponse.

C'est tellement long d'étrangler quelqu'un. Ma force surpasse de loin la sienne, et je n'ai aucun doute sur le fait que j'y parviendrais, mais il est infiniment plus simple de loger une balle en pleine tête, c'est juste une détente à presser et tout s'arrête. Là, je ne peux pas m'empêcher de songer au gâchis que je m'apprête à faire. Une jolie petite poupée, bientôt désarticulée, comme un jouet cassé que l'on jette... Et Alice ne sera bientôt plus.

Je serre, si fort que sa peau pâle commence à prendre de nouvelles nuances. Elle va certainement se mettre à se débattre, mais je ne lâcherais pas. J'attrape finalement sa main posée sur mon torse et la plaque contre le mur, au plus proche d'elle pour éviter qu'elle ne rue et tente d'échapper à ma prise.

- Ouais. J'ai fait cette promesse, mais pas celle de te garder en vie. Tu n'aurais pas dû te trouver là, Alice. Tu peux maudire la chance qui t'as abandonnée, ça n'a rien de personnel. Je ne peux tout simplement pas te laisser vivre après ce que tu as vu. Bonne nuit, Alice...

Je compte les secondes, si longues, si lentes. Je la regarde mourir, droit dans les yeux, jusqu'à ce que les siens commencent à se fermer, se révulser... C'est bientôt fini, Alice. Bientôt... Et puis, ce grésillement. Cette voix robotique qui filtre à travers l'appareil.

- Oui, bonjour... Quel est le problème ?

Je relâche la pression aussi brutalement. Je tourne la tête pour moitié vers les commandes de l'ascenseur, d'où la voix vient de provenir. Je plaque ma main sur la bouche d'Alice pour l'empêcher de crier, mais c'est trop tard. On dirait qu'on a fait suffisamment de boucan pour que le gars de la maintenance commence à se poser des questions.

- Je vous entends très mal... Vous pouvez répéter ?

Je pousse un profond soupir et me résigne. Je retire progressivement ma main, chuchotant à son oreille :

- Tu vas lui répondre, Alice... Et je te conseille de ne rien tenter, si tu tiens à rester en vie.


Je me recule juste assez pour la laisser passer. Je réfléchis à toute vitesse à mes alternatives maintenant, et surtout, je vérifie qu'elle ne dit pas la moindre connerie qui lui vaudrait une nuque brisée dans les secondes suivantes.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15
Coups du Destin: 14
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Messages : 1931
Membre du mois : 69
Je crédite ! : (c) Shiya
Localisation : Glasgow
Caractère : Sadique – Violent – Séducteur – Imbu de lui-même – Fidèle – Entier – Homme de parole – Débrouillard – Méticuleux – Cynique - Protecteur - Instable
Autres comptes : Astrid Lehtinen
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4057-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4099-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4089-malcom-hastings
MessageSujet: Re: Coincé avec un papillon particulièrement dangereux – [Livre III - Terminé]   Lun 14 Déc - 21:53

    Mauvaise réponse qu’il me dit. Mouai comme d’hab’ je suis à côté de la plaque. J’ai pensé à tord que Malcom avait un minimum d’honneur. Eh ben non ! Pourquoi avoir posée une telle question dans ce cas ? J’aurais aimé avoir un QCM. Genre : Donnez-moi une bonne raison de ne pas vous faire tuer par un psychopathe loup-garou ? Petit A : le tueur est un homme qui à un minimum d’honneur et qui tient toujours parole ; petit B : Aujourd’hui c’est la sainte-tueur, on ne tue pas les jolies demoiselles ; Petit C. : Pas de pot, c'était un poisson d’avril, court chérie tu vas crever ! Malcom avait pris l’option C. Je ne peux pas courir, aucune issue. J’étais coincé avec Malcom dans l’ascenseur. Un oiseau dans une cage avec un chat qui la regarde avec l’envie de la dévorer.

    Ne fais pas ça Malcom …
    Murmurais-je sans le quitter des yeux. Je sens sa main serrer de plus en plus sur ma gorge. Il voulait me tuer parce que je l’avais vu tuer l’homme qui gisait au sol. Il avait raison ma chance m’avait quittée. J’avais beau essayer de réfléchir à une échappatoire, mais rien ne vient. J’ai l’impression de revivre mon cauchemar. Celui où Samaël me fait vivre un véritable enfer. Où il serre ma tranchée au point où je sens l’air s’échapper de mes poumons ; J’ai du mal à respirer, à vivre tout simplement. Mes yeux se ferment doucement. Puis tout s’arrête, brusquement. J’entends la voix d’un homme dans le haut-parleur. J’hurle avec le reste d’air qui me reste dans les poumons ; Malcom plaque sa main sur ma bouche, et je sens mes lèvres s’étirer sous sa main gantée. Ma chance était revenue et celle de Malcom s’envole ! Il me chuchote de me tenir tranquille, et de répondre sans faire de vague. Lorsqu’il enlève sa main, je reste stoïque et me masse le cou. J’avance vers l’interphone, enlevant sur mon passage mes escarpins et les tenants dans une main.

    Bon… jour … - j’articulais difficilement. Je déglutie doucement alors que l’homme demande une nouvelle fois de répéter. J’avais mal à la gorge, et tout mon corps tremblait, choqué par l’acte odieux que Malcom m’avait fait subir – Oui … je m’appelle Alice Keane … - J’enrage. Je bouille de l’intérieur et mon cerveau échafaude un plan. Je ne quitte pas Malcom des yeux, et une seconde je prononce ces mots aussi rapidement que possible. - Je suis coincé avec Malcom Hastings … - Je vois le loup s’approcher vers moi, certainement furieux de mon audace. Je me plaque contre la paroi, l’une de mes chaussures tombe au sol et l’autre reste dans ma main, le talon de dix centimètre le menaçant. Qu’il approche l’enfoiré, et je lui plante dans la carotide. Si je devais mourir, ce serait en lui foutant le plus d’emmerde sur le dos. Avec mon autre main, je lui fais signe de reculer et met mon doigt sur mes lèvres. Il avait intérêt de fermer sa putain de gueule.
    Est-ce que vous m’avez entendu ? – demandais-je au type.
    Oui madame …
    J’étais soulager de l’entendre et continue sur ma lancé déterminer- Nous sommes coincés et on voudrait bien en sortir. Un homme vient de m’agresser … - Je ne balance pas Malcom. Enfin pour l’instant. Je ne quitte pas le loup du regard, parlant avec une voix tremblante.

    Il est inconscient, … nous avons besoin d’aide rapidement !
    Bien madame je vous recontacte très vite !
    Puis vient ce silence pesant. Je reste calme, resserrant mon emprise sur ma chaussure. Le type à du laisser son interphone pour appeler les secours. Je reste à côté de celui-ci, prête à parler, hurler où cas où.
    Ma chance m’a pas abandonnée Malcom … elle est toujours là. Par contre tu devrais te demander où elle est la tienne. A chaque fois que tu es contre moi elle semble foutre le camp.
    L’évidence même. Malcom n’avait pas beaucoup de chance lorsqu’il s’en prenait à moi. Le type était mort, raide et bientôt puant. Si Malcom me tue après, la criminelle n’aura pas de mal à établir l’heure de chaque mort et Malcom serait dans le caca. Il pourrait me tuer et disparaître. Est-ce que la meute le cacherait après avoir tué deux personnes dont l’un des cadavres est la sœur d’un loup-garou ? La question est de savoir, si mon frère m’aimait suffisamment pour faire la peau à Malcom si celui-ci me tue ? Je regarde le loup avec un certain mépris.
    Tu aurais pu seulement me demander de fermer les yeux sur ce que tu as fait, et je l’aurais fait ! Mais non Tu as préféré essaye de m’étrangler … le dernier qui m’a attraper par la gorge avait plus d’imagination !
    Riais-je pour moi-même en repensant à Samaël.

avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Coincé avec un papillon particulièrement dangereux – [Livre III - Terminé]   Mar 22 Déc - 16:46


Alice, Alice…
Ca tenait de l’insolence, de toujours s’en sortir sur le fil, comme elle le faisait à chaque fois avec moi. Je peste tout bas et commence à faire les cent pas dans l’ascenseur, lui laissant l’occasion de répondre dans l’interphone. Là aussi, c’est une bien mauvaise idée. Je lui donne la possibilité de me filer entre les doigts, alors que j’aurais dû m’empresser de les refermer sur sa gorge. Qu’elle crie ou non n’aurait pas dû influer sur ma décision. Au pire, ils auraient ramassé deux cadavres sans plus démêler la situation. Ce n’est rien d’autres que de la faiblesse, et l’hésitation est capable de condamner même les meilleurs. Alice n’hésite pas, quand elle lâche mon nom en l’espace d’une seconde à peine. Je n’ai pas le temps de faire plus que de me rapprocher, menaçant, et prêt à lui faire connaître le même sort que l’objet de mon contrat… Son talon brandit en maigre défense devant moi réussit presque à me faire lâcher un rire. Elle croit vraiment pouvoir m’arrêter avec ça ? Mais le mal est déjà fait, et je me fige à nouveau quand la voix reprend pour confirmer qu’il a bien noté ces informations. Et merde.

Je m’avance encore d’un pas quand elle continue sur sa lancée, à parler d’agression. Elle a déjà fait suffisamment de mal pour le reste de sa courte existence… J’immobilise son poignet et la force à lâcher prise. Je n’aurais aucun mal à la faire céder, mais bien plus à ce qu’elle le fasse en se la bouclant pour de bon. Je vois ses lèvres qui continuent à bouger malgré tout, à émettre des sons. J’ai cette furieuse envie de la faire cesser radicalement… J’essaie de me chasser cette image de l’esprit. Pourtant je ne cesse de les fixer jusqu’à ce qu’elle se taise pour de bon, et que le silence nous accueille à nouveau. Je n’entends pas ce déclic caractéristique qui me signale que l’interphone se coupe, donc il continue de tourner dans le vide… Ce qui ne va pas me simplifier la tâche. Le mec de l’assistance peut revenir n’importe quand, ou même avoir programmé un enregistrement pour ce que j’en sais. C’est bien ma veine… Même si la façon dont elle a tourné les choses a de quoi m’interpeller.

Je gronde bassement, pour toute réponse. Mon regard la quitte un instant pour s’attarder sur l’interphone, avant de revenir vers elle, peu amène. Je dois ressembler au Loup pour lequel elle me prend, en cet instant précis. J’ai beaucoup trop de pulsions contradictoires à retenir d’un coup, devant cette suffisance qu’elle affiche. Je bloque ses poignets contre la paroi et me rapproche pour lui chuchoter directement dans l’oreille.

- Tu ne dois rien à la chance, ma belle. T’es juste assez désirable pour que ça me désole de te briser en deux…

Je relâche la pression et m’écarte, parce qu’il va me paraître difficile de respecter le plus petit de mes engagements si je la maintiens dans cette position. J’ai l’odeur du sang qui m’excite déjà bien assez sans qu’Alice n’en rajoute une couche. Et surtout, surtout … Je commence à sentir ce poids écrasant dans ma poitrine, d’être enfermé dans un espace clos, bien trop petit à mon goût. Avec l’adrénaline qui fout le camp, c’est moi qui commence à étouffer. Je n’aurais pas dû me retrouver pris au piège encore une fois, et j’entends à nouveau ce grattement caractéristique qui me rappelle mon ancienne captivité dans un cercueil. Si je ne me ressaisis pas rapidement, je vais bientôt devenir totalement incontrôlable, si je ne l’étais pas déjà. Je pose mes mains à plat sur la porte de l’ascenseur et inspire un bon coup. Je laisse des marques de sang assez clair, et décide de me débarrasser de ses gants. Une précaution bien inutile, quand on songe dans quel merdier je me trouve maintenant.

- Pourquoi tu n’as rien dit, Alice ? T’as aucune raison… Vraiment aucune de me couvrir. Et n’importe qui aurait déjà hurlé de terreur. Ne me dis pas que c'est juste parce que tu crois encore aux conneries que tu me racontais, surtout après ça.

Je lâche un bref rire, parce que ça me paraît infiniment déplacé et ironique. Je ne saisis pas tout, mais on dirait qu’elle a déjà eu l’occasion de vivre pareille situation, ce qui pourrait expliquer son calme apparent. Au final, c’est moi qui ai perdu mon calme le premier. Je secoue la tête négativement, et me fend d’un sourire un rien carnassier alors que je tourne la tête vers elle.

- T’as pas envie que je me montre trop imaginatif avec toi, Alice. Je risquerais de ne pas tenir mes engagements.

Et autant le dire, même si ce n’est pas la première fois que cela me met en bien mauvaise posture… Trahir ma parole est quelque chose que je ne me permets jamais, parce que ce serait me trahir moi-même.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15
Coups du Destin: 14
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Messages : 1931
Membre du mois : 69
Je crédite ! : (c) Shiya
Localisation : Glasgow
Caractère : Sadique – Violent – Séducteur – Imbu de lui-même – Fidèle – Entier – Homme de parole – Débrouillard – Méticuleux – Cynique - Protecteur - Instable
Autres comptes : Astrid Lehtinen
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4057-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4099-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4089-malcom-hastings
MessageSujet: Re: Coincé avec un papillon particulièrement dangereux – [Livre III - Terminé]   Mar 22 Déc - 20:34

    *Je ne céderais pas*. Je refuse de céder par … orgueil. Je sais qu’un jour, j’en paierais le prix. D’une certaine manière, je le paie déjà. L’approche de Malcom me fait palpiter les veines à un rythme foudroyant. *Je ne céderai pas* continuais-je à penser alors qu’il m’attrape les poignets. Je grimace et lâche mon escarpin qui tombe sur le sol. Je sens sa colère, sa contrariété. Nous étions dans le même état d’esprit. Je peux rajouter la peur me concernant. La peur de perdre ma vie, d’avoir mal, de pas tenir le coup. La pire chose qu’il puisse m’arriver est de céder devant l’adversité. Malcom balaye d’une phrase le fait que j’avais de la chance, mettant tout ça sur un plan plus primaire. Mon point vu lui passe au-dessus de la tête, et d’une certaine manière c'était la même chose pour moi. Me briser en deux ! Vraiment ! Je frisonne à l’idée.

    Ses iris bleus palpitent d’une envie que j’imagine néfaste pour mon bien-être. Il se comportait comme un prédateur, et moi l’insolente, je le fixais. Brusquement, il s’écarte de moi, me laissant enfin respirer. J’apprécie cette petite liberté, et regarde le loup poser ses mains gantés sur les portes de l’ascenseur. Plus que les traces du sang, ce qui m’inquiète c’est son comportement, il semble ne pas apprécier les endroits clos. Il manquerait plus qu’il se transformer parce qu’il n’arrive pas à gérer ses pulsions. Je n’étais pas de taille à affronter un loup-garou. *Calmer le jeu Keane*.

    Je ne sais pas Malcom, peut-être que j’ai arrêté d’hurler de terreur le jour ou j’ai vu une vampire arracher la gorge à un membre de ma famille, ou peut-être est-ce les années sanglantes, ou … ce qui s’est passé en février.
    Répliquais-je doucement. En vérité, je n’ai jamais cessé d’hurler de terreur. J’ai juste appris à la contenir, enfin il m’arrive encore de lâcher un cri d’effrois. Je doute que je sois la seule. On l’apprend à nos dépends en vivant en Ecosse. Je soupire, restant à côté de l’interphone comme s’il s’agissait d’une bouée de sauvetage. Je n’avais pas trop envie d’aborder le sujet du pourquoi de mon mutisme. Parce que quoi que je dise, ça va pas lui plaire ; Je soupire de soulagement lorsqu’il j’entends la voix du type derrière l’interphone, alors que Malcom me balance une pique.

    Madame ?
    Oui
    Nous ne pourrons pas intervenir tout de suite… - La voix de l’homme semblait d’un seul coup lointaine,
    Je ne vous entends pas très bien, vous pouvez répéter - Fait chier. La voix revient plus clairement.
    Oui, je vous disais que nous ne pourrons intervenir tout de suite, mais ne vous inquiétez pas les autorités ont été avertis.
    Je sais pas pourquoi mais ça me soulage absolument pas que la police soit averti. Avec l’agitation de Malcom, je trouvais que cette simple phrase n’allait pas arranger son humeur ; Un clic net m’informe de l’arrêt de notre conversation. Le silence retombe dans l’ascenseur.
    Bordel ! – murmurais-je pour moi-même. En tournant mon visage sur le corps, je vois des yeux vides me fixer.

    Ce type que tu as tué, pourquoi ? Qu’est ce qu’il avait fait pour que tu décides de le liquider ?
    Demandais-je à Malcom, curieuse de savoir ce qui motive le loup pour tuer une personne ; Moi apparemment c'était parce que j’étais présente un mauvais moment. Mais ce type qu’avait-il fait ?! J’en profite pour me déplacer de l’autre côté de l’ascenseur, loin du cadavre, et de Malcom. Au passage, je ramasse mon portable au sol. La façade était complément fissuré, et l’appareil ne s’allume pas. Avec mon pied, je ramène mon sac prés de moi. D’un seul coup, je prends conscience d’une chose.

    Je n’arrive pas comprendre pourquoi tu l’as tué, en sachant que j’étais là, qu’on était coincé dans un ascenseur. Tu aurais pu remettre ça à plus tard – désignant le cadavre de la main - … tu as pris un risque !
    Je parlais vite, cherchant à comprendre ce que Malcom avait prévu comme échappatoire.
    Comment tu aurais pu sortir de cet ascenseur en ayant tué deux personnes sans te faire voir ?
    Il pouvait très bien ne pas me répondre. J’avoue être curieuse d’en savoir plus sur lui. Ce qui est une très, très mauvaise idée en soi. Pour bien faire, il faudrait juste que je garde le silence, rester à ma place et attendre les secours. Mais non, j’ai besoin de savoir pour une raison plutôt tordu. J’ai l’intuition de commencer à comprendre Malcom, et c'est effrayant ! Je le regarde, serrant mon portable dans ma main.

avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Coincé avec un papillon particulièrement dangereux – [Livre III - Terminé]   Lun 28 Déc - 22:13


Alice est plutôt douée pour cacher son inquiétude, c'est quelque chose que je ne peux pas lui retirer. Ca me donne encore plus envie de me montrer déraisonnable, qu'elle me tienne tête à ce point. Coincé dans un ascenseur, avec elle... Ca tient de la torture mentale. Je viens de tuer un homme. Qu'est-ce qui m'empêcherait de la prendre et de la tuer ensuite ? Pas grand-chose, en dehors de mes foutus principes. Ce n'était qu'un jeu de fléchettes, mais je ne reviendrais pas sur ma parole. Et pourquoi hésiter ? Je veux qu'elle se taise, pour de bon. J'ai beau lui lancer ce regard polaire, elle ne s'arrête pas. Elle me parle des années sanglantes, des vampires, de Février... Rien qui ne parviendrait à me calmer. Je n'aurais pas dû me contenter de le tuer, non... J'aurais dû le faire souffrir bien davantage. La terreur a un goût savoureux, qu'elle me refuse. Je tousse un rire, sans rien répliquer. Ces années-là me manquent... Où tout était permis. Tout est plus compliqué maintenant. Comment je vais me sortir de là ?

Je m'adosse à la paroi et fait le silence, quand la voix reprend dans l'interphone. J'ai perdu mon sourire, quand il nous apprend que les autorités sont averties. Et ils ont mon nom... Je pourrais bien prendre la trappe de l'ascenseur et me faire la belle, à quoi bon ? C'est peut-être toujours possible. Le nom de Malcom Hastings ne renvoie vers aucun dossier après tout. Simplement... Alice pourrait me décrire auprès des autorités, ce qui risque de largement me compliquer la tâche. Et que dire, alors qu'elle a un frère au sein de la Meute ? Je risquerais de me faire envoyer en taule dans le premier cas, bannir de la Meute dans le second. Je ne sais pas ce qui est le pire. Pourquoi hésiter encore ?

J'entends enfin ce déclic qui nous annonce que nous sommes seuls. Juste elle et moi, avec ce cadavre sur les bras. Je vais avoir du mal à m'en débarrasser. Je relève le regard vers Alice, quand elle m'adresse à nouveau la parole. Le silence retombe... J'hausse finalement les épaules.

- Parce qu'il a cherché à me tuer le premier. Tu n'as pas vu les impacts de balles dans le bar de Jack récemment ? Il était visé aussi. C'est une longue histoire... Et moins tu en sauras, mieux tu te porteras. Crois-moi. Il n'est pas bon de se mettre des puissants à dos.

Et j'en dis déjà bien trop. Seulement, je ne mens pas. Ce n'était pas un simple contrat, pour une fois... J'avais une vraie raison de buter cet enfoiré dans les meilleurs délais. Je la suis du regard quand elle se déplace, pour se positionner au plus loin de moi. Ca me fait sourire, parce qu'elle ne cache tant bien que mal sa peur... Mon sourire s'étire, un brin carnassier, quand elle poursuit son interrogatoire. Comment je me serais enfui ? Même dans un espace clos comme celui-ci, c'est possible. Ce n'est pas comme ce cercueil... Difficile de m'en convaincre pourtant. Je me sens toujours suffoquer. Je suis à rien de céder à la panique et de la dévorer, avant de prendre mon envol aussi loin que possible. Alice a-t-elle conscience que ce calme n'est qu'apparent et que je suis sur le point de rupture ?

- Il m'a reconnu. A partir de ce moment-là, il m'était impossible de le laisser en vie. Tu n'imagines pas les moyens qu'il aurait pu déployer s'il avait fini par s'en sortir. Je suppose qu'il aurait aussi cherché à tuer les témoins, tout comme moi.

Je m'avance sur elle, en deux pas rapides. Je pose ma main juste au-dessus de son épaule et ancre le regard en le sien. Je n'ai pas de mal à deviner l'effet que je lui fais, ce qui m'amuse encore plus de la serrer au plus près sans lui laisser d'échappatoire. Je respecte ma parole et ne la touche pas. C'est seulement plus simple de se concentrer sur Alice, plutôt que sur cet espace clos, plus simple de susciter la peur chez autrui pour oublier la sienne... Ou le désir. Dans son cas, on dirait que les deux s'allient à merveilles. Je ne la crois pas indifférente, contrairement à ce qu'elle veut bien montrer.

- Alors que maintenant on est juste toi, moi... Et les flics qui vont débouler au retard bien sûr. C'est presque une amélioration, tu ne trouves pas ?

Il faut que je trouve une solution, et vite. Je perds mon sourire à mesure que je réfléchis.

- Tu n'aurais pas dû leur donner mon nom, Alice. Toi aussi, tu prends des risques. Tu crois vraiment que c'est grâce à ce nom que tu vas rester en vie ? Tu l'es seulement parce que je le veux bien. Et quand ils débarqueront, que vas-tu leur servir comme version ?

Je secoue lentement la tête, négativement. Je finis par rompre le contact visuel pour m'activer. Je dois avoir assez de temps devant moi pour évacuer le cadavre et faire le ménage. Je passe mes mains au niveau du plafond jusqu'à repérer la trappe presque invisible qui se trouve là. Je la déverrouille et pousse d'un coup sec pour l'ouvrir. Normalement, en cas de panne, une échelle métallique doit être présente pour nous permettre d'accéder au toit. Ca va être compliqué de traîner le cadavre là-haut, mais je pourrais le jeter ensuite et on pensera à un suicide. C'est plutôt fréquent, sur les toits des entreprises... Je n'aurais pas le temps de trouver meilleur scénario. Et Alice ? Tout dépend d'elle.

- On trouve toujours des solutions, Alice. Toujours.


Je me tiens devant la trappe, et tire sur la botte du type pour le ramener à ma hauteur. Oh non... Je ne la laisserais pas passer avant moi.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15
Coups du Destin: 14
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Messages : 1931
Membre du mois : 69
Je crédite ! : (c) Shiya
Localisation : Glasgow
Caractère : Sadique – Violent – Séducteur – Imbu de lui-même – Fidèle – Entier – Homme de parole – Débrouillard – Méticuleux – Cynique - Protecteur - Instable
Autres comptes : Astrid Lehtinen
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4057-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4099-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4089-malcom-hastings
MessageSujet: Re: Coincé avec un papillon particulièrement dangereux – [Livre III - Terminé]   Mer 6 Jan - 0:17

    Il était adossé à la paroi de l’ascenseur et j’ai sentis son amusement lorsque j’ai parlé des années sanglantes. Ses années n’avaient rien de plaisant. J’ai perdu mes économies pendant cette période. Des personnes biens sont mortes, ou pire, ont été transformés en vampires ou en lycans. Ce n’était qu’un jeu de pouvoir pour ces deux espèces. Malcom y voit de l’amusement parce qu’il ne connaît que ça : la violence. Je le regarde sans sourciller un instant. Me rendant compte que je suis intrigué par le loup qui plonge ses iris glacials dans les miens. Il avait perdu son sourire suffisant lorsqu’il entend que les autorités ont été averties. Je lui ai demandé pourquoi avait-il tué cet homme, et il me répond simplement, sans détour.

    Je fronce les sourcils. Non, je n’avais pas vu les impactes de balle dans le bar de Jack parce que ça fait un moment que je n’ai pas eu l’occasion d’y aller. D’ailleurs, va falloir que j’y passe un jour ou l’autre. J’aime beaucoup Jack et Leah. Le père et la fille garde un secret, j’en suis sûr. Ce n’est pour ça que je vais fouiner. Je reste en retrait jusqu’à ce que les personnes soient disposées à me parler. Pour l’histoire que me raconte Malcom, j’avoue avoir envie d’en savoir plus. Peut-être que Jack me racontera ce qui sait passer ? Si je l’interroge l’air de rien ? L’homme à terre avait essayé de tuer Malcom. Combien d’hommes ou de femmes souhaitaient la mort du loup ? Moi-même, je pourrais le souhaiter ? Il avait essayé de m’étrangler, ce serait justifier. Je regarde l’homme s’approcher de moi, et je sens à nouveau se tiraillement aux bas du ventre. J’avoue lui être reconnaissante de ne pas me toucher.

    L’amélioration aurait été que tu meurs avec lui.
    Lâchais-je en plongeant mes iris noisette dans la froideur de son regard. J’avais le droit d’être colère, de lui montrer que sa vie n’avais pas d’importance pour moi. Il fallait qu’il le croie. Parce qu’au fond, une partie de moi pense que Malcom n’est pas un monstre. Un enfoiré, oui, pas un monstre. Il le dit si bien … on est juste lui et moi. S’il sent la moindre faille chez moi, il allait en profiter. Jamais, je le laisserai avoir le dessus. Je le regarde avec mon insolence habituelle.
    Non, je ne pense pas que donner ton nom pourrait éviter que tu me tue Malcom, mais ça te foutra dans la merde. Et rien que ça, c'est déjà une toute petite satisfaction ! … ma version aurait été simple … le type a essayé de me violer, tu es intervenu. La bagarre fut violente, … d’ailleurs, je t’aurais foutue mon poing dans la tronche pour que tu passes également pour une pauvre victime, et malheureusement tu le tue. Tu n’as pas pu faire autrement. Tu passes pour un héro … ce qui serait une première pour l’enfoiré que tu es … On aurait été interrogé par la criminelle, et comme mon frère fait partie de ce service et que tu fais partie de la meute. Je suis persuadé qu’il aurait fait en sorte que tu t’en sortes sans trop problème.
    Tout était dit d’une manière hautaine. Mon frère aurait fait en sorte de préservé Malcom. Il fait partie de la meute, c'est la chose la plus importante pour lui. Ça vient avant les liens du sang.

    Je le regarde ouvrir la trappe et trainer le cadavre en croisant mes bras. La tête penchée sur le côté, je souffle exaspération. S’il avait l’intention de faire passer le cadavre par la trappe et l’emmener sur le toit, je lui souhaite bien du courage. Il n’aura pas mon aide. Je crois comprendre son plan mais franchement s’il faisait cela, je passerai pour une menteuse. Les autorités vont croire que j’ai inventé cette histoire pour les faires venir plus tôt.
    Si tu le fait disparaître, ils vont croire que j’ai mentis Malcom !
    Lui fis-je remarquer. Je n’aime pas passer pour une menteuse, un détail que le tueur se contre-fout royalement. Je bouille à l’intérieur rien en sachant sa réponse.

avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Coincé avec un papillon particulièrement dangereux – [Livre III - Terminé]   Sam 16 Jan - 22:23


Je secoue la tête négativement, toussant un rire alors que je me suis décollé du mur pour m'activer. Je l'écoute me répondre avec aplomb, mais elle n'est pas le moins du monde crédible. Ils sont nombreux à vouloir me voir mort, mais pas elle.

- Tu n'en crois pas un mot toi-même, Alice. Tu continues de te voiler la face sur ce que tu désires vraiment, et ce n'est certainement pas que je meurs avec lui.

Je devrais arriver à porter un cadavre en montant à une échelle, même si c'est un exercice particulièrement physique et compliqué... Ce ne sera pas la première fois que je me retrouverais à trimballer des cadavres dans des endroits vraiment sordides. Non, le problème, c'est davantage de le faire basculer sur le haut de l'ascenseur. Il faut déjà sauter et s'accrocher à l'échelle, à travers une trappe qui ne laisse passer qu'un seul homme à la fois.

J'essaie de respirer calmement, de réfléchir à un plan, mais mon regard s'oriente sans arrêt vers la trappe que je viens d'ouvrir. J'ai ce besoin impérieux de prendre mon envol et de la planter là, avec ce cadavre sur les bras. Elle me ramène bien vite à la réalité, en me confiant sa version des faits. Pas mal... Ca pourrait presque être crédible, surtout avec son frère derrière pour me dédouaner. Le ferait-il vraiment ? Oui, contraint et forcé par les circonstances. Il ne me porte pas dans son cœur, mais il le ferait pour un frère de meute et pour éviter des complications à sa sœur. Pour autant, j'aurais encore des démêlées avec la Meute, et avec mon père par-dessus le marché. A croire que je me ramollis...

Je ne lui réponds rien, concentré sur mon problème de cadavre. Mes dernières barrières mentales cèdent quand elle l'ouvre à nouveau, avec de nouvelles et vaines protestations. En une fraction de seconde, je suis sur elle. Mon bras barre sa clavicule et je la rejette contre le mur de l'ascenseur, sans chercher à la ménager.

- Dans les deux cas, t'es une menteuse, Alice ! Mais bordel, réveille-toi ! On est dans un ascenseur en panne, comment tu veux justifier une tentative de viol...


Je ne finis pas ma phrase. Je prends une longue inspiration, pour m'inciter au calme. Je l'ai tué trop tôt, j'en ai bien conscience. Vu les regards lubriques qu'il lui jetait, ce scénario aurait presque pu devenir une réalité.

- Pourquoi me couvrirais-tu, Alice ?


Je relâche la pression et ferme les yeux, les mains appuyées contre le mur. La colère s'est volatilisée aussi vite qu'elle est venue, et je sens que je maintiens un équilibre plus qu'instable quand les crissements se font entendre à nouveau dans mon esprit. Je me sens encore dans ce cercueil. Je commence à virer fou.

Ma voix n'est bientôt plus qu'un murmure, quand je reprends à son intention :

- Il faut seulement que je sorte d'ici... Et vite. Tu peux le comprendre, ça ?

avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15
Coups du Destin: 14
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Messages : 1931
Membre du mois : 69
Je crédite ! : (c) Shiya
Localisation : Glasgow
Caractère : Sadique – Violent – Séducteur – Imbu de lui-même – Fidèle – Entier – Homme de parole – Débrouillard – Méticuleux – Cynique - Protecteur - Instable
Autres comptes : Astrid Lehtinen
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4057-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4099-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4089-malcom-hastings
MessageSujet: Re: Coincé avec un papillon particulièrement dangereux – [Livre III - Terminé]   Dim 17 Jan - 13:13

    Dés que les autorités découvriront que le corps à disparut, ils font me demander des explications ; j’allais passer pour une mythomane. Une folle égoïste qui a fait déplacer des policiers pour rien. J’étais quelqu’un d’honnête… enfin je faisais tout pour l’être. En faisant disparaître ce corps, Malcom allait me mettre dans une merde noire, et je sais combien ce détail lui importe peu. Il me traite de menteuse. Pour le coup, il n’avait pas tord. Je préférais lui lancer un regard sombre, plutôt que de m’enfoncer dans le mensonge de ce que je ressentais. Ce que je souhaitais surtout était de disparaître, d’être loin d’ici. Loin de Malcom, et de ce que je désirais plus que tout.

    Brusquement, il s’énerve, et comme d’habitude, il réplique par la violence et me plaque contre le mur de l’ascenseur. Je sens mon cœur battre à tout rompre dans ma poitrine, le souffle coupé sur le coup. A ce demander ce qu’il avait du vivre pour devenir l’homme qu’il était aujourd’hui. Je serre les dents, alors que son coude se trouve sous ma gorge. J’avais envie de lui dire tout ce que j’avais à l’esprit. Je sens ma poitrine se lever, et redescendre rapidement. J’ouvre la bouche et m’abstient. Si je disais quoique ce soit, il allait voir ça comme une victoire. Il me demande pourquoi j’étais prête à l’aider. Pourquoi j’étais prête à faire ça pour lui ? Je ne pouvais pas lui dire. Mes yeux se ferment, et je sens qu’il me lâche enfin.

    Tu as raison, je … - Je referme les yeux. Il fallait que je sois plus forte que lui. Plus tenace. Ne rien lui montrer de se que je ressentais ou désirait. Puis vient se murmure. Son murmure.

    Je me souviens qu’il ne supportait pas d’être là, enfermé. Qu’est ce que je pouvais faire ? Si je ne cédais pas un moment où un autre cette histoire allait mal se finir. Je tourne mon visage vers Malcom. Il semblait à bout, … vulnérable ; Je pose ma main avec douceur sur son bras et m’écarte de lui. J’avance vers le cadavre et réfléchis quelques secondes ; j’étais doué pour me de certaine situation, autant que ce talent serve à quelque chose.

    Ok … je vais t’aider. – dis-je en me tournant vers Malcom. – Voilà comment on va procéder … tu vas m’aider à porter le cadavre, il est plutôt lourd … je le tiens pendant que tu te hisse là-haut – fis-je en désignant la trappe - … après tu l’attrape et tu fais ce que tu as faire … - je tourne sur moi-même regardant le sang sur le mur et les portes. – quant au sang, je m’en occupe … Je dois avoir des lingettes intimes dans mon sac. Je devrais réussir à nettoyer tout ça avant que l’ascenseur ne redémarre.

    Je me redirige vers Malcom, et me précipite sur mon sac pour en sortir un élastique. Mon sachet de lingette était bien dans mon sac. Je lâche un long soupire avant de me relever et d’attacher mes cheveux. Bon, j’étais prête à l’aider. Je reviens auprès du corps, et attrape sa manche. Ça allait être du sport.

    Quand la police sera là, je dirais que j’ai menti … que tu n’étais pas là. Je m’en sortirai avec un sourire … - dis-je avec un sourire en regardant Malcom. – Il faut qu’on se dépêche … c'est la seule solution pour que tu puisses sortir d’ici rapidement.

    Le temps était contre nous. Malcom devait prendre une décision. Le pire qui puisse arriver était que l’ascenseur démarre maintenant.

    Si tout se passe bien … ils me retrouvent seule dans l’ascenseur et penseront que j’ai paniqué en disant n’importe quoi ! Je ne serais pas là première à être claustrophobe …
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Coincé avec un papillon particulièrement dangereux – [Livre III - Terminé]   Lun 18 Jan - 22:02


Je suis prêt à la lâcher. Je suis tellement à bout de force que je serais capable de m'envoler loin d'ici sans plus songer aux conséquences de mes actes. Je suis d'un naturel méticuleux, en terme général. Seulement, la folie me guette pour de bon. Elle me force à reculer dans les retranchements de mon esprit, ou me décider enfin à briser cet étau invisible qui me comprime la poitrine. Je ne vais quand même pas céder à la panique... Si ? Je suis capable de commettre de véritables massacres sans que cela ne m'affecte, mais un vulgaire ascenseur va y parvenir ? C'est vraiment n'importe quoi.

Enfin, on dirait que je ne suis pas le seul qui commence à perdre les pédales et ne plus savoir aligner deux pensées. J'attends qu'Alice finisse sa phrase, en sachant pertinemment ce qu'il va me dire... Elle va trouver un moyen de me renvoyer la balle, de me dire que j'ai agi comme un con et qu'elle peut bien faire ce qu'elle veut, sans se soucier du fait qu'elle soit à ma merci. J'ai toujours trouvé qu'elle était bien trop fière pour son propre bien. C'est tout ce qui l'empêchait bien de coucher avec moi alors qu'elle en mourrait aussi d'envie, et ce qui l'empêche aujourd'hui de se comporter raisonnablement alors que je pourrais me raviser et la tuer.

Je ne le fais pas, pour une raison qui m'échappe. A cause de son frère, le Loup ? Peut-être. Je peux toujours essayer de m'en convaincre. Mon regard revient à elle quand je sens sa main se déposer sur mon bras, ce qui est sans doute le premier geste qu'elle fait volontairement dans ma direction. Je fronce les sourcils, quelque peu intrigué par son comportement. Je respire toujours aussi mal, mais je crois saisir un peu mieux ce qui m'échappe tellement. Même si je peine encore à comprendre ce qui a pu la décider.

- Sérieusement, tu vas m'aider ? C'est... Inattendu, mais okay.

L'ombre d'un sourire vient éclairer mes traits alors que je lui laisse donner les ordres à sa guise. Si elle compte m'aider, cela change toute la donne. Les derniers points noirs de mon plan disparaissent pour qu'il s'agence en un ensemble presque parfait. Je vais vraiment m'occuper de dissimuler un meurtre aux côtés d'Alice ? J'aurais parié sur un tout autre genre de soirée à passer avec elle... Enfin, je ne risque pas de m'en plaindre.

Je bondis pour m'accrocher à l'échelle, avant qu'elle ne change d'avis. Rien que d'être hors de cette cage me fait déjà un bien fou, même si l'espace reste exigu. Je me positionne sur la partie haute de l'ascenseur, mes appuis stables, avant de tendre le bras pour attraper le cadavre sous les épaules et le hisser. Quand j'arrive enfin à le faire s'asseoir au-dessus de la trappe, le plus dur est passé. Je me permets de souffler un peu et de jeter un coup d'œil en bas, une dernière fois. Je ne pense pas que je reverrais Alice de si tôt, alors...

- Merci du coup de main, ma belle. Tu n'auras qu'à dire aux flics que tu te sentais un peu seule et aurais rêvée te faire violer par mes soins dans un ascenseur en panne. Fais bien le ménage !

Je lui adresse un clin d'œil avant de fermer la trappe derrière moi. Autant la laisser sur une dernière note qui me ressemble un peu plus. Je prends le temps de respirer quelques secondes supplémentaires avant de commencer mon ascension. Je monte sur l'échelle métallique à une seule main, menaçant de glisser par moment en arrière à cause du poids du macchabé que je porte. Je passe le plus clair de mon temps à m'arrêter pour répartir au mieux son poids avant de reprendre. Je crains que l'ascenseur ne démarre avant que je ne finisse mon ascension vers le toit. Je souffle difficilement. Je tremble par moment sous l'effort demandé, mais je tiens bon. J'ai cette volonté indéfectible qui m'aide à tenir, celle de revoir le dehors le plus vite possible. J'accélère la cadence quand j'aperçois enfin la porte de secours, même si mes muscles me font souffrir le martyr.

J'ouvre la porte de l'épaule et m'effondre, le cadavre roulant à mes côtés. Je reste sur le dos le temps de reprendre mon souffle et d'apprécier la vue du ciel... Je ne peux pas m'empêcher de rire, de ce rire dément, de celui d'un captif qui vient enfin de retrouver sa liberté. Je respire enfin à plein poumons et me sens infiniment mieux. Mais je n'ai pas terminé.

Je traîne encore mon cadavre, jusqu'au bord du toit, et le met en position debout contre le muret.

- Et voilà... Fais un coucou à la foule avant de tomber, mon vieux.

Je lève une de ses mains décharnées et l'agite mollement, avant de le retourner pour qu'il me fasse face. Il pisse le sang par l'arrière du crâne, si ce n'est pas de la cervelle tout court. On va être intelligent et le faire tomber directement de dos, et la tête la première. La criminelle sera incapable de déterminer les causes exactes du décès avec la charpie que ça va bientôt être.

- Allez mon gars... Vole !


Et je pousse le macchabé dans le vide. Je rigole encore quand j'entends le fracas et les cris en contrebas. Dommage que je ne peux pas me pencher pour aviser mon œuvre... Mais à entendre une alarme de voiture, je me fais déjà une petite idée. L'instant d'après, c'est moi qui prend mon envol. Ailes bleues sur fond bleu.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15
Coups du Destin: 14
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Messages : 1931
Membre du mois : 69
Je crédite ! : (c) Shiya
Localisation : Glasgow
Caractère : Sadique – Violent – Séducteur – Imbu de lui-même – Fidèle – Entier – Homme de parole – Débrouillard – Méticuleux – Cynique - Protecteur - Instable
Autres comptes : Astrid Lehtinen
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4057-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4099-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4089-malcom-hastings
MessageSujet: Re: Coincé avec un papillon particulièrement dangereux – [Livre III - Terminé]   Mer 20 Jan - 18:20

    Je tenais ce cadavre par la manche. La scène devait être surréaliste. Moi, au côté d’un corps sans vie, en compagnie de Malcom. Prête à l’aider. Prête à l’aider à faire disparaître un cadavre qu’il venait d’assassiner. Surréaliste ! Je savais que c'était idiot. Complément con ! Le pire dans toute cette histoire c'était de le faire pour lui. Pour Malcom. Je l’ai vu vulnérable une seconde, et cela à suffit pour que je sois amadouer. C'est pathétique. Je m’en fais la promesse c'est la dernière fois que je suis gentille, ou conciliante … avec lui. D’ailleurs après cet épisode j’espère ne plus jamais le revoir. Fini « l’effet Malcom » ! Il semble se décider et s’approche pour m’aider à hisser le corps.

    C'est la première fois que j’aide quelqu’un à faire disparaître un corps. Franchement, c'est chiant ! Je lui étais reconnaissante de faire vite, parce que ce type est lourd et puant. Alors que je pensais que c'était fini, Malcom réapparait au-dessus de ma tête et me lance une réplique qui lui ressemble si bien. Quoi ! Me violer part ses soins, … n’importe quoi ! Je fronce mes sourcils contrarié. Qui souhaiterait se faire violer ? Il m’énerve. Quant il est comme ça j’ai très envie de lui encastrer la tête dans un mur. Pourquoi avait-il toujours besoin de se comporter ainsi ? Il me rendait dingue.

    Tu m’énerves !
    Répliquais-je exaspéré par sa remarque. Il avait déjà fermé la trappe alors que je fulmine contre lui. J’attrape mon sac et en sors mes lingettes pour commencer le nettoyage. Il y avait du sang un peu partout : sur une partie du mur et les portes. Je soupire devant l’ampleur de la tâche. Alors que j’efface les traces, je repense à Malcom et aux heures qu’on à passé ensemble. C'est tout de même incompréhensible. Ce type à tué une personne devant moi, à essayé de m’étrangler et m’insupporte la plupart du temps, pourtant je pense à lui. Et pas de la bonne manière. Je devrais le haïr, et non, je ne ressens même pas une pointe de haine à son encontre. Je le déteste … et je me déteste. C'est décider, c'est la dernière fois que je revois Malcom. Il avait une mauvaise influence sur mon comportement et mes hormones.

    L’ascenseur redémarre, et j’ai le cœur qui bondit dans ma poitrine. J’efface les dernières traces, et glisse les lingettes dans mon sac. Les portes métalliques s’ouvrent enfin vers la liberté. Deux policiers, ainsi qu’un technicien dans sa tenue bleu électrique se tenait face à moi. Tous les trois me regardaient d’un air étonné. Ils avaient du imaginer plusieurs tableaux d’horreurs, mais certainement pas de me retrouver seule et en parfaite santé. Enfin si on oublie les marques dans mon cou que je dissimulais avec le col de ma veste. Je ne pouvais faire qu’une seule chose … sourire.
Fin du RP
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Coincé avec un papillon particulièrement dangereux – [Livre III - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Coincé avec un papillon particulièrement dangereux – [Livre III - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un Dîner aux Chandelles, avec des Humains à Manger [Livre 1 - Terminé]
» Les démons de minuit [Livre 1 - Terminé]
» "Ne te détourne pas de ceux qui pleurent, afflige-toi avec les affligés." [Livre II - Terminé]
» La curiosité est un vilain défaut ! [Livre 1 - Terminé]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: Centre-ville
-
Sauter vers: