AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Tête à tête en famille ! - Gabriel Hudson [Livre III - Terminé]
MessageSujet: Tête à tête en famille ! - Gabriel Hudson [Livre III - Terminé]   Lun 16 Nov - 23:03

    Ce que j’appréhende le plus, ce sont les fêtes de famille. Au début tout le monde est content de se revoir, mais à la fin les vielles rancœurs ressortent et c'est les règlements de comptes. Bienvenue dans la famille Keane !

    On s’était réunis pour l’anniversaire de Grand-mère qui fête aujourd’hui ses soixante-dix ans. Ma mère, la charmante et délirante Rosalie n’a pas pu venir. Avec les récents évènements qui touchent le pays, ma mère est restée à Londres. C'est un mal pour un bien ! Les sœurs de ma mère ne peuvent pas s’entendre. Ma charmante maman dont les croyances et les pratiques druidique ennuie énormément l’une de ses sœurs, très catholique. Tout ceux-ci reste très hypocrite parce que j’ai appris à mes dépends que chaque femmes Keane ont un secret. Sur les quatre filles que Grand-mère a engendré chacune d’entre elles ont eu une jeunesse plus que mouvementé. Ma mère m’a eu avec un loup-garou. Je sais que l’une de mes tantes est appelé dans le coin de Montrose, la veuve noire (quatre maris, tous décédés sa laissent des questions en suspend), quant aux deux autres, je suis sûr qu’en cherchant un peu … bref une famille où les femmes ont toujours montrés un instinct secret et sauvage. Quoique ! pour l’une de mes tantes, je me demande si elle a été jeune un jour.

    Les Hudsons ! Dans cette famille je demande le père, la mère et la fille. Dans ce trio, j’ai une préférence non dissimulé pour Gabriel. Ma cousine est comme une petite sœur. Notre rapprochement ne sait fait qu’au moment de mon installation en Ecosse. Ma tante ne m’aime pas beaucoup ! Le fait que je ne crois absolument pas à Dieu ne devait pas aider. Mes relations avec le couple Hudson sont distantes. Encore aujourd’hui, un bonjour et hop je vais voir ailleurs. Leurs fanatismes me rendent nerveuse, au point que je ne cherche pas de contact, sauf avec Gabriel. Elle est différente de ses parents, ce qui est un plus dans nos relations.

    Je suis sortie du bar d’Andrew, où toute la famille avait décidé de se retrouver. Une bière à la main, j’avance jusqu’à une petite table et m’installe. J’entends les cris de joies et les rires. Je suis un peu triste que ma mère ne soit pas présente. Ça fait un bail que je n’ai pas tenu ma mère dans mes bras ! Elle me manque terriblement ! L’avoir au téléphone n’est jamais la même chose que d’avoir la personne en face de soi. Je bois ma bière, sortant mon portable de ma poche. Aucun message. Ma vie sociale est un néant ! Ania avait ses petites occupations avec Thane. Dafné devait certainement bosser. Même chose pour Tomas. J’en viens même à me demander ce que faisait Malcom. Oh ! Évitons de penser à cet enfoiré. Je frissonne … ce qui était effrayant c'est que je ne frissonnais pas parce que j’avais peur mais juste à ce que mon corps ressent. Horrible ! Pensons à un autre mec : Damon ? Je n’avais pas de nouvel de mon avocat. Memo : Rappeler Damon pour cette histoire de contrat. Je dépose mon portable sur la table et reprends une gorgée de ma bière. J’entends mon oncle Mattias, hurler de rire. Un rire franc, lourd. On peut dire ce qu’on veut mais dans ma famille, il y avait de sacrés gaillards. Je ne peux réprimer un sourire.
Spoiler:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tête à tête en famille ! - Gabriel Hudson [Livre III - Terminé]   Mar 17 Nov - 20:13

La famille… c’était toujours un sujet délicat à aborder. Comment réussir à expliquer que j’aimais mes parents, mais que je les fuyais comme la peste ? C’était assez dur, mais bon la question ne se posait généralement pas, pour la simple et bonne raison que ce n’était pas un sujet que j’abordais.
Mes talons claquent contre le pavé alors que je regarde ma montre. J’avais encore le temps, j’aurais détesté arriver en retard pour trois raisons, la première aurait été qu’on me le fasse remarquer, la seconde, ça ne faisait pas très sérieux et pour finir, j’éviterais tous les regards curieux se poser en même temps sur ma personne lors de mon entrée.
Le point de rendez- vous avait été donné dans un bar près de la zone portuaire de Edinbourg. J’aimais bien cet endroit, l’air salé et piquant donnait toujours une atmosphère particulière.
Un charme non négligeable et indéniable.
La grand-mère fêtait son anniversaire et toute la sacro-sainte famille avait été convoquée, moi inclus. Sans nul doute que les parents y seront. Dans le fond, c’était une bonne occasion pour les croiser sans avoir à s’éterniser. Je ne comptais pas vraiment perdre mon temps là-bas, je devais encore me renseigner concernant le projet de Luke et savoir si je me jetais ou non dans l’entreprise. Une perspective qui m’intéressait beaucoup plus que de passer des heures coincée dans un lieu moite à parler du temps où j’avais 5 ans et d’à quel point j’étais mignonne à l’époque. Car oui, lorsqu’on a 20 ans et plus, qu’on ose avoir son opinion, on est plus vraiment considéré comme étant mignon.

Je devais être sacrément dérangée, moi c’est ce que j’aimais chez les gamins, l’insolence. Peut-être parce qu’elle laissait toujours les adultes bouche-bée avant qu’ils ne virent aux rouges et ne s’époumonent contre eux ? C’était en s’amusant de ces réactions qu’il était alors plus simple de les contrer et de leur faire fermer leur claper. Mais ça, c’est un secret que je n’irais pas répéter aux parents impatients, il était trop plaisant de les voir se faire mater devant des vérités toutes simples d’enfants.

Comme prévu, mes sentiments étaient mitigés une fois envahi de toutes ces têtes familières. La joie et l’amusement se partageaient le terrain avec la frustration et l’agacement. C’est avec soulagement et une pointe de regret que je ne vis pas mes parents. Connaissant ma mère, elle arrivera en retard, entrant comme une reine, un sourire radieux aux lèvres d’attirer l’attention sur elle.
Je fais acte de présence, je reste un peu.
Salut cousin, oncle et que sais-je pour finir par rejoindre un coin isolé plus tranquille et c’est là que je remarque les reflets cuivrés de la tignasse d’Alice. Naturellement, je me dirige vers elle et son semblant de solitude. Je prenais autant de plaisirs à papoter avec elle qu’à la taquiner, donc je savais que je ne risquais pas grand-chose à l’approcher peu importe son humeur.

-Alors tu attends des nouvelles du prince charmant à fixer ton téléphone comme ça ?

Je m’installe face à elle, en la saluant de la main.

-Salut cousine. Comment va ?


Distraitement, je commençais à aligner les dessous de verres en carton par apport à celui d’Alice. Ba quoi ? C’était tout de même plus joli ainsi, non ?
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 8
Le calme avant la tempête
Messages : 631
Membre du mois : 4
Je crédite ! : .
Autres comptes : Aucun :D
Le calme avant la tempête
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4422-gabriel-hudson http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4434-gabriel-hudson http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4433-gabriel-hudson
MessageSujet: Re: Tête à tête en famille ! - Gabriel Hudson [Livre III - Terminé]   Mer 18 Nov - 19:59

    Je ne me rendais pas compte, mais je regardais mon portable avec une certaine intensité. J’étais hypnotisé et prise dans mes pensées jusqu’à ce qu’une voix familière et douce me parvint. Je lève mon regard sur ma cousine, un petit sourire aux lèvres.

    Mouai. On sait toutes les deux qu’il n’excite pas ! C'est une arnaque !
    Répondis-je en croisant mes jambes. Le prince charmant, je l’attends toujours. Et lorsque je crois enfin tombé sur un mec bien, il me déçoit. Où alors c'est moi qui le déçois ? J’étais souvent sérieuse en matière de relation amoureuse. Le dernier en date : Ian. Je suis resté deux ans avec. Ian, pompier, blondinet, bien bâti mais terriblement jaloux. Ma rupture s’est faite après une bagarre dans un bar. J’avais choisi mon amitié pour Tomas plutôt que de sauver ma relation (qui était tout de même déjà sur le déclin). J’étais célibataire depuis … janvier ! Je devais du coup subir les inconvénients qui s’attachent au célibat. Le manque de sex ! Et là, à nouveau j’étais exigeante. Je ne couchais pas à droit et à gauche. J’étais frustré mais je tenais bon. J’enchaine les rancard et pleure de trouver que des nazes !!

    Je vais bien.
    Une réponse efficace et simple. Mon humeur était au beau fixe malgré tout. Après tout, grâce à Damon, je me sentais plus détendu. Je regarde ma charmante cousine effectué un curieux rituel. J’étouffe un petit rire moqueur.

    Maniaque !
    La taquinai-je en changeant mon dessous verre pour qu’il soit hors de l’alignement imposé par Gabriel. Fallait pas me taquiner sur le prince charmant ! Na ! Je la regarde espiègle et moqueuse de ses petites manies. Je n’avais pas de sœur. J’ai bien un demi-frère, mais celui-ci préfère se tailler les veines plutôt que de passer du temps avec moi. Trop humaine à son goût ! Il y a bien longtemps, que je me suis faite à l’idée. Je parle rarement de lui, et peu de personne sont au courant que mon père est un loup-garou. Ne parlons pas de ma famille. Ils pensent que mon beau-père Tobias était mon vrai père. A sa mort, la famille avait entourée ma mère de leur amour. A cette époque, je m’étais muré dans un silence rageant. J’avais envie de tuer tout le monde et en particulier les vampires. Mon âme est apaisée mais j’ai toujours une énorme méfiance à l’encontre des nocturnes. J’en ai touché un mot à Gabriel, concernant ma descendance, mais le sujet reste comme toujours tabou.

    Alors qu’en est-il de tes recherches de boulot ? Tu as trouvé quelque chose ou au moins une piste ?
    Lui demandais-je en buvant une gorgée de ma bière.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tête à tête en famille ! - Gabriel Hudson [Livre III - Terminé]   Sam 28 Nov - 19:47

-Pas faux.

La mode était plutôt à l’étrange ces temps ci. La galanterie, la gentillesse et la droiture étaient des valeurs depuis longtemps oubliées ou qu’il ne valait, finalement, pas mieux avoir. C’était incompatible avec la survie. Je la sens, un tantinet déçue. De celle qui te fait attendre sans que jamais rien n’arrive. Je ne sais pas vraiment s’il y une histoire là-dessous. Je préfère ne pas trop chercher. Ce n’était pas le genre d’Alice, mais si je pouvais éviter les crises de larmes, autant le faire. Ca ferait tâche au milieu de tous les cousins. On me reprocherait d’avoir encore fait pleurer quelqu’un avec remontrance à la clé et une fausse sollicitude pour la victime. Je n’y pouvais rein si certain avait l’âme trop sensible pour entendre la vérité. Mais bon, ce n’était pas vraiment son genre, sinon je ne l’aurais certainement approché.
Alice n’avait pas exactement eu de la chance en amour. Si elle voulait me parler de quelque chose, elle le ferait, inutile de pousser.

Elle m’affirme que ça va, je la regarde sans insister. Ses traits sont un peu tirés, la fatigue sans doute. J’espère simplement que la dernière catastrophe de ses monstres ne lui a rien enlevé. C’était assez dur de trouver des personnes que j’appréciais, si leur bon sens était réduit en miette par cette réalité tordue, comment diable faire pour résister aussi ? La question était purement rhétorique, je lutterais bien évidemment, ne serait-ce que par principe. Il était hors de question que l’imaginaire l’emporte sur la réalité, pas la mienne en tout cas. Mais bon, j’aimais bien la jeune femme et j’aimerais éviter qu’elle me claque entre les doigts.

J’entends ma langue claquer contre mon palais alors que la demoiselle prend un malin plaisir à anéantir tous mes efforts d’harmonisation. Mes sourcils se froncent en une expression faussement fâchée et je lui lance un des dessous de verre dessus, qui atterrit sur son avant bras posé sur la table.

-Tsss, je ne peux rien pour toi si n’as pas les instincts les plus primaires de ce qui est beau ou pas.

J’attends la remarque qui ne tardera certainement pas à sortir de sa bouche mesquine. Ce n’était pas que j’étais ‘’maniaque’’. Mais c’était quand même plus agréable quand chaque chose était à sa place, bien rangée. Que ça soit pour réfléchir ou agir efficacement ou ne serait-ce que pour le simple plaisirs des yeux. Enfin, je n’allais (peut-être) pas me lancer dans ce débat que je savais stérile. Leur esprit était souvent trop étroit pour voir cette évidence pourtant élémentaire. Je l’aimais bien malgré tout, ce n’était là qu’un petit défaut.

-Oui, surement. Un gars qui vient de New York. Il a pour projet d’ouvrir un bar dans le coin. Assez mignon au passage pour ne pas gâcher le plaisir des yeux. Et surtout, il a l’air plutôt sérieux. Il n’y a rien de pire que le cliché du patron gras et impotent qui relègue tout son travail à ses employés et leur hurle dessus par plaisir pervers.

Je m’adosse contre mon siège pour prendre mon aise. Je pense que je vais avoir droit à une flopée de questions, autant être installée confortablement.

-Le plus improbable est que je l’ai rencontré dans une librairie. Tu sais à Keats et Books. Enfin bon, rien n’est encore fixé. Mais il y a de fortes chances que j’accepte sa proposition.

J’avais encore quelque rendez-vous ou je devais aller, question de principe, mais je doutais qu’ils soient fructueux de toutes les façons. Il était ma seule proposition réellement viable, sans parler des aspects agréables, il fallait tout de même se rendre à l’évidence. J’avais besoin d’argent…
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 8
Le calme avant la tempête
Messages : 631
Membre du mois : 4
Je crédite ! : .
Autres comptes : Aucun :D
Le calme avant la tempête
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4422-gabriel-hudson http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4434-gabriel-hudson http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4433-gabriel-hudson
MessageSujet: Re: Tête à tête en famille ! - Gabriel Hudson [Livre III - Terminé]   Lun 30 Nov - 17:41

    Je ramasse le dessous de verre posé maladroitement sur mon avant-bras et joue avec quelques secondes. Pauvre de lui, malmener par ma cousine, puis finalement par moi, l’utilisant pour frapper délicatement avec ses côtés la surface de la table. Les instincts les plus primaires, voyez-vous ça ! Je fronce les sourcils, souriante.

    Hey … tu ne fais que me démontrer combien tu aime contrôler ton environnement. D’ailleurs, si tu aimes ranger, j’ai mon appart qui t’attends !
    Ma voix était empreinte d’une douceur et d’espièglerie. Ce n’était pas un capharnaüm, mais il y avait de quoi faire. Un peu de vaisselle, du linge, de la paperasse partout, des vêtements par-ci par-là. Lorsque je ne reçois pas pendant un moment, mon appartement ne ressemble plus à rien. C'est l’effet célibataire. Quand je suis en couple, je me donne les moyens et surtout la motivation pour faire le nécessaire mais vu que ce n’est pas le cas !!! Mon appartement en subit les conséquences. Je tourne mes yeux vers l’intérieur du bar. Mon regard capte celui de ma tante, la mère de Gabriel. Erreur fatale ! Je me détourne d’elle pour fixé ma cousine ; je me demande encore comment on fait pour être de la même famille.

    J’écoute Gabriel me parler d’un type rencontré dans une librairie, et qui lui a proposé du boulot. Ça n’arrive pas tous les jours. En prime, le type en question serait mignon. Ça ressemble fortement à un plan drague. Gabriel est une jolie fille, il est normal qu’un mec s’y intéresse. Elle semble sûre de lui et du sérieux de la proposition. J’avoue que ça me laisse perplexe, mais Gabriel ne sait jamais montré naïve ou imprudente. Néanmoins, j’ai envie de la protéger. Etre sûr qu’elle soit en sureté et que rien, ni personne ne viendrait tenter à sa vie, où à sa vertu (si ont peut dire ça comme ça !)

    C'est … cool ! – ne sachant que dire de plus sur le coup. - … mais tu vas faire quoi concrètement pour lui ? Parce que je te vois pas serveuse ou derrière un bar. Il a besoin de toi pour sa compta ?
    Là plupart des gens la trouve sur la réserve, pour ne pas dire froide. S’il s’agit de la mettre directement aux contacts des clients, comme la placer derrière un bar, je ne sais pas si c'est une bonne idée. Bien évidemment, Gabriel peut se montrer charmante mais dans un endroit où l’alcool coule à flots, où l’on rencontre des types lourd et alcoolisé … J’uis pas sûr qu’elle garderait son calme. Moi-même il m’arrive de perdre patience avec ce genre d’individus.

    Il est mignon comment ?
    Demandais-je en voulant en savoir plus ce mystérieux type qui embauche dans une librairie. Il manquerait plus que ma petite cousine adorée se fasse alpaguée par tueur en série. Je pose le dessous de verre en buvant une longue gorgée de ma bière.
    J’espère que ça se passera bien. – Je lui souris. Sincèrement j’espérais qu’elle s’épanouisse dans ce boulot et surtout que tout se passe bien. – Sinon, si ça ne se passe pas comme tu le souhaites, d’ici quelques semaines je vais pouvoir embaucher, et je serais ravie de t’avoir auprès moi. L’activité de ma boutique reprend grâce à un contrat avec un casino. Je serais comme ta roue secours professionnelle en cas de pépin …

avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tête à tête en famille ! - Gabriel Hudson [Livre III - Terminé]   Mar 1 Déc - 12:53

-Je ne suis pas femme de ménage non plus, démerde toi.

Je sens Alice se tendre et détourner le regard. Par réflexe, je me tasse sur ma chaise et la table. Si mon intuition était bonne, je n’avais pas non plus envie que la personne qui avait rendu mal à l’aise ma cousine ne débarque à notre table. Il faut dire qu’étant bien plus sociable que moi, il y avait fort à parier qu’un individu qu’elle n’appréciait pas devait m’être complètement antipathique. Et dans cette masse grouillante et bruyante, il y en avait des gens que je voulais éviter de voir. A commencer par mes parents, que j’avais d’ailleurs cru entendre arriver quelques minutes plus tôt au vu des exclamations qui avaient fusé. Ou peut-être était-ce simplement un des membres de notre famille qui s’était étalé par terre, ivre mort. Les deux solutions étaient valables.

Alice était sur la réserve. C’était évident, sa voix la trahissait, son manque d’entrain aussi. S’inquiétait-elle pour moi ? J’étais une grande fille, elle n’avait pas besoin de me protéger. Etant plus vieille, elle avait toujours eu ce petit côté « grande sœur » avec moi. Je pense que c’est inévitable dans une famille lorsqu’on côtoie ses paires et qu’on les apprécie. Je n’arrivais simplement jamais à m’y faire. Du bout des ongles, je gratte distraitement le bois de la table en suivant les rainures, la regardant d’en dessous. Un sourire presque mauvais apparait sur mon visage.
J’avais certes besoin d’argent, mais il ne fallait pas exagérer. Je savais ce que je valais et il était impensable que je travail pour moins que je n’étais. Être barman ou serveur n’avait rien de dégradant, ce n’était juste pas mon job. Si je m’étais dirigée vers de la comptabilité, c’était bien pour avoir le moins possible affaire aux gens et à leur stupidités. Les chiffres, les papiers, tous ça ne mentaient pas et ne vous prenez pas la tête. J’arrête de jouer avec la table le temps de répondre à ma chère cousine.

-Ne t’en fait pas, si je n’ai pas un contrat de travail en bonne et dû forme. Il peut bien aller se faire voir, même avec un joli minois. Pour le reste, il s’agit principalement d’un job d’administration. Trouver des locaux pour l’ouverture du bar, s’occuper de tout mettre en règle et d’avoir les autorisations requises pour ouvrir ce type d’établissement. Faire de la comm’ et ainsi de suite. Bien que je serais plus du côté comptabilité et finances. Rien qui soit hors de ma portée en somme. Et moi non plus je me vois mal en serveuse. Je risquerais bien plus de verser le contenue des verres sur les clients énervant qu’autre chose.

Sans parler du fait que je n’accepterais jamais ce genre de job. Mais elle avait besoin d’être rassurée, donc je me pliais à l’exercice de bonne grâce.

-Propre sur lui, Il a surtout ce charisme des personnes qui savent qu’elles plaisent. Mais il reste suffisamment galant pour que ça ne soit pas agaçant. Sinon, il y a de fortes chances que la discussion ai coupé court. Mais bon, ne t’en fait pas. Je ne suis pas encore assez stupide pour tomber dans les bras d’un potentiel futur patron.

Car, finalement, n’était-ce pas de ça dont il était question ? Cela faisait longtemps que je n’avais plus eu d’aventure. Il faut dire que j’étais exigeante, certainement trop. Je n’étais cependant pas assez faible, pour me laisser aller avec le premier venu, ou risquer de polluer une relation qui se devait d’être saine, parce que professionnel. Je lui souris à sa proposition, c’était sympa de sa part. Mais, travailler avec la famille… C’était toujours délicat.

-Nous verrons bien, de toute façon, je dois encore faire quelque entretient avant de prendre une décision définitive. Il faut aussi que je vois les termes du contrat avec lui, si j’accepte. Enfin bon. Et tu sais… Je n’aime pas vraiment être redevable, si je devais travailler pour toi, c’était un peu comme si tu me faisais une faveur. Enfin, j’aurais toujours ça comme filet de sauvetage en tout cas, je m’en rappellerais. Merci.


Je parlais toujours plus avec les gens que j’appréciais. Conversation qui allait d’ailleurs se corser au vue de la main à l’alliance si reconnaissable qui venait de se poser sur notre table. Ma mère. Être en sa présence était toujours un tumulte de sentiment contradictoire, j’étais aussi contente de la voir, que je redoutais de parler avec elle. La mine d’Alice semblait se rembrunir, il fallait croire qu’elle aussi avait du mal avec mes parents. Je ne pouvais que la comprendre.

-Bonjour toutes les deux. Comment Allez-vous ? Ho Gab, ma chérie tu m’as tellement manqué. Pourquoi tu ne viens plus à la maison ?

Question stupide…Je lance un regard de détresse à Alice alors que ma mère m’enlace à m’en étouffer. Ca, ça ne m’avait certainement pas manqué…
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 8
Le calme avant la tempête
Messages : 631
Membre du mois : 4
Je crédite ! : .
Autres comptes : Aucun :D
Le calme avant la tempête
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4422-gabriel-hudson http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4434-gabriel-hudson http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4433-gabriel-hudson
MessageSujet: Re: Tête à tête en famille ! - Gabriel Hudson [Livre III - Terminé]   Mer 2 Déc - 12:46

    J’étais encore dans le rouge, mais mes comptes remontent doucement. La banque m’avait enfin lâché du leste, grâce à l’idée de Damon. Je ne pouvais que lui être reconnaissante. Pas trop non plus, je reste professionnelle, malgré ce que peuvent penser certains. Le mystérieux type souhaitait ouvrir un bar dans le coin alors que la plupart des bars de ma connaissance était soit en difficulté, soit fermé. Il n’était pas simple par les temps qui courent d’ouvrir son propre commerce. J’en savais quelque chose ! Surtout que les commerçants parlent entre eux. On discute souvent de nos difficultés financières et de l’état de l’économie du pays. Je suis plutôt impressionné qu’il y ait encore des gens désirant investir dans notre pays. Je lui souhaitais bien du courage. La tache risquait d’être rude pour Gabriel. Trouver un local devrait pas être trop compliqué mais c'est la paperasse et surtout maintenir une certaine activité qui va poser le plus de difficulté. Le pays va bien finir par se relever, et avec lui notre économie ! Restons optimiste !

    Quant elle me décrit le mystérieux type, je peux sentir qu’elle lui plaît. Elle me rassure en me disant qu’elle ne souhaite pas tombé dans le cliché de l’employé qui sort avec son patron. Je crois l’avoir jamais vu réellement amoureuse. Bien sûr, elle a déjà eu des petit-ami, mais tomber amoureuse ? Non, jamais. En tout cas, je n’ai jamais eu l’occasion de la voir dans cet état de papillon dans le ventre. Un point commun entre nous. Du coup, je m’en f ais pas trop pour elle, et sait qu’elle sera suffisamment raisonnable pour ne pas faire de bêtise.

    C'est normal. Tu es de la famille et il faut savoir se serrer les coudes !
    J’acquiesce lorsqu’elle accepte que je sois comme son filet de sauvetage. Si elle ne trouve pas de boulot, elle pourra compter sur mon soutien. Je n’allais certainement pas lui claquer ma porte aux nez. Elle était ma petite cousine, c'était normal de l’aider. Bon je ne ferrais pas ça avec tous les membres de ma famille, comme par-exemple ma chère Tante Miriam qui s’approche de notre table. Son regard perçant de reproche me crispe le corps. Je réponds d’une voix morne.

    Bonjour tante Miriam, je vais bien merci !
    Répondis-je en essayant de me détendre sur mon siège. Je regarde ma tante prendre sa fille dans ses bras. Ce qui me donnait l’envie d’appeler sur le champ ma propre mère pour lui dire combien elle pouvait me manquer.

    Et toi comment vas –tu ?
    Question de pure politesse. Miriam ne pouvait pas me voir pour plusieurs raisons : Tout d’abord j’étais né hors mariage (s’ils savent pour mon vrai père, ce serait le scandale de la famille et je passerai en tête de liste devant ma tante surnommée la veuve noire), mon adolescence fut plutôt mouvementée et le comble de tout je n’étais pas une bonne chrétienne. Ah ! J’allais oublier. Le crime entre tout, ma mère croyait en la déesse Gaïa. Culte païen ! Bref, je n’étais pas une personne avec qui on pouvait trainer.

    Je vais bien merci Alice
    Elle aborde ce sourire faux avec une certaine élégance. Je la soupçonne de s’exercer tous les jours devant le miroir. Ce n’est pas donné à tout le monde de paraître bienveillant.
    Je n’ai pas beaucoup de nouvelle de Rosalie. Est-ce qu’elle va bien ?
    Maman va bien. Elle a beaucoup de travaille, sa boutique tourne plutôt bien.
    Toujours à tirer les cartes et à invoquer les esprits malins
    Toujours
    Par pure provocation je ne démens pas les activités de ma mère. Je souris à ma tante avec une pointe d’arrogance. Ma mère tire les cartes, mais n’invoquait pas les esprits du diable mais plutôt ceux de la terre. D’ailleurs ma tante préfère se tourner sur sa fille chérie. Je doute qu’elle laisse passer ma provocation.

avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tête à tête en famille ! - Gabriel Hudson [Livre III - Terminé]   Sam 5 Déc - 13:31

Respiration, l’air réussi de nouveau à entrer dans mes poumons. Je tapote le bras de ma génitrice, un peu gênée. Je n’étais pas aussi tactile qu’elle, de moins plus depuis longtemps. J’avais, par conséquent, le plus grand mal à supporter ces marques d’amour plus qu’exubérante. Si elle s’en était contenté, ça aurait pu aller, mais non, il en fallait toujours plus. Nous avions ça en commun, je l’avoue, cette tendance à croire que nous avions raison. C’est ainsi qu’elle jette son dévolue sur ma cousine, qui n’a rien demandé…
Le ton qu’elle emploie pour parler à Alice me hérisse le poil. Elle ne me trompera pas, Alice non plus d’ailleurs, je ne pense pas. Un soupir bruyant soulève ma poitrine, me massant l’arête du nez, je fixe ma mère du coin de l’œil, en colère.
Si elle commençait comme ça, je n’allais pas lui faire la politesse de me tenir correctement. Ce n’est pas comme si l’attitude soumise de l’enfance dictait toujours mon comportement. Je la fusille du regard. Ces faux-semblants sont fatiguant. J’aurais pu avoir une conversation tranquille avec quelqu’un sans qu’elle ne vienne y fourrer son nez pour me dire de la façon la moins discrète, ho combien ce genre de personne n’était pas fréquentable. Non, forcément, c’était trop demander…

Et quel genre d’ailleurs ? N’était-ce pas elle l’hypocrite dans l’histoire ? Je ne savais pas ce qu’elle reprochait à Alice. Surtout quand on connaissait la jeunesse qu’elle avait pu avoir, elle n’était pas la sainte qu’elle prétendait être…
C’était se foutre de la gueule du monde.
La grosse croix en argent oscille pendant qu’elle parle. J’ai envie de l’arracher, le nom de sa secte y étant gravé dessus. Ça m’insupporte… elle devrait le savoir, mais la connaissant, elle a eu vite fait de l’oublier. Elle ne retenait jamais que ce qui l’arrangeait.

Vous voyez, je vous l’avez bien dit, un amour vache. Je l’aimais, c’était ma mère, mais elle me tapait sur les nerfs à une vitesse prodigieuse. Surtout quand elle venait interrompre un moment agréable.


-Sérieusement… Ça fait quoi… 5 minutes ? Même pas. Si tu n’aime pas quelqu’un ne l’approche pas, un point c’est tout, tu aurais attendu 10 minutes, je serais venue te saluer et tu aurais évité d’énerver deux personnes.

Ma mère se redresse prenant un air outrée, faussement peinée. Ca aurait presque put être comique si elle n’avait pas été aussi désagréable avec Alice.

-Voyons, de quoi tu parles ? Je t’aime ma chérie, Alice aussi et je ne suis pas le moins du monde énervée. Allons.

Je lui lance un regard septique, alors qu’elle s’excuse de mon comportement auprès de ma cousine, lui assurant encore une fois de sa sympathie la plus sincère. Dans un sens elle ne mentait pas, elle avait de l’affection pour Alice, mais par devoir plus qu’autre chose. Comme elle l’avait dit, ma cousine était de la famille et en bonne croyante, il fallait aimer les gens, surtout sa famille. Bref, ce n’était que jouer sur les mots, cette hypocrisie me donnait des nausées…

-Maman, s’il te plait, on était en train de parler…

-Je voulais simplement te dire bonjour, et te donner ça, viens nous voir dès que tu peux, tu nous manques.


-Oui oui, je viens te voir après et papa aussi. Je précisais, il était plus calme que ma mère, mais si je pouvais éviter à Alice une autre rencontre agréable, autant le faire.

Je l’expédie un peu brusquement après avoir pris ce qui semble être un flayers. Je le survole et je pense qu’on peut dire, définitivement, que ma soirée a été pourrie.
J’avoue que recevoir de la pub de leur secte malsaine des mains de ma propre mère avait un goût bien âpre sur ma langue. Ils n’étaient pas prêts d’en sortir et vu à quel point elle était enthousiaste… si je devais aborder le sujet cela finirait en dispute. Je tentais pourtant régulièrement de leur faire ouvrir les yeux à ma mère et à mon père. Ils faisaient les sourdes oreilles en se cachant les yeux de leurs mains.
C’était ridicule.

-Désolé Alice, je froissais le papier dans un même temps, lui souriant sans vraiment en avoir le cœur. Tu voulais peut-être récupérer cette magnifique pub sur la journée « porte ouverte » de l’église de mes parents. Ils semblent avoir des activités époustouflantes pour éveiller ton âme à dieu. Qui sait, je suis foutue, mais il n’est peut-être pas trop tard pour toi.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 8
Le calme avant la tempête
Messages : 631
Membre du mois : 4
Je crédite ! : .
Autres comptes : Aucun :D
Le calme avant la tempête
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4422-gabriel-hudson http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4434-gabriel-hudson http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4433-gabriel-hudson
MessageSujet: Re: Tête à tête en famille ! - Gabriel Hudson [Livre III - Terminé]   Mar 8 Déc - 17:54

    Malaise, avec un sentiment de rage sourde. Je devrais avoir l’habitude avec le temps. Ce n’est pas la première fois qu’un membre de la famille (surtout ceux qui considère mon train de vie comme répréhensible aux yeux du divin) essaye de me blesser par des petites piques mesquines. Bien que je ne me montre rien de ce que je ressens, j’avoue que ça me blesse. Si je me m’étais à hurler de rage ou pleurer comme une petite fille, ils en deviendront plus forts. Ce que je ne souhaite pas. Je fixe ma tante sans détourner mon regard, lui adressant un petit sourire poli. Ma mère m’en voudrait de perdre mon calme. Avec la famille, on se devait de faire des efforts, même s’il nous tape littéralement sur le système. Miriam et Rosalie étaient des femmes très opposés l‘une de l’autre. Ma mère est fantasque, Miriam plus … posée dirons-nous. Il est étrange de penser qu’elles sont sœurs.

    Brusquement, Gabriel s’énerve. Je reste stoïque, la laissant remettre sa propre mère à sa place. D’un côté, j’étais contente qu’elle prenne ma défense et de l’autre, je trouvais ça embarrassant. Je me crispe sur ma chaise. Je n’aimais pas être au centre d’un conflit entre deux personnes. J’aime la paix dans ce monde et surtout dans mon environnement le plus proche. Je ne voulais pas que Gabriel se prenne la tête avec sa mère. C'est avec élégance que ma tante fait sa tête d’innocente. J’uis sur que ça marche nickel à l’église. Elle ne voyait pas de quoi sa fille parlait, prenant un air outré. J’avais envie de rire ! Au lieu de quoi, je bois ma bière tranquillement.

    Comprenant qu’elle n’était pas le bienvenue, ma tante tourne les talons, laissant au passage un flayer. Je regarde Miriam rentrer dans le bar. Je me sens soulager adressant un sourire à Gabriel. Elle s’excuse pour le comportement de sa mère. Je lève la main.
    C'est rien !
    Ce n’était rien. Ce ne serait pas la première fois, ni la dernière, et Gabriel ne pouvait pas jouer à la police avec ses parents à chaque fois qu’il me rencontre (ou avec quiconque). On n’avait pas des fêtes de familles tous les jours, je devrais pouvoir survivre à quelques attaques.

    Je regarde la brochure, et retiens un rire. Mon oncle et ma tante sont tombés dans une secte. Je ne sais pas à quel moment ils sont passés de catholique basique à fanatique. Je suppose qu’avec la guerre cela n’a pas arrangé les choses. Je soupire.
    Je crois que c'est également foutu pour moi ...
    - Riais-je en m’imaginant parmi eux. Je ne savais même pas si je croyais réellement à dieu, ni à la déesse que ma mère vénère. Pourtant, lorsque je chasse et tue un petit lapin ou coupe une plante, je remercie les esprits pour leurs offrandes. Ma mère m’avait éduqué dans ce sens, du coup j’ai pris l’habitude. – A moins qu’ils ferment les yeux sur mes années de délinquantes juvéniles, ou du fait que j’ai fais une pub à moitié à poil pour un parfum, ou que je ne crois pas en dieu … - Je réfléchis en pensant qu’il me serait facile d’allonger la liste. – Je me suis toujours demandé pourquoi toi tu n’as pas rejoint tes parents dans leurs délires ? Je ne t’ai jamais demandé ce que tu penses réellement des créatures qui vivent parmi nous.
    Lui demandais-je en terminant ma bière d’une traite. Elle était différente de ses parents mais je sais qu’elle n’aime pas forcément les créatures qui vivent parmi nous. Et lui avouer qui était réellement mon père fut un moment particulièrement difficile.

avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tête à tête en famille ! - Gabriel Hudson [Livre III - Terminé]   Jeu 10 Déc - 20:51

-Tant que tu as le compte en banque peu importe ton passif. Je suppose.

Alice était l’une des rares personnes avec qui je me sentais de parler de mes parents. Je réussissais même à plaisanter sur ce sujet oppressant. A vrai dire, il n’y avait pas grand monde de mon entourage qui était au courant.
Dans la famille, c’était autre chose, c’était dur de passer inaperçu quand ils faisaient leur pub à chaque repas familial. Seulement voilà, personne ne semblait mesurer le gouffre dans lequel ils étaient tombés, ou alors tout le monde faisait semblant de ne rien voir. Il ne fallait pas espérer de l’aide de la part des autres, la plupart n’était présent que pour t’enfoncer encore un peu plus ou t’aider à humilier autrui. Ce n’était jamais bien glorieux.

Ma cousine aborde un sujet sensible, je joue un instant avec mes cheveux, attendant la fin de sa phrase que je connais d’avance. La substance de la question était évidente. Qu’est ce que je détestais aborder ce genre de sujet, il ne faisait que donner une réalité un peu plus solide à ces fables grotesques. En parler, c’était admettre leur présence et j’avais été confronté d’un peu trop près pour être saine d’esprit. Mes épaules se relâchent et s’affaissent légèrement en signe de réédition. Je ne me voyais pas m’esquiver après les remarques de ma mère. Je lui devais bien ça, même si je savais que la réponse n’allait pas lui plaire.

Elle m’avait touché deux mots sur son frère, la nature de son père biologique. J’aurais préféré ne pas savoir, mais à l’époque, je n’avais été qu’une oreille attentive, elle n’avait pas eu besoin de conseils, elle avait eu besoin de parler à quelqu’un. Un exutoire pour laisser échapper cette frustration qui aurait certainement réussi à lui pourrir le cœur. Aujourd’hui, j’étais obligée de jouer franc jeu, je n’avais aucune envie de lui mentir.

-C’est un peu délicat de te répondre. J’ai toujours trouvé ces milieux très hypocrites. Quand j’étais gosse, je voulais faire plaisir, être conforme aux désirs de la famille, de mes parents. Au final ca m’a plus bouffé qu’autre chose, la preuve avec ces rêves stupides…. Quand je m’en suis rendue compte, j’ai juste arrêté de faire semblant, je ne voulais plus faire partie de cette mascarade grotesque. Les faux sourires, ce besoin malsain de critiquer les autres pour se sentir meilleur. La religion aussi. Ca faisait partie du lot.

Comment pouvait-on demander à quelqu’un de croire en un dieu, de suivre ces préceptes, quand la plus basique de ces paroles n’était pas, le moins du monde, respectée par ces suivants ? C’était illogique, stupide, impensable. Les grandes lignes de conduites étaient admirables, pleins de bons sentiments. Malheureusement, le bon est l’ennemie du bien. Personne ne pardonnait son prochain, personne n’était plus capable du respect le plus élémentaire, d’ouverture d’esprit. Leur non sens m’avait sauté à la figure et m’avais donné la nausée, je ne voulais clairement pas devenir comme eux.

-En ce qui concerne le surnaturel, disons que moins je suis en rapport avec et mieux c’est. Je n’aime pas l’idée que des fables soient réelles. J’ai l’impression qu’elles n’ont pas leurs places en ce monde. Depuis qu’elles se sont révélées, c’est le chaos, selon moi, c’est bien une preuve que tout ça aurait dû rester dans notre imaginaire.


Cela évitait des rencontres malencontreuses avec des foutus vampires qui s’ennuyaient… j’avais eu ma dose de surnaturel pour toute une vie. Je ne comprenais vraiment pas comment les gens pouvait vouloir que des êtres si effrayants partagent leurs vies, deviennent un quotidien banal. Ces bêtes n’avaient rien de banales … Mon point de vue était assez difficile à expliquer en fin de compte...

-Sans vouloir te vexer bien sur, mais je n’aime vraiment pas ça. C’est beaucoup trop… incontrôlable et par conséquent dangereux, pour qu’on s’amuse à les côtoyer comme si de rien n’était.

avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 8
Le calme avant la tempête
Messages : 631
Membre du mois : 4
Je crédite ! : .
Autres comptes : Aucun :D
Le calme avant la tempête
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4422-gabriel-hudson http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4434-gabriel-hudson http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4433-gabriel-hudson
MessageSujet: Re: Tête à tête en famille ! - Gabriel Hudson [Livre III - Terminé]   Lun 14 Déc - 17:31

    Mon oncle et ma tante ont perdu pied mais pas Gabriel. Pourquoi ? Par simple rébellion de l‘autorité parentale, ou est-elle suffisamment intelligente pour garder l’esprit ouvert ? Quelque soit la réponse, je lui suis reconnaissante de pas être tombé dans le fanatisme. J’aurais pu également tomber dans ce système de haine aveugle après la mort de mon beau-père Tobias, mais non. Je n’aime pas les vampires, c'est un fait ! Ma haine est galvanisée par ma colère. J’ai vu ce vampire femelle s’attaquer à Tobias, lui arracher la gorge avec ses crocs. J’ai essaye de l’empêcher de continuer. Je suis autant en colère contre cette créature que sûr moi. Humaine. Faible. Pourtant toute cette frustration ne m’a jamais donné envie de rejoindre un groupe radical. J’ai participé à des réunions du HCV, sans jamais prendre partie à leurs idées radicales. Au fond de moi, j’étais trop gentille pour me radicalisé. Je suppose qu’on pourrait voir cela comme une faiblesse. J’écoute ma cousine me parler d’hypocrisie, de plus faire semblant, de plus faire partie d’une mascarade. Je comprends ce dont elle me parle, son ressenti.

    Tobias était catholique et ma mère était … je sais même pas comment qualifier sa religion ?! Elle croit en Gaïa, qui serait plus proche du druidisme, je suppose. Elevé dans ce milieu ne m’a pas aidé au mieux. Un pied chez les païens, un pied chez les catho’ ! Je suis une indécise perpétuelle. Je ne crois pas en Dieu, enfin pas vraiment. Je ne crois pas vraiment en Gaïa, mais par habitude, je fais des trucs que m’a inculquer ma mère. Quant Gabriel me parle des êtres surnaturelles, il me semble sentir comme une peur chez elle. Ce n’est pas la première fois que j’ai cette impression. Elle est dérangée par toutes ces questions sur les créatures qui vivent près nous ; Ce qui me rappelle combien il a été difficile pour moi de lui parler de mon père et de ses origines lycanthrope. Elle ne souhaitait pas me vexer, et je comprends facilement qu’elle ne souhaite pas qu’on aborde à nouveau ce sujet.

    Je côtoie des créatures surnaturelles, beaucoup sont des amis. Un loup-garou, des métamorphes, je n’en suis pas sûr mais je crois que Rhys est un vampire. Je n’en ai pas la confirmation. Si cela s’avère exacte, notre relation amicale allait certainement en prendre un coup. Du coup, je préfère garder la tête dans le sable et faire comme si de rien n’était. Faire l’autruche me parait une bonne solution par moment. Je n’étais pas d’accord avec Gabriel, il y avait rien de dangereux à avoir des liens avec des êtres surnaturels. Encore de la peur de sa part. Dois-je vraiment lui imposer mon point vu ? Je n’avas pas envie de me mettre Gabriel à dos. Je buvais ma bière en silence.

    Il n’y a pas de mal, tu ne me vexes pas ! Je m’excuse de t’avoir posé cette question.

    J’avais rompu ce silence un peu tardivement, et je voulais m’excuser de l’avoir mis mal à l’aise. Ce n’était pas le but. Je relève mes yeux noisette sur ma bière et constate qu’elle était vide. Je frappe sur la vitre du bar et montre à une serveuse qui passe par là, ma bière. Elle comprend rapidement que j’avais besoin d’être ravitaillé, et me fit signe en levant le pouce. Je mime avec mes lèvres des remerciements et reporte mon attention sur Gabriel.

    Il est vrai que depuis la grande révélation … - fis-je ne repensant aux vampires – … nos vies ont été pas mal chamboulé. – Un doux euphémisme. – Parlons plutôt de grand-mère et du cadeau que tu lui as fait ? J’ai cru voir la machine à pain que tout le monde se refile à chaque occasion.
    J’étais persuadé que c'était la même. Lors de l’anniversaire de grand-père, la machine à pain était là, idem lors du mariage d’une petite cousine et pareil pour la fête des mères de l’une de mes tantes. J’étais contente que pour mon anniversaire je ne faisais rien en famille. Peu de chance de me voir déballer la fameuse machine à pain.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tête à tête en famille ! - Gabriel Hudson [Livre III - Terminé]   Lun 4 Jan - 15:38

Comme attendue, mes propos heurtent la demoiselle. Je le vois à ces épaules qui se contractent légèrement, sa tête qui se penche un peu pour cacher ses mâchoires serrées. Un comportement inconscient, mais que j’ai appris à déchiffrer. Il faut dire que le temps était toujours un bon allié pour savoir quoi observer avec nos proches. Je savais son ascendance particulière. Bien sur qu’elle ne pouvait pas être de mon avis. Son père biologique, son frère (un étranger) étaient des personnes qui faisaient parties de son monde. Dont elle avait cherché la compagnie pour réussir à se construire autrement. Une famille qui avait eu le bon sens de la rejeter. Ce n’était pas quelque chose qui se disait, je resterais donc muette sur ces détails. Mais pour moi, ils avaient fait le bon choix, le seul choix, s’ils tenaient vraiment à elle.
Pourtant, rien n’était jamais aussi simple, les gens gravitent les un autour des autres, même les monstres.

-Il n’y a pas d’excuse à avoir. Pas avec moi. J’aurais pu ne pas répondre, donc ne t’en fais pas va. C’est juste qu’avec mes parents, je préfère m’en tenir à des choses plus terre à terre et à ma porté.


Si nous devions nous excuser à chaque mot porté par la curiosité, nous ne nous en sortirions pas. Les humains étaient ainsi faits, curieux et blessant. Elle m’avait posé une question, je lui avais répondu. Alice n’avait pas aimé ce que je lui avais dit. Devrais-je aussi m’excuser ? C’était un cercle sans fin et monotone, un jeu dans lequel je ne voulais pas rentrer. C’était gaspiller son énergie inutilement.

Alice demande à se refaire servir, pour ma part j’avais eu ma dose. Elle survole le sujet des créatures, en change et passe à des futilités. Rester superficiel était le meilleur moyen de se protéger, je la laisse mener la danse. C’était une stratégie que j’utilisais souvent. Cela m’évitais d’aborder trop en profondeur les sujet à éviter. Je me savais assez obtus (et elle aussi) pour m’enflammer jusqu’au point de nous discuter. Nos vies respectives étaient assez compliquées pour qu’on veuille gérer celle des autres.

-Honnêtement ? Je n’ai rien amené du tout. Elle est trop vieille pour avoir autant de cadeau et réellement en profiter. Et puis je n’avais pas envie de lui en faire un. Mais bon, ca reste entre nous.


Je n’étais même pas sûre qu’elle se rappelait de qui lui avait offert quoi d’une année sur l’autre. Avec la marrée de cadeau sans valeur aucune, elle finissait fatalement par confondre les visages et les présents.

-Je sais que nous ne sommes pas d’accord sur le sujet, mais fais quand même attention à toi.


J’avais, parfois, ce petit côté mère poule. Peut-être en avais-je hérité d’Alice elle-même. Mais, si je pouvais lui éviter de se faire défigurer par son frère ou son père. Autant le faire. Ce n’était que des mots, qu’elle n’écouterait certainement pas. Mais au moins pourrais-je me dire que j’aurais essayé. Piètre consolation, là encore hypocrite, mais je ne pouvais vivre sa vie à sa place. Je n’avais pas à faire ces choix à sa place.

-Entre moi et mon mystérieux peut-être patron et toi avec le reste… Ba en fait il ne faut pas chercher, c’est de famille d’être dans des situations louches.


Spoiler:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 8
Le calme avant la tempête
Messages : 631
Membre du mois : 4
Je crédite ! : .
Autres comptes : Aucun :D
Le calme avant la tempête
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4422-gabriel-hudson http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4434-gabriel-hudson http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4433-gabriel-hudson
MessageSujet: Re: Tête à tête en famille ! - Gabriel Hudson [Livre III - Terminé]   Lun 11 Jan - 22:00

    Gabriel n’avait rien amené à grand-mère. Moi je me suis contenté d’un bouquet de fleur. De belles lys blanches, avec des roses rouge et du feuillage pour le contraste. Le cadeau basique et efficace. J’ai installé mon bouquet dans un coin, fait le bisou d’usage et reçu la caresse sur la joue. Brave fille. Dés que c'était fait, je m’étais isolé pour éviter le questionnement rudimentaire sur ma vie privé des membres de ma famille : « alors tu n’es plus avec Ian ? ; Qu’est ce qui sait passé ? Tu as trouvé quelqu’un d’autres ? ; Fait attention à ton horloge biologique. ». Enfin bref, des questions que j’évite soigneusement. Ma famille n’était pas la pire mais leur enthousiasme à vouloir tout savoir pouvait relativement me mettre mal à l’aise. Là seule personne qui manque à ce tableau était ma mère. Elle me manquait et d’un autre côté j’étais contente qu’elle soit à Londres. Si elle avait été là, j’aurais eu droit à un interrogatoire. Avec les autres j’aurais pu m’en sortir avec des réponses vagues mais avec ma mère … impossible. De plus, j’ai toujours l’impression qu’elle lit en moi comme dans un livre. Le privilège d’une mère, je suppose.

    Je tique lorsque Gabriel me fait part de ses inquiétudes. Elle était adorable. Si j’avais eu une sœur, j’aurais aimé que ce soit elle. Elle est déjà ma cousine, c'est déjà pas mal. Faire attention ! Je crois que même lorsque je faisais preuve de prudence, je me retrouvais dans les ennuies.
    Ne t’en fais pas, je ferrais attention ! - La rassurais-je. – Mon karma est avec moi en ce moment … enfin pour ce qui est de ma boutique. Grâce à un avocat Damon Black, j’ai la possibilité de vendre mes produits faits maison pour un casino.
    Je ne sais pas pourquoi, je lui parlais de cette affaire avec Damon. Je pense que c'est pour la rassurer. Pour qu’elle sache qu’il se passait des choses positives dans ma vie. En vendant mes produits faits maisons j’avais une chance de voir mon chiffre d’affaire augmenter. Surtout à un casino, c'est presque un miracle d’avoir une telle opportunité. Ce qui est étrange, c'est d’avoir une telle opportunité grâce à ce type. Les mystères du karma. Il y a tout de même un truc qui me chiffonne chez lui.

    Je ne sais pas pourquoi il m’aide … il était là pour recouvrir une dette que je dois à la banque … et d’un seul coup il m’aide. Il prétend que c'est pour s’aider lui-même. Que son client était trop chiant … et que pour être tranquille, il veut m’aider à trouver l’argent.
    L’avantage avec Gabriel c'est qu’elle est bien plus terre à terre que moi. C'est une pragmatique. Moi mon esprit est comme un sac de fille n’ayant pas été rangé depuis des mois. Bref que du bordel. Je crois que je n’ai pas assez de recul concernant cette histoire.

    J’arrive à sentir lorsqu’un mec me balade mais avec lui … je ne sais pas trop quoi en penser. Est-ce que tu as déjà ressenti cette impression sur un homme ? Tu vois … un homme qui te semble bien mais ton intuition n’arrête pas de te lancer des signaux contradictoires ? J’ai envie de croire en lui, en ce qui me dit …
    Je ne sais pas ce que pourrait me dire Gabriel de plus. Peut-être me rassurer sur mes impressions ? J’avais besoin de lui pour sauver ma boutique. Damon est séduisant et il sait montrer courtois, bien qu’il soit arrivé avec sa grosse bagnole polluante en faisant grincer ses pneus devant ma boutique.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tête à tête en famille ! - Gabriel Hudson [Livre III - Terminé]   Jeu 21 Jan - 17:14

Son assurance devrait me rassurer, cependant, je n’arrive pas à la croire. Elle était de ce genre de personne à être rarement irréfléchie. Mais à tomber dedans à chaque fois lorsqu’il ne fallait surtout pas l’être. Ce qui avait pour fin des dommages collatéraux aussi inattendus que catastrophiques. Oui, bon, j’exagérais légèrement. J’aimais ma routine, ma vie bien rangée et parfois les écarts de la jeune femme me paraissait complètement surréaliste. Il ne m’en fallait pas beaucoup. Je rejetais facilement ce qui était incompatible avec la tranquillité. C’était peut-être pour ça que je n’arrivais pas bien à établir des liens solides avec mon entourage.
Il faut dire que j’avais de bonnes raisons d’éviter que quiconque ne rentre dans mon intimité. J’avais le sommeil agité de rêves, dont je ne voulais pas parler. Une famille… particulière. Finalement, on en revenait toujours aux mêmes points. Comme un serpent qui se mord la queue, et j’étais incapable de me sortir de ce cercle vicieux. C’était pathétique. Au moins Alice avançait, la ligne n’était pas vraiment droite. C’était tout un détail, mais elle n’en revenait pas toujours au même point.

-C’est une bonne chose. Finalement, toi aussi, tu as des opportunités par des inconnus. Je ne suis pas sure que tu m’ais déjà parlé de ce type. En tout cas, ça devrait gonfler ton activité, c’est bien, non ?


Pour moi, c’était une bonne nouvelle, avoir des ressources de côtés étaient toujours préférables. Cependant, tout dépendait des contraintes que cela pouvait engendrer. Elle était seule juge de ce qui pouvait être bien pour elle et je n’avais aucune envie de lui mettre une pression inutile en la guidant sur une direction qui, finalement, lui pèserait.

Peut-être que c’était aussi ce qu’il me fallait pour avancer. Un boulot. Quelque chose pour m’occuper, élargir mes horizons. Si j’arrivais à m’entendre avec mon patron, ça serait déjà un bon pas et au moins plus personne ne me dirais rien sur mon caractère soit disant irascible et glacial. En ça, le personnage de Luke était ce qui me conviendrait le mieux. De ce que j’avais vu en tout cas.

-Si tu veux mon avis. Soit il veut coucher avec toi, soit il a un grief un peu plus important qu’un simple ennuie avec cette personne, soit… les deux. Dans tous les cas méfie-toi, c’est jamais une bonne idée de se mettre ce genre de personne à dos.

Et c’est exactement le genre de conseils que je serais incapable de suivre. Peut importe le métier d’une personne. Si on vient m’ennuyer d’une quelconque façon que ce soit, avance irrespectueuse comprise, j’avais tendance à les remettre à leur place. Et ce n’était jamais vraiment gentil. J’étais franche et la douceur n’avait jamais vraiment fait partie de mon caractère. Du moins pas dans ce genre de cas. Enfin, Alice divergeait, j’étais persuadée qu’elle s’en tirerait bien.
Dans tous les cas, elle pouvait compter sur moi. J’espère qu’elle le savait.

-hmmm… c’est un peu compliqué. Sur ce plan-là, nous sommes différentes, Alice. J’ai tendance à très peu m’appesantir sur ce que je ressens. Je favorise la sureté. Mais dans un sens, s’il y a bien une chose qu’il serait stupide d’ignorer c’est bien ton instinct non ? Ça serait un peu comme ne pas donner de crédibilité à ce que tu penses. J’ai du mal à faire confiance aux autres donc bon… je ne suis pas sure d’être de bons conseils, mais si tu commences à ne pas te faire confiance, ca va devenir difficile. Si tu ne sais vraiment pas quoi faire… hé bien attends encore un peu. Sans passer ton temps avec lui, ne le fuis pas et forge toi une opinion sur laquelle tu pourras t’appuyer.

Je lui fais une petite grimace, confuse. Je n’étais pas vraiment douée pour ce genre de conversation. Je savais que ma conception du relationnel n’était pas… disons, commune. Ce n’était surement pas adapté à quelqu’un comme Alice ,qui arrivait à s’entourer facilement. J’aurais été elle, je n’aurais pas cherché à comprendre, je l’aurais éloigné de mon intimité au moindre doute. Mais voilà, elle n’était pas moi. Là encore nous en revenions au même point.

-Pourquoi, il t’intéresse ce type ? Le professionnel mis à part.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 8
Le calme avant la tempête
Messages : 631
Membre du mois : 4
Je crédite ! : .
Autres comptes : Aucun :D
Le calme avant la tempête
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4422-gabriel-hudson http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4434-gabriel-hudson http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4433-gabriel-hudson
MessageSujet: Re: Tête à tête en famille ! - Gabriel Hudson [Livre III - Terminé]   Mar 26 Jan - 14:26

    Carrément ! C’est une excellente chose. Peut-être que ça m’ouvrira d’autre porte.

    Pourquoi pas un autre casino ? Ça serait génial de pouvoir fournir un autre établissement en produit de ma confection. C'est une opportunité que Damon m’a servit sur un plateau. Je devais fournir des lotions, du savons pour un peu plus d’une centaine de chambres puis il y avait la réfection de nouvelles chambres, où on m’a demandé des produits spécifiques pour de la détente. Il s’agit d’un hôtel de luxe. Si mes produits sont appréciaient par la clientèle, il y avait de grande chance d’en vendre en grande quantité. J’étais une commerçante, et pour la suivit de ma boutique j’étais prête à me lancer dans cette aventure. J’avais hâte et j’étais effrayer de la proportion que pouvais apporter une telle opportunité. J’ai peu réfléchis aux conséquences de devoir quelques choses à Damon. Je tique lorsque Gabriel me fait part de ses hypothèses. Il veut peut-être juste coucher avec moi.

    Je ne sais pas s’il veut vraiment coucher avec moi. Je trouve qu’il se donne beaucoup mal si c'est le cas

    Je reste sceptique. Je connais des hommes qui se donneraient pas autant de mal. Je ne vois pas Damon me demander de coucher avec lui en mettant sur la table le fait qu’il m’a aidé ; Il était agaçant et trop sûr de lui pour son propre bien. C'était également un homme qui semble apprécier les belles choses. Il était aussi complexe. Il conduit une voiture outrancière, et semble aimer mes orchidées. Peut-on aimer les plantes, les fleures et les choses aussi néfaste pour la nature qu’une voiture de sport ? Comme s’il était deux hommes très différents. Elle a raison sur un point, il n’est pas bon de ce mettre un avocat à dos. Contenu de mon caractère peut commode, il y a des chances pour qu’il m’en veuille un jour ou l’autre. Où pas. Mon intuition ? J’ai un certain flair avec les mecs, mais en ce moment même lorsque je sais qu’il ne faut surtout pas approcher d’un type, j’y vais. Va comprendre ! Il était peut-être temps de reprendre le dessus.

    Tu as raison. J’ai toujours fait attention avec les hommes, je devrais me refaire confiance dans ce domaine. Qu’est ce qui pourrait m’arriver de pire, que je tombe sur un déséquilibré. Ce ne sera pas la première fois.
    – en songeant à Malcom, et à Ian qui m’a péter littéralement un boulon. D’ailleurs, je suis plutôt contente que ni l’un, ni l’autre ne fasse partie de ma vie.

    Elle avait encore raison, je devais prendre mon temps concernant Damon. Apprendre à la connaître, voir si sa proposition ne cache rien derrière. Voir s’il est sincère. Je pense que oui ! Oulà, je ne m’attendais pas à ce qu’elle me pose une telle question. Est-ce que je suis intéressé par Damon ? Je garde le silence un moment, fronçant mes sourcils. Je réfléchissais à la réponse la plus adéquate et la plus sincère à donner.

    Damon est un homme très séduisant … - Le « très » était peut-être de trop. J’aurais du me contenté de « séduisant ». – Il est agaçant, arrogant, et toujours cette suffisance comme s’il était toujours sûr de lui. Je trouve ça très énervant. Mais j’avoue que ça lui donne beaucoup de charme. - Avouais-je doucement.

    La serveuse revient en prenant la liberté de ramener deux bières. Je ne fis aucun commentaire lorsqu’elle les posa sur notre table avant de disparaître. J’attends qu’elle soit rentrée dans l’établissement avant de reprendre notre conversation.

    Ce n’est pas pour ça que je lui tomberais facilement dans les bras.
    Il me plaisait, c'était dit mais ce n’est pas pour ça que je ne serais pas prudente. Si je tombais dans les bras de chaque homme que je trouvais séduisant, je ne m’en sortirais pas. Les coups de cœur ça me connaissait mais le véritable amour avait tendance à me filer entre les doigts. Mon portable se mis à vibrer. Je jette rapidement un œil sur mon écran. Il m’indiquait que je ne devais pas oublier mon rendez-vous chez une amie qui habitait dans le centre d’Edimbourg. Vive la technologie. Je pose mon portable et reporte mon attention sur Gabriel.

    Il va falloir que je parte d’ici quelques minutes. Veux-tu que je te ramène chez toi ? Où peut-être as-tu prévu de rentrer avec tes parents ?
    Lui demandais-je en buvant ma bière.
Spoiler:
 


avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tête à tête en famille ! - Gabriel Hudson [Livre III - Terminé]   Lun 1 Fév - 20:12

-Ne dis pas ça de façon tellement désinvolte. Il peut tout de même être dangereux, qui sait ?

Je lui faisais confiance pour s’éloigner d’une telle personne si elle s’avérait potentiellement déséquilibrée. Cependant, de nos jours rien n’était plus aussi facile, tout un chacun pouvais se révéler bien pire qu’un simple psychopathe en vadrouille. J’avais presque envie de lui demander à ce qu’elle me le présente pour me rassurer. Je n’étais ni sa mère, si sa sœur, alors je fermais ma gueule. Pour une fois… Si elle savait les efforts que je faisais pour ne pas l’étouffer, elle en serait peut-être surprise. Qui veillait sur qui ? Elle était plus vieille et me traitait parfois comme sa cadette, tantôt les rôles s’inversait. J’étais moins encline à me laisser porter par mes sentiments, c’était peut-être pour ça qu’il lui arrivait de se reposer sur moi. Ou alors ce n’était que mon égo qui aimait à se flatter tout seul.
En toute honnêteté… c’était parfaitement possible.

-Le stéréotype du bad boy. En même temps, une personne qui sait ce qu’elle veut, c’est rassurant. C’est peut-être pour ça que les parfaits connards séduisent autant de filles. Mais si tu ne lui trouve pas plus de qualités, je crois que c’est un peu foutu niveau relationnel.


C’était pour ça qu’elle se prenait le chou. Elle avait un penchant pour lui. Il aurait était hideux, difforme avec un furoncle sur le nez, elle n’aurait même pas abordé le sujet. Le monde était ainsi fait et dès que les hormones travaillaient l’univers entier devenait encore plus incompréhensible. De mon point de vue, toute relation professionnelle se devait de le rester. Le cas d’Alice était un peu particulier, mais c’était peut-être une raison supplémentaire pour ne pas s’impliquer plus en avant. Sa dernière remarque me tire un sourire et je ne peux m’empêcher de lui lancer un regard amusé. Je n’avais pas parlé de lui tomber dans les bras, non, simplement de son intérêt. Il y avait fort à parier que j’en entendrais de nouveau parler de ce Damon. Pour le meilleur ou pour le pire

-Ha oui ? Bizarrement, j’en suis pas si sur. Rappel toi juste que ce n’est pas sa vantardise qui est garant de ces capacités.

Ma voix se fait taquine. Ce n’est pas une provocation, plus un défi. Je prenais volontiers le pari qu’elle flancherait, ou qu’il y aurait plus que de simple rendez vous administratif. J’espérais juste que cela ne finirais pas en queue de poisson. Surtout que, comme je l’avais dit. Un plan cul, pourquoi pas, mais si cela devait être décevant… Alors il n’y avait aucun intérêt. Le ratio risque intérêt n’était franchement pas profitable. Surtout en prenant compte des emmerdes qu’il pourrait lui attirer par la suite.

-Je veux bien que tu me déposes. Je commence un peu à étouffer ici. Trop de monde, trop d‘histoire. Enfin bref.

Et avoir la famille qui voulait absolument me caser avec quelqu’un. Ma mère qui plus est avec ces charmants jeunes hommes croyants et vides…inintéressants. Me disant comment je devais me comporter, être plus douce, docile et j’en passais. Que des inepties à me faire sortir de mes gonds. Ce dont je me passerais volontiers.

Spoiler:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 8
Le calme avant la tempête
Messages : 631
Membre du mois : 4
Je crédite ! : .
Autres comptes : Aucun :D
Le calme avant la tempête
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4422-gabriel-hudson http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4434-gabriel-hudson http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4433-gabriel-hudson
MessageSujet: Re: Tête à tête en famille ! - Gabriel Hudson [Livre III - Terminé]   Ven 5 Fév - 21:25

    Le pays ne semble produire que des hommes déséquilibrés. En tout cas ça fait un moment que je n’ai pas rencontré un homme normal, sans problème psychologique ou n’ayant pas une enfance compliquée. C'est comme si je demandais la lune. Au fond, j’espérais que Damon malgré ses défauts soit quelqu’un qui au final s’avère « normal » ; Genre un homme sans déviance aucune ; et en cela je ne parle absolument pas d’une caractéristique surnaturelle mais bien de psychologie. Je n’ai même pas envie d’avoir un prince charmant, juste quelqu’un avec qui je me sentirais bien. Damon, dangereux ? Cette conversation me fait prendre conscience que je voyais Damon comme un potentiel petit ami. * Enlève-toi ça dans la tête Keane !*. Non, j’avais une relation plus que professionnel avec lui et ça en restera là. On ne mélange pas le boulot avec le plaisir.

    Il n’y a aucune chance.
    Ma voix se fit plutôt légère. D’ailleurs, je tire la langue en direction de Gabriel avant de sourire. Damon était un partenaire professionnel. Au mieux, il deviendra un ami. Ce n’est pas comme si je n’avais pas l’habitude de me faire des amis hommes. Pathétique. Lui tomber dans les bras ? Si nous n’étions pas en affaire, peut-être … pourquoi pas … non. Je ne sortirais pas avec lui. Enfin, je crois. Je sais plus. Et puis merde ! Je n’avais plus envie de parler de l’avocat. Puis il y avait Malcom. Pourquoi je pensais à cet enfoiré ? Là encore j’étais paumé. Idiote.

    Ma cousine me fait part de son envie de partie loin d’ici et avec moi de préférence. Je comprenais parfaitement sa position. Nous étions des filles libres, célibataires et pas encore en cloque. Le scandale. Je me lève accompagné de Gabriel, laissant ma bière non fini sur la table. J’avais trop bu, mais pas assez pour être ivre. Nous faisons un rapide au revoir à la famille et disparaissons rapidement pour rejoindre ma voiture qui ressemblait à une épave. A se demander comment elle tenait encore le coup. Quoiqu’il en soit s’était avec une confiance aveugle pour ma petite voiture adorée, que nous prenons la route.
FIN
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 3
Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Messages : 766
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c) Aelou
Localisation : Boutique Herboristerie
Caractère : Douce - Imprévisible - Souriante - Tenace - Compétitrice - Audacieuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Spoiler:
 


Humeur : Rester Zen !!
Autres comptes : Samuel / John

Douce et fragile, ne veux pas dire faible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tête à tête en famille ! - Gabriel Hudson [Livre III - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Tête à tête en famille ! - Gabriel Hudson [Livre III - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Résultats surprenants [ft. Gabriel Hudson]
» « Tout le genre humain n'est qu'une famille dispersée sur la face de toute la terre. » [Livre II - Terminé]
» Justin Gabriel Vs Mark Selling Vs Rob Van Dam Vs Alex Price Vs Curt Hawkins Vs Drew McIntyre
» La famille summers c'est comme Dallas... xXx Gabriel
» Gabriel de Halleux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Edimbourg
 :: Port de Leith :: Chez Andrew
-
Sauter vers: