AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
À la recherche des vampires perdus
MessageSujet: À la recherche des vampires perdus   Ven 13 Nov - 21:52

La monarchie vampirique allait mal. Julien, Constance… Krystel elle-même, qui attaquait le BACA et ne semblait pas être la Reine qu’elle avait été. Démêler ce qui lui était arrivé aller prendre du temps, du temps que nous n’avions pas pour asseoir l’autorité de Morgane. Une autorité qu’elle n’avait pas. Je ne pouvais me leurrer à ce sujet, si elle était suffisamment puissante pour être crainte, elle n’était pas encore assez rodée pour asseoir la légitimité de sa position. C’est pourquoi, à défaut de pouvoir charmer les rares anciens vampires encore en vie, nous devions nous rapprocher des jeunes. Résultats des années sanglantes ou de vampires dissidents, peu importait. Il était impératif que nous les ayons de notre côté, qu’ils rejoignent l’armée de la Reine, et qu’ils soient formés. Formés à ne pas manger n’importe qui et surtout à le faire en toute discrétion, formés au maniement des armes, formés à la défense à crocs nus… Ils ne pouvaient être laissés de côté.

C’est pourquoi je me rendais au CrazyFish. Pas que j’affectionne ce genre de lieux, mais de jeunes vampires paumés pouvaient s’y noyer à leur guise dans la luxure et la décadence sans que nul n’y regarde à deux fois. Les humains en redemanderaient même sûrement. Les évènements de février n’avaient pas freiné l’appétit de certains pour le surnaturel, alors que toute personne normalement constituée se terrerait chez soi. Toujours est-il que, si cela pouvait paraître vain comme recherche, pas mieux que de chercher une aiguille dans une botte de foin, je pourrais aisément repérer les vampires dans toute la foule. Il suffisait d’une petite morsure, pour qu’ils libèrent leurs pouvoirs vampiriques, et que je ressente ces derniers. Sans doute serais-je submergée, plutôt, et j’aurai surement du mal à démêler les différents flux de pouvoirs.

Je revêtais une robe moulante mais très simple : je devais être suffisamment ‘bien’ habillée pour entrer, mais pas trop pour ne pas attirer l’attention, et dévoyer celle de mes potentielles cibles sur moi. Le trajet ne me prit que peu de temps, et je m’attablais avec un verre que je ne boirai pas, observant la foule.

_________________
“There are people in this world who deal only in extreme. It's naive to think that anything less than extreme measures will stop them.” (Arrow)


Rewards & stuff:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 11
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Messages : 5725
Membre du mois : 8
Je crédite ! : Avatar : Ash | Nao (signature) | Kanala (rewards)
Localisation : Le cimetière
Humeur : Sanguine
Autres comptes : Alexis Prudence Lindon
Modératrice
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À la recherche des vampires perdus   Mar 17 Nov - 21:53


Je ne sais pas trop ce que je fiche ici. La musique bat son plein et j'ai un verre à la main auquel je n'ai pas touché depuis que je suis entré dans le club. Je regarde autour de moi avec attention, essayant d'occulter cette sensation croissante de ne pas du tout être à ma place. Ce n'est pas surprenant vu le lieu où je me trouve. Je n'ai pas souvenir d'avoir jamais aimé trainer dans les clubs ou autre. Enfin, il y avait bien sûr les bars où j'ai pu trainer les rares soirs de permission que les Années Sanglantes nous laissaient mais c'était loin de ce que je peux voir maintenant.

J'ai hésité un moment avant de venir là mais la curiosité a été plus forte que le reste. J'ai bien évidemment omis de prévenir Astrid qui l'apprendra bien assez tôt et qui me fera une crise dès que je repasserais par chez elle. Si elle m'ouvre la porte ce qui, au vu de la danseuse qui se trémousse autour d'une barre de pole dance, est de moins en moins probable. Je finis par avaler une gorgée de cet espèce de cocktail multicolore que j'ai eu le malheur de choisir. J'aurais du prendre une bonne vieille bière, ça au moins ça aurait été bien moins ridicule que ce truc avec un parasol rose.

En fait, si je suis là, c'est à cause de Mac Carthy. Enfin oui, de base, c'est sa faute si je suis dans cette foutue armée vampirique maintenant, ça c'est un fait établi même si je ne suis pas persuadé qu'il ait accepté de gaité de cœur mon arrivée en Ecosse. Mais, pour le coup, c'est surtout qu'il m'a parlé de ce club et du fait qu'on pouvait y trouver de jeunes vampires tout fraichement sortis de leur cocon. Et il m'a aussi laissé comprendre qu'il serait pertinent de sonder un peu plus cette population pour savoir à quel point la dissidence au sein de la monarchie vampirique a pris de l'ampleur. Après tout, si les jeunes doivent se faire recruter, autant essayer de deviner par qui et de quelle façon. Ca permettra peut-être de suivre des pistes si j'arrive à trouver mon bonheur parmi la foule de clients venus se rincer l'œil, danser, boire ou faire je ne sais quoi dans les mauvais quartiers de la ville.

L'espace d'un instant, je m'imagine aller interroger les gens, l'air de rien, leur demander si ce sont des vampires, s'ils sont juste là pour profiter du spectacle, s'ils veulent bien me parler de ce qu'ils ressentent dans le chaos ambiant et si on a essayé de les recruter. Le truc totalement improbable et qui colle tellement à ma personnalité.

Je réprime un soupir et je finis par m'installer au bar, lorgnant sans conviction sur ce cocktail et finissant par héler un serveur pour lui réclamer une bière. Je me sentirais peut-être déjà plus à mon aise comme ça. Et étonnamment, quand je serre la pinte entre mes mains, ça va déjà un peu mieux. Comme quoi, Astrid a raison, j'ai des vrais habitudes de vieux quand je m'y mets.

Mon regard capte alors celui d'une jeune femme dont le verre est tout aussi plein que le mien, attablée à quelques chaises à peine de moi. J'esquisse un sourire amusé. A croire que je ne suis pas le seul qui n'est pas là pour m'amuser. Peut-être qu'elle est en chasse, allez savoir. Si l'idée me parait saugrenue, d'un coup, je me rends compte qu'elle n'est peut-être pas si idiote que ça. Je la fixe alors avec un peu plus d'attention, retrouvant mon sérieux habituel sans même m'en rendre compte. Et je mets bien quelques secondes, beaucoup trop d'ailleurs, à réaliser que je dois la regarder depuis trop longtemps pour passer inaperçu.

Merveilleux, qu'est ce qu'elle va bien pouvoir s'imaginer maintenant ?
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 16
Coups du Destin: 5
Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Messages : 394
Membre du mois : 20
Je crédite ! : (c) Stalker mind.
Caractère : Ambitieux - dévoué - attentif - sarcastique - charmeur - loyal - menteur - rigide - pragmatique - manipulateur
Autres comptes : Sasha

Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À la recherche des vampires perdus   Lun 4 Jan - 19:41

Il était plus qu’incertain que je fasse chou blanc, ce soir. Je ne sais réellement depuis combien de temps je me trouve ici, à fixer ce verre, à tenter d’arborer un semblant de normalité en le faisant tourner sur lui-même pour observer les nuances du liquide ambré qu’il contient, sans le boire. Peut-être passais-je pour une alcoolique en rémission, qui se soumet à la tentation, comme un défi. Comme une preuve que sa volonté était plus forte que ça. J’aurai pu rire de l’absurdité de la chose, si je ne désirais pas faire profil bas. Oh, ce serait un bon moyen de passer pour une folle et de pousser les gens à m’ignorer, mais je ne recherchais pas la moindre miette d’attention. L’odeur de whisky qui me parvenait du verre me plaisait. C’était une boisson que j’affectionnais de mon vivant.

Le bar n’est pas loin de la table que j’ai choisie, si bien que je peux voir tous les gens, humains ou non, de passage. Tous les vampires qui semblent tenter d’alcooliser leurs potentielles victimes, avec plus ou moins de discrétion. Ceux qui, bien insouciants, posent leurs crocs sur le cou de leurs victimes en un geste si furtif qu’il ne peut qu’échapper aux humains inattentifs, mais qui est inconscient en sachant que l’on peut les épier, chercher à trouver quelque chose de suspect, un moyen de blâmer les nôtres. Les alcôves ne sont pas parfaites, mais elles préservent un minimum des regards indiscrets, indésirables. Des gens qui, sans réellement voir quelque chose mais uniquement le soupçonner, seraient prompts à accuser et à initier une vendetta contre les créatures nocturnes que nous sommes.

Je laisse faire, cependant, pour le moment, m’efforçant de graver son visage dans ma mémoire, pour y faire attention s’il part. Il a besoin d’être recadré, mais ne fait rien d’excessif. Pour le moment, du moins. Qu’il saigne l’inconsciente qu’il a choisie et la laisse pour morte, et les choses seront différentes. Je m’arrête dans ma contemplation, quand je sens un regard sur moi, vois ce visage dirigé vers moi, du coin de l’œil. Je le fixe à mon tour, sans rien dire, avant de me lever et de le rejoindre.

« Votre gorge est-elle desséchée, de ne pas s’abreuver, ou bien est-ce ma silhouette qui vous laisse trop songeur pour vous laisser le loisir de parler ? »

On faisait mieux, comme intervention, mais cela m’indifférait. Il n’avait pas l’attitude typique d’un dépressif ou déprimé venant boire, et ne me semblais pas correspondre à la décadence des habitués des lieux. Était-il ici par hasard ?

_________________
“There are people in this world who deal only in extreme. It's naive to think that anything less than extreme measures will stop them.” (Arrow)


Rewards & stuff:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 11
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Messages : 5725
Membre du mois : 8
Je crédite ! : Avatar : Ash | Nao (signature) | Kanala (rewards)
Localisation : Le cimetière
Humeur : Sanguine
Autres comptes : Alexis Prudence Lindon
Modératrice
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À la recherche des vampires perdus   Lun 11 Jan - 11:18


Difficile, pour ne pas dire impossible, de savoir à quel point les humains sont consentants ou non ce soir. Les vampires essaient de se faire plus ou moins discrets, avec un succès tout relatif. Je me demande à quel point les gens sont dupes, surtout dans un endroit comme celui-ci. Mais, après, tout, la plupart entrent ici en connaissance de cause non ? En tout cas, c’est l’impression que j’en ai depuis mon arrivée. Tout le monde joue son rôle et il serait difficile de prouver que les vampires ont forcé qui que ce soit. L’alcool qui coule à flot aide très certainement, même si la fascination que peuvent exercer ces créatures a tout autant d’impact sur les humains.

Voilà bien quelque chose que je n’ai jamais compris, sans même compter mon aversion pour les vampires depuis ce qui est arrivé à Astrid. Cette envie de les côtoyer, pire, de devenir l’un d’eux m’a toujours laissé passablement perplexe. Mais, comme aime à le répéter mon ancien mentor, il faut de tout pour respecter l’Equilibre et je peux difficilement me faire juge de cette façon de fonctionner.

Pour autant, si je ne peux pas condamner, je peux cependant surveiller les dérapages qui ne devraient pas manquer ce soir. Et voir les réactions des gens alentours, s’ils approuvent ou s’ils essaient d’arrêter leurs compatriotes. La différence est pour le moins importante, surtout en ces temps troublés. Je me demande aussi, non sans curiosité, comment réagissent les humains venus ici en avisant leurs pairs se faire vider de leur sang. Ont-ils réellement conscience des conséquences sur leur propre existence ? Est-ce qu’ils s’en moquent, tout simplement ? Impossible de le savoir tant ils semblent confus et prêts à se jeter dans les bras du premier vampire venu.

La jeune femme que je fixe depuis un moment déjà me remarque. Le contraire aurait été étonnant, je n’ai pas été particulièrement discret, autant le dire tout de suite. Mais son attitude m’intrigue. Elle semble comme moi, là pour observer et non pas pour se divertir, que ce soit en offrant sa gorge au premier vampire venu ou, à l’inverse, à se trouver un humain consentant pour refaire le plein.
Elle finit par s’approcher de moi et par m’aborder. Je désigne le siège à coté de moi alors que je la fixe de bas en haut et je laisse filer un sourire en coin à ses questions avec un haussement d’épaules.

"Allez savoir, c’est peut-être un mélange des deux, votre silhouette se fond difficilement dans le décor. Et puis, j’ai comme l’impression d’être l’une des rares personnes en ce lieu qui n’est venue que pour boire un verre, il y a de quoi être un peu déstabilisé et en oublier de vider son verre, vous ne croyez pas ?"

Je désigne son verre plein et mon sourire se fait plus amusé. Reste à savoir si ce verre plein n’est là que pour faire bonne figure et si elle cherche autre chose ou si je m’adresse à une simple humaine.

"Vous n’avez pas l’air de beaucoup vous divertir. Pourtant, il y a de quoi faire ici non ?"

Venant de moi et vu la mine peu enjouée que j’ai arborée depuis que je suis entré dans le bar, la remarque peut-être pour le moins risible. Mais je suis curieux d’entendre sa réponse et surtout, du fait qu’elle m’ait abordé de la sorte.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 16
Coups du Destin: 5
Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Messages : 394
Membre du mois : 20
Je crédite ! : (c) Stalker mind.
Caractère : Ambitieux - dévoué - attentif - sarcastique - charmeur - loyal - menteur - rigide - pragmatique - manipulateur
Autres comptes : Sasha

Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À la recherche des vampires perdus   Lun 25 Jan - 1:37

Ce vampire pèchera-t-il, par excès de gourmandise ? Subira-t-il le courroux de la Reine, en saignant une humaine sans qu’aucune circonstance ne le contraigne à agir ainsi ? Oh, je mentirai en disant que je ne me délecte pas de cette hypothèse. Il est si facile d’entrainer sa propre perte. Même pour un vampire. Un vampire juvénile, du moins, comme celui que je fixe, celui dont j’attends le moindre faux pas. Mon sourire grandit, semblant uniquement amusé, presqu’innocent. On pourrait croire que je me remémore un heureux moment, ou simplement que mon téléphone qui vient de s’allumer – pour une notification de l’application du Scotland Herald’s, qui m’indiffèrera probablement – me montre un message d’un ami particulièrement hilarant. Il est tellement aisé de paraître normal – avoir des réactions stupides et ridicules que l’on ne contrôle pas, siroter devant un verre perdu dans ses pensées dans une certaine mélancolie… Même si je dénote des autres clients du bar, je ne suis pas anormale. Je me fonds, d’une certaine manière, dans le décor. Pour ceux qui ne sont là que pour passer une bonne soirée, au moins. Cela a de bon, dans un bar, que le panel d’énergumènes s’y rendant est vaste.

Je ne passe pas cependant inaperçue si longtemps. Je détecte légèrement ce regard pesant sur moi, du coin de l’œil, avant de me décider à le confronter, délaissant mon jouet et potentiel fautif à punir. Un sourire aux lèvres, une phrase bateau, une voix qui peut sembler détendue, une trace d’humour sans en faire trop… S’il était n’importe qui, dans ce bar, il se laisserait abuser, détendre, amuser, par cela. S’il n’est pas n’importe qui, ce qu’il n’est pas, sinon il ne m’aurait pas dévisagée comme ça, il attisera ma curiosité. Bien qu’il semble parfaitement humain et très simple. Toujours est-il qu’il a affronté mon regard sans ciller, en voyant que je l’avais repéré. Peu auraient eu cette force. Alors oui, il m’intrigue.

« Ou peut-être êtes-vous particulièrement attentif à ceux qui ne se conforment pas exactement à la clientèle habituelle de ces lieux. »

Je ne m’offusque pas de son regard, qui me dévisage, qui va de ma tête à mes pieds, comme s’il pouvait voir mes os. J’en ai l’habitude, même si ce n’est pas une œillade charmeuse et appréciatrice, qu’il y pose. Peu importe. Je m’assois cependant sur le siège à ces côtés. La soirée promet d’être bien plus intéressante qu’elle ne devait l’être, de prime abord. Ou aussi morne, mais je pouvais tolérer cela. Et je pouvais malgré tout converser, en continuant d’observer la salle, aussi cela me convenait très bien. Je m’accoudais au bar, avec une certaine agilité qui ne tromperait personne quant à ma nature, souriant légèrement – amusée, et peut-être impertinente aussi. Un rôle, ou peut-être bien des relents de celle que j’avais été auparavant. Un acte, à ma manière, certainement.

« Ne connaissez-vous donc pas la réputation de cet endroit ? Il semblerait bien que seulement boire un verre n’entre pas dans les préoccupations de la plupart des clients des lieux. Mais les corps effeuillés progressivement des danseuses sur les podiums, ainsi que les tenues légères des serveuses auraient peut-être du vous mettre la puce à l’oreille. Mais je comprends qu’un physique aussi atypique, ou attirant que le mien, ait pu vous empêcher de les remarquer. »

Je hausse cependant les épaules alors que je lui réponds, en un réflexe parfaitement humain et naturel. Si cela peut lui éviter de me prendre pour la vilaine vampire que je suis – ce qu’il n’a pas besoin de savoir -, autant jouer le jeu. Sans que je ne sache pour autant son opinion aux sujets des miens. Il dénote malgré tout au milieu de cette clientèle disparate, et il est possible qu’il ne porte pas les vampires dans son cœur. Peut-être est-il simplement là pour provoquer un carnage. Il a cependant l’air bien plus mesuré que ça. Un observateur, curieux ou intéressé ? Une question à laquelle je ne saurai répondre, pour le moment.

« Il est bon de se souvenir de ses anciennes habitudes, comme celle de siroter un verre de whisky aux côtés de feu mon mari. Je n’apprécie plus cette boisson, mais son odeur me subjugue toujours autant. Une seule goutte, cependant, contribue à faire naître un malaise certain, en moi. Aussi vaut-il surement mieux que je me contente de regarder cette délicate et splendide couleur ambrée, avivée par les faisceaux lumineux surnaturels utilisés ici. Cela lui donne un aspect étrange, mais hautement hypnotique. »

Comme si je le savais. Étant une vampire, je ne pouvais succomber à l’hypnose vampirique, et mon scepticisme quant à l’hypnose humaine – pratiquée par des charlatans, j’en étais certaine – m’empêcheraient surement d’y être sujettes. Il serait cependant assez amusant de forcer un hypnotiseur à me soumettre à l’exercice, lui-même sous contrainte de mon hypnose. Aussi ne se souviendrait-il pas de la « séance ». Je laissais échapper un rire, pour moi seule, avant de l’expliciter au jeune homme. « Je me demandais si les vampires ici présents succomberaient à l’hypnose humaine, comme leurs proies consentantes succombent à la leur. C’est une expérience fort amusante à mener, si vous voulez mon avis. »

Je le fixais dans les yeux, souriant malicieusement en entendant sa question. Il touchait juste. Mais je pouvais lui retourner sa question. Je n’en faisais rien, cependant.

« Je crois que l’observation est une vertu. Peut-être que je suis simplement en train d’attendre le bon moment, la bonne personne, pour me divertir. Peut-être même est-ce vous, finalement. Cette conversation ne me semble pas si commune que cela, bien que je ne puisse pas affirmer ce qu’il en sera ensuite. Mais vous devez rejoindre mon opinion sur les bienfaits de l’observation, ou être bien décidé à passer une soirée morose dépourvue de divertissement, très cher ? »

Je déposais mon verre sur le comptoir, souriant de manière énigmatique en ne lâchant pas du regard l’inconnu – presque tout aussi énigmatique. « Freyja. Et vous ? »

J’ai hésité un instant, à dissimuler ma réelle identité. Donner mon nom d’humaine, ou un autre forgé de toutes pièces. Ce ne serait pas la première fois. Pourtant, s’il vit ici, il ne manquera pas de me voir à la télévision, éventuellement. Ou non, tout dépendrait de nombre de choses. Peu importait.

_________________
“There are people in this world who deal only in extreme. It's naive to think that anything less than extreme measures will stop them.” (Arrow)


Rewards & stuff:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 11
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Messages : 5725
Membre du mois : 8
Je crédite ! : Avatar : Ash | Nao (signature) | Kanala (rewards)
Localisation : Le cimetière
Humeur : Sanguine
Autres comptes : Alexis Prudence Lindon
Modératrice
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À la recherche des vampires perdus   Jeu 25 Fév - 19:17

Alors que je continue de regarder autour de moi, je me demande qui sont les vampires des humains et, chez les vampires, qui va donc faire partie de ces dissidents, de ceux contre lesquels nous luttons pour préserver l'Equilibre.

D'un coup, la soirée change un peu de ton quand je remarque que je ne suis pas le seul venu ici pour observer. Une humaine curieuse ou une vampire aussi en chasse ? Difficile à deviner comme ça, sans l'aborder. Mais l'assurance qu'elle dégage et la façon dont elle répond à mon regard peut quand même me mettre sur la voie. Des années d'observation également, quand bien même ce n'est pas ma spécialité mais plutôt celle d'Astrid.

"C'est possible. Vous ne vous conformez donc pas à la clientèle habituelle si je suis votre raisonnement. Pourtant, il serait plus flatteur pour vous de dire que vous êtes bien plus remarquable que la plupart des femmes présentes ici non ?"

J'ai un sourire en coin alors qu'elle s'installe à mes cotés avec une souplesse qui me conforte dans l'idée que je commence à me faire quant à sa nature. Je ne dis rien évidemment, ce serait idiot de la pointer du doigt et de la désigner vampire alors qu'elle semble mettre un point d'honneur à paraitre aussi humaine que possible. Visiblement, je dois aussi dénoter de la clientèle habituelle. Probablement parce que je ne suis pas en pâmoison devant un vampire à attendre qu'il plante ses crocs dans mon cou. A cette pensée, mes mâchoires se crispent légèrement et je me masse la nuque inconsciemment avant de reporter mon attention sur la femme assise sur le tabouret voisin du mien.

Mon sourire se transforme en un rire amusé alors que je jette un regard aux alentours.

"Et bien, je suis nouveau en ville, je ne suis pas encore au fait de tout ce qui peut se dire sur cet établissement. Pourtant je pensais qu'il n'y avait rien de mieux que de boire tout en contemplant des femmes de plus en plus nues à mesure que les portefeuilles se vident et que la soirée s'avance. J'ai donc raté quelque chose ?"

Je me penche vers elle, ajoutant, la mine narquoise.

"Et ne me faites pas croire que vous cherchez un compliment sur votre physique, je ne vous croirais pas. Ce n'est pas comme si vous en aviez besoin après tout."

Elle me raconte alors pourquoi ce verre, cet endroit. Sa version pourrait être tout à fait crédible et sortir vraiment de l'ordinaire. Je pourrais presque croire à la veuve éplorée mais je fronce légèrement les sourcils à certains de ses propos qui dénotent d'une histoire que pourrait raconter une simple humaine. Je souffle alors, non sans curiosité.

"Une seule goutte et pourquoi ça ?"

Mais je jette un regard à ce verre, admirant sans m'en même m'en rendre compte les reflets qu'elle évoque et me perdant l'espace d'un instant avant de sursauter au reste de ses propos. Je laisse filer un silence, la regardant avant de répondre, d'un ton tranquille.

"Jusqu'à que je puisse assister à de l'hypnose vampirique, j'avait tours été persuadé que c'était surtout une question d'état d'esprit. Que certaines personnes, si elles y croyaient vraiment, se laisser manipuler l'esprit sans trop de difficultés. A la différence des vampires avec leurs proies dont le mental ne peut rien pour les sortir de là. Vous voudriez tenter l'expérience ?"

J'ajoute alors, mon sourire se faisant franchement amusé.

"La question est, de quel coté seriez-vous ?"

Elle a une façon vraiment amusante, intéressante, ou je ne saurais trop comment la qualifier, de parler de cette étrange rencontre qui est la noter. Alors, forcément, j'entre dans son jeu, non sans perdre de vue ce qui se passe autour de nous. Je ne saurais dire si elle fait vraiment ça pour passer le temps ou pour éviter que je sois trop attentif aux alentours, aucune option n'est à négliger, surtout que je ne connais même pas son nom. Je hoche pourtant la tête à ses propos avant de rétorquer, avec tout autant de malice.

"Une vertu oui. Liée à la patience. Et j'en manque parfois d'après certaines personnes. Peut-être suis-je aussi en train d'attendre la bonne personne pour deviser avec moi sur les méfaits de l'alcool sur les comportements de nos semblables et pour voir comment chacun peut réagir dans un endroit tel que celui-là. Mais je ne peux pas garantir que je pourrais me montrer aussi intéressant si je commence à vider mon verre par contre, je préfère vous prévenir tout de suite."

Je la fixe à mon tour, me morigénant intérieurement. Si elle est bien ce qu'elle prétend être, la regarder de la sorte serait un peu suicidaire. Mais elle semble suffisamment se contrôler pour que la soirée ne dérape pas, en tout cas je l'espère. Alors je continue de la regarder, lui rendant un sourire miroir du sien avant de souffler, sur le même ton.

"Noah. Est-ce que je sombre directement dans la banalité si je vous demande l'origine de votre prénom ? Je suis curieux et ça colle avec le coté observateur non ?"

Mon sourire s'est fait plus large alors que je remarque qu'elle a déposé son verre, toujours plein, sur le comptoir.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 16
Coups du Destin: 5
Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Messages : 394
Membre du mois : 20
Je crédite ! : (c) Stalker mind.
Caractère : Ambitieux - dévoué - attentif - sarcastique - charmeur - loyal - menteur - rigide - pragmatique - manipulateur
Autres comptes : Sasha

Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À la recherche des vampires perdus   Lun 29 Fév - 17:00

Plus remarquable ? Oh, je n’avais aucun doute à ce sujet là. Mais que cherchait-il, en me l’indiquant ? Me flatter, ou me distraire ainsi ? Que cherchait-il, dans ce bar ? Je le saurai probablement, en continuant à converser avec l’homme à mes côtés. Il y avait, de plus, conversation plus déplaisante.

« Ou alors je fais semblant de ne pas m’y conformer, pour mieux vous séduire, dans le même but que la clientèle ici présente. Ce serait une méthode comme une autre, peut-être un peu plus subtile que celle qui consiste à se jeter sur tout un chacun ou à porter un t-shirt comme celui de la jeune demoiselle par là-bas. Le « Mords-moi » inscrit dessus ne laisse pas beaucoup de place à l’imagination. Pas plus que son décolleté ou sa jupe, qui laissent voir ses sous-vêtements. Mais mes motivations et envies, vous ne pourrez surement pas en avoir le cœur net. »

Je lui adressais un clin d’œil, alors que je prenais place sur le siège vacant à proximité du sien. Si je l’importunais, il saurait me le dire, j’en étais persuadée. Ou peut-être était-il trop poli pour cela. Mais je ne m’étais jamais arrêtée à de telles choses, et s’il ne pouvait s’exprimer sur une chose qui le dérangeait, alors ça n’était pas mon problème. Je hausse un sourcil, en le voyant se tendre presque imperceptiblement. Je garde le silence à ce sujet pour autant, embrayant sur les lieux dans lesquels il se trouve, souriant en retour à son rire.

« Oh, c’est un spectacle aussi plaisant qu’un autre, pourvu qu’il soit fait avec un peu de sensualité. Le corps féminin est sans doute la huitième merveille du monde. Bien que celui d’un homme ait des atouts qu’il n’ait pas, tout comme l’inverse est vrai. Mais quant à dire si vous avez raté quelque chose, je ne saurai le dire, tout dépend de ce que vous appréciez, et de ce que vous désirez pour vous détendre. »

Je laisse à mon tour échapper un rire, alors qu’il s’approche de moi. Il n’a pas réellement tort. Pas le moins du monde, à vrai dire.

« Oh, je ne vais pas à la quête aux compliments. J’aime suffisamment mon corps pour ne pas en avoir besoin, en effet. Mais il est toujours plaisant de savoir que l’on plait. Même après plusieurs années. »

Il le comprendrait comme il le souhaiterait. Je ne le pensais pas leurré par le fait que je n’étais pas humaine, loin de là. Ou alors, il était plus naïf qu’il ne le laissait paraître. Nous verrions. Je ne pus que sourire encore davantage, en voyant son air perplexe. J’étais pourtant crédible. Tout ce que je disais était, malgré tout, vrai. Il y avait simplement plus à y voir, mais je n’avais pas menti.

« Ne vous a-t-on donc jamais conté une de ces soirées hautement alcoolisées où, après avoir trop consommé d’un breuvage au point de vous en rendre malade, seul cet aspect là vous reste, et quelle que soit la quantité bue, celui-ci vous est nocif ? Le whisky agit de cette façon, sur moi. »

Je suis son regard, alors qu’ils contemplent le verre que j’expose à la luminosité tout sauf naturelle de l’endroit. Elle pourrait masquer ses reflets ambrés, mais elle les fait au contraire ressortir. C’est une vision assez prenante, et sa réaction m’amuse.

« En avez-vous fait l’expérience vous-même ? Ou avez-vous seulement constaté les réactions des gens, se faisant hypnotiser par un vampire ? Y succomber est surement facilité par l’attraction exercée sur certains esprits. Tous ces gens, par exemple, qui sont fascinés par ces êtres nocturnes. Ne croyez-vous pas que le mental ait un impact, même léger ? Quant au fait de tenter l’expérience… je crois que sentir mon contrôle m’échapper serait bien trop déplaisant à mon goût. Je ne suis pas à même de m’abandonner comme tous ces gens. Mais sans doute serais-je des deux côtés. »

Je ne savais dire s’il comprendrait ce que je voulais dire. Peu importait. Il était beaucoup plus amusant d’essayer de percer ses intentions, en parlant de notre attitude dans ce bar. Il n’y semble pas réfractaire, et il est assez intéressant de tenir cette discussion avec lui.

« L’une n’est pas indissociable de l’autre, bien qu’elles semblent aller de pair, en effet. Mais nous pouvons nous accorder sur le fait que nous n’envisagions pas un tel échange, dans un tel lieu, à défaut de nous accorder sur nos attentes. Quant à l’intérêt que vous représenterez en buvant… Eh bien, ma foi, vous me semblez assez lucide pour ne pas boire jusqu’à vous en retourner la tête ? L’un dans l’autre, votre attitude serait certainement différente, mais pas forcément moins agréable. Laissez-moi donc en juger. »

Il est décidément bien curieux, à soutenir une fois de plus son regard posé sur moi. Je ne serai pas imprudente au point de l’en empêcher ou de le punir pour cela. Non, bien au contraire, autant m’en amuser. Je ne suis pas vampire à punir quelqu’un dont les yeux sont un peu trop attardés sur moi. D’autant que bien des humains sont incapables de faire autrement.

« Vous seriez dans la banalité, si vous estimiez que, parmi tous les prénoms incongrus que portent les enfants nés récemment, le mien était purement banal. Le vôtre ne l’est pas non plus, par ailleurs. Mais en effet, il faut cultiver une certaine curiosité, pour être observateur. Je constate d’ailleurs qu’outre le fait de n’être pas sûr de préserver votre intérêt, vous ne m’avez pas expliqué pourquoi votre verre est toujours intact. Je lui souriais d’un air malicieux. Quant à mon prénom, il vient de la déesse nordique. Je ne sais pas si vous en êtes familier ? »

_________________
“There are people in this world who deal only in extreme. It's naive to think that anything less than extreme measures will stop them.” (Arrow)


Rewards & stuff:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 11
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Messages : 5725
Membre du mois : 8
Je crédite ! : Avatar : Ash | Nao (signature) | Kanala (rewards)
Localisation : Le cimetière
Humeur : Sanguine
Autres comptes : Alexis Prudence Lindon
Modératrice
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À la recherche des vampires perdus   Jeu 10 Mar - 18:41

L’espace d’un instant, alors que j’observe la jeune femme, qui, si je ne suis pas totalement à coté de la plaque, n’est plus jeune que d’apparence, j’ai presque l’impression d’avoir oublié le but premier de ma venue dans ce club. Essayer de mener un peu l’enquête, de tâter un terrain qui nous est pour le moment totalement inconnu ou presque dans une ville où tout semble sur le point de sombrer. En voyant les gens s’agiter autour de moi, j’ai presque l’impression qu’il ne faudrait qu’une pichenette pour les faire basculer du mauvais coté.

Et c’est mauvais, très mauvais. C’est ce que je ressens autour de moi et qui doit probablement être le reflet du chaos qui s’insinue doucement mais surement en Ecosse. Et la vampire, appelons donc un chat un chat, qui me fait face

"Il semblerait pourtant que la subtilité ne soit pas de mise dans ce lieu. Mais visiblement, ce n’est pas ce que les gens cherchent ici de toute façon. Au moins votre méthode sort de l’ordinaire. Et peut arriver à embrouiller n’importe qui dont vous souhaitez vous débarrasser."

J’ai un sourire quand je la vois tout de même prendre place à mes cotés. Je me demande vaguement si elle pourra satisfaire ma curiosité quant au comportement des vampires du coin ou, au moins me donner quelques pistes. Pourtant, difficile de rester totalement stoïque ou donner l’impression que j’apprécie vraiment les vampires quand je songe à ce dont elle peut être réellement capable. Mais on continue de discuter et, si elle a vu quelque chose changer dans mon attitude elle n’en dit rien. Tant mieux, je n’ai pas envie d’avoir ce genre de conversation avec une inconnue. Et vampire qui plus est.

Alors je souris et j’ai un haussement d’épaules à ses propos, fixant un instant une des jeunes femmes qui se déhanche avant de reporter mon attention sur elle.

"C'est un fait. Mais, comme vous le dites si bien, il faut que ce soit avec sensualité. Et pourtant, j'ai comme un doute sur le fait que ce soit un critère de sélection ici. Tant qu'il y a de la peau qui prend l'air, le reste n'a pas l'air d'importer à grand monde. Quant à ce que je peux désirer pour me détendre… une chose est sure, ce n'est pas ici. Mais peut-être est-ce votre cas."

Je lui jette un regard curieux, me demandant brusquement si elle n'est pas en chasse et si, à force de discuter, je ne me montre pas une proie intéressante. Voilà qui pourrait poser un sérieux problème et, pourtant, je continue de discuter comme si de rien était. Je peux difficilement rentrer sans savoir quelque chose, même n'importe quoi ou au moins sans tisser quelques liens pour plus tard, à défaut de savoir la façon dont se comportent les tous jeunes vampires. Et, qui sait, peut-être que la vampire pourrait entrer dans l'une ou l'autre de mes recherches.

Je lui rends un sourire et, après quelques secondes à continuer de l'observer, je souffle, comme pour éviter de laisser le moindre faux-semblant flotter entre nous.

"A croire que c'est quelque chose qui touche toutes les races et pas seulement les simples humains. Pourtant, je pensais qu'avec le temps, c'était un besoin qui pouvait s'estomper. Et ce n'est pas comme si vous ne deviez pas avoir une horde de groupies prêtes à se pâmer devant vous, ne serait-ce que pour ce que vous êtes. Non ?"

Tout en parlant, je désigne d'un mouvement de tête les jeunes hommes et femmes dans le club. Nul doute qu'elle trouverait sans souci un ou deux admirateurs qui n'attendraient qu'un claquement de doigts de sa part. Elle dégage une aura suffisamment importante pour attirer n'importe qui sans trop de difficulté mais semble s'en moquer. Ou alors, elle joue très bien son jeu.

Je secoue brièvement la tête au reste de ses propos, un rien
pensif, réfléchissant à sa question.

"Et bien à dire vrai, non. En tout cas, pas que je m'en souvienne. Mais après, je ne suis guère du genre à boire à un point tel que je ne supporte plus même la vision de cette boisson. Donc il est possible que les gens n'aient pas osé me raconter ce genre d'anecdotes, allez savoir. Mais c'est bien dommage pour le whisky quand même. Enfin, ce n'est pas comme si vous n'aviez pas d'autres boissons à apprécier n'est ce pas ?"

Je lui coule un bref sourire avant de discuter d'hypnose. Voilà un sujet bien délicat Noah, fais gaffe où tu marches quand même. Il ne manquerait plus qu'elle me propose une séance en live. Je laisse filer un silence, cherchant soigneusement mes mots. Ne pas trop en dire qui pourrait lui faire imaginer des choses, surtout pas.

"J'ai assisté à l'expérience et je ne l'ai jamais vécue moi-même. Autant être honnête, je ne vais pas m'en plaindre. Mais si je vous comprends bien, vous affirmez qu'un mental fort peut lutter contre l'hypnose sous toutes ses formes, même vampiriques ? C'est vrai que l'attraction que vous pouvez avoir sur certaines personnes peut effectivement expliquer bien des choses. Mais de là à croire que c'est suffisant ou presque pour justifier les effets de l'hypnose, j'ai tout de même un doute. En tout cas, je suis comme vous, je déteste perdre le contrôle alors il est peu probable que je me porte volontaire pour ce genre d'expérience."

Je ne suis pas sûr d'avoir vraiment compris ce qu'elle entend dans son discours à propos de l'hypnose alors je l'observe curieux, me demandant comment elle va réagir alors que déclare clairement la savoir vampire. Certes ce n'était qu'un secret de polichinelle, et encore, mais c'est généralement le genre de choses qui peut faire changer la tournure de notre conversation. J'ai un sourire amusé à sa réponse et je reprends, sur le même ton qu'elle.

"Ca, je vous l'accorde, je ne m'attendais vraiment pas à ce genre de discussions en venant ici. A dire vrai, je ne sais pas trop ce que je pensais trouver pour être totalement honnête. et je ne compte pas me retourner la tête, comme je vous l'ai dit, j'aime garder toute ma tête, le contrôle, appelez ça comme vous voulez. Et l'alcool n'aide pas à être lucide. Mais que ça ne nous empêche pas de faire semblant de vider nos verres ensemble n'est ce pas ?"

J'attends le moment où elle va finir par s'offusquer de la façon dont je la regarde. J'ai cru comprendre que les vampires n'appréciaient guère la curiosité mal placée mais j'ai envie de savoir jusqu'où je peux aller, sans bien trop savoir pourquoi. Quand nous évoquons nos prénoms, j'ai un bref haussement d'épaules avant de souffler, après un silence.

"Déesse de l'amour et de la beauté c'est bien ça ? Je connais un peu la culture nordique mais uniquement pour pouvoir briller un peu en société. Inutile de dire que le prénom vous sied parfaitement j'imagine, ce serait encore manquer d'originalité."

Et parce qu'Astrid est norvégienne mais je ne compte pas aborder ce point de mon existence avec une inconnue et encore moins une vampire. Moins les gens de cette race en entendront parler, mieux je me porterais. J'agite alors mon verre et je reprends, avec un sourire.

"Quant à pourquoi mon verre est intact. Si vous deviez en deviner les raisons, à quoi pourriez-vous bien penser ?"

J'entends alors quelques bruits un peu plus loin, dans un coin sombre. Une jeune femme qui semble s'agiter et elle n'est pas seule, évidemment. Je fronce alors les sourcils et j'essaie de voir ce qu'il en est tout en essayant de garder un semblant d'attention pour la vampire. Si les choses dérapent vraiment, est-ce que quelqu'un va intervenir ? Et si ce n'est pas le cas, est-ce que je peux me permettre de le faire ?


Dernière édition par Noah Hamilton le Lun 28 Mar - 20:48, édité 1 fois
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 16
Coups du Destin: 5
Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Messages : 394
Membre du mois : 20
Je crédite ! : (c) Stalker mind.
Caractère : Ambitieux - dévoué - attentif - sarcastique - charmeur - loyal - menteur - rigide - pragmatique - manipulateur
Autres comptes : Sasha

Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À la recherche des vampires perdus   Ven 18 Mar - 22:38

Je ne peux m’empêcher de rire, ou plutôt n’est-ce pas mon souhait car j’en serai tout à fait capable, à sa remarque sur la subtilité, et le fait de se débarrasser de gens. Il marque un point. J’acquiesce de la tête, sans rien ajouter. Surement trouverait-il cela bizarre, pourtant je ne songeais ni à l’embrouiller, ni à m’en débarrasser. Si tant est qu’il fasse allusion à lui, en plus des gens peu fréquentables des lieux. Cela dit, s’il me percevait comme étrange ou énigmatique, il l’était tout autant. Avec son air faussement décontracté par moment, ses mimiques crispées et, quelques autres fois, l’air de réellement un peu se divertir. Mais j’ai plus de tact ou de bon sens, plutôt que de le lui affirmer. Peut-être n’est-il même pas conscient du fait que son extrême lenteur, à mes yeux du moins, me permet de déceler beaucoup de choses. Peu importe.

« Disons que les réceptions que j’ai fréquentées et auxquelles j’ai été habituée dans ma prime jeunesse étaient nettement différentes, et plus… subtiles. Bien plus subtiles, et de fait bien plus agréable. Le spectacle ici laisse peu de place à l’imagination ou au jeu. De mon point de vue, évidemment. Mais peut-être ces gens comprendront-ils un jour que le plaisir peut être plus grand encore, à dévoiler progressivement cette peau sur laquelle ils ne laissent aucun mystère. Vous ne semblez pas partager leur point de vue, en tout cas, si j’en crois le fait qu’il ne soit pas dans vos habitudes de venir ici. Et que cela ne soit pas en phase de le devenir ? »

C’est assurément une question rhétorique : il semble mal à l’aise, et déprécier le CrazyFish. À raison, c’est certain. Je le regarde, cachant sans mal ma perplexité, mais sans pour autant me sentir gênée de le scruter. Pourquoi donc est-il réellement là ? Une approche frontale ne m’apprendra rien, mais maintenir cette discussion, peut-être. Il pourrait être n’importe qui. N’importe qui, sauf que cette sensation anormale à son sujet ne me quittait pas. Il n’était pas humain, c’était certain, même si je ne percevais qu’un pouvoir diffus et extrêmement difficile à identifier. Qu’était-il ? Je n’aurai su le dire. Mais ça valait le coup, de poursuivre notre discussion, si je pouvais en savoir plus.

« Vous pourriez assurément me dire si ça vous touche aussi… Mais rassurez-vous, je ne fais guère, comme je vous le disais, la quête aux compliments. Et vous avez tout à fait raison quant au fait que je pourrais avoir une horde de groupies qui ne demande que ça. Ça n’est pas réellement intéressant, cependant. Il n’y a là aucun défi ou la moindre résistance. Si je m’avançais à leur contact, ils pourraient me prier pour que je m’offre une goutte de leur sang. »

Ce n’était pas de la vanité, c’était la pure réalité. Ça ne m’avait pas échappé, en plus de cent ans. Même alors que nous n’étions pas dévoilés. Surtout, en fait. L’aura de séduction et de mystère qui nous entoure naturellement attirait aussi surement que les fleurs attirent les abeilles. Je souris, en l’entendant. D’autre boisson à apprécier ? Mis à part le sang, notre organisme ne supporte rien. Une ou deux gouttes, peut-être… Mais selon les personnes et les groupes sanguins, selon la race de chacun, c’est en effet vrai.

« Disons que si elles sont similaires, les boissons que je peux apprécier peuvent avoir un goût différent selon ce dont elles sont composées. »

Il comprendrait ou non, mais je ne pouvais décemment en dire plus. Connaissait-il les métamorphes ? Il n’en était pas un, ni un loup. Ça ne laissait que les semi-démons, mais il n’avait pas leur attitude destructrice ou provocatrice… Il semblait plus mesuré. Peut-être était-il une moitié de démon où prédominait la partie humaine. Je haussais les épaules, avant de darder de nouveau mon regard sur lui, alors que nous évoquons l’hypnose. Son silence le fait paraître mal à l’aise, mais peut-être me trompais-je.

« Sans y résister de prime abord, je ne serai pas surprise que certains puissent s’en défaire. Mais de là à rencontrer réellement des gens que le mental amène à en effet pallier les résultats de l’hypnose vampirique… Sans doute se comptent-ils sur les doigts d’une main, et encore.

Je ne peux en tout cas que vous louer, de dire ainsi les choses. Une autre que moi, plus immature ou moins à même de se contrôler, pourrait prendre cela pour un défi, et s’empresser de le relever. Rassurez-vous, là ne sont pas mes intentions.
»

Ce n’est que pure vérité. Si j’avais voulu l’hypnotiser ou le manipuler, je l’aurai fait bien avant. Et c’était contraire à ce qui m’amenait ici. Je riais, beaucoup plus franchement qu’auparavant, en l’entendant.

« Très bien, continuant à feindre de consommer le contenu de nos verres, et à converser de manière inattendue. S’ils nous entendaient, les barmaids ne voudraient pas que nous restions, mais peu importe. Au pire, nous pourrons toujours offrir nos verres à la première personne qui passe et en commander deux autres, si cela leur sied mieux. »

Je lui souris, en l’entendant commenter mon prénom. Ce prénom que je me suis choisi, qui me sied parfaitement, depuis que je suis devenue vampire.

« Un point pour vous. Mais je ne relèverai pas le manque d’originalité, seulement le compliment déguisé. Il semblerait qu’elle soit aussi associée à la déesse Athéna, mais j’ose espérer ne pas inspirer cela, alors que l’on me regarde. »

Ou peut-être bien, au contraire, espérais-je incarner la représentation et l’alliance de la déesse qu’il dépeignait, et de celle de la guerre, de la sagesse, de la stratégie et de l’intelligence. Mais je le laisserai décider de la réalité ou non dans cette affirmation.

« Je pourrais feindre croire à l’alcoolisme, qui fait que vous vous confrontez à vos vieux démons. Mais il m’est avis que vous êtes plutôt tenté de donner le change, à quiconque ne serait pas un observateur aguerri, et de faire croire que vous venez siroter un verre dans l’optique de prendre du bon temps. Arrêtez moi si je me trompe. »

Mes yeux se fixent sur la femme qui s’agite, une humaine assurément, entourée de deux vampires. Qu’il lui arrive quelque chose m’importerait peu, si les temps n’étaient pas aussi troubles qu’ils le sont. Et si les vampires se controlaient, ce qui semble n’être que partiellement le cas, si j’en crois leurs pupilles dilatées. Un peu, et leurs crocs vont percer hors de leur bouche. Je ne me lève pas, pas encore.

« Ou peut-être ne buvez-vous pas afin d’être pris d’un élan d’héroïsme, et de secourir les jeunes demoiselles en détresse. »

_________________
“There are people in this world who deal only in extreme. It's naive to think that anything less than extreme measures will stop them.” (Arrow)


Rewards & stuff:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 11
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Messages : 5725
Membre du mois : 8
Je crédite ! : Avatar : Ash | Nao (signature) | Kanala (rewards)
Localisation : Le cimetière
Humeur : Sanguine
Autres comptes : Alexis Prudence Lindon
Modératrice
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À la recherche des vampires perdus   Lun 28 Mar - 21:57

L'intérêt que j'ai pour la vampire pourrait être feint mais c'est tout sauf le cas. Son assurance et sa répartie ont quelque chose de presque fascinant et qui surtout attisent ma curiosité. Quand bien même je ne comprends toujours pas cette obsession que certains peuvent avoir pour sa race, je ne peux pas m'empêcher de vouloir en apprendre plus, ne serait-ce que pour comprendre la façon dont elle fonctionne.
Et pour savoir comment trouver la meilleure parade pour ne pas tomber dans des filets de ce type.

Je laisse filer un sourire à ses propos avant de souffler, non sans amusement.

"Etes-vous en train de sous-entendre que c'est notre monde actuel qui aurait perdu toute subtilité ? Mais je ne peux qu'être d'accord avec vous. J'ai beau être bassement pragmatique dans certains domaines, je préfère de loin quand il faut laisser travailler son imagination. Et il est peu probable que venir ici devienne une habitude, je ne peux que le confirmer. Enfin, si nous concluons que je suis là par hasard, par ennui ou par autre chose, est-ce votre cas également ?"

Elle doit être aussi curieuse que moi quant aux raisons de notre présence ici. Et je suppose qu'elle est comme moi et peu encline à dévoiler le pourquoi du comment elle a débarqué au CrazyFish. Autant le dire tout de suite, à moins d'y être obligé, il est peu probable que je revienne ici de mon plein gré, quand bien même ça semble l'endroit idéal pour trouver des vampires qui ne se contrôlent pas suffisamment et qui pourraient provoquer ce chaos que nous pourchassons sans relâche depuis notre arrivée en Ecosse.

A sa remarque, je garde un silence pensif, l'espace d'un instant, avant de souffler, retrouvant cette mine légère qui m'est si peu habituelle en temps normal mais qui semble convenir à merveille à cette conversation. Avoir l'air trop sérieux et peu affable, je ne risque pas de discuter avec grand-monde et d'apprendre quoi que ce soit.

"Et bien, à dire vrai, s'il y a bien quelque chose que je n'ai jamais fait c'est d'aller à … comment avez-vous dit ? Ah oui, à la quête aux compliments. J'ai suffisamment conscience de ma valeur sans avoir besoin d'être rassuré à ce propos. Quant aux groupies… vous pensez peut-être que ça n'a aucun intérêt mais c'est loin d'être le cas de tous vos semblables, je me trompe ? Ah moins que ce ne soit qu'une passade de jeune vampire qui passe avec le temps…"

Là encore, impossible de croire qu'elle est nouvellement transformée. Elle a trop de retenue et d'assurance pour que je puisse imaginer qu'elle ne sait pas exactement ce qu'elle fait. Je suis curieux, j'avoue et j'aimerais bien savoir qui elle est réellement, même si je ne me leurre pas sur le fait que je ne risque pas de l'apprendre, surtout pas ce soir. Mais les quelques indices qu'elle distille sont pour le moins intéressants.

"Une goutte de sang… promesse d'éternité pour des gens qui n'arrivent même pas à se trouver eux-mêmes. On dirait que ça vous arrive souvent n'est ce pas ?"

Je suis étonné qu'elle réponde à ma question. Oh c'est une demie réponse, évidemment, mais je ne m'attendais déjà pas à tant et je la fixe quelques instants, non sans curiosité.

"Et bien voilà qui a le mérite d'être intéressant. Et je suppose que cela dépend aussi des goûts de chacun en la matière qui doivent bien différer, comme chez les humains, n'est ce pas ?"

Je demande à quel point la race peut affecter les goûts de chacun ou s'il y a encore des critères que je ne soupçonne pas. Voilà qu'on aborde l'hypnose vampirique, autre sujet de curiosité et, je l'admets, d'inquiétude pour moi. Je vais être amené à probablement en fréquenter au quotidien et j'avoue, je n'aime pas l'idée d'être sous le contrôle de l'un d'eux sans pouvoir faire quoi que ce soit contre ça. Je ne sais pas encore à quel point notre lien mental entre illuminatis permet d'échapper à ça ou si, pire encore, cela pourrait permettre à un vampire de prendre la main sur tout un groupe complet. Voilà un sujet qu'il va me falloir aborder rapidement avec la hiérarchie, histoire de savoir à quoi m'en tenir.

Sa réponse m'arrache un sourire en tout cas et je rétorque, un rien pensif.

"Je ne sais pas s'il faut parler de force mental ou de prédilection. Peut-être que justement l'hypnose vampirique ne fonctionne pas sur des personnes dont le cerveau fonctionne différemment. Mais ils doivent effectivement se compter sur les doigts d'une main. Je suppose que vous n'en avez encore jamais rencontré. Quant au reste…"

Je lui jette un regard en coin et mon sourire s'élargit quelque peu alors que je reprends, toujours sur le même ton.

"Heureux de voir que vous ne relevez pas le premier défi venu, surtout de la part d'un inconnu qui si ça se trouve n'attend que ça, allez savoir. Mais je note donc votre maturité, quand bien même je n'en suis pas vraiment surpris."

C'est vrai qu'elle pourrait le faire sans problème, surtout que je ne suis pas en position de force, dans ce bar, à discuter avec une vampire comme si de rien était. Son rire résonne et je lui fais écho alors que j'agite mon verre toujours aussi plein.

"Ah c'est sûr, on va bientôt finir par nous jeter dehors, même si je serais curieux de voir quelqu'un oser vous demander de quitter les lieux. Mais si je peux changer et quémander une bière, même si on va me regarder comme le dernier des sauvages, il n'y a rien que vous pouvez demander de votre coté ?"

Son prénom a le mérite d'être original et il me sera difficile de l'oublier. Visiblement mon compliment ne déplait pas et j'ai un bref haussement d'épaules avant de rétorquer, sur le même ton qu'elle.

"Bien, gardez donc en mémoire le compliment, ça m'arrange. Et pourquoi ne voulez-vous pas être comparée à Athéna ? Il y a pire non ?"

Je laisse filer un nouveau rire quand elle évoque ses conjectures sur les raisons de ma présence ici et je secoue la tête. Pourtant ses théories sont intéressantes et pourraient tout à fait coller à la réalité, elles sont même bien plus crédibles que les réelles raisons qui me poussent à errer dans ce lieu, à cette heure. Mais ça, je peux difficilement le lui dire.

"Oh un ancien alcoolique. Ca me plait ça comme excuse. Et ça pourrait expliquer ma mine maussade quand les gens essaient de m'approcher. Permettez que je le garde pour le ressortir plus tard ? Pour le bon temps, pas dit que j'arrive à être crédible, quand bien même j'arrive à mentir lorsque c'est nécessaire."

Tout comme elle, à n'en pas douter. Mais je n'ai pas le temps de rajouter grand-chose que ça commence à s'agiter un peu plus loin. Je grimace, me retenant d'intervenir, ses propos confirmant le fait qu'elle aussi a vu ce qui se passe… et qu'elle semble s'en amuser.

"Si je suis un preux chevalier prêt à sauver les demoiselles en détresse, ça vous poserait un problème ? Et vous pensez vraiment qu'il serait intelligent de laisser une jeune fille un peu trop stupide risquer sa vie devant deux vampires qui ne savent pas se tenir ?"

J'attends de voir sa réaction, jetant toujours des coups d'œil à intervalles réguliers en direction du trio. Pour l'instant, ils semblent se maitriser mais j'ai franchement un doute quant au fait que ça va durer.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 16
Coups du Destin: 5
Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Messages : 394
Membre du mois : 20
Je crédite ! : (c) Stalker mind.
Caractère : Ambitieux - dévoué - attentif - sarcastique - charmeur - loyal - menteur - rigide - pragmatique - manipulateur
Autres comptes : Sasha

Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À la recherche des vampires perdus   Ven 1 Avr - 23:41

Le monde actuel, dépourvu de subtilité ? Tout dépend… Bien des gourdes, quand j’étais humaine, en étaient tout aussi dépourvues. Mais on attendait cela d’elles, de même que de ces jeunes hommes nobles amenés à en épouser, et qui tombaient aisément dans les filets de jeunes femmes un peu entreprenantes, pourvu qu’elles soient moins timorées que les gamines que l’on voulait leur faire épouser. Mais les plus retorses des femmes de la cour et leurs époux, eux, jouaient avec grande subtilité à ces jeux. Davantage que maintenant. Était-ce la meilleure chose ? Je n’aurai su le dire, mais au point que nous avions sous les yeux… le jeu perdait son intérêt.

« Je ne suis pas certaine que le monde la perde, mais je pense que les personnes sachant en faire preuve ne sont plus forcément aussi prisées ou écoutées qu’auparavant, et que leur influence diminue progressivement. Oh, bien sûr, je doute que le genre de personnes qui fréquente ces lieux soit amené à faire de grandes choses, mais ils forment une masse, malgré tout. Je prise tout de même l’imagination, malgré le spectacle sous mes yeux. Quant à votre question… Tout dépend si vous entendez être là par hasard, par ennui, ou par autre chose. L’une de ces trois options me correspond assurément. Mais quant à déterminer laquelle m’amène ici… Quelle est-elle pour vous ? »

Je suis persuadée qu’il n’en dira rien, mais l’amusement de chercher à le faire se confier, de le pousser à me dévoiler ses motifs cachés est certain. Alors quand bien même il me paraît évident que nous ne saurons mutuellement pas ce que nous faisons ici, le taquiner, le questionner, ne fait pas grand mal. Au mieux, je pourrai en apprendre davantage. Au pire… je ne saurai rien de plus, mais cela ne changerait pas réellement ma vie. Je lui souris encore, alors qu’il passe du tout au tout en matière d’émotions visibles sur son visage.

« Vous devez de toute façon avoir suffisamment de groupies qui se pressent à vos pieds, sans aller à la quête aux compliments. De manière totalement objective, vous n’êtes pas sans attrait, vous savez faire preuve d’humour et vous devez donc plaire. Si vous étiez moins présentable, peut-être auriez-vous moins conscience de votre valeur ? Bien qu’elle ne soit pas qu’uniquement physique, assurément, mais pour cela, croyez-vous que ces humains et humaines cherchent au delà de ça ? Et assurément, certains d’entre nous aiment avoir ces faire-valoir de leur qualité et leur beauté. Mais n’est-ce pas là inhérent à toutes les créatures existantes ? Jeune ou plus âgé… »

Loin de moi l’idée de lui cacher que je ne suis pas une jeune vampire, alors qu’il semble déterminé à me le faire avouer, bien trop d’indices pointent de toute façon dans cette direction, indices savamment distillés, mais à quoi bon le dire de but en blanc, alors que nous ne parlons qu’à mi-mots jusqu’à présent ?

« Pas réellement. Ou plutôt, ils seraient davantage intéressés pour d’autres plaisirs, liés à celui de partager nos sangs, mais vous devez savoir que ce n’est pas là une chose à faire à la légère. Pour un humain, du moins, que de consommer le sang de vampire. Ce n’est pas pour rien qu’on le qualifie de supérieur à vos drogues humaines, et bien plus destructeur. Mais je ne suis pas aussi impulsive que bien des vampires, à ce sujet. Si je partage mon sang, je choisis avec qui. Et jamais en excès. »

Y croirait-il ? Le contrôle s’acquiert avec une discipline stricte et un mental certain, mais pouvait-il réellement penser que je l’ai atteint ? S’il savait que mon créateur m’avait torturée, psychologiquement et physiquement, à cet effet… Mais je me garderai bien de le lui dire. Tout comme je n’avouerai pas aimer plus que tout cet effet et ce contrôle que j’avais sur moi autant que sur les gens. Je lui rends franchement son regard, alors qu’il me questionne sur mes habitudes en terme de boisson. Bien sûr, je ne parle que de sang humain, et me garderai bien de signaler que le sang de métamorphe est particulièrement alléchant, pour ne pas dévoiler leur existence de prime abord, mais sa curiosité, si elle semble parfaitement normale et sans arrière-pensée, est intrigante venant de quelqu’un qui ne veut pas frayer avec les vampires pour leur sang, et dont la raison de la présence dans ces lieux est inconnue.

« Vous devez le savoir mieux que moi en ce qui concerne les humains, vous êtes l’un des leurs, après tout, mais pour les miens, c’est cela. Certains humains auront plus de saveur et d’attrait pour un vampire que d’autres. Peut-être, en plus des besoins… traditionnelles, le sang de vampire a-t-il plus ou moins d’attrait pour les humains, aussi. »

Je le dévisage un instant, l’écoutant tout en me demandant s’il a conscience de la transparence de son visage quant aux émotions qu’il semble vivre, par moment. Ou peut-être le fait-il volontairement, pour m’induire en erreur sur ce qu’il pense réellement. Je ne saurai le dire, pas pour le moment, en tout cas. Quoi qu’il semble plutôt vrai. Pour l’instant. Je souris d’un air énigmatique, alors qu’il me demande si j’ai déjà rencontré des gens résistant à l’hypnose vampirique, haussant les épaules. Sachant que, même humaine, je manipulais avec aisance mes cibles, cela n’a été que rendu plus aisé par l’hypnose face aux plus récalcitrantes. Il a cependant raison.

« Disons de toute façon que d’essayer de vous soumettre de force à l’hypnose vampirique serait bien moins divertissant que de vous donner envie de converser avec moi naturellement, malgré l’air renfrogné que vous adoptiez tout à l’heure. »

Je lui faisais un clin d’œil bref, avant de fixer de nouveau les gens. Qui pourrions-nous donc rencarder, de cette manière ?

« Je vous propose d’offrir les verres que nous avons actuellement à deux âmes esseulées, et de voir le résultat. Je pourrais hypnotiser une serveuse pour leur apporter sans indiquer qu’ils viennent réellement de nous, mais le challenge ne serait plus là, n’est-ce pas ? »

J’arrêtais tout de même l’une d’entre elles, posant nos deux verres sur son plateau, et lui indiquant deux cibles au hasard, lui demandant à leur donner les verres en indiquant qu’ils venaient de l’un et l’autre respectivement, sans nous trahir, en échange de quoi elle gagnerait un pourboire conséquent et en lui donnant une avance de suite. Je lui commandais aussi un autre cocktail rose fluo avec un de ces espèces de bracelets fluos risibles pour Noah, et une bière malgré tout, et du Tru Blood pour moi. Je le boirai ou non, mais au moins, j’en aurai l’opportunité.

« Oh je n’ai pas réellement de souci à ce niveau là, simplement il ne me semble que peu… approprié de me présenter comme déesse de la guerre, car soyons francs c’est ce dont se souviennent les gens vis-à-vis d’elle plus que sa sagesse, son intelligence ou même le fait qu’elle soit un excellent stratège. Nous cherchons après tout à apaiser les tensions, pas à les aviver. Bien qu’une stratège puisse servir à cela, vous ne pensez pas que les gens le verraient autrement ? »

Je le fixe, comme pour jauger sa réaction. Se sentira-t-il menacé, à m’entendre ? Aucune idée. Pour autant, cela ne m’empêche pas de soumettre des avis quant au fait qu’il ne boive pas.

« Dans ma grand mansuétude, je vous y autorise. Quant au bon temps, si vous arrivez à provoquer un rire comme ça, alors peut-être pourrait vous leurrer votre auditoire. Peut-être. »

Je ne manifeste pas grand chose, mais je le sens instantanément plus tendu, alors qu’il les observe, et me répond.

« Sans une vampire à vos côtés ou sans équipement particulier, assurément. Mais je peux vous y aider. Après vous. »

Je me lève, le laissant mener l’offensive. Je n’étais pas bien loin, dans tous les cas. Venait-il pour contrôler l’attitude des vampires ? Faisait-il partie de la PES ?

_________________
“There are people in this world who deal only in extreme. It's naive to think that anything less than extreme measures will stop them.” (Arrow)


Rewards & stuff:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 11
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Messages : 5725
Membre du mois : 8
Je crédite ! : Avatar : Ash | Nao (signature) | Kanala (rewards)
Localisation : Le cimetière
Humeur : Sanguine
Autres comptes : Alexis Prudence Lindon
Modératrice
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À la recherche des vampires perdus   Jeu 14 Avr - 23:27


Je fixe la vampire, mon verre toujours intact à la main alors que je laisse filer un instant de silence, me faisant un rien pensif.

"Je pense surtout que le monde s'intéresse moins à la subtilité. Il est bien plus facile de tout avoir tout de suite sans faire le moindre effort, alors pourquoi chercher des chemins détournés quand il suffit de cliquer sur deux trois boutons pour atteindre son objectif …"

Je laisse filer un rire avant d'ajouter, toujours sur le même ton.

"A m'entendre, j'ai l'impression d'être bien plus âgé que j'en ai l'air. Alors qu'il n'en est rien. Mais j'aime ne pas être le seul à préférer l'imagination même s'il est tout de même agréable d'avoir le résultat en fin de compte, il ne faut pas se leurrer, n'est ce pas ? Quant au reste… j'ose espérer que vous n'êtes pas là par ennui et que vous trouveriez tout de même bien mieux pour vous occuper si nécessaire. Sinon il faudra y remédier rapidement. Par hasard ? Je ne suis pas persuadé que quiconque puisse débarquer ici de cette façon. Ou alors, ce serait vraiment un manque de chance. Il ne nous reste à tous les deux qu'une seule possibilité alors si je compte bien. Qu'en pensez-vous ?"

Je lui jette un regard en coin, toujours conscient que je continue de jouer à un jeu dangereux, à flirter avec certaines limites que je ne devrais pas toucher du tout. Et une fois de plus, nous nous renvoyons mutuellement nos questions, comme pour voir si l'autre va finir par dévoiler les raisons de sa présence ici. A dire vrai, n'étant même pas totalement sûr de ce que je fais là, autant dire que ma réponse pourrait être quelque peu embrumée mais j'ai comme l'impression que ce n'est pas du tout son cas. Elle n'a de toute façon pas l'air d'être le genre de femme à hésiter ou à ne pas savoir exactement ce qu'elle fait. Ce n'est peut-être qu'une impression mais elle ne fait que se confirmer à mesure que passent les minutes.

J'ai un bref haussement d'épaules à sa répartie avant de secouer la tête avec un mince sourire.

"J'ai l'impression que je vais vous étonner en vous disant que ce n'est pas du tout le cas. Je ne cherche pas les compliments c'est certain mais je n'ai pas non plus de groupies qui me courent après. Ou alors, si c'est le cas, elles sont tellement discrètes que je ne les ai jamais remarquées. Mais je vous remercie pour les compliments même s'il est vrai que la plupart des humains ne vont que rarement au-delà des apparences. Et oui, j'imagine qu'effectivement tout le monde apprécie d'avoir un faire-valoir, qu'elle prenne la forme d'une groupie qui court après un vampire ou une autre. Et vous alors, qu'aimez-vous que l'on mette en valeur chez vous ?"

Il est amusant de voir que, même si certaines choses sont claires entre nous, comme le fait qu'elle soit bien plus âgée que moi, que je ne suis visiblement pas un simple humain venu s'encanailler ici, aucun de nous ne dit clairement les choses.
Voilà exactement le genre de choses qui me ferait clairement hurler en temps normal mais ce soir, rien ne semble habituel. Après tout, discuter avec une vampire de façon aussi cordiale n'est pas une chose à laquelle je m'attendais. Mais il va bien falloir que je m'y fasse, surtout au vu de mes activités à venir.

"Il semble en effet que partager le sang d'un vampire soit un objectif pour nombre d'humains, surtout ceux qui trainent dans le coin. Mais je ne peux que vous croire sur parole, je n'ai jamais eu l'envie et l'occasion de boire du sang de vampire mais, à vous entendre c'est une idée pour le moins dangereuse. Et vous êtes donc sélective et d'un contrôle hors du commun. J'avais pourtant cru comprendre que n'était pas forcément quelque chose partagé par tous vos pairs, je me trompe ?"

Je suis curieux de savoir quel est son type de proie, si on peut donner ce terme à la quantité de gens qui seraient prêts et la façon dont elle les sélectionne mais je soupçonne sans trop me tromper que ce n'est vraiment pas le genre de discussion qu'elle pourrait être prête à avoir. Et surtout, je serais bien incapable de savoir comment l'amener à dire vrai. Le reste de ses propos me conforte dans l'idée qu'il s'agit là d'un sujet tabou ou tout comme. Je n'irais pas jusqu'à dire que ce serait comme demander ses préférences sexuelles à une inconnue mais j'ai le sentiment que je ne dois pas être bien loin de la vérité. Je sens alors son regard peser sur moi et je demande si elle essaie de me percer à jour ou si elle pense l'avoir déjà fait.
D'aussi loin que je me souvienne nous avons été entrainés à mentir à tout instant ou presque, à ne jamais être nous-mêmes si ce n'est auprès d'un groupe très restreint de proches et ce soir ne fait pas exception. Oh, bien sûr je suis curieux et je ne m'en cache pas mais pour le reste… je laisse transparaitre que je ne suis pas friand des vampires ou plutôt des groupies et de tout le battage qu'il y a autour, mais je suis loin d'être le seul dans ce cas.

Toujours est-il que la discussion continue et j'ai à nouveau un rire à sa réplique.

"J'avais l'air si peu abordable que ça ? Et donc, la conversation en elle-même vaut-elle l'effort fourni ? J'espère au moins que vous êtes divertie et que vous ne regrettez pas de ne pas avoir cédé à la facilité."

Je suis son regard qui s'attarde sur la foule et, à sa proposition j'ai un bref hochement de tête.

"Cette idée me plait. Cela nous permettrait de voir à quel point les gens n'attendent qu'un signe pour agir ou s'il faut vraiment les pousser jusqu'au bout."

Je n'ai même pas le temps de lui demander si elle a des cibles en vue que déjà elle interpelle une serveuse, lui indiquant deux personnes au hasard. Je ne cache pas mon sourire alors qu'elle commande à nouveau un cocktail pour moi qui apparait tout aussi vite que l'autre est allé se loger dans la main d'une inconnue. J'arque un sourcil avant de lui tendre le bracelet d'un air narquois et d'avaler une gorgée de bière.

"J'avoue, vous n'avez pas tort. Quand on parle de guerre, de combat, les gens voient d'abord le coté sanguin, la mort, avant de songer à tout ce qu'il faut préparer et ce qui est imaginé pour éviter d'en arriver là ou réfléchir au moins de pertes possibles. Vous vous qualifiez donc comme stratège Freyja ?"

J'agite ma bière sous son nez au reste de ses propos, mon sourire se faisant plus large.

"Je vous remercie. Même si, pour le coup, cette bière casse un peu toute ma théorie. Que dois-je fais pour arriver à vous faire rire alors ? Là est toute la question. Quant au reste…"

Je vois qu'elle me suit sans faire plus de commentaire lorsque je lui désigne la jeune femme qui semble en difficulté et j'ai un sourire en coin à sa remarque.

"Allez savoir…"

Je m'avance alors et je tapote l'épaule de l'un des vampires avant de le fixer en silence, bras croisés, arborant toujours ce sourire. Attendons déjà de voir sa réaction avant de faire quoi que ce soit.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 16
Coups du Destin: 5
Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Messages : 394
Membre du mois : 20
Je crédite ! : (c) Stalker mind.
Caractère : Ambitieux - dévoué - attentif - sarcastique - charmeur - loyal - menteur - rigide - pragmatique - manipulateur
Autres comptes : Sasha

Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À la recherche des vampires perdus   Sam 16 Avr - 16:36

J’arque un sourcil, à ses paroles. Je doute qu’il les pense lui-même, mais il y a malgré tout grand nombre de raison à préférer ne pas obtenir tout aussi facilement. C’était d’ailleurs pourquoi je ne charmais pas les humains, pas vampiriquement du moins, après ma transformation, préférant jouer avec eux, et leur faire croire qu’ils avaient le pouvoir, alors qu’il n’en était rien. Le goût du jeu, la satisfaction d’avoir réussi le défi que l’on s’imposait.

« Pour eux, rien, je suppose. Pour quelqu’un comme vous et moi – à ce sujet là -, le goût du travail bien fait, la motivation à réussir un défi ? Qu’en pensez-vous ? »

Je l’écoute nettement plus attentivement, alors qu’il répond d’une façon qui pourrait sembler désinvolte et dépourvue de réelle substance, mais qui en contient bien plus que l’on ne pourrait le croire, si l’on y prêtait un minimum d’attention.

« Seriez-vous une âme millénaire, enfermée dans un corps d’humain, Noah ? Et je n’entends pas par là que vous êtes l’un des miens, je l’aurai décelé et notre jeu aurait été tout autre, mais vos réactions laissent à penser que vous n’êtes pas en phase avec les jeunes présents ici. Et rassurez-vous, ma question n’est qu’une plaisanterie. Mais en effet, toute imagination serait moins plaisante, sans rien obtenir au final, de ce que l’on a désiré. Mais la frustration qui en résulte permet de se dépasser, et d’être au meilleur de sa forme, après, encore plus déterminé à réussir, n’est-ce pas ?

Si ce n’est pas l’ennui, peut-être suis-je une vampire sociologue, désireuse d’étudier les populations qui fréquentent ce genre de lieux. Qu’en pensez-vous ? Quant au hasard… Il serait en effet, particulièrement sordide et de mauvais goût de venir ici pour cela.

Mais si j’en suis le cheminement de votre pensée, ni vous ni moi ne sommes là par hasard. Si je vous confie une partie des raisons qui me poussent à venir ici, feriez-vous la même chose ? À moins que vous ne soyez un agent secret, envoyé par une quelconque organisation nébuleuse, et qu’il ne convienne pas que vous vous confiiez.
»

Je lui adressais un nouveau clin d’œil amusé, désireuse de savoir ce qu’il allait répondre. Ni lui ni moi ne pourrait savoir si l’on pouvait prendre l’autre au sérieux, mais même dans le mensonge, il y avait toujours un fond de vérité, n’est-ce pas ? Beaucoup d'excellents menteurs n'ont aucune imagination, c'est ce qui confère à leurs mensonges un tel pouvoir de conviction*. Je verrais bien s’il se débinait, de toute façon.

« Ou bien nous pouvons proposer plusieurs possibilités justifiant notre présence ici, à décharge de l’autre de déterminer ce qu’il en est réellement. À moins que vous ne préfériez éviter le sujet. »

Serait-il joueur ? Il s’avérait l’être jusqu’à présent, mais nous flirtions avec des sujets peu importants, ou ne franchissions du moins pas la limite pouvant les rendre bien plus importants. À voir.

« Peut-être avez-vous fréquenté bien des femmes ne voyant que par des pâles copies de la perfection, comme ces jeunes hommes drogués et peu naturels que l’on trouve sur certaines plages, bronzés en excès, musclés en excès, roulant des mécaniques devant elles. Quant à moi… J’apprécie simplement que l’on reconnaisse mes capacités, et cela passe par une mésestime de moi liée à mon physique, je dois le reconnaître. Mais plutôt que d’en prendre ombrage, j’en use à ma guise. »

Et c‘est là tout ce que je dirai. Il ne devait de toute façon pas être idiot au point de ne pas savoir le pouvoir qu’avaient les femmes face à des hommes – ou des femmes – faibles face à la luxure, à la beauté.

Un sourire en coin prend place sur mon visage, à l’entendre. « Tout comme peut l’être la drogue ou le chocolat, pour qui en abuse. Quant au fait d’être sélective… Au bout de quelques années, ce besoin insatiable de découverte se calme, et vous permet d’être plus tatillons. Quant à mes pairs… Nul n’est identique, ni chez les loups, ni chez les humains, nous ne sommes pas exemptés d’être dissociables non plus. »

Je pourrais lui dire que chaque espèce a son lot d’assassins ou de dégénérés, mais il serait plus réel de dire que nous avons notre lot de dégénérés incapables de couvrir leurs traces. Et cela, je ne compte pas le lui confier.

« Étant donné ce que nous avons défini comme motivations des gens fréquentant cet établissement, avez-vous réellement besoin de me poser cette question ? Mais pour tout ce que vous soulignez, la réponse est oui. Mais je vous retourne toutes ces interrogations, à mon sujet. »

Le ton taquin de ma voix ne laisse aucun doute quant à ce que j’en pense, cependant. Et le sourire amusé sur mon visage s’agrandit. « Vous m’offrez un bracelet, à notre premier rancard ? Comment dois-je prendre cela ? Faites attention, peut-être que je cache très bien mon jeu, et que je considère qu’il s’agit là d’une seconde invitation masquée à passer une soirée en votre compagnie. »

Sans y accorder réellement d’importance, je nettoie l’objet poisseux du cocktail bien trop sucré, et l’attache malgré. Il dénote avec ma tenue, mais peu importe. Je ne le mets que pour m’amuser de sa réaction à venir.

« L’alcoolique en vous compare peut-être la bière au champomy, voyons. Mais je vous laisse en décider. Quant à ce qui me ferait rire… Si je vous l’avouais, où serait le défi dont nous parlions ? »

Nous nous levons pour secourir la jeune femme écervelée prête à se faire dévorer, en bons mousquetaires que nous pourrions être. Ou non.

« Messieurs, vous n’allez pas vous attarder sur une proie aussi insignifiante que celle-ci, alors que je suis de toute évidence bien plus appétissante, et intéressante ? Que diriez vous de me suivre, et de laisser cette jeune femme en présence de mon compagnon, qui saura la traiter avec douceur ? »

Ils semblent jeunes, une quarantaine d’années, cinquante au maximum, peut-être. Il n’est pas dit qu’ils ne nous donnent pas du fil à retordre, s’ils ne coopèrent pas, mais je suis persuadée qu’on peut les mettre au pas facilement. Et si la manière forte doit être employée… Je n’en ai pas peur.

* Citation d’À la croisée des mondes ! ^^

_________________
“There are people in this world who deal only in extreme. It's naive to think that anything less than extreme measures will stop them.” (Arrow)


Rewards & stuff:
 


Dernière édition par Freyja Swayne le Sam 30 Avr - 2:03, édité 1 fois
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 11
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Messages : 5725
Membre du mois : 8
Je crédite ! : Avatar : Ash | Nao (signature) | Kanala (rewards)
Localisation : Le cimetière
Humeur : Sanguine
Autres comptes : Alexis Prudence Lindon
Modératrice
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À la recherche des vampires perdus   Ven 29 Avr - 18:21

Je fixe la jeune femme, ma réaction devant être d'une certaine façon un miroir de sa propre attitude. Il est vrai qu'elle ne joue pas le même jeu que la majorité des gens présents dans ce bar. Elle attend tout autre chose. Quoi ? Je n'en ai pas la moindre idée. Mais essayer de le deviner, même si je dois être loin du compte, a quelque chose d'amusant. Et de distrayant, moi qui m'attendais à passer une soirée particulièrement morne à essayer de trouver une aiguille dans une botte de foin, au moins je me frotte un peu à une vampire. Et, plus le temps passe, plus je me rends compte qu'il est aisé pour les humains d'être manipulés. Cela n'augure rien de bon pour nous en tout cas. J'ai pourtant un sourire à sa réplique, avant de souffler, la mine complice.

"Oh, je suis du bon coté de la barrière alors ? Pensez-vous réellement que j'ai le goût du travail bien fait et des défis les plus surprenants ?"

Mon sourire se fait plus large quand elle m'interroge. Oh évidemment, elle a lu entre les lignes et elle a bien plus interprété mes propos que pourraient le faire des humains lambdas. J'avais presque oublié à qui je pouvais avoir à faire l'espace d'un instant mais la vampire me le rappelle, volontairement ou non ça c'est une autre histoire.

"Et bien je serais curieux de savoir quel aurait été votre jeu si j'avais été des vôtres. Mais peut-être ai-je simplement mené une existence qui me rend différent des âmes perdues qui viennent trouver un peu de réconfort en se croyant vivants alors qu'ils regardent les vôtres. Ce n'est pas un jugement, après tout chacun essaie de trouver un sens à sa vie d'une façon ou d'une autre. Si celle-là fonctionne pour eux, pourquoi pas, même si j'ai tout de même un sérieux doute."

Je garde le même ton léger alors que je reprends, même si mon regard se fait un rien plus sérieux. Difficile de baisser ma garde, pour ne pas dire impossible en fait.

"J'avoue, la frustration est un bon moteur. Mais je suis quelqu'un de pragmatique qui aime avoir des résultats. Si j'échoue tout le temps, je vais finir par m'énerver. Quant à l'idée que vous soyez sociologue… l'idée est intéressante mais je me dis que c'est trop passif pour vous coller totalement. Je me trompe ? Si c'est le cas, ça donne quoi alors une vampire sociologue ?"

Vrai que le coin est franchement sordide en fait. Plus je regarde autour de moi, plus je me dis que je ne reviendrais jamais ici. Mais bon, autant tirer le meilleur parti de la situation et essayer d'en savoir un peu plus sur cette vampire. Enfin, je ne saurais que ce qu'elle daigne me laisser apprendre, mais même ça pourrait être intéressant. Toujours savoir cerner l'ennemi, surtout quand on va travailler avec. Alors, j'entre dans son jeu, sans bien savoir où tout cela pourra nous mener. Je lui rends son clin d'œil et je souffle, d'un ton amusé.

"Agent secret. Voilà qui me plait. Je pourrais même être membre d'une secte. Vous savez, du genre … c'est quoi leur nom déjà ? Ah ouais, les scientologues ou les illuminatis. Un truc dans le style. Et, une fois que vous m'aurez livré tous vos secrets, j'aurais ce qu'il faut pour vous convaincre de me faire un gros chèque et de vous convertir. J'espère que vous avez ce qu'il faut sur vous."

Je lui adresse un large sourire avant de reprendre, toujours sur le même ton.

"Je pense que vous pouvez en déduire que je suis partant pour votre expérience. Et je vais commencer, en énonçant un cliché mais qu'il faut bien poser une bonne fois. Vous pouvez être là pour choisir votre prochain casse-croûte."

Je n'y crois pas une seconde. Une femme comme elle doit pouvoir en obtenir comme elle le souhaite et ici ce serait aussi bien risqué que dénué d'intérêt. Mais cette option risque de flotter entre nous si je ne l'énonce pas à haute voix. J'ai un bref haussement d'épaules au reste de ses propos, ayant une pensée pour Astrid alors que je reprends, non sans malice.

"Ou alors, je n'ai pas besoin de fréquenter bien des femmes car j'ai déjà trouvé ce qu'il faut depuis longtemps. Et que je ne suis pas intéressé par ce qui gravite autour de moi. Ou alors, j'ai une tête d'homme à femmes qui ne sait pas se poser. Qu'en dites-vous ?"

J'imagine que la notion d'un seul amour peut paraitre un rien décalé, surtout pour le monde dans lequel je vis. Mais elle doit aussi avoir du mal à imaginer être avec la même personne toute sa vie, quand on est immortel ou presque, ça doit pas être la même chose. Enfin, à dire vrai, j'en sais trop rien, je suppose qu'Astrid arriverait à me supporter pour l'éternité. J'espère en tout cas.

"Et je ne suis pas vraiment étonné quand vous dites en faire usage plutôt que de subir l'envie d'être appréciée pour ce que vous dégagez. Le contraire aurait presque été décevant au vu de votre expérience."

Bon, je ne sais pas trop si ça se fait de lui dire qu'elle est vieille. Mais en tant que vampire, elle ne va pas se vexer quand même non ? J'ai un bref hochement de tête alors que je rebondis à ses quelques mots, non sans sourire.

"Jolie comparaison. En tout cas, j'espère que vous n'êtes pas vexée si je ne vous ai pas dissociée des autres. J'avoue que je le serais si vous me mettiez dans le même bain que le gars qui est en train de baver devant la danseuse derrière nous."

Je hausse les épaules avant de reprendre, tandis que j'essaie de m'imaginer dans quelle catégorie de vampires je pourrais la classer. Si ce genre de trucs est possible.

"Vous voulez savoir si je suis diverti et si la conversation que nous avons en vaut la peine ?"

Je me penche vers elle alors que je lui ai donné le bracelet en répondant, l'air impassible.

"Comme vous l'avez constaté je vous offre un bijou dès notre premier rencard. Alors, à votre avis ? Et, aurais-je droit à un autre rendez-vous si c'est bien ce que je demande ?"

Qui sait, peut-être me permettra-t-elle de créer d'autres liens parmi les vampires. De m'y faire des alliés. Je sais que je joue avec le feu et qu'on pourrait croire que je la drague. C'est un peu le cas d'ailleurs mais pour moi, je n'y vois qu'une des nombreuses missions que j'ai à accomplir. Je sais que je peux me faire charmeur lorsque c'est nécessaire, c'est déjà arrivé à plusieurs reprises même si je n'ai jamais eu besoin d'aller jusqu'au bout pour obtenir ce que je voudrais. Et, l'espace d'un instant, je me demande jusqu'où je serais capable d'aller pour notre cause. Je me contente de chasser cette pensée alors que je lève ma bouteille dans sa direction et que je reprends, avec un sourire.

"C'est vrai, il faut que je fasse un peu bosser mon imagination donc."

Mais avant ça, une pauvre fille se fait malmener un peu plus loin. Je peux difficilement l'ignorer et elle me suit, m'accompagne même, alors que je me la joue probablement un peu trop chevalier blanc pour mon bien. Surtout que je suis pas persuadé d'arriver à tenir, même cinq minutes, sans armes, devant des vampires. Si Astrid l'apprend, elle va me défoncer. Je me concentre sur les propos de la vampire et j'arque un sourcil dans sa direction alors qu'il est impossible de ne pas voir les deux hommes se tendre quand ils la regardent. Ils la connaissent ? J'en sais trop rien. Et je sais pas ce qu'elle entend par le fait que je vais la traiter avec douceur.

L'un d'eux fait un pas en direction de Freyja et la fixe avant de souffler, peu amène.

"Occupe-toi de ton jouet et laisse-nous avec le nôtre. Quand t'auras fini de le sucer on pourra causer si tu veux. Mais nous emmerde pas comme ça."

Bon. A mon avis, ils la connaissent pas. Ou alors, ils sont très con. Je sais pas pourquoi mais j'ai un sourire, m'imaginant sans trop de soucis qu'elle ne va pas trop aimer ce qu'ils viennent de dire. Et j'aimerais bien que l'autre lâche la pauvre fille, histoire que je la récupère avant qu'elle tombe totalement dans les vapes.

avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 16
Coups du Destin: 5
Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Messages : 394
Membre du mois : 20
Je crédite ! : (c) Stalker mind.
Caractère : Ambitieux - dévoué - attentif - sarcastique - charmeur - loyal - menteur - rigide - pragmatique - manipulateur
Autres comptes : Sasha

Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À la recherche des vampires perdus   Sam 30 Avr - 2:53

Je lui adresse un sourire amusé, alors qu’il me questionne davantage encore, sous couvert d’une innocente discussion sur les humains et vampires présents – ce que c’est peut-être, partiellement. Je ne lui dévoile rien de bien engageant, dans tous les cas.

« Comparé aux gens qui nous entourent et dans la situation actuelle, assurément. De manière générale… Il faudrait que j’en sache plus sur vous et vos habitudes, probablement. Mais cela irait à l’encontre de notre attitude mutuelle pour le moment, n’est-ce pas ? »

La frontière entre le jeu et la curiosité trop poussée est mince, mais nous ne la franchissons pour le moment pas. Il est moins habile que moi, mais s’en sort remarquablement bien, malgré tout, à osciller entre les demi-vérités, les non-dits, et les feintes. Sans doute est-ce pour ça que je n’ai pas cessé de converser avec lui, pour le moment. Et si mon attention lui est un peu dévouée, elle est aussi ancrée sur notre entourage, et sur les éventuelles dérives que l’on peut attendre dans un tel lieu de débauche, et surtout de manque de retenue.

« Probablement le même, à moins que vous n’ayez été singulièrement différent. Rares sont les vampires qui s’éloignent fondamentalement de celui qu’ils étaient humains. Tout peut être encensé, mais tout n’est pas transformé. Rendre les sensations plus vives n’en fait pas quelque chose de diamétralement opposé.

Peut-être est-ce simplement cela, oui. Mais vous semblez… serein, à votre façon. Dissimulez-vous un passé de moine et d’ermite, capable d’atteindre un niveau élévé de communion avec votre Dieu?
»

J’arquais un sourcil rieur, à cette idée, curieuse de sa réaction sans vraiment pouvoir l’anticiper. Je ne cherche pas réellement à lui extorquer des informations pour autant. Il était mystérieux, assurément, mais voulait le cultiver. Il ne se laisserait pas aller à la confidence grâce à une telle question.

« Elle peut pousser à se dépasser, comme à baisser les bras, si elle st trop fréquente. L’idéal est d’avoir un juste dosage, évidemment. Mais cela, nul besoin d’étudier les comportements des gens et des civilisations pour le voir, n’est-ce pas ? J’émettais un léger rire, à sa présomption quant à ma fausse occupation. Il n’avait pas tort. Une stratège ne doit-elle pas en apprendre autant que possible sur tous, pour essayer d’anticiper leurs actions ? Est-ce si improbable ainsi ? Mais vous avez malgré tout raison, je plaide coupable, je vous offrirai un mensonge éhonté si je vous disais être sociologue. Quant à ce que ça peut donner… Une vampire en chasse, peut-être, qui s’amuse à titiller sa proie pour deviner ses habitudes. Mais cela exige une grande patience, et si nous en revenions aux prémices de cette conservation, c’est là une habitude qui s’est perdue chez les gens de nos jours – toutes espèces confondues. »

Je ne suis pas son regard, au contraire, buvant une gorgée de l’ersatz du liquide qui me maintient en vie, dont la température est presque idéale. Presque. J’ignore les palpitations de vie que je ressens provenant des gens autour de moi, assez aisément à vrai dire.

« Êtes-vous plutôt James Bond, ou le Caméléon, en ce cas ? Mon sourire l’élargit, en entendant ses propositions, quelque peu absurde. Son hésitation, malgré tout, sonne… travaillée. Sûrement parce qu’il sait pertinemment leur nom, et prétend les rechercher. [color:ce99= #FF6666]Je me doutais bien que je faisais fausse route quelque part, et que j’étais en bien mauvaise posture à vos côtés. Mais avouez donc que vous essayer de m’éloigner de la piste de la secte à laquelle vous appartenez réellement, en me donnant ces noms là. Vous êtes franc-maçon, c’est ça ? »

Mon ton est toujours aussi amusé et peu sérieux.

« Assez facile à nier pour moi, n’est-ce pas ? Ma première supposition quant à vous sera que vous cherchez le grand amour. »

Tout aussi improbable que ce qu’il vient d’affirmer. Si j’avais été sincère, surement aurais-je dit qu’il cherchait à être surpris, ou détrompé dans ses convictions. Mais cela pouvait tout dire ou rien, au final. Et le jeu prendrait probablement fin, si j’affirmais une telle chose. Je préfère encore rire de tout ce qui peut être ou ne pas être.

« Je dirais que vous paraissez plus sérieux qu’un homme à femmes, ou que si vous l’étiez réellement, vous n’auriez surement pas choisi une boisson aussi colorée, qui pourrait envoyer un message bien différent. À moins que ce que vous avez trouvé depuis bien longtemps veuille pimenter votre relation… »

L’idée n’était pas forcément si saugrenue. Outre le fait qu’il n’était clairement pas là dans cette optique, et qu’il ne serait pas venu seul, évidemment. C’était là encore une possibilité pour tromper l’ennui que quiconque pouvait vouloir expérimenter. Vampires, humains, chiens mouillés, métamorphes… Je hoche la tête, concernant la suite. Mon expérience ? Voit-il juste sur le nombre d’années que j’ai, ou me pense-t-il davantage expérimentée que je ne le suis ? Je ne compte pas le contredire cependant, me contenter d’arborer un léger sourire énigmatique.

« Qu’est-ce qui vous a davantage plu ? La drogue ou le chocolat ? Et il en faudrait en tout cas davantage pour me vexer – je ne prends pas ombrage aussi facilement, rassurez-vous. Je me répète sûrement, au risque de paraître arrogante, mais je suis malgré tout confiante de ma valeur et d’être dissociée de certains vampires, dirons-nous. »

Je l’écoute, et le regarde d’un air intrigué, alors qu’il se penche vers moi. Il pourrait jouer avec les flammes, en a-t-il seulement conscience ?

« Il se peut que vous marquiez un point, et que vous puissiez avoir le droit à une seconde opportunité, oui. Mais voulez-vous réellement cela ? »

Il a davantage encore capté mon attention, mais pas parce que je crois réellement à son envie de rencard. Son attitude est inattendue, assurément. Cela le sert sûrement autant que moi, que je réponde de manière positive.

« Si votre imagination s’avère astucieuse, et que vous parvenez à vos fins ne serait-ce qu’un peu, alors peut-être pourrons-nous parler d’un second rendez-vous Peut-être. »

Ou peut-être lui donnerais-je, pour mes propres desseins. Il était intelligent, cela demanderait de manœuvrer habilement. Toujours est-il que nous nous levons pour porter secours à une demoiselle en détresse, face à deux imbéciles juvéniles incapables de faire preuve de retenue. Je pourrais attaquer et les maîtriser, mais nous n’en sommes pas encore là.

« Oh, je crains que mon jouet ne soit pas aussi docile que la jeune femme entre vos mains, et qu’il ait des goûts plutôt divers. Dont cette jeune femme. Vous ne voudriez pas vous aliéner le patron des lieux, qui vous regarde actuellement, et qui aura plus de facilités à vous mettre dehors que moi ? Vous semblez… agités, contrairement à moi. Et vous devez vous douter que face à des vampires, son service de sécurité est équipé de manière optimale. Quant à cette jeune femme, vu ses yeux révulsés, vous avez l’air de la rendre malade, et sûrement va-t-elle finir par souiller votre… tenue très recherchée. Je doute que vos haillons puissent supporter d’être encore davantage salis. »

Ouais, il n’était pas certain qu’ils cèdent face à une telle provocation, mais je n’avais absolument pas de doute sur le fait de les maîtriser. J’avais eu les sanguinistes sous ma coupe, des fanatiques d’un niveau bien plus important que celui des deux gamins qui me faisaient face. Sans doute le résultat des années sanglantes, à vrai dire. Je leur adressais mon sourire le plus charmeur.

« Si vous vous calmez, en revanche, messieurs, je peux surement vous faire conduire auprès de personnes influentes, à même de vous fournir du sang bien plus goûteux que celui vicié de cette jeune femme. Et bien plus encore, car je vous sens gourmands. Et curieux. »

Que penserait le preux chevalier à mes côtés de cela ? Y verrait-il toute la mascarade, ou croirait-il que tout était vrai ? Je le verrais plus tard. Tant que les deux jeunes qui pouvaient causer bien des problèmes à la monarchie s’ils n’étaient pas rapidement cadrés m’obéissaient… Leurs yeux, en tout cas, dilatés, trahissaient leur envie de ce sang que je leur promettais.

"Tu crois que tu peux faire mieux que nous ? On va te faire passer une nuit d'enfer, c'est ça que tu veux chérie ?"

Ils allaient commencer à m'agacer... Mais je rentrais dans leur jeu, leur souriant d'un air grivois. "J'ai hâte de voir ça, messieurs." Et de vous amener au B.A.C.A., pour vous interroger sur votre attitude discutable.

Je me retournais vers mon compagnon de la soirée. "Pouvez-vous vous occuper de mademoiselle ?"

_________________
“There are people in this world who deal only in extreme. It's naive to think that anything less than extreme measures will stop them.” (Arrow)


Rewards & stuff:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 17
Coups du Destin: 11
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Messages : 5725
Membre du mois : 8
Je crédite ! : Avatar : Ash | Nao (signature) | Kanala (rewards)
Localisation : Le cimetière
Humeur : Sanguine
Autres comptes : Alexis Prudence Lindon
Modératrice
A la valse des masques, c'est moi qui mène
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À la recherche des vampires perdus   Mar 10 Mai - 13:47

Si j’arrive à garder la distance nécessaire pour rester neutre et ne pas entrer totalement dans son jeu, l’exercice est tout de même moins facile que je ne l’aurais cru au premier abord. Les limites ne sont pas clairement définies mais il est évident que ni elle ni moi ne voulons trop en dire. De toute façon, je ne veux pas qu’elle sache qui je suis vraiment, il serait stupide d’être grillé en un clin d’œil parce que j’aurais voulu aller trop loin. Mais il est intéressant de voir jusqu’où je peux aller.

"C’est déjà un début. Et rassurant de voir que je me démarque quelque peu de ce que nous pouvons voir autour de nous. Quant au reste… je ne vais pas tout vous avouer tout de suite, je perdrais tout mon intérêt en un clin d’œil."

Ou pas, si elle sait vraiment ce que je suis. Mais on va éviter de le dire à haute voix n’est ce pas ? J’ai un rire à ses propos. Moine, ermite, je suis pas persuadé que ces comparaisons fonctionnent vraiment avec moi mais je me contente de souffler, avec un sourire en coin.

"Disons que je suis quelqu’un de très pragmatique. Peut-être que ça me permet d’être plus serein que la moyenne vu que j’évite de chercher des complications lorsqu’il n’y en a pas."

La vampire sait aussi quand m’interroger ou quand laisser couler. Elle doit cerner assez facilement les gens et s’en amuser, ça ne fait que se confirmer à mesure que l’on discute. Et le fait que j’entre dans son jeu doit jouer en ma faveur. Et je l’écoute avec une attention non feinte quand elle me parle d’être sociologue. Sa réponse m’intrigue tout comme elle m’amuse et je rétorque, non sans sourire.

"C’est vrai. Il suffit d’avoir un peu de bon sens, de jugeote ou surtout de recul pour pouvoir faire ça. Vous êtes donc aussi sociologue que moi on dirait. Quant au fait de voir une vampire en chasse, je suis partagé entre l’idée de vous voir en scène et l’appréhension d’être la proie."

Même si je suis loin de lui dire la vérité, pour le coup, je suis sincère dans ce que je dis. Au vu de ce qu’elle me laisse entrevoir, je n’aimerais pas être sa cible. En espérant que ce ne soit donc pas le cas, je continue avant de lâcher et de souffler, me penchant vers elle, la mine complice.

"Pire. Je suis un ancien militaire. Dans le genre corporatiste et embrigadé je pense que je peux difficilement faire pire non ? Et militaire américain. Vous imaginez ? Ca ne vaut pas James Bond, je vous l’accorde."

Une vérité disséminée parmi le reste. Voilà qui fonctionne bien en général mais j’ai comme de sérieux doutes quand au fait que ça marche aussi avec elle. Passons. Au pire, elle verra ça comme une pièce supplémentaire de notre petit jeu. Je jette un regard amusé à ma boisson quand elle en parle et je retiens un rire avant de secouer la tête.

"Le grand amour. Voilà qui est très surfait. Mais ça veut peut-être dire qu’inconsciemment, je cherche à être détrompé effectivement. Et vouloir le faire ici serait vraiment utopique non ? Enfin au final, ça me confortera juste dans l’idée qu’il n’existe pas. Quant à l’idée de pimenter une relation… je n’aime pas partager."

Elle glisse sur mes questions, mes affirmations, tout comme je le fais avec les siennes et, à sa réponse, je souffle, faussement pensif.

"Le chocolat. Pourtant, je ne suis pas sucré. Mais je note votre certitude d’être différenciée des autres vampires donc."

A voir si c’est vraiment le cas et surtout, jusqu’à quel point. Je me demande si j’aurais l’occasion de le savoir et ses propos me confortent dans cette interrogation alors que je sens son regard peser sur moi.

"Peut-être. Surement même. Ne serait-ce que pour voir la vampire sociologue sur un autre terrain de chasse. Ne me dites pas que l’idée ne vous amuserait pas, même un peu, je ne vous croirais pas."

Mais, avant d’aller plus loin, c’est le moment de sauver une jeune femme. Elle le fait probablement plus pour aviser de ma réaction que par envie de la sortir des griffes des vampires mais au moins, elle joue vraiment le jeu. Je l’écoute, un léger sourire flottant sur mes lèvres, sans l’interrompre. Elle sait vraiment ce qu’elle fait, c’est une certitude. Et elle en impose, c’est certain.

Je tique à sa façon de parler, de les manipuler, et je la regarde avec un intérêt nouveau sans pour autant pouvoir me permettre de faire un commentaire. Et je hoche doucement la tête alors que j’ai enfin réussi à attraper la jeune femme.

"Il semblerait que ce soit dans mes cordes. Mais vous êtes bien partie pour un deuxième rendez-vous. Vous ne pensiez pas vous échapper aussi facilement non ?"

Je regarde autour de nous avant d’attraper une serviette qui traine et de dérober un stylo à la première serveuse qui passe. Je griffonne mon numéro et je lui tends avec un clin d’œil, jouant sans fausse note un numéro qui ne me ressemble pourtant tellement pas. Mais là, il va vraiment falloir que je la revoie, je ne peux pas rester comme ça sans en savoir plus.

"J’espère que vous ne jouerez pas trop avec mes nerfs à me faire attendre de vos nouvelles. Bon courage avec ceux-là."

Je les ignore sciemment et je prends la jeune femme par le bras, prêt à l’escorter jusqu’au premier taxi que je trouve. Bon, la soirée aura été plus fructueuse que je ne l’aurais cru. Reste à voir ce que ça donnera par la suite. Mais je peux rentrer la conscience en paix. En attendant d'avoir de ses nouvelles.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 16
Coups du Destin: 5
Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Messages : 394
Membre du mois : 20
Je crédite ! : (c) Stalker mind.
Caractère : Ambitieux - dévoué - attentif - sarcastique - charmeur - loyal - menteur - rigide - pragmatique - manipulateur
Autres comptes : Sasha

Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À la recherche des vampires perdus   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
À la recherche des vampires perdus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Evenement saisonnier - A la recherche des oeufs perdus - du 06/04 au 20/04
» [Event] A la recherche des oeufs perdus
» trois petits jack russel perdus , volés en seine et marne ?
» PAM GENTIL CANICHE ABRICOT 9 ANS recherche fa dans le 13
» recherche amie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: Port sur la Clyde :: CrazyFish
-
Sauter vers: