AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
It's a new day, it's a new life... [Livre III - Terminé]
MessageSujet: It's a new day, it's a new life... [Livre III - Terminé]   Lun 28 Sep - 22:13


Je grimace alors que je me fais klaxonner une fois de plus parce que j'ai dérapé et que je roule un peu trop au milieu de la route. Décidément, il va vraiment falloir que je m'habitue à cette façon de conduire, et vite. Sinon, ma mission reste de courte durée et j'en connais une qui se fera un malin plaisir à m'asticoter quand je serais en train de me remettre de mes émotions si je fonce droit dans un arbre .

Et, vu qu'elle a l'air un peu calmée, je vais éviter de provoquer la chance. J'agrippe le volant fermement des deux mains, je prends une profonde inspiration et j'essaie de me vider la tête mais c'est sans compter sur la présence d'Astrid qui n'en rate pas une. J'ai un sourire malgré moi alors que je profite de l'instant avant de me décider et d'atténuer notre lien autant que possible. Je sais bien qu'elle va être aux aguets et surveiller tout ce que je vais pouvoir dire ou faire avec cette femme mais je ne veux pas qu'elle puisse risquer d'avoir la moindre incidence sur la discussion.

Je jette un regard à mon gps qui m'indique que je suis presque arrivé et je fronce les sourcils, pas convaincu le moins du monde.

Je finis quand même par me garer, au beau milieu de nulle part et je reste quelques instants à l'intérieur de la voiture, de plus en plus perplexe. Le coin est totalement vide si on omet une maison qui ne donne pas particulièrement envie de s'y installer et quelques bottes de foin qui sortent d'une vieille grange quelques mètres plus loin. Il n'y a pas un chat et, l'espace d'un instant, je me demande si je ne me suis pas totalement gouré quant aux indications qu'elle a données. Enfin, que je sache, les coordonnées sont les mêmes en Ecosse et ailleurs non ? Ils ont pas inversé ça en plus du reste quand même. Je me décide quand même à sortir et je jette un regard à mon téléphone.

Pas de réseau, merveilleux. Je l'agite, par habitude, toujours pas résigné à toquer du coté d'Astrid qui ne verrait probablement pas d'un bon œil que je me retrouve coincé de la sorte, de mon plein gré en plus. Enfin, si on peut dire que je vais à ce rendez-vous de mon plein gré ce qui n'est pas franchement le cas quand on y pense. Je préfère ne pas trop me focaliser sur le sujet mais plutôt sur ce que j'ai à faire ici, en Ecosse, pour rappeler aux miens où va mon allégeance.

Alors que je commence quand même à me demander ce que je vais bien pouvoir faire, j'entends au loin une voiture qui finit par se rapprocher et par s'arrêter tout près de la mienne. Je me décolle du capot, la mine un rien circonspecte alors que j'observe la jeune femme qui sort du véhicule. Elle a une démarche assurée et alors que ses traits se font plus nets, autant le dire tout de suite, elle est pour le moins agréable à regarder. J'attends quelques instants, guettant la réaction d'Astrid à cette pensée et qui n'arrive pas. Le lien est donc suffisamment bien canalisé pour le moment ou alors, elle est devenue particulièrement douée pour camoufler ce genre de trucs. Et j'ai beau savoir qu'elle a beaucoup progressé, c'est encore un domaine où elle a du mal à feindre l'impassibilité. Avec moi en tout cas.

Je m'arme d'un sourire et je lâche, dès que je la sais à portée de voix sans que j'ai à m'époumoner.

"Erin Danvers, c'est bien ça ? Noah Hamilton. Enchanté."

Pour le moment en tout cas. Je sais, ce sont les politesses d'usage mais il faut bien y passer à un moment ou à un autre. Je ne sais de toute façon pas trop quelle attitude je dois avoir, si je dois rester en retrait ou non alors, dans le doute, je tends une main dans sa direction.

"C'est un coin original pour un entretien d'embauche. J'ai bien fait de ne pas mettre un costume on dirait."

A dire vrai, je ne me rappelle même pas de la dernière fois où j'ai mis un costume autrement que contraint et forcé. Si j'ai toujours très bien supporté l'uniforme, dans le civil c'est autre chose. Et là, j'ai comme un sérieux doute quant au fait qu'on va s'installer à un bureau pour discuter de mon CV. Mais j'avoue, pour le coup, je suis plutôt intrigué.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 16
Coups du Destin: 5
Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Messages : 394
Membre du mois : 20
Je crédite ! : (c) Stalker mind.
Caractère : Ambitieux - dévoué - attentif - sarcastique - charmeur - loyal - menteur - rigide - pragmatique - manipulateur
Autres comptes : Sasha

Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: It's a new day, it's a new life... [Livre III - Terminé]   Ven 2 Oct - 18:44

[HJ] : Désolé, c'est pas top

Je sors du BACA de bonne heure, laissant Morgane à ses heures. J'ai l'esprit fatigué, tendu. Mais je sens que nous progressons, vraiment. C'est toujours aussi déroutant, par moments, cependant je sais que ce lien nous est bénéfique à toutes deux. Peut être que quelque chose d'un peu moins professionnel est en train de se tisser. Pourtant, je la considère toujours comme ma « supérieure ». Peut être incertaine dans ses choix, parfois, mais elle n'en reste pas moins la femme à la tête des Vampires. Et la fille de sa Mère. J'évite, ou plutôt j'essaye, de ne pas trop penser à Krystel, d'ailleurs. Enfin plutôt faudrait il dire cette vampire qui lui ressemble comme deux goutes d'eau... Je n'ai vu que des vidéos de caméras de surveillance, mais c'en était assez pour nous dérouter toutes les deux. En attendant, pas de réponse. Rien. Alors, autant avancer comme l'on peut, sans trop se questionner. Plutôt facile à dire, certes, surtout lorsque je me retrouve seule dans la voiture. Morgane est reparti à ses lourdes tâches de Reine, nous avons fini notre entrainement de la nuit, et moi je repars aux miennes, de tâches. Elles ne manquent pas non plus. Je les fais, toujours, comme une routine, comme certains se lèvent chaque matin pour aller au travail, moi je gère les débuts d'une armée humaine. Peut être mettais-je moins de foi dans mon travail depuis cette descente aux enfers entre janvier et février, mais je continuais. IL fallait bien quelqu'un pour faire cela et porter ce fardeau. Je m'y accommodais. J'étais trop consciencieuse pour laisser tomber quoi que ce soit.

Peu de circulation, sur la route. J'avance vite. Tant mieux, je ne suis guère d'humeur à trainer ou à devoir entraver le code de la route. Cela ne me pose aucun problème moral, mais si je peux rouler comme je l'entends sans me faire remarquer par la moitié de la population écossaise, c'est bien aussi. Le rendez vous que j'ai donné ce soir se situe en pleine cambrousse, à côté d'une sorte de petite maison abandonnée depuis pas mal de temps, où j'entrepose deux trois trucs utiles, dont il me semble peu utile de préciser la nature. Peu de monde vient pas ici, excepté les randonneurs du dimanche, et généralement ils ne s'arrêtent pas à côté de la maison. Des bottes de foin autour, et c'est tout. La nuit, aucune chance d'être surpris ou interrompu ; les loups sont à Wolfheaven, les vampires à leurs occupations, les humains à leur sommeil.

Quant à la personne que je dois retrouver, je ne la connais pas encore directement. Un certain Hamilton, qui serait un candidat possible pour nos rangs. A prendre avec des pincettes. Conseillé par une connaissance fiable, sinon il ne serait pas là, ou encore je ne serai pas venue si légèrement. Confiance restant cependant une notion des plus abstraites pour moi, je garde mes précautions. Je n'ai pas le droit au moindre faux pas, à la moindre erreur. S'il peut nous être utile, il faut s'assurer de sa loyauté. De ses capacités à se battre comme à obéir aux ordres. Ca ne se fera pas en un soir, mais il faut bien commencer par quelque part.

Alors que j'arrive, je remarque de loin une voiture déjà garée et du mouvement autour. Arrivé avant moi ? Pourtant, je suis en avance, comme à mon habitude. Il l'est encore plus. Ca peut être un bon signe. Je me gare, sors de mon véhicule, m'avance vers lui. Habillée en noir, manteau, cheveux lâchés. Et armée, toujours. Je ne m'attarde pas sur son sourire. S'il doit travailler avec moi, il apprendra que les civilités ne sont pas vraiment ma tasse de thé. J'acquiesce.

« Oui, c'est ça. Bonsoir M. Hamilton. »

Je serre la main qu'il me tend. S'il veut donner là dedans... C'est bien parce que c'est la première fois qu'il me rencontre. Si je dois serrer la main à tout le monde et faire des sourires à tout va, on ne s'en sort pas. J'esquisse l'ombre d'un sourire, alors qu'il parle de mettre un costume.

« Non, en effet. Je ne suis pas sûre que vous en ayez d'ailleurs beaucoup l'utilité, si nous travaillons ensemble. »

Je marque une pause avant de poursuivre

« Pour ne pas trop vous dérouter... Je vais peut être commencer par simplement vous poser des questions, que nous sachions tous deux de quoi nous parlons. Qu'est-ce qui vous motive ? Il faut que vous sachiez dans quoi vous vous engagez. Ce n'est pas spécialement un emploi banal, et qui ne serait pas très apprécié par la plupart des humains aujourd'hui, au vu des tensions entre vampires et humains. »

_________________

Awards & co:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireuse
Points de vie : 17
Coups du Destin: 16
« Ne reste que l'odeur du sang »
Messages : 3191
Membre du mois : 26
Je crédite ! : Ava (c)SWAN // Signa (c) Hotmess / Gif : tumblr / Spoiler : Kanala
Localisation : Dans l'Ombre
Caractère : Fiable - Patiente - Acharnée -Pragmatique - Manipulatrice - Cinyque - Ne fait pas dans la dentelle - Caméléon - blessée
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Concentrée
Autres comptes : Leah Rivers & Eva Raederer

« Ne reste que l'odeur du sang »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2536-erin-danvers-born-to-kill-dispo http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2537-erin-danvers-born-to-kill
MessageSujet: Re: It's a new day, it's a new life... [Livre III - Terminé]   Dim 18 Oct - 20:55


Si je n'ai pas cherché à savoir pourquoi elle m'a donné rendez-vous dans un coin aussi paumé, je commence doucement mais surement à me poser la question. Il est certain que je ne m'attendais pas non plus à ce qu'elle me convoque dans un bureau, au vu du métier qu'elle exerce, la chose aurait été un peu étrange. Mais de me retrouver là, au milieu de nulle part à ressentir Astrid qui bougonne en arrière plan a quelque chose de vraiment étrange. J'essaie de me focaliser sur la jeune femme plutôt que de chercher une réponse au pourquoi de ce choix de rendez-vous mais j'ai un temps d'arrêt alors qu'elle s'approcher.

C'est vrai qu'il est plutôt délicat de comment appréhender cette femme. Quand on m'a parlé de l'armée diurne vampirique, j'ai grincé des dents mais je n'ai pas fait de commentaires. Pourtant, l'idée même de me joindre à un groupe d'humains pro-vampires a quelque chose de totalement hors de propos, même sans prendre en compte mon passif en la matière. Enfin, le passif d'Astrid ce qui, au fond, revient plus ou moins au même. Et je fais maintenant face à celle qui va décider ou non de l'évolution de ma situation en Ecosse. Si je me rate, les conséquences risquent d'être bien pires que ce que je pourrais imaginer. Ou que ce que j'ai envie d'imaginer plutôt. Je sais de quoi ils sont capables et, à choisir, je préfère encore me jeter à corps perdu dans la lutte au coté des vampires plutôt que de devoir affronter les hautes instances en cas d'échec.

Je grimace au M. Hamilton, guère habitué à m'entendre être appelé de la sorte mais, pour le coup, je ne fais aucun commentaire. J'ai toujours été très protocolaire, bien trop aux yeux d'Astrid d'ailleurs et je ne me soucie jamais vraiment de savoir si la personne en face l'est aussi. Au moins, elle me rend ma poignée de main, je ne reste pas comme un idiot le bras tendu.

Je ne sais pas pourquoi je sors une banalité sur les costumes. Outre le fait que ce n'est pas du tout mon genre habituellement, je ne vois pas vraiment l'intérêt de dire ça. A croire que j'ai voulu tenter la carte de l'humour, ce qui n'est peut-être pas franchement une réussite. On se demande où j'ai pu pêcher ce genre d'idée tiens. Mais bon, tant qu'à être sur ma lancée, j'ai un bref hochement de tête à sa réplique avant de souffler à mon tour.

"Bien, ça m'arrange, je voudrais éviter d'avoir à changer toutes mes habitudes d'un coup."

J'ai quand même noté le conditionnel dans sa phrase. La partie est loin d'être gagnée et je prends une légère inspiration avant d'enchainer, rebondissant sur le reste de ses propos.

"Sans trop vouloir m'avancer, je ne suis pas comme la plupart des humains."

J'ai un bref sourire avant de continuer, d'un ton tranquille.

"Je ne sais pas trop ce qu'on vous a dit sur mon compte alors désolé d'avance si je répète ce que vous savez déjà. J'ai passé près de 10 ans dans l'armée américaine dans une unité spéciale et j'ai été plus d'une fois pris à parti dans des combats avec les surnats, la plupart du temps des vampires. J'ai aussi pu les voir finir parqués comme des animaux et de voir l'attitude des humains vis-à-vis de ceux que nous avions pu combattre."

Je lui jette un regard et je reprends, décroisant les bras.

"J'ai fini par fréquenter quelques vampires et surtout, quelques humains qui avaient pris leur parti. Leurs arguments auraient pu convaincre n'importe qui et, après quelques années j'ai vraiment saturé de l'armée et de cette rigidité qu'elle imposait face aux non humains. Alors j'ai cherché un endroit où me rendre utile et où j'aurais une plus large marge de manœuvre qu'aux Etats-Unis. C'est la personne qui m'a parlé de vous qui m'a aussi dit qu'en Ecosse, il y avait bien plus de possibilités de se rendre utile. Il avait raison non ?"

Si Astrid m'entend, je me dis qu'elle va finir par se mettre à casser des trucs dans son appartement. Elle sait aussi bien que moi que tout ça n'est que mensonge mais nous savons tous les deux que je dois avoir l'air le plus convaincu du monde. Et mentir, c'est quelque chose qu'on nous apprend tout jeune. On arrive rapidement à être particulièrement doué pour ce genre de choses d'ailleurs. Pour nous fondre dans la masse, être capables d'intégrer n'importe quel groupe à n'importe quel moment pour rééquilibrer le jeu quand il est faussé. Ce qui est totalement le cas en Ecosse à l'heure actuelle.

Je ne sais pas trop ce qu'attend Danvers à mon propos, si elle veut vraiment m'interroger, me tester ou si elle cherche juste une excuse pour ne pas m'accepter dans ses rangs. J'attends quelques secondes, guettant sa réaction avant de continuer ce qui commence à s'apparenter à un monologue. Pire qu'un entretien d'embauche. Enfin, je suppose, je n'ai jamais vraiment passé d'entretien, sauf si on compte mon test d'admission à l'école militaire.

"Des tensions ? Ca ne pourra guère être pire qu'au moment où nous avons du les enfermer derrière des grilles électrifiées non ?"

Autant le dire tout de suite, je ne sais pas vraiment ce à quoi je m'engage. Oh, bien sûr, sur le papier j'ai été aussi informé qu'on pourrait l'être. Mais j'ai depuis longtemps appris que les réalités du terrain n'ont souvent rien à voir avec ce qu'on peut apprendre dans les manuels. Surtout avec ce genre de créatures.


Dernière édition par Noah Hamilton le Lun 2 Nov - 19:43, édité 1 fois
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 16
Coups du Destin: 5
Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Messages : 394
Membre du mois : 20
Je crédite ! : (c) Stalker mind.
Caractère : Ambitieux - dévoué - attentif - sarcastique - charmeur - loyal - menteur - rigide - pragmatique - manipulateur
Autres comptes : Sasha

Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: It's a new day, it's a new life... [Livre III - Terminé]   Ven 23 Oct - 19:38

Nous avions besoin de bras, c'était indéniable. L'ennemi public, les semis démons, pouvaient frapper à tout moment, et se rajoutaient à cela le regain de haine des humains contre les vampires. Et vice versa, certes. Il y avait donc des vampires à tenir, des groupuscules d'humains à contrer, et toujours, ces maudits enfants du Chaos. Ce n'était pas une raison pour engager le premier venu. Ca n'en sera jamais une. Je dois me montrer prudente, sûre de moi. Ne rien faire, ne rien dire ou prendre à la légère, en somme. J'y suis habituée, mais les circonstances peuvent être lourdes à porter, personnellement. Me répéter que je dois passer outre est bien plus facile à dire qu'à faire... Je suis dans une situation que je n'ai jamais connue, imaginée, à laquelle rien ne m'a jamais préparée. Pour la première fois depuis bien des années, je me sens humaine. Vulnérable. Et j'ai ce lien, cette présence en permanence dans ma tête. Elle m'apporte une force, certes, mais je ne suis pas encore habituée à sa présence. Ca vient. Il le faut. IL faut ce qu'il faut, dans le monde où nous vivons. Alors je chasse tout ce qui parasite mes pensées et ma concentration, je musèle tout dans un coin de ma tête. Je tente d'exercer un peu de contrôle sur ce lien et de me fermer à Morgane un peu plus qu'à l'habitude, sans pour autant couper complètement le courant. S'il se passe quelque chose, je le ressentirai quoi qu'il en soit. J'ose espérer que ce ne soit pas le cas... Mais c'est sûrement un luxe, aujourd'hui.

L'homme me salue, se montre poli. Il aurait très bien pu ne pas le faire, ça aurait été pareil. On ne marque aucun point là dessus avec moi. Sourire à votre ennemi avant de le tuer n'aura pour seule conséquence que de lui offrir quelques instants de plus pour vous éliminer lui même. IL aurait été question d'espionnage, d'infiltration, les choses auraient pu être différentes. Mais cette époque là semblait révolue, pour moi en tout cas. Bref. Passons.

Il m'offre une petite grimace qu'il arrive difficilement à cacher, alors que j'emploie le terme « monsieur » pour le saluer. Je vois. Pas habitué à ça. Ca aussi, je m'en fiche, mais je note tout de même. Je me remémore en deux secondes ce que je sais sur lui : ancien militaire, américain. En effet, les ronds de jambes, ce n'est pas trop la spécialité de l'armée. On m'a dit qu'il était quelqu'un de compétent et de déterminé ; là, en revanche, je n'y accorde aucun crédit pour le moment. Il se présente ; j'écoute attentivement tout ce qu'il a à me dire, et note mentalement. Je me souviens moi même des années sanglantes, alors qu'il évoque le combat de l'armée américaine contre les surnaturels. Bloquée en écosse, je voyais mon pays s'écrouler à travers un pauvre écran de télévision, englouti par le chaos. Et les contacts avec mes supérieurs, de plus en plus rares, de moins en moins optimistes. C'était une autre époque. La sorte de folie meurtrière qui avait commencé à me prendre. J'avais perdu la notion de danger... Et voilà où j'en étais arrivée. A faire passer un entretien avec un ancien compatriote qui faisait parti de ceux qui avaient tenté de lutter. Pas de nostalgie, rien. C'était du passé. C'était loin. Mais oui, je savais ce que ça avait été, ces combats. Je continue à écouter son histoire, sans broncher. Je hausse les épaules.

« Sûrement. Cela dépend de ce que vous attendez, je pense. Vous parlez de rigidité : vous devez avant tout savoir que je n'ai pas la réputation d'être plus tendre qu'un officier américain. »

Je ne sais pas quelle réputation j'ai, et cela m'est bien égal. Mais sûrement pas celle d'une douce et adorable jeune femme.

« Vous prônez la tolérance envers les vampires, donc. Si je peux me permettre... Quel est votre opinion envers les autres espèces surnaturelles ? Je sais ce qu'on été les combats aux Etats-Unis, il y avait certes beaucoup de vampires, mais les autres n'étaient pas en reste non plus. »

Je l'observe, je ne le lâche pas d'une miette. Il a l'air sincère et sûr de lui. Son histoire tient debout, pour l'instant. Mais rien n'est jamais gagné d'avance, et je ne peux me permettre la moindre erreur dans mes choix. J'esquisse un sourire.

« Non, on n'en n'est tout de même pas encore là, et j'espère que l'on n'y viendra pas. Mais sans parler d'humains, on ne sait pas ce à quoi on peut avoir à faire face, aujourd'hui. J'ai besoin d'hommes avec des tripes à toute épreuve. Vous étiez à Glasgow la nuit du massacre, en février ? C'est ce type de boucheries que nous allons avoir à affronter. Peut être en pire. »

_________________

Awards & co:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireuse
Points de vie : 17
Coups du Destin: 16
« Ne reste que l'odeur du sang »
Messages : 3191
Membre du mois : 26
Je crédite ! : Ava (c)SWAN // Signa (c) Hotmess / Gif : tumblr / Spoiler : Kanala
Localisation : Dans l'Ombre
Caractère : Fiable - Patiente - Acharnée -Pragmatique - Manipulatrice - Cinyque - Ne fait pas dans la dentelle - Caméléon - blessée
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Concentrée
Autres comptes : Leah Rivers & Eva Raederer

« Ne reste que l'odeur du sang »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2536-erin-danvers-born-to-kill-dispo http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2537-erin-danvers-born-to-kill
MessageSujet: Re: It's a new day, it's a new life... [Livre III - Terminé]   Lun 2 Nov - 21:04


Je ne suis pas vraiment du genre à savoir cerner les personnes en un clin d'œil, autant le dire tout de suite. J'aime les voir à l'œuvre, les grands discours, les grandes idées, très peu pour moi. Pour autant, du peu que je peux voir Erin Danvers, ce qu'elle peut déjà dégager ne laisse pas indifférent. J'attends quand même de voir ce qu'elle attend de moi et, surtout, si je ne vais pas me vautrer lamentablement. J'essaie de ne pas me focaliser là-dessus et de continuer de me concentrer sur du concret, c'est ce que je fais encore de mieux.

Je me rends compte alors que, ce qui est surtout amusant c'est que j'ai l'impression de ne commencer à l'intéresser que lorsque que je commence à réellement répondre à ses questions. Comme si tout le reste n'était qu'accessoire. Si c'est bien le cas, elle a raison, surtout quand on voit de quelle façon déplorable j'essaie de lancer la discussion. Autant qu'elle ne se focalise pas trop là-dessus, d'autant qu'elle aurait une image de moi qui ne colle pas vraiment avec la réalité.

Comme je le supposais, elle me demande pourquoi je veux être membre de cette armée aux buts si différents que ceux que j'ai suivi des années durant. Alors je lui sors cette petite histoire soigneusement préparée, en espérant qu'il n'y aura pas trop de fausses notes ou de discordances qui risqueraient de me faire chuter avant l'heure.

A ses propos, j'ai un haussement d'épaules en écho au sien et je souffle, pensif.

"Je n'ai rien contre la rigidité, c'est probablement mes dix années d'armée qui vont parler pour moi mais elle est nécessaire d'après moi, surtout avec tout ce qu'on a pu voir ces derniers temps. C'est parfois ce qui permet d'éviter une panique incontrôlable, qui permet de tenir les troupes et d'avancer si besoin.
Mais elle doit être acceptée par les deux parties. On ne peut pas imposer à une race de rester cloîtrée derrière des grillages électrifiés parce qu'elle pourrait être différente. Surtout quand il s'agit de gens réellement puissants et qui pourrait apporter beaucoup aux humains.
"

Parler des vampires comme d'un atout pour l'humanité. Voilà quelque chose que jamais je n'aurais pensé prononcer un jour à haute voix. Je me demande, l'espace d'un instant, si mes propos ne vont pas me faire passer pour une espèce de groupie pro-vampire ce qui, avec mon passif, serait particulièrement ironique.
Mais il vaut mieux qu'elle me voit comme ça que comme un homme qui a songé à débarrasser la terre entière de ces saloperies quand il a vu les cicatrices sur le corps d'Astrid.

"De la tolérance, on peut appeler ça comme ça oui. Je pensais plus à une réelle acceptation. Quant aux autres races… et bien je n'ai guère fréquenté les lycans mais je les trouve trop… sauvages à mon goût. Ca peut paraitre un peu cliché mais j'ai la sensation qu'il est impossible de leur faire confiance et je ne me risquerais pas à leur tourner le dos. Je n'ai jamais croisé de semi-démon ou autre et je ne me fie guère aux on-dit à leur propos. J'attends d'en voir un en face avant de dire ce qu'en pense."

Comment pourrais-je de toute façon apprécier une créature qui prône le chaos et la destruction, ce contre quoi je me bats depuis que j'ai l'âge de raison ? Mais, si les vampires considèrent que ce seront des alliés potentiels, ce qui n'est pas exclus d'après ce que j'ai cru comprendre, je m'efforcerais de me montrer de leur coté. Se fondre dans le groupe, s'adapter, jusqu'à être à deux doigts à peine d'y croire réellement. Mais pas totalement, c'est toujours là que la limite est délicate à tenir. Plus d'une fois, j'aurais été prêt à tout pour les hommes avec qui j'ai combattu. Avant de me souvenir quel était mon vrai combat et pour qui j'étais réellement prêt à mourir, sans la moindre hésitation.

Je laisse filer un instant de silence alors qu'elle esquisse un sourire à ma réponse avant de continuer, d'un ton tranquille.

"Je n'étais pas à Glasgow non. Je suis arrivé quelques semaines plus tard. Mais je pense que niveau boucherie, je ne suis pas en reste. J'ai vu des êtres de toutes les races se faire massacrer et j'ai découvert que l'imagination des gens dans ce domaine était réellement sans limite. Je suppose que vous étiez en plein cœur du carnage. Il y a quoi à en retirer ? Mis à part la boucherie et le fait que les choses vont surement être identiques pour ne pas dire pire encore."

Je la fixe, curieux, me demandant si elle ne va pas s'offusquer de ma question et surtout, ce qu'elle va me répondre.

avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 16
Coups du Destin: 5
Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Messages : 394
Membre du mois : 20
Je crédite ! : (c) Stalker mind.
Caractère : Ambitieux - dévoué - attentif - sarcastique - charmeur - loyal - menteur - rigide - pragmatique - manipulateur
Autres comptes : Sasha

Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: It's a new day, it's a new life... [Livre III - Terminé]   Ven 6 Nov - 18:46

Je fixais intensément l'homme qui me faisait face. Je ne suis pas habituée à ce que je fais là, en ce moment, mais j'essaye de m'en cacher du mieux possible. Mon boulot n'a jamais été d'être au contact des gens, à part des cibles, en tout cas jamais de les recruter. Alors j'improvise. Je sais ce que je veux. Plus ou moins. Je suis paumée, je ne sais plus vraiment qui je suis, ni ce que je suis et encore moins où je vais, mais j'essaye de m'inventer un devoir, un objectif, une ligne de conduite à suivre. Parce que ce n'est que comme ça que je garderai un peu ma raison, et que j'arriverai à passer le temps qu'il me reste encore à vivre sur cette maudite terre. Je n'ai jamais rien connu d'autre. Alors voilà. Je fais. Tant pis si je le fais mal, ou si ça ne sert à rien, je fais. J'ai rien d'autre à faire. Je n'ai pas, plus le choix. C'est fou, je cherche des hommes capables de remplir une tâche, d'avoir une détermination que je n'ai moi même plus réellement. Ce n'est pas grave. Il faut ce qu'il faut. Je sais faire semblant. Je n'en suis pas moins compétente, ni quoi que ce soit. Ou peut être un peu. Mais mieux vaut ne pas trop y penser.

Alors, un américain. J'ai devant moins un américain. Pas trop d'accent. C'est facile à perdre, quand on y met un peu du sien, bien que parfois, quand je m'énerve, l'accent de l'Alabama revient un peu. Mais comme il est rare que je laisse transparaitre de manière aussi flagrante les courants qui me traversent... Ca passe crème. Lui, il ne me dit rien. J'ai connu quelques types, par la CIA, mais pas grand monde, et comme l'armée est une véritable fourmilière... Pas étonnant. Et heureux pour moi. Qu'on s'intéresse à un fantôme disparu il y a bien des années aujourd'hui... Non merci. Bref. Je le jauge, simplement en l'écoutant et en le fixant pour l'instant. Il a l'air déterminé. IL a l'air de savoir ce qu'il dit. Oh, il a sûrement un peu préparé à l'avance, qui ne fait pas ça ? Mais il semble sincère. Et toutes les sources que j'ai confirment son histoire, pour le moment. Ne pas se précipiter, pour autant. Je continue, je le questionne. Je ne sais pas comment on procède normalement, mais je fais du mieux qu'il me semble. Il a l'air d'avoir des idées bien définies, quoi qu'il en soit. J'espère qu'elles ne seront pas trop démontés, ça fait parfois mal...

« Apporter beaucoup ? Quoi, par exemple ? »


Oui, je le pousse, je titille. Et alors ?

« Autre chose dont il faut que vous soyez conscient. Les vampires sont aujourd'hui un peuple divisé, je ne brise aucun secret en disant cela. Je suis, et les hommes sous mes ordres de même, au service du pouvoir Vampirique. La Reine n'a pour le moment pas parlé de mettre les dissidents derrière des clôtures électriques, nos cachots sont déjà bien solides ; mais être au service des vampires ne veut pas dire que vous n'aurez pas à en affronter, à en tuer, à en traquer. Il faut ce qu'il faut, n'est-ce pas ? »

Oh, des admirateurs des vampires, nous en avions, dans nos rangs, mais ils étaient conscients de cela. Et il ne fallait pas de surprise de ce côté là. Les autres espèces, aussi, était un sujet sur lequel il fallait être précautionneux. Si faire du mal aux vampires avait écorché son pauvre cœur, il ne fallait pas que cela en soit de même avec les loups garous. Même si ce n'était pas au programme en ce moment. Non, le programme, c'était plutôt ces saletés des enfers. Je lâche un rire, alors qu'il me dit ne pas s'être encore fait son opinion sur ces derniers.

« Je crains malheureusement que vous n'ayez pas le temps d'en penser quoi que ce soit le jour où vous vous retrouverez face à l'un d'eux. Il faudra simplement l'éliminer avant qu'il ne le fasse dans l'autre sens. »

Et dans la fureur des combats, on n'a pas le temps de distinguer qui est qui, qui utilise un pouvoir, qui quoi. IL faut agir. Tirer. Garder son sang froid, ne pas se laisser abattre. Mais en tant qu'ancien militaire, il devait le savoir... J'écoute en tout cas attentivement sa réponse à mon autre question. Il n'était pas à Glasgow. Quel dommage. On ne peut pas se faire une idée de ce que ça a été sans y être, non. Et c'est difficilement descriptible.

« Ce qu'il y a à en retirer ? Que nous avons encore beaucoup d'efforts à fournir pour pouvoir leur tenir tête, réellement. Je me doute que vous avez dû en voir des belles, mais moi aussi. Et je peux vous assurer que cela dépassait tout ce qu'on avait connu jusque là. Vous ne pouvez pas savoir qui est l'ennemi, qui est un semi démon, qui fait couler votre sang. C'est une sensation très déconcertante de sentir une puissance démoniaque contrôler votre hémoglobine, et la faire s'écouler lentement hors de vous. Pourtant, dans ces situations, il faut garder son sang froid, continuer à agir, à tirer. Ne pas se désordonner, jamais. C'est des tripes, rien de plus, et ça ne s'acquiert pas facilement. »

_________________

Awards & co:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireuse
Points de vie : 17
Coups du Destin: 16
« Ne reste que l'odeur du sang »
Messages : 3191
Membre du mois : 26
Je crédite ! : Ava (c)SWAN // Signa (c) Hotmess / Gif : tumblr / Spoiler : Kanala
Localisation : Dans l'Ombre
Caractère : Fiable - Patiente - Acharnée -Pragmatique - Manipulatrice - Cinyque - Ne fait pas dans la dentelle - Caméléon - blessée
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Concentrée
Autres comptes : Leah Rivers & Eva Raederer

« Ne reste que l'odeur du sang »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2536-erin-danvers-born-to-kill-dispo http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2537-erin-danvers-born-to-kill
MessageSujet: Re: It's a new day, it's a new life... [Livre III - Terminé]   Jeu 12 Nov - 23:03


Le regard qu'elle pose sur moi pourrait être particulièrement pesant dans d'autres circonstances, mais pour le coup, ça ne me dérange pas vraiment. C'est un peu normal qu'elle soit attentive à ce que je peux dire ou faire, après tout, elle ne sait de moi que ce que les illuminatis ont décidé de laisser filtrer. Si l'on omet un pseudo amour inconditionnel pour les vampires, elle ne doit pas non plus avoir une vision de moi trop faussée, ne serait-ce que par mes états de service.

En tout cas, plus ça va et plus j'ai l'impression d'être en train de passer un examen, comme lorsque j'étais à l'école. Enfin, le contraire ne devrait pas m'étonner non plus, c'est sûr, mais sa façon de faire est pour le moins amusante. Je me suis préparé autant que possible pour cet entretien, ne serait-ce que pour être crédible et cohérent avec le passif que je suis censé avoir et qui me donne l'envie de postuler pour ce genre de… boulot ? Je ne suis pas persuadé qu'on puisse vraiment qualifier ça de boulot mais peu importe.

Elle m'écoute toujours avec la même attention et semble savoir exactement ce qu'elle veut. Elle me pousse un peu dans mes retranchements mais j'ai l'impression de ne pas être trop à coté de la plaque. A sa question, j'ai un bref sourire et je laisse filer quelques secondes, me laissant le temps de la réflexion.

"On parle là de gens qui ont vécu pour la plupart bien des vies, qui ont vu plus de choses que nous n'en verrons jamais. Et qui sont toujours là pour en parler. Ils sont su garder une certaine maitrise d'eux-mêmes. Je pense qu'ils ont effectivement beaucoup à nous apprendre de manière générale."

Je guette sa réaction alors que j'ai essayé d'être le plus convaincu possible à chacune de mes paroles. J'imagine, l'espace d'un instant, Astrid qui se crispe à mes cotés en m'écoutant parler et cette pensée ne m'aide pas particulièrement à rester concentré sur mon objectif, celui de prouver à Erin que je suis fait pour intégrer cette fichue armée vampirique.

Au reste de ses propos, j'ai un bref hochement de tête. Je savais les vampires dans une situation délicate mais l'image qu'elle dépeint est autrement plus dangereuse que ce que j'avais soupçonné. Je demande jusqu'à quel point les nôtres sont informés de la situation et du chaos qu'une réelle sécession pourrait engendrer.

"Et bien, s'il faut affronter des vampires pour maintenir l'ordre, si le pouvoir vampirique pense que c'est l'option la plus viable, loin de moi l'idée de la contester. Vous ne m'avez pas posé la question mais la réponse est oui. Si c'est nécessaire je tuerais des vampires. Si mes supérieurs me le demandent. Je reste un soldat avant tout et quand bien même j'ai une admiration certaine pour les membres de cette race, je ferais ce qu'il y a à faire."

Je me suis fait un brin plus sérieux, me demandant tout de même si ma réplique n'est pas un rien trop pompeuse au vu des circonstances. Peu importe. Je suis tout de même des plus curieux à propos des dissidents qu'elle vient d'évoquer et je commence déjà à songer explorer un peu plus la vie nocturne des environs pour essayer d'en savoir plus, quand bien même ce n'est pas officiellement pour ça que j'ai été envoyé en Ecosse. Enfin, les raisons qui m'ont envoyé ici n'étant pas ce qui me met de la meilleure des humeurs, je préfère éviter de trop penser à ça et je me focalise à nouveau sur la jeune femme alors qu'elle évoque les autres créatures.

J'esquisse une ombre de sourire alors qu'elle lâche un rire en écho à mes paroles avant de hausser brièvement les épaules.

"Bien, frapper d'abord. Ca me parait une bonne façon de faire connaissance. Au moins, je n'aurais pas de question à me poser à leur sujet. C'est tout aussi bien."

Un peu manichéenne comme façon de voir mais, pour le coup, ça colle assez bien avec l'image que je veux qu'elle ait de moi. Je n'ai pas particulièrement envie de pousser la réflexion trop loin quant aux rapports que je pourrais avoir avec les autres créatures. Les illuminatis me donneront ma ligne de conduite mais je comprends au moins une chose, en étant sous les ordres des vampires, il faudra visiblement que je tire à vue. Je lâche alors, d'un ton amusé.

"Donc, toutes les créatures autres que les vampires sont des ennemis ?"

Quand elle évoque le chaos de février, je me tends un peu. Sa façon de décrire est simple, direct et brosse un portrait pour le moins effrayant. Je ne suis pas du genre à m'effrayer pour un rien mais c'est la première fois que j'entends une réelle combattante parler de ce qu'elle a pu voir, de ce qui s'est vraiment passé. Et, quand je songe que les choses ne vont pas aller en s'arrangeant il me vient brusquement l'envie d'embarquer Astrid aussi loin de tout ça que possible. Cette envie ne dure qu'une seconde et je reviens très vite à la réalité alors que je hoche la tête une fois de plus.

"C'est le genre de tripes qu'on ne se découvre qu'au plein cœur de l'action, quand il n'y a pas d'autre choix que de tirer ou d'être tué. J'aimerais vous dire que je ne suis pas du genre à flancher dans ce genre de situation. Je ne l'ai en tout cas encore jamais fait mais je n'ai aucune garantie quant à ma façon de réagir si un démon essaie de me vider de mon sang. Je pourrais me vanter et dire que je continuerais à viser sans même ciller, mais j'aurais un doute tant que le moment ne sera pas venu."

Et pourtant, j'en ai effectivement vu de belles. Et pas une fois je n'ai hésité, tremblé ou même songé à ce qui se passerait après ou si ma vie était dans la balance. Ce qui comptait c'était l'instant présent, ce moment où le temps est suspendu et où seule compte la cible qui nous fait face, malgré le carnage, le chaos ambiant et j'en passe.

Je laisse filer quelques instants et je finis par souffler, d'un ton tranquille.

"Si vous m'acceptez dans vos rangs, qu'est ce que vous attendrez de moi ? Concrètement."

Oui, parler philosophie vampirique c'est bien beau et j'ai quand même un sérieux doute quant au contenu de sa réponse, mais pour le principe je demande. Rien que pour savoir ce qu'elle va me dire, comment elle peut présenter ça à un nouveau venu. Peut-être va-t-elle juste me remettre à ma place et me dire que je verrais le moment venu ou va-t-elle se fermer comme une huitre, à dire vrai, je ne sais pas trop. Mais je la fixe quand même, sans cacher ma curiosité.

avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 16
Coups du Destin: 5
Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Messages : 394
Membre du mois : 20
Je crédite ! : (c) Stalker mind.
Caractère : Ambitieux - dévoué - attentif - sarcastique - charmeur - loyal - menteur - rigide - pragmatique - manipulateur
Autres comptes : Sasha

Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: It's a new day, it's a new life... [Livre III - Terminé]   Mar 17 Nov - 17:28

[HJ]... disons que j'ai fait mieux

On ne se forge pas son opinion de quelqu'un en un soir, et en une petite discussion au milieu de nulle part. Pourtant, je devrais m'en contenter. Savoir l'essentiel pour décider si je l'accepte ou non, et le reste devra venir ensuite. On fait avec les moyens du bord ; le temps est compté, et nous avons besoin d'effectifs. D'effectifs certes, mais d'effectifs fiables. Il fallait que je fasse vite mais sans pour autant bâcler. Je ne suis pas spécialement dans mon élément, mais tant pis. Je ne sais pas s'il est non plus familier de ce genre de situation, mais si ce n'est pas le cas, il le cache tout aussi bien que moi. J'essaye de ne pas me distraire, de ne pas penser à l'amérique. A tous ces mois d'anxiété, à ce souvenir de la pression montant continuellement en moi, alors que je voyais le pays tomber en cendres. Et moi, impuissante. Tout cela m'avait mené à ce que j'étais aujourd'hui. Je n'éprouvais rien. C'était comme ça, et pas autrement. Je n'avais rien à regretter, je n'avais pas à réinventer le passé et le futur avec des si. Ca ne servait à rien. Les choses étaient comme elles étaient, et je faisais ce que j'avais à faire. C'était facile, finalement. Ca ne demandait pas de réfléchir, de se remettre en question. Il fallait juste se blinder de détermination.

En tout cas, l'homme qui se tient en face de moi semble en avoir. Semble. On n'est sûr de rien. On ne fait jamais confiance à personne. On ne peut pas, dans ce monde, et il a dû l'apprendre aussi. Je n'insiste pas trop sur le déroulement de son arrivée en écosse, son passé et tout le tralala. Il confirme la source que l'on m'avait donné, et ce n'est pas le plus important. Si on fouillait mon propre passé à moi, il n'était pas forcément le plus adéquat pour bosser pour les vampires. Je les avais espionnés et tués pendant des années, jusqu'à me faire choper. Et nos rangs n'étaient pas non plus spécialement remplis d'honnêtes hommes. Peu importe. Ce monde est ce qu'il est. Ce qui importe, c'est les capacités et la fiabilité. Et la discipline. Je n'ose pas le contredire lorsqu'il affirme que les vampires ont su garder une certaine maîtrise d'eux même. C'est tout relatif... Et comme pour les humains, on ne classe pas tous les vampires dans le même panier. Je servais Krystel. Je La servais non parce que j'avais fois en son espèce, mais parce que j'avais foi en Elle. Enfin. C'était un autre débat, et je n'allais pas m'y engager pour le moment. J'acquiesce de la tête, et nous passons à autre chose. Petite mise au point, justement, sur le fait qu'on ne range pas tous les vampires dans le même tas, et qu'il aura à en affronter, à en tuer. Peut être. Sûrement. Je n'aime pas laisser les nouvelles recrues que je ne connais pas encore traquer les dissidents, mais il pourra s'y retrouver confronté, d'une manière ou d'une autre.

« Bien. Nous sommes d'accord sur ce point là, dans ce cas. »


Je le fixe toujours. J'ai l'impression qu'il a une ou deux secondes d'absence, mais si je note, je ne lui en parle pas. Il se débrouille bien, pour le moment. Ce qui ne veut pas dire que je lui fais confiance ou que je l'estime, mais simplement que je n'ai rien à lui reprocher pour l'instant. Sa remarque sur les semis démons me fait rire. Non, on n'attend pas de se faire son avis. Le panel des opinions à avoir sur eux n'est pas très large, en somme, et contrairement aux vampires ou aux humains, ils suivent tous le même but, qui est tout naturellement nocif aux autres êtres foulant ce sol.

« Non, il n'y a pas beaucoup de questions à se poser à leur sujet. Dites vous qu'ils sont l'ennemi, et que quoi qu'ils fassent, ils veulent nuire aux vampires comme aux humains, et détruire. Et qu'ils sont puissants. Nous devons encore nous organiser face à eux. »

Oui, c'est manichéen, et alors ? Dans leur cas, c'est ce qui est le plus vrai. Ils viennent d'une autre dimension, après tout. Si les notions de bien et de mal sont la plupart du temps floues, pour des créatures de l'enfer, cela me semble tout de suite moins compliqué. On a bien vu de quoi ils sont capables. Je m'en souviens. Je m'en souviens très bien. C'est encore trop frais... Il se montre sûr de lui, et m'assure qu'il a les tripes dont je parle. Oui, je sais que les militaires américains en ont vu des belles. Mais il reste réaliste, tout du moins. Non, on ne sait pas comment on va réagir tant qu'on y a pas été confronté. Il a le mérite d'être franc.

« Non, en effet, vous pouvez difficilement savoir, malheureusement. On ne peut pas s'y entrainer. Mais je sais ce que vous avez dû voir, aux Etats-Unis. Ca n'a sûrement aucun rapport, mais c'est déjà pas mal. Vous êtes un soldat. Vous devez savoir qu'on attend de vous que vous tenez, quoi qu'il arrive. »

Quelques instants de silence, avant qu'il ne le rompe. Je le fixe moi aussi sans bruit, cherchant comment formuler. J'esquisse un sourire.

« D'être disponible, disons. Mais ça, vous devez déjà vous en douter. Notre mission première est de protéger les hauts lieux du pouvoir vampirique et autres endroits sensibles, en particulier de jour, lorsque les vampires ne peuvent pas assurer leur propre sécurité. Nous sommes un peu une « annexe » de l'armée vampirique, si vous voulez. Pour le reste, je ne peux pas vous dire. J'attends que vous soyez disponible et réactif. On peut difficilement prévoir une attaque, des attentats, avec beaucoup d'avance, mais il faut toujours être sur le qui-vive. Mais outre les urgences, c'est de la protection. »

_________________

Awards & co:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireuse
Points de vie : 17
Coups du Destin: 16
« Ne reste que l'odeur du sang »
Messages : 3191
Membre du mois : 26
Je crédite ! : Ava (c)SWAN // Signa (c) Hotmess / Gif : tumblr / Spoiler : Kanala
Localisation : Dans l'Ombre
Caractère : Fiable - Patiente - Acharnée -Pragmatique - Manipulatrice - Cinyque - Ne fait pas dans la dentelle - Caméléon - blessée
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Concentrée
Autres comptes : Leah Rivers & Eva Raederer

« Ne reste que l'odeur du sang »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2536-erin-danvers-born-to-kill-dispo http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2537-erin-danvers-born-to-kill
MessageSujet: Re: It's a new day, it's a new life... [Livre III - Terminé]   Lun 23 Nov - 19:30


Notre petit jeu se poursuit, si on peut appeler ça comme ça. Elle pose les questions, je réponds ce qu'il faut et ce qu'elle est supposée attendre quand bien même nous savons tous les deux que, tant qu'elle ne m'aura pas vu sur le terrain, elle ne sera de toute façon pas convaincue et devra se fier à une simple impression et aux recommandations qui lui ont été faites. Pour autant, je ne m'inquiète pas, je connais ma valeur et je sais de quoi je suis capable quand il le faut.

Je suis assuré dans mes paroles, je n'hésite pas. De toute façon, quand bien même je ne serais pas sûr des raisons de ma présence ici, je ne suis pas du genre à laisser échapper la moindre faille, le moindre signe de faiblesse. Astrid trouve que j'en fais toujours trop. Elle a probablement raison mais, vu ce dans quoi je compte me jeter à bras le corps, je n'ai pas d'autres choix. Je ne peux rien laisser au hasard, en tout cas, rien de ce que je peux maitriser. On verra bien plus tard pour le reste parce que je sais qu'il va arriver, tôt ou tard.

En attendant, je dois surtout convaincre la jeune femme qui me fait face que je suis compétent pour ce qu'elle attend de moi. Que je ne suis pas qu'un pistonné qui vient voir du pays. Enfin, il faudrait être sacrément siphonné pour se jeter là-dedans pour le plaisir quand même. Je me rends compte que c'est peut-être son cas et que, surtout, je vais fatalement des gens qui pensent réellement tout ce que j'ai pu dire à haute voix. L'idée me déplait mais, comme toujours, mon devoir passe avant tout le reste et je m'adapterais, j'endosserais ce déguisement qu'on veut me voir porter, en espérant que ça serve réellement.

A sa répartie, j'ai un bref hochement avant de souffler, avec un sourire en coin.

"Je ne suis pas du genre à discuter les ordres. Sinon je ne serais pas resté aussi longtemps dans l'armée."

Et sans compter les illuminatis. Pas une fois je n'ai songé à remettre le moindre de leurs ordres en question, quand bien même ils pouvaient sembler peu logiques. Leur dessein, l'équilibre, va bien au-delà de nos simple personnes et il ne m'appartient pas de juger de la pertinence de telle ou telle décision. Sauf quand Astrid est concernée mais ça, j'y travaille.

Je l'écoute me confirmer la meilleure attitude à avoir face aux semi-démons et sa vision tranchée m'amuse. Voilà qui dénote sérieusement avec la propre vision bien plus nuancée du monde qu'on m'a inculqué depuis toujours. Je me demande, l'espace d'une seconde, comment seraient les choses si tout était blanc ou noir et l'idée ne me plait guère, allez savoir pourquoi.

"Je vois. C'est le principal ennemi on dirait bien. Difficile de trouver une façon de lutter contre eux efficacement pour le moment alors ?"

Je guette sa réaction, notant dans un coin de mon esprit de demander aux miens un maximum d'informations sur les semi-démons. Je savais déjà que c'était la base du problème mais c'est un peu trop simpliste pour que tout puisse se résoudre en un battement de cils en éliminant cette menace, quand bien même on saurait comment faire. Leur simple évocation semble tout de même avoir un effet sur la jeune femme alors qu'elle doit côtoyer bien des choses au vu de ses fonctions. Je réprime ma curiosité alors que la discussion continue.

Je hoche la tête au reste de ses propos. Tenir bon, quoi qu'il arrive, quoi qu'on puisse voir en face. Même quand on pense que notre dernière heure est venue et bien, on la passera à essayer d'affronter ce qui arrive. Ca, ça va, je maitrise. Moins quand on quitte le champ de batailles, mais c'est une autre histoire.

"Avec le temps, on commencera peut-être à savoir comme se préparer à tout ça. Ne serait-ce qu'avec vos propres expériences de février pour aiguiller ceux qui n'y étaient pas non ?"

Non pas que j'ai envie de savoir dans les détails ce qui s'est passé. Mais les failles qu'elle a pu apercevoir, la façon de gérer la situation… ce genre de choses qui permettraient d'avoir un début de bouclier pour ce qui nous attend. Elle laisse filer un silence à ma question et finit par me sourire avant de se décider à répondre. Je l'écoute attentivement et je souffle alors, d'un ton assuré.

"Je suis disponible. Complètement, sans la moindre contrainte. C'est pour ça que je suis venu en Ecosse, le contraire serait un peu … comment dire… peu approprié n'est ce pas ?"

J'ai un sourire alors que je reprends, avec une mine appliquée.

"Protection donc. Et être capable d'intervenir en urgence quand c'est nécessaire. Savoir anticiper et déceler les signes qui pourraient mener à une véritable attaque. Je suppose que ce n'est quand même pas quelque chose de très fréquent, même après les récents évènements non ?"
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 16
Coups du Destin: 5
Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Messages : 394
Membre du mois : 20
Je crédite ! : (c) Stalker mind.
Caractère : Ambitieux - dévoué - attentif - sarcastique - charmeur - loyal - menteur - rigide - pragmatique - manipulateur
Autres comptes : Sasha

Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: It's a new day, it's a new life... [Livre III - Terminé]   Sam 28 Nov - 15:53

Je réfléchissais, en même temps que je lui parlais. Que m'apportais réellement cet entretient, finalement ? Pas grand chose. Un premier contact. IL fallait en passer par là, mais j'avais l'impression que ce serait bien plus efficace et expéditif de lui donner une période d'essai et le tenir à l'oeil pendant celle ci. Je verrai vite ce que je voulais voir, comme ça. C'était sûrement ce que je ferai, de toute façon, mais maintenant que j'étais là, face à lui... Autant voir ce que je pouvais en retirer, même si j'avais l'impression que ce ne serait rien de plus que la confirmation de ce que je savais déjà sur lui. Peut être faudrait il que je revoie mes méthodes ? Mais dans ce domaine là, je n'étais pas très inventive. J'étais une tueuse, une solitaire. Pas une embaucheuse. Mais vu qu'il faut savoir être polyvalent, et que le contexte le requiert, j'improvise. Le jeu de question réponse s'avère tout de même un peu nécessaire, lorsque nous abordons un autre sujet que son expérience personnelle. Aux Etats Unis, de ce que j'en sais et de là où j'en étais restée, ils avaient plus eu à contrer vampires et loups garous que semis démons. Tu m'étonnes. Les deux grands démons ayant foulé la terre d'écosse, tous leurs disciples avaient dû déserter le reste de la planète pour y venir. Et voilà comment ce petit bout de terre au milieu de la mer en était devenu le pire merdier de la terre. Et continuait à l'être. Certains gouvernements arrivaient à se relever, à trouver une stabilité. Ici, vous pouvez toujours rêvé. On a essayé de berner la population, après les années sanglantes, mais la guerre n'a jamais cessé. Elle est passé dans l'ombre, et elle est en train d'en sortir. On est en train de dégringoler, de plus en plus rapidement, depuis février. Depuis janvier, même . Depuis qu'Elle... Non, ce n'est pas le moment. Pas ici. Pas maintenant. C'est le bordel, c'est tout. Je réfléchis un instant à sa question sur les moyens de combattre les rejetons du chaos.

« Les moyens existent, mais nous n'avons pas encore la solution miracle. Ce qui est évident, c'est que plus nous serons à conjuguer nos forces, plus forts nous serons. »

Je n'allais pas non plus trop en dire à un homme dont, finalement, je ne savais encore que trop peu. Je ne lui apprenais sûrement rien, là dedans, seulement mon point de vue... Ou du moins une partie. Le gouvernement humain ne prend pas les mesures nécessaires. Il a longtemps négligé l'importance de cette menace, je pense, mais aujourd'hui, même l'humain le plus lambda qui soit ne peut s'aveugler derrière ses certitudes. Les semis démons veulent nous diviser, unissons nous. Et encore, je ne sais pas si cela sera nécessaire. Je ne sais pas si quoi que ce soit est nécessaire. Krystel incarnait l'espoir, la force nécessaire pour nous sauver d'eux. Sans Elle... Je faisais parce que je devais faire, mais en moi, je ne savais plus si je devais y croire ou non. Peu importe, finalement. Nous verrons bien, ou je mourrais avant. Mais quoi qu'il en soit, pas question de paraître incertaine devant lui.

« Je ne sais pas si on peut appeler ces attaques une chance... Nous savions déjà à quoi nous attendre avec eux, finalement. Nous l'avons toujours su. Nous ne mesurions peut être pas simplement l'ampleur, et maintenant, tout le monde y est bien obligé. Je m'efforce de mettre ce que j'ai vécu à profit, oui. »

Nous étions peu nombreux, à en avoir échappé. Il était dur de reconstruire à partir d'autant de ruines, quand la monarchie elle même était instable. Mais cela aussi, je le faisais en essayant de ne pas trop me tourmenter. J'avais cessé de m'inquiéter pour le monde, finalement. Il continuerait sans moi, il tomberait avant ou après ma mort, certainement. Mais il tomberait. J'occupais juste mon temps avec la seule chose que je savais faire avant que la Mort vienne me chercher... Je le laisse finir de parler, avant de lui répondre.

« Non. Mais ils vont frapper à nouveau, c'est sûr, et ils frapperont jusqu'à ce qu'ils réussissent. Alors il faut nous tenir prêts. Pour autant, on ne chôme pas, croyez moi. »

Comme je le lui avais dit, le gros du travail est de la protection, et la protection, c'est constant. Alors non, ils ne chômaient pas. Moi non plus... Et c'était tant mieux. Sinon, je pensais trop, et ça faisait mal. Je reprends :

« Tout est clair ? Si vous n'avez plus de question, je pense que l'on peut vous prendre en période d'essai pour commencer, sur un mois. Je vous jaugerai mieux à l'oeuvre. Cela vous convient ? »

Inutile de préciser que ce n'est pas vraiment une question. Mais pour la forme...

_________________

Awards & co:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireuse
Points de vie : 17
Coups du Destin: 16
« Ne reste que l'odeur du sang »
Messages : 3191
Membre du mois : 26
Je crédite ! : Ava (c)SWAN // Signa (c) Hotmess / Gif : tumblr / Spoiler : Kanala
Localisation : Dans l'Ombre
Caractère : Fiable - Patiente - Acharnée -Pragmatique - Manipulatrice - Cinyque - Ne fait pas dans la dentelle - Caméléon - blessée
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Concentrée
Autres comptes : Leah Rivers & Eva Raederer

« Ne reste que l'odeur du sang »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2536-erin-danvers-born-to-kill-dispo http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2537-erin-danvers-born-to-kill
MessageSujet: Re: It's a new day, it's a new life... [Livre III - Terminé]   Dim 6 Déc - 17:13


Cet entretien d'embauche pour le moins étrange semble doucement mais surement toucher à sa fin. J'ai visiblement répondu correctement et je suis plus facilement entré dans la peau du personnage attendu que je ne l'aurais imaginé. Non pas que je ne sois pas habitué à mentir et à faire croire ce qu'il faut quand c'est nécessaire mais, avec ce qui est arrivé à Astrid, j'aurais cru qu'il me serait plus délicat d'entrer dans la peau d'un pro-vampire alors que tant de choses sont en jeu.

Et pourtant, ça marche bien, je finirais presque par croire à ce que je fais, comme à chaque fois. Reste à savoir si, comme dans mes missions précédentes, je finirais par m'attacher à ces êtres qui n'arriveront probablement jamais à voir plus loin que le bout de leur nez ou à chercher à savoir ce qui se passe au-delà de leur groupe. Je n'arrive pas vraiment à deviner comment fonctionne Erin, si elle se contente de faire son boulot ou si elle voit au-delà mais je suppose que je le saurais rapidement. En tout cas, pour l'heure, difficile de m'imaginer prendre fait et cause pour les vampires, même si je m'efforce de ne pas me bloquer.
Il apparait tellement évident que tout ça est avant tout un test que, l'espace d'un instant, j'ai quand même envie de me précipiter chez le hiérophante pour lui demander des comptes. Mais, heureusement pour moi, cette pensée disparait aussi rapidement qu'elle n'est venue et je me focalise sur Erin après m'être assuré que j'avais bien réussi à me fermer, comme Astrid me le reproche souvent.

En tout cas, le constat semble simple. Rien ne va, même les vampires se sentent en danger. Et pour qu'on en arrive à ce point-là c'est que l'équilibre s'est effondré depuis longtemps. Je prends une mine aussi assurée que possible et je hoche la tête lorsqu'elle parle des moyens existants. Comme partout, c'est surtout la dimension humaine qui prend le relai et qui, pour l'heure, semble manquer. Reste à voir si c'est partout la même chose ou pas mais, vu la façon dont elle en parle, j'ai bien l'impression que oui. Visiblement l'Ecosse est vraiment un sacré merdier et je me demande comment ils envisagent de tous nous sortir de là. Ou s'ils l'envisagent réellement. Je connais assez bien les illuminatis pour savoir que, s'il faut prendre des solutions drastiques, ils le feront sans hésiter.

Erin garde l'air assurée, comme si elle avait la réponse à toutes les questions que je pourrais lui poser. C'est logique après tout, c'est son rôle d'une certaine façon et distiller le doute chez une nouvelle recrue n'est pas la meilleure façon de fonctionner, surtout au vu du contexte qui est pour le moins difficile.

"Oui, je suppose qu'il est difficile de voir le coté positif de ces attaques. Si on peut en voir réellement un. Mais elles ont effectivement permis à bien des gens d'ouvrir réellement les yeux et de se donner les moyens d'agir efficacement."

Il semblerait que ce soit le cas des illuminatis en tout cas. Je me demande si ce sont vraiment les évènements de février qui ont été le déclencheur ou s'ils se préparaient depuis longtemps à intervenir mais, si c'est le cas, le calendrier se goupille particulièrement bien.

Elle n'est guère optimiste sur les évènements à venir mais, à sa place, je pense que je penserais de la même façon. On doit vraiment s'attendre à tout et surtout, au pire. Mais c'est pour ça que je suis là non ? Enfin ça, je vais éviter de le dire à haute voix, surtout à Astrid. Je me contente alors de souffler, d'un ton tranquille.

"Je n'ai aucun doute là-dessus."

J'ai un bref hochement de tête, la mine sérieuse alors qu'elle enchaine sur l'inévitable période d'essai. J'avoue, ce terme ne m'est pas des plus familiers et je ne peux m'empêcher de le trouver un peu décalé, surtout au vu du genre de période d'essai que je risque de vivre. Mais inutile de disserter sur le sujet. J'aurais l'occasion de faire mes preuves comme ça, d'en apprendre plus et, surtout, de gagner leur confiance.

"Ca me convient. Et je n'ai plus de questions pour le moment. Ca viendra probablement par la suite. Vous savez où me joindre donc. Je me tiendrais prêt."

Autant le dire tout de suite, j'ai presque hâte qu'elle m'appelle. Ne serait-ce que parce que je déteste être inactif et surtout, parce que je veux savoir réellement de quoi il en retourne dans le chaos qu'est devenu l'Ecosse. Mais, en attendant, il va être temps de rentrer et de faire mon rapport.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 16
Coups du Destin: 5
Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Messages : 394
Membre du mois : 20
Je crédite ! : (c) Stalker mind.
Caractère : Ambitieux - dévoué - attentif - sarcastique - charmeur - loyal - menteur - rigide - pragmatique - manipulateur
Autres comptes : Sasha

Le mal est une nécessité favorable à l'équilibre du bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: It's a new day, it's a new life... [Livre III - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
It's a new day, it's a new life... [Livre III - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mon Armée Peaux-Vertes!
» le Mordor
» Récit du premier voyage de Sa Majesté en Araucanie
» Honneur à Paillant petite commune de miragôane.
» [SORTIE] L'Abîme invitation chez Kanaxai [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Edimbourg
 :: Alentours
-
Sauter vers: