AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Sonate au clair de Lune [Livre III - Terminé]
MessageSujet: Sonate au clair de Lune [Livre III - Terminé]   Lun 10 Aoû - 23:16

Il est tard, je sais que je devrais rentrer, mais j’en ai pas envie. Si je reste juste devant la maison, ça devrait aller non ? La journée a été longue. Enfin, pour le coup, ça s’est passé sans histoire, c’est déjà ça, mais… j’en serais presque à me dire que je préfère les cours plutôt que de voir ses journées interminables se suivre… sans que rien ne se passe.
Et le conservatoire est fermé. Je crois que c’est ça qui me mets autant sur les nerfs en réalité. J’ai beau râler souvent de ne pas pouvoir y jouer réellement tout ce que je veux, j’aime y aller. J’aime même les autres élèves, c’est dire. Enfin la plupart soit. Et oui, ne pas pouvoir jouer me perturbe. Je ne suis pas retournée en cours de musique. Je ne pourrais pas…. ce serait trop bizarre sans Darren. Plus que le reste encore je pense.

Assise en tailleur sur la table de jardin, je finis par baisser la tête, quittant des yeux le peu d’étoiles que j’arrivais à distinguer parmi les nuages. Je laisse mon regard errer dans le jardin. Les lampadaires de la rue éclaire le bord du jardin, mais le reste est dans le noir. J’aurais peut-être dû allumer. Mais j’aurais encore moins vu les étoiles. Et puis, je n’ai pas envie de voir. Ou qu’on me voit, je ne sais pas trop. Je ressers mon gilet sur moi. Maman serait pas contente de me voir ici, alors que j’étais malade il y a peu. Donc, autant en profiter tant qu’elle n’est pas là je suis bien d’accord. Et il est hors de question que je reste à nouveau enfermée, alors qu’il fait relativement bon et doux dehors ce soir. Je ne veux pas. Je ne peux pas. J’ai envie…

Je déplie mes jambes dans une grimace avant de sauter à terre. J’ouvre mon étui et passe lentement la main sur mon violon. J’esquisse un sourire, qui se transforme en grimace. Je suis pas sûre que ce soit une bonne idée de jouer maintenant. Je me sens un peu… vide. Triste. Seule. Désemparée. Je sais pas trop non plus. Un peu tout ça sans doute. Et je sais que je ne vais finir par jouer que des musiques limites déprimantes. Ça ne va pas améliorer mon humeur.
Pourtant, le violon est arrivé sous mon menton sans que je m’en rende compte. Je fais sonner les cordes, les réaccorde en automatique. J’hésite un instant, ma main au-dessus de l’archet. Je soupire et le saisis doucement. Je me redresse et fais craquer mon dos, avant de replacer le violon contre moi. Je ferme les yeux alors que je frôle les cordes. Les notes s’enchaînent et se multiplient, et au final, je me perds petit à petit dans la mélodie. Les sonates de Bach, Vivaldi et autres s’unissent, s’accordent, en partie, entièrement, je ne sais pas, je finis par Debussy. Après tout, la sonate au Clair de Lune est plutôt bien adaptée à la situation je trouve. Je vous ai déjà dit que la plupart des solo de violon sont tristes ? Celui-là ne l’est pas. Je l’aime bien.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défenseur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 5
A smile is the prettiest thing you can wear
Messages : 1119
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c) Kanala
Caractère : Abimée - Perdue - Renfermée - Triste - Anéantie
Humeur : Tel l'équilibriste sur son fil
Autres comptes : Lucy Matthews - Ania Kenway
A smile is the prettiest thing you can wear
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sonate au clair de Lune [Livre III - Terminé]   Sam 22 Aoû - 16:16

    Il était rare que je me retrouve à marcher sans but. Parce que j'avais toujours un million de choses à faire et que le temps me filait entre les doigts comme les grains de sable d'un sablier. J'étais sollicité de partout et le peu de temps qu'il me restait pour moi, je le passais avec Scylla. Pourtant, je n'avais pas oublié la douce sensation de pouvoir errer sans chercher à se rendre quelque part, simplement profiter du calme de la nuit et tenter de se vider la tête. La nuit était encore jeune, voilée par les nuages, la rendant plus sombre qu'elle n'aurait du l'être. Cela ne posait aucun problème à une créature nocturne de mon genre et décourageait les humains à se promener. Certains avaient encore l'âme rêveuse et aimaient se balader sous le regard de la lune et des étoiles. Comment pouvait-on encore rêver dans cette ville, après avoir essuyé tant de drames ? C'était un mystère...

    Et au hasard de cette promenade improvisée, mon oreille sensible capta un son familier mais qu'il ne m'était pas habituel d'entendre en dehors de mon salon... Un violon... Et ce n'était pas là le fruit d'un disque ou d'un cd, ni d'une émission de télévision. Le son produit était trop pur pour cela. Cet air dans la nuit était tel le chant d'une sirène et je suivis naturellement cette mélodie envoûtante jusqu'à sa source, me rapprochant dangereusement d'une demeure à la forte odeur de loups... J'ignorais qu'il y ai des mélomanes chez les lycans, mais j'en savais trop peu sur eux pour réellement m'en étonner... J'avais tendance à ne voir là que des animaux primitifs, mais ils étaient aussi humains après tout...

    Et pourtant, la frêle silhouette qui se tenait dans le jardin n'appartenait pas à une louve. Même si l'endroit en était imprégné, elle n'en était pas la source. Elle était jeune. Pas encore adulte. Une adolescente. Humaine. Et pourtant, c'était elle qui jouait telle une virtuose. Je savais reconnaître quand quelqu'un était doué. Ce n'était pas juste une technique parfaite, c'était une façon de faire corps avec l'instrument... Sans se poser de questions. Et je me laissais charmer par les notes qui s'élevaient dans l'air nocturne, arrachées au violon par les doigts agiles et sûrs de la jeune fille. Une alarme sonnait dans un coin de ma tête. J'étais bien trop proche du territoire des loups. Si l'un d'eux me tombait dessus maintenant, dieu seul savait quelles en seraient les conséquences. Et pourtant... pourtant, je souhaitais juste me laisser distraire par la beauté de l'art.

    Elle était si rare qu'elle en était précieuse.

    Surtout de la part d'une jeune humaine.

    Je ne pensais pas entendre un jour un tel son.

    Je n'avais aucune intention hostile. Je demeurais dans la lumière du lampadaire, écoutant la musique, n'interrompant pas ce moment sacré. Et quand enfin les dernières notes moururent et que la demoiselle regarda dans ma direction, j'applaudis silencieusement, un léger sourire aux lèvres. J'étais habillé simplement, d'un jean, un pull et une veste en cuir. Rien n'indiquait que je puisse être vampire, encore moins Général et proche de la reine. Hormis le teint pâle et le regard trop intense probablement. Le désir de franchir les quelques mètres qui me séparaient d'elle était fort et pourtant, j'attendais un signe de sa part. Je préférais être prudent et ne pas me montrer intrusif au risque que cela passe pour une... agression.

    Alors que j'étais simplement mélomane ce soir.

    « Il est rare d'entendre des classiques de la part d'une personne de votre âge. Surtout aussi parfaitement exécutés. »
avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 17
Coups du Destin: 6
If it be your will
Messages : 1181
Membre du mois : 107
Je crédite ! : (c)Moi (c) Tennesse
Localisation : Edimbourg
Caractère : Sensible - Loyal - Mélancolique - Cynique - Artiste - Rancunier - Colérique - Ténébreux - Avisé - Charmeur
Vos Liens :
Spoiler:
 


Autres comptes : Eilih & Dante
If it be your will
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3213-nicolas-de-valom http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3231-nicolas-de-valombre#79737 http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3230-nicolas-de-valombre#79736
MessageSujet: Re: Sonate au clair de Lune [Livre III - Terminé]   Dim 30 Aoû - 19:54

Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas ainsi perdu dans la musique, oubliant que j’étais dehors, oubliant qu’il faisait nuit, oubliant même durant quelques instants tout ce qui n’allait pas, tout ce qui me faisait peur, tout ce qui me mettait en colère, tout ce qui m’angoissait. Il ne reste que mon violon, mes doigts qui courent et la musique qui s’éparpille. Et cela me fait un bien fou. Ne jouer que pour jouer en me laissant porter.
Au bout d’un temps indéfini, bon sans doute pas des heures non plus vu que je ne suis pas fatiguée ni frigorifiée, je ralentis les mouvements et finis par ouvrir les yeux. Les dernières notes semblent flotter dans l’air alors que je me rends compte que je ne suis plus seule. Là, sous le lampadaire à la limite du jardin, il m’observe. Je cligne des yeux. Depuis combien de temps ? Il est là depuis le début ? Non, je l’aurais vu. Mais quand est-il arrivé ? Et qu’est-ce qu’il fait là ? Je le fixe un instant me mordillant la lèvre. Je devrais rentrer, ptre même appeler les flics ou maman non ? Mais… il n’est absolument pas menaçant, uniquement attentif. Il applaudit en souriant. Sérieux, il écoutait réellement ? Je rougis malgré moi quand je me rends compte qu’effectivement il semble être resté immobile en m’écoutant jouer. Et qu’effectivement s’il est là depuis un certain temps, sans que je ne le remarque, s’il avait voulu… Pourtant je n’arrive pas à totalement ralentir la course de mon cœur.
Je finis par redescendre mon violon alors qu’il parle. J’esquisse un sourire.

« A force d’entrainement, tout le monde peut devenir assez doué. La technique vient avec la pratique, il suffit de persévérer. »

Je repose doucement mon instrument dans son étui. La main toujours posée dessus, je me tourne à nouveau vers l’inconnu. Ce n’est qu’un violon, pourtant bêtement, son contact me rassure.
Je lui souris timidement. Oui, un comble quand on me connait. Mais bon, je ne le connais pas, et ma maman m’a toujours dit de ne pas parler aux étrangers. J’enfreins déjà cette règles soit. Dois-je rajouter qu’il ne fait plus jour depuis un moment ? Pourtant, je ne songe pas à rentrer. Oh non, elle ne serait pas contente du tout. Mais ce qu’elle ne sait pas ne peut lui faire de mal pas vrai ?

« Et il m’arrive parfois d’avoir envie d’un peu plus de… profondeur, de vie, que ce que les musiques plus modernes sont capable de posséder ou d’amener...
Il n’y a que les classiques qui sont capables de mettre en scène tant de sentiments contradictoires… J’ai beau râler parfois à force d’en jouer au conservatoire, elles restent primordiales… D’autant plus au violon. »
Je hausse les épaules, un léger sourire toujours présent.

« Je vous remercie d’avoir écouté en silence. » Je repose l’archer au côté du violon, et m’appuie contre la table. Je me mordille la lèvre. J’hésite une seconde. Non pas que je m’inquiète hein… mais autant que je sache.
« Vous êtes là depuis longtemps ?
... Devrais-je m’inquiéter et me mettre à hurler ? »


Parce que tu crois qu’il te répondra sincèrement genre ‘oui, vas-y hurles’ si tel était le cas ? Mais comme dit, s’il avait voulu, je ne suis même pas sûre que je l’aurais entendu avant qu’il n’arrive juste à portée de main. Alors non, je m’inquiète pas vraiment, c’est juste… ouais bon pour me rassurer un peu…
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défenseur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 5
A smile is the prettiest thing you can wear
Messages : 1119
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c) Kanala
Caractère : Abimée - Perdue - Renfermée - Triste - Anéantie
Humeur : Tel l'équilibriste sur son fil
Autres comptes : Lucy Matthews - Ania Kenway
A smile is the prettiest thing you can wear
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sonate au clair de Lune [Livre III - Terminé]   Dim 20 Sep - 18:14

    Il y avait quelque chose de définitivement innocent chez la jeune fille. C'était rare de tomber sur des gens comme elle. Des gens qui donnaient envie de les préserver de ce monde trop dur. C'était une impression qui se dégageait d'elle, il n'y avait rien de rationnel là dedans. Je me demandais un instant si ce n'était pas sa virtuosité au violon qui influençait mon jugement. Elle avait été touchée par la grâce. Rien que pour pouvoir entendre cela je n'étais pas mécontent d'être sorti ce soir, de m'être arraché un instant à mes obligations. J'ignorais qu'un tel petit prodige habitait dans cette ville. Bien que méfiante, je ne vis pas de réelle peur dans son regard. Et elle sembla sensible à mon compliment. Et son humilité face à mes paroles la rendait attendrissante.

    « Mais la technique ne fait pas l'artiste. »

    Certaines personnes pouvaient avoir une technique irréprochable, s'il manquait l'âme, cela résonnait creux. A mes oreilles du moins. J'avais toujours été sensible à la musique, même quand j'étais mortel. Cela s'était accentué en devenant vampire, plus sensible à mon environnement, aux sons, aux émotions... Nous n'étions pas que des prédateurs impitoyables. En tous les cas, elle était suffisamment intriguée par moi pour ne pas entamer une retraite prudente chez elle. Ce n'était pas forcément très prudent, mais comme je n'avais pas l'intention de lui faire de mal, il n'y avait aucun soucis. Sauf que tous les inconnus qui passaient dans le coin n'étaient pas forcément bien intentionnés et que son innocence confinait presque à la naïveté en cet instant. Elle avait reposé son instrument, sans pour autant le lâcher totalement, alors qu'elle répondait à mon étonnement de voir une jeune fille jouer ainsi de la musique classique. Je hochais la tête à son explication, satisfait. Avant d'incliner légèrement la tête quand elle me remercia de l'avoir écoutée sans l'interrompre.

    « Il aurait été sacrilège que de vous interrompre. Je ne suis pas aussi mal élevé. »

    Et je respectais suffisamment la musique et l'état de transe dans lequel on se trouvait pour ne pas infliger cela à quelqu'un. C'était suffisamment contrariant quand cela nous arrivait. Bien que les occasions de jouer soient devenues trop rares à mon goût me concernant. Et elle sembla seulement s'inquiéter de ma présence et du danger que je pouvais représenter.

    « Hum, depuis les premières mesures de Debussy. Je vous ai entendu jouer au loin et j'ai cherché l'origine de la musique. Il est trop rare de tomber sur des virtuoses. »

    Je fis semblant de réfléchir à sa dernière question, avant de répliquer avec désinvolture :

    « Non, à moins que vous trouviez inquiétant de découvrir un admirateur nocturne ? »

    Quoique, effectivement, cela pouvait paraître inquiétant. Même si rien de ce genre ne se dégageait de moi en cet instant. Du moins je l'espérais. Mais il suffisait de m'étiqueter vampire pour que tout de suite, je prenne des allures menaçantes.

    « Je ne vous ferais aucun mal Mademoiselle. »

    J'avais prononcé le mademoiselle en français, avec galanterie.

    « Depuis combien de temps jouez-vous du violon ? Pourquoi cet instrument et pas un autre ? Je parais sans doute curieux, mais il m'a été rarement donné de rencontrer une si jeune fille avec autant de talent. »

    J'hésitais un instant, avant de demander :

    « M'autorisez-vous à approcher ? »

    Je ne désirais pas effaroucher la jeune fille. Et si elle craignais ma proximité, je ne le lui imposerais pas. J'avais envie d'apprivoiser cet ange.
avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 17
Coups du Destin: 6
If it be your will
Messages : 1181
Membre du mois : 107
Je crédite ! : (c)Moi (c) Tennesse
Localisation : Edimbourg
Caractère : Sensible - Loyal - Mélancolique - Cynique - Artiste - Rancunier - Colérique - Ténébreux - Avisé - Charmeur
Vos Liens :
Spoiler:
 


Autres comptes : Eilih & Dante
If it be your will
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3213-nicolas-de-valom http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3231-nicolas-de-valombre#79737 http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3230-nicolas-de-valombre#79736
MessageSujet: Re: Sonate au clair de Lune [Livre III - Terminé]   Lun 28 Sep - 0:25

Ce n’était pas prudent et pourtant je n’avais pas pu m’’en empêcher. Le son est meilleur dehors, sans obstacle pour le corrompre. Et voilà comment je me retrouve en train de rougir sous les compliments d’un inconnu au milieu de mon jardin à la nuit tombée.
Et pourtant de tout ça, la seule chose qui me perturbe véritablement, c’est que je n’ai pas l’impression d’avoir réellement mérité une telle attention. Mon léger sourire se mue en légère grimace. Artiste… C’est un bien grand mot me concernant. Dans sa bouche du moins j’ai l’impression que ça représente trop pour ce que je fais, trop pour moi. Je me contente de hausser les épaules, tout en tentant d’expliquer pourquoi j’aime la musique classique… même si oui, il m’arrive aussi souvent de la critiquer, avant de le remercier.
Un sacrilège. Je retrouve mon sourire.

« La plupart des personnes ne se rendent pas compte. Ce n’est que de la musique. Qu’il soit difficile de revenir à la réalité, ou d’essayer de recommencer après avoir été interrompu, ne leur vient pas vraiment à l’esprit. Ce n’est pas méchant pour autant. Donc ce n’est pas bien grave.
Mais je suis ravie d’avoir un auditeur si poli. »


Je me force à retirer ma main du violon. Pourquoi m’inquiéterais-je ? Ce n’est qu’un inconnu. Alors que je suis seule chez moi. Dehors. De nuit. Ouais, ça marche vachement bien ce genre d’apaisement…
Debussy. Quelques minutes, quelques dizaines de minutes ? Je sais pas, et peu importe en fait, ça change pas le résultat. Je secoue déjà la tête à la fin de sa phrase, m’apprêtant à répondre. Mais je fronce les sourcils. Il dit ça en plaisantant hein ? Sérieux, un admirateur, déjà c’est chelou, mais dis comme ça… Et pourtant…
Il reprend et m’assure qu’il ne me ferait nul mal. Et c’était du français ? Genre c’est important. Ouais, et genre, pourquoi tu rougis à nouveau alors ?
C’est rare, mais il m’arrive de rester silencieuse. Certains seraient ravis de l’apprendre et de pouvoir en profiter, c’est sûr. Mais là, c’est juste que… bah je sais pas trop… Mais je le crois. Peut-être que je ne devrais pas.
Je cille quand il poursuit alors que je n’ai toujours pas répondu. Et pour la première fois, c’est lui qui semble hésiter. Comme s’il craignait de m’apeurer. Ce qui est sans doute le cas en fait.
Et je souris avant de rire légèrement.

« Si vous aviez voulu me faire du mal, je suppose que ce serait déjà fait n’est-ce pas ? Vu que je n’ai remarqué votre présence qu’au bout de… trop longtemps... »

Je hausse les épaules, un sourire contrit aux lèvres.
Je l’observe un instant, me mordillant la lèvre. Et je secoue la tête et lui souris, faisant un large geste des bras.

« Je vous y autorise. Je vous autorise même à prendre une chaise. »

Pour ma part, je me hisse sur la table en teck, à côté de mon violon. Je le dévisage alors qu’il approche. Tu es folle, tu sais ça ? Complétement inconsciente. Et si lui ne te tue pas avant de te découper en morceau, maman le fera. Ou Hayden. Mais ce n’est pas tous les jours que quelqu’un a l’air tellement intéressé… ou à l’air de réellement s’y connaître… Inconsciente et naïve.

Je réfléchis.

« Et pour vous répondre. Je ne sais pas. J’ai fait un peu de solfège, à partir de 5 ans. Puis du violon pas longtemps après, vers 6 ans... Oui, ça doit faire 10 ans je pense. » Je regarde mon violon, un doux sourire aux lèvres. « C’est ma mère qui m’a mis un violon entre les mains. Ce qu’elle a dû regretter bon nombre de fois les mois qui ont suivis. »

Je souris et hausse à nouveau les épaules.

« Pourquoi le violon et pas autre chose ? J’en ai aucune idée. Et je… Je ne sais pas trop pourquoi je me suis entêtée au début. La sonorité sans doute, le son qui s’échappe à chaque fois d’un si petit instrument. J’aime la douceur de ses lignes. Et l’odeur, ce n’est pas seulement du bois, c’est plus, beaucoup plus… Et puis, quand je joue, j’oublie tout. Je suis juste… libre. Mes doigts agissent tout seuls et je me laisse juste porter. Un peu de magie peut-être… »

Je le regarde et grimace, détournant la tête. « Je sais, c’est stupide. Et pas très … » Pas très quoi ? Voyons parler de l’odeur d’un violon ou de magie, c’est on ne peut plus normal… Je soupire.

Je me mordille la lèvre, relevant les yeux vers lui et secouant doucement la tête.

« Je n’ai pas autant de talent que cela. Je ne suis pas… » Une virtuose. « Je me débrouille, je dois même être assez douée, mais jusqu’à un certain point. J’aimerais être aussi talentueuse. Vraiment.»

Pourtant je suis réellement touchée. Pourtant j’aimerais le croire. Après tout, contrairement à maman, papa et autres, je ne le connais pas. Il ne cherche pas juste à me rassurer ou à me pousser pour me faire plaisir. Alors peut-être que… peut-être... Je ne sais pas... Je souris, faute de mieux.

« Mais c’est vraiment gentil à vous, et j’en suis touchée. Merci. »
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défenseur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 5
A smile is the prettiest thing you can wear
Messages : 1119
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c) Kanala
Caractère : Abimée - Perdue - Renfermée - Triste - Anéantie
Humeur : Tel l'équilibriste sur son fil
Autres comptes : Lucy Matthews - Ania Kenway
A smile is the prettiest thing you can wear
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sonate au clair de Lune [Livre III - Terminé]   Mar 20 Oct - 11:59

    « Non, ils ne savent pas... »

    J'avais murmuré ces paroles, en écho aux excuses que pouvait trouver l'adolescente au manque de délicatesse des gens qui ne savaient pas faire montre du moindre respect quand quelque chose de précieux se déroulait sous leurs yeux. Ou peut-être n'étais-je qu'un rêveur d'être encore déçu du comportement des gens de ce siècle. Plus rien ne devrait m'étonner pourtant.

    « Le respect ne demande pourtant pas la connaissance. »

    C'était un valeur qui s'apprenait avec le temps. Transmise par les parents. Une valeur qui se perdait vraiment, j'en avais la preuve tous les jours. Bizarrement j'avais envie de passer un peu de temps avec cette petite prodige du violon qui devait forcément posséder une certaine maturité au vu des notes qu'elle parvenait à arracher à son instrument. Et puis, la rigueur nécessaire pour arriver à maîtriser le violon sous entendait qu'elle n'était pas une tête de linotte simplement intéressée par son maquillage et le dernier groupe à la mode, il devait y avoir une certaine profondeur, un certain recul chez elle... Elle m'attirait, comme la lumière pouvait attirer un papillon, en espérant que cela ne soit pas un piège mortel pour moi et que je ne me brûle pas à sa flamme. Je lui demandais alors la permission, pour ne pas l'effrayer. Je n'avais rien à lui offrir en gage de bonne foi et elle ne pouvait que se baser sur mon instinct me concernant. Je fus surpris qu'elle accepte pourtant, partant sur le principe que si je devais lui faire du mal, j'en aurais eu l'occasion avant, quand elle n'était même pas consciente de ma présence. Ce n'était pas faux, mais c'était un argument bien faible auquel se raccrocher pour se rassurer concernant les intentions d'un parfait inconnu.

    « Sans doute. Mais je n'ai surtout aucun intérêt à vous blesser. »

    La vider de son sang pour me nourrir ? C'était interdit. Et je prenais garde à ne pas enfreindre les lois de ma reine. Il fallait montrer l'exemple n'est-ce pas, même si c'était frustrant. Et puis, cette petite avait trop de potentiel. Et enfin, ça sentait trop le loup à mon goût. Toucher à un de ces cheveux risquait d'avoir de graves conséquences. Elle m'invita alors à venir et même à m'asseoir et je la remerciais d'un sourire, approchant doucement mais résolument et m'exécutant, prenant ainsi place près d'elle. Je fus amusé de l'entendre me parler de solfège, mais surtout des regrets que sa mère avait pu concevoir les premiers mois, quand l'apprentissage était laborieux et les fausses notes légion.

    « Un mal pour un bien, votre mère a eu le nez fin. Elle doit être fière de vous. »

    Et l'instrument lui avait plu, pour toutes sortes de raisons et de détails. C'était un instrument noble. Mon préféré, depuis toujours, quand bien même mes 4 siècles d'existence m'avaient permis de toucher un peu à tout. C'était amusant, émouvant même, de la voir parler de son instrument avec cette passion.

    « Pas très quoi ? Rationnel ? Normal ? »

    J'avais parlé avec une touche d'amusement.

    « Vous êtes une passionnée. Il n'y a aucune raison à avoir. Vous ressentez. Et c'est ce qui fait que votre musique se démarque de celle de beaucoup. Croyez-moi, j'ai une oreille exercée et une assez longue expérience. »

    Quand bien même elle affirmait le contraire. Avec modestie. Ou parce qu'elle manquait de confiance en elle.

    « De rien. Je ne le vous dirais pas si je ne le pensais pas. Je ne me serais pas arrêté si votre musique ne m'avait pas touché... Interpellé. Vous avez l'étoffe des plus grands. Nous en reparlerons dans quelques années. »

    Je lui adressais un clin d’œil, confiant.

    « Je ne voudrais pas me montrer trop curieux mais... vous êtes humaine et cela sent le loup. Je les sais très territoriaux, j'espère que ma présence ne va pas vous attirer des ennuis. »

    Et à moi aussi par la même occasion.
avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 17
Coups du Destin: 6
If it be your will
Messages : 1181
Membre du mois : 107
Je crédite ! : (c)Moi (c) Tennesse
Localisation : Edimbourg
Caractère : Sensible - Loyal - Mélancolique - Cynique - Artiste - Rancunier - Colérique - Ténébreux - Avisé - Charmeur
Vos Liens :
Spoiler:
 


Autres comptes : Eilih & Dante
If it be your will
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3213-nicolas-de-valom http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3231-nicolas-de-valombre#79737 http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3230-nicolas-de-valombre#79736
MessageSujet: Re: Sonate au clair de Lune [Livre III - Terminé]   Mer 4 Nov - 21:01

Je souris doucement. La plupart du temps, ça ne me gêne pas que les gens parlent ou m’interrompent pendant que je joue. J’ai l’habitude, même si ça reste chiant. Comme dit, ce n’est pas méchant. Je penche légèrement la tête sur le côté. Il parle, mais bien trop bas pour que je puisse l’entendre. Et j’esquisse à nouveau un sourire, enfin un truc moitié sourire moitié grimace. Est-ce vraiment un manque de respect ? Je ne sais pas, je n’y ai jamais vraiment réfléchi en vérité. Peut-être. Sans doute. Au final c’est pas important. Enfin pour moi.

J’hésite, ce qui est idiot en soi, parce que je lui laisse tout le temps qu’il faudrait pour parcourir les quelques mètres qui nous séparent. Pourtant il attend vraiment que je l’autorise à me rejoindre. Je ris un peu en hochant la tête.

« Oui, c’est vrai. Mais il n’y a pas toujours de raison lorsque quelqu’un blesse une autre personne. Mais oui, je vous fais confiance. »

Même si je ne devrais peut-être pas.
Et je l’invite à s’assoir à mes côtés. Je l’observe s’approcher, toujours avec prudence. Ce qui d’un côté me rassure et m’amuse, car je me doute que c’est encore une façon de ne pas vouloir m’effrayer. D’un autre côté, sa démarche… non pas qu’elle me rappelle celles des loups, mais…
Je me concentre sur le violon, ce que je réponds à ses précédentes questions. Je hoche la tête.

« Oui, elle l’est. Trop je pense, mais toutes les mères sont comme ça non ? A idéaliser un peu trop leur enfant… »

Même si dernièrement, c’était pas trop ça avec maman… Je me mordille la lèvre. C’était pas top, et je suis plus vraiment sûre qu’elle soit toujours aussi fière de moi…
Je poursuis, racontant tout et n’importe quoi, comme si cela avait du sens. Cela en a pour moi. J’aime réellement l’odeur qui émane d’un violon. Et j’oublie vraiment tout quand je joue. Mais dit comme ça, cela parait tellement absurde. Pourtant il ne se moque pas. Au contraire. Je grimace alors qu’il complète ma phrase. Non, ça n’a rien de rationnel. Mais comme il le dit, cela n’a pas à l’être. Je le fixe un instant, un sourire toujours aux lèvres.

« Une longue expérience ? Vous jouez d’un instrument ? »

Et alors que je tente de relativiser, repoussant poliment ses compliments, il en rajoute une couche. Sérieux ? Je me contente de le dévisager, clignant des yeux, rougissant de plus belle alors qu’il insiste. Je souris timidement, bêtement.

« Merci. Que ma musique vous ait touché, c’est plus que je ne l’espérais. C’est largement suffisant comme compliments. » Je lui souris plus sincèrement. Il a l’air tellement sûr de lui, tellement sincère… « D’ici quelques années ? Peut-être…
Si je pouvais en faire mon métier… »
Ma main passe amoureusement sur le bois de mon instrument. « Oui, ce serait génial. »

Je me fige, avant de tourner la tête vers lui. Hop, quelques petits mots, et je me sens soudain plus mal à l’aise qu’à son apparition. J’ouvre la bouche et fronce les sourcils. Il n’est pas plus menaçant qu’avant. J’inspire. De toute façon, comme dit, si jamais ça tourne mal, je suis mal barrée depuis le début. Et puis… l’idiote que je suis l’apprécie…

« Mes parents. Ce sont mes parents les loups. Et mes frères et sœurs. »
Les yeux fixés sur lui, je secoue la tête. « Quant aux ennuis, je n’en sais rien. Ils ne seront déjà pas heureux de savoir que je trainais dehors à cette-là… Quand à vous… Tout dépend. » Je le dévisage. Okay, il est pale, mais bon… Il est gentil.
Je me mordille la lèvre, sans pour autant paniquer réellement. Je suis inconsciente. ou naïve. C'est quoi le pire ? « Comment savez-vous que ça sent le loup ? Si vous n’êtes pas l’un d’entre eux ? »
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défenseur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 5
A smile is the prettiest thing you can wear
Messages : 1119
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c) Kanala
Caractère : Abimée - Perdue - Renfermée - Triste - Anéantie
Humeur : Tel l'équilibriste sur son fil
Autres comptes : Lucy Matthews - Ania Kenway
A smile is the prettiest thing you can wear
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sonate au clair de Lune [Livre III - Terminé]   Dim 15 Nov - 21:48

    Adorable petite innocente. Elle aurait toutes les raisons du monde de refuser de me laisser approcher, de plutôt reculer et aller se claquemurer dans sa maison. Là, elle serait en sécurité, impossible pour un vampire de venir l'en déloger sans y être invité. Encore faudrait-il qu'elle recule assez rapidement si je décidais de lui sauter dessus. Je me demandais si elle avait conscience du danger que j'étais pour elle. Si elle se doutait de ma nature. Il me semblait que non, pourtant j'avais l'impression que c'était assez évident... Peut-être me trompais-je. Sans compter qu'il faisait nuit et qu'il n'était pas difficile de passer pour pâle à la lumière blafarde des réverbères de la rue. Elle accepta donc que je vienne, non sans rire en me répondant qu'il n'y avait pas besoin de raisons pour vouloir blesser quelqu'un... Elle n'avait pas tort... Et je souris quand elle ajouta qu'elle me faisait confiance. Ah... j'avais tellement envie de lui répondre que c'était là une grave erreur...

    Une pensée me traversa, saugrenue, mais séduisante... Puisque les semi-démons existaient, pourquoi les anges ne le pourraient-ils pas ? Si c'était le cas, cette jeune fille en aurait fait un parfait représentant, avec ce quelque chose de profondément bon et innocent en elle et cette façon de jouer. Comme touchée par la grâce. Cependant, je rejetais cette idée aussi vite qu'elle s'était imposée à moi. Ridicule. Je demeurais un rêveur malgré tout. Une partie de moi que je ne divulguais pas.

    J'approchais donc doucement, avant de m'asseoir non loin d'elle et de discuter musique avec elle. Surtout sa façon d'en jouer et de l'appréhender, ce que cela représentait pour elle. J'acquiesçais quand elle répliqua que sa mère était fière d'elle lui, comme toutes les mères qui avaient tendance à trop idéaliser leurs enfants.

    « En général oui. C'est ce qui fait aussi qu'elles sont capables de tout pardonner. »

    J'avais répondu d'une voix pensive. Un souvenir. J'avais commis des erreurs quand j'étais jeune, petit noble insouciant et imbus de lui même qui n'avait que faire des mises en garde et avait joué avec la vie de sa sœur. J'avais déçu toute ma famille, j'avais été rejeté. Pas par ma mère... Rares étaient celles qui se détachaient totalement de leur enfant finalement. Je la complimentais, même si elle pensait que j'exagérais alors que je lui assurais savoir de quoi je parlais et réagis à sa question :

    « De plusieurs en vérité. Mais le violon reste le premier dans mon cœur. J'ai un stradivarius et aucun autre instrument n'a su le détrôner. »

    Et je savais être un chanceux et un privilégié de posséder un tel instrument, un rêve pour beaucoup de violonistes. Un graal.

    « Vous avez le talent en tous les cas. Reste la persévérance. »

    Beaucoup d'artistes doués demeuraient malheureusement sur le carreau. Mais si ses parents l'encourageaient, il y avait moyen qu'elle devienne professionnelle effectivement. C'était tout le mal que je lui souhaitais. Et soudain, je la sentis changer de comportement, comme une proie qui vient soudainement de s’apercevoir de la présence d'un prédateur. Et je restais de marbre quand elle m'annonça que c'étaient ses parents, ses frères et sœurs... Bien... Elle était humaine, mais vivait avec des loups. J'étais donc en territoire hostile. Prudence. Et là, elle confirma mes soupçons... Elle ne savait pas que j'étais un vampire.

    « Ah navré, je pensais que cela était évident. Je me suis trompé. Je suis un vampire, demoiselle. Et je doute que ma présence sur un territoire lupin, de surcroît avec une des leurs, quand bien même vous êtes humaine, soit réellement appréciée. Même si en cet instant, je suis davantage mélomane que vampire. »
avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 17
Coups du Destin: 6
If it be your will
Messages : 1181
Membre du mois : 107
Je crédite ! : (c)Moi (c) Tennesse
Localisation : Edimbourg
Caractère : Sensible - Loyal - Mélancolique - Cynique - Artiste - Rancunier - Colérique - Ténébreux - Avisé - Charmeur
Vos Liens :
Spoiler:
 


Autres comptes : Eilih & Dante
If it be your will
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3213-nicolas-de-valom http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3231-nicolas-de-valombre#79737 http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3230-nicolas-de-valombre#79736
MessageSujet: Re: Sonate au clair de Lune [Livre III - Terminé]   Mer 18 Nov - 21:10

C’était tout à fait dans la logique des choses que de me retrouver dehors par nuit à jouer du violon et à discuter musique et politesse avec un inconnu. Tout à fait. Normal. J’essaie de ne pas trop m’appesantir sur tout ceci, ni sur les conséquences, être davantage mal à l’aise ne m’aiderait pas. Ou peut-être que si allez savoir. Mais bizarrement, oui, je lui fais confiance. Et non, comme dit, peut-être ne devrais-je pas. Mais je ne reviendrais pas dessus. Et parler ainsi musique, apprentissage et tout le tralala, ça ne m’arrive pas souvent. Et c’est agréable oui.
Je souris et acquiesce doucement. Il avait eu l’air pour le coup de parler plus pour lui-même qu’autre chose. Mais avant que j’ai réellement eu le temps de me demander ce que sa mère avait bien pu lui pardonner, et non, même moi, je ne lui aurais jamais demandé, nous poursuivons et je le fixe. Oui, je dois avoir l’air un peu conne sur le coup, j’avoue, les yeux un peu trop écarquillés et la bouche entrouverte comme si je m’apprêtais à parler sans oser le faire. Ce qui est le cas oui. Mais une phrase finit pourtant par atteindre mes lèvres.

« Un stradivarius… vous avez un… un vrai stradivarius ? ... Enfin, je... un... » Je cligne des yeux, secouant la tête, avant de poursuivre dans le même murmure. « Pardon, mais c’est juste que… »

Je souris en haussant les épaules pour toutes explications. Mais un Stradivarius quoi ! Pendant une seconde la question me brûle les lèvres. Sans déc, un Stradivarius, c’est pas comme si j’allais avoir 50 occasions d’en voir un dans ma vie. Mais bon, non. Je peux pas. Oui, même à moi, ça m’arrive d’avoir des retenues. Je me rabats sur une question plus neutre.

« Et donc, vous jouez aussi d’autres instruments ? »

J’essaie de me reprendre. Parlez-moi sport, jeux vidéos, je ne retiendrais pas la moitié de ce qui sera dit. Mais là… Et si je m’autorisais à y croire… Oui, devenir violoniste professionnelle serait mon rêve. Oui, je pourrais faire partie d’un orchestre effectivement. Mais ce n’est pas ça que je veux. Si je suis vraiment honnête avec moi-même, je veux être soliste et pas autre chose. Mais vous savez combien de violonistes gagnent leur vie uniquement grâce à leur talent en soliste ? Oui, voilà. A peu près ça…

« Oui. Peut-être. » Je souris. « Encore merci. »

Je me raidis et le fixe. Oui, bon, m’inquiéter maintenant, c’est comme bouffer un yaourt périmé depuis 1 mois et se demander après si on va être malade. Une fois que c’est fait hein… Okay, y a pas 36 solutions si c’est pas un loup. Mais… il n’est pas méchant… ni… ben, je sais pas… menaçant ?
Il parle musique, éducation… et il a un putain de Stradivarius ! Oui, super objectif et constructif…
J’ouvre la bouche plusieurs fois sans répondre, sans y arriver. Okay. J’avais beau plus ou moins m’attendre à ça, c’est… dérangeant. Mais il a parlé d’une voix tellement… douce. Et il bouge encore moins qu’avant. Il a peur que je panique davantage sinon ? Sans doute.
Je soupire en fermant les yeux. Et je le regarde à nouveau.

« Ça ne change rien au fait que vous ne me vouliez pas de mal. » Je hausse un sourcil. Moi, inquiète ?... si peu... Oui, sérieusement trop peu sans aucun doute. « N’est-ce pas ?
Peut-être que c’est évident. Mais je… je ne… fais pas particulièrement attention à ça. Et je devrais sans doute. »


Je fais un geste de la main. Okay. Je secoue la tête. Et esquisse un sourire, les yeux posés sur lui. Je devrais éviter de le regarder non ? Ouais mais… encore une fois, s’il avait voulu me faire du mal, ou même m’hypnotiser ou je sais pas quoi, il l’aurait déjà fait… Non ?

« Et ce sera pire parce que je suis humaine. Oui, les Loups sont très territoriaux. Et oui… ils me protègent plus encore que si j’étais une Louve. Parce que je n’ai ni crocs, ni griffes. Je m’appelle Savannah. Savannah Valentyne. Mon père… mon père adoptif… est l’Ulfric de la Meute.»

Je grimace.

« Votre présence ne sera pas forcément appréciée c’est vrai… » J’esquisse un sourire. « J’apprécie beaucoup de discuter avec vous… vraiment… mais… je… enfin… » Je soupire.
« Mais je crains que cela ne soit au final plus dangereux pour vous que pour moi. Vampire ou non, je serais désolée de vous causer des ennuis. »

Inconsciente et idiote. Inconsciente et idiote. Oui, trois mots en boucles, c’est sympa. Tu vas vraiment t’inquiéter pour lui ? Pour un vampire ? Ben… techniquement, personnellement, ils ne m’ont jamais… et puis. Comme il dit. Davantage mélomane que vampire hein…
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défenseur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 5
A smile is the prettiest thing you can wear
Messages : 1119
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c) Kanala
Caractère : Abimée - Perdue - Renfermée - Triste - Anéantie
Humeur : Tel l'équilibriste sur son fil
Autres comptes : Lucy Matthews - Ania Kenway
A smile is the prettiest thing you can wear
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sonate au clair de Lune [Livre III - Terminé]   Dim 29 Nov - 19:19

    Son incrédulité était charmante. Cette jeune fille ne calculait pas, elle était spontanée, fraîche et c'était reposant. Sa surprise, mais aussi son émerveillement quand j'évoquais mon stradivarius étaient sincères. Je hochais doucement la tête, un léger sourire accroché au coin des lèvres. Et bien, cet instrument semblait être un bel appât pour la naïve demoiselle. Il était heureux que mes intentions à son égard ne soient pas mauvaises ; il eut été trop facile de la piéger.

    « Je sais. Il n'est pas donné à tout le monde d'en voir un et encore moins d'en posséder un. Qui sait, un jour peut-être vous le ferais-je voir. »

    J'ignorais comment les choses allaient évoluer à l'avenir, si je la reverrais. Je me disais que j'aurais bien gardé un œil sur cette jeune humaine prometteuse, l'observant de loin et encourageant sa carrière. Car il était évident qu'elle devrait se lancer en tant que musicienne professionnelle, même si c'était un chemin semé d'embûches. La jeune fille tenta de modérer son enthousiasme, rebondissant sur mes paroles.

    « En effet. Basse, guitare, piano... Et d'autres plus désuets. »

    J'avais touché un peu à tout, mais il était certains instruments qui ne me correspondaient pas du tout. Les instruments à vent notamment. J'encourageais donc la demoiselle à se lancer dans une carrière professionnelle, la complimentant sur son talent, mais restant lucide quant à ses chances d'y parvenir si elle ne s'accrochait pas.

    Et puis, soudain, comme une illumination, elle se rendit compte de ce que j'étais. Je m'attendais à moitié à la voir paniquer et s'enfuir en courant, ou rester pétrifiée de peur. Et en effet, elle demeura immobile, me regardant longuement, comme incapable de parler, se demandant sans doute qu'elle était la bonne attitude à adopter avec un prédateur si civilisé. Écouter son instinct et fuir ? Suivre son éducation et déguerpir ? Se fier à son intuition et mes paroles apaisantes et décider que cela ne changeait rien ? Elle opta pour la troisième option, à ma grande surprise et pour mon plus grand plaisir.

    « Non, cela ne change rien. »

    Cela dit, elle sentait le loup et ça c'était mauvais signe. Ce qu'elle confirma ensuite, non sans m'avouer que son père adoptif était l'Ulfrik de la meute. Rien que ça... Cette fois, je me figeais réellement. L'information était de taille. Et la petite Valentyne bien trop peu protégée... Au vu de ce qu'il se passait actuellement... Elle était une faiblesse pour eux, un moyen de les atteindre. Et voilà que Savannah s'inquiétait davantage pour moi, que pour elle. Il était vrai qu'elle ne risquait pas grand chose, hormis que je la tue sur le champ. Sauf que je n'avais pas l'intention de provoquer une guerre.

    « Oh, ce n'est pas pour ma personne que je crains, mais davantage pour les tensions que cela pourrait raviver Miss Valentyne... Nous ne sommes pas en odeur de sainteté auprès des loups, malheureusement. Même si nous aimerions que cela change. Les loups ne sont plus nos ennemis. Les semi-démons le sont. Mais la Meute se montre quelque peu obtuse quand il s'agit des vampires. »

    J'esquissais un petit sourire comme pour m'excuser de penser cela des siens.

    « Vous devriez vous montrer plus prudente, tous les vampires que vous croiserez ne seront pas aussi bien intentionnés que moi, tous les inconnus pas aussi sensibles à votre talent et votre fraîcheur. Vous êtes un moyen d'atteindre l'Ulfrik, Savannah, pour le bien de la meute, soyez plus méfiante et prudente. »
avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 17
Coups du Destin: 6
If it be your will
Messages : 1181
Membre du mois : 107
Je crédite ! : (c)Moi (c) Tennesse
Localisation : Edimbourg
Caractère : Sensible - Loyal - Mélancolique - Cynique - Artiste - Rancunier - Colérique - Ténébreux - Avisé - Charmeur
Vos Liens :
Spoiler:
 


Autres comptes : Eilih & Dante
If it be your will
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3213-nicolas-de-valom http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3231-nicolas-de-valombre#79737 http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3230-nicolas-de-valombre#79736
MessageSujet: Re: Sonate au clair de Lune [Livre III - Terminé]   Ven 4 Déc - 14:21

Je suis plutôt facile à cerner en général. Je fais confiance, facilement en général, et je cache peu de choses. Un livre ouvert ouais. Et là, le simple fait qu’il ait mentionné le stradivarius me le rendrait plus que sympathique si ce n’était pas déjà le cas. On dit quoi déjà avec les inconnus et les bonbons ?
J’en restais stupéfaite un instant, comme si j’avais du mal à croire que lui là, assis dans mon salon de jardin pouvait posséder une telle merveille. Et mon cœur cesse un instant de battre.

« Pour de vrai ? Vous… vous accepteriez ? De me le montrer ? » Un sourire illumine mon visage. « Ce serait vraiment super… Enfin, je… euh... ce serait vraiment fantastique oui. »

Oui, j’oublie volontairement le fait que cela ne risquait pas d’arriver de sitôt. Après tout, ce n’était qu’un heureux hasard qui l’avait conduit jusqu’ici. Pourquoi le reverrais-je ? C’est dommage. Oui, bon, ok, je le connais pas. Mais il… il est plutôt cool. Et il a un stradivarius !
Et il joue pleins d’autres instruments en plus… Quoi ? Non, ça veut pas dire que c’est pas un gros con, mais tout de même, on a une conversation plutôt intéressante, c’est déjà un signe. Non ?

« Oh. Ça en fait pas mal effectivement. Des désuets genre du luth ?
J’avais un ami... »
Je stoppe. Non. Pas avais. « J’ai un ami qui joue de la guitare. On s’entraînait parfois ensemble. Enfin, ça fait un moment mais… c’était sympa… »

Sympa ouais. Il me manque. Je secoue la tête et change de sujet. Ou reviens au sujet initial, super intéressant, à savoir moi et ma future fabuleuse carrière.
Sauf que lui devient encore plus intéressant. Dans un sens. Et flippant. Personne ne prévient que les vampires savent être aimables et flatteurs, qu’ils savent parler musique et qu’ils possèdent des instruments magiques. Mais il fait nuit. Tu aurais pu t’en rendre compte si tu avais réfléchis. Oui. Bon, c’est vrai. Et répondant à ma question, il réitère qu’il ne me veut aucun mal. Je me contente d’esquisser un sourire. Encore léger oui. Oui, la plupart des gens me diraient qu’il ne faut jamais croire un vampire. La plupart des gens aurait déjà fuis non ? ou ne serait de toute manière pas resté dehors avec un inconnu. Moralité, je suis pas la plupart des gens. Je sais pas trop si je dois m’en réjouir ou pas. Mais d’un autre côté, élevée entre loups, humains et méta, fallait pas s’attendre non plus à ce que je sois intolérante. J’entends déjà maman me dire que ça n’a rien à voir et que je suis totalement inconsciente. Et pourtant… pourtant si, ça a tout à voir.

Et d’immobile, il devient… encore plus immobile ? Oui, papa loup est important. Mais quoi ? S’inquiète-t-il pour lui ? Moi oui. Si je ne suis pas menacée par lui, au final, je crains rien. Mais lui ?
Je grimace alors qu’il essaie de s’expliquer et qu’il mentionne les relations avec les loups, puis les semi-démons. Je sers mes bras autour de moi, comme pour me tenir chaud. Oui, ça je veux bien le croire, je me souviens trop bien de la nuit de février…

« Vous aimeriez que cela change ? Vous ou les… vôtres en général ? » Je souris un peu, légèrement amusée. « Obtus est un terme bien gentil pour qualifier les loups. Je n’ai jamais vu plus borné qu’eux. Et pourtant, je suis pas mal non plus dans le genre… » Je hausse les épaules. « Vous avez essayé de lui parler ? A Hayden ? Officiellement ? »

Je pourrais aider. Bon, ça je le dis pas. Mais je pourrais. Si je n’avais pas peur de mourir trop jeune. Non, Hayden n’aimera pas davantage que maman… Mais peut-être que… Je me mordille la lèvre.

« Ça peut recommencer hein ? Comme en février ?
Mais si la Meute et les vampires… et vous, vous étiez alliés… ce serait… Vous seriez plus forts non ? »


Il m’arrive encore de me réveiller en sursaut, d’entendre les cris et les explosions, de sentir l’odeur de sang et de brûlé. Si on pouvait éviter ça simplement en… « Je devrais pouvoir aider… leur parler… » Je murmure, réfléchissant en même temps. Peut-être, qu’avant de me punir jusqu’à mes 95 ans, maman et Hayden m’écouterait. Peut-être…

Je le regarde alors qu’il semble s’inquiéter pour moi. Je penche la tête sur le côté et fronce les sourcils.

« Je croyais que les vampires voulaient une meilleure entente avec la Meute ? » Je souris. « Oui, je sais, il y a des dissidents partout… »

Je le regarde, incertaine.

« Vous savez quoi ? Jusqu’à présent, ce ne sont ni les loups, ni les… vampires qui m’ont rendu la vie difficile. Ni même les semi-démons. Ce sont les humains. Parce que je suis l’humaine parmi les loups.
Et au bout d’un moment, c’est fatiguant de devoir toujours… »


Je soupire.

« Je me méfie davantage de mes… semblables que des autres. C’est stupide et pourtant… Je sais. Que je devrais. Mais même quand j’essaie…
J’essaie d’être prudente. Et méfiante. Mais je ne suis pas… C’est con. Mais ma première réaction sera toujours de faire confiance…
Pourtant je sais que c’est dangereux pour la Meute. »
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défenseur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 5
A smile is the prettiest thing you can wear
Messages : 1119
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c) Kanala
Caractère : Abimée - Perdue - Renfermée - Triste - Anéantie
Humeur : Tel l'équilibriste sur son fil
Autres comptes : Lucy Matthews - Ania Kenway
A smile is the prettiest thing you can wear
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sonate au clair de Lune [Livre III - Terminé]   Ven 25 Déc - 11:56

    C'était tellement facile. Tellement facile de ferrer cette petite innocente et d'en faire ce que je voulais. Ce n'était pas mon intention en venant ici, réellement. J'avais juste suivi la mélodie et découvert ce petit prodige. Un petit prodige trop naïf pour ce monde trop brutal sans doute. Voilà qu'elle était prête à faire confiance à un inconnu, un vampire, simplement pour pouvoir voir un stradivarius. Même si je pouvais comprendre son émerveillement. Ce n'était effectivement pas un luxe donné à tout le monde. Pourtant, si cela me plairait de pouvoir lui permettre de le voir, et même de le toucher, je me demandais comment pouvoir provoquer cela sans déchaîner une série de catastrophes ensuite.

    « Si l'occasion se présente ou que les circonstances le permettent oui. »

    J'évitais pourtant de lui donner ma parole. Parce que je ne savais pas de quoi l'avenir était fait. Mais je n'excluais pas pour autant cette possibilité. Je souris quand elle cita le luth en instrument désuet et ajoutais :

    « Ou le clavecin. »

    Elle ajouta alors qu'elle avait un ami qui jouait de la guitare et je notais sa façon de se reprendre. Une amitié en péril ? Un ami disparu dont elle ne savait s'il était vivant ou mort ? Je ne m'engouffrais pas dans la brèche, laissant ses secrets où ils étaient, quand bien même cela m'intriguait. Mais la suite s'avéra tout aussi passionnante et bien plus délicate. Je n'avais pas un simple petit prodige devant moi, mais la fille de l'Ulfrik, rien que cela. Autant dire que si jamais les Valentyne sentaient mon odeur sur leur fille adorée, je risquais de passer un sale quart d'heure. Les loups n'étaient pas spécialement réfléchis et capables de comprendre qu'approcher cette jeune fille n'était en aucun cas une déclaration de guerre ou un défi, mais simplement le fruit du hasard et un profond respect de ma part pour la musique de la demoiselle. Mais allez expliquer cela à ces bêtes caractérielles et territoriales ! Je tentais donc d'expliquer la soudaine position inconfortable dans laquelle je me trouvais à Savannah. Était-elle au courant des tensions entre les espèces ou était-elle soigneusement tenue éloignée de tout cela ? Protégée ? A priori, elle ne tombait pas des nues alors qu'elle me demandait si je souhaitais que la situation change, comprenant fort bien que les loups étaient des murs contre lesquels on se cognait facilement.

    « A vrai dire, nous n'avons aucun grief contre les loups. Ce qu'il a pu se passer est de l'histoire ancienne. Nous ne souhaitons plus de confit avec eux. Il y a un ennemi bien plus redoutable et retors qui a émergé. Nous avons essayé de rencontrer l'Ulfrik, malheureusement, nous n'avons été reçu que par deux louves de sa meute. Il semblerait qu'il ai un emploi du temps fort chargé. Cependant, notre reine a à cœur d'aplanir la situation et va de nouveau solliciter un entretien avec lui. Nous verrons. »

    Mais Hayden Valentyne n'était pas facile à joindre ni à rencontrer. Il était possible qu'il ne souhaite absolument pas voir les vampires, mais c'était là une politique dangereuse et idiote à mon sens. Les loups ne pouvaient se replier sur eux même et attendre que la tempête passe. Et je ne les voyais pas s'allier aux semi-démons. Savannah continua, un peu timidement et je hochais la tête concernant la nuit de février et les possibilités de récidive. Comme les avantages de s'allier.

    « C'est ce que je crois. Les semi-démons n'ont aucun intérêt à ce que vampires et loups s'allient et n'ont eu de cesse de semer la discorde entre nous pour entretenir le conflit et nous détourner d'eux. C'est ingénieux. »

    Elle murmura alors qu'elle pouvait aider et je souris en secouant doucement la tête.

    « Je ne pense pas que cela soit judicieux. Premièrement, cela risquerait d'attirer l'attention de vos parents sur moi et je n'ai aucune envie qu'ils sachent que j'ai approché leur précieuse progéniture. Je ne suis pas certain qu'ils écoutent mes explications jusqu'au bout. »

    Mon ton était un brin ironique à ce sujet. En fait, j'en étais certain. Difficile de discuter avec les loups, davantage encore quand ils étaient dominants.

    « Vous risquez de vous attirer des ennuis en vous mêlant à ce genre de politique. »

    Comme elle risquait de s'en attirer en se montrant aussi naïve. Je la mis donc en garde contre les miens.

    « Au delà à de la dissidence, il y a notre nature. Tombez sur un vampire affamé et quand bien même il ne serait pas mauvais, il ne pourrait résister à le tentation que vous offrez. »

    Même s'il était interdit de se nourrir sur un humain de cette manière. Une loi contraignante, surtout pour les plus anciens qui avaient connu un âge d'or où tout était permis et en toute impunité. Devoir se brider ainsi était frustrant. Elle conclut alors que finalement, c'étaient les humains qui l'avaient le plus blessé. Je souris, ma main volant vers sa joue, avant que mon geste ne s'interrompt. La toucher serait dangereux. Mon odeur serait bien trop décelable. Je laissais retomber mon bras avec un soupir désolé.

    « Si les semis démons existent, je me demande si cela n'est pas le cas des anges également. Dans de cas, je viens d'en rencontrer un. »

    Il y avait une pureté et une innocence en elle qui me touchaient. Je serais désolé qui lui arrive malheur.

    « Prenez soin de vous Mademoiselle. J'espère pouvoir croiser un jour votre route de nouveau et honorer ma promesse. Soyez assurée que si vous vous produisez dans une salle, je serais dans le public, si du moins, les horaires le permettent. »

    Je lui adressais un sourire, me levant pour lui faire une révérence.

    « Ne vous mêlez pas des tensions entre vampires et loups. Nous saurons bien arriver à un accord avec l'Ulfrik. Au revoir Savannah. »

    Je ne lui avait livré ni mon identité, ni mon nom. Impossible de dévoiler ce qu'elle ne connaissait pas n'est-ce pas ? Je demeurerais le vampire inconnu et mystérieux dans son esprit et c'était très bien ainsi. Je disparus comme j'étais apparu, la laissant seule dans son jardin, me demandant à quel point cette rencontre pourrait avoir des conséquences.
avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 17
Coups du Destin: 6
If it be your will
Messages : 1181
Membre du mois : 107
Je crédite ! : (c)Moi (c) Tennesse
Localisation : Edimbourg
Caractère : Sensible - Loyal - Mélancolique - Cynique - Artiste - Rancunier - Colérique - Ténébreux - Avisé - Charmeur
Vos Liens :
Spoiler:
 


Autres comptes : Eilih & Dante
If it be your will
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3213-nicolas-de-valom http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3231-nicolas-de-valombre#79737 http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3230-nicolas-de-valombre#79736
MessageSujet: Re: Sonate au clair de Lune [Livre III - Terminé]   Mar 5 Jan - 23:04

Un sourire jusqu’aux oreilles, je hoche la tête. Je n’attendais pas plus. Je sais bien qu’il y a peu de chances que ce soit possible, mais rien que l’idée que peut-être je pourrais approcher une de ces merveilles me réjouit. Non, il ne me faut pas grand-chose. Mais je pourrais peut-être et c’est suffisant. Ce n’est pas comme si j’avais une chance de pouvoir le faire ailleurs. Oui, il pourrait mentir, je sais. Juste pour m’appâter. Mais je pense pas que ce soit le cas. Ouais, bon… je sais… Mais comme il y avait peu de chance que… Oh, c’est nul ! J’aimerais vraiment pouvoir un jour, en voir, et pourquoi en toucher un… et jouer avec oui j’avoue…

Et j’apprends qu’outre le violon, il sait apparemment jouer du luth et du clavecin. Qui donc apprend à jouer de tels instruments ? Ce n’est pas des instruments que l’on joue et que l’on trouve partout de nos jours. Et c’est pas franchement les plus glamours non plus. Et la réponse vient à la suite. Un vampire. Ah. Forcément. S’il est vieux, c’était des supers instruments à l’époque. A l’époque. On parle de quelle époque ? Et comme quoi, il me manque la fonction Scepticisme ou Prudence ou je ne sais, parce qu’au lieu de me dire Oh putain, cassons-nous, je reste. D’un autre côté, je pourrais difficilement lui échapper s’il me voulait du mal. Même alors qu’il était à l’autre bout du jardin, à mon avis, j’aurais pas trop eu d’opportunités. Mais, il est gentil. Outre le fait qu’il possède un Stradivarius oui. Il m’écoute et ne cherche pas à s’imposer. Et au final, de nous deux, c’est lui qui semble le plus redouter le plus cette rencontre, maintenant qu’il sait qui je suis. Encore et toujours le même. Fille de l’Ulfric. BAM. Ça crée un blocage. J’esquisse un léger sourire un peu triste.

« Hayden n’a de temps pour rien, c’est vrai. Toujours pris à droite ou à gauche entre deux feux. » Même plus de temps pour moi, c’est dire. Je me mords la lèvre à cette pensée égoïste.
« J’espère que cela se passera bien alors. Il n’est pas si… obtus. Je crois. »

Après tout, il a intégré les métas qui le souhaitaient à la Meute. Mais ça, je peux difficilement le glisser comme preuve d’ouverture d’esprit.
Mais le vampire a raison. Je connais même pas son nom tiens. Alors que moi, je me suis présentée. C’est pas censé être poli les vieux de son époque ? Mais je n’ai pas le temps de m’attarder sur la question, alors que nous enchaînons sur les semi-démons… Je hoche la tête.

« Ingénieux oui… sans doute… Plutôt que de faire front commun, vous vous battez entre vous… » Je souris un peu. « Peut-être qu’ils profitent juste du fait que vous soyez tous trop butés et entêtés… »

Je fronce les sourcils. Soit, il n’a pas tort. Mais…

« Oui, sans doute. » Moue boudeuse. « Je ne suis pas juste la progéniture de… » Je soupire. « Mais vous avez raison. Ils n’apprécieraient pas. » Je hausse les épaules. « Mais je suis déjà au milieu de tout ça, justement parce que je suis la fille de… Les ennuis, je connais déjà. »

Faisant toujours la moue, oui, je suis parfois super mature, je sais, je grimace. La tentation que j’offre. Celle d’une proie esseulée ? Sans doute. J’ai pas vraiment envie de savoir pour le coup.
Les humains sont déjà flippants, je veux pas savoir ce que ça donnerait des vampires dangereux. Enfin, dangereux, ils le sont toujours, mais je me comprends.
Je souris, le remerciant du regard, alors que le geste qu’il avait amorcé s’arrête en cours de route. J’avais raison. Il est gentil.
Je cligne des yeux à sa remarque.

« Quoi ? Moi ? » Je secoue la tête. « Oh non. Vous vous trompez. C’est horriblement gentil, mais non, en aucun cas… » Je ris un peu. « Pas un ange. Même pas un demi… Je suis bien trop têtue et râleuse pour ça. » Je le regarde et me penche un peu vers lui, un sourire aux lèvres. « Merci, c’est un très joli compliment en tout cas. »

Mon sourire s’agrandit.

« J’espère vous revoir aussi. Et pas seulement pour le Stradivarius ! » Je penche la tête sur le côté. « Si j’arrive jusque-là, les horaires le permettront, c’est promis. »

Il se lève et s’incline. Je me renfrogne à nouveau un peu. Encore un qui me dit quoi faire ou non.

« Faites attention à vous aussi… » Je souris. « Au revoir vampire anonyme… »

Et il a déjà disparu. Je sais même pas s’il a entendu. Je jette un coup d’œil autour de moi. Et frissonne. Je dirais vraiment rien aux parents ? Ils sentiront bien son odeur non ? Je range convenablement mon violon avant de rentrer pour de bon, un sourire aux lèvres.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défenseur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 5
A smile is the prettiest thing you can wear
Messages : 1119
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c) Kanala
Caractère : Abimée - Perdue - Renfermée - Triste - Anéantie
Humeur : Tel l'équilibriste sur son fil
Autres comptes : Lucy Matthews - Ania Kenway
A smile is the prettiest thing you can wear
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sonate au clair de Lune [Livre III - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Sonate au clair de Lune [Livre III - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un pique-nique au clair de lune [Livre 1 - Terminé]
» Sonate au clair de Lune [Livre III - Terminé]
» Sonate au clair de lune [TERMINÉ]
» Edition Clair de Lune
» Un rendez-vous au clair de Lune [PV Melody]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: Centre-ville :: Immeubles :: Maison des Valentyne
-
Sauter vers: