AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
When The Angels Sing [Livre III - Terminé]
MessageSujet: When The Angels Sing [Livre III - Terminé]   Dim 21 Juin - 3:39




When The Angels Sing


Première quinzaine Avril 2018

J'observe Le Clebs qui fait ses petites affaires. Voilà mon cadeau de la part de Paul : un sac à merd*. Ok je l'aime bien en vrai ce chien mais ça me fait suer que ce crétin pense que je devrais lui être reconnaissant de sa générosité pour ce cadeau qui n'en était pas un. Enfin qu'importe au moins il me tenait compagnie parce qu'au garage j'en avais ras le bol des autres. Ils me prenaient tous pour un gamin et du coup j'avais le droit à des : « tu comprendras plus tard » ou encore « c'est pas de ton âge gamin ». Et puis il y avait Paul, il était un peu à cran. Nerveux à cause de ce qui s'était passé à Glasgow le mois dernier, nerveux à cause de moi, nerveux à cause du garage qui ne tournait pas si bien que ça ou alors parce que la Louve n'était toujours pas revenue pour continuer leurs petites affaires comme il disait.

« Allez ramène-toi Le Clebs on rentre... »

Ouais je lui parle à ce cabot et croyez le ou non il me répond absolument pas. Pour preuve il ne m'adresse aucun regard et quitte le quai sur lequel on était pour rejoindre doucement le reste du quartier. Il me fait chier mais j'ai pas le choix si je le perds Paul va se foutre de ma tronche et je vais en entendre parler pendant des lustres. Et puis j'en ai besoin pour tromper ma solitude de ces derniers temps. Parce que quand on disparaît des radars et de toutes les institutions officielles il paraît qu'il faut éviter de retrouver des gens de sa vie d'avant.

Je le retrouve un peu plus loin, grognant ce qu'il peut. Je le regarde un peu surpris par cette attitude hostile jusqu'à ce que je vois une jeune fille et son vélo. Je vais pour dire au Clebs qu'on rentre mais en observant un peu la fille je vois qu'elle a l'air embêté. Je regarde donc son vélo et je vois la chaîne qui pendouille. Rien de bien méchant mais soit elle sait pas y faire soit elle a pas envie de se salir les doigts, cette connerie c'est plein de graisse.

« Allez rentre je te rejoins. »

Parle à mon cul ma tête est malade il continu d'agir bizarrement. Qu'il aboie après un inconnu ça arrive mais en général c'est au garage pas dans la rue et là il a l'air vraiment agressif. Bon tant pis s'il veut se la jouer de mauvais poil qu'il fasse ce qu'il veut. Moi je m'avance vers la jeune fille avec un sourire sur les lèvres.

« Hey t'as besoin d'un coup de main ? » demandais-je avant d'arriver à sa hauteur pour ne pas qu'elle soit surprise ou me prenne pour un pervers qui l'espionnait.

Entre nous le pervers c'est plutôt Paul, moi je suis encore sain d'esprit et de corps. Mais bon sur un malentendu ça peut arriver et j'ai pas franchement envie de me prendre du spray de bombe au poivre dans la tronche ou un coup de tazer. D'ailleurs est-ce que ça me ferait quelque chose ? J'ai pas franchement envie d'essayer mais ça pourrait être marrant à tester. Je remets mes projets d'expérience à plus tard pour me concentrer sur l'instant présent. La fille, le vélo et Le Clebs qui refuse de partir mais qui continue de grogner.

« T'inquiète pour le chien il te fera pas de mal, il est juste mal luné ce con. » tentais-je pour plaisanter.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: When The Angels Sing [Livre III - Terminé]   Mar 23 Juin - 11:14

Il fait pas vraiment un temps de rêve, mais j'avais envie de me bouger le cul et de me remuer les pattes plutôt que de prendre les transports en commun. J'avais pris un vieux vélo que Jack me prêtait de temps en temps, et j'étais allée au lycée comme ça. Ca m'avait fait du bien, sur le coup. Je m'étais dit que j'avais réussi à me vider la tête en pédalant, mais en fait... En fait, non. IL avait suffit que j'entre dans une salle de cours, que j'entende la voix de crécelle de ma prof d'anglais, et puis c'est comme si j'étais venue en métro, serrée contre un viel obèse suant et une jeunette qui puait la clope. Je peux pas dire que j'ai passé une journée atroce non plus, parce que dans l'ensemble, elle ressemble à toutes les autres que j'ai passé au lycée. Je m'ennuie. A part en musique. Sinon, c'est long. Avant, j'aimais bien aller en cours, lire des trucs, apprendre des choses. Mais ça... Ca c'était avant, comme dirait l'autre. Quand j'étais humaine. Oui, c'était vraiment il y a très longtemps. Une autre vie... Un autre monde. Ca me semblait tellement impossible, aujourd'hui, d'avoir une vie comme celle que je menais avant, dans mon petit trou paumé au nord de l'écosse, avec mes amis, mes parents, mes frères... J'ai pas grand chose d'heureux à penser quand je suis en cours et que ça me gonfle, alors forcément, je pense aux souvenirs. Et ça fait mal. Ca fait toujours mal. Si j'ai pas encore séché, c'est pour Jack. Parce que je sais tout ce qu'il fait pour moi, et je veux pas le décevoir. Mais enfin, je serai quand même mieux dehors à me dégourdir ou... Je sais pas, moi.

La sonnerie, c'est un peu comme la libération. Comme si on me réveillait d'un long, très long sommeil. Je range mes affaires n'importe comment, disons que je les balance plus dans mon sac qu'autre chose, avant de sortir. Depuis ce matin, une de mes copines me tanne pour me montrer un truc chez elle, ou je sais pas quoi. Chez elle, c'est assez loin, je crois, mais bon, elle dit qu'on y sera rapidement à vélo... Puis bon, si j'y vais pas, demain elle continuera à m'embêter jusqu'à ce que je vienne. Alors j'y vais. Je fais ma polie, mais je reste pas longtemps une fois chez elle. Elle voulait me montrer son nouveau chien, qui s'appelle Canine, parce que Madame sa maitresse est une grande fan des vampires, et que l'inventivité c'est pas son truc. Je fais genre que le toutou est beau comme un cœur, et essaye de pas lui faire remarquer les regards noirs et les aboiements qu'il me lance quand j'approche trop près.

Je pousse le plus gros soupir de soulagement du siècle, en sortant de chez elle, et enfourche le vélo. J'ai envie de rentrer, là, tout de suite, m'enfermer dans ma chambre, et être enfin pénarde. Parce que bon, les chiens, c'est pas mon kiff, mais je peux pas trop l'expliquer aux gens. J'essaye de me détendre comme ce matin en pédalant, mais ça a l'air de moins bien marcher. Alors je me contente de détailler le paysage. Magnifique paysage. Je comprends pas pourquoi certains se paient une fortune une place d'avion et un hôtel pour passer des vacances ici.

Crac.

Je bascule sur le côté, et me rattrape de justesse sur mes genoux. Merci les réflexes. Je me relève, regarde le vélo d'un drôle d'air. La chaine pend, et j'aime pas trop ça, parce que j'y connais pas grand chose, et que...

Encore un chien.

Je pousse un soupir rageur alors que je sens son odeur, puis que j'entends son aboiement. J'espère qu'il s'appellera pas Incisive, lui, parce que sinon, c'est la décadence totale de la jeunesse écossaise. Oui, parce que c'est encore un jeune. Quelques années de moins que moi, je dirai. Je lui adresse un petit sourire incertain.

« Salut ! Heu... Ouais, ça s'est cassé, enfin j'y connais pas grand chose... »

j'avais pas l'air conne, tout à coup. Et le clebs qui se calme toujours pas.

« Oh, pour le chien c'est pas grave, j'ai l'habitude, j'en ai pas encore rencontré un qui a eu l'air de m'apprécier. Moi c'est Leah. »

_________________
Do you cry to the heaven's high when you're confined in here ? Do you not ever wonder why these leaden tears will never dry ? They'll leave behind so many shadows in my mind. High in the sky, all of the clouds are passing by. Wait for this storm, wait for the rain, and wait for the tears to fall down on me
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Esquive
Points de vie : 15/20
Coups du Destin: 0
Searching for what she can find, for her own piece of mind
Messages : 233
Membre du mois : 10
Je crédite ! : (c) Swan // (c) Hedgekey
Localisation : Avec Jack
Caractère : Loyale - Triste - Mature - Téméraire - Imprudente
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Mélancolique
Autres comptes : Erin Danvers & Eva Raederer
DC d'Erin Danvers - Modératrice
Searching for what she can find, for her own piece of mind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: When The Angels Sing [Livre III - Terminé]   Mar 23 Juin - 16:24




When The Angels Sing


Première quinzaine Avril 2018

Il grogne presque et quand il voit que je m'éloigne de lui pour s'approcher de la jeune fille il aboie avec de légers appels plaintifs. Qu'est-ce qu'il peut être con quand il s'y met et il devient chiant à force. Mais je tente de l'ignorer pour me concentrer sur la nouvelle rencontre. Elle me dit d'abord que son vélo est cassé avant de finalement avouer qu'elle n'y connaît pas grand chose. Je l'avais deviné rien qu'à sa réponse. Avant qu'un vélo soit réellement cassé il fallait y aller comme tout ce qui était mécanique en fin de compte.

J'avais fait la tronche quand Paul m'avait annoncé que je serais apprenti dans son garage. L'idée de passer la journée couvert de cambouis ne me plaisait pas et puis merd* quoi c'était un boulot plutôt minable quand même. Mais au final quand on m'emmerdait pas je trouvais de l'intérêt à tout ça. Bon j'avais les mains dans un sale état. Les mecs se foutaient de moi en disant que j'avais des mains de gamines et que dans quelques années ce problème serait réglé. Enfin heureusement que j'étais pas du genre à faire attention à ma manucure, j'avais les ongles dans un état pourri, pas mal d'écorchures mais rien de très grave et je commençais à avoir des ampoules sur la paume mais je me plaignais pas.

Elle ajouta un commentaire à propos du chien. Ils ne l'aimaient pas... Tous ? J'allais presque lui demander comment c'était possible quand elle se présenta. Leah... Je dus faire un léger effort pour me concentrer encore un peu. J'esquissais de nouveau un sourire avant de lui sourire.

« Moi c'est Jay. Je bosse dans le garage pas loin, je peux jeter un coup d’œil à ton vélo ça n'a pas l'air méchant. »

Ouais se concentrer sur le vélo. Finalement Le Clebs décide d'approcher, il n'aboie plus mais garde une distance raisonnable avec la jeune fille et l'observe comme s'il était prêt à lui sauter à la gorge. Le séjour prolongé avec la Louve dans la cour a du le rendre juste cinglé. Mais passons je m'agenouille devant le vélo pour regarder la chaîne de plus près. On a tous déraillé un jour c'est pas compliqué. Je fais glisser la patte du dérailleur arrière pour relâcher la pression sur la chaîne juste le temps de la remettre en place.

« Tu devrais faire gaffe de te balader dans le coin toute seule, il y a pas mal de... choses qui traînent ici. Ce serait dommage... »

Je prends tout mon temps pour dire que j'ai fini. Je lève les yeux vers elle pour jauger sa réaction. Elle n'a pas l'air menaçante, au contraire et imaginez un peu si la Louve qui squattait chez nous l'avait croisé sur sa route en partant du garage ? Elle l'aurait mangé toute crue. Et ouais ça serait franchement dommage qu'il lui arrive un truc fâcheux. J'ai hésité en disant choses. L'idée me met mal à l'aise parce que techniquement moi aussi je fais parti de ces choses dangereuses de ce monde. Mais ça on n'en parlera pas. Finalement je relâche le dérailleur, je fais faire un tour de pédale au vélo en soulevant la roue arrière et le tour est joué.

« Et voilà ! C'est réparé... Il a pas l'air tout neuf, tu devrais passer un peu de graisse sur la chaîne et dépoussiéré tout ça. »

Je me relève, les mains légèrement grasses à cause du peu qu'il y avait sur la chaîne du vélo mais sans la moindre cérémonie j'utilise un pan de mon débardeur sous ma veste de sweat pour me débarrasser de ça. C'est pas comme si Paul allait me passer un savon pour avoir tâché mes fringues, lui au moins il me prenait pas la tête là-dessus. Enfin c'était peut-être lié au fait que c'est moi qui lui servait de larbin pour ce genre de tâches ménagères.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: When The Angels Sing [Livre III - Terminé]   Jeu 25 Juin - 10:17

J'essaye de faire un sourire, mais bon, ça doit être un peu forcé tout de même. J'ai pas passé la journée la plus rose qui soit, une journée banale en soi, si la nana avait pas insisté pour me montrer sou nouveau petit animal de compagnie. J'aime pas les chiens. Les chiens m'aiment pas. Normal, vous avez déjà vu un chien faire un gros calin à un loup ? Non ? On est d'accord. J'essaye d'éviter ces bestioles, parce que quand il y en a une à proximité, je me sens mal, assez mal. Ca aboie, ça me lance des regards noirs. Y'en a pas un qui déroge à cette règle. Et alors qu'en théorie, c'est moi le prédateur, eh ben c'est moi qui flippe. Elles sont belles les lois de la nature, hein. J'ai peur qu'on me démasque, qu'on se méfie de moi. Quand un chien aime pas un humain, il lui fait quand même pas la guerre comme ça... Ou alors, c'est que je m'y connais pas du tout là dedans non plus. Mais je sais que moi, ils me la font tous, la guerre, et que quelqu'un va finir par se douter de quelque chose... J'espère juste que le clebs du gars a l'habitude d'être agressif parce que sinon le petit va se poser quelques questions. Et j'ai pas envie. J'ai vraiment pas envie.

J'ai tellement l'impression de voir des chiens partout, aujourd'hui, deux en même pas une heure, que ça me mets un peu sur les nerfs. C'est pas ma journée. J'aurai dû juste rentrer chez moi direct après le lycée. J'aurai même pas dû y aller, au lycée, d'ailleurs. Il s'appelle Jay, il bosse dans le garage pas loin. Je jette un coup d'oeil vers le dit garage. J'ai bien l'air bête avec mon vélo pété et lui qui a l'air de s'y connaître comme un pro...

« Oh ben, je tombe bien alors. Oui, si tu peux faire quelque chose... vas -y. »

Non, en effet, ça a pas l'air d'être bien méchant, parce qu'il me le répare rapidement. Franchement... J'avais aucune envie de me retrouver avec un vieux vélo inutilisable pour rentrer, parce que ça me ferait une belle trotte à pied, et puis parce que quand même, je l'aimais bien ce vélo. Même si ok, je m'y connais pas, mais pas du tout. J'essaye de garder mon regard sur Jay qui répare mon engin, mais je dérive inconsciemment sur le chien qui semble prêt à me dévorer tout cru au moindre faux pas. Non, gentil toutou, le grand méchant loup te fera rien. C'est plutôt une petite gentille louve, d'ailleurs. Putain, j'ai envie de me tirer, de le planter là avec son chien -et mon vélo, tant pis- mais loin de cet animal qui me regarde avec des yeux d'assassin. Je respire lentement. Rester calme. Rester calme. J'entends à peine quand il me dit que c'est dangereux de trainer dehors, par ici, seule. Je manque d'exploser de rire, mais intérieurement, j'ai vraiment envie de rire. Je hausse les épaules. Tant pis, jouons au petit agneau innocent. Je n'aime pas l'idée de faire partie de ces « choses », alors...

« Je faisais que passer, j'étais allée chez une amie qui habite pas loin... T'en as vu trainer beaucoup par ici, de ces choses ? »

Terminais-je avec un léger sourire. Alors comme ça, monsieur s'y connaissait en créatures surnaturelles ? Putain, j'étais vraiment mal barrée. Je sens ma louve qui s'agite en moi, toujours en r réaction face au chien. Respire Leah, respire. Il te fera rien. Si tu lui montres rien.

« Ok ! Merci beaucoup... J'ai eu de la chance de tomber sur toi. Oui il est vieux, il était à mon père... Mais bon, je l'aime bien. Si je peux faire quelque chose pour te remercier, hésite pas. »

_________________
Do you cry to the heaven's high when you're confined in here ? Do you not ever wonder why these leaden tears will never dry ? They'll leave behind so many shadows in my mind. High in the sky, all of the clouds are passing by. Wait for this storm, wait for the rain, and wait for the tears to fall down on me
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Esquive
Points de vie : 15/20
Coups du Destin: 0
Searching for what she can find, for her own piece of mind
Messages : 233
Membre du mois : 10
Je crédite ! : (c) Swan // (c) Hedgekey
Localisation : Avec Jack
Caractère : Loyale - Triste - Mature - Téméraire - Imprudente
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Mélancolique
Autres comptes : Erin Danvers & Eva Raederer
DC d'Erin Danvers - Modératrice
Searching for what she can find, for her own piece of mind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: When The Angels Sing [Livre III - Terminé]   Sam 27 Juin - 17:35




When The Angels Sing


Première quinzaine Avril 2018

Je lui souris alors qu'elle me donne l'autorisation de lui donner un coup de main. De toute façon pour elle c'était ça ou rentrer à pied en poussant son vélo et avec une chaîne déraillé elle en aurait drôlement chié. Et puis bon pour le peu de temps que ça me demande je peux bien lui faire ça ne serait-ce que pour m'excuser de l'attitude du Clebs. Et puis bon ce serait mentir que de dire que j'ai pas envie de frimer ne serait-ce qu'un tout petit peu devant une nana aussi mignonne.

Je la mets doucement en garde sur le quartier qui n'est pas exactement ce qu'il y a de plus fréquentable. Les gens ont déserté les coins où se sont déroulés les événements du mois dernier et là où il y a peu de passage les Vampires, les Loups ou les Démons s'agitent pour s'emparer de proies qui ne leur attireraient pas d'ennuis. D'ailleurs ça semble vaguement l'intéresser le fait que je puisse m'y connaître un petit peu en matière de créatures surnaturelles. En vrai j'en sais pas long sauf peut-être sur les Démons mais ça je ne vais pas le lui dire. Autant me tirer une balle dans le pied tout de suite ce serait pareil.

« Après ce qui s'est passé on a eu une Louve dans notre jardin. Et je suis presque sûr que la nuit des Vampires viennent faire un tour. C'est pour ça que Le Clebs est un peu agressif avec les gens qu'il connaît pas. Ce con a pas pu s'empêcher d'aller l'emmerder. »

Je me vante ? Ouais et alors ? Ça me postiche comme étant un allié des Loups ? Je m'en fiche. Officiellement on est neutre et puis je sais pas c'est cool de dire que t'as vécu avec une bête dangereuse dans ton jardin. Je me frotte la nuque alors qu'elle me remercie en m'expliquant que le vélo n'est pas d'une toute première jeunesse, il était à son père. J'aimerais pouvoir dire aussi que j'aimais un objet sous prétexte qu'il appartenait à mon père moi aussi mais c'était au-delà de mes forces. Si j'appréciais Le Clebs c'est parce que c'était un animal et qu'il avait son existence propre mais si Paul me léguait un truc il y a fort à parier que je lui balance à la tronche ou que je me foute de sa gueule. De toute façon il était radin et ça le faisait déjà chier de m'entretenir alors me faire des cadeaux...

Je sors de mes pensées quand elle parle de faire quelque chose pour me remercier. Elle a dit qu'elle vivait pas dans le coin donc combien de chance pour que je la recroise un jour ? Avec ma poisse : aucune. Alors j'opte pour la réponse d'un gentil garçon.

« Fais juste en sorte de ne pas croiser quelqu'un qui te voudrait du mal. Ça serait dommage qu'il arrive un truc. »

Petit sourire en coin, c'était plus fort que moi au final. Je ne suis pas timide à ce qu'il paraît et j'aime ce jeu de la séduction même si au final je ne suis qu'une grande gueule qui a jamais rien fait. D'ailleurs Paul et les autres se foutent bien de ma gueule à ce sujet. Au final on se fout de ma tronche en permanence dans ce garage pourri. J'ai aucune envie d'y retourner pour devoir apprendre ce qu'est un joint de culasse ou Dieu sait quoi encore.

« J'ai rien à faire donc si tu veux je t'accompagne jusqu'à ce que tu rejoignes un coin plus fréquenté et moins dangereux. Je m'en voudrais de rien faire. » dis-je finalement.

Un sourire angélique (ouais ça me fait marrer moi aussi) et un petit air innocent sur le visage, ce n'est qu'une proposition qu'elle peut refuser. Mais d'une je serais éloigné du garage pour un moment et de deux je passerais du temps avec quelqu'un qui passe pas son temps à me chambrer et de trois je pourrais même m'en vanter : j'ai passé la fin d'après-midi avec une fille. Je sais c'est moche de faire un truc pareil mais elle en saura jamais rien et ce serait pas un vrai mensonge je laisserais juste le mystère planer sur ce qui s'est réellement passé, à savoir : rien.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: When The Angels Sing [Livre III - Terminé]   Mar 30 Juin - 12:15

Le chien me donnait vraiment envie de déguerpir. Bien plus que ces créatures dangereuses que le gars évoquait. Heureusement que lui avait l'air plutôt sympa, sinon j'aurai pas hésité longtemps à lui fausser compagnie. Dès que le vélo avait été réparé, en fait. Parce que vraiment, ce clebs, je le sentais pas... Ou enfin si, je le sentais trop bien, et lui aussi me sentait trop bien, moi et mon odeur de louve. Ca me fait flipper. Ironique, non ? Normalement, c'est plus le chien qui a peur du loup que le loup du chien. Là, le chien pouvait me sauter à la gorge et me déchiqueter en deux deux, parce que la louve était une jeune fille frêle et innocente. En apparence. J'aurai pas le temps de me transformer, s'il attaquait... Il attaquera pas. Calme, Leah. Toujours rester calme. Si l'animal ressent la panique qu'il provoque chez moi, ça ne fera que l'encourager. Au moins, je sais comment marche la bestiole. Non, la plus grande chance que j'avais pour l'instant, c'était que Jay semblait pas faire grand cas du comportement de son toutou de compagnie. Il semblait pas forcément l'aimer non plus, vu comme il parlait de lui. Enfin bon, il avait l'air gentil, c'était l'essentiel, j'avais quand même de la chance de tomber sur lui. Je me voyais pas rentrer chez moi, traverser la moitié de Glasgow à pied en poussant mon pauvre vélo... Puis bon, déjà que je rentrerai en retard et que Jack se ferait du soucis, si en plus je lui avais ramené le vélo comme ça..

Il m'offre un sourire, et répare rapidement. Il connait le boulot, on dirait. Je sais pas trop quoi faire, il travaille dans un garage, apparemment, mais je vais pas non plus le payer... Enfin, ça mise en garde m'a fait bien sourire, quand même. Pour l'instant, la chose la plus dangereuse que je vois autour de moi, c'est son chien. Je sentirai un vampire à des kilomètres, et idem pour un loup. Mais un loup viendrait pas me chercher des noises, enfin bon, j'espère quand même. Ca serait bête. Non, vraiment, y'a qu'une seule chose qui m'inquiète, c'est ce chien. Mais lui, ça a pas l'air de le déranger. Il lui trouve des excuses, et heureusement... S'il se rendait compte qu'il parlait à une louve, il ferait quoi ? J'en avais toujours peur, au lycée, avec mes amies. Certains pensaient qu'on était tous des monstres. OK, j'avais des pulsions. Mais j'essayais de les dominer. J'avais pas envie de tuer tout le monde ou quoi. Je lâche un rire et un air un peu impressioné.

« Une louve ? Waw ! Ca doit faire flipper, un peu, la nuit, non ? Et pour le chien, ça m'étonne pas, les chiens et les loups on dit que ça s'entend pas trop... »

Pas du tout même, et j'en avais la preuve sous les yeux. Je cherche pas à savoir pourquoi une louve a atterri dans leur jardin ni rien, moi j'ai bien atterri chez un ancien militaire qui est devenu mon père. On sait jamais ce que le destin nous réserve, alors bon... Elle les a pas mangé, c'est tout. Après, il me raconte peut être ça juste pour faire son intéressant, mais je préfère faire genre que j'y crois, parce que ça donne l'excuse en or pour l'attitude du chien face à moi. Je lâche un rire alors qu'il me dit que pour lui faire plaisir, je pourrai éviter de me faire des ennuis sur la route... Il est pas fin, le petit. Enfin, pas grave. Il est gentil, alors je profite. Pour une fois que je tombe pas sur un gros balèze avec un flingue qui veut me buter...

« Ca marche. »

Ouais, si quelqu'un s'approche trop près, je mords. Ok, avec ces dents là ça fera pas super mal, mais bon, j'étais pas une pauvrette qui se laissait faire par n'importe qui.

« Tu m'as déjà filé un bon coup de main, tu sais. Je me voyais pas trop rentrer à pied en trainant mon vélo. Enfin, je dis pas non à un peu de compagnie... »

J'esquisse un petit sourire, et me remets en route. A pied, en poussant le vélo. Mais c'est pour pouvoir lui parler, donc ça fait pas débile.

« J'habite dans le west end. C'est pas la porte à côté mais c'est pas l'autre bout du monde non plus. Et donc, tu bosses dans un garage, tu vas pas en cours ? C'est quelqu'un de ta famille qui le tient ? »

_________________
Do you cry to the heaven's high when you're confined in here ? Do you not ever wonder why these leaden tears will never dry ? They'll leave behind so many shadows in my mind. High in the sky, all of the clouds are passing by. Wait for this storm, wait for the rain, and wait for the tears to fall down on me
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Esquive
Points de vie : 15/20
Coups du Destin: 0
Searching for what she can find, for her own piece of mind
Messages : 233
Membre du mois : 10
Je crédite ! : (c) Swan // (c) Hedgekey
Localisation : Avec Jack
Caractère : Loyale - Triste - Mature - Téméraire - Imprudente
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Mélancolique
Autres comptes : Erin Danvers & Eva Raederer
DC d'Erin Danvers - Modératrice
Searching for what she can find, for her own piece of mind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: When The Angels Sing [Livre III - Terminé]   Ven 3 Juil - 15:23




When The Angels Sing


Première quinzaine Avril 2018

Je rigole quand elle semble impressionnée d'avoir vécu avec une Louve dans le jardin pendant quelques semaines. J'avoue que ça fout les jetons, surtout que j'ai passé quelques nuits dans le dit jardin pour vérifier que mon abri qui me servirait de chambre n'avait pas de problèmes. Ces nuits là j'étais content que Le Clebs vienne dormir avec moi c'est vrai. Mais bon ça je ne vais pas le dire à qui que ce soit. Oui je suis un petit crétin prétentieux mais j'ai de qui tenir et quand je le vois je me dis que je suis humble à côté de lui. Alors je hausse les épaules d'un air faussement blasé.

« Du moment qu'on les laisse tranquille il y a pas de soucis. Bon j'avoue qu'on a aussi fait un stock de viande pour lui donner et éviter que son ventre creux ne lui dicte d'aller venir nous rendre visite. Au final il y a peut-être toujours une personne bien consciente quand ils sont transformés. Ouais enfin lui il en tient une couche il aime pas les Loups mais les colles dès qu'ils se pointent. »

Le Clebs était un animal étrange. Sa nature lui dictait quelque chose et pourtant il voulait faire l'opposé. Enfin si j'avais tout compris il avait l'habitude de voir la Louve quand elle venait voir Paul. Et puis avec l'utilisation du pouvoir de Paul avant que je vienne emménagé l'avait peut-être tout simplement déréglé. Va savoir. Jusqu'à présent j'avais évité de faire trop étalage de mon pouvoir parce que déjà il y avait une Louve dans le jardin et ensuite on ne savait pas quel genre de client pouvait se pointer.

Donc je me limitais, je l'utilisais uniquement quand je savais que j'étais seul, en plein jour, loin du garage et j'avais toujours un moyen de fuir de l'endroit où je me planquais. Sur les quais j'avais de quoi faire en général. Technique de drague à deux francs ? Testée et visiblement ça ne semble pas si mal marcher, elle a sans doute cramé la supercherie mais bon j'ai l'avantage d'avoir une bouille de gamin gentil donc on m'accorde toujours une deuxième chance. Je marche à sa hauteur alors qu'elle se met en route. Un peu de compagnie ? Elle a pourtant dit qu'elle était chez une amie ? C'est le genre de fille a toujours vouloir être entourée ou je lui ai filé les jetons en lui parlant de Loups et tout ça ?

* Ou elle veut juste ta compagnie parce que tu as l'air d'un sacré boloss prêt à faire des conneries pour une nana un peu mignonne. *

Ça recommence, cette voix qui s'adresse à moi. Faut vraiment que j'arrête d'écouter Paul le faire à voix haute sinon je vais vraiment finir comme lui : un paumé qui parle tout seul. Je l'observe lorsqu'elle m'explique qu'elle vit dans le West End. Ça fait quand même une trotte à pied. Enfin en temps normal elle est à vélo donc ça va plus vite. Puis viens le sujet de mon boulot au garage. Pourquoi j'ai parlé de ça ? Les cours ? Quelqu'un de ma famille ? Pire qu'un flic elle pose tout pleins de questions en même temps.

« West end... J'ai entendu dire que certains coins étaient encore ravagés par ce qui s'est passé le mois dernier. Et non j'ai laissé tomber les cours pour l'apprentissage. C'est pas comme si j'avais été très studieux jusqu'à présent et Paul, mon père, voulait que je sois utile à défaut d'être brillant à l'école. »

Ouais on va le dire comme ça. Ça m'arrache la bouche de dire que Paul est mon père mais c'est la vérité, officiellement comme officieusement. Pour le reste ce n'est pas totalement du mensonge même si la raison n'est pas exactement ça.

« Et toi ? Toujours à l'école je suppose à supporter les trucs barbants comme les maths et tout ça ? »

Je rigole mais dans le fond je donnerai cher pour retourner à l'école. Je serais sûr de pas voir Paul une bonne partie de la journée et je pourrais éventuellement trouver une voie qui me permette de le fuir définitivement plus tard. Là j'étais coincé avec lui et à moins de trouver plus tard un job chez un autre garagiste quitte à m'attirer les foudres du paternel je serais tranquille.

* On peut aussi en finir avec le vieux et on rafle tout. *

Je sursaute presque en sentant la truffe humide du Clebs contre ma main. C'est pas lui qui me fait peur tout d'un coup c'est cette chose qui finalement ne dit pas des choses totalement fausses. Mais revenons-en à nos moutons et à cette fille que je raccompagne. Je vais pas la suivre jusqu'à West End et rentrer comme un con après à pied. Enfin j'aviserai le moment venu pour le moment je me suis engagé à la raccompagner que jusqu'à un endroit moins dangereux et désert. Et puis bon toute excuse est bonne à prendre pour rester loin de ce garage maudit.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: When The Angels Sing [Livre III - Terminé]   Dim 5 Juil - 22:48

Moi, une profiteuse ? Non, je vois pas du tout de quoi vous parlez... Le gars est juste mignon et sympa, tant pis s'il a un chien un peu stressant, comme tout les chiens, et qu'il a l'air d'un petit dragueur... Au moins, ça me fait quelqu'un à qui parler, au lieu de me parler à moi même et de ressasser ma journée minable, ma semaine minable, et j'en passe. Au moins, je pourrai dire que je suis quelqu'un de sociable, même si j'avoue que la proximité de ce chien me pousserait plutôt à partir en courant ou à me transformer et à le bouffer... Heureusement que j'ai un peu de contrôle. Un peu. Je sais que c'est pas top et que parfois je lâche tout, mais Jack et Alice m'ont quand même beaucoup aidé. Vous imaginez si je me transforme en pleine rue parce qu'un clebs a aboyé et m'a lancé un regard d'assassin ? Ca le fait pas trop. Je finis au commissariat de la PES direct, en espérant qu'il y ait pas des barons de la mafia, comme... Non, ça aussi, faut que j'évite d'y penser. Il rigole et fait le type courageux pour qui avoir une louve dans son jardin est quelque chose de pas si impressionnant que ça. Ca me fait rire. S'il savait qu'il marchait à côté d'une de ses semblables... On dirait pas, comme ça, en me voyant, que peut se cacher à l'intérieur de la jeune fille frêle et au regard triste un animal si puissant et sauvage. Pourtant... C'est moi. Alors bon, je ris quand même un peu, intérieurement. La pauvre Louve, ils l'ont laissé dormir dans le jardin ? Elle voulait pas reprendre forme humaine ? Un stock de viande. Bon, j'avoue que je cracherai pas dessus. C'est l'une des choses qui manque le plus de me trahir, au lycée. J'essaye de pas prendre trois entrées, trois desserts, et de retourner me servir trois fois le plat principal... Toute façon, j'ai tout le temps faim, alors on finit par s'y faire. Il faut bien, lorsque c'est notre nature. On est autant loup sous forme humaine qu'humain sous forme lupine. Enfin... Y'a bien quelqu'un de conscient quand j'ai quatre pattes et que je suis poilue. Et y'a bien des pulsions totalement inhumaines que je comprends pas, et dont je me passerai volontiers même quand je suis là, que je marche dans la rue avec ce... ce chien qui veut pas me lâcher du regard... juste à côté...

« C'est p'têt pour mieux les surveiller. Va savoir... J'ai du mal à comprendre les chiens et tout, des fois. Enfin votre louve l'a pas mangé, c'est déjà ça ! »

Terminais-je avec un léger rire. Ben à la limite, ça m'aurait arrangé quoi, parce qu'il me mets pas très à l'aise le toutou, et que moi je peux pas vraiment le bouffer dans la situation actuelle. C'est plutôt lui qui pourrait si ça lui prenait. Faut pas chercher à comprendre les chiens, les chats, les souris, les ce que vous voulez. La nature humaine est pas logique, la leur l'est pas plus. Enfin ok, c'est ma théorie en tant que loup-garou, mais bon, avec ce chien là apparemment, elle a l'air de marcher.

Puis sinon, je peux pas m'empêcher de lui poser tout un tas de question. Moi, curieuse ? Non, je vois pas non plus de quoi vous parlez. C'est juste que... Je peux pas trop m'en empêcher. Je suis comme ça. J'espère juste que ça va pas le mettre mal à l'aise, qu'il se sente pas harcelé de question ni rien. Non, c'est juste que bon, pour une fois que je peux parler à un jeune en dehors du lycée, que je connais pas, qui fait autre chose que la routine lancinante des cours... Puis bon, avant de sortir d'un quartier peu fréquentable, on a quelques minutes pour discuter devant nous. Quand je lui dit où j'habite, il évoque les derniers attentats. Oui, on avait été touchés, mais je suppose que c'était un peu le cas de tout Glasgow, non ? Ca avait pas été rien. J'avais senti le Chaos, le sol trembler, et surtout cette rage, cette frénésie totalement incompréhensible, encore plus que ce que j'avais connu jusque là... Je me demande si j'étais encore un peu moi, ou plus du tout.

« Ouais, moi je suis toujours à suivre des cours, écouter des profs... Et quand tu vois ce qui s'est passé le mois dernier, tu te demandes juste à quoi ça va te servir les maths, la géo et tout, face à ça. Puis c'est chiant. J'arrêterai bien, mais mon père a fait beaucoup de choses pour moi, et je veux pas le décevoir... Enfin bref, c'est compliqué. »

Petit sourire d'excuse, alors que je me rendais compte que je commençais peut être à m'embarquer un peu loin, et que ça serait dur de m'y retrouver après. J'aime pas déballer ma vie, mais bon, c'était un peu parti tout seul.

« Ca me plairait de faire autre chose des fois, un peu comme ce que tu fais. Enfin t'as vu, je suis pas du tout douée dans le domaine »

Et pendant ce temps, il sursaute à cause de son chien. Calme, Leah. Putain, ces chiens...

_________________
Do you cry to the heaven's high when you're confined in here ? Do you not ever wonder why these leaden tears will never dry ? They'll leave behind so many shadows in my mind. High in the sky, all of the clouds are passing by. Wait for this storm, wait for the rain, and wait for the tears to fall down on me
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Esquive
Points de vie : 15/20
Coups du Destin: 0
Searching for what she can find, for her own piece of mind
Messages : 233
Membre du mois : 10
Je crédite ! : (c) Swan // (c) Hedgekey
Localisation : Avec Jack
Caractère : Loyale - Triste - Mature - Téméraire - Imprudente
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Mélancolique
Autres comptes : Erin Danvers & Eva Raederer
DC d'Erin Danvers - Modératrice
Searching for what she can find, for her own piece of mind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: When The Angels Sing [Livre III - Terminé]   Sam 11 Juil - 2:19




When The Angels Sing


Première quinzaine Avril 2018

Je jette un coup d’œil au Clebs. Mieux surveiller les Loups ? Peut-être, ce chien a une logique qui échappe à tout le monde. C'est juste bizarre. J'ai bien senti qu'il n'aimait pas la Louve vu la manière dont il grognait, un peu comme tout à l'heure mais en même temps il n'a jamais essayé de lui faire du mal ou des crasses alors qu'elle était au plus mal de sa forme. La première nuit, je l'avais observé avec la Louve, il restait à bonne distance mais en même temps dès qu'elle faisait un geste qui semblait douloureux il faisait un pas vers elle avant de s'arrêter. Comme une mère qui essaye de ne pas intervenir alors que son enfant est sur le point de tomber. La comparaison est un peu bizarre mais je vous jure que ce chien est encore plus bizarre que tout ce que l'on peut croiser de surnaturel.

Je me joins à elle quand elle rigole en disant qu'au moins la Louve ne l'a pas mangé. Ça aussi c'est vraiment bizarre. M'enfin, si je devais noter tout ce qu'il y avait d'étrange au garage on en finirait plus. Surtout que Paul a dit que la Louve n'était pas une étrangère pour lui.

« Elle aurait pas eu grand chose à bouffer si tu veux mon avis. T'as jamais eu d'animal de compagnie ? Même pas une petite gerbille ? » demandais-je par simple curiosité.

Avant le Clebs j'avais pas eu beaucoup d'animaux de compagnie. J'ai du avoir un poisson rouge gagné à la fête foraine et une gerbille parce que j'ai harcelé ma mère jour et nuit pendant ma première année d'école primaire. Au final la gerbille a fini dans l'aspirateur et le poisson rouge j'ai oublié de le nourrir une semaine entière. Et après disons qu'on a eu d'autres préoccupations pour songer à prendre un chien ou un chat. Et quand je vois comment Le Clebs est devenu je me dis que Paul n'y ai pas étranger. Il a du rendre l'animal aussi taré que lui.

Mais on en vient au sujet de ce qui s'est passé à Glasgow, ce qu'on fait dans la vie. Qui aurait pu parier sur les probabilités que nos routes se croisent un jour ? Visiblement la seule chose qui semble nous être commune c'est le fait que l'on soit redevable à nos paternels.

« Entre nous je pense pas que ça serve à quelque chose, sauf si tu veux faire un job plus important que serveuse dans un bar ou mécano dans un garage. » dis-je en haussant les épaules.

Non ça c'est sûr les maths ne m'apporteraient pas grand chose. Enfin juste un peu pour la comptabilité mais pour l'instant il n'était pas question que je mette mon nez dans l'argent de Paul. Il était très près de ses sous l'enfoiré et même s'il ne le dit pas il a sans doute peur que j'essaye de l'entuber et que je me casse avec son pactole. Quoi que pour le moment il a pas l'air d'avoir tant de rentrée d'argent que ça. Pourtant vu l'état de certaines voitures suite aux événements on aurait du avoir du boulot.

« Crois-moi ça n'a rien de fun, des fois je rêve juste de retourner en cours. Les paternels... Ils arrivent toujours à nous inciter à faire les choses qu'ils jugent mieux pour nous. En tout cas si jamais t'as des problèmes avec ton vélo je pourrais te filer un coup de main. »

* Boloss ! *

Même pas c'est juste que ça me gonfle de passer mon temps libre avec un chien ou des mecs de l'âge du vieux. Et puis bon ok c'est vrai elle est mignonne et... Mieux vaut pas terminer cette pensée avant qu'il ne se passe un truc regrettable dans ma tête. Je lui souris, j'espère juste ne pas avoir l'air bizarre. Dans le fond j'en ai juste marre d'être aussi isolé du reste du monde. Et puis au moins elle est gentille même si Le Clebs agit bizarrement avec elle.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: When The Angels Sing [Livre III - Terminé]   Dim 12 Juil - 21:44

Il fallait que je reste calme, que j'arrive à me maitriser, que je pense pas au chien dont l'odeur m'emplissait les narines et les grognements les oreilles. J'y arrivais pour l'instant. Jay avait pas l'air de me trouver bizzare ou quoi, ou alors il le gardait pour lui. Enfin bon, j'espérais quand même que ça se soit pas trop vu... En plus s'il a déjà eu une louve chez lui, il doit savoir comment ça fonctionne. Plus ou moins. Peut être pas, en fait. Il maintient que le comportement de son clebs est pas normal. Je vais pas le contredire, la chance a l'air avec moi. J'ai un gars pas mal et sympa qui me répare mon vélo et qui m'accompagne un peu pour me taper la discute et me détourner l'esprit de pensées beaucoup moins réjouissantes qui m'emplissent ces derniers temps. C'était vraiment pas de refus, alors il fallait que je m'accoutume de la présence du chien... Du moment que je le regardais pas trop, que je me montrais gentille et souriante, normalement, aucune raison qu'il me saute dessus pour essayer de me bouffer. Il avait pas bouffé la louve qui avait dormi chez eux, alors c'est plutôt rassurant, non ? Ok, elle était peut être sous forme animale, donc beaucoup plus menaçante que la jeune fille frêle et fragile à laquelle je ressemble. Enfin bref. Ca sert à rien d'y penser. Détends toi un peu ma belle. Il me fait rire, et son propre rire finit par se joindre au mien. S'il savait ce que j'étais... Bref. Je hausse les épaules, quand il me parle d'animal de compagnie. On en avait bien eu un, à la maison, même s'il était pas à moi... C'était avant. Ca me fait mal d'y penser, tellement mal. Je peux revoir la chambre, la maison, la rue, la campagne. Le sourire de mon frère. Qui se transforme en expression de douleur. Le loup l'a mordu. La fourgonnette noire l'a emporté. Comme elle devait m'emporter aussi. Un instant de silence. Je regarde devant moi, tente de me reprendre rapidement. Pas les souvenirs. Pas ici, pas maintenant.

« Non. Les chiens ont toujours eu du mal avec moi, va savoir pourquoi. Et puis on habite en pleine ville, en appart' au dessus du bar que tient mon père. Les autres animaux... Je sais pas. Ca m'a jamais vraiment attirée, en fait. T'en as eu d'autres, toi ? »

Et puis on parle de cours, de ce qui s'est passé à Glasgow fin février, et depuis. Les cours... Ouais, ok, avant j'aimais ça. Avant, je faisais tout pour étudier, j'étais douée, brillante. Même quand je n'étais plus qu'une vagabonde, j'essayais de trouver de quoi me cultiver. Maintenant... Je suis toujours aussi brillante. Quand je veux bien m'y mettre. J'essaye, par amour pour Jack, pour tout ce qu'il a donné pour moi. Mais sinon, je me sens plus concernée par ma nature de louve, mon envie de la contrôler pour de bon. De ne plus être victime de ma propre personne, comme je l'ai été justement il y a deux mois. Le Chaos... Il m'avait emporté, littéralement. Encore une fois, je pouvais dire bien plus que merci à Jack. C'était pas simple, d'avoir une louve comme fille, j'en suis consciente, je veux pas en plus lui compliquer la tâche. Mais les cours... Puis j'ai tellement peur qu'on s'aperçoive de ma nature...

« Je sais pas ce que je peux faire plus tard. Serveuse, à la limite, j'ai pas besoin de grand chose, j'ai déjà le bar. Mais j'en sais strictement rien, alors je suis les cours, et on verra bien où ça me mène. »

Ouais, voilà. Où le monde nous mène, surtout. Est-ce que j'aurai le temps d'aller au bout de ces études, est-ce que ça signifie encore quelque chose ? Peut être que Jay se rend pas compte exactement de ce que l'on vit. Après tout, il est humain, il doit vivre tranquillement avec son père dans le garage, et... Ok, je sais rien de sa vie, mais c'est la supposition la plus évidente que je puisse faire. Ca me fait sourire, de savoir que des fois il rêve de retourner en cours. On est tous comme ça, envieux de ce que l'on n'a pas... Je souris, quand il me propose de l'aide pour mon vélo si jamais j'ai encore besoin.

« J'avoue qu'il commence à être vieux, je vais passer un peu de graisse sur la chaine et tout, mais bon. Merci... C'est gentil. De m'avoir aidée et d'avoir fait un bout de chemin avec moi. »

J'étais sincère. Ca m'avait fait plaisir, de pas être seule pour quelques minutes et d'avoir un peu de compagnie. Puis il a l'air sympa, vraiment.

_________________
Do you cry to the heaven's high when you're confined in here ? Do you not ever wonder why these leaden tears will never dry ? They'll leave behind so many shadows in my mind. High in the sky, all of the clouds are passing by. Wait for this storm, wait for the rain, and wait for the tears to fall down on me
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Esquive
Points de vie : 15/20
Coups du Destin: 0
Searching for what she can find, for her own piece of mind
Messages : 233
Membre du mois : 10
Je crédite ! : (c) Swan // (c) Hedgekey
Localisation : Avec Jack
Caractère : Loyale - Triste - Mature - Téméraire - Imprudente
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Mélancolique
Autres comptes : Erin Danvers & Eva Raederer
DC d'Erin Danvers - Modératrice
Searching for what she can find, for her own piece of mind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: When The Angels Sing [Livre III - Terminé]   Jeu 30 Juil - 15:23




When The Angels Sing


Première quinzaine Avril 2018

Je l'écoute presque religieusement lorsqu'elle m'explique qu'elle n'a pas pu avoir d'animal. La vie en appartement... Heureusement je n'ai pas eu à subir ce genre de chose. Maman avait fait des pieds et des mains pour obtenir une maison en arrivant ici. Elle avait dit qu'on serait mieux, que ça éviterait les problèmes liés à mon pouvoir. Déjà qu'en maison j'avais réussi à attirer quelques Semis-Démons jusqu'à nous alors en appartement ça aurait été le défilé. Sans parler des autres espèces, elle avait parlé d'une Louve à l'hôpital mais je n'en avais pas vu et personne n'était venu me poser de question à ce sujet. Elle avait du régler le problème comme toujours...

« Un poisson rouge nommé Bubule et Squik la gerbille. Ma mère voulait pas qu'on est d'autres animaux après ça. » dis-je simplement avec un sourire qui laissait peut-être transparaître la petite amertume qui m'empoisonnait le cœur d'un coup.

Les études... J'ai un peu de regret de ne pas pouvoir y retourner surtout après tout le mal qu'on s'est donné pour que je reste scolarisé et les convocations auxquelles ma mère a du aller parce que je séchais les cours dernièrement. Tout ça pour finir les mains dans le cambouis. Même si je n'aspirais pas à devenir docteur ou un truc dans le genre j'aurais aimé avoir le choix. Mais bon je n'étais pas à plaindre. Contrairement à Leah je n'avais pas le problème de me poser des questions sur mon avenir professionnel. Ça ne me déplaisait pas tant que ça dans le fond la seule chose qui m'embêtait c'était surtout Paul et le fait d'être obligé de le supporter en tant que paternel et patron.

« T'as déjà le bar ? T'as réussi à te procurer une fausse carte et t'es une de leurs habituées ? » dis-je en plaisantant.

Je me sens un peu coupable lorsqu'elle me remercie pour son vélo et le fait de l'avoir raccompagnée sur un bout de chemin. J'ai fait ça uniquement parce qu'elle est mignonne et que je veux juste pas rentrer chez moi contrairement à elle. Et puis, pour l'instant je suis encore gentil, sain d'esprit mais je sais que ça ne va pas durer. Combien de personnes garderont cette image de moi quand je finirais dans le même état que le paternel ?

« Je dois t'avouer que c'était un peu égoïstement que je te proposais mon aide, j'ai pas envie de rentrer chez moi avec l'aut' qui va me soûler dès que j'aurais mis les pieds là-bas. Mais je regrette pas c'est sympa de rencontrer des gens comme toi. » dis-je avec un petit sourire en coin.

* C'est désespérant ! Ecoeurant... *

Le Clebs se colle à nouveau à moi alors que j'essaye désespérément de faire bonne figure et de ne pas laisser voir la folie qui s'empare de moi. Sauf qu'encore une fois j'avais complètement oublié son existence et que sentir sa truffe humide sur ma main c'est dégoûtant mais flippant quand on s'y attend pas. Sauf que cette fois-ci le petit con se reçoit une décharge. Un truc de rien du tout qui le fait tout juste japper avant de lever les yeux vers moi. Et merd*...

Bon cet imbécile de chien m'a déjà fait peur j'ai qu'à dire que sur le coup de la surprise j'ai marché sur sa patte. De toute façon elle peut pas savoir ce qui s'est réellement passé, non ? Je tourne les yeux vers elle, me frottant la nuque prêt à sortir la première connerie qui me viendrait à l'esprit pour justifier ce nouveau sursaut et la réaction du chien.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: When The Angels Sing [Livre III - Terminé]   Sam 1 Aoû - 12:50

Penser au passé, c'était douloureux. Toujours. Mais dix mille fois plus dans mon cas. De ce passé, il ne restait plus rien aujourd'hui. Plus aucune trace, plus aucune attache, autre que des images dans ma tête. Des images qui revenaient bien trop souvent à mon goût, et que laissaient après elles un malaise que je détestais ressentir, bien plus que tout le reste. Parce que même si je pouvais penser à des choses heureuses de mon enfance, par ricochet, on en revenait toujours au désastre. A l'attaque, ou à la vue de mes frères emmenés dans ce fourgon noir. Et à la fuite, à la longue fuite perpétuelle, et aux attaques, et à tout le bazar. C'est l'effet domino. Et là, il fallait que j'y échappe. Je pouvais pas en vouloir à Jay, non, il savait pas, il pouvait se douter de rien, et c'était mieux comme ça. Je devais tout le temps cacher mes pensées, me maîtriser, garder l'animal en moi au calme, et... Même si avec les années j'y arrivais, des fois c'était toujours difficile. Et quoi qu'il en soit, fatiguant à la longue. Mais il le fallait. Il le fallait pour moi, aussi. Que je mette tout le passé et tout le douloureux de côté pour pouvoir avancer. C'est encore moins facile qu'avant, quand on voit ce qui s'est passé le moins dernier... En tout cas, Jay avait l'air de regretter Squik et Bubule...

« Ah... C'est dommage. Bon maintenant, tu as le chien, non ? »

Terminais-je avec un petit sourire peut être un peu timide. Parce que j'avais bien l'impression que le chien l'enchantait pas autant que le poisson rouge et la gerbille... Moi, j'étais un animal à moi tout seul, alors pourquoi en aurais-je besoin d'un autre ? Encore moins d'un chien, non merci. Je prenais déjà cher à chaque fois que je restais deux minutes à côté d'un représentant de cette espèce, alors bon, merci bien. Peut être que ça me changerait les idées d'avoir une autre bestiole avec moi, bien que j'en doutais fort. Toutes ces années de vagabondage m'avaient sûrement trop renfermée sur moi même pour mon propre bien, mais quoi qu'il en soit, la solitude ne me dérangeait plus tant que ça.

Les études, oui, ça pouvait être un sujet délicat. L'avenir, au lycée, on nous disait d'y penser, d'y réfléchir, mais moi je m'en foutais. L'avenir, pour moi, c'est déjà arriver à mener une vie normale, une vie relativement en sécurité. Cette foutue morsure avait tout changé. Avant, ça m'aurait intéressé, l'avenir professionnel. Maintenant, qu'est-ce que j'avais envie de faire de mes mains ? Serveuse, c'était pas le métier le plus glorieux du monde, quand les types sont ivres dans le bar et laissent trainer leurs mains au passage des jeunes demoiselles. Jouer de la musique, il paraît qu'on gagne pas son pain avec. Je lâche un rire. Je lui dirai pas que oui, j'ai une fausse carte d'identité, et que si à ma naissance mon prénom était bien Leah, le nom de famille...

« Ouais, exactement ! Le patron et moi on s'appelle par le petit nom, et il me sert c'que je veux... »

Non, ça c'était pas vrai, vous voyez Jack me servir un verre de bière ? Moi, pas vraiment. Puis bon, entre nous, j'ai pas besoin d'alcool pour perdre le contrôle... C'est bien ça le problème. Je m'arrête et le regarde, alors qu'il m'annonce, un peu gêné, que c'est aussi égoïstement qu'il m'a proposé son aide. Moi aussi, dans un sens, mais moi je vais pas le lui dire... J'avais juste pas envie d'être seule et de penser à des trucs déplaisants. Je dis rien, un instant. Puis je hausse les épaules.

« C'est pas grave. C'était sympa quand même. De toute façon tu sais, je pense que des gens totalement altruiste, ça court pas les rues non plus... Et j'en fais pas spécialement partie. Puis bon, ça change pas le fait que tu sois cool, et que je préfère papoter avec un mec comme ça plutôt qu'avec un gros lourd comme ceux qui poireautent au bar de mon père. »

Je lui lance un sourire un peu hésitant, avant de conclure, sur le ton de l'humour :

« Mais bon, c'est quand même pas sympa pour t... »

Je frisonne, au milieu de ma phrase. Je manque de m'arrêter, et la reprend de justesse :

« ton pauvre père ! »

Ok, je connaissais pas son père. Et là, y'a un truc qui m'avait dérangé. Une sensation. Outre le petit manège du chien. Un truc que j'avais ressenti aussi cette nuit de fin février. Est-ce que... ? Mon regard va du chien à Jay, de Jay au chien, revient à Jay.

« Eh ben, je crois que je le dérange vraiment... »

_________________
Do you cry to the heaven's high when you're confined in here ? Do you not ever wonder why these leaden tears will never dry ? They'll leave behind so many shadows in my mind. High in the sky, all of the clouds are passing by. Wait for this storm, wait for the rain, and wait for the tears to fall down on me
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Esquive
Points de vie : 15/20
Coups du Destin: 0
Searching for what she can find, for her own piece of mind
Messages : 233
Membre du mois : 10
Je crédite ! : (c) Swan // (c) Hedgekey
Localisation : Avec Jack
Caractère : Loyale - Triste - Mature - Téméraire - Imprudente
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Mélancolique
Autres comptes : Erin Danvers & Eva Raederer
DC d'Erin Danvers - Modératrice
Searching for what she can find, for her own piece of mind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: When The Angels Sing [Livre III - Terminé]   Lun 10 Aoû - 10:08




When The Angels Sing


Première quinzaine Avril 2018

Squik et Bubule étaient différents du Clebs. Maman me les avait acheté pour me faire plaisir et parce que j'avais fait des scandales. Il y avait des histoires drôles à leurs sujets, des moments que j'aimais me rappeler comme quand on avait été cherché un aquarium et des décorations. C'était pas grand chose mais c'était mes moments souvenirs que je chérissais plus que tout maintenant qu'Elle avait disparu. Le Clebs je l'aimais comme tout animal mais c'était ce qu'il y avait autour qui me frustrait. Paul qui pensait me faire un cadeau génial alors que je savais qu'il voulait juste plus s'en occuper mais quand même l'avoir dans le secteur pour surveiller les environs.

« Ouais Le Clebs a ses avantages et puis même s'il a pas l'air d'avoir inventé la poudre on rigole bien tous les deux. C'est toujours mieux que d'être seul à longueur de journée. »

Je lui décrochais un petit sourire en me frottant la nuque. Est-ce que je venais de lui dire que j'avais pas d'amis ? Quel con... Enfin c'est pas grave de toute manière ça c'est pas un mensonge. Et puis on enchaîne sur le fait qu'elle ait déjà un bar si elle veut se contenter d'être serveuse dans la vie. Je rigole quand elle affirme être plutôt intime avec le gérant du bar auquel elle pense. Je doute qu'elle soit réellement sérieuse mais pour pas passer pour un blaireau je préfère ne pas en rajouter une couche.

Non au lieu de ça je préfère lui avouer que c'était égoïstement que je lui avais proposé mon aide. Soit je passe pour le gentil gars un peu trop honnête soit je passe pour un teubé tout simplement. Mais qu'importe dans le fond c'est juste une fille que j'ai croisé, aidé et avec qui j'ai parlé de rien. Les chances qu'elle repasse dans le coin sont minces. Je souris timidement lorsqu'elle me dit que c'est rien, elle n'en fait pas tout un plat. Cette nana est cool, sans prise de tête. Rien à voir avec les filles qui défilent chez Paul ou les ados que j'ai rencontré quand je traînais avec ma bande d'amis tous plus vieux que moi. Ces filles, en plus de ne pas avoir grand chose sur le dos ou les fesses, avaient tendance à chouiner pour un oui ou pour un non. Elles voulaient toutes être le centre de l'univers et quand elles finissaient par se fâcher ça finissait en cris et larmes. Leah elle était cool, une fille simple mais avec qui le temps passe vite parce qu'on ne pense pas une seule fois à regarder sa montre. Je me sens gêné quand elle me dit de but en blanc que je suis cool aussi.

Sauf que Le Clebs est de retour et cette fois-ci lorsque sa truffe chaude et humide se colle sur ma main je lui envoie involontairement une petite décharge. Au moins ça devrait le calmer mais je suis à cran tout d'un coup quand je relève les yeux vers la jeune fille. Mon pauvre père ? J'ai presque envie de rire mais j'ai toujours en tête le fait que je viens de foutre un coup de jus au Clebs.

« Oh t'inquiète c'est de bonne guerre on se supporte mais on n'est pas obligé de s'aimer parce qu'on est de la même famille. »

Il n'y a pas de sourire sur mon visage parce que si tout à l'heure elle s'est interrompue parce que j'ai sursauté et Le Clebs a jappé, maintenant elle nous regarde successivement. Je dois être parano, elle ne peut pas savoir ce que j'ai fait. Où si elle le pouvait pourquoi n'essayait-elle pas de dire quelque chose. Je baisse les yeux sur Le Clebs qui pour le coup ne fait plus un bruit mais il ne va pas me lâcher.

« Je suis désolé. Il est un peu bizarre mais il est pas méchant. Si tu repasses dans le coin ou que t'as un soucis sur ton vélo passe me voir je t'aiderais c'était vraiment sympa de passer du temps avec toi. »

Je lui souri faiblement parce que je suis presque convaincu qu'elle sait quelque chose mais en même temps je me reproche d'être parano. Ma mère aurait voulu que je le sois un peu plus pour mon propre bien moi je me dis que c'est fatiguant de toujours voir le mal partout. Un signe de main et je décampe, je dois rentrer. Aucune chance que je parle de tout ça à qui que ce soit. Si Paul l'apprend il va virer parano et je vais le perdre donc autant qu'il ignore tout et comme ça je serais tranquille. Au moins Le Clebs a son avantage, il me sert d'alibi. Je me retourne une dernière fois pour l'observer s'en aller. C'était sympa ce petit moment, un truc normal de mon âge et qui avait tendance à se raréfier depuis que je suis coincé au garage.


HJ:
 
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: When The Angels Sing [Livre III - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
When The Angels Sing [Livre III - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]
» Mission Intrigue "Le Pacte des Loups" [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: Port sur la Clyde :: Ruelles
-
Sauter vers: