AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
May we never go to hell, but always be on our way.
MessageSujet: May we never go to hell, but always be on our way.   Dim 7 Juin - 23:40

❝ May we never go to hell, but always be on our way. ❞
Constance & Moïra
J’avais été … condamnée, par les hautes sphères, et j’étais devenue une paria par une monarchie qui n’ira nulle part et qui au final, n’allait avoir aucun avenir, déjà une des premières reines étaient mortes. Tuée lors des derniers évènements, ça n’avait rien de bien étonnant. Même j’avoue avoir été surprise, agréablement toujours, mais je ne m’attendais à ce que ce genre de nouvelles arrivent aussi vite, et surtout d’apprendre qu’elle avait été tué par l’un d’entre nous. La chose m’avait fait jubiler bien plus que de raisons, le seul regrets que j’avais eu était de ne pas avoir été présente pour admirer son joli corps exploser, et ne laisser qu’une flaque d’organes internes. Mais on ne pouvait pas tout avoir, le beurre, l’argent du beurre et la crémière. La monarchie Raybrandt déjà pris un sacré coup avec la mort de Krystel, là seule qui au final, arrivait à intimider. Mais aujourd’hui, beaucoup remettent en questions leur monarque et c’est dans cette brèche que beaucoup allait s’engouffrer. Attention Morgane, un seul chevalier servant, pour te protéger ne durera pas longtemps.

Mais en attendant, je fêtais …. quel prétexte pouvais-je bien trouver ? Je fêtais … le retour des vraies valeurs vampiriques, avez vous seulement idée du nombre de vampires qui ont repris de mauvaises habitudes. Nous n’avons jamais été aussi détesté par la population humaine. Et ça faisait longtemps que je n’avais pas senti leur regard de craintes, de mépris dégouliner sur ma silhouette. Et je jubile. Car si je ne change jamais de trottoir, eux, le font, et j’avoue adorer ça. Les nuits sont un peu plus longues, mais restent fraîches. Ce n’est pas que la température me dérange puisque je ne la ressent pas vraiment, mais j’aime les changements de saisons. C’est la seule réelle preuve que quelques chose avance au moins et va quelque part, même on ne sait définitivement pas où. Je me retrouvais encore, dans ce bar de vampires ou je commençais à avoir mes habitudes. Pas que cela change des autres endroits, mais la chasse ici y était facile. Même si nous étions mal vus et encore méprisé, il n’était pas rare de croiser quelques groupies humaines prêtes pour le grand frisson.

L’arrivée de ce nouveau ministre avait au moins contribué à une chose, le chaos pur et simple. Ce n’était certainement pas son but, au dieu seul sait quel genre de but peut avoir un type qui décide de se mettre à la tête d’un pays aussi pourri que l’Écosse. C'est bête parce que c'était certainement un des plus pays d'Europe. Je sirotais tranquillement ce qui devait être… du Tru Blood, je n’en buvais plus que très rarement, mais il n’était pas encore autorisé à vendre du vrai sang, les choses pouvaient rapidement mal tourné. La question de l’étique se posait… comment oser vendre du sang ? C’est vrai que c’était mieux de voir des jeunes donzelles dans les pages faits divers surnaturels, non pas que ça me dérangeait, mais fallait arrêter de crier aux loups, quand vous laisser traîner vos brebis dans la forêt. Je vois une chevelure rousse, j’avais toujours été attirée par cette couleur de cheveux, surtout parce qu’Amélie avait cette crinière rousse qui lui était bien propre. Ni une ni deux, je quitte mon siège pour m’en approcher. En territoire vampire, il ne fallait pas avoir peur se faire approcher. Elle semblait bien maussade, et je me sentais d’humeur à distraire en distrayant, non pas que ça allait durer. Et que je le faisais par pur bonté d’âme, soyons sérieux deux minutes.

Ne vous braquez, je ne mords pas. Du moins pas, encore.fis-je en m'asseyant à côté d'elle.

Vous avez vu ? L'ironie. Je ne devais pas être la première à la faire, mais décidément, cette blague stupide de vampires me faisait toujours rire. Mais c'était plus drôle avant, quand les humains et personnes d'autres que les vampires ne connaissaient notre existence.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: May we never go to hell, but always be on our way.   Sam 13 Juin - 17:43




May we never go to hell, but always be on our way.



J'avais besoin de partir. Après les récents événements, Glasgow était devenue difficile à vivre. Je n'avais plus envie de traîner dans les rues, ni même de sortir, cela faisait d'ailleurs plusieurs jours que je n'étais pas allée travailler. De toutes manières, je doute que le cinéma de Glasgow ait vendu beaucoup de place ces derniers jours. J'avais décidé d'aller à Édimbourg. La situation n'était peut-être pas meilleure là-bas, mais bon, je n'en pouvais plus de voir tous les jours les mêmes décors. Ma mère avait eut l'occasion de m'y emmener à plusieurs reprises lorsque j'étais petite, pour voir mon oncle. Je le détestais. Il parlait à ma mère comme à une sainte et me considérait comme un parasite, un minable insecte qui venait entacher sa jolie famille. Mais qu'importe, j'allais à Édimbourg et lui rendre visite était un parfait prétexte.

Bien sûr, je ne fus pas surprise de voir son visage aussi étonné que dégoûté de me voir lorsqu'il ouvrit la porte de son appartement.

-Repars chez toi. Tu n'apportes jamais rien de bon.

-Quel accueil ! Tu es toujours aussi heureux de me voir ! dis-je en l'écartant pour pouvoir entrer.

J'allais piquer quelque chose à grignoter dans son frigo, juste pour l’énerver avant de m'affaler dans son canapé. S'en suivit une avalanche de reproches, il me blâma de tous les malheurs de la famille et faillit me sauter dessus lorsqu'il parla de la mort de ma mère. Tiens, il avait appris que j'en étais responsable ? Je l'aurais cru plus imbécile. Puis il commença à me menacer. Il allait aller voir la police et leur dire qu'il savait où se cachait un semi-démon. J'aurais pu avoir peur si il n'était pas si pathétique. Il avait peur de moi, peur que je lui fasse du mal. Pourquoi ne pas lui donner raison ? Depuis toute petite, j'ai souhaité qu'il disparaisse, alors pourquoi pas ?
Après une énième menace, certainement celle de trop, je me ruais vers lui pour le plaquer contre le mur en le tenant par le cou avec une certaine force.

-Ecoute moi bien vieil imbécile. Mon pouvoir ne peut peut-être pas te tuer, mais crois bien que mes mains en sont tout à fait capable. Je pourrais te faire disparaître sans que personne ne s'en aperçoive, les flics sont bien trop occupés pour s’embarrasser d'un petit meurtre dans un quartier d’Édimbourg. Alors si tu m'insulte encore, ou que j'apprend que tu as parlé de moi à qui que ce soit, je te tue.

J'en étais presque arrivée à l'étrangler. Il réussi à se dégager alors que je lâchais prise.

-Pourquoi es-tu venue ici ?

Bonne question... Certainement pour la même raison que je repartis sans lui faire plus de mal. Il restait le frère de ma mère. Perdue dans mes pensées (et au moins autant dans les rues de cette ville), je rentrais dans le premier bar venu, sans même regarder l'enseigne. J'avais besoin d'une bonne bière que je commandais au bar. Je restais donc là, à réfléchir sur ma bière l'air maussade.

C'est alors que quelqu'un vint m'interrompre. Cela m'agaça sur le coup, mais finalement, c'était peut-être bien que quel'un me sorte de mes histoires. Je tournais les yeux, vers une jeune femme, brune, très belle.

-Je peux dire que la première personne qui tentera de mordre se retrouvera à grignoter les pissenlits par la racine. répliquais-je un peu brusquement. Qu'elle soit vampire ou quoi que ce soit d'autre. Ajoutais-je avec un petit sourire

Je dois avouer que je ne devais avoir l'air ni sympathique, ni encline à démarrer une réelle discussion. A vrai dire, je me fichais un peu qu'elle le prenne bien ou mal, j'aurais même bien aimé qu'elle se dise que, finalement, ce n'était pas une si bonne idée d'être venue me parler et que trouver quelqu'un d'autre serait certainement une meilleure option. Mais cela ne semblait pas être le cas, vu qu'elle s'était assise près de moi. Youpi. Mais quelque chose me titilla l'esprit. j'avais déjà vu plusieurs personne avec un verre remplis d'un liquide rouge, qui ne ressemblait pas vraiment à du vin. Où est-ce que j'étais ? Une rapide coup d’œil autour de moi et je remarquais quelques jeunes filles toutes excitées d'être là. Ce bar n'avait pourtant pas l'air si exceptionnel. Je soupirais. Espérons que je ne me sois pas retrouvée dans un endroit infesté de vampires juste parce que je n'avais pas eu envie de regarder où j'allais...
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: May we never go to hell, but always be on our way.   Jeu 2 Juil - 23:39

❝May we never go to hell, but always on our way. ❞
Constance & Moïra
C’était impressionnant, à quel point certaine personne collait aux clichés que l’on pouvait avoir, voyez vous ce que je veux dire ? J’en doute, clairement, alors je vais vous expliquer, ce que j’entends par là. Quand je croise , disons… une grande brune aux yeux clairs, la première impression que je vais avoir est que c’était un femme mystérieuse, peu importe quel sont les clichés auquel vous croyez, réellement, tout ça pour vous dire, que le cliché des femmes rousses, leurs collent quelque peu à la peau, et ce n’était pas la demoiselle en face de moi qui allait pouvoir dire le contraire. Fut une époque, on associait les roux au diable, mignons, peu vrai, mais terriblement drôle à regarder. La chasse aux sorcières, étaient souvent synonyme de chasse aux rousses, ou de chasses aux femmes, tout simplement. Celle ci, était aussi belle que particulièrement désagréable, mais qu’à cela ne tienne, elle n’allait pas d’en tirer, me menaçant de manger les pissenlits par la racines cette jeune demoiselle.

Je buvais alors une gorgée, la jaugeant de haut en bas. Eh bien en voilà une qui était encore de bonne humeur, c’était bien ma veine. Mais je crois que je préférais ce genre de caractère, au moins, elle n’était pas mielleuse, à la recherche de je ne sais quelle sensation forte, vous suppliant presque de les pomper jusqu’à la moelle, ne sachant pas ce que cela veut réellement dire. J’étais bien plus enclin à me montrer… moins… insupportable que je ne le suis réellement face à une personne qui avait décidé, d’essayer de ne pas me rendre les choses simples. Je souris en coin, légèrement amusée par sa réponse. J’étais curieuse de savoir comment, elle s’y prendrait, pour me faire manger les pissenlits par la racine.

Vous êtes toujours aussi agréable, ou simplement une mauvaise habitude que vous avez prise ?

Ce n’est pas une question qui attends de réponse. Car généralement, je me fiche un peu des réponses. Dans ce cas pourquoi poser des interrogations. Rhétorique. Par exemple, quand vous demandez à une personne inconnue comment elle va, cette personne ne peut pas vous répondre de manière négative. Du moins, elle ne peut pas me donner une réponse négative, parce que je m’en contre-fous comme de la construction de la Tour Eiffel, voyez vous. Je tourne un peu plus mon siège vers elle, croisant les jambes dans le mouvement circulaire.

Et dîtes moi, comment vous y prendriez vous, pour me faire manger vos dits pissenlits. Beaucoup on essayé, et comme vous pouvez le constatez, aucun n’a réussi.



hrp : toutes mes confuses pour cette attente. J'espère que ça te plaira. zoubi.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: May we never go to hell, but always be on our way.   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
May we never go to hell, but always be on our way.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Welcome in Hell... [Ali & Ysi ]
» 05. What the hell are you waiting for.
» Welcome Hell
» Drag Me To Hell
» Gates Of hell " La porte des Enfers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Edimbourg
 :: Nightown :: Satanas's Runway
-
Sauter vers: