AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Sometimes the wolf can't help but like the lamb [Livre III - Terminé]
MessageSujet: Sometimes the wolf can't help but like the lamb [Livre III - Terminé]   Sam 6 Juin - 4:25


Ce matin, pour changer, il pleuvait. C’est sans cesse en ce moment. Ca n’aide pas à garder le moral les nuages et les éclairs…. Je m’étais toutefois contentée d’un jean noir, et d’un pull fin turquoise par-dessus un débardeur. Des boots noirs, vec un blouson noir, au cas oui. Beaucoup de noir oui. Le pull est cool.
J’erre sans trop savoir où je veux aller. Je ne devrais pas. Pas seule. Je regarde autour de moi. La vie reprend peu à peu son cours. Les maisons sont réparées, les boutiques ré-ouvrent. Va-t-on une nouvelle fois tous se relever de tout ça ?... Enfin, tous …
Je m’arrête au milieu de la route. Je ferme les yeux et reprends ma respiration. Non, tu ne pleureras pas. Pas encore. Ce n’est pas parce que personne ne savait ou ne l’avait vu… Je me mords la lèvre à m’en faire mal. Je secoue la tête et recommence à marcher. Respire.

Un calme apparent est revenu. Menaçant et malsain. Mais plus de cris, de pleurs, de terreur…
Pourtant… Je porte la main à ma joue. Ça fait mal une joue tuméfiée. La situation ne fait qu’empirer. Pour moi du moins. Bon, j’avais répondu, je ne m’étais pas laissé faire… Mais sérieux, on ne frappe pas une fille. Je soupire. Ok, c’était une fille aussi… et je l’avais frappé aussi…
Déjà qu’avant tout ça, j’avais du mal et que ça ne se passait pas super bien… Ces dernières semaines ont été difficiles. Et longues. Et quand ils ne voulaient rien entendre… Quand bien même les lycanthropes n’avaient fait qu’aider, n’avaient voulu que sauver les humains. Tout ce que les gens se souvenaient c’était l’emprise du chaos. Ok, je pouvais les comprendre. Mais il y avait eu tellement de pertes. De tous les côtés. C’était pas leur faute. Et pourtant, tout, tout était à reprendre. Maman et papa étaient encore plus occupés qu’avant, j’aurais pas cru ça c’était possible, et pourtant…

Je sais. Je comprends. La Meute a perdu de nombreux membres. Il y a eu de tels bouleversements. Ils ont tellement de choses à voir, à revoir, à retravailler, à planifier. Mais j’ai peur. Tout le temps. Je ne dors plus. Plus vraiment. Pas longtemps. Je suis tellement fatiguée. Je dois avoir des cernes jusqu’au milieu de joues. Il n’est pas tard, mais je pourrais m’endormir… si je dormais… Et J’erre tel un zombie. … Ok, mauvaise comparaison avec ce qui s’est passé dernièrement. Je secoue la tête, essayant de faire disparaître les images qui m’assaillent même éveillée. Les cris, les pleurs et la terreur ne sont plus là, mais je n’arrive pas à les dépasser. Je les entends toujours, je les vois toujours, je les ressens toujours. J’ai l’impression d’avoir une choppe de béton sur la poitrine. Une partie de moi essaie de se dire que même sans nouvelle… peut-être que… Il me manque.

Je m’arrête et lève la tête. Je cligne des yeux. Le garage ? Qu’est-ce que je fous devant le garage de Cian ? Un petit sourire apparait sur mes lèvres. Ca faisait longtemps que j’étais pas venue la voir. Encore plus sans prévenir. J’ai besoin de l’écouter ? de juste la regarder retaper une bagnole ? Peut-être. Je m’arrête sur le seuil. Tomas est p'tre là aussi... Il n’a pas répondu non plus à mes messages lui. Et je n’ai pas pu lui demander à Cian. Si j’avais dit que je connaissais Tomás, j’aurais dû expliquer le pourquoi du comment … Et non, je ne voulais pas. Y avait assez de trucs en ce moment pour en pas mentionner mon escapade lors du week-end à Edimbourg. Assez de soucis.
J’avance, laissant mes yeux s’habituer à la pénombre.

« Cian ? T'es par là ? »

Je tends l’oreille. Rien. J’avance en regardant autour de moi. Je repère une voiture, le capot ouvert, les outils sur le côté. Elle doit pas être loin. Je continue jusqu’à la voiture, ouvre la portière arrière et m’y assois. Je pose mon sac à terre avant de me laisser tomber en arrière sur le siège. Je ferme les yeux et pose un bras dessus. Au pire, si j’arrive enfin à dormir, elle me réveillera.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défenseur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 5
A smile is the prettiest thing you can wear
Messages : 1119
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c) Kanala
Caractère : Abimée - Perdue - Renfermée - Triste - Anéantie
Humeur : Tel l'équilibriste sur son fil
Autres comptes : Lucy Matthews - Ania Kenway
A smile is the prettiest thing you can wear
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sometimes the wolf can't help but like the lamb [Livre III - Terminé]   Dim 7 Juin - 3:37




Sometimes the wolf can't help but like the lamb


J'terminais ma clope en poussant un énième soupir et en regardant la pluie tomber, encore et toujours. Printemps d'mon cul, mais au moins l'temps est à l'image d'l'ambiance et du morale actuel. De qui ? D'tout l'monde si vous voulez mon avis. La vie a peut-être repris difficilement son cours depuis les événements d'février, mais l'envie n'est plus là, du moins chez moi en tout cas. Un putain d'zombie qui survie tant bien qu'mal. J'avais l'impression d'être revenu quelques années en arrière après la fin des Années Sanglantes, après la Guerre. Bordel... Saloperie de semi-démon de merde! Pourtant on aurait dû s'attendre à c'que ça nous tombes tôt ou tard sur la gueule, mais non. On avait fermé les yeux et on s'était dit que la P.E.S et l'gouvernement gérait parfaitement et qu'la paix allait durer éternellement. Connerie! Cette paix avait été construite sur des piliers de sables instables et qui reposaient eux-même sur un charnier. C'était prévisible depuis le début que nous allions l'avoir dans l'cul...

J'écrasais ma clope sous mon pied tout en tirant une dernière bouffée. Quel gâchis... Une fois terminé je retournais à l'intérieur du garage, j'avais encore pas mal d'boulot, et j'étais tout seul, même Cian était absente, soucis personnels qu'elle avait dit, truc à régler avec la Meute qu'elle avait dit. J'peux pas lui en vouloir, j'ose pas imaginer l'merdier qu'ça a dû être pour eux après février. Des fois j'repensais à Sav' et me demandait comment elle allait. Les humains étaient sur les dents et en voulaient à toute les créatures surnaturelles. Vampires, loup-garou, métamorphes, ils s'en foutaient pour eux on était tous complices et coupables. Inutile de dire que le taux d'xénophobie à notre égard avait monté en flèche et les interventions d'l'autre cinglé d'ancien Premier Ministre à la télé arrangeait rien. J'passais une main sur mon visage, grattant la barbe que j'm'étais laissé poussé depuis deux mois, retournant à la voiture qu'j'avais laissé en plan quand une odeur m’interpella. Par dessus l'huile, l'cambouis et toute les odeurs propres à un garage d'réparation auto, j'pouvais sentir une odeur féminine mais pourtant humain et féminin. Alors que j'me rapprochais d'la voiture la l'odeur devint plus forte. Merde. Et la portière arrière est ouverte ? J'étais pourtant sûr que ça y étais pas tout à l'heure. Qu'est ce que c'est que ce bordel ? Je m'penchais pour voir c'qu'il y avait à l'intérieur. J'y vis une personne allongée sur la banquette arrière qui n'était autre que...


"Savannah ?"

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sometimes the wolf can't help but like the lamb [Livre III - Terminé]   Lun 15 Juin - 19:33

Non je ne m’étais pas assoupie. J’avais juste posé mon bras sur mes yeux, remontant mes jambes sur la banquette. Oui, j’avais posé mes pieds dessus. Et alors ? Bon ok, il pleuvait. Mais je la dégueulassais pas pour autant hein. Cian était franchement pas commode quand il s’agissait de ses bagnoles. Du coup, je faisais gaffe.
J’avais juste la tête ailleurs. A essayer encore une fois de m’enlever de la tête les morts… ceux qui marchaient comme ceux qui étaient à terre. A essayer de nouveau de ne plus entendre les cris et mon cœur qui semblait vouloir s’échapper de ma poitrine. Je tente de me calmer. Tout allait bien. On était rentrés à Wolfheaven, avec Lexie et le tounu. Qui s’appelle Caël en fait. Et qui n’a pas voulu rester une fois soigné. Papa et maman allait bien. Ils étaient rentrés sains et saufs. Avec ma nounou.
Ma gorge se sert. OK. Ashley était morte. De nombreux autres encore. Et on avait pas de nouvelles de Darren. Il me manque. Je sais que si personne n’a de nouvelles… Mais je refuse. Il est p’tre juste blessé ou que sais-je…
Je soupire et reprends ma respiration, essuyant sans y penser quelques larmes rebelles.

J’ouvre les yeux alors que j’entends des pas. Trop lourds pour être ceux de Cian. Mon cœur s’emballe malgré moi. Tu es dans son garage, que veux-tu… Oui… Comme si c’était signe de sécurité, au vu de la recrudescence de la peur et de la colère. Ouais, mais personne ne sait… Crois-tu ? …
Et quelques secondes plus tard, j’entends mon nom. Et je reconnais la voix. Et mon cœur se stabilise. Tu te fais des films toute seule ma grande. Ouais, j’suis une spécialiste dernièrement. J’enlève mon bras. Et je vois Tomas à moitié penché, me regarder avec surprise. Enfin je crois.

« Tomás ! »

Je me redresse rapidement et vais pour sortir de la voiture. Aouch ! Un peu trop vite. Je me relève malgré tout, portant ma main à mon front qui s’est cogné un peu trop fort… Ouais, jsuis pas douée… Je le regarde une ou deux secondes, le temps que ma tête se remette en place. Merde, entre ma joue et mon front, je vais être couverte de bleus… Super.
On s’en fout. Sans plus réfléchir que d’habitude, je passe mes bras autour de son cou. Il va bien. Je ferme les yeux une ou deux seconde. Avant de les ouvrir en me rendant compte. Je le relâche et m’éloigne, un peu précipitamment, un peu gênée.

« Tu vas bien ? Je, enfin tu… » Je souris. « J’suis contente de te voir. En entier. Enfin… avec tout ça… tu vois… »

Je fais un vague signe des mains. Bien sûr qu’il voit. Non, il était pas forcément là… Oui, mais il est forcément au courant de toute façon. Ouais, c’est sûr. Je me mords la lèvre.
Et c’est quoi cette barbe ?
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défenseur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 5
A smile is the prettiest thing you can wear
Messages : 1119
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c) Kanala
Caractère : Abimée - Perdue - Renfermée - Triste - Anéantie
Humeur : Tel l'équilibriste sur son fil
Autres comptes : Lucy Matthews - Ania Kenway
A smile is the prettiest thing you can wear
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sometimes the wolf can't help but like the lamb [Livre III - Terminé]   Jeu 18 Juin - 16:24




Sometimes the wolf can't help but like the lamb


Pour être franc Sav' était la dernière personne que j'm'attendais à trouver sur la banquette d'une bagnole que j'réparais dans l'garage de Cian. D'ailleurs c'était une idée qui m'était même pas passée par la tête et c'est l'spécialiste des plans tordus qui vous l'dit. Sincèrement, si ça avait tenu qu'à moi, le lendemain du bordel d'Glasgow j'aurais filé à Wolfheaven pour m'assurer qu'elle était vivante et qu'elle allait bien. Seulement voila, j'pouvais tout simplement pas. D'une : mon corps avait prit vachement cher durant l'attaque et j'étais vraiment étonné qu'j'ais pas garder d'cicatrices ou d'marques de brûlures au vu d'l'état dans lequel j'étais lorsque j'avais réussi à rentrer à Édimbourg. De deux : Sav' était la fille de l'Ufric et j'étais un cabot, j'pouvais tout simplement pas m'pointer à Wolfheaven et demander à la voir, j'serais repartis les deux pieds devant sinon. J'm'étais pris d'affection pour cette gamine et il m'arrivais quelque fois de demander d'ses nouvelles à Cian, c'était d'ailleurs vis elle que j'avais appris qu'Sav' s'en était sortit vivante. J'avoue qu'j'avais été vachement soulagé d'apprendre ça. Après les événements d'février j'avais remué ciel et terre pour m'assurer qu'mes amis et autres connaissances avaient survécu, fort heureusement la plupart avaient réussis, contre vents et marrées, ils avaient réussis à s'en sortir vivant. Je crois que j'avais jamais été aussi proche d'pleurer que lorsque j'avais pénétrer chez Anderw et qu'j'avais vu qu'il était toujours derrière son comptoir ou bien lorsque en passant le seuil d'la boutique d'Alice et que j'l'avais prise dans mes bras. J'avais pas mal été chamboulé émotionnellement ouais et revoir Sav' fessait as exception à la règle, au contraire même.

Quand elle m'avait sauté au cou, là encore, j'ai bien cru qu'j'allais me mettre à chialer. J'lui avais rendu son étreinte, passant mes bras autour d'son corps. Bordel! Qu'c'était bon d'la revoir! Plusieurs fois j'avais songé à m'rendre à Wolfheaven, vraiment, mais comme j'l'ai dis ça m'étais impossible. J'fermais les yeux l'espace d'un instant, profitant d'ce geste d'affection et d'nos retrouvailles. Finalement, elle s'détacha d'moi et elle s'met à bafouiller et rougir. Un immense sourire apparaît sur mon visage : elle est encore plus mignonne que dans mes souvenirs et la manière dont elle s'mord la lèvre... l'espace d'une seconde mes yeux s'attardent sur elles... Non! Non! J'peux pas m'permettre d'avoir c'genre d'pensées à son égard. C'est encore une gamine, à peine majeur enfin j'dis ça, mais j'sais même pas. Dans tous les cas, j'doute qu'elle serait intéressée dans un vieux cabot parricide, fumeur et alcoolique comme moi. J'pose mes mains sur ses épaules pour la calmer et la rassurer.


"J'vais bien Sav' enfin à peu près et moi aussi j'suis content de t'revoir. Tu m'as manqué... Clóicín Dearg. Et toi ?"

Ça m'semble une éternité depuis la dernière fois qu'j'ai prononcé c'nom enfin ce surnom. Mon regard s'attarde sur son visage et j'peux pas m'empêcher d'froncer les sourcils et d'prendre un air inquiet lorsque j'remarque un bleu. Inconsciemment, une des mes mains qui était sur l'épaule de Sav' remonte sur son visage et s'pose délicatement sur sa joue tuméfié. C'est l'front qu'elle s'est cognée tout à l'heure donc ça peut pas venir d'ça. Malgré moi ma voix prend un ton inquiet.

"Qu'est ce qui s'est passé ?"

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sometimes the wolf can't help but like the lamb [Livre III - Terminé]   Mar 23 Juin - 23:45

Ça n’aurait pas dû m’étonner. Après tout il bosse ici non ? Enfin, c’est ce qu’il m’avait dit, ce qui s’était passé depuis février, je savais pas trop. Et en l’occurrence, si j’étais arrivée plus ou moins par hasard, en suivant mes pieds, et que j’espérais voir Cian, j’étais super contente de le voir. Parce que lui, j’avais pas eu de nouvelles. Et après tout ça… Ca me fait juste trop plaisir. Ok, j’arrive à me cogner en sortant de la bagnole. Mais on s’en fout.

Je lui saute au cou, sans trop réfléchir. Je reste quelques secondes comme ça, ses bras se refermant également sur moi. J’étais pas la seule à m’en faire. C’est cool de savoir qu’il s’inquiète aussi. Enfin non, pas qu’il soit inquiet. Mais enfin, qu’il … Oh pis zut, qu’il soit content de me voir.
Pourtant, je m’écarte un peu trop rapidement. Ouais, il est peut-être heureux de me revoir, mais bon… Enfin, je l’ai vu qu’une fois quoi. Et je l’ai pas revu depuis. Il va me trouver trop bizarre. Et le fais que je rougisse m’aide pas à reprendre contenance.

Je le vois sourire alors que j’essaie de m’expliquer tant bien que mal. Il se moque de moi ? Ou c’est pas méchant ?... Je fronce un peu les sourcils. C’est bon j’ai déjà donné. Enfin, non, c’était pas pareil, mais…
Non, son sourire est pas méchant. Je me détends un peu…
Je me mordille la lèvre tout en réfléchissant. Je le fixe, alors que ses mains atterrissent sur mes épaules et qu’il me essaie de me rassurer. Je souris malgré tout, et hoche la tête. Même si je tique.

« A peu près ? Ca veut dire quoi à peu près ? »

Je lui ai manqué ? C’est pas non plus comme si on se connaissait bien et tout. Ouais, je suis contente de le revoir. Je cligne des yeux. Et ouais, je… ça me fait plaisir. Cherche pas, il est juste gentil. C’est ce qu’on appelle de la politesse.

« Manqué ? Je t’ai manqué ? Sérieux ? »

Ah bah finalement, tu parles sans réfléchir. Pour changer. Avec un grand sourire. Tu crois qu’il va te dire quoi ? Et puis… qu’est-ce que ça peut faire ?
Mes pensées stoppent et je me reconnecte. Son visage change, son sourire que j’aime bien disparait, remplacé par un air pas très content. Sa main se pose sur ma joue. Ah. Merde. J’ouvre la bouche pour parler. Avant de la refermer. Je dois rougir de plus belle pour le coup. Il est trop sérieux.

« Rien. C’est rien. »

Je le regarde. Merde. C’est un loup. C’est pas beau de mentir… Je me mords la lèvre. Au moins, jsuis sûre que lui n’ira rien dire aux parents. Je détourne les yeux. Genre tu peux mentir plus facilement comme ça. Non mais genre ça servira à rien surtout. Pis… j’ai pas forcément envie de lui mentir. On était partis sur ça, la dernière fois. La vérité non ? J’aimais bien.

« Rien de bien méchant. Juste… »
Je soupire, exagérément, et me passe la langue sur les lèvres.
J’hausse les épaules. « C’est juste que c’est redevenu un peu compliqué au lycée…. Depuis février. Avec tout ce qui s’est passé… les gens…
Ils sont juste débiles d’accord ? Et cette fille, elle a commencé à me chercher et à insulter… »
Je me mords la langue. Et le regarde, la colère effleurant à nouveau mon regard. « Je l’ai bousculé… pas très gentiment… elle m’a giflé. Elle avait des bagues, ça a fait mal… » Je me bute, la mâchoire serrée, les sourcils froncés. « Elle est plus amochée que moi ! » Ouais, c’est le plus important.

Je rougis à nouveau, avant de poser ma main sur la sienne, la serrant doucement pour la retirer. C’est pas que ça me gêne hein, mais euh…

« J’t’ai dit, c’est rien. Dans deux jours, y aura plus rien. » Ou je camouflerais ça avec un peu de fond de teint de toute façon. Je souris, un peu forcé. Sérieux, il va pas s’inquiéter pour rien. Je sers sa main et lui souris. Ouais, un peu forcé le sourire, mais je fais ce que je peux.

« Ca va. » Je relâche sa main.
« C’est compliqué pour tout le monde, pas la peine d’en rajouter. »

Oui. Même pas que j’ai peur de me faire engueuler… Bon, ptre un peu. Mais… tout le monde à assez de problèmes en ce moment. Et ouais, je parle surtout pour les parents là.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défenseur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 5
A smile is the prettiest thing you can wear
Messages : 1119
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c) Kanala
Caractère : Abimée - Perdue - Renfermée - Triste - Anéantie
Humeur : Tel l'équilibriste sur son fil
Autres comptes : Lucy Matthews - Ania Kenway
A smile is the prettiest thing you can wear
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sometimes the wolf can't help but like the lamb [Livre III - Terminé]   Jeu 25 Juin - 22:34




Sometimes the wolf can't help but like the lamb


C'était pas vraiment mon genre d'm'inquiéter pour les autres. J'veux dire, j'suis pas égoïste, mais j'ai jamais été suffisamment proche de quelqu’un pour m'enquérir plus que nécessaire d'lui. Les événements d'Glasgow m'ont appris à voir les choses autrement. En plain milieu d'ce bordel, alors que j'luttait pour survivre et m'sortir d'ici, j'avais pas pu m'empêcher d'penser à tout ceux que j'pouvais qualifier comme mes amis... et ceux qui l'étaient pas forcément ; secrètement j’espérais qu'ils s'en sortent tous vivants. Bien entendu Savannah en fessait partie. J'devais bien l'admettre, j'avais eu un coup d'coeur pour cette gamine, même si j'savais pas trop pourquoi. P'têtre parce qu'c'était pour son côté innocent et enfantin, qu'elle m'évoquais tout c'qui m'avait été pris lorsque mon paternel m'avait emmener d'force dans sa Meute. J'pouvais pas exactement mettre l'doigt dessus, mais j'pouvais pas m'empêcher d'avoir d'l'affection pour elle, ça et d'autre sentiments contradictoires qui risquaient de m'coûter ma tête si Hayden l'apprenait.

"Bah t'sais depuis l'mois d'février... 'Fin j'vais pas m'étendre là-dessus, mais j'pense qu'tu vois c'que j'veux dire.

Ouais tu m'as manqué, Clóicín Dearg, aussi dingue qu'ça puisse paraître, j'me fessais un sang d'encre à ton sujet. Heureusement qu'y avais Cian pour m'donner parfois d'tes nouvelles."


C'était con, mais j'avais perdu mon portable pendant l'attaque d'Glasgow et donc forcément l'numéro d'Sav. Mon cervau bug un instant alors qu'elle passe sa langue sur ses lèvres et qu'mes yeux restent fixés dessus. Nom de... Est-ce qu'elle avait la moindre idée d'l'effet qu'elle pouvait procurer avec ce geste ? Apparemment non et c'était pas plus mal, j'avais vraiment ni envie, ni besoin qu'la situation devienne gênante entre nous deux. J'pense pas qu'elle irait raconter ça à Hayden, mais mieux valait quand même. Elle posait sa main sur la mienne, toujours sur sa joue, alors qu'elle m'explique qu'une meuf dans son lycée l'avait tapée. J'sentais le loup en moi gronder, souhaiter aller trouver cette garce et lui faire payer pour c'qu'elle avait fait à Sav'. J'essayais d'me calmer. D'un côté c'était pas étonnant c'qui lui arrivait : depuis l'mois d'février les loups et les vampires s'en prenaient plein la gueule d'la part des humains. On nous mettait dans l'même panier qu'les semi-démon et ça commençait franchement à m'taper sur les nerfs. J'poussais un soupir et ancre mon regard dans celui d'Sav'.

"Ouais. J'te crois et comprend... mais tu devrais pas avoir à payer pour tout ça. T'avais rien à voir avec c'qui s'est passé à Glasgow. Si ces connards ont un problème avec les loups qu'ils viennent nous l'dire en face, pas à une gamine qui est aussi humaine qu'eux."

J'passe ma mains derrière mon cou, l'massant. J'sais pas vraiment trop quoi lui dire. J'ai jamais été doué pour réconforter les gens, ni même pour avoir un quelconque lien social en fait. Le loup solitaire, les amis.

"Y a une machine à café dans l'bureau d'Cian. T'es toute trompée, une boisson chaude te fera du bien."

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sometimes the wolf can't help but like the lamb [Livre III - Terminé]   Dim 12 Juil - 1:53

Ouais, évidemment. J’étais là. Je sais ce qu’il s’est passé Mais… Mais quoi ? Il avait pas de cicatrices sur la gueule, ou de bras en moins, enfin vous voyez quoi. C’est un loup, forcément qu’il aura pas des masses de cicatrices, quoiqu’il se soit pris dans la tête. Etre un loup, ça a quand même de sacrés avantages. Genre moi, j’aurais pas de marque sur le visage, ou alors ça aurait vraiment disparu en moins de deux…
Mon sourire s’agrandit et j’hausse les sourcils.

« Je vais bien. Pas de souci à se faire tu vois, je suis là. Tout va bien ! » Ouais… tout… Je garde mon sourire.
« T’as demandé de mes nouvelles à Cian ? Pourquoi tu m’as pas appelé directement ? »

C’est vrai quoi, il avait bien pris de mes nouvelles l’autre fois, pourquoi pas là ? Et toi, t’aurais pu en prendre aussi non ? … Oui. Bon, ok, j’y avais pas trop pensé. J’avais pas mal de soucis et de trucs en tête, et j’avoue que j’aurais pas pensé que le grand méchant loup ait pu être en danger. C’est vrai, il vivait sur Edimbourg, et de ce que je savais, ça avait pas merdé là-bas. Pis il avait sûrement d’autres choses à faire que de m’avoir sur le dos. Et ça avait passé tellement vite ces quelques semaines…

D’un autre côté, le monde ne changeait pas tant que ça. Il régressait oui. Pour moi du moins. Retour quelques mois en arrière, quand les gens avait su pour Hayden et maman. Quand il y avait eu toutes ces histoires plus farfelues les unes que les autres. Ou pas… Retour à la méfiance, à la colère
Et le voilà qui s’inquiète pour moi. Non mais franchement, faut pas. C’est rien. J’essaie de lui expliquer. Mais je vois bien que ça lui plait pas. Hé, je finis par être un peu doué dans le décodage lupin, c’est plutôt cool. Je souris, sourire qui se transforme à moitié en grimace.

« J’ai l’habitude. Depuis que tout le monde a appris pour les parents… enfin, disons que c’est pas comme si c’était la première fois. » J’hausse les épaules, avant de sourire à moitié amusée. « Et je suis pas aussi humaine qu’eux. Je suis à moitié loup à leurs yeux. Un peu des deux côtés… » Je déglutis. Ouais, ça c’est le côté chiant. Jsuis humaine, mais j’suis plus proche des loups que des humains. Et dans le fond, ça me va très bien, quand on voit à quel point ils sont idiots dans l’ensemble. Mais… je suis pas louve. Alors jsuis pas vraiment avec eux non plus. Sur un fil d’équilibriste. « Ouais, comme une funambule. » Je souris. Il va rien comprendre… Pas grave.
« Et les loups n’y sont pour rien non plus ! La Meute a aidé. C’est pas de leur faute… de votre faute si certains… » Je soupire avant de faire à nouveau un geste large de la main. Ouais, bref, ça, il comprendra.

Je le regarde, alors qu’il sait visiblement pas trop quoi faire de moi. Mais il a raison, faut que j’enlève mon manteau, voir mes chaussures, que je me sèche un peu, j’vais me chopper la crève sinon, manquerait plus que ça… remarque, ça me ferait une bonne raison pour louper les cours…

« Ouais, c’est une bonne idée. Si elle a du lait quelque part. Et du sucre. »

Je me dirige vers le bureau de Cian, me tournant à moitié vers lui. Oui, comme chez moi. Ou presque.

« Je peux aller l’y attendre. Tu sais, si t’as du travail, genre la voiture dans laquelle je squattais. T’es pas obligé de rester avec moi. »
Parce que j’ai beau me moquer gentiment des nounous que je peux avoir, j’aime vraiment pas qu’on se sente obligé de rester avec moi, ou de s’occuper de moi. Genre je suis pas assez grande pour me gérer. J’aime pas qu’on se force. Et même si lui ça n’a rien à voir avec maman ou Hayden pour le coup, ça change pas grand-chose.

« Ca dérangera pas Cian que je sois dans son bureau, je l’y attendais parfois. »

Je lui souris. Avant de poser ma main sur son bras pour enlever mes chaussures trempées. Je les pose à côté de l’entrée, avant de retirer mon blouson et de le poser à son tour sur une chaise. Je me tourne vers lui.

« Bon, ok, je sais pas faire de bon café. Si tu sais, je suis preneuse. »

Même avec une super machine, j’y arrivais pas. J’avais un don… enfin, un don, si on veut…
Je me penche en avant, secouant mes cheveux, avant de les rassembler et de me redresser. Je me fais tant bien que mal un truc ressemblant vaguement à un chignon haut. Mes cheveux mouillés, c’est une catastrophe… Je relève la tête et croise le regard de Tomas. Je souris. Ou grimace, je sais pas trop.

« Fallait que je les attache, je ressemblais à rien... »

Pourquoi tu te justifies ? Je souris. Et m’installe dans le canapé.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défenseur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 5
A smile is the prettiest thing you can wear
Messages : 1119
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c) Kanala
Caractère : Abimée - Perdue - Renfermée - Triste - Anéantie
Humeur : Tel l'équilibriste sur son fil
Autres comptes : Lucy Matthews - Ania Kenway
A smile is the prettiest thing you can wear
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sometimes the wolf can't help but like the lamb [Livre III - Terminé]   Ven 28 Aoû - 21:09




Sometimes the wolf can't help but like the lamb


"Ah oui, t’appeler. Bah c'est un peu con, mais j'ai paumé mon portable durant l'attaque et comme j'avais pas noté tous mes numéros..."

Quoi ? Me regardez pas comme ça, c'est vrai. C'est idiot, mais c'est la vérité. En même lorsque vous vous faites attaquer par des semi-démons, des vampires et des zombies, z'avez pas forcément l'réflexe de récupérer vos affaires qui ont quittées votre corps parce que vous vous êtes changé en loup afin d'sauver votre peau. N'empêche que c't'histoire m'a pas mal embêté aussi, vu que j'devais demander des nouvelles de Sav' à Cian, ma patronne s'est demandé d'où je connaissais la fille de l'Ulfric. J'fais confiance à ma patronne donc j'lui ai raconté comment on s'était rencontrés. J'pourrais pas dire comment elle l'a trop pris en tout cas elle était surprise, mais dans tous les cas elle a finit par m'dire comment allait Sav' et au fond c'était tout c'qui m’intéressait.

J'peux pas m'empêcher d'me sentir désolé pour cette gamine. C'est vrai qu'son statut particulier au sein d'la société humaine devait pas lui faciliter la vie. Déjà qu'avant les attaques d'Glasgow c'était pas simple alors maintenant j'ose pas imaginer l'calvaire qu'ça doit être pour elle. J'garde l'silence tandis qu'j'la suis vers l'bureau d'Cian, elle a l'air d'bien connaître l'endroit, c'est vrai qu'elle avait l'habitude d'venir à une période. J'lui souris alors qu'elle m'dit qu'elle voudrait pas déranger.


"T'inquiète pas, Clóicín Dearg, ça peut attendre, c'est plutôt tranquille en c'moment... pis j'ai envie d'passer un peu d'temps avec toi."

M'assurer qu't'es bien vivante et non pas un fantôme issue d'mon imagination alcoolisée. J'suis pris au dépourvu lorsqu'elle s'appuie sur mon bras pour enlever ses chaussure, mes muscles se contractent. Merde! Je suis pas sensé apprécié autant c'contact, ni l'fait qu'elle s'débarrasse d'sa veste, ni qu'elle remonte ses cheveux lui dégageant son superbe cou... Stop! Stop! Ne pensent pas à ça, surtout pas avec elle! Qu'elle ce qu'elle a dit ? Ah oui, le café. Sans un mot je me dirige vers la machine et la met en route. Tandis qu'le liquide noir remplit la cafetière et l'odeur d'caféine envahie la pièce, j'remarque une mèche qui tombe sur l'front d'Sav et avant qu'j'ai l'temps d'réagir ma main vient, inconsciemment, la glisser derrière son oreille. Cac! J'peux pas m'empêcher d'la toucher. Pas bon, pas bon. P't être un peu trop rapidement j'ramène ma main à moi, m'frottant l'cou. Une esquive, vite!

"Hm. T'avais une mèche... Sinon comment va Hayden ?"

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sometimes the wolf can't help but like the lamb [Livre III - Terminé]   Mar 15 Sep - 12:56

Je vais bien même si je sais toujours pas trop sur quel pied danser, et que je me balade entre la Meute et les humains. Mais qu’importe.
Et oui, forcément sans téléphone c’est compliqué. Je souris en l’imaginant demander de mes nouvelles à Cian, avant de grimacer en me disant qu’elle avait lui demander comment il me connaissait. Et qu’il avait dû lui raconter. Merde. Maman n’allait pas être contente si elle apprenait pour Edimbourg. Et elle serait encore plus en rogne parce que je ne lui en avais pas parlé. Oh, dans l’absolu, je serais privée de sortie ou dans le genre, et dans l’immédiat, c’est pas ce qui me gênait le plus. C’était toujours un peu le bordel dehors, donc bon, mis à part si elle était vraiment, mais vraiment en colère, ça ne serait pas non plus pendant des mois… Non, elle ne serait pas si… Enfin bref, pour le moment, elle n’était pas au courant, donc Cian n’avait pas dû en parler. Tant mieux.

Arrivée dans le bureau de Cian, je me tourne vers lui.

« Les affaires ne marchent pas ? Ou ça tourne juste un peu au ralenti ? » Genre y a une différence… Le garage de Cian avait toujours relativement bien tourné de ce que j’en savais. Après, c’était ptre juste parce que les gens se remettaient tout juste de tout ce qui s’était passé. Je lui souris. S’il a rien de mieux à faire, ben écoute, ça me fait de la compagnie. « J’ai trop rien de passionnant à te raconter pourtant. Je me suis pas perdue dernièrement, j’ai pas fait de mauvaise rencontre… » Bon, à part la nuit où tout à merdé. Mais Lexie était là, donc… tout baigne. « Donc tu vas vite te faire chier. Si tu te sauves à un moment, je ’en voudrais pas. »

Posant toutes mes affaires, je finis par m’installer dans le canapé, alors qu’il fait du café. Ça a l’air super facile hein. Ouais, ben non. Maman ne comprend toujours pas, mais tout ce qui a trait à la cuisine de près ou de loin, je suis pas douée. Je prendrais peut-être des cours un jour, histoire de savoir me faire autre chose que des œufs durs ou des pâtes. Il s’approche et passe une main derrière mon oreille. Sauf qu’il a l’air plus gêné que moi. Je le met mal à l’aise ? Je secoue la tête. Ce n’est pas comme si j’allais le bouffer. De nous deux, c’est pas moi la plus impressionnante.

« Hayden ? Oh euh… ça va. Je crois. Il a été encore beaucoup occupé dernièrement. Avec tout ça. Ça n’a pas aidé à donner une bonne image des loups, même si comme dit, c’était pas leur faute. La Meute a pris un coup. » Je fronce les sourcils. Je sais même pas en vrai comment il va vraiment. Je l’ai presque pas vu depuis… C’est naze de se dire qu’on est incapable de dire si ses parents vont bien ou pas. C’est naze et douloureux. « Ils ne me disent pas tout, donc je sais pas trop. » Enfin si, je sais qu’y a une cérémonie de je-sais-pas-trop-quoi, vu qu’ils me disent rien en fait, et que maman est devenu Lupa. Je le sais, parce que Lexie m’a plus ou moins raconté. Lexie. Pas eux. « Maman est Lupa. Ce qui fait qu’elle a encore moins de temps et plus de responsabilités. Mais au moins Hayden n’est plus tout seul aux commandes. C’est cool. »

Je crois. Peut-être. Sans doute.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défenseur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 5
A smile is the prettiest thing you can wear
Messages : 1119
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c) Kanala
Caractère : Abimée - Perdue - Renfermée - Triste - Anéantie
Humeur : Tel l'équilibriste sur son fil
Autres comptes : Lucy Matthews - Ania Kenway
A smile is the prettiest thing you can wear
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sometimes the wolf can't help but like the lamb [Livre III - Terminé]   Jeu 17 Sep - 16:39




Sometimes the wolf can't help but like the lamb


Pour être franc, on était plutôt dans une grosse période d'accalmie côté affaire. A la réouverture du WRO&C, on avait été pas mal assaillis d'clients, faut dire qu'la plupart des autres garages avaient été détruits durant la nuit des attaques, j'me disais d'ailleurs qu'c'était un vrai putain d'miracle qu'la boutique tiennent encore debout. Dans tous les cas ceux qui avaient encore un bagnole et passablement réparable s'étaient presque précipités pour qu'on s'occupe d'leur cas. Puis rapidement, les chiffres avaient baissés, la clientèle s'fessant d'plus en plus rare. Cian disait, en plaisantant, qu'c'était sans doute dû au fait qu'on avait réparés presque toutes les voitures et motos d'la ville et même d'la région, mais au fond j'me doutais bien qu'c'était parce qu'une des patronnes était une lycanthrope ainsi qu'certains d'ses employés. Fallait voir la manière dont certains nous regardaient, sur la défensive, comme si on allait péter un câble et leur sauter à la gorge. J'poussais un soupir.

"On a eu une grosse période d'influence peu après les attaques, mais depuis quelques temps j'ai l'impression qu'les gens apprécient moyens qu'leurs bagnoles soient réparer par des loups."

J'haussais un sourcil et un sourire en coin s'dessina lorsque j'entendis Savannah parler d'se perdre et d'mauvaises rencontres. J'avais envie d'la taquiner un peu.

"Mauvaises rencontres ? Est-ce que j'dois m'sentir concerné, Clóicín Dearg ?"

Après tout si elle était l'petit chaperon rouge, ça paraissait logique que j'sois l'grand méchant loup. Bien qu'j'me doute que j'dois pas être l'pire loup-garou qu'elle ait rencontrée, du moins j'l'espère pour elle. C'était con, mais auprès d'Sav' j'me sentais plus léger, plus décontracté, plus détendu. J'avais beau lui avoir dis la vérité concernant mon passé et mon exil, elle me jugeait pas là-dessus. C'était agréable d'parler avec une humaine et qui n'avait pas peur d'vous, mais il faut dire qu'Sav' n'était pas une humaine comme les autres. Perdue entre deux espèces, j'doutais qu'elle sache réellement à laquelle elle appartenait. J'hochais la tête en entendant qu'Hayden allait bien, d'moins autant qu'il l'pouvait. J'imagine qu'ça devait pas être tous les jours la fête dans la Meute maintenant. J'retenais un grondement quand sav' me dit qu'on lui cache encore la vérité. J'sais pas à quoi pense ses parents ? J'pense pas qu'ça la protège réellement, ça risque plutôt d'lui retomber sur la gueule tôt ou tard. Ah, sa mère est la nouvelle Lupa ? Comment elle s’appelle déjà ? Ah oui, Isadora. Cian m'avait touché deux mots à c'sujet.
La sonnerie d'la machine à café m'indique qu'elle a finit d'faire son taf. J'sors deux tasses du bureau et les remplis. J'en tend une à Sav'


"Tiens. J'sais pas si t'voulait du sucre avec..."

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sometimes the wolf can't help but like the lamb [Livre III - Terminé]   Lun 28 Sep - 0:17

Je grimace et fronce les sourcils. Non pas que ça me surprend, mais je trouve ça d’une débilité sans nom. Mais bon, c’est pas pire qu’avec moi au lycée ou ailleurs.

« Ouais, en gros tout le monde est venu parce qu’y avait urgence, et là, ils se retrouvent comme des cons à dire oui mais… C’est n’importe quoi. Sans déconner, je comprends pas. Enfin, je suis mal placée aussi pour comprendre… »

Je cligne des yeux et ouvre la bouche, avant de la refermer.

« Non. Et tu le sais. Je parlais juste… en général… » Genre de démons qui me poursuivent, ou de tueurs violents et sociopathes… Ce genre de trucs. Alors non évidemment, il n’en faisait pas partie. « Je serais pas là à discuter tranquillement sinon. » Je hausse les épaules. « Et je vois pas pourquoi ce serait le cas… »

Enfin si. Oui, bon, son histoire, son bannissement, tous ces trucs soit… On va pas revenir dessus. Je sais que ça le bouffe assez pour pas en rajouter. Je vois pas l’intérêt.
Et il me demande des nouvelles d’Hayden. Pendant une seconde, je reste comme une conne à réfléchir. Il devrait demander à Cian, elle saurait lui répondre plus précisément que moi. Enfin, après, c’est peut-être juste pour faire la conversation. Sans doute. Même s’il n’ajoute rien à mes réponses. Et puis, j’ai pas grand-chose à dire en fait. Ma gorge se sert. Je devrais… être plus souvent avec eux… ou… J’en sais rien.
Je le regarde sortir des tasses et m’en apporter une. Je m’en empare, réchauffant mes doigts autour de la tasse.

« Non, ça va aller, merci. »

Je lui souris et bois quelques gorgées. Je me mordilles la lèvre. D’un coup d’un seul, j’ai besoin de rentrer. De prendre une douche. De jouer du violon. De… je sais pas… J’ai la gorge serrée, sans savoir pourquoi, et j’aime pas.

« J’ai pas fait gaffe à l’heure, je vais être à la bourre. »
Oui, bon, un petit mensonge soit… « Euh. Tu diras à Cian que je suis passée lui faire un coucou, tu veux bien ? Je vais y aller. »

Je le regarde, tout en remettant mes chaussures. J’attrape un stylo et un papier et y note mon numéro de téléphone. Je lui donne le papier.
« Tu pourras prendre de mes nouvelles en direct. »
J’ai carrément l’impression de me sauver comme une voleuse. Mais… faut que je marche. Je crois. Je me hisse sur la pointe des pieds et dépose un baiser sur sa joue. « Je suis contente de t’avoir revu. Vraiment. »
Je récupère mon sac et mon blouson, que je garde sous le bras.
« Et merci pour le café. A bientôt Tomás. »

Et je me sauve vraiment comme une voleuse. Je m’en veux. Mais je… Mon violon. Faut que je joue.

HRP:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défenseur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 5
A smile is the prettiest thing you can wear
Messages : 1119
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c) Kanala
Caractère : Abimée - Perdue - Renfermée - Triste - Anéantie
Humeur : Tel l'équilibriste sur son fil
Autres comptes : Lucy Matthews - Ania Kenway
A smile is the prettiest thing you can wear
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sometimes the wolf can't help but like the lamb [Livre III - Terminé]   Mer 30 Sep - 14:56




Sometimes the wolf can't help but like the lamb


L'une des choses qui f'saient qu'j'aimais bien Sav' était l'fait qu'elle était au courant du comment et pourquoi d'mon bannissement et qu'elle s'en fichait pas mal. Elle m'appréciais pour c'que j'étais : un cabot alcoolique et parricide. Y en a pas beaucoup dont j'pourrais en dire autant. En même temps à force d'fréquenter des loups elle avait dû bien voir quelques horreurs, j'devais qu'en être une parmi tant d'autre. Si j'avais un tant soit peu d'logique et d'jugeote j'devrais m'éloigner d'elle, rester à l'écart aussi bien pour elle que pour moi. Après j'étais un banni et elle la fille d'l'Ulfric et d'la Lupa. Obligé ça peut pas bien s'finir. En plus j'crois qu'ses parents sont toujours pas au courant d'l'histoire d'Edimbourg, vu comment Cian avait été surprise quand j'lui avait demandé des nouvelles de Sav' ou alors ils avaient gardés ça entre eux, mais c'était peu probable. Un mensonge en entraîne forcément un autre. Elle dira peut-être qu'elle est passé au garage aujourd'hui ou pas ou alors elle modifiera certains détails. J'pouvais pas trop lui en vouloir en plus. J'veux dire c'est pas comme si Hayden et moi on avait été super potes dans l'passé, lui toujours si prompte à assumer ses responsabilités. Si il apprenait que Sav' et moi on était... quoi au juste ? Potes ? Ouais, on va dire ça. 'Fin s'il apprenait ça, il aurait vite fait d'faire cracher mon adresse à Cian et j'le verrais débarquer sur mon palier pour m'défoncer la gueule.

Alors qu'on est tranquillement en train d'boire nos cafés dans un silence confortable, Sav' m'annonce qu'elle doit rentrer. Déjà ? Bah elle sera pas restée longtemps. J'ai bien l'impression qu'elle m'dit pas tout, qu'elle me ment, mais j'vais laisser passer pour cette fois, j'ai encore du boulot à faire avant de débaucher. D'manière précipitée elle me demande de dire à Cian qu'elle est passée pis m'refile son numéro qu'j'avais perdu avant d'me faire un bisou sur la joue et d'partir comme elle est venue : en silence, presque comme une voleuse. Après qu'elle soit partie, j'passe ma main là où elle m'a embrassée, m'griffant presque sur ma barbe rêche. Faudra peut-être que j'la rase. J'met l'morceau d'papier avec son numéro dans ma poche et fini mon café. Bon. C'est pas tout ça, mais cette foutue bagnole va pas s'réparer toute seule.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sometimes the wolf can't help but like the lamb [Livre III - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Sometimes the wolf can't help but like the lamb [Livre III - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Team Aura (pv : Red Wolf )
» Rp avec Thunder Wolf ?
» Bienvenue aux Galeries Red Wolf
» Tequila Tequila ! [Téquila Wolf, Rang A, Chasseurs de Primes, Un plan mafieux, réservée]
» Punk Wolf

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: Centre-ville :: Immeubles
-
Sauter vers: