AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
This summer's gonna hurt like a motherf****r
MessageSujet: This summer's gonna hurt like a motherf****r   Mer 3 Juin - 16:12




This summer's gonna hurt like a motherf****r


Première quinzaine d'Avril 2018

Ces derniers temps avaient été mouvementés. Aleksandra avait continué d'aller travailler après tout ce qui s'était passé parce qu'elle ne pouvait pas laisser les enfants à l'abandon. Personne n'est au courant de sa condition. Intégrer la Meute c'est prendre le risque d'être assimilée à un Loup et donc un être capable de perdre son sang froid et de dévorer des petits enfants. Ça fait cliché mais c'est très certainement ce que les parents penseraient. Et la jeune femme se voyait mal leur dire : « Mais non je suis juste une Métamorphe très docile quand je veux ! ». Leur existence était encore un secret et il fallait que cela le reste encore pour quelques temps, le maximum possible.

Sauf qu'au travail c'était pas ce qu'il y avait de plus actif. Il était rare encore que les parents laissent les enfants une journée entière. Tout le monde était encore sous le choc, certaines familles étaient défaites, d'autres avaient juste peur, d'autres encore avaient fuit. Il n'était pas facile de se relever et de continuer. Mais Aleks continuait d'essayer de faire comme si tout allait bien auprès des enfants de sa classe qui venaient. Des paroles rassurantes, des promesses d'un avenir plus serein, l'inquiétude masquée face à une génération qui n'était pas épargnée par les drames, des mises en garde simples pour ne pas les effrayer mais pour éviter qu'ils ne grandissent avec des paillettes dans les yeux pour finalement se faire tuer bêtement.

Mais la journée était terminée et maintenant c'était une seconde mission que la jeune femme devait remplir : trouver des contacts chez les vampires. Ça faisait plusieurs soirs d'affilés qu'elle traînait dans les quartiers vampires dans l'espoir de faire d'avantage de rencontres. Elle évitait tout de même les bars et autres endroits trop fréquentés parce que bon aguicher les vampires, ok pourquoi pas mais avant de mettre un pied dans ce qui pourrait devenir un piège mortel elle préférait avoir un plan de secours. Or pour le moment elle n'avait pas grand chose mis à part une lame en argent qui serait probablement d'aucune utilité si une dizaine de vampires venaient à lui tomber dessus.

Mais il fallait que tout ça avance, elle ne pouvait pas rester éternellement à traîner dans le coin sans rentrer dans les endroits les plus réputés. On allait finir par se poser des questions à son sujet, déjà que son odeur naturelle la trahissait légèrement et faisait tourner des têtes sur son passage.

Elle finit par se mettre d'accord avec son reflet, ce soir il faudrait peut-être se jeter dans la gueule du loup et voir ce qui en ressort de bon. Elle s'habille en vitesse, une robe simple gris souris, des bottines noires à talons et une pochette noire également dans laquelle elle glisse portable, argent, couteau, un spray au poivre et particules d'argent. Un énième soupire et elle est partie.

Aleks finit par s'arrêter dans un premier temps dans un coin plutôt tranquille du quartier de Nightown : District of the Sleep. Elle aurait pu faire comme les humains en mal de sensations fortes et aller directement au Damned Angel pour voir ce qu'elle peut y trouver mais ça serait prendre des risques inutiles et de tomber sous les crocs d'un vampire qui ne la mènerait à rien. Non définitivement cette idée restera le dernier recours avant d'abandonner. Elle se retourne vers la banquette arrière et se saisit d'une laisse avant de quitter l'habitacle de la voiture. Elle fait une vingtaine de mètres et là elle commence son manège.

« Youki ! Allez viens ! On rentre à la maison ! Youki ! »

Non, elle n'a pas trouvé mieux comme excuse pour se trouver là à déambuler et observer les moindres recoins. Le coup de la petite nana qui a perdu son chien et qui va gentiment demander de l'aide au premier qui passe c'est classique mais c'est aussi avec des classiques qu'on passe inaperçu plutôt que de chercher des histoires à dormir debout. Elle fait donc mine de chercher un peu partout, appelant de temps à autre le petit chien invisible. Quand finalement elle s'est assez éloignée de l'endroit où elle a déposé sa voiture elle accoste la première personne qu'elle croise.

« Excusez-moi, vous n'auriez pas vu un petit chien ? Un Yorkshire avec un nœud noir sur la tête ? »

Elle lève vers lui des petits yeux implorants, priant pour être convaincante. Au pire bon voilà elle passera au suivant. Mais pour le moment elle serre entre ses doigts la petite laisse en cuir et soupire en se mordant la lèvre.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: This summer's gonna hurt like a motherf****r   Lun 8 Juin - 16:46

    Il n'était pas encore assez tard pour que les rues soient désertes. Un couvre feu avait été instauré pour limiter les risques. Alors que nous avions tenté d'avancer, nous venions de faire un bond en arrière tandis que la population nous craignais de nouveau. Tout ce temps, gâché, balayé à cause des pouvoirs maléfiques et des ambitions chaotiques des rejetons de l'enfer. C'était leur nature, sans doute n'étaient-ils pas plus fautifs que nous autres, vampires, qui devions nous nourrir de sang pour vivre. Nous étions les créatures à abattre, un fléau pour l'humanité... Des créatures cruelles et versatiles qui nous étions jetées sans sourciller sur nos alliés cette terrible nuit. Et bien que nous ne soyons en aucun cas fautifs, puisque manipulés, le mal était fait.

    J'enrageais encore quand je me rappelais cette terrible sensation de ne plus être maître de mon corps et de ms gestes. Pas même de mes pensées. C'était terrifiant. Et peu de choses étaient capables de m'effrayer. Je n'ignorais pas la peur, mais avec l'âge, l'avais acquis expérience, puissance et une certaine forme de sagesse qui me mettaient à l'abri de certaines peurs. Mais la preuve que même à plus de 400 ans, on pouvait encore être surpris... Nous avions découvert les semi-démons récemment, ils avaient provoqué en sous main les Années Sanglantes et ils n'avaient pas tardé à nous faire une petite démonstration de l'étendue de leur talent lors de cette nuit de février. Qu'ils puissent être capables de nous contrôler...

    Je dépassais le Damned Angel, qui avait connu un surcroît de popularité en ces temps troublés. Les humains avaient de nouveau peur de nous et se méfiaient de nous, mais ceux que nous fascinions ou les drogués de notre sang, eux, n'avaient pas disparu. Et il mordre à la gorge offerte était plus agréable que de boire le sang synthétique, qu'importent les efforts pour l'aromatiser. Jamais il ne vaudrait le vrai sang, celui qui contenait encore la vie, encore chaud. Quelque part, je comprenais la nostalgie de certains vieux vampires. J'aimais la chasse. Il m’arrivait de regretter l'époque où il était bien plus aisé de se nourrir chez les humains et de se débarrasser des corps. Les jeunes vampires ne pouvaient connaître cette sensation, ne devaient la connaître, pour leur salut. Mais pour ceux qui avaient connu cette époque bénie... Nous étions des légendes. Nous croiser fascinait. Notre puissance apeurait. Nous suscitions la terreur ou la haine. Pas de médias, pas d'ouverture sur le monde, pas de science pour dénoncer notre existence.

    Mais les humains avaient apprit. Le progrès nous avait rattrapé et nous devançait. L'obscurantisme ne régnait plus sur le monde. Notre existence devait être découverte. Fatalement. Le tout avait été de faire en sorte que cela se fasse à notre bénéfice. Toute cette comédie, tous ces simagrées, ces leurres, ces plans visant à nous intégrer... Balayés. L’œuvre d'Augustus et Krystel semblait en train de s'effondrer et rien ne semblait pouvoir l'empêcher.

    Malgré mes sombres pensées, je savais ne pas être seul et je n'oubliais jamais totalement mon environnement. Des siècles de chasse avaient fait de moi un prédateur avisé et sans cesse sur ses gardes. Aussi ne fus-je pas surpris de voir débouler une demoiselle en robe et talons qui réclamait après son... chien. Son odeur m'intriguait.

    « Non, je suis désolé. »

    Je n'en avais même pas senti l'odeur. J'avisais la laisse qu'elle tenait dans sa main.

    « Il n'est pas prudent de détacher ainsi votre chien... Et encore moins de vous promener toute seule. On ne peut même pas dire que ce sera votre terrifiant yorkshire qui pourrait vous protéger. »

    Un doberman à la rigueur, ou même un berger allemand. Mais un yorkshire ? Qu'est-ce qu'il y avait de plus ridicule hormis un caniche ou un chihuahua... J'avais esquissé un sourire et parlé d'une voix amusée. Ce n'étaient pas des menaces, juste une constatation. Si les gens cherchaient les ennuis en plus... A moins que cette fille ne soit pas une innocente petite humaine partie à la recherche de son chien. Je préférais ne pas me laisser avoir par son joli minois angélique.

    « Ça fait longtemps que vous le cherchez ? »

    Courtois. Apparemment intéressé. Je n'étais pas sauvage non plus. Et je n'étais pas en mode général ou diplomate tiré à 4 épingles. Jean, baskets sombre, blouson noir quand bien même le froid m'était indifférent. Normal. Si ce n'était ma peau un peu trop pâle et mon regard un peu trop intense.
avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 17
Coups du Destin: 6
If it be your will
Messages : 1181
Membre du mois : 107
Je crédite ! : (c)Moi (c) Tennesse
Localisation : Edimbourg
Caractère : Sensible - Loyal - Mélancolique - Cynique - Artiste - Rancunier - Colérique - Ténébreux - Avisé - Charmeur
Vos Liens :
Spoiler:
 


Autres comptes : Eilih & Dante
If it be your will
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3213-nicolas-de-valom http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3231-nicolas-de-valombre#79737 http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3230-nicolas-de-valombre#79736
MessageSujet: Re: This summer's gonna hurt like a motherf****r   Lun 8 Juin - 22:03




This summer's gonna hurt like a motherf****r


Première quinzaine d'Avril 2018

Il n'est pas l'heure de paniquer à l'idée de se retrouver face à un vampire. Elle les cherche, elle ne doit pas laisser l'idée qu'ils peuvent la vider de son sang par pure gourmandise. Au pire des cas, elle a toujours ses armes et un moyen de s'échapper de dernier recours. Elle soupire d'un air déçu quand finalement il lui admet ne pas avoir vu le chien qu'elle cherchait. En même temps le contraire aurait été furieusement louche vu que le chien n'existe pas. Mais passons, elle fait comme si elle n'allait pas insister, après tout ça serait bizarre. Elle serre la petite laisse noire entre ses doigts en regardant les alentours. Elle pourrait faire comme si elle guettait l'arrivée du petit chien, en réalité elle s'assure surtout du passage dans la rue, l'idée de se retrouver en tête à tête avec un Vampire inconnu la terrifie même si elle cache son inquiétude en essayant de faire passer ça pour de la simple inquiétude au sujet de Youki.

« Merci quand... » commence-t-elle avant qu'il ne lui accorde quelques conseils.

Oui, elle est parfaitement d'accord avec lui. C'est dangereux de se promener dans un coin pareil. Il est en train de se foutre de la gueule de son petit chien imaginaire, là ? Elle fronce les sourcils, un peu boudeuse alors qu'il critique le choix de la race. En même temps elle aurait eu un peu plus de mal à perdre un chien énorme.

« Pour commencer Youki est un cadeau, on pensait qu'il me manquait quelque chose dans ma panoplie de la petite blondinette et ensuite qui vous dit que je compte sur un chien pour ma protection ? »

Le menton légèrement relevé par fierté elle observe le vampire qui lui fait face. Aleks s'est mise d'accord pour ne pas changer son caractère pour duper un potentiel candidat vampire. L'idée de tomber dans le cliché stupide l'effraye et si elle veut vraiment attirer un Vampire particulier, elle a intérêt à se démarquer un tant soit peu. Et puis même après ce sera plus facile si elle n'a pas un énième rôle à jouer.

« Ça doit faire vingt minutes. Avec ses petites pattes il a pas pu aller bien loin. Je m'en voudrais qu'il tombe sur un prédateur plus imposant que lui... Enfin je voulais pas parler d'un... Vous avez raison, les rues sont dangereuses surtout pour un si petit chien, je vais retourner le chercher. »

La métamorphe a tellement peu envie de trop en faire que qu'elle ne peut pas se permettre d'en faire des tonnes. Alors après un petit sourire mi-contrit mi-charmeur elle tourne les talons, une main dans les cheveux pour les ramener en arrière alors qu'elle repart dans sa quête fictive du petit chien. Avec un peu de bol pas besoin de se la jouer l'Oréal pour qu'il sente l'odeur un peu particulière de la jeune femme.

* Allez, tu vas pas cracher sur ça ma petite sangsue... * pensa-t-elle avec une pointe d'angoisse à l'idée de tourner le dos à l'un des pires prédateurs pour une Métamorphe comme elle.

Parce que si les Années Sanglantes et les derniers évènements lui avaient appris une chose c'est que les Vampires n'étaient que des parasites. Elle n'en parlait pas spécialement mais elle détestait cette race, c'est pour ça qu'elle s'était proposée pour infiltrer leur rang : elle pensait pouvoir résister à leur attraction naturelle. Ils avaient beau être beaux à se damner comme pouvait l'être cet illustre inconnu elle n'oubliait pas leurs regards pleins de haine et leurs visages hideux lorsque leurs canines se plantaient dans la chair d'une pauvre âme innocente. Mais peut-elle réellement prendre le risque de passer à côté d'une occasion en or par simple vanité ? Elle s'arrête pour se retourner légèrement vers lui.

« Mais si vous me donniez un coup de main peut-être que ça irait plus vite, à ce rythme il risque de se retrouver à l'autre bout de la ville avant que je sois sortie de ce quartier... Ou pire. »

Elle fronce légèrement les sourcils. Même si sa nature de chat est dominante elle n'aime pas imaginer un animal quelconque sous les roues d'une voiture.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: This summer's gonna hurt like a motherf****r   Mer 10 Juin - 11:28

    Oh mais la demoiselle n'avait pas la langue dans sa poche on dirait. Ce n'était pas une petite souris terrifiée. La lueur de défi dans son regard alors qu'elle relevait le menton était amusante. Parce que c'était totalement inutile quand on se retrouvait face à un prédateur bien plus dangereux. C'était même une façon de provoquer sa fin plus rapidement. Cependant, je n'étais pas en chasse ce soir. De toutes façons, je ne cherchais pas à me nourrir au cou des humains rencontrés par hasard dans la rue. Nous avions suffisamment mauvaise publicité ainsi sans qu'on y rajoute de sordides agressions. Peut-être comptait-elle là dessus. Ou peut-être n'avait-elle pas encore identifié ma nature. Cependant, je souris à son air fier.

    « Youki... »

    Là, j'étais clairement amusé et ce n'étais pas du cinéma ou même du dédain. Non, c'était tellement... Ridicule. Ma réaction était celle de n'importe quel homme qui croisait une jolie blonde qui avait perdu son yorkshire qui répondait au doux nom de Youki.

    « La panoplie aurait été parfaite avec un chihuahua à la Paris Hilton, mais ce n'est que mon avis. Et sans vouloir offenser votre intelligence par une peu flatteuse comparaison. »

    Et bien oui, on pouvait avoir 476 ans, avoir été contemporain de Catherine de Medicis et savoir qui était Paris Hilton. Pas le choix. Il fallait évoluer et s'adapter ou rester des ancêtres déconnectés du monde. Or, on ne pouvait pas vivre dans un monde si on n'y avait plus sa place. Même si je n'étais pas des plus à l'aise avec toutes les dernières technologies. A ce jeu là, Scylla me battait à pleine couture, en étant encore plus âgée. Enfin bref.

    « Rien. Mais si vous n'avez pas besoin d'un tiers pour vous protéger, alors vous êtes soit inconsciente, soit membre d'une unité d'élite, soit une démone. »

    J'excluais d'office les loups garous, elle n'en avait pas l'odeur. Ni vampire, évidemment. Mais justement, cette odeur, elle m'intriguait. Elle... m'attirait. Et pour avoir côtoyé des semi démons récemment, ils n'avaient pas d'odeur particulière, les différenciant des autres races. Pas comme elle. Ce n'était pas la première fois que je sentais cette effluve irrésistible, mais j'ignorais ce qui en faisait la particularité. Déjà lors de notre petite incursion chez les loups l'une des deux qui nous avait accueilli, la rousse, avait eu cette odeur agréable, qui tranchait avec la puanteur de chien mouillé d'Ashleigh.

    Finalement, plutôt que de m'en aller et de laisser derrière moi l'intrigante blonde et son Youki, je décidais de m'intéresser un peu à elle et demandais depuis combien de temps elle avait perdu son chien. Je fronçais les sourcils quand elle me répondit, non sans espérer qu'il ne se soit pas sauvé bien loin. Enfin, en vingt minutes, même riquiqui, un chien pouvait déguerpir. Mais je ne pus m'empêcher de rire, avec franchise, quand elle ajouta qu'il risquait de tomber sur un prédateur plus gros que lui.

    « Même un chat est plus gros que lui ! Mais je doute que les prédateurs dont vous parlez s'intéressent à un chien. »

    Ou peut-être un loup mal luné à la rigueur. Elle opina tout de même du chef quand à la dangerosité des rues. Surtout pour un si petit chien. J'avais envie de lui répondre, surtout pour une si jolie fille à l'odeur si alléchante, mais tins ma langue. Cela faisait très prédateur quand même. Quoique si je retirais l'odeur, cela faisait drague de bas étage. Ou menace d'un pervers. Alors qu'elle était sur le point de s'éloigner, une nouvelle effluve me frappa de plein fouet, réveillant une faim qui était pourtant calmée. Avait-elle seulement consciente de l'écriteau met de choix au dessus de sa tête avec une telle odeur ? Sans doute pas. Étonnant qu'elle soit encore en vie. Un jeune vampire devait avoir du mal à résister à cela. Elle se retourna de nouveau vers moi pour me demander mon aide et je soupirais.

    « Pourquoi pas, j'avais justement du temps à perdre. Et je m'en voudrais de la mort de ce cher Youki. »

    Et là, il fallait prier pour que je ne croise personne de ma connaissance, parce que mon image de terrifiant général des armées vampiriques allait en prendre un sale coup. Et pas question que j'appelle le chien. En revanche, je pouvais tenter d'identifier une odeur. Sauf que celle de la jeune femme me perturbait totalement.

    « Dites-moi, vous êtes aussi confiante avec tous les inconnus que vous croisez ? »
avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 17
Coups du Destin: 6
If it be your will
Messages : 1181
Membre du mois : 107
Je crédite ! : (c)Moi (c) Tennesse
Localisation : Edimbourg
Caractère : Sensible - Loyal - Mélancolique - Cynique - Artiste - Rancunier - Colérique - Ténébreux - Avisé - Charmeur
Vos Liens :
Spoiler:
 


Autres comptes : Eilih & Dante
If it be your will
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3213-nicolas-de-valom http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3231-nicolas-de-valombre#79737 http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3230-nicolas-de-valombre#79736
MessageSujet: Re: This summer's gonna hurt like a motherf****r   Sam 13 Juin - 1:40




This summer's gonna hurt like a motherf****r


Première quinzaine d'Avril 2018

Aleksandra tentait sa chance, provoquer un Vampire de la sorte. De toute façon même si elle jouait la demoiselle effrayée elle s'exposait aux mêmes genres de risque donc autant tenter un coup de bluff et lui faire croire qu'elle avait des atouts cachés. Sauf qu'au final il est presque mort de rire en entendant le nom du petit chien. La métamorphe opta pour une mine légèrement vexée mais en vérité, oui c'était ridicule et c'était même fait exprès. Elle hausse cependant un sourcil avec un sourire en coin en entendant parler de Paris Hilton. Soit il n'était pas si vieux que ça soit il avait pris un abonnement à la chaîne E ! pour tuer ses nuits de solitude et se tenir à la page.

« S'il vous plaît, pas elle ! Je m'habille pas en rose bonbon et je porte des culottes quand je sors. Et encore heureux que Youki, arrêtez de rigoler, ne soit pas un chihuahua comme son petit truc qu'elle balade partout. »

C'était clairement de la provocation et une technique de rentre dedans pas très au point mais elle commence à en avoir ras le pompon de débusquer du Vampire. Cette mission aurait du être menée à bien depuis bien longtemps pour mettre en place des liens entre certains Métamorphes et des Vampires. Actuellement la situation était tellement tendue que les approches pouvaient être mal perçues. Aleks marchait sur des œufs, à partir du moment où elle serait grillée elle devrait laisser tomber. Elle sourit alors lorsqu'il évoque ce qui peut expliquer son manque de précaution flagrant. Inconsciente ? Elle l'est mais volontairement pour tomber sur du Vampire. Membre d'une unité d'élite ? Il l'a regardée ? C'est pas avec ses 52 kg toute mouillée qu'elle va intégrer un groupe pareil. Et le dernier est juste drôle, elle ne peut s'empêcher de rigoler en imaginant la chose. Ce vampire-là n'est donc pas au courant de l'existence des Métamorphes, très peu le sont et c'est pas plus mal ainsi.

« Vous excluez d'office le fait que je puisse être une Louve ou une Vampire, j'en déduis que vous êtes soit l'un soit l'autre. Vu le quartier je pencherais plutôt sur le deuxième. Je vous cite la Bible, tous les apôtres et compagnie histoire de vous rassurer ? Pour le reste à vous de voir. »

Un sourire malicieux pour accentuer la chose. Elle joue un jeu dangereux mais qu'importe le jeu en vaut peut-être la chandelle. Lui indiquer qu'elle a conscience de ce qu'il ait sans le froisser en l'accusant d'être un Loup, sans non plus le flater pour éviter qu'il ne pense qu'elle n'est qu'une groupie des créatures à dents longues.

Vingt minutes de disparition, même un vampire devrait ne pas le retrouver. Oui, parce qu'elle aurait l'air bien stupide si finalement ils tombaient sur un petit chien qui ressemblait à la description. Elle fronça les sourcils lorsqu'il se mit à rire à sa réflexion sur un prédateur plus gros. Ouais il n'avait pas tort, un chat pourrait avoir raison du petit Youki mais elle finit par hausser les sourcils d'un air inquiet à l'idée que son petit chien imaginaire puisse endurer une fin ignoble. Cependant il la rassure en disant que les plus grands prédateurs auxquels elle pense ne seront sans doute pas intéressés par ce petit moustique.

Mais il fallait qu'elle retourne à sa chasse, elle avait déjà quelques informations au sujet de ce Vampire, il n'avait rien tenté, même s'il ne la lâchait pas du regard alors qu'elle lui parlait, elle n'avait senti aucun comportement dangereux émaner de sa personne. Elle en conclut qu'il devait avoir un minimum de contrôle de sa soif donc un potentiel candidat intéressant pour son grand projet. Elle tenta alors sa chance encore un peu en lui demandant de l'aide. Je masque mon enthousiasme en le voyant soupirer avant d'accepter. Parce que la mort du petit chien lui importerait ? S'en était presque mignon enfin elle aurait trouvé ça mignon si elle ne songeait pas au piège dans lequel elle venait de s'enfermer elle-même. Elle avait la désagréable impression d'être un bout de fromage accroché à un attrape-souris.

Trottinant doucement, parce qu'en talon elle n'allait pas courir à travers le quartier comme une sprinteuse et parce qu'elle s'en fichait de trouver le chien ou non, elle voulait prendre le temps de discuter avec ce vampire pour le jauger. Pourquoi ils ne vieillissaient pas eux aussi ? Ça lui simplifierait la tâche mais ce serait trop beau pour être vrai. Elle finit par se tourner vers lui alors qu'il la questionne sur son attitude avec les étrangers.

* D'habitude les types comme toi quand je les flaire je décampe en vitesse mon gars ! Mais là j'ai besoin de toi ou d'un de tes... cousins ? *

Mais elle ne peut pas lui dire le fond de sa pensée alors elle réfléchit rapidement à la réponse qu'elle peut donner.

« Pas vraiment mais... Ça va ressembler à un truc vraiment stupide et complètement neuneu mais vous avez l'air différent des inconnus que je suis amenée à croiser. »

Un sourire complètement gêné s'étale sur ses lèvres alors qu'elle replace une mèche de cheveux derrière son oreille. Elle évite soigneusement un regard direct mais le garde à portée de vue du coin de l’œil alors qu'elle fait toujours semblant de chercher le petit chien. Sauf que gérer tout ça en même temps quand on est pas très agile sur deux jambes ça finit par un drame. Croyez-le ou non, sous sa forme humaine Aleksandra est une grande maladroite. Elle ne voit pas la dalle du trottoir qui dépasse légèrement par rapport aux autres et son pied vient buter dedans, menaçant de la faire plonger en avant comme une pauvre imbécile. Franchement, des fois on se demande pourquoi elle continue à porter des talons, qu'elle ne sort pas avec des genouillères et ce genre de chose.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: This summer's gonna hurt like a motherf****r   Mar 16 Juin - 15:51

    « Oh, je suis ravi d'apprendre qu'il y a une culotte sous cette petite robe ajustée. »

    Elle réussissait à me rendre d'humeur taquine. Ce n'était pas une mince affaire au vu des derniers événements qui avaient plutôt tendance à me plomber le moral et me rendre maussade. Rien que pour cela, elle méritait une médaille. Et la vie sauve. Bien que je ne l'aurais sûrement pas saignée au milieu de la rue. Il y avait des lois et je m'y tenais quoique je puisse trouver à y redire. Sans doute comptait-elle d'ailleurs là dessus pour la préserver d'un funeste sort. Ce qui était un brin naïf.

    « Je suis bien d'accord. »

    Que son chien ne soit pas assimilé à ces espèces de rats. C'était affreux. Et moi qui parlais de Paris Hilton... Enfin, je n'étais pas un grand fan non plus, mais je lisais les journaux et je regardais la télé. Je vivais à mon époque, pour ne pas ressembler à un dinosaure. Je n'aimais pas l'idée que l'on puisse m'identifier facilement comme vieux vampire poussiéreux. Parce que je ne me sentais absolument pas en décalage avec cette époque. Et c'était aussi une façon de mieux tromper mon monde. On se méfiait un peu moins de moi. Sauf les vampires qui arrivaient à sentir la puissance chez les leurs. Là, c'était plus délicat. Mais ce n'était pas le cas de cette jeune femme. Ni vampire, ni loup-garou, c'était une certitude. Elle sentait bien trop bon pour être un de ces chiens. Je m'interrogeais d'ailleurs à ce sujet, n'hésitant pas à lui faire part de mes hypothèses et conclusions, ce qui provoqua un petit rire chez elle. Et ses propres déductions.

    « Quelle surprise. Blonde et intelligente. »

    Ou du moins, capable de déduction.

    « Non, ça ira. Mais je suis surpris que vous puissiez citer des passages de la bible. Peu de jeunes gens en sont capables. Fervente catholique ? Ou bien moyen de défense contre les démons maintenant qu'on sait qu'ils foulent cette terre et sont bien décidés à y foutre le bordel ? »

    Je l'observais, amusé. Elle devait avoir une trentaine d'années. Plus une midinette, mais pour moi, elle demeurait dans la catégorie des jeunes gens. Si à mon époque, il était courant de connaître des versets entiers, c'était moins le cas aujourd'hui. Même citer les apôtres. Il en manquait toujours dans la liste. Enfin, elle avait beaucoup d'aplomb alors qu'elle se savait en compagnie d'un vampire. Je n'avais pas confirmé ou infirmé, mais ma réponse suffisait à l'aiguiller malgré tout. Soit, elle savait ce que j'étais. Et elle se comportait comme si j'étais un simple passant. Intrigant. Et alors que j'acceptais de l'aider à chercher son chien, je l'interrogeais sur son attitude. Et le moins qu'on puisse dire, c'était que sa réponse n'était pas très convaincante. Je la dévisageais, cherchant à savoir si elle se moquait de moi en me prenant pour un crétin ou si elle était vraiment ingénue. Sauf que des vraies naïves, on n'en croisait pas souvent.

    « J'avoue, c'est très cliché et technique de drague éculée. Et je me demande à quoi peuvent bien ressembler les types que vous croisez d'habitude. »

    Perplexe ? Oui, totalement. Et cela, je ne cherchais même pas à le cacher. Je doutais qu'elle soit en train de me draguer. Cherchait-elle un vampire pour s'offrir quelques frissons ? Possible. Avec cette odeur... Elle n'aurait aucun mal à trouver, mais je lui souhaitais de tomber sur un vieux, parce qu'un jeune risquait de la vider de son sang avant même de s'en rendre compte. Et alors qu'ils marchaient, la demoiselle avec un peu plus de difficultés au vu de ses talons, elle trébucha. Par réflexe, je la rattrapais, lui évitant ainsi de s'étaler sur le sol. L'avantage d'être vampire, c'était la rapidité. Elle se retrouva ainsi dans mes bras et de nouveau son parfum enivrant m'envahit.

    « Ça va ? »

    Mes canines me démangeaient méchamment, demandant à sortir pour goûter ce met succulent offert. Personne ne serait là pour le voir. Personne n'en saurait rien. C'était tentant. Trop. Je la relâchais, masquant mon trouble. 

    « Vous n'avez pas du croiser beaucoup de vampires en un lieu isolé... Si c'était déjà arrivé, vous seriez sans doute morte. On ne vous a jamais dit que vous dégagiez un parfum irrésistible ? »

    Auquel je résistais pourtant... Bien que la tentation soit forte. Cela faisait longtemps que mon contrôle n'avait pas été mis à si rude épreuve. En avait-elle conscience ? Savait-elle seulement l'effet qu'elle pouvait faire ?
avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 17
Coups du Destin: 6
If it be your will
Messages : 1181
Membre du mois : 107
Je crédite ! : (c)Moi (c) Tennesse
Localisation : Edimbourg
Caractère : Sensible - Loyal - Mélancolique - Cynique - Artiste - Rancunier - Colérique - Ténébreux - Avisé - Charmeur
Vos Liens :
Spoiler:
 


Autres comptes : Eilih & Dante
If it be your will
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3213-nicolas-de-valom http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3231-nicolas-de-valombre#79737 http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3230-nicolas-de-valombre#79736
MessageSujet: Re: This summer's gonna hurt like a motherf****r   Mer 17 Juin - 12:44




This summer's gonna hurt like a motherf****r


Première quinzaine d'Avril 2018

Aleks est un peu gaffeuse et maladroite mais franchement qui irait parler de petite culotte avec un vampire inconnu ? Qui ? Ben Aleksandra Blaszak, championne du monde de la honte. Elle a au moins la décence de rougir légèrement lorsqu'elle réalise ses propos et que forcément cela implique une réponse du même registre de la part de son interlocuteur. Un point pour le vieux Vampire qui semble avoir un bon coup d’œil qui n'a rien à voir avec ses compétences raciales.

Passons le sujet de Paris Hilton et son petit rat rose bonbon qu'elle balade partout et qui risque de lui faire dire encore pas mal de conneries. Passons à un sujet plus sérieux : qu'est-ce qu'elle est ? Ah oui, il doit se poser la question vu son odeur mais elle en profite également pour lui faire comprendre qu'elle sait ce qu'il est. Bien entendu elle le sait depuis longtemps, cette odeur est tellement caractéristique, elle a appris à les reconnaître en apprenant leurs existences et ce qu'ils font à ceux de sa race, pour sa propre survie c'était un mal nécessaire. Mais pour lui il s'agit de simple déduction.

Oui d'abord, elle propose de citer les apôtres mais les connaît-elle seulement ? Oui, grâce à son passage dans une famille particulièrement sévère sur la religion. Elle qui avait grandit sans tout ça avait du apprendre tout un tas de choses aux cours de catéchisme et aider les autres à faire leurs devoirs sur le sujet.

« Ça surprend toujours la première fois mais je suis pas non plus Einstein faut pas pousser. Pour la Bible j'ai passé du temps dans une famille très religieuse et disons que ça ne m'a pas fait de mal de m'y replonger quand tout ça est arrivé. »

Oui, soyons honnête elle n'a pas tout retenu de son passage chez les McDermot mais au moins ce n'était que du dépoussiérage de tout ce qu'elle avait déjà appris. Finalement il accepte de l'aider à retrouver le petit chien tout en l'interrogeant sur ses habitudes avec les étrangers. On aurait presque pu rire de sa réplique mais elle avait décidé de tabler sur un humour décalé et un peu étrange, parce que ça lui ressemblait et aussi parce que visiblement ça marchait après il avait bien rigolé avec Youki, l'histoire de sa petite culotte et tout ça. Il ne peut s'empêcher de lui faire remarquer que le genre est peut-être mal choisi avant de s'interroger sur les types qu'elle croise en temps normal. Des Loups, d'autres Métamorphes, des humains ou des enfants de 4 ans.

« Okay vous avez raison je sors pas beaucoup et les seuls garçons que je croise en sont encore à croire au Père Noël alors ça aide pas... »

C'est à ce moment là qu'elle manque de tomber. Pendant deux microsecondes elle pense aux conséquences d'une chute, elle s'égratigne les genoux, son sang pointe le bout de son nez en mode « coucou c'est moi ! », le Vampire allait peut-être complètement perdre le contrôle et... Avant qu'elle n'ait eu le temps d'évaluer la gravité d'une telle situation elle se sent rattrapée. Ah oui cette rapidité elle l'aurait presque oublié. Sauf que c'est ça qui la rassure, tout d'un coup elle est près de lui, très près. Est-ce que ça va ? Elle hoche la tête sans pouvoir dire un mot et sans le lâcher du regard, la peur est plus présente tout d'un coup, elle ne fait plus autant la maline mais à quand même le réflexe de se tenir prête à dégainer son couteau de sa pochette.

Elle soupire lorsque finalement il la lâche. Qu'est-ce que ça doit être stressant d'être une souris face à un chat, parce que c'est clairement ce qu'elle doit être aux yeux de ce vampire. Elle est toujours un peu secouée, réalisant pour la première fois ce qu'elle envisage de faire. Se faire mordre par un vampire, il ne lui a rien fait, juste évité qu'elle s'étale comme une quiche par terre et pourtant ça lui a foutu une trouille bleue. Comment aurait-elle réagit s'il avait vraiment sorti les crocs ? Elle se tourne vers lui alors qu'il parle de son manque flagrant avec les vampires sinon elle serait déjà morte depuis un bout de temps. Son parfum ? Donc on y vient. Mettons ça sur le compte de la frayeur qu'elle vient de se faire Aleks rigole doucement.

« Et après c'est moi qui ait une technique de drague datant du siècle dernier ? » Elle tente de reprendre son sérieux maintenant qu'elle est bien stabilisée sur ses deux pieds et a retrouvé ses distances avec lui. « Enfin bon vous avez pas l'air d'être prêt à m'égorger pourtant... »

Elle se serait presque giflée de le provoquer ainsi. Mais il résistait plutôt bien ça voulait dire qu'il était soit suffisamment ancien pour se contenir face à une telle tentation soit il avait plus peur de ce qui se dirait si on le surprenait dans une situation pareille. Toujours est-il qu'elle pris tout de même la peine d'ouvrir sa pochette pour garder son couteau à disposition au cas où. Certes dans une attaque standard elle avait de faibles chances de s'en sortir vivante mais elle partait de l'idée qu'il n'avait encore montré aucun signe d'agressivité malgré toutes les tentations.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: This summer's gonna hurt like a motherf****r   Mar 7 Juil - 15:45

Je hochais la tête quand la jolie blonde me répondit qu'elle avait été élevée dans une famille religieuse, lui donnant ainsi quelques bases bien utiles. J'étais encore étonné d'apprendre que des jeunes suivaient une éducation religieuse, tant j'avais l'impression que la religion était tombée en désuétude dans cette partie du globe. Le catholicisme avait eu son heure de gloire, des siècles auparavant. On avait tué au nom de Dieu, massacré... J'en étais un parfait exemple, bien que mon interlocutrice (et très peu de monde au final), ne le sache pas. Et ne le saura sans doute jamais. Désormais, c'était une autre religion qui apportait son lot de morts... La vie était un éternel recommencement, des cycles qui se suivaient et se ressemblaient. Mais il était amusant de constater comment nous étions passés de son chien, à ses sous vêtements pour terminer sur la religion. Cependant, j'acceptais de lui venir en aide, toujours méfiant. Ce n'était pas prudent d'être aussi ouvert avec de parfaits inconnus. Je trouvais ce comportement soit totalement inconscient. Soit planifié.

Je lui fis donc remarquer qu'elle était bien trop confiante et sa réponse me fit sourire alors que je la trouvais effectivement très cliché. Parce que je semblais différent des inconnus qu'elle croisait ? Je ne pus m'empêcher de plaisanter à ce sujet et elle me confirma ne pas sortir beaucoup et croiser plutôt des... enfants ? Je la regardais avec surprise.

« Vous travaillez avec des enfants ? »

Cela semblait la déduction logique de cet aveu. Parce qu'on ne croisait pas que des enfants quand on se promenait dehors. Voire même moins que des adultes et sans doute pas seuls avec tout ce qu'on voyait de nos jours. C'est alors qu'elle trébucha et que je la rattrapais avec rapidité. Elle avait deviné ma nature de toutes façons, à quoi bon la laisser s'étaler par terre ? Il n'était pas toujours aisé de lutter contre ses instincts. Si quelqu'un manquait de tomber près de moi, je devais lutter contre le réflexe de le rattraper. Quand je devais dissimuler ma nature. Ce qui était de plus en plus difficile. Je me retrouvais en tous les cas avec la jeune femme dans les bras, lui demandant si elle allait bien, alors que son entêtant et irrésistible odeur m'enveloppait et menaçait de me faire perdre mon contrôle. C'était bien la première fois que cela me semblait si difficile... je n'osais imaginer ce qu'il serait arrivé si elle s'était blessée au point de saigner... Mes canines me démangeaient vraiment. Percevait-elle le danger ? C'était possible . Il me semblait que quelque chose s'était modifié dans l'air et son regard braqué sur moi n'était plus aussi insouciant. Elle hocha la tête à ma question et je la lâchais brutalement pour ne pas commettre d'erreur.

Et je lui fis remarquer qu'elle dégageait une odeur irrésistible pour les vampires, surpris qu'elle soit encore vivante. Si elle avait croisé un vampire plus jeune et lui avait balancé son parfum comme à moi, elle serait morte aujourd'hui. Elle ne put s'empêcher de rire et de me rétorquer en plaisantant que j'avais une technique de drague un peu vieillotte. Je souris à sa répartie, mais je n'étais pas détendu pour autant. Je luttais toujours contre mes instincts. Même si elle semblait ne pas en être consciente au vu de ses paroles suivantes.

« Cela mademoiselle, c'est simplement parce que je suis assez doué pour dissimuler mes émotions. »

Je me fendis d'un sourire qui dévoila malgré moi mes canines. Et qui appuyait mes dires. Elle n'était plus vraiment en sécurité. Son sang m'appelait. Mon regard glissa sur son cou, où palpitait la vie. Je fermais les yeux, m'efforçant à me détendre.

« Qui êtes-vous ? »

J'étais moins souriant soudain, plus accusateur et méfiant. Cette fille n'était pas une parfaite innocence et toute cette histoire commençait à sentir mauvais. Elle n'était pas plus inquiète que cela pour son chien. Chien à l'odeur et la présence inexistante. Un piège ?
avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 17
Coups du Destin: 6
If it be your will
Messages : 1181
Membre du mois : 107
Je crédite ! : (c)Moi (c) Tennesse
Localisation : Edimbourg
Caractère : Sensible - Loyal - Mélancolique - Cynique - Artiste - Rancunier - Colérique - Ténébreux - Avisé - Charmeur
Vos Liens :
Spoiler:
 


Autres comptes : Eilih & Dante
If it be your will
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3213-nicolas-de-valom http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3231-nicolas-de-valombre#79737 http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3230-nicolas-de-valombre#79736
MessageSujet: Re: This summer's gonna hurt like a motherf****r   Sam 11 Juil - 2:17




This summer's gonna hurt like a motherf****r


Première quinzaine d'Avril 2018

Aleksandra hausse les sourcils quand il déduit qu'elle travaille avec des enfants. C'est sans doute la meilleure déduction qui puisse être faite de ce qu'elle vient de lui faire. Non parce que personne de normalement constitué irait balancer qu'il a un penchant pour les petits garçons. Alors se fend d'un petit sourire en hochant la tête.

« Dans une école maternelle... » dit-elle simplement.

Avant qu'il ne la retrouve si jamais les choses devaient tourner mal elle avait le temps. Et puis c'est pas comme s'il pouvait se pointer pendant les heures d'ouvertures pour investiguer sur la question. Enfin certains vampires devaient avoir des larbins humains pour faire ce genre de tâche. Enfin elle ne devait pas songer à ce genre de choses, pas tout de suite sinon elle commencerait à flipper et c'était jamais bon d'avoir peur d'un prédateur. Il sentait ce genre de choses.

Elle manqua de se ramasser en beauté sur le trottoir mais ça c'était sans compter sur son partenaire de marche de la soirée. Là elle pouvait commencer à avoir peur maintenant. D'ailleurs elle n'avait pas attendu le moindre signal, instinctivement la peur avait tracé son chemin. Elle songea quelques instants que ça aurait pu être pire. Ça peut toujours être pire mais là elle devait reconnaître que pire aurait été vraiment dramatique. Mais il finit par la lâcher, brutalement mais qu'importe elle se mit instinctivement hors de portée immédiate. Précaution inutile on le sait tous mais quand même.

Elle tente de donner le change alors qu'il parle de son odeur. Et du risque qu'elle aurait pu croiser une jeune vampire qui aurait pu la tuer simplement en humant son odeur dans une ruelle sombre. Elle répond simplement que lui n'a pas l'air d'être un danger pour elle pour l'instant. Doué pour dissimuler ses émotions ? Sur le coup elle ne comprend pas mais le sourire qu'il lui affiche lui glace le sang. Ce sang qu'il observe palpiter attentivement alors qu'elle recule de quelques pas par simple réflexe défensive.

« Qui êtes-vous ? »

Pendant quelques secondes elle réfléchit. Elle doit trouver quelque chose. Plus crédible que le coup du chien. Elle laisse tomber la laisse qui ne lui servira pas à grand chose dorénavant. Il fallait qu'elle trouve quelque chose pour justifier sa présence et son attitude. Mais la peur de ce sourire qui a du voler la vie de plusieurs personnes auparavant la paralyse, elle ne réfléchit plus normalement.

« Qui je suis ? Personne. Je voulais juste m'assurer d'une chose... Pourquoi mon odeur est si particulière pour vous ? » demanda-t-elle toujours pétrifiée.

Toute fuite était inutile. Enfin elle pouvait toujours compter sur l'effet de surprise si elle se transformait là tout de suite en Louve. Mais elle n'était pas certaine de vouloir utiliser cette option sauf en dernier recours. Parce que se transformer de la sorte pourrait éventuellement l'amener à se poser des questions sur la véritable nature de certains Loups de la Meute.

« Je... Je vais vous laisser... » essaya-t-elle de dire d'une voix calme.

Pourquoi avait-elle toujours des idées aussi tordues ?! Elle aurait mieux fait de rester au sein de la Meute, cacher son odeur au milieu de celles des Loups. Mais il était trop tard maintenant j'avais voulu faire la maligne et donner des idées maintenant je me retrouvais en victime stupide d'un Vampire trop gourmand. Encore qu'un vampire standard aurait peut-être cédé il y a un bout de temps.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: This summer's gonna hurt like a motherf****r   Ven 24 Juil - 20:34

    Bien, la demoiselle travaillait donc avec des enfants, des tout petits. Elle n'avait pas spécialement le physique de l'emploi ainsi habillée, mais après tout... l'habit ne faisait pas le moine n'est-ce pas ? Comment deviner que sous mon allure désinvolte se cachait un vampire plusieurs fois centenaires ? J'étais adepte des costumes stricts, surtout quand j'étais au palais, mais je ne négligeais pas pour autant des vêtements beaucoup plus passe-partout qui me permettaient de me fondre dans la masse des individus sans tout de suite me faire remarquer. Comme ce soir. Et pourtant, c'était vers moi que cette fille s'était précipitée pour retrouver son chien fantôme, dont je doutais de l'existence. Non en fait, je ne doutais pas, j'étais certain que cela n'était qu'une farce. Le tout était de savoir pourquoi. Un piège ? Possible.

    Et cette odeur... Cette odeur qui envahissait totalement l'espace et qui allait finir par me rendre fou et me faire perdre tout contrôle... je n'imaginais même pas ce que cela aurait donné si elle s'était blessée au point de faire couler le sang. L'odeur aurait été encore plus irrésistible. J'ignorais si elle avait conscience de l'effet qu'elle pouvait faire aux vampires, candide, ou si au contraire, elle en avait totalement conscience et en jouait sur moi. Mais si c'était le cas, c'était là un jeu dangereux qui risquait de lui faire perdre la vie. Si j'avais été plus jeune, je n'aurais pas résisté bien longtemps à autant de tentation. Elle était presque offerte.

    Et une fois que j'eus fini de badiner, je décidais de passer aux choses sérieuses. Mon masque affable tomba alors que je lui demandais plus brutalement qui elle était, la faisant reculer, par réflexe de survie sans doute. Cela dit, si j'avais décidé de me jeter sur elle, il y avait peu de chances qu'elle m'échappe. En étant humaine. Elle ne battrait jamais un vampire à la course. La laisse lui échappa des mains, ou plutôt, elle s'en débarrassa. Son petit tour était éventé. Je demeurais calme pourtant, bien que son parfum mette mes nerfs à rude épreuve. Elle hésita avant de répondre. Cette fois, elle était apeurée. J'aurais reconnu cette effluve n'importe où, n'importe comment. Et je ne peux nier que cela excite mes instincts de prédateur. Il serait tellement doux de la prendre en chasse... Et pourtant je luttais encore contre cela.

    « Et bien mademoiselle personne, voilà une excellente question et j'aurais aimé que vous me donniez vous-même la réponse. De quoi vouliez-vous vous assurer au juste ? Que vous êtes un met trop irrésistible pour les vampires ? »

    Je me forçais à demeurer immobile. A ne surtout pas l'approcher. Elle n'avait pas encore fui. Sans doute parce qu'elle était suffisamment intelligente pour savoir que c'était le meilleur moyen de mourir rapidement. Mais la situation semblait quelque peu verrouillée. Elle annonça alors qu'elle allait me laisser et je la regardais longuement.

    « Je ne pense pas non. On dirait que vous avez décidé de mener une petite expérience... Dangereuse, voire mortelle. Je ne pense pas qu'il soit judicieux de l'interrompre maintenant. A moins que vous ayez trouvé ce que vous étiez venue chercher... Mais à quel prix ? »

    Au prix de sa vie ? Il y avait trop d'interrogations pour que je la laisse partir, comme ça. Même si c'était sans doute la meilleure chance de la laisser envie. Je soupirais, me forçant à me détendre.

    « Je ne vous attaquerais pas si vous ne vous enfuyez pas. Répondez à mes questions. »
avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 17
Coups du Destin: 6
If it be your will
Messages : 1181
Membre du mois : 107
Je crédite ! : (c)Moi (c) Tennesse
Localisation : Edimbourg
Caractère : Sensible - Loyal - Mélancolique - Cynique - Artiste - Rancunier - Colérique - Ténébreux - Avisé - Charmeur
Vos Liens :
Spoiler:
 


Autres comptes : Eilih & Dante
If it be your will
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3213-nicolas-de-valom http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3231-nicolas-de-valombre#79737 http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3230-nicolas-de-valombre#79736
MessageSujet: Re: This summer's gonna hurt like a motherf****r   Jeu 30 Juil - 15:26




This summer's gonna hurt like a motherf****r


Première quinzaine d'Avril 2018

Même si Aleksandra ne l'avouerait jamais à voix haute, depuis que l'on savait que les Vampires éprouvaient une attirance particulière pour le sang de Métamorphe elle s'était toujours demandée pourquoi. Personne n'avait la réponse et c'était plutôt frustrant. C'est pas comme le pudding ou quelque chose du genre c'est impossible qu'un plat plaise à tout le monde pourtant le sang des changeurs faisait perdre la tête à plus d'un Vampire.

La jeune femme cherche une échappatoire. Fuir simplement est probablement la plus mauvaise des idées. Un chien se met à vous courser même s'il n'avait pas l'intention de vous attaquer à la seconde où il vous voit courir. Et tout le monde sait qu'elle n'a aucune chance de le semer. Elle pourrait éventuellement le déstabiliser si elle prenait une forme de Louve mais peut-être que ce n'était pas encore foutu pour elle d'accomplir la mission qu'on lui avait donné. Après tout il gardait encore son sang froid.

* Pour combien de temps ? *

Combien de temps avant qu'il ne lui saute à la gorge pour la vider de son sang ? Elle déglutit lorsqu'il lui demanda ce qu'elle voulait vérifier. Oui dit comme ça c'était vraiment stupide. Chacun semblait parfaitement immobile, deux statues qui se guettaient. Aleks avait chassé des souris et c'était dans ces instants là qu'elle défiait la souris de fuir, au moindre geste elle leur sautait dessus pour les déchirer entre ses griffes.

Il ne la laissera pas partir. En même temps qui lui en voudrait de ne pas vouloir le faire ? Elle commençait à doucement manquer d'air vu la pression qui pesait sur ses épaules. La peur faisait son chemin dans ses veines pour la paralyser petit à petit. Elle sait qu'il le sent mais impossible de s'en défaire, elle ne fait pas partie de ses gens qui peuvent ignorer la peur qui les prend aux tripes juste parce qu'il le faut. Non, elle reste tel un petit lapin devant deux grands phares qui se rapprochent à toute allure.

« Qu'est-ce que vous voulez savoir ? » demanda-t-elle faiblement.

Elle n'avait pas cinquante mille solutions et à défaut d'en trouver une dans l'immédiat pour se mettre à l'abri elle pouvait gagner du temps. Jusqu'où pouvait-elle aller dans la confidence pour se mettre en sécurité ? Elle ne pouvait pas lui parler des changeurs. Mais en même temps c'était peut-être la seule chance qu'elle ait de rester en vie. Elle ne parlerait pas de la Meute ou des autres elle n'avait même pas besoin d'y réfléchir mais peut-être juste lui parler de ça... De toute façon des Vampires étaient déjà au courant de l'existence de ces créatures. Combien de temps lui faudrait-il pour qu'il soit au courant lui aussi ?

« Si vous me promettez de ne pas me faire de mal je vous dirais tout ce que je sais. Pas grand chose mais sans doute quelque chose dont vous ignorez l'existence. »

La fameuse technique du « si je reste en vie je peux encore vous être utile ». La trentenaire priait pour que ça marche, parce que c'était vrai mais qu'il y avait sans doute tellement de peur de son intonation qu'il devait clairement la ressentir aisément. C'était un prédateur, de ce qu'elle avait pu voir des Vampires ils étaient sans pitié, elle n'essayerait même pas de l'amadouer ou de lui faire les yeux doux. Parce qu'elle en était physiquement incapable vu son état et que ça ne servirait à rien. Elle ne pouvait plus que miser sur la vérité et le mensonge par omission. Elle ne devait pas gaffer.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: This summer's gonna hurt like a motherf****r   Jeu 30 Juil - 22:07

    Elle ne répondit pas de suite. Elle était piégée et elle s'en était rendue compte. Elle avait été bien imprudente d'appâter ainsi un vampire. J'ignorais encore quels étaient ses plans au juste et ce qu'elle avait voulu vérifier. Si c'était l'impact de son odeur sur un vampire, et bien, bravo, l'expérience était un succès, elle était irrésistible. Ou presque. Elle avait encore de la veine que je sois suffisamment âgé pour me contrôler et ne pas me jeter sur elle pour goûter ce sang qui semblait si délicieux et qui me narguait. Mais avait-elle seulement prévu comment se sortir de cette situation une fois qu'elle aurait les réponses qu'elle voulait ? Apparemment pas. Elle semblait à deux doigts de la panique. Je pouvais entendre les battements de son cœur accélérer. Elle était tétanisée. Nous nous observions. J'avais l'impression que le moindre mouvement ferait exploser la situation. Et elle devait être consciente de la même chose. Qu'importe ce qu'elle était, je serais sur elle avant qu'elle n'ai pu faire un pas et nous en avions parfaitement conscience.

    D'une vois trop faible, elle me demanda ce que je voulais savoir. Je haussais un sourcil. Il me semblait avoir déjà posé des questions à ce sujet, mais je n'avais obtenu aucune réponse jusque là. Je demeurais silencieux, luttant aussi contre mon envie de lui sauter dessus et... Non, je n'en avais pas le droit. Morgane n'apprécierait pas ce genre d'attaque sauvage et j'étais moi-même contre. Elle n'était pas menaçante, ce ne serait pas de la légitime défense. Je devais donc me contrôler. Elle reprit alors la parole, me proposant un marché. Je pris un grande inspiration, avant de hocher lentement la tête.

    « Vous avez ma parole. »

    Elle était mignonne de se fier à ma parole. Elle n'avait aucune raison de ne pas douter de moi. Je ne pouvais lui donner aucune garantie. Je l'observais avec un brin de curiosité d'ailleurs. Etait-elle naïve à ce point ? Ou sentait-elle que j'avais de l'honneur ?

    « Je vous promet de ne pas vous faire de mal. »

    Autant bien implanter cette idée dans son cerveau, au cas où elle aurait émis quelques doutes. Je me demandais d'ailleurs ce qu'elle avait à m'apprendre que je ne sache déjà... Quelque chose en rapport avec son odeur ? Possible.

    « Vous avez excité ma curiosité. Je vous écoute... Que diriez-vous de nous installer un peu plus... confortablement ? Non pas que rester immobile ainsi soit dérangeant pour moi, mais je pense que pour vous, ce n'est pas vraiment un plaisir. »

    Il y avait un banc public un peu plus loin et je lui indiquais du regard prêt à lui emboîter le pas, à la laisser y aller à reculons si elle craignais un sale coup de ma part. Je n'avais pas très envie d'y aller en premier, elle pouvait filer. Je n'avais pas confiance en elle.

    « Écoutez, je suis un peu à cran, mais je sais me contrôler. Je ne vous donnerais pas la chasse et vous repartirez aussi indemne que vous êtes arrivée. Simplement, nous pourrions prendre nos aises, plutôt que de se regarder en chiens de faïence. »

    Ma voix était chaleureuse, réconfortante. Mon sourire était revenu, léger, sans crocs apparents. L'éclat dangereux de mon regard avait disparu. Je ne pouvais pas faire mieux, sinon rester à distance respectable pour ne pas me frotter de trop près à la tentation.
avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 17
Coups du Destin: 6
If it be your will
Messages : 1181
Membre du mois : 107
Je crédite ! : (c)Moi (c) Tennesse
Localisation : Edimbourg
Caractère : Sensible - Loyal - Mélancolique - Cynique - Artiste - Rancunier - Colérique - Ténébreux - Avisé - Charmeur
Vos Liens :
Spoiler:
 


Autres comptes : Eilih & Dante
If it be your will
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3213-nicolas-de-valom http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3231-nicolas-de-valombre#79737 http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3230-nicolas-de-valombre#79736
MessageSujet: Re: This summer's gonna hurt like a motherf****r   Lun 10 Aoû - 10:06




This summer's gonna hurt like a motherf****r


Première quinzaine d'Avril 2018

Elle en tenait une couche... Comme si elle pouvait se fier à sa seule parole. Même s'il voulait réellement être sincère il pouvait très bien perdre le contrôle et se jeter sur elle. Elle devait rester calme (c'était foutu d'avance), ne pas trop bouger pour éviter de répandre son odeur (un peu comme le vent qui fait bouger les branches de sapins ça diffuse les odeurs) et trouver une issue de secours. Avait-elle réellement le temps de sortir la lame d'argent avant qu'il ne parvienne à sa hauteur pour la tuer ? Clairement non, elle devrait le prendre par surprise si elle voulait réellement le semer. Mais pour l'instant elle avait peut-être trouvé un bon parti, en tout cas il était visiblement suffisamment âgé pour résister à ses pulsions les plus primaires.

Il lui donnait sa parole... Elle n'était pas rassurée pour un sou, qu'est-ce qu'elle valait sa parole ? Si elle la lui demandait c'était uniquement par principe dans l'espoir qu'il soit quelqu'un d'honorable. Parce que dans le fond parole ou pas s'il voulait lui sauter à la gorge c'était foutu. Enfin elle pouvait toujours tenter la métamorphose pour le déstabiliser le temps de mettre véritablement les voiles. Parce que techniquement à sa connaissance les seuls changeurs étaient des Loups et ils étaient mortels il aurait donc probablement un temps d'arrêt si elle se métamorphosait en Loup. Il insiste sur le fait qu'il ne lui fera pas de mal alors qu'elle tente de réfléchir à toute vitesse à son idée de lui faire croire, en cas de besoin de fuite, qu'elle est en réalité une Louve qui aurait pu évoluer génétiquement pour appâter les Vampires.

Rester immobile de la sorte aller commencer à devenir fatiguant, ne serait-ce pas une crampe qui commençait à la démanger ? Elle ne devait pas y penser et respirer. C'était vital vu la situation. Peut-être commençait-il à voir qu'elle faiblissait, elle jeta un simple coup d’œil dans la direction qu'il indiquait pour découvrir un banc. Deux secondes terrifiantes où elle n'avait pas le regard posé sur lui, se disant que ce tout petit instant aurait pu être une ouverture pour une attaque. Mais il n'avait rien fait et semblait réellement intéressé par ce qu'elle pouvait lui révéler. Il insiste donc pour qu'ils prennent place de manière plus confortable après avoir promis de nouveau de ne pas lui donner la chasse. Au moins ses crocs n'étaient plus visibles lorsqu'il lui sourit.

« Ok ok, de toute façon même si je vous crois pas les options restent les mêmes. »

Elle se mit en route vers le banc qu'il lui avait vaguement indiqué. Elle avait tout de même réfléchis à la possibilité de ne pas le quitter des yeux et faire le chemin à reculons mais n'importe qui la connaissant sait que c'est une terrible idée. Déjà qu'en marche avant elle avait failli s'étaler alors à reculons... Et puis si elle tombait il pouvait en profiter pour la rattraper comme il l'avait fait ou ne pas prendre ce risque et qu'elle s'écorche d'un millième de millimètre et là c'était peut-être le drame. De toute façon qu'elle le voit arriver ou non elle aurait autant de perspectives de réaction.

Elle prend place sur le banc, tout au bout du banc en ayant bon espoir qu'il fasse de même de l'autre côté. Un maximum de distance de sécurité après tout c'est pas vraiment ça qui va le ralentir bien longtemps. Elle s'agite quelques secondes alors qu'elle réfléchit à ce qu'elle pourrait bien lui raconter pour l'intéresser.

« Les réponses à vos questions... Déjà moi c'est Aleks. Pour ce qui est de l'expérimentation... J'ai menti... »

Le vrai mensonge était là mais bizarrement elle parvenait à se calmer en se disant qu'il n'avait encore rien tenté pour lui faire du mal malgré la tentation mais surtout elle se confortait dans l'idée qu'elle venait d'avoir. Elle leva les yeux vers le Vampire et tentait un petit tout pour le tout.

« Je sais quel effet je peux avoir sur les Vampires... Je ne pensais pas que c'était à ce point-là et tout ce que je voulais c'était comprendre pourquoi. Je suis quelqu'un d'ordinaire pourtant si on met de côté ce point-là. »

Ok ce n'est pas du grand art mais elle limitait la casse, c'était ça où lui avouer qu'elle pouvait prendre des formes animales et mettre en péril l'existence de pas mal de Métamorphes. Elle était maladroite mais pas au point de commettre l'irréparable ou du moins pas sans y avoir réfléchi de longues heures, or là ce n'était pas du tout le cas. Sauf qu'elle lui avait promis du croustillant pour se donner un peu de répit, elle devait trouver quelque chose, ou pas. Elle voulait avant tout savoir ce qu'il savait sans le savoir des Métamorphes.

« Vous en avez déjà rencontré ? Des personnes comme moi ? » demanda-t-elle avec toute l'innocence dont elle était capable à cette heure-ci.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: This summer's gonna hurt like a motherf****r   Sam 22 Aoû - 16:39

    Un sourire amusé répondit à la remarque de la jeune femme, moins crispé peut-être, alors que je maîtrisais mes instincts.

    « Effectivement. »

    De toutes façons, elle n'avait d'autre choix que de me faire confiance. Même si je mentais, elle n'avait guère de chance de réchapper d'une attaque éclair, qu'elle soit debout et tétanisée ou assise... et tétanisée également. La peur flottait dans l'air comme un parfum enivrant, qui était pourtant bien fade comparé à celui qu'elle dégageait. Je ne comprenais pas son approche. Elle semblait savoir que je risquais d'être sensible à son odeur mais était maintenant terrifiée à l'idée que je la tue, alors qu'elle avait du avoir conscience des risques... Son comportement était ambivalent et ne faisait qu'épaissir le mystère déjà bien présent.

    Elle décida de me tourner le dos pour aller vers le banc que je lui avais indiqué et je réprimais un léger sourire en imaginant les efforts qu'elle devait déployer pour oser ne plus me regarder. Cela ne changeait pas grand chose, mais je devais reconnaître son courage. Après tout, face à un prédateur, le plus élémentaire instinct de survie vous poussait à toujours le regarder, ne jamais le perdre de vue et ne jamais lui tourner le dos. Je devinais sa tension à sa façon de marcher et de se tenir. Pourtant, je ne la suivis pas tout de suite, lui laissant quelques pas d'avance, ne lui emboîtant le pas que quand elle se retrouva à quelques mètres du banc. Où elle prit place, tout au bout. Le message était assez clair et c'est avec un air amusé que je fis de même, de l'autre côté, m'installant avec une décontraction feinte. Difficile d'être serein avec cette Soif qui me taraudait et qui me demandait un effort de volonté de tous les instants. Mais autant lui donner le change. L'abreuver de l'illusion que je n'étais plus sur le point de lui sauter à la gorge. J'avais l'impression qu'il suffisait d'un faux pas de sa part pour que ma résolution ne faiblisse et que la soif soit plus forte que ma volonté.

    Je ne bougeais plus alors qu'elle remuait, comme cherchant une façon confortable de s'installer ou tout simplement parce que c'était là le reflet des charbons ardents sur lesquels elle se tenait en ma compagnie. Elle finit par reprendre la parole, me livrant son prénom. Et m'avouant avoir menti concernant son expérimentation en ma compagnie. Je ne dis rien, l'observant avant que son regard ne croise le mien. Les battements de son cœur étaient erratiques, mais cela faisait déjà un moment que c'était le cas, à cause de la peur. Ils commençaient tout juste à retrouver un rythme plus régulier. Comme si elle avait prit une décision. Elle m'annonça alors avoir bien conscience de son odeur affolante pour nous, sans en avoir mesuré la violence pourtant.

    « On dirait que votre curiosité a bien failli vous conduire à la tombe... Aleks. Croisez un jeune vampire et balancez-lui votre odeur comme vous l'avez fait avec moi et vous ne vivrez pas vieille. Malheureusement, je ne saurais vous apporter de réponse. Il y a juste quelque chose d'affolant dans le parfum qui émane de vous et je n'ose même pas imaginer la saveur de votre sang... »

    C'était assez direct, voire même effrayant, mais c'était la plus pure des vérités.

    « Mais je doute que vous soyez ordinaire. »

    Non, elle ne l'était pas. Pas davantage que d'autres personnes dans son cas. Cette odeur si attirante, irrésistible, il m'était arrivé de la croiser, mais jamais ainsi, jamais sans que d'autres viennes la brouiller et la noyer dans une masse d'informations.

    « Probablement, mais je ne me suis jamais retrouvé en tête à tête avec l'une d'entre elles, ni soumis à ce genre de tentation. Je n'ai jamais réussi à isoler aussi parfaitement cette odeur puissante. Vous êtes la première à qui je parle et qui m'intrigue à ce point. Alors Aleks, dites-moi comment vous saviez que votre fumet m'attirerait à ce point ? »

    Parce qu'elle en avait déjà fait l'expérience avec d'autres vampires ? Sans ce cas, je me demandais comment elle était encore vivante. Parce qu'elle connaissait d'autres personnes comme elle ? Parce qu'elle me mentait et savait exactement ce qu'elle était ? Et dans ce cas, quelle était la raison de son approche ?

    « J'avoue avoir beaucoup de doutes concernant vos motivations et votre honnêteté. Et quantité d’hypothèses et d’interrogations sur ce qui vous a amené à venir tester votre odeur sur moi. Je suis un homme occupé et je n'ai pas de temps à perdre sur des mystères et des devinettes. Vous m'avez assuré me délivrer une information importante. Je suis difficile à surprendre. Je vous écoute. »
avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 17
Coups du Destin: 6
If it be your will
Messages : 1181
Membre du mois : 107
Je crédite ! : (c)Moi (c) Tennesse
Localisation : Edimbourg
Caractère : Sensible - Loyal - Mélancolique - Cynique - Artiste - Rancunier - Colérique - Ténébreux - Avisé - Charmeur
Vos Liens :
Spoiler:
 


Autres comptes : Eilih & Dante
If it be your will
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3213-nicolas-de-valom http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3231-nicolas-de-valombre#79737 http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3230-nicolas-de-valombre#79736
MessageSujet: Re: This summer's gonna hurt like a motherf****r   Ven 6 Nov - 1:54




This summer's gonna hurt like a motherf****r


Première quinzaine d'Avril 2018

Avez-vous la moindre idée de ce que ça fait de tourner le dos à un prédateur qui peut vous ôter la vie en quelques secondes ? C'est terrifiant pour tout vous dire. Mais Aleks devait absolument oublier cette peur paralysante pour réfléchir à un plan pour ne pas mettre en péril le secret. Aussi stupide que cela puisse paraître elle s'était souciée de sa survie, de la façon de mettre la main sur un vieux vampire mais elle n'avait pas songé une seule seconde aux questions qu'engendreraient une telle rencontre.

Le banc n'est pas bien large mais la distance qui les sépare a quelque chose de rassurant. Non pas qu'elle soit particulièrement en sécurité, il pourrait avoir les crocs sur sa jugulaire ce serait la même chose. Non ça voulait dire qu'il pouvait se contenir un minimum et qu'il voulait des réponses. Sa déclaration au sujet de son odeur, de son sang mit à mal son cœur déjà en plein effort. Au final elle ne dépérirait peut-être pas comme elle se l'était imaginé. Elle eut vaguement le culot de songer à l'inviter à la dégustation mais la peur l'y fit renoncer.

Elle l'écouta d'abord affirmer qu'elle n'a rien d'ordinaire contrairement à ce qu'elle avance avant de commencer à la questionner sur ce qu'elle sait en lui rappelant qu'elle a promis une information. C'était pour gagner du temps mais au final elle en est toujours au même point. Elle devait lui répondre dans l'ordre, elle travaillerait une idée au passage.

« J'ai déjà eu l'occasion de croiser un Vampire, plutôt jeune je pense et plutôt mal en point. C'était un miracle de lui avoir échappé. En fait ça aurait été plus miraculeux si je ne l'avais pas senti avant de le voir. Et il a dit quelque chose à propos de mon odeur. C'est comme ça que j'ai su. »

Tout en évoquant une mésaventure réarrangée pour l'occasion elle se frotta la nuque. Non, elle n'avait jamais vécu cette attaque mais elle connaissait une Métamorphe à qui cela était arrivé pendant les Années Sanglantes. Elle n'avait dû son salut qu'à l'agitation qu'il y avait autour d'eux et le fait qu'elle avait aussitôt pris la forme d'une buse une fois libre.

* Et après cette attaque des Loups ont pris en chasse le Vampire. Faut que je me bouge et que je lui serve quelque chose à se mettre sous la dent. *

Elle regrette un peu le jeu de mot qui restera pour elle uniquement, heureusement. Elle se retourne vers le Nocturne, réfléchissant une dernière fois à la direction qu'elle souhaitait prendre.

« Vous vouliez savoir ce que j'étais, j'en sais rien. Je ne fais rien qui sorte de l'ordinaire... J'ai juste un odorat développé, je sens la différence entre un Loup et un Vampire, peut-être pas aussi bien que chacun d'entre vous mais je peux faire la différence contrairement aux humains. Et j'ai des affinités un peu particulières avec les animaux, les chats principalement... »

Elle l'observe à la dérobée pour voir sa réaction face à cette information bidon. A l'heure actuelle elle ne va pas pouvoir lui donner plus d'informations vraies sans mettre en péril le grand secret de l'existence des Métamorphes.

* Cela dit j'en ai peut-être un peu trop dit quand même. Combien de temps avant qu'il ne cherche à creuser un peu plus et ne découvre que je lui ai menti ? *

Fébrile elle attend de savoir ce que ça va bien pouvoir donner. Sa vie, le grand secret et son intégrité auprès de la Meute sont en jeu donc il y a intérêt à ce que ça suffise ne serait-ce que pour lui permettre de mettre les voiles. Tant pis pour cette mission s'il ne prend pas elle ira dire à l'Ulfric que c'est trop compliqué et dangereux.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: This summer's gonna hurt like a motherf****r   Dim 29 Nov - 19:49

    Où s'arrêtait la vérité et où commençait le mensonge avec cette demoiselle ? Difficile à dire et je n'étais pas doté du pouvoir de déceler les semi vérités et les mensonges. Son cœur était déjà trop emballé par la peur que je lui inspirais pour être un indicateur fiable. Et son odeur... il valait mieux éviter de me concentrer dessus, au vu du mal que j'avais à ne pas succomber à l'appel de son sang. J'espérais qu'elle ne me menait pas en bateau et ne me faisait pas perdre mon temps. J'étais assez patient, mais il ne fallait pas non plus se payer ma tête. Elle m'avoua qu'elle avait déjà croisé un jeune vampire blessé et ne s'en était sorti qu'en lui échappant.

    « C'est en effet miraculeux. »

    Une pointe de sarcasme se fit entendre dans ma voix.

    « Mademoiselle, vous devez avoir des sens particulièrement aiguisés pour sentir un vampire avant de le voir. Je suis impressionné. »

    Oui j'avais tiqué. Parce qu'un humain normal ne pouvait pas se targuer de cela. Leurs sens étaient bien trop atrophiés pour réussir cet exploit. Les loups en revanche... Mais elle n'en était pas un, elle n'avait pas leur odeur. Pourtant, j'étais de plus en plus persuadé qu'elle n'était pas non plus totalement humaine. Elle mentait. Ou ne disait pas toute la vérité. Elle voulait quelque chose de moi. Mais j'ignorais quoi. Simplement vérifier l'impact de son odeur n'avait pas de sens. Pourtant, elle répondit à mes doutes à ce sujet, en me disant savoir reconnaître un loup d'un vampire, et avoir un très bon odorat, comme mentionné plus haut. Elle ajouta avoir des affinités avec les chats.

    « Et vous ne cherchez pas à savoir pourquoi vous êtes différente des humains ? »

    Cela me paraissait trop gros pour être vrai. Peut-être savait-elle ce qu'elle était, mais ne voulait-elle pas me le dire. Mais sans doute aurait-il été judicieux de s'en soucier avant de venir me mettre son parfum sous le nez.

    « Vous voulez que je vous dise ? Je pense que vous me mentez depuis le début de cet échange. Votre histoire est cousue de fil blanc. Les battements de votre cœur sont totalement anarchiques. Vous avez peur de moi. N'importe qui aurait déjà prit ses jambes à son cou. Surtout en sachant quel sort vous attend si le fragile contrôle que j'exerce sur mon appétit vole en éclats. »

    Je me retrouvais soudainement sur elle, agrippant ses cheveux et tirant sa tête en arrière pour dévoiler la peau de son cou, avisant le sang qui battait sous la peau. Mes lèvres effleurèrent la chair à nue, alors que je murmurais :

    « Je me demande si votre sang est aussi savoureux que votre odeur est alléchante... Vous avez joué avec le feu Aleksandra, il ne faut pas vous étonner de vous brûler. J'ignore quelle sorte de créature vous êtes, mais je sais ce que vous n'êtes pas. »

    Mes crocs étaient sortis. Moi aussi je jouais avec le feu. J'avais une envie démentielle de la goûter...

    « Le jeu en valait-il la chandelle Aleksandra ? »

    Ma voix s'était faite caressante, suave. Elle était à ma merci, et je luttais encore contre mon instinct, non sans demeurer vigilant. Elle n'était peut être pas aussi vulnérable qu'elle le laissait paraître... Peut-être allait-elle se trahir en essayant de m'échapper.
avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 17
Coups du Destin: 6
If it be your will
Messages : 1181
Membre du mois : 107
Je crédite ! : (c)Moi (c) Tennesse
Localisation : Edimbourg
Caractère : Sensible - Loyal - Mélancolique - Cynique - Artiste - Rancunier - Colérique - Ténébreux - Avisé - Charmeur
Vos Liens :
Spoiler:
 


Autres comptes : Eilih & Dante
If it be your will
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3213-nicolas-de-valom http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3231-nicolas-de-valombre#79737 http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3230-nicolas-de-valombre#79736
MessageSujet: Re: This summer's gonna hurt like a motherf****r   Lun 30 Nov - 9:30




This summer's gonna hurt like a motherf****r


Première quinzaine d'Avril 2018

Bien entendu qu’il vit les failles de son histoire en un clin d’œil. Mais en même temps comment aurait-elle pu trouver une histoire crédible dans ces conditions ? Il fallait qu’elle mette les voiles tout simplement. Mais comment ? A mesure qu’il soulevait le manque de crédibilité de ses dires avec sarcasme elle évaluait le risque que cela pourrait représenter de se transformer là maintenant pour optimiser une fuite. Le plus probable serait une attaque cardiaque en fait vu la tournure que prenait les choses. Mais ça aussi ce n’était pas une option raisonnable.

Son instinct de survie lui dictait de fuir coûte que coûte alors que sa cervelle travaillait à toute vitesse pendant qu’elle respirait calmement. Sauf qu’elle avait beau tourner les choses dans n’importe quel sens elle sentait son propre mensonge la piéger.

« Je… Et si… » commençait-elle en réponse à sa question.

Elle aurait voulu partir sur un nouveau mensonge de la peur de découvrir qu’on est pire qu’un semi-démon ou ce genre de chose mais il lui coupe la parole pour mettre fin à sa torture mentale. Parce qu’elle ne pense plus à grand-chose quand il commence à lui annoncer clairement qu’il a compris qu’elle mentait. Elle aurait voulu lui répondre au sujet de pourquoi la fuite n’était pas judicieux mais les choses s’accélérèrent. Un battement de cils et il était sur elle la forcer à exposer cette veine qui devait palpiter plus fort que jamais juste sous son nez. Sa voix n’était plus qu’un murmure alors qu’il parlait de son odeur et du goût de son sang. Elle n’avait aucune envie qu’il vérifie là tout de suite sa théorie, pas dans cet état d’esprit, il serait capable de la tuer.

Elle luttait de toutes ses forces pour ne pas baisser les yeux et risquer d’y voir le présage d’un avenir funeste. Dans cette position impossible d’attraper la moindre arme possible surtout qu’elle avait les deux mains crispées sur son torse à lui pour le maintenir à distance même si on savait tous que c’était inutile mais que voulez-vous l’instinct de survie vous fait faire des choses stupides et inutiles.

« Ok ok j’ai menti… Je sais qu’il y en a d’autres comme moi mais personne ne veut se faire connaître sinon les vampires vont se lancer dans une chasse sans pitié. C’est déjà compliqué sans que vous sachiez. »

Les yeux qui piquent d’être bloquée dans une position inconfortable avec la peur que cette nuit soit sa dernière elle lâche tout dans un souffle précipité.

« Je… Je cherche juste un Vampire pour obtenir une protection des autres et de tout le reste. »

Ah ben voilà il suffit de la mettre sous pression pour qu’elle sorte un mensonge qui tienne la route. Avec une boule au ventre elle déglutit lentement en essayant de capter son regard alors que le sien est implorant.

« Ne me tuez pas… Ce serait dommage ! Me vider de mon sang en une seule fois alors que je pourrais vous fournir plusieurs années… » dit-elle d’une voix presque étranglée.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: This summer's gonna hurt like a motherf****r   Mar 29 Déc - 19:05

    Je n'étais pas le dernier des abrutis et surtout Aleksandra n'était pas très douée pour mentir. Elle semblait improviser au fur et à mesure, si bien que son histoire avait des faiblesses, que je ne manquais pas de soulever, avec un calme dangereux. Je n'aimais pas qu'on se paie ma tête, qu'on me fasse perdre mon temps et surtout, son odeur mettait mes nerfs à vif et me rendaient bien moins maître de moi même que je n'en avais l'habitude. J'étais sur un fil et je menaçais de basculer à tout moment, laissant mon instinct de prédateur prendre le dessus et se jeter sur elle pour goûter enfin ce nectar à l'odeur si alléchante. Bien trop. Le plus sage aurait été de filer. Sans demander mon reste. De ne pas chercher à en apprendre davantage sur cette petite menteuse. Juste disparaître et demeurer avec cette faim dévorante chevillée au corps. Mais ce soir, je n'étais pas raisonnable. Pas avec ce doux parfum qui titillait mon instinct et éclipsait toute raison. Alors je fis le contraire de ce que je souhaitais, je me jetais sur elle, la bloquant et exposant sa jugulaire palpitante sous mon nez. Je savais déjà que je ne résisterais plus longtemps, que mes crocs allaient percer cette chair tendre et que j'allais laisser son sang éclabousser mon palais pour vérifier s'il avait aussi bon goût que je le pensais.

    Mais je n'en fis rien, demandant une dernière fois des comptes. Jouant avec elle, d'une certaine façon. C'était cruel. Mais sous mes dehors polis et civilisés, je demeurais un vampire. Et je me repaissais autant de la terreur de mes proies que de leur sang. Cependant, il m'était interdit de tuer ainsi. Mais il m'était aussi interdit de la mordre... Le faire risquait d'avoir de lourdes conséquences pour moi. Nos lois étaient claires à ce sujet et en tant que général, je me devais de montrer l'exemple, au risque de desservir l'image de notre monarchie. J'avais bien cela en tête, mais... C'était trop tentant. Je la menaçais, mes lèvres effleurant sa peau, sans pour autant la mordre. Pas encore.

    Mais cela eu le mérite de lui délier la langue. Je devais quand même lui reconnaître un certain cran à cette fille. Elle se trouvait à la merci d'un vampire qui n'avait qu'une envie : la mordre et la vider de son sang, et pourtant, elle ne hurlait pas. Si elle paniquait, c'était intérieur et elle contrôlait admirablement sa terreur. Était-ce là le signe qu'elle avait plus d'un tour dans son sac et qu'elle pouvait m'échapper ? Et si son sang était toxique pour moi ? Que c'était là un piège pour se débarrasser de moi et des miens ? Oh, ce serait là un piège bien cruel que de nous attirer ainsi pour mieux nous faire périr par notre gourmandise.

    J'appris donc qu'il y avait d'autres représentants de son « espèce ». j'ignorais si c'était une race à part entière ou non. Mais il y en avait d'autres. Et je choisis de la croire concernant la traque dont ils pourraient faire l'objet. C'était plausible. Qu'il serait doux d'avoir ces spécimens à disposition pour assouvir notre soif et notre gourmandise par là même. J'ignorais encore à quel point leur goût était savoureux et la soif difficile voire impossible à maîtriser. Néanmoins, je fus surprise qu'elle recherche la protection d'un vampire. Incrédule aussi. Puis soupçonneux. Avant qu'elle ne glisse une proposition intéressante. Alléchante. Une pomme de sang de cette nature... Difficile d'y résister. Mais cela pouvait encore être un tour... Un mensonge.

    « Mais qui te protégera de ce vampire dis moi ? »

    Parce que c'était un bien beau projet, mais il fallait compter sur l'attrait qu'elle représentait. Et ce n'était pas un petit détail.

    « Proposerais-tu de devenir ma pomme de sang, en échange de ma protection, par hasard ? »

    Cela y ressemblait. Où était le piège ? Il y en avait forcément un. Mais j'étais curieux, et joueur quelque part. Besoin de relever le défi, de dénicher la vérité, de pimenter une vie déjà bien longue. Peu de choses pouvaient encore me surprendre. Je relâchais un peu mon étreinte, lui accordant un répit. Mais si vraiment elle se mettait ainsi à ma disposition, il me faudrait goûter la... marchandise, n'est-ce pas ?
avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 17
Coups du Destin: 6
If it be your will
Messages : 1181
Membre du mois : 107
Je crédite ! : (c)Moi (c) Tennesse
Localisation : Edimbourg
Caractère : Sensible - Loyal - Mélancolique - Cynique - Artiste - Rancunier - Colérique - Ténébreux - Avisé - Charmeur
Vos Liens :
Spoiler:
 


Autres comptes : Eilih & Dante
If it be your will
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3213-nicolas-de-valom http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3231-nicolas-de-valombre#79737 http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3230-nicolas-de-valombre#79736
MessageSujet: Re: This summer's gonna hurt like a motherf****r   Mer 30 Déc - 2:52




This summer's gonna hurt like a motherf****r


Première quinzaine d'Avril 2018

La peur, l’adrénaline qui vous monte au cerveau. On ferait tout pour y échapper et Aleksandra n’y fait pas exception. Elle sent ce souffle mortel sur sa peau alors qu’il semble jouer avec elle comme un chat avec une souris. Elle connait si bien cette technique tout comme cette métaphore. Pourtant là tout de suite ça semble moins glamour d’être prise pour la petite souris innocente. Alors elle lutte contre l’envie de se transformer illico presto pour le surprendre et envisager une potentielle retraite.

Alors elle admet qu’il y en a d’autres mais heureusement pour tout le monde elle parvient à se souvenir du plan : approcher sur le long terme un Vampire, un Vampire suffisamment puissant pour résister à l’envie de la vider de son sang sur le champ.

Elle frémit lorsqu’il remet en cause la petite faille de son soi-disant plan. Elle aurait pu lui montrer ce dont elle était capable mais ce serait dévoiler son jeu bien trop vite. Elle avait déjà assez fait de bourdes comme ça. Elle se contentait de déglutir en imaginant que si elle avait eu moins de chance elle aurait pu tomber sur un Vampire moins âgé et moins prompt à se contrôler.

Mais il semble comprendre où elle veut en venir. Une protection en échange d’un peu de sang versé régulièrement pour le nourrir. Le procédé la rendait nauséeuse mais pourtant elle allait devoir y passer. Son souffle se fit moins anarchique alors qu’il semblait relâcher son étreinte. Elle n’était toujours pas en position confortable mais pourtant ce changement lui laissait croire qu’elle touchait au but.

« Si je deviens votre pomme de sang, aucun Vampire ne pourra me toucher. L’odeur repoussera les Loups. Je ne pourrais jamais avoir cette protection autrement. Vous, vous avez du sang de bonne qualité. Tout le monde y gagne. »

Dans un sens c’est vrai. Mais ce n’est pas comme si Aleksandra avait vraiment besoin de ça. Mais elle n’a pas encore vraiment la certitude qu’il soit suffisamment important pour en valoir le coup. Alors peut-être qu’il serait temps de faire ressortir l’impertinente opportuniste qui sommeille en elle.

« Mais ça c’est dans le cas où vous seriez assez puissant pour me protéger. C’est pas comme si les règles en vigueur étaient très respectées. »

Elle n’a pas le courage de donner à son ton une tonalité arrogante. La peur est toujours là et elle sait que sa vie ne tient pas à grand-chose. Après tout c’est elle qui lui a proposé de devenir sa Pomme de sang, s’il décide de voir si elle en vaut le coup et perd le contrôle. Elle ne doit pas penser à cette éventualité et tente de bouger le moins possible pour éviter que son odeur ne se répande un peu plus que ce qui l’enveloppe déjà. Mais la posture imposée commence à être pesante et les crampes se faisaient sentir, pourtant elle doit tenir et attendre sa réponse, sa réaction.

« Alors ? Quelles sont les options que nous avons ? » demanda-t-elle timidement en priant pour retrouver la liberté de ses mouvements.

Il était sur ses gardes, après tout il avait raison c’était trop beau pour être vrai ce genre de deal. Reste plus qu’à espérer que son argumentation était la bonne.


avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: This summer's gonna hurt like a motherf****r   Dim 3 Jan - 21:08

    C'était trop beau. Trop pour être réel et que cela ne soit pas un piège. Cette fille avait quelque chose derrière la tête, c'était certain. Elle n'avait pas élaboré tout ce petit plan ridicule avec son chien fantôme pour m'approcher sans chercher à tirer quelque chose de moi. Et ce serait simplement ma protection ? J'étais naturellement méfiant. Surtout que c'était là une décision risquée pour elle. Certes, elle serait ainsi marquée, tranquille avec les autres vampires, à moins qu'ils ne cherchent à me défier, mais le problème était l'attrait de son sang pour moi, qui risquait de me faire perdre la tête et la vider entièrement malgré ma promesse de la protéger. Mais comment savoir sans essayer ? Je pouvais la tuer maintenant. Régler le problème de façon radicale et ne pas chercher à en savoir davantage. Personne ne saurait que nous nous étions croisés et sa mort amènerait le silence et ma tranquillité. Mais elle m'intriguait. Ce qu'elle était m'intriguait et j'avais fortement envie de percer ce mystère. Même si c'était à double tranchant que de laisser cette... créature ? Entrer dans ma vie.

    « D'excellente qualité je dirais, même si je ne pourrais en jurer qu'après avoir goûté. »

    Ma gourmandise allait-elle me perdre ? Ou ma curiosité ? J'étais tenté, alors même que la voix de la raison me hurlait de passer mon chemin, de laisser cette fille se trouver un autre protecteur. Et je laissais éclater un rire quand elle osa pousser son avantage jusqu'à chercher à savoir si j'étais assez important pour vraiment la protéger. Petite maligne qui choisissait une cible au hasard et avait encore la chance d'en trouver une qui réponde à ses critères. Mais était-ce réellement un hasard ? J'étais suspicieux. Je n'avais pas vécu aussi longtemps en me montrant imprudent ou trop téméraire. J'avais acquis un soupçon de sagesse... Qui ne pesait pas bien lourd face à l'attrait qu'elle représentait.

    « Dis moi, t'es tu vraiment placée sur mon chemin totalement par hasard ? As-tu réellement cherché un vampire sans même chercher à savoir qui étaient ceux qui pouvaient t'être utiles ? Sans connaître leurs visages ? »

    Si c'était le cas alors elle était bien inconsciente et mal préparée. Voire stupide. Ah je regrettais de ne pas avoir le pouvoir de télépathie parfois, comme cela devait être pratique. Ou même celui de détecter les mensonges. Mais il fallait faire avec. Je n'étais toujours pas convaincu qu'elle soit enfin honnête avec moi, mais je choisis de lui accorder le bénéfice du doute. Je souris quand elle osa me demander quelles étaient nos options.

    « Hum. Je peux te tuer maintenant, faire disparaître ton corps et oublier cette nuit. Je peux t'enlever, te garder enfermée et profiter de cette séquestration pour découvrir tes petits secrets. Je peux te laisser repartir et choisir une autre cible. Et je peux accepter ton offre, tout en gardant en tête que tu n'es sans doute pas totalement honnête avec moi mais... J'aime jouer. Si c'est le cas, j'espère que tu es une redoutable adversaire ma chère. »

    Quatre options. Mais il était facile de deviner laquelle je choisissais.

    « Pour te répondre, si tu deviens ma pomme de sang, tu seras effectivement protégée des autres. Mais je ne te dévoilerais mon identité que quand je serais assuré que tu ne te rétracteras pas et que tu seras à moi Aleksandra. Question de prudence. Honore ta part du marché et j'honorerais la mienne. Avons-nous un accord ? »
avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 17
Coups du Destin: 6
If it be your will
Messages : 1181
Membre du mois : 107
Je crédite ! : (c)Moi (c) Tennesse
Localisation : Edimbourg
Caractère : Sensible - Loyal - Mélancolique - Cynique - Artiste - Rancunier - Colérique - Ténébreux - Avisé - Charmeur
Vos Liens :
Spoiler:
 


Autres comptes : Eilih & Dante
If it be your will
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3213-nicolas-de-valom http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3231-nicolas-de-valombre#79737 http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3230-nicolas-de-valombre#79736
MessageSujet: Re: This summer's gonna hurt like a motherf****r   Lun 4 Jan - 0:24




This summer's gonna hurt like a motherf****r


Première quinzaine d'Avril 2018

Elle est toujours un peu tendue mais il semblerait que le vent tourne. Elle frémit alors qu’il affirme que son sang doit être d’excellente qualité si on en croit son odeur. Mais ce qui l’effraye c’est l’idée qu’il doive goûter son sang. Il y aura toujours un risque que ça dérape même s’il semble capable d’une bonne maîtrise de soi jusqu’à présent. Mais elle a bon espoir de pouvoir agir avant qu’une limite mortelle ne soit dépassée.

Il s’interroge alors sur la façon dont elle a fini par arriver sur sa route. Elle se sent un peu stupide tout à coup mais elle n’avait pas réellement de possibilités de se renseigner sur tout le petit monde qui gravitait autour de la couronne des Vampires. Un peu penaude elle aurait tendance à se tortiller pour extérioriser sa gêne mais vu la proximité de leurs corps respectifs et le danger qu’il représente elle est figée.

« Je l’avoue. J’ai pas réussi à mettre la main sur un diagramme de la monarchie vampirique. Mais je cherchais pas forcément quelqu’un de bien placé, juste un vampire suffisamment fort pour résister à l’envie de me vider de mon sang à la seconde où j’entre dans son périmètre olfactif. »

Elle doit paraître naïve mais en vrai elle n’avait pas songé une seconde à chercher des photos de la reine pour voir si des visages apparaissaient régulièrement. Elle était juste obsédée par l’idée de ne pas se retrouver nez à nez avec un vampire incontrôlable. Mais elle n’était toujours pas en position confortable. Il la mit d’ailleurs très mal à l’aise en évoquant les différentes options qui se présentaient à eux. Tant d’options en effet, il avait l’embarras du choix ça en était stressant.

Cette image du chat et de la souris était de plus en plus présente. Elle allait devoir se blinder si elle voulait continuer ce jeu. Elle restait de marbre cependant parce qu’il n’avait toujours pas pris sa décision et ce qu’elle craignait par-dessus tout c’était de le froisser et qu’il décide de prendre l’option où elle finissait soit morte soit en esclave dans un sous-sol glauque. Mais il lui assure pouvoir la protéger en refusant de lui donner son identité. Il n’a pas confiance, c’est compréhensible vu le nombre de mensonges qu’elle a pu lui dire depuis le début de cette conversation mais qu’importe elle ne peut pas lui faire simplement confiance parce qu’il le dit.

« Aucune information sur vous et je dois vous faire confiance quant à ma vie ? Je sais que mon approche a été naïve, brouillon et Dieu sait quoi mais quand même… »

Elle lève les yeux vers lui, le souffle légèrement coupé. Elle voudrait demander un nom, un petit quelque chose pour pouvoir effectuer des recherches afin d’être sûre de ne pas se mettre à la disposition d’un timbré immortel dangereux. Mais la vérité c’est qu’elle n’est pas vraiment en position d’exiger quoi que ce soit. Elle se mord la lèvre en se disant qu’elle n’a pas le choix et va devoir se contenter du peu de choses qu’elle a à sa disposition.

« Mais jusqu’à présent vous avez été plus franc et honnête que moi. »

Elle capitulait mais c’est pas pour autant qu’elle était réellement rassurée pour l’avenir. Ce n’était que le début d’une longue liste d’angoisse à affronter.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: This summer's gonna hurt like a motherf****r   Sam 9 Jan - 20:17

    Ainsi donc, elle ne s'était pas renseignée. Elle avait accosté le premier vampire qui passait, en espérant qu'il soit capable de se maîtriser. Folie. Serait-elle donc suicidaire ? Ou idiote ? Idéaliste concernant les vampires ? Parce qu'il fallait l'être pour ignorer à ce point le danger. A moins qu'elle ne sache pas à quel point son odeur était tentante... même pour un vampire âgé et habitué à se contrôler. Mais il me semblait qu'aucun être qui ne soit pas lui-même un vampire ne puisse saisir à quel point il était difficile de résister à la faim. Davantage encore quand le met semblait de premier choix comme ma charmante compagne de cette nuit. Mais évidemment, tous les vampires les plus puissants ne gravitaient pas autour de la reine et n'avaient pas leurs visages affichés partout. Scylla, par exemple, était d'une discrétion des plus efficace. Moi-même, je n'aimais guère être médiatisé. J'étais plus à l'aise quand j'étais légèrement en retrait que sur le devant de la scène. Cependant, Aleksandra manquait d'un plan viable.

    Et je ne pus m'empêcher de la torturer un peu en énumérant les différentes options qui s'offraient à nous, certains assez désagréables pour elle d'ailleurs. Voire fatales. C'était un peu cruel, mais j'étais en position de supériorité, je sentais sa peur et cela excitait mes instincts de prédateur et de chasseur. Sans oublier son odeur que je ne parvenais pas à oublier et contre laquelle je luttais à chaque seconde. Heureusement que j'étais nourri, parce que sinon... Ce qui ne m'empêchait pas d'imaginer mes crocs se planter dans sa gorge. Il n'y avait rien de plus extatique que de mordre un humain. Je me conformais aux lois, mais j'en étais frustré. Boire du sang dans un verre était contre nature, qu'importe que l'on parfum ce sang, qu'il ai les nutriments nécessaires à notre survie. Il manquait quelque chose. L'excitation de la chasse. Cela ne nous satisfaisait jamais pleinement. Les pommes de sang résolvaient en partie ce problème. En partie seulement... Ces humains étaient consentants, cela enlevait un certain attrait, le plaisir de la traque. Me concernant, je n'attaquais pas souvent sauvagement, non, j'aimais connaître les victimes que je choisissais... Mais cela n'était plus autant possible.

    Pourtant, si j'acceptais l'offre d'Aleksandra, ce serait un peu le cas. Elle entrerait dans ma vie et moi dans la sienne, tout simplement. C'était un risque, mais j'en éprouvais déjà une certaine joie anticipée. Elle m'intriguait. Et j'étais civilisé. Elle ne serait pas simplement un encas que je ferais venir à ma convenance. Je voulais découvrir la jeune femme qu'elle était.Et c'était ce qui me poussa à accepter son offre, non sans me montrer prudent. Je ne lui livrais pas mon identité maintenant. Pas encore.

    « Une vie qu'il m'aurait été aisé de t'ôter cette nuit. »

    Il me semblait bon de lui rappeler. Cela dit, elle pouvait également s'engager dans quelque chose de bien pire. Quelle garantie avait-elle que je n'étais pas un détraqué qui allait assouvir de sombres fantasmes sur elle ? Mais j'aurais pu l'enlever pour se faire. Et mon identité ne l'aiderait pas à en apprendre davantage à ce sujet.

    « Et dieu sait qu'il ne m'est pas facile de ne pas planter mes crocs dans ta gorge. »

    La seule chose que je craignais, c'était de... ne pas savoir m'arrêter si je la goûtais. En faire ma pomme de sang ne la sauverait pas de mes appétits que cela dérapait... Mais j'aviserais en temps voulu.

    « N'est-ce pas une raison suffisante de me faire légèrement confiance ? »

    Même si c'était un peu abusé de parler de confiance. De bonne foi peut être ? Elle se rendit alors compte qu'elle avait été en effet bien plus menteuse que moi.

    « En effet. »

    Je fermais un instant les yeux, évitant d'inspirer profondément comme j'en avais le réflexe premier, pour ne pas me prendre une nouvelle bouffée de son odeur. Je la lâchais alors subitement, me reculant d'elle d'un pas, avant de me tenir parfaitement immobile.

    « Alors nous avons un accord. Donne moi ton numéro de téléphone, Aleksandra, que je te communique mon adresse. Viens quand tu serez prête, nous discuterons alors des termes de notre marché. Je te conseille de ne pas chercher à disparaître, ma chère. »

    Le sourire dont je la graciais avait quelque chose de menaçant à cette possibilité. Je lui laissais du temps, j'acceptais son offre, mais qu'elle ne s'avise pas de me duper. Je l'attendais.

    « Ou je serais au regret de te retrouver. Et je doute que tu aimes une nouvelle rencontre dans ces conditions. En revanche, si tu te présentes comme convenu, tu seras accueillie comme une invitée. Viens la nuit, évidemment et si je ne suis pas là, mon personnel s'occupera de toi en attendant mon arrivée. Tu n'auras qu'à te présenter, tu seras alors introduite chez moi. »

    Je sortis mon téléphone, le plus naturellement du monde. Je n'étais pas aussi à l'aise que mon Sire concernant les nouvelles technologies, mais j'étais intégré dans ce siècle, comme ceux que j'avais traversé. C'était la condition pour survivre et ne pas devenir fou.

    « Au plaisir Aleksandra et ne me fais pas trop languir. »
avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 17
Coups du Destin: 6
If it be your will
Messages : 1181
Membre du mois : 107
Je crédite ! : (c)Moi (c) Tennesse
Localisation : Edimbourg
Caractère : Sensible - Loyal - Mélancolique - Cynique - Artiste - Rancunier - Colérique - Ténébreux - Avisé - Charmeur
Vos Liens :
Spoiler:
 


Autres comptes : Eilih & Dante
If it be your will
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3213-nicolas-de-valom http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3231-nicolas-de-valombre#79737 http://strange-scotland.forums-actifs.com/t3230-nicolas-de-valombre#79736
MessageSujet: Re: This summer's gonna hurt like a motherf****r   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
This summer's gonna hurt like a motherf****r
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» This summer's gonna hurt like a motherf****r
» NEVEA ☾ Nothing gonna hurt you baby
» Une petite idee de qui est Larry Summer/Mondialisation.ca
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» DSC : De Summer à Constantinople.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Edimbourg
 :: Nightown :: District of the Sleep
-
Sauter vers: