AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Just a drink or two ? [PV Leah Rivers & Malcom Hastings & Jack Rivers] Livre III - terminé
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: Just a drink or two ? [PV Leah Rivers & Malcom Hastings & Jack Rivers] Livre III - terminé   Lun 25 Mai - 12:57

Attablée au comptoir du pub, Sasha regardait d'un air distrait les verres vides qui commençaient à s'accumuler devant elle. Elle avait essayé d'en faire une pyramide mais avait manqué de tout faire tomber et le tintement des verres qui s'étaient entrechoqués n'avait pas été des plus discrets.

Alors, elle se contentait de les aligner sagement, ignorant superbement toutes les tentatives de discussions qu'il y avait pu avoir au cours de la soirée. Il faut dire que si en temps normal elle n'était déjà pas d'humeur à aller draguer dans un pub, là, c'était encore pire. Depuis des semaines elle ruminait le retour de Maryana et, dans son esprit, tous les scénarios possibles et imaginables ne faisaient que se bousculer les uns après les autres, tous aussi cauchemardesques que possibles.

Elle dormait particulièrement mal et, à défaut d'aller passer sa frustration dans le lit d'Edmond, elle avait décidé de partir en balade à Glasgow, sans bien savoir pourquoi. En fait si, elle le savait pertinemment. Elle voulait retourner voir où tout s'était passé. Mais tout était en ruines, la ville était dans un état désastreux, les ruines fumantes ça et là étaient là pour le rappeler la catastrophe qui venait d'arriver.

Mais au final, Sasha n'était pas allée jusqu'au bout. Peut-être que le courage lui avait manqué allez savoir. Toujours est-il qu'elle avait erré dans les rues de Glasgow sans but précis avant de finir par atterrir dans un pub où elle n'avait encore jamais mis les pieds, quelques heures plus tôt. Et elle buvait consciencieusement, presque avec application et commençait enfin à sentir les effets de l'alcool. Il y avait eu du monde qui était passé à coté d'elle depuis qu'elle s'était installée sur son tabouret, mais elle avait été bien trop plongée dans sa bulle pour prêter attention à qui que ce soit.

Le temps avait filé sans même qu'elle s'en rende compte, la nuit tombant alors que l'endroit commençait à se vider petit à petit après une énorme vague d'affluence.

"Un autre…"

"Ma jolie, je te l'offre si tu veux. Je t'offre tout ce que tu veux d'ailleurs."

"Non…"

La réponse sèche et le regard mauvais que lui lança alors Saha auraient du le calmer mais, visiblement, il avait suffisamment d'alcool dans les veines pour ne pas s'arrêter à un simple refus, surtout s'il n'était pas agrémenté d'une gifle. Et vu que, de toute façon, ça ne semblait pas être sa journée, l'opportun en profita pour s'assoir sur le tabouret libre à ses cotés, lui faisant profiter des fragrances d'alcool qui émanaient de sa charmante personne.

Lui tournant délibérément le dos, elle leva les yeux au ciel, prenant plus ou moins à partie le barman qui lui au moins avait eu la présence d'esprit de ne pas essayer de lui faire la conversation. Il avait d'ailleurs passé une partie de la soirée à discuter avec un jeune homme, dont le charme devait certainement faire des ravages si elle était d'humeur à songer à ce genre de choses. L'espace d'un instant, Sasha se demanda si elle ne l'avait pas rencontré quelque part mais, avec les récents évènements, elle redoutait d'avoir une réponse qui lui déplairait fortement. Et niveau plan drague c'eût été particulièrement lourd et ridicule, d'autant que ce n'était pas ce qu'elle voulait.

De toute façon, ce soir, elle n'avait pas envie de demander des comptes à qui que ce soit, au risque de finir par se défouler plutôt qu'à essayer de mener une enquête ou un truc dans le même genre. Alors elle s'était contentée de lui rendre quelques vagues sourires, trop occupée à se lamenter sur sa pauvre petite personne.

C'est à ce moment-là que l'idiot alcoolisé tenta subtilement de lui passer une main dans le dos, invitation certainement prometteuse pour qui était désespéré mais, en l'occurrence, ce n'était pas le cas de Sasha. Et, elle espérait d'ailleurs que ça ne le serait jamais. Plutôt se tailler les veines à la petite cuillère.

Se crispant imperceptiblement, elle leva les yeux en direction du barman, avant de lâcher, le plus calmement du monde.

"Si vous ne faites rien, il risque d'y avoir du sang sur votre joli comptoir. Et je peux vous assurer que ce ne sera pas le mien."

Remarquant alors que la personne avec qui il discutait n'était plus là, elle jeta un bref regard aux alentours, par habitude et réalisa que les lieux étaient devenus calmes. Trop calmes d'ailleurs. Il ne restait qu'une poignée d'hommes qui observaient leur petit camarade - et aussi Sasha à son grand déplaisir - en souriant d'un air qui ne lui disait rien de bon.


Dernière édition par Sasha Oppenheimer le Mar 30 Juin - 20:56, édité 3 fois
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 16
Coups du Destin: 8
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Messages : 1221
Membre du mois : 42
Je crédite ! : (c) Kanala pour l'avtar - Mal' pour la sign'
Caractère : Sérieuse - Perfectionniste - Obsessionnelle - Réfléchie - Cynique - Fidèle
Vos Liens : Liens - Téléphone - RP

Autres comptes : Noah
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Just a drink or two ? [PV Leah Rivers & Malcom Hastings & Jack Rivers] Livre III - terminé   Ven 29 Mai - 2:46

Travailler dans un pub, Jack n'y avait jamais réellement pensé. Son père avait toujours espéré un bel avenir pour son fils, et, travailler dans pareil secteur lui aurait été sûrement refusé, sous peine d'être renié ou quelque chose dans ces eaux-là. Ainsi, notre ami avait toujours vécu dans l'idée que pareil travail n'était guère reluisant. A vrai dire, lorsqu'il allait boire une bière ou deux avec quelques amis, il s'était toujours dit qu'un tel travail devait être fastidieux, barbant et répétitif à en mourir. D'autant plus qu'il fallait aussi s'occuper de ceux qui ne tenaient pas bien l'alcool, ou ceux qui avaient tendance à abuser des bienfaits des mélanges. Cependant, le militaire avait eu tendance à oublier quelque chose d'important dans ce genre de job : les rencontres que l'on faisait. Il y en avait des mauvaises bien entendu, comme de partout. D'ailleurs, à peine devint-il barman qu'il fit l'une des pire de sa vie, celle d'un groupe de mafieux qui voulait s'en prendre à sa chère fille adoptive. Ayant maîtrisés l'avant-garde de ce dangereux groupe, l'homme mûr dût faire appel à un combattant dangereux pour l'aider, un certain Malcolm qui se révéla être un des meilleurs soldats que Jack n'ait jamais rencontré. Lorsqu'il dirigeait son unité anti vampires et plus ou moins anti-tout-ce-qui-n'est-pas-humain, on les avait encensés pour leur efficacité sur le terrain, pour leur bravoure au combat mais aussi leur compétences. Cependant, face à cet homme, aucun de ses hommes n'aurait pu faire quelque chose. Il n'était certes pas humain, mais cela dépassait l'entendement. Avec son aide, le déserteur put exterminer la menace avant de reprendre sa vie. D'une mauvaise rencontre était né une rencontre qui, même s'il ne pouvait pas clairement l'identifier comme bonne, n'était en aucun cas une mauvaise. Des bonnes rencontres, l'homme en fit de nombreuses, tantôt dès le début, d'autres fois, il fallut attendre un peur pour comprendre à quel point cette rencontre pouvait être bonne. Dans tous les cas, Jack semblait le plus heureux des hommes que de tenir ce pub. Cela pouvait être fatiguant de temps à autres mais, il pouvait travailler avec sa nouvelle fille, gardant un œil sur elle tout en lui permettant d'avoir un salaire raisonnable sans que personne n'ait la triste idée d'abuser d'elle. De ce travail et de ces rencontres finirent par naître quelques amitiés, certaines improbables, mais toutes étaient importantes pour le quarantenaire. Laissez moi vous conter l'une d'entre elle.

L'histoire qui nous intéresse prend peu de temps après le grand chaos qui avait frappé l’Écosse. Il y eut de nombreux morts, de nombreux blessés et de nombreux carnage ça et là à travers le pays, et sans doutes aussi à travers l'île et le monde. Plusieurs fois, Jack dût défendre son échoppe et sa fille contre toute sortes de saloperies ou encore de simples citoyens apeurés criant à tous ceux voulant bien l'entendre que la fin du monde était bel et bien là. Le chaos ayant pris des vacances, ne restait que les blessures et les morts jonchant le sol. Chaque jours, le nombre de blessés et de brûlés venant dans son pub ne cessait d'augmenter, les larmes et les visages emplis de tristesse à la limite d'une dépression grave ne pouvaient que nouer le cœur du vieil homme qui ne pouvait que s'estimer chanceux de n'avoir rien perdu dans cet apocalypse.

Cette journée-là semblait des plus banales, des clients, des poivrots, des incompris, des impolis et de jeunes et jolies demoiselles qui se faisaient accoster par quelques gros lourdauds qui n'espéraient qu'une seule chose, obtenir le nirvana jalousement gardé au creux d'une paire de jambe solidement croisée. La plupart du temps, ces fameuses jeunes femmes, bien souvent blessées, ne cherchaient qu'un peu de tranquillité et de quoi boire quelques verres avant de rentrer pour continuer à déprimer. Ce jour-là, il y en avait une en particulier qui s'était faite approcher par un homme un peu trop enrobant, ce qui n'était pas au goût de la belle qui, de son côté préférait boire silencieusement, pestant de temps à autres contre cet homme. De son côté, entre deux verres servis, l'anglais retournait parler à un habitué qui semblait avoir pris quelques mauvais coups durant les récents événements.

Tout à coup, l'ambiance changea radicalement, lorsque quelques hommes suspect entrèrent tour à tour dans l'établissement. Semblant quelques peu menaçant ou au moins mal intentionné, l'inquiétude finit par prendre les clients qui, peu à peu désertèrent le pub. Jack proposa au vieil habitué de sortir par la porte de derrière avant qu'une douce voix féminine ne vienne attirer son attention sur la scène principale de cette pièce. C'était la belle inconnue qui s'était fait enquiquiner par cet homme qui n'en démordait pas, expliquant, lasse, que s'il n'intervenait pas, il y allait avoir du sang sur son comptoir. Cela le fit doucement sourire. Une femme d'action ? Ses blessures montraient qu'elle avait dû être envoyée au feu de l'action, une femme-soldat peut-être ? Se retournant vers la louve, Jack prit enfin la parole d'un ton autoritaire.

« Monte. De suite. »

La jeune fille s'apprêtait à protester, mais le regard de son père improvisé ne laissait guère place à une quelconque réponse. Baissant les yeux, l'employée prit les escaliers pour se réfugier dans sa chambre. Repportant une fois de plus son attention sur la jeune femme, l'ancien militaire lui sourit chaleureusement avant d'enlever son tablier, profitant du geste pour vérifier que son arme de poing ainsi que son couteau se trouvaient bien à leur place. La situation semblait des plus épineuses, d'autant plus qu'au vu des regards des nouveaux arrivants sur le petit couple illégitime, ils devaient bien se connaître, voire faire parti du même groupe, ou gang ou je ne sais quoi encore. S'approchant de l'homme qui avait quelques verres dans le nez, le gérant finit par délicatement poser une main sur l'épaule de l'emmerdeur, tentant un semblant de diplomatie.

« Écoutez mon ami, la dame n'a pas l'air de vouloir de votre compagnie. Allez, laissez-la tranquille, il doit bien y avoir quelques femmes dans la ville qui recherchent la même chose que vous non ? »

N’appréciant guère le geste, il essaya de le repousser avant de se relever pour se retrouver face à Jack, oubliant ainsi quelques instants la belle pour pester contre le propriétaire, le critiquant, l'insultant même, avant de lui donner un coup sur l'épaule. Cela ne plut guère au quarantenaire, qui, sans même le vouloir se saisit de son bras, comme si son corps lui-même se rappelait de tous ses combats, pile à ce moment. Ne pouvant désormais plus faire marche arrière, il fallait mettre hors d'état l'un des leurs. Cela ne leur plairait certainement pas, mais, dans tous les cas, avec de tête pareilles, ils n'étaient en aucun cas là pour parler broderie et encore moins pour faire une simple partie de bridge. Bloquant le coude et le poignet de l'enquiquineur en posant sa seconde main sur l'articulation de sa cible il le fit basculer de dos d'un simple mouvement de hanche, tandis que sa main glissa vers l'épaule pour lui bloquer ainsi complètement le bras en une clé efficace. Finissant son geste, Jack appuya de son pied l'arrière du genoux de son adversaire tandis que sa main vint -violemment- accompagner le crâne du malheureux dans sa chute, afin que son front puisse rencontrer le rebord du comptoir, mettant ainsi sa solidité à rude épreuve. Un coup pareil fit envoyer le dragueur dans les bras de Morphée, ou quelque chose de semblable. S'écroulant violemment sur le sol, l'attention de Jack se porta tout naturellement vers le bois qui n'avait qu'un très léger pet, pour de nouveau se retourner vers la belle.

« Pas de sang sur le comptoir. »

Souriant, à moitié amusé, l'homme d'âge mûr se retourna enfin vers ses visiteurs inquiétants tout en se grattant nerveusement la barbe naissante qui était presque adolescente au creux de sa mâchoire pour les menacer presque subtilement d'une voix sûre.

« Si vous prenez votre pote avec vous et que vous vous en allez, on en restera là. Il avait trop bu, a dérangé la clientèle et m'a attaqué, j'ai pas eu le choix. Alors si vous voulez bien partir … Vous faites peur aux clients. »
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Just a drink or two ? [PV Leah Rivers & Malcom Hastings & Jack Rivers] Livre III - terminé   Dim 7 Juin - 20:51

La soirée était déjà bien avancée quand Malcom avait décidé de faire un crochet, ayant bien besoin d'un remontant après cette dure journée de labeur. Les affaires allaient bien, plus que bien même. En périodes de trouble, les médicaments partaient toujours comme des petits pains... Et la drogue encore plus. Le fait que ses locaux aient été partiellement détruits ne rentrait pas en ligne de compte, il s'était déjà suffisamment enrichi pour s'en payer de flambants neufs. Et, fort heureusement, les entrepôts n'étaient pas localisés à Glasgow. Malgré sa récente électrocution, qui lui avait engourdi le bras pour les semaines suivantes, les quelques côtes cassées et son cou en charpie, il s'en sortait pas trop mal. Il fallait dire que le chaos ambiant tendait toujours à le rendre optimiste, même sans avoir de sang de semi-démons coulant dans ses veines. Avec un peu de chance, ils se retrouveraient plongés dans de nouvelles années sanglantes et le sang comme l'argent coulerait à flots. Les contrats commençaient déjà à se bousculer et, s'il n'avait pas les arrières de l'Ulfric à surveiller, il se serait empressé de fêter le retour du chaos par des carnages digne de ce nom... Mais il s'était suffisamment donné de mal pour conserver sa discrétion qu'il prenait le minimum de risques possibles pour ne pas la perdre. Des contrats faciles, réglés proprement et bien vite passés sous silence... Rien à voir avec celui qu'il avait autrefois rempli pour le compte de Jack Rivers.
Il adressa un large sourire au barman, avec cette expression des journées bien remplies mais concluantes, ce qui risquait inutilement de l'alarmer en connaissant son véritable métier. C'était rare qu'il s'arrête dans ce pub, pour la simple et bonne raison qu'il revenait rarement voir ces employeurs en dehors d'un cadre professionnel. Jack ne faisait pas exception. Mais le métamorphe appréciait toujours le verre gratuit qu'il lui servait, quand il se décidait à passer, depuis qu'ils avaient tout deux régler leur compte à ces mafieux trop regardant sur sa Louve de fille. D'ailleurs, il faudrait peut-être un jour qu'il lui propose d'intégrer la Meute... De quoi lui éviter bien des tracas de ce genre.

Accoudé au bar, il buvait tranquillement son verre en échangeant quelques mots rapides avec le concerné. Sa bonne humeur faisait tâche au milieu d'un tel regroupement de dépressifs. A cette heure, les clients avaient tendance à faire un sacré tapage... Mais ils se contentaient pour la plupart de boire en silence ou d'échanger quelques messes basses. Quelle ambiance...
La jolie brunette non loin de lui ne faisait pas exception. Elle le dévisageait avec une drôle d'expression. Malcom décida de lever son verre à son adresse avant d'en finir le contenu, un léger sourire aux lèvres. Il reprit depuis le début la pyramide qu'elle avait tenté de dresser, en déposant le sien tout en haut de l'édifice nouvellement construit. Satisfait, il en commanda deux autres. Le verre glissa le long de la table jusqu'à elle, mais il lui épargna son jeu de drague habituel. Il fallait être aveugle pour ne pas s'apercevoir qu'elle était plus qu'indisposée... Et il semblait bien qu'un opportun le soit.

Il dissimula un sourire amusé derrière son verre, le portant à nouveau à ses lèvres. Cependant, l'audacieux ne semblait pas être seul. Malcom jeta un regard en coin aux nouveaux venus, bien moins charmant que sa compagnie actuelle. Il grogna, incommodé. Les autres clients avaient eu le bon sens de déserter les lieux, mais lui comptait bien finir son verre avant de les suivre. Tout du moins, avant que Jack ne lui indique la porte de derrière comme échappatoire... Il haussa un sourcil avant de comprendre. Malcom leva les mains en signe de reddition, laissa son verre à moitié plein pour gagner la sortie. Jack avait la situation en main et ne le souhaitait pas vraiment dans les parages. Après tout, il était doué pour empirer tout début de conflit.

Les mains dans les poches, Malcom slaloma entre les poubelles à l'arrière du bar pour rejoindre l'avenue principale, dans l'intention de rentrer chez lui. Il plissa les yeux et s'arrêta en apercevant deux hommes à l'arrêt au bout de la rue, tournés dans sa direction. Un coup d'œil en arrière lui apprit bien vite que deux autres en faisaient de même, de l'autre côté. Ca sentait mauvais, vraiment mauvais.
Il avisa la porte de derrière, hésitant à rebrousser chemin, mais un dernier venait de se planter devant et lui coupait sa dernière échappatoire ou presque. Levant le regard vers le ciel étoilé, il songea un instant à se transformer et déguerpir aussitôt malgré les témoins potentiels, avant d'apercevoir l'éclat d'une arme. Un sniper. Malcom siffla d'un air appréciateur. Six hommes. Ils avaient attendu qu'il soit seul et avaient prévu les grands moyens... Pas des amateurs, de toute évidence.
Le temps qu'il réfléchisse à ses maigres chances de survie, les quatre avaient resserrés l'étau. Ils se tenaient désormais à quelques pas de lui. L'un d'eux lui disait vaguement quelque chose, mais il était incapable de le resituer. Pour qu'il se retrouve dans cette situation délicate, le tueur à gages avait dû mal finir le travail, à un moment donné. Il fallait croire que la journée s'était montré bien trop profitable pour ne pas s'inverser au cours de la nuit...
On lui intima de se tenir tranquille, tandis que l'un d'eux s'approchait pour vérifier s'il était armé. Tiens, c'était une première. Depuis quand ses ennemis cherchaient à l'avoir en vie ? Il leva les mains, mais pas aussi haut qu'il aurait dû. Il ne portait aucune arme, mais l'homme semblait résolu à en trouver une. Son corps entier était une arme... Il allait lui apprendre à ses dépends.

Il décala son pied juste pour attirer son attention, puis se baissa immédiatement pour se protéger des tirs du sniper, décochant un violent coup dans le ventre de l'homme qui lui faisait face. Il entendit le tir partir et passer tout proche de leurs épaules avant de se perdre. Les autres commençaient à bouger tandis que celui chargé de la fouille cherchait encore à respirer. Le pauvre bougre avait pris un temps considérable pour trouver une arme inexistante... Et voilà qu'il lui en fournissait une contre son gré. Désormais armé et avec un bouclier humain, la situation commençait à être plus à son avantage... Si on en oubliait ce sniper. Il songea un instant à le prendre comme otage pour temporiser, mais l'homme sur le toit le forçait à jouer de sa vitesse. Il le bouscula et l'envoya bouler contre deux de ses alliés avant de se mettre à courir. Le tueur à gages se mit à tirer à plusieurs reprises, sans se soucier de toucher pour une fois. Il tenait à les déconcentrer et rester en mouvement pour esquiver les tirs, pas à tuer. Pas encore.
Quand l'arme cliqueta dans le vide, il la jeta sans plus s'en soucier et roula derrière l'une des poubelles. Un tir passa juste au-dessus de sa tête, bien plus proche que les précédents. Il n'eut pas le temps de goûter à sa chance audacieuse... Il fallait qu'il se sorte de ce mauvais pas, et vite. Avisant la poubelle, il ne rechigna qu'une demi-seconde avant de l'ouvrir et de s'engouffrer à l'intérieur. Ignorant la puanteur, il prit la première bricole qui lui venait sous la main, une boîte de conserve, pour bloquer la fermeture du conteneur. L'instant d'après, le papillon prenait son envol et se glissait dans l'interstice.

- C'est pas possible... Où il est passé ? Il était juste là !

- Cherchez bien. Il a pas pu s'envoler !


Evidemment que si. S'il avait eu des cordes vocales, il n'aurait pas pu s'empêcher de rire. Prenant de la hauteur, le papillon prit le temps d'étudier la situation, ce qu'il n'avait pas eu le loisir de faire plus avant. L'homme à la porte se tordait de douleur au sol, une balle logée dans sa jambe. Les autres étaient indemnes, mais il allait rapidement rétablir l'équilibre.
En quelques rapides battements d'ailes, il se posta sur le toit, au plus proche de son ennemi le plus redoutable. Il aurait pu se contenter de partir, mais c'aurait été beaucoup trop facile. Il était si concentré sur ce qui pouvait se dérouler en bas que le métamorphe eut tout le loisir de prendre une autre apparence.

- Va prêter main forte aux autres dans le bar. Sam, tu nous couvres.

La situation avait dû encore changer, en si peu de temps, mais il était fin prêt à son offensive et le dit Sam n'avait pas bougé. Il était moins à l'aise dans cette forme que celle du loup, mais elle avait le mérite d'être discrète et cruellement efficace. Fondant sur la cheville du sniper, l'aspic enfonça profondément ses crocs dans sa chair et laissa le venin se répandre. Le cri de surprise et douleur mélangé alerta ses coéquipiers. Le coup de pied décoché en représailles le sonna à moitié. Malcom s'enroula sur lui-même dans un réflexe animal, craignant de se faire écraser. Son agresseur n'eut pas l'occasion de faire davantage, s'écroulant au sol en cherchant vainement à bouger. Ca devrait suffire, dans l'immédiat.

- Sam ! Qu'est-ce qui se passe bordel ?
- Un truc vient de me mordre ! Mais c'est quoi ce délire ?

Devant l'agitation palpable, Malcom oublia vite la possibilité de se servir du fusil contre ceux en bas. Ils auraient tôt fait de lui rendre ses tirs sans qu'il puisse ajuster les siens. Profitant que sa victime s'attarde sur sa blessure, il reprit l'apparence d'un papillon et gagna le rebord.

Le nombre d'ennemis avait diminué et la porte du bar était grande ouverte. Ce visage familier lui revint subitement en mémoire. Tout s'expliquait. Les moyens mis en œuvre, le lieu de l'embuscade... Jack et Leah risquaient d'être visés autant que lui, puisqu'il s'agissait de vieux ennemis communs. Malcom aurait pu ne pas s'en préoccuper, s'enfuir sans attendre de connaître l'issue... Mais il avait une dette de vie envers ce vieux roublard et, même s'il avait largement payé sa part, c'était quelque chose qu'on ne pouvait pas oublier.
Il n'avait pas une seconde à perdre. Il couvrit la distance qui le séparait de la porte de derrière en un vol rapide et saccadé, éclair bleu dans la nuit noire. Il se posa en toute tranquillité sur le comptoir du bar, malgré les coups de feu qui déchiraient le silence. Personne ne prêtait attention à ce papillon aux allures suicidaires. Personne, sauf Jack.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15
Coups du Destin: 14
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Messages : 1931
Membre du mois : 69
Je crédite ! : (c) Shiya
Localisation : Glasgow
Caractère : Sadique – Violent – Séducteur – Imbu de lui-même – Fidèle – Entier – Homme de parole – Débrouillard – Méticuleux – Cynique - Protecteur - Instable
Autres comptes : Astrid Lehtinen
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4057-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4099-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4089-malcom-hastings
MessageSujet: Re: Just a drink or two ? [PV Leah Rivers & Malcom Hastings & Jack Rivers] Livre III - terminé   Sam 13 Juin - 20:38

La soirée aurait pu être on ne peut plus normal. Un peu pathétique au vu du nombre de verres que Sasha s'était soigneusement appliquée à vider mais rien de bien grave.
D'ailleurs c'était bien pour ça qu'elle était sortie de chez elle. Enfin non, plutôt qu'elle n'était pas rentrée. Pour une soirée sans avoir à réfléchir, sans personne à qui rendre des comptes et sans conséquences. Mais ça, c'était sans compter bien évidemment sur la chance qui semblait bien décidée à faire des siennes avec la jeune femme depuis quelques temps déjà.

Encore que, elle était toujours en vie et capable de se plaindre, elle devait s'estimer heureuse au vu des circonstances. Heureusement, vu son humeur, personne ne semblait vraiment désireux de venir lui chercher des noises jusqu'à présent. Elle écoutait vaguement les discussions, contente de ne pas avoir à s'en mêler jusqu'à ce qu'elle voit les verres dont elle avait lamentablement raté la construction reprendre leur ascension grâce à une main secourable.

Fixant la pyramide durant de longues secondes, la mine circonspecte, elle se décida tout de même à accorder une ombre de sourire à l'attention de l'inconnu qui en plus, grand prince, lui offrit même un autre verre qu'elle ne risquait pas de refuser, d'autant qu'il ne semblait rien demander en retour.

Mais bien évidemment, ça ne pouvait pas être le cas de tout le monde et son attention fut bientôt accaparée par un abruti qui essayait de tenter sa chance et qui ne semblait pas comprendre la signification du mot non. Plus agacée qu'effrayée, son avertissement à l'attention du barman ne sembla pas tomber dans l'oreille d'un sourd. Il congédia une jeune demoiselle avec une économie de mots remarquables, même si elle semblait plus prompte à revenir en douce dès qu'il aurait le dos tourné.

Tapotant le comptoir du bar du bout des ongles, elle guetta la réaction du patron des lieux. Et bien entendu, comme les choses pouvaient déraper, elles le firent mais il ne lui fallut que quelques gestes pour maitriser son adverse. L'observant avec curiosité, Sasha se demanda où il avait pu apprendre ce genre de choses. Les cours de self-défense pouvaient donner quelques bases mais là on était loin du compte, bien loin même.

Aux derniers mots du barman, Sasha jeta un bref regard aux alentours. Mis à part l'idiot KO au sol et ses petits copains le lieu s'était totalement vidé, bien trop rapidement pour que ce soit naturel. Se retenant l'espace d'une seconde de sortir son arme qu'elle avait pour l'heure laissée sagement dans son sac, elle préféra laisser filer un sourire amusé alors qu'elle répliquait, d'un ton étonnamment léger.

"Promis, si je tache votre comptoir, je viendrais faire des travaux d'intérêt général pour le remettre à neuf."

Jusque là, rien ne semblait être hors de contrôle. Ils n'étaient pas bien nombreux et son comparse avait l'air tout aussi expérimenté qu'elle. Au pire, ils s'en tireraient avec quelques bleus et des bosses mais ça, c'était tellement habituel que la jeune femme n'y prêtait même plus attention. Mais il y avait quelque chose d'autre, d'impossible à définir. Alors qu'elle commençait à essayer de remettre ses idées au clair et de dissiper les brumes d'alcool qui l'empêchaient de réfléchir aussi rapidement qu'à son habitude, l'un des petits camarades du lourdingue de la soirée s'approcha d'elle et lui attrapa brusquement le bras, dans le but probablement de lui faire une clé, de la bloquer ou quelque chose de tout aussi stupide.

Il ne lui fallut que quelques secondes pour le maitriser, le plaquant contre le comptoir et lui écrasant la tête sur le zinc.

"T'aurais du te barrer, comme les autres. Maintenant c'est trop tard pour toi ma jolie."

Sasha arqua un sourcil, passablement perplexe alors qu'elle continuait de le maintenir. Il avait eu beaucoup de mal à prononcer ces quelques mots mais ça ne lui plaisait pas du tout. Ca dépassait de loin la simple petite rixe de bar et elle se demandait vraiment où elle avait bien pu tomber.

Avant qu'elle n'ait le temps de répondre quoi que ce soit, encore eusse-t-il fallut qu'elle ait l'inspiration et la présence d'esprit de comprendre où il voulait en venir, elle reconnut le cliquetis caractéristique d'une arme dont ont ôtait le cran de sûreté. Ca, ça sentait très mauvais.

Et, pour couronner le tout, leu peu d'attention fut détournée par un… papillon voletant non loin d'elle et se posant comme une fleur à quelques centimètres à peine de l'autre idiot qu'elle essayait de maitriser. Son attention fut suffisamment détournée d'ailleurs pour qu'elle desserre légèrement son étreinte et qu'il soit capable de lui décocher un violent coup de pied dans le genou. Laissant échapper une flopée de jurons, elle lui asséna un coup tout aussi rude à l'arrière du crâne, espérant que ce serait suffisant pour lui régler son compte.

Heureusement pour elle, elle s'était légèrement déportée à cause du coup reçu. Au lieu de se la prendre entre les deux yeux, elle se contenta de sentir siffler une balle du coté de son oreille droite qui alla se ficher en plein dans un des piliers du comptoir. Attrapant son sac, elle avisa le barman et secoua la tête avant de lâcher, d'un ton qui laissait trahir son agacement.

"Sans vouloir être pessimiste, je sens qu'on va avoir quelques problèmes."

Elle aurait pu dire vous. Après tout, il devenait évident qu'elle n'était qu'un dérapage dans le plan de la soirée. Mais maintenant qu'elle était là, elle pourrait peut-être se défouler un peu. Et accessoirement filer un coup de main.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 16
Coups du Destin: 8
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Messages : 1221
Membre du mois : 42
Je crédite ! : (c) Kanala pour l'avtar - Mal' pour la sign'
Caractère : Sérieuse - Perfectionniste - Obsessionnelle - Réfléchie - Cynique - Fidèle
Vos Liens : Liens - Téléphone - RP

Autres comptes : Noah
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Just a drink or two ? [PV Leah Rivers & Malcom Hastings & Jack Rivers] Livre III - terminé   Dim 14 Juin - 17:55

[HJ] : Si quoi que ce soit ne va pas, hésitez pas :p

J'étais rentrée tôt. Après la sortie des cours, au lycée, j'avais foncé direct dans le premier bus, pour rentrer au bar au dessus duquel j'avais ma chambre. Aucune envie de trainer avec les autres gens de la classe, de rien. Juste de rentrer. Ca va faire genre que je suis parano, mais j'aime pas trainer seule dans les rues. Ca m'angoissait. Déjà, parce que je me doutais que ça angoissait Jack, aussi. Et puis je me rappelais trop bien des erreurs monumentales que j'avais pu faire, en pleine rue. M'y transformer. J'avais manqué de le faire, déjà, il y a quelques temps, mais mon père d'adoption m'a retenue. Et là, en février, quand le Chaos s'est déchainé dans la ville, j'ai perdu le contrôle comme jamais auparavant. Depuis, j'ai peur, oui. Peur que ça recommence, peur de me dire que je ne maitrise plus rien, et que tout peut arriver. Au bar, quand j'arrive, il y a déjà du monde, c'est le début de la soirée, je suppose, et en ce moment les affaires ont l'air de bien tourner... Les gens ressentent le besoin de boire, de se perdre, avec l'incertitude ambiante. Logique. Ca remplit les poches des propriétaires. Moi, comme à mon habitude, je monte directement en haut, en passant dire quand même bonsoir à Jack, s'il est pas trop occupé. En cours, les profs essayent de faire comme si tout allait bien dans le meilleur des mondes, mais bon, ça marche pas trop. L'ambiance est tendue, aussi. Il y en a qu'on a plus revus. Personne n'a demandé pourquoi. Tout le monde connaissait la réponse. Je pense à ça, alors que je me laisse tomber sur le lit. Je pense que dans le lot, il y a Darren. Darren. Il doit être mort. J'arrive pas à m'y faire. Ca sonne faux. C'est peut être mieux comme ça, au final, mais ça sonne faux quand même. J'arrive pas à ne pas penser à lui... Ca me met en rogne. Je sors une feuille, un stylo, et commence à faire mes devoirs. M'arrête au bout de deux minutes. Pas envie. J'y arrive pas. Je soupire, range mes affaires, et décide de redescendre. J'aime bien passer la soirée en bas, en général. La solitude, ça a pas du bon. Ca oblige à tout ressasser, et je supporte pas. Je lance un sourire à Jack, et m'assois derrière le comptoir, un peu en retrait. Là... Ben je fais pas grand chose. Je regarde, j'écoute. J'aide un peu. M'occuper les mains.

La soirée passe, comme toutes les autres.

Jusqu'à ce qu'une femme qui aligne les verres depuis pas mal de temps s'adresse à Jack. Elle parle de sang sur le comptoir, et immédiatement, mon père se tourne vers moi. J'aime pas quand il a ce regard, parce que j'ai pas la force d'y protester. Monter... ? Mais... Je soupire, monte comme une flèche sans un mot, sans un regard. Quoi, c'est pas la mort, elle va pas tabasser un mec parce qu'il lui fait des avances, devant un comptoir... Passons. Je hausse les épaules pour moi même, alors que je retrouve encore le calme oppressant de ma chambre.

Mais ce calme est vite brisé, et je crois que je préférais son atmosphère pesant aux coups de feu que je distingue. Parce que je suis une louve, et que j'entends beaucoup mieux qu'un humain lambda. Je mets du temps à réaliser ce que ça signifie, cependant. Je reste quelques instants interdite, debout, guettant ce que mes oreilles peuvent capter. Non, ce sont des coups de feu. Des bruits de combats. Il y a plus beaucoup à réfléchir, tout d'un coup. Il se passe quelque chose, en bas, là, juste en bas. J'ouvre la porte brutalement, dévale les escaliers, me stoppe devant l'autre, qui s'ouvre sur le bar. Je l'entrouvre juste, celle là. Il y a des hommes. Armés. Toujours des coups de feu. Je crois voir Jack faire une prise à un mec. Il est juste devant moi. C'est du lourd. Et moi, je devrais me terrer dans mon coin en attendant le déluge ? Je m'abaisse, et me glisse rapidement à quatre pattes par l'ouverture de la porte, jusque sous le bar, en priant très fort pour que personne ne remarque ce mouvement furtif. Je colle mon dos contre le zinc, et regarde Jack d'en bas. Je suis même pas à un mètre de lui. Je murmure, en espérant pour qu'il m'entende, lui, et bien que lui...

« Qu'est-ce qui se passe ? Besoin d'aide ? »

_________________
Do you cry to the heaven's high when you're confined in here ? Do you not ever wonder why these leaden tears will never dry ? They'll leave behind so many shadows in my mind. High in the sky, all of the clouds are passing by. Wait for this storm, wait for the rain, and wait for the tears to fall down on me
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Esquive
Points de vie : 15/20
Coups du Destin: 0
Searching for what she can find, for her own piece of mind
Messages : 233
Membre du mois : 10
Je crédite ! : (c) Swan // (c) Hedgekey
Localisation : Avec Jack
Caractère : Loyale - Triste - Mature - Téméraire - Imprudente
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Mélancolique
Autres comptes : Erin Danvers & Eva Raederer
DC d'Erin Danvers - Modératrice
Searching for what she can find, for her own piece of mind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Just a drink or two ? [PV Leah Rivers & Malcom Hastings & Jack Rivers] Livre III - terminé   Mar 23 Juin - 22:54

Que le destin semblait joueur de temps en temps. A vous offrir des ennemis sortis de nulle part, tout comme des alliés inattendus. La guerre avait l'habitude de donner au peuple un certain sentiment d'égoïsme pour les plus couards d'entre nous, de l'autre côté, les plus courageux et les plus téméraires avaient une certaine tendance à l'entraide, quitte à risquer sa vie face à l'ennemi. Cela n'était autre que le seul point positif à toute guerre, révéler le vrai visage de chaque homme. Malgré ce bon côté, notre bon vieux Jack préférait que ce véritable visage soit révélé ailleurs que dans son établissement. Évidement, les rixes étaient habituelles dans un lieu où l'alcool était vendu, mais avec le monde qui sombrait dans le chaos, cela semblait être de pire en pire. Les plus touchés par les affrontements et les plus démunis cherchaient à s'en prendre à quiconque croiserait leur chemin. Avec le temps, notre ami avait apprit à gérer ces gens-là, mais … Les personnes qui entrèrent dans son pub ce soir-là, n'étaient pas du même genre. Ne recherchaient-ils que la violence gratuite ? C'est qu'avait pensé le quarantenaire au début. La vérité était bien pire.

Après avoir maîtrisé l'homme un peu trop entreprenant, Jack se retourna, triomphant vers la belle inconnue pour lui exposer fièrement l'absence de sang sur son comptoir. Cela sembla l'amuser, une bonne chose selon lui, avant de répliquer d'un ton léger que si elle venait à faire la moindre tâche sur le fameux bois, elle viendrait le nettoyer elle-même, jusqu'à ce qu'il soit comme neuf. Cela le fit légèrement rire.

« Voilà une idée qui attirerait bien des clients, madame. »

Alors qu'il était presque en train de rire, la situation se corsa rapidement. Des échanges de coups de feu se firent entendre à l’extérieur. Au bruit, l'ancien soldat sembla penser à un gros calibre, un fusil de précision sans aucun doutes, suivi de très près par d'autres coups, suivis par des cris. Quelques hommes de l'intérieur du pub semblèrent vouloir sortir mais, l'attention de l'anglais fut très vite attiré par la jeune femme qui se fit attraper par un des hommes. Voulant l'aider, Jack se fit attraper par deux autres types, qui semblaient heureux en voyant leur camarade au prise avec si belle femme. Leur expression changea rapidement lorsque celle-ci sembla être capable de se défendre, laissant l'occasion à Jack de se défaire de ses adversaires avant de briser complètement le peu de virilité d'un d'eux en un violent coup de pied entre les jambes, quant au second un coup de poing à la trachée sembla faire le même effet. De son côté, la cliente sembla en effet très bien s'en sortir, même si elle manqua de prendre une balle, son ennemi fut défait et la mort évitée. Ainsi, à peine fut-elle libérée du joug ennemi, la demoiselle se retourna vers le patron du lieu pour lui faire part de son inquiétude au sujet de la situation. La chose fit relever un sourcil à Jack.

« On ? Ainsi, vous m'accompagnez, je suis heureux. »

C'est alors qu'une petite voix se fit entendre, une fois de plus Leah ne l'avait pas écouté et se retrouvait dans une situation compliquée. Sa fille était descendue voir ce qu'il se passait, inquiète de la situation, voulant même apporter son aide. Au même moment, son regard fut attiré par quelque chose d'étrange. Un papillon dans son bar venant se poser délicatement sur le comptoir. Quelque chose qui aurait pu passer inaperçu au yeux de la plupart des Hommes, mais pas pour Jack. Après tout que ferait un simple petit papillon dans pareil lieu avec tout ce foutoir ? Il n'y en avait qu'un de possible, c'était Malcom. Et si cet homme était de la partie, les chances de survie des ennemis semblaient bien mince. Se rapprochant de sa fille, toujours le sourire aux lèvres, il la souleva avec aisance pour la placer de l'autre côté du comptoir. Regardant vers les hommes dangereux, ceux-ci semblaient prêt à dégaine et tirer. Alors, rapidement, notre ami vint vers la jeune femme -dont il ignorait toujours le nom- pour l'amener avec lui à côté du comptoir d'un bond suivit d'une roulade, leur évitant ainsi les quelques coups de feu qui furent tirés. Malheureusement, dans ce geste que l'on ne voit que dans les films d'actions, Jack ne maîtrisa que mal atterrissage, le faisant se retrouver dans une position des plus embarrassantes. La tête enfouie dans la poitrine de la belle, tandis que lui-même s'était retrouvé entre ses jambes. Oui, comme dans les films.

« Désolé pour ça. »

Sans prendre le temps de s'expliquer plus que ça, sa main gauche tira sa fille vers lui, tandis que sa main droite dégaina son pistolet et commença à tirer en aveugle, essayant tant bien que mal de ne se repérer qu'au bruit des tirs. Après une série de tir, le quarantenaire vint frapper sur le bois de son comptoir pour faire tomber une planche en bois qui permit de découvrir une cachette remplie de quelques armes, juste au cas où. Armes de poings, armes automatiques ou encore fusils à pompe, le tout avec chargeur et munitions. On n'est jamais trop prudent. Serrant fermement sa fille contre lui, l'homme finit par lui baiser le front pour aller se saisir d'un fusil mitrailleur, se disant qu'ainsi il avait plus de chance de faire de gros dégâts.

« Leah … Écoute moi de temps en temps, je t'en prie … Reste là, bien sagement. Si quelqu'un t'attrape … Mords-le, ne réfléchis pas. Mais … Si tu peux t'abstenir, ça m'arrange. »

Se retournant alors vers la jeune femme, entraînée à son insu dans une situation difficilement explicable il lui indiqua la trappe avant de prendre la parole.

« Ma jolie, si vous savez vous servir de ça, faites vous plaisir. Sinon … Restez bien cachée. »

Sur ses mots, notre ami sortit la tête pour tirer quelques coups, essayant de repérer l'emplacement des hommes qui avaient trouvés refuge derrière les piliers ou encore derrière des tables retournées. Ils ne s'étaient pas regroupés, au contraire. S'éparpillant à travers toute la salle, ils semblaient bien entraînés. L'un d'eux semblait avoir eu l'idée de contourner le comptoir, mais cette idée fut rapidement refroidie par deux tirs dans la jambe. Retrouvant sa cachette, son esprit sembla lui indiquer une chose horrible. Cette façon de faire, cette présence dans ce pub, cet acharnement et cette attaque venue de nulle part. Était-ce possible ? Cela ressemblait fortement au groupe qui avait voulu kidnapper la jeune Leah. Pour quelle raison ? Jack ne savait pas. Ce qu'il savait en revanche, c'est que personne ne toucherait à sa fille, qu'il soit vampire, loup, démon ou même Dieu. Personne n'y toucherait. Ce qui l'inquiéta cependant, c'est qu'il était sûr d'avoir exterminé le groupe avec Malcom voilà quelques mois déjà. N'avaient-ils détruit qu'une seule de leur installation ? Cela devenait grandement inquiétant. Reposant son fusil sur ses genoux, le barman tira deux pistolets de la cachette qu'il vint poser sur le comptoir, suivi de près par quelques chargeurs pleins. Puis, comme s'il parlait à quelqu'un, sa voix se fit puissante.

« Malcom, tu les as reconnus n'est-ce pas ? Je crois qu'on a pas fini le boulot la dernière fois et ton aide serait la bienvenue aujourd'hui. »
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Just a drink or two ? [PV Leah Rivers & Malcom Hastings & Jack Rivers] Livre III - terminé   Dim 28 Juin - 22:56

Ses oreilles bourdonnaient comme rarement auparavant. Le papillon était resté statique, malgré les rafales tirées par les deux camps. Le crâne d'un type vint heurter le comptoir non loin de lui, sous l'impulsion d'une petite brune. Une bouteille de whisky explosa peu après juste sur sa droite, le forçant à se décaler en quelques battements d'ailes. Mourir empalé par des débris de verre... On aurait pu difficilement faire plus stupide. Ses yeux à multiples facettes captaient le moindre mouvement suspect et lui permettaient d'agir en conséquence. Il aurait pu accomplir cette danse de mort encore longtemps, mais son instinct lui criait qu'il n'avait rien à faire là. Il était temps de prendre une décision. Le papillon s'était déporté sous le bois du comptoir quand la voix puissante de Jack retentit. Il aperçut deux ombres noires se poser sur le comptoir. Des pistolets. Intéressant...
Par contre, si quelqu'un avait mal fait sa part la dernière fois, ce n'était certainement pas lui. Il s'était évertué à les traquer jusqu'au dernier, pour être sûr que personne n'ébruiterait son secret. Il n'avait pas eu d'autres choix que d'alterner les formes pour s'assurer une victoire ardue, sur des adversaires en surnombre et suréquipés. Jack manquait réellement de discrétion. Il aurait presque envie de le planter là, car il était loin d'être prêt à se révéler devant d'autres personnes qu'il risquait de ne pas pouvoir tuer. Ce bon vieux Jack défendrait la veuve et l'orphelin, et Malcom préférait ne jamais se retrouver dans sa ligne de mir. Il pouvait toujours espérer que leurs adversaires se montreraient moins coriaces que la dernière fois, qu'il puisse feinter sans avoir à recourir à toutes les techniques de son répertoire. Il allait bientôt en avoir le cœur net.

Dédaignant les armes avancées par Jack, le papillon traversa le bar convertit en champ de bataille d'un vol rapide et bref. Malcom s'arrêta contre le mur du fond, derrière leurs ennemis. L'insecte se décala juste suffisamment pour qu'un pilier obstrue sa vision depuis le bar. Il en comptait huit, planqués derrière tables renversées, piliers ou autres artifices. Evidemment, aucun ne prêtait attention à lui, si persuadés que seul un mur se trouvait derrière eux. La même stratégie fonctionnait toujours. Il opéra une transformation et se servit du mur comme appui, le loup blanc bondissant sur le côté de ses ennemis. Il arracha la gorge du plus proche d'un mouvement sec des crocs, avant même que sa victime ne réalise qui l'attaquait. Son compagnon d'infortune se retourna vers lui sans comprendre, l'arme levée dans la direction du métamorphe. Bon réflexe... Mais trop lent. Sa mâchoire se referma puissamment sur son bras avant qu'il n'ait l'occasion de tirer. Une rafale de tirs partit dans le plafond. D'autres répondirent bientôt, tandis que la panique naissait dans leur rang. Ca commençait à sérieusement se corser pour lui. Sentant ses instincts lui intimer de fuir sur le champ, il dut se faire force pour rester en place, se dissimulant derrière son bouclier humain improvisé. Ils tirèrent malgré tout, sans aucune pitié. Du sang gicla en abondance. Sa patte droite se déroba sous le poids de son propre corps. Une douleur fulgurante le traversa.
Malcom profita de sa chute avec le corps de l'inconnu pour reprendre sa forme favorite. Il s'éloigna à grands renforts d'ailes, tandis que tous se demandaient où le loup était passé. Il devait l'avouer, il ne s'était pas attendu à ce qu'ils ouvrent le feu sur leurs propres alliés. Le métamorphe espérait que cette altercation avait permis aux autres d'agir, car lui devrait rapidement se mettre à l'abri.

Il s'approcha à toute vitesse du bar, désireux de mettre de la distance. Peu importe où son regard se promenait, aucun autre endroit ne lui garantirait une meilleure couverture. Il peinait, car la vision du papillon était constamment attirée par les mouvements de chacun. Son vol commençait à ralentir... Tant pis. Il attendit à peine que les trois planqués soient hors de vue pour changer de forme à nouveau, s'emparant des armes dans une roulade avant d'atterrir violemment de l'autre côté. Dans la confusion, il espérait que ce changement soit passé inaperçu. Bon... Difficile de l'être réellement maintenant qu'il était entièrement nu, face à ses dames, uniquement équipé de ses deux armes. Il se serait fendu d'un large sourire en d'autres circonstances, mais dans l'immédiat, il voulait régler rapidement un problème épineux. Il braqua son arme gauche directement sur Sasha, avec un regard glacial.

- Elle n'aurait pas dû rester, celle-là.


Il reprenait tout juste son souffle. Le sang coulait, dans son dos et sur son bras. Son épaule le lançait sans qu'il ne s'attarde encore sur les dégâts causés. Tout ce qu'il savait, c'est que sa main droite allait finir par flancher. Mieux valait donc que Jack ne s'en mêle pas.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15
Coups du Destin: 14
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Messages : 1931
Membre du mois : 69
Je crédite ! : (c) Shiya
Localisation : Glasgow
Caractère : Sadique – Violent – Séducteur – Imbu de lui-même – Fidèle – Entier – Homme de parole – Débrouillard – Méticuleux – Cynique - Protecteur - Instable
Autres comptes : Astrid Lehtinen
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4057-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4099-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4089-malcom-hastings
MessageSujet: Re: Just a drink or two ? [PV Leah Rivers & Malcom Hastings & Jack Rivers] Livre III - terminé   Mar 30 Juin - 22:40

L'heure n'était plus à la tergiversation ou à l'auto-apitoiement même si, en cet instant, Sasha aurait rêvé de s'enivrer jusqu'à en oublier où elle était. Au lieu de ça, les gens semblaient particulièrement agités et prêts à en découdre, sans bien savoir pourquoi. Ce n'était pas un simple refus de sa part qui pouvait provoquer ce genre de choses, ou alors, elle avait clairement raté un épisode.

Arquant un sourcil et esquissant un sourire, elle rétorqua en direction du barman, d'un ton amusé.

"Quel genre de clients vous compter attirer au juste ? Les maniaques du ménage ?"

Elle n'eut pas le temps d'en dire plus que son attention fut détournée, et, qu'en un clin d'œil, elle manqua de se prendre une balle et elle eut l'impression que son genou allait éclater. Pour autant, elle en arriva tout de même à se débarrasser sans trop de mal de son assaillant, essayant de ne pas trop analyser ses propos et se contentant d'attirer l'attention du barman.
Sa réplique lui arracha un sourire sans joie et elle lâcha, non sans regarder les hommes qu'il avait mis KO d'un œil critique.

"Je n'avais rien de mieux à faire ce soir. Ca tombe bien. Et visiblement, avoir à boire risque d'être un peu plus compliqué que prévu."

Une voix totalement incongrue retint alors son attention et, jetant un regard en direction du bar, elle retint une grimace en voyant qu'il s'agissait d'une jeune fille, visiblement habituée des lieux. Pas le temps de dire quoi que ce soit qu'elle sentait le bras du barman l'empoigner par la taille pour la faire basculer par-dessus le bar, lui permettant d'éviter de justesse une nouvelle rafale de balles particulièrement bien placées cette fois-ci. Tout ça pour atterrir dans une position qui, en temps normal, aurait eu le don de mettre Sasha mal à l'aise. Mais, elle n'était plus à ça près ce soir et, à ses excuses, elle lâcha, d'un ton empli de cynisme comme elle savait parfois si bien le faire.

"Vous auriez au moins pu me demander mon nom avant de vous jeter comme ça sur moi."

Elle jeta un bref regard à la demoiselle, la voyant d'un peu plus près. Elle semblait aussi jeune que la voix l'avait présagé et Sasha retint un soupir à grand-peine. Ce n'était définitivement pas une place pour quelqu'un comme elle, mais, pour le coup, il allait falloir faire avec. Distinguant vaguement ce que lui racontait le barman, elle arqua un sourcil, retenant uniquement les mots "mords-le". Est-ce que c'était une vampire ? Une louve ? Difficile de le voir au premier coup d'œil. Ou alors, il avait des notions d'auto-défense très particulières.

"Je sais quoi faire avec ça, ne vous en faites pas."

Avant qu'elle n'ait le temps d'ajouter quoi que ce soit, un bruit détourna son attention et elle fixa la scène totalement figée. Un loup blanc qui venait d'apparaitre de nulle part bondissait sur leurs assaillants, sans qu'elle n'arrive à comprendre ce qui était en train de se passer. Et, du peu qu'elle pouvait en voir, il ne faisait pas dans la dentelle, le sang qui giclait dans tous les sens se faisant visible, même à pareille distance. Les tirs retentissaient, les hommes n'arrivant visiblement eux aussi pas à croire à ce qu'ils étaient en train de voir.

Et puis, d'un coup, comme si elle avait fermé les yeux durant de longues minutes, le loup avait disparu. Cillant alors qu'elle se plaquait de nouveau contre le zinc, Sasha se demanda l'espace d'un instant si elle n'était pas en train de perdre la tête, tout simplement. Et, pour couronner le tout, de nouveau, ce fichu papillon bleu qui apparaissait de nulle part. Il avait l'air du mal à voler, comme s'il avait trop bu. Le fixant avec une curiosité totalement déplacée au vu des tirs qui continuaient de fuser ça et là, Sasha laissa échapper un hoquet de surprise en voyant le papillon devenu… et bien devenu humain. A bien y réfléchir, c'était la première fois qu'elle voyait un métamorphe en pleine action ou, en tout cas, qu'elle savait qu'elle avait à faire à un méta.

Le détaillant des pieds à la tête et essayant de cacher sa surprise, son regard s'arrêta sur les multiples trainées de sang dont il était recouvert. Le reste ne l'importait guère en cet instant mais impossible de rester indifférente face à ce regard qui devait glacer le sang de bien des gens. Heureusement pour elle, ce n'était pas ça qui allait l'arrêter. Elle avait déjà vu pire, tellement pire que même les mots qu'il daigna prononcer ne l'émurent pas plus que ça.

Chargeant un fusil à pompe qui se trouvait dans la cache désignée par le barman avec une dextérité qui leur laissait supposer son habilité au maniement des armes, elle continuait de fixer l'inconnu avec toute la neutralité dont elle était possible compte tenu des circonstances, braquant l'arme sur lui à son tour.

"Elle aurait préféré ne pas rester soyez-en sur. Maintenant, on peut en débattre pendant des heures, ou jusqu'à ce qu'ils finissent par nous cribler de balles ou alors on fait quelque chose et vous continuerez à me fusiller du regard plus tard. Si vous n'êtes pas mort vidé de votre sang entre temps. Encore que, j'ai un doute quant au fait que ce soit uniquement votre sang."

Abaissant son arme, elle la tendit en direction de Leah toujours assise aussi discrètement que possible contre le zinc.

"Tu sais t'en servir ?"

Puis sans même attendre une réponse, elle la cala entre ses mains avant d'attraper une autre arme, sans même se soucier de la réaction du barman qui semblait être son père ou un truc dans le genre. Un bon vieux flingue. C'en était presque rassurant.

Se redressant à demi, elle tira en direction des assaillants, réalisant qu'elle se moquait parfaitement de savoir si elle les blesserait ou si les choses iraient plus loin. Ignorant un cri de douleur venant de l'autre coté du comptoir, elle se cala une nouvelle fois contre le bois, soufflant, alors qu'elle changeait de chargeur.

"Ils sont nombreux ?"
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 16
Coups du Destin: 8
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Messages : 1221
Membre du mois : 42
Je crédite ! : (c) Kanala pour l'avtar - Mal' pour la sign'
Caractère : Sérieuse - Perfectionniste - Obsessionnelle - Réfléchie - Cynique - Fidèle
Vos Liens : Liens - Téléphone - RP

Autres comptes : Noah
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Just a drink or two ? [PV Leah Rivers & Malcom Hastings & Jack Rivers] Livre III - terminé   Mer 1 Juil - 19:24

Ca arrive que ça dérape, dans un bar. Un type qui a trop bu et qui a vu une nana avec un décolleté qui lui fait l'effet d'une bombe, ou quoi que ce soit d'autre dans le même genre. Ca dérape un peu, puis ça finit toujours rapidement, parce que Jack sait ce qu'il fait, en général. Il me dit pas toujours de remonter avec cet air, non plus. J'aime pas ça. Ca sent pas bon. Je dis pas que j' ai le plus grand flair du monde parce que je suis une louve, mais au bout de quelques années, je commence à repérer quand ça va pas. Quand y'a un truc qui tourne pas rond. Les coups de feu ont trop raisonné à mes oreilles pour que je ne sache pas les reconnaître. Et Jack voudrait que je reste en haut, dans ma chambre ? Il voudrait vraiment que j'attende seule, aveugle par les quatre murs de ma chambre, impuissante ? Il voudrait que j'attende de plus rien entendre, puis de descendre et de découvrir le spectacle qui m'attend ? Qu'est-ce qui m'attendrait ? Du sang, des corps. Lesquels, là est là question. Non, moi je peux pas rester immobile quand j'entends que les miens se tirent dessus quelques mètres plus bas. Je me demande d'ailleurs qui pourrait être capable d'une telle indifférence envers les gens qu'il aime, envers son père. Ok, c'est pas mon père biologiquement parlant, mais ça l'est quand même, au fond de moi. Et c'est ce qui compte.

J'ai peur. Je me rends compte en me plaquant discrètement derrière le comptoir que je sais pas du tout ce que je vais faire. Ce que je peux faire. Je peux me transformer en louve et faire pas mal de dégats, c'est sûr, mais est-ce que j'aurai le temps et l'occasion de me transformer ? J'ai appris à le faire vite, mais quand même... C'est déjà bien le bordel, quand j'arrive. Les coups résonnent. Quelques cris, mais pas trop, ce sont ceux de quelques hommes qui se prennent une balle au mauvais endroits, les clients effrayés sont déjà partis. Je sens mon souffle, contre ma peau. IL est rauque, rapide. Je me demande ce que ça veut dire. Pourquoi ? Pourquoi ça ? Les types sont pas des amateurs. Ils sont nombreux, et s'ils étaient venus comme ça, sans préparer leur truc, Jack les aurait déjà éliminés. Non, ils savent ce qu'ils font. Qui... ? IL n'y a qu'une solution. J'ai compris.

Ca ne s'arrêtera jamais.

Je jette un regard à Jack. Il désapprouve. Je m'en doutais, et je m'en fiche. Il va pas me renvoyer en haut. Il m'attrape et me planque de force, avec une nana d'une trentaine d'année qui n'a pas dû partir avec les autres clients. Non, c'est celle qui alignait les verres. Il sort les armes que je sais qu'il cachait au cas où quelque part. Y'en a pas mal, un bon stock. Je m'y connais pas, moi je me bats avec mes crocs, mais bon... Là, s'ils ont des balles en argent, deuxième raison pour pas me transformer. Je retiens mon souffle quand j'entends encore la voix de Jack prononcer le nom de Malcom. Il est là, lui aussi ? C'est... c'est pas possible. C'est pas possible. C'est un cauchemar, je vais me réveiller.

Ils sont morts. Ils devaient être morts.

Non, Jack est sûr de lui, c'est bien eux, ils n'avaient pas fini le travail la dernière fois. Je respire toujours aussi rapidement. Ma louve est là. Ma louve sent l'action, la peur qu'elle provoque en moi. Elle sent la violence. Elle est violente. C'est dans sa nature. Dans la notre. Dans la mienne. Je dois rester calme, je dois respirer, je ne dois pas me laisser aller. Je sens Malcom. Il s'est transformé en loup. La dame, elle, me lance quelques regards, mais ne me pose pas de questions. Elle sait quoi faire avec les armes. C'est con, je suis la seule à rester planqué et totalement inutile, dans l'histoire. Je songe à bouger rapidement pour m'éloigner et me transformer, finalement, mais le geste de la femme dans ma direction m'arrête. Je la regarde, un instant de surprise et d'inaction. SI je sais... M'en servir ? Je hausse les sourcils, attrape finalement ce qu'elle me tend.

« Ouais. Ca devrait le faire. »

J'ai plus vu les gens tirer avec eux que je ne me suis entrainée moi même, sachant que les types tiraient sur moi en général. Mais bon. En gros, suffit de viser et d'appuyer sur la détente, non ? Elle tire. Je me penche, essaye de jeter un coup d'oeil aux types, mais pas trop non plus, et je tire au hasard. Dans le tas. Espérons qu'on croira que c'est l'autre femme qui a tiré, et pas une jeunette de dix sept ans aux dents longues.... Oh, ils savent que mes dents sont longues. C'est pour ça qu'ils sont là. Je lâche dans un murmure à la femme.

« Waw, vous avez l'air douée ! »

Je reprends l'arme contre moi, une seconde, pour respirer. Je viens peut être de buter quelqu'un. Etrangement, ça ne me provoque rien, sur le coup. Je me dis juste que ça fait un peu moins... Je m'adresse à Jack, toujours à voix basse :

« T'es sûr que tu veux pas que je me... Enfin tu vois quoi, ça serait plus expéditif. »

Ben ouais, un loup qui déboule gueule ouverte bouffe tout le monde. Comme Malcom tout à l'heure. Si on s'y met à deux...

_________________
Do you cry to the heaven's high when you're confined in here ? Do you not ever wonder why these leaden tears will never dry ? They'll leave behind so many shadows in my mind. High in the sky, all of the clouds are passing by. Wait for this storm, wait for the rain, and wait for the tears to fall down on me
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Esquive
Points de vie : 15/20
Coups du Destin: 0
Searching for what she can find, for her own piece of mind
Messages : 233
Membre du mois : 10
Je crédite ! : (c) Swan // (c) Hedgekey
Localisation : Avec Jack
Caractère : Loyale - Triste - Mature - Téméraire - Imprudente
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Mélancolique
Autres comptes : Erin Danvers & Eva Raederer
DC d'Erin Danvers - Modératrice
Searching for what she can find, for her own piece of mind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Just a drink or two ? [PV Leah Rivers & Malcom Hastings & Jack Rivers] Livre III - terminé   Sam 11 Juil - 1:56

Il est étrange de constater à quel point une situation peut dégénérer d'un instant à l'autre sans le moindre avertissement. Une soirée des banales qui se transformait tout à coup en un bain de sang. Un champs de bataille, tout simplement. N'y avait-il pas eu suffisamment de malheur ces derniers jours ? Les morts ne s'étaient pas suffisamment empilés ? Il fallait croire que non. Quels que ce soient ces fauteurs de troubles, ils semblaient entraînés, renseignés et bien équipés. Malgré leur vêtement civils, ils devaient avoir assurés leur survie grâce à un gilet pare-balles, rendant la chose encore plus difficile. Fort heureusement, aucun d'eux n'avait de casque sur la tête et tous semblaient humains. Un loup dans le bar et c'était le chaos. Enfin, un loup ou autre chose. Un métamorphe peut aisément rendre les combats difficiles, tout comme un vampire ou une saloperie de Démon. Par chance, Jack avait deux alliés -et demi- dans cette bataille. Un guerrier inébranlable et une jeune demoiselle courageuse. A première vue c'était à cause d'elle que le tapage avait commencé mais … Les armes n'auraient pas été tirées pour de si petites choses. L'anglais ne savait que trop peu de choses sur cette femme, son nom, son origine, ce qu'elle faisait là, ni même l'étendue de son entraînement. Celle-ci avait rapidement montré quelques compétences martiales digne de forces spéciales. Certes, elle avait manqué de prendre une balle mais … Elle l'avait magnifiquement évitée tout en démolissant sa cible. A cela, il fallait rajouter un certain minois des plus agréables à l’œil, ainsi qu'un certain humour et une propension à l'ironie. Une chose était sûre, Jack l’appréciait.

Une fois de l'autre côté du bar, dans cette position des plus embarrassante, notre ami se pensait heureux de ne pas avoir pris un quelconque coup ou même un quelconque reproche. Sans doutes comprenait elle aisément la complexité de la situation, se disant qu'une réaction puérile n'avait pas lieue d'être. Peut-être aussi que la situation ne lui déplaisait pas tant que ça, mais cela, Jack préféra très vite l'oublier. Sa remarque -cynique- le fit néanmoins rire légèrement, si bien qu'une fois dégagé de l'entrée de son Nirvana, l'homme lui tendit la main chaleureusement.

« Moi c'est Jack et elle, c'est ma fille Leah, enchanté. Voilà les présentations sont faites. »

La suite confirma ce que pensait l'ancien militaire sur la belle inconnue, elle semblait bel et bien formée au maniement des armes. Son choix se porta sur un fusil à pompe qu'elle chargea d'une façon naturelle, prouvant effectivement qu'elle savait quoi faire avec ce genre de choses. Rapidement, des bruits retentirent dans leur dos, le petit papillon innocent, inoffensif et tout mignon se transformait en donnant des sueurs froides à ses ennemis, pour le plus grand bonheur du tenancier. Des grognements de loups, des coups de feu, des hurlement et du sang voltigeant un peu de partout, le tout, avant que l'assassin ne reprenne sa forme favorite pour réapparaître blessé derrière le bar avec les deux pistolets offerts par la maison. Contre toute attente, son attention se posa sur l'invitée, la mettant en joue, disant qu'elle n'avait rien à faire là. La belle ne se laissa guère impressionner, faisant de même avec son arme avant de lui rétorquer intelligemment, avec des mots forts bien choisis, qui firent largement sourire le propriétaire des lieux.

« Allez, on se calme. L'ennemi est derrière et une paire de bras ne serait pas de refus dans tout ce bordel. Elle a l'air de savoir ce qu'elle fait ça nous sera utile. Et vu l'état où t'es elle pourrait très bien te sauver les miches l'ami. Zigouillons tous ces cons et évitons à Leah la vue d'une cervelle qui explose. »

Rapidement, l'arme entre les mains de la militaire fut transmise à la jeune louve dans un long soupir de son protecteur. Malheureusement, dans le monde où ils vivaient, ce moment était à redouter. Elle allait peut-être tuer son premier homme en ce jour. C'était peut-être dans ses gènes depuis sa transformation mais … Jack espérait lui éviter cela. Si un ennemi se dressait sur son chemin, c'était à lui de s'en occuper, pas à elle. Malgré son soupir, il ne dit rien, se contentant de la regarder avec attention. Se pensant capable de le faire, la jeune fille tenta d'imiter son homologue, plus timidement, tirant au hasard dans le tas. Avant de s'extasier sur les compétences de l'experte, ce qui le fit sourire. C'est alors que, à voix basse la louve proposa de se transformer pour attaquer, pensant que cela serait plus rapide. Jack eut un rictus de douleur, ne pouvant qu'imaginer la scène de sa chère et tendre fille sortant en louve contre ces hommes … Peu de chances de survie.

« Non, mauvaise idée. Je suis presque sûr qu'ils sont là pour toi. Je sais pas ce qu'ils veulent, mais ils doivent être équipés en conséquence. S'ils t’attrapent, c'est fini. Regarde, c'est un expert des combats, peut-être le meilleur que j'ai croisé de toute ma vie, ils ont réussis à le blesser. Tu … Je ne préfère pas imaginer. Alors maintenant, écoute moi bien …  »

Se rapprochant d'elle tout en tirant quelques balles en aveugle dans la direction ennemie il offrit à sa fille quelques cartouches avant de mimer avec ses mains les bons gestes pour tirer et recharger.

« C'est une arme de très courte portée. Si l'un d'eux arrive à venir jusqu'ici tu tires. Tu vises le ventre, avec le recul ça va te faire tirer plus haut et ça fera mouche. Tu recharges comme ça là, et tu vas devoir pomper à chaque coups. Ne gaspille pas tes balles en tirant trop loin, d'accord ? »

Lui baisant le front, tandis que son cœur s'emballait, l'anglais était effrayé par ce qu'il pouvait se passer ce soir. Finalement, la savoir près de lui était une bien meilleure chose, elle aurait pu se faire enlever dans sa chambre qu'il n'aurait rien su. Malgré tout, cette boule au ventre … Cela faisait des années que notre ami ne l'avait pas ressentie. La peur de mourir au combat, cela faisait longtemps qu'il l'avait surpassée. La peur de perdre quelqu'un … Il l'avait oubliée. De son côté, la belle finit par se demander à voix haute s'ils étaient nombreux. Le quarantenaire jeta un œil de l'autre côté du comptoir et jaugea par ce qu'il voyait et avait vu, estimant un nombre.

« Je dirais six ou sept et … Je dirais qu'ils sont mieux préparés que nous. En restant cloîtrés on arrivera à rien. En plus de quoi, ils ont peut-être des renforts postés non loin de là, il va falloir passer à l'attaque. Je vais faire une sortie, je devrais pouvoir en avoir quelques uns sans problème, mais va falloir me couvrir. Z'êtes capables de ça ma jolie ? Et toi Malcom ? Capable de tirer dans cet état ? Enfin, essaie de pas zigouiller notre amie pendant que je suis pas là et … Leah, pas de bêtises d'accord ? »

Posant le fusil qu'il avait prit contre le zinc, l'homme mûr dégaina le pistolet qui était à sa ceinture, s'assurant que le chargeur était plein avant de récupérer deux chargeurs dans la planque pour les mettre dans sa poche pour enfin sortir sa lame de son fourreau de cuir. Ces deux armes, elles l'avaient suivies dans de nombreuses batailles et, à chaque fois, Jack en était ressorti indemne. Étaient-ce des porte-bonheur ? Peut-être. Dans tous les cas, les combats dans les zones urbaines étaient devenues sa spécialité, autant mettre à profit son expérience et sauver sa fille.

« Prêts ? »
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Just a drink or two ? [PV Leah Rivers & Malcom Hastings & Jack Rivers] Livre III - terminé   Mar 14 Juil - 15:30

On repassera pour la discrétion. Soit la blonde avait l'œil pour les détails, soit à l'inverse, elle se laissait déconcentrer par le moindre petit papillon à l'horizon. S'ils survivaient, il faudrait qu'il essaie un jour... De lui pointer une feuille du doigt et voir si elle regardait lui, son doigt, ou la feuille. En tout cas, s'il avait un flingue en main, ce n'était pas ce qui allait la choquer. La plupart du temps, quand un type vous braque de son arme avec du sang qui lui dégouline le long du corps et de la chair encore collée entre les dents, ce n'est pas vraiment la réaction à laquelle on peut s'attendre. Elle ne se démontait pas et le braquait à son tour, de son fusil à pompe. Quant elle émit un doute face à son sang, Malcom lui décrocha un sourire ravageur avant d'en recracher une bonne partie qui lui restait dans la bouche, sans la quitter du regard. Bien sûr que non, la plupart ne venait pas de lui. Quand on arrachait une gorge, ça avait tendance à pisser comme pas permis.

- On règle ça plus tard.


Il releva son pistolet, cessant de la garder en joue. Les deux autres semblaient persuadés qu'il n'allait pas tirer, ne cherchant pas à l'arrêter. Il l'aurait certainement fait si elle ne venait pas de prouver qu'elle était capable de se servir d'une arme... Et si Jack ne venait pas de lui confirmer. Là, dans l'immédiat, tous les bras disponibles leur seraient utiles et ils n'avaient pas tort sur ce point-là.

Sans plus dans le feu de l'action, il sentait son bras le lancer furieusement. Malcom grogna, d'énervement, avant de vérifier où la balle s'était logée. Par chance, elle avait traversé la chair fine au-dessus de sa clavicule avant de ressortir... Mais ça le brûlait comme pas permis. Il se frappa l'épaule contre le bois du comptoir, sentant la douleur prendre le pas sur l'adrénaline. C'était pire, bien sûr, mais il commençait à peiner à se contrôler. Le tueur à gages prit le temps de respirer un coup, captant des bribes de la conversation entre le père et sa fille.

- Si vous aviez encore un doute sur le fait qu'ils venaient pour nous... Ou plutôt pour elle... Ils avaient bien prévus le coup. Je peux vous garantir qu'ils sont lourdement armés, organisés, et qu'ils nous ont tendu une embuscade. Ils ont même attendu qu'on se sépare pour nous sauter dessus... Ils m'ont pris en chasse dans la rue. Ca doit être une autre cellule, pour ce que j'en sais... L'un d'eux a survécu au massacre, celui à qui j'ai arraché la gorge. J'étais persuadé qu'il était mort... Cette fois, on en est sûr.

Il lança un regard entendu à la Louve, sans s'appesantir. Elle comprendrait bien vite qu'ils utilisaient des balles en argent et ne préférait pas le dire clairement devant leur alliée de circonstance. Elle était déjà trop soucieuse des détails pour ne pas en être agaçante, et donc dangereuse. Pour une fois que ce n'était pas lui qui attirait les problèmes, sérieusement...
Malcom hocha la tête quand le vieux briscard annonça la couleur à la blonde. Il devait effectivement en rester six ou sept, dans le meilleur des scénarios. Il les regarda un à un, en fronçant les sourcils.

- Ils avaient un sniper à l'extérieur, que j'ai neutralisé, mais c'est possible qu'ils en aient d'autres. Je vous déconseille d'approcher des fenêtres. T'es sûr de vouloir faire ça, Jack ?


Ses yeux de glace se fixèrent sur ce dernier, perplexe. Foncer dans le tas, seul, c'était ce qu'il venait de faire... Et lui avait eu l'effet de surprise de son côté, ainsi que sa capacité à passer d'une forme à l'autre à toute vitesse. Jack, ce n'était qu'un humain. Mais après tout, s'il voulait jouer à ça... C'était son problème, plus le sien. Il avait déjà largement contribué à sa survie et celle de sa fille-louve, alors qu'il aurait pu se sauver et les laisser dans la merde. On ne le payait pas aujourd'hui, donc il ne prendrait aucun risque inconsidéré. Ironiquement, c'était le sentiment de meute qui l'avait certainement poussé à revenir en arrière pour leur prêter main forte, la même qu'il risquait de mettre en danger si on apprenait ses activités nocturnes.

- Tu me prends pour qui ? Bien sûr que je peux tirer dans cet état, et encore faire pas mal de dégâts. Si t'as envie de jouer aux héros devant la jolie blonde, fais-toi plaisir. Je te couvre, autant que je peux. Mais évite de crever, sinon je ramène ta gamine auprès des Loups.

Malgré la douleur, il souriait. Malcom était pressé d'en découdre. L'homme devait le savoir capable de tout. S'il lui laissait une ouverture, le tueur ferait un carnage sans l'ombre d'une hésitation. D'ailleurs, ça s'agitait déjà en face d'eux. Ils devaient avoir compris que leur nombre ferait leur force et qu'ils ne les délogeraient pas du bar aussi aisément. Il entendit des mouvements, des bruits de pas précipités qui se rapprochaient. Tant mieux. Qu'ils viennent nombreux, il était prêt à les accueillir... S'il n'avait pas besoin de viser avec précision, il devrait pouvoir faire mouche à chaque coup malgré sa blessure. Il n'attendait plus que Jack sort pour tirer sans discontinuer.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15
Coups du Destin: 14
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Messages : 1931
Membre du mois : 69
Je crédite ! : (c) Shiya
Localisation : Glasgow
Caractère : Sadique – Violent – Séducteur – Imbu de lui-même – Fidèle – Entier – Homme de parole – Débrouillard – Méticuleux – Cynique - Protecteur - Instable
Autres comptes : Astrid Lehtinen
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4057-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4099-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4089-malcom-hastings
MessageSujet: Re: Just a drink or two ? [PV Leah Rivers & Malcom Hastings & Jack Rivers] Livre III - terminé   Jeu 16 Juil - 18:27

Le flot d'adrénaline avait ça de bon qu'il avait réussi à dégriser totalement Sasha. Elle avait retrouvé ses réflexes habituels de terrain, son regard circulant dans la pièce alors qu'elle essayait d'évaluer les dégâts et, surtout les possibilités de fuite. Visiblement, de ce coté-là, ils étaient quelque peu acculés et, au vu de ce qu'elle avait déjà pu remarquer de leurs agresseurs, un comité d'accueil semblait prêt à les accueillir à bras ouverts s'ils commettaient la bêtise d'essayer de sortir par l'issue de secours.

Serrant la main tendue, elle esquissa un sourire et un bref hochement de tête en direction de la jeune fille.

"Sasha. Enchantée, même si les circonstances ne se prêtent guère à ce genre de politesses."

Sans s'appesantir plus longuement, elle avait déjà commencé à piocher dans les réserves désignées par le barman. C'était rassurant de voir qu'ils ne seraient pas à mains nues face à ceux qui en voulaient visiblement au propriétaire suffisamment pour manquer de discrétion et ne pas s'encombrer des témoins potentiels. Manque de bol pour eux, pour le coup, Sasha ne serait pas une cible facile à éliminer, question d'amour propre.

Avant qu'elle n'ait le temps d'ajouter quoi que ce soit, le méta fit son apparition, prêt direct à se débarrasser de Sasha, ce qui ne pouvait que l'agacer, bien évidemment. Sans chercher à se retenir, la jeune femme laissa échapper quelques mots, rapidement ralliée par Jack, à son grand soulagement. Devoir gérer on ne sait quoi en face, en tout cas pour elle, était déjà suffisant, mais ça, un méta dans le plus simple appareil qui parlait de la tuer comme d'aller chercher le journal, c'était autrement plus complexe. Heureusement, il sembla vite revenir à la raison, ou en tout cas, prêt à patienter un peu. Elle leva alors les yeux au ciel en réponse à son sourire et secoua brièvement la tête avant de souffler, d'un ton amusé.

"Trop aimable."

Puis, avec une moue.

"Pour les cervelles qui explosent, je ne peux rien garantir. Vous voulez pouvoir les interroger ou pas ?"

C'était exactement le genre de questions qu'elle n'aurait jamais posé en temps normal. Elle aurait plutôt demandé justement ce qu'ils essaient au mieux de les garder en vie mais, pour le coup, elle s'en moquait. Au pire, Sasha demanderait des comptes à ses alliés du moment si vraiment elle avait envie d'enfiler sa tenue de directrice de la PES après tout ça.

Alors qu'elle avait ignoré le soupir du barman quand elle avait tendu l'arme à Leah, la réaction de l'adolescente la fit sourire, même si elle ne quittait pas du regard leurs ennemis qu'elle arrivait à peine à discerner. C'était ce qui l'agaçait plus que le reste. La lumière tamisée du bar les aidait certes à garder un couvert plus ou moins relatif même si le zinc était bien plus efficace pour ça, mais elle les empêchait surtout de bien voir où étaient leurs assaillants. En tout cas, pour ses yeux d'humaine en tout cas.

"Douée je sais pas. Mais je m'entraine tous les jours ou presque depuis presque quinze ans. Ca aide."

Jetant un bref regard à la demoiselle après qu'elle ait tiré, elle ajouta, d'un ton amusé.

"Et je suis sure que tu t'en sortirais super bien avec un peu d'entrainement aussi."

Quand elle vit le barman s'approcher de la petite, elle détourna la tête, préférant ne pas vraiment être témoin de ce genre d'effusion. Ce n'était déjà pas vraiment sa tasse de thé mais elle doutait qu'ils apprécient qu'une parfaite inconnue les regarde avec les yeux ronds. Elle toussota légèrement quand ils eurent terminé et reprit, les sourcils froncés.

"Bien. Et maintenant, autre question. Combien d'entre eux… ne sont pas humains ?"

Elle avait posé la question le plus naturellement du monde, son regard passant de Malcom à Jack non sans esquisser un mince sourire.

"Et ne vous en faites pas pour mes capacités… je pourrais vous étonner. Même si je trouve l'idée de vous jeter dans le tas comme ça un peu suicidaire. Enfin, après tout, si vous savez ce que vous faites…"

Attrapant deux chargeurs qu'elle posa sur la table, elle se saisit d'un deuxième flingue, la caverne d'Ali Baba du barman regorgeant vraiment de surprise, elle braqua les deux armes face à elle, attendant que Jack se décide pour de bon quant à la marche à suivre. Elle aussi guettait les bruits qui venaient de plus loin et, visiblement il ne faudrait gâcher aucune munition s'ils ne voulaient pas être submergés trop vite.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 16
Coups du Destin: 8
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Messages : 1221
Membre du mois : 42
Je crédite ! : (c) Kanala pour l'avtar - Mal' pour la sign'
Caractère : Sérieuse - Perfectionniste - Obsessionnelle - Réfléchie - Cynique - Fidèle
Vos Liens : Liens - Téléphone - RP

Autres comptes : Noah
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Just a drink or two ? [PV Leah Rivers & Malcom Hastings & Jack Rivers] Livre III - terminé   Mer 29 Juil - 19:25

Je devais dominer ma peur. Je devais dominer ma Louve. Elle ne ressentait aucune sorte de peur, oh non. Elle ressentait l'adrénaline, l'envie de se battre, de se jeter parmi les hommes et sentir leur sang si doux et si chaud dégouliner lentement le long de sa gueule. C'était ce qu'elle voulait, ce que je voulais,moi aussi, dans le sens où j'étais elle. Mais je ne devais pas. Ce n'était pas... raisonnable. Ca ne l'était déjà pas d'être descendue ici, j'étais consciente que Jack m'en voulait... Mais tout de même, il fallait que je sache ce qu'il se passe ! S'il se fait démonter, je dois rester en haut cloitrée dans ma chambre en attendant que les mafieux viennent me chercher ? J'crois pas, non. Et puis, je sais me battre aussi, si j'ai survécu jusqu'ici c'est pas qu'en me nourrissant de fraises des bois. Même si je donnerai tout pour ne pas avoir à recommencer, je sais que ce monde ne me donnerait pas cette possibilité. Jack se battait pour moi, et je voulais me battre pour lui aussi, si c'était nécessaire. Je lui devais bien ça. Je lui devrais sûrement plus, mais c'est déjà ça. Enfin je sais qu'il voudra pas que je prenne part de trop près à ce combat, qu'il aimerait que j'y prenne pas part du tout. Puis bon, je peux me mettre à sa place et le comprendre facilement. Certes. Il veut me protéger, il a toujours voulu me protéger ; je m'en suis jamais plainte. C'est pour ça que je suis en vie, grâce à lui. C'est pour ça que j'ai une vie, tout simplement.

Les types... Je sais au fond de mes tripes qu'ils sont là pour moi. Je le sens. J'en suis sûre. Quoi d'autre, sinon ? On a pas d'autre secret à cacher, et c'en est déjà un gros. On a pas d'autres ennuis que ce jour où j'ai failli me transformer en pleine rue, au mauvais endroit, au mauvais moment, là où trainait un type de la mafia assez haut placé dans la hiérarchie, je crois. Je me suis tenue à l'écart. J'avais peur, et à la fois cette envie viscérale de me jeter dans la mélée. Comme aujourd'hui, exactement comme aujourd'hui. Contexte différent. Enjeux similaires. Mêmes parties prenantes. Moi, qu'à demi, Jack, et son ami métamorphe. Plus cette jeune femme qui n'avait pas fui avec les autres. Pourquoi ? C'était qui ? Elle savait se battre, mais elle nous devait rien. Alors pourquoi elle reste, une petite envie d'exploser un ou deux crânes ? Putain, c'est vrai, c'est tellement fun. Bon je vais pas me plaindre qu'elle soit là, elle nous aidera sûrement pas mal, et elle a l'air humaine. Elle doit commencer à comprendre qui je suis, ou plutôt ce que je suis. Déjà que l'autre joue au transformers multiforme, loup et papillon... Bon, c'est efficace. Je tourne un peu le regard, quand il se pointe à poil devant nous. Perso, je m'en fiche. La nudité est dans notre nature, quelque part, mais bon, c'est pas très poli de fixer un mec à poil et la gueule dégoulinante de sang. Et il menace la blonde, et Jack calme le jeu. Moi je bronche pas, je regarde. Pas la peine d'aggraver la situation.

Je hausse les sourcils, quand il parle de m'éviter la vue de cervelles et autres mets délicats. Ok, j'ai toujours fui quand les coups de feu retentissent, mais je suis tout de même pas la plus insouciante des jeunes filles de dix sept ans... J'en ai déjà vu des belles. En tant que louve. Sinon... Si j'avais pas été transformée... Avec des si, on refait le monde. C'est cool, mais concrètement, ça sert à rien. Je dis rien, cependant, pas la peine de lancer le débat là dessus. Jack le sait de toute façon. Je pense juste que ça lui fait pas plaisir de le savoir, alors il veut me préserver. Et en plus, il balaye mon idée de leur donner un coup de main. Je sais qu'ils sont là pour moi... Pour quoi d'autre, sinon ? C'est juste le cauchemar qui recommence, qui recommence à chaque fois. Quand y'en a plus, et bah y'en a encore. Hop, une cellule de la mafia détruite, une autre revient à la charge, avec peut être un ou deux autres survivants de l'ancienne. Ils me lâcheront que quand ils auront trouvé cible plus appétissante, sûrement... Tant qu'ils viennent pas me chercher au lycée. Là, c'est la fin. Personne pour me défendre. Je lâche un léger soupir.

« Ok. Comme tu veux. Je prends pas de risque. »

Je le laisse m'embrasser sur le front, le serrant un instant dans mes bras. Mais les effusions, c'est pas toujours mon fort. Et c'est un peu gênant avec des inconnus autour. Son plan est risqué, mais peut être le seul qu'on ait.

« Promis, pas de bêtises. »

Je lance un regard amusé à Malcom.

« S'il crève, tu devras déjà m'rattraper avant d'essayer de m'amener chez tes potes. »

Ok. Jack, un tueur à gage, une nana qui s'entraine tous les jours à exploser des cervelles. Ca devrait faire le poids. Enfin je l'espère. Ils sont dix fois plus nombreux que nous, mais... Putain ça m'énerve de devoir rester là, avec cette arme entre les mains. Seule. J'aimerai rester avec Jack, mais je sais que c'est trop dangereux.

« Merci »

Murmurais-je à l'intention de Sahsa. Je prends le flingue en main, et prends quelque secondes avant de répondre à la question de la jeune femme. Je ne sens pas de créatures surnaturelles. Pas ici, en tout cas.

« Je dirai qu'ils sont tous humains, ceux qui sont pas loin en tout cas. S'il y en a dehors... Je sais pas. »

Malcom était allé flairer dehors, il saurait sûrement s'il avait senti du vampire, du lupin ou non...

_________________
Do you cry to the heaven's high when you're confined in here ? Do you not ever wonder why these leaden tears will never dry ? They'll leave behind so many shadows in my mind. High in the sky, all of the clouds are passing by. Wait for this storm, wait for the rain, and wait for the tears to fall down on me
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Esquive
Points de vie : 15/20
Coups du Destin: 0
Searching for what she can find, for her own piece of mind
Messages : 233
Membre du mois : 10
Je crédite ! : (c) Swan // (c) Hedgekey
Localisation : Avec Jack
Caractère : Loyale - Triste - Mature - Téméraire - Imprudente
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Mélancolique
Autres comptes : Erin Danvers & Eva Raederer
DC d'Erin Danvers - Modératrice
Searching for what she can find, for her own piece of mind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Just a drink or two ? [PV Leah Rivers & Malcom Hastings & Jack Rivers] Livre III - terminé   Jeu 27 Aoû - 22:55

Un sourire étire mes lèvres, amusé. La blonde avait de la répartie, en plus d'avoir du cran. Visiblement, c'était loin d'être la première fois qu'on la braquait d'un flingue... Ou qu'elle se retrouvait pris dans une fusillade. J'étais à peu près sûr qu'elle avait participé activement aux événements de Février... Et qu'elle devait être dans le bon camp. Je laisse échapper un bref rire à sa question. A tous les coups, c'est une flic. Ce serait bien ma veine tiens...

- Non, pas de quartier. Evidemment.


Eux n'en feront pas. On n'avait simplement pas dû en tuer assez la dernière fois pour qu'ils comprennent la leçon. Je suis sûr qu'une petite piqure de rappel leur passerait toute autre envie de velléité. Le mieux serait de tous les tuer, sans exception. Je ne compte même pas laisser les miettes aux forces de l'Ordre. D'ailleurs...
Je jure tout bas. On commence à entendre clairement les sirènes de police dans les rues environnantes. Voilà la cavalerie... A bien y repenser, ils sont presque au retard sur leur temps de réaction habituel. Il faut dire que les semi-démons ont dû tellement mettre le bazar qu'ils ne doivent pas s'ennuyer. Je soupçonne nos anciens ennemis d'en profiter largement pour conclure leurs petites affaires... Comme aujourd'hui.

- On n'a vraiment plus le temps de discuter.


Je coupe net à sa discussion avec la petite Louve. Qu'est-ce qu'ils ont tous à la couvrir comme un chiot ? Elle est plus que capable de se défendre seule, encore plus maintenant qu'autrefois. En plus, elle est plus ou moins à l'épreuve des balles... Mais ça, elle n'est pas forcée de le savoir. La blonde, prénommée Sasha apparemment, me rejoint dans mon analyse. C'est suicidaire de laisser Jack les prendre tous de front, même si nous le couvrons... Il a l'air sûr de lui. Je lui fais confiance pour ne pas tout faire foirer. Il a l'expérience avec lui, bien plus encore que moi... Ou elle d'ailleurs. De ce que je crois comprendre, elle traîne aussi son lot de casseroles. S'il pense que c'est le bon plan, c'est qu'il doit l'être. On n'a pas vraiment le luxe d'hésiter ou d'en chercher un autre, dans le feu de l'action.

Je me fends d'un sourire en coin à la remarque de la gamine effrontée. Je trouverais bien le moyen de la convaincre que c'est le mieux pour elle, un jour... Si on arrive à avoir une discussion posée. Sauf que ce jour risque de ne jamais arriver. Je ne doute pas de notre survie à tous les deux, mais plus de ma patience face à un louveteau. Enfin, chaque chose en son temps.

- Non, que des humains au dehors. Pour ce qu'il en reste... Méfiez-vous juste du sniper, même si à l'heure qu'il est, je le suppose déjà inconscient.


Paralysé, au mieux. Le venin des aspics est bien plus incapacitant que mortel... Mais pour un humain, s'il ne reçoit pas de soins rapidement, ça devient vite ingérable. On devrait avoir un bon répit, c'est plus l'intervention des flics qui est à craindre.

Jack nous fait signe. L'instant d'après, il a sauté par-dessus le bar et mitraille sévère. Je le vois sauter d'une planque à l'autre, sans le moindre temps mort. Il les force à sortir de derrière leurs boucliers improvisés. Ils sont doués, mais ils commencent à faire des erreurs. Je cale mon bras contre le zinc pour qu'il cesse de trembler. Je tire des deux mains, à la moindre brèche qu'ils laissent dans leur défense. Je n'aurais pas l'occasion de recharger, mais je n'escompte pas le faire. Je me contente de verrouiller une cible et de faire feu. La situation devient vite incontrôlable... Je me sens comme dans l'œil du cyclone. Jack fait bien sa part. Je ne me soucie pas des tirs ennemis, mais seulement des opportunités. Ne penser à rien d'autres. Je dois aussi faire la mienne en le couvrant au mieux. J'ai le regard qui file presque moins vite que les détonations. Je sens mon épaule m'élancer à chaque fois que j'appuie sur la détente. Je n'ai pas réussi à tous les avoir, mais les deux filles n'ont pas chômées. Ils sont tous tombés... Ou presque.

Je crie vers Jack. Une masse informe vient de le percuter de plein fouet, jaillissant de derrière les tables retournées. Bordel ! Un Loup, ici ? Avec tous les échanges de tirs, l'odeur de la poudre et du sang, on a dû rater un détail de taille. Je tire ma dernière balle. Elle se fiche dans le pelage gris de l'animal qui bronche à peine. Il lâche Jack mais s'apprête à réattaquer. L'humain s'est écroulé au sol, pris au dépourvu. Sa tête a percuté le sol avec une telle violence qu'il a dû être assommé sur le coup. Merde... Comment on est censé le sortir de là ?
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15
Coups du Destin: 14
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Messages : 1931
Membre du mois : 69
Je crédite ! : (c) Shiya
Localisation : Glasgow
Caractère : Sadique – Violent – Séducteur – Imbu de lui-même – Fidèle – Entier – Homme de parole – Débrouillard – Méticuleux – Cynique - Protecteur - Instable
Autres comptes : Astrid Lehtinen
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4057-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4099-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4089-malcom-hastings
MessageSujet: Re: Just a drink or two ? [PV Leah Rivers & Malcom Hastings & Jack Rivers] Livre III - terminé   Ven 28 Aoû - 12:05

Je veux faire quelque chose. Je dois faire quelque chose. Je peux pas rester comme ça, immobile, avec ces tirs autour de moi, ces cris et ce sang. Ca excite trop ma louve. Ca me met trop mal à l'aise. Ca me rappelle trop de choses. C'est insupportable, et si je me fais violence pour me maitriser depuis quelques minutes, je sais que ça pourra pas durer éternellement. J'ai beau être entouré de types doués, ça arrange rien. Au contraire ; je me sens inutile, et ça m'énerve de n'avoir rien à faire. Qu'ils ne veulent rien que je fasse. Bon ok, jack, je comprends. Je comprends aussi qu'il se dise qu'avec Malcom et cette nana, on est bien entourés, pas besoin que je me mouille. C'est vrai que cette femme, je me demande bien qui c'est... Flic, militaire. Ou je sais pas quoi. Mais elle sait ce qu'elle fait, on dirait. Est-ce que ça va suffire ? J'espère. Ils sont beaucoup, ils sont bien armés.... Prêts à tous nous démonter en deux ou trois balles. Ils savaient où on habitaient, ils avaient préparé leur coup. Ils ont saccagé le bar. Tout ça pour quoi, je vous prie ? Parce que j'ai failli me transformer en pleine rue. Bordel. Pour un rien. Mais c'est ma faute, encore une fois. Moi... On en revient toujours là. Je suis pas très convaincue, quand je jure à Jack d'être prudente. A quoi revient la prudence, dans cette situation ? Restée planquée, s'impliquer mais pas trop ? Je sais pas ce que je peux faire ; je sais pas ce qui est le mieux. J'ai tellement peur de faire encore une couille, et que la situation dégénère dix fois plus à cause de moi... Je suis sûre que Malcom saurait me dire ce qui est le mieux. J'ai pas vraiment confiance en lui, mais au moins il s'y connait. Et c'est un métamorphe. Putain, mais j'ai pas le temps d'avoir de discussion comme ça maintenant avec lui.. ! Puis en plus, y'a l'autre, la nana. Elle doit pas savoir ce que je suis... Enfin elle doit quand même commencer à se douter de quelque chose. Elle a l'air futée, et j'ai fais quelques sous entendus. Merde hein, c'est le bordel, alors à un moment, tant pis. Elle a déjà dû plus que comprendre que Malcom n'était pas tout à fait humain non plus... y'a que Jack. Et elle. Mais Jack, il est suicidaire.

Je le suis des yeux, anxieuse, jusqu'à ce qu'il nous fasse signe et disparaisse. Mais... Il fout quoi ? Il va mourir. Ils sont trop nombreux. Je commence à m'agiter, doucement, j'enfonce mes ongles dans le premier bout de mon corps que je trouve pour essayer de me contenir. Je me mords la lèvre. Reste clame, putain, reste calme. Y'a l'odeur du sang. L'odeur du chaos. Je le sens. Il appelle l'animal roulé en boule au fond de moi, cet animal qui prend de plus en plus de place... Souffle. Je reste planquée, respire à grand bruit, jusqu'à ce que j'entende Malcom crier. Et que je sente l'odeur. Un loup... Putain, un loup. Je suis conne, en plus de ça. Je l'ai même pas senti. Restes calme, Leah.

Non.

Je peux pas rester là à regarder Jack se faire déchiqueter par l'un de mes semblables. Je regarde autour de moi. La porte derrière le comptoir est entrouverte. La police arrive peut être, mais j'en ai rien à foutre.

« C'est bon, j'y vais. »

Toujours baissée, je m'engouffre derrière la porte. Toute fébrile, j'enlève mon haut et mon pantalon, et sans prendre le temps de me dévêtir totalement, je laisse la louve prendre le dessus. Je suis jetée à terre, déchiquetée, broyée, ça craque, ça grince, ça se détruit, ça se reforme. J'essaye de faire le plus rapidement que je peux. Je suis trop stressée, c'est plus tenable. Je prends mon élan, ouvre grand la porte, prends mon appui sur un tabouret derrière le comptoir, puis sur ce dernier. J'ai à peine le temps de voir la scène qui se joue sous mes yeux. Jack semble toujours à terre.

Je saute sur le loup, gueule grande ouverte, crocs en avant.

Pourvu qu'il ne soit pas trop tard...

_________________
Do you cry to the heaven's high when you're confined in here ? Do you not ever wonder why these leaden tears will never dry ? They'll leave behind so many shadows in my mind. High in the sky, all of the clouds are passing by. Wait for this storm, wait for the rain, and wait for the tears to fall down on me
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Esquive
Points de vie : 15/20
Coups du Destin: 0
Searching for what she can find, for her own piece of mind
Messages : 233
Membre du mois : 10
Je crédite ! : (c) Swan // (c) Hedgekey
Localisation : Avec Jack
Caractère : Loyale - Triste - Mature - Téméraire - Imprudente
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Mélancolique
Autres comptes : Erin Danvers & Eva Raederer
DC d'Erin Danvers - Modératrice
Searching for what she can find, for her own piece of mind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Just a drink or two ? [PV Leah Rivers & Malcom Hastings & Jack Rivers] Livre III - terminé   Sam 29 Aoû - 18:52

La tension était montée d'un cran mais Sasha esquissa tout de même un sourire à la répartie du métamorphe qui semblait enfin vouloir la considérer comme alliée temporaire plutôt qu'une cible de plus parmi toutes celles qui les entouraient.

"Pas de quartiers ? Bien. Ce sera plus facile que de devoir faire dans la dentelle."

Son arme était chargée, le cran de sûreté relevé et elle prit une profonde inspiration, hochant brièvement la tête. Il n'y avait que des humains, ce serait déjà plus simple à gérer. Un peu plus définitif, les humains avaient tendance à moins bien se relever avec une balle dans le corps. Mais, après tout, elle n'avait rien demandé, ils n'avaient qu'à pas agir de la sorte et la laisser finir son verre tranquillement avant de mettre le bordel dans le bar.

Avant qu'elle n'ait le temps de vraiment réfléchir plus avant à la meilleure façon de faire, Jack se précipita dans la mêlée. Ne restait donc plus qu'à le couvrir et, quand c'était possible, essayer de faire mouche dès qu'un bras ou une jambe était à portée. Les cris qu'elle put entendre ne pouvaient que la satisfaire, elle ne manquait pas ses cibles malgré les conditions difficiles.

La petite avait l'air de bien se débrouiller aussi, elle était particulièrement concentrée mais Sasha n'avait pas le temps de voir sur quoi ou sur qui. Au loin, elle avait l'impression d'entendre les sirènes de police. C'était pas trop tôt. Cette fusillade durait depuis combien de temps ? 30 secondes ? Une heure ? A dire vrai, elle avait perdu toute notion du temps, comme à chaque fois qu'elle se retrouvait dans une telle situation.

Et puis, alors que tout semblait brusquement calme, comme s'ils avaient enfin réussi par miracle à éliminer la menace, elle put voir Jack se faire heurter de plein fouet… par un loup et le méta hurler dans sa direction. Plutôt raté pour ce qui était de n'avoir que des humains dans le lot. Sasha n'eut même pas le temps de s'énerver ou de faire quoi que ce soit qu'elle entendit la jeune femme lâcher quelques mots.

Lui jetant un bref regard, elle se figea, voyant qu'elle était en train de se transformer. Une louve. De mieux en mieux tiens. Mais bon, elle se doutait que la petite ne laisserait pas son père dans cet état. Avant qu'elle n'ait le temps de réfléchir, la porte vola en éclat, laissant apparaitre quelques flics visiblement surexcités par ce qu'ils venaient de voir à l'extérieur et par ce qui les attendait dans le bar. Elle leva les yeux au ciel et, par réflexe, déformation professionnelle, appelez ça comme vous voulez, elle lança, en direction du méta.

"Il faut intervenir et vite. Sinon il va lui arriver des bricoles."

Sans lui prêter plus d'attention que ça ni savoir s'il allait l'écouter, elle se dirigea vers la porte d'entrée, s'arrêtant brusquement quand l'un d'eux hurla dans sa direction.

"Toi, tu fais plus un geste, plus un pas et tu jettes ce foutu flingue si tu veux pas te prendre une balle !"

Ok. Ca, c'était au moins des petits jeunes sortis tout juste de l'école. Manquerait plus qu'elle se prenne une balle de la part de ses collègues. Dans le genre ironie, elle aurait été plutôt pas mal là. Réprimant un profond soupir, elle baissa son arme sans la lâcher, les fixant les trois flics les uns après les autres alors que, derrière elle, résonnait le combats entre les loups.
L'un des policiers s'arrêta alors brusquement, fixa Sasha en plissant des yeux, son arme toujours braquée sur elle.

"Je te connais toi."

Laissant échapper un claquement de langue agacé, elle souffla, d'un ton sec alors que l'adrénaline commençait à retomber.

"Evidemment que vous me connaissez abruti. Sasha Oppenheimer. Directrice de la PES."

Il laissa échapper un sifflement, hésitant visiblement sur la marche à suivre, surtout si son identité était bien confirmée. Ca sentait la boulette s'il était effectivement en train de pointer son flingue sur la patronne de la brigade.

"Mon badge est dans mon sac. Et, si vous tenez à garder le votre, rangez-moi ça avant que je trouve comment vous faire virer avant que vous n'ayez le temps de dire ouf."

"… mais je…"

"Tout est sous contrôle."

Bon, ok, niveau crédibilité, avec le sang maculant ses vêtements, trois loups en train de s'étriper, elle se posait là.
Mais, elle le fixait avec tellement d'aplomb qu'il était sur le point de s'avouer vaincu. Alors, avant de lui laisser le temps de réfléchir, elle reprit, toujours du même ton, celui d'une femme habituée à donner des ordres.

"Sécurisez le périmètre et attendez-moi dehors. Je vous aiderais pour votre rapport."

Mais ils allaient dégager de là ou pas ? Décidément, ça devenait n'importe quoi. Les flics échangèrent un regard et, finalement, après un temps d'hésitation qui sembla durer une éternité, ils sortirent, se postant devant la porte défoncée après avoir lâché un "oui madame" qui aurait presque pu la faire rire dans d'autres circonstance.

Elle pouvait encore les voir mais, pour l'heure, ce n'était pas son problème le plus important. Sasha était en train de se demander si elle n'allait pas devoir tirer dans le tas pour les séparer.


Dernière édition par Sasha Oppenheimer le Mar 1 Sep - 13:20, édité 1 fois
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 16
Coups du Destin: 8
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Messages : 1221
Membre du mois : 42
Je crédite ! : (c) Kanala pour l'avtar - Mal' pour la sign'
Caractère : Sérieuse - Perfectionniste - Obsessionnelle - Réfléchie - Cynique - Fidèle
Vos Liens : Liens - Téléphone - RP

Autres comptes : Noah
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Just a drink or two ? [PV Leah Rivers & Malcom Hastings & Jack Rivers] Livre III - terminé   Sam 29 Aoû - 20:01

Et merde. Merde merde merde.
Je n'ai pas senti l'odeur du lycanthrope, mais Leah aurait dû. Elle venait de nous certifier que nous ne nous trouvions que devant des humains... Des bêtes humains qui s'écroulent après une balle bien placée. On s'en est tous tenu au plan. Jack a foncé, sans savoir ce qui l'attendait vraiment. J'aurais eu le temps de me transformer pour échapper à cette charge, mais pas lui. Je peste encore. Je temporise comme je peux. J'essaie de tenir la bête du Gévaudan à distance, avant de réaliser qu'on en a aussi une dans notre camp. La petite a soufflé quelques mots, mais je ne percute qu'en entendant les os se craquer et son anatomie se reconstituer. Différente... Louve, maintenant.

La porte explose et vole en éclats. Les flics débarquent... C'est de pire en pire. Je lâche les deux flingues sous le comptoir. Ils sont vides de toute façon, alors à quoi bon ? Autant éviter de se retrouver pris entre deux feux. Il serait peut-être temps que je me casse, tout simplement. J'aurais dû le faire depuis le début. J'observe la blonde qui interpelle les flics, la gamine qui se jette gueule en avant sur l'ennemi, Jack toujours inerte à terre... Je souffle. Je sais ce que j'ai à faire.

- Garde tes ordres pour tes hommes, la flic !


Je n'ai jamais aimé qu'on me dicte ma conduite. J'accepte les directives de mon Ulfric, et c'est déjà pas mal. Ce serait d'ailleurs moins risqué pour la Meute si je rompe le combat maintenant et me contente de m'éclipser. Ca voudrait dire laisser la petite gérer seule un Loup deux fois plus âgé qu'elle. Ca voudrait dire aussi que j'ai pris cette balle pour rien. Ca m'énerve, assez pour me motiver. Je souffle, m'accroupis sous le bord. Je ferme les yeux et les rouvre avec une toute autre perception de mon environnement. L'odeur du sang, de la poudre et de l'alcool m'assaillent. Je sens leur peur, et elle m'excite. Je bondis sur le zinc, babines retroussées. Leah s'est déjà interposée, mais elle ne fera pas un pli. J'entends les flics discuter entre eux, la blonde qui doit temporiser. J'ai le temps. Je suis rapide... Même blessé, je reste toujours rapide.

Je m'élance. Mes pattes me transportent. Je roule au dernier moment, accuse la douleur de mon épaule et me relève malgré tout derrière lui. J'entends un craquement sonore suivi d'un glapissement quand mes crocs se referment sur sa patte arrière dans une attaque sournoise. Je tente de le faire chuter pour éviter que sa mâchoire ne se referme sur Leah en représailles et laisser l'occasion à la petite de finir le travail. Je gronde, de plus en plus fort, pour inciter sa Louve à redoubler d'efforts. Qu'elle ne fléchisse pas maintenant, surtout pas. Je n'aurais pas la force de lutter contre un cabot en étant blessé, sans pouvoir changer à cause des flics. Qu'on en finisse !
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15
Coups du Destin: 14
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Messages : 1931
Membre du mois : 69
Je crédite ! : (c) Shiya
Localisation : Glasgow
Caractère : Sadique – Violent – Séducteur – Imbu de lui-même – Fidèle – Entier – Homme de parole – Débrouillard – Méticuleux – Cynique - Protecteur - Instable
Autres comptes : Astrid Lehtinen
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4057-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4099-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4089-malcom-hastings
MessageSujet: Re: Just a drink or two ? [PV Leah Rivers & Malcom Hastings & Jack Rivers] Livre III - terminé   Dim 30 Aoû - 17:59

Je suis gourde, je suis conne, je suis tout ce que vous voulez, mais pas douée. Pourquoi j'ai pas senti cette foutue autre odeur de loup ? Je sers à rien, à part à faire merder les choses. Vraiment. Ca me fait rager. Jack, maintenant... SI seulement j'avais senti, il se serait pas jeté tout droit dans le piège... Sûrement. C'était déjà suicidaire, lui contre tout ces gros bras armés, j'avais flippé pendant tout le temps où je l'avais regardé, comme ça, impuissante, attendant avec angoisse qu'une balle le percute... Et s'il mourrait ? Je pouvais pas envisager cette éventualité. Je pouvais pas. Pas possible. Sans lui, j'étais plus rien. Sans lui ça n'avait plus aucun intérêt. Alors il fallait que je le regarde se faire fusiller, alors que je pouvais me transformer en l'un des plus gros prédateurs de l'écosse ? J'ai été prudente, tout de même. J'ai attendu qu'il n'y ait plus d'autre moyen avant d'y aller. J'ai cru, un instant, qu'il avait réussi. Le trois quart des tireurs était à terre, et il tenait encore debout pour éliminer les un ou deux qui lui résistaient encore. Jusqu'à ce que cette odeur de loup m'envahisse... Comment avais-je pu passer à côté ? Comment Malcom avait il pu passer à côté lui aussi ? C'était quand même fou, ce type devait savoir exactement comment faire pour camoufler son odeur, ou alors on était vraiment des billes. Peut être un peu des deux, pour moi en tout cas. Mais maintenant, je me maudissais. Il fallait que je répare ça moi même. Comment vous voulez prendre le temps de réfléchir, dans ces moments là ? La seule personne qui compte encore pour vous est en train de se faire déchiqueter par un de vos semblables. C'est le comble, tout de même.

Et ma louve, je peux plus la contenir. On en est arrivé à un point où tout contrôle est devenu superflu, inutile. Elle sent depuis le début toute cette violence, tout ce sang. Et ça l'attire. Moi, ça me dégoute. Mais maintenant, ça a beau toujours me dégouter, je peux plus faire autrement. Il faut que je fasse quelque chose. C'est vital, c'est tout. Alors je fais aussi vite que je peux, même si ça fait deux fois plus mal et que c'est dix fois plus épuisant. Ni Malcom ni Sasha ne m'interceptent, je sais même pas s'ils m'ont entendu. De toute façon, ils comprendront assez vite... La porte, je m'en fiche, de toute façon il y aura des réparations à faire avec les impacts de balle. Un truc de plus ou de moins... J'atterris violemment, et sans écouter un seul instant la douleur, je me jette sur l'autre loup, gueule grande ouverte, crocs à l'air. Il n'y a plus que la rage. IL n'y a plus que ça.

La rage.

Viens voir ce que ça fait quand on touche à lui.

Il l'aura cherché. Il se détourne de Jack pour se jeter sur moi, et nous roulons ensemble, tentant nous blesser mutuellement. Il est fort et costaud, mais j'arrive à le blesser tout de même. C'est réciproque. On saigne tous les deux, et j'ai soudain peur qu'il prenne le dessus, lorsque contre toute attente, je l'entends glapir à deux millimètres de ma gorge. Sa souffre m'assaille, me galvanise, alimente ma rage, et je ne prends pas plus le temps de comprendre. Je mords sans retenue, je déchire sa gorge, son sang m'envahit, chaud et poisseux. Il l'aura voulu. Il l'aura cherché. Personne ne touche à Jack. I ll se débat tout de même, et manque de m'assommer mais finit par chuter à côté de moi. Je me remets sur pattes. Il ne se relève pas. Il vit toujours, mais pas assez pour se remettre. Je l'achève rapidement, dans un dernier accès de rage. Je tourne la tête. Une troisième bestiole a apparemment popé à côté de moi.. Malcom. Je me lèche avec avidité les babines d'un revers de langue, mais ne parvint pas à sécher tout le sang. Tant pis. Je reporte mon regard sur Jack, me dirige vers lui... Avant de me rendre compte de la présence des types en uniforme, à l'entrée. La police, putain. La police. Et la nana... Elle a l'air avec eux. Merde. Une flic. Et si ils m'arrêtent ? Si ils découvrent que je ne suis pas recensée en tant que louve, que j'ai des faux papiers ? J'ai peur. Ne fléchis pas Leah, pas maintenant. Je rejoins jack, toujours allongé par terre, inconscient. Je ne le quitterai pas d'une semelle, et décide de fait de m'assoir sur mes deux pattes arrières en travers de son corps. Personne ne lui touchera un cheveu. Il m'a assez sauvé la vie pour que je fasse ça pour lui. Mais j'ai peur, peur des flics. Je jette un regard en coin à Malcom, essayant de deviner ce qu'il veut faire. Lui aussi, doit avoir des petites affaires pas très en règle...

_________________
Do you cry to the heaven's high when you're confined in here ? Do you not ever wonder why these leaden tears will never dry ? They'll leave behind so many shadows in my mind. High in the sky, all of the clouds are passing by. Wait for this storm, wait for the rain, and wait for the tears to fall down on me
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Esquive
Points de vie : 15/20
Coups du Destin: 0
Searching for what she can find, for her own piece of mind
Messages : 233
Membre du mois : 10
Je crédite ! : (c) Swan // (c) Hedgekey
Localisation : Avec Jack
Caractère : Loyale - Triste - Mature - Téméraire - Imprudente
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Mélancolique
Autres comptes : Erin Danvers & Eva Raederer
DC d'Erin Danvers - Modératrice
Searching for what she can find, for her own piece of mind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Just a drink or two ? [PV Leah Rivers & Malcom Hastings & Jack Rivers] Livre III - terminé   Mar 1 Sep - 13:23

Elle avait arqué un sourcil, réprimant un sourire à la répartie du méta. S’il savait, sa réaction n’aurait probablement pas été la même. Mais, au vu de ce qui était en train de se passer, il allait probablement vite comprendre qui elle était, vu que les idiots qui venaient d’entrer pour arrêter un carnage qui était déjà arrivé étaient visiblement en train de mettre un nom sur la personne qui leur faisait face.

Heureusement d’ailleurs, sinon la situation aurait pu être encore pire. Comment ? Sasha ne savait pas vraiment. Entre les loups en train de faire le spectacle, l’humain à terre et les corps qui gisaient un peu partout, le décor était déjà plutôt bien posé. Bon, après, elle n’était pas blessée, c’était mieux que rien. C’était loin d’être le cas des autres et, quand le calme revint, elle cilla, fixant le cadavre du loup gisant au sol et se refusant de faire le moindre geste brusque.

Elle n’avait aucune idée de comment les deux loups allaient réagir et, l’espace d’un instant, elle songea que son arme ne serait guère utile s’ils se décidaient à l’attaquer de concert. Levant sa main libre dans leur direction, elle souffla alors, d’un ton aussi calme que possible.

"Si vous voulez sortir de là entiers, va falloir me laisser faire. Flic ou pas flic. Ils vont pas tarder à cerner le bar si c’est pas déjà fait et ils ont tendance à être nerveux ces derniers temps. Alors si vous essayer de sortir, faudra slalomer entre les balles."

Sauf si le méta se décidait à prendre une forme improbable, comme le papillon qu’elle avait pu déjà voir, mais elle n’était pas sûre qu’il lâche ses camarades aussi facilement, surtout après ce qui venait de se passer.

Rengainant son arme, elle poussa un soupir, hésitant avant de finir par leur tourner le dos pour aller rejoindre les deux policiers stationnés devant la porte. Elle eut à peine le temps de leur jeter un regard qu’une nouvelle volée de coups de feu retentit dans la rue, Sasha et les deux autres ayant juste le temps de se mettre à couvert à l’intérieur.

"Bon sang, me dites pas que vous étiez que trois à intervenir. Et il est passé où votre copain ?"

"Les renforts arrivent. Il était parti en demander."

Elle pouvait voir non loin leur petit camarade planqué contre la portière de la voiture, attendant que les choses se tassent et elle réprima un nouveau soupir avant de réaliser que le silence était revenu.

Les coups de feu s’étaient arrêtés et elle put même entendre des bruits de course. Visiblement, les assaillants restant avaient hâte de fuir les lieux.

"Sortez de là et occupez-vous d’eux, je me charge de l’intérieur."

Point positif, ils réagissaient rapidement aux ordres sans demander plus d’explications et ils se précipitèrent à leur poursuite alors que Sasha s’adossait au mur, fixant à nouveau les deux loups.

Elle laissa alors filer, visiblement fatiguée.

"Vous devriez vous changer… enfin, vous voyez quoi."

Elle ne savait pas vraiment si le terme était bien choisi ou pas et, maintenant que l’adrénaline était en train de retomber, elle s’en moquait un peu. Restait à voir ce qu’ils allaient faire. Elle avisa alors Jack, toujours inconscient et fit un pas dans sa direction avant de s’arrêter à distance raisonnable, fixant la louve.

"Il faut voir s’il a besoin de soins ou pas."
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 16
Coups du Destin: 8
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Messages : 1221
Membre du mois : 42
Je crédite ! : (c) Kanala pour l'avtar - Mal' pour la sign'
Caractère : Sérieuse - Perfectionniste - Obsessionnelle - Réfléchie - Cynique - Fidèle
Vos Liens : Liens - Téléphone - RP

Autres comptes : Noah
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Just a drink or two ? [PV Leah Rivers & Malcom Hastings & Jack Rivers] Livre III - terminé   Dim 6 Sep - 1:59

Je chute. Je sens ma patte se dérober sous mon poids. Le lycanthrope s'agite en tout sens, poussé par l'énergie du désespoir. Il devient incontrôlable et ma force seule ne peut pas suffire à contenir la furie d'un de ces cabots. Pourtant, je ne lâche pas. A aucun moment mes crocs ne se desserrent de sa patte arrière, arrachant par la même un bout entier de son flanc. Je suis toujours aussi hargneux que je pouvais l'être durant les combats de chien, et bien plus encore quand les années sanglantes ont frappé. Je vais arracher sa patte entière s'il continue à se débattre. Je grogne, les oreilles plaquées en arrière. Je déchire ses chairs. Le sang gicle sur mon pelage immaculé et je ne vois plutôt rien d'autres que ce voile carmin. Plus que l'odeur du sang, qui m'enivre toujours autant. Je me sens galvanisé, assez pour me camper à nouveau sur mes appuis. On chute, on se relève, on se bat plus encore. Ce cercle immuable est la seule vérité qu'il me reste après une vie entière trempée dans le sang des autres.
Et puis, subitement, il se fait inerte entre mes mâchoires. Mort. Je relâche la pression pour reprendre mon souffle. J'observe la petite louve qui me fait face, la gueule emplie du même goût du meurtre que moi. Ce fut un coup net, précis, porté directement à la gorge. Pas mal. Je souris intérieurement, parce que la petite a prouvé qu'elle n'était pas sans ressources, prête à tuer s'il le fallait. Finalement, elle n'est pas tellement un boulet que je le craignais depuis mon dernier contrat. Elle se débrouille même très bien pour un cabot aussi jeune. Je passe à sa hauteur, dans un frôlement de fourrure, et m'arrête ensuite au niveau de Jack. Je renifle au niveau de son visage, sans rien sentir. J'ai tellement le nez et la bouche poisseux de sang que je ne risquais pas de repérer ce Loup, et encore moins autre chose. Enfin, il a seulement l'air inconscient.
Leah s'est installée sur lui, protectrice. Je comptais le tirer vers le bar pour le soustraire à la vue des flics le temps qu'il se réveille, mais je me ravise. Jack est un peu comme un palliatif à une meute pour elle, et je n'aimerais pas qu'un cabot touche aux miens si je suis dans les parages. Je me rends compte que le Loup prend de plus en plus l'ascendant sur mes pensées. Je n'ai vraiment pas besoin de ça, dans l'immédiat. J'attrape la veste de Jack entre mes crocs, tire sans le déplacer, puis pointe du museau le bar avant de m'éloigner de la Louve. J'évite les familiarités avec elle, mais il est certain que nous aurons besoin de parler de ce qu'il vient de se passer.

Sauf que dans l'immédiat, j'ai bien mieux à faire que de m'occuper de ses états d'âme. Je me contrains à l'immobilité, le temps d'écouter les conseils avisés de la flic. J'évite les gestes brusques, restant la tête basse à attendre. Elle peut, à tout moment, décider de nous inculper pour meurtre et demander aux autres flics de nous tirer à vue. Elle doit le savoir. Elle doit aussi savoir que je les tuerais sans aucune hésitation, tous les quatre, afin de couvrir notre fuite. Je ne suis pas sûr qu'elle est envie de vérifier qui gagnera à ce jeu-là, parce qu'elle cherche rapidement un compromis. Elle lève sa main, comme en signe d'apaisement.
Je ne bouge toujours pas. J'aurais eu envie de m'enfuir, sous ma forme favorite, et de les planter là avec leurs emmerdes. Je me suis déjà posé la question au moins trois fois durant cette fusillade, mais je ne me suis pas défilé. Et pourtant, je sais à quel point mon action pourrait être nocive à la Meute. Enfin ce n'est pas comme si j'allais leur donner l'occasion de vérifier si j'en faisais partie. Je peux me présenter comme extérieur, et si le besoin s'en fait sentir, le devenir réellement pour protéger leurs arrières. Hayden n'a vraiment pas besoin de ça en plus à gérer.
Quelles options me restent-ils, entre attaquer ou fuir ? Je reste à mes réflexions quand j'entends des coups de feu au dehors. Je pointe mes oreilles vers l'extérieur, les entend s'éloigner avec les flics sur leurs talons. Ils se sont trouvés un casse-croute, c'est pas plus mal pour nous. Je suis étonné que la blonde ait autant d'autorité sur eux. J'ai dû sous-estimer son grade dans les forces de l'Ordre. J'aurais dû mieux écouter leur conversation, mais j'étais un peu occupé sur le coup...

Elle nous demande de reprendre forme humaine, ce qui signifie risquer que ses compagnons rebroussent chemin et voit mon visage... Une, c'est déjà bien assez. Et pourtant, ai-je vraiment le choix ? Soit je règle la question, définitivement, soit je me montre conciliant. Ceci dit, je peux toujours me montrer conciliant et voir ensuite si je change d'avis...
J'ai mal surtout, et les choses ne vont pas s'arranger plus l'adrénaline va s'atténuer. Je boîte jusqu'aux cadavres qu'on a laissé. J'hume quelques odeurs avec difficulté, toujours utile. Je regarde les armes en leur possession, appréciateur. Je finis par m'arrêter derrière une table retournée, à l'abri des regards. Pas tellement par pudeur que pour éviter d'être surpris, à l'improviste, et de laisser le temps à l'autre de détailler à tête reposée mon processus de transformation. Trop perspicace à mon goût, je l'ai déjà dit. Je reprends forme humaine en quelques secondes. Je simule que ça me prend un peu plus longtemps, le temps de récupérer le pantalon du mec auparavant planqué derrière, pour avoir une allure un peu plus convenable, moins sauvage... Je lâche un bref rire en constatant que ça ne sert strictement à rien. Je me relève, crache du sang qui m'encombre la bouche. Je me passe une main sur le visage et en étale plus que j'en essuie. Quelle boucherie. Il y a pas à dire, je me suis bien amusé. Des soirées comme ça, il en faudrait plus souvent. J'abandonne l'idée d'enfiler une chemise par dessus tout ce sang. Je prends plutôt sa veste en prime pour tamponner sur ma clavicule histoire d'y voir plus clair. Je me rattrape d'une main à la table quand le monde tourne subitement. Je reste figé dans cette position un temps. J'attends que ça passe, la douleur irradiant dans toute mon épaule. J'avais presque oublié à quel point l'argent pouvait faire mal, même s'il s'est juste contenté de passer et ressortir, même si cette blessure est bénigne.
Je reprends mon souffle. Je baisse le regard sur le cadavre et aperçois un paquet de clope dans la poche de sa veste. J'en prends une pour me détendre un peu. C'était vraiment grisant... Mais quelle merde je laisse.

- Jack est seulement inconscient. Bon... Laisse le temps à la petite de reprendre ses esprits, je n'ai que deux questions à te poser.

Je repose la veste du type en travers de mon épaule, cachant la plaie avec autant de nonchalance que je peux me permettre. Mon bras ne tremble pas si je le laisse retomber le long de mon corps. Difficile pourtant d'ignorer la douleur et je reste tendu. Mais souriant aussi, sans pouvoir non plus le retenir. Il faudrait, vraiment. Je range le paquet de clopes et le briquet de l'autre, souffle un nuage de fumée.

- Qui t'es, à la fin, et si t'es si prête que ça à nous aider, comment tu comptes nous sortir de ce merdier ?
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15
Coups du Destin: 14
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Messages : 1931
Membre du mois : 69
Je crédite ! : (c) Shiya
Localisation : Glasgow
Caractère : Sadique – Violent – Séducteur – Imbu de lui-même – Fidèle – Entier – Homme de parole – Débrouillard – Méticuleux – Cynique - Protecteur - Instable
Autres comptes : Astrid Lehtinen
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4057-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4099-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4089-malcom-hastings
MessageSujet: Re: Just a drink or two ? [PV Leah Rivers & Malcom Hastings & Jack Rivers] Livre III - terminé   Mar 8 Sep - 19:12

Le sang est chaud et amer dans ma bouche. Je suis bien. Extrêmement bien. La mort de ce loup que je viens de tuer de mes propres crocs ne me provoque rien. Rien à moi, l'humaine. Pas même du dégout. La Louve s'en régale. Elle sent toute cette violence à laquelle elle a prit part pour en triompher, elle a ressenti la souffrance de l'autre, a apprécié l'augmenter, entendre les os craquer, la chair s'ouvrir... Je ne dois pas penser comme elle. Je ne peux pas. Je dois rester moi, rester intègre. Est-ce que ces mots ont encore un sens ? Je pourrai dire ce que je veux, ce n'est pas la première fois que je tue. Qu'une part de moi se délecte du massacre et du sang. Du sang d'un autre loup. Mais ça, je m'en branle totalement, vous pouvez pas savoir. Il n'est pas moi. Il n'est pas mon ami, mon frère. Il est mon ennemi. Il a voulu faire du mal à Jack, et moi par extension. Jack, c'est ma meute. Ma famille. On touche pas à Jack. Comme un loup de la meute défendrait ses semblables jusqu'à la mort. Non, je ne suis pas si différente des lupins de Wolfheaven, finalement. J'ai juste une meute différente de la leur. Sans chef, sans hiérarchie, sans règle. Juste les gens que j'aime et qui comptent pour moi. Ce qui se compte sur les doigts d'une seule main...

Je reste en travers de Jack un petit bout de temps, fixant les policiers comme on fixe son destin. Avec appréhension, sans pouvoir savoir, sans pouvoir deviner ou demander ce qui va nous arriver. Mais eux ne toucheront pas à Jack. Représentants de l'état ou non, c'est pas l'état qui a fait quelque chose pour les victimes des transformations comme moi. Y'a Malcom, toujours, derrière moi. Je continue à me poser toutes ces questions, dans ma tête. A avoir envie de fuir ou de rester figée là, ou encore de les décimer tous eux aussi pour en finir une bonne fois pour toutes. Non, ok, j'suis pas suicidaire à ce point. Je fixe Sasha, quand elle se retourne vers nous. Une flic... Putain mais qu'est-ce qui peut m'arriver ? Recensée dans les listes comme louve, moi, jamais de la vie. Je prends mon mal en patience. Je le saurai bien assez tot, finalement.

Je suis Malcom, mais repasse la porte défoncée derrière laquelle j'ai laissé mes habits. Je me cache comme je peux. Se transformer à la vue d'autrui, c'est clairement impossible. Un humain qui se ballade à poil, bon, il se sent mal à l'aise. Mais ça n'a rien à voir. On peut pas montrer ça à quelqu'un d'autre. Alors je fais au plus vite, caché précairement comme je le suis. Je frisonne, sous forme humaine. On se sent tout de suite d'une vulnérabilité sans faille. J'ai une telle envie de retourner me réfugier derrière mes crocs et mon épaisse fourrure, mon air de prédateur et ma force surnaturelle... Non. Je remets le pantalon et le haut, n'ayant pas pris le temps d'enlever les sous vêtements au départ. Doigts fébriles, j'ai la peau rougie et transpirante. Le pouls rapide, et toujours cet épais goût amer sur la lanque. Sang et acier. La peur au ventre, toute incertaine, je retourne dans le bar et prends un verre d'eau. Bon, ça chassera pas totalement le goût, mais déjà un peu... Je me hisse sur le comptoir d'une impulsion, et me la ferme bien correctement. C'est Malcom qui a posé les questions, et je veux entendre les réponses.

_________________
Do you cry to the heaven's high when you're confined in here ? Do you not ever wonder why these leaden tears will never dry ? They'll leave behind so many shadows in my mind. High in the sky, all of the clouds are passing by. Wait for this storm, wait for the rain, and wait for the tears to fall down on me
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Esquive
Points de vie : 15/20
Coups du Destin: 0
Searching for what she can find, for her own piece of mind
Messages : 233
Membre du mois : 10
Je crédite ! : (c) Swan // (c) Hedgekey
Localisation : Avec Jack
Caractère : Loyale - Triste - Mature - Téméraire - Imprudente
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Mélancolique
Autres comptes : Erin Danvers & Eva Raederer
DC d'Erin Danvers - Modératrice
Searching for what she can find, for her own piece of mind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Just a drink or two ? [PV Leah Rivers & Malcom Hastings & Jack Rivers] Livre III - terminé   Mer 9 Sep - 21:01

Grimaçant, elle jeta un regard aux deux loups, attendant de voir s'ils allaient se transformer, se barrer ou, pire encore l'attaquer. Aucune de ces options n'était à laisser de coté, elle connaissait suffisamment la nature pour le moins imprévisibles des surnats pour savoir sur quel pied danser. Mais, au lieu de les braquer, elle opta pour la diplomatie. Après un carnage pareil, ça pouvait sembler pour le moins bizarre et, pourtant, quand elle jetait un regard au cadavre du loup, elle ne pouvait qu'être convaincue de faire le bon choix.

Tous les deux finirent par se soustraire à sa vue et elle attendit quelques minutes, reprenant son souffle et, surtout reprenant le flingue qu'elle avait utilisé. Jack remuait un peu, elle l'entendait grogner. Il devrait reprendre conscience dans quelques minutes si tout allait bien mais bon, vu comment les choses s'étaient passées jusque là, difficile de croire que les choses n'allaient pas déraper une fois de plus.

Elle haussa les épaules à la remarque du méta, lui jetant un bref regard et avisant la blessure qu'il avait à l'épaule, se demandant à quelle vitesse il pouvait bien guérir.

"Je ne compte pas aller embêter la petite, je ne suis pas suicidaire. J'attendrais sagement qu'elle revienne aussi."

Elle n'eut pas le temps d'en dire plus que la jeune louve revint dans la pièce pour se percher sur le comptoir alors que le méta reprenait la parole. Laissant échapper un soupir, elle se pinça l'arrête du nez, avant de lâcher, sans cacher son agacement.

"Bordel, c'est la question à 1000 livres aujourd'hui ou quoi ? Je m'appelle Sasha… Oppenheimer."

Son regard engloba alors la pièce et, au vu de tout ce bordel, son visage s'orna alors d'un sourire narquois. Il n'avait pas eu l'air d'apprécier qu'elle soit flic, quand il apprendrait ce qu'elle était vraiment, ce serait probablement bien pire. Dans le doute, elle referma sa poigne sur son arme sans la moindre discrétion avant de continuer, d'un ton tranquille.

"J'ai remplacé notre cher premier ministre à la tête de la PES. J'imagine que je n'ai pas à vous dire ce que c'est non ?"

Jetant un coup d'œil à l'entrée pour être sûre que les flics ne revenaient pas, elle continua, la mine tranquille de la femme sûre d'elle et de ce qu'elle affirmait.

"Je peux vous sortir de ce merdier comme je veux et sans la moindre difficulté. Si vous connaissez un peu la brigade, vous le savez aussi bien que moi."

Croisant les bras, elle s'appuya sur l'une des rares tables qui était restée en place et elle ajouta après les avoir fixé l'un après l'autre longuement sans rien dire.

"A vous de me dire si vous êtes prêts à ce que je vous aide."

Quelle que soit leur réponse, Sasha s'en accommoderait. S'ils demandaient son aide, elle aurait un moyen de pression sur eux à terme, ils le savaient tous les trois. S'ils décidaient de décliner son offre, les choses seraient probablement encore pire pour eux. Ils étaient dans une situation délicate et elle n'avait pas besoin d'en rajouter une couche.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 16
Coups du Destin: 8
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Messages : 1221
Membre du mois : 42
Je crédite ! : (c) Kanala pour l'avtar - Mal' pour la sign'
Caractère : Sérieuse - Perfectionniste - Obsessionnelle - Réfléchie - Cynique - Fidèle
Vos Liens : Liens - Téléphone - RP

Autres comptes : Noah
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Just a drink or two ? [PV Leah Rivers & Malcom Hastings & Jack Rivers] Livre III - terminé   Sam 12 Sep - 19:59

Je finis par m'adosser au bar. Je commence à me sentir irritable... Je sens cette douleur qui me remonte dans toute l'épaule, pour me descendre dans les côtes et remonter dans le cou. Ca enfle, entre un poison et une brûlure. Je me souviens de cette sensation, qu'on peut difficilement oublier. Sauf que dans cette longue route sanglante qu'est ma vie, je n'ai dû me faire tirer dessus qu'une fois à l'argent. C'est plus facile de me prendre pour un humain qu'un foutu lycanthrope... Mais il va falloir que je m'habitue à cette seconde option. Elle risque de devenir de plus en plus fréquente.
La flic couvre mon épaule d'un regard intrigué. Qu'est-ce qu'elle doit se dire là, de suite ? Je devrais m'en moquer, mais je n'aime pas cette façon dont elle me détaille, comme une bête curieuse. Moins elle en sait, mieux je me porterais. Je connais ma force et je sais pertinemment que, si je perds l'effet de surprise, je réduis de moitié mes chances de l'emporter. Et jusqu'à preuve du contraire, on peut encore avoir à se battre.
Oui, "on". Je ne sais pas depuis quand j'englobe Leah et Jack dans ma pensée... Il faudrait peut-être que j'arrête. Ils ont tous les deux largement prouvé leur valeur, mais nous ne sommes pas tout à fait dans le même camp. Pourtant, je me suis retrouvé à les défendre comme s'il s'agissait de frères de la Meute. Est-ce vraiment différent ? Je ne peux pas m'empêcher de sourire en me disant que, malgré moi, je me retrouve à succomber à la cause de Leah. Ca devrait être l'inverse.

J'ai vraiment besoin de boire, pour mieux encaisser. Je cherche une bouteille encore intacte dans tout ce bordel. Je grimace. Ca va coûter un bras à Jack de racheter tout ce qu'il vient de perdre dans l'affaire... Je trouve finalement une survivante : Un bon vieux whisky. Je m'en verse un verre que j'avale rapidement, puis un deuxième avec lequel je prends plus mon temps. J'entends les os craquer et se replacer, pas loin derrière moi. J'attends patiemment que la petite achève sa transformation avant de reprendre la parole. Je m'avance pour poser la bouteille et un verre vide à même le sol, à portée de main de Jack quand il se réveillera.

- Tiens, pour te requinquer un peu mon gars...

La petite en a profité pour se percher sur le bar. Elle a l'air en forme, et bien plus propre que moi. Je souris en coin en pensant qu'elle a dû apprendre à manger correctement à table. A vrai dire, je la trouve un peu trop calme pour une gamine qui vient d'égorger un autre Loup. Elle a un contrôle plutôt impressionnant pour une adolescente, comme si elle avait déjà tué à de nombreuses reprises... C'est peut-être vrai. Et à ce moment-là, elle risque d'être encore pire que moi quand elle aura atteint mon âge. C'est loin d'être un compliment pour elle.

Je reprend ma position, aux abords du bar, à boire tranquillement mon verre en écoutant ce que la fameuse directrice de la PES aurait à nous dire. Je n'ai pas pris la peine de lui rendre sa politesse et de me présenter en retour. Je comprends subitement mieux pourquoi le moindre détail semblait faire écho dans son esprit. Elle devait déjà connaître l'existence des métamorphes... Ce qui est presque un soulagement, quelque part. Je n'ai pas dû lui en révéler plus qu'elle ne le savait déjà. Par contre... Je suis dans la merde, et jusqu'au cou.

- Non, en effet. Et plus je me tiens loin de cette chère PES, mieux je me porte.

Je tousse un rire, secouant négativement la tête. Je trouvais que la journée avait un peu trop bien débutée. Le pire, c'est que je l'avais trouvé mignonne, cette petite blonde à aligner des verres... Qu'est-ce que je me sentais con maintenant.

- Laisse-moi rire... Si on est prêt à ce qu'on nous vienne en aide ? Comme si ce n'était qu'une main tendue innocemment. Tu me prends pour un débile ? Je me demande ce qui aurait été le pire... Me retrouver avec le cadavre de la directrice de la PES sur les bras ou à lui devoir un service ? Car c'est bien ce dont il va être question, n'est-ce pas ?

Je continue de fumer, de boire, de réfléchir... Tout est plus compliqué maintenant que je dois penser avec la Meute. Je dois me sortir de là, d'une façon ou d'une autre, sans jamais les impliquer. C'est vraiment pire que tout. Si j'avais tourné le dos à Jack, je n'aurais pas eu à me tracasser là-dessus... Quelle excellente idée ai-je eu de me montrer altruiste aujourd'hui ? Je pourrais bien maintenir que je ne suis pas impliqué, plaider la légitime défense, mais autant compter sur une gamine pour couvrir vos arrières. Ils auraient tôt fait de mener l'enquête et de remonter la piste jusqu'aux détails les plus sordides.

- Le choix est limité. J'accepte, contre un service rendu. Je peux très bien jouer les clébards de police pour une durée de 24 heures. Je suis doué pour bon nombre de missions, de la traque à la bataille rangée en passant par l'infiltration. J'ai d'autres atouts si tu préfères... Tu me diras ce qui te tente, ma belle. C'est à prendre ou à laisser.


Je ne compte pas lui laisser l'initiative, ni l'occasion de dicter ma conduite. Je ne lâcherais aucune information sur la meute, les métamorphes ou moi-même. Ce petit service a l'avantage d'être une action ciblée, bien loin des vérités qui peuvent déranger. Comme dans tout contrat, c'est une offre lancée, qu'il suffit de signer ou de refuser. Dans le second cas, on trouve une solution de repli... Et celle que j'entrevois risque de ne pas plaire à la jolie blonde. Je la fixe, et lui offre mon plus beau sourire.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15
Coups du Destin: 14
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Messages : 1931
Membre du mois : 69
Je crédite ! : (c) Shiya
Localisation : Glasgow
Caractère : Sadique – Violent – Séducteur – Imbu de lui-même – Fidèle – Entier – Homme de parole – Débrouillard – Méticuleux – Cynique - Protecteur - Instable
Autres comptes : Astrid Lehtinen
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4057-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4099-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4089-malcom-hastings
MessageSujet: Re: Just a drink or two ? [PV Leah Rivers & Malcom Hastings & Jack Rivers] Livre III - terminé   Jeu 17 Sep - 19:41

Impossible de ne pas voir que le cerveau du méta tournait à plein régime. Il devait être en train de peser le pour et le contre de toutes les options qui s'offraient à lui, probablement à chercher la moins coûteuse pour lui et ses camarades. Ou alors, il faisait vraiment bien semblant et attendait juste le meilleur moment pour lui sauter à la gorge, difficile de le savoir avec précision. Dans tous les cas, il allait devoir se décider rapidement. Le suivant des yeux alors qu'il allait se chercher une bouteille et se servir un verre, elle arqua un sourcil en voyant son petit manège avec le barman, se demandant s'il allait finir par émerger ou s'il était vraiment KO pour le reste de la soirée. Décidément, quand on jouait les héros, ça ne finissait jamais vraiment bien.

A sa répartie sur la PES, elle répondit, pince-sans-rire.

"Et pourtant vous devriez peut-être réviser quelque peu vos opinions et songer à changer vos fréquentations quand on voit le genre de soirées que vous pouvez passer."

Au reste de ses propos, elle laissa échapper un haussement d'épaules, gardant une mine aussi impassible que possible. Entendre parler d'elle comme un cadavre potentiel n'avait rien de très plaisant mais elle se doutait que c'était un risque à courir. Ce n'était pas pour rien qu'elle avait gardé son arme dans la main et ils le savaient tous les deux.

"C'est un peu réducteur. Mais si vous pensez que ce sont les deux seules options alors on va dire que oui, soit vous devez me tuer, soit vous me serez redevable pour toutes les questions auxquelles vous n'aurez pas à répondre concernant cette petite sauterie."

Elle engloba la pièce d'un regard avant de laisser échapper une grimace. Heureusement que les gens savaient se taire lorsque la PES entrait en jeu, parce que, sans ça, elle se voyait difficilement comment justifier un tel carnage. L'espace d'un instant, elle plaignit tout de même le pauvre Jack qui allait avoir du boulot pour retaper son bar, avant de se dire qu'il n'était de toute façon pas si innocent que ça, ne serait-ce qu'avec le stock d'armes qu'il avait en sa possession, à en faire pâlir de jalousie un revendeur professionnel.

Les secondes filaient alors que le méta continuait de boire, espérant peut-être trouver la réponse parfaite au fond de son verre. Visiblement, ce fut le cas et, à sa proposition, Sasha se mordilla la lèvre pensivement, pesant le pour et le contre. Elle pourrait apprendre beaucoup de choses sur lui s'il lui accordait réellement ce qu'il disait, sans compter l'allusion sur ses atouts qu'elle se garderait bien de relever. Prenant une petite inspiration, elle répondit alors, d'un ton tranquille.

"Bien. 24 heures. Pas une minute de moins. Et je devrais bien trouver de quoi vous occuper pendant tout ce temps. En échange, vous ne serez pas importunés à propos de cette soirée. Mais gare à vous si vous ne tenez pas votre engagement."

Jetant un bref regard à la louve, elle ajouta toujours sur le même ton.

"Et j'imagine qu'il vaut mieux éviter de mettre la Meute au courant non ?"

Peu lui importait une fois de plus. Sasha n'allait pas sortir et se précipiter sur son téléphone pour prévenir l'ulfric qu'il y avait eu du grabuge. Si elle pouvait même éviter qu'on sache que des loups avaient été mêlés à cette histoire ce serait même encore mieux, elle ne voulait pas créer de tension supplémentaire entre humains et surnats', la situation était déjà assez compliquée comme ça. Mais après, s'ils ne pouvaient pas y couper, et bien au moins elle espérait que le fait qu'elle soit intervenue pour les aider joue en faveur de la PES, ou au moins en sa faveur à elle.

Abaissant son arme et se rapprochant doucement du comptoir pour la reposer, elle reporta son attention sur le méta, tendant alors la main dans sa direction, laissant échapper un bref sourire en réponse au sien.

"On a un accord alors ?"
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 16
Coups du Destin: 8
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Messages : 1221
Membre du mois : 42
Je crédite ! : (c) Kanala pour l'avtar - Mal' pour la sign'
Caractère : Sérieuse - Perfectionniste - Obsessionnelle - Réfléchie - Cynique - Fidèle
Vos Liens : Liens - Téléphone - RP

Autres comptes : Noah
Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Just a drink or two ? [PV Leah Rivers & Malcom Hastings & Jack Rivers] Livre III - terminé   Dim 20 Sep - 23:34

Je marque un temps d'arrêt, le verre au bord des lèvres, à sa répartie. Je souffle un rire qui en agite un peu la surface, vite dissimulé par une nouvelle gorgée. Je ne pensais pas que la directrice de la PES pouvait avoir le moindre humour. Et pourtant, je me rappelle subitement ce qui m'avait tant interpellé en ce début de soirée, avant que tout parte en vrille avec quelques vieilles connaissances qui souhaitaient se joindre aux festivités. Marrant comment la blonde pouvait paraître inoffensive il y a moins d'une heure en comparaison...

- J'ai essayé, ce soir... On voit le résultat.

Je lui rends un large sourire. Je comprends vite que les menaces ne servent à rien avec elle, même si j'en étais déjà pour moitié convaincu. Elle aurait été raisonnable, elle serait partie sans demander son reste. Mais non...

- Avoues que tu t'es bien amusée ce soir, et que t'es bien restée que pour cette petite sauterie. On n'est pas si différent que ça. Et je suis sûr que tu attires les emmerdes autant que moi.

J'aurais pu dire autant que nous, mais je préférais que la directrice croit que toute cette merde me soit imputable. Après tout, ils m'ont suivi depuis l'extérieur avant de sortir les armes à mon retour dans le bar... C'était facile de faire la confusion. Je veux éviter qu'elle fouille dans nos affaires, et c'est plus facile d'éviter de dire qu'on trempe tous un peu là-dedans. Je m'accoude au bar et rends un regard entendu à Leah qui n'a pas pipé mot depuis le début des hostilités. Je me demande vraiment si elle me fait à ce point confiance pour couvrir ses arrières... Elle ne devrait pas, vraiment. Même si, c'est ce que je suis en train de faire. Mon petit marché valait pour tous, même si j'ai proposé d'être le seul

- Je tiens toujours mes engagements, Sasha.

Je sais déjà à quoi elle peut m'employer... Quels sont les plus gros ennuis actuellement de la PES ? Tout le monde le sait : Les semi-démons. Ca m'étonnerait qu'elle me demande un autre service, surtout sans connaître mes affiliations. C'est le genre de services qui m'importunera moins auprès de la Meute que d'expliquer pourquoi tout ce carnage, avec des Loups mêlés, fait la une des journaux. Je marque un temps d'arrêt quand elle s'adresse à Leah en parlant de la Meute. J'en rirais presque, qu'elle croit que je n'en fais pas partie mais que, elle, oui. Je la laisse choisir quelle version lui convient le plus, tant qu'elle ne s'amuse pas à le préciser me concernant... Mais je la pense assez raisonnable pour éviter d'enfoncer le clou. Ca serait tellement plus facile si elle daignait les rencontrer...

J'hausse un sourcil, étonné, quand Sasha se rapproche de nous pour me tendre la main. Je lui rends un sourire en coin et la serre en retour.

- Ouais. On a un accord, qui vaut pour nous tous. Et si tu veux me joindre, le portable est dans la benne dehors.

Je rigole un peu, avant de grimacer. Les soubresauts sont plutôt douloureux à y repenser... Je me tourne ensuite vers Leah. Un problème réglé. Maintenant, je vais être plus pragmatique.

- Ca va aller, petite ? T'as une trousse de pharmacie quelque part ? Il faudra peut-être nettoyer un peu... Si la cheftaine de la PES nous laisse faire. En attendant, il faudrait au moins aider Jack à se poser à l'étage, tu crois pas ?

Je repose mon verre et éteins ma cigarette. Je veux être efficace et rapide, parce que je compte bien repartir à tire d'ailes dès qu'on aura réglé les derniers détails. Au pire, j'aurais toujours moyen de revenir récupérer mes affaires plus tard chez Jack... Mais moins je passerais de temps ici et moins on aura tous les deux de problèmes en plus. Elle en est aussi sûrement consciente. Je ne compte pas m'imposer, ni rendre les choses plus pénibles qu'elles ne le sont déjà.

- Depuis Février, c'est comme si le Chaos ambiant ne diminuait jamais vraiment.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15
Coups du Destin: 14
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Messages : 1931
Membre du mois : 69
Je crédite ! : (c) Shiya
Localisation : Glasgow
Caractère : Sadique – Violent – Séducteur – Imbu de lui-même – Fidèle – Entier – Homme de parole – Débrouillard – Méticuleux – Cynique - Protecteur - Instable
Autres comptes : Astrid Lehtinen
« L'estime, pour être bien trempée, doit l’être dans le sang des autres. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4057-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4099-malcom-hastings http://strange-scotland.forums-actifs.com/t4089-malcom-hastings
MessageSujet: Re: Just a drink or two ? [PV Leah Rivers & Malcom Hastings & Jack Rivers] Livre III - terminé   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Just a drink or two ? [PV Leah Rivers & Malcom Hastings & Jack Rivers] Livre III - terminé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Drink to forget [Livre 1 - Terminé]
» Maria Sharapova vs Xoxo Leah
» Drink me (Solo, Duo, Groupe)
» Leah A. Miller [Terminée]
» Leah Clearwater - Ça ne sert à rien, de s'attacher aux gens, ils finissent tous par partir! - Lili's liens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: West End
-
Sauter vers: