AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Sais-tu qui je suis ? Car je veux savoir qui tu es. [Livre II - Terminé]
MessageSujet: Sais-tu qui je suis ? Car je veux savoir qui tu es. [Livre II - Terminé]   Dim 22 Mar - 11:39


Je me fais discrète alors que je sors de la chambre de ma sœur. Nous avions déjà échangé sur le sujet concernant Scylla, mais elle ne savait pas que je m'étais légèrement emportée contre Nicolas et que je soupçonnais quelque chose de plus important que de simple partie de jambes en l'air de la part de ces deux-là. J'étais toujours déçue de son comportement, toujours en colère contre lui. Je ne me demandais pas si j'avais raison ou tort, j'étais Reine après tout, et nous avions été bien claires ma sœur et moi sur la transparence, sur la confiance et l'honnêteté dans nos rangs. J'espérais qu'il n'allait pas se détourner de son chemin, quand bien même il me l'avait confirmé face à face. Je me souviens parfaitement de cet échange, qui équivalait pour moi comme une confrontation. Jamais je n'aurais pensé pouvoir être déçue de lui, mais quand je prenais du recul, chaque personne déçoit à un moment ou un autre. On ne peut faire confiance indéfiniment et se mettre des œillères. Je devais chercher et comprendre toutes informations. Nicolas n'avait souhaité m'en dire davantage ? Parfait, j'irais chercher les informations ailleurs. Et puis, je devais de toute façon aller voir cette femme, c'était prévu dans mon planning. Disons que j'ai un peu plus accéléré les choses.

Me voilà transportée, en route pour Edimbourg. Le siège de son entreprise de start-up se trouve dans cette ville. Je m'étais renseignée et j'avais décidé d'aller la voir directement sur son lieu de travail. Je n'avais pas attendu toute la nuit, non, dès mon réveil, je m'étais préparé pour la rencontrer. Et quand j'avais eu toutes les informations nécessaires, j'étais partie. Mon regard suivait les images qui défilaient au travers de la fenêtre, mais en réalité, j'étais bien loin de la réalité. J'étais étrangement calme, mais cela cachait une certaine nervosité. Pas tant dans le fait d'avoir peur de cette entrevue, bien au contraire, j'avais hâte. J'avais choisi personnellement les meilleurs chevaliers pour me protéger, sait-on jamais. Je me devais d'être prudente, même si j'étais certaine que quelques personnes me diraient que c'est dangereux de partir de la sorte. Mais je ne veux pas me terrer dans le manoir, cela prouverait que nous avons peur. Hors, ce n'est pas du tout le cas. Si je pouvais attirer quelques traitres, je me ferais un plaisir de les décortiquer... un par un.

Ma visite est impromptue, je n'en ai cure. Parfois, ça peut être un atout, de surprendre les gens lorsqu'ils ne s'y attendent pas. C'est là qu'on remarque leur véritable nature et que l'on peut découvrir certaines choses. Mais j'imaginais Scylla un peu plus organisée. Elle était âgée après tout, non ? Je m'engageais sur son lieu, je n'avais pas besoin de signaler ma présence ni même mon nom, on me salua, je restais réservée et détachée alors que j'exigeais qu'on m'amène jusqu'à leur patron. Il semblait hésiter un instant, peut-être était-elle occupée, mais mon regard croisa le sien, d'une noirceur et d'une profondeur extrême qui transmettait mes pensées. S'il ne m'y invite pas, j'irai de force, quoiqu'il arrive. Il avait l'air de comprendre, puisqu'on m'emmena presque aussitôt au bureau de cette chère Scylla.
Arrivée devant la porte, je la poussais moi-même en ayant écarté mon guide d'un mouvement nonchalant, avant de faire un signe à mes chevaliers d'attendre à l'extérieur, à l'exception d'un seul qui me suivit et referma la porte derrière nous pour rester à cette position. Je m'avançais alors, croisant le regard de Scylla et d'un inconnu à ses côtés.

« Je pense que vous devriez revoir la réactivité de certains de vos hommes, ils sont pour le moins... apathiques. » Je fais une courte pause, mes yeux parcourant le lieu. « Je n'ai pas annoncé ma visite, veuillez m'en excuser, mais je pense qu'il est temps que l'on ait une discussion, n'est-ce pas ? »
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sais-tu qui je suis ? Car je veux savoir qui tu es. [Livre II - Terminé]   Dim 22 Mar - 18:31

"Revois le contrat avec Amazon, il y a quelque chose qui m'agace."

La voix est suave, sucrée et douce, mais chaque mot martèle avec la force qui est la mienne. Jeremiah se contente d'incliner légèrement la tête. Brave petit soldat étendu à mes ombres, se délectant d'un regard et souffrant d'une indifférence. Et puis un murmure s'éprend du silence retombé et la ligne légèrement rosée de mes lèvres s'incurve doucement...

"Aurais je à craindre quelque chose Votre Altesse ?"

Il n'y a nulle offense ressentie, qu'importe mon désir d'ériger des murs de marbre, je n'en ai pas envie. Folie ? Peut être, allez savoir...

"Tu peux nous laisser, Jeremiah."

L'azur effleure un instant sa silhouette tandis qu'il s'efface sans bruit, la glace apprend les lignes d'une reine et d'un garde mais rien ne vibre à sa surface. Juste une mer tranquille qui cache les profondeurs des ténèbres. Les mots sont un jeu qui se gausse des ignorants aux doigts malhabiles, néanmoins l'ouverture n'est ma faveur.

"Si tel est votre désir qui suis je pour m'y opposer ? Je vous en prie prenez donc place."

Les siècles s'écoulent avec leur lot de crocs avides. Des milliers de chair déchirée et prise. Mais les règles demeurent...Immuables choses...


Spoiler:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 18
Coups du Destin: 0
Il arrive que des crocs se referment sur une gorge adorée
Messages : 402
Membre du mois : 4
Je crédite ! : (c) Stilkstocking (c) Créateur de votre signature
Localisation : Edimbourg
Caractère : Nébuleuse - Imprévisible - Stratège - Passionnée - Refléchie - Sournoise - Loyale
Il arrive que des crocs se referment sur une gorge adorée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sais-tu qui je suis ? Car je veux savoir qui tu es. [Livre II - Terminé]   Dim 22 Mar - 20:15


Hj:
 

Mon entrée n'était pas des plus amicale, mais pas agressive non plus. Je constatais simplement les faits que je ne pouvais m'empêcher de lui signaler. Je gardais un air détaché même si mon regard se faisait profond alors qu'ils détaillaient mon interlocutrice. Je regardais ce Jeremiah partir du coin de l'œil. Je n'avais eu besoin de lui dire que la conversation était d'ordre privé, mais même un imbécile aurait compris. Je laissais une distance entre nous, non pas que je la craignais, mais pour l'heure, j'appréciais la voir de toute sa hauteur.

« Pourquoi cette question ? Je doute qu'une femme de votre envergure puisse craindre quoi que ce soit. » Je laissais un petit temps de silence pour analyser son attitude face à mes paroles, avant de reprendre et de marcher vers le bureau alors qu'elle m'y invitait. « Je pense tout de même que vous vous attendiez à cette visite, non ? Nicolas ne vous a pas faire part de ma visite certaine ? » Nouvelle pause, nouveau regard posé sur elle, à l'observer attentivement. J'imaginais qu'elle ne ferait rien découvrir si elle ne le souhaitait pas. Mais j'avais l'intention tout de même d'avoir quelques réponses, quitte à être d'une franchise brutale. Mais pour l'heure, j'avançais en douceur.

« J'avoue que j'aurais dû venir plus tôt à votre encontre, mais, malheureusement, nous avons un emploi du temps chargé ma sœur et moi. J'espère que vous ne me tiendrez pas rigueur de ne pas vous avoir informé de ma visite et de n'avoir pu vous voir que cette nuit. » Je décide de m'asseoir finalement dans le fauteuil, croisant les jambes, m'installant confortablement. « Il faut que je vous remercie pour ce que vous avez fait au bal. Je ne sais pas si vous avez eu des échos, mais Constance est entre quatre murs, ou enchaînés devrais-je plutôt dire... » Je semble réfléchir un instant, la scindant du regard quelques secondes, avant d'arrêter de tourner autour du pot. « Quelles sont vos motivations, Scylla ? À qui va votre allégeance, si du moins, cela vous importe. Vous êtes un vampire très âgé, j'imagine que vous avez dû voir bon nombre de régimes, bon nombre d'horreur, de combats, mais également de mensonges et de félonie. Vous n'avez pas dû voir beaucoup de paix, si ce n'est qu'éphémère. Mais peut-être que je peux me tromper, après tout, je n'ai pas des siècles derrière moi. » Test. Vas-y, exprime-toi, je veux que tu me parles avec franchise.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sais-tu qui je suis ? Car je veux savoir qui tu es. [Livre II - Terminé]   Lun 23 Mar - 19:30

"Donc il n'y a aucune raison pour qu'un bataillon campe dans le hall...De plus cela ferait fuir les potentiels clients et investisseurs, ce serait légèrement préjudiciable pour l'image de l'entreprise."

L'image doit être. Paragon de sécurité, d'apaisement. Manoeuvre immémoriale si il en est. Tout n'est qu'apparence d'une façon ou d'une autre. La nuque se penche légèrement, attention donnée :

"C'est un fait qu'il m'a plutôt parlé d'une convocation, mais je ne dirais pas que votre visite est une surprise."

L'ombre d'un sourire danse. Affabilité, tranquillité, il est tant de facettes qu'elles virevoltent parfois une après l'autre.

"Il n'y a nulle offense, je peux parfaitement comprendre."

Las, l'excercice du pouvoir n'est qu'un gouffre sans fond avide de temps, de raison et de folie.

"Je n'attendais pas de remerciement quand à Constance, nul doute que ma vieille amie saura retomber sur ses pieds. Je ne me fais guère de soucis pour elle."

J'offre la connaissance avec désinvolture et l'azur ne frémit sous le regard qui m’ausculte. Ma bouche s'élève doucement et un rire presque léger s'éprend du silence qui suit les mots royaux :

"C'est exact. Et pour vous répondre, mon allégeance n'a guère changé depuis des siècles, elle est telle que je l'ai décidé, elle était encore lorsque je menais mes propres combats durant la Guerre Sanglante au nom de votre mère et de son époux, et elle l'était toujours lorsque je me suis dressée face à Constance. Mais je devine aisément les raisons de cette question, mes mots ont été dérangeants n'est ce pas ? Pourtant...Ont ils été faux ?"

Les lianes pures et déliées de mes doigts repoussent les ténèbres d'une boucle venue se perdre sur ma joue.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 18
Coups du Destin: 0
Il arrive que des crocs se referment sur une gorge adorée
Messages : 402
Membre du mois : 4
Je crédite ! : (c) Stilkstocking (c) Créateur de votre signature
Localisation : Edimbourg
Caractère : Nébuleuse - Imprévisible - Stratège - Passionnée - Refléchie - Sournoise - Loyale
Il arrive que des crocs se referment sur une gorge adorée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sais-tu qui je suis ? Car je veux savoir qui tu es. [Livre II - Terminé]   Ven 27 Mar - 12:34


« Oh, je suis navrée, mais il faudra vous en accommoder. » Pour des raisons évidentes, je n'étais point la bienvenue partout ailleurs, et je me devais d'amener ma garde personnelle. Je n'avais point abordé un ton agressif, mais je lui avais fait comprendre qu'elle ne pourrait rien y faire. De plus, je n'étais point censé rester des heures dans son bureau, une fois que j'aurais eu mes réponses, je serais partie, peut-être aussi rapidement que ma venue impromptue. Elle m'évoque le fait qu'ils aient parlé, je me demande s'il parle davantage de moi, de nous, ses Reines. Mes sourcils se froncent légèrement pour revenir à une neutralité presque déconcertante. Je n'ajoute rien, alors qu'elle m'avoue comprendre parfaitement. Je ne pense pas non, tout le monde me le dit, mais personne ne peut réellement le comprendre. Alors cessez donc d'être si compréhensif et mielleux. Cela m'insupportait de plus en plus, mais je gardais cette irritation au fond de moi.

« Une vieille amie ? Vous vous êtes donc connu longtemps toutes deux ? » Nouvelle information qu'elle me donnait là, je me devais d'en savoir plus. Et cela ne me rassura pas, au contraire même, je devais encore plus me méfier. Qui dit vieille amie, dit vieille alliance. Et pourtant, elle m'assure être de notre côté, si du moins, je comprends parfaitement le sens de ses propos. Je n'arrive pas bien à la cerner, je l'avoue, et c'est cela qui est fort dérangeant. C'est presque un électron libre, filant au vent comme bon lui souhaite. Je n'aimais pas trop cela, c'était dangereux, pour nous. Je souris à ces derniers mots, un sourire presque amusé d'où je retins un léger rire nerveux.

« J'ai compris que ce qui vous dérangeait, et ce qui dérange la majorité, c'est que vous nous jugiez incompétentes sans même que nous ayons la couronne sur notre tête. Personne ne sait ce qu'est de porter le point de cette couronne, encore moins de la façon dont cela s'est produit. Tout le monde ne fait que palabrer, nous rabaisser, nous critiquer. Mais ce qu'ils oublient, c'est que nous ne sommes point dans une époque où tout se passe pour le mieux. La vie n'est point rose, elle est sombre pour le moment et la balance de l'équilibre de la paix ne cesse de basculer. » Je fais une pause. « Vous avez été, pour ainsi dire, franche et honnête, ce que j'apprécie, naturellement, mais cela est sûrement dû à votre grand âge. Vous ne semblez pas convoiter le pouvoir... » Une phrase qui se révèle question, je la laisse en suspens, mais j'attends bien évidemment une réponse. Scylla l'aura compris. « S'il y avait eu un vote pour désigner le futur roi ou la future reine, je me demande bien qui les gens auront souhaité... qui ils qualifieront d'honorable et de méritant pour cette place. » Cette réflexion était volontairement posée à autre voix, mais j'avouais me l'avoir posé également. Car à force d'être critiqué, d'être jugé, j'aurais bien aimé voir d'autres personnes à notre place, dans les circonstances présentes. Personne ne s'est demandé si nous voulions toutes deux acquérir le pouvoir. Je l'aurais bien volontiers laissé à Morgane, je lui avais même suggéré, mais elle avait insisté pour que je la soutienne.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sais-tu qui je suis ? Car je veux savoir qui tu es. [Livre II - Terminé]   Ven 27 Mar - 13:15

L'angle savoureux d'une lèvre se relève. Trompeuse illusion, liens refermés.

"Les cours européennes furent, durant un temps, notre terrain de jeu préféré effectivement, c'était à qui placerait son favori. Très divertissant pour l'époque."

Les nuances azur de mes iris naviguent tranquillement, un calme presque étrange que brise un instant, une étincelle d'amusement moqueur.

"Les jugements sont souvent versatiles et versés au gré d'allégeances toutes aussi changeantes. En tant que Princesse vous étiez respectée par le nom de votre mère. En tant que Reine, il vous faudra forger votre propre nom. Défi intéressant ne trouvez vous pas ?"

Un rire presque silencieux s'écoule lentement d'entre mes lèvres.

" Et que ferais je de ce pouvoir ? Je laisse bien volontiers aux autres les laisses et les colliers de cette charge, je n'aime être enchaînée."

La bête ronronne profondément enfermée dans sa cage de rêves. Qu'il en soit ainsi pour toujours.

"Ah vaste question. Il aurait été passionnant d'observer ce combat, néanmoins, le temps est un ennemi pernicieux et il est heureux que Julien n'ai été qu'un enfant impatient de posséder un nouveau jouet."

Parce que tout noir soit il, il n'a jamais goûté la saveur des ténèbres les plus profondes. Et l'enfant ne comprend que le temps est son allié.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 18
Coups du Destin: 0
Il arrive que des crocs se referment sur une gorge adorée
Messages : 402
Membre du mois : 4
Je crédite ! : (c) Stilkstocking (c) Créateur de votre signature
Localisation : Edimbourg
Caractère : Nébuleuse - Imprévisible - Stratège - Passionnée - Refléchie - Sournoise - Loyale
Il arrive que des crocs se referment sur une gorge adorée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sais-tu qui je suis ? Car je veux savoir qui tu es. [Livre II - Terminé]   Dim 29 Mar - 11:24


Je me contente d'écouter attentivement ce qu'elle me fait découvrir. L'époque... en effet, elle devait avoir beaucoup d'années derrière elle, avait sûrement dû visualiser énormément. Je ne savais pas s'il fallait envier ces personnes finalement, j'étais aussi ravie d'avoir mon amnésie, qui me permettait de me focaliser sur ma renaissance vampirique, et non être dans le passé de ma vie humaine. J'étais plutôt satisfaite en effet, même si au début cela n'a pas été facile, encore pire lorsque j'avais découvert Torben. A présent, tout était réglé, et la seule personne qui comptait le plus restait Morgane. Je n'avais rien d'autre à perdre si ce n'est ma sœur. On pouvait dire que j'avais éloigné tout ce qui me parasitait, j'en devenais même paranoïaque, remettant en question la confiance de chacun de mes interlocuteurs et de ceux qui avait la chance d'être à nos côtés. Je m'isolais de tout, tirais trop sur la corde, j'en étais consciente, mais cela me passait vite au-dessus. J'avais d'autres choses en tête, d'autres choses encore à penser... perpétuellement.

J'acquiesçais à ses paroles suivantes, lâchant un léger sourire amusé.

« J'aurais certainement défini ce défi autrement qu'intéressant, mais c'est à peu près cela. » En revanche, elle avait tort sur un point, car si Morgane était respectée par le nom de sa mère, il en était tout autrement pour moi. La fille adoptée et éduquée par la famille royale, héritage qui ne me revenait pas, en somme. J'avais toujours eu des difficultés, on m'avait toujours critiqué, que ce soit pour mon rang de princesse ou pour mon âge. J'en avais l'habitude. Ces autres mots me firent lâcher un léger soupir mêlé à un rire nerveux qui ne dura qu'une seconde. Je la comprenais parfaitement, car j'aimais également ma liberté. « Je vous comprends parfaitement, soyez-en sûr. » Parce qu'avant, j'étais comme elle. J'allais au gré de mon bon plaisir, désormais, je suis enchainée. Oui, c'était bien le mot exact pour définir ma place actuelle.

Elle souligna mon interrogation que je portais à voix haute, seulement pour cibler sa réaction. Elle parla de Julien, et cela me permit d'embrayer sur le sujet. « J'aurais aimé que ma main le laisse inerte ce soir-là. » Si Nicolas ne m'avait pas arrêté dans mon élan, Julien serait sans doute mort. Vous me demanderez pourquoi j'étais certaine qu'il n'allait pas me tuer ? La volonté. La volonté est plus forte que tout, autant que la rage qui m'habitait cette nuit-là. « Je ne sais pas si vous avez un quelconque lien avec lui, mais j'ose espérer que si vous l'avez croisé depuis, vous en informerez l'une de nous deux. » Regard perçant, une autre forme pour en savoir davantage, tout en légèreté. Mais à présent, je venais bien pour quelque chose ne particulier. Je me redresse sur le fauteuil, croise mes mains sur ma cuisse, mon regard se perd un instant avant qu'il ne retrouve les yeux de mon interlocutrice. « J'ai eu une discussion avec Nicolas qui m'a paru fort intéressante, vous concernant. Je dois avouer que j'ignorais jusqu'au bal que vous le connaissiez. Je vais être franche, ce n'est pas dans mon habitude de tourner autour du pot et nous avons vous et moi d'autres choses à faire. J'aimerais savoir depuis combien de temps vous vous connaissez et quel lien vous uni. » Je fais une courte pause. « N'est-ce que le sexe qui vous intéresse l'un chez l'autre ? » Je veux des réponses. Je les aurais. Gare à ce qu'elle me répond Nicolas, tu ne m'auras jamais vu avec une telle fureur si jamais j'en découvre davantage que tu ne m'aurais pas dit...
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sais-tu qui je suis ? Car je veux savoir qui tu es. [Livre II - Terminé]   Mar 31 Mar - 16:34

Sortir de l'ombre, s'exposer aux regards avides et morbides. Cruelle épreuve que voilà, il serait amusant d'en observer le spectacle et les ténbres de mes cils se déversent un instant sur l'azur. S'enchainer pour l'éternité. L'ambition dévorante fait de ses chaines, des liens de soie pour celui qui s'y complait, mais ne seront que griffes acérés pour celui qui les rejette. Amusant, réellement.

"Et vous preniez le risque d'en faire un martyr pour sa cause."

Juste des mots indolents. L'opposant doit mourir dans l'ombre, jamais en pleine lumière. L'esquisse savoureuse d'un sourire s'anime :

"Il ne fut qu'un général inconnu avant sa quête de soutiens et je doute qu'il croise de nouveau ma route, mais si cela devait...Et bien il va de soi que je vous en informerais."

La glace s'éprend un instant d'ennui, lassitude soigneusement entretenue avant qu'un rire amusé ne me traverse :

"Etonnant comme ma relation avec lui peut en intéresser plus d'un. Monsieur Badenov m'a déjà interrogée sur le sujet, que vous me teniez le même discours m'étonne, j'aurais songé qu'il s'en serait ouvert à vous. Je me demande parfois ce que vous craignez mais soit. Nicolas est un vieil ami en plus d'être un amant. Et il est vrai que j'apprécie particulièrement sa conversation en plus de ses prouesses sexuelles, si telle est votre question. Lors de ce bal, cela faisait quelque siècle, que nous ne nous étions vu, j'ai demandé sa compagnie comme une faveur, si j'avais su que cela causerait tant de tracas, je m'en serais abstenue, évidemment."

La soie qui entoure mes jambes se meut doucement lorsque je les croise et le creux de ma main accueille avec douceur mon menton :

"Cela vous satisfait-il ?"
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 18
Coups du Destin: 0
Il arrive que des crocs se referment sur une gorge adorée
Messages : 402
Membre du mois : 4
Je crédite ! : (c) Stilkstocking (c) Créateur de votre signature
Localisation : Edimbourg
Caractère : Nébuleuse - Imprévisible - Stratège - Passionnée - Refléchie - Sournoise - Loyale
Il arrive que des crocs se referment sur une gorge adorée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sais-tu qui je suis ? Car je veux savoir qui tu es. [Livre II - Terminé]   Ven 17 Avr - 12:42


« Vous n'avez pas tort. Je connais mon impulsivité due à mon jeune âge, c'est d'ailleurs Nicolas qui m'a retenu ce jour-là. » Simple constatation, j'étais assez franche finalement vis-à-vis de Scylla. Je voulais l'amener à avoir une réaction qui ne me plairait pas, qui ne me satisferait pas. C'était dans le seul but d'en savoir plus sur ses intentions et son but. Je voulais tout savoir, je ne supportais plus d'avoir une seule chose qui m'échappe, parce que tout m'avait échappé cette nuit-là, que je n'avais rien pu faire. Alors je m'évertuais à essayer de tout maîtriser. Un gros défaut, une belle erreur sans doute. Je ne m'étais pas encore posé la question pour l'étudier, je passais outre. J'avais décidé de parler à Scylla, même si Nicolas me l'avait aussi conseillé, je l'avais décidé bien avant.

Mon regard est incandescent alors qu'il ne quitte plus Scylla lorsqu'elle me parle de ce cher ancien général. Je ne fis qu'un hochement de tête pour la remercier de ses paroles, d'être aussi franche, si du moins, je pouvais être certaine de lui faire confiance. Jusque-là, elle n'avait rien fait pour annoncer clairement son point de vu, par des actes quels qu'ils soient ou des paroles. Je voyais bien qu'elle n'avait pas l'air d'apprécier Julien, mais rien n'interdisait le fait qu'elle puisse se retourner. Et puis je rentre dans le vif du sujet, celui pour lequel j'étais venu en premier lieu. Il me faut des réponses, et les bonnes, sinon la colère s'emparera de moins à nouveau. Elle gronde toujours, tel un volcan en moi, prêt à exploser à tout instant. Dis-moi ce que je veux savoir.

Je l'écoute, jusqu'au bout, semble être en pleine réflexion un instant, ou simplement pensive, je ne saurais dire. Mais ses derniers mots m'interpellent tout autant. « Je verrais si cela me satisfait. Cependant, le fait que vous le preniez en cavalier m'a beaucoup apporté, ce n'est qu'après Nicolas que je suis mécontente. Vos petits ébats ne m'intéressent guère, c'est bien plus le fait qu'il ne m'est pas parlé de vous intentionnellement. J'ai l'impression que cela cache quelque chose d'autre. Je vous laisse le choix de m'en dire davantage, si davantage il y a, bien évidemment. » Je fais une pause, alors que je me lève tranquillement. « Mais soyez certaine que s'il y a quelque chose à trouver, je le trouverais. » Juste pour que tout soit clair, je lui donnais cependant une dernière chance, à savoir si elle avait quelque chose à ajouter, et seulement, je m'en irais, sauf si cette chère Scylla avait besoin de parler d'autre chose avec moi.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sais-tu qui je suis ? Car je veux savoir qui tu es. [Livre II - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Sais-tu qui je suis ? Car je veux savoir qui tu es. [Livre II - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je veux savoir !
» kisa ki pale O Chili
» Je suis l'ombre qui hante tes nuits [Livre 1 - Terminé]
» Suis-je simplement ici pour me remémorer un souvenir ? [Livre 1 - Terminé]
» Suis-je si seule dans ce si beau musée ? [Livre I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Edimbourg
 :: Le Centre-Ville
-
Sauter vers: