AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
A particular present [Livre III - terminé]
MessageSujet: A particular present [Livre III - terminé]   Mar 17 Mar - 15:42

    J’ai passé la semaine à me demander ce que j’allais offrir à Constance pour nos retrouvailles. Qu’est ce qu’un vampire apprécierait comme cadeau ? J’ai pensé à des fleures et rejeta cette idée avec violence. Il s’agit là d’un cadeau banal et ma douce Constance n’est pas banale. De plus au vu de son âge, je suis sûr qu’elle en a eu des bouquets. Je voyais déjà tous ses prétendants s’accumuler devant sa porte, lui demandant un peu d’attention. J’ai perçu très vite chez Constance, une certaine noblesse. Une élégance quant à tuer, à vivre sa vie de monstre. Une démarche assurée, et ce regard hautain marqué par le temps.

    Avant son départ, Constance m’avait indiqué un lieu, qui me permettrait de la retrouver. Je fus fort déçu d’apprendre qu’elle n’y était plus. Une femme, à la chevelure rousse et habillée d’un tailleur strict, néanmoins sexy m’informa que cet établissement ne lui appartenait plus. Constance aurait-elle des problèmes ? Voilà, qui pouvait arranger mes affaires. Alors que je souhaitais plus de renseignement, celle semblait ne pas vouloir être très coopérative. Dommage … pour elle. J’ai du faire preuve de persuasion. J’étais sorti du Laurentia essuyant mes mains ensanglantées avec un chiffon. Je me dirigeai vers ma voiture et envoya le chiffon dans la poubelle.

    Mon cadeau attendait sagement dans la voiture. J’avais appris que ma belle Constance avait contrariée les hautes autorités chez les vampires. Après quelques recherches, j’ai retrouvé sa trace dans un hôtel de luxe, situé sur le boulevard Royal Mile. Elle avait des goûts de luxe. Je n’en attendais pas moins d’elle.
    Alors … Je commence à m’ennuyer ! – me dit mon cadeau lorsque je prends place côté sur le siège conducteur. – Tu avais dit qu’on devait aller voir une de tes amies puis qu’on irait s’amuser dans un bar … - je me tourne vers elle avec un sourire en coin, lui caressant le visage avec douceur.
    Nous y allons … on à juste un petit détour à faire. – Je démarre la voiture et prend la direction du centre ville d’Edimbourg. Le soleil décline déjà sous l’horizon, laissant place rapidement à la nuit. Je me garai prés de l’hôtel et aida mon cadeau à sortir du véhicule. Elle était blonde, les cheveux mi-long, de longues jambes, un corps parfait et un visage de poupée. Je l’emmène vers l’hôtel. Elle semblait excitée, pansant aller à une fête organisé par une célébrité. Pauvre enfant. En arrivant à la réception, on nous indiqua la suite de Constance et elle fut prévenu de notre arrivé.

    Dans l’ascenseur, mon cadeau, dénommé Suzie, colla son corps prés du mien. Elle ne connaissait personne en Ecosse. Elle n’avait ni famille, ni ami. C'était une marginale que j’avais trouvé à faire du stop sur la route. Après lui avoir acheté une jolie robe rose pâle et des talons hauts, elle ressemblait un peu plus à une lady. Enfin presque. Elle me mordillait l’oreille, en promettant de me faire du bien. Tout ce que moi je souhaitais, c'était qu’elle fasse du bien à Constance. Elle était mon cadeau, un objet comme un autre qu’on offre à une amie. Nous arrivions à la porte de la suite de Constance, celle-ci était ouverte. Je poussais doucement Suzie à l’intérieur et ferma la porte derrière moi.
    Bonsoir Constance ! – j’avais le sourire alors que Suzie semblait malaise et me tenait le bras.
    Bonsoir – dit-elle avec timidité.
    Je t’apporte un petit cadeau … - dis-je en m’écartant de la jeune femme qui visiblement ne comprenait pas de quel cadeau, je voulais parler.


avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 14
Coups du Destin: 6
Le diable s’insinue dans les détails !
Messages : 559
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c)Aelou
Localisation : Quelque part en Ecosse !
Caractère : Cynique – Sociopathe – Patient – Intransigeant – Charismatique – Pragmatique – Dangereux
Humeur : Diaboliquement libre
Autres comptes : Alice / John
Le diable s’insinue dans les détails !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: A particular present [Livre III - terminé]   Jeu 19 Mar - 0:55

❝ A particular present ❞
Constance & Samuel
Il n’était pas difficile de se faire plaisir quand on est un vampire. L’hypnose, et les quelques réflexes faisaient que je n’avais pas vraiment à m’inquiéter de traîner dans les rue, et jouer les pauvresses. Vissez vous un chapeau sur la tête, et passez du bon temps, au lieu de pleurnicher. Évitez de tuer à tout va, et tout ira. Décidément, il fallait réellement que je me remette en selle et que je trouve quelques larcins qui en plus de m’occuper pourrait me sortir de cette situation certes très amusante, mais pas réellement stable. Mais pour l’instant, je me plaisais bien dans cette suite. J’avais hypnotisé celui qui l’occupait, la tâche n’avait pas été trop difficile, il suffisait de traîner un peu dans le bar de l’hôtel, et attendre le bon pigeon dont je connaissais le nom après avoir hypnotiser le réceptionniste, puis l’intendant qui lui en savait beaucoup plus sur les clients. J’aurais simplement pu payer ma suite avec de l’hypnose, mais l’idée me semblait trop simple et un peu suspect.

C’était parfait, je me nourrissais du client, et dormais tranquillement pendant la journée. Je préférais ne pas le tuer, de cette manière, il paiera la note et je pourrais effacer mes traces très simplement, en l’hypnotisant pour lui faire croire qu’il avait passé ses nuits avec une humaine qui l’avait un peu aguichée. Bref, au final, je ne faisais pas de mal n’est ce pas ? Et même si c’était le cas, ça ne m’intéressait pas de le savoir. J’attrape le verre que je m’étais servie en coupant les poignets du client, qui lui était sortit faire je ne sais quoi, je ne sais ou, avec je ne sais qui. Je regarde autour de moi, et porte le verre à mes lèvres. C’était comme … un don de sang, les humains faisaient ça tout le temps n’est ce pas ? C’était donc… un détournement de don de sang, techniquement. J’allume une cigarette en regardant un des catalogue que j’avais récupérer chez un antiquaire , où je m’étais offert une nouvelle bague. Offert.. disons octroyé. C’était une jolie pierre précieuse des années 20. Je soupire, quand la porte s’ouvre. Je ne savais pas que c’était possible sans la clef. une jeune demoiselle, aux longues jambes et aux cheveux roux entre. Elle balbutie timide, bonsoir. Un visage connu entre à ses côté, ma mine ennuyée et renfrognée se transforme en un amusé sourire, je me redresse alors que je pavanais sur le canapé. J’attrape mon paquet de cigarette et m’approche des nouveaux arrivants. Il semblait que mon message était passé. Il sentait le sang. Mon nez ne me trahissait jamais. Il disait avoir un cadeau. Les semi-démons savent parler aux monstres c’est indéniable. Et surtout, il avait vu juste pour le cadeau. Il était charmant.

Bonsoir.. fis-je en m’approchant, remarquant le sang sur sa manche, et attrapait son bras. Je vois que chacun a eu le droit à un cadeau.

Je plaquais mon dos sur la porte, admirant le présent que l’on m’avait apporté en cette douce nuit de Février. Allais-je réellement être gâtée comme ça tous les soirs ? Je ferais mieux de trahir plus souvent. Je souris.

Que me vaut ce plaisir ? … Il ne faut pas m’habituer au cadeau dans ce genre.

Je sens la jeune demoiselle paniquer. Car en effet il n’y avait pas de cadeaux dans la salle. Enfin… pas dans sa définition, mais dans celle deux des protagonistes. Je soupire d’aise, je m’approche doucement d’elle, et lui caresse l’épaule, elle frissonne, elle a peur, je souris, je caresse sa joue et l’hypnotise avant de la tirer plus dans la lumière. Elle était jeune… je n’aimais pas les vieux. Vous savez ce qu’on dit ? La meilleure manière de ne pas mourir vieux, c’est de mourir jeune. Ou c’est peut être le contraire… vous savez les proverbes humains..

Pourquoi un tels cadeau ? Qu’ai-je donc fait pour tant d’égards ?


avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A particular present [Livre III - terminé]   Jeu 19 Mar - 9:27

    J’avais mis un peu de temps avant de me décider de revoir Constance. Lorsque je me décidai enfin, j’avais été accaparé par une obsession … ridicule. Trouver un cadeau à la hauteur pour Constance. Je voulais qu’elle soit contente, qu’elle apprécie ce geste. Je ne fais jamais rien gratuitement. Sa beauté aurait pu être suffisante pour obtenir autant d’attention mais pas avec moi. Il m’en faut toujours plus. J’avais un intérêt à venir la voir. Je laisse la vampire s’approcher, suivant son regard sur ma manche ensanglantée. Devrais-je lui dire que j’avais quelque peu amoché une femme de son établissement ? Ou devrais-je dire ex-établissement ? La jeune femme rousse avait été plus que vilaine. Ne pas me donner les renseignements que j’avais demandés avec politesse, était une erreur. Je lui avais empoigné les cheveux et amenait dans un bureau … plutôt luxueux. Des ciseaux m’ont été très utiles pour mon interrogatoire. Elle avait fait preuve de ténacité. Disons, une demi-seconde de ténacité qui s’est vite rompu sous le coup de mes mains expertes. Je ne sais pas si elle est encore vivante mais j’en doute. J’avais préalablement utilisé mon pouvoir pour déduire les vidéos de surveillance. Prudent ? Comme toujours. Mais revenons à nos moutons.

    Un simple geste d’amitié … - Je la voulais dans mon camp. Une alliance avec une vampire tel que Constance qui apparemment aurait trahis les hautes autorités vampiriques, pouvait être un atout. Bien que j’avais dans l’idée de faire également alliance avec les reines. Il me fallait les approcher pour y mettre la zizanie. Et pour ça quelques informations sur les reines étaient indispensables. On ne va pas dans le terrier du serpent sans s’y préparer un minimum.

    Je regarde Constance inspecter mon cadeau. Suzie tremblait. Elle avait bien raison d’avoir peur. Là voilà dans une chambre avec un semi-démon (bien qu’elle n’en pas encore conscience) et une vampire. Le début d’une belle histoire. C'était comme amener l’agneau à l’abattoir. Constance hypnose la jeune femme et la place sous la lumière. Je m’approche des deux jeunes femmes et regarde la vampire au-dessus de l’épaule de Suzie. Quel prénom à chier ! Une contraction de Suzanne, peut-être ? En fait, j’en ai cure. Ça n’avait pas d’importance, Suzie n’avait pas d’importance.

    J’ai passé une très belle soirée à vos côtés … - Faisant référence à notre première rencontre dans un bar miteux. Nous avions dansé sur des corps inertes. Je lui souris, humant les cheveux de Suzie. Elle sentait bon. - … il aurait été inconvenant de ma part de venir les mains vides. – lui dis-je en m’écartant de notre victime. Je m’approchai de la fenêtre, faisant attention qu’on ne puisse pas m’observer de l’extérieur. Encore mon excès de prudence … ou déformation professionnelle. J’analyser les différentes échappatoires qui s’offrait à moi, si je devais une nouvelle fois m’enfuir. La rue semblait calme. Je me retourne sur Constance, un peu plus détendu, observant les lieux. – En essayant de vous retrouver, je suis tombé sur une jeune femme charmante qui m’a informé que vous aviez des problèmes avec … des reines ? – Dis-je avec étonnement. – … je suis désolé que vous ayez autant de problèmes. – en faite, non ! Ça m’arrangeait grandement. - … Si je peux vous aider en quoique ce soit, je serais ravie de pouvoir le faire. – lui dis-je en déboutonnant ma veste et m’asseyant sur son canapé.

avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 14
Coups du Destin: 6
Le diable s’insinue dans les détails !
Messages : 559
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c)Aelou
Localisation : Quelque part en Ecosse !
Caractère : Cynique – Sociopathe – Patient – Intransigeant – Charismatique – Pragmatique – Dangereux
Humeur : Diaboliquement libre
Autres comptes : Alice / John
Le diable s’insinue dans les détails !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: A particular present [Livre III - terminé]   Sam 21 Mar - 2:15

❝ A Particular present. ❞
Constance & Samuel
Je le soulevais le bras de la jeune fille. On ne mange que ce que l’on chasse, c’était ma philosophie. C’était ainsi que m’avait enseigné, feu ma créatrice. Le bras retombe et claque sa cuisse et ça me fait sourire. Je m’allume une cigarette distraire en faisant le tour propriétaire. J’avais supprimer son envie de fuir, pas sa peur. Elle tremblait comme une feuille. Mais le sang sous la peur est âpre, moins que celui d’un semi-démon. Âcre était le gout de la peur. Je me mordais la lèvre, ne sachant pas bien comment prendre ce cadeau. Était-ce là une manière, habile, de m’amadouer ?

 « Un simple geste d’amitié … ? » répétais-je en le regardant en coin.

Je porte ma cigarette à mes lèvres et la coince entre celle ci. Pour user de mes deux mains pour vérifier la taille, les hanches avant de tirer avec une profonde inspiration sur ma cigarette, et d’expirer un large halo de fumée. Un simple geste d’amitié, je n’étais pas naïve. J’étais de celle qui agisse soit pas ennui, soit pas pur intérêt, et très peu souvent pas pur noblesse de coeur. C’était bien le grand défaut des vampires. Nous n’étions pas de nobles créatures, mais nous cherchions à jouer à l’être. Je n’étais ni dupe, ni naïve. Peut être un peu insouciante ces derniers temps je voulais bien l’avouer, mais je m’ennuyais dans la maturité de l’âge. Tout avait goût de poussière et de vieux bois. Alors que maintenant tout avait gout de tabac et de sang à profusion.

Il s’approche. Regardant par dessus mon épaule, admettant avoir passé une très bonne soirée à mes côtés. En même temps n’étais-je pas du pain béni pour un semi-démons, ces bêtes là adore le sang et le meurtre. Les vampires c’était pour le plaisir d’accord, mais par nécessité vitale aussi. Eux, ce n’était que pour l’amusement. C’était pour ça qu’ils étaient les plus dangereux, ce n’était pas pour des révolutions, pour des révolutions, pour le changement, non, oh non, c’était bien plus pragmatique et terrible que cela. C’était pour s’amuser. Plus ils faisaient le mal, et mieux ils se sentaient. Il aurait été inconvénient de venir les mains vides, je commence à me mettre à rire, manquant une respiration. J’hypnotise la jeune fille pour qu’elle arrête d’avoir peur et la tremblote, ça avait profondément le don de m’énerver ça aussi, j’en profitais pour lui couper le sifflet, histoire qu’elle ne se mette pas à hurler. Il fallait faire ça proprement. J’aimerais rester dans la suite encore une ou deux nuit, histoire de profiter des draps en soie.

Je me retourne quand il parle de mes « problèmes ». N’est-il pas maintenant, je pose un doigt bien accusateur sur son torse.

 « Je vous trouve bien curieux à mon sujet, jeune homme. »

Mon doigt tombe le long de ma robe en soie fluide, dans un mouvement lourd, je hausse les épaules. Après tout, je suppose que j’aurais du faire mes recherches à son sujets. Mais très franchement, tout autre personne que moi, aujourd’hui, ne m’intéressait pas des masses. Mon divertissement avant toute chose, et mon ennui à la dernière place. Il jouait très mal la comédie du type désolé, ce qui ne lui allait pas du tout en sachant qu’il avait dansé allègrement avec moi à côté de corps sans vie, vidé de leur sang. Les remords, voilà quelques choses de bien laid, et seulement fait pour culpabiliser les gens laids, en l’occurence. Suis-je horrible ? Veuillez m’excusez. Je laissais mon regard traîner sur l’ami assis dans le canapé désormais.

Je regarde le plateau de repas de mon repas, et attrape prends le soin de prends une serviette en papier avant d’utiliser le couteau en argent posé sur la assiette. Encore une bêtise ça aussi. J’avais été prise une fois, on ne m’y reprendra pas. Je m’approche de celle qui se fait nommer Suzie. C’était vraiment un prénom de catin de bas étage.

 « Vous jouez mal la comédie de l’empathie, cher ami. » commençais-je avant d’entailler légèrement, mais assez profondément le cou de la jeune fille.

Ma main libre glissa le long de nuque, ma langue voyagea le long de sa peau goutant au vin du soir. M’aider en quoique ce soit. Le sang arrête de couler dans ma bouche et je me redresse. Décidément, cette soirée promettait réellement d’être amusante.

 « M’aider, dans quoique ce soit… vous les semi-démons nous n’êtes attiré que par la souffrance non ? Le chaos … La douleur des autres… les espoirs qui se brisent comme un verre qui se fracasse comme le sol… Vous voulez m’aidez à répandre tout le sang possible et si en plus vous pouvez trouvez un intérêt dans tout ça… dîtes le. »

Je prends la main de la jeune fille, et l’attire vers le canapé. Je m’assois, croise les jambes et le lui tends la lame.

 « Vous n’avez pas le droit de la tuer, ni de gâcher une goutte. Je suis très pointilleuse. Et en même temps, vous pourrez me dire pourquoi vous me portez tant d’intérêt, Liam, ou peu importe le nom qui est le votre. »

Je souris, curieuse, de voir ce qu'allait donner une lame dans la main d'un type comme ça. J'espère le spectacle réjouissant.


avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A particular present [Livre III - terminé]   Mer 25 Mar - 19:15

    Le repas d’un vampire est très simple. Vous leur donnez un humain et les voilà renaître et reprendre des couleurs. Ce phénomène, je les vu de prés lors de ma rencontre avec Constance. Après quelques gorges égorgées, ses joues ont rougis par la montée du sang. En plus c’était économique, je n’avais pas à débourser une véritable fortune pour l’inviter au restaurant. La curiosité. Ce vilain défaut m’a sauvé plus d’une fois la vie. Le savoir, c'est le pouvoir ! Je regarde Constance se mouvoir auprès de sa victime, et ma curiosité s’attarde à savoir ce qui ce cache sous cette robe. La lame entaille la peau délicate de Suzie. J’allonge mon bras sur le rebord dans le sens de la largeur du canapé et pose ma main sur l’accoudoir. Le spectacle est délectable malgré le peu de réaction de la victime. Pas de cris, juste de la terreur dans ses yeux. C'était aussi bien. On était dans un hôtel, ses hurlements auraient alertés les clients.

    Je n’avais pas envie de jouer la comédie. Vu que Constance m’avait déjà vu à l’œuvre, je n’en avais aucun intérêt. Je lui souris. Encore un bon point pour la vampire, je n’ai aucune empathie (je crois en avoir déjà eu … mais c'est une époque révolue). Après tout, j’étais un semi-démon, ce qui veut dire que j’ai une part d’humanité. Une minuscule part ! Je regarde Constance ramener son cadeau vers moi et s’installer à mes côté. Suzie debout devant nous. Mon regard est tourné vers la vampire qui me tend le couteau en argent. Je lui prends des mains, sans trop difficulté étant donné que celui-ci n’a pas été bénis par le Saint-Père. Elle prenait un risque de me donner ce couteau. Les armes blanches sont mes outils de prédilections. J’aime tuer avec une lame et elle m’interdit de tuer Suzie avec, ou même de gâcher son repas. Je soupire. Je ne voulais pas contrarier Constance, pas parce que j’avais peur d’elle mais juste pour garder une bonne entente entre nous.

    Avant de vous expliquer pourquoi je vous porte autant d’intérêt … - dis-je en me penchant en avant et attrapant délicatement Suzie par la main. Tel un pantin, elle se laissa guider et se retrouva devant moi. Mon visage était au même niveau que son intimité. - … je vous dois mon vrai prénom … Samuel … - Il était temps de me débarrasser de mes petites habitudes de changer de prénom à chaque rencontre et dévoiler enfin ma véritable identité. Après tout, j’avais décidé de rejoindre les rangs de Pandore et des bras cassés de semis-démons. Ma main caressa les cuisses fermes de Suzie et passe sous sa robe. – Mon intérêt est purement professionnelle … mais pas seulement … - Je regarde Constance alors que j’attache un pan de la robe dans le string de Suzie. - … Je vous trouve magnifique … - Sa façon de tuer était un ravissement pour un démon tel que moi. Je lui souris et reporte mon attention sur la cuisse de la demoiselle. Je fis mine de réfléchir alors que la pointe du couteau perce la peau de la victime. – J’ai appris que vous aviez … disons trahis les hautes instances vampiriques et je suis plutôt étonné qu’ils vous laissent encore en vie. – Mon couteau commence à entaillé la peau claire et je commence mon œuvre. Du sang coule le long de ses cuisses. Ah oui pas de gâchis avait-elle dit ! Je passe ma langue sur les traîner de liquide rouge. Le sang avait un goût métallique et sucré. Je continue laissant ma créativité s’exprimer – Nous sommes bientôt dans une nouvelle ère, qui est celle des semi-démons. Et celui qui pense que tout ceux-ci n’est que foutaise … et bien fou de le croire … - Je m’arrête et reléche l’excédant de sang. J’entends un gémissement sourd dans la bouche de Suzie. Entre plaisir et douleur, il y a qu’un pas. Je me demande si elle apprécie ce que je lui fais ? – Certains vampires ont été nos alliés à une époque, et ceux qui le seront encore … pourrons régner dans ce monde, sans qu’aucune règle ridicule imposé par les humains ne viennent les entravés dans leurs vies … - Je regarde mon dessin ensanglanté, et pose mon couteau sur le rebord du canapé. Je pose mes mains sur les hanches de Suzie et la tourne vers Constance pour qu’elle regarde mon dessin. Une fresque de fleurs d’un cerisier japonais ensanglanté. Je suis plutôt fier de mon œuvre, entre cruauté et beauté. Un véritable artiste dans l’âme. - … vous nourrir de qui vous voulez sans risque de représailles, avoir la possibilité de récupérer vos biens, baiser qui vous voulez … - lui dis-je avec un sourire en coin. – … alors que vous nous aiderez dans cette guerre, je me ferrais un devoir de liquider ceux qui aurait pu vous offenser … Que pensez-vous de mon œuvre ?
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 14
Coups du Destin: 6
Le diable s’insinue dans les détails !
Messages : 559
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c)Aelou
Localisation : Quelque part en Ecosse !
Caractère : Cynique – Sociopathe – Patient – Intransigeant – Charismatique – Pragmatique – Dangereux
Humeur : Diaboliquement libre
Autres comptes : Alice / John
Le diable s’insinue dans les détails !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: A particular present [Livre III - terminé]   Jeu 2 Avr - 0:41

❝ A particular present ❞
Constance & Samuel
Les vampires et les semi-démons avaient une esthétique violente, c’était bien une des choses qui n’était pas discutable. Je refuse d’entendre ces vampires pseudo attaché aux restes de leurs humanités, me dire qu’ils n’ont pas cet … amour malsain pour ce qui était malsain. Ou peut être étais-ce moi, mais de toute manière, je partageais la vision de Samuel, le sang, du sang, et encore du sang.

Il prend l’argenterie que je lui tends, sans mal. Il attrape la jeune femme, muette et sans … réaction, et bientôt sans vie… je suppose, même si la chose ne m’arrangeait pas des masses. Je le regardais curieux, m’installant plus confortablement dans le canapé. Son vrai prénom, Samuel. Je ne comprendrais pas vraiment cette manie de donner un autre prénom. Comme si c’était un gage de sécurité, je hausse les épaules, pas déçue mais pas étonnée non plus. Je n’avais jamais cherché à masquer mon identité, j’avais toujours décidé d’être moi même entière et complète, n’utilisant aucun simulacre pour me cacher. Constance était le nom que l’on m’avait donné, et Constance était le prénom que je porterais avec fierté. Il me dit que son intérêt était professionnel, encore un qui souhaitait « louer mes services » comme l’avait dit si bien ce Badenov, j’étais populaire ces derniers temps, vous ne trouvez pas ? Je n’avais jamais été aussi demandé, même avant la trahison. Moi qui voulait de la distraction j’avais l’embarras du choix. Je l’écoute et le regarde à l’oeuvre, intriguée par ce qu’il allait bien pouvoir… créer. Je souris quand il me complimente, m’accoudant sur mes genoux en allumant une cigarette. Je me demandais rien quelle proposition était alléchante, laquelle la plus curieuse, décidément, décidément...

Il avait appris que j’étais une traîtresse. Je hoche la tête en signe d’approbation, je n’avais jamais rien eu à cacher, et je suppose que c’était pour cela que j’énervais, je n’avais montré aucun signe de repentir, ou même de remords ou de regrets. Je m’en fichais éperdument, tant que je me m’amusais et que je me divertissais.

 Ne soyez pas étonné de me voir en vie. J’ai trahi un pouvoir faible et voué à la médiocrité. J’aspire à autre chose, et à des choses beaucoup… divertissantes, et non médiocre et moyenne.

Il lèche le sang, et je ne peux m’empêcher de me lécher les lèvres. Il était habile avec une lame, on sentait… l’expérience. Les semi-démons avaient des hobbies très intéressant. Il parle d’une nouvelle ère, celle des semis démons, et je me laisse aller à un sourire. Nous verrons bien, pensais-je. J’avais survécu toute les « ères ». Et ce sont toujours plus ou moins les mêmes, avec plus ou moins de violence. Il dit que les vampires étaient leurs alliés, que certains le sont encore, je note cette information, pour savoir qui voulait bien fricoter avec les semi-démons aujourd’hui. Mon esprit se tournait vers la plus fourbe, et si mon instinct me trompait que l’on me coupe une main. Les semi-démons… sont des tentateurs, le serpent du jardin d’Eden, pleins de belle parole, pour ensuite nous écraser contre le sol froid de la terre. L’oeuvre est terminé, pas de gâchis pas de sang sur le tapis, quel artiste, quelle… habilité.

 Je me nourris en toute impunité, je baise qui je désire, je tue ce qui m'ennuie. Je n’ai jamais suivi les règles humaines parce que ce ne sont pas les miennes, que l’on me traite de monstre ou d’archaïque, je m’en fiche, je vis depuis bien longtemps pour savoir que personne ne fera rien, et que tout le monde copule dans la léthargie.

Je m’approche, de lui, sur le ton du murmure, le fixant droit dans les yeux.

 Les guerres vont et viennent, les semi-démons vont et viennent, les loups vont et viennent, et les vampires demeurent. Vous êtes un tentateur, rien de plus, Samuel, un démon plein de tentations. Je devrais donc vendre mon âme, pour voir mes ennemis saigner sous votre lame ?

Vous êtes un artiste, je vous le concède. Vous nous avez fait de vraies fleurs du Mal.


avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A particular present [Livre III - terminé]   Ven 10 Avr - 14:22

    Ainsi, les reines rouges ont étaient clémentes envers Constance, malgré sa trahison. Un pouvoir faible. Laisser une telle trahison passer sans représailles est étrange et incompréhensible à mon sens. Médiocre. Je comprends Constance mieux qu’elle ne pourrait le croire. Ceux qui ont une ambition de puissance, de pouvoir, n’aurait pas laissé un tel geste sans s’assurer que la tête du traite soit posé sur un pique. Un signe de cruauté, d’avertissement, pour ceux qui aurait la même idée. J’avoue que c'est une bonne nouvelle que les deux reines soient aussi faibles. Cela arrange grandement les affaires des semi-démons. Encore faut-il en être sûr. Le tout était de savoir jusqu’à quel point elles étaient faibles ? Voilà, une question qu’il me fallait connaître. Une nouvelle rencontre avec Pandore et cette fameuse Maryana s’impose. J’écoute aimablement la belle vampire, tout en continuant mon œuvre.

    Je crois que je vivrais de la même manière si j’étais immortel. Ma condition humaine est la limite qui entrave mes actes. Pour pouvoir œuvrer pour le chaos, rester dans l’ombre était indispensable. Je n’étais pas comme les chats. Ma vie se résume au chiffre un. Mes blessures ne se refermaient pas aussi facilement qu’une créature surnaturelle qui aurait des capacités de régénération. Je reste mortel. Dés que je deviendrais un démon, ses petits détails seront comblés. Pour l’instant, je reste prudent et abattre mes cartes au bon moment. Je laisse Constance s’approcher de moi, mon bras s’allonge derrière elle. Ma main garde serrer le couteau en argent. Je garde à l’esprit, ce que représente Constance, un vampire. Un être dangereux. Je ne suis pas assez idiot pour baisser ma garde. A nous voir ainsi, on pourrait nous prendre pour un couple se murmurant des mots doux. Je souris en écoutant ses propos.

    Ma douce Constance … - Rapprochant mon visage du sien. Ma voix se fit profonde et séduisante. – … les vampires sont certes immortels mais pas éternelles … - J’en savais quelque chose pour en avoir tué certains d’entre eux. - … exactement, je veux que vous me vendiez votre âme … - lui dis-je en lâchant le couteau et mon pouvoir. L’arme volait autour de nous, me laissant les mains libres. - … mais pas seulement … - ma main s’approcha de son visage et lui caressa la joue. Je m’aperçu que ma main était grande et puissante sur ce visage délicat. Mes yeux détaillèrent ses traits, sa bouche. - … que vous vous donniez à moi entièrement sans retenu, que vous m’accompagniez en enfer … - Mon autre main se posa sur son genou. - … les semi-démons vont et viennent mais cette ère sera celle que vous garderez à l’esprit pour plusieurs décennies. A quoi bon vivre plusieurs siècles si ce n’est pour vivre un tel moment, où enfin, vous pourrez vous distraire en toute liberté, sans qu’aucun être sur cette terre n’ait l’audace de vous faire obstacle. Bien évidemment tant que je serais présent à vos côtés. – Un échange de bon procédé. Elle nous aide dans notre guerre et moi je m’engage à parsemer son chemin des corps de ses adversaires et lui offre une vie de … distraction. Je lui demande pas sa loyauté, étant donné que moi-même je n’étais loyale qu’envers moi-même et mes amis (en sachant que j’en ai aucun). Mes doigts s’égarent dans ses cheveux, plongeant mes yeux dans les siens. - … Sachez douce Constance, que si je suis un vil tentateur, vous me tentez également. - lui dis-je en approchant mes lèvres des siennes. Des gémissements m’arrêtèrent. J’en avais oublié notre amie Suzie. Je regarde la jeune victime et pose un doigt sur mes lèvres. – Chuut ! - Reportant mon regard sur Constance, mon couteau s’élevant prés de notre témoin. La pointe se figea devant le front de Suzie.

    Ses fleures ne sont rien en comparaison de ce que je ferrais lorsque le chaos se répandra dans ce monde … Je crois que je tiens ça de mon père … - Je ne sais pas d’où me vient cette imagination débordante lorsqu’il s’agit de souffrance, de terreur et de tuerie. Je ne tue jamais inutilement. Chacun de mes actes est motivés. J’aime me laisser à mes pulsions artistiques et ce n’est pas de ma mère que je tiens ça !

avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 14
Coups du Destin: 6
Le diable s’insinue dans les détails !
Messages : 559
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c)Aelou
Localisation : Quelque part en Ecosse !
Caractère : Cynique – Sociopathe – Patient – Intransigeant – Charismatique – Pragmatique – Dangereux
Humeur : Diaboliquement libre
Autres comptes : Alice / John
Le diable s’insinue dans les détails !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: A particular present [Livre III - terminé]   Mar 28 Avr - 1:57

❝ A particular present ❞
Constance & Samuel
Je ne suis pas dupe. Mais je ne suis pas omnisciente, à mon grand regret. Mais que sa requête m’était impossible. Devenir… une sauce d’accompagnement. Me donner entièrement, c’était impossible. Je ne l'avais jamais fait, et je ne ferais jamais, être la personne d'une seule personne, devoir rendre des comptes, avoir des obligations... Non, très peu pour moi. Je préfère quand les choses sont simples et sans attaches, pas de promesses. Mon visage se penchait sur le côté, doucement, suivant le visage de Samuel. Il prend le même ton que celui que j’utilise pour hypnotiser mes proies. Que les semi-démons sont doués, mais pas assez.

Il était charmant, et charmeur, calculateur de ses mouvements. Il fallait vendre son âme. Nous sommes éternels, pas immortels. Malheureusement d’ailleurs, je me voyais bien vivre un bon millénaire, mais être un vampire de nos jours est une chose bien risqué. Même si l’ennemi publique numéro un est le semi-démons, l’ennemi publique numéro deux est un vampire. Le numéro trois un loup… et ainsi de suite jusqu’à l’humain, aussi psychopathe puisse-t-il être. Sa main se pose sur ma joue, la différence de température est … peu habituelle. J’avais la peau froide, sang froid, celui qui ne transpire pas, ne ressent pas les éla physique des températures. Sang froid. Je veux que vous vous donniez à moi sans retenue. Non.

Savez vous combien de flatteur m’ont proposé la distraction ? Combien ont voulu de mes crocs, de ma soif, de ma cruauté, de mon incapacité à me rassasier ? Trop.

Me donner entièrement, allons, allons Samuel. Vous n’aurez que je vous donnerais.


Ma main se plaque sur celle qu’il a posé sur mon genoux. Le voilà bien entreprenant, quand il disait baiser que je voulais, il parlait de lui ? Je souris, quand il ordonne à la victime de de se taire en posant son index sur ses lèvres. Le couteau lévite dans les airs, c’était fascinant, la pointe s’arrêta, immobile, devant le front de la petite jeune fille qui se tenait bien droite face à nous. Ces jeux étaient si divertissant, que ces tentations étaient bien tentants. Il était… distrayant, ah ces semi-démons, combien de vampire encore tomberait dans leurs filets et dans leurs belles promesses. J’attrape le couteau rapidement, avant de le placer sous sa gorge avec un sourire joueur.

Je ne réponds qu’à moi-même. Ni Dieu ni maître. Le dernier homme qui a voulu me prosséder est mort il y a cinq siècle, castré et vidé de son sang, sans que je n'en bois une seule goutte.

Qu’est ce qui me dit que vous seriez un partenaire de jeu correct ? Je n’aime pas être redevable. Mais vous m’êtes si … distrayant… Vous savez parler...
continuais-je distraite

La lame glisse sur sa peau. Ce que je trouve dommage, c’était le goût de son sang, si âcre, comme leur âme. Une saveur, une horrible saveur. Si peu agréable dans la bouche et sur les lèvres.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A particular present [Livre III - terminé]   Ven 29 Mai - 11:23

    Je ne doute pas que Constance a déjà eu droit à de multiples propositions par de nombreux prétendants … ou prétendantes. Peu importe les propositions, les faveurs, les cadeaux, … ce que je lui propose sera au-delà de toutes ces espérances. Je l’écoute, décrypte ses traits, sa personnalité. Une énigme ? Je ne pense pas. On n’est pas si différent. Je suis juste plus vivant qu’elle. Mon sang chaud de démon coule dans mes veines et à soif de liberté. Liberté de prendre ce que je désire. D’être plus qu’un semi-démon, … un démon à part entière. Elle prétend ne pas souhaiter se donner entièrement. Je souris. Je m’attendais à une telle réponse mais franchement, croit-elle avoir le choix lorsque le monde basculera ? J’en doute. Je suis optimiste quant à nos chances de voir venir le chao. Je sens sa main froide sur la mienne. La différence entre nous est encore plus parlante. Froide. Beauté figée par la mort.

    Elle se déplace rapidement pour prendre mon jouet et place la lame sous ma gorge. Je la laisse faire, marquant une seconde un effet de surprise sous la froideur du métal. Je souris devant l’éventualité que la mort elle-même joue avec ma vie. Pour tout dire, je suis terriblement excité par cette approche. Ma main est toujours posée sagement sur le genou de la vampire. Pour combien de temps ? Peur ? Non. Elle me dit qu’elle répond à aucun dieu, ni maître. Vraiment ? A-t-elle oubliée que le dieu du sang la possède. Je la trouve distrayante, autant que je la distrais. – … Loin de moi de vouloir vous posséder … - lui dis-je en approchant mon visage vers le sien, plongeant ainsi mon regard dans le sien. La lame m’entaille la peau, je sens du liquide me chatouiller. Je n’ai pas mal. Je bande dans la perspective de goutter à son corps. – … Je n’ai aucune intention de vous soumettre …, je ne vous propose seulement une alliance … rien de plus, rien de moins. – Ma main glisse doucement, avec prudence vers la cuisse de la jeune femme. Je ne la lâche pas du regard. Elle reste dangereuse. – … Mais si cette proposition ne vous convient pas … je me retire madame et vous laisse avec mon cadeau … - lui dis-je en m’éloignant d’elle, de sa lame, retirant ma main de sa personne. - … Il est vrai que vous ne pouvez pas savoir si je ferrais un bon partenaire de jeu, mais pour cela il faut bien essayer … - lui dis-je un sourire charmeur.

    Je me lève et contourne Suzie, dont une larme s’échappe de son œil. Je me colle à elle, bandant à la perspective de lui faire d’atroce chose. Je pose mes mains sur ses épaules, je sens combien elle a peur. Il y a peu, Suzie ne souhaitait qu’être baisé par mes soins. J’ai comme l’impression qu’elle a changée d’avis. J’hume les cheveux de ma proie qui n’est que nourriture pour Constance. – Au faite, vous ne m’avez pas dit … que pensez-vous de notre amie ici présente ? – Je laisse mes mains descendre sur ses hanches. – Elle m’a confiée … qu’elle aimait les vampires. - Je me demande si c'était encore le cas. La fascination qu’on certain humain pour eux reste étrange. Les livres les ont décris comme des êtres de légendes, magnifiques. Je regarde au-dessus de l’épaule de la marionnette, la vampire d’un air taquin. Constance est magnifique. La mort lui va bien.


Spoiler:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 14
Coups du Destin: 6
Le diable s’insinue dans les détails !
Messages : 559
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c)Aelou
Localisation : Quelque part en Ecosse !
Caractère : Cynique – Sociopathe – Patient – Intransigeant – Charismatique – Pragmatique – Dangereux
Humeur : Diaboliquement libre
Autres comptes : Alice / John
Le diable s’insinue dans les détails !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: A particular present [Livre III - terminé]   Jeu 4 Juin - 22:28

❝A Particular present ❞
Constance & Samuel
N’y avait-il aucune limite à la cruauté ? Pas physique, mais cette jeune demoiselle, dont le nom m’échappe encore, ne bougeait pas d’un centimètre, rien, juste le mouvement de sa poitrine qui bouge au rythme de sa respiration saccadée. Elle ne peut pas hurler, elle ne peut pas crier, si bien que je me demande si elle ne serait pas capable de mourir sous mes yeux, de peur, de panique, ou d’un ulcère. Ou simplement, de quelques choses quand sa boîte crânienne qui pètera, pour couper le courant, tout couper, et se soulager enfin de cette situation… profondément inhumaine. Mais rassurons nous, ni moi, ni Samuel ne semble avoir une once d’humanité restante, deux sur trois, c’est un bon ratio. Et rassurez vous, la mort ne soulage rien.

Je souris quand il sourit, alors que la lame se glisse sur sa gorge. De mauvais penchants ? Admettons, c’était presque de notoriété publique après tout. Je regarde le démon, et sa main se pose sur mon genou. Sa main glisse le long me cuisse, et son son sang glisse son cou. Je devais bien avouer que cette vision n’avait rien de platonique, ni même de bon enfant, oh non, non, rien de tout ça, tout le contraire, et mon sang ne fait qu’un tour. Son visage s’approche, toujours, cette distance éreintante, et pourtant excitante. L’odeur du sang est différente, non pas moins enivrante, mais elle apparaîtrait comme une chose dangereuse, comme un poison presque, tant son goût pourrait se montrer acre. Loin de lui l’idée de me soumettre, mais n’y aurait-il donc pas songer dans d’autre terme et d’autre… positions ? Vil menteur.

Il s’éloigne, et la frustration monte, violente et dévastatrice. Me voilà dans de beaux draps. Il s’approche de l’humaine, et mon regard ne quitte pas le mouvement de prédateur de Samuel. Il émet que je n’ai pas à proprement parlé de mona ppréciation de cadeau, et j’en souris. Ses mains se pose sur ses épaules.

 « Beaucoup d’humains aiment les vampires, pour les histoires qu’ils aiment se raconter, même cette situation en exciterait plus d’un, mais aucun n’échangerait sa place avec ce doux cadeau que vous m’avez apportez.  » fis-je en souriant. Je le regarde faire glisser ses mains sur ses hanches, et je décide de me lever, doucement, sans me presser, agissant comme le digne prédateur, que je crois être. Je m’approche au plus près de cette jeune enfant, dont le parfum de peur m’enivre. Mes doigts frôle les mains de Samuel, comme un jeu, à celui qui cèdera le premier, lui rendant son regard, glissant mes doigts filer le long des vêtements de l’humain, glissant sur ses seins, approchant sa clavicule, puis sa gorge. Mon visage se penche au dessus de l’artère palpitante, le sang n’en finit plus de m’appeler. Une me main aggripe fortement sa nuque comme pour l’emprisonner. Et après un dernière regard vers ce partenaire de jeu qui semblait connaître toutes les règles et ficelles, ma langue glisse sur sa peau, avant d’y planter sans douceur ni articifices mes dents, qui percent la peau, et le sang coulent comme une rivière hors de son lit, dans ma gorge. Ma prise devient plus forte, et mon appétit bien plus grand. Je n’ai aucune douceur, aucune tendresse pour la douce jeune fille dont la vie semblait quitter petit à petit. Elle grimace, de douleur. Mais patience est mère de raison. Je me redresse, la bouche ensanglantée, le regard vif et le véritable visage du vampire qui s’affiche, monstre mort et avide de sang, dépendant de ses désirs, et seulement de ses envies.

 « Délicieuse, Monsieur Samuel, vous avez bon goût, très bon goût. » Mon visage de relève, et mon index essuie une partie du sang qui glisse sur la nuque. Connaissez vous le goût de la peur ? lui demandais-je en approchant mon index de ses lèvres.

Je me lèche les lèvres, sourire sur bouche, avide de plus.Serpent, mordra t-il ?
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A particular present [Livre III - terminé]   Ven 5 Juin - 17:06

    La tentation est un art. Cette impulsion à succomber aux ténèbres, au péché de chair, de luxure. On pourrait dire que c'est une affaire de démon. Je suis en bonne compagnie. Une prédatrice et une proie, rien que pour moi. Je fais un cadeau à Constance, et j’en profite également. la partie est délicieuse et excitante. La protubérance de mon pantalon est là pour témoigner de ma satisfaction. Je ne quitte pas des yeux la belle vampire qui bouge avec légèreté de son emplacement et me rejoins ; Enfin nous rejoins. N’oublions pas nôtre jouet. J’ai mes mains sur ses hanches. Elle reste statique, immobile, ne pouvant bouger un doigt sans que Constance ne le décide. Je trouve cela fascinant, tout comme le contact de la main de Constance sur la mienne. Ce fut froid et intense. Mon regard se fait plus ténébreux, alors que ma partenaire ouvre sa bouche. Je vois ses crocs s’enfoncer dans la chair de Suzie. Mes mains se crispent sur ses hanches. Le sang appel le démon de Constance. Elle boit avec avidité. Elle me donne faim, mais ce n’est pas de la nourriture que je veux. Oh non ! C'est plus bestiale, plus sombre. Lorsqu’elle s’arrête, mes yeux s’illuminent devant ce visage ensanglanté.

    Le sang de Suzie, lui convient – J’en suis ravi ! – Mes lèvres s’étirent d’un sourire en coin. Une véritable beauté avec ce sang qui lui couvre les lèvres. Je la regarde ramasser de son index un surplus du nectar rouge. Elle me le présente, m’expliquant que j’y décèlerai le goût de la peur. J’en doute. La peur, je la vois et la ressent dans chaque parcelle de ce corps. Le chaos se nourrir de la peur, du désespoir et de la cruauté. Une véritable cure de jouvence pour les semi-démons. Je contourne nôtre délicieuse enfant, et lui jette un regard. Ses yeux semblent vouloir se fermer, son corps se balance doucement. Elle a du mal à rester sur ses pieds. Ne meurt pas petite Suzie, la fête ne fait que commencer. Je m’approche de Constance, tout en enlevant ma veste sombre, la lançant dans les airs et tomba sur le dossier du canapé. J’e déboutonna le haut de ma chemise blanche pour me mettre plus à l’aise, ne quittant pas des yeux la prédatrice. Son doigt n’est pas ce qui m’attire mais plutôt sa bouche. Je m’approche encore un sourire avide de gouter aux sangs frais. Ma main se lève doucement pour attraper le doigt de Constance et lui faire baisser. Je ne veux pas d’une goutte. Ça ne m’intéresse pas. Mon visage se rapproche de celui de la vampire, je souris et l’embrasse fougueusement. Ma langue goutte le parfum métallique du sang et rejoint celle de Constance. Alors qu’elles jouent, mes mains s’occupent également. Elles se tiennent sur les hanches de ma partenaire, caressant le tissu délicat de sa robe. Je quitte ses lèvres ensanglantées pour jouer dans un autre royaume.


avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 14
Coups du Destin: 6
Le diable s’insinue dans les détails !
Messages : 559
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c)Aelou
Localisation : Quelque part en Ecosse !
Caractère : Cynique – Sociopathe – Patient – Intransigeant – Charismatique – Pragmatique – Dangereux
Humeur : Diaboliquement libre
Autres comptes : Alice / John
Le diable s’insinue dans les détails !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: A particular present [Livre III - terminé]   Sam 13 Juin - 18:26

❝ A particular present ❞
Constance & Samuel
À mon avis, qui n’est pas humble, à la seconde où il avait passer la porte, les idées du démon étaient claires, ce soir j’étais sa proie. Et voilà un sentiment bien inédit, puisque je ne me sentais jamais proie, non, j’étais le prédateur. Étais-ce aussi grisant pour un humain chassé ? Je ne le pensais pas ? Je n’avais aucune peur naissante dans mon esprit. Non, c’était la grisante excitation qui m’envahissait. Si les vampires n’étaient pas vivants, nous aimions en tout cas faire semblant quand il s’agissait de sexe. C’était peut être même à ce moment là que nous étions le plus vivant, au sens physiologique du terme.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A particular present [Livre III - terminé]   Mar 16 Juin - 17:11

avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 14
Coups du Destin: 6
Le diable s’insinue dans les détails !
Messages : 559
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c)Aelou
Localisation : Quelque part en Ecosse !
Caractère : Cynique – Sociopathe – Patient – Intransigeant – Charismatique – Pragmatique – Dangereux
Humeur : Diaboliquement libre
Autres comptes : Alice / John
Le diable s’insinue dans les détails !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: A particular present [Livre III - terminé]   Sam 4 Juil - 16:52

❝ A particular present ❞
Constance & Samuel
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A particular present [Livre III - terminé]   Lun 31 Aoû - 11:27



Spoiler:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 14
Coups du Destin: 6
Le diable s’insinue dans les détails !
Messages : 559
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c)Aelou
Localisation : Quelque part en Ecosse !
Caractère : Cynique – Sociopathe – Patient – Intransigeant – Charismatique – Pragmatique – Dangereux
Humeur : Diaboliquement libre
Autres comptes : Alice / John
Le diable s’insinue dans les détails !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: A particular present [Livre III - terminé]   Mar 6 Oct - 23:56

❝ A particular present ❞
Constance & Samuel
.

Excuse mon retard, j'ai été débordée. Sorry, sorry.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A particular present [Livre III - terminé]   Lun 16 Nov - 15:21

    Peu de mes partenaires avaient eu droit à ce genre de performance. J’ai souvent le contrôle, et aucune partie de jambe en l’air n’aurait pu déclencher mon pouvoir, à moins d’un stimuli. La torture de Suzie y était pour quelque chose. Cela n’explique pas tout. Il y a également ce pays. Je peux sentir l’influence du chaos s’accroitre de plus en plus. Je me redresse, laissant mon regard glisser sur les courbes fines de la jeune femme. Constance me fait part de sa satisfaction, je souris en levant les yeux vers elle, lui prenant la main. J’y dépose un baiser chaste, humant au passage le parfum délicat de la mort. – Je suis ravie que vous soyez satisfaite de cet échange - fis-je d’une voix suave. J’apprécie le compliment. Il est toujours agréable qu’une femme avec qui vous venez de baiser semble avoir pris du plaisir.

    La pièce était en désordre, du verre cassé, des objets qui ne sont plus leurs places. Je me lève, recherchant mon caleçon caché sous le reste de mes vêtements. J’ai passé un bon moment avec Constance mais voilà que je commence une nouvelle fois à ressentir cet ennuie. Je n’aime pas ce moment qui vient après un évènement intense. Ce vide. Ce néant qui m’assaille. J’enfile mes vêtements, gardant un œil sur la nocturne. Elle était posée prés du cadavre d’une jeune femme aux teints pâles. Un tableau magnifique, alliant beauté morbide et créatures envoûtante. – Je dois vous laisser Constance … - dis-je en m’asseyant sur le bord du lit pour mettre mes chaussures. – J’espère que ce ne sera pas le dernier moment que nous passerons ensemble et soyez attentif … - Je me lève pour mieux me rapprocher d’elle. - … Une tempête se prépare. - Je tourne les talons, récupère ma veste et prends le départ.
Spoiler:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Attaquant
Points de vie : 14
Coups du Destin: 6
Le diable s’insinue dans les détails !
Messages : 559
Membre du mois : 0
Je crédite ! : (c)Aelou
Localisation : Quelque part en Ecosse !
Caractère : Cynique – Sociopathe – Patient – Intransigeant – Charismatique – Pragmatique – Dangereux
Humeur : Diaboliquement libre
Autres comptes : Alice / John
Le diable s’insinue dans les détails !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: A particular present [Livre III - terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
A particular present [Livre III - terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A particular present [Livre III - terminé]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Edimbourg
 :: Oldtown :: Royal Mile
-
Sauter vers: