AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Il n’y a pas de coïncidence, seulement l’illusion de la coïncidence... [Livre III - terminé]
MessageSujet: Il n’y a pas de coïncidence, seulement l’illusion de la coïncidence... [Livre III - terminé]   Sam 14 Mar - 18:12

J’avais bien travaillée. J’avais réussi à avoir une invitation, en flirtant un petit peu avec l’assistant de l’organisateur de la soirée. Un diner, à ses frais évidemment, ce n’est pas cher payé pour mon nom sur cette liste. S’il espérait plus, il sera déçu, tant pis pour lui. Non, il me plait pas plus que ça. Peu importe.

J’avais trouvé ma tenue. Bon, ouais, j’avais hésité, de peur qu’elle soit un peu courte pour le genre de cérémonie avec tout le gratin. Mais ce que pensent les autres, franchement… Tout ce que je voulais, tout ce qu’il fallait, c’était que je l’approche et qu’il me retienne…
Et cette robe est parfaite. Une robe de soirée violine en satin et organza, arrivant à peine à mi-cuisse, pas trop froufroutante, une large ceinture noire et des broderies noires d’un côté et sur l’unique bretelle. Avec de splendides escarpins Louboutin Pigalle noirs aux pieds, ils m’avaient coutés une fortune, mais ça en valait la peine, ils étaient magnifiques et je prenais 10 cm en les enfilant.
Je me regarde dans le miroir. J’avais hésité, avant de relever mes cheveux en un chignon lâche, sur la nuque, quelques mèches s’en échappant ici et là. Des boucles d’oreilles en perles, j’avais renoncé au collier, ça faisait trop. Je me regarde. Une touche de mascara, de crayon noir, et une pointe de rouge sur les lèvres, et c’était parfait.

J’avais fini par arriver à la soirée, dans la salle de réception monumentale qu'ils avaient réservée, m’arrêtant quelques instants aux portes, faisant un tour d’horizon. Je reconnais quelques personnes ici et là, personnages publics et connus. La salle est immense, la décoration est chic et discrète, j’avance, sans cesser de noter les détails, les personnes, les tenues, souriant à droite, à gauche. Je ne sais pas combien de personnes il y a, mais beaucoup trop pour que je m’amuse à essayer de tous les reconnaître.
Et oui, bon, comparée à celles des vieilles pies présentes, ma tenue est peut-être un peu courte… même comparée à celle de la plupart des plus jeunes. Tant mieux. Je n’ai pas d’image télévisée ou romanesques à transmettre. Je me laisse alpaguer tout sourire par quelques idiots voulant plus de moi qu’une simple conversation, acceptant une coupe de champagne dans laquelle je trempe à peine mes lèvres, m’en dépêtrant gentiment à chaque fois. Gentille, souriante, naïve et émerveillée.
Respire, n’oublie pas, respire.

Et je l’aperçois, de loin, entouré d’amis, connaissances, peu importe. Philipp Mc Bourough. Je me dirige vers les buffets, prenant une ou deux serviettes, avant de marcher plus ou moins dans sa direction. Je bouscule une personne, renversant la moitié de ma coupe, sur lui, sur moi. Je me retourne vers lui et me confonds en excuses, recule encore un peu sans cesser. Jusqu’à heurter une nouvelle personne. Je me retourne à nouveau. Ouf, c’est lui, manquerait plus qu’il ait bougé de place. Il se tourne vers moi. J’ouvre de grands yeux, avant de regarder sa veste et sa chemise, sur laquelle j’ai réussi à lui faire renverser une partie de son verre à lui.

« Oh, je suis vraiment désolée. Je… J’ai bousculé ce monsieur et je ne regardais pas… et… »

Tout en parlant, dans l’affolement, oui, je suis affolée, je tamponne sa chemise avec les serviettes, essayant d’amoindrir les dégâts. Je relève la tête vers lui, et bloque un instant, la main toujours sur lui. Je cligne des yeux, mes yeux s’écarquillant un peu plus, et si j’avais pu, j’aurais rougi. Oui, avant j’y arrivais presque à chaque fois.

« Oh Seigneur… » … pas de foudre divine… « Vous êtes Philipp McBorough… Oh. Je. Pardon. Je suis tellement… »

Je me passe la langue sur la lèvre, avant de ramener précipitamment ma main vers moi. J’ouvre et referme la bouche, avant de baisser la tête, absolument et totalement embarrassée.
avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 13
Coups du Destin: 1
Le reste, ce sont des ombres. Le reste, c’est un secret.
Messages : 1393
Membre du mois : 73
Je crédite ! : (c) Shereen (c) crackle bones
Localisation : Avec Darren, ou à la PES, ou dans les magasins
Caractère : Obstinée - Impulsive - Impatiente - imprudente - Solitaire - Curieuse – Attentive – Ambitieuse – Sarcatisque – Charmeuse - Directe
Vos Liens :
Darren, mon bébé *.*:
 



Autres comptes : Savannah et Ania
Deuxième Compte de Savannah Livingston
 Le reste, ce sont des ombres. Le reste, c’est un secret.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il n’y a pas de coïncidence, seulement l’illusion de la coïncidence... [Livre III - terminé]   Mar 17 Mar - 14:50


Les diners mondains, je n’avais jamais aimé cela. Un ramassis de gratteurs qui venaient se montrer et bouffer à l’œil. Mais aujourd’hui j’avais besoin de ces mêmes personnes, besoin de leurs votes et de leur influence. J’avais marchandé avec l’ufric et les reines vampires afin de m’assurer leur soutien, en revanche marchander avec les humains était moins facile. Le troupeau devait être charmé, rassuré mais aussi dirigé et ce à quoi je m’employais, secondé par mon cabinet de campagne composé des anciens Gardiens.

J’étais donc là parmi les requins, une coupe à la main, à palabrer avec eux. Tous ne voteraient pas pour moi mais ils voulaient quand même manger gratos. Pour autant je leur expliquais pourquoi Hood n’était plus la solution pour le pays. Ma discussion fut interrompue par l’arrivée subite d’une femme qui me renversa son verre sur la chemise, après en avoir fait de même sur un premier homme. Maladresse réelle ou approche subtile ?

En pareille situation je m’étais préparé à accueillir tout genre de requins, humains ou non. C’était d’ailleurs pour cela que je portais des lentilles anti-hypnose, mon poste de boss de la PES me permettait d’en avoir une paire mais pas davantage compte tenu du prix exorbitant de ce matériel.

Je l’écoute et la laisse agir sans sourciller, même quand elle feint la surprise de me reconnaître, laissant sa main sur ma chemise. J’ai beau être un canon je sais que cela ne suffit pas à faire tomber les filles comme des mouches en ma présence. Si elle voulait jouer, entrons dans la danse et voyons ce qu’elle voulait.


Ne vous excusez pas, une jolie femme ne devrait jamais avoir à le faire. lui dis-je en posant ma main sur la sienne une seconde avant de la retirer de ma chemise et en y déposant un baiser sur le dessus, un baisemain à l’ancienne. Quand bien même il s’agit d’une vampire. lui dis-je histoire qu’elle ne se doute pas de suite que je n’étais pas dupe.

Même si elle était sincère j’aurais deviné qu’elle était une vampire au contact de mes lèvres sur sa peau. Le feindre aurait montré que je me moquais d’elle et lui aurait assurément mis la puce à l’oreille.


Il semblerait que ma chemise n’ait pas été la seule victime de votre boisson. lui dis-je en désignant sa robe sur laquelle trônait quelques tâches. Venez jusqu’aux cuisines, vous pourrez y tenter de la sauver avec un peu de sel et d’eau. lui dis-je en prenant la direction de la cuisine sans l’attendre.

Nous venions de quitter la salle principale et marchions à présent dans un couloir menant aux cuisines. Même si je ne l’entendais pas marcher derrière moi je la sentais, enfin façon de parler à moins que ça ne soit mon instinct de soldat allez savoir. Toujours était-il qu’arrivé au niveau des toilettes, en gros à mi-chemin entre la salle de réception et les cuisines, je poussais la porte et entrai dans les chiottes. Une fois dans la pièce j’avançai au milieu de la pièce après avoir rapidement veillé à ce qu’il n’y ait personne d’autre.


Et si on s’occupait de cette robe ? lui dis-je en esquissant un sourire comme si je pensais que son petit manège n’avait que pour seul et unique but de baiser avec moi. C’était d’ailleurs son objectif après tout, seulement pour avoir souvent « comploté » par le passé je pressentais qu’il ne s’agissait là que d’une étape.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Il n’y a pas de coïncidence, seulement l’illusion de la coïncidence... [Livre III - terminé]   Mer 18 Mar - 20:53

En face de lui, embarrassée, je lui souris et relève les yeux quand il me répond. Je lui laisse ma main, qu’il embrasse.
J’avais presque oublié tout ce cirque. C’est amusant. J’aimais beaucoup moi, jouer à tout ça. Bon, c’était avant l’annonce de l’existence des créatures surnaturelles, mais ces soirées et ces beaux discours m’avaient toujours énormément amusée. Parce qu’au final, quelle que soit la personne, quoiqu’elle représente, tout le monde se ressemble. Hypocrite, menteur et affabulateur. Mais oui, j’avais toujours aimé jouer.
Petit malin. Avait-il vraiment eu besoin de ce baisemain pour le savoir ? Ou était-ce juste une justification pour sa remarque ? Torben n’avait pas eu besoin de contact pour reconnaître ma nature… Mon sourire s’agrandit, sans que je perde pour autant mon air gêné.

Je regarde ma robe alors qu’il poursuit. Je grimace. Oui, non, ça ce n’était pas prévu. Elle était neuve et je l’aimais bien… sans parler qu’elle m’avait coûté relativement chère.

« Effectivement. Même avec ça, je ne suis pas sûre que le satin s’en sorte, malheureusement. »

Mais à peine ma phrase terminée, le voilà qui se dirige vers lesdites cuisines sans vraiment m’attendre. Je jette un coup d’œil à ses convives avec qui ils discutaient 2 minutes plus tôt, avant de le suivre. Il m’emmène vraiment lui-même aux cuisines ? Il se fout pas un peu de ma gueule… ? il a pas des larbins pour ça ? … Je plisse des yeux en le suivant. J’entends les bruits des petites mains qui s’affairent plus loin effectivement. Pourtant, il s’arrête avant. Oui, je me disais aussi.

Je regarde autour de moi. Comme c’est charmant… et original…
J’hausse les sourcils, clairement amusée. Je le regarde. Et mon sourire s’agrandit. Ça pour être direct... Il joue avec moi ? Vraiment ? J’en oublierais presque le pourquoi de ma venue.

« Monsieur McBorough… Pensez-vous réellement pouvoir me baiser dans des toilettes publiques ? »
Je regarde autour de moi. Bon, j’ai connu bien pire, celles-là sont plutôt classes malgré tout…
Avant de secouer la tête. « Je ne pense pas que cela soit très raisonnable lors d’une soirée organisée en votre honneur, pour votre campagne. »

Je fais quelques pas vers lui.

« Et je ne suis pas assez discrète pour que cela passe inaperçu qui plus est. Sans parler que ce n’est pas vraiment ce que j’avais en tête. »

Je m’approche encore, ne m’arrêtant qu’à quelques petits centimètres de lui. Je pose ma main sur lui, là où je l’ai accidentellement taché. Je fais la moue.

« J’ai travaillée bien trop dur pour ne me satisfaire que d’un petit coup tiré dans les toilettes d’une salle de réception, vous savez. »

Ma main monte jusqu’à sa mâchoire, que je frôle du bout des doigts. J’attrape son menton, l’amenant lentement vers moi. Je dépose un baiser sur ses lèvres, avant de le lâcher et de reculer. Je m’écarte de lui, me dirige vers le miroir et vérifie mon maquillage.

« Je voulais savoir pourquoi les Reines avaient acceptées de travailler… avec vous. » Je le regarde dans le miroir. « Alors que tout ce que moi j’ai retenu de vous n’était… pas vraiment flatteur, j’en ai bien peur. »
Je me retourne, m’appuyant sur le rebord en marbre, et le fixe. « Oh, j’ai entendu vos discours. Je me demandais juste à quel point vous étiez… sincère… pour autant qu’un politicien puisse l’être… »

J’hausse les épaules et lui offre un petit sourire. Le problème avec les politiciens, surtout comme lui, c’est qu’ils jouent bien plus souvent que moi actuellement. Pourtant… je garde l’avantage. Il est bel homme certes. Mais, pour le coup, ce n’est pas moi qui ai pris les devants. Autant jouer le tout pour le tout non ? Pas sûr que Torben serait d’accord… Mais qu’importe.

« Pour être tout à fait franche… la politique… ça ne m’a jamais vraiment intéressé… J’étais juste... curieuse… de savoir… de connaître… J’en sais rien. Je suis curieuse. Et j’ai trouvé l’occasion de vous rencontrer, alors je me suis dit pourquoi pas ! »

Je me redresse, penche la tête sur le côté, avant de la secouer.

« Mais de là à me faire baiser comme une lycéenne un soir de promo… Non merci. Je m’en passerais. »

Je lui souris, avant de me diriger vers la porte. Pis merde, s’il me retient pas, je trouverais autre chose…
avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 13
Coups du Destin: 1
Le reste, ce sont des ombres. Le reste, c’est un secret.
Messages : 1393
Membre du mois : 73
Je crédite ! : (c) Shereen (c) crackle bones
Localisation : Avec Darren, ou à la PES, ou dans les magasins
Caractère : Obstinée - Impulsive - Impatiente - imprudente - Solitaire - Curieuse – Attentive – Ambitieuse – Sarcatisque – Charmeuse - Directe
Vos Liens :
Darren, mon bébé *.*:
 



Autres comptes : Savannah et Ania
Deuxième Compte de Savannah Livingston
 Le reste, ce sont des ombres. Le reste, c’est un secret.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il n’y a pas de coïncidence, seulement l’illusion de la coïncidence... [Livre III - terminé]   Mer 25 Mar - 15:41


Cette rencontre promettait d’être amusante et peut-être même intéressante si je parvenais à déterminer les véritables objectifs de la vampire. Lorsque je lui fis face je vis le grand sourire qu’elle affichait sur son visage je lui répondis avec un sourire amusé, en restant toutefois muet.

Je l’écoutais avec attention et la laissait faire son petit manège même lorsqu’elle vint déposer un baiser sur mes lèvres. Son parfum suave ne me fit pas tourner la tête bien qu’une image fugace de moi en train de la trousser ici-même passa l’espace d’un instant dans mon esprit. Néanmoins cela ne m’empêcha pas de rester attentif quand elle évoqua ensuite sa curiosité, puis son désir de me rencontrer, ce qui ne fit pas faiblir mon sourire.


Vous avez bien tenté de me baiser il y a quelques minutes et ce en publique. lui dis-je amusé avant de répondre à ses paroles.

Mon égo me ferait dire qu’elles n’ont pas eu le choix étant donné que les lycans ont été les premiers à accepter mon offre de paix, mais je pense que cela concorde avec leurs intérêts propres et ceux de votre espèce. lui dis-je sans me départir de mon sourire avant de lui poser une question directe.

Qui vous envoie ? lui demandai-je sans détour. La maladresse est plutôt surprenante chez un vampire, encore plus comme moyen de nouer un contact. Que voulez-vous vraiment savoir, et pour qui ?
Car les reines vampires connaissaient déjà mes intentions et chez les vampires, peu s’en soucient réellement. Il n’y a qu’un homme, un seul, qui pourrait vouloir davantage. Torben Badenov.
lui dis-je en affichant toujours mon sourire.

Je tentais un coup de bluff sur une petite inspiration mais surtout grâce à lui en définitive, ou plutôt sa complice qu’il a envoyée à ma rencontre il y a peu. Pensait-il qu’en divertissant les interlocuteurs mon discours changerait ? Il me prenait pour un bleu si c’était vraiment le cas.

Après avoir parlé elle fit mine de partir en se dirigeant vers la porte, voulait-elle que je la rattrape ? Elle pouvait compter dessus, aussi je me tus et ne dis rien pour la retenir. Elle n’avait pas noué le contact pour partir aussi tôt et sans réponse. Pourquoi ne pourrais-je pas m'amuser moi aussi?

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Il n’y a pas de coïncidence, seulement l’illusion de la coïncidence... [Livre III - terminé]   Sam 28 Mar - 1:27

Il m’écoute, ne m’interrompt pas. Le tout sans cesser de sourire. Il enregistre tout ce que je dis et fais. Alors que je cesse enfin mon monologue, il prend la parole, visiblement amusé. Je l’observe à mon tour, la tête penchée sur le côté. Oh, il la joue franc-jeu ? Humm. J’hausse volontairement presque imperceptiblement les sourcils quand il parle des vampires, puis de Torben. De qui ? Qu’il tente. Je ne connais pas. Il n’a aucune importance.
Je ris et secoue la tête.

« Non. J’essayais juste de vous approcher. Je ne suis pas assez subtile pour faire dans le figuré.
Si j’essayais de vous baiser Monsieur Mc Borough, croyez-moi, vous ne seriez pas en train de me parler, mais bel et bien en train de me bloquer contre le mur en me suppliant de continuer. »


Je me dirige vers la porte et m’y adosse en le regardant. Oh non, s’il ne me retient pas, je sortirais. Je ne vais pas m’acharner. Mais il faut bien que je lui réponde.
Je secoue la tête.

« Votre égo ?
Que les lycans acceptent est une chose, ce ne sont que des bêtes à poils. Les Reines par contre…
Tout ce que je savais de vous avant tout ça était juste… très opposé à ce que vous prônez aujourd’hui. Avouez que c’est quand même impressionnant comme changement.
Même les vampires ne changent pas autant en se relevant. »


Je détourne les yeux, mon sourire perdant un peu son éclat, devenant un peu plus sincère.

« Quant à ce que je veux… Je ne sais pas vraiment ce que je souhaite savoir. Je cherche juste… à trouver... Ma place. Je crois. »
Mes yeux reviennent sur lui. « Je ne connais guère de vampires… Ceux que j’ai pu connaître sont… morts. Définitivement je veux dire. Ou… loin d’être en état de grâce… Et de toute façon, je ne sais même où ils pourraient être. Je ne connais pas grand monde. Je suis un peu… seule au monde. »
Je souris à nouveau. « Oh, j’aime la solitude. Mais ce n’est pas comme ça que je vais arriver… à monter plus haut. »
Je fronce les sourcils. « Vous n’avez pas idée du mal que je me suis donnée pour arriver ici en face de vous. Pour avoir une chance de vous rencontrer. Simplement parce que je me disais que peut-être vous pourriez… »
Je secoue la tête. « Et vous êtes plus facilement abordable que les Reines. Vous travaillez avec elle. Peut-être que je voulais… »

Je passe ma langue sur mes lèvres.

« Je ne suis pas âgée pour pouvoir me permettre d’être plus adroite. Je ne suis pas assez puissante pour demander audience aux Reines. Je ne suis personne. »
Je grimace. « Mais je n’ai pas l’intention de rester serveuse pour des siècles et des siècles… Si je vis aussi longtemps, ce qui est loin d’être assuré me connaissant… »
Amusée je souris. « Je suis toujours aussi impatiente et spontanée que lorsque j’étais humaine… en général, je ne réfléchis pas énormément avant d’agir. »


J’hausse les épaules et le fixe.

« Vous voulez savoir ? Je m’étais dit que si j’arrivais à vous voir, à vous approcher, à vous connaître, peut-être que vous seriez… un genre de tremplin, de base, je sais pas trop pour que je puisse devenir plus. Je n’avais pas vraiment réfléchis plus avant… pour changer…

Si vous m’aviez proposé chez vous, ou ailleurs, j’aurais sans doute été ravi de vous voir… davantage… J’ai toujours aimé les hommes de pouvoir, d’autant plus quand ils sont sexy… »

Je me décolle de la porte, lui offre un petit sourire.
« Mais comme je vous l’ai dit, je n’ai pas non plus l’intention de vous laisser me baiser dans ces toilettes sordides. »

Je m’approche de lui, dépose un baiser sur sa joue en posant ma main sur son torse. Quel dommage.

« Merci pour cette audience Monsieur Mc Borough. J’ai été ravie de … vous connaître davantage. J’espère pour vous que votre campagne se passera bien. »

Je me retourne, ouvre la porte pour sortir. Merde. Mais si j’avais insisté, ça aurait encore plus merdé non ? Il ne veut pas me retenir, tant pis. Il joue, je joue. Je ne vais pas rester pour qu’il gagne. Même si ouais, au final, je gagne pas non plus… Je trouverai.
avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 13
Coups du Destin: 1
Le reste, ce sont des ombres. Le reste, c’est un secret.
Messages : 1393
Membre du mois : 73
Je crédite ! : (c) Shereen (c) crackle bones
Localisation : Avec Darren, ou à la PES, ou dans les magasins
Caractère : Obstinée - Impulsive - Impatiente - imprudente - Solitaire - Curieuse – Attentive – Ambitieuse – Sarcatisque – Charmeuse - Directe
Vos Liens :
Darren, mon bébé *.*:
 



Autres comptes : Savannah et Ania
Deuxième Compte de Savannah Livingston
 Le reste, ce sont des ombres. Le reste, c’est un secret.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il n’y a pas de coïncidence, seulement l’illusion de la coïncidence... [Livre III - terminé]   Jeu 2 Avr - 11:24


Le jeu de la vampire était amusant car d’un côté elle se descendait elle-même et de l’autre son arrogance prenait le dessus. Au final les vampires pouvaient se prétendre supérieurs ils avaient les mêmes travers que chacune des autres espèces, en dépit de leur grande expérience qu’ils prenaient plaisir à mettre en avant comme une vérité universelle à l’image de leurs reines.

Supplier n’est pas dans mon habitude, que ce soit en matière de sexe ou non. lui dis-je en émettant un léger ricanement avant de l’observer s’adosser contre la porte de sortie des toilettes. J’écoutais ses paroles sans me départir de mon sourire amusé, et ses mots ne m’amusèrent pas moins.

L’Humanité est ainsi, des changements impressionnants ont jalonné son histoire depuis l’apparition de l’Homme préhistorique. Cela s’appelle l’évolution, ceux ne sont pas les plus forts qui survivent à travers le temps, mais ceux qui sont capables de s’adapter, d’évoluer. C’est donc ce que j’ai fait.
De ce que j’en sais, les vampires ne changent pas car leur immortalité est une faiblesse autant qu’une force. Lorsque la mort n’est pas une échéance immuable, on considère avoir le temps d’essayer plusieurs fois avant de concevoir de changer. Nous n’avons pas ce problème car notre mort programmée nous empêche de nous complaire dans nos faiblesses.
lui dis-je avant d’écouter la suite de son monologue. Elle m’apparaissait comme un commercial à domicile, et présentement ce serait elle le produit à fourguer à tout prix, ce qui ne manqua pas de me faire réfléchir un instant à cette idée.

Solitaire, sans appuis, impatiente, spontanée, irréfléchie. Autant dire qu’elle n’avait aucune valeur sinon de servir de bouc émissaire si jamais elle commettait un impair. Un détail cependant attira mon esprit lorsqu’elle évoqua des vampires qui n’étaient plus en état de grâce. Ce pourrait-il qu’elle vienne de m’offrir un début de piste quant à ce vampire qui aurait un intérêt à bosser pour ou avec les semi-démons ? Nul doute qu’elle prendrait cela comme une victoire mais j’allais bien devoir l’empêcher de partir. Bien joué.


Dite-m’en davantage au sujet de ces vampires qui n’ont plus les bonnes grâces de vos reines. lui demandai-je en m’allumant une clope avec mon zippo.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Il n’y a pas de coïncidence, seulement l’illusion de la coïncidence... [Livre III - terminé]   Mer 8 Avr - 23:27

Mon sourire amusé ne me quitte pas quand il me répond. Je me mords la lèvre, avant de plisser les yeux, toujours amusée, alors qu’il rit à son tour.

« Oui, cela doit faire partie de vos forces, je suppose. Etre aussi sûr de soi doit suffire pour beaucoup de choses…
Mais c’est peut-être simplement parce que vous n’êtes pas tombé sur les bonnes personnes… »


Adossée à la porte, j’essaye de le comprendre. De comprendre tant de changements. Je secoue à nouveau la tête.

« Ne me classez pas parmi ces vieux trucs ambulants tellement figés et imbus d’eux-mêmes qu’ils ne considèrent les autres que comme des jouets passablement amusant, qui se pensent tellement puissants et immortels justement qu’ils ne prêtent plus d’attention à ce qui les entoure. Je vous l’ai dit, je ne suis pas plus âgée que vous ne devez l’être…
Et nocturnes ou non, nous apprenons tous de nos erreurs. Sinon, comme vous le dites si bien, on ne survit pas quoi que l’on soit. »


Je sais. Je lui ressers plus ou moins le même discours qu’à Torben, les mêmes arguments, les mêmes faits, les mêmes raisons. Et dans un sens, oui, il pourrait m’aider tout autant que lui sans doute. Et dans un sens, oui, une partie de moi sait qu’il a raison. Tout le monde change. Pourtant… passer d’un extrême à l’autre…
Et tout comme avec Torben, je me pose en … rescapée… innocente… plus ou moins… à défaut d’autres termes. Oui, je sais être sarcastique avec moi-même… Mais je ne mens pas. Je n’ai jamais demandé à devenir nocturne. J’ai fini par être seule, non que cela me déplaise, au moins, je ne risque pas de me faire tuer à cause d’autres. Et je connais parfaitement mes forces et mes faiblesses. J’en joue depuis tellement longtemps… Je suis franche, trop directe parfois. Et savoir quand se servir de ce genre de faiblesse peut être utile.

Mais je finis par laisser tomber. Quoi ? Il faut savoir quand laisser retomber… A s’acharner, on obtient souvent l’effet inverse de celui désiré…
La main sur la porte, un pied dehors, je stoppe. Je souris. Ah. Mauvais choix de question, mais bon, je suis toujours là. Je réfléchis 2 secondes. Je me défais de mon sourire et me retourne vers lui, dans l’encadrement de la porte. Je l’observe, sa cigarette à la main. Qu’espère-t-il que je lui dise ? Le fait est que je ne sais rien… mais je ne peux pas lui avouer… Quoique…
Je fais un pas à l’intérieur et laisse la porte se refermer. J’avance vers lui.

« J’ai connu certains vampires tombés en disgrâce pour… certaines raisons… des vampires assez âgés. Qui étaient bien placés à l’origine… je ne sais pas trop ce qui leur est passé par la tête… »

J’hausse légèrement les épaules.
Arrivée à sa hauteur, je fais la moue, les sourcils haussés.

« Je vous donne des infos et … ? Qu’est-ce que j’y gagnerais ? »

Je lui souris en lui prenant sa cigarette des mains. Je tire une taf, sans me départir de mon sourire. Fumeuse ? Ouais, je l’ai été. Et oui, je supporte mieux que d’autres nocturnes. Même si ça reste dégueu. Je lui rends sa cigarette en haussant les épaules. Je me passe la langue sur les lèvres.

« Rien n’est gratuit en ce monde, Monsieur Mc Borough, rien. Ni les appuis que vous collectez ce soir, ni les informations, ni ce que je peux vous offrir. »

Ma main monte jusqu’à sa mâchoire, le frôlant du bout des doigts.

« Que pouvez-vous m’offrir en échange Monsieur Mc Borough ? Et ne me demander pas à nouveau de retirer ma robe, je ne le ferais pas. » Ma main descend malgré tout le long de son torse, avant de s’arrêter sur son ventre. « Dites-moi. Si je vous fournis des informations que vous souhaitez… Qu’avez-vous que je puisse désirer ? Qu’avez-vous pour me satisfaire ? »
avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 13
Coups du Destin: 1
Le reste, ce sont des ombres. Le reste, c’est un secret.
Messages : 1393
Membre du mois : 73
Je crédite ! : (c) Shereen (c) crackle bones
Localisation : Avec Darren, ou à la PES, ou dans les magasins
Caractère : Obstinée - Impulsive - Impatiente - imprudente - Solitaire - Curieuse – Attentive – Ambitieuse – Sarcatisque – Charmeuse - Directe
Vos Liens :
Darren, mon bébé *.*:
 



Autres comptes : Savannah et Ania
Deuxième Compte de Savannah Livingston
 Le reste, ce sont des ombres. Le reste, c’est un secret.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il n’y a pas de coïncidence, seulement l’illusion de la coïncidence... [Livre III - terminé]   Ven 17 Avr - 10:08


Je l'écoutais avec attention, tentant de démêler le vrai du faux mais avec les vampires rien n'était facile. Vous pouviez croire être maître de votre réflexion et en définitive aussi prévisible qu'un poisson qui mord à l'hameçon. La vampire jouait et cherchait à négocier, petite souris maligne.

Lorsqu'elle se mit à parler davantage de ces vampires disgraciés, je me fis plus attentif encore mais elle n'était pas prête à collaborer si facilement. Elle voulait être courtisée, trouver un gain à me dévoiler ses informations. Lorsqu'elle s'approcha de moi jusqu'à prendre ma clope pour en tirer une latte puis me la rendre.


En cas de victoire, les bonnes grâces du nouveau Premier Ministre, en cas de défaire celles du directeur de la PES. Dans les deux cas vous avez beaucoup à y gagner. lui dis-je, occultant dans un premier temps le sujet des disgraciés.

La vampire se vendait bien, du moins en s'estimant emprunte d'une certaine valeur, mais pour le moment je n'avais aucune autre preuve que ses belles paroles.


La question qui m'intéresse c'est la valeur de vos informations car votre éventuel gain en sera proportionnel. Gagnons du temps et parlons franchement. Que voulez-vous, quel avantage sera le prix pour vos informations? lui demandai-je directement. Je m'étais certes éclipsé des mondanités pour un temps mais ceci ne pourrait durer, il me faudrait les rejoindre sans trop tarder.

Depuis l'HCV un lourd travail de documentation était constamment nécessaire, analyser ses ennemis et s'informer à leur sujet était important. Tout comme un pays observe constamment ses voisins, j'en avais fait de même pour les espèces surnaturelles. Concernant les vampires, bien qu'il n'y ait eu aucune communication officielle, certaines figures politiques en leur sein avait disparu de la scène médiatique ou mondaine. Le fils Raybrandt par exemple, ou encore Guillemaud, celui dont j'avais ruiné le concert à l'aube des Années Sanglantes.


De l'extérieur nous assistons en spectateur à vos changements de politiques, observant ceux qui disparaissent du jour au lendemain, ou ceux qui entre dans la lumière. Mais vous, où vous situez vous au sein des vôtres, je veux dire au-delà de ce que vous avez bien voulu me dire?
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Il n’y a pas de coïncidence, seulement l’illusion de la coïncidence... [Livre III - terminé]   Sam 2 Mai - 0:14

Proche de lui, je lève la tête pour le regarder, malgré mes talons. Qu’est-ce que c’est rageant d’être aussi petite ! Le bon côté, c’est qu’on prête rarement attention à une petite chose… ou qu’on n’y prête pas d’attentions … mauvaises. Oui, les hommes ont des idées préconçues totalement stupides. Pauvre petite chose fragile…
Enfin, lui, là, ce n’était pas son cas. Loin de là. Enfin… peut-être un peu… un tout petit peu sur lequel je pourrais jouer…

Mon problème majeur, pour le moment, n’était pas vraiment de savoir si je pourrais le séduire, la question ne se posait pas vraiment, mais plutôt de savoir quoi lui dire. Oui, j’avais connu certains, des vampires dissidents. Oui, j’avais travaillée pour ou avec eux. Mais le fait est que je n’avais plus vraiment de contact… Quand bien même je pourrais tenter de les retrouver… Qui sait…
Je penche la tête sur le côté. Les bonnes grâces… hmmm…

« Ce que je souhaite ? » Je réfléchis en l’observant, ma main toujours posée sur lui. « Un travail. Une place à vos côtés. Pas un truc secondaire et emmerdant. Un truc qui me permette d'évoluer... »
La valeur de mes informations est sans doute proche de 0 … Si je lui dis, partira-t-il ? Ou m’écoutera-t-il si je lui dis que je peux en obtenir ? Je ne peux me permettre de repartir les mains vides. Il me faut au moins un lien avec lui. Que je le revois. Que j’arrive à obtenir quelque chose… Si je suis honnête, cela suffira-t-il à avoir un peu, un minimum de sa confiance ou de crédit… ? Je le regarde, passant ma langue sur mes lèvres. Je commence à parler lentement, cherchant au fur et à mesure que j’aligne mes phrases.

« Où je me situe ? Que voulez-vous savoir ? Je vous l’ai dit. Je ne suis personne…
Mon créateur est mort il y a longtemps, j’aurais dû mourir également, mais il faut croire que j’ai une bonne étoile au final… Je n’étais pas là quand tout cela s’est passé. J’y ai échappé...
Et je me suis retrouvée aux côtés de certains nocturnes qui apparemment vous intéressent. »
Je penche la tête sur le côté, mes yeux rivés sur lui, avant de finalement continuer. « Mais je les ai lâché… ou je l’ai lâché, lui Julien, quand il a eu la bonne idée de vouloir renverser les Reines. »

Je fais la moue, laissant tomber ma main, m’arrêtant à la limite de la bienséance.
« Je crains que dans l’immédiat mes informations n’aient pas grandes valeurs… Malheureusement… Si c’est tout ce qui vous intéresse… à part prendre contact avec lui… je n’ai pas grand-chose à vous offrir à son sujet dans l’immédiat Monsieur Mc Borough… »

Je me rapproche de lui. Il faut que j’arrive à rester en contact avec lui. A avoir plus. Et puis, qui sait, un futur ministre dans ses contacts, c’est plus qu’intéressant… surtout si j’arrive à être dans ses petits papiers. Même le directeur de la PES… Et j’ai promis à Torben... Je n'aurais aucune valeur si j'échoue si vite... Ce serait nul…

« J’aimerais travailler avec vous. Pour vous. Si vous me laissiez une chance… » Je passe ma main derrière sa nuque, approchant mes lèvres des siennes. « Je vous promets que je ne vous décevrais pas. »

Ma bouche rejoint la sienne momentanément, mes doigts passant dans ses cheveux, mon autre main descendant juste encore un peu... « Vos invités vont vous attendre… »
Mais ma langue court rejoindre la sienne alors que ma main enserre lentement son sexe, commençant à l’effleurer à travers l’épaisseur de son pantalon. Je me colle à lui, sans cesser les légers mouvements de ma main.
Je m’arrête pourtant, caressant ses lèvres une dernière fois, avant de reculer à nouveau. Je lui souris. Oui, je m’amuse follement finalement. Sans le quitter des yeux, je passe mes mains sous ma robe, et fais lentement descendre le fin morceau de tissu le long mes jambes.
Je m’approche, et dépose un dernier baiser sur ses lèvres, tout en fourrant mon dessous dans une de ses poches. Je recule à nouveau, souriante, amusée, et oui, il me plait. Je me détourne et me dirige vers la porte, où je m’arrête une nouvelle fois en me retournant à moitié vers lui.

« Oh. Je m’appelle Lucy. Et je vis à Edimbourg. En tant que directeur de la PES, vous saurez sans nul doute me retrouver, n’est-ce pas ? » Je lui souris. « Je serais ravie de vous revoir. »

Je sors. Je ne m’arrête pas. Parce que sinon, je vais finir moi, par le baiser dans les toilettes. J’aurais l’air fin… Me cherchera-t-il ? Peut-être. Peut-être pas. Mais si je retourne le voir, il se souviendra de moi.
avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 13
Coups du Destin: 1
Le reste, ce sont des ombres. Le reste, c’est un secret.
Messages : 1393
Membre du mois : 73
Je crédite ! : (c) Shereen (c) crackle bones
Localisation : Avec Darren, ou à la PES, ou dans les magasins
Caractère : Obstinée - Impulsive - Impatiente - imprudente - Solitaire - Curieuse – Attentive – Ambitieuse – Sarcatisque – Charmeuse - Directe
Vos Liens :
Darren, mon bébé *.*:
 



Autres comptes : Savannah et Ania
Deuxième Compte de Savannah Livingston
 Le reste, ce sont des ombres. Le reste, c’est un secret.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il n’y a pas de coïncidence, seulement l’illusion de la coïncidence... [Livre III - terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Il n’y a pas de coïncidence, seulement l’illusion de la coïncidence... [Livre III - terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sentir seulement que l'on s'éloigne [Terminé]
» Si seulement on avait su s'aimer. Les fleurs auraient été plus roses et nous peut-être plus heureux... [PV Jack]
» "Si seulement on pouvait mettre sa connerie en bouteille..."
» -° Si seulement je pouvais l'oublier °- [PV]
» Baja™ ➜ si seulement les singes pouvaient aller sur skype, un jour peut-être

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: Centre-ville
-
Sauter vers: