AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
The lost red riding hood [Livre II - Terminé]
MessageSujet: The lost red riding hood [Livre II - Terminé]   Mar 10 Mar - 14:11

Je regarde autour de moi. Ok, continuer de marcher n’est certainement pas une bonne idée, d’un autre côté rester sur place ne m’aidera pas davantage.

N’empêche que si ça venait aux oreilles des parents, ils allaient me séquestrer pour les 6 mois à venir. J’avais déjà eu du mal à les convaincre de me laisser aller à Edimbourg, étonnement c’est Hayden qui m’avait aidé à convaincre maman. Mais je leur avais promis d’être sage, de faire attention et que je resterais avec les autres… Et c’est ce que j’avais fait… jusqu’à ce que j’ai l’idée de vouloir continuer alors que les autres commencer à fatiguer et vouloir rentrer à l’hôtel… Evidemment, j’en avais fait qu’à ma tête et étais partie seule à l’aventure.

Quelle formidable idée encore une fois !
Mais bon, il était tôt, j’allais pas me cloîtrer toute la soirée dans cette chambre minuscule alors qu’il y avait tant de trucs à voir et visiter ! Et j’adore cette ville. On avait fait un tour dans les magasins, mais vu les tarifs, il faudrait que je revienne avec maman… ce serait une bonne idée, y avait plein de trucs vraiment sympas… super chers, mais super jolis. Je ne pouvais absolument pas dépenser de telles sommes, mais si j’arrivais à programmer un week-end mère-fille… bon ok, ce serait pas cool d’arranger ça uniquement pour faire les magasins… quoique ça plairait à maman quand même… mais si ça me permettait d’allier le fait de passer du temps avec elle et de pouvoir refaire ma garde-robe…

Enfin, c’était pas à l’ordre du jour… Là, il fallait que j’essaie de me repérer…
Et me voilà, en train d’errer en direction du port. Comment j’étais arrivée là, je n’en avais pas la moindre idée. J’avais marché, le nez levé vers les bâtisses, de la musique dans les oreilles jusqu’à ce que je me dise oups, je suis peut-être allée un peu trop loin… Ok, il faisait pas encore super nuit. Mais sérieux, qu’est-ce que je foutais là ? Seule dans une ville inconnue, de nuit ou presque ?

J’avance toujours, toute façon faire demi-tour servirait à rien, je retrouverais pas mon chemin. Je suis paumée. Et pas qu’un peu. Mon téléphone n’a quasiment plus de batterie, forcément… les photos ça aide pas non plus j’avoue. Mais du coup, je suis bien embêtée… d’un autre côté, j’allais faire quoi ? Appeler Hayden au secours ? Certes, il viendrait. Mais bon, je peux me débrouiller… et il a confiance en moi, ce serait con de tout foutre en l’air.

Le pire, c’est que je commence à avoir soif… et faim… ouais, je meurs de faim en fait. A force de marcher et de chercher, je finis par tomber sur ce truc. Chez Andrews. Un restaurant ambiance pirate ? Dans le coin ? sérieux ? … Non, ça ne devrait pas m’étonner.
Je pousse la porte, regardant autour de moi. Je souris en voyant les serveurs déguisés, le bar à l’ancienne, en entendant la musique… Bon, ça a pas l’air méchant, c’est déjà ça.

Je regarde autour de moi. Une serveuse vient, tout sourire et … ouais ok, façon pirate sexy. Je me sens pas du tout godiche pour le coup, avec mon blouson blanc, mon jeans noir et mes boots.
« C’est pour manger ? Vous êtes seule ? » J’hésite un instant. J’ai faim… mais si je reste manger, il fera encore plus nuit, et dans le genre dangereux…
« Oui, je suis seule. » Aller dans un box seule, c’est chiant, pas envie, mais m’installer au bar… non, c’est pire. Elle me sourit et me mène vers une table dans un coin.
Posant mon manteau à côté de moi, je m’installe tachant de ne pas trop dévisager les gens autour de moi. Ok, je suis pas très douée pour éviter ça… Avant qu’elle ne se sauve, je lui demande déjà un coca. Il est encore tôt, y a pas encore grand monde… tant mieux… Bon, et maintenant que t’as le menu dans les mains, tu comptes rentrer comment ?
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défenseur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 5
A smile is the prettiest thing you can wear
Messages : 1119
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c) Kanala
Caractère : Abimée - Perdue - Renfermée - Triste - Anéantie
Humeur : Tel l'équilibriste sur son fil
Autres comptes : Lucy Matthews - Ania Kenway
A smile is the prettiest thing you can wear
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The lost red riding hood [Livre II - Terminé]   Mar 10 Mar - 15:33




The lost red riding hood


C'était un secret pour personne : après l'boulot j'aimais bien aller m'désaltérer l'gosier avec une bonne bière et/ou un bon whisky. Même si généralement j'm'étais déjà enfilé ma flaque de Jameson au garage. D'ailleurs j'crois qu'la patronne commence à avoir des doutes là-dessus. 'Fin bref et l’établissement qu'je fréquentait l'plus c'était chez Andrew. C'pas qu'les autres étaient moins bon mais j'm'y étais tellement battu qu'j'y étais plus trop l'bienvenu. Puis l'patron Andrew était sympa, il connaissait ma nature de loup garou (suite à une énième baston) mais ça l'dérangeais pas plus qu'ça. Faut dire qu'un d'mes congénères avait sauvé les miches d'sa famille donc voilà et l'ambiance pirate était pas pour m'déplaire. Seul hic : on était pas loin des entrepôt de True Blood et il était pas rare que quelques suceurs d'sang traînent dans l'coin.

J'garais ma Harley devant l'établissement. On était qu'en début d'soirée, devait pas y avoir masse de monde, ma période préférée. A peine passé le seuil j'fus accueillis comme à mon habitude par le patron, Andrew. A sa manière :


"Tomás Ó Cathaláin! Sale irlandais! T'es encore venu me vider les réserves, foutu ivrogne ?

Vous inquiétez pas. C'était purement affectif. J'me dirigeais vers le comptoir et m'assis sur un tabouret, face au patron. J'lui répondis avec un sourire jusqu'aux oreilles :

"Ferme-là Andrew, vieux pirate! Sers-moi plutôt un de tes ignobles tord boyaux, sale empoisonneur!"

"Encore trop bon pour tes tripes pourris, loup pochtron!"

Affectif j'vous dis. J'aimais bien c't'endroit, l'ambiance, les employés et l'patron puis surtout on s'en foutait d'ma nature et d'mon histoire. J'demandais pas mieux. J'm'y sentais bien, c'était suffisamment rare pour être noté. Andrew m'servis comme d'habitude un whisky double. Irlandais bien entendu l'whisky.

J'allais boire quand une odeur m'intrigua. J'tournais la tête du côté des tables pour voir une gamine. Humaine au vue d'son odeur et pourtant... Y avait également différentes odeurs de loup sur elle. Ce pourrait-il qu'elle soit... Sa tête ne m'était pas inconnue et au vu d'son âge c'était très probable. J'fis signe à Andrew pour qu'il se penche vers moi puis lui murmura tout en montrant du doigt la fille :


"Dis-moi Andrew, la gamine là, elle était toute seule ? Y avait personne d'autre avec elle quand elle est arrivée ?"

"J'crois pas non. Pourquoi ? Me dis pas que tu va tenté ta chance avec elle, sale obsédé ?"

"T'arrête d'sortir des conneries aussi grosses que ton cul ? J'suis pas comme ça tu l'sais."

L'patron me gratifia d'un rire et j'entendis un "sacré Tomás". Je resta quelque minutes à fixer le fond d'mon verre. Savannah Livingston. La fille adoptive de l'Ulfric. Qu'est ce qu'elle foutait là et seule en plus ? Et qu'est c'que j'en avais à foutre ? C'était pas mes affaires après tout. Je regardais la gamine une nouvelle fois, elle avait l'air paumé et je la sentais nerveuse, perdu dans le menu qu'elle tenait.

J'poussais un soupir. J'sentais qu'j'allais regretter c'que j'allais faire. J'avala mon verre d'un coup puis fit signe à Andrew et lui dit :


"C'soir plus qu'n'importe quel autre soir tu laisse rentrer aucun foutu suceur de sang. Compris ? J't'expliquerais plus tard."

"Compte là-dessus! Tout manière la plupart savent que tu fréquente mon établissement maintenant. Ils osent plus se montrer!"

J'lui souris, c'est vrai que j'cachais pas qu'je fréquentait l'bar d'Andrew. J'me levais et m'dirigeais vers la gamine. Arriver à sa hauteur, toujours souriant, j'lui sortis :

"J'aurais jamais pensé qu'Hayden laisserait sa gamine fréquenter les bars d'Edimbourg, surtout la nuit tombé."
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The lost red riding hood [Livre II - Terminé]   Mar 10 Mar - 23:16

Bon. Ok, je regarde le menu sans le voir. Je jette un coup d’œil aux autres clients. Je tourne la tête quand un nouveau client entre, salué par le patron. Grand, plutôt bien foutu pour un vieux, l’âge d’Hayden à peu près je pense. Il discute avec le patron, c’est un habitué, j’oublie aussitôt. Ça m’aide pas. Mon téléphone dans la poche, je me dis que je ne le sortirais qu’en cas extrême… genre dans 2h quand j’aurais mangé et que je saurais plus quoi faire. Ma jambe commence a tapoter le sol nerveusement. Je regarde les autres personnes présentes… p’tre que si je demandais à la famille là-bas…

Et merde. Je regarde par la fenêtre. Le soleil se couche, tôt, ce qui m’arrange pas. Je tripote la croix à mon cou. C’est pas ça qui va m’aider des masses dehors… jusqu’à l’hôtel…
Et merde. Voilà comment je créé des situations à fort potentiel problématique régulièrement… L’exemple type… en ne réfléchissant pas plus loin que le bout de mon nez avant de faire un truc. Mais bon, là, j’avoue que je fais fort quand même. Me perdre de nuit à Edimbourg. Sans personne à proximité.
Bon, non, idiote, tu peux appeler un taxi. Même sans batterie, le patron me laissera sans doute utiliser le téléphone. Ouais… si j’ai assez d’argent sur moi pour payer le taxi, et c’est un peu le souci, même sans manger. Je pense pas avoir assez.

Des frites, j’veux des frites. Fish and chips basique ? Ouais pourquoi pas. La serveuse arrive. Je lui rends le menu en passant ma commande… on verra bien. Au pire, les frites, c’est difficile à louper.
Oui, un taxi. Il pourra au moins me rapprocher si je lui dis combien j’ai, non ? Hmmmm. Tant que maman et Hayden sont pas au courant que je traînais par là de nuit, ça devrait aller. Je pense. J’espère. Sinon au revoir ma liberté et la confiance. Merde.

J’suis tellement perdue dans mes pensées que je sursaute quand on me parle. Je tourne la tête et lève les yeux. L’habitué. Je réfléchis à ce qu’il vient de me dire, en le dévisageant.
Merde. C’est qui ? Je cligne des yeux. Et ouais, j’ai un moment de panique. Qu’on me reconnaisse comme ça, ça m’a toujours fait peur. La plupart du temps, ça c’est mal terminé, que ce soit au lycée, à la maison, n’importe où. Qu’on me désigne comme la fille de l’Ulfric alors que moi je le connais pas, c’est flippant. Et pourtant, tout ce qui sort de ma bouche est une confirmation et une justification. Idiote.

« Il n’est pas au courant. Je… me suis un peu perdue… »

Je réfléchis, essayant de le replacer. Non, pas de la meute, c’est sûr… Non, pas sûr, en même temps, je les connais pas tous. Et encore faudrait-il que ce soit un loup… Si c’est le cas, j’aurais p’tre une chance qu’il soit sympa avec moi, justement parce que je suis la fille d’Hayden… Si c’est pas le cas… et qu’il m’identifie de la sorte… Ok, là je peux flipper.

« Et vous, vous êtes ? »

Je lui souris. Petit sourire forcé, mais bon, y a du monde autour non ?
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défenseur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 5
A smile is the prettiest thing you can wear
Messages : 1119
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c) Kanala
Caractère : Abimée - Perdue - Renfermée - Triste - Anéantie
Humeur : Tel l'équilibriste sur son fil
Autres comptes : Lucy Matthews - Ania Kenway
A smile is the prettiest thing you can wear
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The lost red riding hood [Livre II - Terminé]   Mer 11 Mar - 0:50




The lost red riding hood


« Il n’est pas au courant. Je… me suis un peu perdue… »

Bah tiens. Pourquoi j'étais pas surpris ? Même en étant banni d'la Meute certaines infos arrivaient jusqu'à mes oreilles et la réputation d'têtu que s'trainait Savannah m'était pas inconnu. Pis c'était d'son âge d'faire des conneries, d'jouer à la rebelle, faire le mur et toute ces autre conneries, mais vu son statut ça d'vait pas être simple. Etre la fille de l'Ulfric, même adoptive d'vait pas être simple à vivre. J'l'ais bien vu avec Hayden quand on était gosse.

« Et vous, vous êtes ? »

La question piège. Soit j'lui répond honnêtement en zappant certains détails soit j'lui ment. Mon choix était vite fait. J'm'assis sur la chaise en face d'la gamine et lui dit tout en sortant un cigare d'mon étui et en souriant :

"Pour certains j'suis l'grand méchant loup."

Je sort mon coupe cigare et m'en sert avant d'le remettre dans ma veste.

"Pour d'autre j'suis l'pire nid à emmerdes auquel ils ont eu affaire."

J'sort mon briquet.

"Pour Hayden, j'suis certain'ment un souvenir pas obligatoirement agréable dont il aurait sans doute préférer plus jamais entendre parler"

J'allume mon cigare et remet mon briquet dans ma poche. J'tire un bouffée.

"Mais pour faire simple appelle moi Tomás."

Sacré présentation pas vrai ? Mais j'préfère être honnête avec la gamine. J'suis clair'ment pas une bonne fréquentation pour elle et l'est d'ailleurs très probable qu'si Hayden apprend (et il l'apprendra, d'une manière ou d'une autre) qu'j'ai approché sa fille chérie il me rende un p'tite visite personnelle. Ça nous f'ra l'occasion d'reparler du bon vieux temps... C'est ironique bien entendu. Soudain Andrew s'fait encore entendre :

"Bordel Tomás! En fait t'es venu pour nous asphyxier avec tes cancers en tubes ?"

"Va donc t'occuper d'ta pompe à bière, vieux grincheux. Amène-moi une Guiness! Et sans cyanure celle-là!"

"Tu parle! Il me faudrait plus qu'un verre si je voulais m'débarrasser de toi! T'es plus étanche qu'une éponge, t'es imbibé d'alcool!"

Quand j'vous dis qu'on s'aime bien lui et moi. Tout sourire, j'reporte mon attention sur Savannah et me penche en lui demandant :

"Blague à part. Si tu me disais comment la fille de l'Ulfric a terminé dans un bar à Édimbourg, qui plus est en pleine nuit et dans un quartier qu'est connu pour voir traîner des suceurs d'sang ?"

J'tire une nouvelle bouffée d'mon cigare avant d'ajouter :

"Mais t'inquiète c'est rare qu'ils s'aventurent jusqu'ici."
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The lost red riding hood [Livre II - Terminé]   Jeu 12 Mar - 0:30

Je le fixe et lui répond. Pourquoi je lui réponds ? En lui confirmant quoi en plus… Bon, ok, il avait sans doute pas besoin de confirmation, mais quand même…
Et le voilà qui s’assoit en face de moi… il est sérieux ? Il a pas l’impression de s’imposer là ?
Je plisse les yeux quand il sort son cigare. Alors non seulement il squatte, mais il compte fumer… ce truc ?
Je me concentre sur ce qu’il dit. OK… un loup… emmerdeur, c’est pas si étonnant, ils le sont tous… ou presque… sauf avec moi, c’est cool…

Je grimace quand il parle d’Hayden. Ça, ça pue… et je parle même pas du cigare qu’il commence à fumer… Si Hayden et lui sont en mauvais termes c’est mauvais pour moi.
De un, si lui a un compte à régler avec Hayden, c’est pas bon pour moi. Surtout que je viens pas du tout de lui avouer que je lui … désobéissais en quelque sorte et que j’étais qui plus est seule ici…
De deux, si Hayden apprend que non seulement je traîne à la nuit tombée, seule, mais qu’en plus je rencontre un mec qu’il ne porte pas dans son cœur… je me mords la lèvre. Il le connait comment ? Pourquoi ? Juste parce que c’est un loup ? Ptre que c’était juste une expression… Non. Je pense pas. Je sais qu’Hayden doit connaître la quasi-totalité des loups du pays, mais… un souvenir pas agréable ? Je meurs d’envie de lui demander quoi… Mais non. Je sais pas ce qu’il me veut…
Tomás …
Pourtant… il n’a pas l’air agressif ou … ok, j’suis carrément pas douée pour juger, mais…

« Enchantée Tomás. »

Les bonnes manières avant tout hein ?
Et il s’entend bien avec le patron. Je sais vraiment pas si c’est une bonne chose pour moi. Mais j’suis pas la seule que ça emmerde son cigare, c’est déjà ça… seulement, il s’en fout royal…
Il me regarde à nouveau, toujours souriant. Super, un quartier de vampires… bon, d’accord, j’ai vu le truc Tru Blood… mais bon…
Je le regarde un instant, me mordillant toujours la lèvre. Il aurait pu me dire qu’il connaissait et s’entendait bien avec Hayden… Mais non, il m’a dit que c’était pas le cas… Je risque quoi de plus en étant honnête ? … haha, la bonne blague…

« C’était pas vraiment prévu… je suis à Edimbourg avec des amis. Ils ont voulu rentrer à l’hôtel, il était encore tôt, j’ai voulu continuer de visiter, j’ai pas fait attention à l’heure… ou au chemin que j’empruntais… » J’hausse les épaules, regarde autour de moi. « J’avais pas vraiment prévu de me retrouver ici… je savais même pas pour le quartier… »

Je le regarde à nouveau en lui souriant.

« Si vous comptez rester à cette table, je vous serais reconnaissante de bien vouloir éteindre votre truc. Sinon, vous serez gentil d’aller vous installer ailleurs. »

Oui, je suis souriante et aimable. Mais non, sérieux, tu peux rêver si tu crois que je vais respirer ça.
Et malgré moi, les questions franchissent mes lèvres.

« Comment vous connaissez Hayden ? Et comment vous savez qui je suis ? »
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défenseur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 5
A smile is the prettiest thing you can wear
Messages : 1119
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c) Kanala
Caractère : Abimée - Perdue - Renfermée - Triste - Anéantie
Humeur : Tel l'équilibriste sur son fil
Autres comptes : Lucy Matthews - Ania Kenway
A smile is the prettiest thing you can wear
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The lost red riding hood [Livre II - Terminé]   Ven 13 Mar - 15:27




The lost red riding hood


« Enchantée Tomás. »

Enchanté ? Généralement les gens l'étaient pas très longtemps après m'avoir rencontré. Quand j'dis que j'suis pas fréquentable c'est que j'le suis vraiment, faut dire aussi qu'j'ai un personnalité très particulière. J'en fais qu'à ma guise, j'ai un caractère de chien (sans mauvais jeux de mot), j'ai un style de vie pas très recommandable. Bref j'ai la totale. Pourtant j'essais d'faire des efforts, aider les gens à ma manière et tout c'qui s'en rapproche. Blâmer ma conscience, c'est d'sa faute si j'suis actuellement en train d'envisager d'ramener la fille de l'Ulfric chez elle en sachant très bien qu'ça risque d'm'attirer des ennuis... Putain!

« C’était pas vraiment prévu… je suis à Edimbourg avec des amis. Ils ont voulu rentrer à l’hôtel, il était encore tôt, j’ai voulu continuer de visiter, j’ai pas fait attention à l’heure… ou au chemin que j’empruntais… J’avais pas vraiment prévu de me retrouver ici… je savais même pas pour le quartier… »

Ouais. Elle avait vraiment du pot d'pas être tombé sur un vampire qui passait par là. Dieu seul sait c'qui se s'rait passé et tout l'merdier qu'le meurtre d'al fille d'l'Ulfric aurait provoquer.. J'préfère pas y penser. Une belle p'tite inconsciente écervelé qu'j'ai là

« Si vous comptez rester à cette table, je vous serais reconnaissante de bien vouloir éteindre votre truc. Sinon, vous serez gentil d’aller vous installer ailleurs. »

Et chieuse avec ça! J'ai décroché l'gros lot! Putain ça commence bien. J'savais qu'j'aurais du simplement rester au comptoir à me bourrer la gueule, mais non. Il a fallu qu'je joue au bon samaritain et m'inquiète d'la fille d'un type qui doit plus pouvoir m'piffer (même si l'sentiment n'est pas vraiment mutuel) et qui va sur'ment m'attirer des emmerdes pas possible. J'vous jure, moi et ma foutu conscience...

« Comment vous connaissez Hayden ? Et comment vous savez qui je suis ? »

A ce moment la serveuse nous am'na nos commandes et r'partit aussi vite qu'elle était v'nu. Je restais un moment à regarder Savannah dans les yeux, le cigare entre les dents, indécis. Au bout d'plusieurs minutes de silence, je tirais une dernière bouffée d'mon cigare avant d'l'écraser dans l'cendrier. Manqu'rait plus qu'elle chope Dieu sait quelle saloperie à cause de ça et Hayden était capable d'm'arracher les yeux des orbites pour ça.

"En c'qui t'concerne, disons qu'tu porte sur toi certaines odeurs... spécifiques. D'plus n'importe quel lycanthrope du coin, même ceux qui n'sont pas d'la Meute, savent qui est la fille d'l'Ulfric. J'ai juste fait quelques déductions qui s'sont avérées justes."

J'bu une gorgée d'ma Guiness avant d'enchaîner.

"Pour l'reste... Pour simplifier, Hayden et moi on a grandi ensemble dans la Meute anglaise. Son père était l'Ulfric et le mien l'exécuteur avant qu'ton paternel prenne sa place."
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The lost red riding hood [Livre II - Terminé]   Dim 15 Mar - 22:37


Assis en face de moi comme si de rien n’était, il commence à allumer son cigare, alors que je tente de me justifier. Et pourquoi je me justifie ? Je le connais même pas. Je sais même pas qui c’est.
D’un autre côté, traîner et rester seule dans un quartier rempli de vampires… Je tripote inconsciemment la croix en argent qui ne quitte plus mon cou depuis que maman me l’a offert. A choisir, entre un loup et des vampires, je prends le loup sans hésiter.

La serveuse arrive et nous dépose nos commandes alors que je finis de lui demander comment il connait Hayden. Ben quoi ? J’ai bien le droit de savoir non ? Que je sache un peu dans quel nouveau pétrin je suis en train de m’embarquer… Je lui rends son regard, alors qu’il a l’air de réfléchir. Réfléchir à quoi ? S’il me répond ? S’il se lève et me laisse tranquille ? Oui, bon, et seule dans un quartier… dangereux… mais j’vais pas non plus lui demander de rester. Je me débrouillerais…

Au bout d’un moment, je lâche. Non pas que voilà, mais j’ai faim. Qu’il fasse ce qu’il veut. Je commence à piquer des frites, sans vraiment faire attention à lui. Je m’apprête à lui réitérer ma demande, pour son fichu cigare, quand finalement il l’éteint. J’hausse un sourcil en le regardant, avant de lui sourire.

« Merci. C’est gentil. »

Oui. Forcément. Même si je ne les vois pas régulièrement, pour un loup, toutes mes fringues doivent être imprégnés de leur odeur… il faudrait que j’en rachète de nouvelles sans qu’ils en approchent si je veux avoir une chance de pas être reconnue… …
Mais c’est la deuxième partie qui me plait moins. C’est pas que les loups qui savent qui est la fille de l’Ulfric… et… il a bien dit même ceux qui ne font pas partis de la Meute ? Je pique un bout de poisson en l’écoutant.
Ah. C’est p’tre pas si cool si Hayden a piqué la place de son père… hummm…

« Pourtant je les ai pas vu depuis un moment… Hayden en particulier, il est assez … occupé… » Oui j’en suis triste, oui, ça fait gamine sans son papa, et alors ? Je l’adore. J’ai bien le droit quand même ?

« Et entre le savoir et me reconnaître, il y a une différence… même avec les odeurs… Beaucoup de personnes peuvent avoir leurs odeurs, ou celle de l’Ulfric en particulier, non ?
Et quand vous dites, même ceux qui font pas partis de la Meute… Vous parlez de vous ? »


S’il fait pas parti de la Meute, c’est pas cool, si ? J’en sais rien. Vu qu’ils me disent rien que la Meute et son fonctionnement, j’en sais vraiment rien… ce sera p’tre l’occasion d’en savoir plus…
Je grignote en même temps. Je le regarde, en prenant une gorgée de coca.

« Ok. Donc vous avez grandi avec lui ? Vous le connaissez bien ? » Il doit savoir pleins de trucs sur Hayden alors… cool… Je lui offre un grand sourire.
« Et du coup… c’est parce qu’il a pris la place de votre père que … vous êtes un souvenir pas agréable ? Ou il y a autre chose derrière que je devrais connaître ? »

Bon, oui, Hayden jugerait que je ne dois être au courant de rien… pour changer… mais qu’est-ce que ça m’énerve ! Comment ils veulent que je me débrouille, que je sois responsable, mature ou je ne sais quoi s’ils continuent de me traiter comme une môme ?
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défenseur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 5
A smile is the prettiest thing you can wear
Messages : 1119
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c) Kanala
Caractère : Abimée - Perdue - Renfermée - Triste - Anéantie
Humeur : Tel l'équilibriste sur son fil
Autres comptes : Lucy Matthews - Ania Kenway
A smile is the prettiest thing you can wear
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The lost red riding hood [Livre II - Terminé]   Mar 17 Mar - 21:17




The lost red riding hood


J'avoue qu'j'avais été assez surpris qu'la gamine me remercie d'avoir éteint mon cigare, mais c'qui m'étonnait encore plus c'était l'fait qu'j'avais accepté d'le faire. Y avait beaucoup d'gens qui m'avaient d'mander d'le faire, plus ou moins gentiment et j'les avais tous envoyé chiés, sans aucune exception, mais elle...

« Pourtant je les ai pas vu depuis un moment… Hayden en particulier, il est assez … occupé… »

Ça j'veux bien l'croire. Etre Ulfric ne dois pas être une partie de plaisir, j'l'ai bien vu du temps où j'étais dans la Meute anglaise, Jonathan était toujours par monts et par vaux. J'ai jamais compris pourquoi mon paternel enviait c'te place parce que soyons franc, il aurait fait un Ulfric d'merde, pire que Jonathan. J'ai toujours cru qu'n Ulfric devait faire passer les besoins d'la Meute avant les siens et j'pense qu'Hayden devait faire l'affaire. Dans tout les cas il pouvait pas faire pire qu'son père.

Mais quand j'voyais la mine que tirait Savannah en disant ça... Certains sacrifices devait être fait j'pense et apparemment délaisser sa fille en fesait partie. J'pouvais m'empêcher d'éprouver d'la peine pour c'te mignonne gamine... QUOI ?! J'ai pas pensé ça! Damnú air! Non! Non! Tomás Ó Cathaláin c'est encore qu'une enfant et la fille d'Hayden en plus! Alors t'arrête tes conneries.


« Et entre le savoir et me reconnaître, il y a une différence… même avec les odeurs… Beaucoup de personnes peuvent avoir leurs odeurs, ou celle de l’Ulfric en particulier, non ?
Et quand vous dites, même ceux qui font pas partis de la Meute… Vous parlez de vous ? »


Je pris une autre gorgée d'ma Guiness avant d'lui répondre en souriant.

"C'est c'qu'on pourrait croire en effet, mais y a pas tant d'monde que ça qui porte l'odeur d''Ulfric sur eux surtout des jeunes humaines. En c'qui concerne l'reste, oui j'me compte dedans, mais y a pas que moi..."

C'est vrai que le statut d'fille de l'Ulfric était assez dangereux et j'me d'mandais si cette gamine en avait vraiment conscience. En plus elle était humaine c'qui la rendais pas forcément apte à se défendre face à des créatures surnaturelles. Étonnamment j'trouvais qu'ça la rendait encore plus adorable... Stop! Stop! Tu va sur une pente dangereuse Tomás!

« Ok. Donc vous avez grandi avec lui ? Vous le connaissez bien ? Et du coup… c’est parce qu’il a pris la place de votre père que … vous êtes un souvenir pas agréable ? Ou il y a autre chose derrière que je devrais connaître ? »

C'était beaucoup de question. Des questions dont je n'étais pas sûr que les réponses plairaient à Savannah. C'était encore une gamine qui, d'tout évidence, n'était pas vraiment au courant de tout c'qui pouvait se passer au sein de la Meute. Hayden devait lui raconter le minimum, sans doute pour la protéger, mais qu'est ce que ça apportait si c'n'est l'ignorance des véritables dangers ? Preuve : si Hayden la tenait au courant des loups potentiellement dangereux, elle m'aurait reconnue et aurait sans doute réagis différemment en me voyant. En la surprotégeant, Hayden ne fesait qu'la rendre plus fragile. Une mignonne petite fleur toute fragile... Dangereux. Très dangereux tout ça.

"Dire que j'connais bien Hayden serait exagéré et disons qu'le fait qu'il ait pris la place d'mon paternel... n'est pas la seule raison qu'on soit quitter en mauvais termes, mais ce n’est une histoire pour les jeunes filles."

J'disais ça pour la taquiner et surtout m'rappeler qu'c'était encore qu'une gamine. Puis elle n'avait pas besoin d'connaitre la véritable raison d'tout ça...
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The lost red riding hood [Livre II - Terminé]   Mer 18 Mar - 13:56

Tout en lui parlant, je me rends compte que ouais, Hayden me manque. Tout comme maman. Même si je comprends parfaitement toutes leurs responsabilités, mais… je me sens tellement… seule. Mise à l’écart. Je sais que ce n’est pas volontaire de leur part, qu’ils ont assez de problèmes comme ça, que c’est une façon de me protéger… mais... c’est gavant.

Je le regarde. Oui, je porte leurs odeurs, mais…
Oui, je suis humaine. C’est vrai.

« Oh. Oui. Effectivement. Une des seules humaines admises dans le cercle hein… Si ce n’est la seule… Oui, c’est plus facile de me reconnaître c’est sûr… »

Oui, d’un côté, j’en suis ravie, évidemment. Pas d’être si facilement reconnaissable, mais de… si, au final, de porter leurs odeurs. D’être assimilée à maman, à Hayden. C’est ma famille.
Mais… oui, je suis humaine, pas eux. C’est parfois déstabilisant qu’on vous le rappelle de la sorte. Que vous êtes différente. Oui, la différence c’est bien, comme dirait Hayden, blablabla… Mais… on me connaît à cause d’eux. Pas … pour moi. Parce que je suis la fille humaine de l’Ulfric.

« Et ça fait quoi comme différence ? Que vous en fassiez pas parti, de la Meute ?
J’ai le droit de savoir non ? … vu qu’on discute ensemble… et que je suis comme vous l’avez si bien dit, la fille humaine de l’Ulfric… Je suis en droit de savoir dans quel pétrin je me mets encore. »


Ouais, encore. Hé, au moins, je le reconnais. Que je m’attire des problèmes dès que possible. J’essaie de les éviter, mais je suis un véritable aimant… La preuve en face de moi… Bon, non. Il n’est pas méchant. Il a même l’air gentil. Il a éteint son cigare pour moi. Oui, pour moi, vu qu’il a envoyé chier le patron… et que visiblement ce ne soit pas le grand amour avec Hayden. Ça, ça risque aussi de m’attirer des ennuis d’un autre genre…
Le problème, c’est le ‘il a l’air’, parce que je suis pas forcément la mieux placée pour savoir reconnaître … enfin, j’en sais rien. Pour l’instant, il est gentil et souriant. C’est cool.
Et du coup, je l’interroge sur lui et Hayden. Logique non ? Ça aussi, j’ai bien le droit de savoir.

Je plisse les yeux quand il me répond. Il se fout de moi ? Il va me sortir les mêmes pseudo-excuses qu’Hayden ? Il va me traiter comme une gamine écervelée et irréfléchie, incapable de savoir et d’entendre le pourquoi du comment ?
Comment ils veulent tous que je me gère sans me foutre dans les emmerdes jusqu’au cou en ne me disant rien ?

« C’est quoi les autres raisons ? »

Je m’appuie contre le dossier de ma chaise et le regarde. Histoire pour jeunes filles, tu parles.

« Vous savez quoi ? Si c’est pour me faire le même cinéma que tous les autres, me dire que je suis trop jeune, trop fragile, trop humaine » ouais, ça je le dis un peu méchamment, même si il doit pas penser davantage qu’Hayden que c’est une tare, j’m’en fous. « … pour entendre les trucs qui peuvent être intéressants ou importants, c’est pas la peine. Tout le reste, je le connais déjà. Tout ce qu’on veut bien me dire, je l’ai imprimé.

Si vous voulez pas m’en dire plus, ok. Si ça vous fais chier de discuter avec une gamine, avec une jeune fille, vous pouvez retourner au bar, je vous ai rien demandé.
Mais venez pas me dire ce que je suis ou non capable d’entendre ou de comprendre. Ça, j’ai déjà de quoi faire chez moi. »


Je le fixe un instant, la mâchoire serrée. Ouais bon. Retour à la case départ s’il se barre. Mais merde, j’ai été bien gentille non ? Polie et tout même. Mais ras-le-bol. Qu’Hayden décide pour moi, ça me gave déjà assez, mais c’est Hayden, je le connais depuis assez longtemps pour qu’il puisse le vouloir… et ouais, c’est mon père… et ouais, l’Ulfric en prime. Mais. Sérieux. Lui, là. C’est personne. D’où il décide pour moi ?
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défenseur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 5
A smile is the prettiest thing you can wear
Messages : 1119
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c) Kanala
Caractère : Abimée - Perdue - Renfermée - Triste - Anéantie
Humeur : Tel l'équilibriste sur son fil
Autres comptes : Lucy Matthews - Ania Kenway
A smile is the prettiest thing you can wear
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The lost red riding hood [Livre II - Terminé]   Mer 18 Mar - 20:00




The lost red riding hood


« Vous savez quoi ? Si c’est pour me faire le même cinéma que tous les autres, me dire que je suis trop jeune, trop fragile, trop humaine pour entendre les trucs qui peuvent être intéressants ou importants, c’est pas la peine. Tout le reste, je le connais déjà. Tout ce qu’on veut bien me dire, je l’ai imprimé.

Si vous voulez pas m’en dire plus, ok. Si ça vous fais chier de discuter avec une gamine, avec une jeune fille, vous pouvez retourner au bar, je vous ai rien demandé.
Mais venez pas me dire ce que je suis ou non capable d’entendre ou de comprendre. Ça, j’ai déjà de quoi faire chez moi. »


... Wow. C'était la crise de colère... la plus mignonne qu'j'ai jamais vu! Oh mon Dieu! Je... j'comprend pas. J'viens juste de m'faire par une gamine qui est même pas majeur et tout c'que j'trouve à dire c'est qu'elle est encore plus mignonne quand elle est en colère ?! Mais qu'est ce qui va pas chez moi ? Elle est en face de moi, mâchoire serrée et énervé et moi... j'ai juste envie d'la prendre dans mes bras. Je suis atteint, définitivement et indubitablement malade.

J'reprend mes esprits. D'un côté j'comprend pourquoi elle était en colère : Hayden devait la surprotéger, ne jamais rien lui dire ou alors pas grand chose sur la Meute. Pa étonnant qu'elle ait réagit comme ça à mon petit commentaire, mais d'un côté j'pouvais pas non plus lui dire la vérité. "En fait j'ai été viré d'la Meute parce que j'ai tué mon père de mes propres mains et du coup Jonathan m'a laissé crever tout seul en plein milieu des Années Sanglantes." Sympa hein ? Pffff! Sacré bourde que j'ai fait là ? Comment j'suis censé rattraper ça ? Je me penche en avant, regarde Savannah dans les yeux et lui dit doucement :


"Savannah. J'peux comprendre ta réaction. Connaissant Hayden je suis pas étonné qu'il te dise pas grand chose en ce qui concerne la Meute, c'qui est au passage une belle connerie car s'il t'avait parlé de moi...

J'fais un pause, avale l'reste de ma Guiness. Bordel... Comment j'suis sensé dire ça ?

"Eh bien, disons qu'ta réaction aurait été vraiment différente vis à vis de moi. Comprend-moi bien : j'te cache certains trucs pas parce que t'es une gamine, mais parce que il y a des choses qu'il vaut mieux pas qu'tu sache sur moi."

C'était vraiment tout c'que j'pouvais lui dire. Sincèrement. Y a que très peu d'personnes qui connaissent la raison d'mon bannissement en dehors d'la Meute et même dans la Meute en soi. C'est pas qu'j'ai forcément honte de c'que j'ai fait ou que j'le regrette, mais... j'ai pas envie d'être jugé sur mon passé qui plus est par cette gamine. Elle a pas la moindre idée d'à quel point la Guerre peut vous amener à faire des choses vraiment horribles... même si j'devais admettre qu'les Années Sanglantes ont été qu'un des nombreux facteurs qu'y m'ont mené au parricide.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The lost red riding hood [Livre II - Terminé]   Mer 18 Mar - 22:48

J’en avais pas l’intention. Je m’énerve toute seule, parce qu’il ne veut pas tout me dire. Non, c’est même pas ça, il ne veut rien me dire ! Mais j’en avais pas l’intention. Mais c’est vrai quoi ! Ras-le-bol d’être traitée comme quantité négligeable ou non essentielle. Comme si je n’avais pas mon mot à dire. Comme si ce que je pensais ne comptait pas. Comme si les autres pouvaient toujours, toujours décider pour moi ! J’suis pas assez grande pour pouvoir me faire mon propre avis ? Pour savoir ce que je suis capable ou non d’entendre, comprendre ?
D’un côté, je m’en veux de passer, gentiment, mes nerfs sur lui… De l’autre, il n’a qu’à arrêter de me prendre pour une conne, une simple d’esprit ou une petite fille.
Je croise les bras, le regardant toujours plus ou moins méchamment, même si ça n’a pas l’air de le toucher des masses.
Il a l’air de réfléchir et se penche vers moi. Youpi, il comprend. Ça me fait une belle jambe.
J’hausse un sourcil. Il se fout de moi.

« Qu’est-ce que vous en savez ? Toi ou Hayden ? Comment vous pouvez dire que je vais réagir de telle ou telle façon ? Tu ne me connais pas ! Tout ce que tu sais de moi, c’est que je suis la petite fille humaine et fragile du grand Ulfric. Et tu me juge là-dessus comme tous les autres !
Personne ne se demande ce que moi je pense. Ce que je suis capable d’entendre. Non bien sûr que non. »


Je me penche en avant à mon tour.

« Tu me dis qu’il fait une belle connerie parce qu’il me raconte pas grand-chose. Tu fais pareil. Tu me dis que ma réaction aurait été différente si je savais des trucs sur toi. Qu’est-ce que tu en sais ? Encore une fois tu ne sais rien de moi. Tu ne sais pas comment je réagirais. Tu ne sais pas ce que moi j’ai vécu. Tu ne sais pas ce que je vis tous les jours. Vous ne faites que des suppositions en vous disant qu’il faut protéger la pauvre petite Savannah, si faible, si délicate, si humaine. Aucun d’entre vous ne se demande ce que j’ai déjà encaissé. Ce que je peux supporter. »

Je me radosse contre la chaise et regarde dehors. La colère retombe petit à petit.

« Je veux juste qu’on arrête de me juger pour ce que l’on pense que je suis. Pour ce que l’on dit de moi. Parce que mes parents sont ce qu’ils sont. Je me suis relevée à chaque fois que… Même ma mère l’oubli. Que je suis plus forte que ça. Je sais bien que c’est pour me protéger… Mais j’ai juste l’impression de… vivre dans un cocon. De ne pas avoir mon mot à dire. De n’avoir qu’à acquiescer à chaque mot, à chaque décision qu’ils prennent tous. D’être une jolie petite poupée que l’on sort pour se rappeler… »

Je déglutis, sans oser le regarder à nouveau. Je ferme les yeux et secoue la tête.

« Je suis désolée. Pour tout ça. Cette scène. Vous n’y êtes pour rien… c’est juste…
Et de vous avoir tutoyé aussi accessoirement. »

Je prends mon coca et en bois quelques gorgées. Ouais, bah non, je me sens pas mieux qu’avant. Je me sens encore plus mal. C’est réussi…
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défenseur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 5
A smile is the prettiest thing you can wear
Messages : 1119
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c) Kanala
Caractère : Abimée - Perdue - Renfermée - Triste - Anéantie
Humeur : Tel l'équilibriste sur son fil
Autres comptes : Lucy Matthews - Ania Kenway
A smile is the prettiest thing you can wear
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The lost red riding hood [Livre II - Terminé]   Sam 21 Mar - 20:38




The lost red riding hood


J'le savais depuis l'début qu'c'était une mauvaise idée.

« Qu’est-ce que vous en savez ? Toi ou Hayden ? Comment vous pouvez dire que je vais réagir de telle ou telle façon ? Tu ne me connais pas ! Tout ce que tu sais de moi, c’est que je suis la petite fille humaine et fragile du grand Ulfric. Et tu me juge là-dessus comme tous les autres !
Personne ne se demande ce que moi je pense. Ce que je suis capable d’entendre. Non bien sûr que non. »


Pourquoi fallait-il toujours que je joue au bon samaritain ?

« Tu me dis qu’il fait une belle connerie parce qu’il me raconte pas grand-chose. Tu fais pareil. Tu me dis que ma réaction aurait été différente si je savais des trucs sur toi. Qu’est-ce que tu en sais ? Encore une fois tu ne sais rien de moi. Tu ne sais pas comment je réagirais. Tu ne sais pas ce que moi j’ai vécu. Tu ne sais pas ce que je vis tous les jours. Vous ne faites que des suppositions en vous disant qu’il faut protéger la pauvre petite Savannah, si faible, si délicate, si humaine. Aucun d’entre vous ne se demande ce que j’ai déjà encaissé. Ce que je peux supporter. »

Voilà ma récompense. Des engueulades. Comme d'habitude.

« Je veux juste qu’on arrête de me juger pour ce que l’on pense que je suis. Pour ce que l’on dit de moi. Parce que mes parents sont ce qu’ils sont. Je me suis relevée à chaque fois que… Même ma mère l’oubli. Que je suis plus forte que ça. Je sais bien que c’est pour me protéger… Mais j’ai juste l’impression de… vivre dans un cocon. De ne pas avoir mon mot à dire. De n’avoir qu’à acquiescer à chaque mot, à chaque décision qu’ils prennent tous. D’être une jolie petite poupée que l’on sort pour se rappeler… »

...

« Je suis désolée. Pour tout ça. Cette scène. Vous n’y êtes pour rien… c’est juste…
Et de vous avoir tutoyé aussi accessoirement. »


Dommage. Mon verre est vide. J'aurais bien besoin d'une bonne dose d'alcool fort là, maintenant, tout de suite. C'est vrai que j'm'énerve assez facilement, j'ai pas beaucoup de patience, mais au-dessus de l'énervement y la colère et encore au-dessus, la rage. Généralement, c'qui précède la rage c'est ton froid et un calme apparent et derrière... J'préfère pas en parler, mais disons pour faire simple que c'est l'genre de truc qui peut vous mener à un parricide une fois bourré.

Cette gamine... Elle crois pouvoirs s'permettre d'm'engueuler impunément, d'me faire sa p'tite mine triste toute mignonne et dire qu'elle est désolée et croire que j'vais la pardonner comme ça ? Même si j'avoue qu'il est difficile de rester en colère longtemps face à une telle bouille... Elle veut la vérité ? Très bien. Elle va l'avoir et elle va apprendre à ces dépends à quelle point elle peut-être moche. J'me penche en avant et murmure entre mes dents, sentant la colère monter en moi, tout en m'retenant autant que j'pouvais :


"Tu sais... Si j'te dis pas certaines choses c'est pas parce que t'es une gamine ou une humaine. Non, non c'est bien plus complexe que ça... Tu sais pourquoi les mensonges existent ? C'est parce que la vérité est beaucoup trop moche et insoutenable et du coup on préfère s'cacher derrière de beaux artifices... mais j'imagine que tu n'peux pas encore comprendre ça."

J'inspire, essayant d'retrouver un semblant d'calme. Raté.

"Y a pas quarante moyens de s'faire bannir d'la Meute vois tu. Sois on pactise avec l'ennemis, soit on commet un meurtre... A ton avis, lequel ais-je commis ?"

J'lui souris, elle a toujours la tête penché vers son verre. J'laisse passer quelques minutes de silence avant d'reprendre :

"Regarde-moi Savannah. Regarde-moi bien dans les yeux. J'veux qu tu te souvienne d'chacune d'mes paroles pour qu'tu comprenne bien."

J'regarde ses prunelles noisettes, y encrant mon regard cyan, j'peux y voir beaucoup d'chose, d'l'inquiétude, d'l'intercompréhension et d'la gêne. J'me doute qu'ça va pas être une expérience plaisante, mais elle voulais que j'sois franc donc...

"Comme j'te l'ai dis mon père était l'exécuteur avant qu'Hayden prenne sa place sauf qu'tu vois mon paternel était un sacré enfoiré. Il a abandonné ma mère alors qu'elle était en cloque puis quand j'ai eu six ans, il est réapparu et m'a emmené avec lui dans sa Meute. Là j'ai débarqué dans un monde qui m'étais complètement inconnu et où j'ai jamais été vraiment à ma place et mon enfoiré d'père fesait rien pour arranger ça. Oooooh non... j'ai passé toute mon enfance et mon adolescence à m'entendre dire que j'devais prendre la place d'Hayden, qu'elle me revenait de droit. Inutile de dire que j'ai subis un entraînement... de choc."

J'fais une pause, m'assurant que j'ai toujours l'attention d'Savannah.

"J'l'ai hais. J'l'ai hais comme j'ai jamais hais personne et j'peux t'assurer qu'c'était réciproque. Pour lui j'étais qu'un pantin qu'il essayait d'manipuler et d'modeler à sa guise. Manque de pot, il s'trouve qu'le pantin en question était doué d'raison. Arrivées les Années Sanglantes la tension entre nous deux n'a faite qu'augmentée jusqu'à ce qu'elle explose... Un soir, complètement bourré, j'ai fais c'que j'avais à faire..."

J'me penche encore plus en avant et murmure d'manière à c'qu'elle seule m'entende :

"Car vois-tu Savannah, parfois ce sont les enfants qui doivent punir leurs parents..."

Je m'adosse sur ma chaise. C'était comment traumatisée une gamine en deux minutes avec Tomás Ó Cathaláin, les amis.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The lost red riding hood [Livre II - Terminé]   Dim 22 Mar - 23:29

Et voilà. Je m’en rendais compte en parlant. Je savais que j’allais trop loin. Je savais que je m’énervais pour rien. Et sur la mauvaise personne qui plus est. Mais c’était juste un ras-le-bol général. On me traitait comme une gosse immature et irresponsable. Lui, Tomás, il y était pour rien, je m’en rendais bien compte. Mais il me parlait de la même façon. Et j’étais sur la défensive, parce que non seulement je m’étais paumée, mais qu’en plus je tombais sur lui. Et aucune de ces de choses ne plairaient aux parents, j’en étais certaine…
Bon, ok, ptre davantage parce qu’il me sortait les mêmes excuses vaseuses qu’Hayden sans avoir son autorité sur moi…
Toujours est-il que je m’en veux… je sais bien que m’excuser ne fera pas tout… mais c’est déjà un début… non ?

Je lève les yeux de mon verre quand il me répond. D’accord, j’l’ai foutu en rogne. Super.
Parce qu’il croit m’apprendre quelque chose avec la vérité trop difficile à affronter ? Et c’est pour cette raison que je devrais me satisfaire de mensonges ? Parce que certains préfèrent se cacher derrière un paravent et ne pas voir ce qui ne leur convient pas ?
Mon regard retombe sur mon verre. Oh… ça c’est moins sympa effectivement. Non tu crois ? t’avais besoin d’insister et de râler aussi ?
Le silence se prolonge, je le regarde à nouveau alors qu’il me le demande. Je ne le quitte pas des yeux alors qu’il m’explique à quel point son père était un connard, à quel point il lui a pourri la vie.
Je sais que je devrais avoir peur. Je sais ce qu’il est en train de me dire. Je sais très bien ce qu’il cherche à faire.
Pourtant… il ne va pas apprécier, j’en ai peur… Mais pourtant… je suis juste horriblement triste pour lui. Il s’approche encore et murmure pour moi seule.

Je reste quelques instants sans rien dire, à le regarder. Peut-être qu’il a raison, que mon attitude aurait été différente. Peut-être… sans doute devrais-je avoir peur. Lui dire au revoir et appeler un taxi. Pourtant rien de tout ça ne me traverse sérieusement l’esprit.
Je pose mon verre sur la table, les mains posées autour, le regard fixé dessus.

Je finis par relever les yeux vers lui.

« Je… Je sais que j’ai tendance à m’emporter, à m’animer, à m’emporter trop, ou trop vite… » Je regarde dehors. « Et les gens pensent que j’ai eu une vie facile, merveilleuse et heureuse… parce que je souris souvent. Parce que je suis rarement… vraiment triste…
Oh, c’est le cas, j'ai eu une vie heureuse. J’ai toujours eu des gens qui m’aimaient et qui prenaient soin de moi autour de moi… Je peux pas… savoir ce que tu as… ou comparer… c’est pas ça…
Mais je sais ce que ça fait de perdre des gens. De se retrouver seule… »


Je me mords la lèvre, le regard tourné vers l’extérieur.

« Quand j’avais 7 ans, mon père est réapparu… et a voulu ma garde. Je le connaissais pas non plus. Il est juste… revenu. Et il m’a emmené aussi. Parce que ma mère n’était pas là le jour du procès. Il m’a emmené. Dans sa nouvelle famille. »
Je souris. « Et j’ai eu des petits frères. Anton, et Clayton. Et maman m’a retrouvé. C’était… presque parfait. »
Mon sourire se fane et disparaît. « Et un jour… j’ai appris d’une quasi inconnue, la mère d’une copine… que… qu’il y avait eu un accident… un incendie… Je… les ai tous perdus… d’un coup… j’ai eu du mal à m’en rendre compte… même maintenant je… »
Je déglutis, le regard toujours dehors.
Qu’est-ce que tu lui racontes ? Tu crois que ça le regarde ? Tu crois qu’il en a quelque chose à foutre ? Pourquoi tu continues ?
« Maman est venue me cherchait. Et j’ai atterri ici. Au milieu d’elle et Hayden. Je l’ai tellement détesté… d’être juste là. D’être lui. D’être si gentil.
Et coup sur coup, j’ai appris que maman avait été marié, qu’elle avait eu des jumeaux, qu’ils étaient morts aussi, qu’elle et Hayden étaient des loups… »
Je ricane.

Je secoue la tête et lui jette un coup d’oeil.

« Quand je suis trop heureuse, je m’en veux, parce que j’ai l’impression de les oublier… Quand je ne le suis pas assez, j’ai l’impression de pas mériter d’être encore là… » Je souris. « Je suis stupide.
Et pardon. Je sais pas trop pourquoi je raconte tout ça en fait… »


Je le regarde, oubliant mon papotage inutile, et me penche vers lui.

« Je suis désolée.

Je suis vraiment désolée. Que tu aies… subit tout ça… que tu aies dû… en arriver là… »

Je me mords la lèvre. « De t’avoir obligé à m’en parler. »

Je cligne des yeux en le regardant.

« Personne ne devrait… souffrir autant… Etre aussi seul… »

J’esquisse un sourire. « Mais merci. De m’avoir dit la vérité. D’autant plus que… c’était… beaucoup... »
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défenseur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 5
A smile is the prettiest thing you can wear
Messages : 1119
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c) Kanala
Caractère : Abimée - Perdue - Renfermée - Triste - Anéantie
Humeur : Tel l'équilibriste sur son fil
Autres comptes : Lucy Matthews - Ania Kenway
A smile is the prettiest thing you can wear
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The lost red riding hood [Livre II - Terminé]   Lun 23 Mar - 17:42




The lost red riding hood


J'parlais d'tout ça très rarement. Ma mère, mon père, son meurtre... C'était pas des souvenirs spécialement agréables puis j'voyais pas en quoi ça regardait les gens. De plus dire qu'on avait tué son propre père dès la première rencontre ça l'fait pas trop en général... J'm'attendais à c'que Sav' se barre sur le champs sans même dire au revoir, mais...

« Je… Je sais que j’ai tendance à m’emporter, à m’animer, à m’emporter trop, ou trop vite… Et les gens pensent que j’ai eu une vie facile, merveilleuse et heureuse… parce que je souris souvent. Parce que je suis rarement… vraiment triste…
Oh, c’est le cas, j'ai eu une vie heureuse. J’ai toujours eu des gens qui m’aimaient et qui prenaient soin de moi autour de moi… Je peux pas… savoir ce que tu as… ou comparer… c’est pas ça…
Mais je sais ce que ça fait de perdre des gens. De se retrouver seule… »


J'avais peut-être sous estimé la gamine.

« Quand j’avais 7 ans, mon père est réapparu… et a voulu ma garde. Je le connaissais pas non plus. Il est juste… revenu. Et il m’a emmené aussi. Parce que ma mère n’était pas là le jour du procès. Il m’a emmené. Dans sa nouvelle famille. Et j’ai eu des petits frères. Anton, et Clayton. Et maman m’a retrouvé. C’était… presque parfait. »

J'avais l'impression d'entendre mon histoire avec un intrigue différente, mais dont le dénouement n'serait à mon avis pas plu joyeux que l'mien.

« Et un jour… j’ai appris d’une quasi inconnue, la mère d’une copine… que… qu’il y avait eu un accident… un incendie… Je… les ai tous perdus… d’un coup… j’ai eu du mal à m’en rendre compte… même maintenant je… Maman est venue me cherchait. Et j’ai atterri ici. Au milieu d’elle et Hayden. Je l’ai tellement détesté… d’être juste là. D’être lui. D’être si gentil.
Et coup sur coup, j’ai appris que maman avait été marié, qu’elle avait eu des jumeaux, qu’ils étaient morts aussi, qu’elle et Hayden étaient des loups… »


Je l'avais définitivement sous estimé. Elle aussi s'était pris pas mal de coups dans la gueule. J'poussais un soupir : y avait-il une seule personne qu'la vie avait épargnée ? Peut-être avant les Années Sanglantes, mais maintenant...

« Je suis désolée.

Je suis vraiment désolée. Que tu aies… subit tout ça… que tu aies dû… en arriver là… De t’avoir obligé à m’en parler. Personne ne devrait… souffrir autant… Etre aussi seul… Mais merci. De m’avoir dit la vérité. D’autant plus que… c’était… beaucoup... »


... Cette gamine cessera jamais d'me surprendre. J'crois qu'j'ai jamais été autant pris au dépourvu d'ma vie, eu autant envie d'embrasser quelqu'un. C'qui est super perturbant et flippant en même temps. J'devrais pas avoir ce genre de pensée envers la fille d'Hayden, mais bon Dieu... Après l'histoire qu'elle venait d'me raconter et sa réaction suite à ma confession... Comment n'pas tomber sous le charme de Savannah Valentyne ? Encore une chose qui ne pourra pas arriver puisque apparemment le destin aime bien s'acharner contre moi, m'empêchant d'être heureux. Tant de gentillesse en une seule personne, c'était vraiment possible ? J'lui rend un sourire triste, me penche vers elle et sans que j'comprenne trop comment les phalanges d'ma main droite effleurent délicatement sa joue gauche :

"Oh Savannah... C'est moi qui t'remercie. Merci de n'pas me juger sur mon passé, de pas prendre mon... crime en rigueur, d'me faire confiance et de pas être partit en courant..."

A contre cœur, j'ramène ma main vers moi. Bordel, c'est pourtant pas mon genre d'faire dans le larmoyant, mais là j'peux pas m'en empêcher. Qu'est ce que cette gamine me fait ? C'est la dernière personne sur Terre qui doit m'attirer et pourtant j'peux pas m'en empêcher. Toujours en souriant j'reprend :

"Mais tu n'devrais pas t’apitoyer sur l'sort d'un vieux cabot solitaire comme moi. J'me suis habituer à ma solitude depuis longtemps et j'm'en suis même fait une amie."
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The lost red riding hood [Livre II - Terminé]   Jeu 26 Mar - 2:07

Après le coup de gueule déplacé, les confessions… mais y a un truc qui tourne pas rond chez moi sérieux. Je le connais pas. Il ne fait pas partie de la Meute, et visiblement, c’est pas le grand amour avec Hayden. Même si maintenant je comprends davantage oui. Je sais pas trop ce que je devrais faire ou dire en fait… et plutôt que de me taire, ou de me barrer, ce qui serait le plus… logique. Je reste et tape la discut, en parlant de moi.
Pourquoi ? Parce qu’il a été franc ? Ouais, sans doute en grande partie. Parce qu’au final, quoi qu’il ait fait, il n’a pas l’air totalement taré ou dangereux… enfin, pas plus que les autres loups je veux dire. Hayden va être en rogne. Maman, j’en parle même pas. Mais ils ne sont pas là. Ils ne sont que rarement là.
Et il m’écoute. Comme si ça l’intéressait d’entendre la vie d’une ado qu’il ne connaît pas.
Mais je me sens tellement triste pour lui. Je vais pas dire que ouais, ça fout un peu les boules… mais… je ne suis pas stupide. Tout le monde… tous les lycanthropes ont tués pendant les Années Sanglantes… Tous. Que ce soit son père ne change pas tant que ça la donne de mon point de vue… enfin, p’tre un peu… mais s’il lui a tellement fait de mal… Je peux comprendre. Je crois.
Et j’en ai mal pour lui. Je crois que j’ai le privilège de le dérouter un peu. Ouais, j’me doute qu’avec la Meute, ça doit pas être le même…

Il me sourit. Il est triste son sourire, mais je l’aime bien. Et sa main vient frôler ma joue. Je cligne des yeux. Ouais, pour le coup, il me surprend aussi. Comme quoi, j’avais raison. C’est pas parce qu’il a fait certaines choses qu’il en est dangereux pour autant… non ? Je rougis. Je sais pas si c’est sa main, ses paroles, ou le fait qu’il arrête de me traiter comme une gamine idiote.
Je déglutis, hausse les épaules et le regarde en fronçant les sourcils.

« Tu n’as pas à me remercier. Je n’ai rien fait. Je te l’ai dit, je ne sais pas ce que tu as vécu, ni comment… était ton père… mais… » Je me mordille la lèvre. « Mais ce n’est pas le genre de chose… enfin… qu’on fait sans raison.
Et puis… tout le monde… enfin, j’veux dire… tous les loups que je connais ont commis des trucs pendant les Années Sanglantes qu’ils ne feraient pas en temps normal, pas vrai ? »


Je secoue la tête.
« Et je n’ai certainement pas à te juger, encore moins à te punir pour… ce que tu as pu faire dans le passé. J’ai l’impression que tu te punis bien assez tout seul en fait. Je me trompe ?
Et même si ça ne vient pas de toi… Les loups ne sont pas faits pour vivre seuls. Je sais peu de choses, mais ça je le sais… Tu l’as peut-être accepté… mais… »
Mais c’est pas pour autant que t’en ai forcément heureux. « … Ça me regarde pas pardon. »

Je détourne les yeux, avant d’esquisser un sourire.

« Les parents vont pas être très contents que je te parle pas vrai ? » Je relève les yeux vers lui. Je l’observe un instant. Peu importe. Qu’un souci de plus dans tout ce que je leur apporte au quotidien. Je ne vais pas le fuir parce que ça ne leur plairait pas… Surtout après tout ça... Pas alors qu’il a l’air surpris, p’tre heureux ou reconnaissant, j’sais pas, que je ne le fuis pas à toutes jambes…
Mon sourire s’agrandit. « Tant pis. Ils s’y feront. Et toute façon, si je les écoutais, je resterais enfermée toute la journée, en dehors de l’école, donc bon…
J’ai pas l’intention de partir en courant non… surtout qu’il fait nuit noire maintenant… »


J’hausse les épaules, toujours souriante. J’ouvre la bouche, hésite une seconde.

« Pis J’ai envie d’une glace… Tu reprends quelque chose ? »

Non c’était pas ça ta question à la base. Je soupire, me mordille la lèvre et reprends.

« T’es tout seul depuis que tu t’es fait bannir ? Je sais, je viens de dire que ça me regardait pas, et tu m’en as déjà beaucoup dit. Mais… je suis curieuse… et vu que tu… me parles… »

Je lui fais un sourire d’excuse. Si on ne tient pas compte de… son père, il est super gentil en fait, autant apprendre à le connaître non ?

HRP:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défenseur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 5
A smile is the prettiest thing you can wear
Messages : 1119
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c) Kanala
Caractère : Abimée - Perdue - Renfermée - Triste - Anéantie
Humeur : Tel l'équilibriste sur son fil
Autres comptes : Lucy Matthews - Ania Kenway
A smile is the prettiest thing you can wear
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The lost red riding hood [Livre II - Terminé]   Sam 28 Mar - 18:30




The lost red riding hood


J'aurais pas cru que c'soit possible mais Savannah est encore plus mignonne quand elle rougit... mais borde! Qu'est ce que cette gamine me fesait ? J'étais censé être le Grand Méchant Loup! Celui qui fait peur aux enfants et qui les mange s'ils sont pas sage. Alors pourquoi fallait-il que j'tombe sous l'charme du petit chaperon rouge ? Elle devrait pas avoir peur d'ailleurs ?

« Tu n’as pas à me remercier. Je n’ai rien fait. Je te l’ai dit, je ne sais pas ce que tu as vécu, ni comment… était ton père… mais… Mais ce n’est pas le genre de chose… enfin… qu’on fait sans raison.
Et puis… tout le monde… enfin, j’veux dire… tous les loups que je connais ont commis des trucs pendant les Années Sanglantes qu’ils ne feraient pas en temps normal, pas vrai ? »


"Bien plus que tu n'le crois..."

Ouais, sans doute, mais cac! Tout ce sur quoi j'arrive à m'concentrer c'est ses lèvres qu'elle mordille! Ça commence à devenir flippant tout ça. Pourquoi par tous les dieux fallait-il que je flash sur la fille de l'Ulfric ?

« Et je n’ai certainement pas à te juger, encore moins à te punir pour… ce que tu as pu faire dans le passé. J’ai l’impression que tu te punis bien assez tout seul en fait. Je me trompe ?
Et même si ça ne vient pas de toi… Les loups ne sont pas faits pour vivre seuls. Je sais peu de choses, mais ça je le sais… Tu l’as peut-être accepté… mais… Ça me regarde pas pardon. »


Je poussais un petit rire. J'pouvais pas m'empêcher d'être admiratif devant tant d'gentillesse. D'un côté Savannah était encore jeune et j'pense que d'ici quelques années sa vision des choses aura changée. On fini tous par changer, d'une manière ou d'une autre...

« Les parents vont pas être très contents que je te parle pas vrai ? »

"J'crois pas non. M'enfin ça m'fera l'occasion d'revoir Hayden puisque l'connaissant il va venir m'toucher deux mots suite à notre rencontre."

« Tant pis. Ils s’y feront. Et toute façon, si je les écoutais, je resterais enfermée toute la journée, en dehors de l’école, donc bon…
J’ai pas l’intention de partir en courant non… surtout qu’il fait nuit noire maintenant… Pis J’ai envie d’une glace… Tu reprends quelque chose ?»


Là je ris un bon coup. J'étais bien obligé d'l'admettre : Savannah m'intriguait et m’amusait. Quelque part elle m'rappelais moi quand j'étais gamin, avant qu'mon père débarque dans ma vie. Gentille, innocente, confiante envers les autres... Combien d'temps lui restait-il avant qu'le monde dans lequel nous vivons n'la brise définitivement ?

« T’es tout seul depuis que tu t’es fait bannir ? Je sais, je viens de dire que ça me regardait pas, et tu m’en as déjà beaucoup dit. Mais… je suis curieuse… et vu que tu… me parles… »

C'est vrai que j'lui en ai déjà dis pas mal sur moi. Sans doute plus qu'j'aurais dû, mais bon autant finir c'que j'ai commencé. Ca fesait longtemps que j'avais pas parlé avec quelqu'un comme ça et ça m'fesait du bien.

"Si par seul t'veux dire célibataire, ouais. Sinon il m'arrive d'fréquenter des gens d'la Meute ouais. Tu connais Cian ? C'est ma patronne, j'bosse pour elle dans son garage."
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The lost red riding hood [Livre II - Terminé]   Dim 29 Mar - 23:47

Plus ? Non, je n’ai pas fait plus que ce que je crois. Je n’ai rien fait. Je suis juste… peut-être plus … tolérante ? J’en sais rien. Mais je peux pas lui en vouloir pour ça. Tous ceux que je connais ont commis des choses atroces durant ces années. Même si je ne suis pas censée être au courant. Même si je ne saurais jamais exactement quoi. Et lui… Dans le fond, honnêtement, oui, p’tre que c’est pire que ce soit son père. Mais dans ce cas… c’est pire pour lui aussi non ? Il doit suffisamment s’en vouloir. Les autres doivent suffisamment lui en vouloir ou lui reprocher… Pourquoi j’en rajouterai ? Surtout s’il se retrouve sans Meute. Pour le peu que j’en sais… Pourtant, il rit. Quoi ? Qu’est-ce que j’ai dit de drôle ? Non, ce n’est pas un rire moqueur. Mais alors quoi ?

Peu importe, j’enchaîne sur maman et Hayden. Ouais, un sujet qui fâche… enfin, qui va les fâcher eux du moins…
Je souris, ou grimace quand il parle de revoir Hayden.

« Si je pouvais être là… j’essayerais… » Ouais bon… Il a raison. Hayden va prendre les devants. Merde. Sauf si…
« Sauf si … j’essaye de … Je vais te faire passer pour mon sauveur. Il pourra trop rien dire en sachant que tu m’as sorti d’un quartier de vampires…. Pis c’est vrai… Non ? »

Je le regarde hésitante. Il est pas à pied… il pourra bien me ramener… non ? Ouais, encore un truc qui prouve que je suis pas du tout irréfléchie… Mais. Non, je n’ai pas peur de lui. Oui, je… l’aime bien. Il est gentil. Et si ça peut faire en sorte qu’Hayden soit moins en colère contre lui… Moi, je m’en sortirais toute façon…

Et j’enchaîne. Oui, je m’arrête rarement en fait, j’en suis consciente. Mais… s’il ne m’arrête pas, c’est que ça le dérange pas tant que ça. Et Il rit à nouveau. Je fronce les sourcils.

« Quoi ? Qu’est-ce que j’ai dit de drôle encore ? »

Je me renfrogne un peu, sans pour autant me taire. Ben ouais. C’est comme ça. Je suis curieuse. Et pour une fois que quelqu’un accepte de me parler… plus ou moins… volontairement, je vais pas m’arrêter là. J’ouvre la bouche quand il commence à répondre. Non. Je ne voulais pas savoir s’il était… célibataire… Je… je cligne des yeux et fronce à nouveau les sourcils, en rougissant. Merde. N’importe quoi.
Je secoue la tête.

« Je voulais pas… enfin… c’était en général que je parlais… pas si tu avais quelqu’un dans… »
Pourquoi t’évite son regard ? T’as rien fait de mal. Ouais pas faux.
« Cian… Je l’ai p’tre aperçue, mais je lui ai jamais parlé…
Elle a un garage ? Tu bosses dans un garage ? t’es mécano ? »


Il est gentil pourtant... pourquoi il est... et qu'est-ce que ça peut me foutre ?
Je fais signe à la serveuse, parce que sinon, je l’aurais jamais ma glace... ouais, je tente de penser à autre chose, et alors ?
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défenseur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 5
A smile is the prettiest thing you can wear
Messages : 1119
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c) Kanala
Caractère : Abimée - Perdue - Renfermée - Triste - Anéantie
Humeur : Tel l'équilibriste sur son fil
Autres comptes : Lucy Matthews - Ania Kenway
A smile is the prettiest thing you can wear
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The lost red riding hood [Livre II - Terminé]   Jeu 2 Avr - 1:10




The lost red riding hood


« Je voulais pas… enfin… c’était en général que je parlais… pas si tu avais quelqu’un dans… »

Aaaaw. Elle est toute gênée que je parle d'mes relations. C'est-y pas mignon ?... Ça deviens vraiment grave là. Bon je me doutais bien qu'elle me demandait si j'avais encore des rapports avec des membres d'la Meute, mais j'avais pas pu m'empêcher d'la taquiner. Ça avait bien marché en plus, y qu'à voir comment elle rougissait et balbutiait. Adorable. C'était l'premier mot qui m'venait en tête en la voyant comme ça. Adorable petit chaperon rouge perdu fait confiance au grand méchant loup pour lui montrer l'chemin... C'était quoi ça ?

« Cian… Je l’ai p’tre aperçue, mais je lui ai jamais parlé…
Elle a un garage ? Tu bosses dans un garage ? t’es mécano ? »


Hm. J'suppose que j'devrais pas être surpris qu'elle connaisse pas tous les membres d'la Meute. J'sais pas combien ils sont en tout, mais ça doit pas être simple de tous les connaître pis si en plus Savannah est tenu même à l'écart d'eux... 'Tain c'est plus être surprotégé, c'est limite de la détention. J'suis vraiment étonné qu'ils l'aient laissée venir à Édimbourg et qu'elle soit parvenu à échapper à ses gardes du corps. Ouais j'suis pas con, j'me doute bien qu'Hayden a envoyé quelqu'un avec elle pour la surveiller. Quelle vie...

"Ouais c’est la co-proprio du WRO&C. Elle m'a engagée peu après la fin des Années Sanglantes en tant qu'mécano. Elle a son caractère bien à elle, mais c'est quelqu'un d'bien."

Elle fait signe à la serveuse qui rapplique peu après pour nous demander c'qu'on veut. J'm'apprête à lui répondre quand j'vois Andrew qui m'fait signe de loin, apparemment il veut qu'je vienne le voir. Qu'est ce qu'il me veut ? J'souris à Sav' et lui dit :

"J'reviens de suite. J'en ai pour deux minutes."

J'me lève et m'dirige vers l'comptoir. Là j'me penche vers l'patron et lui demande :

"Qu'est ce qui s'passe ?"

"Je voulais pas te déranger durant ton rencard..."

Je grogne.

"C'est pas mon rencard, bordel."

"Tu fais ce que tu veux, je juge pas. Non c'était pour te dire qu'on vient d'me signaler qu'il y aurait des vampires qui s'aventuraient dans le coin."

Je grogne à nouveau et passe ma main sur mon visage. Et merde! Pourquoi fallait que ce soit ce soir là qu'ils se décident à venir ? Bon. J'crois qu'il y a plus qu'une solution.

"Merci Andrew. J'vais prendre les mesures nécessaires."

"Pas de quoi, mais dit moi cette fille a l'air importante, non ?"

"Plus que tu n'l'crois..."

J'retourne à notre table. La serveuse est partie et Savannah m'regarde, s'demandant sans doute c'qui s'passe. Elle ignore que l'danger est plus proche qu'elle ne l'croit. Debout devant elle, j'lui dis sur un ton sérieux :

"Savanah, j'crois qu'il est l'heure que j'te ramène à ton hôtel. On m'a fait comprendre qu'il y des risques de grabuge incessamment sous peu."
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The lost red riding hood [Livre II - Terminé]   Jeu 2 Avr - 21:39

Je le regarde. Je sais qu’il m’a déjà beaucoup dit. Enormément. Ok, j’aurais pas imaginé qu’il… enfin si, comme dit, tous les loups ont déjà dû tuer, surtout pendant les Années Sanglantes. Mais son père… Et je me doute que ce doit être… relativement rare pour lui… pour ne pas dire super rare de se confier ainsi… c’est pas le genre de truc dont on parle, surtout les lycanthropes…
Alors pourquoi, de tout ce qu’il me dit, ce qui me gêne le plus c’est le fait qu’il me dise être célibataire ? J’lui ai demandé d’être sincère et d’arrêter de me parler comme à une gosse ok. Mais ça, ça n’a rien à voir, ça me regarde pas… Bon, ok, le reste non plus, mais … je n’aime pas les mensonges, je n’aime pas être traitée comme quantité négligeable ou inutile ou trop sensible parce que je suis trop jeune, trop fragile, trop… trop tout.
Mais je rougis et suis juste embarrassée par cette phrase. Quelle idiote. Je me concentre à nouveau sur le reste, parce que sérieux, on s’en fout, pas vrai ?
Et donc non, je connais pas vraiment Cian, si ce n’est de vue peut-être, je savais même pas qu’elle avait un garage non. Ouais, la plupart des loups que je connais ont de sales caractères de base... mais sont des gens biens comme il dit. Je les aimes bien moi.

Alors que la serveuse arrive, Tomás me sourit et s’excuse avant de rejoindre le patron. Je commande distraitement à la serveuse, avant de les regarder au bar.
Ils me jettent un coup d’œil avant de continuer à parler. Merde. Tomás à l’air emmerdé… qu’est-ce que j’ai fait encore ? Je réfléchis, j’ai pourtant pas souvenir d’avoir fait quoique ce soit… enfin, en plus de m’être paumée je veux dire…
Je le regarde, les yeux grands ouverts, interrogatifs, quand il revient. Whaaa il est redevenu aussi sérieux que quand il me parlait de lui un instant plus tôt. Partir ? Je cligne des yeux. Quels risques ?...
Je jette un coup d’œil dehors, avant d’hocher de la tête. Je récupère mon sac, fouille dedans et dépose un billet sur la table. Ca devrait suffire.

« Des vampires ? Je croyais qu’y en avait plus ou moins souvent. Pourquoi ça devient problématique d’un coup ? Enfin oui, ok, c’est des vampires… »

Tout en parlant, je me lève, attrape mon manteau que j’enfile, avant de prendre mon écharpe.
Et non, pour le coup, je discute pas. Il a carrément pas l’air de plaisanter, je vais pas tenter, et il me ramène, c’est cool, et non, j’ai pas franchement envie de tester une rencontre avec un vampire. J’ai pas eu mon dessert, ouais, c’est important, mais tant pis. J’dois bien avoir des gâteaux dans mes valises à l’hôtel. Je me dirige vers la porte en faisant un signe et un sourire au patron en passant.
Je m’arrête juste après la porte, mettant mon écharpe, et regarde autour de moi. Non, je ne m’éloigne pas trop de lui. J’suis pas non plus suicidaire quoiqu’en pensent certains, merci.
Je le regarde. Ouais, ok, je suis définitivement contente qu’il soit venu à ma table, qu’on ait papoter, de pas m’être barrée… Il s’inquiète pour moi… plutôt cool. Je souris.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défenseur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 5
A smile is the prettiest thing you can wear
Messages : 1119
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c) Kanala
Caractère : Abimée - Perdue - Renfermée - Triste - Anéantie
Humeur : Tel l'équilibriste sur son fil
Autres comptes : Lucy Matthews - Ania Kenway
A smile is the prettiest thing you can wear
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The lost red riding hood [Livre II - Terminé]   Ven 3 Avr - 0:47




The lost red riding hood


Franchement quand j'suis venu chez Andrew ce soir c'était dans l'optique d'passer une soirée tranquille, siroter quelques Guinness, déconner avec l'patron tout ça... Pa que j'devrais jouer les chauffeurs et les gardes du corps avec la fille d'l'Ulfric et encore moins qu'on aurait une conversation à cœur ouvert où j'lui avouerait pourquoi j'ai été bannis d'la Meute, mais bon. Les choses s'passent jamais comme on l'voudrait n'est-ce-pas ?

J'avoue qu'j'ai été surpris qu'Savannah insiste pas plus sur l'pourquoi du comment. Elle a juste hochée la tête et pris ses affaires. Au vu d'la scène de tout à l'heure, j'm'attendais à c'qu'elle m'en refasse une, mais non.


« Des vampires ? Je croyais qu’y en avait plus ou moins souvent. Pourquoi ça devient problématique d’un coup ? Enfin oui, ok, c’est des vampires… »

Sur ce elle a enfilée son manteau, a déposée un billet sur la table et est partie vers l'entrée, non sans avoir dit au revoir à Andrew... Cette gamine était vraiment adorable et j'me rend bien compte que j'devrais pas avoir ce genre d'pensées à propos d'elle, mais bon. Des pensées sont qu'des pensées non ? Tant qu'elle s'transforment pas en actions...

J'retournait voir un coup Andrew. Il terminait de faire coucou à Savannah et m'regardait avec un grand sourire.


"Plutôt mignonne, mais dit moi elle est pas un peu trop jeune. Enfin tu fais ce que tu veux, mais...

"C'est la fille de l'Ulfric, Andrew. Dis t'as toujours ton casque d'moto ? Tu pourrais m'le prêter steuplé ? J'dois la ramener."

Pendant l'espace d'une minute j'ai cru qu'il allait m'claquer entre les doigts. Fallait voir la tête choquée qu'il m'tirait. Finalement il s'pencha sous le comptoir et m'en sortit son casque. J'le remercie et m'en saisit alors que j'me dirige vers l'entrée j'm'arrête un coup à notre table. Elle a déposée un billet pour les conso'... J'sors mon portefeuille et le remplace par un des miens, prenant l'autre en main pis reprend mon chemin. Alors que j'commençais à ouvrir la porte j'entend Andrew m'crier :

"Tomás!"

J'm'arrête, mais me retourne pas.

"Ne merde pas. Vu ?"

Sourire en coin.

"T'inquiète et toi essais de repousser les sangsues et d'rester en vie jusqu'à mon retour."

"Je suis sérieux."

"Moi aussi."

Sur ce j'passe l'seuil d'la porte et m'retrouve dehors. P'tain qu'il fait froid! C'est vrai qu'on est en février et donc toujours en hiver. J'pose mon regard sur Savannah. Elle m'a attendu, bien. J'lui fourre l'casque entre les mains, casque au sein duquel j'ai fourré son billet et lui fait signe d'me suivre.

"Viens. J'suis garé un peu plus loin."

Durant l'court trajet j'reste sur mes gardes. Humant l'air, en alerte quand au moindre signe de suceurs de sang en approche. Au bout d'quelques minutes on arrive à ma moto. Une Harley-Davidson Sportster 1200 que j'ai bidouillée moi même et oui les initiales sur l'cadre, BBW, veulent réellement dire "Big Bad Wolf". Ironique n'est ce pas ? J'retire l'antivol auquel est accroché ma pouliche et mon casque, casque que j'fourre sur mon crâne avant d'enfourcher ma jument que j'met en marche. J'me tourne vers Savannah :

"Alors ? Tu montes, Clóicín Dearg ?"

Impressionnée sans doute. Toujours comme ça la première fois qu'on fait d'la moto. Oh pitié! Vous allez pas m'faire croire qu'avec des parents aussi surprotecteurs elle est déjà montée sur un d'ses bolides.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The lost red riding hood [Livre II - Terminé]   Ven 3 Avr - 19:54

Je sers mon manteau autour de moi, cachant mes mains sous mes bras. J’aurais dû prendre des gants. Je regarde Tomás alors qu’il ouvre la porte pour sortir, et s’arrête alors que le patron, Andrew c’est ça, lui parle. Il n’a même pas cherché à comprendre ou à se barrer. Sans moi je veux dire. Malgré ce qui a pu se passer avec Hayden, il se comporte avec moi comme si… comme si j’étais importante. Oui. D’accord. Je le sais. Je suis la fille de l’Ulfric. Mais… il ne fait pas parti de la Meute. Et on sait tous les deux qu’Hayden ne va carrément pas apprécier qu’il m’ait parlé. Pourtant… il est bel et bien en train d’essayer de me sortir de ce quartier non ?

Je lui souris quand il sort enfin. Il me file un casque et commence à avancer en me disant qu’il est garé un peu plus loin. Je cligne des yeux. Un casque ? Il a une moto ? Trop coooool. Enfin, je crois... Mon sourire s’agrandit, jusqu’à ce que je regarde dans le casque. Je fronce les sourcils. C’est quoi ça ? C’est l’argent que j’ai laissé sur la table ? J’ouvre la bouche, avant de secouer la tête, d’engouffrer le billet dans ma poche et de le suivre. S’il croit que ça va être si facile, c’est qu’il a pas encore compris. Je déteste qu’on me traite comme une gosse. Je suis assez grande pour payer ce que je mange.
Et ça, c’est vraiment genre t’es pas assez grande pour t’occuper de toi, laisses les grands régler. Ouais bon, d’accord, je m’énerve sans doute pour rien. Mais il avait pas à faire ça. Surtout en faisant genre de rien.

Et ouais, bon d’accord, ce serait plus convaincant si je lui collais pas aux basques, alors qu’il surveille les alentours. On arrive enfin. Ok. Je regarde autour de nous alors qu’il enlève l'antivol et s’installe. Oui, il va me faire devenir parano. Je cligne des yeux alors qu’il me parle. Quoi ?

« Je peux savoir ce que ça veut dire… ? » Non, je ne vais pas me foutre la honte en essayant de répéter ce qu’il a dit… « Ou je suis destinée à mourir inculte ? »

Je lui souris. Non, bien sûr que non, je vais pas mourir. Je me mordille la lèvre, regardant la moto, puis lui, Tomás, avant d’inspirer et de mettre le casque. Et même en le serrant, il est un poil trop grand. Youpi. Il va être super utile. Mais y a pas de raison qu’il serve, pas vrai ?

« C'est l'hôtel Ibis, dans le centre. Je dois avoir l'adresse si tu veux. »

Je pose une main sur son épaule pour m’aider à m’installer derrière lui, et j’y arrive presque sans trop de mal. Super. Pas du tout mal à l’aise. Je regarde son dos. Il va falloir que tu t’accroches tu sais. Oui, oui, je sais. Heureusement qu’il te voit pas, parce que rougir pour ça c’est presque pire que tout à l’heure. Pourtant, ouais, je rougis en passant mes bras autour de lui. Quoi ? C’est pas non plus comme si je me collais souvent à des mecs. Oui, dit comme ça, c’est encore pire.

HRP:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défenseur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 5
A smile is the prettiest thing you can wear
Messages : 1119
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c) Kanala
Caractère : Abimée - Perdue - Renfermée - Triste - Anéantie
Humeur : Tel l'équilibriste sur son fil
Autres comptes : Lucy Matthews - Ania Kenway
A smile is the prettiest thing you can wear
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The lost red riding hood [Livre II - Terminé]   Mar 7 Avr - 22:03




The lost red riding hood


Récapitulons : je suis sur le point de prendre la fille de l'Ulfric sur ma moto pour la ramener à son hôtel parce qu'elle s'est perdue et qu'elle a atterrie dans un coin connu pour être mal famé d'vampires. Comment j'fait pour toujours m'retrouver dans ce genre d'situation improbable ? Une malédiction, la poisse, mon horoscope ? J'en sais rien et au fond j'me fout, j'voudrais qu'il m'arrive d'merde rais juste l'temps d'une soirée être tranquille sans qu'il m'arrive d'merdes ou que j'fasse des rencontre que j'pourrais regretter. Quoique... J'sais pas si j'peux réellement mettre Savannah dans c'te catégorie ?

Petit rappel : c'est la fille d'l'Ulfric, Hayden Valentyne, qui va sans doute m'envoyer la moitié d'la Meute, exécuteur compris, pour avoir parler à sa gamine. Alors s'il apprenait que j'nourris des pensées pas très catholique envers elle... Vaux mieux n'pas y penser. Avec du recul, j'me demande bien c'qui fait que j'sois attiré comme ça par Savannah. Non pas qu'elle soit moche, loin de là et en plus elle a de l'esprit et du caractère... J'crois qu'je viens d'me répondre tout seul.


« Je peux savoir ce que ça veut dire… ? Ou je suis destinée à mourir inculte ? »

Hein ? Oh. Elle veut parler de Clóicín Dearg. Si elle savait... J'sais même pas pourquoi j'ai sortit ça. Le Grand Méchant Loup et le Petit Chaperon Rouge... Quelque soit la version du conte ça s'termine toujours mal pour l'un des deux. Pour revenir à l'instant présent, j'me contente d'un sourire jusqu'aux oreilles et d'un p'tit rire. Savannah met son casque avant d'enchaîner.

« C'est l'hôtel Ibis, dans le centre. Je dois avoir l'adresse si tu veux. »

"Pa la peine, j'connais."

J'peux pas m'vanter d'avoir un sang froid à toute épreuve, mais pour autant j'sais garder mon clame dans pas d'circonstances. Pourtant l'simple fait qu'Savannah pose sa main sur mon épaule m'faire presque perdre les pédales. Bordel! Entre ça, son odeur et l'fait qu'elle soit juste derrière moi et passe ses bras derrière moi... Calme. Reste calme Tomás. Laisse pas tes pulsions te contrôler.

J'démarre ma jument et nous v'là partis. J'essais d'rouler à une vitesse raisonnable, pas la peine qu'il y ai un accident pour clore tout c'bordel. D'plus si on y survit ça signera définitivement on arrêt de mort. Cac! C'est pas simple, j'fais tous les efforts possibles et imaginables pour rester concentrer sur la route. Finalement, au bout d'plusieurs minutes, on finit par arriver à son hôtel. J'me gare devant et enlève mon casque, j'ai besoin d'une clope et d'air frais... mais à la place l'odeur d'Savannah m'arrive pleine poire. Bon sang...


"Nous y voilà."

J'hésite un instant avant d'ajouter :

"Chaperon rouge. Clóicín Dearg veut dire chaperon rouge en gaélique."
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The lost red riding hood [Livre II - Terminé]   Mer 8 Avr - 23:34

Il rit. Je lui pose une question, il sourit et il rit… Ça devrait me vexer non ? Ce n’était pourtant pas si idiot comme question. J’ai le droit de savoir ce que ça veut dire. Pourtant… non, il ne se moque pas. Pas vraiment. Je fronce quand même les sourcils. Je n’insisterais pas, alors que j’ai froid, alors qu’il fait nuit, alors qu’on s’en va parce que justement il y a des vampires dans le coin.
Et ouais, j’aime bien son sourire…
Je mets mon casque sans insister donc, avant de grimper derrière lui, presque sans mal. Je ne dirais certainement pas que je ne suis pas gênée, mais, j’ai pas vraiment le choix. Et puis, c’est une moto… et puis, lui doit royalement s’en foutre, donc je ne vais pas faire ma mijaurée hein…
Accrochée à lui, contre son dos, je ne peux pas m’empêcher de sourire. C’est le permis moto qu’il faudrait que je passe en fait ! Bon, d’accord… je risque d’avoir deux problèmes majeurs… mais… c’est quand même trop cool quoi ! Enfin, je passerais déjà celui pour la voiture, après on verra. Mais j’aime. Bon, et d’accord aussi, p’tre parce que je sais qu’il fait gaffe.
Hum… oui, le fait d’être partie avec lui, sans le connaître plus que ça, sans vraiment savoir s’il avait dit la vérité ou non, s’il était vraiment celui qu’il disait être ou non, c’était une chose stupide de plus à rajouter à mon palmarès. Parce que là, s’il n’allait pas à l’hôtel, j’étais mal barrée oui. Mais, parce qu’il y a un mais oui, mais si j’avais été logique après tout ça, après tous ses aveux, j’aurais dû partir. C’était pas vraiment la meilleure approche. Donc, au final…
Est-ce que je le connais ? Non pas vraiment.
Est-ce que je lui faisais confiance ? … Oui, certainement. Oui, comme ça, pouf.
Est-ce que je l’aime bien ? Ouais, je pense que ouais. Il a été honnête. Il ne m’a pas totalement traité comme une gosse insupportable ou totalement enfantine. Et ok, il s’inquiète pour moi. Ne pas vouloir être traité comme une enfant n’empêche rien. Et il m’a fait confiance. Assez pour me parler. C’est chouette.

On finit par arriver. Ben ouais, je peux pas être malchanceuse tout le temps hein. Il se gare, et alors qu’il enlève son casque, je prends de nouveau appui sur lui pour m’aider à sortir de là. Non, si je me casse la gueule maintenant, ce sera trop la honte quoi. J’enlève mon casque à mon tour et lui souris.

« Merci ! C’était super. »

Je cligne des yeux. Et mon sourire s’agrandit.

« C’est joli.
Et toi, t’es le grand méchant loup ? »


Je lui tends le casque et me mordille la lèvre en le regardant. Je fouille dans mon sac et finis par trouver un stylo. Pas de papier forcément… Je m’approche et prends sa main en commençant à écrire un numéro.

« Mon numéro… Si jamais t’en as marre d’avoir la solitude pour amie. J’ai déjà entendu le pire non ? Si y a besoin… »

J’hausse les épaules. Genre, il va appeler une gamine… oui, je me plains et je gueule quand on me traite comme tel. Pourtant, pour lui, c’est ce que je dois être au final. Mais sait-on jamais…

« Bon… A bientôt ! »

Je lui souris, avant de faire demi-tour et de monter les marches de l’hôtel. Je mets les mains dans mes poches. Ah non, c’est vrai ! Je me retourne et dévale les quelques marches en courant.

« J’ai failli oublier ! »

J’arrive devant lui, passe mes bras autour de lui un court moment. Ouais, il est gentil, je l’aime bien, je me sens rassurée avec lui. Et alors ?
Je m’écarte en souriant.

« Merci pour tout Tomás. Vraiment. »

Je me penche, ma main sur son épaule, et dépose un baiser sur sa joue.
Je lui souris, fourre le billet dans la poche de son blouson, toujours tout sourire et grimpe les marches 4 à 4 avant qu’il ne trouve quoique ce soit à me dire.
J’avais bien dit que ça n’allait pas être aussi simple…
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défenseur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 5
A smile is the prettiest thing you can wear
Messages : 1119
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c) Kanala
Caractère : Abimée - Perdue - Renfermée - Triste - Anéantie
Humeur : Tel l'équilibriste sur son fil
Autres comptes : Lucy Matthews - Ania Kenway
A smile is the prettiest thing you can wear
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The lost red riding hood [Livre II - Terminé]   Jeu 9 Avr - 22:01




The lost red riding hood


Nom de... J'suis un lycanthrope ok. C'est parfois difficile pour moi d'restreindre mes envies, mes pulsions en particulier sexuelles et y a des moments, des périodes où j'suis plus sensible que d'autre (merci beaucoup la lune!). Pourtant j'suis pas dans une d'ces périodes en c'moment, 'fin j'crois pas. Alors pourquoi bon Dieu d'merde, est-ce que l'simple fait qu'Savannah prenne appuis sur moi pour descendre d'ma moto me met en émoi ? Pire qu'un ado qui vient d'avoir sa puberté!

« Merci ! C’était super. »

"Ay, Clóicín Dearg! Y a pas d'quoi!"

« C’est joli.
Et toi, t’es le grand méchant loup ? »


Sur l'coup j'peux pas m'empêcher d'lui sourire. Y a quelque chose d'adorable dans tout ça, mais j'peux pas mettre l'doigt dessus. C'est sa naïveté ? Sa confiance ? J'sais pas, mais dans tout les cas ça amuse et attire l'Grand Méchant Loup qu'je suis.

"Pour pas mal d'personne j'le suis en effet. L'Grand Méchant Loup qui mange les agneaux, les petit cochons et les jeunes filles égarées..."

Ok. On va arrêter la comparaison parce que là ça devient super chelou et flippant. Savannah m'tend l'casque que j'lui ai prêté (enfin qu'Andrew nous a prêté), j'le reprend et... Damnú air! Elle va arrêter d'se mordiller la lèvre comme ça! C'est déjà assez difficile pour moi d'résister à la tentation, pas la peine d'rajouter des détails comme ça qui m'rendent la tâche encore plus compliquée! Pour couronner l'tout v'là qu'elle sort un stylo d'son sac et qu'elle m'prend la main. J'en profite pour comparer avec la sienne, définitivement plus petite. Elle m'écrit quelque chose dessus.

« Mon numéro… Si jamais t’en as marre d’avoir la solitude pour amie. J’ai déjà entendu le pire non ? Si y a besoin… Bon… A bientôt ! »

Sur ce elle s'dirige vers l'entrée d'son hôtel. J'regarde ma main et l'numéro qui est écrit dessus. J'cligne des yeux une fois. Deux fois. Non j'rêve pas, Savannah Valentyne, la fille de l'Ulfric vient juste de m'donner son numéro personnel. J'ai à peine l'temps d'réaliser ça que...

« J’ai failli oublier ! »

Sans qu'je comprenne trop comment et pourquoi, Savannah est d'retour et passe ses bras autour d'moi... Quoi ? Là j'avoue qu'j'dois avoir l'air d'un con avec mes bras suspendu autour d'sa taille. C'est pas que j'veux pas lui rendre son étreinte, c'est juste que... j'suis surpris et j'sais pas trop comment réagir. J'ai du mal à m'souvenir la dernière fois qu'on m'avais fait un câlin comme ça.

« Merci pour tout Tomás. Vraiment. »

Pour conclure l'tout elle m'plante un bisou sur le joue et retourne vers l'entrée d'son hôtel comme si de rien n'était. J'passe ma main sur la dite joue. Bordel... Mais qu'est ce que c'est que cette soirée ?! Rien n's'est passé comme prévu et pourtant... j'peux pas dire qu'elle se soit mal terminée. Au contraire j'dirais même. Je rejette un coup d'oeuil à la main où est écrit le numéro de Savannah. J'souris et m'tourne vers elle, elle sur le point d'ouvrir la porte.

"Sav'!"

Trop familier ? Peut-être, mais sur le coup j'm'en fiche.

"On se reverra! Compte là-dessus, Clóicín Dearg!"

Et sur ce j'remet mon casque et démarre ma moto au quart de tour. J'reprend la route en direction d'chez Andrew, en espérant qu'les sangsues aient pas profité d'mon absence pour lui rendre visite. Quelle soirée tout d'même... et j'compte bien tenir parole et revoir Savannah. Tout ça promet d'être intéressant.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The lost red riding hood [Livre II - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
The lost red riding hood [Livre II - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I need a new direction, Cause I have lost my way ▬ [Livre II - Terminé]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Edimbourg
 :: Port de Leith :: Chez Andrew
-
Sauter vers: