AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Into the void [Livre II - Terminé]
MessageSujet: Into the void [Livre II - Terminé]   Mar 3 Fév - 21:31

Le 14 Janvier 2018

Mes yeux parcourent les contours d'une silhouette masculine, à quelques mètres de moi. Noyée dans la foule, l'homme ne s'est pas rendu compte que je lui suivais depuis quelques temps désormais. Trop discrète, trop expérimentée. Mon assurance n'est pourtant pas excessive ; mon expérience m'appelle toujours à rester sur mes gardes, quoi qu'il en soit. Je sais de quoi je suis capable mais je sais aussi que je peux rencontrer plus doué, plus fort que moi. Et en général, j'arrive à m'en rendre compte. Ca n'a pas l'air d'être le cas concernant ma cible de ce soir. Il marche d'un pas assuré sur les trottoirs assez encombrés. Malgré l'heure tardive, la rue n'est pas bondée mais tout de même bien animée. Jamais espion n'a eu meilleur allié que la foule, la jungle urbaine. Camouflage parfait si l'on sait rentrer dans le moule sans l'adopter entièrement. L'adopter aux yeux de tous, mais pas au siens. Ne pas se laisser parasiter. Je marche donc d'un pas rapide, mais pas assez pressé pour réduire la distance ou me faire remarquer. Je suis habillée de la manière la plus banale qui soit tout en restant sobre. Jean et pull sombre, près du corps. Je retrouve un peu ce soir ce que je faisais avant. Dans une autre vie, pas entièrement différente de celle que j'entame aujourd'hui, mais tout de même. J'ai conscience de mes nouvelles responsabilités et de ce qui en découle. Peut être pas encore totalement, mais j'estime tout de même avoir une meilleure vue d'ensemble qu'il y a quelques jours. Déjà deux semaines… Mon temps relativement bien rempli, je vois difficilement le temps passer, pourtant l'évolution sur le plan personnel commence bien à être là. La douleur et le trouble, quand je prends le temps de me poser, quand Elle me revient en tête, sont toujours là, mais j'arrive désormais à composer avec. Comme je le pensais, me replonger dans des fonctions purement professionnelles m'ont aidé. Sans dire que je suis revenue pour de bon au fantôme que j'étais avant cela, j'ai passé ce cap court mais violent où je nageais dans l'océan d'un côté humain que je ne connaissais pas, qui me faisait peur d'un certain point. Les choses avançaient.

J'avais quitté un peu plus tôt l'un des rescapés du combat que nous avions mené lors de la mort de Krystel contre une poignée de vampires rebelles. Nous nous étions déjà organisés il y a quelques jours, et tout se mettait en place. Recrutement, renouvellement au niveau de l'armement… Nous avions l'air pour le moment sur une bonne voie de ce côté là. Le reste… Je trouvais le monde toujours aussi chaotique et inquiétant au niveau de ce qu'il présageait pour l'avenir. Les élections législatives auraient un rôle important à jouer, elles ne concernaient pas seulement les humains. Tout le monde vivait sur le même sol, dans la même galère, et chaque chose impactait chacun. Je réfléchissais à comment agir au mieux pour repousser la guerre. Me frotter officieusement aux politiques, comme je pouvais avoir à le faire travaillant pour la CIA. Ou autres.. Ce n'était pas le propos pour le moment, j'étais plus concentrée sur ma filature que sur autre chose.

L'homme bifurque, s'éloignant quelque peu de la grande avenue. Toujours de loin, je suis là, je suis, j'observe, ombre silencieuse, ombre en pleine lumière mais pourtant toujours aussi peu remarquable. Il s'engouffre dans un bar qui a également l'air de faire boite de nuit. J'attends un peu, faisant mine de consulter un sms totalement inexistant sur mon téléphone avant d'emprunter le même chemin. J'entre, au moment où il s'assoit à une table non loin du comptoir où un autre homme avait l'air de l'attendre. Parfait. Je ne suis jamais loin, sans lui accorder un seul regard, je prends place sur un des tabourets du comptoir, tournant résolument le dos à ma cible. En faisant attention tout de même à pouvoir attraper au vol quelques mots de leur discussion, bien que ce soit avant tout leur identité qui m'importe. Je commande un verre d'un ton faussement distrait. Whisky. Et je contiens bien ma surprise lorsque je reconnais la jeune femme blonde et souriante qui vient m'apporter ma commande…

_________________

Awards & co:
 
Erin Danvers

Journal Intime
Spécialisation: Tireuse
Points de vie : 17
Coups du Destin: 16
« Ne reste que l'odeur du sang »
Messages : 3191
Membre du mois : 26
Je crédite ! : Ava (c)SWAN // Signa (c) Hotmess / Gif : tumblr / Spoiler : Kanala
Localisation : Dans l'Ombre
Caractère : Fiable - Patiente - Acharnée -Pragmatique - Manipulatrice - Cinyque - Ne fait pas dans la dentelle - Caméléon - blessée
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Concentrée
Autres comptes : Leah Rivers & Eva Raederer

« Ne reste que l'odeur du sang »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2536-erin-danvers-born-to-kill-dispo http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2537-erin-danvers-born-to-kill
MessageSujet: Re: Into the void [Livre II - Terminé]   Dim 8 Fév - 15:58

    Je me passais de l'eau sur le visage et fermais un instant les yeux. Mince, j'avais mis des chaussures confortables, mais j'avais quand même les pieds en compote. Et je sentais poindre une migraine de mauvaise augure. Sauf que j'avais encore quelques heures de service à faire et que je ne pouvais pas me permettre d'avoir mal à la tête. J'avalais rapidement un cachet, défis ma queue de cheval et passais mes doigts dans mes cheveux pour les recoiffer sommairement. Je les attachais de nouveau, avant de m'éponger le visage avec de l'essuie main. Il ne manquerait plus que mon mascara ne coule et que je ressemble à un panda tiens ! Ici, il n'y avait pas de place pour le laisser aller. Je n'étais pas sur mon 31, mais je devais être jolie au moins. Sexy si possible. Jupe courte, chemisier échancré, talons... Talons pas trop hauts, parce que sinon, au secours ! Je retirais les chaussures et massais mes pieds. Mince, il y avait bien une ampoule. Je fouillais dans la petite armoire à pharmacie des toilettes du personnel et pris un pansement que j'appliquais en prévention. Bon, c'était un peu mieux.

    Je me regardais une dernière fois dans le miroir, d'un air déterminé et je rejoignis la salle.

    Je repris mon service. C'était souvent bondé. Ce lieu marchait vraiment bien et j'avais rarement un moment de libre. C'était pas trop mal payé, je devais le reconnaître. Et ça m'aidait à entretenir ma ligne tellement je courais dans tous les sens. Et ça me faisait travailler ma mémoire également. La seule chose qui me gênait, c'étaient vraiment les regards salaces des clients, les mains baladeuses et les commentaires déplacés. Ce n'était pas la majorité, heureusement, mais cela arrivait encore trop à mon goût. La plupart du temps, je me contentais de rester souriante, sans me braquer ou sans faire attention.

    Je virevoltais entre les clients, prenant les commandes et amenant les verres, bouteilles et autres. Et puis Pete me demanda d'amener un whisky à une femme au bar et là, alors que je lui dépose avec un grand sourire, je marque un temps de surprise. Oh, mais... Mais je la connais ! Comment oublier ce visage ? Je dois une fière chandelle à cette jeune femme et malheureusement, la dernière fois, je n'ai pas pu la remercier comme il se doit, ni même apprendre son nom. Et elle aussi m'a reconnue. Mon sourire revient sur mes lèvres.

    « Bonsoir. Quelle surprise ! Je n'aurais jamais pensé vous retrouver dans cet endroit. »

    Parce qu'elle n'avait clairement pas le profil de la clientèle habituelle, mais bon, chacun ses affaires et je n'étais pas profiler non plus !

    « Le whisky est pour moi, je vous dois bien ça pour la dernière fois. »

    J'avais très envie de discuter un peu avec elle, mais mon service n'était pas terminé. Je me mordillais la lèvre inférieure avant d'oser demander :

    « J'ai une pause dans 30 minutes... Vous auriez quelques minutes à m'accorder ? »

    Je ne voulais pas jouer les groupies, même si je l'admirais, mais je ne voulais pas non plus passer à côté de l'occasion d'en apprendre un peu plus sur cette femme forte et déterminée qui ne se laissait pas marcher sur les pieds.
Eilih Campbell

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
An angel lost in hell
Messages : 583
Membre du mois : 35
Je crédite ! : (c) Eternal Lust (c) Solosand
Localisation : Edimbourg
Caractère : Enjouée, impulsive, méfiante, sociable, fantasque, imaginative, peu concentrée, ayant du mal à accorder sa confiance, artiste, optimiste
Autres comptes : Nico & Dante

An angel lost in hell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Into the void [Livre II - Terminé]   Jeu 12 Fév - 18:39

Je prenais rapidement le temps de détailler l'endroit dans lequel je venais de m'assoir. Il n'était pas bien différent d'un autre du même type, sa banalité était évidente. Même si les apparences peuvent être trompeuses, il n'y a qu'à voir la tête de certains clients ; hommes bourrus dont le seul talent est d'enfiler les verres d'alcool et d'énerver les serveuses avec des commentaires ou des gestes déplacés. Musique forte, assourdissante, également idéale pour les conversation délicates que l'on pouvait éventuellement tenir à l'abri d'oreilles indiscrètes dans un tel boucan. Lumières criardes, musique criarde. Je n'avais pas à apprécier ou non ce genre de lieu, je devais les fréquenter lorsque la nécessité m'y pousse. Un contact, ou au contraire une cible. Et dans tout les cas, je sais à quel point les rencontres intéressantes peuvent se faire aléatoirement, bien que je croie pas véritablement au hasard. Calculer, prévoir, anticiper, et s'adapter. Tout n'est qu'une suite logique de causes à conséquences, et à effets collatéraux. Les femmes seules ne sont pas spécialement majoritaires dans ce genre de boite et dans celle-ci en particulier, mais pas absentes non plus. J'ai donc totalement ma place, et me fondre dans le décor tel un caméléon fait de toute manière partie de mes compétences premières. Je parais normale, banale. Attitude commune au comptoir, jeune femme séduisante et blasée, seule, venue ici pour faire passer le temps. C'est le seul et unique message que je veux faire passer, et depuis longtemps ma couverture de banalité est rodée. Je boirai un fond, pas plus. Juste pour tenir le rôle que j'ai à jouer en permanence. Je tiens plutôt bien la boisson, mais lorsque je suis ainsi dans un lieu public, je ne m'y aventure pas. Le danger est partout, il peut venir de cette porte ouverte sur la rue, de l'homme derrière moi, des toilettes ou encore du fond de la salle plongé dans l'obscurité. Mais en l’occurrence, c'est la jeune femme blonde qui attire mon attention.

Et je sais qu'elle n'est pas un danger.

Je me rappelle brièvement de ce soir où je l'ai vue. Oh, pas longtemps, et seule mon excellente mémoire me permet de reconnaître aussi rapidement ses traits fins, avec tout ce qui a secoué mes jours entretemps. Elle se souvient de moi tout aussi rapidement. Aurai-je à ce point marqué son esprit ? Je ne me rappelle pourtant pas avoir fait grand chose. Une ruelle, ou quelque chose dans le genre, elle était aux prises avec quelques petits malfrats qui devaient la trouver sexy, et la pauvre ne s'en sortait pas. Ils me bouchaient le passage et ils pouvaient compromettre ma mission, alors que je l'ai aidée à se débarrasser d'eux. Ils n'ont pas fini mort, je ne pouvais pas me le permettre, mais assez amochés pour être incapables de lui faire du mal ou pour avoir comme seule envie de fuir. Une tueuse sait aussi utiliser la violence pour autre chose que simplement prendre des vies. Je ne me suis pas attardée plus, elle m'a remerciée et nous avons continué notre chemin. Alors, elle est serveuse ? Franchement, je ne pensais pas la revoir un jour, encore moins ici. Je lui offre un sourire.

« Bonsoir ! Moi non plus je ne pensais pas vous revoir... Vous travaillez ici donc ? »

Sans la dévisager, je la détaille rapidement. Cheveux attachés, tenue adaptée à l'endroit où elle travaillait sans pour autant être provocante, maquillage léger mais bien présent. La peau légèrement luisante. Eau ou transpiration ? Ou les deux ? J'affichais un air un peu gênée en l'entendant dire qu'elle voulait me payer le wisky.

« Oh non, laissez, je vais le payer... Ce n'était rien la dernière fois, c'était normal que je vous donne un coup de main dans cette situation. »

Cela m'était entièrement égal, mais je devais bien, encore une fois, réagir comme une humaine lambda. Je réfléchissais quelques secondes alors qu'elle me demandait si j'avais quelques minutes à lui accorder. Dans une demie heure... Quelque chose me poussait à accepter.

« Eh bien oui, pourquoi pas ! Vous voulez que je vous retrouve dehors ? Nous serons peut être un peu plus tranquilles. C'est comme vous voulez. »

_________________

Awards & co:
 
Erin Danvers

Journal Intime
Spécialisation: Tireuse
Points de vie : 17
Coups du Destin: 16
« Ne reste que l'odeur du sang »
Messages : 3191
Membre du mois : 26
Je crédite ! : Ava (c)SWAN // Signa (c) Hotmess / Gif : tumblr / Spoiler : Kanala
Localisation : Dans l'Ombre
Caractère : Fiable - Patiente - Acharnée -Pragmatique - Manipulatrice - Cinyque - Ne fait pas dans la dentelle - Caméléon - blessée
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Concentrée
Autres comptes : Leah Rivers & Eva Raederer

« Ne reste que l'odeur du sang »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2536-erin-danvers-born-to-kill-dispo http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2537-erin-danvers-born-to-kill
MessageSujet: Re: Into the void [Livre II - Terminé]   Jeu 19 Fév - 12:00

    Je fis une petite grimace des plus éloquentes quand ma sauveuse, nommons là superwoman pour le moment tiens, me demanda si je travaillais ici. Conclusion logique. Je n'avais pas honte de faire ce que je faisais, cela aidait à payer le loyer, c'était dommage que tous les clients ne soient pas respectueux. Et que les patrons soient du genre à vous aboyer dessus. En fait, que ce soient les employeurs ou les clients, tous vous prenaient de haut et se croyaient tout permis. Enfin, au moins, la sécurité était sensée empêcher que l'on se fasse trop tripoter. Je disais bien sensée, parce qu'il y avait des loupés. Ils étaient lents parfois. Et je me disais que ce serait quand même génial que je sache me battre comme superwoman. Parce que là, il me suffirait d'un coup bien placé pour avoir un effet dissuasif immédiat. Sauf pour les plus lents d'esprit. Parce que oui, même quand il était évident qu'ils allaient se prendre une branlée, certains mecs insistaient quand même... et se prenaient une branlée, comme prévu dés le départ. C'était d'ailleurs ce qu'il s'était passé dans cette fichue ruelle. Je détestais croiser des mecs en bande. Tous seuls, ils étaient moins lourds. Mais alors en bande, il y avait un phénomène de groupe qui se créait et là, les limites étaient repoussées. C'était comme ça que je m'étais retrouvée prise au piège parmi ces types. J'avais été tentée de faire demi-tour, mais ils m'avaient vu et je ne voulais pas non plus me faire courser. Alors j'avais traversé vaillamment. En vain.

    Et c'est alors qu'ils me chahutaient et commençaient à vraiment avoir les mains baladeuses qu'elle était arrivée et leur avait donné une bonne leçon, les mettant au tapis avec une facilité ahurissante. Cette nana là, elle savait se battre et c'était bien davantage que des cours de self defense. C'était pas de la défense, c'était de l'attaque. J'ignorais ce qu'elle faisait dans la vie. Peut-être dans l'armée ou la police ? Cela expliquerait ses capacités martiales. A moins qu'elle ai juste de la jugeote et ai compris qu'en vivant ici, avec toutes les bestioles surnaturelles qui traînaient et qui étaient bien plus fortes que nous, la meilleure défense, c'était encore l'attaque.

    « En partie. En fait, je bosse ici à mi temps pour arrondir les fins de mois... j'ferais pas carrière là dedans, je suis dessinatrice. »

    Je ne savais pas pourquoi, mais il m'avait paru important de lui préciser que j'avais un peu plus d'ambition que serveuse dans ce club. Même si beaucoup pensaient que dessinatrice, ce n'était pas un vrai métier. Ce qui me mettait toujours en colère. Parce que c'était quoi un vrai métier ? Pourquoi artiste n'en était pas un ? Certes, tous ne réussissaient pas à percer, mais cela demandait juste de l'audace et de la persévérance, alors que notaire ou médecin demandait juste une bonne mémoire et un peu de cerveau. Enfin bref, je cessais de divaguer intérieurement, pour lui proposer de lui offrir son verre, en remerciement. Sérieusement, je lui devais vraiment une fière chandelle ! Cela sembla la gêner d'ailleurs et je fis la moue quand elle refusa. Surtout quand elle ajouta que c'était normal. Là, j'eus un petit rire sarcastique :

    « Non, ce n'était pas normal. Cela ne l'est plus depuis longtemps. Maintenant, quand quelqu'un se fait agresser, violer, emmerder, les gens passent et détournent le regard ou sortent leurs portables et filment pour le mettre sur internet. »

    Je ne me faisais plus trop d'illusions à ce sujet. Les gens ne s'aidaient plus entre eux. Chacun sa vie, chacun ses emmerdes. Oh, je ne pouvais pas les blâmer, dans la même situation, je n'aurais sans doute pas fait la fière et je ne serais pas intervenue, mais j'aurais au moins appelé la police... Il fallait vraiment que j'arrête d'oublier ma bombe au poivre et que je la fourre dans mon sac moi.

    Je lui demandais alors si elle voulait bien que l'on discute, rapidement bien sûr. Pendant ma pause de 10 minutes, cela ne serait donc pas très long, mais il fallait encore qu'elle poireaute pendant tout ce temps. Elle accepta pourtant et je souris en hochant la tête.

    « D'accord. Merci et à toute à l'heure ! »

    Je m'éloignais d'elle, satisfaite de pouvoir lui parler. Les trente minutes suivantes passèrent assez vite alors que l'on m’interpellait de partout. C'était logique, plus on avançait dans la soirée, plus les clients consommaient. Finalement, je finis par sortir et ne fus pas étonnée de la voir qui m'attendait déjà. J'avais enfilé mon manteau, parce que mine de rien, il faisait un froid de canard. Heureusement que le patron avait quand même installé ces grands radiateurs d'extérieur pour ses clients fumeurs. Ce n'était pas mon cas d'ailleurs. Je rejoignis la jeune femme avec un nouveau sourire.

    « Désolée, je suis un peu en retard, c'est la folie ce soir. C'est toujours comme ça : quand on a un truc de prévu, on est retardé. »

    Je décroisais alors les bras et lui tendis la main.

    « Je m'appelle Eilih Campbell. Et vous êtes mon héroïne. »

    Je ris doucement avant d'ajouter, malicieuse :

    « Bon, j'exagère peut-être un peu, mais je vous admire et je suis ravie de pouvoir croiser votre route de nouveau pour vous remercier. La façon dont vous avez mis ces gros nuls au tapis... Si je savais faire le dixième de ce que vous faites, il y aurait moins de mains qui traîneraient sur moi ici. »
Eilih Campbell

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
An angel lost in hell
Messages : 583
Membre du mois : 35
Je crédite ! : (c) Eternal Lust (c) Solosand
Localisation : Edimbourg
Caractère : Enjouée, impulsive, méfiante, sociable, fantasque, imaginative, peu concentrée, ayant du mal à accorder sa confiance, artiste, optimiste
Autres comptes : Nico & Dante

An angel lost in hell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Into the void [Livre II - Terminé]   Ven 20 Fév - 20:56

Je ne m'attendais pas à telle rencontre en un tel soir et un tel lieu, mais j'accepte finalement sa demande de l'attendre une demie heure pour pouvoir discuter plus tranquillement. Pour autant, je ne reste pas assise sur ce pauvre tabouret tout ce temps ; j'en profite pour recaler un peu mon attention sur mon homme, et celui avec qui il converse. Ils ne restent pas bien plus longtemps, après avoir chacun fini leur verre, je les entends qui payent leur consommation. Ma vue périphérique les observe sortir du bar jusqu'à ce que la porte se referme derrière eux dans un claquement qui lâche un violent courant d'air dans la boite. Je ne sors pas, pas tout de suite. Je n'ai pas vraiment besoin de leur trace, j'ai simplement pu apercevoir la silhouette de l'autre homme, et l'ai enregistrée. Ce n'est de toute manière pas ma priorité pour le moment : j'ai une armée à bâtir, à organiser. Je ne suis pas seule, fort heureusement, mais les quelques hommes qui ont survécu à la dernière nuit de l'an 2017 ne sont pas suffisants pour reformer complètement une base solide. Seulement pour m'épauler, m'aider. On a réparti les tâches, mais je tiens à avoir un œil sur tout. J'ai confiance en eux, je sais que depuis le temps qu'ils se battent pour la couronne ils sont dignes de foi, mais je tiens tout de même à être au courant de tout, pour tout pouvoir mieux superviser. Je restais quelqu'un de fondamentalement rigoureux et organisé, quoi qu'il arrive. Si le monde plongeait dans la guerre, il fallait y être préparé le mieux et au plus tôt, tout en faisant tout pour repousser cette échéance. Je ressassais encore ces faits ainsi que les moyens d'action dont je disposais alors que je finissais mon verre tranquillement, comme si j'avais tout mon temps, comme si le monde avait tout son temps.

Je ne reste pas plus longtemps à l'intérieur. J'y étouffe, je m'y consume. Je paye rapidement les quelques pièces que valent mon verre, et me lève avant de repartir de ma démarche féline et silencieuse. Je n'aime pas ce genre d'endroit, je n'ai pas le temps d'en aimer beaucoup d'ailleurs. Je vais là où mon devoir m'appelle et fais ce qu'il me dicte. C'est tout. Tout ce qui a guidé mes pas jusqu'aujourd'hui, et qui les guidera jusqu'à la fin, jusqu'à la mort. Je marche un peu dans la rue, passe un coup de fil avant de revenir non loin de l'entrée du Charming Strip. Un coup d'oeil à l'heure ; plus que quelques minutes. Pourquoi ai-je accepté, déjà ? Par curiosité ? Parce que j'avais du temps à perdre, peut être ? Je soupire, tente de me mettre dans de meilleurs dispositions pour la jeune femme qui avait l'air tant heureuse de tomber sur moi à nouveau. Fondamentalement, cela m'importe peu, elle n'est rien pour moi, une rencontre d'un soir, à peine. A peine le temps de voir son visage, noyé dans l'océan de toutes les nuits que j'avais passé depuis. Y aurait il quelque chose à tirer d'elle ? Peut être. J'espère. J'espère que ce temps que je lui donne ne sera pas inutile et perdu pour ma mission principale. Les dernières minutes s'égrainent dans le sablier, et je reste ainsi cachée dans l'ombre, évitant les ennuis que certains passants pourraient avoir l'idée de me causer. Oh, je les en dissuaderai comme j'ai dissuadé ceux qui s'en prenaient justement à la jolie blonde, mais je n'ai pas le loisir ni l'envie de faire de vagues ce soir. Je me terre donc dans l'ombre, personne ne me voit, personne parmi les rares passants ne se doute de ma présence. Je suis un caméléon, après tout. La foule est mon terrain de jeu mais l'obscurité reste mon foyer. Un nouveau mouvement me tire de mes pensées, et je me détache alors que je la reconnais vite. Elle s'excuse pour son retard, retard que j'avais à peine remarqué. Je hausse les épaules.

« Ce n'est pas grave, ça arrive. Fin de service assez fatigante, je suppose ? »

Je laisse paraître ma surprise et mon amusement alors qu'elle me tend la main en me déclarant d'un ton presque solennel que je suis son héroïne. Eh bien qu'est-ce que je n'aurai pas entendu... Je me laisse partir dans un petit rire amusé, et lui serre la main.

« Anna, enchanté alors Eilih. »

Elle me complimente encore sur ce que j'avais fait la première fois que nous nous étions vues. Avais-je été un peu trop expéditive, avais-je montré un peu trop de mon savoir faire ? Ou était elle simplement vraiment reconnaissante et admirative ? Je n'en savais rien. Le tout est que je ne devais surtout pas lui mettre la puce à l'oreille me concernant. Bien que cette jeune femme avait l'air de l'innocence pure, je me garder le plus en sécurité de tout. Pas pour moi même, mais bien pour celle que je sers. Une partie de moi était toujours attachée à Krystel, mais sans l'oublier, sans la renier, car c'était de toute manière impossible, je me devais de songer désormais à Jana. Le fait est là : je sers toujours les même buts, les mêmes idéaux et je ne dois pas leur faire défaut. Ne pas lui donner mon vrai nom en fait partie, bien sûr. Cette tendance à sortir une nouvelle réponse à cette question était devenue naturelle chez moi.

« En tout cas, pour la dernière fois... Vraiment, ce n'était rien. Je veux dire, sûrement que nombre de gens vous auraient ignorée ou tournée en ridicule, mais ce n'est pas comme cela que je fonctionne. Même dans le monde dans lequel nous vivons, avec tous ces problèmes... Vous savez, tout s'apprend. »

_________________

Awards & co:
 
Erin Danvers

Journal Intime
Spécialisation: Tireuse
Points de vie : 17
Coups du Destin: 16
« Ne reste que l'odeur du sang »
Messages : 3191
Membre du mois : 26
Je crédite ! : Ava (c)SWAN // Signa (c) Hotmess / Gif : tumblr / Spoiler : Kanala
Localisation : Dans l'Ombre
Caractère : Fiable - Patiente - Acharnée -Pragmatique - Manipulatrice - Cinyque - Ne fait pas dans la dentelle - Caméléon - blessée
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Concentrée
Autres comptes : Leah Rivers & Eva Raederer

« Ne reste que l'odeur du sang »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2536-erin-danvers-born-to-kill-dispo http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2537-erin-danvers-born-to-kill
MessageSujet: Re: Into the void [Livre II - Terminé]   Mar 17 Mar - 20:46

    Elle avait failli me faire peur en sortant ainsi de l'ombre. Pour un peu, je serais passée devant elle sans même la voir ! Elle était discrète en tous les cas. J'étais heureuse qu'elle m'ait attendu malgré tout. Elle n'avait sans doute pas que ça à faire de sa soirée ! Surtout pour écouter une groupie inconnue lui faire une tonne de compliments dont elle n'avait que faire. Mais l'occasion était trop belle de lui faire part de ma reconnaissance et peut-être même d'en apprendre un peu plus sur ma sauveuse jaillie de nulle part et aussitôt repartie, comme ces super héros qu'on pouvait trouver dans les comics (comment ça j'ai trop d'imagination ? Bon, oui, un peu). Quoiqu'il en soit, j'avais pesté en voyant l'heure tourner alors que je finissais en retard et je fus soulagée de la retrouver même si elle manqua me faire peur en émergeant ainsi sans que je ne l'ai vu. Elle se montra pourtant compréhensive et je hochais la tête :

    « Oui, mais ça l'est toujours. Les clients affluent et consomment davantage vers la fin de soirée qu'au début. C'est aussi là qu'ils sont moins... gérables. »

    Je fis une petite moue en prononçant ces paroles, il était évident que je parlais là de ceux qui étaient éméchés et avaient des comportements indécents. La plupart du temps, cela se gérait simplement en les remettant gentiment mais fermement en place. Et dans quelques cas, il fallait passer à la vitesse supérieure et là, c'était un peu plus délicat. Bref, je lui serrais la main en lui avouant ce que je pensais d'elle, ce qui la fit rire. Bon, je venais peut-être de me ridiculiser là... mais bon tant pis, c'était fait et avoué au moins. Elle se présenta comme Anna et je souris, ravie de pouvoir enfin mettre un nom sur son visage. Et je continuais à la remercier. Parce que franchement, que quelqu'un ose intervenir auprès d'une inconnue pour la tirer d'un mauvais pas, ça forçait l'admiration, voilà tout ! Tant pis si j'en faisais trop ou que je la mettais mal à l'aise avec mes remerciements et mes étoiles dans les yeux.

    « J'ai eu beaucoup de chance que vous passiez dans le coin surtout... Déjà que je ne suis pas certaine qu'un mec se serait bougé pour m'aider, alors une nana... Au moins, vous ne vous laissez pas emmerder... »

    Et un mot m’interpella dans sa réponse : tout s'apprenait. Comme le self defense ? Ou carrément se battre ? Oui sans doute.

    « Je vais peut-être songer à apprendre quelques trucs pour me débrouiller toute seule... Au delà des relous de base, il y a des choses bien plus dangereuses encore qui rôdent... »

    J'avais croisé les bras sur ma poitrine, inconsciemment, comme pour me protéger de ces créatures qui rôdaient et dont je parlais... Les vampires, les loups-garous... Nous sortions de plusieurs années de guerre, qui avait été dévastatrice... Il y avait eu énormément de morts. Notamment chez les humains, qui n'avaient rien demandé à personne et se retrouvaient juste au milieu d'un conflit qui ne les concernait même pas... Si j'en sortais traumatisée ? Évidemment, comment ne pas l'être ? Et maintenant qu'une paix fragile était instaurée, je ne m'illusionnais pas : le danger était toujours présent, juste masqué.

    « Vous sauriez peut-être me conseiller à ce sujet ? »

    Un art martial particulier, une salle de sport, un dojo, enfin un endroit où apprendre quelques trucs, peut-être même là où elle, elle avait apprit après tout.
Eilih Campbell

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
An angel lost in hell
Messages : 583
Membre du mois : 35
Je crédite ! : (c) Eternal Lust (c) Solosand
Localisation : Edimbourg
Caractère : Enjouée, impulsive, méfiante, sociable, fantasque, imaginative, peu concentrée, ayant du mal à accorder sa confiance, artiste, optimiste
Autres comptes : Nico & Dante

An angel lost in hell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Into the void [Livre II - Terminé]   Dim 22 Mar - 18:37

Je repérais une petite expression de surprise sur le visage de la jeune femme lorsqu'elle me vit surgir de l'ombre où je me cachais pour la rejoindre dans la petite rue. Elle était jolie comme un cœur, vraiment, et semblait avoir de la volonté. Je n'éprouvais nulle compassion ou quelconque empathie pour elle, mais j'étais curieuse d'en savoir un peu plus sur elle, sur le personnage qu'elle était. La vie n'est facile pour personne depuis les années sanglantes, et je suppose qu'un job comme celui qu'elle fait ici, même en complément d'un autre, ne doit pas lui faire une vie bien rose. Je sais que je n'aurai pas supporté. J'avais grandi dans ma merde, j'avais connu beaucoup de choses. Mon travail était tout ce que je savais faire, tout ce que j'avais toujours été appelée à faire, et je n'aurai pu me trouver dans aucun autre domaine. Encore moins serveuse dans un bar/boite. Me connaissant, je n'aurai pas pu m'empêcher d'en mettre une grosse au premier type qui aurait eu un quelconque geste ou propos déplacé à mon égard. Et vu que dans ce genre d'endroit ils étaient tous à moitié ivres, ça aurait mal tourné. Quotidien éreintant, donc. Elle ne savait peut être pas se battre avec ses poings, mais elle avait sûrement de l'énergie à revendre. De la volonté. J'acquiesce, lui faisant part d'une partie de mes réflexions.

« Je me doute. Ca ne doit pas être facile... Je pense que je ne pourrai pas supporter, vraiment. Vous devez être forte. »

Oh, je devais l'être aussi. Mais tout ce que je faisais était guidé par un objectif, une idée pour laquelle je respirais et pour laquelle j'endurerai tout. Je ne supporterai pas de vivre sans but, sans rien. La vie humaine est si fragile, si futile. C'est peut être cette certitude qui a guidé mes pas depuis le fin fond de l'alabama jusqu'ici. Cette certitude que tout pouvait s'arrêter, et que je devais donc y donner un sens au plus vite. Souffrir sans but, vivre sans but, c'était pour moi improbable. Peut être en avait elle un, d'objectif, qui la poussait à se lever chaque matin et à venir faire son service ici, humiliée par des hommes devenus bêtes par la boisson ? Je n'en savais rien, au final. Non, vraiment rien. Peut être avais-je jugé trop vite... Et peu importe, en fait. Je finirai bien par le savoir. En tous les cas, je ne pouvais m'empêcher de rire, après ce qu'elle m'avoua... je ne m'y attendais pas, et sans dire que ça me touchait, cela me surprenait. Non, je n'avais pas pour habitude de fréquenter des gens... vivants. Je mentais toujours, en ce qui concernait mon identité. Le premier nom qui me venait à l'esprit. Ce camouflage constant était devenu instinctif, naturel. IL faisait parti de moi. Un nom, ce n'est rien, une étiquette que l'on colle sur un visage pour mieux s'en souvenir. Si l'on veut limiter les traces laissées, il faut commencer par changer l'étiquette.

Elle rebondit sur mes paroles, lorsque je lui dis que tout s'apprend. Bien sûr que tout s'apprend. Certaines choses pour certaines personnes plus facilement. Certains n'arriveront jamais aussi bien que d'autres. Mais tout le monde peut arriver à un petit quelque chose. La volonté est une arme très puissante. Elle veut apprendre. Elle est réaliste. Elle sait que la prochaine fois, ce ne sera peut être pas une bande d'enfoirés standard.

« Vous avez raison. Avec tout ce qui rôde aujourd'hui sur cette terre, le danger peut toujours être présent. Même si... même si nous sommes en paix. »

Y croyait elle à cette paix, ou était elle aussi réaliste sur ce point là ? Elle me demande des conseils. Je lui offre l'ombre d'un sourire.

« Je crains être mal placée pour vous donner une adresse, si c'est cela que vous entendez. Sinon... Oui, je peux peut être vous aider sur certains points. »

_________________

Awards & co:
 
Erin Danvers

Journal Intime
Spécialisation: Tireuse
Points de vie : 17
Coups du Destin: 16
« Ne reste que l'odeur du sang »
Messages : 3191
Membre du mois : 26
Je crédite ! : Ava (c)SWAN // Signa (c) Hotmess / Gif : tumblr / Spoiler : Kanala
Localisation : Dans l'Ombre
Caractère : Fiable - Patiente - Acharnée -Pragmatique - Manipulatrice - Cinyque - Ne fait pas dans la dentelle - Caméléon - blessée
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Concentrée
Autres comptes : Leah Rivers & Eva Raederer

« Ne reste que l'odeur du sang »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2536-erin-danvers-born-to-kill-dispo http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2537-erin-danvers-born-to-kill
MessageSujet: Re: Into the void [Livre II - Terminé]   Mar 31 Mar - 19:49

    « Forte ? »

    J'émis un petit rire. Je ne me voyais pas du tout ainsi. Il ne m'avait jamais traversé l'esprit que je puisse être forte à jouer la serveuse dans un bar où les mecs étaient davantage là pour mater les filles que pour vraiment consommer. Et encore, elle ne savait pas que je dansais aussi, en petite tenue, autour d'une barre... C'était une discipline stricte et rigoureuse, mais dans ce genre d'endroit, c'était bien plus tendancieux. Même si je ne laissais personne me toucher et que je n'étais pas un call girl ou une pute, je m'exhibais et il était facile de me prendre pour ce que je n'étais pas : une allumeuse (Torben, c'est pour toi xD).

    « Non, juste... résignée ? »

    Voilà. C'était plutôt le terme. Je me taisais et j'endurais. Enfin, dans la limite du raisonnable, quand ça allait trop loin, je me rebellais et la sécurité intervenait.

    « Et puis, il y a la sécurité pour ceux qui ne respectent pas les règles. »

    Quoique, des fois, il leur en fallait du temps pour intervenir. Après tout, ce n'était pas la mort si on se faisait un peu tripoter, il fallait aussi que le client soit satisfait. C'était ainsi que j’interprétais le discours un peu ambigu du patron. Il défendait son personnel féminin et il n'aurait pas permis que cela aille trop loin, mais nous ne devions pas non plus faire une maladie parce qu'on se faisait un peu caresser. Que nous étions prudes voyons ! Il y avait presque là de quoi nous dégoûter des hommes. Heureusement, je ne les mettais pas tous dans le même panier. J'en connaissais des formidables !

    Mais quoiqu'il en soit, une femme forte, c'était elle, pas moi. Je me demandais quel métier elle pouvait bien exercer. Quelque chose qui collait à une femme de poigne. Rien qu'à son visage ou à l'éclat de ses yeux on devinait la nénette qu'il ne fallait pas emmerder. Dommage que les hommes ne regardent pas forcément à ces endroits là. Parce qu'elle était une jolie femme, avec une silhouette fine et athlétique. La silhouette de quelqu'un qui faisait du sport, pas d'un mannequin anorexique. Alors forcément, elle me faisait rêver, comme une sorte de modèle. Oui, c'était rapide. Mais mon imagination s'était emballée.

    Et je lui demandais alors conseil pour que je puisse moi-même apprendre quelques petits trucs pour me sentir plus en sécurité, moins dépendante des autres. Même si le terme sécurité était très relatif dans cette ville. Comme dans beaucoup d'autres. Et que quelques trucs ne feraient pas de moi une Buffy, je le savais bien, mais je me sentirais moins... démunie ? Il y avait déjà assez à craindre des dentus et des sacs à puces, sans avoir en plus à se préoccuper des humains normaux. Eux, je pourrais au moins gérer... Cela m'éviterai un vol, ou pire... un viol dans une ruelle sordide, un assassinat. Cela n'arrivait pas qu'aux autres et si je refusais de m'empoisonner la vie avec la peur, je ne pouvais ignorer les dangers et la cruauté de la réalité.

    Elle abonda dans mon sens quand je parlais des choses dangereuses qui rôdaient, non sans souligner que nous étions en paix. Le regard que je lui jetais était éloquent : je n'y croyais pas vraiment. Je n'arrivais pas à imaginer un monde où toutes ces races dangereuses pouvaient cohabiter.

    « Mais pour combien de temps ? Et quand bien même, il y a toujours des individus qui se moquent bien de paix et de trêves et qui n'en font qu'à leur tête... »

    Et qu'importent les conséquences. Non, je ne m'illusionnais pas. On ne tenait pas des loups en laisse. On ne limait pas les canines des vampires. Elle m'avoua alors ne pas vraiment connaître d'adresse, mais pouvoir tout de même me venir en aide. Une étincelle d'intérêt et de curiosité s'alluma dans mon regard.

    « Toute aide est la bienvenue ! Qu'est-ce que vous me proposez ? »
Eilih Campbell

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
An angel lost in hell
Messages : 583
Membre du mois : 35
Je crédite ! : (c) Eternal Lust (c) Solosand
Localisation : Edimbourg
Caractère : Enjouée, impulsive, méfiante, sociable, fantasque, imaginative, peu concentrée, ayant du mal à accorder sa confiance, artiste, optimiste
Autres comptes : Nico & Dante

An angel lost in hell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Into the void [Livre II - Terminé]   Dim 5 Avr - 19:37

Je pouvais peut être tirer quelque chose de cette jeune femme. Les individus les plus lambda sont parfois les plus précieux, car ils sont ceux que l'on ne regarde pas, que l'on ne suspecte pas. Oh, je n'allais pas lui dire qui j'étais ou ce pour quoi j'oeuvrais ; ce serait me mettre en danger, et elle aussi d'ailleurs ; mais elle pouvait tout de même m'être utile. Une serveuse, ça peut entendre des choses. Ou simplement, nouer de bonnes relations avec elle, de façon à ce qu'elle puisse me rendre un quelconque service si jamais un jour j'en avais besoin. Tout peut servir, j'en suis convaincue. Certes, mon temps est occupé, et j'en ai peu à dépenser, mais m'enfermer dans la construction dans cette armée sans continuer à développer autour n'était pas bon. Elle rit, alors que je lui dis, un peu plus sincèrement que tout ce qui peut sortir de mes lèvres d'habitude, qu'elle doit être forte. Un rire frais, vivant, comme j'en ai rarement sorti. Peut être, à une époque... Une époque révolue, en tout les cas. Je souris, joins un petit rire au sien. Non, je n'ai pas envie de montrer que je ne suis qu'un bloc de marbre, ce n'est pas bon pour ce que j'ai envie d'entreprendre.

« Résignée ? Je ne sais pas. Je pense que je ne supporterai pas, personnellement... Il n'y a pas que la force physique qui compte, vous savez. »

Heureusement. Elle devait avoir de la volonté à revendre, quelque chose. Je le sentais, quelque part. Il était clair que moi, je ne pourrais pas vivre cette vie, une vie quelle qu'elle soit d'ailleurs, car j'étais totalement incapable de m'intégrer à la société. De rentrer dans le moule. Je vivais dans la nuit, dans l'ombre et le secret. C'était tout. Plus facile comme vie ou non, je suppose que tout est une question de point de vue. Je hausse les épaules.

« Heureusement qu'il y a un peu de sécurité pour encadrer ça. Même si ça ne doit pas être parfait. Enfin, vous ne devez pas vous ennuyer je suppose. En étant serveuse, vous entendez des choses, non ? »

Aucune envie de faire une entrée diplomatique dans le sujet, je posais tout simplement la question de but en blanc. On verrait bien si elle comprendrait, si elle acquiescerait ou non. Elle avait l'air de tellement me porter dans mon estime, je pouvais bien en profiter. C'était surprenant, tout de même, je ne m'attendais ni à la revoir, ni à une réaction de sa part comme celle là. On ne m'avait jamais montré réellement de reconnaissance ou quoi que ce soit, et même si au fond je savais ce que valait l'admiration d'une jeune femme dans son genre, la surprise était tout de même là. Je ne la méprisais pas, non, comme je le lui avais dit, elle devait avoir sa force à elle, mais son sourire candide m'en arrachait un à moi aussi. C'était devenu rare, avec la guerre. Rare que je tombe sur quelqu'un qui sourie pour de vrai, qui ne cherche pas à mentir ou à manipuler. Elle n'était pas dupe non plus, j'en eus confirmation lorsqu'elle pointa le doigt sur la paix. Pour combien de temps, ça, je ne peux le dire. Pour moi, nous ne le sommes plus, et nous ne l'avons jamais été. Parce dans le monde où je vis il y a toujours une menace, un ennemi. Mon monde n'est pas le sien, et je ne veux pas gâcher sa vie avec. Mais ce n'est pas moi qui décide.

« Et il y en aura toujours. J'ai peur que ça recommence. Vous en pensez quoi, de tout ça, de ce surnaturel ? »

La délicatesse n'est décidément pas mon fort, ce soir. Tant pis. Je suis curieuse, et surtout, j'aime savoir qui j'ai en face de moi. Avoir une longueur d'avance sur son vis-à-vis, en toute circonstance, pour savoir quoi dire, comment prendre les choses. Elle n'était pas mon ennemie, mais cela restait vrai. Petit sourire en coin. J'ai aussi envie de m'amuser, ce soir.

« Tout dépend ce que vous voudriez apprendre, à quel niveau... Arme blanche ? Mains nues ? »

_________________

Awards & co:
 
Erin Danvers

Journal Intime
Spécialisation: Tireuse
Points de vie : 17
Coups du Destin: 16
« Ne reste que l'odeur du sang »
Messages : 3191
Membre du mois : 26
Je crédite ! : Ava (c)SWAN // Signa (c) Hotmess / Gif : tumblr / Spoiler : Kanala
Localisation : Dans l'Ombre
Caractère : Fiable - Patiente - Acharnée -Pragmatique - Manipulatrice - Cinyque - Ne fait pas dans la dentelle - Caméléon - blessée
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Concentrée
Autres comptes : Leah Rivers & Eva Raederer

« Ne reste que l'odeur du sang »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2536-erin-danvers-born-to-kill-dispo http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2537-erin-danvers-born-to-kill
MessageSujet: Re: Into the void [Livre II - Terminé]   Mar 28 Avr - 12:18

    Je hochais la tête. Oui, je savais qu'il n'y avait pas que la force physique, qu'il y avait aussi la force morale, mais en avais-je ? J'aimais à croire que oui, un peu... Après tout, j'avais vécu des années de guerre, sans me faire tuer. J'avais enterré mon père, mon petit ami... Deux deuils qui m'avaient terriblement fait mal, dont j'avais eu du mal à me remettre et pourtant, je m'étais battu pour ne pas sombrer dans la dépression, trop consciente que ma mère et ma sœur avaient besoin de moi, de quelqu'un qui prenait les choses en mains, qui ne se laissait pas envahir par la tristesse et l'apathie. J'étais devenue une jeune femme, qui croyait en l'avenir, en la vie. Je ne serais jamais plus la petite Eilih naïve et rêveuse, qui écoutait son père lui raconter des histoires, ou qui s'allongeait dans l'herbe aux côtés de son petit ami et se lançait dans de grandes discussions rêveuses. Mais je ne m'étais pas si mal débrouillée que ça. Etais-je un modèle de réussite pour autant ? Je n'exerçais pas un métier prestigieux, à la paie mirobolante. Quand je disais ce que je faisais, je ne lisais pas l'admiration dans les pupilles posées sur moi. Mais j'étais fière de vivre de ma passion. Même si je devais faire des sacrifices et qu'il n'était pas glorieux d'être serveuse dans ce genre d'endroit où les limites étaient un peu floues. Et encore moins danseuse...

    Je lui assurais quand même qu'il y avait un peu d'encadrement, même si ce n'était pas parfait du tout. Il y avait des ratés et on se faisait tripoter au delà de l'acceptable parfois, le temps que les agents de la sécurité se bougent les miches. C'étaient des mecs aussi, ils n'étaient pas pressés, ne comprenant sans doute pas l'humiliation qu'une femme pouvait ressentir en se faisant tripoter allègrement sans être consentante. Pourquoi les hommes pensaient-ils que parce qu'on était mignonne et serveuse/danseuse, on était une pute qui adorait se faire caresser ? De quoi être dégoûtée. Et j'admettais que ce que je voyais et vivais ici m'amenait à me montrer assez méfiante et sélective avec les garçons qui m'approchaient. Je préférais ceux qui ignoraient leur charme. Je préférais les garçons gentils et prévenants. Mais c'était rare de nos jours.

    « Beaucoup trop. Parfois j'ai l'impression d'être transparente. Les gens parlent et ne s'arrêtent pas toujours quand on est dans le coin. Et il y a des choses que je n'ai pas toujours envie d'entendre. »

    Je grimaçais, assez explicite. Mais oui, les langues se déliaient, surtout quand l'alcool était de la partie. Les gens faisaient alors moins attention à l'endroit où ils se trouvaient et à qui les entouraient. Et ici, il y avait de toutes les races, de toutes les origines. Des fois, je découvrais comme ça qu'une personne n'était finalement pas humaine. Difficile de distinguer les surnaturels de nous finalement. Est-ce que cette femme était intéressée par les rumeurs, ragots qui pouvaient circuler dans cet endroit ? Possible. Elle avait quelque chose de mystérieux. On m'aurait dit qu'elle était agent secret que je n'en aurais même pas été étonnée.

    La discussion dévia sur les êtres surnaturels, sur la guerre qui avait eu lieu, sur la paix fragile qui était en vigueur pour le moment. Pour le moment. J'insistais bien sur cette notion et elle me demanda mon avis sur tout cela. Je me mordis la lèvre, regardant autour de moi. J'étais assez prudente dans mes opinions.

    « Honnêtement, j'ai peur. Je ne pense pas qu'on puisse amener tout ce petit monde à se tenir tranquille, à s'intégrer à nous sans que cela ne fasse de vagues. Il y a eu une guerre, dévastatrice. Il y en aura d'autres. Et nous, les humains lambdas, on trinquera encore... Et j'en ai marre d'avoir peur, de trembler pour ceux que j'aime, de craindre qu'on m'arrache encore une personne à laquelle je tiens... »

    Je serais déjà un peu plus rassurée si je n'étais pas totalement démunie, même si je ne pensais pas faire le poids face à un vampire ou un loup... Mais peut-être gagner du temps, de quoi fuir, trouver de l'aide... Survivre simplement et ne pas être une gentille proie docile et amusante, qui crie et se débat, mais sans chance de s'en tirer.

    « Je voudrais juste avoir une petite chance... Ne pas trembler. Ne pas taper comme une fille, hurler, amuser juste ceux qui me sont supérieurs. Ne pas être pitoyable... A mains nues, c'est utile contre les racailles comme celles que vous avez chassé l'autre fois. Mais pas spécialement sur quelque chose de plus puissant... Mais me servir d'une arme blanche... Ce n'est plus me défendre, hein ? »
Eilih Campbell

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
An angel lost in hell
Messages : 583
Membre du mois : 35
Je crédite ! : (c) Eternal Lust (c) Solosand
Localisation : Edimbourg
Caractère : Enjouée, impulsive, méfiante, sociable, fantasque, imaginative, peu concentrée, ayant du mal à accorder sa confiance, artiste, optimiste
Autres comptes : Nico & Dante

An angel lost in hell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Into the void [Livre II - Terminé]   Jeu 30 Avr - 21:46

Tout était à prendre, finalement. J'étais de ceux qui pensaient que qui ne tente rien n'a rien, et même si je savais que je pouvais perdre beaucoup par là, cela m'avait déjà permi de gagner tout autant. Je suis là. Je l'ai sous mes yeux, dans un endroit à peu près tranquille, où je repérerais bien vite si quelqu'un nous écoute. Elle semble disposée à m'écouter, à me parler. Elle le fait ouvertement. Naïve ? Je ne sais pas. Peut être un peu. Que sait elle de moi, au juste ? Juste que je l'ai sortie d'un mauvais pas avec des petites racailles comme on en croise souvent de tout temps dans les ruelles obscures de nuit. Elle pensait apparemment que c'était uniquement le fait de ma compassion. Tant mieux, si ça lui permettait de me faire confiance et de me tenir un minimum en estime. Manipuler, utiliser les armes que l'on me donne ne m'a jamais inspiré aucun scrupule. Je suis là pour faire ce que je dois faire. Peu importe les moyens. Du moment que j'arrive au but. Cela ne m'empêche pas de commencer à apprécier la jeune femme, sans pour autant m'attacher à elle ou quoi que ce soit. Je me retrouve rarement en présence de ce type de personne. Si fraiche, si naturelle. Si... humaine. Je lui posais des questions ; j'espérais ne pas trop attiser sa curiosité ou sa méfiance, et gâcher tout le bel atout de départ que j'avais avec elle. Ca ne semblait pas être le cas, elle semblait apprécier cette discussion. Je me doutais qu'elle ne devait pas avoir la vie facile. J'essayais de cerner le type de personne qu'elle était ; ses idées, sa manière de réfléchir, sa position par rapport à tout ça. Un bar, c'est un lieu où les langues se sont de tout temps déliés. Certains ne font pas attention aux serveuses, ne se rendent pas compte qu'ils ne sont pas seuls, qu'elles ont des oreilles. J'avais déjà tenté de nouer des « amitiés » avec des gens travaillant dans des bars. Ces démarches avaient parfois fructifié, d'autres fois non. Peu importait, j'avais tenté. La jeune femme me confirme, en tout les cas, mes suppositions. Je me contente de hocher la tête.

« Je me doute. C'est fou, à quel point les gens sont inconscients, sous les effets de l'alcool. Certains vraiment rapidement. Quand j'étais petite, j'avais... des soucis avec mes parents. Comme ça. Je m'en souviens encore. C'est dans quel genre, les choses que vous entendez ? Si ça ne vous dérange pas d'en parler, hein. C'est juste de la curiosité. »

Je pourrais y revenir après, laisser un peu passer. Ce n'est pas grave, on verra bien. Au pire, si mon trop plein de questions la rebute, je changerai un peu de sujet avant d'y revenir... Ou même, je pourrai y revenir une prochaine fois, si j'arrivais cette foi sà garder le contact avec elle. J'ai posé une autre question, tout aussi importante. J'aime savoir à qui je parle. Si vous ne savez pas à qui vous parlez, vous ne savez pas comment lui parler. J'avais appris beaucoup de choses tôt, trop tôt. La violence, l'injustice, la faim, l'alcool, la mort. Cela, j'avais dû l'apprendre plus tard. Quand j'étais entrée à l'université, et quitté mon taudis pour rejoindre cet autre monde, étrange, inconnu. La cia m'avait perfectionné en tout, et m'avais replongée dans l'ombre où j'étais née, et qui, finalement, m'allait mieux que tout le reste. Le surnaturel, donc. Franchement, je ne pensais pas avoir affaire à une groupie des vampires, mais mieux vallait demander. Restait toujours ce qui n'en n'avaient rien à faire, et ceux qui les haissaient. Je poussais un soupir.

« Dans toute guerre, surnaturelle ou pas, les pires victimes, ce sont les civils, les humains lambda ici. Honnêtement, je ne sais pas trop non plus ce qu'il faudrait faire. La paix, elle est éphémère. Elle n'a peut être jamais existé vraiment, depuis la fin des années sanglantes. Il faudrait peut être que tout le monde accepte de s'assoir à une table et de discuter. Non pour moi... Le plus gros soucis que nous ayons, ce sont ces semis démons. »

Ok, je partais un peu dans tous les sens, et je restais vague. A voir ce qu'elle en retirerait, sur quoi elle choisirait de rebondir. Il fallait en tout cas qu'elle soit consciente que les semis démons étaient les ennemis les plus importants, aujourd'hui. Les ennemis communs, aux loups, aux humains, aux vampires. Je lui offre un sourire.

« Je dirai que tout dépend la manière dont vous vous en servez. Pas que pour ça, pour tout. Tout dépend le sens que l'on donne aux choses. A mains nues, oui, c'est toujours utile. C'est la base, je dirai. A savoir que des femmes, comme nous, au vu de votre gabarit, il ne faut pas miser sur la force brute. Contre un gros baraqué, il faut être rapide, agile, et savoir où frapper. Arme blanche ou mains nues, c'est la même chose. »

_________________

Awards & co:
 
Erin Danvers

Journal Intime
Spécialisation: Tireuse
Points de vie : 17
Coups du Destin: 16
« Ne reste que l'odeur du sang »
Messages : 3191
Membre du mois : 26
Je crédite ! : Ava (c)SWAN // Signa (c) Hotmess / Gif : tumblr / Spoiler : Kanala
Localisation : Dans l'Ombre
Caractère : Fiable - Patiente - Acharnée -Pragmatique - Manipulatrice - Cinyque - Ne fait pas dans la dentelle - Caméléon - blessée
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Concentrée
Autres comptes : Leah Rivers & Eva Raederer

« Ne reste que l'odeur du sang »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2536-erin-danvers-born-to-kill-dispo http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2537-erin-danvers-born-to-kill
MessageSujet: Re: Into the void [Livre II - Terminé]   Lun 18 Mai - 16:08

    Oh... Je fus surprise qu'elle m'avoue avoir eu des soucis avec ses parents à cause de l'alcool. Mais cela expliquait peut-être qu'elle ai décidé de se prendre en mains et soit devenue une femme indépendante et capable de se défendre seule, sans personne. Une enfance un peu difficile pouvait l'expliquer aisément après tout. Mais je me demandais forcément si c'était juste des disputes, du délaissement ou s'il y avait eu quelques violences envers une petite fille innocente qui n'avait rien demandé à personne... Elle me demanda alors dans la foulée ce que je pouvais entendre. Je réfléchis un instant avant de finalement confier :

    « Ça dépend. Des trucs grivois, des vantardises, mais aussi des discussions plus animées sur la politique, sur ce que chacun pense de tout ça, sur ce que chacun ferait... ou fera, l'alcool décuple le courage apparemment. Un courage qui s'évanouit en même temps que les vapeurs se dissipent hein. »

    Ah ça, j'en entendais qui refaisaient le monde, ou bien qui échangeaient quelques secrets, d'un air de conspirateur, s'arrêtant parfois quand j'arrivais et parfois pas. Je captais des fragments de ces échanges. Parfois, j'écoutais quand un mot attirait mon attention. Et parfois, quand cela parlait de sexe ou de choses du genre, j'essayais au maximum de penser à autre chose et de passer outre les rires gras.

    « Cela ne me dérange pas... Je veux dire, il n'y a rien de secret là dedans. Et rien qui ne me concerne. »

    Je haussais les épaules. Moi, je n'avais rien à me reprocher et si les gens étaient imprudents, ce n'était pas mon problème. Et quand elle me demanda ce que je pensais de tout cela, je décidais d'être honnête, sans être pour autant totalement radicale. J'étais gentille, mais pas totalement idiote et il était certaines opinions tranchées qu'il valait mieux garder pour soi. Cette femme avait beau m'avoir sauvé et être assez sympathique, elle posait pas mal de questions l'air de rien et je préférais garder une certaine prudence. Je ne lui faisais pas totalement confiance... je ne savais plus faire confiance après tout ce qu'il s'était passé. Les gens n'étaient pas ce qu'ils semblaient être, les apparences étaient trompeuses. Même cette femme qui m'avait sauvé pouvait ne pas être... humaine. Pourquoi pas après tout ? Difficile de différencier ce qui était humain de ce qui ne l'était pas malheureusement. Même si les vampires étaient plus facile à repérer.

    Alors je me contentais de lui dire que j'avais peur et que j'étais sûre que cela ne durerait pas. Cette paix était une vaste farce. Cela ne pouvait être durable. Les loups ne faisaient pas la paix avec les mutons. Je lui avouais avoir perdu des proches, sans préciser qui, dans quelles circonstances et par qui. Tout le monde avait du vivre des drames durant ces longues années de guerre. Mais nous n'étions pas prêts... Le serions-nous jamais ? Cette paix permettait-elle aux autorités de gagner du temps et de préparer une riposte, une défense, pour la prochaine fois ? Je l'espérais. Mais elle était d'accord avec moi sur cette paix étrange. Sceptique aussi.

    « Je ne suis pas certaine qu'une discussion soit suffisante... »

    Je ne voyais rien de susceptible de calmer le jeu. Hormis l'extinction du danger. Mais c'était une douce utopie. Néanmoins, je frissonnais quand elle parla des semis démons... Seulement imaginer qu'un démon... un vrai, comme dans les récits bibliques et ésotériques, puisse engrosser une humaine et créer... un rejeton démoniaque, c'était de la folie.

    « Mais que recherchent-ils ? »

    Le chaos ? Et après ? Comment on se battait contre des démons ? A coups de crucifix, d'eau bénite et de prières ? J'allais peut être devoir rafraîchir mes connaissances. Elle me proposa pourtant de l'aide pour apprendre à me défendre... J'étais intéressée, bien sûr, mais aussi sur la réserve... Entre se défendre et tuer... Il y avait un pas et je n'étais pas certaine d'être prête à le franchir. Elle temporisa mon inquiétude et je hochais la tête. Sûr que du haut de mon mètre 60, je ne ferais pas grand chose face à un gros malabar. Hormis être plus rapide, plus rusée et plus agile.

    « L'arme blanche a quelque chose de plus définitif... Mais... Vous m'apprendriez ? »

    J'attendais, le cœur battant.
Eilih Campbell

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
An angel lost in hell
Messages : 583
Membre du mois : 35
Je crédite ! : (c) Eternal Lust (c) Solosand
Localisation : Edimbourg
Caractère : Enjouée, impulsive, méfiante, sociable, fantasque, imaginative, peu concentrée, ayant du mal à accorder sa confiance, artiste, optimiste
Autres comptes : Nico & Dante

An angel lost in hell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Into the void [Livre II - Terminé]   Ven 22 Mai - 21:29

Je ne parlais jamais de moi. Moi, ça ne voulait rien dire. Tout ce que je disais, faisais, avait un intérêt. Aucune raison personnelle. Dites que cela n'existe pas, ou que les deux sont confondus, cela reviendrait au même. Pourtant, je dis la vérité. Je suis habituée à raconter de nombreuses choses sur moi, parfois inspirés de la vérité, car cela reste plus facile à gérer dans une conversation, plus naturel, mais raconter une histoire inventée de toute pièce au pied levé faisait partie de mes aptitudes. Inventer ou raconter ce que j'ai pu vivre il y a bien des années, quelle différence ? Ce n'était plus moi. Ca n'avait plus rien avoir. Oh oui, j'avais des souvenirs. Beaucoup de souvenirs. Quand je me penchais dessus, ce qui était d'une grande rareté. Tout était rangé dans un coin de ma tête. J'avais changé de bien des points de vue. Et même si le passé forge ce que je suis... Je m'en suis totalement détachée. Je pourrais parler avec froideur de mon enfance, ces années dans les taudis d'une grande ville d'alabama, comme si c'en était une autre qui l'avait vécue. Pourtant, j'y mettais là le ton de la confidence. Je donnais un peu, voire beaucoup, en espérant recevoir un peu plus de confiance en échange. C'est comme ça que ça se passe. Ne faire que demander aux autres ne mène à rien. Il faut s'ouvrir, se donner un peu, même si ce n'est que du faux. Le vrai... Le vrai ne rimerait à rien. J'acquiesce d'un signe de tête, alors qu'elle répond à ma question. Je ne vais pas en rajouter. Pas pour ce soir. Sinon, tout cela va commencer à lui sembler lourd, et je ne veux pas gâcher une opportunité s'il y en a une. Je poussais un soupir.

« Oh oui, l'alcool donne des ailes à certains, mais ça s'évanouit bien vite. Mais les choses sont quand même faites. Ou dites »

Je parlais d'expérience, personnelle ou non... Je savais ce qu'était capable de faire un ivrogne. Dire une langue quand il y avait eu assez d'alcool pour bien la délier. Moi, je m'en servais. Disons qu'Eilih subissait, plutôt. J'imaginais que son boulot pouvait vraiment être gonflant, à un certain point. Elle n'en n'avait rien à faire des affaires politiques, non plus. Comme elle me le disait bien, rien qui ne la concernait. Même si tout un chacun pouvait se retrouver embarquer dans une histoire qu'il n'a pas voulu, et que si la guerre qui gronde refait surface, les civils comme elle seront les premières victimes. C'est toujours ainsi, c'est invariable. Et elle n'est pas dupe ; cette paix signée sur du papier n'est qu'un voile aux conflits qui se trament dans l'ombre, n'attendant que d'éclater au grand jour.

Je pouvais être à peu près sûre, dans tous les cas, qu'elle était humaine. Un loup se serait battu avec plus de vigueur devant des humains, et un semi démon aurait sûrement fait utilisation de son pouvoir avant que j'arrive, puisqu'il n'y avait d'autre témoin, et donc, se serait dépatouillé aussi facilement qu'un lupin ou un nocturne de la situation. Elle avait perdu des proches, comme tous le monde.

« Parce que tout le monde n'est pas prêt à accepter qu'il faille partager, le monde, sûrement... Pendant ce temps, on détruit, on s'entretue, on fait couler le sang. C'est les deux seules solutions... »

Oui. Et si je vivais pour et de la guerre, je voulais la paix. Pour avoir la paix, il faut s'occuper de la guerre. La ralentir, l'écourter si elle n'est plus évitable, la gagner, car tout le monde n'était pas prêt à accepter celle que je défendais... Et pourtant. Elle était à mes yeux la seule à pouvoir imposer la paix à ce monde. Elle m'en avait convaincue. En attendant, le principal soucis restait les rejetons du Chaos. Ennemi commun aux vampires, loups, humains. Il fallait juste unir nos forces... Facile à dire. Je ne suis pas naïve, je ne fais pas preuve d'un grand optimisme. Sans tomber dans le pessimisme. Parce que je me battrai jusqu'à la fin, quoi qu'il en soit. Que cherchent ils ? Bonne question.

« Je suppose que si vous voulez une réponse, il faudrait aller leur demander directement. La ruine, le malheur, le pouvoir ? Sûrement tout ça. En tout cas, rien de bon... »

Non, rien de bon. Rien de ce que nous ne pourrions désirer. Tout cela la dépassait peut être, mais elle semblait quoi qu'il en soit déterminée à être forte, à savoir se défendre. C'est respectable. Je ne sais trop où me positionner. J'essayais, pour le moment, de lui donner par oral les conseils qui me venaient à l'esprit... Sa réponse vint assez naturellement, finalement. Je n'ai pas « d'école » à lui proposer pour qu'elle apprenne, alors, oui, elle me demande. Pour autant, ai-je le temps de m'adonner à ces occupations ? Je réfléchis un instant, et finis par reporter mon regard sur le sien. Il faut savoir faire des sacrifices, si on peut obtenir quelque chose par derrière. Pour cela, nous verrons plus tard...

« Ca peut se faire. Je ne vous promet pas d'être le professeur le plus pédagogue qui soit, je n'ai jamais vraiment fait cela, mais il faut un début à tout, non ? Il faudrait juste trouver un endroit approprié, et que vous me donniez vos disponibilités... »

Le lieu, le moment. Commençons par le commencement.

_________________

Awards & co:
 
Erin Danvers

Journal Intime
Spécialisation: Tireuse
Points de vie : 17
Coups du Destin: 16
« Ne reste que l'odeur du sang »
Messages : 3191
Membre du mois : 26
Je crédite ! : Ava (c)SWAN // Signa (c) Hotmess / Gif : tumblr / Spoiler : Kanala
Localisation : Dans l'Ombre
Caractère : Fiable - Patiente - Acharnée -Pragmatique - Manipulatrice - Cinyque - Ne fait pas dans la dentelle - Caméléon - blessée
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Concentrée
Autres comptes : Leah Rivers & Eva Raederer

« Ne reste que l'odeur du sang »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2536-erin-danvers-born-to-kill-dispo http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2537-erin-danvers-born-to-kill
MessageSujet: Re: Into the void [Livre II - Terminé]   Jeu 4 Juin - 13:56

    Je hochais la tête aux paroles de la jeune femme. Oui l'alcool déliait les langues. Et en trop grande quantité vous laissait totalement amnésique le lendemain. Perturbant. Enfin, je supposais, je n'avais jamais bu au point de me retrouver dans cet état, fort heureusement. Ce qui ne m'avait pas empêché de faire la fête bien sûr, j'étais jeune, j'avais des amis, je me laissais facilement entraîner, même si c'était plus compliqué maintenant avec mes boulots. Je devais jongler, cela laissait peu de place à l'amusement. Je me demandais ce que pensait mon interlocutrice. Elle m'interrogeais sur ce que je pouvais bien penser de tout cela, mais elle, elle se montrait prudente dans ses paroles, ne s'engageant pas vraiment. Était-elle en train de me tester ? De me sonder ? De déterminer si je valais le coup qu'elle perde du temps avec moi ? Peut-être. Je me montrais moi aussi prudente dans mes opinions. Je n'avais pas l'intention de tout déballer à de parfaits inconnus quand bien même ceux-ci me sauvaient la mise.

    De nouveau j'acquiesçais quand elle commenta en disant que tout le monde n'acceptait pas que l'on devait partager ce monde. Et je faisais plutôt partie de cette catégorie, même si je ne me battais pas pour cela. Je n'étais pas une guerrière, je n'étais pas violente. Mais je n'appréciais pas de devoir partager ce monde avec des créatures sanguinaires et malfaisantes. Les vampires n'étaient pas des créatures civilisées. C'étaient des prédateurs. Ils pouvaient bien faire tous les ronds de jambe du monde, ils avaient besoin de sang pour vivre. Et le Tru Blood n'était que de la poudre aux yeux, j'en étais convaincue. De même, les loups-garous étaient des bêtes sauvages, qui pouvait s'énerver en un claquement de doigt et devenir incontrôlables. Quant aux démons... Etait-il utile de m'expliquer ? Je me demandais pourtant ce qui les motivait. Une question à laquelle ma compagne du soir n'avait pas davantage de réponses, ne pouvant que supposer. J'esquissais un sourire sans joie.

    « Je passe mon tour. »

    Aller demander aux concernés ? Je tenais encore un peu à la vie quand même. Mais pourquoi couloir la destruction ? Quel intérêt de régner sur une terre ravagée ? Au moins, les vampires avaient besoin des humains pour se nourrir. D'où l'intérêt de ne pas nous éradiquer. Comme la vie était simple avant d'apprendre que tout cela existait. L'ignorance avait parfois du bon. Cela permettait une certaine insouciance. Mais depuis que ces monstres s'étaient dévoilés, tout était allé de travers et de mal en pis...

    Et là, j'entrevoyais une chance. Une chance de ne plus être une simple victime, mais de pouvoir agir, même un peu. De cesser de subir. Cette femme savait se battre. Elle pouvait m'aider. M'apprendre ? Peut-être... je me payais le culot de le lui demander. Qui ne tente rien n'a rien n'est-ce pas ? Mon innocence avait été piétinée de toutes façons... je n'avais plus rien à perdre, sinon la vie. Alors pourquoi ne pas essayer une méthode un peu plus offensive ? Même si je n'avais pas l'intention de me transformer en Xéna et de tout tuer, hein. Mais cesser de trembler de peur. J'étais suspendue aux lèvres de la jeune femme après lui avoir fait ma demande. Elle réfléchit, avant de finalement me dire qu'elle pouvait tenter. Je souris alors qu'elle m'avertissait ne pas forcément être une bonne prof, n'ayant jamais fait cela.

    « J'essaierais d'être une élève attentive et disciplinée. »

    Ce qui n'était pas mon fort à l'école, mais bon, là, c'était différent. C'était moi qui voulais.

    « Je vais y réfléchir. Je peux vous donner mon numéro de portable et prendre le votre, ce sera plus simple pour la suite, qu'en dites-vous ? »

    Elle accepta et nous échangeâmes nos numéros, avant de nous séparer, ma pause prenant fin.
Eilih Campbell

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
An angel lost in hell
Messages : 583
Membre du mois : 35
Je crédite ! : (c) Eternal Lust (c) Solosand
Localisation : Edimbourg
Caractère : Enjouée, impulsive, méfiante, sociable, fantasque, imaginative, peu concentrée, ayant du mal à accorder sa confiance, artiste, optimiste
Autres comptes : Nico & Dante

An angel lost in hell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Into the void [Livre II - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Into the void [Livre II - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]
» Mission Intrigue "Le Pacte des Loups" [Livre 1 - Terminé]
» Les démons de minuit [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Edimbourg
 :: Newtown :: Charming Strip
-
Sauter vers: