AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
L'honnête homme habite une cabane : le diable occupe les palais. [Livre II - Terminé]
Aller à la page : Précédent  1, 2
MessageSujet: Re: L'honnête homme habite une cabane : le diable occupe les palais. [Livre II - Terminé]   Lun 23 Mar - 23:17

Les bruits de lutte se font plus présents, plus violents. Des odeurs de sang parviennent aux narines de Roxane. Finalement elle perd patience, et se rue à l’intérieur de la cabane par la fenêtre sous laquelle elle était postée. Le verre se brise et elle atterrit à un mètre à peine d’une des ennemies présentes. Elle ne la connaît pas, mais a entendu son prénom donné par Maryana. Ash et Tom ont l’air de plutôt bien s’en sortir avec Maryana, bien qu’on ne puisse pas encore dire que ce soit plié. Profitant de son élan, la métamorphe bondit et vient percuter Fanny violemment avec son épaule. Son odorat perçoit le sang perdu par Jerry. Des blessures qui cicatriseront bien vite. Avantage certain des loups. Elle ne se fait pas de soucis pour lui.

Fanny semble inconsciente. Espérons qu’elle n’est pas morte. Roxane craint soudain de n’avoir pas jaugé sa force. Elle s’approche du visage de la semie-démone et la pousse légèrement avec le museau pour essayer de déceler une respiration. Respiration qu’elle sent, très faible mais présente. Parfait. Elle ne devrait pas se réveiller de sitôt. Elle s’apprête à se redresser pour aller filer un coup de main aux autres avec Maryana. Après tout c’est elle qui est le plus à craindre en théorie. Elle est censé être puissante, et se serait bien qu’elle n’ait pas le temps d’utiliser ses pouvoirs. Qu’est-ce qu’ils fabriquent, pourquoi ne l’ont-ils pas encore mise KO ? En quelques secondes Roxane comprend. Elle est en train d’utiliser son pouvoir. Elle contrôle les liquides, elle doit donc être capable de contrôler le sang. Elle doit être en train de les vider de leur sang. La métamorphe panique un peu, et jette un nouveau regard à Fanny étendue sur le sol, hésitant. Jerry lui a déjà bondi vers Maryana. Mais leur nombre est plus un désavantage qu’autre chose. Ils se gênent en essayant de ne pas la tuer. Suffisamment pour lui laisser le temps de se concentrer.

Soudain Roxane sent une douleur intense se répandre dans tout son corps. Elle a l’impression qu’elle va imploser. Dans un dernier réflexe, elle se couche sur Fanny comme un chien qui protègerait son maître. Seulement là c’est une louve qui protège sa prise. Si jamais elle perd connaissance, Maryana aura du mal à dégager le corps de Fanny de sous sa carcasse. Une louve pèse un certain poids. Elle n’a pas le temps de se demander si elle risque d’achever celle qui lui sert de coussin, elle n’a pas le choix. Sa vision se brouille, mais elle tient bon. Elle grogne en voyant à travers un brouillard de points noirs une silhouette s’approcher. Sa mâchoire claque dans le vide. Et la souffrance, dans ses veines. Son cœur qui va exploser. Est-ce qu’elle va mourir ? Est-ce que les autres sont encore en vie ?

HRP:
 

_________________


Disponibilité RP : Dispo ! Me contacter par MP si intéressé !  

~~~~~~~~~~~~~~~~


Fiche  -  Liens  -  RPs
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Enragé
Points de vie : 15
Coups du Destin: 7
Tu as fais de mon coeur un orphelin, C'est un pieu qui attend le tien
Messages : 3485
Membre du mois : 77
Je crédite ! : (c) Tatiana (c) Roxane
Vos Liens :

Autres comptes : Darren Stirling
Modératrice
Tu as fais de mon coeur un orphelin, C'est un pieu qui attend le tien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'honnête homme habite une cabane : le diable occupe les palais. [Livre II - Terminé]   Jeu 26 Mar - 20:50

Ma manipulation du sang du loup fonctionne de mieux en mieux : je vois la gueule de la bête se tordre en une sorte de rictus. Ou était-ce un signe qui me disait qu'elle se préparait à m'attaquer ? Car le temps que je me fasse la remarque, le loup a déjà planté ses crocs dans ma chair... J'ai mal, et mes mouvements de bras sont sérieusement ralentis.
Je n'ai pas une grande visibilité sur le champ de bataille, allongée que je suis au sol, avec une bête au-dessus de moi. J'entends des coups sourds, d'autres combattants doivent se joindre à la mêlée. Blessée comme je suis, je n'envisage plus qu'une solution pour m'en tirer : la fuite. Même si j'enrage, je ne pense pas être capable de défaire autant de loup-garous, même avec l'aide de Fanny... D'ailleurs, je ne vois pas du tout dans quelle situation elle est : j'espère qu'elle parvient à se défendre. Moi, c'est à grand peine que je repousse les attaques de mon assaillant.
Je suis vulnérable quand un deuxième vient se joindre à lui. Je suis incapable de repousser le coup de patte qui me décoche, et qui me meurtrit une nouvelle fois. Mais je réalise qu'il aurait pu facilement me tuer, s'il l'aurait voulu. Ils veulent me prendre vivante, et cela me confère un grand avantage, car moi, je n'hésiterai pas à les tuer.
Je sens le pouvoir de Fanny entrer en action, et sentir le Chaos me redonne de la force. Je perçois le sang des loups avec une plus grande acuité, et cela me suffit pour me donner un second souffle. J'active mon pouvoir à sa pleine puissance, tentant de faire exploser mes adversaires de l'intérieur. Je sens que les attaques se font moins virulentes. Ca marche ! Tandis qu'un nouveau loup, le quatrième ou le cinquième peut-être, j'ai perdu le compte, se rue dans la pièce, je parviens à repousser l'animal qui pèse sur mon corps, et à me redresser. Mon pouvoir ne durera pas éternellement, mais pour l'instant, mes adversaires souffrent. Ils sont trop nombreux pour que je puisse les faire exploser, mais si je me concentrais sur l'un d'entre eux, les autres en profiteraient pour se jeter sur moi...
Je jette un coup d'oeil circulaire sur la cabane, cherchant Fanny. Je n'aime pas ce que je découvre. Ma camarade est allongée sur le sol, inconsciente. Un loup est allongé sur elle, menaçant. Aller la déloger serait suicidaire.
J'aime beaucoup Fanny. Mais les semi-démons ne sont pas connus pour leur altruisme. Je sais que je ne pourrai pas retenir mes adversaires encore très longtemps. Mon pouvoir faiblira, ou leur volonté vaincra la douleur. Je ne suis pas loin de la porte. Je pourrais l'atteindre, et fuir. Dehors, mes chances de vaincre seraient plus élevées, avec toutes les rivières qui sillonnent la forêt. Je le sais, et les loups doivent le savoir aussi. Ils ne se risqueront peut-être pas à me poursuivre. Je peux m'enfuir. Mais seule. Cela implique d'abandonner Fanny à son sort, irrémédiablement. La mort, peut-être : elle est amochée, peut-être gravement, et je ne sais pas si elle est suffisamment importante pour que la Meute l'épargne. La captivité, sinon. Les loups ne la laisseront jamais retrouver la liberté. Elle est militaire, j'ai confiance en elle. Elle ne dira rien de compromettant.
Ce dernier calcul chasse toutes mes hésitations... Ou est-ce mon instinct de survie et mon individualisme ? Je ne sais pas. En tout cas, j'envoie une ultime déflagration de pouvoir dans les artères des loups, et dans le même temps, je cours vers la fenêtre. Je bondis à travers. Un éclat de verre entaille profondément mon bras, mais ce n'est pas pire que ce que les crocs des loup-garous m'ont fait subir.
Je me réceptionne à plat ventre sur le sol, sans grâce. Il n'y a que dans les films que l'héroïne achève ses sauts périlleux par une jolie pirouette. Le choc me coupe le souffle, mais je n'ai pas le temps de m'apitoyer sur mon sort. Poussée par l'adrénaline, je me relève aussitôt, et je me mets à courir. Nous avons croisé un ruisseau sur le chemin à l'aller, Fanny et moi, je m'en rappelle. Ce n'était pas très loin. Je dois l'atteindre.
J'y parviens et je m'immobilise, les pieds dans l'eau, prête à attendre mes éventuels poursuivants ici, là où j'ai l'avantage du terrain. Mais les minutes passent et je n'entends aucun bruit. Alors, je décide de retourner à la voiture. Vite, en courant. Je m'installe au volant et je démarre. Je n'attends pas Fanny : ce n'est pas la peine, je le sais.
C'est une catastrophe pour les semi-démons, qui viennent de perdre l'une de leur rares membres dotée d'un pouvoir utile et d'un entraînement. C'est une catastrophe pour moi, qui vais me retrouver à porter la responsabilité d'un échec et vais être encore plus seule face à Pandore.
Mais j'ai survécu. Et je suis libre. On n'attrape pas Maryana.

HRPG :
Spoiler:
 
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'honnête homme habite une cabane : le diable occupe les palais. [Livre II - Terminé]   Sam 28 Mar - 14:59

J'ai mal. Putain, qu'est-ce que j'ai mal. Mon sang commence à sérieusement me couler, et je sens sa chaleur se mêler à mon épaisse fourrure. Je n'ai pas besoin de le voir, je le sens. C'est tout. Ca fait mal. C'est horrible. Je n'avais jamais été aussi près d'un semi démon possédant ce pouvoir, en tout cas jamais été autant impactée par lui, et pourtant j'ai eu l'occasion de voir et subir beaucoup durant ces belles années de guerre, de mort et de sang. Mais je préfère saigner mes ennemis plutôt que l'inverse. Il faut renverser la situation, il faut agir vite, rapidement, d'un seul coup, pour avoir une chance de survivre. C'est nous qui sommes les attaquants, il n'est pas question de nous laisser abattre ainsi par nos proies. Nous sommes des loups. Des prédateurs. Il est temps aussi que les rejetons du Chaos s'en souviennent. L'un de mes acolytes me rejoint rapidement sur la semie démone que j'ai déjà commencé à amocher, mais qui en fait tout autant de son côté. La douleur est assourdissante, lente et d'une puissance innouie à la fois. Elle n'épargne rien, aucune des parties de mon corps, aucune de mes veines. Et je sens le Chaos d'une grande force qui émane de Watheerey. Et de Fanny. Fanny, bon sang. Ne pas y penser. Me concentrer sur ma proie à moi.

Le Loup tente d'assommer Maryana, et je me prépare à frapper juste après son coup. A deux, nous pouvons la faire sombrer dans l'inconscience. Nous sommes forts, entrainés, et je peux surmonter la douleur et l'écoulement inquiétant de mon sang pour attaquer. Il me reste des forces. On ne tue pas une exécutrice comme ça. Je vois mon coup partir.

Soudain, tout me lâche.

Ma vue se brouille, doucement, lentement, mes forces me quittent, et je n'arrive pas à finir mon geste. La semie démone vient de donner une impulsion particulièrement forte à son pouvoir. Je grogne, tente de toute mes forces de redonner de l'énergie à mon mouvement, mais déjà c'est elle que je vois bouger, à travers les voiles noirs qui dansent devant mes pupilles. Un regard au Loup qui m'accompagne. Retiens la. Frappe. Je me relève à demi, à l'instant où elle passe d'un coup la fenêtre. Mon frère est presque aussi abattu que moi. Elle est partie. Maryana Watheerey vient de nous filer entre les doigts. Mes saignements cessent progressivement, signe que la jeune femme s'éloigne. Elle a fui, alors qu'elle pouvait nous abattre. Elle nous a abandonné Fanny... Je ne m'en plains pas.

Je laisse la douleur, la frustration me gagner, et laisse mon lourd corps animal tomber sur le sol. Je reste ainsi quelques secondes. Pas longtemps. Je respire une ou deux fois, tourne ma tête vers Roxane, allongée sur Fanny. Je ne saigne plus, mais j'ai perdu beaucoup. Je me relève finalement, jette un coup d'oeil par la porte entrouverte ; l'autre a déjà disparu. Un regard aux autres ; il faut déguerpir. Je sors donc, fais quelques pas pour reprendre forme humaine. Les souffrances de la transformation s'ajoutent aux autres, mais je tiens bon. Je vais reprendre mes habits avant d'aller chercher la voiture que j'amène plus près. On ne va pas transporter le corps sur des kilomètres. J'ouvre la portière arrière et retourne aider les Loups et la métamorphe avec le corps de Fanny.

Beaucoup de sang a coulé, mais nous avons en partie réussi notre opération.

Et moi, j'ai des comptes à régler avec la jolie créature que nous chargeons dans le véhicule.

[HJ] : idem, si quelque chose vous gêne n'hésitez pas
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'honnête homme habite une cabane : le diable occupe les palais. [Livre II - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
L'honnête homme habite une cabane : le diable occupe les palais. [Livre II - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Le même homme, toujours dans un bar. [Livre 1 - Terminé]
» Anselme de Bastylle [Noble Serramirois, marquis prétendant][Aetius][Validé]
» L’Homme est-il un monstre ou le monstre un Homme ? [Livre II - Terminé]
» Philippe Esclavier - Il est plus facile d'être héros qu'honnête homme, héros nous l'avons tous été une fois. Honnête homme il faut l'être toujours.
» Le scélérat a ses vertus, comme l'honnête homme a ses faiblesses.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Edimbourg
 :: Alentours :: Ex-QG des Métamorphes
-
Sauter vers: