AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Tire la bobinette et la chevillette cherra [Livre II - Terminé]
MessageSujet: Tire la bobinette et la chevillette cherra [Livre II - Terminé]   Ven 12 Déc - 20:25


J’avais beaucoup potassé pendant les vacances de Noël. Les conseils de Philipp m’avaient travaillé. Je n’étais quasiment pas sorti des vacances. A part pour aller bosser chez Thomas bien sûr. J’étais aussi sorti faire des achats de Noël avec ma soeur. Et puis bien sûr les courses avec ma mère, et autres. Mais je n’étais pas sorti seul. D’habitude je courrais dehors dès que possible, et là, j’étais resté enfermé à lire et à surfer sur le net. Ma mère croit à un chagrin d’amour je crois. Grâce à Phil qui lui avait laisser entendre que j’avais des problèmes de mec qui passe l’adolescence. Si seulement ça pouvait être ça...

Ma soeur était au courant. Je lui avais dit pendant notre sortie shopping. Elle avait paniqué au début. Elle voulait tout raconter aux parents. Mais j’ai réussi à la convaincre de pas le faire. Elle a comprit comme quoi qu’il valait mieux pas en parler à ma mère, qui se remettait difficilement de la disparition de notre frère. Elle avait mis beaucoup de temps à accepter qu’il puisse être mort. Lui raconter ce qui s’était passé. Cette fille qui pensait qu’il pourrait peut-être avoir disparu délibérément, transformé en vampire ou devenu l’une de leurs poches à sang volontaires. Ca briserait le coeur de Murron. Sans ajouter le fait que la fille en question était une créature sortie tout droit des enfers, et qu’elle avait failli me buter. Non hors de question qu’elle soit au courant. Effie a fini par comprendre. Elle m’a promis qu’elle dirait rien, et qu’elle essaierait de m’aider.

Elle n’est pas souvent à la maison, avec les études et tout, mais déjà elle m’a écouté, et ça m’a fait du bien. Elle m’a conseillé sur des bricoles à acheter, pour ma sécurité. Puis elle est un peu calée en surnaturel, donc elle m’a filé des trucs à lire sur les semi-démons, et aussi sur les lycans. Phil voudrait que j’essaie de trouver un loup-garou qui accepterait de veiller un peu sur moi le temps qu’il règle son compte à la Semi-démone. Cette idée a pas vraiment plus à Effie. Elle m’a dit qu’ils étaient quand même d’une nature assez sauvage, et qu’elle imaginait assez mal un loup-garou servir de baby-sitter sans perdre patience. Pour la rassurer, et aussi pour me rassurer, j’ai lu presque tous les articles qu’elle m’a donnés. J’ai attendu la rentrée pour en parler à Sav. Je voulais pas la déranger pendant les vacances de Noël. Je lui ai envoyé un texto hier pour lui dire que j’avais un truc important à lui raconter, mais que je voulais pas en parler au lycée. Elle m’a dit de passer chez elle après son cours de violon.

Du coup j’suis devant la porte, une boule dans la gorge. Je viens de frapper, mais personne n’a répondu. Je regarde mon portable. Je suis un peu en avance. Elle avait dit 18h, il est que 50 en fait. J’ai essayé plein de fois dans ma tête, mais je sais toujours pas comment je vais bien pouvoir lui raconter ça. Par où commencer. « Alors tu vas pas m’croire, mais j’me suis fait agresser dans la rue par une SD. Tu sais les ennemis publics numéro un, ceux que la PES essaie d’exterminer ? Ouais exactement ça.» J’efface et je recommence. « Y a une tarée qui a essayé de me buter puis qui a finalement décidé de pas le faire. Elle veut m’aider à retrouver mon frère. Ouais celui qui est censé être mort. Elle croit qu’il est devenu un vampire, ou un truc comme ça.» Bof. Je sonne, au cas où personne n’ait entendu quand j’ai frappé. Rien. Je commence à regarder autour de moi pour me trouver un coin où m’asseoir en attendant, à l’abri du vent si possible. C’est à ce moment que j’entends la porte s’ouvrir.

_________________

Awards:
 


RP - Fiche - Liens
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Esquive
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
I'll soon be a man...
Messages : 320
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c)Roxie (c)Roxie
Autres comptes : Roxane Emerson
Double compte de Roxane - Modératrice
I'll soon be a man...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tire la bobinette et la chevillette cherra [Livre II - Terminé]   Jeu 25 Déc - 21:30

Darren & Isadora
Le 04 janvier 2018




Cela faisait déjà plusieurs semaines que je n’étais pas revenue chez moi. Je l’avoue, ça me faisait quelque chose, même si finalement je me rendais compte que je m’étais éloignée de cet aspect matériel. J’étais chez moi où se trouvait ma famille et elle était surtout à Wolfheaven qu’ici, dans cette maison en plein centre ville de Glasgow. J’aimais cette habitation, ne vous y trompez pas. Elle recèle de nombreux souvenirs. Je l’ai décoré moi-même, et ais passé beaucoup de temps à peindre les murs en différentes couleurs et à monter une bonne partie des meuble. Elle était telle que je l’avais voulu. Mais elle manquait à présent d’âme. Avec les deux crapules sur le domaine des loups, là où je venais d’aménager, et bien cette grande maison me paraissait bien trop vide. Je n’étais que de passage dans cette dernière. Je venais juste récupérer quelques affaires et attendre Savannah pour l’emmener passer la soirée avec nous et la nuit si elle le désirait. Cela faisait moins de quinze minutes que j’étais là quand j’entendis des pas se rapprochaient de ma porte d’entrée. Un jeune homme faisait crisser la neige et les graviers de notre allée sous ses chaussures. Je jetais un coup d’œil discret par la fenêtre pour analyser l’intrus et décider s’il était un danger, un ennemi, un ami, ou un étranger. Un simple coup d'oeil m’avait suffit à le classer dans la dernière catégorie, et du côté des inoffensif. Cela se voyait à la manière dont il se tenait ou encore de comment il marchait. Je quittais ma chambre à l’étage et descendais rapidement les escaliers pour le cueillir à mon entrée. Je le laissais frapper, plus par politesse qu’autre chose et attendis quelques minutes avant d’ouvrir. Je profitais de ce temps pour m’emplir les poumons de son odeur et vérifier olfactivement qu’il n’était vraiment pas un ennemi ou un allié à un ennemi. Parano ? Oui complètement. Quelle chance il y avait-il qu’au moment où je revenais chez moi, on vienne frapper à ma porte ? Je ne crois pas aux coïncidences, car, pour moi, elle n’existe pas. Il n’y a que des faits et uniquement des faits. Rien de plus, rien de moins. Je finis par me décider à ouvrir la porte après l’avoir fait mariner dans son jus. Mon regard est sévère et mon ton très froid alors que je lui dis Vous êtes sur une propriété privée. Vous n’avez rien à faire là. A moins que vous ayez une bonne raison d’être sur mon palier, je vous conseille de déguerpir. Je remettais d’un geste complètement anodin mes cheveux derrière mes épaules, dans une attitude vraiment distante et hautaine. Je ne le connaissais pas, et il n’avait rien à faire aussi. Je lui faisais comprendre gentiment avant de montrer les crocs. Car soyez en certains, je n’hésiterais pas à les lui montrer s’il continuait à empiéter sans raison sur mon territoire et celui de ma famille.


_________________



avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 19/24
Coups du Destin: voir profil Persé
N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas. Puise là ta force.
Messages : 1226
Membre du mois : 0
Je crédite ! : Avatar © pink friday
Localisation : Avec Hayden, ou Savannah
Caractère : Forte - Courageuse - Combative - Meurtrie - Endurante - Haineuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Indescriptible
Autres comptes : Perséphone Gallagher
Double compte de Perséphone - Fondatrice
N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas. Puise là ta force.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tire la bobinette et la chevillette cherra [Livre II - Terminé]   Mar 6 Jan - 16:03


Alors que je ne m’y attendais plus, la porte s’ouvre. Je me retourne, un sourire aux lèvres, m’apprêtant à voir Sav. Même si ce que j’ai à lui dire me pèse et que je vais en chier pour le dire, voir son visage me fait toujours plaisir. Ma bouche reste grande ouverte alors que je me retrouve face à sa mère.

Vous êtes sur une propriété privée. Vous n’avez rien à faire là. A moins que vous ayez une bonne raison d’être sur mon palier, je vous conseille de déguerpir.

Je la regarde avec des yeux ronds comme des billes qui clignotent en mode bug de cerveau. Pendant quelques secondes j’envisage de me barrer en courant. Je comprends un peu pourquoi Sav veut pas trop qu’on se voit chez elle. J’ai évidemment reconnu sa mère. J’ai vu sa tête dans les journaux déjà. Ca aide. Mais même sans ça, l’air de famille se voit. Elle sait juste pas qui je suis, sinon elle serait pas comme ça. Elle serait gentille avec un ami de sa fille, non ?

« Je... Heu... Bonjour Madame Valentyne...»


Avant de lui laisser le temps de me fermer la porte au nez, je respire un grand coup et me met à expliquer en parlant d’un coup beaucoup trop vite.

« J’avais un truc important à dire à Sav... Heu, à Savannah. Elle m’a dit de passer ici. Je suis désolé de vous avoir dérangée, je savais pas que vous seriez là. Elle m’a pas dit. J’suis en avance en plus. J’vais attendre dehors c’est pas grave.»

Ma prof d’Espagnol aurait fait son truc avec les sourcils en me demandant si j’avais eu mon train, si elle avait été là. J’avais débité tout à une vitesse folle, sans respirer, avec ma tête perdue et gênée.

_________________

Awards:
 


RP - Fiche - Liens
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Esquive
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
I'll soon be a man...
Messages : 320
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c)Roxie (c)Roxie
Autres comptes : Roxane Emerson
Double compte de Roxane - Modératrice
I'll soon be a man...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tire la bobinette et la chevillette cherra [Livre II - Terminé]   Jeu 15 Jan - 21:33

Darren & Savannah & Isadora
Le 04 janvier 2018




Je regardais le jeune homme qui se mit à débiter un flot de parole à une vitesse grand V. Il avait peur. Ca puait la peur et cela excitait complètement ma louve, ce qui ne manqua pas de m’énerver. En plus, il venait d’évoquer ma fille, parlant d’elle comme s’il existait une certaine proximité entre eux. Hors je ne le connaissais pas. Savannah ne m’avait jamais parlé d’un garçon tel que lui. D’ailleurs qu’aurait-elle pu lui trouver ? Il pouvait être éventuellement attirant dans le standard ado, allez savoir, seulement il dégageait une confiance en soi proche de zéro. Non vraiment, il ne pouvait pas être le genre de personne que pouvait fréquenter ma fille. D’ailleurs, son intelligente frôlait le zéro pointé. Il suffisait de voir ses réactions et son comportement. Ouais, Sav’ n’aurait jamais un ami tel que lui. S’il ne puait pas le mensonge, ce n’était pas pour autant que je le croyais. Surtout ces derniers temps, avec tout ce qui s’était passé, j’étais en mode parano et méfiante au possible. Ainsi lui dis-je d’un ton acerbe Ah? Parce qu’il est étonnant que la propriétaire d’une maison soit dans sa propriétaire ? Grand nouvelle que voilà. Quand à Savannah... C’est étonnant mais elle ne m’a jamais parlé d’un hypothétique petit ami. Vous sentez… La peur. Dites-moi, auriez-vous peur par hasard du grand méchant loup ? Je lui offrais mon plus grand sourire… meurtrier et diabolique, celui que je réservais à mes proies. Je fis un pas dehors, le forçant à reculer et s’écarter un peu de la porte. Je n’avais pas confiance en lui. Oh, il n’avait pas menti, je l’aurais sentie sinon. Seulement d’une part, je ne le connaissais pas. De deux, elle n’aurait oh grand jamais demandé à un inconnu de venir sur MON territoire. De trois, elle n’aurait oh grand jamais demandé à un GARCON de se pointer chez nous, alors qu’elle serait seule sans surveillance. J’avais confiance en ma fille, et elle savait très bien comment nous fonctionnions. Non, elle n’aurait pas fait l’erreur de faire venir quelqu’un que je ne connaissais pas chez nous, dans cet endroit qui était notre, pas alors qu’elle nous savait si territoriaux. Et envers la maison, Et envers elle. Si j’étais on ne peut plus ouverte au fait qu’elle fréquente quelqu’un, j’estimais tout de même avoir mon mot à dire sur la dite personne, et pouvoir tester avant son honnêteté. Protectrice ? Oui, et pas qu’un peu. Je suis une mère ET une louve. Le mélange des deux exacerbait complètement ce côté. Je refis un pas vers lui, un air on ne peut plus menaçant sur le visage. Je comptais bien le foutre à la porte de chez moi, en lui faisant la plus grande peur bleue de sa vie. D’ailleurs, je lui dis Un conseil. Si tu ne veux pas finir comme gouter, recule doucement et ne me tourne pas le dos Non pas une menace mais un avertissement. Je faisais « rouler » mon cou, faisant craquer mes cervicales. Ouais, je comptais lui faire encore plus peur, c’était le but. Je voulais que cela lui serve de leçon. D’ailleurs, je ne le lâchais pas une seule seconde du regard pour qu’il comprenne combien j’étais on ne peut plus sérieuse. Ce n’était pas dans mes habitudes de malmener des jeunes, au contraire. Mais j’avais appris que des lycéens s’en étaient pris à ma fille et cela m’avait fait revoir mon jugement. Je ne laisserais jamais personne toucher impunément à la prunelle de mes yeux, peu importe son âge. Elle était mon enfant, ma vie, mon joyaux et il était de mon devoir de veiller sur elle.

|Hj : Sav’ peut intervenir pour aider Darren à se tirer de ce mauvais pas Isa est en mode "Maman louve protectrice parano terrifiante" Ouais, rien que ça |


_________________



avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 19/24
Coups du Destin: voir profil Persé
N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas. Puise là ta force.
Messages : 1226
Membre du mois : 0
Je crédite ! : Avatar © pink friday
Localisation : Avec Hayden, ou Savannah
Caractère : Forte - Courageuse - Combative - Meurtrie - Endurante - Haineuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Indescriptible
Autres comptes : Perséphone Gallagher
Double compte de Perséphone - Fondatrice
N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas. Puise là ta force.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tire la bobinette et la chevillette cherra [Livre II - Terminé]   Ven 16 Jan - 20:21

Pour une fois, je rentre un peu plus gaiement que d’habitude.
J’avais pas trop croisé ou parlé à Darren aujourd’hui, et comme j’avais dû me sauver pour aller à mon cours de violon, tout ce que j’avais c’était son message. Ouais bon, il était pas super explicite, ni positif son message, mais ça avait l’air important pour Darren. Je me demande depuis hier ce qu’il pouvait bien avoir à me dire à l’abri des oreilles indiscrètes.
Du coup, j’lui avait dit de passer à la maison pour discuter tranquillement, après mon cours de violon.
J’espère juste qu’il allait bien. Et bon, je suis contente de le voir effectivement.

C’est en m’approchant de la maison que j’ai entendu maman. Tiens elle est là ?
Je reste bloquée un instant en voyant maman, dans l’allée, Darren en face. Maman visiblement en train de… de le menacer ? Et Darren... je tourne la tête pour le regarder. Ouais, flippé. Forcément. C’est logique. Avec euh… ma mère en face de lui en train de lui faire son grand numéro de grand méchant loup… sauf que c’était pas un numéro. Elle était sérieuse. Et méchamment. Elle lui a sérieusement dit qu’il allait finir en goûter ?? Depuis combien de temps ça dure ce petit jeu entre eux ? Bon, Darren n’a pas dû arriver y a bien longtemps, et maman ne l’a pas encore dévorée, ça ne doit pas faire si longtemps…

Mais… sérieusement ? Elle menace mon ami quoi ! Elle vient une fois tous les 36 du mois et elle fait flipper la seule personne que j’ai le malheur d’inviter à la maison ? Nan mais c’est une blague ?

Sans prendre le temps de réfléchir davantage, enfin si, je sais d’ores et déjà que maman ne va pas apprécier que je sois là à côté de lui si elle le considère comme une menace. Je sais que les loups protègent leur territoire et tout et tout… Autant calmer le jeu tout de suite…

Mais non, j’ai pas envie. Carrément pas. C’est Darren, en train de paniquer (ce qui doit bien aider maman, c’est sûr), alors qu’il avait juste envie, besoin de me parler. Une partie de moi a vraiment envie de parler calmement, d’expliquer à maman et de zenifier le tout. Mais cette partie est tellement minoritaire en ce moment…
Elle débarque à l’improviste et essaie de bouffer mon ami. Ca se fait absolument pas. Ouais, même si c’est sa maison, c’est pas faux… Mais ça ne change rien, je suis furax.

Je m’avance, passe à côté de Darren, en posant bien visiblement ma main sur son bras. Je lui souris.
« Salut. Tu m’excuses ? »

Et je me place devant lui, croisant les bras et regardant ma mère, qui était visiblement en train de s’échauffer… pour quoi ? pour le courser et le bouffer ??

« Bonjour maman.
T’es réellement en train de menacer Darren ? De terrifier une des seules personnes qui ne me fuit pas et avec qui je me sente bien ? »
Je secoue la tête, et enchaîne aussi vite. « Si j’avais su que tu serais là, je t’aurais prévenue qu’il devait passer. Parce que oui, c’était prévu. Oui, c’est moi qui l’ai invité. Oui, c’est un vrai gentil. Et peut-être que tu n’aurais pas pensé que c’est une menace.
Seulement, tu vois, ça fait des semaines que t’es pas passée une seule fois à la maison. Donc je pensais pas que ça poserait un quelconque problème d’inviter mon ami parce qu’il avait besoin de discuter. C’est aussi ma maison. Même si oui, dernièrement, je ne suis pas sûre que ce mot corresponde encore à cette habitation. »


Je sais que je vais le regretter, je le regrette presque déjà. Je sais bien, même si cette pensée est profondément enfouie, que c’est sa manière de me protéger, de protéger son territoire. Qu’elle ne pense qu’à mon bien. Mais…
Mais tout ça m’énerve tellement. Moi, je ne dois rien savoir, rien connaitre, rien apprendre. Elle, elle a le droit de régir ma vie, alors qu’elle n’y est même plus présente ? sous prétexte que c’est ma mère, que c’est une louve, elle a le droit de foutre en l’air le peu de paix et de bonheur que j’arrive à construire ?
Et parce que tu crois sérieusement qu’après tout ça, Darren ne va pas éviter de se retrouver à moins de 50m de toi ?


Dernière édition par Savannah Valentyne le Lun 11 Mai - 18:02, édité 1 fois
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défenseur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 5
A smile is the prettiest thing you can wear
Messages : 1119
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c) Kanala
Caractère : Abimée - Perdue - Renfermée - Triste - Anéantie
Humeur : Tel l'équilibriste sur son fil
Autres comptes : Lucy Matthews - Ania Kenway
A smile is the prettiest thing you can wear
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tire la bobinette et la chevillette cherra [Livre II - Terminé]   Jeu 22 Jan - 20:19

Darren & Savannah & Isadora
Le 04 janvier 2018




Oh, mais ce serait-ce justement pas l’odeur de ma fille que je sentais ? Pas de doute possible, c’était elle. Je pourrais la reconnaitre entre cent mille. Elle est la prunelle de mes yeux, le joyau de ma vie, comment cela aurait-il pu en être autrement. Je détestais par contre me rendre compte qu’il ne portait, justement, pas ma propre odeur. Ma louve s’en offusquait autant que ma part humain d’ailleurs. Il était vraiment temps que nous puissions de nouveau vivre tous sous le même toit. Elle était mienne, elle m’appartenait, et nous aimions que tous le sachent. Au moins Hayden avait laissé une empreinte sur elle, ce qui me rassurait légèrement. Aucun loup ne s’en prendrait à elle, ni verbalement, ni physiquement. Elle était notre, elle était sous notre protection et aucun ne désirerait s’attirait notre courroux. Oui, elle était notre et uniquement notre. Mon cœur s’emplissait de joie à la revoir, et à l’idée de pouvoir la serrer contre moi. Ma fille me manquait indéniablement. Elle avait beau me décevoir, me mettre en colère, m’inquiéter et tout ce que vous voulez, je l’aimais plus que de raison et je détestais être loin d’elle. Je n’avais jamais eu la chance d’avoir des parents proches de moi, et c’était quelque chose que je voulais offrir à mes enfants. Au côté de son père, elle avait toujours été très entourée, et n’avait pas douté un seul instant de l’amour que lui portait Clayton, et sa nouvelle épouse. J’espérais vraiment que c’était également le cas nous concernant même si nous nous voyons moins. Je détestais cette situation, mais je n’avais pas d’autres choix. Depuis que j’avais plié bagage à Wolfheaven, les incidents contre notre demeure avaient cessé. Il était question de la sécurité de Savannah, et je m’étais laissée écarter provisoirement pour son bien.

Lorsqu’elle se planta devant moi, toute furieuse, je ne pus m’empêcher de sourire, sourire qui grandit à mesure qu’elle s’énervait en me parlant. Les chats ne faisaient pas de chiens, et je me voyais complètement en elle, à défendre « les siens » bec et ongles. Oh, ce qu’elle me dit me blessa légèrement. Ce serait mentir de le nier, mais je mettais cela de côté trop heureuse de la retrouver. Me fichant complètement de lui mettre la honte ou je ne sais pas quoi devant, visiblement, l’un de ses camarades, je l’enveloppais dans mes bras et la serrais contre moi, prenant garde à ne pas lui faire mal. Je pris ensuite son visage en coupe dans mes mains et déposa un baiser sur son front, avant de, de nouveau la serrer contre moi. Ma petite fille. Ma petite Savannah. Range donc tes griffes, je ne l’ai pas mordu ni abimé. Je l’ai juste mis en garde. lui glissais-je à l’oreille, avant de m’écarter pour la laisser se dérober à cette étreinte. Je voyais déjà venir son « Je suis trop grande pour ça Mam’ », même si, je savais très bien qu’au fond d’elle, elle adorait toujours autant que je la prenne dans mes bras. C’était de toute façon plus fort que moi. J’étais sa mère et… j’étais une louve. Nous avions besoin de ça, de contacts physiques, comme je lui avais expliqué l’une des rares fois où j’avais accepté de lui parler de ma nature. Me tournant vers son camarade de classe, je m’écartais de la porte d’entrée, lui donnant l’occasion justement d’entrer dans notre maison. Si Savannah t’estime tant, au point de se brouiller avec sa mère qu’elle voit si peu ses derniers temps… Petit sous-entendu dirigé envers ma fille Sois donc le bienvenu Je fis une légère révérence, avec un moulinet de bras, comme à l’ancienne, en lui indiquant de venir se mettre au chaud dans la maison. Puis me tournant vers ma fille, redevenant sérieuse Puisque tu es occupée, et que tu ne désires pas de ma présence, je vais donc vous laisser. Je demanderais à Hayden de me ramener ce dont j’avais besoin. Ce n’est pas pressé, ça peut attendre. Ah et faut surveiller les muffins et les cookies qui sont dans le four. Ne laisses mas brûler comme la dernière fois. finis-je par lui dire, en lui faisant un clin d’œil. Si ma fille était une virtuose du violon, ce n’était pas du tout le cas en cuisine. Et pourtant ce n’était pas faute d’avoir essayé de lui apprendre. Je récupérais mes clefs de voiture sur le comptoir de l’entrée, et pris la direction du garage. Cela me tuait de laisser Savannah derrière moi, alors que je nous avais prévu quelques heures ensembles. Bon sang, elle était ma petite fille. Seulement, la rigolade était terminée et ses paroles assez dures me revenaient en pleine face. Elle me reprochait une absence dont je n’y pouvais rien, et en même temps, ma présence dans notre demeure. A bien y réfléchir, son message était très clair : elle ne voulait pas me voir, alors je n’allais pas m’imposer, même si je comptais rester dans le coin, jusqu’à ce qu’Hayden arrive. Il était hors de question que je parte alors qu’elle était seule, chez moi, qui plus est avec un garçon que je ne connaissais absolument pas et qui ne serait pas apte à la protéger en cas d’ennui. Je comptais juste garer ma voiture quelques rues plus loin et me cacher dans le jardin, au cas où.

|| Hj : Vu l'accueil de Sav, je me suis permise de rep avant toi Darren, vu qu'Isa aurait tout de suite réagit ;) ||


_________________



avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 19/24
Coups du Destin: voir profil Persé
N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas. Puise là ta force.
Messages : 1226
Membre du mois : 0
Je crédite ! : Avatar © pink friday
Localisation : Avec Hayden, ou Savannah
Caractère : Forte - Courageuse - Combative - Meurtrie - Endurante - Haineuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Indescriptible
Autres comptes : Perséphone Gallagher
Double compte de Perséphone - Fondatrice
N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas. Puise là ta force.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tire la bobinette et la chevillette cherra [Livre II - Terminé]   Mar 3 Fév - 20:46



Je me ratatine de plus en plus, et commence à reculer face à la mère de Sav qui me répond avec un air sarcastique, et un sourire malveillant qui me fiche la frousse. Elle n’a pas cette folie qu’avait la semi-démone qui m’a agressé dans les yeux, pourtant elle a quelque chose qui me fait ressentir cette même peur. Cette peur qui fige sur place. Je ne sais pas si je dois fuir. C’est la mère de mon amie. Elle ne me ferait pas de mal. Sauf si elle ne sait pas que je suis un ami de Sav. J’essaie d’avaler la boule qui se forme dans ma gorge.

« Je ne suis pas son petit-ami. Juste un ami.»

Même pas de rougeur sur mes joues. Je suis tétanisé. Lorsque son visage se rapproche du mien, je recule. Je ne sais même pas si c’est moi qui ait décidé de reculer, ou si c’est juste mon instinct de survie qui m’a forcé à le faire. Je continue de reculer face à Isadora, qui poursuit son avancée vers moi, de plus en plus menaçante.

 Un conseil. Si tu ne veux pas finir comme goûter, recule doucement et ne me tourne pas le dos.

Mes pieds reculent, de plus en plus rapidement. Et finissent par s’emmêler. Je trébuche, et me rattrape avant de finir par terre. Une main se pose sur mon bras. Je sursaute violemment, avant d’entendre la voix de Savannah. Sav. J’ai jamais été aussi heureux de la voir arriver. Je la laisse me dépasser et se placer entre ma mère et moi. Je me sens un peu nul de laisser Sav me protéger. Mais après tout c’est sa mère. Elle lui ferait pas de mal, à elle. Contrairement à ce qu’elle pourrait me faire à moi. Je les laisse s’expliquer, je n’écoute même pas vraiment ce qui se dit. Je laisse mon coeur se remettre de mes émotions. Je regardais sans réagir la mère de Sav prendre sa fille dans ses bras.

Mon cerveau recommence à fonctionner lorsque la louve s’adresse à moi. Sa voix est complètement différente. Elle se dégage en m’informant aimablement que je suis le bienvenu. Je bafouille un merci discret, sans bouger d’un millimètre. Je la regarde s’éloigner, passant à côté de moi. Je me retiens pour ne pas me pousser lors de son passage. Puis je regarde Sav, sans savoir quoi dire, et sans arriver à bouger.


HRP:
 

_________________

Awards:
 


RP - Fiche - Liens
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Esquive
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
I'll soon be a man...
Messages : 320
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c)Roxie (c)Roxie
Autres comptes : Roxane Emerson
Double compte de Roxane - Modératrice
I'll soon be a man...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tire la bobinette et la chevillette cherra [Livre II - Terminé]   Sam 7 Fév - 15:05

Je m’énerve toute seule. Bon non, maman était bel et bien en train de menacer Darren. Je l’ai juste défendu. Mais plus je parle, plus je me rends compte de la dureté de mes paroles. Je suis injuste. Et je m’en veux d’autant plus au fur et à mesure que je la vois sourire de plus en plus. Je ne la connaîtrais pas si bien, je pourrais penser qu’elle se moque de moi et de ma petite rébellion. Mais je sais que ce n’est pas ça. Ca l’amuse oui, mais uniquement parce que j’ai du répondant justement.
Chose qui m’énerve davantage, parce que j’ai l’impression d’être une gamine immature qui tape du pied sous le regard attendrie de sa mère. Oui, et me fit sentir coupable des paroles prononcées, effectivement. Je l’avais dit non, que j’allais m’en vouloir.

Elle s’approche et me prends dans ses bras. Merde. Qu’est-ce que j’aime son odeur. Et d’un seul coup, toute la tension retombe. Ouais, la gamine immature, ouais. Elle dépose un baiser sur mon front, avant de me serrer à nouveau contre elle. Oui, je devrais encore être furieuse. Je ferme les yeux. Non, elle ne l’a ni mordu, ni autre, manquerait plus que ça ! N’empêche qu’elle me l’a traumatisé. Mais sur le moment, là, maintenant de suite, je m’en fous. Non, c’est pas gentil. Et ouais, même à mon âge j’adore faire des câlins à ma mère. Mais sérieux, je me suis jamais sentie autant en sécurité que dans ses bras à elle. Même Hayden, que j’adore, et tout Ulfric qu’il est, ne fait pas le poids comparé à elle.

Je regrette presque quand elle s’éloigne de moi. Avant de me souvenir de Darren, toujours tétanisé derrière. Il va nous prendre pour de véritables cinglés. Je fronce les sourcils. Hé, c’est pas ma faute à moi si je ne la vois pas ! Et je cherche pas spécialement à me brouiller avec elle, j’allais pas la laisser le bouffer, c’est tout…
Mais je soupire intérieurement. Du moins, Darren n’aura plus à craindre de venir, ma mère le saura à l’avenir. Ouais, comme s’il allait revenir…

Je regarde maman. Ouvrant de grands yeux au fur et à mesure qu’elle parle. Quoi ? Mais qu’est-ce qu’elle raconte ? J’ai jamais dit ça ! Oui, bon, j’ai été un peu… un peu véhémente dans mes paroles. Mais sérieux, c’était justifié, pas vrai ? Elle est pas croyable, à se braquer si vite… oui, bon… je sais…
Des Muffins ? Des cookies ? Elle a fait des muffins et des cookies ! Au chocolat blanc et noix de macadamia ?
Je fronce à nouveau les sourcils en m’apprêtant à protester, avant de refermer la bouche. La dernière fois, j’ai juste oublié le four parce que je euh… je faisais quoi déjà ? ah oui… je regardais un truc débile à la télé… mouais… mais bon, quand même…

Je la regarde quelques secondes allée récupérer ses clés, et prendre la direction du garage. Je cligne des yeux. Elle s’en va ? Comme ça ? Je regarde Darren, qui a reprit quelques couleurs, mais qui n’a toujours pas bougé d’un millimètre. S’il te plait, te sauve pas en courant. Ne me fuis pas à ton tour hein Darren.
Je soupire, lui fais un mini-sourire désolée, avant de suivre ma mère.

« Maman. Maman attends. »

Je la rattrape avant qu’elle ne s’en aille pour de bon. Je la regarde. Bon, d’accord, essayons de dire les choses, pour une fois.

« Pardon. Je n’aurais jamais dû dire tout ça. C’est juste… que je m’attendais pas à te voir. Et que quand j’ai vu Darren comme ça… alors que c’est moi qui l’avait invité… » Je me mords la lèvre.
« Je ne pensais pas ce que j’ai dit. Enfin non, il est vraiment gentil, t’as pas à t’inquiéter hein. Mais … sur le reste. Je suis désolée. Vraiment. »

Je souris. « Je suis vraiment contente de te voir. Et tu sais que je risque de mettre le feu à la maison avec le four…
T’en vas pas. S’il te plait, reste avec moi. Avec nous…
Et si Darren pouvait se rendre compte que tu… tu ne risques pas de le dévorer… Il suffirait qu’il discute un peu avec toi pour se rendre compte que t’es extra. Et il est vraiment sympa Darren tu verras. »


Allez, s’il te plait. Me laisse pas avec ce goût amer dans la bouche maman.

HRP:
 


Dernière édition par Savannah Valentyne le Lun 11 Mai - 18:02, édité 1 fois
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défenseur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 5
A smile is the prettiest thing you can wear
Messages : 1119
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c) Kanala
Caractère : Abimée - Perdue - Renfermée - Triste - Anéantie
Humeur : Tel l'équilibriste sur son fil
Autres comptes : Lucy Matthews - Ania Kenway
A smile is the prettiest thing you can wear
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tire la bobinette et la chevillette cherra [Livre II - Terminé]   Dim 15 Fév - 15:14

Darren & Savannah & Isadora
Le 04 janvier 2018




Pas son petit ami ? Vraiment ? S’il ne sortait pas avec ma fille, il était surement en passe de le faire. Soyons honnête et surtout lucide. Savannah n’avait jamais invité personne chez nous, encore moins un garçon. Et puis, elle prenait beaucoup trop les choses à cœur pour qu’il ne soit qu’un simple ami. Peut-être en étaient-ils pas conscients tous les deux, mais il y avait plus que de l’amitié entre eux. Et non, cela ne me dérangeait pas, bien au contraire. Cela me rassurait de savoir qu’elle avait quelqu’un sur qui compter et qu’elle n’était pas seule. Et ça voulait dire aussi que son amourette pour Irving était finie. Je ne voulais pas que ma fille fréquente un loup. Je ne connaissais que trop bien les lois qui régissaient les loups. Et puis, je ne voulais pas qu’elle soit une manière d’atteindre Hayden ou moi. Trop d’enjeux, trop de complications.
Je m’étais éloignée après que Savannah m’est fait comprendre que je n’étais pas la bienvenue. Je n’étais plus la bienvenue à ses yeux dans ma propre maison. Cela me faisait énormément de peine, même si je ne lui avais pas montré. Notre belle famille unie me semblait vraiment loin et ce constat me laissait un goût amer dans la bouche. J’aimais ma fille plus que tout au monde, mais plus le temps passait et plus elle s’éloignait et me repoussait. Je détestais ça. Bon sang l’humaine et la louve ne supportaient pas de la voir partir chaque jour un peu plus loin de nous. J’avais déjà été séparée d’elle et j’en avais énormément souffert. Quand elle était revenue auprès de moi, j’avais passé les premiers mois à me réveiller chaque nuit en sursaut, et en pensant que j’avais rêvé, qu’elle n’était pas là. J’avais poussé chaque nuit la porte de sa chambre pour vérifier qu’elle était bien là, chez nous. Ma fille était tout pour moi. Et personne ne pouvait la remplacer dans mon cœur, pas même mes crapules. Je les aimais tous les trois d’une manière différente. Qu’elle soit humaine ne me faisait pas l’aimer moins. Elle est et restera ma petite chérie, mon trésor, ma précieuse Savannah.
Je tournais la tête quand mon humain m’appela. Elle me rattrapa rapidement, avant de s’excuser, un peu maladroitement par moment, mais s’excuser quand même. Je l’avoue, j’hésitais vraiment à partir quand même. Je connaissais Savannah. Je savais que là, elle était sincère – je l’avais entendu à sa voix – seulement je n’étais pas vraiment sûre que ce soit une bonne idée que je reste. Elle avait prévu autre chose, avec Darren, et je n’avais jamais été inclus dans ce quelque chose. Elle avait sans doute mieux à faire que de tenir compagnie à sa mère louve. C’était sa culpabilité qui parlait là, et non pas vraiment son envie. C’est pas grave Savannah. Va t’amuser. On se verra une autre… Mince ! Je ne finissais pas ma phrase. La porte était restée ouverte, et de là où j’étais, je pouvais sentir les odeurs qui provenaient de ma cuisine. Si on ne les sortait pas tout de suite, les muffins allaient être brûlés. Je m’étais donc interrompue, avant de me précipiter dans ma cuisine en courant. J’ouvrais juste à temps le four, pour sortir la plaque de muffin directement avec les mains. Tant pis pour les brûlures. Ca faisait mal, mais ça soignerait en quelques minutes. Et puis, ce n’était pas comme si je n’avais pas l’habitude d’avoir mal. Les blessures et moi, ça faisait un. Les plus importantes s’étaient même imprimées dans ma chair malgré mon métabolisme de louve. Je posais la plaque des gâteaux sur un dessous de plat, avant de passer mes mains sous l’eau froide. Elles étaient rouges et cloquées, mais rien de bien méchant pour quelqu’un comme moi. Je donnais un coup de pied en arrière pour refermer le four, et laisser les cookies finirent leur cuisson. Je laissais mes mains cinq minutes sous l’eau, jusqu’à ce qu’elles soient comme neuve, avant de les essuyer. Je récupérais cette fois ci mes maniques, avant de sortir les cookies du four et d’éteindre ce dernier. Je disposais dans un premier temps les muffins dans différentes assiettes, séparant les différentes saveurs – chocolat, double chocolat, citron, et fruits rouges – puis en fit de même avec les cookies que je posais dans une grande assiette. L’odeur était… Alléchante. Je pris une boite dans un placard et mis de côté six cookies et six muffins pour mes crapules et mon époux. Savannah avait toujours été du genre gourmande, et si je n’écartais pas tout de suite les pâtisseries, il n’en resterait plus pour les autres. Elle avait beau ne pas être une louve, niveau sucré, elle nous égalait – même si elle devait se restreindre pour ne pas devenir (je cite) énorme –.
Je coupais ensuite plusieurs oranges pour préparer un jus de fruit frais. Je n’aimais pas le jus d’orange en brique, et quitte à être là, autant en faire un frais pour ma fille et son ami. Elle pouvait le boire chimique, mais ça me dérangeait beaucoup. Ouais, je sais, je suis beaucoup trop protectrice. J’en fis toute une carafe, ajouta une pointe de sucre pour casser l’amertume, puis la posa sur un plateau. Je sortais deux verres, et une brique de lait, qui rejoignirent rapidement la carafe. Je pris le tout, le déposa sur la grande table du salon où se trouvait les adolescents. Je les avais entendus rentrer, même si je m’étais arrangée pour ne pas entendre ce qu’ils se disaient. Je ramenais ensuite dans un second voyage les différentes pâtisseries. Mangez tant que c’est chaud. Je serais dans la cuisine, je vais faire de la vaisselle. Je repartais aussitôt pour ne pas les déranger, en prenant quand même au passage un cookie au chocolat blanc et au macadamia – les préférés de Savannah – que je mangeais sur le trajet. Une fois de retour dans la cuisine, je me mis en action pour nettoyer mes plats, et le reste de la pièce. Si ma fille avait besoin de moi, elle savait où me trouver. En attendant, je laissais aux enfants toute l’intimité qu’ils désiraient. J’avais même allumé la musique sur mon téléphone pour couvrir complètement leurs voix. Si Savannah m’appelait, je l’entendrais car elle hausserait la voix. Mais si elle discutait avec le jeune homme, je n’entendrais rien. Et pour pallier à tous dangers, j’avais ouvert la fenêtre de la pièce. Si quelqu’un approchait de la maison, je l’entendrais immédiatement.
Parano ?
Ouais, complètement.


[Hj : je suis partie du principe que Sav’ a fait entrer Darren chez eux. Si ça va pas, dites-le moi et j’éditerais sans problème !
HJ 2 : Isa s’isole dans la cuisine du coup. Tant que l’un d’entre vous ne vient pas dans la cuisine, où ne l’appelle, elle n’interviendra pas. Comme ça, Dar’ et Sav’ peuvent parler un peu avant ;) je reposterais quand l’un d’entre vous rentrera de nouveau en interaction avec elle ^^ ]


_________________



avatar

Journal Intime
Spécialisation:
Points de vie : 19/24
Coups du Destin: voir profil Persé
N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas. Puise là ta force.
Messages : 1226
Membre du mois : 0
Je crédite ! : Avatar © pink friday
Localisation : Avec Hayden, ou Savannah
Caractère : Forte - Courageuse - Combative - Meurtrie - Endurante - Haineuse
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Indescriptible
Autres comptes : Perséphone Gallagher
Double compte de Perséphone - Fondatrice
N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas. Puise là ta force.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tire la bobinette et la chevillette cherra [Livre II - Terminé]   Mer 4 Mar - 21:33

Petite discussion mère-fille qui me laisse le temps de reprendre des couleurs. J’étais presque soulagé de la voir partir, et voilà que Sav lui court après pour la rattraper. Je commence doucement à me résigner. Sa mère va rester, c’est sûr. Vu comment Sav le lui demande, elle va quand même pas refuser. Moi en tous cas je pourrai pas refuser. Bref, je suis en train de me préparer psychologiquement à ce qui va suivre, à savoir devoir expliquer à Sav mon problème avec la Semi-démone, et l’idée de Phil de me trouver un garde-du-corps lycan. Je sais pas pourquoi j’ai l’impression que Madame Valentyne ne va pas apprécier cette idée. Et là la Madame en question se précipite dans ma direction, d’un coup, sans prévenir.

Sans réfléchir je recule et lève les bras en mode protecteurs devant mon visage. Gros débile. En quelques micro-secondes je comprends qu’elle est tout simplement partie gérer la cuisson de ce qui se trouve dans le four. Je baisse les bras, complètement déçu par ma propre réaction. Sav l’a mal pris je suis sûr. Tout penaud, je la suis à l’intérieur, n’osant pas engager la conversation. J’en viendrai presque à espérer qu’elle oublie mon texto qui a fait qu’elle m’a invité ici à la base. Je sais toujours pas comment je suis sensé lui expliquer mes soucis, et vu l’état de stress dans lequel la rencontre avec sa génitrice m’a mis, ça risque pas de me venir spontanément.

_________________

Awards:
 


RP - Fiche - Liens
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Esquive
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
I'll soon be a man...
Messages : 320
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c)Roxie (c)Roxie
Autres comptes : Roxane Emerson
Double compte de Roxane - Modératrice
I'll soon be a man...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tire la bobinette et la chevillette cherra [Livre II - Terminé]   Jeu 5 Mar - 15:58

Bon, c’était mal parti. Et pour le coup, ce n’était pas de ma faute. Maman qui traumatise et qui essaye de bouffer Darren, ça aurait pu être amusant, si ça avait été une blague. Heureusement que j’étais arrivée. Je ne voulais même pas savoir ce qui se serait passé par la suite. Darren m’aurait évité comme la peste. Hum, ça ma fille, c’est pas encore dit qu’il ne le fera pas.
Toujours est-il que j’essaye de faire revenir maman, parce je voulais pas lui dire tout ça. Pas vraiment. Pas comme ça en tout cas, c’est sûr. Alors que je lui parle, essayant maladroitement de m’expliquer, de me faire pardonner, de lui demander de rester, elle commence à me répondre, avant de partir comme une flèche. Mais qu’est-ce que… ah, les gâteaux peut-être ?

La suivant du regard quand elle rentre dans la maison, j’aperçois Darren. Et merde. Qu’est-ce que je vais lui dire ? J’essaye de lui sourire, mais bon, il a l’air tellement flippé par maman, que je ne suis pas sûre que ça change quelque chose.
Et c’est pas comme si j’étais déjà pas mal à l’aise avec lui dernièrement hein… Je reste quelques instants sans bouger comme une idiote, avant d’inspirer et d’avancer vers lui, en essayant de sourire.

« Si tu partais maintenant je comprendrais tu sais… » Ca me ferait mal, mais je comprendrais. C’est pas évident de s’imposer ou même d’essayer de se comporter normalement après ça…

Ne sachant pas trop quoi dire d’autre, je rentre dans la maison, soulagée de l’entendre me suivre. Oui, je pensais qu’il allait se barrer en courant dès que j’aurais le dos tourné. Après tout, je lui aurais pas donné tort…
J’attends qu’il rentre pour refermer la porte derrière lui. J’entends maman qui s’active dans la cuisine. Et qu’est-ce que ça sent bon ! Mon ventre émet un adorable et super discret gargouillis en se réveillant. Hum… Laissons maman s’occuper de tout ça, c’est son domaine… Il faut que j’essaie de parler à Darren. Mais sérieux… je lui dis quoi ? Je le conduis jusqu’au salon, pose mon étui près du canapé et me tourne vers lui.

« Je suis désolée Darren. Je ne pensais pas… je savais pas… qu’elle serait là. » Je me mords la lèvre. « Ou que ça se passerait comme ça… » Je m’assois dans un coin, une jambe pliée sous moi. « Elle est juste un peu… trop protectrice… Elle ne t’aurait pas fait de mal tu sais…» je crois… j’espère… j’en sais rien…

Je le regarde un instant. Non mauvaise idée, tu vas être aussi gênée que lui, mais pas pour les mêmes raisons. Maman s’active toujours, telle que je la connais, ça va être des trucs astronomiques alors qu’on est 3, et arrive d’ailleurs déposer un plateau contenant lait et jus d’oranges, frais. Je regarde, compte dans ma tête, et la voit revenir avec un plateau rempli de muffins et cookies en tout genre. Avant de disparaître aussitôt dans un sourire avec une fausse excuse… Ok…
C’est quoi cette avalanche de pâtisserie ? Elle veut me tuer ou quoi ? Je reste genre… 2-3 secondes à regarder le tas de gâteaux en clignant des yeux… avant de me pencher et de piquer un cookie chocolat blanc aux noix, et un muffin au citron. Quoi ? C’est sous mon nez, je vais quand même pas laisser tout ça refroidir…

« Ils sont délicieux. Tu devrais goûter, je te promets que c’est les meilleurs que j’ai jamais goûté… et vu la quantité, tu pourras en remmener, sinon je vais prendre 5 kg en 3 jours… »

J’entends maman qui a mis de la musique et qui fait effectivement la vaisselle dans la cuisine. Je souris malgré moi. Elle reste pour veiller sur moi, et trouve le moyen de pas nous déranger, elle est géniale. Sauf que du coup, je me retrouve seule avec Darren, et que je sais pas trop quoi dire. Je me demande toujours ce que moi, j’aimerais… non que ça ait de l’importance au final, vu que ce serait pas trop réciproque hein… Et je ne sais pas si je dois lui demander de quoi il voulait me parler, vu comment tout ça à mal commencer… Bon… il est quand même venu me voir pour ça non ? Ca avait l’air important… Allez ma fille.

« Dis.. tu voulais me parler de quoi ? »

Je le regarde en grignotant mon cookie. Décidement, c’est une tuerie ces trucs.


Dernière édition par Savannah Valentyne le Lun 11 Mai - 18:02, édité 1 fois
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défenseur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 5
A smile is the prettiest thing you can wear
Messages : 1119
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c) Kanala
Caractère : Abimée - Perdue - Renfermée - Triste - Anéantie
Humeur : Tel l'équilibriste sur son fil
Autres comptes : Lucy Matthews - Ania Kenway
A smile is the prettiest thing you can wear
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tire la bobinette et la chevillette cherra [Livre II - Terminé]   Mer 18 Mar - 19:44



Elle me propose de me barrer. Même si sa mère m’a foutu les jetons, je le ferai pas. Déjà parce que ça lui ferait mal. A Sav je veux dire. Et puis aussi parce que j’ai pas envie de passer encore plus pour un froussard à ses yeux. Je la suis à l’intérieur, où une bonne odeur de pâtisserie règne. Comme quoi on peut aimer foutre la frousse aux gens sans raison, et savoir cuisiner, l’un n’empêche pas l’autre. Je suis Sav jusqu’au salon et m’assois dans le canapé. J’ose pas trop regarder autour de moi. C’est con mais j’ai l’impression que la mère d’Isadora est vraiment très protectrice, et qu’elle aimerait pas que je regarde partout chez elle.

Sav s’excuse du comportement de sa mère. Je sais pas vraiment trop quoi dire. Que c’est pas grave ? Non, c’est sûr que c’est pas hyper grave, mais bon c’est pas non plus comme si on pouvait dire «allez on oublie». Elle m’a quand même bien menacé, et c’était pas pour rire. Elle le pensait vraiment. Même si elle aurait peut-être pas fait ça si elle avait su que j’étais un ami de Sav, ça n’empêche qu’elle l’a fait. Alors je lui dis pas que c’est pas grave, et que c’est déjà oublié.

« J’aurai dû m’y attendre d’un autre côté. Tu m’avais dit que ta famille était pas facile à vivre. Enfin elle m’a pas mangé, c’est déjà ça. »

J’essaie de lui faire un petit sourire, mais il n’est pas aussi franc que je le voudrais. J’espère qu’elle pense pas que je lui en veux. Je lui en veux vraiment pas, c’est juste que faut que je me remette de mes émotions, et c’est pas facile. Isadora revient avec les bras chargés. Plein de sortes de gâteux, du jus d’orange et du lait. Je vois presque les yeux de Sav pétiller en se posant sur les cookies et les muffins. Avant que j’aie fait un geste elle en prend un et me conseille d’en faire autant.

« T’inquiètes je suis pas gentleman au point de me passer de gâteaux. Si tu voulais tout manger fallait pas me dire de venir. »

Je prends un cookie et je commence à grignoter d’une main en m’emparant de la carafe.

« Tu veux du jus d’orange ?»

Je remplis nos verres en posant mon cookie à moitié mangé en cours de route pour prendre la carafe à deux mains. C’est plus lourd que je pensais ce truc en fait. Alors que je la repose sur le plateau. Sav me pose la question que j’attendais sans pour autant être prêt à y répondre. La raison de ma venue. Je prends une grosse inspiration pour commencer à répondre. Je sais pas trop par quoi commencer, mais je sais que si je lui dis pas aussitôt, j’arriverai jamais à le dire, alors faut que je me lance.

« Ben en fait j’ai eu un soucis il y a quelques temps. Rien de très très grave, hein. Mais j’ai... Enfin il y a quelqu’un qui... Rho, je sais pas comment t’expliquer...»

Je relève la tête pour observer sa réaction. Elle va s’inquiéter en m’entendant faire tous ces détours.

« J’ai croisé une Semi-démone. Et elle m’a pris pour mon frère. Elle m’a un peu amoché, mais heureusement ça aurait pu être pire. Bref. Je voulais t’en parler parce que... J’en ai discuté avec un ami de mon père, qui est à la PES, et il m’a demandé si il m’était possible d’avoir un loup qui pourrait me servir en quelque sorte de garde-du-corps le temps qu’ils la coincent. Du coup j’ai pensé à toi... Enfin pas à toi vraiment, mais à ta famille. Mais je comprends que ce soit pas possible, ou que tu veuilles pas leur en parler. J’t’en voudrais pas si tu veux pas. Et de toute façon, je l’ai pas recroisée depuis, donc elle m’a peut-être oublié ?»

Un peu gêné, je me cachais derrière mon verre de jus d’orange. Inconsciemment j’avais une oreille qui surveillait la cuisine. Je m’attendais à entendre la mère de Sav bondir pour m’incendier d’oser demander ça à sa fille. Ou un truc du genre. J’suis vraiment un froussard en fait...


_________________

Awards:
 


RP - Fiche - Liens
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Esquive
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
I'll soon be a man...
Messages : 320
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c)Roxie (c)Roxie
Autres comptes : Roxane Emerson
Double compte de Roxane - Modératrice
I'll soon be a man...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tire la bobinette et la chevillette cherra [Livre II - Terminé]   Jeu 19 Mar - 14:21

Assise en face de lui dans le canapé, j’essaie de… de quoi ? De le rassurer ? De minimiser le truc ? Hum… Je grimace quand il me répond et esquisse un sourire, bien loin de ses sourires habituels.

« Non, tu n’aurais pas pu… savoir. Malgré ce que j’ai pu dire… Je suis vraiment, vraiment désolée Darren… »

Maman arrive et dépose des plateaux et assiettes entiers de cookies et autres muffins. Je me sers et invite Darren a en faire autant. Je lui souris alors qu’il me répond.
« Tant mieux. Et je ne veux en aucun cas tout manger ! Je serais obligée de faire du sport pendant des jours pour compenser… quelle horreur ! »

J’hoche la tête pour lui répondre.

« S’il te plait oui. »

Je l’observe un instant alors qu’il nous vers du jus d’orange. Et lui demande ce qu’il y avait de si important pour qu’il veuille m’en parler à part. Je prends mon verre et bois un peu.
Je fronce les sourcils quand il commence à parler. On dirait moi quand j’essaie de balancer la dernière connerie que j’ai faite et que je tente d’amoindrir le truc. Comment tourner autour du pot pour balancer un truc énorme. Je connais. Et ouais, du coup, ça m’inquiète. C’est pas son genre d’habitude…

J’ouvre des yeux comme des soucoupes au fur et à mesure qu’il parle. Je repose mon verre, tellement j’ai peur de le renverser pour le coup.
Quoi ? Une semi-démone ? Il est sérieux là ? Et il me balance ça comme ça ? Pourquoi il m’a rien dit avant ? Est-ce qu’il va bien ? Pourquoi est-ce qu’il m’en parle seulement maintenant ? Pour avoir un garde-du-corps ? Pourquoi il ne m’en a pas parlé avant, j’suis censée être son amie non ?... bon, d’accord, j’ai pas trop été à la hauteur, et j’ai fait un peu le même, mais…
J’ouvre la bouche pour lui répondre, avant de la refermer. Je secoue la tête. Et ferme les yeux un instant. Avant de le regarder à nouveau.

« Et tu m’as rien dit avant ? Tu vas bien ? »
Je m’approche un peu de lui. Genre oui, je vais pouvoir veiller sur lui, ou le protéger, alors que je suis incapable de me protéger moi-même…
« Pourquoi tu m’en as pas parlé avant Darren ? Je… Oui. Bien sûr. Je vais en parler à maman… ou Hayden. Je suis sûre que ce sera possible… enfin je pense.
Mais j’arrive pas à croire que tu ne m’aies rien dit ! »


Ouais, je suis super mal placée pour critiquer. Ouais, je lui ai caché pleins de trucs. Ouais, je suis super hypocrite. Mais… moi, c’était ma famille ou c’était en rapport. Lui c’est une … une putain de semi-démon quoi. Et lui n’a justement pas tout plein de loups qui jouent à la nounou.

« Que tu ne l’ai pas revu… enfin, c’est une bonne chose, mais…
Tu as quelque chose au moins, déjà sur toi ? »
Je sors ma croix « Genre ça ? Ca fait pas tout, mais… ça peut aider… »

Je soupire et secoue à nouveau la tête.

« Darren ! tu aurais dû…
Et pourquoi… pourquoi elle cherchait ton frère ? »

Je lève une main. « Laisses tomber, ça me regarde pas… »

Je jette un coup d’œil vers la cuisine. « …Tu veux en parler à maman en direct… ? Elle sera gentille, c’est promis… Sinon, je peux voir avec Hayden si tu préfères… Toute façon, c’est lui qui tranchera au final…

Pourquoi tu ne m'as rien dit plus tôt ?! »

HRP:
 


Dernière édition par Savannah Valentyne le Lun 11 Mai - 18:02, édité 1 fois
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défenseur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 5
A smile is the prettiest thing you can wear
Messages : 1119
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c) Kanala
Caractère : Abimée - Perdue - Renfermée - Triste - Anéantie
Humeur : Tel l'équilibriste sur son fil
Autres comptes : Lucy Matthews - Ania Kenway
A smile is the prettiest thing you can wear
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tire la bobinette et la chevillette cherra [Livre II - Terminé]   Mar 14 Avr - 20:02


J’aurai pas dû lui raconter. J’aurai dû essayer de me débrouiller seul. Tant pis pour les conseils de Phil. Franchement c’est ce que je me dis en voyant la tête qu’elle fait. J’attends avec anxiété sa réaction. Je regarde mes mains plutôt que de la regarder elle. Elle pourrait mal le prendre que je lui demande ça après tout. Sa famille c’est pas des mercenaires que tu peux engager sur demande. C’est un peu raciste de leur demander de m’aider juste parce que c’est des loups, non ? Enfin bon, maintenant que j’ai commencé, faut que je finisse. De toute façon je la connais, elle me laissera pas partir si je crache pas le morceau.

Sa première réaction est de me demander si ça va. Ca me fait sourire un peu. Pas beaucoup, parce que l’agression de sa mère plus ça à lui avouer, ça m’a quand même foutu une bonne grosse boule au ventre. Je lève un peu les yeux vers elle pour lui répondre.

« Oui oui ça va maintenant, ne t’inquiète pas. Plus de peur que de mal au final. »
J’ai encore quelques marques sur le ventre, mais elle n’a pas besoin de tout savoir non plus.

« Je… Je sais pas pourquoi je t’en ai pas parlé. C’était jamais le bon moment… Puis je voulais pas que tu t’inquiètes pour moi. T’as assez de problèmes comme ça. »
En la voyant sortir sa croix je me mets à fouiller mes poches, pour en sortir mon porte-clés duquel pend le petit dispositif de sureté. Le même que j’ai offert à Alexis.

« J’ai ça. »
J’hésite un peu sur sa question concernant mon frère. Pas que je veux pas lui dire, mais je sais pas moi-même vraiment. Il lui devait du fric, c’est à peu près tout ce que je sais. Heureusement elle change d’avis avant que j’ai eu le temps d’étaler mon ignorance.

« Heu… Je préfère pas… C’est gentil hein. Mais je sais pas si c’est une bonne idée. Si ça te dérange pas je pense que ce serait mieux que tu leur demandes directement. Pas que j’ai peur d’eux hein… »
Si complètement en vrai. J’ai la frousse de la voir sortir les dents. Je dis plus rien, grignotant pensivement un cookie. Encore un silence gêné. Ils se multiplient ces temps-ci.

« Sinon ton cours de violon ça s’est bien passé ? »
Changement de sujet tout pourri bonjour…

_________________

Awards:
 


RP - Fiche - Liens
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Esquive
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
I'll soon be a man...
Messages : 320
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c)Roxie (c)Roxie
Autres comptes : Roxane Emerson
Double compte de Roxane - Modératrice
I'll soon be a man...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tire la bobinette et la chevillette cherra [Livre II - Terminé]   Dim 26 Avr - 0:28

Je pensais bien que c’était important. C’est pas le genre de Darren de prendre autant de précaution, d’être aussi réservé quand il a un truc à dire. Mais sérieux, je pensais pas que ce serait aussi grave. Une semi-démone quoi ! Et il ne m’a rien dit avant. Oui, je sais, je sais… Mais… Je le regarde, essayant de déterminer s’il me dit tout cette fois, s’il a plus que ce qu’il veut bien me dire… s’il va bien. S’il m’en avait parlé, j’aurais pu l’aider non ?
Et comment peut-il penser que je ne l’aiderais pas ? Bon, ok, j’ai pas tout le temps été l’amie la plus présente et disponible, mais je ne lui ai jamais donné non plus de raison de ne pas me faire confiance… ouais, c’est assez contradictoire, je m’en rends compte… Et je ne lui en veux pas. C’est à moi que j’en veux. S’il ne m’en a pas parlé, c’est que non, décidément, j’ai vraiment pas été top avec lui…
Et là, il a beau essayé de me rassurer, j’ai beau avoir aperçu son petit sourire alors que je m’inquiétais, il a beau me regarder en me répondant, je sais que je n’ai pas toute l’histoire. Mais je fais avec. Il est là, entier, vivant, c’est le principal.
Je lui souris en retour.

« Oui. Tant mieux si ça va. »

Que veux-tu que je dise d’autre ? Je le regarde, alors qu’il essaie de se justifier devant … mon attaque injustifiée. Oui, je suis ridicule. Mais… c’est flippant non ?

« Excuses-moi. Je… Je me doute que ça doit pas être évident. C’est juste que je… Enfin si tu vas bien, c’est le principal.
Mais ne me ressors plus jamais une excuse aussi vaseuse. Tu es mon ami, je suis là pour ça. Que je m’inquiète pour toi, ça fait partie du lot. Et mes problèmes n’ont rien à voir non plus. Si tu ne peux pas me parler, c’est que je sers à rien. Ce serait nul. »


Je soupire. Et je continue de m’inquiéter. C’est normal non ? … C’est mon ami. C’est Darren. Je me mords la lèvre. Oui, je m’inquiète davantage pour lui que pour un autre, ça je peux bien me l’avouer. Je me penche, tends la main et observe son porte-clefs. Il lui faudrait un truc plus facile d’accès, enfin, un truc qu’il aura toujours visible… mais c’est pas si mal. Je relève les yeux et croise son regard. Et d’un coup, ma main posée sur la sienne me gêne. Je retire lentement ma main, rougissant sans doute comme une idiote, avant de me réinstaller en grignotant un cookie. Je suis ridicule.
Il me demande un garde du corps… que quelqu’un lui conseille, ce n’est pas idiot. Mais… c’est que ce n’est pas si lointain… et qu’il n’est toujours pas rassuré ou en sécurité. Pas vrai ? Bien sûr que je peux leur en parler… Pourquoi a-t-il l’air si hésitant ? C’est pas comme si j’allais refuser… Il croit que je vais refuser ? ou me vexer ? Alors que j’ai terriblement peur pour lui ?
Je grimace quand il me répond. Ouais. Pas qu’il ait peur. Tu m’étonnes… avec le grand jeu de maman…

« Pas de soucis, j’en parlerais à Hayden. Il comprendra. Je peux lui donner ton numéro de portable ? Ce serait plus simple pour essayer de voir ensemble… Il est gentil. Vraiment. »

Je lui souris. Oui, bon, maman aussi est gentille, mais, là, il risque de moins me croire pour le coup… Pourtant c’est le cas. Comme pour Hayden… oui, bon, je sais, je sais…
Je veux pas qu’il soit gêné avec moi. Je veux pas qu’il se sent mal… encore moins avec moi… même si je suis pas super à l’aise avec lui depuis l’autre jour, c’est pas pareil, c’est pas vital
Je lui jette un coup d’œil alors qu’il grignote un gâteau. Merde. Je sais pas quoi lui dire, ni comment faire pour faire disparaître ce… malaise… J’ai juste envie de le prendre dans mes bras et de lui dire que tout ira bien. Quelle idiote.
Alors qu’il tente maladroitement de changer de sujet, je souris, franchement amusé pour le coup.

« Oui, mon cours c’est bien passé. Un peu ennuyeux comme d’hab quand on fait trop classique, mais bon…
Ca me manque de plus jouer avec toi, ça fait longtemps, il faudrait qu’on se prévoit un moment à deux. »
Je cligne de yeux. « Enfin, je veux dire. Pour jouer ensemble… de la musique… »

Bon, ok, il m’avait fait sourire avec son changement de sujet, mais je suis pire… Sérieux, si je savais à quoi m’en tenir au moins… Mais non. Je suis bien moins jolie et cool que Lexie. Rêve pas. C’est ton pote.


Dernière édition par Savannah Valentyne le Lun 11 Mai - 18:04, édité 1 fois
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défenseur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 5
A smile is the prettiest thing you can wear
Messages : 1119
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c) Kanala
Caractère : Abimée - Perdue - Renfermée - Triste - Anéantie
Humeur : Tel l'équilibriste sur son fil
Autres comptes : Lucy Matthews - Ania Kenway
A smile is the prettiest thing you can wear
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tire la bobinette et la chevillette cherra [Livre II - Terminé]   Sam 2 Mai - 12:29



Ca me réchauffe le cœur de l’entendre me dire qu’elle est là pour moi dès que j’ai besoin. C’est chouette de se dire qu’on a des amies sur qui on peut compter. Je n’ai pas vraiment l’habitude. D’habitude c’est mes amis qui ont besoin de moi, pas l’inverse. Et je me rends compte du coup que c’est difficile d’en parler quand quelque chose ne va pas. Je les comprends un peu, Alexis et elle. Même si je sais quand ça va pas parce que je les connais bien, elles me disent jamais ce qui va pas. Mais je comprends pourquoi maintenant.

Je la regarde un peu gêné en lui montrant mon porte-clés de défense. Je sais bien que c’est pas grand-chose, mais ça peut être utile quand même je pense. Le contact de sa main sur la mienne fait un peu sursauter mon cœur dans ma poitrine. Elle va l’entendre battre c’est obligé. Je me mets un peu à rougir du coup, et elle finit par me lâcher la main. Je lui parle de cette histoire de garde du corps. L’idée de Phil. Elle me promet d’en parler à Hayden.

« Oui bien sûr donne lui mon numéro. »

Je n’ajoute rien, je sais pas trop quoi dire. Ce sujet de conversation me dérange. J’ai l’impression de l’utiliser parce qu’elle a une famille de loups. De me servir d’elle. C’est sans doute pas vraiment vrai. Je veux dire, c’est mon amie. Elle le fait parce qu’elle veut que je sois en sécurité. Je l’ai pas forcée. Enfin je crois pas. Et si je l’avais un peu forcée sans faire exprès ? Genre inconsciemment ? Je suis hyper gêné du coup, et je veux plus penser à ça. Du coup je change de sujet, un peu maladroitement, après un silence un peu trop long avec la musique de Maman loup dans la cuisine en fond sonore.

« C’est bien le classique aussi. C’est super classe. »

Je lui souris. C’est vrai j’aime bien quand elle jouait des concertos en classe de musique avec l’autre fille qui fait du piano. Je sais plus son nom. De toute façon c’est Sav que j’aimais bien écouter, pas la pianiste. Je rougis en mode pivoine alors qu’elle m’avoue que ça lui manque de jouer avec moi. J’espère qu’elle verra pas. J’ai l’impression d’être hyper ridicule.

« Je… Oui moi aussi ça me manque… Tu peux venir à la maison si tu veux quand tu as un moment ? Tu prends ton violon, et on se fera quelques morceaux. Je… J’ai composé un truc, ce serait cool si tu ajoutais du violon… »

Pourquoi je lui ai dit ça ? Pourquoi je lui ai parlé de ma compo ? Comme si j’allais pouvoir lui jouer, à elle, en tête à tête chez moi. J’aurai pas le courage. Même si je dis pas son nom, c’est sûr qu’elle va comprendre que ça parle d’elle. Je serai trop gêné.

« Enfin c’est comme tu veux hein. Sinon on peut aussi prendre un créneau en salle de musique entre deux cours, avec Steve et Susie. Ca peut être cool aussi. »


_________________

Awards:
 


RP - Fiche - Liens
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Esquive
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
I'll soon be a man...
Messages : 320
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c)Roxie (c)Roxie
Autres comptes : Roxane Emerson
Double compte de Roxane - Modératrice
I'll soon be a man...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tire la bobinette et la chevillette cherra [Livre II - Terminé]   Lun 11 Mai - 18:04

Je l’observe à la dérobée. Et moi qui pensais avoir des emmerdes. Enfin, oui, j’en ai. Mais la plupart sont des débiles simplets ou un peu extrémistes, mais humains. Ca fait une sacré différence m’est avis. Une semi-démone, c’est juste… trop… Je sais pas. Je peux comprendre qu’il ne m’en ait pas parlé, je ne lui dis pas tout non plus, donc je peux comprendre… Mais… moi, c’est moi. Oui, c’est pas logique. J’ai jamais prétendue l’être. J’essaie de me rassurer en me disant qu’il va bien. Un peu flippé, et maman n’a pas dû aider, mais il va bien.
Il essaye de me rassurer. Ça devrait être le contraire non ? Mais je le laisse faire, alors qu’il me dit que ça va et qu’il me montre son porte-clefs. Et je me fais des films d’un rien, je m’en rends compte aussi. Ça m’est pourtant déjà arrivé de lui prendre la main pour x raison, là je ne fais que le frôler. C’est n’importe quoi. Et si je lui disais que c’est uniquement à cause de sa remarque dans le parc, il me prendrait pour une folle.
Mais si je peux faire quelque chose pour lui, je le ferais. Même si ça me parait aussi insignifiant que de donner son numéro à Hayden pour qu’ils s’arrangent ensemble. Hayden sera d’accord pas vrai ? Il me dira sans doute que la Meute n’est pas un service d’aide à la personne, de gardiennage ou de nounou, mais si j’insiste un peu… il me dira oui. Il le faut. C’est Darren.
Je souris devant son changement de sujet. Mais je le remercie presque pour autant, tellement j’étais arrivée à me mettre mal à l’aise toute seule.

« Oui, c’est classe. J’aime aussi. C’est juste que j’aime bien changer parfois… »

Ce qui n’était guère facile en cours. Je relève les yeux, alors que je viens de but en blanc lui dire que ça me manquait de plus jouer avec lui, ou simplement de ne pas être davantage avec lui, et je le vois rougir. Bah ? C’est moi qui devrais rougir non ? C’est pas comme si c’est lui qui avait sorti… ouais comme au parc quoi… Je cligne des yeux. Pourquoi il rougit ?
Mais j’oublie ma gêne et mon questionnement, et commence à sourire à nouveau malgré tout quand il me répond que ça lui manque aussi. Je le regarde les yeux écarquillés.

« T’as composé un truc ? Une musique ? C’est vrai ? » Je souris, ravie. « Tu m’avais pas dit que tu écrivais… Mais, oui, je serais super contente de t’entendre jouer la mélodie à la guitare ! Ça me ferait vraiment plaisir. Après, peut-être que oui, je pourrais ajouter du violon. »
Je me mords la lèvre en souriant. « Oui, ce serait cool de pouvoir jouer avec toi à nouveau Darren. »

Je secoue la tête quand il poursuit.

« On peut faire les deux. Enfin… jouer avec les autres oui, ça me plairait. » Ceci dit, j’écarte la proposition d’un geste de la main.
« Mais j’aimerais bien entendre ta chanson. Enfin, si t’es d’accord pour me la faire écouter… Ce serait un honneur. » Je lui souris amusée. Il ne m’en aurait pas parlé s’il ne voulait pas, pas vrai ? … Après, s’il m’en a parlé juste comme ça… Non, tu ne balances pas que t’écris des chansons comme ça. Jamais je le dirais moi. Mais c’est cool qu’il me l’ait dit. Même si ça doit pas être facile pour autant, c'est vrai, c'est super perso, surtout si c'est une des premières qu'il compose.
« Tu l’as déjà joué ? A quelqu’un je veux dire ? A Lexie peut-être ? »

Non, aucun trace de jalousie. J’adore Lexie. Je trouverais ça juste logique qu’il l’ait déjà joué pour elle. Oh… il l’a peut-être écrite pour elle. M’en fous. J’aimerais bien l’entendre. Il a presque réussi à me faire oublier la semi-démone pour le coup avec ça.

HRP:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défenseur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 5
A smile is the prettiest thing you can wear
Messages : 1119
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c) Kanala
Caractère : Abimée - Perdue - Renfermée - Triste - Anéantie
Humeur : Tel l'équilibriste sur son fil
Autres comptes : Lucy Matthews - Ania Kenway
A smile is the prettiest thing you can wear
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tire la bobinette et la chevillette cherra [Livre II - Terminé]   Jeu 14 Mai - 20:48



C’est vrai que je ne lui avais pas dit que j’écrivais des chansons. On en faisait avec mon groupe, avant. Mais c’était tous les quatre ensemble. C’est pas vraiment pareil. Et je n’avais encore pas fait écouter mes compositions à quelqu’un d’autre que ma sœur. Mais j’avais envie de les partager avec elle. Enfin sans sa mère pour m’accueillir ce serait mieux. La prochaine fois d’ailleurs je pense que j’attendrai et je lui enverrai un texto avant d’aller frapper. Au cas où. On sait jamais.

« Bon ben quand tu veux tu me textes et on se fait ça. Ma mère ne fait pas des cookies aussi bons, mais elle ne devrait pas te faire fuir. »

Je souris un peu niaisement quand elle me redit qu’elle aimerait pouvoir jouer avec moi. Je lui propose quand même de jouer avec les autres, au cas où. Puis parce que je suis gêné de lui avoir proposé ça. Ca sonne un peu comme un rendez-vous, et je pense pas qu’on soit vraiment à se donner des rendez-vous. Je suis pas son petit ami. Sav sortirait pas avec moi. Enfin je sais pas. Elle m’a quand même fait me poser des questions la dernière fois au parc. Mais je me fais sans doute des idées. Et là elle insiste pour écouter ma chanson. Après tout pourquoi pas ? Et si elle comprend que c’est d’elle que ça parle, ben tant mieux. Peut-être même que lui dirai moi-même. Enfin si la chanson lui plaît. Ce serait un bon moment pour lui dire que je l’aime bien.

« Non je l’ai jamais jouée. Enfin si ma sœur l’a entendue. Mais à part elle non. »

Je comprends pas trop pourquoi elle me demande si je l’ai jouée à Lexie. J’aimerai bien, mais on se voit pas assez souvent pour ça. Et depuis qu’elle m’a expliqué qu’elle était une métamorphe, c’est un peu bizarre entre nous. Je veux dire je comprends un peu, c’est juste que je sais pas quoi lui dire, comment réagir. J’ai peur de poser des questions qui la mettraient mal à l’aise. Je lui jouerai peut-être un jour. Mais de toute façon c’est en pensant à Savannah que je l’ai écrite, alors la jouer devant Lexie ce serait un peu moins bien.

« Non Lexie l’a pas entendue. Je l’ai pas vue très souvent ces derniers temps en fait. »

Je prends un dernier cookie et le contemple quelques secondes.

« Il faudrait que je rentre, ma mère va s'inquièter. »

Je soupire un peu. J’ai pas vraiment envie de rentrer, mais ma mère va se demander où je suis passé. Même si elle est moins mère-poule qu’Isadora, elle peut être un peu chiante parfois.

« Mais merci, pour ce que tu m’as proposé. C’est vraiment gentil. On se voit pour que je te joue ma chanson alors. »


_________________

Awards:
 


RP - Fiche - Liens
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Esquive
Points de vie : 13
Coups du Destin: 0
I'll soon be a man...
Messages : 320
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c)Roxie (c)Roxie
Autres comptes : Roxane Emerson
Double compte de Roxane - Modératrice
I'll soon be a man...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tire la bobinette et la chevillette cherra [Livre II - Terminé]   Dim 21 Juin - 2:16

Il écrit des chansons et il ne m’a rien dit ! Bon, d’accord, c’est pas aussi faramineux et inouï que le fait qu’il soit poursuivi par une semi-démone, mais quand même ! Et ouais, c’est carrément moins flippant c’est clair. Pis non, mais c’est carrément classe quoi !
Je lui souris. Oh. Oui. Mon sourire se flétrit un peu. La mienne le fait fuir. Malgré ses cookies. Je reprends mon grand sourire.

« Oui, dès qu’on finit un peu plus tôt un jour, on fait ça alors. Je t’envoie un message et on se rejoint chez toi. Ce serait bien ! »

Et au final, jouer avec les autres, je m’en fous un peu. Enfin, sans être méchante hein. J’aime bien jouer avec eux, je les aime bien, ils sont sympas. Mais…c’est Darren. C’est pas pareil. J’adore l’écouter jouer. Et puis, si en plus c’est une chanson qu’il a écrit, ce serait carrément la classe.
Et en plus je serais une privilégiée ? Sa sœur, c’est normal. Enfin, ça me gêne pas. Pas tant que ça me gênerait qu’il l’ait joué à d’autres et pas à moi hein. Non. Mais. Je suis contente qu’il accepte pour moi.

« Ah ? Je pensais que vous vous voyiez plus… régulièrement. » Il n’a pas l’air triste, plus gêné qu’autre chose. S’il y avait quelque chose qui n’allait pas, Lexie me l’aurait dit, non ? Malgré moi, mon sourire s’agrandit malgré tout. « Je serais la première à part ta sœur alors ! C’est super Darren ! »

Je l’observe alors que lui-même contemple le cookie qu’il vient de prendre. Oui, évidemment. Pourtant, il n’a pas l’air décidé. J’hoche la tête alors qu’il se décide visiblement à partir. J’ai pas vraiment envie non plus, qu’il parte. Mais, ouais, les parents, ça craint. Je me lève et le raccompagne à la porte.

« Pas de souci, je suis là pour ça ! Oui, n’oublie pas. Dès que tu as un moment de libre. »

Je lui souris et le retiens par la manche.

« Merci. De pas être parti en courant tout à l’heure. Et d’être toujours là. »

Je me penche et dépose un baiser sur sa joue.

« Rentre bien Darren. »

Je souris à nouveau, lui fais un signe de la main avec un dernier au revoir et referme la porte.

HRP:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Défenseur
Points de vie : 13
Coups du Destin: 5
A smile is the prettiest thing you can wear
Messages : 1119
Membre du mois : 25
Je crédite ! : (c) Kanala
Caractère : Abimée - Perdue - Renfermée - Triste - Anéantie
Humeur : Tel l'équilibriste sur son fil
Autres comptes : Lucy Matthews - Ania Kenway
A smile is the prettiest thing you can wear
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tire la bobinette et la chevillette cherra [Livre II - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Tire la bobinette et la chevillette cherra [Livre II - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tire la bobinette et la chevillette cherra [Livre II - Terminé]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]
» Mission Intrigue "Le Pacte des Loups" [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: Centre-ville :: Immeubles :: Maison des Valentyne
-
Sauter vers: