AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
I can hear sirens burning [Livre II - Terminé]
MessageSujet: I can hear sirens burning [Livre II - Terminé]   Mer 3 Déc - 22:37



« I can hear sirens burning »


Mercredi 03 Janvier 2018

Pourquoi à chaque fois que je voulais prendre un semblant de bonne initiatives il fallait que tout le reste le fasse foirer. J'étais censée partir loin de l’Écosse, mon billet était toujours actif mais depuis un peu plus de vingt quatre heures je savais que je ne pourrais pas partir. Abandonner Aaron alors qu'il venait de se faire larguer par sa fiancée était impossible à concevoir. Dès le mardi au matin, après une nuit blanche, j'avais contacté mon frère pour tout annuler. Il me donnait une journée pour réfléchir, lui partirait. Si j'avais tout compris il avait des embrouilles avec des gens, vu ma situation je n'avais pas cherché plus loin. Si on me demandait je pourrais nier tout en bloc sans mentir.

Maintenant que je devais rester en ville je devais aussi trouver de quoi subvenir à mes besoins. Et pour ça il me fallait un travail honnête. C'est pour ça que j'avais répondu à différentes petites annonces. J'avais tout d'abord postulé à des offres d'emploi du genre serveuse ou employée en usine. Je n'ai aucune qualification, jusqu'à présent j'avais dessiné c'est tout. Je pouvais continuer mais je ne pouvais pas me permettre de vivre la petite fleur au vent comme avant. Je n'avais aucune solution de repli si les choses tournaient mal. Plus de retour à la maison chez Mike ou à WolfHeaven. J'avais été virée de la Meute à cause de mes activités illicites et même si Mike m'avait dit que je pouvais revenir le voir je ne voulais pas. Il avait des responsabilités et je l'avais trop mis dans l'embarras.

Prise d'un accès de vanité je m'étais même permise de répondre à des offres d'emploi du genre : secrétaire. Je ne m'attendais pas à grand chose de ce côté là c'est pourquoi je fus surprise lorsque mon téléphone sonna et qu'un certain Jeremiah se présenta au bout du fil pour qu'on se rencontre pour discuter de ma candidature. Ce boulot pouvait m'offrir beaucoup plus que d'autre. Serveuse et compagnie c'était bien beau mais je ne pourrais pas faire toute ma vie ainsi. J'avais besoin de voir un avenir pour ne pas plonger dans la fatalité de ma situation.

L'après-midi même j'étais dans son bureau. Plutôt mal à l'aise parce que je savais que je devais tout apprendre de ce boulot pour lequel je postulais. Mais surtout ce type sentait le vampire à plein nez. C'était un humain mais il était lié d'une manière ou d'une autre à un vampire. Est-ce que je pouvais accepter un boulot d'un type pareil ? Est-ce que ça n'allait pas jouer en ma défaveur ? L'entretien se passait pourtant bien, il me rassurait en me disant que pour commencer je n'aurais que des tâches simples à accomplir, qu'il s'agissait d'une start up plutôt prometteuse. Finalement il déclara qu'avant d'envisager une possible embauche je devais rencontrer la big chef. Je le regardais observer sa montre avant qu'il me fasse signe de le suivre. Sérieusement à une heure pareille ? Je finis par le suivre en flairant le début de l'embrouille mais quitte à m'être embarquée dans un nouveau bourbier autant savoir de quoi il retournait exactement, non ?

Ma curiosité allait être mise à mal lorsqu'il s'arrêta dans le quartier de Nightown. J'avais pris ma voiture par sécurité et là j'étais à deux doigts de lui fausser compagnie. Lui dire ciao que je ne pourrais pas répondre à ses attentes mais foutue curiosité je continuais de le suivre dans cette partie de la ville que je connaissais plutôt mal au vu de la fréquentation nocturne. Je croisais nerveusement le regard de certains passants qui venaient juste de se réveiller. J'avais rien à faire ici et j'allais encore avoir des problèmes si on venait à apprendre que j'étais venue dans le secteur.

« Hum... Jeremiah. Vous êtes un gars sympa mais je dois vous avouer que votre boss et moi on doit probablement avoir des centaines de choses à se reprocher l'une et l'autre au vu de nos deux natures. »

Voilà c'était simple, pas trop direct mais en gros je venais de lui dire que j'avais compris que cette certaine Van Helland était une Vampire et moi une Louve. Mais j'ignore s'il n'avait pas compris le sous-entendu ou s'il se fichait de moi il me répondit par un sourire avant d'enchaîner.

« Attendez de la rencontrer avant de vous faire des aprioris. »

Et il me planta là. Sans doute voulait-il expliquer certaines choses à sa responsable avant de me présenter. A moins que ce soit un foutu piège et que j'y entre comme une teubée. Ah pourquoi ne pouvais-je pas me tenir éloignée des ennuis ? C'était à croire qu'ils me suivaient. J'étais toujours en train de me décider entre prendre la fuite et aller jusqu'au bout lorsqu'il me fit signe d'entrer. Je n'avais plus de solution de repli. Une inspiration et je le suivais dans l'antre. Parce que maintenant je n'avais plus aucun doute sur la nature de la propriétaire des lieux. Je restais en retrait, le plus près de la porte possible au cas où. Mais j'avais beau détester les Vampires je devais reconnaître une chose à cette femme, elle semblait humble, comme un vieux sage qui en avait déjà trop vu sur cette terre. J'avais décroché de ce que Jeremiah disait et c'est pourquoi je ne le vis partir que trop tard et la porte se fermant derrière lui claqua comme le piège qui se referme sur une souris.

Je me sentais étrangement petite face à cette femme, presque une petite fille qui tentait de se la jouer grande dans mon petit tailleur standard. Mais maintenant que j'étais prise dans les filets de l'araignée autant en connaître plus sur ses intentions.

« Écoutez, je ne voulais pas faire de la provocation au contraire. Donc je ne vais pas vous faire perdre votre temps et je vais juste partir. Comme ça personne ne subira de tort et tout le monde sera heureux. »

J'essayais de paraître assurée mais dans le fond j'en menait pas large. Le soir-même de mon bannissement j'avais décidé de jouer aux superhéros avec un de ses confrères, la pilule était passée quand j'avais dis que c'était un simple concours de circonstance mais là je n'avais aucune excuse.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I can hear sirens burning [Livre II - Terminé]   Ven 5 Déc - 13:44

Ce n'est qu'un rire qui lui répond. Un son délicat comme une cloche qui tinte mais aussi profond qu'un gouffre. Comme un diamant qui court le long de la pierre.

"Asseyez vous Miss Mac Allister. Se sera toujours mieux que de préjuger de mes réactions."

L'iris bleuté qui orne mon visage la regarde, presque fixement et pourtant ses reflets sont terriblement changeant. Il est des instants qu'il faut savoir saisir, un soupçon d'étrange dans la morosité. Mes doigts s'amusent du dossier déposé par Jeremiah. Petite fille engoncée dans un costume qui ne lui va pas. Je le discerne. Respectable nonne ? Le doute m'étreint. Non.

"D'ailleurs, pourquoi venir si vous projetiez de reculer ? Mon parfum hante les nuits de Jeremiah, vous saviez depuis que votre regard s'est posé sur lui ce qui vous attendait. Ce que vous êtes m'importe peu, bien que je fus la malédiction de certain de vos cousins américains, je l'avoue."

La courbe savoureuse de mes lèvres s'incurve avec un baiser d'amusement. Elle est venue. Elle savait. Pourquoi reculer dorénavant ? Cela serait stupide. C'est ouvrir son propre flanc, révéler sa peur et sa faiblesse. Attitude suicidaire ? Je la regarde. Non. Ses traits ont la grâce de l'est, ses yeux, l'effronterie et la volonté. Ma nuque ploie doucement et l'ombre de mes cils voile un instant l'éclat d'azur. J'effleure les lignes, le reflet d'une photo d'identité. Elle n'est qu'une vierge dans les méandres de ce travail. Mais cela m'importe peu, Jeremiah sait être un professeur capable. Si il l'a menée jusqu'a moi ce n'est pas par plaisir ou avec l'espoir que je lui arrache la gorge. Homme torturé mais néanmoins homme d'affaire avisé.

"Vos références sont....Intéressantes."

Le rire nage au coeur de ma voix. Mais il y a des choses cachées derrière ses yeux qui m'intrigue bien plus. Mais je tairais ce fait au risque de la voir déguerpir comme savent si bien le faire ceux de sa race. Je pourrais la mépriser, lui arracher les ongles un à un, si tel avait été mon désir. Mais pour l'heure, ce désir n'est pas.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 18
Coups du Destin: 0
Il arrive que des crocs se referment sur une gorge adorée
Messages : 402
Membre du mois : 4
Je crédite ! : (c) Stilkstocking (c) Créateur de votre signature
Localisation : Edimbourg
Caractère : Nébuleuse - Imprévisible - Stratège - Passionnée - Refléchie - Sournoise - Loyale
Il arrive que des crocs se referment sur une gorge adorée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I can hear sirens burning [Livre II - Terminé]   Lun 8 Déc - 23:27



« I can hear sirens burning »


Mercredi 03 Janvier 2018

Je l'observe rire alors qu'il semble évident que la situation me met mal à l'aise. Je m'attendais à toute sorte de réactions mais sans doute pas celle-ci. Enfin c'est pas la pire de celle que je prévoyais donc pour le moment je m'estimais heureuse.

J'hésitais quelques infimes secondes avant de finalement m'assoir face à elle. Droite comme un i sous ce regard imposant auquel je ne peux fuir pour l'instant. Je l'écoute alors qu'elle met le doigt sur un point plutôt intéressant, pourquoi suis-je venue alors que je me doutais qu'il y avait un truc pas net ? Je me demandais déjà pourquoi j'avais postulé à ce genre de poste donc ça c'était encore un de mes mystères personnels. Lui dire que j'avais besoin d'un boulot respectable pour me réhabiliter ? Même pas en rêve. Me justifier en choisissant l'arrogance comme j'avais pu le faire auparavant ? C'était pas un très bon calcul. Je haussais les épaules, tentant d'ignorer la vague menace évoquée. La malédiction de certains de mes cousins américains ? Cette idée me donnait des sueurs froides.

« Donc si je comprends bien, la chasse aux Loups ne vous distrait plus vous préférez gagner de l'argent. C'est un hobby bien plus sain si vous voulez mon avis. » dis-je avec un faux air candide.

Bon allez trêve de bavardages passons dans le vif du sujet. J'avais réussi à éluder la question sur pourquoi je n'avais pas foutu le camp en flairant l'embrouille. Maintenant je voulais comprendre pourquoi j'étais là. Ils n'avaient pas pu repérer mon odeur sur mon CV et Jeremiah était un humain donc qu'est-ce que je faisais là si ce n'était pas un piège ?

Mes références... Ça la fait rire autant que ça me ferait rire si je devais rejeter un coup d’œil à mon propre CV. Je devais avoir un don caché pour faire rire les vampires. Si seulement ça pouvait me sauver la peau autrement qu'en devenant le bouffon de ces sangsues.

« Je me doute que mes connaissances en art ont du être ce qui a motivé Jeremiah à choisir mon CV plutôt qu'un autre pour son entretien du jour. Cela dit il y a des choses, beaucoup de choses qui n'apparaissent pas dans ce torchon. Disons que je suis plutôt douée pour obtenir ce qui plait aux gens. »

J'en revenais pas moi-même de ce que j'étais en train de raconter. Je venais inconsciemment de passer le cap de ma raison ici et j'étais en train de la baratiner sur mes compétences pour trouver l'introuvable. En clair je voulais ce boulot et j'étais en train de lui donner les raisons de pourquoi moi plutôt que d'autres.

Mais surtout qu'est-ce que j'étais en train de faire au juste ? J'étais supposée me tenir tranquille, dans l'optique d'un jour pouvoir intégrer de nouveau la Meute, au lieu de ça j'étais en train d'expliquer à cette vampire que j'étais potentiellement pourrie au point de lui fournir ce qu'elle voulait. Voilà pourquoi j'aurais du partir loin d'ici : j'étais incapable de rester dans le droit chemin.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I can hear sirens burning [Livre II - Terminé]   Mer 10 Déc - 20:47

La ligne parfois cruelle de mes lèvres s'incurvent doucement. Ah...Brave enfant :

"Amusement ? Non ma chère, ordre royal et juste chatiment suite aux offenses faites."

Les loups ne sont que des créatures sauvages, bien trop souvent. Les miens les murmurent bêtes, faignant de ne pas voir celle qui dort en eux. Hypocrisie qui fut une arme. Manipulation de marionnette indécise, ébranlée au coeur de leur fondement. Un fil de soie a faire teinter. Mais qu'importe, je ne la rassure guère et je le sais. Une sombre complicité anime mes lèvres alors que je la fixe. Je lui laisse cette échappatoire. Pour le moment. Soit. Je saurais percer ses secrets, cela ne serait guère difficile.

"Jeremiah ne goute que très peu l'art malgré mes efforts pour l'y initier. Effectivement ce n'est sans doute pas ce qui l'a attiré."

Mon ongle vierge de toute couleur s'amusent a tracer d'étranges arabesques sur le papier de sa vie. Mais la suite...L'éclat azuré ne la quitte pas. Dérangeant parfois car il est impossible d'en saisir toute les nuances.

"Vraiment ?"


Un soupir qui s'échappe de mes lèvres, comme un murmure au gout de miel.

"Alors peut être devrais je envisager autre chose qu'un simple poste de secrétaire."

L'arc de mon sourire s'élargit lentement. Dansant sur une musique que moi seule peut entendre. Les lianes de mes doigts se nouent et deviennent écueil pour mon menton.

"Si vous êtes capable de cela, il serait dommage de gâcher un tel talent. Il est très précieux lorsque l'on nage au milieu des requins d'affaires. La couronne venant de changer de tête, la méfiance s'éveille parfois trop facilement auprès de mes très nobles partenaires britanniques. Comprenez vous ce que j’essaye de vous dire ?"

Si tu sais jouer, ma douce, alors je guiderais tes doigts lorsqu'ils enfermeront le nacre d'un pion dans leur étreinte.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 18
Coups du Destin: 0
Il arrive que des crocs se referment sur une gorge adorée
Messages : 402
Membre du mois : 4
Je crédite ! : (c) Stilkstocking (c) Créateur de votre signature
Localisation : Edimbourg
Caractère : Nébuleuse - Imprévisible - Stratège - Passionnée - Refléchie - Sournoise - Loyale
Il arrive que des crocs se referment sur une gorge adorée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I can hear sirens burning [Livre II - Terminé]   Lun 15 Déc - 9:32



« I can hear sirens burning »


Mercredi 03 Janvier 2018

Cette conversation va finir par me filer la migraine comme avec tous les vampires. Mme Van Heland n'est pas du genre à parler franchement, à dire les mots. Elle préfère parler de manière mystérieuse et me laisser le loisir de comprendre ce que je pouvais. Je devais donc me concentrer sur chacun de ses mots et ne pas laisser mon esprit divaguer. Ordre royal... Juste châtiment... En gros si ça ne tenait qu'à elle elle se métamorphoserait en Cruella d'enfer pour se faire un manteau en peau de Loup. Je pouvais concevoir l'idée, on doit avoir sacrément froid quand on n'a plus le sang qui tourne normalement. Les dirigeants... Que ce soit royal ou de simples meneurs ils trouvaient toujours un moyen de nous empêcher de nous éclater. Cette pensée pique amèrement le fait que mes dirigeants à moi m'ont chassée. Je hausse simplement les sourcils pour éluder la conversation.

Je fais un petit trait d'humour en rapport à mon parcourt professionnel. Ainsi donc j'aurais peut-être quelque chose en commun avec cette femme distinguée : l'art. Comme presque tous les vieux vampires que je connais ils s'y intéressent tous. Cela dit c'est pas pour cette raison que je vais me prendre d'affection pour elle, je suis toujours en position défensive. Mais tout cela c'était des broutilles je venais de piquer sa curiosité en prétendant être capable de trouver ce que les gens cherchent le plus ardemment.

Je dissimule un sourire, je ne devrais pas être fière de ce que je fais. Et pourquoi d'abord ? Je n'avais pas l'intention de retourner dans la Meute. Je ne voulais pas non plus leur nuire. Ce que je voulais c'était me faire une place dans ce monde. J'étais libérée des contraintes de la Meute, je pouvais faire ce que je voulais. Mais qu'est-ce que je voulais exactement ? Elle enchaîna après un soupire en parlant de faire évoluer son poste de secrétaire. Si je savais une chose c'est que je voulais pas finir secrétaire que ce soit pour une vampire, le premier ministre ou qui vous voulez. Je l'observe alors que son sourire grandit doucement. Je fronce légèrement les sourcils.

La couronne ? La Reine Rouge est morte, j'en ai entendu parler. Méfiance ? Où est-ce qu'elle veut en venir ? Je reste sceptique, hésitant sur ce que j'ai réellement compris. Si j'étais quelqu'un de réellement subtil ça se saurait. Je me racle la gorge pour gagner un peu de temps.

« La couronne est fragile parce que les Princesses n'ont pas encore eu le temps d'affirmer leur pouvoir sur le peuple Vampire. Je suppose que ça doit se tirer dans les pattes pour savoir qui grappillera la plus grosse part de pouvoir. Et si vous faites certaines choses vos partenaires vont imaginer que vous faites partie de ces sangsues du pouvoir. Il vous faudrait donc quelqu'un pour accomplir certaines tâches et entre nous qui irait se douter que vous employez un Loup pour le faire à votre place ? » demandais-je d'une voix faible.

Je n'étais pas certaine d'avoir compris ce qu'elle voulait mais j'espérais avoir mis dans le mile. Je n'avais qu'une peur c'est qu'elle me mêle à leur jeu de pouvoir. Je ne voulais pas mettre les pieds sur ce terrain miné. Sauf que j'étais limitée encore pour l'instant. La Meute voudrait sans doute garder un œil sur moi pour être certains que je ne chercherais pas à me venger de mon bannissement, la police aurait peut-être un œil plus vigilant également. J'avais réussi à me sortir d'une situation délicate. Être à la tête d'un réseau de drogue c'était plutôt une grosse affaire et à part l'impact financier je n'avais rien eu comme sanction.

« Mme Van Heland, je peux faire beaucoup de choses pour vous excepté deux choses : Vous donner des informations sur les lycans et agir directement contre eux. A part ça je pense que je peux vous aider. »

Non je devais être claire, je ne vendrais pas d'informations à une vampire parce que je ne savais plus grand chose de leurs agissements. Je ferais passer ça pour de la loyauté, mais en aucun cas je ne lui dirais que j'avais été exclue. Agir contre la Meute en revanche c'était impossible parce que je ne pouvais pas attaquer ma propre famille directement.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I can hear sirens burning [Livre II - Terminé]   Mar 16 Déc - 18:54

Le feu de mes iris s'affine doucement. Comme un rai affrontant les ténèbres de mes cils.

Mon index caresse le velours de ma lèvre. L'amusement scintille un instant.

"Vous êtes...Vive d'esprit, c'est une qualité appréciable seulement..."

Mon corps s'étend, comme une liane féerique. L'ange des grâce en compagnon de mes pas tandis que je contourne le bureau. Le pantalon de soie chante a chaque pas, étreignant mes jambes d'un luxe presque si subtil qu'il en devient souverain. L'azur affronte les ombres qu'elle m'oppose et j'y plonge avec délectation, je savoure chaque note d'elle, chaque épice.

"Il serait judicieux de taire votre avis sur la question, Miss McAllister...Chaque mot doit être pesé. Du poison enrobé de sucre délicieux...Pour l'heure, je ne vois que le poison mais vos talents ne demandent qu'a devenir un art."

Ma glace contre son feu alors même que mon souffle effleure ses lèvres bestiales. Ma bouche sourit. Mes yeux eux...Dissèquent et caressent.

"Je ne vous plongerais pas dans la nuit sanguinaire qui est la mienne, n'ayez donc aucune crainte. Le pouvoir est un venin dangereux et vous n'êtes qu'une enfant face a sa morsure croyez moi. Pour l'heure...Je veux rassurer, apaiser et conforter mes partenaires. Vous savez jouer des mots mais avec trop de désinvolture, trop...de sauvagerie. Un diamant non taillé...Mais du plus parfait éclat. Laissez moi la politique vampire et plongez vous dans ce que l'humain a de plus...Pervers ? Le mot est sans doute juste."

L'air m'enlace tandis que je me redresse. L'énigmatique sourire qui est le mien se teinte d'amusement doucereux.

"C'est un jeu bien dangereux mais vous avez les ressources pour y poser mes pièces."

Le rire retentit encore, une musique désinvolte mais si profond qu'il est difficile d'ignorer l'âge qui m'habite.

"La Meute apprécierait elle de vous voir travailler pour un vampire ? Vous ne pourrez pas le leur cacher et vous le savez...Tout comme je le sais...Ma question est...Qu'êtes vous pour les vôtres Miss McAllister ?"

Le bleu glace ondoie avant de devenir miroir intemporel.

"Soyez tranquille, la Meute ne m'intéresse pas..."

Un murmure vérité. Mais elle est si novice qu'elle ne peut le savoir, qu'elle ne peut entendre la musique subtile qui s'écoule sur ma langue vipérine.

"Néanmoins, assurez vous d'être prête en toute circonstance...Nos horaires sont élastiques, évidemment votre salaire sera en conséquence... Je vous introduirais dans les cercles les plus fermés des hommes, je vous fournirais une garde robe digne de ce travail et, bien que je doute que vous en ayez besoin, vous doterais d'un logement...Ne me pensez pas généreuse, j'attends beaucoup de vous et rien n'est acquis facilement."

Le sourire s'abîme d'ombres délicates...
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 18
Coups du Destin: 0
Il arrive que des crocs se referment sur une gorge adorée
Messages : 402
Membre du mois : 4
Je crédite ! : (c) Stilkstocking (c) Créateur de votre signature
Localisation : Edimbourg
Caractère : Nébuleuse - Imprévisible - Stratège - Passionnée - Refléchie - Sournoise - Loyale
Il arrive que des crocs se referment sur une gorge adorée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I can hear sirens burning [Livre II - Terminé]   Ven 19 Déc - 15:18



« I can hear sirens burning »


Mercredi 03 Janvier 2018

Dans quoi je me suis embarquée ? La situation semble l'amuser alors que moi je suis tendue comme si ma vie dépendait de ce qui allait se passer. En fait oui ma vie dépendait de ce que j'allais faire à l'issu de cet entretien. Si j'acceptais de remettre le couvert avec un vampire, que je travaillais pour elle, la Meute me tournerait le dos définitivement. Mais en même temps si je refusais je me retrouverais au point de départ : sans boulot fixe, sans Meute et sans réelle garantie qu'ils me reprendraient un jour. Devais-je faire le pari de passer à côté de ma vie qui venait juste de débuter pour regagner leur estime alors que pour moi la situation n'avait pas été si grave. Après tout qui aurait pu se douter que j'étais à la tête de tout ça ? Franchement... Si je me limitais à ce qui était légal, à la Meute en évitant ses ennemis que me restait-il ?

Nerveusement je rongeais un de mes ongles alors qu'elle parlait de la vivacité de mon esprit. Comme si c'était surprenant que je puisse avoir autre chose que des poils dans ma petite caboche. Mais je ne dis rien alors qu'elle se rapproche. Je ne peux m'empêcher de laisser glisser mon regard sur sa tenue qui me prouve qu'en plus d'avoir de l'argent, l'intelligence éternelle et du pouvoir, elle a de bons goûts vestimentaires. Mais c'est une vampire ajouta une petite voix dans ma tête. Celle de la raison sans aucun doute.

Ah, elle a remarqué que je suis loin d'être la créature la plus subtile qu'elle ait rencontré ? Mais elle ne semble pas perdre espoir et s'attend à ce que je devienne plus raffinée. J'avais l'impression de me retrouver face à ces vieilles bourgeoises qui ne comprenaient pas que leurs chiens ne fassent pas leurs petits besoins dans les toilettes. Je haussais les sourcils, je m'aimais bien comme ça : un peu brute. Je n'aspirais pas à de grandes responsabilités dans la vie, rien qui ne nécessite de faire de beaux discours mielleux. Mais passons, elle en vient au plus important et je dois me concentrer sur ses mots alors que je sens parfaitement son souffle fétide d'où je suis.

Après avoir souligné le fait que j'étais une gamine, que ce soit à côté d'un vampire ou pour les mortels standards, et rappelé que j'étais une petite brute épaisse elle m'expliqua que je n'aurais pas à faire aux vampires. Soulagement, si j'étais parvenue à trouver un arrangement avec deux vampires différents il était évident que même sans compter mon caractère de rustre je ne pourrais jamais devenir la meilleure amie des sangsues. Du bout de l'ongle je tapote mes lèvres d'un air songeur. Exploiter la perversion des humains. Ça je sais faire mais qu'est-ce qu'elle voulait exactement ?

« Vous seriez sans doute surprise de connaître mon expérience en la matière. Mais qu'est-ce que vous voulez faire des humains au juste ? » demandais-je en fronçant les sourcils.

Ok une personne distinguée comme elle le voulait aurait attendu de voir un indice sur la nature de ses attentes dans ce domaine. Mais elle enchaîne plutôt sur la Meute. Je lui ai dis ne pas vouloir leur nuire. Continuer d'ignorer leurs règles d'accord mais pas les mettre en danger directement. Qu'est-ce que j'étais pour la Meute ? Je fais mine de réfléchir quelques instants, je ne peux pas mentir, enfin pas complètement.

« Disons que la Meute et moi n'avons pas la même vision des choses et j'ai plus ou moins obtenu mon émancipation après qu'on ait découvert que je travaillais entre autres choses avec un de vos confrères. Donc je ne leur dois rien et eux de même. Cela dit quand ça va se savoir ils vont peut-être tiquer la dernière attaque contre la Meute est récente et particulièrement ignoble. »

Non je n'allais pas lui dire que j'avais dealé du V, certains Vampires n'appréciaient pas vraiment cette pratique. Et surtout je faisais comme si j'avais obtenu de manière parfaitement diplomatique mon isolement de la Meute. Sauf qu'en réalité que je le veuille ou non j'avais été bannie tout simplement. Annoncer que j'avais déjà collaborer avec un vampire la rassurerait peut-être. Je l'avais déjà fait, donc je savais plus ou moins me tenir de sorte à ne pas empirer les choses que nos deux races avaient en horreur l'une chez l'autre. Mais cette collaboration ne se ferait pas sans accrocs. Les Loups venaient de perdre leur Lupa et ce sur leur territoire si j'avais tout bien compris. Mais dans le fond ce n'était pas mes histoires. Je devais faire ce qu'il fallait pour survivre sans eux. Ne pas être une cible isolée.

Je manquais de m'étrangler quand elle finit par parler des horaires et surtout du salaire. Une garde robe... Voyant son style vestimentaire je doutais que j'aurais à m'en plaindre. Un logement. J'étais refaite. Je retrouverais presque tout ce que j'avais perdu il y a quelques jours. Je me doutais bien que tout cela ne serait pas juste pour que je serve de pot de fleur à des soirées mondaines. Je cachais l'effet de ses promesses pour garder une expression neutre.

« Je me doute bien. Qu'est-ce que vous attendez de moi exactement Mme Van Heland ? Vous avez parlé de perversion de l'humanité, parle-t-on de sexe, de drogue, d'argent ? Les humains peuvent être pervertis de bien des manières mais tout dépend ce que vous voulez en faire après. » dis-je simplement en haussant un sourcil.

Son sourire me dit que je viens de signer avec le diable mais qu'importe le jeu en vaut la chandelle, j'aime le défi qu'elle me propose même si pour ça je vais devoir faire une croix définitive sur la Meute.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I can hear sirens burning [Livre II - Terminé]   Dim 28 Déc - 18:57

Un rire s'écoule doucement. Un caillou de velours qui s'ébat sur les falaises de l'ironie.

"Exploiter leur pire travers, Miss McAllister."

La complicité féminine, telle un poison englobe les mots que je prononce.

"Tout homme, toute femme, possède sa faiblesse. Il n'appartient qu'à nous de découvrir laquelle et de l'exploiter, n'êtes vous pas d'accord ?"

Mais la race devient sujet. Il est amusant de lire ses iris. Elles voguent, se tortillent, deviennent et se détruisent. Les mots sont choisis et ils laissent naitre un sourire amusé.

"La même vision des choses...C'est diplomatiquement dit, mais ne me pensez pas idiote au point de ne pas savoir lire entre les lignes...Ni même de connaitre les lois de la Meute."

Le sourire s'élargit de douceur, d'arrogance et de complicité.

"Mais soit. Je croirais a votre mensonge."

Mais trève d'entente. Il est des choses exploitables au coeur de cette enfant. Il ne convient qu'à un burin expert d'en faire une oeuvre d'art. Abandonnée. Pauvre petite chose abandonnée. Car telle est sa position. Isolée. Seule. Solitaire. Une malédiction. Elle le sait. Je le sais. Qu'importe les mots, ils n'ont plus d'importance désormais. Car il est temps de signer avec le diable.

"Tous les moyens. Mais je vous laisse juge de ce qui les fera plier. Ne vous inquiétez pas pour eux, je ne leur volerais rien de ce qu'ils ne m'offriront de leur plein grè avec votre aide. Cependant...Ne me trahissez pas, miss McAllister, je n'aurais pas de scrupules à vous tuer et la Meute ne vous vengera pas. Vous le savez aussi bien que moi."

Un éclat doré apparaît. Comme une tache de lumière dans les ténèbres qui m'entoure. Le sourire se fait presque morsure.

"Mais ce qu'elle a rejeté...Je l'accueille a bras ouvert parce que je suis consciente de ce que vous pouvez apporter. Il est juste dommage qu'elle ne l'ai point vue."

Et elle me sera fidèle. Je m'en assurerais. Sinon...Et bien elle goûtera l’abîme qui s'ouvre parfois dans mon regard.

La carte de crédit glisse doucement et tombe sur ses genoux.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 18
Coups du Destin: 0
Il arrive que des crocs se referment sur une gorge adorée
Messages : 402
Membre du mois : 4
Je crédite ! : (c) Stilkstocking (c) Créateur de votre signature
Localisation : Edimbourg
Caractère : Nébuleuse - Imprévisible - Stratège - Passionnée - Refléchie - Sournoise - Loyale
Il arrive que des crocs se referment sur une gorge adorée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I can hear sirens burning [Livre II - Terminé]   Jeu 15 Jan - 9:55



« I can hear sirens burning »


Mercredi 03 Janvier 2018

Quand on dit que les bonnes résolutions de début d'année ne tiennent jamais bien longtemps... Pour ma part ça n'aura pas duré longtemps c'est pathétique. Le pire ? C'est qu'en plus d'être dépitée de ne pas avoir tenu ma bonne résolution de me tenir éloignée de tout ennui je sais que je suis en train de faire une belle connerie. Les conséquences pourraient-elles être pires que la dernière fois ? Je ne devais aucun compte à la Meute et je n'étais pas décidée à accepter de leur causer du tort directement. Donc théoriquement à part si je faisais un truc d'illégal encore une fois je ne risquais rien si ce n'est des remontées de bretelles qui ne m'atteindraient pas comme toujours. 
 
Je hoche la tête avec un sourire en coin alors qu'elle parle d'exploiter les pires travers des Hommes. Drogue, sexe, argent... Il y a tellement de choses à exploiter en effet. Je passe mon pouce sur ma lèvre en imaginant tout ce que cela peut donner. Mais surtout tout ce que je dois faire pour atteindre chacun en plein cœur. J'ai tout d'un coup un doute sur la légalité à laquelle j'avais aspiré il y a quelques secondes. Mais entre nous est-ce vraiment important ? Un fin sourire se dessine finalement sur mes lèvres alors que l'adrénaline m'envahit. J'avais l'impression de sortir de l'obscurité dans laquelle je m'étais plongée volontairement. L'espace de quelques instants j'oublie toutes les déceptions que j'ai infligé le jour du nouvel an. 
 
Mais la conversation arrive sur la Meute et pourquoi je ne suis parmi eux. J'essaye diplomatiquement d'éviter le sujet du sang de Vampire, de la drogue, des meurtres. Elle sourit en me parlant de ne pas la prendre pour une idiote. Elle sait beaucoup de choses et je me dois de garder ça en tête à tout moment.  
 
« J'apprends de vous Mme Van Heland, je n'ignore pas vos connaissances c'est pour ça que je pense inutile de s'attarder sur les détails un peu obscur de cette affaire. Bien que ça vous conforterait dans votre choix d'aujourd'hui. » dis-je en gardant pour moi mes dites références. 
 
Maintenant me voilà en train de discuter des techniques à exploiter. Plus de rétraction possible. Mais en ai-je vraiment envie ? Depuis que la conversation n'est plus sur la Meute je sens mon cœur rebattre à un rythme normal. Je sens la vie envahir chaque fibre de mon être. La luxure aura sans aucun doute ma peau, la cupidité également et sans doute beaucoup d'autres de mes vices mais ouha ! Quel sentiment de liberté ! Mais je me fige alors qu'il est question de loyauté. Je décèle cette lueur meurtrière alors qu'elle me menace ouvertement. Cette lueur n'existe que dans le regard de ces créatures monstrueuses capables de réellement mettre en application leurs menaces. Et bizarrement non seulement je suis persuadée qu'elle peut me tuer facilement mais qu'en plus elle trouvera une méthode bien barbare pour le faire. Mais je n'ai pas l'intention de réitérer mon exploit de trahison.  
 
Elle me donne de l'importance. Pour flatter mon égo ? Non elle y croit au moins un tout petit peu et elle sait aussi que je n'ai aucun intérêt à la trahir. Mais au moins on est d'accord sur une chose : la Meute a loupé une occasion. C'est alors qu'elle me balance le dernier argument. Une carte de crédit. Et pas n'importe quelle carte... Je fais de mon mieux pour ne pas trop lorgner sur la carte platinium qu'elle vient de faire tomber sur mes genoux.

« Bien donc si je résume vous mettez de gros moyens à ma disposition pour que j'effectue les tâches que vous m'attribuerez. Je saisi la carte en cachant l'avidité dans mon regard. J'ai carte blanche au niveau des moyens à mettre en œuvre. Je commence quand ? » demandais-je avec un sourire en coin.

Ma conscience est dépitée par cette situation, par ma faiblesse mais que voulez-vous comme toutes les futures victimes de Scylla j'ai moi aussi mes faiblesses. Consciente que cela causera un jour ma perte je me dis que tant qu'à faire autant en profiter après tout la vie ne serait pas drôle si on devait faire attention à tout par peur d'y laisser des plumes. Et de toute façon je n'ai pas le choix c'est ça ou retourner faire la plonge dans des restaurants miteux.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I can hear sirens burning [Livre II - Terminé]   Mer 21 Jan - 17:02

Le sourire est un tableau qui change selon la couleur que l'on y peint. Et les ténèbres possèdent tant de nuance...Et pourtant l'éclat du nacre perce au travers du rouge de mes lèvres.

"Il est bon d'apprendre, Miss Mc Allister. Et ne pas me sous estimer en est la première leçon, que vous semblez fort bien assimiler."

J'observe cette femme. Je sais l'étincelle de ses yeux. La voracité, la fierté, la cupidité. L'intelligence. Un atout d'As dans un jeu bien dangereux et terrible. Lentement, l'azur s'enivre du sombre qu'elle m'oppose et la sirène que je suis se penche sur la tentation qu'elle est...

"De gros moyens, c'est un fait, prouvez moi que vous les valez, comme je le crois...Comprenez bien qu'a partir de maintenant, vous m'appartenez, Miss McAllister... - Le sourire se glisse en coin - Du moins d'une certaine façon...Vous n'aurez pas à vous plaindre de ce fait et vous bénéficierez de ma protection cela va de soi. Vous avez tout à y gagner et moi aussi..."

Il existe le parfum d'une rose épineuse lorsque je la regarde. La trahison est chose courante mais aussi une mort annoncée. Elle sera mienne, elle l'est déjà mais ce sort lui assure une vie d'or.

"Il est temps de montrer ce que vous valez à ceux qui vous ont niée et cela commence maintenant."

L'éclat de cuivre d'une clé suit la carte.

"C'est un duplex au centre ville, agencez le comme il vous plaira, dans quelques temps, je vous ferais parvenir des invitations, ne les ignorez pas, vous serez ma représentante alors gardez le menton haut et le regard fier..."

Le rire s'écoule doucement entre mes lèvres. tel est le destin scellé et le pacte gravé dans le temps.
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 18
Coups du Destin: 0
Il arrive que des crocs se referment sur une gorge adorée
Messages : 402
Membre du mois : 4
Je crédite ! : (c) Stilkstocking (c) Créateur de votre signature
Localisation : Edimbourg
Caractère : Nébuleuse - Imprévisible - Stratège - Passionnée - Refléchie - Sournoise - Loyale
Il arrive que des crocs se referment sur une gorge adorée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I can hear sirens burning [Livre II - Terminé]   Mar 3 Fév - 16:11



« I can hear sirens burning »


Mercredi 03 Janvier 2018

J'ai vendu mon âme au diable, c'est un fait et lorsqu'elle affirme que ne pas la sous-estimer est une leçon à apprendre je me demande vaguement si ce n'est pas pire que le diable. Mais non je dois me rassurer. Pour quelles raisons serais-je amenée à regretter mon choix ? J'ai beau réfléchir je ne trouve pas, enfin si une seule : la Meute. Sauf que je me suis fait virer avec une vague promesse d'être réhabilitée. Mais si je goûte à la liberté, que je teste tous les interdits qu'elle m'offre serais-je capable d'y retourner ? Ne serait-ce que pour les autres je sais d'avance que c'est inutile de l'espérer. Quant à la sous-estimer... Jamais quand il s'agit d'une vampire. Mon expérience passée m'a appris que ces bêtes là ont de la ressource et qu'il ne vaut mieux pas leur donner l'occasion ou le plaisir d'en abuser. Je me contente de hocher la tête pour affirmer que j'ai bien compris et que je ne suis pas prête de lui donner le loisir de laisser libre court à sa colère.

Je n'ai pas la capacité de supporter une telle colère de toute manière. Je suis souvent stupide mais au moins j'ai conscience de mes limites physiques. Il y a ce qui est réalisable et ce qu'on rêverait de faire. J'ai abandonné les rêves pour me concentrer uniquement sur le réalisable. Je perds moins de temps et d'énergie à réfléchir à toutes les possibilités farfelues. Mais là pour ce coup j'ai des réserves bien que j'ai mis les pieds dans un monde dangereux de manière définitive. Je tique légèrement lorsqu'elle finit par dire que je lui appartiens. Si j'avais les couilles de lui dire qu'on devrait négocier ce terme je doutais que ce soit une bonne idée. Son sourire était vraiment effrayant mais je préférait ça à un sourire vraiment menaçant, celui qui dit « je vais te bouffer tout cru mon mignon ». Elle affirme que je suis sous sa protection. Intérieurement j'entends ma conscience se réveiller et se demander comment je vais pouvoir bénéficier de cette protection au quotidien. Elle va placarder sur tous les murs de la ville que je lui appartiens ? Me tatouer sur la fesse que je suis sa propriété ?

« Okay, juste une question. Vous avez pas l'intention de parler de moi à toute la sphère Vampirique pour être sûre que l'un de vos camarades ne s'en prenne pas à moi ? Parce que si on pouvait éviter de me dessiner une cible dans le dos ce serait mieux. Surtout que j'ai pas que des amis dans vos rangs. »

Je n'ai pas honte de lui avouer les conflits que je peux rencontrer avec sa race, c'est naturel. C'est notre entente qui n'est pas normale. Mais soit elle l'a dit, on y gagne toutes les deux. Mais je ne veux pas devenir un moyen pour ses concurrents de lui mettre des battons dans les roues. Oui parce que si elle m'annonce comme sa protégée certains vont se dire que je suis plus facile à abattre qu'elle directement. Et si je pouvais me passer de ça se serait mieux. Parce que je sais d'avance que la Meute va finir par être au courant de ce qui se trame et me chercher des poux. C'est obligé, ils sont comme ça, ils mettent leurs nez partout sauf dans les affaires les plus importantes.

Je restais sceptique quant à sa phrase à propos de prouver ma valeur. A qui pensait-elle exactement ? Dans l'absolu je préférais garder mes exploits pour moi mais j'allais lui montrer à elle qu'elle pariait sur le bon cheval. Et comme une récompense à ma pensée plutôt encourageante je vois une clé me tomber sur les genoux. Je la prends en attendant la suite qui n'est pas pour me déplaire. Un duplex en plein centre ville... Il n'en faut pas moins pour qu'un sourire se dessine sur mes lèvres. La déco ? Il est certain que je ne vais pas renouveler l'exploit de mon dernier appartement et en faire l'antre de mes folies artistiques, non j'ai une idée plutôt différente pour cet appartement mais pour le moment il y a plus important.

« Soyez certaine que j'y répondrais. Jeremiah a toutes les informations me concernant je ne vais donc pas abuser de votre temps précieux pour le reste de la nuit. Sauf si vous avez encore besoin de moi. »

Bon voilà j'ai l'essentiel : clés, cartes, informations il ne m'en faut pas plus pour le moment. J'ai avant tout un appartement à investir, déménager toutes mes affaires de l'appartement d'Aaron. D'ailleurs s'il ne veut pas rester seul encore une fois je peux toujours prétexter qu'il vienne m'aider à déménager, l'inviter à manger... Bref le retenir l'air de rien. En attendant je me lève et observe Scylla comme si j'attendais son accord. Cette idée irrite mon égo mais il faut que je m'y fasse. C'est elle la boss qui est au commande et moi je suis son employée.
 
 
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I can hear sirens burning [Livre II - Terminé]   Ven 13 Fév - 14:30

L'arc parfait d'un sourcil s'élève, comme une aile embrassant l'azur au creux de ses ténèbres.

"Voudriez vous que je le fasse ?"

Le rire s’échoue sur mes lèvres avec la douceur du miel.

"Non. Mais je défends mes intérêts, comprenez vous ? De plus, je suis passionnément possessive..."

Je joue des mots. Qu'elle entende ce qu'elle préfère y entendre, cela m'importe peu. pour l'heure, elle ne sait ni ne devine quel chemin sera le sien. Moi ? Je vois déjà ses pas s'imprimer sous mon égide. Qu'elle soit louve, sauvage, brutale m'importe peu. Il nage en elle le désir, l'ambition l'envie...Tant de fils de soie s'entremêlant pour faire naître ma propre toile. L'antre de la folie est confortable. Une illusion de chaleur, de sécurité mais qu'elle évite les crocs suintant d'ardeur des miens. Les doigts sales et crochus des hommes corrompus et elle sera reine dans son propre royaume. Je n'offre ni ne reprends sans raison, elle l'apprendra vite...

L'ébauche d'un sourire amusé nage un instant sur ma bouche nacrée d'écarlate.

"Allez prendre possession de ce qui est vôtre. Un contrat vous sera envoyé d'ici quelque jours relatant noir sur blanc l'accord et les conditions qui viennent d'être passés. Que notre collaboration soit fructueuse, Miss McAllister."

Une note étrange sonne au creux de ma voix. Comme un carillon qui ne peut porter de nom. Une étrange complainte d'un autre temps et l'éclat ivoire d'un croc qui s'éveille. Il est une première piège glissant sur un échiquier chimérique.La trahison ne sera pas car je l'interdis qui à paver mon chemin de sang...


[RP Terminé]
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Observateur
Points de vie : 18
Coups du Destin: 0
Il arrive que des crocs se referment sur une gorge adorée
Messages : 402
Membre du mois : 4
Je crédite ! : (c) Stilkstocking (c) Créateur de votre signature
Localisation : Edimbourg
Caractère : Nébuleuse - Imprévisible - Stratège - Passionnée - Refléchie - Sournoise - Loyale
Il arrive que des crocs se referment sur une gorge adorée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I can hear sirens burning [Livre II - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
I can hear sirens burning [Livre II - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]
» Mission Intrigue "Le Pacte des Loups" [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Edimbourg
 :: Nightown :: District of the Sleep
-
Sauter vers: