AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
I've got to break through [Livre II - Terminé]
MessageSujet: I've got to break through [Livre II - Terminé]   Mer 3 Déc - 15:21

Le 1er décembre 2018

Un étrange calme règne autour de moi. Je suis dans mon appartement. Il fait déjà nuit depuis des heures, bien qu'il ne soit pas si tard. Dos appuyé contre le mur, bras et pieds croisés, mes yeux parcourent l'espace nu et vide, faiblement éclairé. Les battants des placards sont ouverts, ceux de la pièce principale, comme dans la salle de bain ou l'armoire de ma chambre. Vides. Non, il n'y a plus rien. Tout se trouve dans les deux sacs de sport à mes pieds. De couleur noire et d'allure banale, ils me permettent de transporter tout un tas de choses sans risquer d'attirer trop l'attention. En l'occurrence, le tas de choses est l'ensemble de mes possessions. Je reste là, immobile, à scruter mon appartement, me demandant si j'ai laissé quelque chose. Ce serait bête de revenir ici pour un oubli, j'ai mieux à faire, et je vais peut être vendre.

Pourtant, je sais bien qu'il n'y a plus rien.

Non. Mes pensées s'égarent, plus ou moins volontairement. Disons que je ne peux tout simplement pas m'en empêcher. Je ne peux me payer le luxe de pleurer, même pas une heure, même pas une journée. Mais je suis humaine. Cette réalité, cette vague d'émotion qui s'empare de moi, ne me laisse pas indifférente. Si je dois rester forte et impénétrable au dehors, en société, je craque nécessairement lorsque je me retrouve seule. Et je le suis pour la première fois depuis Sa mort, en faisant mes bagages. Krystel. Ma Reine est morte. Torben dans le coma. J'accepte, j'assimile et déglutis péniblement. Ranger, trier, plier mes affaires pour les mettre dans un sac m'a fait du bien. Cela m'a occupé les mains, pendant que l'esprit tergiversait. Maintenant... Maintenant il est temps que je parte. Grand temps. Rien ne sera plus efficace pour moi que de me plonger dans mon travail, je le sais. J'avais simplement besoin d'un instant, pour analyser mon trouble. Je suis perdue, détruite. Elle s'était imposée à moi comme ma raison de vivre, et aujourd'hui je l'ai perdue. J'ai mal, mal comme je n'ai jamais souffert. Seul mon sens du devoir me pousse à continuer.

Je soupire, hisse un sac sur mes épaules et me glisse au dehors. La porte se referme à clef avec un cliquetis.

Je rumine, dans la voiture, sur la route, alors que la neige et les embouteillages me font perdre quelques minutes de plus. Quelques minutes de plus dans mes réflexions, pensées obscures et dérangeantes, souvenirs lointains ou d'hier. La douleur de mon enfance, paradoxalement opposée sur sa nature mais tout aussi forte que l'actuelle. La bataille, les pertes immenses que nous avions subies. Mon corps garde ne conserve aucun séquelle grave, quelques blessures mineures qui disparaitront vite. Mais la tension, elle, n'est pas prête de s'en aller. Je pense, encore, au futur. Sombre et indécis... Et aucun bruit ne vient me troubler, alors que je roule à vive allure. Je ne peux me concentrer qu'une fois ma voiture garée non loin du manoir. Un nouveau soupir. De toute manière, mon appartement n'était plus sûr, je ne perds rien en m'installant ici, et Jana a insisté. C'est à elle que j'appartiens, désormais... Cette idée aussi, me dérange. Bref. Je verrai bien.

Je rentre dans la chambre qui m'a été attitrée., referme derrière moi en silence. Un espace grand, feutré et opulent, à l'extrême opposé de l'appartement petit, nu et froid que je viens de quitter. Je ne suis pas sûr que le premier me convienne mieux que le deuxième, mais je m'y adapterai. On s'habitue vite au luxe, parait il... Je commence à déballer mes affaires et à les ranger, lorsque la porte s'ouvre. Je me stoppe et me retourne. Elle est là, on a dû la prévenir de mon arrivée. Je m'avance et m'incline.

"Majesté, mes respects."

_________________

Awards & co:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireuse
Points de vie : 17
Coups du Destin: 16
« Ne reste que l'odeur du sang »
Messages : 3191
Membre du mois : 26
Je crédite ! : Ava (c)SWAN // Signa (c) Hotmess / Gif : tumblr / Spoiler : Kanala
Localisation : Dans l'Ombre
Caractère : Fiable - Patiente - Acharnée -Pragmatique - Manipulatrice - Cinyque - Ne fait pas dans la dentelle - Caméléon - blessée
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Concentrée
Autres comptes : Leah Rivers & Eva Raederer

« Ne reste que l'odeur du sang »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2536-erin-danvers-born-to-kill-dispo http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2537-erin-danvers-born-to-kill
MessageSujet: Re: I've got to break through [Livre II - Terminé]   Dim 7 Déc - 13:39


Pas une larme de sang ne vient orner mon visage. Non, dans cette voiture qui nous ramène après ce bal catastrophique, je reste pensive. Je suis plutôt bien égarée, ma conscience s'est écartée, je sombre dans cette inconscience permanente. Je ne ressens plus rien qu'un immense gouffre, la solitude l'emporte sur le reste. Je ne prends pas conscience que ma sœur doit tout aussi être troublée, effarée, meurtrie. Nous sommes Reines, des Reines ô combien blessées, poignardées de toute part. À qui pourrons-nous faire confiance ? Qui est vraiment digne ? Qui éprouve autant de peine à l'annonce de notre Reine morte ? Je fulmine, d'un feu brûlant et ravageant, car j'ai l'impression qu'Elle n'a jamais vécue, que toute notre espèce n'était formée que de traitrise et d'hypocrisie. Comment diable gouverner sans laisser un filet de sang derrière le carnage que j'aimerais faire ? Je voulais que tous payent, subissent ma souffrance et toute cette rage que je ressentais par la torture et la mort. Je voulais des cadavres derrière moi, j'en voulais tout un monticule ! Si seulement Nicolas ne m'avait pas arrêté dans mon élan, Julien serait mort, sans aucun doute possible. C'était là son seul destin, et si jamais il était retrouvé, je voulais personnellement m'en charger. La voiture s'arrête devant le manoir, et ma tête se tourne machinalement vers cette demeure, là où habitait Morgane... où j'habiterais dorénavant.

Je n'ai pas pu dormir, je suis restée éveillée tout le long de la journée précédent ce bouleversement. Je me suis occupée l'esprit en déménageant toutes mes affaires pour essayer de retrouver le confort de mon appartement. Alors j'étais minutieuse, perfectionniste quant à l'emplacement exact, au millimètre près de tous meubles, toutes choses. C'était en soit inutile, mais j'y étais présentement attachée, et après avoir réprimandé sévèrement quelques serviteurs, je me retrouvais seule pour agencer moi-même ma chambre et mes meubles. Elle est spacieuse, comme dans mon appartement, mais je n'y retrouvais rien. Ni joie, ni chaleur, ni apaisement. On m'amena un plateau de true blood, le verre que je pris se brisa entre mes doigts en enserrant le plus possible pour que le verre brisé s'insinue dans ma chair. Aucune souffrance. Rien. Je desserre mon emprise, enlève les morceaux un par un sans grande conviction. Air impassible, et pourtant, alors que mon regard se fige sur cette bouteille en verre rempli de ce breuvage insipide, je ne peux m'empêcher un geste impulsif, colérique. En une fraction de seconde, elle s'éclate contre le mur, laissant un liquide rouge glissant peu à peu vers le sol. Je reste un moment devant ce chef d'œuvre, ma main est déjà cicatrisée, avant que quelqu'un ne vienne frapper à ma porte. On venait m'annoncer l'arrivée d'une personne, et je me surpris à réaliser que la nuit était déjà tombée. J'ordonnais qu'on nettoie ce que j'avais causé d'un ton sec et hautain, avant de me diriger vers la salle de bain pour nettoyer tout ce sang sur ma main et me changer. J'enfilais une robe sobre, sans fioriture, je n'étais pas d'humeur, et je n'avais pas l'intention de séduire mon interlocutrice. J'avais déjà du mal à gérer tout ce que j'amassais en moi, je n'étais guère d'humeur à faire quoi que ce soit de passionnel ou pour me faire plaisir. J'étais Reine. Quelle importance donnait ce titre véritablement ? A part le début d'un poison...

Je quittais ma chambre, espérais la retrouver impeccable à mon retour, avant de me diriger vers le couloir qui menait aux appartements de cette nouvelle venue. Je me devais d'aller à sa rencontre, autant pour aller la saluer que pour clarifier tout un tas de choses. Je pense que nous avions beaucoup de sujets sur lesquels échanger, c'était presque primordial. Ma main se pose tranquillement sur la poignée, j'inspire profondément pour essayer de calmer cet ouragan, puis j'ouvre lentement la porte. Je n'ai pas signé ma présence en frappant à la porte, alors je rentre aussi tranquillement et lentement que possible, en prenant soin de ne pas être silencieuse. Erin se retourne, me salue comme il se doit et s'incline. J'ai encore du mal avec toutes ces marques de respect.

« Bonsoir Erin. Je suis désolée de t'importuner tout juste après ton arrivée, après les récents événements. » Je m'avance vers elle, puis ma trajectoire dévie pour observer les lieux. « J'espère que cela te convient. » Je tourne sur moi-même, un geste simple de la main pour désigner ses appartements, avant de me retrouver face à elle. « Je suis désolée de t'imposer cela, mais après ce qu'il vient de se passer, on ne peut pas éparpiller nos meilleurs éléments. » Elle faisait partie de l'un d'eux en effet, je voulais au moins qu'elle le sache, même si j'émettais des réserves, ou disons plutôt qu'il fallait que je me fasse un avis plus tranché et plus personnel à son égard. Je l'observe attentivement, laisse un instant le silence régner avant de reprendre. « Je te remercie de ce que tu as fait pour Torben, il est déjà pris en charge et nous nous occupons de lui. » Je fais une nouvelle pause. « Nous devons parler de plusieurs sujets, notamment le fait que tu me sois donnée. Je sais que jamais je ne pourrais remplacer ma Mère, nous nous connaissons bien trop peu pour que ce soit le cas d'ailleurs, mais j'aimerais avoir ton opinion là-dessus. Je dois t'avouer que je ne pense pas spécialement à notre... lien, si on peut l'appeler ainsi. Ma sœur et moi sommes accaparées déjà par bons nombres de responsabilités. » Je m'approche un peu plus d'elle. « Je sais certainement ce que tu éprouves, mais je veux savoir une chose. T'y opposes-tu d'une quelconque manière que ce soit ? » Elle comprendrait certainement que je parlais qu'elle me soit offerte, qu'elle puisse être ma pomme de sang, ma servante éventuellement. Je n'arrivais pas à y réfléchir pleinement, car tout m'était encore un peu abstrait, éphémère... que j'aurais aimé me réveiller de ce cauchemar...

Hj:
 
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I've got to break through [Livre II - Terminé]   Lun 8 Déc - 18:50

Le changement de décor me perturbe peu, à vrai dire. Bien que n'ayant jamais vécu dans tant de luxe, j'y ai évolué, et puis... J'ai actuellement bien plus déstabilisant, et ce n'est pas cela qui va changer ma vie, même si en effet, elle est en train de changer. J'en ai conscience, et ce changement de lieu de vie n'en n'est qu'une des conséquences. Nombreuses conséquences, que je ne connais pas encore toutes. Je ne supporte pas d'être dans le vague, de ne plus avoir de repères, plus de but, plus rien à m'accrocher. Je peux vivre seule sans m'attacher à quiconque, sans accorder un millimètre de ma confiance à personne, mais j'ai besoin de repères matériels. Surtout lorsque je suis autant perdue, démunie, dévastée. Plus rien ne va, tout est flou, vague, mon existence noyée par une vague de douleur que j'essaye avec peine de contrôler, de refouler. Mais c'est encore trop frais. Un jour, et je dois déjà regarder en avant, songer à avancer et à me relever alors que la chute est bien trop profonde et bien trop brutale. J'ai déjà traversé beaucoup d'épreuves mais aucune ne fut aussi pénible, et pourtant c'est celle que je dois surmonter le plus facilement. Mais est-ce faisable ? Je n'en sais rien. J'ai mal, c'est tout. J'ai mal, et je pleure sans bruit, sans larmes, car je ne peux me le permettre. Je me sais assez forte pour les garder pour moi, mais le serais-je pour redevenir la femme forte et déterminée que j'ai été jusqu'à présent ? Quoi qu'il en soit, la question ne se pose pas véritablement. Je n'ai pas le choix. Je dois rester aussi forte, et je dois porter le poids qui va être le mien, pendant tout le temps qu'il me reste à vivre. On ne m'y a pas formé spécialement, mais on m'a cependant appris à gérer ma vie, mes émotions, et mon devoir. C'est au fond la seule chose qu'il me reste, le seul point auquel me raccrocher. Fermer les yeux sur les cicatrices.

Jana arrive rapidement ; il est finalement peu étonnant qu'elle soit déjà là. Pas de perte de temps, et je suppose que nous avons des sujets à mettre au clair. Cela va de soi ; elle sait que je lui « reviens », d'après les volontés de sa mère. Krystel m'avait même demandé de devenir sa servante, alors que Torben devait prendre la même place auprès de Morgane. Elle n'est plus là aujourd'hui, et Jana fera selon sa volonté. Tout ce que je désire, c'est pouvoir continuer à mener les actions que je menais, d'une manière ou d'une autre, liée à elle ou non. Bien sûr, cela modifierait beaucoup de paramètres, mais je ne sais pas ce que je préfèrerai. Je ne préfère pas y penser vraiment, d'ailleurs, bien qu'ayant besoin de repères pour mon avenir. Me dire que désormais Krystel n'est plus, que ce n'est plus elle que je sers, et que quelqu'un d'autre va peut être se servir de mon sang... C'est déjà assez dérangeant. Je ne sais même pas ce que j'en pense réellement, ce que cela me fait, tout est trop compliqué, tout se mèle dans ma tête, les impressions, les souvenirs... Peut être ai-je juste besoin de sommeil. Juste de sommeil. Même cela, je ne peux me le permettre, je n'y arrive pas, fermer l'oeil n'a aucun effet. Je ne dors jamais vraiment. Pourtant, je peux passer des jours sous tension, sans une seconde de repos. Je l'ai déjà fait. Mais aujourd'hui, c'est différent.

Je note la tenue sobre, noire, sans fioriture, le tutoiement. Elle aussi doit être bouleversée, mais elle n'en montre rien, à peu près comme moi. Je sais encore contrôler l'image que je renvoie face à autrui. J'arrête tout naturellement le rangement que j'étais en train d'effectuer, alors qu'elle s'excuse pour le dérangement. Elle n'a pas à le faire, mais je ne la coupe pas. Je hausse les épaules lorsqu'elle me demande si je suis satisfaite de mes nouveaux quartiers.

« Je ne suis pas exigeante là dessus, j'ai connu bien pire. »

La boue, ma merde, un bidonville, appelez ça comme vous voudrez, mais j'ai pas grandi dans un appartement tapissé, chauffé avec fauteuils rembourrés. C'est si loin... Je me demande parfois s'il reste encore quelque chose de la petite fille que j'ai été. Je me rappelle qu'elle a eu mal, elle aussi, lorsqu'elle a connu la perte d'un être cher. Je me rappelle qu'elle a dû se battre avec ses poings pour s'en sortir, pour se tailler une place, une petite place. Elle voulait juste vivre. Est-ce le cas ? Je ne saurai pas y répondre.

La vampire s'approche de moi, et continue son discours. Je l'écoute attentivement sans l'interrompre, sans la quitter des yeux. Jana s'arrête, à quelques centimètres de moi. Arrive t'elle vraiment à cerner ce que je peux éprouver ? Peut être une partie. Je ne compte pas lui mentir, ni lui cacher quoi que ce soit. Il n'en n'est pas question un seul instant.

« Non, je ne m'y opposerai pas. J'ai du mal, je l'avoue, à m'habituer à l'idée d' « appartenir » à quelqu'un d'autre que votre mère, mais ce n'est sûrement qu'une question de temps. Tout ce que je demande, c'est de pouvoir continuer à vous servir, à faire ce que je sais faire. J'ai tout perdu,et c'est tout ce qu'il me reste à faire, à présent. Pour le reste, cela n'a pas vraiment d'importance pour moi. Prenez mon sang, si vous le désirez.  »

_________________

Awards & co:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireuse
Points de vie : 17
Coups du Destin: 16
« Ne reste que l'odeur du sang »
Messages : 3191
Membre du mois : 26
Je crédite ! : Ava (c)SWAN // Signa (c) Hotmess / Gif : tumblr / Spoiler : Kanala
Localisation : Dans l'Ombre
Caractère : Fiable - Patiente - Acharnée -Pragmatique - Manipulatrice - Cinyque - Ne fait pas dans la dentelle - Caméléon - blessée
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Concentrée
Autres comptes : Leah Rivers & Eva Raederer

« Ne reste que l'odeur du sang »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2536-erin-danvers-born-to-kill-dispo http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2537-erin-danvers-born-to-kill
MessageSujet: Re: I've got to break through [Livre II - Terminé]   Sam 13 Déc - 13:20


Hj:
 

J'observe ses traits, j'analyse tout de son visage, de sa gestuelle et de son attitude. J'en apprends déjà bien plus en l'observant minutieusement ainsi, sans paraître invasive, qu'en lui demandant simplement comment elle va. J'espérais que mes traits ne reflètent pas la plupart des émotions qui me traversent, sinon, ce serait peut-être bien trop brutal pour Erin. Je ne suis pas venue à cœur ouvert, je ne suis pas venue pour lui parler de ce que je ressens, ce que je veux savoir surtout, c'est comment elle réagit à toute cette situation, à cette perte. Ce que je voulais savoir par-dessus tout, c'était si elle avait un quelconque problème avec le testament de Krystel. Elle savait déjà qu'elle me revenait, d'après le testament toujours, mais comment voyait-elle la chose ? C'était cela l'important. Je ne voulais pas d'une personne à mes côtés si elle ne désirait pas l'être. Je ne recherchais pas son amour, ni sa compassion. Non, je recherchais quelqu'un de confiance avant tout, sur qui je pourrais tout demander. Dans un premier temps, c'était ça l'essentiel, et j'essayais d'y mettre les formes, tranquillement, parce qu'hier encore nous étions dans un bouleversement majeur. C'était si proche et si lointain en même temps... Il ne fallait pas que je me remémore, pas maintenant, présentement, j'étais venue pour Erin. Je me reconcentrais, alors que je lui demandais comment elle trouvait ses appartements. C'était une façon d'ouvrir la discussion, sur quelque chose de banal et tellement indifférent et frivole. Après tout, même si on est entouré de luxure, même si l'on aime cette ambiance et cet aspect, on ne peut l'apprécier vraiment après une perte conséquente, un deuil présent. Toutefois, elle me répond, le plus normalement ou simplement du monde, mais je vois bien que tout cela reste transparent sur elle. Je ne la blâme pas, moi-même je ne me sens pas à l'aise ni à ma place dans mes nouveaux quartiers. Tout est nouveau, il me faut me poser mes marques, et très rapidement.

Je m'approche d'elle, lui parle franchement mais en cherchant les bons mots. Je suis anormalement calme et sereine, j'arrive à gérer mes émotions, à laisser de côté tout ce qu'il s'était passé il y a à peine vingt-quatre heures. Peut-être aussi parce que tout est nouveau, que j'ai du mal à m'y plonger véritablement. Comme un doux rêve... qui ressemblerait à un cauchemar rallongé. Mais tout est bien réel, tout est bien présent. Je l'écoute attentivement, une fois qu'elle m'a elle-même écoutée. J'espère qu'elle répondra à mes interrogations exposées comme cachées. Dans un premier temps, elle semble être sincère, assez franche et cela me rassure quelque part. Elle commence par m'affirmer qu'elle ne s'y opposerait pas. Fort bien, mais je voulais aussi un peu plus que cette simple réponse, ce qu'elle fit par la suite alors que je restais immobile et silencieuse à l'écouter. Je reste un moment de plus alors qu'elle a fini, l'air hagard, avant que mes yeux ne retrouvent le visage d'Erin et que le voile devant mes yeux disparaisse.

« Je comprends ce que tu veux dire. Mais je voulais savoir également ta position, tes sentiments par rapport à ce que tu sois mienne. Inutile de tourner autour du pot, alors excuse-moi par avance de ma franchise peut-être brutale, mais je ne veux pas de quelqu'un à mes côtés en qui je ne pourrais pas avoir toute confiance, et qui lui-même n'arrivera pas à m'accepter ou aura un quelconque problème avec ma propre personne. Je ne parle pas d'amour, loin de là, mais d'un autre lien, plus intense, plus complexe également, mais qui est et restera infaillible quoi qu'il arrive. Nous avons cruellement besoin de cela après ce qu'il est arrivé, je pense que tu en es consciente... » Je fais une pause, me dirige vers la fenêtre la plus proche alors que mon regard parcourt l'horizon. « Ne te méprends pas, je ne remets pas en cause tes capacités. Bien sûr, je veux que tu reprennes tes fonctions, je veux que tu t'occupes de gérer l'armée humaine, sous l'égide de Nicolas. Je veux que tu retrouves une place pour te permettre d'être au maximum de tes capacités... et te permettre d'avancer également. » Je me retourne pour capter son regard. « Alors seulement, je pourrais me faire une idée plus précise de toi. » Je m'avance vers elle, gracieusement, presque comme si je flottais. Ma main se lève et mes doigts effleurent la base de sa mâchoire pour redescendre dans son cou. « Tu étais précieuse aux yeux de ma Mère, tu l'es certainement aussi pour Torben par le lien qui vous unit... Crois-moi, le sang est aussi important, il n'est savoureux que si le plaisir y est. Je possède déjà une pomme de sang, alors je sais de quoi je parle. Ne prends donc pas avec autant de légèreté ce lien. » Ma main quitte sa peau, alors qu'un léger sourire traverse mon visage, presque éphémère. « Je le désirerais quand tu le désireras. » soufflais-je pour terminer. Je voulais qu'elle comprenne qu'elle n'était pas prisonnière, qu'elle pouvait s'opposer à être à mes côtés, mais qu'elle le fasse dès lors. Je ne la prendrais pas de force. Comme je le lui avais dit, elle était précieuse, et je ne voulais d'elle à mes côtés que si elle le désirait ardemment. Mais je pouvais comprendre qu'il lui fallait du temps. Je me recule, fait encore quelques pas, plus pour me permettre de me calmer. L'immobilité ne m'aidait guère avec les préoccupations qui parcouraient mon esprit et me tourmentaient. « Je veux que tu saches, ce n'est pas un ultimatum, je ne te demande pas de me répondre dans la minute. Je te demande simplement d'y réfléchir sérieusement, de prendre le temps de t'éclaircir les idées. Je sais que tout est encore trop récent... » Je me coupe dans mon élan, mes doigts se crispent, mes muscles se tendent et ma tête semble s'enflammer. Ma gorge également. Durant combien de temps ne m'étais-je pas abreuvée ?
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I've got to break through [Livre II - Terminé]   Dim 14 Déc - 18:38

Je sentais les yeux de Jana posés sur moi, je la sentais me scruter, me détailler. Cet instant était décisif, car c'était là la première véritable impression qu'elle se faisait de moi. Et cela passe par la manière dont je me tiens, par ce que mon corps et mon visage expriment. Je suis habituée à contrôler tout cela, mais les circonstances jouent contre moi. Un bel exemple pour me prouver que je ne dois en aucun cas me laisser aller, me relâcher. Je le sais, malgré la douleur qui m'accable, malgré le laps de temps extrêmement court qui s'est écoulé depuis la mort de Krystel, je ne peux pas m'attarder sur un deuil. J'en ai pleinement conscience, et je fais tout pour. La nouvelle Reine reste de marbre, frigide et inexpressive, pourtant je me doute qu'elle doit souffrir de cette cruelle perte, et peut être plus que moi. Mais comme moi, elle sait aussi que le temps joue contre nous et que le laisser filer serait une grave erreur. Il y a des choses qui doivent être réglés rapidement, aussi dérangeant soient elles à l'esprit. Pour moi, en tout cas. Je me rends compte à quel point je suis prise de court ; je n'ai pas pris le temps de réfléchir à après, à ce qui allait se passer. Pas réellement. J'étais au courant, mais c'était tout. Je lui revenais, mais désormais, alors que je me retrouvais devant le fait accompli et la réalité, je cherchais la meilleure voie par laquelle aborder la situation, je cherchais quelle devait être ma réelle place. Tout restait affreusement confus, ce qui m'énervait au plus haut point. Je tentais, avec mal, de faire le ménage dans ma tête, trier mes pensées, ordonner tout ce qui s'y passait. Je devais rapidement arriver à me détacher à nouveau de ce lot de sensations et d'émotions qui me parasitaient tout à coup, bien que je ne le montrais pas. Je parlais pourtant à cœur ouvert à Jana, ou du moins j'essayais. Cela non plus, je n'en n'avais pas l'habitude, ayant passé ma vie seule, seule face à moi même, à ne vivre que pour exécuter mes missions. Aujourd'hui, ma place changeait légèrement, même si je n'arrivais toujours pas à définir quelle elle était. Cela se jouait maintenant.

Mes yeux à moi, suivent ses mouvements et déplacement alors qu'elle n'est qu'à quelques centimètres de moi. Elle me parle sincèrement et franchement. Je lui donne une réponse assez globale, essayant de n'oublier aucun des points qu'elle avait elle même évoqués. Je ne savais pas toujours quoi lui répondre, ne sachant pas moi même où j'en étais. Je devais dès à présent retrouver mes marques, pour avancer à nouveau et régler ce problème. Je l'écoute encore, alors qu'elle me parle de franchise et de confiance. Des mots qui me conviennent parfaitement. Je n'ai pas dit que je ne voulais pas de cette place, ni que je la rejetais, elle. Simplement que j'avais du mal, du mal à l'imaginer prendre mon sang, ou plus encore. Il était étrange de penser à cela. Krystel m'avait donné goût à ses morsures, et même si j'avais refusé de lui donner mon corps, elle m'avait toujours attirée. Qu'est-ce que cela me ferait, de voir quelqu'un d'autre prendre sa place ? Je ne saurai donner de réponse précise, alors que je me devais de lui en fournir une.

« Oui, j'en ai conscience. Je désire être à vos côtés, si c'est aussi votre désir : vous me connaissez peu, comme vous l'avez dit. Mais vous pouvez avoir confiance en moi, je vous l'assure. »

Je ne savais trop quoi ajouter d'autre pour l'instant. Je comprenais pour elle qu'il soit difficile d'accorder une place aussi importante à une humaine qu'elle ne connaissait qu'à peine. Mais j'étais quelqu'un de fiable, et cela elle devait le savoir, sinon sa mère ne m'aurait pas confié la protection de son servant humain. Mon regard suit ses pas, avant qu'elle ne reprenne la parole. J'acquiesçais simplement. Elle ne pourrait en effet qu'avoir une réelle idée de ma personne qu'en me jugeant à l'oeuvre. Cependant, la guerre grondait, nous avions peu de temps pour reconstruire et consolider les bases de cette monarchie. Cela aussi, elle devait le savoir. Elle revient finalement vers moi, dans une démarche des plus gracieuses qui rappellerait celle de sa mère. Sa main froide et pâle effleure ma peau sombre, je la sens redescendre dans mon cou. Je ne réponds rien, une fois encore. Je ne sais pas ce que je veux véritablement. Peut être serait-ce mieux de m'offrir à elle dès aujourd'hui, peut être cela m'aiderait il à avancer. Ou au contraire, peut être cela ne ferait que me déstabiliser de plus belle. Je ne pouvais le savoir sans l'avoir fait. Je vois Jana se tendre, se crisper. Se retient elle ? J'appréciais, en tout cas, de ne pas être traitée comme un simple verre de sang.

« Merci. »

Je soupire, un instant, avant de poursuivre :

« J'étais la pomme de sang de votre mère, je sais que le sang n'est pas à négliger. J'appréciais ses morsures. »

Même si j'avais quelques soucis avec le reste... je termine, presque dans un murmure :

« J'apprécierai certainement les vôtres... »

_________________

Awards & co:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireuse
Points de vie : 17
Coups du Destin: 16
« Ne reste que l'odeur du sang »
Messages : 3191
Membre du mois : 26
Je crédite ! : Ava (c)SWAN // Signa (c) Hotmess / Gif : tumblr / Spoiler : Kanala
Localisation : Dans l'Ombre
Caractère : Fiable - Patiente - Acharnée -Pragmatique - Manipulatrice - Cinyque - Ne fait pas dans la dentelle - Caméléon - blessée
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Concentrée
Autres comptes : Leah Rivers & Eva Raederer

« Ne reste que l'odeur du sang »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2536-erin-danvers-born-to-kill-dispo http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2537-erin-danvers-born-to-kill
MessageSujet: Re: I've got to break through [Livre II - Terminé]   Dim 14 Déc - 19:44


Je lui en demandais peut-être beaucoup, mais au final, je n'attendais pas une réponse claire de sa part dès à présent. Nous n'étions que le premier jour d'une année qui allait être virevoltante et semée d'embûches... de tailles. Nous avions tout à reconstruire après que Krystel soit partie, tout à reconstruire également autour de nous, à l'intérieur. Je savais parfaitement comment pouvait se sentir Erin présentement. Elle appartenait à ma Mère, et désormais elle m'était remise, autant dire que dans sa tête ce ne devait plus être si limpide. Appartenir à quelqu'un d'autre comme ça, sans pouvoir rien y faire. Ce pourquoi je lui avais avoué ce que je ressentais, ce que je pensais même de ce lien. Je ne la connaissais pas, soit, mais il fallait qu'on se fasse nos propres avis, je l'avais bien stipulé à Krystel, tout comme à Torben d'ailleurs qui ne m'avait fait que confirmer ses qualités. Mais voilà, dans cette autre ère, ce nouveau monde entièrement changé, je me devais de me faire mes propres opinions sur chaque personne qui resterait à mes côtés, et cela valait aussi pour Erin. Combien même je savais qu'elle pouvait être digne de confiance, je voulais être certaine qu'aucun obstacle ne se mette entre nous, qu'elle soit franche sur ses positions, et tout irait pour le mieux. Ce n'était pas pour rien que j'étais venue à sa rencontre aussi tôt, il fallait mettre les choses à plat, et j'avais voulu commencer par ce sujet, même s'il s'avérait être plus dur que de parler des projets d'une armée humaine.

J'ai l'impression de monopoliser le dialogue, je la sens presque hésitante, ou perdue pour tout dire. Je ne lui en blâme pas, je suis moi-même au point mort quant à tout ce que j'ai à faire et tout ce qui me traverse la poitrine, me brûlant presque de toute part, chaque organe, muscle, la plus petite infime parcelle de mon être. Je ne la quitte pas des yeux, même si je fais quelques allées et venues, je ne la quitte que quelques secondes pour replonger dans ses yeux, et la scruter de nouveau. Elle devait savoir que le moment était décisif, et même si ce n'était pas la meilleure façon d'agir, c'était le plus opportun pour faire ressortir les choses. Si elle avait été contre, elle me l'aurait sans doute dit avec franchise, parce qu'elle est justement un peu déboussolée par les événements. Je ne veux cependant pas la brusquée, mais je pense qu'elle a déjà compris. Elle est une femme intelligente. Je l'écoute parler alors que ses mots me rassurent quelque peu. C'était ce que je voulais entendre ce soir, à voir par la suite comment nous gérerions tout cela, mais pour l'heure, elle a bien ciblé sa réponse. Je lui fis un fin sourire, faille qui passa sur mon visage presque un millième de seconde, avant qu'il ne disparaisse.

« Si tu es sûre de le désirer, alors nous avancerons côte à côte. Mais comme tu l'as dit, il nous faut apprendre à nous connaître. Le temps est contre nous, et je doute avoir le choix de faire preuve de patience et de clémence, alors j'espère par avance que tu resteras aussi forte que tu l'es, et que tu ne me blâmeras pas d'être trop brutale ou distante... » Je m'arrête, parce que je ne veux peut-être pas aller plus loin sans me dévoiler un peu plus. Je me permets de lui faire un geste d'affection, aussi infime soit-il. Mes doigts effleurent sa peau douche et chaude, j'aurais pu la mordre en cet instant, la prendre sans lui demander son avis. Mais ce n'est pas comme cela que je concevais notre lien. Je ne savais pas de quel ordre il était avec ma Mère, mais il nous fallait trouver un chemin commun, ce serait bien plus doux que la force. Je savais me montrer sanguinaire, brutale et possessive, mais dans ce présent cas, cela ne servait à rien. J'avais déjà analysé la situation dans ma tête avant d'aller la voir, et même si Erin ne voyait peut-être pas en moi toute cette confusion, elle restait tout de même présente au plus profond de moi. Elle me remercie, je suis presque étonnée, mais rien ne se perçoit dans mon regard. Que croyait-elle ? Que dès lors qu'elle m'était donnée, elle était mienne ? Cela ne marchait pas comme ça. Mais j'étais ravie qu'elle en soit consciente. Et puis, elle s'ouvre un peu plus, m'avouant qu'elle aimait ses morsures, et les mots suivants, même dans un murmure inaudible, je les percevais comme si elle avait soufflé au creux de mon oreille. Mes lèvres s'étirent en un sourire presque amusé, savait-elle au moins à quel point j'avais soif en cet instant ? C'était presque hilarant, si la situation n'était pas aussi critique. Je diminue de nouveau la distance entre nous.

« Nous verrons en temps et en heure, car pour le moment, nous avons d'autres choses à gérer. Je veux bien te permettre de récupérer aujourd'hui, mais je veux que tu sois opérationnel dès demain. Fait ce qui te semblera nécessaire, tu peux aller voir Torben, tu peux tout demander, il suffit pour cela d'appeler un serviteur qui se fera une joie de te servir. Je sais que c'est peut-être nouveau, que tu n'as pas l'habitude, mais je veux que tu te sentes le mieux possible dans ce nouvel environnement. N'hésite pas non plus à venir me trouver, je serais toujours disponible pour toi. » Je m'arrête, fait une courte pause avant de continuer plus en détail et dans le vif du sujet. « Il te faudra t'entretenir avec Nicolas, je vous laisserais gérer cela entre vous, car nous avons d'autres préoccupations ma sœur et moi à nous occuper. Des affaires qui ne peuvent pas s'éterniser, mais si tu éprouves le besoin de me solliciter, que cela soit moi ou ma sœur, Morgane, n'hésite donc pas. » J'avais du mal à allier ordre et douceur. Généralement, j'ordonnais et on exécutait, mais pour Erin il fallait que je manie bien plus mes mots et mon attitude. Un art qui arriverait bien vite dans mes cordes. Je voulais qu'elle puisse penser tout de suite à la situation actuelle, mais je n'étais pas dénouée de compréhension. Je lui laissais du lest, du moins jusqu'à demain. Ensuite, il faudra qu'elle se mette au boulot le plus tôt possible. Le temps était toujours contre nous-même s'il ne s'était écoulé que peu d'heures depuis sa mort. « Si tu as des questionnements, des interrogations, je t'écoute. » terminais-je, presque solennel alors que mes yeux détaillaient les siens tranquillement.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I've got to break through [Livre II - Terminé]   Ven 19 Déc - 18:13

Au fond, je ne savais pas à quoi m'attendre. J'avais tenté d'y réfléchir, quelques instants, quelques jours avant la mort de Krystel comme dans les heures qui l'ont suivie, mais tout cela était trop dur, trop douloureux. Trop étrange. Pourtant il était grand temps que je fasse face à la réalité, au futur qui m'attendait, qui s'étalait devant moi tel un océan sans fin, un horizon lointain et obscur. Que je tentais d'éclaircir avec peine pour en discerner les contours, sans trop de succès. Même Jana restait assez vague avec moi, mais je comprenais totalement. Tout était trop récent, nous étions tous perdus, tous sans repères, avec tout à reconstruire autour de nous. Je l'imaginais, je la sentais tout autant perdue que moi. Mais elle était reine désormais, et elle ne pouvait se permettre de se laisser aller au chagrin ou d'abandonner sa vigilance. Cela, elle devait déjà s'en douter, elle n'était pas bête, sinon elle ne serait pas ici, aujourd'hui, à cette place. Peut être plus vulnérable que sa sœur ou que la plupart de ses congénères de part son jeune âge, mais intelligente, ça oui. Je ne doutais pas d'elle, de ses capacités à gérer la tâche qui lui revenait. Lourde tâche, et la mienne l'était aussi. Pas à la même échelle mais tout de même. Maintenant que Torben n'était plus dans la course... J'avais tout fait pour le sauver, je l'avais trainé sur le champ de bataille jusqu'à la fourgonnette, puis j'avais fouillé, pour finir par tomber sur ces poches de sang. C'était le seul espoir que j'avais, qu'il nous restait de le voir sortir de son coma. Mais même si cela arrivait... Rien ne serait plus comme avant, j'en étais persuadée. Personne n'avait aucune idée de ce qui s'était passé entre lui et Krystel, pour ce lien qui les unissait et qui aurait dû les tuer tous deux. Peut être ne serait il pas apte à reprendre ses activités. Peut être le serait il, mais ne le voudrait il pas. Je n'en savais rien et essayais de ne pas y penser, pour me concentrer sur moi même, sur mes objectifs actuels.

Et bien malgré moi, je faisais ressentir ce trouble en moi, cette hésitation que je combattais de toutes mes forces. Je n'avais pas le temps, pas le droit de m'abandonner à des sentiments, à des émotions. Depuis toujours, c'était ce qui guidait mes pas, et je n'avais jamais eu de difficultés. Peut être parce que je travaillais seule et totalement coupée d'autres humains, sauf de ceux qui étaient les cibles de mes missions. Mais dans le fond, cela ne changeait rien ; l'instant était décisif, les quelques jours à venir encore plus et aucun de nous ne pouvait se permettre de perdre ce précieux temps. Jana me fixe, sans pour autant me dévisager ou me mettre mal à l'aise. J'ai pourtant conscience que ses pupilles rouges comme le sang me scrutent, me traversent comme un rayon laser. Elle a presque, parfois, les allures de sa mère... je tente également de ne pas penser à Elle, mais c'est encore plus difficile, que la vampire me parle de sang et de morsure. Je me rappelle des délices qu'étaient celles de Krystel, souvenir cuisant de la tentation qui me prenait à chaque instant passé avec elle, de céder à ses envies... Cela ne se ferait plus désormais, mais je ne savais pas non plus quel effet auraient sur moi les crocs de sa fille. Si je ressentirai quelque différence, ou si le plaisir serait tout aussi intense. Si cela me dérangerait réellement ou non. Cependant je la vois sourire, comme quelques instants plus tôt lors de mes précédentes paroles. Amusée ? Elle avait comme l'air de se contrôler il y a quelques instants, de se retenir de se jeter sur moi pour boire tout son saoul. Nous ne savions pas plus que l'autre où nous en étions... Mais si elle était d'accord pour avancer avec moi, alors je l'étais aussi. C'était l'essentiel, après tout. Que nous puissions nous faire confiance et travailler ensemble, peu importe à quel niveau, peu importe si je devais devenir sa pomme de sang, ou sa servante. C'était une toute autre affaire, et du moment que nous ne nous connaissions pas bien, c'était hors propos.

J'enregistre tout ce que me dit, me conseille la jeune Reine. Même si le lieu me le permet, je ne suis pas du genre à appeler des serviteurs ou quoi que ce soit, ce n'est pas dans mes habitudes et je préfère me débrouiller seule pour ce dont j'ai besoin. On n'est jamais aussi bien servi que par soi même dit on, non ? En tout cas, c'était ainsi que je fonctionnais. Je notais, tout de même, comme je notais tout ce qu'elle pouvait me dire lors de cette discussion. J'acquiesce à ses paroles. Nous sommes donc d'accord sur le fait que je dois être opérationelle au plus vite, quoi qu'il en soit. Je n'ai pas vraiment besoin qu'elle me le dise pour le savoir, et le faire, mais il est toujours rassurant de voir que nous sommes sur la même longueur d'ondes.

« Je dois voir le général sous peu, nous mettrons au point tout ce qu'il faut concernant cette armée, je vous informerai une fois que ce sera fait. Je vous remercie pour le reste, je vais essayer de m'habituer rapidement à tout ce luxe, et je serai opérationnelle le plus tôt. »

J'étais tout de suite plus à l'aise, dès que nous devions parler de sujets plus professionnels. Après tout, c'était la seule chose qui avait composé ma vie jusqu'à présent et jamais je ne m'en étais plainte. Je la regarde, alors qu'elle me demande si j'ai une interrogation. Je réfléchis, un instant.

« Non, je ne vois rien. J'ai simplement besoin de retrouver un peu mes repères, ce que je vais faire au plus vite. Cela ne m'empêchera pas d'être opérationnelle. Je suppose que les choses se mettront en place d'elle même assez vite. »

_________________

Awards & co:
 
avatar

Journal Intime
Spécialisation: Tireuse
Points de vie : 17
Coups du Destin: 16
« Ne reste que l'odeur du sang »
Messages : 3191
Membre du mois : 26
Je crédite ! : Ava (c)SWAN // Signa (c) Hotmess / Gif : tumblr / Spoiler : Kanala
Localisation : Dans l'Ombre
Caractère : Fiable - Patiente - Acharnée -Pragmatique - Manipulatrice - Cinyque - Ne fait pas dans la dentelle - Caméléon - blessée
Vos Liens :
Spoiler:
 


Humeur : Concentrée
Autres comptes : Leah Rivers & Eva Raederer

« Ne reste que l'odeur du sang »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2536-erin-danvers-born-to-kill-dispo http://strange-scotland.forums-actifs.com/t2537-erin-danvers-born-to-kill
MessageSujet: Re: I've got to break through [Livre II - Terminé]   Jeu 8 Jan - 18:21


J'étais venue à sa rencontre dans un but bien défini. Je savais qu'il était encore tôt, mais la mort de ma Mère ne devait pas être une excuse pour tout arrêter pendant des jours, voire des semaines. Non, il fallait aller de l'avant, encore plus maintenant après ce qu'il s'était passé. J'étais venue la voir pour tout régler, que tout soit clair. J'avais également eu mes réponses, peut-être qu'Erin changerait d'opinion, n'arriverait finalement pas à être à mes côtés, mais j'espérais que non. Elle s'était d'ailleurs bien défendue, mais je voyais bien qu'elle était encore bouleversée par les événements récents. Torben était à moitié mort, Krystel bel et bien dans l'au-delà, et il ne restait plus que deux têtes au gouvernement. On critiquerait ma place, mon honneur et mon jeune âge, j'en étais certaine, tandis que l'on arriverait même à critiquer ma sœur, Morgane. J'attendais tout cela, et ça s'était déjà produit la veille. Deux couronnes, cela ne s'était jamais vu, mais c'était peut-être pour montrer le renouveau, une ère nouvelle qui se prédestinait. Tout le monde ne pouvait pas être d'accord, comme il y avait des traites lorsque Krystel était au pouvoir, il y allait en avoir sous notre règne. Les gens profitaient toujours de la situation, de la mort de celui qui gouverne pour tout remettre en cause, pour essayer de prendre le pouvoir. Cela n'a pas fonctionné hier soir, mais cela ne doit plus jamais se reproduire. Je faisais comprendre à Erin que je pouvais être compréhensive, qu'elle pouvait avoir une journée de deuil, d'ailleurs, il fallait ma sœur et moi que nous préparions tout un tas de choses. Mais ensuite, il nous fallait la disponibilité de tous nos effectifs, de tous ceux en qui nous pouvions mettre notre confiance, même si elle n'était jamais totale. Nous nous étions mis d'accord tout de suite sur un fait Morgane et moi : ne plus jamais laissé les traites vagabonder au sein même de notre « cercle ». Il fallait tout faire pour stopper cette mauvaise graine, ne pas leur laisser une seule once de répit. Tous les anéantir.

Je stoppe mes pensées alors qu'elles se font puissantes, sanglantes et surtout meurtrières. J'avais envie de meurtre, et si je ne me maîtrisais pas, je serais déjà en train de parcourir les rues, tuant tout sur mon passage pour le seul plaisir que j'avais à satisfaire mon envie de massacre, de vengeance. Mon regard s'assombrit, comprenant très bien pour quiconque connaissait cette expression que je n'étais en rien sereine comme je le laissais paraître. Puis, mes yeux retrouvent le visage d'Erin lorsqu'elle prend la parole, et mon regard se radoucit quelque peu. « Très bien, je compte alors sur toi pour tout mettre en place et me faire parvenir un retour de ce que vous entreprendrez. » Je me permets de lui faire une ouverture, qu'elle puisse poser ses questions si elle le souhaite, car je risque fort d'être prise et presque indisponible pendant quelques jours. Je l'observe, l'analysant quelque peu alors que mes yeux traversent son visage lentement. « Dans ce cas, je vais pouvoir te laisser et te souhaiter que tu trouves tes repères dans ce nouveau milieu. » Je n'en dis pas davantage, je lui avais déjà exprimé tout ce que j'avais à lui dire, je ne voulais pas paraître insistante, et puis j'avais autant besoin d'être seule qu'elle devait en avoir également envie. Sur ce point, je pouvais aisément comprendre. Je me dirige alors vers la porte, toujours cette grâce, le fait de ne rien laisser s'échapper de ce que je pouvais ressentir. Rien ne devait sortir, j'y étais trop habituée, et je ne connaissais pas assez Erin pour pouvoir me permettre un écart si important. Je me devais de représenter une certaine image. Quand est-ce que je n'arriverais pas à maîtriser tout ce qui me submergeait ? Je laissais de côté cet absolu et me contentais de me concentrer sur ma gorge qui me brûlait, preuve de la soif qui m'accaparait.


Hj:
 
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I've got to break through [Livre II - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
I've got to break through [Livre II - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]
» Mission Intrigue "Le Pacte des Loups" [Livre 1 - Terminé]
» Les démons de minuit [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Glasgow
 :: Alentours :: Demeure Raybrandt
-
Sauter vers: