AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
I have many things, many things in my head [Livre II - Terminé]
MessageSujet: I have many things, many things in my head [Livre II - Terminé]   Mer 29 Oct - 22:30



« I have many things, many things in my head »


Samedi 23 Décembre 2017

Cela faisait bien longtemps qu'Aleksandra connaissait Fanny. Elles s'étaient rencontrées en tant que collègues. Fanny était jeune à l'époque mais jamais la métamorphe ne lui avait posé de questions, elle savait que la vie n'était pas toujours facile et que pour une fille dans son genre enchaîne différents petits boulots à 16 ans c'est qu'il y avait une bonne raison.

Si Aleksandra était assise à une table d'un café dans le centre commercial de St James c'était justement pour renouer avec ce passé qui commençait à dater. Mais elle était nostalgique de cette époque ou les choses étaient bien plus simples, pas de vampires, pas de Loups, pas de Semi-Démons... Elle vivait de manière insouciante en pensant sincèrement faire partie de la seule espèce contre nature de ce monde.

Maintenant sa perception du monde avait relativement changé et elle parvenait à garder le moral en gardant contact avec des personnes comme Fanny, qui dataient d'avant la grande révélation, avant la guerre, avant cette immense daube qu'on leur servait tous les jours.

Pensive elle regardait l'échange simple de SMS qui l'avait conduite à attendre son amie dans un café du centre commercial. Lorsqu'elle leva les yeux elle vit cette fameuse amie qu'elle connaissait depuis si longtemps. Elle lui fit signe pour signaler sa présence et éviter qu'elle ne la cherche inutilement.

« Mademoiselle ! J'avais demandé deux sucres dans mon café, vous avez encore oublié ! » plaisanta-t-elle alors que la jeune femme s'était rapprochée de la table où elle était installée depuis quelques minutes.

Elle faisait référence aux clients pénibles qu'elles avaient dû supporter à longueur de temps pour tenir le coup et gagner au mieux leurs vies à l'époque. Elle rigola et fit signe à son amie de s'assoir pendant qu'elle appelait le serveur d'un petit geste de la main.

« Alors comment ça va depuis la dernière fois ? Ça remonte, non ? » demanda-t-elle en essayant de se remémorer la dernière fois que leurs routes s'étaient croisées.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I have many things, many things in my head [Livre II - Terminé]   Ven 31 Oct - 19:16



I have many things in my head
Qui es-tu ?
Un peu moins de 14 ans qu'on se connaissait, le temps passe tellement vite ... Aleks avait été ma collègue dans un de mes premiers job en écosse, dans un café. On a après ça jamais vraiment perdu le contact.
Ce que j'ai toujours apprécié chez elle, c'est le fait qu'elle ne jouait pas la curieuse et ne m'a jamais questionné sur mon passé. Mais ce qui m'a réellement poussé à garder un minimum de contact c'est ce truc, ce petit truc que j'ai très vite perçu? C'est difficile à expliquer, un simple ressenti, une impression bizarre. Je sais depuis que je l'ai connu qu'elle n'est pas comme les autres, mais quoi ? Qu'est ce qu'elle a de différent ? Est-elle une semi-démone ? Je ne crois pas ... Mais je n'ai jamais réussis à trouver, et je n'ai jamais ne serais-ce qu'oser lui demander, sinon comment j'aurais pu lui expliquer ce ressenti ? En lui disant que je suis la moitié d'un être démoniaque ? Jamais de la vie.

Recevoir un message de sa part m'avait fait plaisir, de quoi me changer un peu les idées. A force de courir à droite à gauche on ne prend plus de temps pour nous. Mes 16 ans me manque sur certain point d'ailleurs, et c'est la seule qui puisse me ramener à cette jeunesse d'un autre monde.

Arrivée près du café, je n'eu pas besoin de chercher Aleksandra puisqu'elle me fit tout de suite signe, m'appelant comme des centaines de gens l'avaient déjà fait à mon encontre, comme si on pouvait retenir la commande de toutes les personnes qui passe commande.
Je ne pouvais m'empêcher de sourire en rejoignant la chaise face à elle.

« J'fais aller, et toi ? Effectivement oui ça commence à faire un moment ... 6 mois ?»

La dernière fois qu'on s'était vu ? ... On s'était croisé par hasard il me semble, mais la dernière fois où on avait pris le temps de se voir il me semble qu'on peut commencer à compter en année.

© Pando
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I have many things, many things in my head [Livre II - Terminé]   Jeu 6 Nov - 16:00



« I have many things, many things in my head »


Samedi 23 Décembre 2017

C’était les vacances, les familles étaient nombreuses dans le centre commercial mais pour Aleks c’était l’occasion d’oublier un peu les enfants, pas trop non plus !, et de garder le contact avec ses amis qu’elle n’avait pas l’occasion de voir tout au long de l’année. Et Fanny c’était le genre d’ami qu’elle connait depuis très longtemps et pourtant qu’elle ne revoit que très rarement. D’ailleurs quand cette dernière s’installa à la table elle lui demanda à quand remontait leurs dernières rencontres. Six mois c’était sans doute ça à quelques jours près. Aleksandra lui répondit d’abord par un sourire avant d’enchaîner.

« Oh tu sais du moment que le boulot et la santé vont tout va. Et encore il y a six mois on s’est juste croisées ! Faudrait vraiment qu’on s’organise pour se voir plus souvent. » dit-elle en songeant qu’il serait dommage qu’un malheur arrive pour se rendre compte qu’on n’a pas passé assez de temps avec une personne.

Le serveur vint prendre leurs commandes. Pour Aleksandra c’était un simple expresso avec une noisette. Elle laissait Fanny prendre sa commence toute seule. Il fut un temps où elle aurait pu anticiper ce genre de commande quand elles travaillaient ensemble mais maintenant de l’eau avait coulé sous les ponts. Elles n’étaient plus serveuses à se faire maltraiter par des clients mal lunés. Fanny avait décidé de s’engager ! Pour une surprise c’était une sacrée surprise. Aleks avait toujours cette image de la femme militaire rigide, masculine et pas très engageante. Fanny elle était tout à l’inverse, elle avait son caractère affirmé mais elle était féminine et plutôt ouverte aux nouvelles rencontres.

« Alors dis-moi tout. L’armée… Tu nous as trouvé un brave petit soldat avec qui ça dure ou tu t’amuses simplement avec eux ? » demanda-t-elle avec un petit sourire mutin.

Oui parce que dans le fond savoir qu’elle faisait cent pompes par jour ne l’intéressait pas vraiment. Elle voulait faire le point sur la situation amoureuse de son amie. Ça lui changerait les idées un petit mariage ou ce genre de choses. Enfin elle pouvait parler… Dans le genre vieille fille elle cadrait bien. Elle n’avait aucun problème pourtant mais impossible de mettre la main sur un candidat qui vaille la peine de s’engager dans ce genre de plan.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I have many things, many things in my head [Livre II - Terminé]   Jeu 6 Nov - 21:08



I have many things in my head
Qui es-tu ?
Elle et moi, on avait du mal à prendre le temps de nous voir, toujours à droite à gauche, l'esprit encombré par mille et une choses à faire. C'est pas toujours beau d'être adulte ... Surtout avec nos emploi du temps surchargé. Et puis je dois l'avouer quand j'avais du temps libre j'avais plus tendance à le passer avec des hommes plutôt qu'avec de bonnes vieilles connaissances .. Qu'est ce que vous voulez on ne se refait pas hein. Ah et bien sur mon emploi du temps avait encore plus était encombré depuis que je retrouvais Maryana pour mes cours particuliers.

Le boulot et la santé, oui c'était exactement ça, le train-train de la vie ... Imaginer la vie si banale de ses humains me conforte dans l'estime que j'ai de ma nature différente, voir le monde différemment, le ressentir différemment, et puis avoir un boulot assez hors norme.

« Faudrait surement qu'on quitte nos jobs respectifs pour ça ! Nan je blague, oui c'est sur que 6 mois c'est beaucoup trop, surtout qu'on est pas bien loin l'une de l'autre, promis la prochaine fois que j'ai un peu de temps je t'envoie un message. »

Je lui souris, c'est vrai que ça me ferais surement pas de mal de renouer un peu certain lien, surtout que la sensation de solitude profonde a du mal a s'effacer. Des hommes dans un lit, des gens qu'on connait vaguement, ça ne remédie a rien. Et je n'ai pas trop vu mon unité ces dernière semaine, puisqu'on a pas eu de mission, de toute façon il sont plus une famille que des amis et c'est donc une relation totalement différente. Quoi qu'il en soit il était assez envisageable que je fasse en sorte de pouvoir voir Aleks plus souvent.

Le serveur qu'Aleksandra avait interpellé finit par arriver, surchargé par le nombre de clients en ces périodes de fêtes. Elle prit sa commande, et par la suite je demandais un expresso. Par le passé j'avais tendance a prendre des cafés noyé dans du lait, ou re-dilué à l'eau, mais cette époque est loin. Pour tenir le coup avec les réveils matinaux, j'avais commencé a me droguer à la caféine et aujourd'hui je me suis faite au gout amer et je ne peux carrément plus m'en passer.
Une fois le serveur reparti, nous nous replongeons dans notre discussion, je ne peux que sourire en l'entendant aborder le sujet des hommes qu'éventuellement je fréquente.

« Je m'amuse avec quelque uns je dois l'avouer, mais je me vois mal avec un militaire ... trop de contrainte et de risque. Bon j'essaye aussi d'éviter de monter mes camarades d'unité les uns contre les autres, mais tu les verrais ... sont tous plus craquant les uns que les autres. »

A vrai dire, je crois que ce qui me reboute, c'est que si je me restreint dans une relation j'irais voir ailleurs, j'ai du mal à m'imaginer la femme d'un homme, à vrai dire j'adore me laisser aller au hasard des rencontre et aux relations totalement imprévu. C'est tellement plus excitant. Et puis surtout j'ai peur de ressentir ce sentiment qui a le don de me dégoûter et de m'émerveiller à la fois, l'amour ... Comment peut-on se retrouver à avoir l'impression d'avoir une double personnalité, un double corps ? ... C'est une sensation tellement inexplicable.

« Et toi ? Un petit professeur pour attiser la flamme ? Rassure moi tu ne sors pas avec un de tes élèves hein ?. »

C'est de l'humour, et elle le sait. Je ne peux même pas imaginer un seul instant qu'elle sorte avec ... un maternelle. Elle n'est pas assez folle pour ça, oui parce que pour d'autre chose je ne sous estimerais pas sa folie. On a tous un grain de folie de toute façon.

© Pando
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I have many things, many things in my head [Livre II - Terminé]   Mar 11 Nov - 0:11



« I have many things, many things in my head »


Samedi 23 Décembre 2017

Le boulot et la santé... C'était un petit mensonge par omission. Mais elle n'allait quand même pas lui parler de la Meute et de toutes ses activités de vagabondages destinées à rallier les métamorphes solitaires à la cause commune. Elle répondit à son sourire après qu'elle ait plaisanté sur le fait qu'elles devraient peut-être envisager de quitter leur travail respectif pour parvenir à se voir régulièrement. Aleks fit la moue comme si elle réfléchissait réellement à cette option. Elle aimait beaucoup ses amis et regrettait de ne pas pouvoir leur mettre la main dessus plus souvent mais son cœur allait aux enfants qui avaient besoin d'elle. Enfin elle se mettait dans la tête qu'elle accomplissait une mission hautement importante.

« Et on pourrait reprendre notre boulot de serveuses comme à l'époque. Pour sûr on deviendrait unies comme les doigts de la main. » dit-elle sur le ton de la plaisanterie.

Serveuse ça allait un temps ou quand on avait rien d'autre pour boucler les fins de mois. Elles avaient toutes les deux une bonne situation donc ce serait vraiment stupide de redescendre après toutes ces années d'efforts.

Après la promesse de Fanny d'essayer de la contacter plus souvent la jeune femme décida d'enchaîner sur autre chose de beaucoup plus adapté quand deux copines se retrouvent : les histoires de cœur de chacune. La métamorphe la taquinait au sujet de ses collègues mais pour avoir eu l'occasion de voir quelques militaires elle-même n'aurait pas craché dessus. Certains n'avaient peut-être pas inventé la poudre mais ils avaient le corps qu'il fallait pour compenser cette lacune. Alors lorsqu'elle lui affirma qu'ils étaient craquants elle ne put qu'hocher la tête énergiquement en repensant à certains spécimens.

« Craquant c'est le moins qu'on puisse dire. Je devrais organiser une sortie éducative avec les enfants pour aller me rincer l’œil. » dit-elle les yeux pleins de malice avec un soupçon de perversion qu'elle accentuait avec quelques haussements de sourcils suggestifs.

Bien entendu la conversation lui revint en pleine face. Et elle ? Oui c'est vrai ça, trente deux ans et toujours célibataire elle devrait peut-être se bouger et trouver quelqu'un. Même ses plans draguent n'étaient pas nombreux. Aleksandra n'était pas du genre à s'abandonner avec un inconnu juste pour une nuit, elle cherchait toujours plus qu'une relation physique. Elle ne put se retenir d'éclater de rire quand son amie lui demanda de manière ironique si elle n'était pas tombée sous le charme d'un de ses élèves. Ce mythe de la relation prof-élève avait la dent dure, même si elle était relativement à l'abri vu que ses élèves avaient cinq ans au maximum.

« Non les professeurs sont trop mal payés pour être de bons prétendants. Et tu rigoles mais certains de mes élèves sont vraiment choux, même s'il faut que je me baisse pour avoir un bisou. Ah non c'est le calme plat de ce côté-là et je commence à me dire que je vais finir seule, entourée de chats ! » dit-elle en feintant la tristesse.

L'idée de finir seule ne l'enchantait pas mais réellement elle n'avait pas l'intention de rendre les armes tout de suite. Il devait bien y avoir un homme sur cette foutue planète qui voudrait bien d'elle pour autre chose que son corps. Enfin vu ses fréquentations elle avait de sérieux doutes. La plupart des hommes qu'elle connaissait étaient des Loups donc pas vraiment le partenaire idéal si on voulait se marier et avoir des enfants... La dernière option étant même impossible selon les dernières nouvelles quant au métissage. Elle pouvait toujours trouver un Métamorphe comme elle... En fait elle devrait vraiment commencer à s'activer et ne pas réfléchir autant.

« En fait je crois que je me prends trop la tête à ce sujet. Je devrais peut-être faire comme toi et ne pas me poser de question sur l'avenir, non ? » demanda-t-elle en observant le serveur revenir avec leurs commandes.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I have many things, many things in my head [Livre II - Terminé]   Ven 21 Nov - 23:54



I have many things in my head
Qui es-tu ?
Ce temps des petits boulots merdique était aussi dépassé que l'époque ou officiellement je n'existais pas. Je veux dire l'époque où je n'étais qu'une humaine et où le monde n'aurait jamais pu imaginer que nous puissions être autre chose. Quelque chose de plus enfouis et plus sombre. Pour rien au monde je ne souhaitais retomber dans les méandres de cette vie passer. J'avais profondément effacer ces cauchemars que j'avais enduré. Plus jamais, je me l'étais dit en m'engageant et je me suis promis d'y tenir.

« Ah bah ça c'est sur, on le sait bien qu'en tant que serveuse on ne peut compter ni sur le patron, ni sur les clients. »

Il fallait toujours s'arranger au moindre empêchement pour qu'une autre fasse nos heures. Se confronter à bien des choses que je veux oublier ... Un boulot instable, aujourd'hui je ne pourrais même plus le concevoir. Si je perds un jour ma place il ne me resteras plus que le chaos, la seule chose qui ne puisse pas me faire défaut.

Je préférais nettement la perspective de parler coeur. Au moins là je n'avais pas le moindre remord quand a ma situation. Et je ne pu que sourire en imaginant Aleks faire une sortie avec des p'tits haut comme trois pommes, dans un lieu remplis d'armes et de mecs tous aussi costaud qu'une armoire à glaces. D'accord j'exagère, mais c'est tout de même une grande majorité sur la base, bien que je n'y mette plus beaucoup les pieds depuis que je fais partie de mon unité spécial; en effet les locaux n'étant pas du tout les mêmes ...

« Je vous accueille a bras ouvert dès que ça vous chante !»

Je ne pu retenir mon rire, vraiment j'avais bien trop en tête cette situation. Que bien sur une directrice o un directeur d'école refuserais sur le champ, surement avec un lourd regard outré.

Sa vie sentimentale avait l'air au plus bas, je savais bien qu'elle avait un peu de mal de ce point de vue là, mais je m'attendais au moins a ce qu'elle m'en énumère quelque uns, histoire de se mettre l'eau à la bouche. De toute façon je ne comprendrais jamais comment un homme peut passer à côté d'une si jolie fille et ne pas avoir envie de passer la fin de ses jours avec elle, ou au moins de faire semblant pour se la taper.
Elle me pose donc une question, une question qui n'attend pas véritablement de réponse, une question qu'elle s'adresse surement plus à elle même. Mais l'image que cette question peint de moi ne me plait pas vraiment ...

« Non, tu as surement raison de ne pas tomber dans les bras du premier ...»

Le serveur tua ma phrase en son centre, nous apportant notre commande. Je ne comptais pas discuter de ça sous son nez, pour qu'après il aille ragoter avec ses collègue. Je le gratifiais donc d'un sourire du genre 'Merci et dégage', puis je reprenais ce que j'étais entrain de dire.

« ... du premier venu. De toute façon c'est pas ton genre. Moi aussi je me pose beaucoup de question sur l'avenir, seulement ... je me dis que vivre mon présent a 100 à l'heure est la meilleure façon que j'ai de vivre. Après tout je ne suis pas à l'abri d'un incident, ce ne serait pas le premier, et les mecs ont beaucoup de mal a s'imaginer vivre avec quelqu'un qui fréquente quasi exclusivement des hommes et qui risque sa vie sans arrêt. Si je trouve quelqu'un de stable, peut-être que je changerais ma façon de vivre pour l'intégrer à ma vie, mais pour l'instant elle me convient comme elle est. »

Certes, il n'y avait pas tout a fait que de la vérité. Disons en tout cas que j'avais omis quelque détails. Par exemple pour le fait de trouver quelqu'un de stable ... hmm hmm on repassera. Je préfère largement ceux qui ont un pète au casque, et qui vous font vivre des situations hors du commun. Mais je ne vais pas aller lui dire que je préfère largement un mec brute, en passe a des pulsions et qui est capable de tout envisager dans la relation, de tout pimenter. Je ne suis pas faite pour un train-train quotidien, mais ça je ne suis pas persuadé qu'elle pourrait le comprendre, en tout cas pas comme un SD le comprendrait.


© Pando
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I have many things, many things in my head [Livre II - Terminé]   Jeu 27 Nov - 16:12



« I have many things, many things in my head »


Samedi 23 Décembre 2017

Aleks avait toujours pris le partie de rire de ses expériences professionnelles plutôt incongrues. Sans ça elle ne serait peut-être pas devenue la petite débrouillarde qu'elle est aujourd'hui. Contrairement à d'autres de ses collègues elle savait que si du jour au lendemain on venait à la remercier elle serait capable de rebondir parce qu'elle l'avait toujours fait par le passé. Et entendre Fanny souligner le fait qu'on ne pouvait pas compter sur les clients ou les patrons pour obtenir de l'aide elle ne put s'empêcher d'opiner de la tête d'un air grave.

« J'ai l'impression qu'on parle comme des vétérans de la guerre de Vietnam. "Quand on était là-bas on ne pouvait compter que sur nous-même gamin. Les chefs et tout le reste ils avaient leurs culs bien confortablement installés au pays pendant que nous on bouffait de la boue en se faisant chier dessus par les Viet'." » dit-elle dans une mauvaise imitation du vieux qui raconte son enfer à la nouvelle génération.

Et puis c'était un beau clin d’œil au nouveau métier de son amie. Qui l'eut crut à l'époque qu'elle intègrerait les forces armées du pays. Elle n'était pas une pleureuse ou une fille sensible mais quand même.

Elle sourit à son invitation. Pas sûr que son propre directeur ne digère la nouvelle aussi. Il finirait par la virer en lui disant qu'on n'était pas dans une dictature où en vantait le mérite des soldats. C'était bon pour les États-Unis ce genre de comportement où les soldats sont encensés du matin au soir.

Puis vint la question des hommes, de l'avenir. Toutes ces choses qui font peur même une fois l'âge adulte bien consommé. Aleks resta imperturbable lorsque le serveur apporta leurs commandes. Elle l'écouta attentivement en affichant sa mine songeuse. Non ce n'était pas son genre de se taper n'importe qui et le problème était que pour le moment comme elle était partie elle allait tout simplement se taper personne. Et comment lui parler de ce nouveau cercle dans lequel elle évoluait : la Meute, avec ses codes et cette nature débridée sans en parler concrètement ?

« Vivre l'instant présent, j'aime l'idée mais en ce moment c'est bizarre. Ça fait un moment que je traine avec un groupe d'amis et depuis quelques temps c'est devenu presque une famille tellement on est lié. Mais ils sont pas comme moi... Ils ont leurs codes un peu étranges et ça ne colle pas vraiment à ma personnalité pourtant je me dis peut-être que je devrais essayer. Mais en même temps tu l'as dis ça ne me correspond pas vraiment... Bref je suis partagée entre restée telle que je suis au risque de finir avec mes chats ou tenter de changer et découvrir une nouvelle façon de vivre. Je suis paumée. » dit-elle en fuyant ostensiblement le regard de son amie.

Elle ne pouvait, voulait pas en dire plus sur ce fameux cercle d'amis mais en même temps elle avait besoin de l'avis de quelqu'un qui la connaissait et qui pourrait lui donner un véritable conseil. Bien sûr elle ne serait jamais comme les Loups mais elle pouvait peut-être tenter quelques expériences en mettant de côté toute son appréhension pour évoluer et envisager un avenir différent de celui que je voyais arriver pour moi.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I have many things, many things in my head [Livre II - Terminé]   Sam 6 Déc - 22:58



I have many things in my head
Qui es-tu ?
L'imitation était grossière, surjoué, on n'pouvais pas faire mieux quoi. Si ça se trouve un jour je finirais comme ça, à parler d'une guerre seul contre tous. Après tout n'est pas ce que l'on fait, nous semi-démon, une guerre contre le monde entier ? Mais quand cette guerre seras finis je n'aurais pas à m'en plaindre, parce que face au ténèbres vaincre seul est la plus magnifique des prouesses. Je ne deviendrais pas une vieille vétéran radoteuse, ou c'est que j'aurais échoué à ma tache.
L'esprit noyé dans ces idées sombre, je prenais tout de même la peine de sourire à mon interlocutrice. Peu importe mes pensées, la réplique était bien trouvé, et la comparaison fort bonne.

« Après tout les job de merde dans lesquels je me suis retrouvé, je peux me considéré comme une vétéran. C'est pas donné a tout le monde de s'en sortir en bossant dans des conditions aussi minable. »

Ça c'est sur on avait du vécu, beaucoup de vécu, trop de vécu. Et le mérite qu'on pouvait en tiré n'était peut-être pas le meilleur du monde, mais il n'était pas inexistant.

En en revenant à la situation amoureuse d'Aleks, elle m'embrouillais presque l'esprit tant ses relations paraissait compliqué. C'est sur que ce n'était pas trop mon genre de m’encombrer de gens qui ne me corresponde pas. La preuve, j'ai rejoint l'armée parce que ça me paraissait le meilleur endroit pour évoluer, j'ai rejoint le clan de Maryana parce qu'elle est une de mes semblable et que chaque SD est remplie des mêmes noirceurs que celle qui noie parfois mon cœur. Les quelques personnes qui ne me ressemble pas, je ne fais que les voir un soir, tout au plus deux, puis je passe à autre chose.

« Je ne suis pas persuadée que ce soit un véritable changement que tu ai a opérer, après tout si ce sont devenu tes amis c'est que vous devez bien avoir des choses en commun. On ne se lie pas à des gens qui ne nous corresponde pas du tout. Tente ta chance, de toute façon on n'y perd rarement. Si tu n'essaye pas tu ne pourras que regretter de toute façon, et puis il sera toujours temps de revenir en arrière si ça ne te convient pas. De te créer un nouveau cercle d'amis. Et si ça ne leur convient pas et qu'il te cherche des problèmes, tu peux engager une certaine militaire sur entraîné pour les éliminer en toute discrétion. »

Je lui fais un clin d’œil malicieux. Ce serait tellement mieux si je pouvais faire ça véritablement, mais je n'en serais pas capable, à moins d'un entrainement extrême pour tout ce qui est de ne pas se faire repérer, de disparaître du monde sans jamais avoir a courir. Non je ne pense pas que ce serait dans mes compétences, je suis plus douée pour suivre un plan bien rodé que pour le créer de A à Z.

© Pando
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: <span class="Gp_Metamorphe">« »</span>   Jeu 18 Déc - 11:47



« I have many things, many things in my head »


Samedi 23 Décembre 2017

Fanny et Aleksandra avaient écumé les petits boulots en tout genre. C'était ce qui faisait leurs forces de caractère, elles avaient connu pas mal d'années de galère et pourtant ne s'en plaignait pas.

« Ah si tu savais. On ne va pas commencer à parler comme des petites vieilles en disant : "de mon temps..." mais quand même les générations de maintenant quand je vois certains gosses qui viennent en stage chez nous tu te dis qu'ils devraient s'estimer heureux d'être autant assistés. »

Aleks avait peut-être évoqué son statut d'orpheline à l'époque où elles travaillaient ensemble mais jusqu'à présent elle ne lui avait jamais dit qu'elle avait vu son père se faire tuer sous ses propres yeux. Et même si elle n'en parlait pas, la jeune femme se doutait que son amie n'avait pas non plus droit à une vie simple en matière de famille.

Elles s'étaient faites toutes seules, c'est ce qui les avait fait s'apprécier à l'époque et sans doute ce qui les unissait encore aujourd'hui malgré les rares rencontres de ces dernières années.

La changeuse l'écouta ensuite donner son avis sur le cas complexe qu'elle lui exposait. Tenter sa chance pour ne pas regretter et faire demi tour si vraiment cela ne lui plaisait pas... Elle avait raison. Aleksandra ne s'était jamais autorisée de folie, elle avait toujours été réservée et pensait aux conséquences de ses actes ce qui la retenait généralement de passer à l'action. Elle finit par sourire alors que Fanny lui proposait de faire le ménage si vraiment ça tournait mal. Sauf qu'elle avait beau être militaire elle ne ferait sans doute pas le poids face à une Meute déchaînée.

« Tu sais quoi t'as raison, pour une fois je vais juste essayer et voir ce que ça donne. Tu vois qu'on devrait se voir plus souvent t'as des solutions pour tout ! » dit-elle sans laisser tomber son sourire.

Son regard se posa sur une famille en plein achat de fin d'années. Elle se mit à songer que les choses avaient vite repris le cours normal suite à l'attaque du centre commercial du mois dernier. Ce qui l'amenait à se demander ce que pensait les autorités de toutes ces attaques.

« Au fait, chez vous les militaires, on vous parle des créatures surnaturelles et tout ça. Parce qu'on parle de la PES en permanence mais vous devez bien avoir à faire à des Vampires, des Loups ou pire, non ? » demanda-t-elle avec ce qu'elle voulait faire passer pour un ton dégagé.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I have many things, many things in my head [Livre II - Terminé]   Dim 11 Jan - 23:00



I have many things in my head
Qui es-tu ?
C'est vrai qu'aujourd'hui je ne pouvais que voir à quel point les plus jeunes étaient différents de nous. Je croisais tellement de personnes qui n'avaient pas la moindre connaissance de ce que peut être la vie parfois. Jamais confronté à la difficulté. Il y a de cela quelques années, lorsque je n'étais pas encore dans une unité d'élite et que j'étais donc la supérieur de certaines nouvelles recrues, j'ai bien vu à quel point leur engagement pour l'armée n'avait pas la même teinte que le mien. Pour eux c'est un vulgaire jeu, il ne connaissent pas l'autorité, le respect, la hiérarchie. Que des notions étrangères pour eux, je peux vous dire que je le leur ai fait regretter en étant dur. Il est incroyable de voir un gamin insulter sa supérieur au seul prétexte que c'est une femme ...

« Tu m'étonne, c'est à peine si ils savent ce que c'est la vie. En même temps ce n'est pas vraiment un cadeau à leur faire, parce que le jour où il n'auront plus personne sur qui s'appuyer, bah ils seront dans la merde ...»

Aleks et moi, on ne se connaissait pas vraiment. Oui je sais vous faites des yeux énormes en lisant ça, mais en fait nous connaissons que ce qui est arrivé depuis qu'on se connait. On a extrêmement peu parler de notre passé, éventuellement un petit truc par-ci par la ... Mais nous ne connaissons pas forcément l'enfance de l'autre, et ce n'est peut-être pas plus mal. Je sais que je n'ai jamais parlé de la maladie de ma mère, encore moins de ce qu'était mon père mais ça on s'en doute. Et je n'ai presque jamais abordé mes anciens boulot.
En même temps, pas besoin de sortir de St Cyr pour savoir qu'à notre âge de l'époque travailler pour vivre signifier ne plus rien avoir d'autre. Ca se voit d'ailleurs, ceux qui travaille juste pour se faire un peu d'argent, et ceux qui travaille dans l'espoir d'arriver à mettre quelque chose dans son assiette tout les soirs. Et on était plutôt le genre heure sup' que traîne la patte. Il faut ce qu'il faut.

Aleks aujourd'hui avait l'air de s'être trouvé des gens qui la fassent aller bien. On a tous besoin de ça non ? Moi c'est mes camarades, elle c'est ce groupe d'amis qui a l'air un peu ... étrange ?
J'espère seulement ne pas la pousser à faire de mauvais choix, mais la connaissant je ne crois pas que ces personnes soit des dealer ou des tarés, surement des gens un peu plus fêtard, quelque chose de ce genre. Après tout ça ne peut pas lui faire de mal de se dévergonder un peu. .. Oui je sais ... Une semi-démone qui apprécie une banale humaine, gna gna gna. Semi-démone veut aussi dire semi-humaine. Donc pas que des besoins emplis de noirceurs, surtout pas envers une fille qui m'a permis de surmonter la mort de ma mère, et de tenir un job beaucoup plus longtemps que tout les précédents.

« Pour tout je suis pas sur, et puis la solution était dans la question. Si ça ne t'attirais pas tu aurais rejeter l'idée depuis longtemps non ? En tout cas heureuse d'avoir pu t'aider.»

Aleksandra en revient à un sujet dont je ne suis pas très fan, parce qu'il me touche d'un peu trop près peu importe l'angle abordé. Bien sur qu'on était confronté aux créatures, comme disent certains. Souvent même, il faut dire qu'ils ont une fâcheuses tendance à foutre le bordel au vu des nombreuses pulsions que beaucoup sont incapable de surmonter. Mais étonnement, on en parle peu, c'est limite un peu tabou. Je crois que la plupart en ont peur, ou veulent faire semblant de ne pas y croire.

« A vrai dire, on manque terriblement d'informations ... En tout cas à mon niveau, ce qu'on entend le plus c'est les divers rumeur. Mais de façon officiel ont est souvent très peu informé lorsqu'on tombe sur des créatures. Je crois qu'ils essayent de ne pas effrayer les troupes, mais ils ont l'air d'oublier qu'arriver en situations inconnu c'est extrêmement dangereux. Heureusement les missions de ce genre ne sont qu’extrêmement rare. Mais bon on est déjà tomber sur un démon qui a bien faillis tuer des hommes au sein de mon unité, on était pas fier ce jour là. On fait comme on peut avec les moyens du bord.»

Une question que je ne m'étais jamais posé me vient alors à l'esprit.

« Vous en parlez vous à l'école ? Bon par forcément les maîtresses de tout petits mais de façon globale. Il y a une ... prévention ? »

© Pando


Désolé du temps que j'ai mis à répondre ...
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I have many things, many things in my head [Livre II - Terminé]   Mer 25 Fév - 13:16



« I have many things, many things in my head »


Samedi 23 Décembre 2017

Aleksandra sourit aux propos de son amie. Elle n'avait sur les jeunes que le reflet des enfants qui étaient toujours innocents, comme tout le monde a pu l'être à une époque. Mais elle voyait surtout certains parents, plus jeunes qu'elle qui pensait que dans la vie tout était facile, que tout leur était dû parce qu'ils étaient de ce monde.

« On finit toujours par se rendre compte de la dureté de la vie à un moment ou l'autre. Je fais confiance au karma pour ça. » conclua-t-elle avec philosophie.

Le karma... Mouais, certains devaient quand même réussir à passer entre les gouttes mais après qui était-elle pour juger qui devait subir les conséquences de ses actes ? Elle était persuadée que la destinée avait de grands projets pour chaque personne de ce monde et personne n'était suffisamment bien placé pour voir le schéma dans son intégralité. Tout devait avoir un sens, chaque personne son rôle à jouer sinon à quoi bon ?

Fanny opta pour une conclusion délicate au dilemme de la jeune femme, enfin c'est comme ça qu'elle le prenait. Mais dans le fond elle n'avait pas totalement tort. Si c'était vraiment contre nature elle n'aurait pas pu se forcer, elle aurait rejeté elle-même l'idée. Le coeur plus léger, elle se demanda pourquoi elle ne voyait pas d'autres personnes plus souvent. Elle passait trop de temps sous la forme d'un chat, elle commençait à s'enfermer dans un train-train quotidien relativement douillé et pourtant la nature me rappelait qu'une petite vie confortable c'était bien mais qu'il faudrait aussi songer à moi-même pendant que je le peux encore. Fonder une famille... Oula ça commençait à déraper dans son cerveau, elle n'avait pas le temps de songer à ce genre de choses. A quoi bon fonder une famille si c'était pour les propulser dans un monde de chaos ?

La métamorphe s'intéressa aux activités de son ancienne collègue et surtout savoir ce que l'armée savait à propos des Semis-Démons. Ça pouvait toujours être intéressant à savoir ce genre de choses, non ? Mais elle n'aurait aucune information car visiblement les forces armées étaient aussi peu informées que le reste du monde sur le sujet. Elle opta pour une moue de dépit qui pouvait s'expliquer par ce que Fanny lui expliquait. On les envoyait au charbon sans leur expliquer de quoi il en retournait. Son expression laissa place à une légère grimace d'horreur lorsqu'elle évoqua rapidement une mission sur laquelle un démon aurait pu coûter des vies humaines à ces soldats.

« C'est vraiment ignoble de vous envoyer comme ça sans rien dire. Non seulement c'est dangereux mais ça pourrait provoquer des épisodes de paranoïas chez certains soldats, non ? La peur de faire face à l'inconnu à chaque mission... En tout cas ça ne fait que renforcer mon idée que vous êtes nos petits héros. »

Un sourire pour essayer de ne pas plomber le moral. Mais elle disait la vérité, depuis toujours elle respectait les forces de l'ordre que ce soit policier, militaire, pompier, urgentiste... Ces hommes et femmes tentaient de soigner comme ils pouvaient un monde malade.

La blonde haussa les sourcils face à la question de son ancienne collègue de galère. En parler aux enfants ? L'idée ne lui était jamais venue et elle ignorait comment cela serait accueilli par les parents, l'administration, ses collègues... Mais les enfants avaient le droit de savoir, ils devaient être protégé. Enfin cela risquait surtout de leur provoquer des cauchemars et si l'un d'entre eux faisaient partis de ce groupe de semi-démon et qu'il décidait de prendre la classe en otage... Les scénarios catastrophes s'enchainaient dans sa tête avant que ne secoue la tête pour les chasser.

« C'est risqué. Déjà ça leur ferait peur et ensuite on aurait sans doute des problèmes avec les parents et tout le bazar. Et puis des fois je me demande si l'un d'entre eux n'est pas un enfant démoniaque caché. Après tout on n'a pas les moyens de savoir ce qu'ils sont réellement et je me vois mal jouer des scènes façon exorciste devant les enfants. Nous n'avons jamais eu de problèmes donc la question ne s'est jamais réellement posée. »

Non aucun problème n'avait été à signaler, aucune chose étrange avec les enfants, jamais. C'était bizarre d'ailleurs. Est-ce que cela voulait dire que c'était en grandissant que la part démoniaque prenait plus d'ampleur ? Pourtant s'ils avaient des pouvoirs il y aurait du y avoir des incidents, une utilisation involontaire de ce pouvoir. Ou alors c'était comme pour les métamorphes, le don ne se réveillait qu'en cas de besoin ou toujours est-il plus tard que la petite enfance ?

« Cela dit je pense que ça devrait être un sujet de conversation un peu plus tard sans doute. Mais le risque reste le même avec en plus la possibilité que l'un des enfants à qui ont s'adresse soit un semi-démon. C'est délicat, ils n'ont pas choisi d'être ainsi après tout... »

Aleks était surprise de ses propres propos et de la direction qu'elle prenait dans sa tête. Elle faisait l'amalgame entre les métamorphes et les semis-démons. L'un comme l'autre n'avait pas choisi sa nature on nait ainsi. Cependant aucun métamorphe ne provoquait de massacres pour le plaisir de créer le chaos... Elle tentait de faire taire ses arguments pour la défense des semis-démons qui pouvaient tenter de retenir leur part démoniaque mais n'y arrivait pas. Ils étaient néfastes pour tout le monde et quand bien même ils n'y pouvaient rien, ils ne devaient pas rester dans ce monde. La jeune femme se faisait elle-même peur avec ses propos radicaux mais il fallait le dire, le monde entier le pensait. Elle leva les yeux hésitants vers Fanny pour jauger sa réaction à ce qu'elle venait de lui dire.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I have many things, many things in my head [Livre II - Terminé]   Jeu 5 Mar - 19:14



I have many things in my head
Qui es-tu ?
Alek' faisait peut être confiance au karma, mais pas moi. Le monde est terriblement injuste, il l'a toujours était et le seras toujours, c'est d'ailleurs ce qui nous permet de subsister. Un monde juste nous anéantirais surement. Mais oui, je ne croyais absolument pas au karma, et comment y croire ? Une femme qui tente de sauver une enfant de l'enfer meurt d'un cancer, laissant sa fille seule au monde, sa fille accomplis par la suite des atrocités et vit une vie paisible ? Non, il n'y a pas de karma, ou sinon celui-ci a une vision étrange du monde. Seulement les gens pensant la vie facile ont tendance a plus facilement tomber dans ses vices. Si on ne sait pas qu'on peut remplir un papier pour toucher plus d'argent, alors on ne le touche pas, et ça nous pénalise. La vie entière et faite comme ça ... On ne prévoit pas de testament à 30 ans, jusqu'au jour où on perd brutalement un proche ayant cet age et qu'on se rend compte que la vie est éphémère. On donne peu d'importance au travail, sauf quand c'est la seul chose qui vous permet d'a peu près pouvoir manger tout les jours. Tout fonctionne ainsi, on appel ça l'expérience non ? Cependant je ne contredisais pas ma camarade, après tout on a chacun notre vision du monde, et je n'ai pas vraiment envie de débattre la dessus.

Je souris, lorsqu'elle dit que nous sommes des petits héros, ce n'était pas totalement faux après tout. Bien sur j'ai fait du mal, c'était l'une de mes premières intentions en rentrant dans l'armée, mais ça n'empêche que nos missions avait pour but de rétablir l'ordre, et qu'en général c'est arrivé. J'ai parfois du mal à le reconnaître, mais je fais aussi le bien. Quand je me suis engagé à 18 ans, mes pulsions étaient bien moindre par rapport à aujourd'hui, peut être plus incontrôlable mais moins omniprésente, alors je ne saurais pas dire si c'est le démon ou l'humaine qui a voulu devenir militaire, peut-être un peu des deux. Une partie peu faire le mal pendant que l'autre fait le bien pour la 'paix' de l'humanité, bien que je reste convaincu que les humains ne peuvent pas créer la paix avec des fusils, tout comme nous semi-démons ne pouvons faire la paix en créant le chaos.

« On fait avec ce que l'on a, on a au moins l'avantage d'être plutôt solide dans mon unité, mais c'est vrai que c'est dernière année j'ai vu des camarades devenir totalement cinglés ... Déjà qu'être en guerre n'est pas simple, mais ne pas savoir contre quoi on se battait ... Heureusement aujourd'hui ça arrive moins souvent»

Un bon moment nous avions plus eu intérêt à compter les jours où on ne travaillais pas plutôt que ceux où on était mobilisé pour une mission. On savait à la base pourquoi on s'engagé, mais on n'aurait jamais cru avoir à se battre contre autre chose que des hommes ou des machines, on avait pas signé pour éviter les crocs sanglants des vampires, les mâchoires acérés des loups, encore moins les pouvoirs démoniaques. Déjà que beaucoup pensé ne jamais avoir vraiment à se battre ... Quant à moi, j'était relativement prête, bien sur il m'arrivais d'aller en mission le cœur noué, mais je connaissais profondément le pire danger qui nous guettait, les SD avaient des secret pour moi, mais pas autant que pour les autres.

« Je trouve pourtant qu'il y a un manque d'information, je ne dis pas qu'il faut parler de tout dans les moindres détails, mais le système éducatif a clairement des lacunes. Ils y seront confrontés, d'une façon ou d'une autre, la télé, internet, la radio, les téléphones, les jeux, les autres enfants. Il a bien des façon d'amener ce genre de discussion, un enfant peut comprendre bien plus de chose qu'on ne le crois. Je ne comprend pas que des enfant d'une dizaine d'année n'en ait jamais parlé à l'école ... C'est pourtant une révolution scientifique, sociologique, et je suis à peu près persuadé qu'il feront plus de cauchemars s'ils entendent parler de ces phénomènes sans en discuter et sans le comprendre. Ce n'est pas protéger la société que de dissimuler la vérité ... Et puis sincèrement, si un enfant démoniaque se cache, je ne pense pas que le fait de parler de ce qu'il est le pousse a ce comporter différemment, à moins de véhiculer des idées néfastes. Parce que je pense sincèrement que pris dès le début, un enfant peut restreindre ses mauvaises intentions ...»

La meilleure façon de vivre en paix est bien d'informer son peuple, peu importe l'age ou la sorte. Et je pense vraiment qu'en considérant les démons au lieu de les rejeter, on peut les rendre meilleurs. La preuve, ma mère ma permis de gardé mon humanité, bien sur je suis encore loin de la perfection, mais si les hommes voulait vraiment agir contre mon espèce il devrait réfléchir. Exterminé une race n'a jamais était une solution, encore moins quand cette race peut renaître de ses cendres. Mais ils préfèrent la guerre, alors ils l'auront, encore et encore jusqu'à ce qu'il disparaissent tous ou servent notre espèce.

« Mais oui, je suis bien d'accord, personne ne choisis d'être ce qu'il est, seulement pour les êtres surnaturelles, et aujourd'hui surtout pour les démons, la seule justice autorisés à l'air d'être la mort. Mon travail m'a appris des notions que je ne retrouve pas dans notre société actuelle, avant on ne devait tuer que si c'était l'unique solution, aujourd'hui tout est une excuse ... De toute façon, je n'ai jamais entendu parler de gosses démoniaques, d'après les mythes ça ne se déclenche pas à la naissance mais plus tard. A défaut d'information sur le sujet, on s'est débrouillé par nous même. Je ne suis pas sur de toute les informations que j'ai récolté, mais celle-ci à l'air assez véridique ... »

C'était pas vraiment un mensonge, je m'étais beaucoup informé, seulement j'avais vécu ces choses, je connaissais les dangers de mon états, les conditions d'apparition de mon pouvoir et de ceux d'autres congénère, les effets internes que j'ai pu ressentir, mes effets puissants sur la nature qui m'entoure, les souffrances, le chaos en moi, les sentiments contradictoire. J'aurais tellement de choses à dire, si j'étais libre d'en parler ... Mais ce n'est pas le cas, ça ne le seras surement jamais, les seuls personnes avec qui je pourrais éventuellement en parler on vécu les mêmes choses que moi, et je ne verrais donc pas l'intérêt de leur compter mon histoire ...

© Pando
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I have many things, many things in my head [Livre II - Terminé]   Jeu 4 Juin - 12:50



« I have many things, many things in my head »


Samedi 23 Décembre 2017

Des petits héros, Aleks ne se doutait pas de ce qui allait bien pouvoir se tramer ni de la différence de Fanny en comparaison à ses collègues. Depuis toutes ces années qu'elles se fréquentaient jamais elle n'avait trouvé quelque chose de bizarre chez elle. Peut-être que plus tard lorsqu'elle retrouverait la Meute et qu'elle entendrait parler de ce Semi-Démon qui avait été capturé pour finalement s'échapper elle comprendrait la réelle nature de son amie mais pour le moment elle naviguait à l'aveugle, persuadée qu'elle se battait pour l'humanité.

Elle lui accorda un sourire compatissant. Elle aurait pu lui dire des choses mais comment aurait-eu ces informations ? Cela soulèverait beaucoup trop de questions surtout qu'au final elle n'avait pas tant d'informations que ça. Mais au moins ça donnait la couleur, les forces armées humaines étaient mal en point et ne seraient probablement pas d'une aide précieuse si quelque chose devait advenir.

« J'espère que ça ira... Je n'ose même pas imaginer tout ce que vous devez voir. La Guerre est une chose, y participer et y jouer un rôle en est une autre. En tout cas si tu as besoin de quelque chose tu peux toujours m'appeler. »

Une promesse sincère. Elle aimait suffisamment Fanny pour lui proposer de l'aider si jamais les choses devenaient compliquées pour elle. Parce que contrairement à ce qu'elle prétendait elle avait déjà eu un bon aperçu de ce que ça pouvait être d'être au front. Et ça ne collait pas du tout à son caractère. Parfois il lui arrivait de se réveiller en sueur suite à un cauchemar lui remémorant les Années Sanglantes. La peur ne la quittait jamais vraiment depuis ces années-là.

Elle écouta alors l'opinion de son amie au sujet de la communication auprès des élèves. Il y avait une grosse part de vrai dans ce qu'elle disait mais après il y avait la pratique. Tous les enseignants n'étaient pas aptes à parler de ce genre de choses, chacun avait ses a priori sur le sujet et puis il y avait les parents, l'administration... Il n'était jamais simple de parler de choses un peu houleuses en classe. Bien sûr Aleks aurait bien du mal à aborder le sujet avec ses élèves, certains avaient encore des petites fuites, d'autres ne laçaient pas leurs chaussures. Mais au stade au-dessus ça pourrait être réellement utile d'en parler.

« Je suis d'accord avec toi. Mais rien que de parler de racisme, de créatures surnaturelles, de la religion... c'est parfois la fin du monde. Les enseignants se retrouvent avec les parents et les dirigeants de l'école sur le dos. Je sais qu'on devrait en parler tu as raison mais si on le fait ça va être des années entières à lutter contre la société et pour ça il faudrait vraiment que tous les enseignants soient d'accord et entre nous c'est loin d'être le cas. »

Aleksandra soupire. Entre le jeu de la Meute et son travail les choses n'étaient pas simples. Elle ne pouvait pas tout dire ni même se permettre d'avoir les projecteurs braqués sur elle. Un long combat à mener. Et là encore Fanny enchaîne sur un sujet qui surprend la jeune femme. Pourquoi doit-on tuer les semis-démons ? N'ont-ils pas droit comme les autres au bénéfice du doute ? Pourquoi n'essaye-t-on pas de trouver une alternative comme les vampires et le Tru Blood ? La Métamorphe reste songeuse quant à cette histoire de pouvoirs qui ne se déclencheraient pas à la naissance. En effet ça expliquerait bien des choses et ce ne serait pas la seule race à connaître ce genre de changement plus tard. Les Métamorphes également grandissent une partie de leurs vies en simples humains.

« Tout ça est déprimant, Fanny. On aurait beau converser des heures sur le sujet la réalité ne changerait pas. Surtout dans un pays aussi religieux que le notre. Avant qu'on entende parler des Démons il y avait déjà des exorcismes illégaux pratiqués à tort et à travers. L'humanité fait peine à voir... »

C'est de la tristesse qui s'entend dans sa voix alors que son téléphone vibre. Un message d'Ethan pour lui demander de venir quand elle pourrait, le plus vite serait le mieux. Elle éteint son téléphone avant de regarder son amie, une pointe de désespoir dans le regard car on a beau dire, plus le temps avance et plus les choses s'empirent. De quoi sera-t-il question la prochaine fois ?

« Je suis désolée Fanny mais il faut que j'y aille. Je vais vraiment essayer d'organiser cette sortie avec les enfants. Ca peut faire du bien aux militaires aussi de voir des petites bouilles émerveillées qui comptent sur eux pour les protéger. »

Un sourire et elle sortit son porte-monnaie pour déposer un billet qui règle l'addition. Elle embrassa son amie avant de partir, direction WolfHeaven où elle était attendue.


[HJ : Voilà désolée pour l'attente si tu veux répondre je laisse ouvert sinon tu demandes la fermeture ou tu me dis:red : ]
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I have many things, many things in my head [Livre II - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
I have many things, many things in my head [Livre II - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» eurydice&basile ❝ all these little things ❞
» Flavia Albina ¤ Real things in the darkness seem no realer than dreams...
» Help seems to always come late when it comes at all. We are in deep trouble
» Le Patronat Haitien aux Travailleurs “C’est à Prendre ou à Laisser”

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†Priez pour nous † :: 
Bienvenue à Edimbourg
 :: Le Centre-Ville :: St James Centre
-
Sauter vers: